Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5"

Transcription

1

2 1

3 2

4 Table des matières COLLÈGE COMMUNAL... 5 LA CATASTROPHE DE LA RUE LÉOPOLD... 7 DEPARTEMENT BUREAU DE POLICE ADMINISTRATIVE POLICE ADMINISTRATIVE COMPTABILITE BUREAU DES AMENDES ADMINISTRATIVES SERVICE DES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES (E.D.I.I.) SERVICE DE LA SECURITE ET DE LA SALUBRITE PUBLIQUES (S.S.S.P.) SERVICE INTERNE DE PREVENTION ET DE PROTECTION AU TRAVAIL (S.I.P.P.T.) PLAN DE PREVENTION COORDINATION GENERALE DU PLAN DE PREVENTION COMMUNICATION PREVENTION DE LA VIOLENCE DANS LE SPORT PREVENTION DES VIOLENCES INTRAFAMILIALES DIVISION DE LA PREVENTION GLOBALE ET INTEGREE DES DETRESSES SEVERES COORDINATION SANTE PRECARITE DIVISION DE LA SECURISATION DES GROUPES CIBLES ET DES LIEUX PUBLICS ET SEMI-PUBLICS DIVISION DE LA PREVENTION GLOBALE ET INTEGREE DANS LES QUARTIERS RENOUVEAU URBAIN DEPARTEMENT COMMUNICATION RELATIONS INTERNATIONALES COOPERATION AU DEVELOPPEMENT PROTOCOLE BUREAU DE L INDICATEUR GENERAL ET DE L EXPEDITION VEHICULE DE SERVICE CENTRE D IMPRESSION ET DE MICROFILMAGE GESTION DES PHOTOCOPIEURS APPROVISIONNEMENT VETES SERVICE D AIDE A LA GESTION ET AU CONTRÔLE (S.A.G.E.C.) SERVICE JURIDIQUE SERVICE INFORMATIQUE SECRETARIAT COLLEGE CONSEIL AFFAIRES GENERALES TABLEAU DES MEMBRES DU CONSEIL COMMUNAL BULLETIN ADMINISTRATIF AFFICHAGE OFFICIEL DEPARTEMENT PERSONNEL CELLULE DE GESTION ET DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES NETTOYAGE DES LOCAUX DEPARTEMENT TAXES (DIVISION FISCALE) CONTROLE AUDIT DIVISION BUDGET DISPATCHING CULTES TUTELLE CPAS DEPARTEMENT CULTURE ET TOURISME LECTURE PUBLIQUE MUSEES DE LA VILLE DE LIEGE LA GESTION INTEGREE DES MUSEES GESTION DU PATRIMOINE CULTUREL ARCHIVES ET DOCUMENTATION BIBLIOTHEQUE ULYSSE CAPITAINE GESTION DES RESERVES ET INVENTAIRE OFFICE DU TOURISME DEPARTEMENT DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES BUREAU DU COMMERCE SERVICE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DEPARTEMENT SERVICE DU LOGEMENT REGIE FONCIERE PERMIS DE LOCATION LUTTE CONTRE L INSALUBRITE PRIMES A LA RENOVATION RELEVE DES LOGEMENTS INOCCUPES REGIE FONCIERE ZONES D INITIATIVES PRIVILIEGIEES QUARTIERS D INITIATIVES SAINT-LEONARD ET SAINTE-MARGUERITE DEPARTEMENT DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ET COORDINATION DES GRANDS INVESTISSEMENTS TRAVAUX ET ENVIRONNEMENT AMENAGEMENT DES ESPACES PUBLICS DEPARTEMENT PETITE ENFANCE SERVICES SOCIAUX POINTAGE DES TRAVAILLEURS A TEMPS PARTIEL SERVICE SENIORS

5 DEPARTEMENT ETAT CIVIL MAIRIES DE QUARTIER - CIMETIERES ACCUEIL POPULATION ET MAIRIES DE QUARTIER SERVICE ETAT CIVIL CASIER JUDICIAIRE DEPARTEMENT ORGANISATION DE L ENSEIGNEMENT NOMINATIONS SERVICE PEDAGOGIQUE AFFAIRES GENERALES SERVICE P.S.E. (Promotion de la Santé à l Ecole) CENTRES PSYCHO-MEDICO-SOCIAUX (CPMS) MINI CRECHES DONS ET LEGS CENTRE AUDIOVISUEL (C.A.V.) ACTIVITES DU CENTRE D INFORMATIQUE ADMINISTRATIVE (C.I.A.) DEPARTEMENT AFFAIRES GENERALES SERVICE JEUNESSE CENTRE J SERVICE DES SPORTS SERVICE DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES ET DE QUARTIER PARTICIPATION ET RELATIONS AVEC LES QUARTIERS CELLULE STRATEGIQUE PLAN FEDERAL POUR LES GRANDES VILLES (P.F.G.V.)

6 Collège communal Répartition des attributions M. Willy DEMEYER, Bourgmestre Toutes les affaires intéressant l administration générale de la Ville et qui ne sont pas attribuées à un membre du Collège communal. Police (y compris personnel) Service de Police administrative, de sécurité et de salubrité publiques (Administration générale) Bureau de Police Administrative Information et Presse Protocole et relations extérieures (y compris la représentation de la Ville dans les organismes extérieurs et la coordination de cette représentation) Participation et relations avec les quartiers Politique de l immigration Concertation de la politique locale du logement Egalité Mobilité Associations patriotiques et de résistances Politique évènementielle Communication Coordination des relations avec les pouvoirs subsidiants et de la recherche de financements alternatifs Coordination des politiques culturelles Indicateur général et expédition Service général des achats et des approvisionnements (en ce compris le Centre d impression et de microfilmage, l achat des commandes pour le S.I.P.P.T. et la distribution des commandes VETES) Application du RGPT Centre de traitement de l information Service d aide à la gestion et au contrôle Service juridique M. Michel FIRKET, Echevin de l Urbanisme, de l Environnement, du Tourisme et du Développement durable et du Cadre de vie URBANISME Aménagement du Territoire ; Autorisations de bâtir ; Inspection des Bâtisses DEVELOPPEMENT DURABLE Environnement ; Protection de la nature et plantations ; Politique des énergies TOURISME CADRE DE VIE Commission des espaces publics ; Protection et Promotion du patrimoine ; Art urbain Mme Maggy YERNA, Echevin du Développement économique et du Commerce, de la Politique du Personnel communal, du Logement et de l Emploi DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMERCE Affaires économiques y compris les aspects économiques dans les relations extérieures ; commerce, PME et artisanat, aides financières, économique sociale ; Foires et marchés, marché couvert ; Application de la législation relative à l exercice des commerces installés, ambulants et de l artisanat ; Application de la législation sociale relative aux travailleurs indépendants (sauf pensions) POLITIQUE DU PERSONNEL COMMUNAL LOGEMENT Mise en œuvre des politiques décidées par la Région Wallonne (Gouvernement et SRWL), notamment l Observatoire Wallon du Logement ; Logement social, Aide à la construction et à la rénovation EMPLOI Privé (politique de développement de l emploi particulièrement en relation avec les initiatives de la Région Wallonne) M. Jean-Géry GODEAUX, Echevin de l Etat civil, des Mairies de quartier et des Cimetières ( 20/10/2008) Etat civil Population Milice Electorat Sépultures Cimetières Maries de quartier M. André SCHROYEN, Echevin des Finances, de la Propreté publique et de la Politique immobilière Finances Taxes Cadastre Budget et comptabilité Trésorerie et dette Contrôle général des recettes et des dépenses Cultes Propreté publique et gestion des déchets Bureau d expertise immobilière 5

7 Régie foncière Tutelle du C.P.A.S. M. Pierre STASSART, Echevin de l Instruction publique Enseignement fondamental, secondaire, supérieur, artistique, de promotion sociale et parascolaire Gestion du personnel enseignant Inspection médicale scolaire Centre psycho-pédagogique médical scolaire Prégardiennats et mini crèches implantés dans les bâtiments scolaires Services d accueil Centres de jeux et coins de jeux scolaires M. Benoît DREZE, Echevin des Services sociaux, de la Famille et de la Santé Services sociaux et famille Politique de la personne handicapée Pensions Pointage des chômeurs Agence locale pour l emploi Œuvres communales de l enfance Crèches 3ème âge U.A.3. Education sanitaire Vaccination Centres de guidance M. Fouad CHAMAS, Echevin de la Jeunesse et des Sports Centre J Ateliers créatifs Discothèque et filmothèque Stages et camps sportifs Sports M. Jean-Pierre HUPKENS, Echevin de la Culture Culture Lecture publique, en ce compris les bibliothèques de quartier Fonds patrimoniaux y compris les archives (de plus de cent ans) Musées, Musique, Théâtre (Arts et Lettres) Centres culturels, y compris le centre culturel régional Interculturalité (Promotion et illustration de la diversité culturelle) M. Roland LEONARD, Echevin des Travaux Infrastructures et bâtiments communaux (y compris le patrimoine classé, la voirie, les plaines de jeux, les piscines, les halls omnisports, le palais des sports) Voirie : (relations avec les concessionnaires en voirie : eau, gaz, électricité, téléphone ) Eclairage public Permanence civile Signalisation Parc automobile Toponymie M. Claude EMONTS, Président du C.P.A.S. Centres de jeux Service animation-jeunesse Accueil extra-scolaire 6

8 La catastrophe de la rue Léopold 7

9 8

10 L année 2010 a incontestablement été marquée par les évènements de la rue Léopold. Des moyens techniques, budgétaires et humains ont été massivement mobilisés par la Ville pour faire face à ce drame. De nombreux services ont ainsi participé activement à la gestion de la catastrophe et les agents communaux se sont investis sans compter, que ce soit ceux impliqués sur le terrain mais aussi ceux qui ont continué à faire tourner leur service avec un personnel réduit. Compte tenu de cette importante mobilisation, le rapport administratif propose cette année, en plus de l habituel passage en revue des différents départements, une mise en lumière des principales actions entreprises par quelques services impliqués dans la catastrophe. Bureau de Police Administrative 38 réquisitions ont été adoptés. Elles ont donné lieu à des suites comptables pour un montant de ,44 couvrant des frais de logements, d enlèvement de gravats, de pharmacies et de funérailles, de boissons et d alimentation, de transport de personnes, de contrôle d installation d électricité et de gaz, de serruriers, d expertise d immeuble et de matériaux de sécurité. Par ailleurs, 53 arrêtés d inhabitabilité et/ou de fermeture d établissements ont été adoptés par M. le Bourgmestre. Au 20 janvier 2011, 16 de ces arrêtés ont été totalement levés et 14 l ont été partiellement. Centre Louis Boumal L ensemble des services du Centre Louis Boumal ont participé activement à l effort demandé à l ensemble du personnel en se mettant à la disposition de la cellule de crise. Voici quelques exemples d interventions: - fourniture de chaussures, de vêtements de travail et d équipements de protection individuelle (gants, masques, casques...) au personnel technique; - livraison de fournitures de bureau et placement d un copieur pour l élaboration des dossiers administratifs, fourniture de caisses pour le déménagement des sinistrés et d articles pour le personnel d entretien (essuies...); - mise à la disposition d un chauffeur pour la logistique; - impression des exemplaires du livre de condoléances. Service Aide à la Gestion et au Contrôle (sagec) Le Sagec a été sollicité pour mettre en place une base de données regroupant des données disponibles sur les personnes et les bâtiments. Ainsi, en collaboration avec les différents services concernés et le service Informatique, le Sagec a encadré et coordonné cette opération pour aboutir à l élaboration d un fichier structuré et aujourd hui stocké sur un serveur du service Informatique. Communication Le service Communication a principalement apporté son aide au sein du pôle Médias afin d organiser les nombreuses conférences de presse et d accompagner les journalistes sur les différents sites (Hôtel de Ville, ancienne église Saint-André et Halle du Nord). Il a également participé à la collecte d informations à distiller vers les médias, notamment en matière d appel aux dons. Il a contribué à la gestion des visites officielles (Roi, Ministre de l Intérieur...) dans le cadre de la catastrophe. Son action s est ensuite poursuivie après la catastrophe. Le service a entre autres participé à l organisation d une manifestation visant à remercier les commerçants ayant apporté de l aide aux sinistrés. Protocole Relations internationales Une partie du personnel du service du Protocole était sur place lors de l explosion. Il a donc été amené à mettre en place un premier accueil pour les victimes à l Eglise St-André. Le 27 janvier 2010, le service a mis en place les premiers repas à l Eglise St-André pour les victimes et les familles des disparus et à l Hôtel de Ville pour les services de secours. En collaboration avec le département des Relations internationales, il a, à l Eglise St-André, assisté les familles des disparus. De plus, il a contribué à la cellule de crise mise en place à la Halle du Nord. Lors de visites de personnalités, le service s est chargé de leur accueil, notamment lors de la visite de Sa Majesté le Roi Albert II le 27 janvier En étroite collaboration avec différentes institutions (Province, Police, etc.), le service a participé à l organisation de la «Manifestation citoyenne à caractère interconvictionnel» à la Cathédrale St-Paul, le 5 février

11 Il a également collaboré à l organisation de la séance du Conseil Communal du 6 février 2010 ayant pour but de commémorer les victimes de la catastrophe et de remercier tout les acteurs qui ont apporté leur aide lors des moments tragiques qui avaient touché le coeur de la ville. Deux membres des services du Protocole et des Relations internationales, qui avaient constamment été en contact direct avec les familles des personnes décédées, ont aussi assisté aux funérailles. Tout le long du processus, le service du Protocole a contribué à l organisation des conférences de presse (matériel, boissons, etc.). Le Service des Relations internationales s est aussi chargé de traductions nécessaires notamment dans le cadre de l appel à l aide financier pour les victimes. Plan de prévention Des agents des services du Plan de Prévention ont été réquisitionnés quotidiennement, jusqu à la clôture du dispositif, spécifiquement sur le pôle Accueil Halle du Nord, dans des missions notamment d intervenant psycho-social dans les cellules suivi social et relogement, accueil, encodage et catering. Un soutien pour la rédaction de procédures par type d activités à la Halle a été apporté par le Plan de Prévention. Une personne a été mise à disposition de façon ininterrompue, pendant plus d un mois, pour la coordination du suivi social. Le véhicule de service du Plan de Prévention a été mis à disposition pour l accompagnement des sinistrés, en vue de faciliter la recherche des logements. Les Gardiens de la Paix ont contribué au filtrage des entrées au centre d accueil et à l orientation des citoyens. Cellule de gestion et développement des ressources humaines La Cellule de Gestion et Développement des Ressources Humaines (CGDRH) est intervenue dans la mise en place du Plan d urgence cinq jours après la catastrophe. Les activités de roulement de personnel communal (45 agents mobilisés chaque jour) au sein de la cellule de crise installée dans la Halle du Nord ont été organisées. Par ailleurs, en mars, un numéro spécial de Passerelles a évoqué, sous le titre Solidarité, la formidable mobilisation de l Autorité communale et du personnel de notre Administration, mettant en valeur tous les pôles autour desquels auront été organisés l accueil des sinistrés ainsi que l accompagnement de ceux-ci à travers quantité de services qui leur étaient proposés. Affaires économiques Tâches accomplies en faveur des commerçants Dès le lendemain de la catastrophe, une collaboration s est mise en place entre le Département des Affaires économiques et l Association des commerçants des rues Léopold et de la Madeleine. Ainsi, dès le 28 janvier, les agents ont créé une base de données informatique reprenant toutes les informations utiles au traitement des dossiers des commerçants sinistrés. Le lendemain, tous les commerçants sinistrés ont été contactés par téléphone, de manière individuelle, pour être invités à la séance d information du 3 février. Dès le lundi 1er février, une permanence spéciale «Commerçants» a été organisée au sein de la Cellule de crise, à l Ancienne Halle aux Viandes. Un suivi quotidien et personnalisé a été mis en place. À partir du lundi 15 février, cette permanence s est poursuivie au Cabinet de l Échevinat du Commerce. Il y a eu, à l égard des commerçants sinistrés, quatre réunions et séances d information majeures : Tout d abord, la réunion du 3 février qui avait pour objectif d informer les commerçants sinistrés de la portée des mesures décidées par le Gouvernement wallon en leur faveur, avec la participation de la «Sowalfin», Société wallonne de Financement et Garantie des petites et moyennes entreprises. D autres intervenants étaient également invités pour apporter des informations spécialisées : «Assuralia», le groupement professionnel des entreprises d assurance, l Union des Classes moyennes (U.C.M.), le Service «Contrôle et Médiation» du S.P.F. «Économie, P.M.E., Classes moyennes et Énergie», et l Office national de l Emploi (O.N.E.M.). Ensuite, le Département des Affaires économiques a voulu offrir aux sinistrés une aide juridique adaptée à la situation de chacun. A cet effet, il a sollicité et obtenu auprès du Conseil de l Ordre, l appui logistique du Barreau de Liège. «Assuralia» a également répondu présente. Par souci d efficacité, le Département a décidé d organiser le lundi 8 février deux séances d information distinctes, l une à destination de l ensemble des sinistrés, et l autre exclusivement réservée aux commerçants. Puis, le mercredi 10 février, s est tenue une séance d information, à propos de questions concernant plus particulièrement la fiscalité (impôts directs et indirects), les cotisations sociales, etc. Enfin, le vendredi 12 février, une autre réunion s est tenue pour fournir aux commerçants sinistrés des informations techniques portant notamment sur les arrêtés d inhabitabilité, ainsi que sur les primes à la réhabilitation et à l embellissement. De manière concomitante à ces différentes réunions et séances d information, les membres du Département ont rédigé et adressé différents courriers à toute une série d organismes, afin d aider les commerçants sinistrés, et ainsi de les soulager de toute une série de démarches administratives, bien souvent fastidieuses, à entreprendre. C est ainsi que le Département des Affaires économiques a sollicité: - de l Office national de la Sécurité sociale (O.N.S.S.), un report des cotisations sociales ; 10

12 - de l Administration de la T.V.A. (Services «Recouvrement» et «Remise d amendes et Intérêts de retard»), un report des délais de paiement sans amende ni intérêt de retard ; - du S.P.F. «Économie, P.M.E., Classes moyennes et Énergie», une dispense des cotisations sociales, - de la Ministre des Classes moyennes et de l Agriculture, une aide matérielle et financière au sein de sa sphère de compétences. Enfin, des courriers ont été envoyés aux fournisseurs d eau et d énergie, à la demande des commerçants, au cas par cas, pour obtenir une suspension de la facturation des acomptes relatifs à la fourniture d eau et d énergie. Par ailleurs, en collaboration avec l A.S.B.L. «Solidarité Sinistrés Liège», une aide financière a, au terme d une procédure strictement balisée, été octroyée aux commerçants sinistrés. De manière transversale à toutes ces actions, le Département des Affaires économiques a été un intermédiaire avec la «Sowalfin» et d autres organismes, mais aussi entre les différents services techniques de la Ville. Peu de temps après la tragique explosion, des visites particulières ont eu lieu sur le site de la catastrophe. Chaque commerçant, pris individuellement et accompagné d un pompier, d un policier et d un psychologue, s est ainsi rendu au sein de son établissement pour y constater les dégâts. D autres visites particulières se sont également déroulées spécifiquement pour les indépendants du secteur «Horeca» et pour les commerçants de denrées alimentaires, accompagnés de la Police des Affaires économiques et de la Police de l Environnement, afin d établir un constat des marchandises à jeter à l attention des assurances. Les membres du Département ont entretenu des contacts particulièrement nourris avec chacun des commerçants sinistrés, notamment pour s informer de l état d avancement des travaux de remise en état, pour, d une manière générale, faire le point au regard de l évolution des démarches relatives aux dommages dont ils étaient victimes, aux fins d obtenir réparation. Il leur a également fourni divers services. Tout d abord, pour les commerçants souhaitant quitter le périmètre de la catastrophe et désirant donc une nouvelle implantation, il leur a fourni la liste des cellules vides situées dans le Centre-Ville, ainsi que des conseils pour une implantation optimale au regard de la nature de leur commerce. Il a également contacté à de nombreuses reprises la société «Intermosane», afin de rétablir l électricité dans les commerces sinistrés ou dégager une solution alternative durant les travaux de réparation et de remise en état. De nombreux contacts ont aussi été établis avec le «Marché de Liège», pour entreposer les marchandises et les denrées non périssables. Services sociaux L église Saint-André Le 27 janvier dès 2h30 du matin, les premiers sinistrés et les habitants du quartier, présents dans le périmètre de sécurité, ont trouvé refuge au sein de l ancienne église. Ils ont été rejoints dans la matinée par les familles des victimes disparues. Le personnel d encadrement (service social communal, C.P.A.S., service d aide aux victimes de la Police, S.I.S.U. - service d intervention psycho-social d urgence de la Croix- Rouge) a assuré un soutien psychologique et logistique d urgence (nourriture, lits, ). Par la suite, le personnel d encadrement s est vu confier des tâches plus spécifiques à l égard des familles des victimes disparues : assistance du D.V.I. (Disaster Victim Identification Team) auprès des familles afin de réaliser les questionnaires ante-mortem, relais des pompiers auprès des familles concernant l évolution des recherches, présence auprès des services de police dans l annonce des décès, accompagnement des familles, notamment, dans le cadre de la chapelle ardente organisée au centre funéraire de Robermont. Du mercredi 27 au vendredi 29 janvier, l église est restée ouverte 24h/24. À partir du jeudi soir, seules les familles des victimes disparues étaient présentes, les autres sinistrés étant réorientés vers la Halle du Nord. À partir du samedi 30 janvier, l église est restée ouverte presque tous les jours de 15h à 21h afin de permettre aux familles des victimes, dans l attente - et au moment - d une identification, de pouvoir bénéficier d un soutien psychologique et de recevoir les dernières informations émanant des pompiers. L église Saint-André a définitivement fermé ses portes le mardi 16 février, après les cérémonies funéraires des deux dernières victimes identifiées. La Halle du Nord Ouverte dès le premier jour pour assurer un premier suivi administratif et d information, la Halle est devenue, dès le vendredi 29 janvier, le centre principal de gestion de l aide aux sinistrés. Ainsi, différents services ont été mis en place à la Halle afin d accueillir et d offrir un accompagnement adéquat aux quelques 500 sinistrés ne pouvant regagner leur domicile. Dans ce travail, et suite au Collège commun de la Ville et de la Province de Liège du 4 février, les services de la Ville et du C.P.A.S. ont pu compter sur la contribution de deux assistantes sociales de la Province et d un bus, complémentaire à ceux de la Ville, pour assurer certains déplacements vers les hôtels. Les trois services principaux furent dès le départ : Cellule suivi social Composée d un coordinateur, de quatre assistants sociaux et d un encodeur, cette cellule s est chargée de l accueil des personnes se présentant à la Halle en les aidant et les accompagnant dans différentes démarches administratives (assurances, fournisseurs d énergies et de téléphonie, Forem, employeurs ). Elle était aussi l interface entre les différentes cellules et assurait l accueil de première ligne. Un système de badge a été mis en place pour permettre une identification des sinistrés. Ce badge donnait accès aux repas, aux vêtements et fournitures diverses, au lavoir, au service médical, aux hôtels. 370 badges ont été distribués sur toute la période. 11

13 Le nombre maximal de repas de midi a été de près de 100 le 10 février. Au total, personnes ont participé au repas de midi ; un peu moins au repas du soir. Les repas ont aussi donné lieu à des initiatives de solidarité : des mosquées ont offert des repas hallal pour les sinistrés musulmans, des restaurateurs des rues environnantes ont offert des repas, l école d hôtellerie a organisé un repas pasticcio. Au niveau du suivi médical, la cellule a notamment veillé à donner les médicaments de premier soin. Cellule hôtel et transport Composée d un coordinateur et d un agent en charge de l encodage, ses missions principales consistaient en la gestion des entrées et sorties des hôtels ainsi que le lien entre les hôtels et la cellule suivi social. Au total, 231 personnes différentes ont été hébergées à l hôtel, avec un pic de 171 personnes le 7 février. De nombreuses personnes se sont présentées début février, après avoir passé les premiers jours auprès de proches et se rendant compte que le retour à la vie normale ne se ferait pas avant plusieurs semaines. Jusqu à six hôtels en même temps ont été mis à contribution. Leur collaboration a été impeccable. Généralement, la facturation se fait au prix coûtant. Au total, nuitées ont été accordées. Dans un certain nombre de cas, ces nuitées seront prises en charge par les compagnies d assurance. Cellule repas et médical Composée d un coordinateur et de deux ou trois adjoints, cette cellule avait notamment pour missions de vérifier les badges des sinistrés et de servir les repas du midi et du soir, tenant compte des demandes spécifiques (nombre, repas hallal, repas pour diabétique, ). Une semaine après le sinistre, un quatrième service fut ouvert : Cellule relogement Composée d un coordinateur, de trois assistants sociaux et d un administratif en charge de l encodage, sa première mission fut d accueillir les sinistrés en recherche de logement. Par la suite, elle a défini le degré d urgence de leur dossier en fonction des arrêtés d inhabitabilité rendus par le Bourgmestre. Sur les 105 logements compris dans le périmètre de sécurité, seules deux habitations étaient conformes. Pour le reste, 25% des immeubles étaient inhabitables pour longtemps, 50% habitables après des travaux relativement conséquents et 25% habitables après de petits travaux. Dans beaucoup de cas, les défauts de conformité étaient antérieurs à l explosion. En matière de relogement, la priorité fut donnée aux personnes dont l habitation était détruite et aux personnes dont l immeuble avait fait l objet de scellés (dans ce cas, les clés sont mises à disposition la journée pour les travaux et reprises le soir). Pour ce faire, le Bourgmestre a réquisitionné 38 logements sociaux sur le territoire de la Ville (Maison liégeoise et Logis social, puis immeubles mis à disposition par l Agence immobilière sociale et le Fonds du logement des familles nombreuses). De plus, une trentaine de communes avoisinantes ont proposé des logements sociaux pour une cinquantaine de personnes. Dans le même temps, le Ministre wallon en charge du Logement a permis de donner la priorité aux sinistrés afin que ceux-ci accèdent à un logement social en urgence pour une durée de six mois, renouvelable une fois. Tous les logements liégeois ont été utilisés. A la demande de certains sinistrés, ceux d autres communes ont été mobilisés (Ans, Auderghem, Beyne-Heusay, Fléron, Herstal, Jemeppe, St-Nicolas ). Il est toujours loisible à un sinistré d introduire une demande pour rester dans son logement social à l issue des six mois renouvelables. A ce moment-là, sa demande est traitée 12

14 selon les critères d attribution habituels, sachant que le fait d avoir été expulsé donne lieu à l octroi de 8 points. La cellule relogement a également servi de relais avec les sociétés de logements sociaux présentes à la Halle, les cellules de déménagement, d équipement et de transport. De plus, afin d aider les sinistrés dans leur recherche de logement, la cellule s est attelée à la mise à jour quotidienne des offres de logements privés. Le graphique ci-dessous présente les différentes situations de relogement connues dont bénéficient les personnes accompagnées (soit au total 258 personnes). Ce relogement est soit provisoire (auprès de proches, logements sociaux octroyés à titre provisoire), soit définitif (dans le circuit locatif privé, certains logements sociaux lorsque la personne intéressée introduit une demande acceptée). A cela, une série de services est venue se greffer afin de répondre aux différentes sollicitations des sinistrés : - une permanence assurance tenue par Ethias ; - une permanence emploi (Forem, Onem, syndicats) ; - un accueil S.R.P.A. (Société Royale de Protection des Animaux) ; - une information juridique organisée par l Ordre du Barreau des Avocats de Liège ; - une permanence du Bureau administratif de Police ; - une permanence du S.S.S.P. (Service Sécurité Salubrité Publique) ; - une présence des Gardiens de la Paix et de la Police zonale ; - des contacts avec l Office des étrangers. Outre ces différents services, trois opérations ont été organisées début février au départ de la Halle en partenariat avec la Police, la Protection civile et les Pompiers : - par priorité, la récupération des animaux de compagnie (+/- 70 animaux) ; - la récupération d effets personnels (près de 300 interventions) ; - le déménagement du contenu des immeubles les plus endommagés (autour et en face du lieu de l explosion). Enfin, durant la tenue du périmètre de sécurité, un service d accréditation a été mis en place pour permettre aux propriétaires de (faire) réaliser les travaux dans leur immeuble. Une des difficultés rencontrées a été le manque de répondant de certains propriétaires. Contact a été pris avec chaque propriétaire à propos des travaux à réaliser en vue de rendre conforme les bâtiments frappés d un arrêté d inhabilité. Certains propriétaires se sont montrés très diligents, d autres moins, d autres enfin étaient quasi «aux abonnés absents» (propriétaires très âgés, malades ou à l étranger, propriétaires ayant décidé de vendre leur bien et de ne pas faire les travaux). Par ailleurs, la Ville a négocié avec la Région wallonne une procédure accélérée (délai d environ deux semaines au lieu de trois mois) au bénéfice des propriétaires souhaitant profiter de primes de la Région wallonne pour la réalisation de certains travaux. Le club de pensionnés du Potay Suite au grand élan de solidarité témoigné par les particuliers à l égard des sinistrés, le club de pensionnés du Potay a été réquisitionné afin d entreposer différents dons (hors mobilier et électro-ménager) : vêtements, produits d hygiène, nourriture La gestion des dons a été confiée à la Croix-Rouge et à un agent du service social communal. Des navettes ont été organisées au départ de la Halle pour permettre aux sinistrés d aller chercher ce dont ils avaient besoin. Le club a fermé ses portes le mardi 16 février et le solde des dons a été acheminé au Marché de Droixhe. En tout, ce sont plus de dons de mobilier, 200 dons de vêtements, une centaine d offres diverses (jouets d enfants, hygiène, animaux, téléphonie, nurserie, ) et une centaine d offres de services (traiteur, coiffeur, bénévoles, ) qui ont été proposés. Une lettre de remerciement a été adressée aux particuliers qui ont fait preuve de générosité à l égard des sinistrés. Plusieurs entreprises se sont également manifestées en offrant du mobilier, de l électro-ménager, des G.S.M., des boissons, des vêtements et jeux pour enfants De nombreuses manifestations visant à un soutien financier ont vu également le jour à travers le pays. A l initiative du président du C.P.A.S. et en concertation avec le Collège communal, un compte bancaire a été ouvert (intitulé «Solidarité sinistrés Liège») géré par le receveur du C.P.A.S. Les fonds récoltés servent notamment : À la prise en charge de déménagements auprès de sociétés privées ; 13

