Ville de Liège Rapport administratif 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ville de Liège Rapport administratif 2011"

Transcription

1 Ville de Liège Rapport administratif 2011

2 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l 2

3 l l l l l l l l l l l Rapport administratif 2011 Table des matières 1. Collège communal Police administrative et sécurité Police administrative Comptabilité Bureau des amendes administratives Service des établissements dangereux, insalubres ou incommodes (E.D.I.I.) Service de la sécurité et de la salubrité publique (S.S.S.P.) Service interne de prévention et de protection au travail (S.I.P.P.T.) Prévention de la violence dans le sport Prévention des violences intrafamiliales Division de la prévention globale et intégrée des détresses sévères Coordination santé précarité Division de la sécurisation des groupes cibles et des lieux publics et semi-publics Renouveau urbain Services généraux, Affaires générales et Contrôle interne Protocole Bureau de l indicateur général et de l expédition Véhicules de service Centre d impression et de micro-filmage Approvisionnement V.E.T.E.S Secrétariat Collège Conseil Service informatique et Service d aide à la gestion et au contrôle (S.A.G.E.C.) Service informatique Service d aide à la gestion et au contrôle (S.A.G.E.C.) Service juridique Généralités Cellule assurances Développement stratégique Communication Relations internationales Coopération au développement Cellule Stratégique Personnel et gestion et développement des ressources humaines Service du personnel Cellule de gestion et développement des ressources Gestion des finances et du budget Taxes (division fiscale) Contrôle audit Division Budget dispatching cultes Tutelle C.P.A.S Culture et tourisme Culture et tourisme Lecture publique Gestion intégrée des musées Archives et documentation Bibliothèque Ulysse Capitaine Cellule informatique Office du Tourisme Logement, régie foncière Service du logement Régie foncière Permis de location lutte contre l insalubrité Prime à la rénovation Maison de l Habitat Relevé des logements inoccupés Zones d initiatives privilégiées quartiers d initiatives Saint-Léonard et Sainte-Marguerite Développement économique et commercial Présentation Service foires et marchés Bureau du Commerce Service du développement économique

4 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l 12. Urbanisme et aménagement du territoire Réorganisation du département Contribution à cinq dossiers majeurs pour la Ville Dossiers traités au service de l aménagement Dossiers traités par le service 1 de l Urbanisme Affaires immobilières Divers Travaux et environnement : direction du développement territorial et grands investissements, aménagement des espaces publics Développement territorial et grands investissements Aménagement des espaces publics Travaux et environnement : direction de la maintenance des espaces publics Travaux et Environnement Accueil Services transversaux Signalisation Plantations Propreté Publique Cellule Mobilier urbain Dégraffitage Voirie Service Hiver Dossiers Sinistres Service Logistique Travaux et environnement : direction des bâtiments communaux Régies Budgets Marchés publics Comptabilité Budget ordinaire Budget extraordinaire Compétences transversales Sécurité Conventions Déménagement Services sociaux, de la famille et de la santé Petite enfance Services sociaux Pointage des travailleurs à temps partiel Plan d intervention psychosocial Service seniors Etat civil et population Généralités Population et Mairies de quartier Service Etat civil Instruction publique Organisation de l enseignement Nominations Service pédagogique Affaires générales Services P.S.E. (Promotion de la Santé à l Ecole) Centres Psycho-médicosociaux Mini crèches Centre audiovisuel (C.A.V.) Centre d informatique administrative (C.A.I.) Prévention, jeunesse et sport, participation et relations avec les quartiers et relations interculturelles Affaires générales Service jeunesse Centre J Service des sports Service des infrastructures sportives et de quartier Participation et relation avec les quartiers Plan Fédéral pour les Grandes Villes (PFGV)

5 l l l l l l l l l l l Rapport administratif Collège communal Répartition des attributions M. Willy DEMEYER, Bourgmestre Toutes les affaires intéressant l administration générale de la Ville et qui ne sont pas attribuées à un membre du Collège communal. Police (y compris personnel). Service de Police Administrative, de sécurité et de salubrité publiques (Administration générale). Bureau de Police Administrative. Information et Presse. Protocole et relations extérieures (y compris la représentation de la ville dans les organismes extérieurs et la coordination de cette représentation). Participation et relations avec les quartiers. Politique de l immigration. Concertation de la politique locale du logement. Egalité. Mobilité. Associations patriotiques et de résistances. Politique évènementielle. Communication. Coordination des relations avec les pouvoirs subsidiants et de la recherche de financements alternatifs. Coordination des politiques culturelles. Indicateur général et expédition. Service général des achats et des approvisionnements (en ce compris le Centre d impression et de microfilmage, l achat des commandes pour le S.I.P.P.T. et la distribution des commandes V.E.T.E.S.). Application du RGPT. Centre de traitement de l information. Service d aide à la gestion et au contrôle (S.A.G.E.C.). Service juridique. 5

6 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l M. Michel FIRKET, Echevin de l Urbanisme, de l Environnement, du Tourisme et du Développement durable - URBANISME Aménagement du territoire. Autorisation de bâtir. Inspection des bâtisses. - DÉVELOPPEMENT DURABLE Environnement. Protection de la nature et plantations. Politique des énergies. - TOURISME - CADRE DE VIE Commission des espaces publics. Protection et promotion du patrimoine. Art urbain. Mme Maggy YERNA, Echevin du Développement économique et du Commerce, de la Politique du Personnel communal, du Logement et de l Emploi - DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMERCE Affaires économiques y compris les aspects économiques dans les relations extérieurs, commerce, P.M.E., artisanat, aides financières, économiques et sociales. Foires et marchés, marchés couverts. Application de la législature relative à l exercice des commerces installés, ambulants et de l artisanat. Application de la législature sociale relative aux travailleurs indépendants (sauf pensions). - POLITIQUE DU PERSONNEL COMMUNAL - LOGEMENT Mise en œuvre des politiques décidées par la Région Wallonne (Gouvernement et S.R.W.L.), notamment l Observatoire Wallon du Logement. Logement social. Aide à la construction et à la rénovation. - EMPLOI Privé (politique de développement de l emploi particulièrement en relation avec les initiatives de la Région Wallonne). M. Jean-Géry GODEAUX, Echevin de l Etat civil, des Mairies de quartier et des Cimetières Etat civil. Population Milice Electorat Sépultures. Cimetières. Mairies de quartier. 6 M. André SCHROYEN, Echevin des Finances, de la Propreté publique et de la Politique immobilière Finances. Taxes Cadastre. Budget et comptabilité.

7 l l l l l l l l l l l Rapport administratif 2011 Trésorerie et dettes. Contrôle général des recettes et des dépenses. Cultes. Propreté publique et gestion des déchets. Bureau d expertise immobilière. Régie foncière. Tutelle du CPAS. M. Pierre STASSART, Echevin de l Instruction publique Enseignement fondamental, secondaire, supérieur, artistique, de promotion sociale et parascolaire. Gestion du personnel enseignant. Inspection médical scolaire. Centre psycho-pédagogique médical scolaire. Prégardiennats et mini crèches implantés dans les bâtiments scolaires. Services d accueil. Centre de jeux et coins de jeux scolaires. M. Benoît DREZE, Echevin des Services Sociaux, de la Famille et de la Santé Services sociaux et famille. Politique de la personne handicapée. Pensions. Pointage des chômeurs. Agence locale pour l emploi. Œuvres communales de l enfance. Crèches. 3ème âge U.A.3. Education sanitaire Vaccination. Centre de guidance. Collège communal 7

8 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l M. FOUAD CHAMAS, Echevin de la Jeunesse et des Sports Centres de jeux. Service animation-jeunesse. Accueil extrascolaire. Centre J. Ateliers créatifs. Discothèques et filmothèques. Stages et camps sportifs. Sports. M. Jean-Pierre HUPKENS, Echevin de la Culture Culture. Lecture publique, en ce compris les bibliothèques de quartier. Fonds patrimoniaux y compris les archives (de plus de cent ans). Musées, musique, théâtre (Arts et Lettres). Centres culturels, y compris le centre culturel régional. Interculturalité (promotion et illustration de la diversité culturelle). M. Roland LEONARD, Echevin des Travaux Infrastructures et bâtiments communaux (y compris le patrimoine classé, la voirie, les plaines de jeux, les piscines, les halls omnisports, le palais des sports). Voirie : relations avec les concessionnaires en voirie : eau, gaz, électricité, téléphone. Eclairage public. Permanence civile. Signalisation. Parc automobile. Toponymie. M. Claude EMONTS, Président du C.P.A.S. 8

9 l l l l l l l l l l l Rapport administratif Police administrative et sécurité 2.1. Police administrative Présentation du Bureau Ce service participe à la gestion de la Police administrative dont le but est de prévenir les troubles à l ordre public en conférant aux Autorités administratives des pouvoirs leur permettant d imposer des limites aux droits et libertés des individus. Police administrative Le service propose au Conseil d adopter, de modifier, d abroger et de coordonner les règlements de police. Durant l année 2011, 3 nouveaux règlements ont été adopté : le règlement de police complémentaire relatif à l exploitation des services de taxis, le règlement particulier de police et de gestion patrimoniale portant organisation de la Grande fête du Commerce du Centre-Ville et le règlement de police relatif à la propreté sur la voie publique et aux petites incivilités urbaines qui y portent atteinte. Le service a étudié 11 dossiers de fermeture d établissements pour trouble à l ordre public et 2 dossiers relatifs à la fermeture d établissements accessibles au public pour des faits de vente ou de facilitation de consommation de substances stupéfiantes. En exécution de divers règlements de police, le Bureau a géré 76 autorisations d occupation de la voie publique, 846 dossiers de manifestations ainsi que 178 dossiers pour le seul XV août en Outremeuse, 525 dossiers relatifs à l installation de terrasses, 8 dossiers relatifs à des travaux pouvant produire du bruit la nuit, 11 arrêtés imposant aux supporters visiteurs du club de football du Standard de venir en autocar pour les matchs classés à hauts risques, 18 dossiers de collectes sur la voie publique, 15 dossiers d affichage en vue d annoncer un événement et 1 refus, 87 dossiers d artistes de rue, 13 dossiers relatifs à des distributions. Cette année, le service a traité en matière de taxis 35 autorisations d exploiter un service de taxis ainsi que 236 dossiers de certificats de capacité. 106 dossiers relatifs à des autorisations d exploiter des débits de boissons occasionnels servant des boissons spiritueuses et 9 autorisations d organiser une tombola ont été soumis au Collège. Le Bureau assure également la gestion des dossiers relatifs aux jeux de hasard, une cinquantaine d attestations en matière de jeux de classe III ont été délivrées par M. le Bourgmestre. La délivrance des patentes ayant été confiée aux communes, 5 dossiers ont été réalisés par le service. 9

10 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l 10 Dans le cadre de l application de la législation relative au Code de la Route, le service a présenté au Conseil 179 dossiers de règlements complémentaires de la circulation routière. 103 arrêtés portant des mesures de circulation adoptées à l essai ou en urgence ont été adoptés par le Collège communal. Le service s est chargé de la gestion tant de la délivrance de 2066 abonnements horodateurs que du renouvellement et de la délivrance de plus de 2493 cartes de stationnement réservé aux riverains. Le service gère également l application de la loi du 30 décembre 1975 concernant les biens trouvés en dehors des propriétés privées ou mis sur la voie publique en exécution de jugements d expulsions. Dans ce cadre, 91 dossiers relatifs à la conservation des biens mobiliers provenant d expulsions ont été ouverts et environ 1105 courriers ont été adressés à des particuliers concernant les objets trouvés. Le service a soumis à la signature de M. le Bourgmestre une trentaine d attestations destinées au Parquet du Procureur du Roi, en exécution de l article 629, 4 du Code d Instruction Criminelle Comptabilité Outre la gestion courante de la comptabilité, le service a également géré le marché public relatif à l enlèvement de véhicules sur réquisition des services de police. A la date du 1er janvier 1993, le Service régional d incendie est devenu l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs (I.I.L.E.) à laquelle la Ville de Liège participe. Le montant de la cotisation de la Ville s élève à La contribution dans les charges spécifiques de fonctionnement des autres pouvoirs publics (police), le montant de la cotisation de la Ville s élève à Bureau des amendes administratives En 1999, les communes ont été dotées de nouvelles armes pour lutter contre le dérangement public : les sanctions administratives. Parmi ces dernières figurent les amendes administratives sanctionnant le non-respect des règlements de police. En 2003, le Collège décide de créer officiellement le Bureau des amendes administratives, qui fonctionnait dans les faits depuis Deux agents y sont affectés à temps plein afin de préparer les dossiers des deux fonctionnaires sanctionnateurs officiant en cette matière. Le décret du 5 juin 2008 relatif à la recherche, la constatation, la poursuite et la répression des infractions et des mesures de réparation en matière d environnement a conféré aux communes de nouvelles compétences en matière d amendes administratives En 2011, 16 règlements prévoient des amendes administratives dont le montant ne peut légalement excéder 250,00 et 222 comportements infractionnels peuvent être ainsi punis. Les dossiers sont initiés sur base de procès-verbaux dressés par les services de police. C est ainsi que, pour l année 2011, 3075 procès-verbaux ont été établis. En outre, 16 dossiers ont été élaborés afin d infliger des sanctions administratives de fermeture aux night-shops et phone-shops en infraction au règlement communal y relatif. Amendes administratives

11 l l l l l l l l l l l Rapport administratif Service des établissements dangereux, insalubres ou incommodes (E.D.I.I.) L installation de certains établissements est susceptible de porter atteinte à la sécurité ou à la santé des habitants riverains. Ces établissements, classés en fonction d un décret de la Région wallonne du 4 juillet 2002, font l objet de déclarations (classe 3) ou de permis d environnement (classes 1 et 2). Les communes sont chargées de recevoir les déclarations et les demandes de permis et de délivrer les autorisations en veillant à l information des habitants et des entreprises. C est le service des Établissements Dangereux, Insalubres ou Incommodes qui traite toutes les demandes (classe 1 : 3) en permis d environnement ou en permis unique (comprenant une demande de permis d Urbanisme). Il a traité 58 dossiers de deuxième classe, dont 10 en permis unique, ainsi que 184 déclarations de troisième classe. Par ailleurs, le service a envoyé aux demandeurs potentiels, pour les classes 2, 21 demandes et pour les classes 3, 58 demandes invitant les exploitants à régulariser leur situation. Ont également été traitées, 24 demandes (plus 6 enquêtes spéciales) relatives à des établissements non classés sur notre territoire, notamment des avis sur des demandes de permis d environnement ou permis uniques sur le territoire de communes limitrophes, ainsi que 30 demandes introduites auprès de l Agence Fédérale pour le Contrôle Nucléaire (AFCN). Le service de l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs nous envoie régulièrement des rapports de visites pour lesquels 99 lettres contenant des prescriptions ont été envoyées à des exploitants. Le service a étroitement collaboré à de nombreuses réunions concernant des projets avec entre autres, la nouvelle tour des Finances aux Guillemins, un hôtel de grand luxe, etc Le service a interrogé le service de l Urbanisme à 37 reprises pour des dossiers le concernant et a répondu à 49 courriers émanant de ce dernier et relatifs à des demandes de permis d urbanisme. Le service technique a réalisé pour chaque dossier introduit des visites sur site et des réunions avec les exploitants et/ou les plaignants éventuels. Le service a envoyé 347 dossiers aux archives générales. Le service a participé à la mise à jour des plans particuliers communaux d urgence et d intervention. Police administrative et sécurité 11

12 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l 12 Le service a aussi réalisé les enquêtes publiques, les affichages des décisions et des recours éventuels ainsi que les notifications des décisions aux demandeurs et aux différentes instances consultées (48 enquêtes ont été réalisées ainsi que 60 affichages et notifications) Service de la sécurité et de la salubrité publique (S.S.S.P.) La commune a notamment pour mission de faire jouir les habitants de la sûreté et de la tranquillité dans les rues, lieux et édifices publics, et plus particulièrement, dans la mesure où la matière n est pas exclue de la compétence des communes, de veiller à la sûreté et à la commodité de passage dans les rues, quais, places et voies publiques, de faire procéder à la démolition ou à la réparation des bâtiments menaçant ruine, de prévenir, par des précautions convenables, les accidents et fléaux calamiteux, tels que les incendies, les épidémies et les épizooties. Le service Sécurité et Salubrité publiques est chargé de recueillir les informations qui concernent ces types de problèmes. Les agents techniques se rendent sur place pour prendre les mesures immédiates de sécurité qui s imposent; ils établissent le constat de la situation et proposent au Bourgmestre les mesures à imposer afin de sécuriser les lieux de façon durable. En 2010, des plaintes de particuliers (306), des constats de police (304) ainsi que des visites du service logement de la Région wallonne (301) ont débouché sur 858 constats qui ont été adressés aux propriétaires d immeubles. Suite à la non réalisation de travaux demandés, 216 arrêtés (fermeture et d inhabitabilité) ont été pris. Après travaux réalisés par les propriétaires, diverses levées d arrêtés ont été accordées. Des arrêtés d abattage d arbres dangereux ont dû être pris en urgence. Ont également été pris, une série d arrêtés portant sur une interdiction d accès à un bâtiment, la réquisition de firmes spécialisées, l obturation d entrées d immeubles, l enlèvement de matériaux, l interdiction d accès à des jardins, l obligation de recourir à un serrurier et l expulsion de personnes. Le service a effectué plusieurs centaines de visites de lieux accessibles au public, et est intervenu dans toutes les manifestations publiques telles que le 15 août en Outremeuse, la fête des Fous à Sainte Walburge, le Village Gaulois, le Village de Noël, en passant par les fancy-fairs et les carnavals dans les écoles, les braderies, etc..., ce qui a valu 876 visites sur sites. Le service a également rendu des avis sur des demandes de permis de bâtir; il visite régulièrement la foire d octobre et les diverses foires locales organisées sur le territoire communal. Le service prévention de l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs a informé le SSSP à reprises de visites effectuées dans les établissements liégeois, ce qui a nécessité au moins l envoi d un nombre équivalent de lettres aux différents propriétaires concernés. Le service intervention de l IILE a aussi prévenu le service à diverses reprises pour des interdictions d utilisation de cheminées, de foyer ou de bulex qu il avait édictés. Le service est également intervenu dans la préparation des rencontres à risques au Standard de Liège. A la demande du service Nuisances publiques, les inspecteurs ont effectué des visites sur place et des rapports ont été envoyés au service des taxes, au service de la Voirie ou encore aux commissariats de quartier. Le service octroie, sur base de rapports techniques de l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs, des attestations de sécurité relatives aux maisons de repos, aux hô-

