Espoirs et défis de la coopération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Espoirs et défis de la coopération"

Transcription

1 DOSSIER Pour beaucoup de malgaches, les initiatives locales et internationales de coopération au développement constituent une ultime initiative de surpasser la crise politique et la situation économique difficiles de l île. De l appui social et technique aux collectivités locales, en passant par le développement d entreprises à finalité socioéconomiqe, les actions de solidarité permettent à Madagascar de garder espoir. Madagascar, Espoirs et défis de la coopération A ussi vaste que la France et le Benelux réunis, Madagascar est la quatrième plus grande île au monde. Situé à 400 kilomètres de la côte orientale de l Afrique, ce territoire reste isolé du reste du continent africain. Ce confinement relatif lui confère, à lui et ses 19 millions d habitants, une extrême richesse en diversité biologique et culturelle. En apparence, l île cumule à elle seule tous les superlatifs. Mais derrière cette description flatteuse, Madagascar connaît une situation socioéconomique critique. e revenu moyen par tête d habitant plafonne à 989 $ (contre $ pour la Belgique) ; 70% de la population malgache vit en dessous du seuil de pauvreté ; 49% des enfants de moins de cinq ans sont atteints de malnutrition ; le taux de mortalité infantile et maternelle est incroyablement élevé et l espérance de vie est inférieure à 60 ans. es défis d amélioration des conditions de vie sont donc immenses et concernent l ensemble du pays. Face à ce sombre constat, l Etat mal- 1 gache semble dépourvu de moyens d actions, et ce, malgré de profondes réformes institutionnelles, notamment au niveau de la poursuite du processus de décentralisation engagé depuis En 2005, les autorités ont lancé une réforme ambitieuse associant les logiques de décentralisation et de déconcentration. Malheureusement, le conflit politique majeur qui a éclaté en janvier 2009 et la situation de transition que connaît actuellement la Grande Ile ont relégué au second plan les initiatives porteuses de développement et de bonne gouvernance. Un crise sans précédent De violentes manifestations et émeutes opposant les partisans du maire d Antananarivo, Andry Rajoelina, aux partisans de Marc Ravalomanana, Président de l île depuis 2002, ont secoué le pays. Environ 135 personnes sont mortes durant ces violences, soit lors de débordements, soit sous les coups de la garde présidentielle. Une action de l armée tente de porter le maire de la capitale à la tête de l île, mais les opposants des anciens présidents continuent à se livrer à un jeu d échec politique qui enfonce Ma- ES DOSSIERS D ISF Photo : Finanarantsoa, capitale de la région de Haute Matsiatra - A. Picavet dagascar dans une crise dont personne ne perçoit l issue. Cette lutte a entraîné la suspension des aides économiques de la communauté internationale (UE, BM, FMI, PNUD) en attendant de nouvelles élections et le retour à l ordre constitutionnel. Si quelques institutions locales et la société civile continuent de bénéficier des soutiens des bailleurs de fonds, l Etat lui doit arrêter ses grands programmes nationaux. es conséquences sont immédiates : baisse du taux de croissance (-3,7% en 2009), dépréciation de la monnaie, hausse des prix intérieurs (+9,8% en 2009), augmentation du chômage et de l insécurité. C est dans ce contexte difficile qu ISF reçoit une demande croissante d appuis de la part d acteurs malgaches. Ces sollicitations s inscrivant dans les différents programmes d action d ISF (Offre de Services, Assainissement, ), plusieurs projets de collaboration sont en train de naître. Ce dossier vous propose de découvrir Madagascar au travers d actions de membres et futurs partenaires d ISF Par G.M. & J.A.

