le cancer de l intestin

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "le cancer de l intestin"

Transcription

1 le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française

2

3 Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer colorectal 2. La prévention primaire 3. Le programme de dépistage 3.1. Pourquoi le dépistage est-il utile? 3.2. A qui s adresse ce dépistage? 3.3. Une attitude différenciée en fonction des risques A. Les personnes ayant un risque moyen Le test Hemoccult B. Les personnes ayant un risque élevé ou très élevé La coloscopie totale 3.4. Les clés du succès du programme de dépistage 4. Le dépistage en pratique La procédure d invitation 4.2. D autres possibilités d entrer dans le programme de dépistage Le matériel mis à disposition du médecin 4.4. Quel est le rôle du médecin généraliste? 4.5. Concrètement, la réalisation du test Hemoccult La communication des résultats 4.7. Si le test est positif Si votre patient exprime des réticences Schéma fonctionnel 6. Le Centre communautaire de référence, son rôle Pour en savoir plus

4 4

5 Introduction Le cancer colorectal représente en Belgique quelque nouveaux cas par an; il s agit du cancer digestif le plus fréquent. Il arrive en troisième position chez l homme après le cancer de la prostate et celui du poumon et en deuxième position chez la femme après le cancer du sein. Il reste associé à une mortalité élevée (40 à 50 % des personnes atteintes décèdent endéans les 5 ans). Le nombre de nouveaux cas est faible avant 50 ans pour augmenter ensuite de façon rapide. L objectif du programme de dépistage proposé en Communauté française est de réduire la mortalité par la détection précoce de lésions cancéreuses. De plus, la détection et l exérèse des adénomes permettent d éviter le développement de cancers. La population cible est la population appartenant à la tranche d âge ans. Dans son rapport sur le dépistage, le Centre d expertise fédéral (KCE) fournit les bases scientifiques pour le mettre en place. Tous les guidelines recommandent d offrir le dépistage aux individus à risque moyen, c està-dire asymptomatiques et sans antécédents familiaux de cancer colorectal ou d antécédents personnels de pathologie rectale, à partir de l âge de 50 ans. Pour un tel dépistage de masse, le test de recherche de sang occulte dans les selles (test gfobt : Fecal Occult Blood Test) est retenu. 5 Les personnes présentant des symptômes ou ayant des antécédents personnels ou familiaux doivent quant à elles, faire l objet d un suivi spécifique.

6 L adhésion des partenaires ı Société Scientifique de Médecine Générale ı Les structures universitaires de médecine générale ı Société royale belge de gastro-entérologie ı Groupe Belge d oncologie digestive ı Société belge d endoscopie digestive ı Les mutualités ı La Direction générale de la santé ı SCPS - Question Santé asbl ı La Fondation Registre du cancer ı La Fondation contre le cancer ı Le Centre communautaire de référence pour le dépistage des cancers asbl L engagement des gastro-entérologues L ensemble de la profession, via ses organes de représentation, est officiellement en faveur du dépistage organisé : ı par Hemoccult, pour les sujets à risque moyen; ı par coloscopie pour les sujets à risque élevé et très élevé. 6

7 1. Le cancer colorectal Le cancer colorectal invasif est une maladie maligne qui atteint le colon et le rectum. La Fondation Registre du Cancer a enregistré en 2004, nouveaux cas de cancer en Belgique dont tumeurs (44,7 %) chez les hommes et tumeurs (55,3 %) chez les femmes. Parmi ces cas de cancer, il y avait nouveaux cas de cancer colorectal dont (54 %) chez les hommes et (46 %) chez les femmes. Le cancer colorectal représente donc 13 % de tous les cancers dans notre pays. Le risque de cancer colorectal commence à augmenter après l âge de 40 ans et de façon plus importante après l âge de ans. Ce risque double approximativement à chaque décade. Toutes les données publiées démontrent clairement que la grande majorité des cancers colorectaux surviennent entre 50 et 75 ans. Dans les données européennes concernant le cancer du colon, on peut constater une amélioration du taux de survie à 5 ans entre 1980 et Cette amélioration s explique essentiellement par les améliorations des techniques chirurgicales, les programmes de dépistage de masse n étant pas encore implantés ou trop récemment. 7

8 Taux de survie relative à 5 ans (cancer du colon) (%) (%) France Suisse Suède Italie Danemark Angleterre Estonie Pologne

9 2. La prévention primaire La prévention primaire vise à diminuer l incidence du cancer colorectal. Pour cela, il est utile de sensibiliser le public aux comportements permettant d éviter le développement des cancers. Il existe des certitudes scientifiques aboutissant à des recommandations alimentaires et d hygiène de vie : la consommation de fruits et de légumes, la lutte contre la surcharge pondérale et l obésité, la pratique d une activité physique régulière. Des données épidémiologiques permettent d estimer une réduction de 20 % du risque de cancer colorectal par la consommation élevée de légumes. De nombreuses études établissent le rôle protecteur de la consommation de légumes et de l activité physique tandis qu elles mettent en évidence le rôle délétère d un apport calorique excessif. La consommation de viandes rouges et de charcuteries augmente aussi le risque relatif (RR) de développer un cancer colorectal (Norat. Int. J. Cancer, 2002, 98, ). La consommation de fruits et légumes, la pratique d une activité physique régulière et la lutte contre la surcharge pondérale apportent un bénéfice en terme de prévention pour de multiples affections. Ces notions sont largement diffusées y compris pour les plus jeunes par le biais du Plan de promotion des attitudes saines en matière d alimentation et d exercice physique pour les enfants et adolescents de Belgique ( mais doivent continuer à rester une priorité auprès de tous les publics. 9