13 l l l l l l l l l l l Rapport administratif 2011 pitaux, aux établissements d hébergement (hôtels,...). Des attestations ont été délivrées pour des maisons d accueil pour personnes en difficultés sociales et pour une maison de soins psychiatriques. De plus, le service a acté des plaintes introduites par des résidents à l encontre de maison de repos. Le service a traité 202 dossiers concernant l assurance en responsabilité civile objective des exploitants des lieux accessibles au public, ce qui a engendré l envoi de 153 courriers aux exploitants Service interne de prévention et de protection au travail (S.I.P.P.T.) Bilan du plan annuel 2011 Des comités de concertation de base pour la prévention et la sécurité au travail ont été tenus mensuellement par l administration. Le suivi d actions du comité de prévention et de protection au travail a été mis en place afin de fournir régulièrement aux membres du comité les suites données aux demandes des représentants des travailleurs. Incendie Environ 169 équipiers de première intervention (E.P.I) ont été formés par le service de prévention de l I.I.L.E. Il s agit des E.P.I des écoles, des services sociaux. A ce jour, 400 E.P.I ont déjà été formés. Un rappel des instructions d urgence, en cas d incendie, a été donné au personnel «Accueil» de la Cité administrative, au service de téléphonie de l Ilot Saint-Georges et dans les différentes crèches et mini-crèches. Des plans d urgence incendie ont été rédigés dans 28 bâtiments en Il s agit principalement des procédures d urgence pour 17 écoles et 6 crèches + mini crèches et 5 bâtiments administratifs. Le placement des plans d évacuation est programmé en Des tests d éclairage de sécurité ont été réalisés par la S.A. C.I.B. (S.A. Contrôle Industriel Belge), organisme agréé de contrôle technique, lors des contrôles des installations électriques basse tension dans ces bâtiments. 18 exercices d évacuation de bâtiments ont été effectués en Majoritairement dans les écoles en conformité avec le plan d action annuel. Lieux de travail Les visites de sécurité des lieux de travail ont été effectuées dans 197 bâtiments en collaboration avec le service externe de prévention (S.P.M.T.). Les visites des bâtiments scolaires se déroulent également avec la médecine scolaire (P.S.E.). Cinq analyses de postes de travail ont été réalisées à la demande des travailleurs. Un inventaire amiante a été réalisé dans 22 bâtiments en 2011 et 98 bâtiments en 2010 sur base de l exécution du marché d inventaire conclu avec la firme S.G.S. Des pictogrammes spécifiques ont 13

14 Ville de Liège l l l l l l l l l l l l l 14 été apposés sur les matériaux en asbeste par le S.I.P.P.T. Un programme de gestion amiante a été mis en place en collaboration avec le service des bâtiments communaux. Une liste des machines a été réalisée au sein du SIPPT et des contrôles de conformité ont été réalisés sur plusieurs machines, y compris l étiquetage de ces machines suivant un code couleur. Un contrôle semestriel des postes à souder a été mis en place dans tous les bâtiments et un étiquetage par code couleur a été réalisé également. Contrôles périodiques Les contrôles des installations électriques basse tension ont été effectués dans 100 bâtiments par la S.A. C.I.B. Les contrôles des installations électriques, haute tension ont été réalisés dans 27 bâtiments selon la périodicité légale. Les contrôles d étanchéité et d analyse de risques des installations alimentées au gaz naturel ont été effectués dans 135 bâtiments par la S.A. C.I.B. Les contrôles périodiques de 83 ascenseurs dans 44 bâtiments ont été réalisés selon la périodicité requise. Des contrôles par S.E.C.T. des engins et accessoires de levage dans tous bâtiments ont également été effectués par la S.A. C.I.B. Les contrôles par personne qualifiée d échelles et d échafaudages ont été effectués dans tous les bâtiments par le S.I.P.P.T. Contrôles extincteurs 5000 extincteurs dans bâtiments (3179 PCH6, 1058 Extincteurs CO2, 763 extincteurs AQUA et 781 hydrants) 3348 extincteurs au total ont été contrôlés en Charges psychosociales 4 réunions de coordination ont été tenues par les 4 personnes de confiance, le conseiller en prévention psychosocial du SPMT et le responsable de la cellule bienêtre. 38 interventions ont été gérées par les 4 personnes de confiance de la ville de liège et 17 interventions par les conseillers en prévention psychosociaux du SPMT. Par conséquent 55 interventions ont été listées au registre de la personne de confiance dont : 20 interventions de type harcèlement moral ; 3 interventions pour stress au travail ; 26 interventions pour conflits et tensions relationnels au travail ; 1 intervention pour harcèlement sexuel au travail ; 4 interventions de type violence verbale au travail ; 1 intervention pour racisme. Ce qui en valeur absolue est en augmentation de 13% par rapport à interventions sont actuellement clôturées, 21 en cours de l être et 14 en cours de traitement. Toutes les mesures prises ont été de type individuel. Une formation a été dispensée aux responsables de services techniques par le centre pour l égalité des chances au travail en 2011 afin de les sensibiliser et les outiller sur la gestion de la problématique discrimination au travail. Analyse des risques psychosociaux La politique relative à la prévention des charges psychosociales au travail étant basée, comme toute autre politique de prévention, sur l analyse des risques et tient compte des

15 l l l l l l l l l l l Rapport administratif 2011 principes généraux de prévention. Dans le cadre du système dynamique de gestion des risques, la Ville de Liège a procédé à l évaluation des risques de stress, harcèlement et violence au travail dans certains services afin de prendre des mesures de prévention. 2 analyses de risques psychosociaux ont été réalisées en Diffusion des documents La procédure de harcèlement et la brochure allégée d information ont été mises à jour et diffusées sur intranet. Registre de faits de tiers Les mesures préconisées par la cellule bien-être au travail sont les suivantes : poursuite des formations d agents en contact avec le public sur la gestion de l agressivité verbale et proposer au personnel «Gardiens de la paix», de l état civil et du service population, la dite formation ; réalisation d une procédure contre l alcool au travail ; encourager chaque victime à dénoncer son agresseur et à déposer une plainte formelle lors que l agresseur est identifié ; au besoin communiquer avec la police et lui fournir tous les renseignements utiles, spécifiquement pour les gardiens de la paix et repréciser leur rôle ; s assurer que des mesures disciplinaires ou légales sont prises contre l agresseur ou le groupe d agresseurs lorsque plainte est déposée et informer la victime ; pérenniser la mobilité interne pour tous les agents, et donner l information au service SIPPT pour le suivi des risques ; mettre en place et surveiller les indicateurs qui pourraient révéler des conflits au sein de l équipe, tels que l absentéisme, la baisse de motivation et de rendement, les départs ; proposer à nouveau une formation à la gestion des conflits au travail aux responsables de services et aux directeurs ; prendre concrètement des mesures correctives à la suite d analyses de risques psychosociaux pour mettre fin aux actes. Formations De nombreuses formations sécurité ont été réalisées : la formation de caristes : 7 agents formés en 2011 ; la formation à la gestion de l agressivité verbale donnée par le S.P.M.T : 10 agents du service de la propreté publique formés ; formation gestion d agressivité physique : 15 personnes du service social et du SSSP ont été formés à la gestion d agressivité physique au travail ; la formation de contrôle de levage : 5 agents du SIPPT et de la cellule sécurité du service architecture ont été formés ; formation de secours en cas de chute : 10 agents du service des plantations ont été formés ; formation de manœuvre haute tension : 7 agents des installations intérieures ont été formés ; formation sensibilisation VCA : 8 agents du département architecture ont été sensibilisés à la mise en place des normes VCA ; formation nacelle sur camion : 8 agents du département de maintenance des espaces publics ont été formés ; formation harnais sur talus : 8 agents du service de propreté publique ont été formés ; formation BA4 : 12 agents du département architecture ont été formés ; Police administrative et sécurité 15

Rapport administratif 2012

Rapport administratif 2012 Ville de Liège Rapport administratif 2012 1 Table des Matières 1.Collège communal...4 2.Police administrative et sécurité...9 2.1. Police administrative...9 2.2. Comptabilité... 10 2.3. Bureau des amendes

Plus en détail

Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales

Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales Objectifs: Former des multiplicateurs associatifs et syndicaux Connaître la commune, les compétences communales et la loi électorale

Plus en détail

Communication. Information. Normes juridiques. Litiges. Santé humaine / Soins aux animaux. Technologie de l information et de la communication

Communication. Information. Normes juridiques. Litiges. Santé humaine / Soins aux animaux. Technologie de l information et de la communication Matières budgétaires Communication et Information Gestion générale Logistique, économat et appui technique Normes juridiques et Litiges Personnel et Organisation Police Santé humaine / Soins aux animaux

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT Art. 1 er. Le présent règlement règle une matière visée par les articles 117 et 119 de

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Relations internationales Coordonne les actions de jumelage et de coopération.

Relations internationales Coordonne les actions de jumelage et de coopération. Le Cabinet du Maire Directeur de Cabinet : Maxime LECHARPENTIER Secrétariat -Tél : 02.31.45. 33.14 Chef de Cabinet : Nourdine BARQI Secrétariat -Tél : 02.31.45. 33.14 Direction de la Communication Directrice

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Décret n o 2011-2008 du 28 décembre 2011 modifiant le décret n o 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Liège, le 21 septembre 2013 PROJET D ETABLISSEMENT Projet d établissement Le Centre d Enseignement Secondaire Léon MIGNON se composant de trois implantations distinctes, ayant chacune leurs caractéristiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SAFPT INFO SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Définition des organismes compétents : Les organismes compétents en matière d hygiène, de sécurité et

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 1 Organisation Générale Sommaire 2 Activités du service Tranquillité Publique ( Vie nocturne ) 3 Le contrat Local de Sécurité 4 La Charte de

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Nombre de réponses par quartiers

Nombre de réponses par quartiers Quartier 10 Nombre de réponses par quartiers Quartier 16 Quartier 15 165 176 Quartier 14 94 Quartier 13 156 Quartier 12 229 Quartier 11 201 Quartier 10 252 Quartier 9 344 Quartier 8 200 Quartier 7 236

Plus en détail

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Service Paye INFORMATION I Subvention aux mutuelles Le décret n 2006-689 du 13 juin 2006 modifie le code de la mutualité (abrogation des

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003 Première partie 43 ème année n 8 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Décret n 046-A/003 du 8 mars 003 portant création, organisation et fonctionnement d

Plus en détail

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité

Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité Partie 01 - L organisation de la sécurité et des conditions de travail dans l entreprise ou la collectivité 1. Les acteurs au sein de l entreprise ou la collectivité Les prérogatives des DP en santé-sécurité

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE BAGNEUX (Hauts-de-Seine) ------- Exécution de l'article 56 de la Loi du 05 avril 1884 AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal légalement convoqué le : VENDREDI 4 DECEMBRE 2015

Plus en détail

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 LES PARTENAIRES DU CADRE D INTERVENTION GUP 2013-2014 L Etat, représenté

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Débits de boissons et J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Ce qu il faut savoir Débits de boissons? Sous cette dénomination, on trouve des établissements aussi divers que les cafés, les bars,

Plus en détail

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012 SECRETARIAT GENERAL DU COMITE INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE QUATRE MOYENS D ACTION ET CINQUANTE MESURES POUR PREVENIR LA DELINQUANCE ET AIDER LES VICTIMES 2010-2012 1 - Développer la

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES

QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES LES LOTERIES LES DEBITS DE BOISSONS LES AGENTS IMMOBILIERS LES OPERATIONS FUNERAIRES AUTORISATION DE LA LOTERIE DEPUIS LE 22 MARS 2015 Ce n est plus le préfet mais

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Article L.4612-1 du Code du travail

Article L.4612-1 du Code du travail Jean-Louis CALDERONI tel: 36 309 Frédéric NOTTA tel: 34 446 Jean-michel MOURASSE-MARLACQ tel: 36 817 Jean-Michel BALEIX tel: 35 467 Jacques CHARDONNET tel: 35 693 Jean-Marc DUFAU tel: 34 131 Jean-Yves

Plus en détail

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015 Titre du poste : Responsable de l exploitation des sites Secteurs de responsabilité : 40 Exploitation des sites 44 Aménagement des sites 88 Services essentiels [déneigement]

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

La sécurité au TORRENT

La sécurité au TORRENT La sécurité au TORRENT Les agréments P 2 Les contrôles légaux P 2 Les organes de sécurité P 3 L entretien sécurité P 3 Formation du personnel P 4 La sécurité au quotidien P 5 La restauration P 5 La santé

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

DECRET D'ORGANISATION DGCPR

DECRET D'ORGANISATION DGCPR DECRET D'ORGANISATION DGCPR Texte d organisation de la direction générale de la comptabilité publique et du recouvrement de la Tunisie Décret n 2007-1198 du14 mai 2007, modifiant et complétant le décret

Plus en détail

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes.

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes. Note à Monsieur Léon ZAKS, Administrateur général. Administration générale de l Infrastructure. Votre lettre du Vos références Nos références Annexes MT/MT/SIPPT/200802444RA.9980 Objet : Sécurité: Location

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015 PREFET DU LOIRET Préfecture Bureau du cabinet Pôle de sécurité intérieure AFFAIRE SUIVIE PAR : M. MATTHIEU LEDORÉ TÉLÉPHONE : 02.38.81.40.23 COURRIEL : PREF-CABINET@LOIRET.GOUV.FR LE PRÉFET DU LOIRET à

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste Page 1 / 5 Description de poste 1. Indentification Intitulé de la fonction : Classification de la fonction : assistant-e administratif-ve urbanisme Fonction de référence : 02- employé-e CFC Classes : 2

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

Les marchés publics de la commune

Les marchés publics de la commune Les marchés publics de la commune La place du mandataire communal dans le processus décisionnel Yves CABUY Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration des Pouvoirs locaux 1 Les marchés

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne

Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne Résolution de problèmes psychosociaux par le biais d un dispositif interne : l exemple de la Cellule ARC à la Ville de Lausanne Congrès national pour la gestion de la santé en entreprise 2015 / 4e Rencontre

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N

C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N C o n s e i l L o c a l d e S é c u r i t é e t d e P r é v e n t i o n d e l a D é l i n q u a n c e V I L L E D E L Y O N Assurer la complémentarité entre la prévention, la répression et la solidarité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Multi-accueil de 20 berceaux (au sein de la future Maison de la Petite Enfance) : - 2 Agents Polyvalents

Multi-accueil de 20 berceaux (au sein de la future Maison de la Petite Enfance) : - 2 Agents Polyvalents Dans le cadre de l ouverture de la Maison de la Petite Enfance courant 2013, la Ville de Juvisy-Sur-Orge recrute pour l ensemble de ses structures petite enfance : Multi-Accueil 60 berceaux (au sein de

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Les Maisons de la Justice et du Droit

Les Maisons de la Justice et du Droit Les Maisons de la Justice et du Droit Conseils, Informations, Accès au droit, Aide aux victimes Qui est votre meilleur interlocuteur? Placées sous l autorité du Président du Tribunal de Grande Instance

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2»

Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2» Préavis No 25/2011 Adoption du plan partiel d affectation (PPA) «A la Tonnaz 2» Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers, 1. OBJET DU PRÉAVIS Le présent préavis a pour

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Se former tout au long de la vie RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Article 1 : Qualité de membre de l association (Article 4 des statuts) L exclusion d un membre adhérent de l association ne peut être prononcée

Plus en détail

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE PRÉAMBULE Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de SABLÉ-SUR-SARTHE

Plus en détail

Tableau de synthèse des actions partagées

Tableau de synthèse des actions partagées Tableau de synthèse des actions partagées Document de travail, ne pas diffuser Version du 30 juin 2015 37 actions proposées : Ville de Paris / : Mairies d Arrondissement / : Préfecture de Police / : Préfecture

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Rapport d activités 2014 Version synthétique

Rapport d activités 2014 Version synthétique Rapport d activités 2014 Version synthétique Plan d actions 2014 Rapport d activités 2015 L InterMire comme soutien logistique et administratif Organisation du Collège des Directeurs Organisation de 12

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Bac Pro S.P.V.L Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05 diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Partenaires ayant participé aux travaux de la 20ème CPC DIV division interministérielle

Plus en détail

Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5

Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5 1 2 Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5 LA CATASTROPHE DE LA RUE LÉOPOLD... 7 DEPARTEMENT 01... 15 BUREAU DE POLICE ADMINISTRATIVE... 17 POLICE ADMINISTRATIVE... 17 COMPTABILITE... 17 BUREAU DES AMENDES

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

PASS sports vacances. Sommaire

PASS sports vacances. Sommaire PASS sports vacances Sommaire PREAMBULE Article 1 : Modalités d inscription Article 2 : Modalités de fonctionnement Article 3 : Les infrastructures Article 4 : Tarification Article 5 : Sécurité et secours

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail