Le sport, terrain d éducation. n 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sport, terrain d éducation. n 6"

Transcription

1 Le magazine du département de l Oise n 6 MAI 2005 Le sport, terrain d éducation DOSSIER > P. 10 Je me souviens de la sucrerie de Crisolles > P. 8 Du neuf dans les gendarmeries > P. 19 À la découverte du mont Saint-Siméon > P. 26

2 > > L Oise Sommaire en action > À la une - p.4 De bon conseil Constitué de cinquantecinq membres issus de la société civile, le Conseil de développement durable voit le jour à l initiative du Département. Il sera consulté avant chaque budget et grand projet. > Dossier - p.10 Sport Bouger, se muscler, se défouler, s affronter, s amuser... oui, mais le sport est aussi un terrain d éducation, une école de la vie, une source d animation qui enrichit l activité des quartiers et villages. Dans cette optique, le Conseil général soutient la vie des clubs et la création d équipements. Avec la volonté d en faire bénéficier le plus grand nombre. > En bref - p.6 Artisans à l'honneur, mémoire de sucrerie... les événements et infos pratiques qui font l actualité. > L Oise en action - p.16 Au plus près des seniors Autrefois sous la tutelle de l État, le Comité départemental des personnes âgées rejoint le giron du Conseil général. L occasion de se rapprocher des seniors. Handicap : coordonner les actions Instance de coordination et force de proposition, le Conseil consultatif des personnes handicapées prend peu à peu ses marques. > Du nord au sud - p.19 Gendarmeries en travaux Le Département se charge de la construction et de la rénovation de la plupart des casernes. Le point sur les grands chantiers. «60» est une publication du Conseil général de l'oise 1, rue Cambry Beauvais Cedex > L Oise en tête - p.22 Georges Labroye, l ennemi du risque Expert en environnement industriel, cet ingénieur à la tête de l Ineris traque tous les risques, même ceux d un feu d artifice estival. > Ils font l Oise - p.24 Qu ils dansent, peignent, chantent, pêchent ou mitonnent une recette, ils ont en commun le plaisir de la rencontre. > Itinéraires loisirs- p.26 Le Saint-Siméon au pied levé Pour les amateurs de randonnée, le mont Saint- Siméon découvre ses pentes et l environnement exceptionnel du Noyonnais, ses zones humides, fruits rouges et orchidées. Directeur de la publication : Yves Rome Directeur de la rédaction : Xavier Mahé Conception : EuroRSCG C&O Rédaction et réalisation : Anatome Impression : Houdeville - BP > Sports - p.28 La balle au bond Portée par le basket, l Association sportive des handicapés de Creil- Clermont se bat aussi pour faire changer le regard sur le handicap. > Culture - p.30 Rock, violoncelle, braiments d ânes, rires de fête et rimes de Molière résonneront dans l Oise en mai et juin. Faites ce qui vous plaît! > Agenda - p.32 Par genre et par dates, notre sélection de sorties dans le département. > Tribunes libres - p.35 Beauvais Cedex Tirage : exemplaires Diffusion : La Poste ISSN : Photo de couverture (judo) : Hervé Dez / Le bar Floréal - Photo éditorial p.3 : Bernard Niemann

3 > Édito L Oise en action Un mois sur le terrain Dans la continuité de la formidable mobilisation de l automne dernier, notre majorité construit chaque jour les liens entre notre institution et les habitants de l Oise. Aujourd hui, l association des Isariennes et Isariens aux décisions départementales est une réalité. Un département durable et solidaire Avec l installation du Conseil de développement durable de l Oise, notre collectivité franchit une nouvelle étape dans la vie démocratique du département. Cette instance, représentative de la diversité de l Oise et de ses forces vives (responsables associatifs, syndicats, acteurs économiques, chercheurs, enseignants ) rendra chaque année un avis sur le budget du Département, sera consulté sur les dossiers structurants de la collectivité (Agenda 21, schéma éducatif territorial ou plan départemental des transports), et nous accompagnera dans la préparation de l Oise aux enjeux des prochaines décennies. Agir aujourd hui pour préparer demain Depuis un an, l amélioration de votre qualité de vie est notre priorité. L actualité de la collectivité en témoigne. Le deuxième programme du Fonds départemental d intervention en faveur du logement vient d être lancé avec 27 nouvelles opérations. Aujourd hui, ce sont 295 logements sur lesquels le Département s est engagé. Les travaux routiers départementaux présentent une augmentation de crédits de 28 % dont chacun pourra rapidement mesurer les effets. Les contrats d objectifs entre le Conseil général et les structures culturelles et sportives viennent d être signés ; tous les amateurs de culture et les licenciés sportifs sont directement concernés. Enfin, à l aube d une nouvelle saison touristique, je me réjouis de la généralisation du label «tourisme et handicap» (32 sites prévus) et de la mise en valeur de notre tourisme vert avec l ouverture d une vingtaine d itinéraires de randonnée. Tenir compte de chacun d entre nous En sus de ces actions quotidiennes, la solidarité est toujours le cœur de nos missions. C est le sens de la programmation de places supplémentaires en établissements pour personnes âgées dépendantes ou encore de la création, dans notre département, du premier établissement pour personnes handicapées vieillissantes. Vous pouvez le constater chaque jour, nous restons déterminés à partager avec chacune et chacun d entre vous le développement durable et solidaire de l Oise. PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL P. Lobgeois P. Lobgeois P. Lobgeois BRESLES, 8 AVRIL. YVES ROME ENTAME À BRESLES, SUR LE CANTON DE NIVILLERS DONT IL EST L ÉLU, UNE SÉRIE DE RENCONTRES DE TERRAIN. P. Lobgeois PRÉCY-SUR-OISE, 15 AVRIL. INAUGURATION DE 32 NOUVEAUX LOGEMENTS DE OISE HABITAT. PLUS DE DEMANDES DE LOGEMENTS SOCIAUX SONT EN SOUFFRANCE DANS LE DÉPARTEMENT. HANVOILE, 17 AVRIL. À L INVITATION DU MAIRE ET CONSEILLER GÉNÉRAL THIERRY MAUGEZ (À D.), YVES ROME INAUGURE UN ÉVÉNEMENT 100 % TERROIR : LE SALON DU PAIN, DU VIN ET DU FROMAGE. BEAUVAIS, 27 AVRIL. LES PRINCIPAUX ACTEURS CULTURELS DU DÉPARTEMENT ONT RENDEZ-VOUS AVEC YVES ROME ET JEAN-PAUL DOUET (AU CENTRE) POUR SIGNER DES «CONVENTIONS DE DÉVELOPPEMENT» QUI CONDITIONNENT LES AIDES PUBLIQUES QU ILS RECOIVENT. 3

