Guide pour la déclaration des incendies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour la déclaration des incendies"

Transcription

1 Guide pour la déclaration des incendies au ministère de la Sécurité publique Édition 2003

2 Recherche et rédaction : Jean-François Ducré-Robitaille Direction de la sécurité incendie Collaboration : Rachel Routhier Louise Bisson Carole Lachance Robert Laroche Jacques Tardif Direction de la sécurité incendie Révision linguistique : Claire Morency Direction des communications Mise en page : Mono-Lino Inc. Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec ISBN Gouvernement du Québec

3 Table des matières 1. PRÉSENTATION Le nouveau Rapport d'incendie DSI Une obligation de la Loi sur la sécurité incendie La banque de données sur les incendies L accès aux données QUOI DÉCLARER ET COMMENT LE FAIRE? Ce qu il faut déclarer Ce qu il ne faut pas déclarer Qui doit rédiger le Rapport d incendie? Quand et comment transmettre un rapport? Comment modifier un rapport déjà transmis? Qui contacter pour de l information ou de la formation? CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE Consignes générales Section A : Identification du rédacteur du rapport Section B : Lieu et date de l événement Section C : Type d événement Section D : Chronologie de l intervention Section E : Caractéristiques du bâtiment d origine Section F : Équipement de sécurité incendie Section G : Circonstances de l incendie Section H : Victimes et autres pertes matérielles Section J : Commentaires Section K : Informations sur les victimes Section L : Informations supplémentaires sur la source de chaleur Section M : Informations complémentaires Section N : Informations sur les bâtiments supplémentaires DÉFINITIONS DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS Définitions de termes utilisés dans le Rapport d incendie et dans le guide Définitions de termes utilisés dans la liste des codes LISTE DES CODES RÉPERTOIRE DES USAGES DES BÂTIMENTS Ordre alphabétique Ordre numérique EXEMPLES Incendie d une ferme Incendie d un centre d'accueil propagé au bâtiment voisin Incendie ayant débuté dans le mur extérieur d'un bâtiment Feu de barbecue Feu de cheminée Feu de cuisson Feu d'herbes qui s est propagé au cabanon Feu de broussailles Modification d un rapport déjà transmis à la DSI COMMENT UTILISER LE FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE? 8-91 JANVIER 2003 TABLE DES MATIÈRES 3

4

5 1. Présentation Le Guide pour la déclaration des incendies à l'intention des services de sécurité incendie est un outil essentiel pour remplir correctement le Rapport d incendie DSI Il s adresse aux personnes qui, au sein des administrations municipales et des services de sécurité incendie, sont responsables de remplir le formulaire Rapport d incendie DSI Ce dernier remplace le Rapport d intervention - Incendie, DGSP-25 qui, depuis le 1 er janvier 2003, n est plus en vigueur. Le guide comprend huit sections. La première section présente le guide, le nouveau formulaire, les articles de loi qui s y rapportent ainsi que la banque de données sur l incendie du ministère de la Sécurité publique. La deuxième section traite de l utilisation du formulaire alors que la troisième donne des explications nécessaires pour remplir chaque section et chaque case du formulaire. À la quatrième section, on trouve la définition des différents termes techniques utilisés. La cinquième section renferme les listes de codes à utiliser, alors que la sixième constitue le répertoire des usages des bâtiments. Des exemples se trouvent à la septième section du guide et la dernière section donne des indications pour remplir le formulaire électronique. 1.1 Le nouveau Rapport d'incendie DSI-2003 Le Rapport d incendie DSI-2003 est un nouveau formulaire qui remplace le Rapport d intervention Incendie DGSP-25. Il doit être utilisé pour déclarer les incendies au ministère de la Sécurité publique à compter du 1 er janvier Le rapport a été modifié pour mieux s harmoniser au Manuel canadien de codage des statistiques sur les incendies et à la norme NFPA 901, Standard Classifications for Incident Reporting and Fire Protection Data. Il tient compte également des données nécessaires à la réalisation des schémas de couverture de risques et des plans de mise en œuvre par les autorités régionales et locales. Les principaux changements concernent donc l ajout de données sur la force de frappe complète, les catégories de risques et de nombreux codes supplémentaires pour mieux décrire les circonstances de l incendie. La description des bâtiments, autres que celui d origine, touchés par un incendie et l inclusion des incendies de véhicules sont d autres exemples de modifications qui ont été apportées au rapport. La Direction de la sécurité incendie tient à remercier la centaine d intervenants des services de sécurité incendie qui ont été consultés au printemps 2002, afin de s assurer que le nouveau rapport convienne au besoin de tous. 1.2 Une obligation de la Loi sur la sécurité incendie La Loi sur la sécurité incendie (L.R.Q., c. S-3.4), adoptée en juin 2000, oblige les municipalités à déclarer au ministère de la Sécurité publique tous les incendies qui surviennent sur leur territoire. Cette responsabilité des municipalités est prévue à l article 34. «Toute municipalité locale sur le territoire de laquelle est survenu un incendie doit communiquer au ministre, au plus tard le 31 mars de l'année qui suit l incendie, la date, l heure et le lieu de survenance du sinistre, la nature des préjudices, l évaluation des dommages causés et, s ils sont connus, le point d origine, les causes probables et les circonstances immédiates de l incendie que sont, entre autres, les caractéristiques de l immeuble ou des biens sinistrés et le déroulement des événements.» Bien que ce soit la municipalité qui doit déclarer les incendies, cette tâche est normalement dévolue au service de sécurité incendie qui protège son territoire. Une municipalité qui n a pas son propre service de sécurité incendie devrait donc s assurer, dans le cadre d ententes prévoyant la desserte de son territoire par des municipalités voisines, d inclure des dispositions sur la déclaration des incendies. 1-5 PRÉSENTATION JANVIER 2003

