SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2"

Transcription

1 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité choisie par le candidat lors de son inscription. Cette épreuve consiste, à partir de documents succincts remis au candidat, en trois à cinq questions appelant des réponses brèves ou sous forme de tableaux et destinées à vérifier les connaissances et aptitudes techniques du candidat. SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

2 Question1 A l aide du document 1 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Quel est le poids moyen de déchets ménagers produit par un français sur une année? 2. Citer le but ultime de la réduction des déchets, au niveau mondial et local. 3. Citer les différentes actions mises en œuvre pour agir sur la réduction des déchets. 4. Expliquer brièvement la «loi Grenelle 1» et «la loi Grenelle 2». Question2 A l aide du document 2 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Décrire le fonctionnement des stations d épuration biologiques. 2. Expliquer les avantages de ces nouvelles stations d épuration par rapport aux stations d épuration dites «classiques». 3. Quels sont les déchets ultimes des stations d épuration. 4. Citer les différentes étapes du traitement de ces déchets. Question 3 A l aide du document 3 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Citer au moins trois informations présentent sur l étiquette d un produit d entretien. 2. Que signifie le sigle ph? 3. Donner le ph d un produit acide. Sur quelles types de salissures agissent ces produits? 4. Sur l étiquette d un produit, on peut lire : «utiliser le produit dilué dans l eau, à 2.5%». Calculer la dose de produit nécessaire pour un volume d eau de 12 litres (donner votre résultat en litres et en millilitres)? 5. Donner la signification des pictogrammes de sécurité suivants pouvant apparaître sur l emballage des produits d entretien :

3 Document 1 : Source : ADEME Réduisons vite nos déchets, ça déborde. Le meilleur déchets est celui qu on ne produit pas : économie de matières première épuisables et précieuses, limitation de notre impact sur l environnement, économies financières liées au traitement du déchet kilos de déchets. C est ce qu un Français produit chaque année en ordures ménagères et assimilées (ordures ménagères résiduelles + collectes sélectives). 590 kilos en ajoutant les 200 kilos que chaque Français dépose en moyenne en déchèteries. En matière de déchets la loi Grenelle 1 place en 1 ère priorité la prévention des déchets. La loi Grenelle 2 rend obligatoire la mise en oeuvre de programmes locaux de prévention dans les collectivités en charge de la gestion des déchets au 1er janvier Mais de quoi s agit il exactement et qui peut agir? Pourquoi réduire la quantité de déchets? Malgré le développement de nombreuses infrastructures, le risque de manquer d'installations de traitement des déchets augmente et nombre de départements rencontrent des difficultés croissantes pour gérer leurs déchets. Le traitement des déchets ménagers représente un coût financier très lourd. Ce coût comprend, la collecte, l'acheminement, le recyclage, l élimination ou l enfouissement des déchets dans des centres spécialisés. L'implantation de nouveaux centres reste nécessaire pour absorber le surplus de nos déchets, mais rencontre de fortes réticences dans la population. La réduction des ordures ménagères représente un enjeu clé en termes d'environnement, de santé et d'économie. La réduction des déchets permet de limiter la consommation de ressources non renouvelables, de limiter les rejets de gaz à effet de serre (GES), de s inscrire dans la cohérence des politiques de l UE... Au niveau local la réduction des déchets permet de limiter le recours à l incinération ou à l enfouissement, de maîtriser les coûts... Depuis 2004, la France est dotée du Plan national d actions de prévention des déchets En 2006, est venu s ajouter le Plan national de soutien au compostage domestique. La loi dite «Grenelle 1» du 3 août 2009 a relancé une politique déchets très ambitieuse axée sur la prévention ou réduction de la quantité de déchets. Cette loi fixe les objectifs suivants : Réduire la production d'ordures ménagères et assimilées de 7 % par habitant pendant les cinq prochaines années, Diminuer de 15 % d ici 2012, les quantités de déchets incinérées ou enfouies, Instituer une tarification incitative dans un délai de 5 ans, Généraliser les plans de prévention auprès des collectivités. La Loi du 13 juillet 2010, dite loi «Grenelle 2» prévoit que : Les collectivités territoriales responsables de la collecte ou du traitement des déchets ménagers et assimilés doivent définir, au plus tard au 1er janvier 2012, un programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés indiquant les objectifs de réduction des quantités de déchets et les mesures mises en place pour les atteindre. Ce programme doit faire l objet d un bilan annuel afin d évaluer son impact sur l évolution des quantités de déchets ménagers et assimilés collectés et traités. Le programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés est mis à disposition du public ainsi que les bilans annuels d'évaluation.