4 > À la une Les membres permanents du Conseil, qui sont-ils? Collège des partenaires de l emploi, du développement économique et du développement durable coordinatrice : BÉATRICE BELLINI, maître de conférences, IUT de Creil RACHID CHERFAOUI, vice-président Oise du Groupement régional de l insertion par l économique en Picardie MICHEL ENGUERRAND, président de l Isab Collège des partenaires socio-professionnels coordinateur : JOEL BEUZEBOC, président de l union départementale de la Mutualité française JEAN-CLAUDE SAINT-AUBIN, président de la chambre des métiers JACKY LEBRUN, président de la chambre de commerce et d industrie JEAN-LUC POULAIN, président de la chambre d agriculture Collège des partenaires de l égalité des chances coordinateur : FRÉDÉRIC GAMBLIN, association Espace, membre du Conseil départemental des jeunes de l Oise et du Conseil national des jeunes SIFF KACHOUCHE, personnalité qualifiée ABDELAZIZ ROUIBI, président de la FCPE Oise PHILIPPE RUDIO, directeur de la fédération départementale des MJC Collège des partenaires de la solidarité coordinateur : THIBAULT D AMÉCOURT, président de la conférence permanente de la coordination associative, directeur de l Uriopss ANNY ADAM, présidente de l Association pour le droit à mourir dans la dignité ROSELYNE MONTAGU- CUBIZOLLES, présidente de la Caf de Creil HÉLÈNE BERNARD, membre du bureau de la Fapil ROGER PUFF, délégué régional de l Ineris CHRISTOPHE LÉPINE, président du Conservatoire des sites naturels de Picardie ABDELAZIZ RIFI SAÏDI, délégué Oise de l Association pour le droit à l initiative économique RAOUL LETURCQ, président de l Association pour l agriculture biologique ANÉ DARDENNE, président de l Union départementale du tourisme de l Oise GÉRARD DUMOULIN, délégué départemental de l Entente des générations pour l emploi et l entreprise CLAUDE AURY, président de l Association de lutte pour l environnement en Picardie DANIEL THOMAS, directeur d études et professeur des universités, École pratique des hautes études et Université technologique de Compiègne LUC VANOMME, maître de conférences, viceprésident du conseil scientifique de l université de Picardie Jules-Verne 4 MARTINE AELVOET, présidente de la FDSEA JEAN-CLAUDE CERISIER, président du Medef ALAIN LEBRUN, secrétaire général de l union départementale de la CGT JEAN-LUC GUEUDET, secrétaire général de l union départementale de la CFDT ANTONIO DA COSTA, président de l union départementale de la CFTC GUY BRUET, président de l union départementale de la CGC CATHERINE MÉRY, membre de l union départementale de la FSU DENIS LEVEILLE, secrétaire d académie du Snaen et de l Unsa-Éducation ALAIN LAMBERT, responsable du groupe Attac Oise LAURENCE VIEVILLE, secrétaire générale adjointe de l Association des centres sociaux ruraux SLIMANE BOURAYA, délégué à la vie fédérative, Ligue de l enseignement de l Oise FRANÇOIS RIDEL, responsable du service animationjeunesse de la communauté de communes rurales du Beauvaisis CLAUDE GRIMAUD, président de l association Repère JEAN-PIERRE BESSE, président de l association Résistance 60 LAURENCE PIERRE, présidente de l association La Parentèle NICOLAS LAINE, conseiller technique à l union régionale sportive Léo-Lagrange JOSETTE MOURIC, directrice de l espace Matisse de Creil GUILLAUME SERGEANT, président de l association En savoir plus PAULA LUCAS, présidente de l institut universitaire Tous Âges CHRISTOPHE WARNAULT, administrateur de la Fédération des œuvres laïques XAVIER CNOCKAERT, président de la Société picarde de gérontologie MARIE-FRANÇOISE AUTRAN, directrice du centre Esther- Carpentier association Abej Cocquerel DANIEL MULLOT, président de l Espace picard pour l intégration, directeur de l association Reactif MARIE-CHRISTINE DE CACQUERAY, coordinatrice de l association Omfam CLAUDE LEFEVRE, chef du service éducatif du Sato Picardie PATRICIA BOUCHENY, présidente de l association A brache kor ISABELLE FUHRER, présidente de l association Entraide JACQUES FORZY, directeur des services action éducative en milieu ouvert de l Adseao ALAIN JOURDAN, président d Emmaüs Oise ALBERT PRÉVOST, vice-président du Coderpa MAMADOU BATHILLY, trésorier de l Association culturelle des Africains de l Oise VINCELLETTE AUDOIN, présidente du CIDF André Lejarre / le bar Floréal

5 CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L OISE Démocratie vivante Avec la création du CDDO, une instance consultative d une cinquantaine de membres, le Département ouvre un nouveau chapitre de sa vie démocratique. Explications. C omment associer les «forces vives» d un territoire (les associations, les syndicats, les entreprises ) à la prise de décisions politiques? Quand on s appelle l État ou le Conseil régional, il existe un organisme pour cela : le Conseil économique et social, consulté obligatoirement ou pas, selon les sujets au cours de certains processus de décision. Les conseils généraux, pour leur part, n ont aucune obligation de créer de telles instances. Pourtant, quelques-uns ont estimé que leurs décisions ne pourraient être que meilleures s ils se dotaient d outils de dialogue permanents avec la «société civile». L Oise, en créant un conseil de développement durable, vient de rejoindre ces départements les plus ouverts en matière de démocratie locale. Le CDDO Conseil de développement durable de l Oise s inscrit dans la suite logique de la grande consultation de l automne dernier. Une consultation qui, rappelons-le, avait vu quelque 5000 acteurs associatifs, sociaux, économiques ou culturels isariens participer à quinze forums thématiques. Et qui s était traduite par le retour de près de questionnaires de la part des citoyens. Le terrain, plus le recul Beaucoup des nouveaux membres du CDDO sont d ailleurs directement issus des forums. Hommes et femmes, venus des quatre coins du territoire départemental, ils exercent des responsabilités très diverses. C est ainsi qu on voit se côtoyer, dans le groupe des socioprofessionnels, le responsable du Medef pour l Oise et celui de la CGT. Ou, dans le groupe des «partenaires de l égalité des chances», la directrice d un espace d art contemporain et le président d une association sur la Résistance. Le CDDO, grâce à ses travaux, sera associé aux grandes décisions départementales : l élaboration de chaque budget annuel, mais également les projets de plus long terme, comme dans les domaines des transports ou de l environnement. Il entrera ainsi dans ses missions d accompagner la préparation d un Agenda 21 pour l Oise. Autre chantier du nouveau Conseil, la participation à l élaboration du projet Oise Un exercice qui a déjà commencé, pour les 55 membres du comité, à travers des réunions de travail sous la houlette d un cabinet spécialisé. Objectif : apporter à l Assemblée départementale l expérience d hommes et de femmes à la fois excellents connaisseurs du terrain et capables de prendre du recul. BENOÎT MOUGNE Philippe Lobgeois SÉANCE INAUGURALE DU CDDO, LE 4 AVRIL DERNIER. Parole de coordinatrice BÉATRICE BELLINI EST L UN DES 55 MEMBRES DU NOUVEAU CDDO Je suis prof à l IUT de Creil, au sein du département «hygiène, sécurité, environnement». J ai 13 ans d expérience dans ce domaine, notamment comme chercheuse. Et j ai beaucoup travaillé dans la région mais aussi ailleurs en France sur l articulation entre environnement et entreprises. Aujourd hui, je suis heureuse de mettre mes connaissances et mon expérience au service de la collectivité départementale. 5