15 À la prise en charge de certains frais liés au déménagement (changement d une serrure ; remise en ordre administrative ) ; À couvrir des prestations de nettoyage du domicile sinistré ; À l achat de convecteurs au gaz ou à l électricité (si pas pris en charge par la cellule énergie du CPAS) ; Au financement d une garantie locative visant l installation dans un logement «définitif» (long terme) ; À d éventuelles aides à la relance de commerces, durement touchés également par le sinistre Plus de euros ont été versés sur le compte, sans compter un subside de euros de la Loterie nationale. Epilogue : Les derniers sinistrés retrouvent progressivement leur autonomie Depuis le 27 janvier, les différents services de la Ville et du C.P.A.S. présents à la Halle aux Viandes fournissent une aide matérielle d urgence et accompagnent, personnellement, chaque sinistré vers son retour à l autonomie. Dans cette perspective, la Ville de Liège a procédé à une diminution progressive des services proposés à la Halle aux viandes en fermant ses portes pour la première fois le dimanche 28 février. Dans la foulée, la Halle a avancé l heure de fermeture à 17h (au lieu de 19h) en semaine et n est plus accessible le week-end depuis le samedi 6 mars. Au niveau des repas, le repas chaud du midi, assuré jusqu au vendredi 5 mars, a été remplacé par des tartines. Le repas du soir est lui aussi remplacé par des tartines (à emporter), et ce, depuis le lundi 1er mars. Depuis l adoption de ces mesures visant à inciter les derniers sinistrés à se (re)prendre en main (et éviter, ainsi, de tomber dans un mécanisme de dépendance), le taux de fréquentation de la Halle est en nette diminution. Les dernières demandes concernent essentiellement des aides au niveau des déménagements et des installations (eau, gaz, électricité, Belgacom, ). Par conséquent, suite à une décision du Collège intervenue le jeudi 11 mars, la Halle aux Viandes a fermé définitivement ses portes le vendredi 12 mars à 12h30. Le suivi continuera toutefois à être assuré par le service social du personnel de la Ville de Liège sur rendez-vous (04/ ) tous les après-midi du lundi au jeudi. Cet épilogue heureux témoigne du travail de qualité fourni quotidiennement depuis le 27 janvier par les agents de la Ville, du C.P.A.S. et de la Province, afin de permettre à chaque sinistré de retrouver un toit et de reprendre au mieux le cours de sa vie. Service des Sports Il a géré la liste des opérateurs du call-center dans le cadre du Plan d urgence et de secours. Boutique urbaine La Boutique urbaine a été mise à disposition des services de soutien aux victimes, ainsi qu aux proches de celles-ci. Cellule stratégique Les Conseillers en Mobilité se sont impliqués dans la cellule de crise à la Halle du Nord, en participant à la gestion progressive du retour des habitants sinistrés dans leurs immeubles respectifs. L expert en Environnement s est également impliqué dans cette cellule de crise où il s est efforcé d assister les équipes chargées de l accueil des sinistrés dans les missions de catering, réceptions des dons, logistique d évacuation des déchets, etc. Les Conseillers en développement économique ont secondé l Echevinat du Développement économique, afin d assurer l accueil et la guidance des commerçants et propriétaires sinistrés. Etat civil Le Département est intervenu dans la fourniture des listings de population et dans la prise en charge des défunts (morgue, chapelle ardente, enterrements des indigents). 14

16 Bureau de Police administrative 15

17 16

18 DEPARTEMENT 01 Bureau de Police administrative Présentation du Bureau Ce service participe à la gestion de la Police administrative dont le but est de prévenir les troubles à l ordre public en conférant aux Autorités administratives des pouvoirs leur permettant d imposer des limites aux droits et libertés des individus. Police administrative Le service propose au Conseil d adopter, de modifier, d abroger mais encore de coordonner les règlements de police. Durant l année 2010, 2 règlements ont été adoptés : le règlement de police relatif à l affichage électoral dans le cadre des élections législatives, le règlement particulier de police et de gestion patrimoniale portant organisation de la Grande Fête du Commerce du Centre-Ville. Par ailleurs, 2 règlements ont été modifiés, il s agit du règlement de police du 29 avril 2002 relatif aux artistes de rues, ainsi que du règlement de police relatif à l exploitation de bars à serveurs-serveuses, de clubs à hôtesses et d établissements érotique, du 26 avril Le service a étudié 15 dossiers de fermeture d établissements pour trouble à l ordre public. En exécution de divers règlements de police, le Bureau a géré 105 autorisations d occupation de la voie publique, 855 dossiers de manifestations ainsi que 169 dossiers pour le seul XV août en Outremeuse, 488 dossiers relatifs à l installation de terrasses, 7 dossiers relatifs à des travaux pouvant produire du bruit la nuit, 9 arrêtés imposant aux supporters visiteurs du club de football du Standard de venir en autocar pour les matchs classés à hauts risques, 13 dossiers de collectes sur la voie publique, 17 dossiers d affichage en vue d annoncer un événement et 6 refus, 79 dossiers d artistes de rue, 12 dossiers relatifs à des distributions diverses et 3 refus ainsi que 22 dossiers ont été élaborés afin de sanctionner les night-shops et phone-shops en infraction au règlement communal y relatif. Cette année, le service a traité en matière de taxis 7 dossiers de cession ainsi que 35 dossiers de renouvellement d autorisations d exploiter un service de taxis sur base d une nouvelle législation. 126 dossiers relatifs à des autorisations d exploiter des débits de boissons occasionnels servant des boissons spiritueuses et 5 autorisations d organiser une tombola ont été soumis au Collège. Le Bureau assure également la gestion des dossiers relatifs aux jeux de hasard, 72 attestations en matière de jeux de classe III ont été délivrées par M. le Bourgmestre. La délivrance des patentes ayant été confiée aux communes, 10 dossiers ont été réalisés par le service. Dans le cadre de l application de la législation relative au Code de la Route, le service a présenté au Conseil 127 dossiers de règlements complémentaires de la circulation routière et 65 arrêtés portant des mesures de circulation adoptées à l essai ou en urgence ont été autorisées par le Collège communal. Le service s est chargé de la gestion tant de la délivrance de abonnements horodateurs que du renouvellement et de la délivrance de plus de cartes de stationnement réservé aux riverains. Le service gère également l application de la loi du 30 décembre 1975 concernant les biens trouvés en dehors des propriétés privées ou mis sur la voie publique en exécution de jugements d expulsions. Dans ce cadre, 85 dossiers relatifs à la conservation des biens mobiliers provenant d expulsions ont été ouverts et environ 1089 courriers ont été adressés à des particuliers concernant les objets trouvés. Le service a soumis à la signature de M. le Bourgmestre 63 attestations destinées au Parquet du Procureur du Roi, en exécution de l article 629, 4 du Code d Instruction Criminelle. Comptabilité Outre la gestion courante de la comptabilité, le service a également géré le marché public relatif à l enlèvement de véhicules sur réquisition des services de police. A la date du 1er janvier 1993, le Service régional d incendie est devenu l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs (I.I.L.E.) à laquelle la Ville de Liège participe. Le montant de la cotisation de la Ville s élève à La contribution dans les charges spécifiques de fonctionnement des autres pouvoir publics (police), le montant de la cotisation de la Ville s élève à Bureau des amendes administratives En 1999, les communes ont été dotées de nouvelles armes pour lutter contre le dérangement public : les sanctions administratives. Parmi ces dernières figurent les amendes administratives sanctionnant le non-respect des règlements de police. En 2003, le Collège décide de créer officiellement le Bureau des amendes administratives, qui fonctionnait dans les faits depuis Deux agents y sont affectés à temps plein afin de préparer les dossiers des deux fonctionnaires sanctionnateurs officiant en cette matière. Le décret du 5 juin 2008 relatif à la recherche, la constatation, la poursuite et la répression des infractions et des mesures de réparation en matière d environnement a conféré aux communes de nouvelles compétences en matière d amendes administratives 17

19 En 2010, 16 règlements prévoient des amendes administratives dont le montant ne peut légalement excéder 250,00 et 222 comportements infractionnels peuvent être ainsi punis. Les dossiers sont initiés sur base de procès-verbaux dressés par les services de police. Pour l année 2010, 3265 procèsverbaux ont été établis demandes introduites auprès de l Agence Fédérale pour le Contrôle Nucléaire (AFCN). Le service de l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs nous envoie régulièrement des rapports de visites pour lesquels 89 lettres contenant des prescriptions ont été envoyées à des exploitants. Le service a étroitement collaboré à de nombreuses réunions concernant des projets avec entre autres, la nouvelle tour des Finances aux Guillemins, un hôtel de grand luxe, etc Le service a interrogé le service de l Urbanisme à 67 reprises pour des dossiers le concernant et a répondu à 39 courriers émanant de ce dernier et relatifs à des demandes de permis d urbanisme. Le service technique a réalisé pour chaque dossier introduit des visites sur site et des réunions avec les exploitants et/ou les plaignants éventuels. Le service a participé à la mise à jour des plans particuliers communaux d urgence et d intervention. Le service a aussi réalisé les enquêtes publiques, les affichages des décisions et des recours éventuels ainsi que les notifications des décisions aux demandeurs et aux différentes instances consultées (72 enquêtes ont été réalisées ainsi que 93 affichages et notifications). Service de la sécurite et de la Salubrité Publiques (s.s.s.p.) Service des Etablissements Dangereux, Insalubres ou Incommodes (e.d.i.i.) L installation de certains établissements est susceptible de porter atteinte à la sécurité ou à la santé des habitants riverains. Ces établissements, classés en fonction d un décret de la Région wallonne du 4 juillet 2002, font l objet de déclarations (classe 3) ou de permis d environnement (classes 1 et 2). Les communes sont chargées de recevoir les déclarations et les demandes de permis et de délivrer les autorisations en veillant à l information des habitants et des entreprises. C est le service des Établissements Dangereux, Insalubres ou Incommodes qui traite toutes les demandes en permis d environnement ou en permis unique (comprenant une demande de permis d Urbanisme). Il a traité 72 dossiers de deuxième classe, dont 21 en permis unique, ainsi que 253 déclarations de troisième classe. Suite à de nouvelles rubriques de classement reprises dans le nouveau Décret relatif au permis d environnement, le service a envoyé aux demandeurs potentiels, pour les classes 2, 7 demandes et pour les classes 3, 30 demandes invitant les exploitants à régulariser leur situation. Ont également été traitées, 40 demandes relatives à des établissements non classés sur notre territoire, notamment des avis sur des demandes de permis d environnement ou permis uniques sur le territoire de communes limitrophes, ainsi que La commune a notamment pour mission de faire jouir les habitants de la sûreté et de la tranquillité dans les rues, lieux et édifices publics, et plus particulièrement, dans la mesure où la matière n est pas exclue de la compétence des communes, de veiller à la sûreté et à la commodité de passage dans les rues, quais, places et voies publiques, de faire procéder à la démolition ou à la réparation des bâtiments menaçant ruine, de prévenir, par des précautions convenables, les accidents et fléaux calamiteux, tels que les incendies, les épidémies et les épizooties. Le service Sécurité et Salubrité publiques est chargé de recueillir les informations qui concernent ces types de problèmes. Les agents techniques se rendent sur place pour prendre les mesures immédiates de sécurité qui s imposent; ils établissent le constat de la situation et proposent au Bourgmestre les mesures à imposer afin de sécuriser les lieux de façon durable. En 2010, des plaintes de particuliers (285), des constats de police (296) ainsi que des visites du service logement de la Région wallonne (295) ont débouché sur 770 constats qui ont été adressés aux propriétaires ou locataires d immeubles. Suite à la non réalisation de travaux demandés, 12 arrêtés de fermeture et 54 arrêtés d inhabitabilité ont été pris. Après travaux réalisés par les propriétaires, 7 levées d inhabitabilité et 5 levées de fermeture ont été acceptées. Trois arrêtés d abattage d arbres dangereux ont dû être pris en urgence. Ont également été pris, une série d arrêtés portant sur une interdiction d accès à un bâtiment, la réquisition de firmes spécialisées, l obturation d entrées d immeubles, l enlèvement de matériaux, l interdiction d accès à des jardins, l obligation de recourir à un serrurier et l expulsion de personnes. 18

20 Le service a effectué 112 visites de lieux accessibles au public, et est intervenu dans toutes les manifestations publiques telles que le 15 août en Outremeuse, la fête des Fous à Ste Walburge, le Village Gaulois, le Village de Noël, en passant par les fancy-fairs et les carnavals dans les écoles, les braderies, etc..., ce qui a valu 876 visites sur sites et envois correspondants. Le service a également rendu 262 avis sur des demandes de permis de bâtir; il visite régulièrement la foire d octobre et les diverses foires locales organisées sur le territoire communal, ainsi que les différentes manifestations organisées à la Foire Internationale de Liège (22). L Intercommunale d Incendie de Liège et Environs a informé le SSSP à reprises de visites effectuées dans les établissements liégeois, ce qui a nécessité l envoi d un nombre équivalent de lettres aux différents propriétaires concernés. Le service intervention de l IILE a aussi prévenu le service à 72 reprises pour des interdictions d utilisation de cheminées, de foyer ou de bulex. Le service est également intervenu dans la préparation des rencontres à risques au Standard de Liège. Le plan d urgence et d intervention communal est revu et corrigé en permanence tout au long de l année en collaboration avec le Cabinet de M. le Bourgmestre et les services de la Province de Liège. Une simulation est organisée au moins une fois par an, à laquelle le service participe activement. A la demande du service Nuisances publiques, les inspecteurs ont effectué 60 visites sur place et autant de rapports ont été envoyés au service des taxes, au service de la Voirie ou au commissariat de quartier en vue d adresser une amende aux propriétaires. Le service octroie, sur base de rapports techniques de l Intercommunale d Incendie de Liège et Environs, des attestations de sécurité relatives aux maisons de repos, aux hôpitaux, aux établissements d hébergement (hôtels,...). Des attestations ont été délivrées pour des maisons d accueil pour personnes en difficultés sociales et pour une maisons de soins psychiatriques. De plus, le service a acté des plaintes introduites par des résidents à l encontre de maisons de repos. Le service a traité 353 dossiers concernant l assurance en responsabilité civile objective des exploitants des lieux accessibles au public, ce qui a engendré l envoi de 240 courriers aux exploitants. Service Interne de Prévention et de Protection au Travail (s.i.p.p.t.) Travaux de prévention incendie Des contrôles du bon fonctionnement des systèmes d asservissement et de l état des portes coupe-feu dans les bâtiments ont été réalisés par le S.I.P.P.T. lors des différentes visites de bâtiments et des exercices d évacuation. Ce travail se fait de façon continue annuellement. Plus de 150 équipiers de première intervention ont été formés par le service de prévention de l I.I.L.E. Il s agit des EPI du lycée de Waha, du lycée d Hazinelle, des écoles du Laveu, de Jupille, du Jardin Botanique, du personnel des crèches et minicrèches et des EPI de l Ilot Saint-Georges. Un rappel des instructions d urgence, en cas d incendie, a été donné au personnel Accueil de la Cité administrative, et au service de téléphonie de l Ilot Saint-Georges. Des plans d urgence incendie ont été rédigés dans 65 bâtiments. Il s agit de procédures d urgence pour 48 écoles et 15 crèches + mini crèches et 2 bâtiments administratifs. Des travaux de prévention incendie ont été effectués ou commencés dans plus de 12 bâtiments par le 8ème département selon les avis de l I.I.L.E. Des tests d éclairage de sécurité ont été réalisés par la S.A. C.I.B. (S.A. Contrôle Industriel Belge), organisme agréé de contrôle technique, lors des contrôles des installations électriques basse tension dans ces bâtiments. 16 exercices d évacuation ont été effectués dans les bâtiments. Lieux de travail Les visites de sécurité des lieux de travail ont été effectuées dans 187 bâtiments dont 125 en collaboration avec le service externe de prévention (S.P.M.T.). Les visites des bâtiments scolaires se font avec la médecine scolaire (P.S.E.) également. Sur les 187 visites réalisées, les conducteurs de bâtiments ont été présents à 80, soit 42% de visites réalisées. 4 analyses de postes de travail ont été effectuées à la demande des travailleurs. Un inventaire amiante a été réalisé dans 99 bâtiments sur les 120 prévus dans le marché d inventaire conclu avec la firme S.G.S. Des pictogrammes ont été apposés sur les matériaux en asbeste par le S.I.P.P.T.. Un programme de gestion amiante a été mis en place en collaboration avec le service des bâtiments communaux. Une procédure de collecte de seringues usagées a été rédigée par le S.I.P.P.T. en collaboration avec le département Espace public et le Plan de prévention. La formation pratique au ramassage de seringues et aux dangers spécifiques a été réalisée pour 318 agents du service d entretien des locaux par le Plan de prévention. Contrôles périodiques Les contrôles des installations électriques basse tension ont été effectués dans 192 bâtiments par la S.A. C.I.B.. Ce qui a permis de réaliser une mise à jour de la périodicité des contrôles des installations électriques. Les contrôles des installations électriques haute tension ont été réalisés dans 26 bâtiments selon la périodicité légale. Les contrôles d étanchéité et d analyse de risques des installations alimentées au gaz naturel ont été effectués dans 46 bâtiments par la S.A. C.I.B.. Les contrôles périodiques de 83 ascenseurs dans 44 bâtiments ont été réalisés selon la périodicité requise. Des contrôles par S.E.C.T. des engins et accessoires de levage dans tous bâtiments ont également été effectués par la S.A. C.I.B.. Les contrôles par personne qualifiée d échelles et d échafaudages ont été effectués dans tous les bâtiments par le S.I.P.P.T.. 19

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT Art. 1 er. Le présent règlement règle une matière visée par les articles 117 et 119 de

Plus en détail

Communication. Information. Normes juridiques. Litiges. Santé humaine / Soins aux animaux. Technologie de l information et de la communication

Communication. Information. Normes juridiques. Litiges. Santé humaine / Soins aux animaux. Technologie de l information et de la communication Matières budgétaires Communication et Information Gestion générale Logistique, économat et appui technique Normes juridiques et Litiges Personnel et Organisation Police Santé humaine / Soins aux animaux

Plus en détail

Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales

Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales Formation de multiplicateurs: sensibilisation aux élections communales Objectifs: Former des multiplicateurs associatifs et syndicaux Connaître la commune, les compétences communales et la loi électorale

Plus en détail

1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS

1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS REGLEMENT DES SERVIICES PERIISCOLAIIRES DE LA COMMUNE DE TOURRETTES 1 ADMISSION ET FORMALITES D INSCRIPTIONS 1.1 Bénéficiaires des services Les services périscolaires sont proposés aux familles des enfants

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

LUDOTHEQUE MUNICIPALE

LUDOTHEQUE MUNICIPALE MAIRIE D AIMARGUES LUDOTHEQUE MUNICIPALE 6, Avenue Jean Moulin Centre Culturel 30470 AIMARGUES REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par le Conseil Municipal en date du 29 janvier 2015 Délibération n 2015-013 ARTICLE

Plus en détail

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007

Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Plan de concertation locative de l Office Municipal d HLM de Clichy la Garenne Révision du 7 mars 2007 Préambule L article 193 de la loi 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement

Plus en détail

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans)

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Bébé en Ville 9 rue Gustave Flaubert 66 000 Perpignan 04 68 86 43 46 www.bebeenville.fr Présentation de Gestionnaire L Accueil de Loisirs

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012) Protocole Privilèges et immunités (P1.1) NOTE CIRCULAIRE DISPOSITIONS BELGES EN MATIERE D'EXONERATION DE LA T.V.A. POUR LES POSTES CONSULAIRES DE CARRIÈRE EN BELGIQUE ET LEUR PERSONNEL Y ACCREDITE (20

Plus en détail

VILLE DE VALOGNES - ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS -

VILLE DE VALOGNES - ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS - VILLE DE VALOGNES - ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS - RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES ACTIVITÉS ORGANISÉES DANS LE CADRE DES «MERCREDIS LOISIRS» ET DES «PETITES VACANCES SCOLAIRES» ARTICLE 1 - FONCTIONNEMENT La propose

Plus en détail

CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES

CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES Mairie, 14 Grande Rue 88130 AVRAINVILLE Mairie-avrainville@wanadoo.fr 06 43 92 81 32 Savigny le 20 r février 2013. CONVENTION OCCUPATION DES LOCAUX ECOLE TERRE DE LEGENDES ENTRE D une part, Michel FORTERRE,

Plus en détail

Au niveau des recettes :

Au niveau des recettes : Extrait du bulletin communal de décembre 2013 Au cours de sa séance du 23 octobre 2013, le conseil communal a examiné et approuvé à l unanimité la seconde modification budgétaire de l année. 1. Budget

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR

MAISON DES ASSOCIATIONS. 5 bis, rue de la Forêt. 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR MAISON DES ASSOCIATIONS 5 bis, rue de la Forêt 95350 Saint Brice sous Forêt REGLEMENT INTERIEUR 1 SOMMAIRE 1 OBJET DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 2 ACCES A LA MAISON DES ASSOCIATIONS... 1 3 - CONDITIONS

Plus en détail

Administration des collectivités territoriales

Administration des collectivités territoriales S O M M A I R E Administration des collectivités territoriales Page 1 Dispositions générales page 1 I De l administration et des finances page 2 II Du domaine des collectivités page 3 V De la responsabilité

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SERVICES PÉRISCOLAIRES - ALAE MATERNEL (Accueil de Loisirs Associé à l Ecole) - RESTAURATION SCOLAIRE - TAP MATERNEL (Temps d

RÈGLEMENT INTÉRIEUR SERVICES PÉRISCOLAIRES - ALAE MATERNEL (Accueil de Loisirs Associé à l Ecole) - RESTAURATION SCOLAIRE - TAP MATERNEL (Temps d RÈGLEMENT INTÉRIEUR SERVICES PÉRISCOLAIRES ALAE MATERNEL (Accueil de Loisirs Associé à l Ecole) RESTAURATION SCOLAIRE TAP MATERNEL (Temps d Accueil Périscolaire) ANNEE 2013 2014 La ville de JACOU organise

Plus en détail

Prévisions Budget 2013. Projections Budget 2014 Budget 2015 Budget 2016 Budget 2017 Budget 2018. Coeffi cients. Compte 2011 Budget final 2012

Prévisions Budget 2013. Projections Budget 2014 Budget 2015 Budget 2016 Budget 2017 Budget 2018. Coeffi cients. Compte 2011 Budget final 2012 TABLEAU DE BORD VILLE/COMMUNE Population (nombre d'hab.) Taux IPP Nombre de ca PI RECETTES DE PRESTATIONS Vente de bois Locations immobilières Locations salles communales et sportives Redevance occupation

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE MINEURS «LA FARANDOLE» & ACCUEIL PERISCOLAIRE VILLE DE FEUCHEROLLES

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE MINEURS «LA FARANDOLE» & ACCUEIL PERISCOLAIRE VILLE DE FEUCHEROLLES - REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL DE MINEURS «LA FARANDOLE» & ACCUEIL PERISCOLAIRE VILLE DE FEUCHEROLLES Article 1 : Généralités La commune de Feucherolles met en place un accueil de mineurs sur son territoire,

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Les Maisons de la Justice et du Droit

Les Maisons de la Justice et du Droit Les Maisons de la Justice et du Droit Conseils, Informations, Accès au droit, Aide aux victimes Qui est votre meilleur interlocuteur? Placées sous l autorité du Président du Tribunal de Grande Instance

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Liège, le 21 septembre 2013 PROJET D ETABLISSEMENT Projet d établissement Le Centre d Enseignement Secondaire Léon MIGNON se composant de trois implantations distinctes, ayant chacune leurs caractéristiques

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects de la garde d

Plus en détail

REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL

REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL REGLEMENT ET CONDITIONS DE LOCATION DU THEATRE COMMUNAL Article 1 : Toute personne intervenant au nom d une association de fait s engage, à titre personnel, en qualité de locataire du théâtre communal.

Plus en détail

ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT EN MILIEU FAMILIAL PRIVÉ (NON-ACCRÉDITÉ)

ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT EN MILIEU FAMILIAL PRIVÉ (NON-ACCRÉDITÉ) LOGO DE VOTRE SDG CONTRAT Entente de services de garde en milieu familial privé Nom de votre SDG : 2012 Mise à jour le 5 décembre 2011 Nom : Adresse : # Téléphone : ENTENTE RELATIVE À LA GARDE D UN ENFANT

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET REGLEMENT DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège MAJ mars 2014 1 Vu le code de l Education. Vu le code général des collectivités territoriales Vu la loi n 809 du 13 Août 2004 et notamment

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

MODÈLE 2 : PLAN DE SÉCURITÉ relatif à l organisation d une manifestation publique importante ou d un grand rassemblement de personnes

MODÈLE 2 : PLAN DE SÉCURITÉ relatif à l organisation d une manifestation publique importante ou d un grand rassemblement de personnes CADRE RÉSERVÉ À L ADMINISTRATION Administration communale de Lasne Province du Brabant wallon Belgique Plan de sécurité nécessaire : OUI NON Transmis pour disposition : Police locale Le : Service d incendie

Plus en détail

PréParation et gestion d un chantier

PréParation et gestion d un chantier SAS ECS HA3601 Préparation et gestion d un chantier Chapitre 5 Préparation avant les travaux 5.5. Coordination technique Lors de la phase de préparation du chantier, la coordination technique occupe une

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE. Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable!

VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE. Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable! VADE-MECUM POUR UN CONTRAT DE LOCATION DE SALLE Un contrat de location, une nécessité Un «bon» contrat, un partenaire indispensable! Document rédigé par le pôle économique de DiversiFerm, Accueil Champêtre

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR CONTRAT DE SEJOUR ACCUEIL DE JOUR «L établissement est soumis aux dispositions du décret 2004-1247 du 26 Novembre 2004 relatif au contrat de séjour ou document individuel de prise en charge prévu par l

Plus en détail

Les marchés publics de la commune

Les marchés publics de la commune Les marchés publics de la commune La place du mandataire communal dans le processus décisionnel Yves CABUY Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale Administration des Pouvoirs locaux 1 Les marchés

Plus en détail

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Service Paye INFORMATION I Subvention aux mutuelles Le décret n 2006-689 du 13 juin 2006 modifie le code de la mutualité (abrogation des

Plus en détail

PERSONNALISéE D AUTONOMIE

PERSONNALISéE D AUTONOMIE CONSEIL GENERAL DE L AVEYRON pôle des solidarités départementales Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DéPARTEMENTALE PERSONNALISéE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route Conditions d accès Plan du site Par les transports en communs Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles Ligne 8, station Balard Bus : Ligne 39, Porte de la Plaine Ligne 42, Balard Ligne 80, Porte de

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE

LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE. PRÉVENTION by HISCOX LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE PRÉVENTION by HISCOX LES ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE LES BONS REFLEXES POUR ÉVITER L INEXCUSABLE Employer de nombreux salariés dont vous êtes éloignés au quotidien constitue un des risques majeurs

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Règlement Intérieur Stages Multisports Toussaint Hiver et Printemps

Règlement Intérieur Stages Multisports Toussaint Hiver et Printemps LE PRADET Maj 23/9/2015 Règlement Intérieur Stages Multisports Toussaint Hiver et Printemps Préambule Les stages multisports ont pour objet de faire découvrir aux enfants scolarisés en élémentaire et au

Plus en détail

UNITE JEUNES MAJEURES Règlement de fonctionnement

UNITE JEUNES MAJEURES Règlement de fonctionnement UNITE JEUNES MAJEURES Règlement de fonctionnement PREAMBULE Le service «Unité Jeunes Majeures» est une structure gérée par l association ANEF Loire. Ce service fait l objet d un agrément délivré le 28

Plus en détail

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211 Adopté par le Conseil municipal le 20 février 2007 Approuvé par le Conseil d Etat le 27 février 2008 Avec les dernières

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

La sécurité au CIARUS

La sécurité au CIARUS La sécurité au CIARUS Les contrôles légaux Les organes de sécurité L entretien sécurité Formation du personnel La sécurité au quotidien La restauration La santé Le contrat d assurance Divers P2 P3 P3 P4

Plus en détail

Tout bénéficiaire de l autorisation délivrée par le Bourgmestre s oblige à respecter les conditions qui y sont énoncées.

Tout bénéficiaire de l autorisation délivrée par le Bourgmestre s oblige à respecter les conditions qui y sont énoncées. Article 1er : Au sens du présent règlement, une soirée publique sous chapiteau s entend comme étant une manifestation : organisée sous un chapiteau ayant une capacité d accueil de minimum 150 personnes;

Plus en détail

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies Universités Intitulés Taux d admission Débouchés supposés Aix-Mars. III M2 mixte Droit et gouvernance des énergies M2 mixte Droit international et européen de l environnement Agent des services juridiques

Plus en détail

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Débits de boissons et J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Ce qu il faut savoir Débits de boissons? Sous cette dénomination, on trouve des établissements aussi divers que les cafés, les bars,

Plus en détail

NOTE INFORMATIVE POUR LES PARTICIPANTS

NOTE INFORMATIVE POUR LES PARTICIPANTS NOTE INFORMATIVE POUR LES PARTICIPANTS La ville du Cap, Afrique du Sud 20-23 février, 2012 INFORMATIONS RELATIVES À L INSCRIPTION ET À LA PARTICIPATION À L ÉVÈNEMENT* * Veuillez consulter ce document régulièrement

Plus en détail

La sécurité au TORRENT

La sécurité au TORRENT La sécurité au TORRENT Les agréments P 2 Les contrôles légaux P 2 Les organes de sécurité P 3 L entretien sécurité P 3 Formation du personnel P 4 La sécurité au quotidien P 5 La restauration P 5 La santé

Plus en détail

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides

VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides VOUS N ARRIVEZ PLUS À PAYER VOTRE LOYER? des conseils, des aides Vous n avez pas payé votre loyer depuis deux mois > Des frais supplémentaires de relance facturés sur quittance > Deux lettres de rappel

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003 Première partie 43 ème année n 8 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Décret n 046-A/003 du 8 mars 003 portant création, organisation et fonctionnement d

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580

ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Date : 05/02/08 v.1 Mercure 1-580 ICPE «Installations Classées pour la Protection de l Environnement» Sommaire La réglementation ICPE La nomenclature ICPE Utiliser la nomenclature ICPE Les installations non classées ICPE soumises à déclaration

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Remplacement de personnel dans les milieux d accueil A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014. Avis aux élèves et à leurs parents

PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014. Avis aux élèves et à leurs parents PLANNING DE FIN D ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 Avis aux élèves et à leurs parents MAI 2014 Vendredi 23 mai 2014 : - Fin des activités parascolaires. Vendredi 30 mai 2014 : - Clôture des points de la 3 ème

Plus en détail

Service Logistique. 1 Service Logistique

Service Logistique. 1 Service Logistique Service Logistique 1 Service Logistique Service Logistique 2 1 PRÉSENTATION A. Missions Directie Generaal 1) Soutien 2) Innovation et changement Le service Logistique offre un soutien logistique aux directions

Plus en détail

Gestion et exploitation d un Bar-restaurantcommerce. à LURS

Gestion et exploitation d un Bar-restaurantcommerce. à LURS M A I R I E D E L U R S Hôtel de Ville 04700 - LURS Gestion et exploitation d un Bar-restaurantcommerce multiservices à LURS Cahier des charges M A R C H E P U B L I C E N P R O C É D U R E A D A P T É

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES DE LA VILLE DE SCEAUX ET DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE SCEAUX La présente convention est établie entre : La ville de Sceaux 122, rue Houdan 92331

Plus en détail

QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES

QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES QUESTIONS D ACTUALITES REGLEMENTAIRES LES LOTERIES LES DEBITS DE BOISSONS LES AGENTS IMMOBILIERS LES OPERATIONS FUNERAIRES AUTORISATION DE LA LOTERIE DEPUIS LE 22 MARS 2015 Ce n est plus le préfet mais

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

VOS DEMARCHES. En cas de garde alternée, chaque parent complète un dossier d inscription et indique le planning prévisionnel de réservation.

VOS DEMARCHES. En cas de garde alternée, chaque parent complète un dossier d inscription et indique le planning prévisionnel de réservation. DOSSIER D INSCRIPTION RESTAURATION SCOLAIRE GARDERIES ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 VOS DEMARCHES 1 Merci de bien vouloir remplir et rapporter ce dossier avec les pièces justificatives qui permettront de calculer

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes.

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes. Note à Monsieur Léon ZAKS, Administrateur général. Administration générale de l Infrastructure. Votre lettre du Vos références Nos références Annexes MT/MT/SIPPT/200802444RA.9980 Objet : Sécurité: Location

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Santé Publique La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Professions de Santé Tél : 71 561 032 CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

votre courrier du vos références nos références votre courrier du

votre courrier du vos références nos références votre courrier du Service Public Fédéral FINANCES Bruxelles, le 3 juin 2015 Administration générale de la TRESORERIE Exp. : Avenue des Arts 30 1040 BRUXELLES Paiements Traitements Note aux Ordonnateurs votre courrier du

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail