Créativité musicale des personnes âgées ou la Création du Soi jusqu au bout

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Créativité musicale des personnes âgées ou la Création du Soi jusqu au bout"

Transcription

1 Créativité musicale des personnes âgées ou la Création du Soi jusqu au bout SARAH CARLIEZ Psychologue clinicienne, Musicothérapeute (Paris)

2 La créativité, c est rendre riche les choses qui paraissent pauvres (Mlle M, atteinte de la maladie d Alzheimer) Depuis quelques années, la musicothérapie et les techniques psycho-musicales connaissent un essor important auprès des personnes âgées et tout particulièrement auprès des personnes atteintes de pathologies démentielles séniles (démence de type Alzheimer ou syndromes associés). La musique est, en effet, un mode d'expression, de communication, de stimulation et de revalorisation particulièrement probant pour ces personnes dont la mémoire, le langage et l'intégrité psychique se voient altérés jour après jour. De nombreux professionnels témoignent de l'étonnante mémoire musicale des personnes démentes, de leur capacité à suivre une chanson, une mélodie ou un rythme. Dans les institutions gériatriques, on rencontre souvent des personnes sans repères et sans mémoire, se rappelant du refrain et des couplets d'une chanson, chantonner une mélodie d'autrefois ou battre le rythme d'une danse. Même les plus dégradés se balancent encore au rythme de la musique. Yolande Moyne* dit à ce sujet que "la musique est ce qui reste quand on a tout oublié"... Pour introduire cet exposé, je vous propose une observation clinique, qui nous permettra d appréhender l ambiguité de la pathologie démentielle, marquée d une part par un naufrage intellectuel irréversible et destructeur, et d autre part par l exacerbation des modalités de perception et de communication sensorielles. Toujours à travers une approche clinique, nous tenterons ensuite de comprendre la pathologie démentielle et son lien étroit avec la musique en tant que médiateur non-verbal et corporel. Enfin, nous verrons combien la créativité peut représenter pour la personne démente un ultime moyen de s exprimer, de communiquer et de se sentir exister en tant que personne à part entière. Madame G est atteinte d une maladie de type Alzheimer doublée d une démence vasculaire depuis de nombreuses années. Elle a de très importantes pertes de mémoire, une désorientation temporelle et spatiale complète et d importants troubles aphasiques qui, ajoutés à une diminution considérable de la mémoire sémantique, rendent la communication verbale inintelligible voire impossible. Son langage est donc très réduit, sans lien et composé de nombreux néologismes ( je suis caracassée et charabotlée, c est charobolant ). Elle ne se souvient plus de son nom et ne peut donner aucune indication ni sur son identité ni sur son histoire.

3 Au début de chaque séance de musicothérapie, je propose un rapide exercice de mémoire sur la date du jour et sur les noms des participants. Lors de cet exercice, Madame G a le visage fermé et il lui arrive de me faire des grimaces ou exprimer son malaise ( je suis toute bébête ). Elle ne peut répondre à aucune des consignes. Lorsque j enclenche une musique, son comportement et l expression de son visage se transforment immédiatement. Son visage s illumine et son corps se met quasi-instantanement en mouvement, accompagnant la musique comme un chef d orchestre et improvisant une chorégraphie gestuelle. Lors d un séance, je propose au groupe une séance d improvisation. Madame G choisit parmi les différents instruments un balafon (instrument neuf qu elle découvre pour la première fois). A l écoute de la chanson La Mer de Charles Trenet, Madame G se met à découvrir l instrument et à harmoniser son rythme avec celui de la musique. Progressivement, elle appréhende l ensemble de l instrument, en montant vers les notes aiguës lorsque la musique écoutée augmente en intensité. Elle anticipe rythmiquement certaines séquences et enfin improvise un contre-chant rythmique. A la fin de la chanson, elle frappe plusieurs fois énergétiquement sur l instrument en guise de point final et regarde le groupe avec un visage radieux, triomphant... Créativité et vieillissement : antagonisme ou complémentarité? La notion de créativité prend, lorsqu on parle du vieillissement, une dimension toute particulière. Le vieillissement n est-il pas communément considéré comme étant le stade où ce qui a été créé dépérit pour aboutir à la mort? Peut-on encore créer quand le travail psychique essentiel consiste à faire des deuils successifs et lorsqu enfin la démence entraîne la perte des liens avec les représentations, coupant par là-même l accès à la dimension symbolique? Il semble que le processus de créativité est justement au coeur du vieillissement et qu il peut aider à passer cette crise de vie difficile. Il est pour cela nécessaire de faire un rapide détour par les théories psychanalytiques du vieillissement et notamment par le processus de sublimation qui y est tout à fait central et qui rejoint notre réflexion sur la créativité. En effet, selon Gérard Le Gouès*, chez le sujet âgé, la sublimation en tant que source de plaisir substitutif est le meilleur moyen dont dispose l appareil psychique pour lutter contre les effets négatifs des pertes (perte d objet, perte de fonction, perte de soi). Pour lui, il y a sublimation à chaque fois qu une pulsion sexuelle est transformée en une production utile et belle. La sublimation est un moyen de lutter

4 contre la castration et surtout un moyen pour continuer la création du Soi jusqu au bout. Elle permet alors de réalimenter et de restaurer le narcissisme sain nécessaire à l équilibre psychique et à la bonne circulation de la libido. Le processus créatif et le plaisir de la création, en tant que principal résultat de cette sublimation, permet alors à la personne âgée de trouver un substitut aux pertes des investissements dans la vie sociale, affective et narcissique, lui permettant de s inscrire dans la continuité et dans la transmission. Que se passe-t-il cependant quand le vieillissement s accompagne d une dégénérescence pathologique du cerveau (démence de type Alzheimer ou formes parallèles), lorsque le phénomène de sublimation est annihilé et que la personne ne peut plus initier consciemment un processus créatif? La démence ou le retour au perceptif Voyons alors les caractéristiques principales du processus démentiel, cette détérioration globale, progressive et irréversible des fonctions intellectuelles. D un point de vue neurologique, nous pouvons évoquer, selon le type de démence, une dégénérescence plus ou moins rapide de certaines zones du cerveau et des fonctions cognitives associées (dégénérescence diffuse ou plus ciblée, corticale et/ou sous-corticale), ce qui entraîne pertes de mémoire et d orientation, aphasie, troubles moteurs, troubles du comportement, troubles de la personnalité etc. Pour les psychanalystes, la démence est surtout un retour massif de la psyché au corps et au perceptif. Comme l écrit Marion Péruchon*, on pourrait décrire l involution psychique dans le sens inverse du schéma de l évolution décrit par André Green (Soma <-> pulsion <-> affect <-> représentation de chose <-> représentation de mot <-> pensée réflexive), à savoir une sorte de déconstruction de l appareil psychique, induite par un décroissement de l afflux libidinal et une progressive déliaison pulsionnelle. Cela entraînerait une grande difficulté à maîtriser les représentations et un épuisement de la mentalisation, de l activité fantasmatique et de la richesse des associations verbales. Prises en charge moins efficacement, les excitations pulsionnelles vont avoir tendance à passer dans l agir ou dans le corps. Par contre, l affect, indépendant des représentations, survit, conservant sa valeur signifiante. Marion Péruchon illustre la persistance de cet affect : lorsque les associations verbales ont totalement démissionné, lorsque les représentations de mot se réduisent à un stock extrêmement réduit et répétitif, l affect désinséré peut encore conserver sa valeur signifiante. C est d ailleurs là que sa fonction de représentation ou sa valeur cognitive,

5 voire sa fonction mnésique, prendrait toute son ampleur. L affect émerge alors pour signifier l indicible. Guidée par l affect et la perception, la personne âgée démente va ainsi communiquer d'une façon privilégiée sur un mode analogique, donnant une nouvelle importance aux mimiques, aux gestes, à l'intonation, au regard et au toucher. Elle est d autant plus sensible à une voix agréable qu elle ne saisit plus le sens de ce que dit la voix et d autant plus sensible au toucher que celui-ci est plus parlant qu un discours. Musicothérapie : la musique comme repère et médiateur non-verbal Nous pouvons dés lors comprendre que la musique, très liée à la perception, à l affect et au corps, puisse prendre une place importante dans la prise en charge d une personne démente. En tant que moyen de communication non-verbale, elle retrouve une place tout à fait centrale. Ce retour de l élaboration psychique au perceptif et au corps a une double répercussion sur la dimension musicale : d une part la mémoire musicale (de part son importante composante affective et sensorielle, renforcée par la répétition) est préservée au delà des autres pertes. D autre part, le retour à une communication analogique et sensorielle, appuyée par une plus grande désinhibition, permet plus facilement d exprimer des émotions par un médiateur sonore. La prise en charge en musicothérapie des personnes démentes s appuie alors sur ces deux facteurs, pour étayer le potentiel encore existant chez la personne et mobiliser ses ressources créatives. Dans les deux cas il s agit de favoriser l expression, la communication et renforcer l estime de soi. Deux grands axes de travail se présentent ainsi pour la pris en charge de ces personnes : -> Le travail sur la mémoire musicale Cette mémoire musicale, préservée si longtemps, connait des modalités d expression particulières. En effet, la reconnaissance musicale des personnes démentes s'exprime essentiellement par le corps (mouvements rythmés, chant, chantonnement) et non plus par une représentation précise dans la pensée ou la mémoire (ce qui peut se traduire par : "je ne connais pas la chanson que je viens de chanter par coeur"). Le corps accompagne quasi-systématiquement la musique, et ce marquage rythmique signifie plus qu'une reconnaissance, il est plus qu'un

6 "mouvement réflexe", il semble indispensable. Ne pouvant plus être représentée abstraitement, la musique semble s appuyer sur le corps pour retrouver un sens. Quand les rythmes biologiques sont perturbés (désynchronisation des rythmes chronobiologiques, ralentissement de nombreuses fonctions,...) et que les rythmes de vie sont totalement décousus (sorte d arythmie de la personne par rapport à son environnement), la musique représente bien souvent le seul repère encore maîtrisable, connu et prévisible pour les personnes démentes. Un musique au tempo régulier semble atténuer l'angoisse, donner un sentiment de sécurité et refaire un lien entre l'intérieur et l'extérieur. Madame B après l'écoute d'une chanson, nous dit : "Je suis contente de savoir ça et je m'y accroche, je suis dans mon bon ordre"... Pour des personnes âgées en perte totale d identité, reconnaître une musique, être capable d'en fredonner l'air et d'en battre le rythme constitue de toute évidence un moyen de se sentir exister. Il suffit pour cela d'observer les mines radieuses de ces personnes reconnaissant un air d'autrefois, murmurant la mélodie et soulevant les doigt au rythme des notes. Nous nous référons alors ici aux notions d Identité Sonore ( délimitation subjective des phénomènes sonores appartenant à un individu - biologiques, culturels environnementaux - au travers desquels il se reconnaît, par lesquels il s identifie ), et d Identité musicale (composante musicale de l identité sonore), définies par Édith Lecourt*, qui sont tout à fait centrales dans le travail en musicothérapie. Stimuler la mémoire musicale, permettre de se reconnaître dans la musique revient alors à redonner une part d identité. -> Le travail sur l improvisation musicale L improvisation musicale s appuie elle-aussi sur cette identité sonore et musicale, tout en sollicitant et en laissant jaillir les émotions et les perceptions du vécu présent. Le monde intérieur de la personne est alors traduit de façon assez brute par la voix, par des percussions corporelles ou sur des instruments de musique, traduisant le désir de communiquer, mais aussi celui de se défouler, de se libérer, de créer. Par le sonore, le thérapeute invite la personne démente à s exprimer et peut entrer dans un dialogue avec elle, sur un mode analogique et souvent ludique. Cette expression est facilitée d autant que la déliaison psychique entraîné souvent une considérable désinhibition (plus ou moins marqué selon le type de démence et le niveau social). Non-liées à des représentations ( il n est pas convenable de taper aussi fort sur un tambour ), les

7 défenses, les interdits et les conventions sociales s effacent progressivement, laissant jaillir une forme d expression authentique et permettant à la personne démente de laisser plus facilement libre cours à ses pulsions et à ses émotions. Suzanne Ogay*, citant Willems, fait le parallèle avec l enfant pour lequel l inspiration authentique disparaît avec l arrivée des fonctions intellectuelles, en nous disant qu ici, l improvisation se libère, se crée lorsque les opérations intellectuelles lâchent, s abandonnent... Madame A est atteinte d une démence fronto-temporale très avancée. Elle a encore accès au langage, mais vit dans un monde d hallucinations mnésiques (images agréables du passé qui se prennent frauduleusement pour des perceptions dans le présent, selon Marion Péruchon). Toute la journée, Madame A erre dans l institution et parle aux personnages de son hallucination (ses parents, ses frères et soeurs,...), qui se confondent avec les personnes réelles rencontrées (l aide-soignante étant prise pour sa mère etc). Madame A chante continuellement une mélodie rythmée, toujours la même, comme pour remplir son vide intérieur (sorte de ritournelle enfantine ponctuée régulièrement par deux points d orgue vigoureux). Elle improvise presque toujours des paroles sur cette mélodie, donnant à l ensemble des accents de rap. Elle dialogue ainsi avec ses interlocuteurs réels et imaginaires : Ma maman elle est gentille, Et le petit papa aussi, Et vous êtes bien mignonne, Et tous les autres là aussi, Bien sur (...) Créer pour communiquer et pour continuer à exister Lorsqu on parle de Créativité chez une personne âgée démente, il importe donc de nuancer ce terme et de le situer dans une perspective particulière. Nous ne nous situons plus alors dans une perspective symbolique, musicologique ou esthétique reconnue culturellement, mais dans un processus qui permet d exprimer des sensations et émotions non-représentables et non-verbalisables. En effet, dans le processus démentiel, la production musicale ne peut plus faire écho à une

8 représentation mentale et la dégénérescence rend difficile la symbolisation et l imagination. Cependant, on peut parler de processus de créativité, comme ayant une fonction essentielle d expression, de communication et permettant à la personne de continuer à être et à agir. Nous sommes alors dans la conception de Winnicott*, qui évoque la créativité dans son acception la plus large, sans l enfermer dans les limites d une création réussie ou reconnue, mais bien plutôt en la considérant comme la coloration de toute une attitude face à la réalité extérieure. Si la personne démente ne peut plus penser de manière structurée et ne peut plus transmettre cette pensée par le langage ni argumenter son cheminement, elle n en est pas moins capable d éprouver des émotions et de les exprimer. La colère contre une aide-soignante un peu brusque, la peur de se sentir perdu dans l institution, mais aussi la joie à la vue d un visage souriant ou le plaisir d être touché ne peuvent plus être élaborés. L expression musicale par le biais de l improvisation, peut alors aider à canaliser ces émotions, leur donner un réceptacle, leur permettre d être entendus et partagés sur un mode nonverbal. L expression créative par la voix ou par des instruments de musique permet alors de dire la tension, la tendresse, la joie, la colère ou la peur. Le langage créatif sonore n a, en effet, pas de caractère ni de valeur esthétique, mais un objectif thérapeutique, dit à ce sujet Suzanne Ogay*. Faire fonctionner les capacités de création afin de supporter les pertes et l angoisse, est d ordre thérapeutique (...) Dans la notion de créativité, nous pouvons admettre des choses aussi simples qu une nouvelle façon de se déplacer ou de sautiller sur un rythme musical ; une autre manière à soi d utiliser un instrument de musique ; ou des variations dans l activité vocale (...) Chanter, fredonner, bourdonner voire gémir ou soupirer avec le soutien d un instrument utilisé par le thérapeute est aussi une expression personnelle de soi, même si cela ne constitue qu une plainte. La production musicale, sitôt exprimée, non-reliée à une représentation et non-fixée dans la mémoire, est souvent aussitôt oubliée en tant que création. Or, l émotion ou le plaisir éprouvés lors de cette création ont une répercussion à plus long terme. On peut observer une diminution de l agressivité, une pause dans les déambulations, et une transformation de l humeur. Monsieur B est atteint d une maladie d Alzheimer. Il a encore accès au langage mais connait de gros troubles de mémoire et d orientation. Angoissé et conscient d une partie de ses troubles, il erre toute la journée dans l institution à la recherche de repères. Je l invite à une

9 séance de musicothérapie, en même temps que Madame L (que nous appellerons Léonie ). Dés que je présente Léonie à MonsieurB, il la regarde avec émotion et commence une improvisation chantée sur son prénom Léonie, Léonie, tu seras toujours jolie etc. Quelques instants plus tard, je lui reparle de cette improvisation. Il ne s en souvient pas et, se tournant vers Léonie, lui demande comment elle s appelle... Monsieur B a éprouvé une émotion à la vue de Léonie, qu il a exprimé par une création vocale dans l instant, mais sans la lier à une représentation. Même s il ne se souvient alors plus de Léonie, il a eu un moment de plaisir, il a donné un moment de plaisir et il a joué, par cette improvisation galante, un rôle valorisant dans une interaction. On peut alors rejoindre C. Rivemale*, qui affirme que La musique ainsi créée surgit dans l instant, hors du temps, hors d un quotidien difficile, et cette rencontre sonore provoque au hasard, l harmonie. Initier une mélodie ou un rythme, ou bien savoir suivre et peut-être même prendre des initiatives par rapport à l improvisation du groupe (anticiper la fin, rajouter des variantes, jouer sur les nuances, surprendre l'autre,...) sont alors des facteurs importants de renarcissisation pour ces personnes habituellement toujours mises en échec : je suis capable de m'y inscrire dans cette musique ou ce rythme, je suis dans le bon temps, je peux renvoyer une image positive de moimême. Je peux dire avec mon corps ce qui fait sens à mon corps et à ma mémoire affective, mais qui ne fait plus sens dans ma tête et que je ne peux plus exprimer avec des mots. La personne démente va par ce biais retrouver une place valorisante dans un groupe. Elle n'est plus celle qui est systématiquement perdue, mais un membre participant et même stimulant du groupe. Très souvent, les improvisations finissent par des rires ou même des fou-rires et on entend des expressions du type "C'est pas mal!", "on est bons", "on va monter sur les planches", qui remplacent les formules habituelles du type "je n'ai plus de tête, ne me demandez pas, je ne sais pas"... On observe fréquemment les autres patients, mais aussi le personnel, complimenter la personne démente sur la qualité d'une interprétation entendue à travers la porte de la salle de musique. Ces compliments sortent pour un instant la personne démente de son image déficitaire et ont incontestablement un effet à long terme dans sa prise en charge, dans sa reconnaissance et dans son intégration.

10 Conclusion La musique constitue de toute évidence un outil très prometteur dans la prise en charge des pathologies démentielles. Elle stimule la mémoire et l identité, permet de s inscrire à nouveau dans un temps et représente l un des derniers supports de communication. La créativité, en tant que seul élément constructif face aux pertes dues à la pathologie démentielle, permet à la personne âgée de continuer à exister, à produire et à interagir sur un mode revalorisant, ludique et plaisant. Même une expression discrète, entendue, prise en compte et mise en valeur par le thérapeute ou le groupe dans une création musicale, permet à la personne démente de reprendre de la valeur par rapport à son environnement et par rapport à elle-même. Quelle qu en soit la qualité musicologique, il parait important de considérer cette expression de soi comme étant une création, afin de reconnaître à la personne démente la capacité de construire et de transmettre malgré ses pertes. Si, comme le définit l un de nos dictionnaires français, créer, c est tirer du néant, les musicothérapeutes en gérontologie ont un travail considérable mais au combien précieux à réaliser pour aider les personnes âgées démentes à ne pas sombrer dans le gouffre de l involution démentielle, mais à mobiliser les ressources restantes pour continuer la création du Soi jusqu au bout...

11 Références - LE GOUÈS, G. : L âge et le principe de plaisir - introduction à la clinique tardive, éditions Dunod, Paris, OGAY, S. : Alzheimer, communiquer grâce à la musicothérapie, éditions l Harmattan, Paris, OGAY, S. : Psychogériatrie et créativité, in La relation thérapeutique en musicothérapie dans différents champs d application, in Actes des 3èmes rencontres Genevoises de Musicothérapie, 1992, p LECOURT, E. : Le sonore et les limites du soi, in Bulletin de psychologie, XXXVI, n 360, 1982, p MOYNE-LARPIN Yolande : Musique au fil de l âge, les techniques psychomusicales en gérontologie, Desclée de Brouwer, Paris, RIVEMALE, C., Musique et mémoire, in Musique, thérapie et animation, Chronique Sociale, PÉRUCHON Marion : Le déclin de la vie psychique, Dunod, Paris, WINNICOTT D.W. : Jeu et réalité, NRF, Paris, 1971

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque

capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque Les Intelligences Multiples selon Howard Gardner l intelligence verbale/linguistique C est la capacité à être sensible aux

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES DE QUOI PARLE-T-ON? A l heure actuelle, la maladie d Alzheimer est une pathologie dont on ne guérit pas! Mais absence de traitement curatif ne veut pas

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet MUSIQUE ET VARIATION Objectifs A être auditeur, interprète et créateur. A décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène musical. A écouter sa production pour la corriger et

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2014 Formations en image professionnelle, en efficacité relationnelle, en développement personnel 1 SOMMAIRE Image professionnelle Page 3 Valoriser son image et sa communication

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

L accompagnement pour piano

L accompagnement pour piano L accompagnement pour piano L'harmonisation polyphonique d'une mélodie, telle que vous l'avez pratiquée jusqu'à présent, demande quelques modifications de conception dès lors que l'on veut la transformer

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Danses pour des jeunes par des jeunes Processus de création Nous nous exprimons par la danse La danse qui sera créée devra refléter une préoccupation sociale qui est importante et signifiante à ta génération.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

ACTIVITE SUPPORT : la danse

ACTIVITE SUPPORT : la danse Compétence spécifique de l activité : être capable de : - exprimer corporellement des images, des personnages, des sentiments, des états - communiquer aux autres des sentiments ou des émotions - s exprimer

Plus en détail

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant.

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Par Myriam Bousselet Directrice de CBC, formatrice et coach mai 2008 Les conseillers bilans sont pour partie des psychologues, mais les centres

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie?

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Nom de l usager L'usager est prêt L'usager vit un malaise par rapport à la fatigue ; il identifie

Plus en détail

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire?

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire? Léo adore sa maitresse. Surtout quand elle lui frotte la tête en disant : Bravo Léo, tu as encore bien travaillé. Il adore. Pour demain, elle a demandé à chacun de ses élèves de rapporter un objet ancien.

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique En UEL uniquement Découverte du langage musical autour du piano Musique à l école Création sonore et radiophonique Grand débutant Acquisition des notions de base de la musique autour d un piano. Ce cours

Plus en détail

UNIVERSITÉ PAUL-VALÉRY MONTPELLIER III Arts et Lettres Langues et Sciences Humaines SUFCO U.F.R. I DÉPARTEMENT MUSIQUE

UNIVERSITÉ PAUL-VALÉRY MONTPELLIER III Arts et Lettres Langues et Sciences Humaines SUFCO U.F.R. I DÉPARTEMENT MUSIQUE UNIVERSITÉ PAUL-VALÉRY MONTPELLIER III Arts et Lettres Langues et Sciences Humaines SUFCO U.F.R. I DÉPARTEMENT MUSIQUE Enseignements de la Musicothérapie Diplôme Universitaire de Musicothérapie (1 er niveau)

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Quand psychologie et émotions riment avec recherche et application Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Lisa Bellinghausen Psychologue du travail / Chercheuse

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012 WWW.UNIV-PARIS3.FR

www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012 WWW.UNIV-PARIS3.FR www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2011 2012 WWW.UNIV-PARIS5.FR WWW.UNIV-PARIS3.FR MASTER SORBONNE PARIS CITÉ mention ARTS THÉRAPIES PRÉSENTATION Domaine de formation

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Dossier complémentaire pour l analyse de cas

Dossier complémentaire pour l analyse de cas Niveaux d analyse Les facteurs à prendre en compte : L institution Les valeurs de l Institution sont éloignées/proches des valeurs de l étudiant L enseignant pense qu il est possible de faire évoluer les

Plus en détail

les ateliers Papilles Créatives

les ateliers Papilles Créatives Oubliez ce que vous savez des ateliers culinaires classiques les ateliers Papilles Créatives STOP aux complexes et à la performance culinaire! STOP aux diktats alimentaires et à la culpabilité en cuisine!

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 Nom: Prénom: Comme tu le sais sûrement, le CECRL (Cadre Européen de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de langues

Plus en détail

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI Par ALO VAN DER BEEK Docteur Vétérinaire Clinique Vétérinaire Beaulieu 15 rue des Frères Lumière F-86000 POITIERS

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

Rythme et percussions à l école maternelle

Rythme et percussions à l école maternelle Jérôme Vial CPDEM Inspection Académique de l Allier, Rythme et percussions à l école maternelle Les activités suivantes peuvent être proposées de la PS à la GS, en différenciant les attentes. Jeux vocaux

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan.

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. - 1 - SOMMAIRE 1. Définition de l APS acrosport 2. Caractéristiques de l APS 3. Références

Plus en détail