10 3. Le programme de dépistage 3.1. Pourquoi le dépistage est-il utile? Pour deux raisons... ı La première est que le dépistage permet de diagnostiquer précocement une lésion cancéreuse permettant ainsi un traitement précoce et une amélioration de l espérance de vie. ı La deuxième est l histoire naturelle d un grand nombre de cancers colorectaux : la séquence des adénomes se transformant en cancer est en effet largement démontrée. Sur 1000 adénomes, une centaine d entre eux vont atteindre la taille critique d 1 cm; 25 d entre eux vont évoluer en cancer et ce sur une période d une dizaine d années (entre 5 et 15 ans). Quand ces adénomes sont enlevés (essentiellement par endoscopie), la séquence est donc interrompue et on évite le cancer. Le cancer colorectal est curable s il est détecté à temps. Pour des lésions non invasives (ne dépassant pas la sousmuqueuse), la survie à 5 ans approche les 90 % pour les cancers du colon et 80 % pour les cancers du rectum A qui s adresse le dépistage? Le programme de dépistage en Communauté française s adresse aux personnes de 50 à 74 ans. Ces limites d âge se basent sur les études épidémiologiques qui démontrent une nette augmentation de l incidence après 50 ans. Le risque de développer ce cancer existe bien sûr après 74 ans, mais les personnes qui n ont pas développé la lésion à cet âge en souffriront seulement dans 5 à 10 ans, soit au-delà de 80 ans. Compte

11 tenu de la courbe de survie actuelle, ces personnes auront pu décéder pour une autre cause. Le médecin peut évidemment continuer à proposer un dépistage à titre individuel, mais ce dernier ne sera plus inclus dans le Programme mis en place par la Communauté française. La population cible des hommes et des femmes de 50 à 74 ans est de ± en Région wallonne auxquelles il faudra ajouter les francophones de la Région de Bruxelles Capitale, ± Le dépistage chez nos voisins La Communauté flamande prépare actuellement le lancement d un programme de dépistage basé sur la recherche de sang occulte dans les selles au moyen d un test immunologique (ifobt), en réalisant des projets pilotes limités à certaines régions, avant la généralisation à l ensemble de la Communauté. En France, depuis plusieurs années, des programmes basés sur le modèle qui sera proposé, ont été menés à l échelle d un grand nombre de départements. Depuis peu, ces programmes sont généralisés à l ensemble du territoire Une attitude différenciée en fonction des risques Le programme de dépistage en Communauté française propose une attitude différenciée en fonction des risques. Le risque cumulatif (RC) de développer un cancer colorectal entre 50 et 74 ans est de 3,5 %. Ce risque est qualifié de moyen. A. Les personnes ayant un risque moyen Elles constituent le groupe cible pour le dépistage de masse par recherche de sang occulte dans les selles. 11 Le dépistage se fait en deux temps : ı 1 er temps : la recherche de sang occulte dans les selles par le test

12 Hemoccult II. Ce test permet une première sélection et non un diagnostic. Il permet d identifier les individus pour lesquels la coloscopie est recommandée. ı 2 e temps : pour les personnes ayant un résultat positif au test Hemoccult II, une coloscopie totale est nécessaire. Le test Hemoccult A ce jour, cette méthode de dépistage de masse a démontré son efficacité avec une réduction significative de la mortalité par cancer colorectal dans trois études européennes prospectives (Acta gastroenterol. bel., 2005, 68, Gastroenterology, 2004, 126, ). Dans le cadre du programme de dépistage mené en France, le test Hemoccult II a ı une spécificité 1 d environ 98 %; ı une valeur prédictive positive 2 de 10 % pour un cancer et de 30 % pour un adénome; ı la sensibilité 3 pour un adénome dépend de la taille de celui-ci : environ 20 % pour un adénome dont le diamètre est de 1 à 2 cm, entre 30 et 75 % pour un adénome de plus de 2cm. La sensibilité est donc faible, mais acceptable vu l histoire naturelle des adénomes si le test est répété à intervalles réguliers (tous les 2 ans). 12 Dans le cadre d un programme de dépistage, les avantages du test Hemoccult II par rapport à la coloscopie sont : ı son acceptabilité par la population. En Bavière, où la coloscopie est proposée d emblée à toute la population, la participation au dépistage est à peine de 6 %; 1 Spécificité : capacité d un test de dépistage ou d un test diagnostique à donner un résultat négatif lorsque la maladie (ou la condition) n est pas présente. 2 Valeur prédictive positive : probabilité que la condition soit présente lorsque le test est positif. 3 Sensibilité : capacité d un test ou d un examen à donner un résultat positif lorsque la maladie (ou la condition) est présente.

13 ı son inocuité; ı son faible coût. En ce qui concerne le test immunologique (Hemoccult Sensa) ou le test immunochimique par hémagglutination (HemeSelect), ils ne sont pas encore validés dans le cadre d un dépistage de masse. De plus, ces tests amènent un nombre plus important de faux positifs (et donc plus de coloscopies inutiles). B. Les personnes ayant un risque élevé ou très élevé Le suivi de ces personnes doit se faire d une façon individuelle et spécifique. Le dépistage doit se faire par coloscopie totale. La coloscopie totale ı Elle permet l inspection de la totalité du colon après préparation colique; ı Elle a une sensibilité > 90 % (cancers et adénomes avancés); ı Elle permet des biopsies et la résection des adénomes; ı Elle réduit l incidence de plus de 90 %; Malgré sa très grande sensibilité, la coloscopie totale ne convient pas pour le dépistage de masse, entre autres à cause de sa mauvaise acceptabilité : pour rappel, en Bavière, où la coloscopie est proposée d emblée à toute la population, la participation au dépistage est à peine de 6 %. La coloscopie est donc réservée aux personnes ayant un risque élevé, voire très élevé et aux personnes ayant un test Hemoccult positif. En ce qui concerne la coloscopie virtuelle, dans les conditions actuelles, elle n est pas encore validée scientifiquement et de plus, elle ne permet pas l exérèse d adénomes ou la biopsie de lésions. Dans le cas où des lésions sont détectées lors de la coloscopie virtuelle, il faut de toute manière réaliser une coloscopie totale classique. 13

14 Qui est concerné par le «risque élevé»? Toute personne : ı ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal : dont un des parents du 1 er degré a souffert d un cancer colorectal avant l âge de 45 ans (risque cumulatif de 13 %), entre 45 et 60 ans (risque cumulatif de 8 %), après 60 ans (risque cumulatif de 5 %) ou dont 2 parents du 1 er degré ont souffert d un cancer colorectal (risque cumulatif de 21 %) ı ou ayant des antécédents personnels d adénomes ou de cancer colorectal (risque cumulatif de 18 %) ı ou ayant souffert d une maladie inflammatoire du colon : maladie de Crohn, rectocolite ulcéro-hémorragique (risque cumulatif de 20 à 30 %). Qui est concerné par le «risque très élevé»? Toute personne souffrant du syndrome de Lynch (ou cancer colorectal héréditaire non polyposique - HNPCC) ou d une polypose adénomateuse familiale (risque cumulatif de 100 %, concerne 1 % des cancers colorectaux). Quelle est la répartition des niveaux de risque dans la population générale? 14

15 Pour rappel, le dépistage par Hemoccult n est : ı Jamais indiqué en cas de symptômes digestifs (rectorragies, modification du transit, diarrhées, douleurs abdominales, anémie, perte pondérale...) ı Pas indiqué pour les groupes à risque élevé et très élevé Engagement des gastro-entérologues concernant les critères de qualité de la coloscopie ı Préparation optimale ı Confort pour le patient : douleur (sédation) ı Coloscopie complète ı Possibilité de réaliser une polypectomie d emblée si présence d un adénome ı Réalisation de la coloscopie dans une structure adaptée ı Audit des procédures endoscopiques et anapathologiques Les clés du succès du programme de dépistage Pour que l on puisse constater un effet mesurable du dépistage sur la mortalité dans la population, il faudra atteindre un taux de participation au programme de 50 % et répéter le test tous les deux ans. Population testée Test Hemoccult Coloscopie totale positif si test positif + de 50 % 1 à 2 % + de 80 % (100 %) Médecin généraliste Lecture centralisée Gastro-entérologue 15

16 4. Le dépistage du cancer colorectal en pratique... Le médecin généraliste est la pierre angulaire du dépistage du cancer colorectal. Le Programme mis en place par la Communauté française soutient le médecin dans sa mission préventive La procédure d invitation Toutes les personnes de 50 à 74 ans reçoivent une lettre personnalisée les invitant à consulter leur médecin généraliste afin de bénéficier du dépistage. Dans le cadre de la consultation, le médecin identifiera le dépistage le plus adéquat en fonction de leur niveau de risque. Dans le cadre de cette consultation, les personnes recevront toutes les informations utiles ainsi que le matériel pour réaliser le test de recherche de sang occulte dans les selles. C est donc au médecin généraliste : ı d informer les personnes qui le consulteront; ı de déterminer le dépistage adapté en fonction du risque; ı de remettre le test Hemoccult en cas de risque moyen et d assurer le suivi de la prise en charge en cas de résultat positif; ı en cas de risque élevé ou très élevé, de remettre une demande de coloscopie. 16 L invitation est envoyée par le Centre communautaire de référence pour le dépistage des cancers (CCR). L invitation parviendra durant le mois de l anniversaire de la personne, l année paire si le jour de naissance est impair ou l année impaire si le jour de naissance est pair. Pour ceux qui ont fait le test une première fois, l invitation suivante leur parviendra deux ans après la réalisation du test précédent s il était négatif.

17 L invitation reçue par la personne se compose de : ı une lettre, ı un dépliant d information sur le dépistage, ı un questionnaire médical servant à déterminer le risque et donc le type de dépistage à réaliser (ce questionnaire est à compléter par le patient et le médecin). La partie concernant l autorisation pour l enregistrement et le traitement de données est à signer par le patient, ı un feuillet d étiquettes code-barres permettant l identification de la personne D autres possibilités d entrer dans le programme de dépistage... ı Le médecin peut proposer lui-même à ses patients âgés de 50 à 74 ans d entrer dans le programme de dépistage, même si ceux-ci n ont pas encore reçu l invitation. ı Toute personne de 50 à 74 ans peut entrer dans le programme de dépistage en allant consulter son médecin généraliste de sa propre initiative, même si elle n a pas encore reçu l invitation Le matériel mis à disposition du médecin Il y a deux sortes de kits : le kit pour la population ciblée par le dépistage par la recherche de sang occulte (risque moyen) et le kit «demande de coloscopie» (risque élevé, voire très élevé). Dans le kit destiné aux personnes à risque moyen «Test Hemoccult» vous trouverez : ı un questionnaire médical vierge (au cas où votre patient n en aurait pas), ı une enveloppe pré-adressée avec «Port payé par le destinataire» 17 à remettre au patient pour renvoyer le test Hemoccult et le questionnaire, ı le feuillet reprenant des étiquettes code-barres,

18 ı le dépliant informatif pour le patient pour réaliser le test, ı le test Hemoccult lui-même. Dans le kit destiné aux personnes à risque élevé ou très élevé «Demande de coloscopie», vous trouverez : ı un questionnaire médical vierge, ı un feuillet reprenant des étiquettes code-barres, ı le dépliant informatif destiné au patient et expliquant comment réaliser le test, ı une demande de coloscopie : 3 feuilles autocopiantes à remettre au patient (un exemplaire sera destiné au gastro-entérologue, un au Centre de référence et un vous sera renvoyé par le gastroentérologue avec le résultat de la coloscopie), ı deux enveloppes pré-adressées avec «Port payé par le destinataire» : l une pour renvoyer le questionnaire médical au Centre de référence, l autre pour permettre au gastro-entérologue de renvoyer le feuillet autocopiant complété au Centre de référence. Vous avez utilisé l ensemble des kits mis à votre disposition? Vous souhaitez en obtenir à nouveau. Pas de problème, vous avez trois possibilités pour les commander : ı via le n de téléphone : 010/ (9h-16h) ı via le n de fax : 010/ ı par Vous les recevrez dans un délai de 5 jours Quel est le rôle du médecin généraliste? 1.Informer quant au programme de dépistage, répondre aux questions et réticences éventuelles du patient. 2.Analyser et/ou compléter le questionnaire pour déterminer le risque du patient et choisir le type de dépistage.

19 Dans le cas où le patient est déjà suivi par un gastroentérologue et/ou a déjà subi une coloscopie dans les 5 ans qui précèdent, celui-ci ne doit pas réaliser de test mais simplement renvoyer le questionnaire complété pour être invité à nouveau 5 ans après la coloscopie totale. 3.En cas de risque élevé, prescrire une coloscopie totale et renvoyer (ou demander au patient de renvoyer) le questionnaire complété comprenant également l autorisation d enregistrement des données, signée par le patient (via une des deux enveloppes pré-adressées avec «Port payé par le destinataire»). 4.Pour la population cible du dépistage par recherche de sang occulte (risque moyen) : inviter à réaliser le test et donner les explications nécessaires, fournir le test Hemoccult (une étiquette code-barres doit être collée sur chacune des trois plaquettes Hemoccult ), placer le questionnaire dans l enveloppe pré-adressée. Lorsqu une personne vous consulte, quelle que soit la raison de sa venue, il est utile d introduire la notion de dépistage. Si vous sentez qu elle a des réticences, il est important de lui réserver un temps spécifique pour un entretien motivationnel lors d une autre consultation Concrètement, la réalisation du test Hemoccult... Pour réaliser le test, la personne doit prélever 2 échantillons d une même selle lors de 3 selles consécutives. Il n y aucune restriction alimentaire ou autres dans les jours qui précèdent le test, l objectif étant que, pour le patient, le test soit le plus simple possible à réaliser. Le patient doit mettre les 3 plaquettes dans la pochette verte Hemoccult, glisser celle-ci et le questionnaire dans l enveloppe préadressée, puis poster l enveloppe fermée sans l affranchir. 19

20 4.6. La communication des résultats Le médecin recevra les résultats de tous ses patients ayant fait le test Hemoccult, que le test soit positif ou négatif. Il les recevra dans un délai de 5 jours ouvrables. En cas de test positif, le Centre de référence joindra un formulaire standardisé de prescription de coloscopie. De plus, dans le cas où le test est positif, le Centre de référence enverra quelques jours plus tard un courrier au patient l invitant à prendre contact avec son médecin généraliste pour recevoir les résultats de son test. Le programme prévoit que le patient peut obtenir les résultats de son test auprès de son médecin généraliste, dans un délai de 10 jours après qu il ait posté son test Si le test est positif... En cas de test positif, le médecin informe son patient et prescrit une visite auprès du gastro-entérologue de son choix pour une coloscopie totale (sauf contre-indication évaluée par le gastro-entérologue lors de la consultation) via la demande de coloscopie fournie par le Centre de référence (document comprenant 3 feuilles autocopiantes). 20 Une fois la coloscopie réalisée, le gastro-entérologue transmet le résultat au médecin généraliste et au Centre de référence. En cas de non réponse dans un délai de 2 mois, le Centre de référence envoie un rappel au médecin généraliste. Il est primordial que les tests positifs soient suivis d une coloscopie totale.

21 4.8. Si votre patient exprime des réticences... N hésitez pas à négocier avec lui les différentes possibilités de dépistage. ı Pour une personne refusant de faire d emblée une coloscopie en cas de risque élevé : il sera quand même utile dans un premier temps de lui faire réaliser un dépistage par Hemoccult même si, dans sa situation, ce n est pas le test préconisé par le programme. ı Pour une personne n ayant pas confiance dans le test Hemoccult et souhaitant faire d emblée la coloscopie... vous pouvez rappeler les difficultés et risques inhérents à la coloscopie. Si la personne souhaite la coloscopie malgré tout, il est préférable qu elle bénéficie de cet examen. ı Pour une personne ayant un test Hemoccult positif et qui se dit réticente à faire la coloscopie : informez-la clairement sur la coloscopie, écoutez ses peurs et réticences et attirez l attention du gastro-entérologue pour en faire un examen le moins pénible possible (sédation). 21

22 5. Schéma fonctionnel BCSS ans CCR Invitations + questionnaire oui 1 Refus motivé non La personne veut participer? Visite spontanée Kit «demande de coloscopie» Questionnaire Demande de coloscopie GE oui MG visite/ sélection 2 3 Personne à risque? non Kit «Hemoccult» Remise des tests gaïac Réalisation des tests gaïac et envoi au CCR avec questionnaire 4 non 5 Tout complet? 7 22

23 du programme BCSS (Banque Carrefour de Sécurité sociale) : population éligible Gestion mensuelle des invitations par le Centre communautaire de Référence (CCR) 1) renvoi éventuel des motifs de non participation au CCR via le questionnaire 2) Sélection personne à risque et renvoi des motifs au CCR via le questionnaire et l enveloppe PP Remise d une demande de coloscopie pour le GE et 1 enveloppe PP (CCR) 3) Remise des tests gaïac, le questionnaire complété, et une enveloppe PP pour le renvoi postal vers le CCR 4) chaque pochette pour le renvoi des plaquettes devra être identifiée par une vignette de mutuelle ou des étiquettes pré-imprimées sur le questionnaire 5) tests incomplets ou illisibles, questionnaire incomplet ou manquant : retour pour suivi chez le MG 6) envoi du résultat ( ou +) au MG, maximum 5 jours ouvrables après réception du test au CCR, accompagné d une demande de coloscopie pour le GE et 1 enveloppe PP (CCR) si cas+ 7) ré-invitation après 2 ans Pour les cas «positifs», envoi d un courrier directement à la personne, 5 jours ouvrables après l envoi du résultat au MG 8) rappel au MG concernant les résultats des examens complémentaires non reçus, 2 mois après l envoi du résultat au MG, ou après sélection personne à risque 9) retour échéancier invitations après 5 ans 10) suivi coloscopie positive. 6 8 non oui Lectures des tests Test - Test + Envoi du résultat au MG (+ demande coloscopie GE si +) Envoi d un courrier à la personne (5j.) Résultats coloscopie oui 9 Résultat final - Résultat final oui traitement

24 6. Le Centre communautaire de référence, son rôle... Le Centre de référence assure : ı l envoi des invitations, ı la lecture des tests : il est important que la lecture soit centralisée pour diminuer le nombre de faux positifs - faux négatifs, ı l encodage des questionnaires, ı l enregistrement des résultats dans un logiciel spécifique, ı l envoi des résultats au médecin généraliste référent dans les 5 jours ouvrables. En cas de test positif (estimé à 2-3 %), le Centre de référence assure : ı l envoi, dans les 5 jours ouvrables, du résultat au médecin généraliste accompagné de la demande de coloscopie; ı l envoi (dans les 10 jours) d une lettre à la personne concernée l invitant à prendre contact avec son médecin généraliste. En cas de test négatif, le Centre de référence assure : ı l envoi du résultat au médecin généraliste référent dans les 5 jours ouvrables, ı aucun courrier n est envoyé au patient, ı la personne sera réinvitée 2 ans plus tard. 24 Le Centre de référence assure l évaluation du dépistage : ı enregistrement du nombre de personnes invitées, exclusions, tests réalisés, tests positifs, coloscopies réalisées, adénomes et cancers détectés... ı rétro-information vers les médecins généralistes et les gastroentérologues. Si vous avez des questions, n hésitez pas à contacter le Centre communautaire de référence au 010/

25 7. Pour en savoir plus... : site internet du programme de dépistage du cancer colorectal : site internet du Centre communautaire de référence pour le dépistage des cancers : site internet de la Direction générale de la santé : site internet du Service communautaire de promotion de la santé - Question Santé (outils de communication) : site internet de la Société Scientifique de Médecine Générale Document de référence : Health Technology Assessment «Dépistage : connaissances scientifiques actuelles et impact budgétaire pour la Belgique» KCE reports vol.45b, Centre fédéral d expertise des soins de santé,

26 Merci pour votre collaboration indispensable à la réussite de ce programme de santé publique 26 Vous avez utilisé l ensemble des kits mis à votre disposition? Vous souhaitez en obtenir à nouveau. Pas de problème, vous avez trois possibilités pour les commander : ı via le n de téléphone : 010/ (9h-16h) ı via le n de fax : 010/ ı par Vous les recevrez dans un délai de 5 jours.