6 Par ailleurs, l'article 43 de la loi fixe les obligations du directeur du service de sécurité incendie pour déterminer les circonstances entourant un incendie. «Sous réserve des restrictions que peut imposer un service de police dans les cas visés à l'article 45, le directeur du service de sécurité incendie ou une personne qualifiée qu'il désigne à cette fin doit, pour tout incendie survenu dans le ressort du service, en déterminer le point d'origine, les causes probables ainsi que les circonstances immédiates que sont, entre autres, les caractéristiques de l'immeuble ou des biens incendiés et le déroulement des événements.» La loi prévoit enfin, à l article 7, que les compagnies d assurances et les experts en sinistres doivent aussi communiquer au Ministère des renseignements sur les incendies pour lesquels leurs services ont été demandés. 1.3 La banque de données sur les incendies Le Système de Sécurité Incendie (SSI) est la banque de données qui regroupe l ensemble des informations sur l incendie au ministère de la Sécurité publique. Cette banque contient les données sur les incendies qui ont été déclarés depuis Elle est alimentée d abord par les services de sécurité incendie. Le Ministère reçoit cependant des informations sur les incendies de différentes autres sources : compagnies d assurance et experts en sinistres, corps de police, commissaire aux incendies, bureau du coroner, journaux. L information provenant de ces partenaires vient compléter ou préciser celle transmise par les municipalités. Elle permet aussi d avoir des données sur des incendies pour lesquels un service de sécurité incendie ne serait pas intervenu. Les données sur les incendies recueillies par le Ministère lui permettent, notamment, de produire un rapport statistique annuel, de mesurer la performance du Québec en sécurité incendie et de fournir de l information à des fins de prévention, de révision de normes, de réglementation, etc. La banque de données SSI contient aussi les données du Recensement des ressources et des mesures municipales en sécurité incendie colligées dans le cadre de la réalisation des schémas de couverture de risques. 1.4 L accès aux données Le ministère de la Sécurité publique n'est qu'un dépositaire du rapport fourni par les municipalités. Il est donc important que chaque municipalité conserve une copie des rapports qu elle transmet au Ministère. En vertu de l article 150 de la Loi sur la sécurité incendie, le Ministère ne peut divulguer de renseignements sur les rapports d incendie sans avoir obtenu auparavant l autorisation de leur auteur. «Le ministre et toute personne sous son autorité ne peuvent révéler les renseignements relatifs au point d'origine, aux causes probables ou aux circonstances d'un incendie qui leur ont été communiqués en application de l'article 7 ou 34 ni communiquer un document obtenu en vertu de l'un de ces articles sans le consentement de leur auteur.» Lorsqu une demande est formulée en vertu de la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (L.R.Q., c. A-2.1), le Ministère ne transmet aucun rapport. Il ne fournit au demandeur que les informations pour joindre la municipalité concernée, comme le précise l article 48 de cette loi. «Lorsqu'il est saisi d'une demande qui, à son avis, relève davantage de la compétence d'un autre organisme public ou qui est relative à un document produit par un autre organisme public ou pour son compte, le responsable doit, dans le délai prévu par le premier alinéa de l'article 47, indiquer au requérant le nom de l'organisme compétent et celui du responsable de l'accès aux documents de cet organisme, et lui donner les renseignements prévus par l'article 45 ou par le deuxième alinéa de l'article 46, selon le cas.» 1-6 GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

7 2. Quoi déclarer et comment le faire? 2.1 Ce qu il faut déclarer Toute intervention effectuée par un service de sécurité incendie sur les lieux d un incendie doit faire l objet d une déclaration au Ministère à l aide du Rapport d incendie DSI Les incendies visés comprennent, notamment : Les incendies extérieurs : Exemples : Feu de broussailles, de champs et d herbes; Feu de poubelle; Feu de véhicule, avec ou sans collision; Feu de forêt, seulement si la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) n est pas intervenue ou si l incendie s est propagé à un bâtiment. Les incendies de bâtiment : Exemples : Feu de cheminée; Feu de cuisson; Incendie dans une remise ou un garage. Il faut aussi déclarer tous les incendies sans pertes matérielles et les interventions sans attaque initiale parce que le feu s est éteint de lui-même ou encore parce que l occupant a procédé lui-même à l extinction. Ne remplir qu un seul rapport par incendie, même si plusieurs bâtiments sont touchés par le feu. Si un incendie reprend et que les pompiers sont retournés sur les lieux, il faut remplir et transmettre un nouveau rapport. 2.2 Ce qu il ne faut pas déclarer Les événements suivants ne doivent pas être déclarés : Les fausses alarmes; La foudre ou une décharge électrique; L explosion d un réservoir sous pression à la suite d une pression interne et non d une combustion externe; Une brûlure occasionnée par un objet, comme une cigarette, un tison, etc.; Une surchauffe, c est-à-dire toute modification subie par une matière sous l effet de la chaleur sans combustion, où il suffit de retirer la source de chaleur pour arrêter la réaction. Par exemple, une casserole laissée sur un rond et qui se déforme sous l effet de la chaleur. Important : Mises à part les fausses alarmes, les incidents mentionnés ci-dessus doivent être déclarés s ils ont provoqué un incendie ou ont été occasionnés par un incendie. 2.3 Qui doit rédiger le Rapport d incendie? C est la municipalité locale qui doit légalement déclarer les incendies sur son territoire. En pratique, les deux règles suivantes peuvent servir de référence pour déterminer qui doit rédiger le rapport : JANVIER 2003 QUOI DÉCLARER ET COMMENT LE FAIRE? 2-7

8 1. Le service de sécurité incendie de la municipalité où a eu lieu l incendie est intervenu. C est ce service qui doit rédiger le rapport. 2. Le service de sécurité incendie de la municipalité où a eu lieu l incendie n est pas intervenu ou cette municipalité n a aucun service de sécurité incendie. C est le premier service demandé en vertu d une entente qui doit rédiger le rapport, si de telles dispositions sont prévues dans l entente. Dans le cas contraire, la municipalité doit tout de même s assurer que l incendie sera déclaré au Ministère. 2.4 Quand et comment transmettre un rapport? La date limite pour la transmission d un rapport est le 31 mars de l année qui suit l incendie. Cependant, il est suggéré de transmettre les rapports régulièrement, sur une base hebdomadaire ou mensuelle. Cette fréquence permet au Service des statistiques du Ministère de faire les suivis appropriés. Le service de sécurité incendie peut transmettre les données de quatre façons au Ministère. La transmission par Internet est la méthode la plus simple et la plus efficace. Par courrier Remplir le formulaire Rapport d incendie DSI-2003 et le poster à l adresse suivante : Service des statistiques Ministère de la Sécurité publique Tour des Laurentides, 6e étage 2525, boulevard Laurier Québec (Québec) G1V 2L2 Par télécopieur Remplir le formulaire Rapport d incendie DSI-2003 et l envoyer par télécopieur à un des numéros suivants : Pour la région de Québec : (418) Pour l extérieur de la région de Québec (sans frais) : Par Internet Le formulaire Rapport d incendie DSI-2003 est disponible dans le site Web du Ministère à l adresse sous la rubrique «Formulaires» de la section «Incendie». Consulter la partie 8 pour plus d information sur le formulaire électronique. Par fichier séquentiel Cette méthode convient aux municipalités qui utilisent une application informatique pour compiler les données sur les interventions de leur service de sécurité incendie et sur les incendies sur leur territoire. Elle permet de transmettre directement à partir de ce système les rapports, par voie électronique, au Ministère. Pour ce faire, une entente doit être conclue entre le service de sécurité incendie ou la municipalité et le Service des statistiques. 2-8 GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

9 2.5 Comment modifier un rapport déjà transmis? Toute modification à un Rapport d incendie DSI-2003 déjà transmis, que ce soit par la poste, par télécopieur ou de façon électronique, doit être apportée de la façon suivante : 1. Utiliser une copie du rapport déjà transmis pour effectuer les modifications; 2. Inscrire «Rapport modifié» au haut du formulaire; 3. Faire un trait sur les données à corriger et inscrire les modifications à droite ou au-dessus des cases concernées, selon le cas; 4. Transmettre par télécopieur ou par la poste. On trouvera un exemple d une modification d un rapport à la partie 7 du guide. 2.6 Qui contacter pour de l information ou de la formation? Si vous avez des questions sur le Rapport d'incendie DSI-2003 ou avez besoin de formation pour vous aider à remplir le formulaire, n'hésitez pas à communiquer avec le Service des statistiques. Nos bureaux sont ouverts de 8 h 30 à 12 h 00 et de 13 h 00 à 16 h 30. Service des statistiques , poste Pour l extérieur de la région de Québec (sans frais) : JANVIER 2003 QUOI DÉCLARER ET COMMENT LE FAIRE? 2-9

10

11 3. Contenu du Rapport d incendie 3.1 Consignes générales Pour remplir correctement le formulaire Rapport d incendie DSI-2003 : Bien suivre les indications fournies dans le présent guide. Ne jamais laisser vides des cases obligatoires. Ne jamais utiliser de codes maison pour les sections C à M. La liste des codes à utiliser se trouve à la partie 5 du guide. Toujours remplir les sections A, B, C et J. Remplir les sections D, E, F, G et H selon le type d événement spécifié à la section C. Si l incendie fait une ou plusieurs victimes (décès et blessures), remplir obligatoirement la section K. Si l on déplore des dommages à plus d un bâtiment (incluant les dommages dus à l eau et à la fumée), remplir obligatoirement la section N pour chacun des autres bâtiments endommagés. Les sections L et M sont optionnelles. 3.2 Section A : Identification de l auteur Cette section identifie l auteur du rapport ainsi que le service d incendie responsable de l intervention. Le numéro du dossier de l événement et la date de rédaction facilitent l identification de l événement et le classement du rapport. Case A1 : Numéro de référence Il s agit d un numéro attribué par le service d incendie. Il doit être unique et se rapporter à ce seul incendie. Par exemple, il peut être composé du code géographique ou du nom abrégé de la municipalité, de la date de l incendie ainsi que d un numéro séquentiel. Il peut comporter jusqu à 30 caractères alphanumériques. Case A2 : Date de rédaction Inscrire la date où la rédaction du rapport a été complétée, en utilisant le système international, soit l année, le mois et le jour ( AAAAMMJJ). Case A3 : Code géographique du service d incendie Inscrire le code géographique de la municipalité ou de la régie intermunicipale qui gère le service d incendie responsable de l intervention. Pour le connaître, consulter le Répertoire des municipalités du Québec publié par le ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT), votre bureau municipal ou communiquer avec le Service des statistiques. Bien s assurer que le code inscrit tient compte des plus récentes modifications aux limites territoriales (fusion, annexion, etc.). Case A4 : Nom de l auteur du rapport Inscrire le nom et le prénom de l auteur du rapport en caractères d imprimerie. Case A5 : Numéro de téléphone Inscrire le numéro de téléphone, incluant l indicatif régional, de l auteur du rapport. De préférence, indiquer un numéro auquel l auteur peut être rejoint durant la journée CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE JANVIER 2003

12 3.3 Section B : Lieu et date de l événement Cette section permet de déterminer le lieu de l incendie ainsi que la date où il s est déclaré. Case B1 : Adresse municipale Inscrire l adresse municipale du lieu de l événement. L adresse comporte, selon le cas, le numéro, le nom de la rue, du rang, de la route ou du chemin, le numéro de l appartement et le nom de la municipalité. Si l incendie a eu lieu dans un bâtiment qui comporte plus d une adresse, indiquer celle du local d origine de l incendie. Dans le cas d un incendie à l extérieur dans un lieu sans adresse, préciser l endroit le mieux possible. Utiliser, par exemple, les bornes le long d une autoroute ou le nom usuel de l endroit (ex. Parc Saint- Pierre). Case B2 : Code géographique de la municipalité Inscrire le code géographique de la municipalité où l événement a eu lieu. Pour le connaître, consulter le Répertoire des municipalités du Québec, votre bureau municipal ou communiquer avec le Service des statistiques. Bien s assurer que le code inscrit tient compte de l état des limites territoriales à la date de l incendie. Case B3 : Code d arrondissement Cette case permet d identifier, s il y a lieu, l arrondissement où a eu lieu l incendie. Les arrondissements sont décrétés par le ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT). Pour connaître le code d un arrondissement, consulter le Répertoire des municipalités du Québec, votre bureau municipal ou communiquer avec le Service des statistiques. Bien s assurer que le code inscrit tient compte de l état des limites territoriales à la date de l incendie. Si votre municipalité n est pas divisée en arrondissements, ne rien inscrire. Case B4 : Code postal Inscrire le code postal du lieu de l événement. Dans le cas d un incendie à l extérieur, ne rien inscrire si le lieu ne comporte pas de code postal. Case B5 : Date de l événement Inscrire la date où l incendie a commencé. Utiliser le système international, soit l année, le mois et le jour (AAAAMMJJ). Si la date exacte de l événement est inconnue, inscrire au moins l année et, si possible, le mois. Ne rien inscrire pour le mois et le jour s ils sont inconnus GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

13 3.4 Section C : Type d événement Case C1 : Type d événement Cette section permet de préciser le type d événement et de faciliter la rédaction du rapport. Il suffit d indiquer le code correspondant au type d événement et de suivre les instructions. S il y a une ou des victimes, la section K doit être remplie. Code Événement Sections à remplir Incendie ayant débuté à l extérieur 11. Limité à l extérieur, sans pertes A à C et J 12. Limité à un ou des véhicules A à D, G à J 13. Limité à l extérieur, autre que 11 et 12 A à D, G à J 14. Propagé à au moins un bâtiment A à D, G à J et N Incendie ayant débuté dans ou sur un bâtiment 15. Feu de cheminée, sans pertes A à D, F et J 16. Limité au bâtiment d origine, autre que 15 A à J 17. Propagé à au moins un autre bâtiment A à J et N Important : Un bâtiment est une construction utilisée ou destinée à être utilisée pour abriter ou recevoir des personnes, des animaux ou des objets et qui possède un caractère permanent. Ainsi, un garage est un bâtiment alors qu un abri d auto en toile qu on enlève au printemps n est pas un bâtiment. Des constructions agricoles comme les étables, granges et silos sont toutes des bâtiments. Les parois extérieures, les espaces sous le bâtiment, les structures permanentes attenantes au bâtiment font tous partie du bâtiment. Un feu se déclarant dans un garage de toile attenant à une maison est considéré comme un feu extérieur. 3.5 Section D : Chronologie de l intervention Les cases D1 à D8 précisent les moments importants de l intervention. N inscrire les dates que si elles diffèrent de celle du début de l incendie (case B5). Pour les heures, utiliser le système international, soit 00 h 00 : 00 à 23 h 59 : 59. Si les secondes ne sont pas connues, inscrire 00. Ne rien inscrire si le service d incendie dépêche des pompiers pour constater qu il y a eu un incendie, par exemple à la demande d un citoyen. Case D1 : Appel Inscrire l heure où le service d incendie ou un central de réponse (ex. service 9-1-1) a reçu l appel de la part du citoyen ou du système de surveillance. Case D2 : Transmission Si l appel a été reçu par un central de réponse (ex. service 9-1-1), indiquer l heure où ce central a transmis l alerte au service d incendie. Inscrire la même valeur que la case D1, soit l heure de l appel, s il n y a eu aucun intermédiaire entre le citoyen et le service d incendie. Case D3 : Arrivée du premier véhicule d intervention Inscrire l heure d arrivée sur les lieux de l incendie du premier véhicule d intervention, c est-à-dire celui qui transporte de l équipement et du matériel qui permettrait, dès son arrivée, de déclencher l attaque initiale. Ce véhicule est habituellement muni d une pompe, de tuyaux et de lances, comme une autopompe. JANVIER 2003 CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE 3-13

14 Case D4 : Arrivée de la force de frappe complète Inscrire l heure d arrivée sur les lieux de l incendie de la force de frappe complète, telle que déterminée par le schéma de couverture de risques en fonction de la catégorie de risque d incendie que représente le bâtiment ou la propriété concernée. Ne rien inscrire si la force de frappe n a jamais été atteinte; dans ce cas, inscrire la raison du délai de la force de frappe complète à la case D8. Ne rien inscrire si le concept de force de frappe ne s applique pas. Case D5 : Maîtrise de l incendie Inscrire l heure où l incendie a été déclaré maîtrisé, habituellement signalé à l aide du code radio Ne rien inscrire si l incendie était éteint à l arrivée des pompiers. Case D6 : Moyen utilisé pour la transmission Inscrire le code correspondant au moyen par lequel le service d incendie a été initialement averti. Pour les incendies dans des bâtiments résidentiels, le code le plus fréquent sera 01, soit le cas où un citoyen communique avec le service 9-1-1, qui se charge d alerter par téléphone le service d incendie. Case D7 : Taille de la force de frappe complète Inscrire le nombre de pompiers qui compose la force de frappe complète pour cet événement, tel que spécifié dans le schéma de couverture de risques. Ne rien inscrire si le concept de force de frappe ne s applique pas. Case D8 : Raison du délai de la force de frappe Inscrire le code correspondant à la principale raison du délai de la force de frappe ou encore de son absence sur les lieux de l intervention. Cette case est notamment utilisée pour les interventions où la force de frappe a été atteinte après le délai fixé par le schéma de couverture de risques. Inscrire 88 si l incendie est éteint dans un délai inférieur à celui fixé pour l arrivée de la force de frappe complète. Ne rien inscrire si le concept de force de frappe ne s applique pas. Exemple : Monsieur D s endort la cigarette à la main; celle-ci tombe dans une poubelle et allume un incendie. Monsieur D, alerté par son avertisseur de fumée, se réveille et, constatant la situation, décroche le téléphone et appelle le Il est alors 22 h 45. Le central transmet l information au service d incendie de la municipalité une minute plus tard. Une autopompe, qui sera d ailleurs le seul véhicule envoyé, arrive sur les lieux au bout de quatre minutes et éteint l incendie dans la minute qui suit. La force de frappe complète, fixée à dix pompiers par le service d incendie, ne s est pas rendue sur les lieux puisque l incendie a été éteint rapidement. Voici comment le service d incendie devra remplir la section D : Appel Le citoyen joint le service Transmission Arrivée du premier véhicule d intervention Arrivée de la force de frappe complète Maîtrise de l incendie Le central joint le service d incendie. Arrivée de l autopompe. Aucune force de frappe sur les lieux. Ne rien inscrire. Les pompiers ont éteint l incendie Moyen utilisé pour la transmission Taille de la force de frappe complète Raison du délai de la force de frappe Le central a joint par téléphone le service d incendie. Force de frappe fixée à dix pompiers par le schéma de couverture de risques. Aucun délai GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

15 3.6 Section E : Caractéristiques du bâtiment d origine, pertes matérielles et assistance Cette section contient les éléments d information nécessaires pour décrire le bâtiment dans lequel l incendie s est déclaré, appelé bâtiment d origine. Pour les bâtiments touchés à la suite de la propagation de l incendie (case C1, codes 14 et 17), utiliser la section N. Le rôle d évaluation foncière est nécessaire pour remplir correctement cette section. Si le bâtiment n est pas inscrit au rôle d évaluation, remplir au meilleur de votre connaissance toutes les cases, à l exception du numéro de matricule (case E1). Case E1 : Numéro de matricule du bâtiment Il s agit du numéro de matricule du bâtiment qui est inscrit au rôle d évaluation foncière. Il est constitué de dix chiffres issus de la matrice graphique et situant approximativement le centre de l unité d évaluation. Si le numéro de matricule commence par des «0», vous devez les inscrire. Dans le cas d un bâtiment secondaire, inscrire le code du bâtiment principal du lot. Case E2 : Catégorie de risque Inscrire le code correspondant à la catégorie de risque du bâtiment telle que déterminée par le service d incendie dans le schéma de couverture de risques. Case E3 : Usage principal du bâtiment Pour indiquer l usage principal du bâtiment où l incendie s est déclaré, inscrire le code à quatre positions que l on trouve dans le Répertoire des usages des bâtiments, qui est reproduit à la partie 6 du guide. Cette donnée est aussi inscrite à l élément U du Bloc 00 du rôle d évaluation. Important : Si le bâtiment dans lequel l incendie s est déclaré fait partie d un ensemble homogène de bâtiments à vocation commune (campus universitaire, ferme, industrie avec l ensemble de ses bâtiments de production, centre commercial, etc.), inscrire le code correspondant à l usage principal de cet ensemble de bâtiments. Si un incendie se déclare dans un bâtiment «secondaire» comme un cabanon domestique ou un garage résidentiel, inscrire l usage du bâtiment principal, généralement la résidence. Case E4 : Usage du local d origine Pour indiquer l usage du local d origine où l incendie s est déclaré, inscrire le code à quatre positions que l on trouve dans le Répertoire des usages des bâtiments, qui est reproduit à la partie 6 du guide. Pour qu un local ait un usage distinct de celui du bâtiment, il doit être considéré comme une unité d évaluation distincte de celle du bâtiment dans lequel il se trouve. Remplir cette case même si l usage du local d origine est le même que celui du bâtiment. Important : Si le bâtiment dans lequel l incendie s est déclaré fait partie d un ensemble homogène de bâtiments à vocation commune, inscrire le code correspondant à l usage spécifique du bâtiment. JANVIER 2003 CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE 3-15

16 Exemple 1 : Alors que Monsieur D prend un café dans un petit restaurant, un feu éclate dans les cuisines. Case E Restaurant sans repas rapide Case E Restaurant sans repas rapide Exemple 2 : À la suite d un problème électrique, la voiture de Monsieur D a pris feu et a été complètement détruite. Elle était stationnée dans le garage, un bâtiment près de la résidence. Le garage fait partie d un ensemble homogène de bâtiments. Case E Logement Case E Stationnement intérieur Le garage n aurait pas été considéré comme local d origine s il était attenant à la résidence, mais plutôt comme lieu d origine. Exemple 3 : Monsieur D visite sa cousine qui habite un logement au sixième étage d un immeuble résidentiel. Pendant sa visite, le service d incendie intervient pour éteindre un début d incendie dans le dépanneur au rez-de-chaussée du bâtiment. Case E Logement Case E Dépanneur sans vente d essence Case E5 : Année de construction Inscrire l année de construction du bâtiment où l incendie s est déclaré. Bien que cette donnée soit absente du rôle d évaluation, elle est disponible à la fiche technique de l unité. En cas de rénovations majeures de la structure du bâtiment, inscrire l année des rénovations. Case E6 : Aire au sol Inscrire le code correspondant à l aire au sol (la superficie du rez-de-chaussée) du bâtiment où l incendie s est déclaré. Bien que cette donnée soit absente du rôle d évaluation, elle est disponible à la fiche technique de l unité. Un mètre carré équivaut à 10,76 pieds carrés. Case E7 : Nombre d étages Inscrire le nombre d étages entre le plancher du premier étage et le toit, excluant la cave et le soussol. Cette donnée est aussi inscrite à l élément E du Bloc 00 du rôle d évaluation. Dans le cas de bâtiments sans étage comme un élévateur à grains, le nombre d étages devra être estimé sur la base d un étage équivalant à trois mètres (environ 10 pieds). Case E8 : Type de construction Inscrire le code correspondant au type de construction, combustible ou incombustible. Inscrire le code du principal type pour une construction hybride. Case E9 : Valeur du bâtiment Inscrire la valeur du bâtiment avant l incendie. Arrondir au dollar le plus près. La valeur avant l incendie est basée sur l évaluation municipale. Cette donnée est aussi inscrite à l élément B du Bloc 61 du rôle d évaluation. Au besoin, la fiche technique que l évaluateur municipal remplit pour chacun des bâtiments sur le territoire de la municipalité peut aussi être consultée. Contrairement au rôle, elle n est habituellement disponible qu au bureau de l évaluateur municipal. Si ces renseignements ne sont pas disponibles, inscrire la valeur au meilleur de votre connaissance GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

17 Case E10 : Pertes matérielles en bâtiment Inscrire la valeur des pertes matérielles du bâtiment, ou une estimation, en utilisant la valeur à neuf. Arrondir au dollar le plus près. Si cette valeur est inconnue ou difficilement estimable, évaluer en pourcentage la portion du bâtiment affectée par l incendie et multiplier cette valeur par la valeur avant l incendie de ce bâtiment inscrite à la case E9. Case E11 : Pertes matérielles en contenu Inscrire la valeur des pertes matérielles du contenu du bâtiment, ou une estimation, en utilisant la valeur à neuf. Arrondir au dollar le plus près. La valeur des animaux de production (ex. : vaches laitières) qui sont morts dans un incendie doit aussi être calculée et inscrite dans cette case. Pour les bâtiments résidentiels, si la valeur à neuf est inconnue ou difficilement estimable, diviser par deux les pertes matérielles en bâtiment inscrites à la case E10. Case E12 : Assurance Inscrire le code correspondant à l état d assurance des biens endommagés dont les pertes matérielles sont rapportées aux cases E10 et E11. Case E13 : Évacuation Inscrire le code correspondant au type d évacuation du bâtiment. Case E14 : Sauvetage Inscrire le code correspondant au type de sauvetage des occupants du bâtiment. 3.7 Section F : Équipement de sécurité incendie du bâtiment d origine Cette section permet d inscrire la présence d un avertisseur de fumée, d un système de détection et d alarme ou d un système fixe d extinction, de même que leur fonctionnement lors de l événement. Les codes à utiliser se trouvent à la partie 5 du guide. Case F1 : Type d avertisseur de fumée Inscrire le type d avertisseur de fumée présent sur les lieux de l incendie. Utiliser le code 02 pour un avertisseur de fumée combiné à un système d intrusion. Case F2 : Fonctionnement de l avertisseur de fumée Inscrire si l avertisseur de fumée a fonctionné. Si la raison du mauvais fonctionnement de l avertisseur de fumée n est pas répertoriée, inscrire le code 28 et décrire brièvement la raison. Case F3 : Type de système d alarme incendie Inscrire le type de système d alarme incendie présent sur les lieux de l incendie. Cette case ne comprend pas les avertisseurs de fumée répertoriés à la case F1, mais comprend le gardiennage. Case F4 : Fonctionnement du système d alarme incendie Inscrire si le système d alarme incendie a fonctionné. Si la raison du mauvais fonctionnement du système n est pas répertoriée, inscrire le code 28 et décrire brièvement la raison. JANVIER 2003 CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE 3-17

18 Case F5 : Type de système fixe d extinction Inscrire le type de système fixe d extinction présent sur les lieux de l incendie. Un système complet de gicleurs répond aux normes (NFPA 13 1, NFPA 13D 2, NFPA 13R 3 ) et protège l ensemble du bâtiment. Si seulement une partie du bâtiment est protégée par des gicleurs (ex. locaux de rangement dans une habitation), le système est considéré comme partiel. Cette case comprend aussi les autres systèmes et réseaux fixes d extinction, comme ceux utilisant de l eau pulvérisée ou de la mousse. Les réseaux de canalisation doivent répondre à la norme NFPA 14 4 pour pouvoir être répertoriés sous le code 04. Les systèmes utilisant par exemple les agents suivants sont compris dans cette case : eau, mousse, Halon, poudre, CO 2. Case F6 : Fonctionnement du système fixe d extinction Inscrire si le système fixe d extinction a fonctionné. Si la raison du mauvais fonctionnement du système n est pas répertoriée, inscrire le code 28 et décrire brièvement la raison. 3.8 Section G : Circonstances de l incendie Cette section permet de décrire les circonstances entourant le début de l incendie et l ampleur des dommages. Toutes les cases de cette section doivent être remplies, à moins d indications contraires. Les codes à utiliser se trouvent à la partie 5 du guide. Pour remplir les huit premières cases de cette section, G1 à G8, il suffit de répondre à ces questions : Lieu d origine de l incendie Où l incendie a-t-il débuté? Source de chaleur Quel est l objet qui a fourni l énergie pour la mise à feu? Combustible ou énergie Par quelle substance cet objet est-il alimenté ou que brûle-t-il? Premier matériau enflammé Quel est le premier matériau qui a été enflammé? Cause probable de l incendie Quel est l acte ou l événement qui a permis cette inflammation? Ampleur de l incendie avant l arrivée des Qu est-ce qui brûlait à l arrivée des pompiers? pompiers Propagation de l incendie Qu est-ce qui a finalement été brûlé? Étendue des dommages Qu est-ce qui a finalement été endommagé? Case G1 : Lieu d origine Inscrire le code correspondant à l endroit précis où l incendie a débuté (pièce, aire extérieure). Le sous-sol ne constitue pas un lieu d origine. Case G2 : Source de chaleur Inscrire le code correspondant à l objet (appareil, équipement, matériel ou machine) qui est à l origine de l inflammation. La section L permet de fournir des détails supplémentaires sur la source de chaleur. 1. NFPA 13, Standard for the Installation of Sprinkler Systems, 2002 Edition 2. NFPA 13D, Standard for the Installation of Sprinkler Systems in One- and Two-Family Dwellings and Manufactured Homes, 2002 Edition 3. NFPA 13R, Standard for the Installation of Sprinkler Systems in Residential Occupancies up to and Including Four Stories in Height, 2002 Edition 4. NFPA 14, Standard for the Installation of Standpipe, Private Hydrants, and Hose Systems, 2000 Edition 3-18 GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

19 Important : La source de chaleur fait référence à l ensemble de l équipement et non à l une de ses parties (ex : inscrire «sécheuse» pour les incendies lorsque le moteur et les fils électriques de la sécheuse sont la source de l incendie). Case G3 : Combustible ou énergie Inscrire le code correspondant au combustible ou à l énergie qui alimente la source de chaleur inscrite à la case G2. Case G4 : Cause probable Inscrire le code correspondant à la cause probable de l incendie, que celle-ci soit volontaire ou accidentelle. Les causes englobent tant les incendies volontaires que la négligence lors de l utilisation de combustibles, d équipement ou de matériel. Elles comprennent également des circonstances telles que les défaillances mécaniques, qui peuvent être imputables à des omissions humaines prenant la forme d un manque d entretien ou d un défaut de conception, de construction ou d installation. Important : Pour les incendies survenant dans le cadre d une activité illégale autre qu un incendie criminel (ex : un alambic ou une culture de cannabis), inscrire la cause probable de l incendie et remplir les cases G9 et G10. Case G5 : Premier matériau enflammé Inscrire le code correspondant au premier matériau enflammé, c est-à-dire le matériau dont l inflammation est à l origine de l incendie. Case G6 : Ampleur de l incendie à l arrivée des pompiers Inscrire le code correspondant à l étendue des éléments ou des matériaux ayant été brûlés ou carbonisés à l arrivée des pompiers. Ne pas tenir compte du roussissement ou du cloquage de la peinture. Case G7 : Propagation de l incendie Inscrire le code correspondant à l étendue des éléments ou des matériaux ayant été brûlés au cours de l incendie. Ne pas tenir compte du roussissement, du cloquage de la peinture ou des dommages causés par l intervention. Case G8 : Étendue des dommages Inscrire le code correspondant à l ensemble des dommages causés par le feu, le roussissement, le cloquage, la fumée, l eau ou les autres agents d extinction. Case G9 : Dossier transmis à un corps de police Inscrire si oui ou non le dossier de l incendie a été transmis ou non à un corps de police. Remplir la case G10 si c est le cas. Case G10 : Numéro de dossier du corps de police Inscrire le numéro du dossier déterminé par le corps de police si le dossier a été transmis pour enquête. JANVIER 2003 CONTENU DU RAPPORT D INCENDIE 3-19

20 3.9 Section H : Victimes et autres pertes matérielles Cette section permet de recueillir des renseignements relatifs au nombre de victimes, aux pertes matérielles pour les biens extérieurs et leur assurance. Case H1 : Nombre de personnes décédées Inscrire le nombre total de personnes, civils et pompiers, décédées lors d un incendie, de façon volontaire ou accidentelle. Inclure aussi les personnes qui décèdent à l intérieur d un délai d un an à la suite de blessures subies lors de l incendie. Inscrire aussi les pompiers qui seraient victimes d un accident en se rendant sur les lieux de l incendie ou en revenant à la caserne. Ne pas inclure les décès survenant lors de la remise en état des véhicules. S il y a au moins un décès, remplir la section K, Informations sur les victimes. Case H2 : Nombre de personnes blessées Inscrire le nombre total de personnes blessées gravement, civils et pompiers, dont l état a nécessité un transport ambulancier et une hospitalisation. Inscrire aussi les pompiers qui se blessent en se rendant sur les lieux de l incendie ou en revenant à la caserne. Ne pas tenir compte des blessures survenant lors de la remise en état des véhicules. S il y a eu au moins un blessé, remplir la section K, Informations sur les victimes. Important : Inclure les personnes qui auraient refusé un traitement en signant une décharge mais dont l état aurait nécessité un transport ambulancier ou une hospitalisation. Case H3 : Premiers soins Inscrire le code correspondant au nombre de personnes qui ont reçu les premiers soins de la part des pompiers. Case H4 : Estimation des pertes matérielles extérieures Inscrire la valeur de remplacement des pertes matérielles pour les biens extérieurs, c est-à-dire les biens autres que les bâtiments et leur contenu. Arrondir au dollar le plus près. La valeur des animaux de production morts à l extérieur sans pouvoir les associer à un bâtiment doit être calculée et inscrite dans cette case. Case H5 : Assurance Inscrire le code correspondant à l état d assurance des biens endommagés dont les pertes sont rapportées à la case H Section J : Commentaires Inscrire dans cette section tout commentaire ou détail additionnel sur les circonstances de l incendie. Ces renseignements permettent au Service des statistiques de valider les codes inscrits au formulaire et d avoir ainsi une meilleure compréhension des circonstances de l incendie et de ses conséquences Section K : Informations sur les victimes Cette section permet de fournir des informations sur les victimes de l incendie, soit les personnes décédées ou blessées gravement. Si le nombre de victimes est plus élevé que celui prévu dans le formulaire, ajouter autant d annexes que nécessaire GUIDE POUR LA DÉCLARATION DES INCENDIES JANVIER 2003

ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC

ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC ÉDITION 2007 LA SÉCURITÉ INCENDIE AU QUÉBEC 1 Où surviennent les incendies? Les feux de broussailles, de poubelles et de véhicules représentent de 40 % à 50 % des incendies déclarés entre 2003 et 2005

Plus en détail

ÉDITION. La sécurité. INCENDIE au Québec QUELQUES CHIFFRES

ÉDITION. La sécurité. INCENDIE au Québec QUELQUES CHIFFRES ÉDITION 2003 La sécurité INCENDIE au Québec QUELQUES CHIFFRES Sources des données Les données de cette édition proviennent de la banque de données du ministère de la Sécurité publique, à jour au 31 octobre

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

RÈGLEMENT NUMÉRO 328 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE ===================================================================== PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-JUSTINE-DE-NEWTON RÈGLEMENT NUMÉRO 328 ===================================================================== RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE =====================================================================

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO: 1 8 1 5

RÈGLEMENT NUMÉRO: 1 8 1 5 PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE DEUX-MONTAGNES RÈGLEMENT NUMÉRO: 1 8 1 5 RÈGLEMENT RÉGISSANT LES SYSTÈMES D ALARME ET LES FAUSSES ALARMES. À une séance ordinaire du Conseil municipal de la Ville de Saint-Eustache

Plus en détail

L'acheminement des ressources

L'acheminement des ressources Partie 2 L acheminement des ressources Planifier l'organisation et la prestation des secours et prévoir des modalités d'intervention de manière à assurer, en fonction de l évaluation et de la classification

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) MUNICIPALITÉ DE ST-BRUNO-DE-KAMOURASKA MRC DE KAMOURASKA RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) CONSIDÉRANT que le conseil municipal de la Municipalité de St-Bruno désire

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie

Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie Guide explicatif du formulaire 039 Déclaration de travaux en plomberie Avant-propos Obligation légale de la déclaration de travaux de plomberie La déclaration de travaux en plomberie avait auparavant pour

Plus en détail

Statistique des permis de bâtir

Statistique des permis de bâtir Rue de Louvain 44-1000 Bruxelles tél. : 02/548. 62. 58 Statistique des permis de bâtir Modèle II Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation Dans ces bâtiments,

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME Attendu qu il est nécessaire de remédier aux problèmes provoqués par le nombre élevé de fausses alarmes ; Attendu que la démarche la plus efficace pour ce faire se trouve

Plus en détail

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations;

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations; RÈGLEMENT NUMÉRO 252 INTITULÉ «RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION FAVORISANT LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES HABITATIONS DANS CERTAINS SECTEURS DE LA VILLE» CONSIDÉRANT QUE la Ville désire

Plus en détail

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide + Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide Une nouvelle construction doit répondre à plusieurs normes et guides pour rencontrer des normes minimales d accréditation, comme les guides de conception de la

Plus en détail

Mai 2015. Prévenir les risques d incendie Les conseils utiles pour votre sécurité

Mai 2015. Prévenir les risques d incendie Les conseils utiles pour votre sécurité Mai 2015 Prévenir les risques d incendie Les conseils utiles pour votre sécurité PREAMBULE SOYEZ PRUDENTS! Surveillez vos enfants en bas âge, éloignez d eux tout ce qui peut être source d incendie (allumettes,

Plus en détail

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel

Logement, logement salubre, logement collectif, pièce d habitation, petit logement individuel Permis de INFORMATIONS GÉNÉRALES Un permis de est la décision préalable de l'autorité administrative compétente (la Commune) d'autoriser, pour les petits logements individuels et les logements collectifs,

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Adopté lors de la séance ordinaire tenue le 5 février 2001 Entré en vigueur le 11 février 2001. Modifié par : Règlement numéro 07-2001 - Modification

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Ville de Saint-Rémi Adopté le : 8 juin 2015 (résolution # 15-06-0235) PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE INTRODUCTION En 2000, suite

Plus en détail

Services de garde en milieu scolaire

Services de garde en milieu scolaire Services de garde en milieu scolaire Planifier Consulter Informer Organiser Collaborer Services éducatifs - Jeunes 1 Mise en garde : Le présent document ne remplace pas le plan de mesures d urgence de

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON

RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON MUNICIPALITÉ DE SHANNON M.R.C. de La Jacques-Cartier Province de Québec REGLEMENT NUMÉRO 292 RÈGLEMENT SUR LA SÉCURITÉ INCENDIE DE LA MUNICIPALITÉ DE SHANNON Règlement #292, adopté le 4 novembre 2002 *

Plus en détail

Date dernière modification : 2011-06-06

Date dernière modification : 2011-06-06 Protocole GDT Structure de fichiers en lot Date dernière modification : 2011-06-06 TABLES DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 1.1 L ADHÉSION AU SERVICE GDTSTF TRANSFERT SÉCURISÉ DE FICHIERS... 3 1.2 LES

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON

RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE VILLE DE MAGOG DIVISION DE LA PRÉVENTION RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON Février 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. MOT

Plus en détail

Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation

Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation Permis de bâtir Données recueillies sur les permis de bâtir concernant les bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation (Formulaire statistique modèle II) INFORMATIONS

Plus en détail

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013

PROCÉDURE DE DÉCLARATION DES ACCIDENTS, DES INCIDENTS ET DES SITUATIONS DANGEREUSES EN MILIEU DE TRAVAIL Novembre 2013 1. Identification Titre : Procédure de déclaration des accidents, des incidents et des situations dangereuses en milieu de travail. Ce document s adresse : aux membres du personnel enseignant et non enseignant

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN. Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme

MUNICIPALITÉ D EASTMAN. Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme MUNICIPALITÉ D EASTMAN Révision des règlements de zonage et de lotissement et plan d urbanisme Modifications à la suite de l adoption du 2 avril 2012 Modifications RÈGLEMENT DE ZONAGE Définitions Chemin

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

La greffière, Blandine Boulianne, est présente. Le directeur général, Jean-Yves Forget, est présent.

La greffière, Blandine Boulianne, est présente. Le directeur général, Jean-Yves Forget, est présent. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 126 Règlement. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le 22 octobre 2007, à laquelle sont présents : Sylvain

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER Règlement # 380 Règlement sur les système d'alarme 438.09.09 Règlement portant le numéro 380 lequel a pour objet de règlementer les systèmes

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION Domaine de la prévention Etablissement cantonal d assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

LE CONSEIL DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CLOTILDE-DE-HORTON DÉCRÈTE CE QUI SUIT

LE CONSEIL DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CLOTILDE-DE-HORTON DÉCRÈTE CE QUI SUIT Règlement numéro 98 Décrétant des travaux de réfection des conduites d aqueduc, d égout domestique et de réfection complète de la chaussée et des trottoirs sur plusieurs rues de la municipalité et autorisant

Plus en détail

Politique de location de salles

Politique de location de salles Politique de location de salles Municipalité d Upton Adoptée le 1 avril 2014 Résolution numéro 094-04-2014 POLITIQUE DE LOCATION DE SALLES DE LA MUNICIPALITÉ D UPTON Préambule Nos salles municipales servent

Plus en détail

La secrétaire-trésorière et directrice générale, Hélène Beauchamp, est présente.

La secrétaire-trésorière et directrice générale, Hélène Beauchamp, est présente. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Municipalité de L Ascension, tenue le 11 février 2008, à laquelle sont présents : Mesdames Carole Beaudry, Danièle Tremblay et Carmen Valiquette ainsi que

Plus en détail

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec.

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec. MAR / QUE 3 ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rente de retraite Q-114-RET (10-12) IMPORTANT Aucune prestation

Plus en détail

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 Introduction Pourquoi? Risques ne sont pas nuls : potentiel calorifique, énergie, air. Extinction n est pas

Plus en détail

Le directeur du service de sécurité incendie de la (municipalité ou ville) ou son représentant.

Le directeur du service de sécurité incendie de la (municipalité ou ville) ou son représentant. PROVINCE DE QUÉBEC MRC LES MASKOUTAINS MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE STE-MARIE-MADELEINE RÈGLEMENT NUMÉRO 12-404 ADOPTION RÈGLEMENT 12-404 AYANT POUR OBJET LES INSTALLATIONS D AVERTISSEURS DE FUMÉE CONSIDÉRANT

Plus en détail

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE Sommaire du document : PROCEDURE D EVACUATION POUR LES EPLE DU 1 er DEGRE... 2 FICHE GUIDE DU DIRECTEUR D ÉCOLE... 3 LA FICHE

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Annexe A MARCHE À SUIVRE POUR VÉRIFIER ET COMPLÉTER LA LISTE EXCEL ET LA SOUMETTRE AU MINISTÈRE

Annexe A MARCHE À SUIVRE POUR VÉRIFIER ET COMPLÉTER LA LISTE EXCEL ET LA SOUMETTRE AU MINISTÈRE Annexe A INTRODUCTION En vue de recueillir des renseignements sur tous vos terrains et édifices, nous avons commencé par extraire les renseignements, ci-joints, de la base de données du Système d inventaire

Plus en détail

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM.

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM. REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE LAMPERTHEIM REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM. REGLEMENT DE LOCATION DE LOCAUX

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables pour les demandes de permis de construction ou d agrandissement,

Plus en détail

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME novoclimat 2.0 Volet «maison» CADRE NORMATIF 1 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT)

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Ceci est une proposition pour une assurance contre les erreurs et omissions. Veuillez indiquer si vous demandez

Plus en détail

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014 Personnel des intervenants externes 1. INTRODUCTION 1.1 Introduction générale L application «Services en lignes des intervenants

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2009-108 ÉTABLISSANT LA TARIFICATION APPLICABLE POUR CERTAINS SERVICES DE SÉCURITÉ PUBLIQUE

RÈGLEMENT CA-2009-108 ÉTABLISSANT LA TARIFICATION APPLICABLE POUR CERTAINS SERVICES DE SÉCURITÉ PUBLIQUE Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CA-2009-108 ÉTABLISSANT LA TARIFICATION APPLICABLE POUR CERTAINS SERVICES DE SÉCURITÉ PUBLIQUE Note Les tarifs prévus au présent

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

DÉCLARATION DU DEMANDEUR INDEMNITÉS POUR INVALIDITÉ

DÉCLARATION DU DEMANDEUR INDEMNITÉS POUR INVALIDITÉ DÉCLARATION DU DEMANDEUR INDEMNITÉS POUR INVALIDITÉ Vous trouverez les directives pour remplir ce formulaire et de l espace supplémentaire au verso de la page 4. Nom : Adresse : Prénom rue Nom de famille

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1).

A. Procéder à la description des conditions de conservation (annexe 1). Introduction Les prochaines élections municipales, en mars 2008, vont s accompagner d une procédure réglementaire, le récolement des archives de la commune. Cette opération revêt un caractère obligatoire,

Plus en détail

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type U Établissement de soins Registre de sécurité incendie d ouverture du registre de clôture du registre GUILLARD Réf:

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

Objectif : 1.2, 1.4, 1.5 et 4.2 du schéma de couverture de Risque

Objectif : 1.2, 1.4, 1.5 et 4.2 du schéma de couverture de Risque Le programme municipal de prévention des incendies comprend généralement cinq grandes lignes directrices soit : Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

Avertisseur de monoxyde de carbone

Avertisseur de monoxyde de carbone Page 1 sur 5 http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?avertisseur Santé environnementale > Environnement intérieur > Monoxyde de carbone > Avertisseur Avertisseur de monoxyde

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

ABRIS D HIVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ANSELME COMTÉ DE BELLECHASSE

ABRIS D HIVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ANSELME COMTÉ DE BELLECHASSE ABRIS D HIVER Un abri d hiver pour véhicule de promenade et un abri d hiver pour les accès piétonniers au bâtiment principal sont permis dans toutes les zones, DU 15 OCTOBRE D UNE ANNÉE AU 30 AVRIL DE

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles DOMMAGES AUX BIENS ET RC PROPRIETAIRE D IMMEUBLE COMPRENANT UN ETABLISSEMENT DE NUIT OU DE LOISIRS Cachet Courtier Affaire Nouvelle Remplacement du contrat n :... Effet

Plus en détail

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE GUIDE TECHNIQUE Pour projets résidentiels INTRODUCTION De nombreux appareils élévateurs sont installés dans les projets d habitation de condominiums,

Plus en détail

COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES. RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010

COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES. RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010 1 COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010 MODIFIÉ PAR LE RÈGLEMENT N o 1 DE 2013 Adopté le 27 mai

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES

RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES RÈGLEMENT NUMÉRO 276 RÈGLEMENT SUR LA VIDANGE ET L ÉTANCHÉITÉ DES INSTALLATIONS SEPTIQUES ATTENDU QUE le conseil municipal estime qu il est dans l intérêt de la Municipalité d adopter un règlement établissant

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE

AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE AVERTISSEMENT CONCERNANT LA NORME 20 EN MATIÈRE D ÉVALUATION MUNICIPALE Le 31 janvier 2013, le conseil d administration de l Ordre a adopté la norme 20.1 afin de refléter les travaux du ministère des Affaires

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents Le programme municipal de prévention des incendies comprend généralement cinq grandes lignes directrices soit : Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse

Plus en détail

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE Janvier 2014 AVANT-PROPOS Vous trouverez dans ce document les grandes lignes qui permettront de clarifier les procédures qui sont mises en place pour

Plus en détail

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière Tribunaux de l environnement et de l'amenegment du territoire Ontario Commission de révision de l'évaluation foncière 655 rue Bay, suite 1500 Toronto ON M5G 1E5 Téléphone: (416) 212-6349 Sans Frais: 1-866-448-2248

Plus en détail

COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES. RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010

COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES. RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010 1 COMMISSION DE SERVICES POLICIERS D OTTAWA RÈGLEMENT SUR LA RÉDUCTION DU NOMBRE DE FAUSSES ALERTES RÈGLEMENT N o 1 DE 2010 Adopté le 26 avril 2010 MODIFIÉ PAR LE RÈGLEMENT N o 1 DE 2013 Adopté le 27 mai

Plus en détail

Municipalité de Blue Sea Règlement 2013-025 relatif aux avertisseurs de fumée En vigueur depuis le 19 mars 2013

Municipalité de Blue Sea Règlement 2013-025 relatif aux avertisseurs de fumée En vigueur depuis le 19 mars 2013 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU MUNICIPALITÉ DE BLUE SEA RÈGLEMENT 2013-025 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE CONSIDÉRANT que depuis la commercialisation de l avertisseur de

Plus en détail

DÉCLARATION ANNUELLE DE REVENUS FAMILIAUX DES OCCUPANTS POUR L ANNÉE CIVILE 2014

DÉCLARATION ANNUELLE DE REVENUS FAMILIAUX DES OCCUPANTS POUR L ANNÉE CIVILE 2014 Nom du développement : Référence DHCR : DÉCLARATION ANNUELLE DE REVENUS FAMILIAUX DES OCCUPANTS POUR L ANNÉE CIVILE 2014 Nom - Chef de ménage : Adresse : Bât n : App. n : Téléphone en journée : ( ) Remplissez

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Prévention incendie. Martine Trahan Technicienne en prévention incendie 22 octobre 2013 Mise à jour: 28 octobre 2013

Prévention incendie. Martine Trahan Technicienne en prévention incendie 22 octobre 2013 Mise à jour: 28 octobre 2013 Prévention incendie Martine Trahan Technicienne en prévention incendie 22 octobre 2013 Mise à jour: 28 octobre 2013 2 Direction de la prévention et de la sécurité La DPS Mandat : Développer, mettre en

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat

Plus en détail

Primes à la restructuration

Primes à la restructuration Primes à la restructuration INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété La prime à la restructuration est une aide financière qui peut être obtenue auprès de la Région

Plus en détail

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite)

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 197 TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 198 TABLEAU 6.3 : Paramètre B (suite) 199 TABLEAU 6.4 : Paramètre B (suite) 200 TABLEAU 6.5 : Paramètre B (suite) 201 240. PARAMÈTRE C : CHARGE D ODEUR Le paramètre

Plus en détail