6 > En bref 6 HANDISPORT Une première à Beauvais Début avril, le gymnase du collège Michelet de Beauvais a accueilli une démonstration de rugby à XIII en fauteuil roulant. Une première dans l Oise. Organisée par le président des Harlequins de Beauvais, Jean-Michel Robert, cette rencontre opposait l équipe de Roanne à Vichy-Moulins Handivalidsports. À cette occasion, Yves Rome, président du Conseil général, a souligné l importance qu il accordait au sport adapté et souhaité que cette démonstration «suscite des vocations». SOLIDARITÉ Visite du président d Emmaüs France Une initiative locale sous les projecteurs. La vente publique de l association Emmaüs de Beauvais au profit des victimes du tsunami d Asie du Sud-Est, organisée le 3 avril, a été l occasion d une rencontre entre Martin Hirsch, président national d Emmaüs (à gauche sur notre photo), et Yves Rome, président du Conseil général de l Oise. Les deux dirigeants ont ainsi pu discuter solidarité internationale, mais aussi action locale à l échelle du département et de Beauvais. L association anime en effet l épicerie sociale qui accueille les personnes en grande difficulté et la boutique solidarité. CREIL Bientôt une Maison de justice et du droit En mai 2004, la Communauté de l agglomération creilloise (CAC) a décidé d ouvrir, à Creil, une Maison de justice et du droit. Ce nouvel équipement, le troisième du genre dans le département, devra contribuer au développement des mesures alternatives aux poursuites, et être un lieu privilégié de mise en œuvre de l accès au droit. Un projet que soutient le Conseil général, à travers une subvention de euros. P. Lobgeois Philippe Lobgeois Philippe Lobgeois télex > HANDICAP Succès pour la campagne d affichage «Il n y a pas de handicap dans le sport. Il n y a que des sportifs.» Tel était un des slogans de la campagne d affichage lancée par le Département à l occasion de la Semaine internationale du handicap, en mars dernier (voir au dos du n 4 de «60»). Une campagne saluée de plusieurs parts, notamment dans l hebdomadaire spécialisé «Stratégies», dont les lecteurs sur internet ont approuvé, à 61,5 %, la qualité de la création. > CIRCULATION Un nouveau rond-point à Saint-Léger-aux-Bois Route de Bailly, un nouveau rond-point oblige désormais les conducteurs à ralentir de 20 km/h en arrivant dans le village de Saint-Léger-aux-Bois. Les usagers de la départementale 165 doivent donc faire attention en entrant dans la commune. Ce giratoire a été financé par la mairie avec l aide du Conseil général. Il devrait permettre de diminuer considérablement les excès de vitesse dans la ville. > SANTÉ Journées d information sur l audition La surdité ne concerne pas que les seniors. En effet, 40 % des malentendants ont moins de 55 ans et 10 % moins de 18 ans. Pour pallier ce problème, des journées d information sur l audition auront lieu à Creil du 2 au 4 juin, puis à Compiègne du 9 au 11 juin, et à Beauvais du 16 au 18 juin. Un professionnel de la santé se tiendra à la disposition des personnes intéressées pour faire le point sur leur audition et les informer sur les mesures de prévention et de protection. CONTACT À Creil : agence CCMO Mutuelle, 20, rue de la République ; à Compiègne : 21, rue Saint-Nicolas ; à Beauvais : 17, place Jeanne-Hachette. Aux heures d ouverture des agences.

7 > En bref ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ L artisanat ouvre grand ses portes Fin avril, les artisans de l Oise ont décliné l initiative nationale de la Semaine de l artisanat. Découverte d un acteur économique qui forme, recrute, et assure une présence à la ville comme à la campagne. B ien que représentant la première entreprise de France, les artisans doivent batailler pour se faire reconnaître. Ils multiplient donc les opérations de séduction, à l image de la Semaine de l artisanat qui s est tenue du 25 au 30 avril à travers toute la France. Parmi les initiatives menées dans l Oise, des journées portes ouvertes dans les centres de formation des apprentis, ou CFA, les 28, 29 et 30 avril. Objectif : faire connaître la qualité de leur enseignement tout comme la diversité des filières et des diplômes préparés, qui vont du CAP au bac professionnel. Avec, le plus souvent, un emploi à la clé, puisque huit jeunes sur dix trouvent un poste dans les semaines qui suivent la fin de la formation. Philippe Lobgeois YVES ROME A RENCONTRÉ LES ARTISANS DE DIFFÉRENTS CORPS DE MÉTIER À L OCCASION DE LA SEMAINE NATIONALE DE L ARTISANAT. Artisans de l emploi et de la formation Artisan, c est un métier d avenir. On le sait peu, mais l artisanat participe au maintien et au développement de l activité économique et de l emploi. Ainsi, le secteur propose de à emplois au niveau national. Pour répondre à cette demande, les chambres des métiers et de l artisanat ont développé la formation, par le biais de l apprentissage, qui permet chaque année à jeunes de mettre un pied dans la vie professionnelle dont plusieurs centaines dans l Oise. Autant de raisons pour lesquelles le Conseil général soutient les actions de la chambre des métiers, par une aide financière au fonctionnement mais aussi par des aides directes aux apprentis : frais de repas, bourses, récompenses aux jeunes diplômés... CONTACT Chambre des métiers et de l artisanat de l Oise Tél. : / Ultime recours Le premier temps fort de cette semaine a été, le mardi 26 avril, la venue à Breteuil d Yves Rome, président du Conseil général, et du président nouvellement élu de la chambre des métiers et de l artisanat, Jean-Claude Saint- Aubin. Une visite marquée par la rencontre avec Gilles Forret, boulanger-pâtissier et président de l Association des commerçants de Breteuil, puis avec un imprimeur et un boucher. Yves Rome et Jean-Claude Saint-Aubin se sont retrouvés le vendredi 29 avril, pour dialoguer avec quatre jeunes créateurs d entreprise de Beauvais et assister au lancement de l opération portes ouvertes au CFA de Beauvais. L occasion pour le président du Conseil général de souligner la place de l artisanat comme «ressort du développement équilibré du département» et «activité essentielle à l animation de nos collectivités locales». «Au moment où le service public restreint sa présence dans des pans entiers du territoire, a insisté Yves Rome, l activité artisanale constitue bien souvent l ultime recours en matière d emploi, de formation pratique au plus près des besoins, et de survivance du lien social.» 7 BRUNO LAFOSSE

8 > En bref SUCRERIE DE CRISOLLES La mémoire, sans la nostalgie Trois ans après la naissance du projet «Paroles de betteraves», l histoire de Crisolles et de son usine sucrière sera mise en scène à l automne. Jeunes et moins jeunes y travaillent déjà sans relâche. I ls sont une trentaine, de 6 à 75 ans, à venir travailler un week-end par mois dans la salle des fêtes de Crisolles pour faire vivre Les Terres fortes. Une pièce née des «Paroles de betteraves», récits de l époque de la sucrerie recueillis auprès des anciens. À l initiative de ce projet, l association Souffler n est pas jouer : «nous voulions travailler sur la mémoire de Crisolles et construire un projet intergénérationnel», confie la présidente, Françoise Lecomte. La rencontre avec Sylvie Baillon, metteur en scène de la compagnie amiénoise Ches Panses Vertes, est décisive. Toutes deux tombent d accord sur les pièges à éviter : «je leur ai tout de suite dit que je ne ferai ni dans le nostalgique ni dans le son et lumière ; il ne faut pas faire du sacré avec la mémoire», explique Sylvie. Catherine Zambon, auteur de théâtre contemporain, rejoint l aventure. Elle construit son texte à partir des paroles échangées lors des veillées au café du village et des interviews qu elle mène avec Delphine Crublet, ethnologue associée à «Paroles de betterave». En sept tableaux, Les Terres fortes mettent en scène la mémoire sucrière, traversent les saisons et le quotidien des ouvriers de la sucrerie, jusqu à la fermeture de l usine dans les années 1960 ; sans jamais tomber dans le pathos. «Chaque tableau s ouvre avec un chœur, puisqu il s agit d une parole collective ; met en scène des enfants pour éviter la nostalgie, et se ferme sur une partie musicale», raconte la metteur en scène. À la tête d une joyeuse troupe de comédiens amateurs ou néophytes motivés par le projet, elle déploie toute son énergie à la création de cette pièce. «Chacun vient transmettre quelque chose», conclut Anne-Marie, de la compagnie Souffler n est pas jouer, «les personnes âgées sont gardiennes de la véracité des faits et gestes, ceux qui font du théâtre de la transposition que demande cette pratique, les enfants apportent leur énergie et leur amour de la vie, les autres de la convivialité. Ce sont tous ces échanges qui portent le projet.» La pièce sera jouée les 4, 5 et 6 novembre, sans doute à la forge de l ancienne sucrerie de Crisolles ; un événement à ne pas manquer. Jean-Luc Cormier / le bar Floréal 8 LES COMÉDIENS AMATEURS CONSACRENT AU MOINS UN WEEK-END PAR MOIS AUX RÉPÉTITIONS. MARIE PAIRE