2 Renouer le fil entre acteurs locaux et internationaux Depuis mars 2009, Madagascar est plongée dans une crise politique majeure acculant le pays dans une situation économique et sociale désastreuses. es acteurs locaux et étrangers sont dépourvus de moyens et peinent à coordonner leurs actions pour rétablir les services de base aux populations. Quelques associations locales subsistent pour les appuyer dans cette étape indispensable pour relancer l économie du pays. a population malgache est confrontée à une situation économique et sociale désastreuse. Depuis 2009, plusieurs partenaires techniques et financiers (PTF) ont, soit quitté le pays, soit arrêté momentanément leurs activités d appui au développement de Madagascar, en attendant le retour à l ordre constitutionnel. Cette situation a des impacts sur les acquis de la coopération internationale depuis plusieurs années d activités. En effet, tout est à recommencer pour retrouver le niveau d avancement de mars Dans le domaine de l appui au processus de décentralisation à Madagascar, en particulier, le transfert financier prévu par les lois de finances 2009, au bénéfice des régions, a été interrompu ; le Fonds de Développement ocal qui devait servir de levier pour augmenter les capacités financières et d investissements des communes a été privé de l aide des principaux bailleurs de fonds (Banque mondiale, UE, Suisse, etc.) et a réduit ses apports à un strict minimum. Heureusement, quelques PTF subsistent et restent actifs en s engageant dans un vaste programme d harmonisation et de consolidation des outils d appui aux communes, comme le guide d élaboration de budget, en collaboration étroite avec le Ministère de l Aménagement du Territoire et de Décentralisation. Par ailleurs, deux grands ateliers sur la coopération décentralisée ont été organisés en 2010 par le Ministère de la décentralisation et France Volontaires, l un axé sur l accompagnement des collectivités territoriales décentralisées dans leurs initiatives de développement l autre sur la présentations des impacts positifs des actions de coopération décentralisé en temps de crise politique. En effet, pour certaines localités, la présence des actions de coopération a contribué à amortir les effets néfastes de «l absence de l Etat». Dans le cas contraire, les habitants seraient tombés dans une situation désastreuse. Au niveau du ministère, il a été institué une Commission Nationale de la Coopération Décentralisée (CNCD), dont l enjeu majeur est de renforcer capacités et rôles des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) dans la gestion, le développement et l aménagement de leurs territoires respectifs, de promouvoir et accompagner les initiatives des CTD malgaches dans la recherche de partenariats avec les CTD extérieures. Risques et opportunités des partenariats Nord-Sud Malgré des avancées significatives, la coopération décentralisée entre CTD du Nord et du Sud est toujours à TERRITOIRE ET DEVEOPPEMENT sens unique. es CTD du Nord sont perçues comme bailleurs et les CTD malgaches sont quémandeuses de fonds. es aspects échange de savoirfaire et enrichissement mutuel entre les deux partenaires sont quasi absents, de même qu au niveau de l assistance technique du Nord, perçue comme porteuse de toutes les connaissances visà-vis de la localité où elle est présente. Ce positionnement biaise le partenariat et ne contribue guère au renforcement des compétences locales et entraîne une dépendance. Il existe toutefois très peu de consortium d ONG Nord et Sud qui mettent en œuvre conjointement un programme de développement à Madagascar. Une des raisons est le peu d intérêt des acteurs Nord en général pour le développement des capacités en milieu urbain au profit du développement technique rural. Relever ces défis constitue les principales orientations pour l avenir de la coopération malgache Aimé François Jaony Territoire et Développement, organisation non gouvernementale (ONG) de nationalité malgache, a vu le jour en Elle est le fruit d une accumulation d expériences, en Europe et en Afrique, dans le domaine du développement local et de l appui au processus de décentralisation. T&D œuvre pour le co-développement, les échanges et la coopération entre les acteurs (Nord-Sud et Sud-Sud) comme source d enrichissement mutuel des actions menées au service des populations locales. T&D a comme mission d accompagner les initiatives des collectivités et société civile locales pour le développement de leur territoire dans le respect des valeurs socioculturelles des populations. Son objectif principal consiste à renforcer les capacités des acteurs locaux à concevoir et à mettre en œuvre des programmes et des actions de développement local en cohérence avec la politique de déconcentration et de décentralisation à Madagascar. Plus d informations sur ou par à E S D O S S I E R S D I S F 2