4 Prévention ou réduction des déchets : de quoi s'agit-il? L objectif de la prévention est la diminution des quantités de déchets produits par les ménages et les entreprises, et donc diminuer les quantités de déchets collectées et traitées. La prévention peut aussi être qualitative, c'est-à-dire diminuer la nocivité des déchets au niveau de la conception des produits, de l'utilisation de produits moins dangereux. La prévention est un ensemble des mesures et d actions visant à amoindrir les impacts des déchets sur l'environnement soit par la réduction des tonnages (prévention quantitative), soit par la réduction de la nocivité (prévention qualitative). La prévention concerne les étapes de conception, production, distribution, consommation et fin de vie d'un bien. Dans un contexte de développement durable, la prévention ne doit pas se faire au détriment d'un autre impact sur l'environnement (eau, air, énergie, sol, ). Dans le domaine des déchets ménagers, la prévention s'étend à toutes les actions permettant de réduire les flux de déchets à la charge de la collectivité. La prévention se fait sur les déchets issus des produits en fin de vie et sur les déchets générés au cours du cycle de vie du produit. Les industriels agissent en s'engageant dans des démarches d'éco-conception. Des progrès très importants ont été réalisés pour réduire les consommations de matières premières. Exemple : le poids unitaire des pots de yaourt a été réduit de 13 % en 8 ans, ou de 10 % pour les canettes aluminium. En optimisant la découpe d'un emballage, l'industriel réduit la quantité de rebuts de fabrication et les achats de matières premières. Les collectivités qui gèrent les flux de déchets des entreprises et des ménages ont un rôle essentiel. Elles peuvent généraliser le dispositif de plan de prévention, promouvoir le compostage domestique et mettre en oeuvre la tarification incitative. Elles peuvent être exemplaires et encourager les usagers à l éco-responsabilité. Chaque consommateur détient le pouvoir d'acheter ou de ne pas acheter les produits qui lui sont proposés, en fonction de ses besoins et de son mode de vie. Parce qu'il peut pratiquer l'écoconsommation, le consommateur est impliqué dans la démarche de réduction de ses déchets. Par ses choix et ses demandes, il peut influer sur l'offre de produits et peser sur la chaîne de fabrication. Exemple : Acheter une éco recharge plutôt qu un flacon de lessive.

5 Document 2 : Qu'est-ce qu'une station d'épuration? Une station d épuration permet de traiter les eaux usées qu elles soient d origines industrielles ou qu elles proviennent de activités quotidiennes de l homme. Depuis la loi sur l eau du 3 janvier 1992, toutes les maisons, appartement doivent être raccordés à un système d assainissement. Le but d une telle loi est de collecter les eaux usées, puis de les épurer par traitement, avant de pouvoir les rejeter dans le milieu naturel sans risquer de polluer notre environnement. Les traitements d épuration des eaux usées Le traitement des eaux usées est ainsi réalisé dans les stations d épuration. D un point de vue technique, une station d épuration a pour principal travail de dégrader et de séparer les polluants de l eau (boues, particules et substances dissoutes) par des procédés chimiques, physiques et biologiques, pour au final restituer une eau de qualité suffisante au regard de la capacité d accueil du milieu ou l eau sera rejetée (mer, rivière, lac, étang etc ). Les moyens pour y parvenir sont multiples, la méthode la plus connue est la décantation de l eau grâce aux phénomènes de floculation (phénomène physico-chimique au cours duquel les micelles et les matières en suspension forment des flocons, s'agrègent en un floc, ce qui détruit la stabilité de la solution et entraîne leur sédimentation.). Les stations d épuration utilisent également parfois des moyens de filtration d eau. Les stations d épurations biologiques Le principe de ces stations d un nouveau genre est d utiliser les bactéries ainsi que les plantes pour filtrer l eau et la rendre conforme à son rejet dans la nature. Dans les stations d'épuration biologiques, une quantité et une variété impressionnante de micro-organismes spécialisés participent à la dépollution des eaux usées : les "biomasses épuratrices". (On cite souvent la qualité de filtration des roseaux notamment). Selon des études sérieuses réalisées, les effluents perdraient par filtration biologique jusqu à 90 % de leurs matières en suspension contre seulement 50 % par décantation classique. Les matières en suspension retenues seraient déshydratées et compostées sur place grâce à l action combinée des bactéries et des plantes. Un niveau d épuration supérieur à 90 % permettrait même d atteindre un niveau de qualité «eau de baignade». Le traitement des boues d'épuration Les boues d épuration (urbaines ou industrielles) sont les principaux déchets produits par une station d'épuration à partir des effluents liquides. Traitement des boues d épuration Les boues d épuration doivent subir plusieurs traitements : le conditionnement qui va permettre de les stabiliser à l aide de méthodes biologiques physiques (thermique) et/ou chimique. Le conditionnement permettra de réduire les mauvaises odeurs des boues d épuration. l épaississement va réduire le volume des boues par pression mécanique ou tassement naturel (séchage, drainage, etc...). Enfin, la déshydratation va fortement réduire le volume des boues d'épuration. Les boues sont déshydrater par centrifugation ou filtre-presse (Le filtre presse est une machine permettant de séparer un mélange solide-liquide...). Cette dernière étape permet de récupérer une grande partie de l eau, constituant principal des boues. Une fois l eau éliminée, les boues sont ensuite (selon leur degré de nocivité pour l'environnement) stockées, brûlées voir modifiées pour être utilisées à d autres fins. Citons notamment l utilisation des boues d épuration pour la création de biogaz. Les boues sont également utilisées en agriculture par épandage ou compostage.

6 Document 3 :

7 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité choisie par le candidat lors de son inscription. Cette épreuve consiste, à partir de documents succincts remis au candidat, en trois à cinq questions appelant des réponses brèves ou sous forme de tableaux et destinées à vérifier les connaissances et aptitudes techniques du candidat. SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 CORRIGE

8 Question1 (8 points) A l aide du document 1 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Quel est le poids moyen de déchets ménagers produit par un français sur une année? (1 point) Un français produit 390 kilos de déchets ménagers et assimilés (ordures ménagères résiduelles + collectes sélectives) 2. Citer le but ultime de la réduction des déchets, au niveau mondial et local. (2 points) La réduction des déchets permet de :- limiter la consommation de ressources non renouvelables, - limiter les rejets de gaz à effet de serre (GES), - s inscrire dans la cohérence des politiques de l UE... Au niveau local la réduction des déchets permet de :- limiter le recours à l incinération - limiter le recours à l enfouissement - maîtriser les coûts Citer les différentes actions mises en œuvre pour agir sur la réduction des déchets. (3 points) Les industriels agissent en s'engageant dans des démarches d'éco-conception. Des progrès très importants ont été réalisés pour réduire les consommations de matières premières. Les collectivités ont pour rôle de promouvoir le compostage domestique et mettre en oeuvre la tarification incitative Les consommateurs, peuvent pratiquer l'éco-consommation, Par ses choix et ses demandes, il peut influer sur l'offre de produits et peser sur la chaîne de fabrication. 4. Expliquer brièvement la «loi Grenelle 1» et «la loi Grenelle 2».(2 points, 1 point pour chaque loi bien expliquée) La loi Grenelle 1 vise entre autre à réduire la production d'ordures ménagères et assimilées de 7 % par habitant pendant les cinq prochaines années, de diminuer de 15 % d ici 2012, les quantités de déchets incinérées ou enfouies, d instituer une tarification incitative dans un délai de 5 ans, et de généraliser les plans de prévention auprès des collectivités. La loi Grenelle 2 rend obligatoire la mise en oeuvre de programmes locaux de prévention dans les collectivités en charge de la gestion des déchets au 1er janvier Ces programmes doivent indiquer les objectifs de réduction des quantités de déchets et les mesures mises en place pour les atteindre. Question2 (4.5 points)

9 A l aide du document 2 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Décrire le fonctionnement des stations d épuration biologiques. (1 point) Ces stations utilisent les bactéries ainsi que les plantes pour filtrer l eau et la rendre conforme à son rejet dans la nature. Dans les stations d'épuration biologiques, une quantité et une variété impressionnante de microorganismes spécialisés participent à la dépollution des eaux usées 2. Expliquer les avantages de ces nouvelles stations d épuration par rapport aux stations d épuration dites «classiques». (1 point) Dans les stations d épuration biologiques, les effluents perdraient par filtration biologique jusqu à 90 % de leurs matières en suspension contre seulement 50 % par décantation classique. Les matières en suspension retenues seraient déshydratées et compostées sur place grâce à l action combinée des bactéries et des plantes. Un niveau d épuration supérieur à 90 % permettrait même d atteindre un niveau de qualité «eau de baignade». 3. Quels sont les déchets ultimes des stations d épuration. (1 point) Les boues d épuration sont les déchets produits par une station d épuration. 4. Citer les différentes étapes du traitement de ces déchets. (1.5 points ; 0.5 par étapes) -Le conditionnement qui va permettre de les stabiliser, et de limiter les mauvaises odeurs -L épaississement va réduire le volume des boues -La déshydratation va fortement réduire le volume des boues d'épuration. Question 3 (7.5 points) A l aide du document 3 et de vos connaissances, répondez aux questions suivantes : 1. Citer au moins trois informations présentent sur l étiquette d un produit d entretien. (3 points, 1 point par bonne réponse) Le nom du produit Les conditions de stockage Les conditions de sécurité Les conditions d utilisation du produit, dilution Le ph La composition Les phases de risques

10 2. Que signifie le sigle ph? (0.5 point) Ce sigle signifie Potentiel Hydrogène 3. Donner le ph d un produit acide. Sur quelles types de salissures agissent ces produits? (1 point) Le ph d une solution acide se situe entre 0 et 7. (0.5 point) Les produits acides agissent sur les salissures minérales comme le tartre. (0.5 point) 4. Sur l étiquette d un produit, on peut lire : «utiliser le produit dilué dans l eau, à 2.5%». Calculer la dose de produit nécessaire pour un volume d eau de 12 litres (donner votre résultat en litres et en millilitres)? (1 point) 2.5 Litres 100 litres x Litres 12 litres Calcul : 2.5 X 12 = 0.3 litres = 300 millilitres Donner la signification des pictogrammes de sécurité suivants pouvant apparaître sur l emballage des produits d entretien : (2 points, 0.5 par bonne réponse) Comburant... Corrosif... Toxique... Explosif...

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

Transition énergétique et méthanisation

Transition énergétique et méthanisation Transition énergétique et méthanisation Le biogaz au cœur de nos fermes 26 avril 2013 Claire INGREMEAU, Chargée de mission au Club Biogaz ATEE c.ingremeau@atee.fr +33 1 46 56 41 43 www. biogaz.atee.fr

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

CENTRES DE GESTION SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE

CENTRES DE GESTION SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE CENTRES DE GESTION EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCES AU GRADE D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2014. Spécialité : Environnement, hygiène

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2014. Spécialité : Environnement, hygiène Centres de Gestion de la Mercredi 15 janvier 2014 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 56 EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2014 Spécialité

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION mercredi 21 janvier 2009 PUBLIQUE TERRITORIALE DU RHONE

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION mercredi 21 janvier 2009 PUBLIQUE TERRITORIALE DU RHONE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION mercredi 21 janvier 2009 PUBLIQUE TERRITORIALE DU RHONE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1ERE CLASSE EPREUVE ECRITE Durée : 1 heure 30 / Coefficient

Plus en détail

Les différentes classes de boues

Les différentes classes de boues Chapitre 13: Traitement des boues Les procédés de traitement biologique ou physico-chimique entraînent la production de boues boues= effluents liquides fortement chargés en matières solides (avec des concentrations

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ESPACES NATURELS, ESPACES VERTS»

EXAMEN PROFESSIONNEL ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ESPACES NATURELS, ESPACES VERTS» CDG de Seine-et-Marne, CIG Grande Couronne, CIG Petite Couronne EXAMEN PROFESSIONNEL ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ESPACES NATURELS, ESPACES VERTS» Une épreuve

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ÈRE CLASSE SESSION 2016

EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ÈRE CLASSE SESSION 2016 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LOIRE-ATLANTIQUE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ÈRE CLASSE SESSION 2016 Spécialité «BTP, VRD» ÉPREUVE ÉCRITE Épreuve écrite à caractère

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 RE CLASSE SESSION 2014 Spécialité «environnement, hygiène» Mercredi 15 janvier 2014

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

Examen professionnel d adjoint territorial d animation de 1ère classe

Examen professionnel d adjoint territorial d animation de 1ère classe Examen professionnel d adjoint territorial d animation de 1ère classe EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE mardi 20 mars 2012 Cette épreuve consiste, à partir de documents succincts remis au candidat, en trois

Plus en détail

Programme de prévention des déchets du Centre Yonne

Programme de prévention des déchets du Centre Yonne Pourquoi réduire la quantité de déchets produits? En raison de l évolution des modes de vie, la production d ordures ménagère par personne et par an a doublé depuis 40 ans: de nos jours un Icaunais produit

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 18 JANVIER 2012. Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 18 JANVIER 2012. Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

Suppression de deux modulations de la TGAP sur le traitement des déchets

Suppression de deux modulations de la TGAP sur le traitement des déchets Suppression de deux modulations de la TGAP sur le traitement des déchets En cause : - la modulation de Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) pour les installations de stockage de déchets exploitées

Plus en détail

Prévention. Le risque chimique (2) : Infos. La démarche de prévention. Activités concernées : SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE

Prévention. Le risque chimique (2) : Infos. La démarche de prévention. Activités concernées : SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE Infos Prévention SOMMAIRE : LE RISQUE CHIMIQUE Activités concernées Les évènements indésirables dus à l utilisation de produits dangereux Les voies de pénétration dans l organisme Les dangers et risques

Plus en détail

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat

Agir ensemble. pour une meilleure qualité. de l eau des sols & de l habitat Agir ensemble pour une meilleure qualité de l eau des sols & de l habitat Conseil & services pour des solutions économiques et durables Terre & Via est une société de conseil et de services dédiés à l

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008. Spécialité : LOGISTIQUE, SECURITE

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008. Spécialité : LOGISTIQUE, SECURITE Centres de Gestion de la Mercredi 16 janvier 2008 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 56 EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008 Spécialité

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn

SEMAINE DE L EAU. Matinée des techniciens. 12 février 2008. Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn SEMAINE DE L EAU Matinée des techniciens 12 février 2008 Les effluents vinicoles Règlementation et procédés de traitement Perspectives pour le Tarn Marie-Anouk Bourchenin Clément Psaïla SEMAINE DE L'EAU

Plus en détail

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte Sylvie DUFOUR DREAL Midi-Pyrénées 1 décembre 2015 Les 8 chapitres de la loi : Objectifs : Définir les objectifs communs, renforcer

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE A L USAGE DES ORGANISATEURS D EVÈNEMENTS

GUIDE DES BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE A L USAGE DES ORGANISATEURS D EVÈNEMENTS PALAIS DES CONGRES Port Santa Lucia - 83 700 SAINT-RAPHAEL 04.94.19.84.19-04.94.95.83.18 www.saint-raphael-congres.com Le Palais des Congrès de Saint-Raphaël, certifié «Qualicongrès» depuis 2005 pour la

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage

Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage Conférence de presse Mardi 25 novembre 2008 «EDELWAY» SUEZ ENVIRONNEMENT, une entreprise de services aux collectivités, s engage SOMMAIRE EDELWAY : SUEZ ENVIRONNEMENT s engage aux côtés des collectivités

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Professionnels du traitement de surfaces

Professionnels du traitement de surfaces Professionnels du traitement de surfaces adoptez une attitude pro-environnementale S engager pour améliorer l environnement Professionnels des traitements de surfaces, vous exercez vos activités dans un

Plus en détail

CHARTE COSMEBIO. Assemblée Générale Le 7 juin 2011

CHARTE COSMEBIO. Assemblée Générale Le 7 juin 2011 CHARTE COSMEBIO Assemblée Générale Le 7 juin 2011 CHARTE COSMEBIO La cosmétique écologique et biologique est une démarche éthique et scientifique fondée sur des savoirs traditionnels tout en bénéficiant

Plus en détail

Lille Métropole Communauté urbaine :

Lille Métropole Communauté urbaine : Lille Métropole Communauté urbaine : Etablissement Public créé par la loi de 1966, la Communauté Urbaine de Lille est née en 1968. Regroupe 85 communes et 1,1 millions d habitants. Une particularité :

Plus en détail

Recycler ce qui ne sert plus à rien, ça sert à quelque chose!

Recycler ce qui ne sert plus à rien, ça sert à quelque chose! Recycler ce qui ne sert plus à rien, ça sert à quelque chose! Avec le soutien de la Commission européenne Votre magasin : au cœur du dispositif de recyclage page 5 Sommaire Recycler plus et mieux : avec

Plus en détail

GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT, 2007 2010 : DU PROJET À LA MISE EN ŒUVRE DANS LES TERRITOIRES

GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT, 2007 2010 : DU PROJET À LA MISE EN ŒUVRE DANS LES TERRITOIRES GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT, 2007 2010 : DU PROJET À LA MISE EN ŒUVRE DANS LES TERRITOIRES Grenelle de l environnement : Bilan de trois années de travail 2007-2010 : des intentions à la mise en oeuvre

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Elaboration d un rapport technique rédigé à l aide

Plus en détail

Le recyclage. rentable

Le recyclage. rentable Le recyclage rentable Sommaire La solution 3WAYSTE : l avenir d une industrie du tri efficace et rentable! 2... La solution 3WAYSTE : l avenir d une industrie du tri efficace et rentable! 3... Le tri industriel

Plus en détail

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte

L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte L essentiel de la loi Transition énergétique pour la croissance verte Yann DEFFIN - DREAL Midi-Pyrénées RDV durables CCIR - 28 septembre 2015 1 Contexte : facture énergétique de la France : > 65 milliards

Plus en détail

À boire sans modération!

À boire sans modération! À boire sans modération! Préférez l eau du robinet 1 Certification ISO 9001 et ISO 14001 67 % des Français déclarent boire l eau du robinet au moins une fois par semaine*. 252 000 tonnes : c est la quantité

Plus en détail

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets Travaux Publics Enjeux des plans de gestion de déchets Nos propositions Instaurer un audit préalable des chantiers de Travaux publics et l obligation d un état des lieux environnemental La profession des

Plus en détail

et d économies d énergies

et d économies d énergies Réduire l empreinte déchet et réaliser des économies et d économies d énergies La mise en place d un management environnemental La gestion des déchets est l une des composantes majeures des enjeux environnementaux.

Plus en détail

Concession de distribution gaz naturel du Siagep. Compte Rendu Annuel de Concession gaz. 17 juin 2010 Exercice 2009

Concession de distribution gaz naturel du Siagep. Compte Rendu Annuel de Concession gaz. 17 juin 2010 Exercice 2009 Concession de distribution gaz naturel du Siagep Compte Rendu Annuel de Concession gaz 17 juin 2010 Exercice 2009 1 Le nouveau contexte de GrDF La concession centrée sur la gestion du réseau de distribution

Plus en détail

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Examen professionnel d' Adjoint Technique de Ier8 Classe Session 2014 Spécialité: Conduite de véhicule EPREUVE : épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2012. Spécialité : Communication spectacle

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2012. Spécialité : Communication spectacle Centres de gestion de la Mercredi 18 janvier 2012 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 35 EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2012 Spécialité

Plus en détail

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains CHANTIERS VERTS Les chantiers verts sont des chantiers de construction ou de réhabilitation réalisés de manière à ce que les impacts sur l'environnement et les nuisances perçues par les usagers et les

Plus en détail

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4

Liste des douze établissements pilotes... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître... 3 Quelques chiffres... 4 Gestion éco-responsable des déchets dans les collèges des Bouches-du-Rhône Annexes Liste des douze établissements pilotes............................... 2 Quelques logos et pictogrammes à connaître..........................

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

Programme détaillé BTS TECHNICO-COMMERCIAL. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS TECHNICO-COMMERCIAL. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS TECHNICO-COMMERCIAL Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur Technico-commercial est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire a pour fonction

Plus en détail

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010 Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE 14 octobre 2010 Rappels: Pourquoi un volet sur la nocivité? Contexte : La légitimité du SYCTOM : Risques et impacts

Plus en détail

ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE

ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE ZÉRO TUÉ SUR LA ROUTE Un système sûr. des objectifs ambitieux Zéro tué sur la route :Un système sûr, des objectifs ambitieux Les collisions sur la route ne sont pas une fatalité. Beaucoup peut être fait

Plus en détail

Si le compte est bon...

Si le compte est bon... la gestion des déchets ménagers: Si le compte est bon... 577 Chaque français produit en moyenne de déchets par an d ordures ménagères résiduelles de verre de recyclables de biodéchets & déchets verts d

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

liquide de refroidissement produits d entretien lave glace

liquide de refroidissement produits d entretien lave glace liquide de refroidissement produits d entretien lave glace Sommaire Présentation de la société 4 Les produits de la marque SMB..5 - L entretien de la clim auto...5 - Liquides de refroidissement et antigels.5

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Partie 1. LES épreuves DU CONCOURS. Fiche 1 Les épreuves du concours externe d ATSEM (FTP)...13

Partie 1. LES épreuves DU CONCOURS. Fiche 1 Les épreuves du concours externe d ATSEM (FTP)...13 Partie 1 LES épreuves DU CONCOURS Fiche 1 Les épreuves du concours externe d ATSEM (FTP)...13 Fiche 2 Les épreuves du concours interne d ATSEM (FPT)... 15 Fiche 3 Les épreuves du troisième concours d ATSEM

Plus en détail

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin 8 eme rencontre des gestionnaires AEP 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin Les enjeux liés aux activités industrielles et artisanales sur le périmètre du SAGE INR 21 novembre 2013 - Conseil Général

Plus en détail

Contrôle en Cours de Formation. Situation. sciences. Séquence N : Date, heure et durée de l évaluation : Nom : Prénom : Diplôme préparé :

Contrôle en Cours de Formation. Situation. sciences. Séquence N : Date, heure et durée de l évaluation : Nom : Prénom : Diplôme préparé : Contrôle en Cours de Formation Établissement : Situation sciences Séquence N : Date, heure et durée de l évaluation : Année scolaire :.. / Nom : Prénom : Diplôme préparé : HYGIÈNE ET SANTÉ À lire attentivement

Plus en détail

Thèmes de convergence :

Thèmes de convergence : Thèmes de convergence : Un travail entamé en 6 e Trier les déchets, quelle importance? Les 3 classes de 6 e, réparties en groupes ont collecté des déchets pendant 1 heure. Les déchets triés ont été pesés.

Plus en détail

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015 Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables mars 2015 Préambule : Certains guides et fiches non imprimés sont disponibles uniquement en ligne. L ensemble des guides et fiches (imprimés

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Certificat d aptitude professionnelle Métier du pressing 5 DÉFINITION DU SECTEUR D EMPLOI Dans la catégorie des métiers

Plus en détail

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie,

Sur le rapport du ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, J.O. Numéro 170 du 25 Juillet 1998 page 11394 Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Décret n 98-638 du 20 juillet 1998 relatif à la prise en compte des exigences liées à l'environnement

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Politique environnementale et de. développement durable

Politique environnementale et de. développement durable Politique environnementale et de Adopté par le conseil d'administration lors de sa 253 e assemblée, le 28 février 2006 (résolution n o 2097) Révision adoptée par le conseil d'administration lors de sa

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

MERCREDI 18 JANVIER 2012. Le sujet qui vous a été distribué comporte 10 pages numérotées de 1 à 10

MERCREDI 18 JANVIER 2012. Le sujet qui vous a été distribué comporte 10 pages numérotées de 1 à 10 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Sarthe EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE - Session 2012 - MERCREDI 18 JANVIER 2012 Épreuve écrite d admissibilité

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008. Spécialité : CONDUITE DE VEHICULES

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008. Spécialité : CONDUITE DE VEHICULES Centres de Gestion de la Mercredi 16 janvier 2008 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 56 EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2008 Spécialité

Plus en détail

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014

BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 BILAN DES ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AIR FRANCE Année civile 2014 CONTENU 1. INTRODUCTION...3 1.1. Cadre réglementaire... 3 1.2. Méthodologie retenue... 3 2. ÉMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE...4

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2010

EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2010 Centres de gestion de la Mercredi 13 janvier 2010 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 56 EXAMEN PROFESSIONNEL D'ADJOINT TECHNIQUE DE 1 ère CLASSE 2010 Spécialité

Plus en détail

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers

GESTION DES DECHETS. Des déchets d activités aux déchets ménagers GESTION DES DECHETS Des déchets d activités aux déchets ménagers Un déchet Qu est-ce que c est? Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation; toute substance, matériau,

Plus en détail

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale

Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale N de la mesure : 1.4.1 Axe 1 : Développer l'exemplarité de la collectivité départementale Action 1.4 : Optimiser la consommation de ressources dans le fonctionnement de la collectivité Pilote : Finalité

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG CONTEXTE Par rapport à la formation d éco conseiller La mise en situation professionnelle dans le cadre de

Plus en détail

Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi

Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi Le compostage partagé en pied d immeuble : Mode d emploi Le contexte 30 % des déchets qui se trouvent dans nos poubelles sont des déchets fermentescibles qui peuvent se composter. Un des objectifs du Grenelle

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir»

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» Forum interdépartemental d Ile de France Bernard Dréno/Bruno Carta

Plus en détail

La formation interne est une formation conçue et réalisée par vous-même, avec vos propres ressources

La formation interne est une formation conçue et réalisée par vous-même, avec vos propres ressources Pourquoi se poser la question de la formation interne? La formation interne est une formation conçue et réalisée par vous-même, avec vos propres ressources (personnel, logistique), votre matériel, vos

Plus en détail

Service public d assainissement Non collectif

Service public d assainissement Non collectif Service public d assainissement Non collectif Création de l installation : Adresse : Commune : Propriétaire : L assainissement non collectif (ou individuel ou autonome) est un dispositif qui doit assurer

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

La Performance Environnementale des Bâtiments

La Performance Environnementale des Bâtiments Rencontre nationale Pratiques Territoriales de l Évaluation de la Performance Environnementale des Bâtiments La Performance Environnementale des Bâtiments Hadjira Schmitt-Foudhil Chef de projet performance

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques

Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques > Dossier Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques Le 27 janvier 2003, deux directives communautaires concernant les équipements électriques et électroniques étaient adoptées

Plus en détail

et Valorisation des déchets

et Valorisation des déchets Animations Prévention et Valorisation des déchets Année scolaire 2015 2016 Nos enjeux liés à la réduction des déchets La réduction des déchets représente aujourd hui un véritable enjeu environnemental

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2013 CORRIGE EPREUVE E2 B2 Epreuve scientifique et technique Etude technique de chantiers Durée : 3 heures Coefficient : 2 Les documents-réponses

Plus en détail

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Le thème de l habitat peut être pris dans un sens strict : celui du domicile, ou de façon plus générale des

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET CENTRE DE GESTION DU RHÔNE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 e CLASSE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SESSION 2012 EPREUVE DE VERIFICATION DES CONNAISSANCES TECHNIQUES Durée : 2

Plus en détail

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils PLAN CLIMAT-ENERGIE TERRITORIAL DE Poitiers Février 2013 SOMMAIRE Agenda 21 Objectifs et moyens Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation Outils EDITO Une collectivité pionnière

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Qu'est-ce que l'assainissement Non Collectif? Chaque jour, vous utilisez de l eau pour la douche, la vaisselle, les WC, la lessive Après usage, ces eaux sont polluées et

Plus en détail

La méthanisation: Technique de valorisation des déchets organiques. Florence MORIN ADEME Franche-Comté

La méthanisation: Technique de valorisation des déchets organiques. Florence MORIN ADEME Franche-Comté La méthanisation: Technique de valorisation des déchets organiques Florence MORIN ADEME Franche-Comté 20 novembre 2015 Fonctionnement d une unité de méthanisation Quelles solutions de valorisation des

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir

Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir Service Public d assainissement non collectif (SPANC) Ce qu il faut retenir Nous utilisons chaque jour de l eau pour la douche, la lessive, la vaisselle, les W.C. Rejetées ainsi au milieu naturel, ces

Plus en détail

Biogaz et biométhane en France. Intervention GrDF

Biogaz et biométhane en France. Intervention GrDF Biogaz et biométhane en France Intervention GrDF 1 Une filière ambitieuse inscrite dans les dynamiques des territoires Au croisement des enjeux : énergie climat déchets agriculture Contribuer décentralisée

Plus en détail

La pollution atmosphérique causée par les véhicules

La pollution atmosphérique causée par les véhicules La pollution atmosphérique causée par les véhicules Qu'est ce la pollution atmosphérique? Il s'agit d'une dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières

Plus en détail

Mettre en place le compostage en habitat collectif

Mettre en place le compostage en habitat collectif Mettre en place le compostage en habitat collectif Programme local de prévention des déchets de la CALB 2011-2015 Contexte : 30% de nos poubelles ménagères sont des déchets fermentescibles. En pratiquant

Plus en détail

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS DE LABORATOIRE «ÉTAPE PAR ÉTAPE» FORMATION DU JEUDI 26 NOVEMBRE 2015 BRUXELLES ENVIRONNEMENT SOMMAIRE 1. Retour d expériences 2. Bonnes pratiques pour une gestion

Plus en détail

5 ème Congrès mondial d éducation relative à l environnement UNE EXPOSITION VERTE POUR UN CONGRÈS VERT! www.5weec.uqam.ca

5 ème Congrès mondial d éducation relative à l environnement UNE EXPOSITION VERTE POUR UN CONGRÈS VERT! www.5weec.uqam.ca 5 ème Congrès mondial d éducation relative à l environnement UNE EXPOSITION VERTE POUR UN CONGRÈS VERT! www.5weec.uqam.ca Manuel de l exposant - Montréal, le 6 avril, 2009 Cher exposant du 5WEEC, Tel qu

Plus en détail