Espoirs et défis de la coopération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espoirs et défis de la coopération"

Transcription

1 DOSSIER Pour beaucoup de malgaches, les initiatives locales et internationales de coopération au développement constituent une ultime initiative de surpasser la crise politique et la situation économique difficiles de l île. De l appui social et technique aux collectivités locales, en passant par le développement d entreprises à finalité socioéconomiqe, les actions de solidarité permettent à Madagascar de garder espoir. Madagascar, Espoirs et défis de la coopération A ussi vaste que la France et le Benelux réunis, Madagascar est la quatrième plus grande île au monde. Situé à 400 kilomètres de la côte orientale de l Afrique, ce territoire reste isolé du reste du continent africain. Ce confinement relatif lui confère, à lui et ses 19 millions d habitants, une extrême richesse en diversité biologique et culturelle. En apparence, l île cumule à elle seule tous les superlatifs. Mais derrière cette description flatteuse, Madagascar connaît une situation socioéconomique critique. e revenu moyen par tête d habitant plafonne à 989 $ (contre $ pour la Belgique) ; 70% de la population malgache vit en dessous du seuil de pauvreté ; 49% des enfants de moins de cinq ans sont atteints de malnutrition ; le taux de mortalité infantile et maternelle est incroyablement élevé et l espérance de vie est inférieure à 60 ans. es défis d amélioration des conditions de vie sont donc immenses et concernent l ensemble du pays. Face à ce sombre constat, l Etat mal- 1 gache semble dépourvu de moyens d actions, et ce, malgré de profondes réformes institutionnelles, notamment au niveau de la poursuite du processus de décentralisation engagé depuis En 2005, les autorités ont lancé une réforme ambitieuse associant les logiques de décentralisation et de déconcentration. Malheureusement, le conflit politique majeur qui a éclaté en janvier 2009 et la situation de transition que connaît actuellement la Grande Ile ont relégué au second plan les initiatives porteuses de développement et de bonne gouvernance. Un crise sans précédent De violentes manifestations et émeutes opposant les partisans du maire d Antananarivo, Andry Rajoelina, aux partisans de Marc Ravalomanana, Président de l île depuis 2002, ont secoué le pays. Environ 135 personnes sont mortes durant ces violences, soit lors de débordements, soit sous les coups de la garde présidentielle. Une action de l armée tente de porter le maire de la capitale à la tête de l île, mais les opposants des anciens présidents continuent à se livrer à un jeu d échec politique qui enfonce Ma- ES DOSSIERS D ISF Photo : Finanarantsoa, capitale de la région de Haute Matsiatra - A. Picavet dagascar dans une crise dont personne ne perçoit l issue. Cette lutte a entraîné la suspension des aides économiques de la communauté internationale (UE, BM, FMI, PNUD) en attendant de nouvelles élections et le retour à l ordre constitutionnel. Si quelques institutions locales et la société civile continuent de bénéficier des soutiens des bailleurs de fonds, l Etat lui doit arrêter ses grands programmes nationaux. es conséquences sont immédiates : baisse du taux de croissance (-3,7% en 2009), dépréciation de la monnaie, hausse des prix intérieurs (+9,8% en 2009), augmentation du chômage et de l insécurité. C est dans ce contexte difficile qu ISF reçoit une demande croissante d appuis de la part d acteurs malgaches. Ces sollicitations s inscrivant dans les différents programmes d action d ISF (Offre de Services, Assainissement, ), plusieurs projets de collaboration sont en train de naître. Ce dossier vous propose de découvrir Madagascar au travers d actions de membres et futurs partenaires d ISF Par G.M. & J.A.

2 Renouer le fil entre acteurs locaux et internationaux Depuis mars 2009, Madagascar est plongée dans une crise politique majeure acculant le pays dans une situation économique et sociale désastreuses. es acteurs locaux et étrangers sont dépourvus de moyens et peinent à coordonner leurs actions pour rétablir les services de base aux populations. Quelques associations locales subsistent pour les appuyer dans cette étape indispensable pour relancer l économie du pays. a population malgache est confrontée à une situation économique et sociale désastreuse. Depuis 2009, plusieurs partenaires techniques et financiers (PTF) ont, soit quitté le pays, soit arrêté momentanément leurs activités d appui au développement de Madagascar, en attendant le retour à l ordre constitutionnel. Cette situation a des impacts sur les acquis de la coopération internationale depuis plusieurs années d activités. En effet, tout est à recommencer pour retrouver le niveau d avancement de mars Dans le domaine de l appui au processus de décentralisation à Madagascar, en particulier, le transfert financier prévu par les lois de finances 2009, au bénéfice des régions, a été interrompu ; le Fonds de Développement ocal qui devait servir de levier pour augmenter les capacités financières et d investissements des communes a été privé de l aide des principaux bailleurs de fonds (Banque mondiale, UE, Suisse, etc.) et a réduit ses apports à un strict minimum. Heureusement, quelques PTF subsistent et restent actifs en s engageant dans un vaste programme d harmonisation et de consolidation des outils d appui aux communes, comme le guide d élaboration de budget, en collaboration étroite avec le Ministère de l Aménagement du Territoire et de Décentralisation. Par ailleurs, deux grands ateliers sur la coopération décentralisée ont été organisés en 2010 par le Ministère de la décentralisation et France Volontaires, l un axé sur l accompagnement des collectivités territoriales décentralisées dans leurs initiatives de développement l autre sur la présentations des impacts positifs des actions de coopération décentralisé en temps de crise politique. En effet, pour certaines localités, la présence des actions de coopération a contribué à amortir les effets néfastes de «l absence de l Etat». Dans le cas contraire, les habitants seraient tombés dans une situation désastreuse. Au niveau du ministère, il a été institué une Commission Nationale de la Coopération Décentralisée (CNCD), dont l enjeu majeur est de renforcer capacités et rôles des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) dans la gestion, le développement et l aménagement de leurs territoires respectifs, de promouvoir et accompagner les initiatives des CTD malgaches dans la recherche de partenariats avec les CTD extérieures. Risques et opportunités des partenariats Nord-Sud Malgré des avancées significatives, la coopération décentralisée entre CTD du Nord et du Sud est toujours à TERRITOIRE ET DEVEOPPEMENT sens unique. es CTD du Nord sont perçues comme bailleurs et les CTD malgaches sont quémandeuses de fonds. es aspects échange de savoirfaire et enrichissement mutuel entre les deux partenaires sont quasi absents, de même qu au niveau de l assistance technique du Nord, perçue comme porteuse de toutes les connaissances visà-vis de la localité où elle est présente. Ce positionnement biaise le partenariat et ne contribue guère au renforcement des compétences locales et entraîne une dépendance. Il existe toutefois très peu de consortium d ONG Nord et Sud qui mettent en œuvre conjointement un programme de développement à Madagascar. Une des raisons est le peu d intérêt des acteurs Nord en général pour le développement des capacités en milieu urbain au profit du développement technique rural. Relever ces défis constitue les principales orientations pour l avenir de la coopération malgache Aimé François Jaony Territoire et Développement, organisation non gouvernementale (ONG) de nationalité malgache, a vu le jour en Elle est le fruit d une accumulation d expériences, en Europe et en Afrique, dans le domaine du développement local et de l appui au processus de décentralisation. T&D œuvre pour le co-développement, les échanges et la coopération entre les acteurs (Nord-Sud et Sud-Sud) comme source d enrichissement mutuel des actions menées au service des populations locales. T&D a comme mission d accompagner les initiatives des collectivités et société civile locales pour le développement de leur territoire dans le respect des valeurs socioculturelles des populations. Son objectif principal consiste à renforcer les capacités des acteurs locaux à concevoir et à mettre en œuvre des programmes et des actions de développement local en cohérence avec la politique de déconcentration et de décentralisation à Madagascar. Plus d informations sur ou par à E S D O S S I E R S D I S F 2

3 DOSSIER Vingt ans après, retour d un ingénieur sur le canal En octobre dernier, un ingénieur d ISF s est rendu sur la côte est de Madagascar afin d effectuer une mission d identification des besoins des habitants vivant le long d une partie du canal des Pangalanes. Récit d un homme qui connaît bien la région puisqu il y a déjà travaillé vingt ans auparavant. e demi-cylindre de métal brille sous le soleil de Mananjary. Atelier de Construction Navale qu il abrite y fait la sieste depuis «Vous venez rouvrir le chantier, Monsieur?» Ces mots prononcés en août 2006 par le gardien de ce bâtiment atypique ont depuis fait leur chemin dans ma tête. Et pourquoi pas? Ces lieux, je les ai connus pleins de vie, d enthousiasme, de compétences. Des barges, des pousseurs, des pirogues descendaient régulièrement et majestueusement le slipway menant au canal des Pangalanes, 500 mètres en contrebas. De Toamasina à Manakaravoie cette voie d eau de 600 kilomètres parallèle à l océan Indien n en n est parfois séparé que de quelques mètres, mais il offre un chemin tellement plus sûr, à l abri de ses puissants rouleaux de vagues, de ses courants et de ses vents muables en cyclones qui régulièrement balaient la côte Est de Madagascar. Ce canal, le général Gallieni en a ordonné les titanesques travaux en 1901 : plus de dix années pour relier entre eux lacs, lagunes et cours d eau afin d assurer une navigation continue, grignotée dans un empire végétal, alternant forêts primaires et mangroves où se mêlent bois de rose, ébène, ravenala, pandanus, raphias... Une vie au long fleuve tranquille? Dans les années 80, un effort de réhabilitation largement financé par des institutions internationales fut centré sur la portion nord du canal. Il a permis l installation de ports fluviaux, d un chantier naval, d une flottille de bateaux et de structures publiques d entretien et d exploitation. Jeune ingénieur en service civil, je fus témoin et modeste acteur dans cette ambitieuse tentative de renaissance. e retournement politique de 1995 en a sonné le glas et placé depuis cette région en léthargie. Arrêt des constructions, des dragages et des struc- 3 Chantier naval de Mananjary, côte-est de Madagascar tures d exploitation. e canal s ensable, les bâtiments s effritent, les arbres replantent leurs racines dans le lit du canal. Mais les besoins de la population n ont pas changé pour autant. Ce fil d eau est souvent le seul accès à des dizaines de villages, pour des centaines de pêcheurs et d agriculteurs. Ici pour vendre un poisson ou troquer des produits issus des ressources et de l artisanat local, il faut marcher ou pagayer, parfois longtemps. e potentiel commercial est non négligeable et la nature n est pas avare dans cette région : outre les produits de pêche, on trouve litchis, poivre, cannelle, girofle, café Il ne manque que les moyens de les convoyer vers les marchés. De fil en aiguille, de Google en Chaka, quatre années se sont écoulées et la question du gardien a trouvé un écho : une association de piroguiers de Manakara nous a demandé un appui à leur dynamique de développement tournée vers les villages du canal entre Manakara et Mananjary. es premiers contacts évoquent des besoins en eau potable et en énergie, en ES DOSSIERS D ISF Photo M. Joie transport et embarcations, en pontons, matériels de pêche et agricoles pour une communauté de quinze villages dispersés sur 130 kilomètres, soit vingt mille personnes. association est jeune, légitime et motivée. es projets sont accessibles, mais nombreux, trop nombreux. Rencontrer les acteurs et comprendre de plus près les réalités du terrain est la première démarche à effectuer. Retour aux sources Me voilà de retour dans la capitale, Antananarivo, Tana pour les locaux, puis dans la région du canal des Pangalanes pour une mission d identification de projet avec différents acteurs locaux. association Canal-Evasion, par exemple, vise à sortir ces villages de l oubli en même temps que de leur précarité, en soutenant leur développement par l organisation de prestations touristiques mélange d aventure, de nature et de rencontres culturelles. es rémunérations générées par les visites sont reversées à des groupements de pêcheurs ou d agriculteurs que l association appuie dans

4 Carnet de bord la mise en place de projets de développement local. es quelques jours prévus avec Sylvain, directeur de l association Canal Evasion, et son équipe ont un triple objectif : identification des besoins essentiels exprimés par les villages du canal, évaluation de l état de la voie d eau et de sa navigabilité entre Manakara et Mananjary, évaluation de l association et de sa légitimité régionale comme partenaire potentiel d ISF. Aller chercher ces réponses est une aventure en soi : deux jours de route depuis Tana pour rallier la côte, quatre jours de pirogue avec pour seuls moteurs cinq paires de biceps pour pagayer ou porter la pirogue en basses eaux, trois nuits de bivouac sous la Croix du Sud. Ces cent trente kilomètres durement gagnés par nos piroguiers m ont donné la dimension de l isolement quotidien des villages visités. Ce n est pas tous les jours qu un «vazaha», l étranger version malgache, se déplace jusque dans leur case centrale, la «trano be» ou grande maison, pour leur demander comment ils vivent, avec quelles difficultés. Ça mérite une grande réunion, notables en tête, discours et échanges colorés. Des neuf villages visités et questionnés, il ressort des besoins homogènes et conformes aux premiers échos reçus de Canal Evasion : accès à l eau et à l énergie pour communiquer et réfrigérer, du transport vers les villages voisins et les villes de marché qui offrent aussi les structures sanitaires les plus proches. Mais une demande constante, qui n avait pas fait surface auparavant, concerne la disponibilité d une maison communautaire, suffisamment grande et solide, pour abriter les habitants lors des alertes cycloniques. e pas- sage d Hubert, meurtrier cyclone de mars 2009, a laissé des plaies encore ouvertes. «e canal maudit» introduction dans les villages aurait été mission impossible sans le concours de Sylvain, charismatique sociologue partageant les racines et le destin des gens rencontrés. Son association est connue et appréciée des villageois. Elle présente un solide vecteur de communication vers les communautés dispersées. a navigabilité ne pose pas de problème majeur pour une modeste pirogue de 7 mètres comme la nôtre. a largeur du canal, à de rares exceptions, permet à deux embarcations de se croiser. a hauteur libre n est que rarement entravée par des obstacles aériens. e tirant d eau réduit présente les difficultés principales : il nous a forcés à débarquer et pousser ou porter à trois endroits : 10 kilomètres après le départ, 10 kilomètres avant d arriver, et pile-poil au milieu du trajet, dans une zone surnommée «canal maudit» tant l étroitesse, l ensablement et la densité de végétation semblent de connivence pour repousser le visiteur. Forcer ce verrou demanderait logistique et énergie, mais sa situation n empêche pas les échanges sur des zones de 60 kilomètres autour de Manakara et de Mananjary, les principaux marchés régionaux. Je quitte mes piroguiers à Mananjary, à l endroit où le canal s élargit et permet une navigation motorisée. C est là que j ai finalement rendez-vous pour visiter le chantier naval endormi. J y constate que le bâtiment est remarquablement conservé, que les outils de barges et pousseurs sont toujours là, et qu à ma grande surprise il y a encore un contremaître et quelques ouvriers mobilisables. es compétences ne sont donc pas totalement perdues. Après une mémorable «chasse aux moules» dans les rizières environnantes, nous parvenons à rassembler suffisamment de ces «outils» pour reproduire en fibre de verre les plus petites pirogues, celles adaptées au gabarit du canal que je viens de parcourir. Ce qu il ressort de cette première mission concrétise les besoins des villages en services essentiels comme l eau, l électricité ou encore la protection contre les intempéries. a route fluviale, nécessaire pour les étudier et les assouvir, est praticable moyennant deux interventions ponctuelles d envergure raisonnable. Ce sera sans doute le challenge d un futur projet : équiper cette voie de quelques pirogues utilitaires pour raviver les compétences d une structure de production locale génératrice d emploi. Nous avons un navigateur pour ce projet. En prendrons-nous la barre? Michel Joie E S D O S S I E R S D I S F 4

5 CA BOUGE! Alternatives solidaires de développement socio-économique à Madagascar e Rapport Mondial sur le Développement Humain des Nations Unies place Madagascar à la 135 e place des pays les plus développés sur 174. e constat est sans appel, la situation économique de l île, victime de crises successives, peine à se redresser. économie malgache, comme dans beaucoup de pays en voie de développement, repose essentiellement sur l agriculture. activité industrielle y est peu développée et se limite à la transformation des produits agricoles, la production textile, les verreries ou encore les engrais et produits pharmaceutiques. Moribonde, elle est principalement localisée dans les villes d Antananarivo, de Majunga et de Tamatave (principal port commercial), où les friches industrielles et sites autrefois florissants sont laissés à l abandon. Certains acteurs avec lesquels collabore ISF, travaillent d arrache-pied pour redresser ces fleurons économiques ou lancer des alternatives de développement local. e Relais, ou l économie au service d un développement solidaire e Relais, membre du mouvement Emmaus, est un groupement d'entreprise à but socioéconomique créé il y a maintenant 25 ans. 'objectif principal est de mettre à profit l'outil économique et le contexte de mondialisation pour un modèle de développement qui soit à la fois durable pour l environnement et les communautés humaines. Actuellement, une vingtaine de Relais existent à travers la France, employant plus de 1500 personnes, et ayant essaimé depuis 2002 au Burkina Faso, au Sénégal et à Madagascar. Ce dernier groupement a commencé en 2008, dans la ville de Fianarantsoa, par l'ouverture d'un centre de tri textile destiné à générer de l'emploi pour des personnes exclues de la place du travail et ainsi leur redonner un avenir avec un métier. e Relais n'est ni une entreprise classique, ni une ONG, de par son souhait de ne pas chercher de subventions, ni de consacrer les bénéfices à d éventuels «actionnaires». En effet, l'économie d'entreprise repose sur son autofinancement de par la bonne gestion des activités dont les fruits sont réinvestis pour développer des nouveaux projets et éviter l'assistanat récurrent des politiques de développement habituelles. De plus, la participation des salariés dans la gestion de l entreprise au travers de réunions générales transparentes et d un plan de mise en place d activités de formations et sportives font partie de la politique qui a entre autre permis à une caisse de mutuelle santé et de micro-crédit gérées par les salariés de voir le jour. En deux mots, l expérience du Relais constitue une démarche expérimentale de construction sociétale et économique plus juste et efficace humainement, tournée vers le changement par l'exemple. uc Ronssin QUEQUES PROJETS e projet SOATAO Tout a commencé par la reprise de l'usine de construction automobile Karenjy à l'arrêt depuis 15 ans. 'année 2010 a permis la remise en route de l'outil industriel et la formation des équipes, et, les 10 premiers véhicules vendus. Une centaine d autres doivent être assemblés sur les deux prochaines années, sur la base d'un châssis mécanosoudé, d'une carrosserie en fibres de verre ainsi que l'électricité, capitonnage et sellerie faits localement. 'objectif, à terme, est la production d'un concept-car Concept-car «made in Mada» sortie des usines de Karenjy - Photo. Ronssin de niche pour le marché africain. e projet GASH'MAY e travail a constitué en la mise en route et la gestion d un atelier de confection textile, orienté haute-couture et créations uniques, à partir des "déchets textiles" récupérés au centre de tri. e public a très bien accueilli les défilés et la boutique écoule rapidement les créations réalisées par les couturières. 5 E S D O S S I E R S D I S F

L entreprise sociale contre la malnutrition à Madagascar. Dossier de presse Remise des Grands Prix de la finance solidaire 2 novembre 2015

L entreprise sociale contre la malnutrition à Madagascar. Dossier de presse Remise des Grands Prix de la finance solidaire 2 novembre 2015 Nutri zaza L entreprise sociale contre la malnutrition à Madagascar Dossier de presse Remise des Grands Prix de la finance solidaire 2 novembre 2015 Contacts presse : Nutri zaza : Mieja Vola, mieja@iris.mg,

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale L a mondialisation offre aux économies développées des défis et des perspectives

Plus en détail

Voyage équitable et solidaire. «Terre de couleurs et de contrastes»

Voyage équitable et solidaire. «Terre de couleurs et de contrastes» MADAGASCAR Voyage équitable et solidaire «Terre de couleurs et de contrastes» Pays de couleurs et de parfums, cette grande île abrite de nombreux visages et une multitude de pratiques culturelles. C est

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE?

L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE? Compte-rendu de l Atelier 8 Animateur : Youba SOKONA, ENDA, Sénégal Secrétaire : Hotense BADO, COPROD, Burkina Faso L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE? Cet atelier a regroupé une trentaine

Plus en détail

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique»

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Attention manque AFD et Comader Séminaire International «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Enjeux et dispositifs d

Plus en détail

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN Contexte Note conceptuelle 2013 a été une année marquante pour la nutrition, qui a fait suite à de nombreuses années de revendication

Plus en détail

L impact de l économie sociale et solidaire

L impact de l économie sociale et solidaire Conférence publique à Luxembourg 13 octobre 2015 L impact de l économie sociale et solidaire Prof. Jacques DEFOURNY Centre d'economie Sociale, HEC - ULg EMES European Research Network PLAN 1. L ESS dans

Plus en détail

Mes vives remerciements aux organisateurs de nous avoir permis de communiquer par écrit nos points de vue et recommandations.

Mes vives remerciements aux organisateurs de nous avoir permis de communiquer par écrit nos points de vue et recommandations. Mes vives remerciements aux organisateurs de nous avoir permis de communiquer par écrit nos points de vue et recommandations. Quelques éléments de réponse à l examen de la crise de la gouvernance en Afrique

Plus en détail

Coopération internationale dans le domaine de l eau : présentation du projet d adduction d eau en milieu scolaire au Sénégal

Coopération internationale dans le domaine de l eau : présentation du projet d adduction d eau en milieu scolaire au Sénégal Coopération internationale dans le domaine de l eau : présentation du projet d adduction d eau en milieu scolaire au Sénégal Gaïa initiative du Partenariat Sommaire Communiqué de presse Fiche 1 : Présentation

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Document de la A USAGE OFFICIEL BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE

Document de la A USAGE OFFICIEL BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE Document de la Banque mondiale A USAGE OFFICIEL Rapport No. 50316-MA Traduction non officielle du texte anglais qui seul fait foi BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT ET SOCIETE

Plus en détail

QUEL MÉCANISME DE FINANCEMENT À DÉVELOPPER POUR PROMOUVOIR L'ÉCONOMIE TERRITORIALE?

QUEL MÉCANISME DE FINANCEMENT À DÉVELOPPER POUR PROMOUVOIR L'ÉCONOMIE TERRITORIALE? FOIRE THEMATIQUE «CROISSANCE INCLUSIVE ET ANCRAGE TERRITORIAL DU DÉVELOPPEMENT» QUEL MÉCANISME DE FINANCEMENT À DÉVELOPPER POUR PROMOUVOIR L'ÉCONOMIE TERRITORIALE? 13 mai 2015 Carlton Hôtel MATOY, FCCIM

Plus en détail

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020

Les enjeux de la coopération dans le prochain POE 2014-2020 Les enjeux de la coopération économique régionale dans le prochain POE 2014-2020 2020 Quels enjeux de la coopération pour la France de l Oc Océan Indien? Une carte à jouer pour La Réunion! Quels enjeux

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale

Une formation d adaptation à l emploi. Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité internationale Centre Régional d Education Populaire et Sportive de la Réunion Etablissement Public de Formation Une formation d adaptation à l emploi Cycle de préparation aux engagements humanitaires et à la solidarité

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ;

Préambule. mieux répondre aux besoins humanitaires, en tirant le meilleur parti des nombreuses ressources du Mouvement ; Accord de Séville - Conseil des Délégués - Séville, 25-27 novembre 1997 PRÉAMBULE PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES [1] Article 1 Champ d application de l Accord Article 2 Objet et buts de l Accord

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

LA SANTE POUR TOUS :

LA SANTE POUR TOUS : LA SANTE POUR TOUS : Stratégies pour faciliter l accès aux soins, Rôle des ONG dans les pays du Sud. Journée d échange Tours, le 17 mai 2003 Journée co-animée par : Mamadou TOURE, associations «UTILE»,

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

DECENTRALISATION A MADAGASCAR

DECENTRALISATION A MADAGASCAR DECENTRALISATION A MADAGASCAR REGION ALAOTRA MANGORO La Région Alaotra-Mangoro est la fusion des deux anciennes régions Alaotra et Mangoro (découpage fixé en 1995 selon la loi N 94-001 du 26 avril 1995).

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne.

LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne. LE PROJET MARAJO En Amazonie Brésilienne. Suite à deux voyages effectués dans le cadre de missions d évangélisation avec des jeunes des Maisons du Pain de Vie et d autres Communautés, Pascal Pingault est

Plus en détail

Découverte de Madagascar

Découverte de Madagascar Découverte de Madagascar Située sous le tropique du Capricorne, la Grande île de l Océan Indien distance les côtes africaines de 400 km par le Canal de Mozambique comme une perle au milieu de l Océan Indien.

Plus en détail

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul

5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel. Déclaration ministérielle d Istanbul 5ème Forum mondial de l eau Processus ministériel Déclaration ministérielle d Istanbul Ministère des Affaires étrangères de Turquie Conseil mondial de l eau 22 mars 2009 Déclaration ministérielle d Istanbul

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

LA CROISSANCE EST INCLUSIVE ET LE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL HARMONISÉ

LA CROISSANCE EST INCLUSIVE ET LE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL HARMONISÉ 3 LA CROISSANCE EST INCLUSIVE ET LE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL HARMONISÉ Pour le développement du tourisme : Air MADAGASCAR : Première acquisition ATR effective et la deuxième incessamment Commerce, Agriculture

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

2 Développement international Desjardins 1970-2010

2 Développement international Desjardins 1970-2010 Introduction 2 Développement international Desjardins 1970-2010 Le développement durable, la microfinance ou encore la responsabilité sociale des organisations sont, de nos jours, des sujets qui suscitent

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Imas09 : Module "La Suisse, entre richesse et exclusions" Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Christophe Dunand Directeur de Réalise Chargé de cours à la Hes/SO, Genève Mars 2009 1 Plan

Plus en détail

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat 1 Messieurs les membres du gouvernement, Monsieur le gouverneur de la banque centrale, Honorables invités, chers amis. L Agence Française de Développement est l opérateur pivot de la politique française

Plus en détail

CODÉVELOPPEMENT DÉCENTRALISÉ. la Région. www.iledefrance.fr

CODÉVELOPPEMENT DÉCENTRALISÉ. la Région. www.iledefrance.fr CODÉVELOPPEMENT DÉCENTRALISÉ la Région www.iledefrance.fr 1 Le dispositif «codéveloppement décentralisé» : pour qui, pour quoi, comment? Avec ce nouveau dispositif voté en novembre 2010, la Région a souhaité

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Entre le quartier dit sensible de

Entre le quartier dit sensible de Une démarche participative habitants-professionnels Hervé Vittoz * Comment faire «faire lien» entre quartier dit sensible et quartier résidentiel? L auteur donne ici quelques atouts comme la démarche de

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL -------------------

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- Unité Travail Progrès ------------- DISCOURS

Plus en détail

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis JUIN 2012 2 SOMMAIRE PREAMBULE L ONG ASMADE œuvre pour promouvoir l accès aux services sociaux de base (Education, Santé, Alimentation)

Plus en détail

Formation agricole et rurale Quelques exemples d appui à la définition de rôles et à la construction de partenariats au Sénégal

Formation agricole et rurale Quelques exemples d appui à la définition de rôles et à la construction de partenariats au Sénégal Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Formation agricole

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Résumé des actions de l Agenda 21

Résumé des actions de l Agenda 21 Résumé des actions de l Agenda 21 AXE 1: Vie locale et liens sociaux : leviers du vivre ensemble Renforcer les liens entres les habitants Action 1 : Créer un réseau social local Nous avons constaté une

Plus en détail

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire

consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire 4 Consolider le modèle économique des entreprises de l Économie sociale et solidaire L Économie sociale et solidaire

Plus en détail

Tsunami 10 ans après : retour sur le terrain

Tsunami 10 ans après : retour sur le terrain Communiqué de presse Tsunami 10 ans après : retour sur le terrain Dès les premières heures qui ont suivi le raz-de-marée du Golfe du Bengale du 26 décembre 2004, la Croix-Rouge luxembourgeoise a lancé

Plus en détail

Goélette Grosse-Île. A n n e x e s

Goélette Grosse-Île. A n n e x e s A n n e x e s La goélette Grosse-Île toutes voiles dehors à l embouchure du Saguenay. Huile sur toile d Yves Bérubé. «Nous possédons au Québec une histoire maritime d une grande richesse, susceptible d

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Campagne Globale pour la Réforme Agraire RÉSEAU D URGENCE 0911AMDG 22.07.09

Campagne Globale pour la Réforme Agraire RÉSEAU D URGENCE 0911AMDG 22.07.09 La Vía Campesina International Operative Secretariat Jalan Mampang Prapatan XIV No 5 Jakarta Selatan 12790, Jakarta - Indonésie Tel +62 21 7991890 Fax +62 21 7993426 viacampesina@viacampesina.org Contact

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. David Lorrain. Contact. www.recyclivre.com

DOSSIER DE PRESSE. David Lorrain. Contact. www.recyclivre.com DOSSIER DE PRESSE Contact David Lorrain david.lorrain@recyclivre.com www.recyclivre.com Tél : +33 1 83 62 12 21 OCTOBRE 2012 2 Donner une deuxième vie aux livres... Une entreprise solidaire et un service

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Service Communication Hôtel de Matignon, le 21 octobre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Visite en République française de Son Excellence le Premier ministre de l Etat du Koweït, Cheikh Jaber Al Moubarak

Plus en détail

Projet de Gestion des déchets solides ménagers au Bénin - GDSM

Projet de Gestion des déchets solides ménagers au Bénin - GDSM Projet de Gestion des déchets solides ménagers au Bénin - GDSM Rapport d avancement des activités des femmes récupératrices Volet : Valorisation des matières non organiques par les femmes récupératrices

Plus en détail

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont :

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont : La Ville de la Possession est engagée depuis plus de 30 ans dans des actions de coopération décentralisée. Elle est la ville pionnière de La Réunion à développer des actions de coopération avec des villes

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

de la Fédération Française

de la Fédération Française Les bonnes pratiques Développement Durable de la Fédération Française d Aviron Les bonnes pratiques Développement Durable de la Fédération Française d Aviron sont structurées sur la base de la Stratégie

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER»

PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER» PLATE FORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET DE LOI DE PROGRAMME POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA PROMOTION DE L EXCELLENCE OUTRE MER» LA REUNION, LE 09 JUIN 2008 1 PLATEFORME COMMUNE RELATIVE AU «PROJET

Plus en détail

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010 L économie solidaire «Une autre façon de concevoir l économie» Un secteur et son contexte 16 novembre 2010 1 Plan de la présentation 1. Economie solidaire au Luxembourg : Historique 2. Un document de référence

Plus en détail

LES INSTRUMENTS PREVUS PAR LA LOI 10-95 SUR L EAU POUR LA PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU CONTRE LA POLLUTION S.E.E.E(1)

LES INSTRUMENTS PREVUS PAR LA LOI 10-95 SUR L EAU POUR LA PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU CONTRE LA POLLUTION S.E.E.E(1) LES INSTRUMENTS PREVUS PAR LA LOI 10-95 SUR L EAU POUR LA PROTECTION DES RESSOURCES EN EAU CONTRE LA POLLUTION 1- INTRODUCTION L eau est plutôt rare au Maroc. Estimées à prés de 730 mètres cubes par habitant

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Étape 3 Le créateur décide de se lancer. Bousculer les idées reçues

Étape 3 Le créateur décide de se lancer. Bousculer les idées reçues Étape 3 Le créateur décide de se lancer Bousculer les idées reçues La création d entreprise demeure une démarche complexe, en particulier dans les secteurs visés par ce guide. La pluriactivité qui s impose

Plus en détail

Le développement industriel des filières stratégiques de l économie verte

Le développement industriel des filières stratégiques de l économie verte Le développement industriel des filières stratégiques de l économie verte La Filière «Matériaux bio-sourcés & construction» Jean-Michel GROSSELIN PhD, MBA Ministère de l'ecologie, du Développement Durable,

Plus en détail