9 télex > MONTATAIRE Une association pour les cadres Alliance cadres réseau est une association qui vise à développer les réseaux relationnels entre les cadres techniques, administratifs ou commerciaux. Elle propose des contacts avec les entreprises et les élus locaux. Surtout, elle permet d utiliser un outil encore méconnu, le portage salarial. L association se réunit tous les mardis de 9h30 à 11h30. CONTACT Alliance cadres réseau : 110, rue Louis-Blanc à Montataire. Tél. : / > COMPIÈGNE Échanger ses savoirs L association Ricochets des savoirs de Compiègne met en relation des personnes qui veulent apprendre et transmettre. On y échange des savoirs manuels (couture, moulage, décoration), culturels ou techniques. Chacun y est offreur et demandeur de connaissances. L association compte 120 bénévoles à Compiègne et tient une permanence au local du centre social du Puy-d Orléans, le mardi de 19h à 22h et le vendredi de 13h30 à 20h. CONTACT Association Ricochets des savoirs : 3, square du Colonel-Sutterlin, à Compiègne. > SANTÉ Une antenne pour la drépanocytose L APIPD (Association pour l information et la prévention de la drépanocytose) vient d ouvrir une antenne dans l Oise. La drépanocytose est une maladie génétique méconnue qui touche chaque année plus d une centaine d enfants en France. Transmise par les parents, cette maladie de l hémoglobine A provoque la transformation du globule rouge. Douleurs, anémie, infections sont ses symptômes les plus caractéristiques. L antenne de l Oise a pour but d apporter soutien et réconfort aux malades et à leurs proches. CONTACT APIPD : BP 60232, Pont-Sainte-Maxence. Tél. : COMMUNES Les fleurs à l honneur Alors que se clôt l inscription au concours 2005 des villes et villages fleuris, Yves Rome a remis aux vainqueurs diplômes et récompenses financières. À l échelon national, le palmarès 2004 a promu Villers-Saint-Paul, Le Plessis-Belleville, Beauvais, et l Oise compte déjà deux communes «quatre fleurs» : Mureaumont et Rémérangles. Début juin, le jury d arrondissement parcourra le département pour effectuer une présélection des sites. Entrent en jeu, outre le fleurissement des voies et édifices publics, le cadre paysager ainsi que la propreté générale des rues. Rappelons que toutes les communes, même si elles n ont pas candidaté pour l édition 2005 du concours, peuvent prendre part au trophée des mairies fleuries, en envoyant avant le 5 septembre une photo numérique des LE 1 ER AVRIL À L HÔTEL DU DÉPARTEMENT : REMISE DES PRIX À CERTAINS DES LAURÉATS. COLLÈGE Un cours plutôt original massifs qui embellissent leur hôtel de ville. Les 31 mars et 1 er avril, des journées «spéciales bébés» étaient au programme au collège des Fontainettes de Chaumont-en-Vexin. Organisées depuis une quinzaine d années par l équipe locale des services sociaux départementaux, ces journées sont destinées aux élèves de cinquième, dont les réponses à un petit questionnaire mettent souvent en évidence un manque réel d information concernant les enfants en bas âge. On y aborde la grossesse, la toilette et les soins du bébé, l alimentation du nourrisson Les jeunes collégiens en repartent ravis. Quant aux plus âgés, en classe de troisième, cette opération leur permet de découvrir les métiers liés aux enfants. AU COLLÈGE DE CHAUMONT-EN-VEXIN. TROIS AUTRES ÉTABLISSEMENTS DES ENVIRONS BÉNÉFICIENT DE CETTE INITIATIVE. 9

10 Dossier > Sport pour tous Le judo fait école Loisir ou compétition, le sport ne rapporte pas seulement des coupes et des médailles. Il offre un cadre d épanouissement, d éducation et d échanges. Pour ces raisons, le Conseil général œuvre pour l accès de tous aux activités physiques. Le judo, en pleine forme dans l Oise avec près de licenciés, en est un bel exemple. Reportage à Noyon et à Mouy, dans deux clubs de judo particulièrement actifs. Hervé Dez / le bar Floréal

11 M ouy, jeudi 28 avril, 18h30. C est l heure du «judo enfants» avec Marco. Sur le tatami, une bonne vingtaine de bambins âgés de 8 à 11 ans, prêts à bondir, attendent les instructions du prof. «Les gamins ont besoin de se dépenser, explique Marco, mais ce n est jamais méchant ; on arrive même à bout des plus turbulents. Il faut simplement faire preuve d autorité tout en s amusant.» À l autre bout du département, à l espace René-Acolet de Noyon une des plus belles salles d entraînement de l Oise, c est la même effervescence. Cette séance, les enfants l ont attendue toute la semaine avec impatience. On vient au dojo comprenez la salle d entraînement pour se détendre, se défouler, s épanouir, pour améliorer sa technique et se dépasser. À Noyon comme à Mouy, le judo se met à la portée de tous. Du simple loisir à la compétition, il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges : de l enfant de 4 ans au senior, chacun semble pouvoir y trouver son compte. L ambiance est à la convivialité et à la bonne humeur. «Le judo, c est une grande famille», s amuse à dire Richard, prof à Noyon. Pour les adultes qui trouvent ce sport trop «physique», les clubs proposent d autres disciplines comme le taïso, qui privilégie davantage les exercices de souplesse, d étirements et de relaxation. Une forme d éducation Mais le judo la «voie de la souplesse» en japonais n est pas seulement un sport. Il y a tout un cadre qui va avec. Un code moral exemplaire, fait de valeurs fondamentales. Politesse, courage, sincérité, honneur. Modestie, respect, contrôle de soi, amitié. «Le dojo est un lieu de travail et d échanges où le respect mutuel tient une place primordiale», explique Richard, qui officie à l espace René-Acolet. Pour ce jeune professeur, les maîtres mots sont : persévérance, assiduité, abnégation. «L objectif est de se sentir bien dans son corps, d aller vers un équilibre mental et physique, note quant à lui Gérard Miné, président et enseignant bénévole de l US Mouy. Notre but est de former des adultes responsables et bien dans leur peau.» «Ce sport aide à la gestion de l émotion et du stress», avance en outre Denis, un autre prof du Judo-Club de Noyon (JCN). Ce long et difficile travail d apprentissage est dispensé, à Mouy comme à Noyon, par des enseignants diplômés d État et surtout haut gradés. Et ces professeurs-là ont la foi! Ils n hésitent pas à donner de leur personne et de leur temps. «Sur l année, avec toutes les compétitions, je suis pris au moins 31 week-ends!», lance Richard. «Mais le plus éprouvant et le plus prenant, explique son collègue Denis, Hervé Dez / le bar Floréal RICHARD GULZINSKI, ÉDUCATEUR ET ENTRAÎNEUR À NOYON, FAIT FACE À SES ÉLÈVES. ce sont les cours aux tout-petits.» À leur niveau, on appelle ça du baby-judo, principalement de l éveil psychomoteur. «C est une recherche d équilibre pour le très jeune enfant, une découverte et une maîtrise de son corps en mouvement. Mais tout ça doit rester ludique», souligne encore Denis. Les «babys», c est un fait constaté, débordent d énergie. Rodrigue et ses 5 ans, même après le cours de Marco, le prof de Mouy, a encore de l énergie à revendre! Pas toujours facile, donc, de faire respecter la discipline. Les bambins se présentent généralement sur le tatami en deux groupes de dix ou quinze lutins frétillants! «Ce qui est important, précise Gérard Miné, du club de Mouy, c est le contact physique avec les autres enfants et avec le professeur. Mais attention, il n y a jamais d équivoque!» Entre détente et compétition Dans l Oise, le judo a le vent en poupe. Pour preuve, les associations sportives de Noyon et Mouy comptent chacune dans leurs rangs un peu plus de 300 adhérents. Des effectifs stables malgré les piètres performances des athlètes français aux derniers Jeux olympiques. «Aujourd hui à Noyon, côté résultats, on explose», lance un des entraîneurs du JCN. Dernièrement, deux filles, Julie et Manu, toutes les deux mordues de haut niveau, ont en effet été médaillées au championnat de France cadet. «C est grâce à l élite qu on attire la masse. Mais c est bien évidemment dans la masse qu on trouve l élite», reconnaît Richard. Pour ceux qui veulent faire de la compétition, il y a des tournois quasiment tous les week-ends. «On ne force jamais personne, les jeunes y viennent tout seuls. D abord par curiosité et pour être avec les copains», précise un des coachs du JCN. Hugo pratique le judo depuis sept ans. À 14 ans, l adolescent s entraîne deux fois par semaine au dojo de Mouy 11

12 Dossier > Sport pour tous et commence à obtenir des résultats significatifs en compétition dans la catégorie des moins de 66 kilos. Aujourd hui, il reconnaît que cette discipline l a beaucoup aidé. «Avant j étais très speed, difficile à contrôler. Pour moi, le judo, ça a été le moyen de canaliser mon trop-plein d énergie. C est un sport de combat mais on peut se donner à fond sans avoir peur de faire mal. C est un sport où on respecte son adversaire.» Pour le président de l US Mouy Gérard Miné, c est évident, «dans ce sport, on ne peut pas fonctionner sans l autre ; du coup, il y a un bon esprit de groupe». Les deux clubs du département débordent d ambition pour leurs adhérents, et leurs dirigeants respectifs aimeraient bien continuer à développer leurs structures et leurs activités. Mais les subventions de la Ville, du Conseil général de l Oise et du ministère de la Jeunesse et des Sports, ne suffisent plus. «À l avenir, il nous faut trouver des sponsors, précise Alain Brisacq, bénévole chargé de la communication à Noyon, et ce, pour pouvoir continuer à proposer des activités variées à nos adhérents.» Alors, on se retrousse les manches. Un autre bénévole de l association conclut : «Trouver des aides, c est un travail de longue haleine ; le judo n est malheureusement pas aussi médiatique que le foot.» NATHALIE JALLAGEAS CONTACT > Judo-Club de Noyon : Espace René-Acolet 204, rue de Chauny Noyon Tél. : > US Mouy Judo Jujitsu Taïso : 51, boulevard de Surville Mouy Tél. : Hervé Dez / le bar Floréal BENJAMINS À L ENTRAÎNEMENT AU JUDO-CLUB DE NOYON. 3 questions à... LAKHDARI BENABDELMOUMENE, cadre technique départemental judo, ancien athlète de haut niveau Pour quelle mission avez-vous été recruté? L.B. : En fait, je suis chargé de dynamiser et de «rationaliser» le judo dans le département licenciés, c est énorme. Il s agit notamment de fédérer les clubs, d organiser des stages techniques, et surtout les championnats départementaux. J ai été recruté en Les clubs de l Oise avaient alors besoin d apprendre à travailler ensemble ; ils avaient besoin d un interlocuteur. Il y a eu une phase d observation mutuelle et puis très vite, on s est fait confiance. Au bout de la deuxième année, on a commencé à avoir des résultats régionaux. Aujourd hui on est plutôt bien placés : un jeune de Neuilly-en-Thelle a récemment obtenu le titre de vice-champion de France des moins de 100 kilos. Peut-être est-ce la relève? Pourquoi vous a-t-on choisi pour ce poste? L.B. : Certainement pour mon expérience de terrain. Je pratique le judo depuis 24 ans. J ai été champion de France cadet et junior, j ai mené une carrière de haut niveau entre 1992 et J ai donc un certain vécu sportif, une certaine crédibilité qui rassure les entraîneurs des clubs. Et puis j ai l œil. Parce que ma mission, c est aussi de faire de la détection, du repérage. Les athlètes de haut niveau, on les prépare jeunes. Cela dit, je reste convaincu que le judo est un sport de masse. L élite, c est bien, mais il ne faut pas négliger la masse. Le judo est avant tout un sport éducatif. C est une bonne école. 12

13 Ils ont la parole «L élite c est bien, mais le judo est aussi un sport» de masse. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez aujourd hui? L.B. : En fait la grande difficulté, c est de réussir à garder sur le département les athlètes qui ont des résultats significatifs. Des clubs plus gros font des propositions plus alléchantes. Dans l Oise, BERNARD LAMY, BÉNÉVOLE AU JUDO-CLUB DE NOYON, PAPA DE DEUX JEUNES JUDOKAS «Les parents cherchent souvent un sport pour que leurs enfants se dépensent. Le judo, c est encore plus que ça. C est une discipline carrée avec des règles et un code moral.» PASCAL RENAUT, JUDOKA À L US MOUY, PÈRE DE DEUX PETITES FILLES DE 7 ET 9 ANS AUSSI JUDOKAS «J ai repris le judo il n y a pas très longtemps. Mes deux filles, elles aussi, aiment ça. Ce que j apprécie dans ce sport, c est la convivialité, la discipline, le respect de l autre, la maîtrise de son corps.» Hervé Dez / le bar Floréal AU CLUB DE MOUY, LE «BABY-JUDO» RENCONTRE UN GRAND SUCCÈS. nous avons l ambition de préserver ces jeunes le plus longtemps possible, mais il faut aussi se donner les moyens de les emmener le plus loin possible. C est pourquoi nous avons créé il y a quelques mois un club départemental. Pour éviter cette fuite des athlètes. En plus de travailler ensemble, les clubs du département doivent aujourd hui se rapprocher. Sur les 96 clubs de l Oise, 19 ont déjà adhéré à ce projet. C est très encourageant. PROPOS RECUEILLIS PAR N.J. 13

14 Dossier > Sport pour tous ENJEUX Le sport accessible à tous Pour soutenir le sport dans ses missions d éducation et de socialisation, le Conseil général de l Oise déploie une aide d 1,6 million d euros cette année. Destinée aux clubs et aux collectivités, elle doit permettre de lever tous les obstacles à la pratique sportive. «Le sport est à la fois facteur de bien-être et d apprentissage, explique Gérard Weyn, vice-président du Conseil général, chargé de la vie associative et sportive, il faut donc logiquement en faciliter la pratique.» C est, en résumé, la philosophie suivie par le Département : rendre le sport accessible à tous sans exclusion. Les élus de l Oise tiennent à favoriser l épanouissement du sport, garant d une cohésion sociale. «C est une énergie fédératrice, avance Gilles Masure, président de la commission culture, loisirs et sports, le sport allie passion, plaisir et volonté. Pratiquer un sport, c est réussir à accepter des règles et des interdits, c est également intégrer un certain nombre de valeurs comme la loyauté et le fair-play.» L ÉQUIPE MASCULINE DU BOUC VOLLEY À L ENTRAÎNEMENT. SOUTENIR LE SPORT DE MASSE ET LE SPORT DE HAUT NIVEAU : DEUX OBJECTIFS QUE LE DÉPARTEMENT ESTIME COMPATIBLES. Hervé Dez / le bar Floréal Une politique active et multiforme «Aujourd hui, la priorité des priorités, c est porter une attention appliquée à l intégration des handicapés, souligne Gérard Weyn ; c est un choix politique mais aussi une demande qui est apparue très clairement lors du forum thématique qui s est tenu à l automne dernier.» Il s agit notamment de mettre en place un programme de soutien aux associations sportives qui accueillent des personnes handicapées ; pour que le matériel soit adapté et le personnel formé. Autre nouveauté : la mise à disposition dans quelques mois d un logiciel de gestion administrative pour les clubs sportifs. «C est un outil très attendu sur le terrain, reconnaît Gérard Weyn, qui va faciliter le travail au quotidien.» Et puis, autre soutien apporté aux clubs depuis cette année : l aide aux jeunes licenciés a été étendue de 16 à 18 ans à partir du moment où l encadrement est pratiqué par des entraîneurs titulaires au minimum d un diplôme fédéral. 14

15 Philippe Lobgeois LE SPORT, NOTAMMENT EN PLEIN AIR, EST AUSSI UNE SOURCE DE BIEN-ÊTRE. GÉRARD WEYN, VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL, CHARGÉ DE LA VIE SPORTIVE ET ASSOCIATIVE «Nous souhaitons mener une politique de promotion du sport pour tous les milieux sociaux. Notre but est de toujours élargir le public concerné. L action menée notamment en direction des jeunes est fondamentale.» Le département de l Oise souhaite également développer le sport en milieu rural et dans certains quartiers défavorisés grâce à la création cette année d une douzaine d équipements sportifs de proximité (voir encadré). «Pour le reste, il s agit de dispositifs déjà existants qui ne changent pas, précise Gérard Weyn, également maire de Villers-Saint-Paul, c est une continuité de la politique.» Aide à la rémunération d un entraîneur pour les petits clubs qui ont quelques difficultés à assumer financièrement, aide à l acquisition de matériels comme des ballons d entraînement, des raquettes, des cerceaux, des balles de tennis, à l exclusion de tout équipement individuel. > ZOOM Les équipements sportifs de proximité Le leitmotiv, c est le sport pour tous, et surtout partout! Cette année, le Département consacre un million d euros au développement du sport en milieu rural et dans les quartiers urbains. Il s agit notamment de faire en sorte que l éloignement ne soit pas un frein à la pratique sportive. «Il faut donc faire un peu d aménagement territorial, avance Gérard Weyn, vice-président du Conseil général chargé de la vie associative et sportive, les activités physiques doivent être accessibles à tous les habitants.» Un appel à candidatures a été lancé auprès des communes de l Oise. Objectif : doter les secteurs les moins bien lotis de plates-formes multiactivités ou de «city-stades». Le choix des communes bénéficiaires fait l objet d un examen minutieux. Pour l heure, seuls quelques dossiers sont entre les mains des directions compétentes. En 2005, une bonne dizaine d équipements sportifs de proximité devraient voir le jour, là où le besoin s en fait le plus sentir. Priorité devrait être donnée aux zones rurales. Les premiers chantiers pourraient démarrer à l automne. Enfin, pour soutenir les jeunes talents et le sport de haut niveau, le Conseil général accorde aussi des subventions aux «espoirs» du département et aux équipes engagées dans des compétitions nationales. N. J. 15

16 > L Oise en action Hervé Dez / le bar Floréal PERSONNES ÂGÉES Plus près de vous Conséquence des nouvelles lois de décentralisation, le Comité départemental des retraités et personnes âgées (Coderpa) quitte la tutelle de l État pour celle du Conseil général. Un tournant important pour cette structure qui participe depuis plus de vingt ans à l action en faveur des anciens. Coderpa sera le lien fort indispensable Le avec l ensemble des acteurs de terrain pour que se développe une politique ambitieuse reconnaissant à nos aînés l intégralité de leurs droits et leur pleine citoyenneté.» En prenant officiellement sa fonction de président du Coderpa le 14 avril, Yves Rome a réaffirmé le rôle important que joue cette instance consultative. Composé de représentants des associations et organisations de retraités et personnes âgées, des professions et organismes concernés par l action sanitaire et sociale, de personnalités qualifiées, le 16 Coderpa de l Oise compte 74 membres. Ensemble, ils décident chaque année en assemblée générale de leurs orientations de travail et de la création d éventuelles commissions chargées de les mettre en œuvre. Au nombre de quatre dans l Oise, elles réunissent les représentants volontaires pour les animer. MAISON DE RETRAITE DE LIANCOURT, LE MOIS DERNIER.

17 Derrière les mots, les actes Concrètement, le Coderpa participe à l élaboration et à l application des mesures concernant les personnes âgées, en concertation avec les organismes chargés de l action sanitaire et sociale. Lieu de réflexion et d action, le comité s empare de questions telles que l APA (Allocation personnalisée à l autonomie), tout comme il se charge d organiser la Semaine bleue, événement national destiné à mettre en valeur les seniors. Avec des membres soucieux de faire reconnaître les anciens comme des citoyens actifs, les volontés du Coderpa rejoignent celles d Yves Rome : «Leur permettre de profiter pleinement du bel âge et d en faire profiter les générations suivantes.» MARIE PAIRE Parole de senior ALBERT PRÉVOST, vice-président du Coderpa Comment a été perçu le changement de tutelle au Coderpa? Avant même la réunion qui a marqué notre passage de l État au Département, la plupart des membres portaient un regard positif sur cette évolution. Le discours étant que allons y gagner en proximité, que nous aurons plus l occasion d intervenir par ce contact plus direct avec les représentants du secteur sanitaire et social. L intervention orale de monsieur Rome, le 14 avril, a été très appréciée. On sent une ouverture et une prise en considération importante des personnes âgées. J ai rarement entendu un langage aussi précis et aussi intéressant sur le sujet. Le Département a conscience qu il doit assumer cette nouvelle activité, s il veut qu elle se développe. Au sein du Coderpa, quelle est l ambiance de travail? Il existe une grande diversité d opinions au sein du Comité mais cela n entrave pas son travail. Il y a une formidable union pour prendre des décisions qui font avancer notre action, et pour un vice-président, c est très encourageant. Je sors toujours de nos réunions très satisfait parce que nous faisons à chaque fois un pas en avant. Quels sont les prochains défis auxquels va s atteler le Comité? Nous allons en décider précisément lors de notre prochaine réunion de bureau. Il s agit que le Coderpa réponde toujours mieux à son objectif en poursuivant ses efforts pour connaître les personnes âgées et retraitées, et rechercher avec elles de nouvelles solutions pour qu elles puissent s affirmer en tant que personnes dans la vie quotidienne. Dans l immédiat, nous allons commencer à organiser la prochaine Semaine bleue qui sera l occasion de marquer fortement le passage du Coderpa au Département. Nous allons motiver le plus grand nombre d associations et clubs, en nous rendant sur le terrain. Hervé Dez / le bar Floréal > ZOOM L amiante au cœur des préoccupations Créée il y a un an, la quatrième commission du Coderpa s est fixé pour objectifs d étudier la situation des maladies professionnelles des retraités et personnes âgées. Ses travaux sur les problèmes liés à l amiante évoluent dans le bon sens grâce à une collaboration étroite avec les deux CPAM du département. Après avoir réfléchi aux actions de communication sur le sujet, les mesures concrètes pour diffuser l information seront mises en place au cours du second semestre

18 > L Oise en action HANDICAP Se parler pour avancer Les CDCPH (Conseils départementaux consultatifs des personnes handicapées) ont été institués en janvier Celui de l Oise commence à fonctionner, avec des objectifs précis. L a loi de modernisation sociale de janvier 2002 a institué les conseils consultatifs départementaux des personnes handicapées, les CDCPH, qui formulent des propositions sur les orientations de la politique du handicap. Dans l Oise, la première réunion du CDCPH a eu lieu en novembre Patricia Boucheny, présidente de l association A brache kor-gihp Oise, a été élue vice-présidente. Le préfet et le président du Conseil général en assurent conjointement la présidence. Une commission permanente a également été nommée lors de cette première réunion. Mission du CDCPH : être une force de proposition sur les mesures à mettre en œuvre au plan local, afin d assurer la coordination des différents partenaires (associatifs, institutionnels) notamment en matière de scolarisation, de logement, d intégration sociale et professionnelle. Ce conseil départemental a aussi pour obligation de recenser le nombre exact de personnes handicapées dans le département, et la nature précise de leur handicap (voir questionnaire joint à ce numéro). Il bénéficie pour cela d un accès aux documents et données des CDES (Commissions départementales de l éducation spéciale), des Cotorep (Commissions techniques d orientation et de reclassement professionnel), hôpitaux, centres d accueil et d hébergement des personnes handicapées. Il se fait également communiquer chaque année le bilan d activité de la CDES et de la Cotorep, reçoit le Programme départemental d insertion des travailleurs handicapés (PDITH) et son application la connaissance de ces données permettant ainsi de remédier à des lourdeurs administratives, notamment dans l instruction et le suivi des dossiers. Et ces instances, comme le rappelle Patricia Boucheny, «devraient bientôt être rassemblées dans les Maisons départementales du handicap, un GIP (Groupement d intérêt public) qui sera placé sous la responsabilité du président du Conseil général». D autre part, le CDCPH a communication du schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale et est informé de son état d avancement. Dans l Oise, ce schéma a trois objectifs, fixés par le Conseil général : tout d abord, posséder une évaluation des dispositifs existant André Lejarre / le bar Floréal dans le département en faveur des personnes handicapées. Ensuite, avoir un diagnostic des besoins en privilégiant une approche territoriale. Enfin, il est nécessaire de disposer de propositions d objectifs et d axes de développement afin d améliorer la prise en charge des personnes handicapées. Mais, pour l instant, les CDCPH en sont encore aux balbutiements, aux «prémisses» comme le précise Patricia Boucheny, qui ajoute : «on est dans les débuts du fonctionnement Mais ça fonctionne!» MARIE LÉON 18

19 > Du nord au sud SÉCURITÉ Les gendarmes, c est du solide Dans l Oise, c est le Conseil général qui assure les travaux de rénovation et d entretien de la plupart des casernes de la gendarmerie nationale. Un système bien rodé qui convient aux gendarmes, et offre un meilleur service aux habitants. D ix ans pour mener à bien les travaux de la caserne de Beauvais, un an et demi seulement pour ceux de Méru : pourquoi une telle différence? Le premier bâtiment est propriété de l État, le second du Département, lequel «agit beaucoup plus rapidement pour les constructions et reconstructions. La décision est plus réactive», indique Joseph Sanguinette, vice-président du Conseil général, en charge de l environnement et des bâtiments départementaux. Dans l Oise, «au grand bonheur des gendarmes», selon l un d eux, le Conseil général est propriétaire de la quasi-totalité des casernes : 38, et bientôt 39, des 44 casernes situées sur son territoire lui appartiennent (voir carte page suivante). Cet engagement est le fruit d une volonté politique de longue date qui considère qu il faut aider l État si l on veut «avoir une présence de la gendarmerie sur tout le territoire», explique-t-on à la direction des services techniques du Conseil général. Coup d accélérateur Pour une couverture encore plus efficace des besoins, et compte tenu du partage des tâches entre police nationale (en zone urbaine) et gendarmerie (en zone rurale), le lourd programme de reconstruction des casernes, lancé dans les années 1980, a connu une accélération depuis 2002 : 52 millions d euros ont été investis par le Conseil général, pour les douze derniers chantiers. Les travaux suivent un cahier des charges fourni par le ministère de la Défense ; une fois rempli, l État signe un bail et paie un loyer, pour chaque caserne. Le Département Hervé Dez / le bar Floréal L OISE COMPTE PLUS DE GENDARMES, LOGÉS AVEC LEURS FAMILLES DANS 44 GENDARMERIES. se charge, ensuite, de l entretien des bâtiments (pour un montant d environ euros par an). Au-delà des impératifs de sécurité, l objectif de ce vaste plan de modernisation est aussi de mieux regrouper les unités de la gendarmerie. Et d offrir aux familles des gendarmes une meilleure qualité de vie : «Ceux qui entrent dans de nouvelles casernes ont des conditions de confort au goût du jour, remarque Joseph Sanguinette. Les appartements sont désormais plus spacieux, T4 ou T5 au lieu de T2 et T3. Les familles sont toujours dans un environnement militaire, mais les propositions des architectes essaient de bien séparer la partie professionnelle de la partie habitation. Il faut une déconnexion entre les deux aires, sinon, ce n est pas marrant tous les jours.» ISABELLE FRIEDMANN >>> 19

20 > Du nord au sud Gendarmeries : quoi, quand, où? À qui appartiennent leurs locaux? Quels sont les travaux prévus, et où? Réponses. FORMERIE COURCELLES- LÈS-GISORS III SONGEONS LE COUAY - SAINT-GERMER CHAUMONT- EN-VEXIN GRANDVILLIERS MARSEILLE- EN-BEAUVAISIS 1 AUNEUIL CRÈVECŒUR- LE-GRAND MÉRU BEAUVAIS A NOAILLES I MOUY BRETEUIL SAINT-JUST- EN-CHAUSSÉE BRESLES 7 CIRES-LÈS-MELLO 9 ST-LEU- D ESSERENT Agglomérations Autoroutes CLERMONT MONTATAIRE 10 6 IV MAIGNELAY- MONTIGNY NOYON LAMEUVILLEROY CHOISY-AU-BAC ESTRÉES- II B SAINT-DENIS ATTICHY STATION D ÉPURATION DE CRÉPY-EN-VALOIS. UNE ÉTUDE A MONTRÉ LA NÉCESSITÉ DE SA MISE AUX NORMES. COMPIÈGNE CONSÉQUENCE ST-CRÉPIN- : DES TRAVAUX D UN MONTANT DE 5,5 MILLIONS D EUROS. AUX-BOIS Catenoy PONT-SAINTE- LACROIX-ST-OUEN LIANCOURT MAXENCE 5 CREIL BRENOUILLE SENLIS Routes départementales Routes nationales Réseau ferroviaire LASSIGNY RESSONS-SUR-MATZ VERBERIE RIBÉCOURT GUISCARD 8 CRÉPY-EN-VALOIS AESN C 1 I 20 CHAMBLY Casernes ayant récemment fait l objet de travaux de reconstruction Travaux de (re)construction en projet Travaux d extension Gendarmeries appartenant au Conseil général Gendarmeries appartenant à l État ou aux communes CHANTILLY «L engagement du Département permet une meilleure couverture du territoire, en fonction des statistiques de la délinquance et de la densité de la population.» JOSEPH SANGUINETTE, VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL, EN CHARGE DE L ENVIRONNEMENT ET DES BÂTIMENTS DÉPARTEMENTAUX D ORRY-LA-VILLE C BETZ NANTEUIL-LE-HAUDOUIN «Le Conseil général contribue à renforcer et moderniser la mission de service public de protection des biens et des personnes de la gendarmerie nationale.» ALAIN BLANCHARD VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL, CONSEILLER GÉNÉRAL DE MONTATAIRE, MAIRE DE SAINT-LEU-D ESSERENT

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires

Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Un Stage et après! c est : 800 stages trouvés en 2013. 115 entreprises partenaires Donnez-leur la chance de découvrir le monde de votre entreprise! Née en 2010, l association Un Stage et après! a pour but de permettre à tous les collégiens, sans distinction d aptitude d accéder à la

Plus en détail

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé.

Édito. Ce guide est conçu pour vous informer de toutes ces initiatives, vous orienter et vous aider en matière de handicap et de santé. é t n a S n o i La Miss p a c i d n a H & s n a é l r O d e i r de la mai Édito Depuis 2002, la mairie d Orléans s est dotée d un service «Mission Santé et Handicap» avec l objectif de prendre en compte

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Transformez. votre. expérience. en diplôme

Transformez. votre. expérience. en diplôme Transformez votre expérience en diplôme Muriel 34 ans Responsable pédagogique dans une association d éducation à l environnement Après 12 ans d exercice sans diplôme, Muriel est attirée par un nouveau

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Les cibles de ce dispositif sont les personnes de tous les âges ayant des objectifs de loisir, de santé.

Les cibles de ce dispositif sont les personnes de tous les âges ayant des objectifs de loisir, de santé. Janvier 2012 Le dispositif COACH ATHLE SANTE Fédération Française d Athlétisme Contexte Le dispositif COACH ATHLE SANTE a été lancé en septembre 2006 par la Fédération Française d Athlétisme dans le but

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION

DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION DOCUMENT DE TRAVAIL RELAIS DEPARTEMENTAUX JUNIOR ASSOCIATION Ce document de travail (provisoire) doit vous permettre de prendre connaissance de la définition et des modalités de fonctionnement d une Junior

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY UNE FORMATION PAR ALTERNANCE QUI MELE L APPRENTISSAGE D UN METIER DU BTP ET LA PRATIQUE DU RUGBY 1 Tout

Plus en détail

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB?

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? Accompagnement dans la création d un projet de développement. LE PROJET CLUB Analyser les points forts et points faibles Définir des axes d amélioration Décliner en actions

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale 2011 Le Crédit Agricole Franche-Comté, acteur majeur de l emploi local Présente sur l ensemble du territoire franc-comtois avec près

Plus en détail

La Région Centre accompagne les jeunes en Europe. Parcours d Europe. www.regioncentre.fr

La Région Centre accompagne les jeunes en Europe. Parcours d Europe. www.regioncentre.fr Parcours d EUROPE 2013-2014 La Région Centre accompagne les jeunes en Europe Parcours d Europe www.regioncentre.fr www.regioncentre.fr Parcours d EUROPE 2013-2014 De plus en plus de jeunes, lycéen(ne)s,

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE D ANIMATEUR TERRITORIAL SESSION 2013 EPREUVE Rédaction d une note à partir des éléments d un dossier

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

La Fondation Société Générale pour la solidarité

La Fondation Société Générale pour la solidarité La Fondation Société Générale pour la solidarité F O N D A T I O N P O U R L A S O L I D A R I T É La Fondation d entreprise Société Générale pour la Solidarité Elle intervient en faveur de l insertion

Plus en détail

La politique sportive municipale

La politique sportive municipale Quelques chiffres pour commencer : La politique sportive municipale La Ville consacre 7% de son budget aux Sports 22 salles de sports 7 stades - 20 terrains 1 piscine (Danielle Lesaffre) 150 agents municipaux

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

Club Qualité Apprentissage

Club Qualité Apprentissage Club Qualité Apprentissage DOSSIER DE PRESSE Lundi 16 juin 2003 Contact presse : Valérie Charrière-Villien Tél. 04 72 40 58 37 charriere@lyon.cci.fr SOMMAIRE Communiqué de presse 3 Le Club Qualité Apprentissage

Plus en détail

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France

Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Dossier de candidature Session «Jeunes» Ile-de-France Du lundi 23 mars au vendredi 27 mars 2015 École des officiers de la gendarmerie nationale Melun (Seine-et-Marne) L INHESJ L Institut national des hautes

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Qu est ce que le programme Athlètes et carrières?

Qu est ce que le programme Athlètes et carrières? Qu est ce que le programme Athlètes et carrières? C est un programme de recrutement adapté aux athlètes ayant vécu une activité sportive à haut niveau, quelle que soit la discipline pratiquée et s intéressant

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL

SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL Filles et Garçons Continuité Collège/Lycée Collège Marie Curie / Lycée Thibaut de Champagne Pratiquer le Football de la Sixième à la Terminale Lycée Thibaut de Champagne

Plus en détail

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004

SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives. 16 janvier 2004 SPORT EN PRISON Signature de conventions Administration pénitentiaire/ Fédérations sportives 16 janvier 2004 Contact oresse : Direction de l administration pénitentiaire - Martine Leguedey ( 0149 96 28

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours

Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014. Mission Apprentissage. Service Emploi - Concours Décembre 2014 RAPPORT ANNUEL 2014 Mission Apprentissage Service Emploi - Concours Rapport annuel 2014 Mission Apprentissage P a g e 1 PREAMBULE En 2013, 31 contrats d apprentissage ont été signés, contre

Plus en détail

édito sylvie VAndAmme Première Adjointe déléguée à l Avenir de l Enfant

édito sylvie VAndAmme Première Adjointe déléguée à l Avenir de l Enfant RYTHMES SCOLAIRES sommaire Edito Réforme des rythmes s à marquette : mode d emploi L agenda des petits les parcours «découvrir et s épanouir» en maternelle l agenda des grands les parcours «découvrir et

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Tous les partenaires du Forum pour l emploi sont heureux de vous accueillir sur leurs stands et vous souhaitent une bonne visite.

Tous les partenaires du Forum pour l emploi sont heureux de vous accueillir sur leurs stands et vous souhaitent une bonne visite. 1 Recherche d emploi ou d informations sur un métier Renseignements sur une formation interrogations sur son avenir professionnel Cette journée permet de : > Rencontrer des entreprises qui recrutent, >

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

3. Relations clientèle et solidarité

3. Relations clientèle et solidarité 3. Relations clientèle et solidarité Maintenir une proximité forte avec ses clients via un dispositif d accueil animé par plus de 6 000 conseillers, construire des partenariats de médiation sociale pour

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges

APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges APPEL A PROJETS 2015 Cahier des charges «Promouvoir l égalité des chances pour les enfants issus de milieux défavorisés» Territoires concernés : Actions menées en région Provence Alpes Côte d Azur (France)

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015

Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015 Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015 Contact Presse : Dolores TOUZIN Tél. : 03 86 60 61 04 / 03 86 60 55 56 d.touzin@nievre.cci.fr Chambre de Commerce et d Industrie de la Nièvre Place Carnot

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES

RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES RAPPORT N 11.523 CP CONSEIL LOCAL DE SECURITE ET DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE CONTRAT LOCAL DE SECURITE COMMUNE DE SURESNES ATTRIBUTION DE HUIT SUBVENTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D'UNE SUBVENTION D'INVESTISSEMENT

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU

CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU CHARTE POUR L ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU A L UNIVERSITE DE SAVOIE Soumis au C.E.V.U. réuni le mardi 30 octobre 2001 Préambule du contrat 1999-2002 de développement de l Université de Savoie, en

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise

Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise Présentation de l OL Fondation, fondation d entreprise Qu est ce qu une fondation? Une fondation est l acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident de l affectation irrévocable

Plus en détail

Le Conseil Régional de Lorraine

Le Conseil Régional de Lorraine Le Conseil Régional AUX PETITS SOINS Lycéens Apprentis Étudiants Toutes les aides prescrites pour la Rentrée 2013! édito Le Conseil Régional aux petits soins... Une Lorraine qui soigne sa jeunesse Lycéens,

Plus en détail

8 années LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR. 2ième année

8 années LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR. 2ième année LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR TENNIS CANADA CLUB OR CDT 8 années consécutives CLUB SPORTIF-TENNIS #1 au Québec pour une 2ième année 300 chemin du Golf, Île-des-Sœurs

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-07-02-23 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 2 juillet 2015 DCM N 15-07-02-23 Objet : Attribution de subvention au titre du dispositif

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail