Le grand âge un défi pour l individu et la société

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le grand âge un défi pour l individu et la société"

Transcription

1 pages du débat :: no 1 Le grand âge un défi pour l individu et la société Images du grand âge : impact des représentations sociales sur les soins et l accompagnement Mireille Balahoczky Responsable des soins infirmiers Département de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Genève Les images du grand âge ont un impact sur le comportement des personnes âgées à l égard de la vieillesse. Si de telles images sont influencées par des mythes, elles sont nuisibles à tous: elles nourrissent la peur de vieillir et rendent les relations entre les générations plus difficiles. Il est donc important que les personnes soignantes, en particulier, fassent un travail sur leurs propres images afin d acquérir des représentations réalistes de la vieillesse.

2 Images du grand âge : impact des représentations sociales sur les soins et l accompagnement Mireille Balahoczky Responsable des soins infirmiers Département de Gériatrie, Hôpitaux Universitaires de Genève Les images du grand âge ont un impact sur le comportement des personnes âgées à l égard de la vieillesse. Si de telles images sont influencées par des mythes, elles sont nuisibles à tous: elles nourrissent la peur de vieillir et rendent les relations entre les générations plus difficiles. Il est donc important que les personnes soignantes, en particulier, fassent un travail sur leurs propres images afin d acquérir des représentations réalistes de la vieillesse. L image est la traduction symbolique de la représentation On définit le terme de «représentation» comme étant un concept fourni à la conscience par les sens ou qu elle se donne à elle-même par la mémoire, l imagination, la réflexion et le souvenir. La représentation forme le contenu concret d un acte de la pensée ou d une visée de la conscience. C est la reproduction d une conception antérieure, un état de la conscience. La représentation est une idée, une opinion dont le fondement est constitué par la croyance, par les valeurs, par les impressions et par les expériences affectives. Elle n est pas interrogée dans sa légitimité ni dans son origine. La représentation a sa raison d être. Elle permet à l individu de trouver une explication propre à un questionnement existentiel. Elle guide de manière consciente ou inconsciente le sens de nos actions et elle justifie le bien fondé de nos interventions. Au nom du principe de «l unicité», l'être humain aura tendance à poser des actes cohérents à sa représentation. En effet, chaque comportement repose sur cette connaissance cognitive et affective que constitue notre représentation. Se trouver dans la situation de produire un comportement en opposition à notre représentation entraîne chez l humain, l anxiété et l incertitude qui se traduit par une désorganisation plus ou moins grande. Représentation que l'adulte jeune a de l âge avancé Le jeune adulte a une représentation du grand âge qui repose sur ses valeurs, ses croyances, ses convictions et ses connaissances. Cette représentation se nourrit aussi des propres croyances de la personne âgée elle-même. débat :: no 1 page 13

3 Il y a plusieurs manières de voir le vieillissement : on peut le considérer comme une période de déclin d énergie avec une perte irréversible des capacités, tant affectives que cognitives. Le vieillissement peut être vu comme un moment d'apprentissage, comme une étape de la vie où l individu est riche d'expériences, qu il possède la distance nécessaire pour analyser les événements, qu il envisage l avenir avec calme et sérénité. On peut aussi voir la vieillesse comme le temps de la mort où l individu, débarrassé des stimulations de la vie productive, se retrouve avec lui-même pour vivre sa spiritualité, pour se préparer à quitter le vie. La manière de concevoir le vieillissement repose aussi sur nos connaissances. A ce sujet, Butler, en 1975(1) établit une différence entre l âgisme et les mythes. L âgisme, dit-il, est un préjugé défavorable à l égard des personnes âgées, qui s explique par le sentiment négatif que chacun porte en soi, à des degrés divers, vis à vis de la vieillesse. Les mythes reflètent un manque de connaissances à propos des personnes âgées ou le peu de rapports qu on a avec les membres de ce groupe d âge. Il poursuit en présentant un certain nombre de mythes entourant les personnes âgées. Mythe de la vieillesse : la seule mesure de l âge chronologique ne tient pas compte de l individualité des personnes. Il y a des «jeunes» vieux et des «vieux» vieux. Mythe de la non-productivité : en l absence de maladies ou de contraintes sociales, les personnes âgées restent bien engagées dans la vie familiale et communautaire. Certaines ont encore une activité professionnelle. Mythe du désengagement : certaines personnes âgées ont tendance à se replier sur elles-mêmes, à choisir la solitude. Ceci n est pas une généralité. Mythe de l'inflexibilité : l adaptabilité est liée aux caractéristiques personnelles d un individu et non à l âge. Les personnes âgées peuvent s adapter à des niveaux divers et la majorité d entre elles accepte le changement. Mythe de la sénilité : les pertes de mémoire, la diminution de l attention et les moments de confusion sont souvent perçus comme de la sénilité. En réalité, ces comportements peuvent être liés à une pathologie et sont réversibles. Mythe de la sérénité : l âge avancé n est pas un gage de sérénité, de repos et de temps libre. Les personnes âgées vivent aussi de la peine, de la désolation et de l inquiétude face à leurs propres pertes ou à des difficultés de leur entourage. Ces mythes, tout comme l'âgisme entre les générations et entre vieillards eux-mêmes, nuisent à tous. Ils entretiennent la peur de vieillir et rendent difficiles les relations harmonieuses entre les générations. En réalité, qui est la personne âgée? Lauzon et Adam (1997)1 écrivent : «La personne âgée est un être humain qui est parvenu à une étape avancée de sa vie, laquelle se caractérise par l altération de certaines structures et fonctions débat :: no 1 page 14

4 de son organisme. Le vieillissement physique n est qu un aspect, certes le plus observable, parmi d autres de l évolution de cet être complexe. L avancement en âge est souvent décrit comme un déclin. Pourtant, malgré les apparences, il peut être un processus d épanouissement où s affirme et se consolide l être social, psychique, spirituel, politique, intellectuel, religieux, sentimental et philosophique qu est la personne âgée.» En effet, le vieillissement est un processus personnel où chaque organe vieillit à son rythme. Il y a un changement au niveau du système nerveux central qui entraîne une diminution de la sensibilité, une baisse dans la vitesse «action-réaction» et un certain ralentissement parfois des activités cognitives. Au niveau des poumons, on trouve une difficulté possible pour la régulation des échanges gazeux. Une moins bonne isolation de la peau par la perte du tissu sous-cutané et une diminution de l élasticité troublent l équilibre thermique. On constate, dans le vieillissement, une fragilité des os et des risques d ostéoporose avec une baisse du tonus musculaire. Au niveau du système digestif, il y a un ralentissement du métabolisme. Concernant les organes sensoriels, on assiste à une diminution progressive des facultés sensorielles. Il y a une diminution de la production hormonale et, enfin, les fonctions cardiaques et rénales sont modifiées. Ce processus, qui est naturel et normal, fragilise la personne et l expose plus que l adulte jeune au risque des maladies avec, pour conséquence, des déficiences et des handicaps. La personne âgée reste, malgré cela, un être complexe ayant des besoins et des ressources pour les satisfaire. La satisfaction des besoins procure à la personne le bien-être qui entretient la santé globale. L incapacité à répondre à ses besoins engendre l angoisse, le stress et l impuissance qui altèrent la santé. La vieillesse peut être dynamique et représenter une période d'accomplissement d unicité et de sérénité pour l'individu. Les expériences, les rêves, les fantasmes et les souvenirs deviennent des sources accrues de compréhension et d'enrichissement. Cependant, des causes internes à la personne, la maladie, externes, liées à l'environnement et au contexte, altèrent l intégrité physique et fragilisent le moi. Le vieillard devient un être dépendant, qui espère de son entourage. En quoi consiste l aide du soignant? Qu'elle vienne du professionnel ou de l entourage socio-familial, l aide soignante consiste à veiller à la satisfaction des besoins chez la personne âgée. La personne soignante intervient en consolidant et en renforçant les ressources personnes de la personne âgée pour qu elle puisse satisfaire ses besoins de manière autonome. Elle l assiste et l aide à franchir les étapes difficiles. Elle l encourage à établir les priorités et elle valorise ses entreprises. La personne aidante aura aussi un rôle de suppléance quand la maladie et les handicaps limitent l'indépendance de la personne âgée. En règle générale, l aide à apporter à l aîné, pour satisfaire les besoins dits de base, appelés aussi les besoins primaires, est aisée parce que facilement objectivable, l expression de ces besoins est débat :: no 1 page 15

5 identifiable car connue de tous. Nous savons que toute personne a besoin de manger, de dormir, d éliminer les déchets de son organisme, de se protéger contre les dangers. Il est tout aussi important de retenir chez la personne âgée, le besoin d'avoir une estime positive d elle-même, le besoin de communiquer avec les autres, le besoin de se divertir, le besoin de se sentir utile, le besoin d appartenir à un groupe, le besoin d aimer et d'être aimé, le besoin d intimité et le besoin de dépassement. Ces besoins, dits égocentriques et d auto-accomplissement, sont aussi appelés des besoins supérieurs. L influence de la représentation du soignant sur cette aide Que ce soit pour la satisfaction des besoins primaires ou supérieurs, seule l image que l aidant s est faite de la vieillesse l amènera à intervenir de manière positive auprès du vieillard. L approche positive repose sur cette connaissance que la vieillesse n est pas une maladie mais une période de la vie, c'est l aboutissement d un processus qui débute à la naissance, qui traverse le temps selon des étapes, qui conduit une personne vers ce moment très riche d expériences. C est la période où des rôles s effacent pour permettre à la personne d en adopter d autres. La représentation du soignant évolue dans le temps, avec ses acquisitions et grâce à ses expériences. Trop souvent, le soignant face à un vieillard souffrant et dépendant, est écrasé par les aspects les plus lourds de cette situation. Les perspectives sont limitées, les interactions sont perturbées par la peur, la négation, la pitié ou la colère. La personne âgée devient une menace, par la projection de notre image future. De part et d autre, le soignant et le vieillard sont envahis par des sentiments d impuissance, de désespoir et d inutilité. Ce qui rend toute rencontre stérile et toute approche impossible. Le soignant développe l agressivité et la personne âgée présente l apathie et le désengagement. Pour faire évoluer les représentations, éviter que l'image dévalorisante reste figée dans la mémoire du soignant, il doit apprendre. Nul ne mettra en doute, aujourd hui, l existence de la gérontologie en tant que discipline imposant des connaissances particulières et spécifiques. Le soignant professionnel doit donc connaître les tâches psychologiques et de développement du grand âge. Il doit reconnaître l'existence des besoins sous-jacents, difficilement identifiables, se manifestant à travers des comportements parfois inadaptés. La satisfaction des besoins, la possibilité de modifier les rôles, la poursuite d'interactions significatives sont les éléments qui entretiennent une perspective globale de vie en santé. La connaissance de la personne âgée, la compréhension du processus de vieillissement et la maîtrise de l approche positive modifient les représentations et les attitudes du soignant. Loin de développer une perspective étroite et faussée qui relierait la vieillesse à l'institutionalisation, à la maladie et à la déficience, au contraire, il s implique avec émotion, les interactions avec la personne âgée sont teintées d admiration, d espoir, de respect et de perspectives existentielles. débat :: no 1 page 16

6 Conclusion Pour conclure, retenons que la représentation mentale constitue une valeur construite à partir de croyances archaïques. Nous avons tous une représentation de la réalité avant de la découvrir. Le soignant, qu il soit professionnel ou aidant naturel, aborde le vieillard demandeur d aide avec sa représentation du grand âge et de son propre rôle. Cette représentation, quand elle est positive, permet la vision globale et la créativité nécessaire pour accompagner l aîné dans un moment important de son existence, faite de richesses, d obstacles et de péripéties. Quand elle est négative, elle incite le soignant à l'éloignement, l incompréhension, la désespérance et l agressivité. La représentation se modifie grâce à la connaissance donnée par la formation, à la proximité entre les générations de jeunes et d âgés. Le jeune soignant doit côtoyer la personne âgée pour se créer une représentation de la vieillesse proche du réel. CE NE SONT PAS LES ANNÉES QUI SÉPARENT LES GÉNÉRATIONS MAIS NOS REPRÉSENTATIONS MUTUELLES. Bibliographie 1. Lauzon S. et Adam A. : La personne âgée et ses besoins. Seli Arslan, Paris, Herfray Ch. : La vieillesse, une interprétation psychanalytique. Ed. Desclée de Brouwer, Paris, Berger L. : Nursing du troisième âge. Ed. HRW, Canada, Sebag-Lanoë R. : Vieillir en bonne santé. Ed. Desclée de Brouwer, Paris, Jasmin C. et Butler R. : Longévité et qualité de vie, défis et enjeux. Institut synthélabo, Paris, Wilson et Kneisl : Soins infirmiers psychiatiques. Inter Editions, Québec, débat :: no 1 page 17

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Personnes âgées et BESOIN DE SE RÉCRÉER

Personnes âgées et BESOIN DE SE RÉCRÉER Personnes âgées et BESOIN DE SE RÉCRÉER I- Savoir résumer ce besoin II- Savoir reconnaître le processus de vieillissement physiologique et ses conséquences A - Le vieillissement physiologique Processus

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Découvrir et apprécier sa valeur

Découvrir et apprécier sa valeur présentent Partenaires : Centre Berthiaume-Du Tremblay www.berthiaume-du-tremblay.com Association québécoise des centres communautaires pour aînés www.aqcca.org Découvrir et apprécier sa valeur Pour s

Plus en détail

Personnes âgées et BESOIN d APPRENDRE

Personnes âgées et BESOIN d APPRENDRE Personnes âgées et BESOIN d APPRENDRE I- Savoir résumer ce besoin II- Savoir reconnaître le processus de vieillissement physiologique et ses conséquences A - Le vieillissement physiologique Processus du

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE 1999 La Fondation nationale de gérontologie et le ministère des affaires

Plus en détail

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Daniel Thurre Joëlle Vaval Muséum d histoire naturelle de la Ville de Genève 1 route de Malagnou CP 6434 CH 1211 Genève

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux III. Comprendre vos réactions Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux Nous, les humains, avons plusieurs besoins essentiels et fondamentaux (Rosenberg, 2004). Nous ressentons des émotions

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta 12 février 9 h à 17 h Hôtel Delta Trois-Rivières Alzheimer Pourquoi et comment accompagner Programme officiel Joignez-vous à des experts québécois et français et découvrez l approche Carpe Diem à travers

Plus en détail

AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT

AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT «Un enseignant ou une culture ne créent pas un être humain. On n implante pas en lui la capacité d aimer, d être curieux, de philosopher, de symboliser ou d être

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA et HABEO) 1 RAPPEL Vieillesse ne signifie pas : - DEPENDANCE

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN définition Démarche de soins = processus de soins Processus intellectuel, Mode de pensée logique et rigoureux, Résolution de problème

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante FONDATION NATIONALE DE GÉRONTOLOGIE - MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITÉ - 1997 La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Semer, fertiliser et récolter vos objectifs

Semer, fertiliser et récolter vos objectifs Semer, fertiliser et récolter vos objectifs Psychologue du travail, coach et conférencière Tél: 819 849-9016 Courriel: pierretted@lincsat.com Site internet: www.pierrettedesrosiers.com Plan: Atteindre

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques

Information destinée aux proches. Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Information destinée aux proches Comment communiquer avec une personne atteinte de démence? Conseils pratiques Qu est-ce qu une démence? La démence est une affection qui entraîne une détérioration du fonctionnement

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

N Contenu Dates. N Contenu Date 1 Dates 2

N Contenu Dates. N Contenu Date 1 Dates 2 L association : Association Vivre Sa Vie 78 L association Vivre Sa Vie 78 a pour but le développement personnel et professionnel, le mieux-être, une meilleure connaissance de soi et l amélioration de la

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES

CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES CODE D ÉTHIQUE DE L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DE DÉFENSE DES DROITS DES PERSONNES RETRAITÉES ET PRÉ-RETRAITÉES «L ÉTHIQUE EST FAITE POUR LES HONNÊTES GENS QUI S ENGAGENT À LA RESPECTER POUR CEUX QUI S EN

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire

I N F O I N F O C D C. Votre CDC en action. Sommaire Co rpo rati on d e d év el opp emen t c o mmun autai re R o n d P oi nt I N F O C D C I N F O Bulletin mensuel de la CDC Rond Point Novembr e 2013, volum e 15 Sommaire Formations à venir Invitation à la

Plus en détail