27

28 Cette brochure a été réalisée par le SCPS - Question Santé asbl dans le cadre du programme de dépistage organisé par la Communauté française. Partenaires : Société Scientifique de Médecine Générale, Services universitaires de médecine générale, Société royale belge de gastro-entérologie, Groupe belge d oncologie digestive, Société belge d endoscopie digestive, les mutualités, Fondation Registre du cancer, Fondation contre le cancer, Centre communautaire de référence asbl Éditeur responsable : Patrick Trefois, 72 rue du Viaduc, 1050 Bruxelles. Dépôt légal D/2008/3543/23 Réalisation : SCPS Question Santé asbl Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers avec le soutien de la Communauté française

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Règlement du REINTEGRATION AWARD 2015

Règlement du REINTEGRATION AWARD 2015 Règlement du REINTEGRATION AWARD 2015 Article 1 Description et objectifs Description : Le Reintegration Award est organisé dans le but de soutenir des projets favorisant l intégration des personnes souffrant

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/013 DÉLIBÉRATION N 09/011 DU 3 FÉVRIER 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

Formation de base. Intérim 2013. Folder d information pour des membres de Federgon

Formation de base. Intérim 2013. Folder d information pour des membres de Federgon Formation de base Intérim 2013 Folder d information pour des membres de Federgon Cher/Chère responsable des formations, Dans un secteur dynamique tel que le nôtre, où l humain est au centre, il est indispensable

Plus en détail

Le dépistage de masse du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal Le dépistage de masse du cancer colorectal M. YCHOU C.R.L.C. Val d Aurelle CHU Monpellier Mortalité par cancer colorectal par région 36000 nouveaux cas 17000 décès annuels Hommes Femmes Conditions optimales

Plus en détail

Parce que les rêves sont faits de choses extraordinaires réalisées par des gens ordinaires.

Parce que les rêves sont faits de choses extraordinaires réalisées par des gens ordinaires. Parce que les rêves sont faits de choses extraordinaires réalisées par des gens ordinaires. Children & Dreams : une rencontre, une idée, un rêve Une rencontre : Wolfgang Reip, lauréat de la Nissan GT Academy

Plus en détail

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse Après Paris, Lyon, Marseille et Reims : Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse marché couvert Prévention du cancer colorectal : dépistage et diététique Contact : Dr Anne Bataillard 04 74 45

Plus en détail

Association Française Des Intolérants Au Gluten. Guide de remboursement des produits sans gluten

Association Française Des Intolérants Au Gluten. Guide de remboursement des produits sans gluten Association Française Des Intolérants Au Gluten Guide de remboursement des produits sans gluten Édition 2011 2 PRÉAMBULE Le ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées a modifié,

Plus en détail

CÔLON TOUR - Bilan. Ce bilan a pu être établi grâce au questionnaire distribué à chaque visiteur. Nombre de visiteurs : 127

CÔLON TOUR - Bilan. Ce bilan a pu être établi grâce au questionnaire distribué à chaque visiteur. Nombre de visiteurs : 127 CÔLON TOUR - Bilan Ville : CANNES (Mairie de Cannes) Date : Vendredi 9 Mars 2012 Horaires : 10H - 18H Structures nationales organisatrices : Société Française d Endoscopie Digestive Fondation ARCAD La

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Programme de stages professionnels en Europe Leonardo da Vinci

Programme de stages professionnels en Europe Leonardo da Vinci Guide pour les candidats Programme de stages professionnels en Europe Leonardo da Vinci Le programme de stages Leonardo da Vinci est subventionné par le Programme pour l éducation et la formation tout

Plus en détail

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures Plan National «BIEN-VIEILLIR» 2007-2009 Commission économique pour l Europe: Groupe de travail sur le vieillissement 1ère réunion - Genève 1er décembre 2008 Dr. Anne-Marie TAHRAT, Chargée de mission Direction

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE 1 Après le lancement en mai 2009 des éco collèges, il a semblé naturel d introduire dans l édition 2011 une nouvelle catégorie : les collèges. Le Trophée IDEES Junior vise à favoriser et à promouvoir les

Plus en détail

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI

XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI XI. Attribution des places aux élèves par la CIRI 1. Classement des élèves Alors que chaque établissement ne connait que les élèves pour lesquels elle constitue la 1 ère préférence, la CIRI traite, pour

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés Formation 3 jours Siège : 261 rue de Paris - 93556 MONTREUIL cedex CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Formation Refresh. Intérim. Folder d information automne 2013

Formation Refresh. Intérim. Folder d information automne 2013 Formation Refresh Intérim In Folder d information automne 2013 Cher/Chère responsable des formations, Dans un secteur dynamique tel que le nôtre, où l humain est au centre, il est indispensable d investir

Plus en détail

Le dépistage du cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal Document réalisé par le Service Communautaire en Promotion Santé «SIPES» Service d Information Promotion Education Santé Ecole de Santé Publique, Université Libre de Bruxelles Mars 2009 Avec le soutien

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Assemblée générale du 4 avril 2013. Questions-réponses pour les actionnaires

Assemblée générale du 4 avril 2013. Questions-réponses pour les actionnaires Assemblée générale du 4 avril 2013 Questions-réponses pour les actionnaires 1. Quelles publications seront mises à la disposition des actionnaires?... 2 2. Comment puis-je commander/annuler une publication?...

Plus en détail

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE 1 MISE EN CONTEXTE La Corporation des fêtes du 200 e de Drummondville

Plus en détail

Formulaire de candidature Prix Land for Life

Formulaire de candidature Prix Land for Life Formulaire de candidature Prix Land for Life Date limite de dépôt des candidatures : 15 mars 2014 Le Prix Land for Life récompense les meilleures réalisations dans le domaine de la gestion durable des

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007

Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s. Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Note sur la simplification des démarches administratives des étudiant-e-s Présentée au Conseil Fédéral de la FEF du 27/11/2007 Tables des matières 1 Introduction...3 2 Ethique et protection de la vie privée...3

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

Il peut être très difficile de composer avec la constipation.

Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Qu est-ce que la constipation? La nourriture que nous mangeons traverse l appareil digestif afin d alimenter notre organisme, notre esprit

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Vous trouverez, dans ce dépliant, une information sur la convention AERAS, révisée au 2 septembre 2015, qui permet

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer»

Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Appel à projets 2013 Projets libres de Recherche «Biologie et Sciences du Cancer» Action 5.3 Attention sélection des projets en deux étapes : 1. Lettre d intention : 29 octobre 2012 2. Dossier présélectionné

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main

Programme contre le diabète. Aidez vos employés à prendre leur santé en main Aidez vos employés à prendre leur santé en main Programme contre le diabète CibleSANTÉ Financière Sun Life Si la tendance se maintient, un Canadien sur trois sera diabétique ou prédiabétique d ici 2020

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. avec la Faculté Libre des Sciences Economiques et de Gestion de Lille, représentée par son responsable pédagogique signataire.

CONVENTION DE STAGE. avec la Faculté Libre des Sciences Economiques et de Gestion de Lille, représentée par son responsable pédagogique signataire. CONVENTION DE STAGE Article 1. Parties contractantes La présente convention règle les rapports de l Entreprise : Raison sociale : Tél : Adresse : Code postal : Ville : Représentée par : Nom : Prénom :

Plus en détail

Paris, le 18/11/2010. Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/

Paris, le 18/11/2010. Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 18/11/2010 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SG/MP/ Objet : délivrance des formules numérotées de reçus-dons et justification

Plus en détail

Aide aux projets innovants Financement d Ingénieur [Notice explicative 2016]

Aide aux projets innovants Financement d Ingénieur [Notice explicative 2016] Aide aux projets innovants Financement d Ingénieur [Notice explicative 2016] Critères d éligibilité communs à toutes les aides individuelles Equipe d accueil Une équipe d accueil doit être labellisée par

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant :

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant : FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Vous êtes perdu? Pour des questions relatives à votre formalité : type de formalité à accomplir, difficulté de compréhension ou besoin de précision au cours du dialogue

Plus en détail

Règlements des études

Règlements des études Règlements des études 1 TABLE DES MATIÈRES 1. LA FORMULE D ÉTUDE À DISTANCE... 3 2. LES ACTIVITÉS D APPRENTISSAGE... 3 3. ADMISSION ET INSCRIPTION... 3 4. PÉRIODES D ADMISSION ET D INSCRIPTION... 3 5.

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

GUIDE GUIDE POUR OBTENIR UN TEST ONCOTYPE DX

GUIDE GUIDE POUR OBTENIR UN TEST ONCOTYPE DX ÉTAPE PAR ÉTAPE GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE GUIDE POUR OBTENIR UN TEST ONCOTYPE DX ONCOTYPE DX EST UN TEST POUVANT AIDER À DÉTERMINER SI LES PATIENTES ATTEINTES D UN CANCER DU SEIN POURRAIENT BÉNÉFICIER D UNE

Plus en détail

Technologue de laboratoire médical

Technologue de laboratoire médical Technologue de laboratoire médical Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le technologue de laboratoire médical au sens de la loi...

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/105 DÉLIBÉRATION N 11/063 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LE CENTRE COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016

Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016 Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016 Les Contrôles de Service Fait 2014 La clôture de fin de gestion pour la période de crédits 2007 2013. Finalisation des CSF avec phase contradictoire

Plus en détail

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Dossier de Presse MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Promoteurs : - Les Etablissements de soins, professionnels de santé - L ADPS 51, département

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

Espace Client. Manuel d'utilisation

Espace Client. Manuel d'utilisation Espace Client Manuel d'utilisation Sommaire Connexion et navigation générale 3 1ère Connexion 4 Oubli de mot de passe 7 Connexion 9 Menus de navigation 10 Entête & pied de page 11 Personnalisation du mot

Plus en détail

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB Introduction Le présent document a pour but d aider les entreprises qui désirent procéder à un appel d offres, sur invitation, pour la réalisation d un site web.

Plus en détail

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge Preventie en screening binnen het Kankerplan Anne Vandenbroucke Guido Van Hal Action 2 : dépistage et accompagnement des personnes à risque

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Comment l obtenir? s agit-il? du logo PNNS. renouveler? attribution. Procédure. Procédure. Comment. De quoi. De quoi s agit-il? De quoi s agit-il?

Comment l obtenir? s agit-il? du logo PNNS. renouveler? attribution. Procédure. Procédure. Comment. De quoi. De quoi s agit-il? De quoi s agit-il? De quoi Procédure s agit-il? Comment renouveler Comment l obtenir? attribution du logo PNNS De quoi s agit-il? 250-08588-DE Procédure Sur quels documents s appuyer? Comment l obtenir? De quoi s agit-il?

Plus en détail

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES A l occasion de l exercice de sa profession, le médecin est soumis aux obligations définies par la loi,

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Fondation d entreprise Théa

Fondation d entreprise Théa CHARTE - Agir avec la Fondation d entreprise Théa - La Fondation d'entreprise Théa La Fondation d'entreprise Théa a pour but de promouvoir ou aider, en France et à l'étranger, des initiatives d'intérêt

Plus en détail

Politique de prévention des maladies

Politique de prévention des maladies Politique de prévention des maladies Garderie Tout-en-Jeux Les garderies constituent un milieu où la transmission des micro-organismes est particulièrement facile. Il est donc indispensable d appliquer

Plus en détail

Administré par Universités Canada. Ville Province Code postal

Administré par Universités Canada. Ville Province Code postal 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT 1 Administré par Universités Canada M. M me Prénom Adresse permanente N o et rue App. Ville Province Code postal Téléphone Courriel* * Obligatoire : Universités Canada

Plus en détail

Manuel administratif Assurance groupe. Manuel administratif Assurance groupe

Manuel administratif Assurance groupe. Manuel administratif Assurance groupe Sommaire 1 Quels documents recevez-vous lors de l entrée en vigueur de l assurance groupe?... 3 2 Quelles sont les possibilités offertes par KBC-Online?... 4 2.1 Possibilités dont dispose l employeur...

Plus en détail

Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses

Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick Questions et réponses 1) Qu est-ce que la Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick? La Semaine du mieux-être du Nouveau-Brunswick a été proclamée afin de nous

Plus en détail

- Aux Chefs des établissements d enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles ;

- Aux Chefs des établissements d enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles ; Circulaire n 5206 du 17/03/2015 Membres du personnel de maîtrise, gens de métier et de service des établissements d enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles Extension de charge Réseaux

Plus en détail

Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations!

Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations! Newsletter BNI Bonjour à tous, Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations! Comment et pourquoi recommander? (Page 1) L objectif de cet outil est de tirer un maximum

Plus en détail

DÉMARCHE CONCERNANT LES DEMANDES D EXPÉRIMENTATION À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL

DÉMARCHE CONCERNANT LES DEMANDES D EXPÉRIMENTATION À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL Bureau de la direction générale adjointe à la gestion des services éducatifs et de l organisation scolaire DÉMARCHE CONCERNANT LES DEMANDES D EXPÉRIMENTATION À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL Responsable

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

LA FAMEUSE ABF!!! -------------------------------------------------------------------------------------------

LA FAMEUSE ABF!!! ------------------------------------------------------------------------------------------- LA FAMEUSE ABF!!! Pièce maîtresse de vos activités de vente, la fameuse analyse des besoins financiers (ABF) questionne amplement la grande majorité d entre vous. Est-elle toujours obligatoire? Que doit-elle

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Mode d emploi Module de pré-encodage en ligne

Mode d emploi Module de pré-encodage en ligne Mode d emploi Module de pré-encodage en ligne Afin de vous faciliter l étape du pré-encodage, voici un mode d emploi détaillé de chaque étape. Si vous souhaitez vous rendre directement à une étape spécifique,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Préambule Les présentes conditions générales de vente disponibles sur le site simmerstore.com traitent de la vente de produits par SIMMERSTORE à l exclusion des produits et

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

Bruxelles, carrefour de la francophonie

Bruxelles, carrefour de la francophonie Bruxelles, carrefour de la francophonie Appel à projets Promotion de Bruxelles - 2015 1 L'appel à projet s'adresse aux opérateurs culturels, socioculturels, éducatifs, sociaux, jeunesse dont le siège social

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

Demande d équivalence académique d un diplôme étranger d études supérieures

Demande d équivalence académique d un diplôme étranger d études supérieures Demande d équivalence académique d un diplôme étranger d études supérieures Ministère de la Communauté germanophone Département Formation et Organisation de l Enseignement 1, Rue Gospert 4700 Eupen e-mail:

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement

Programme des Nations Unies pour le développement Programme des Nations Unies pour le développement AVIS DE RECRUTEMENT DE CONSULTANTS N ICN-009/2015 Date: 26/05/2015 Pays : Type de contrat : Niveau de poste : Description de la mission : Langue requise

Plus en détail

Un médecin-contrôleur à votre porte

Un médecin-contrôleur à votre porte Un médecin-contrôleur à votre porte Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le contrôle des absences pour maladie Un médecin-contrôleur à votre porte Vous travaillez pour l administration

Plus en détail

Appel à projets 2015. Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM

Appel à projets 2015. Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM Appel à projets 2015 Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM Date de clôture : 04/11/2015 ViiV Healthcare SAS (ci-après ViiV Healthcare) met en place une nouvelle

Plus en détail

LES MODALITES DE DEROULEMENT DU STAGE L EVALUATION

LES MODALITES DE DEROULEMENT DU STAGE L EVALUATION LES MODALITES DE DEROULEMENT DU STAGE L EVALUATION I Comment trouver un stage? Quels sont vos interlocuteurs? Un plateforme stages et emplois a été mise en place pour les étudiants d Ingémédia (http://stages.ingemedia.net).

Plus en détail