3 DOSSIER Vingt ans après, retour d un ingénieur sur le canal En octobre dernier, un ingénieur d ISF s est rendu sur la côte est de Madagascar afin d effectuer une mission d identification des besoins des habitants vivant le long d une partie du canal des Pangalanes. Récit d un homme qui connaît bien la région puisqu il y a déjà travaillé vingt ans auparavant. e demi-cylindre de métal brille sous le soleil de Mananjary. Atelier de Construction Navale qu il abrite y fait la sieste depuis «Vous venez rouvrir le chantier, Monsieur?» Ces mots prononcés en août 2006 par le gardien de ce bâtiment atypique ont depuis fait leur chemin dans ma tête. Et pourquoi pas? Ces lieux, je les ai connus pleins de vie, d enthousiasme, de compétences. Des barges, des pousseurs, des pirogues descendaient régulièrement et majestueusement le slipway menant au canal des Pangalanes, 500 mètres en contrebas. De Toamasina à Manakaravoie cette voie d eau de 600 kilomètres parallèle à l océan Indien n en n est parfois séparé que de quelques mètres, mais il offre un chemin tellement plus sûr, à l abri de ses puissants rouleaux de vagues, de ses courants et de ses vents muables en cyclones qui régulièrement balaient la côte Est de Madagascar. Ce canal, le général Gallieni en a ordonné les titanesques travaux en 1901 : plus de dix années pour relier entre eux lacs, lagunes et cours d eau afin d assurer une navigation continue, grignotée dans un empire végétal, alternant forêts primaires et mangroves où se mêlent bois de rose, ébène, ravenala, pandanus, raphias... Une vie au long fleuve tranquille? Dans les années 80, un effort de réhabilitation largement financé par des institutions internationales fut centré sur la portion nord du canal. Il a permis l installation de ports fluviaux, d un chantier naval, d une flottille de bateaux et de structures publiques d entretien et d exploitation. Jeune ingénieur en service civil, je fus témoin et modeste acteur dans cette ambitieuse tentative de renaissance. e retournement politique de 1995 en a sonné le glas et placé depuis cette région en léthargie. Arrêt des constructions, des dragages et des struc- 3 Chantier naval de Mananjary, côte-est de Madagascar tures d exploitation. e canal s ensable, les bâtiments s effritent, les arbres replantent leurs racines dans le lit du canal. Mais les besoins de la population n ont pas changé pour autant. Ce fil d eau est souvent le seul accès à des dizaines de villages, pour des centaines de pêcheurs et d agriculteurs. Ici pour vendre un poisson ou troquer des produits issus des ressources et de l artisanat local, il faut marcher ou pagayer, parfois longtemps. e potentiel commercial est non négligeable et la nature n est pas avare dans cette région : outre les produits de pêche, on trouve litchis, poivre, cannelle, girofle, café Il ne manque que les moyens de les convoyer vers les marchés. De fil en aiguille, de Google en Chaka, quatre années se sont écoulées et la question du gardien a trouvé un écho : une association de piroguiers de Manakara nous a demandé un appui à leur dynamique de développement tournée vers les villages du canal entre Manakara et Mananjary. es premiers contacts évoquent des besoins en eau potable et en énergie, en ES DOSSIERS D ISF Photo M. Joie transport et embarcations, en pontons, matériels de pêche et agricoles pour une communauté de quinze villages dispersés sur 130 kilomètres, soit vingt mille personnes. association est jeune, légitime et motivée. es projets sont accessibles, mais nombreux, trop nombreux. Rencontrer les acteurs et comprendre de plus près les réalités du terrain est la première démarche à effectuer. Retour aux sources Me voilà de retour dans la capitale, Antananarivo, Tana pour les locaux, puis dans la région du canal des Pangalanes pour une mission d identification de projet avec différents acteurs locaux. association Canal-Evasion, par exemple, vise à sortir ces villages de l oubli en même temps que de leur précarité, en soutenant leur développement par l organisation de prestations touristiques mélange d aventure, de nature et de rencontres culturelles. es rémunérations générées par les visites sont reversées à des groupements de pêcheurs ou d agriculteurs que l association appuie dans

4 Carnet de bord la mise en place de projets de développement local. es quelques jours prévus avec Sylvain, directeur de l association Canal Evasion, et son équipe ont un triple objectif : identification des besoins essentiels exprimés par les villages du canal, évaluation de l état de la voie d eau et de sa navigabilité entre Manakara et Mananjary, évaluation de l association et de sa légitimité régionale comme partenaire potentiel d ISF. Aller chercher ces réponses est une aventure en soi : deux jours de route depuis Tana pour rallier la côte, quatre jours de pirogue avec pour seuls moteurs cinq paires de biceps pour pagayer ou porter la pirogue en basses eaux, trois nuits de bivouac sous la Croix du Sud. Ces cent trente kilomètres durement gagnés par nos piroguiers m ont donné la dimension de l isolement quotidien des villages visités. Ce n est pas tous les jours qu un «vazaha», l étranger version malgache, se déplace jusque dans leur case centrale, la «trano be» ou grande maison, pour leur demander comment ils vivent, avec quelles difficultés. Ça mérite une grande réunion, notables en tête, discours et échanges colorés. Des neuf villages visités et questionnés, il ressort des besoins homogènes et conformes aux premiers échos reçus de Canal Evasion : accès à l eau et à l énergie pour communiquer et réfrigérer, du transport vers les villages voisins et les villes de marché qui offrent aussi les structures sanitaires les plus proches. Mais une demande constante, qui n avait pas fait surface auparavant, concerne la disponibilité d une maison communautaire, suffisamment grande et solide, pour abriter les habitants lors des alertes cycloniques. e pas- sage d Hubert, meurtrier cyclone de mars 2009, a laissé des plaies encore ouvertes. «e canal maudit» introduction dans les villages aurait été mission impossible sans le concours de Sylvain, charismatique sociologue partageant les racines et le destin des gens rencontrés. Son association est connue et appréciée des villageois. Elle présente un solide vecteur de communication vers les communautés dispersées. a navigabilité ne pose pas de problème majeur pour une modeste pirogue de 7 mètres comme la nôtre. a largeur du canal, à de rares exceptions, permet à deux embarcations de se croiser. a hauteur libre n est que rarement entravée par des obstacles aériens. e tirant d eau réduit présente les difficultés principales : il nous a forcés à débarquer et pousser ou porter à trois endroits : 10 kilomètres après le départ, 10 kilomètres avant d arriver, et pile-poil au milieu du trajet, dans une zone surnommée «canal maudit» tant l étroitesse, l ensablement et la densité de végétation semblent de connivence pour repousser le visiteur. Forcer ce verrou demanderait logistique et énergie, mais sa situation n empêche pas les échanges sur des zones de 60 kilomètres autour de Manakara et de Mananjary, les principaux marchés régionaux. Je quitte mes piroguiers à Mananjary, à l endroit où le canal s élargit et permet une navigation motorisée. C est là que j ai finalement rendez-vous pour visiter le chantier naval endormi. J y constate que le bâtiment est remarquablement conservé, que les outils de barges et pousseurs sont toujours là, et qu à ma grande surprise il y a encore un contremaître et quelques ouvriers mobilisables. es compétences ne sont donc pas totalement perdues. Après une mémorable «chasse aux moules» dans les rizières environnantes, nous parvenons à rassembler suffisamment de ces «outils» pour reproduire en fibre de verre les plus petites pirogues, celles adaptées au gabarit du canal que je viens de parcourir. Ce qu il ressort de cette première mission concrétise les besoins des villages en services essentiels comme l eau, l électricité ou encore la protection contre les intempéries. a route fluviale, nécessaire pour les étudier et les assouvir, est praticable moyennant deux interventions ponctuelles d envergure raisonnable. Ce sera sans doute le challenge d un futur projet : équiper cette voie de quelques pirogues utilitaires pour raviver les compétences d une structure de production locale génératrice d emploi. Nous avons un navigateur pour ce projet. En prendrons-nous la barre? Michel Joie E S D O S S I E R S D I S F 4

5 CA BOUGE! Alternatives solidaires de développement socio-économique à Madagascar e Rapport Mondial sur le Développement Humain des Nations Unies place Madagascar à la 135 e place des pays les plus développés sur 174. e constat est sans appel, la situation économique de l île, victime de crises successives, peine à se redresser. économie malgache, comme dans beaucoup de pays en voie de développement, repose essentiellement sur l agriculture. activité industrielle y est peu développée et se limite à la transformation des produits agricoles, la production textile, les verreries ou encore les engrais et produits pharmaceutiques. Moribonde, elle est principalement localisée dans les villes d Antananarivo, de Majunga et de Tamatave (principal port commercial), où les friches industrielles et sites autrefois florissants sont laissés à l abandon. Certains acteurs avec lesquels collabore ISF, travaillent d arrache-pied pour redresser ces fleurons économiques ou lancer des alternatives de développement local. e Relais, ou l économie au service d un développement solidaire e Relais, membre du mouvement Emmaus, est un groupement d'entreprise à but socioéconomique créé il y a maintenant 25 ans. 'objectif principal est de mettre à profit l'outil économique et le contexte de mondialisation pour un modèle de développement qui soit à la fois durable pour l environnement et les communautés humaines. Actuellement, une vingtaine de Relais existent à travers la France, employant plus de 1500 personnes, et ayant essaimé depuis 2002 au Burkina Faso, au Sénégal et à Madagascar. Ce dernier groupement a commencé en 2008, dans la ville de Fianarantsoa, par l'ouverture d'un centre de tri textile destiné à générer de l'emploi pour des personnes exclues de la place du travail et ainsi leur redonner un avenir avec un métier. e Relais n'est ni une entreprise classique, ni une ONG, de par son souhait de ne pas chercher de subventions, ni de consacrer les bénéfices à d éventuels «actionnaires». En effet, l'économie d'entreprise repose sur son autofinancement de par la bonne gestion des activités dont les fruits sont réinvestis pour développer des nouveaux projets et éviter l'assistanat récurrent des politiques de développement habituelles. De plus, la participation des salariés dans la gestion de l entreprise au travers de réunions générales transparentes et d un plan de mise en place d activités de formations et sportives font partie de la politique qui a entre autre permis à une caisse de mutuelle santé et de micro-crédit gérées par les salariés de voir le jour. En deux mots, l expérience du Relais constitue une démarche expérimentale de construction sociétale et économique plus juste et efficace humainement, tournée vers le changement par l'exemple. uc Ronssin QUEQUES PROJETS e projet SOATAO Tout a commencé par la reprise de l'usine de construction automobile Karenjy à l'arrêt depuis 15 ans. 'année 2010 a permis la remise en route de l'outil industriel et la formation des équipes, et, les 10 premiers véhicules vendus. Une centaine d autres doivent être assemblés sur les deux prochaines années, sur la base d'un châssis mécanosoudé, d'une carrosserie en fibres de verre ainsi que l'électricité, capitonnage et sellerie faits localement. 'objectif, à terme, est la production d'un concept-car Concept-car «made in Mada» sortie des usines de Karenjy - Photo. Ronssin de niche pour le marché africain. e projet GASH'MAY e travail a constitué en la mise en route et la gestion d un atelier de confection textile, orienté haute-couture et créations uniques, à partir des "déchets textiles" récupérés au centre de tri. e public a très bien accueilli les défilés et la boutique écoule rapidement les créations réalisées par les couturières. 5 E S D O S S I E R S D I S F

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Dossier Mécénat. Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000. Devenir mécène pour Enfants du Monde

Dossier Mécénat. Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000. Devenir mécène pour Enfants du Monde Dossier Mécénat Devenir mécène pour Enfants du Monde Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000 1 2 Présentation de l'association Enfants du monde Fondée en 1980

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont :

Les nouvelles orientations de la politique de coopération internationale de la Ville sont : La Ville de la Possession est engagée depuis plus de 30 ans dans des actions de coopération décentralisée. Elle est la ville pionnière de La Réunion à développer des actions de coopération avec des villes

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010

L économie solidaire. Un secteur et son contexte. 16 novembre 2010 L économie solidaire «Une autre façon de concevoir l économie» Un secteur et son contexte 16 novembre 2010 1 Plan de la présentation 1. Economie solidaire au Luxembourg : Historique 2. Un document de référence

Plus en détail

Présentation du projet

Présentation du projet Présentation du projet «L énergie solaire, un moteur pour le centre de santé de Dioumanzana» au Mali Pays Lieu d intervention Début du projet Durée du projet Objectif : Nombre de bénéficiaires Budget :

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix DOSSIER DE PRESSE Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix La séance de vote du Budget primitif est toujours un exercice particulier.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie Création accélérée d emplois et de l appui à l entrepreneuriat Restitution des résultats de la mission de cartographie des besoins sociaux

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel Emmaüs sans frontières Communiqué 31 mai 2011 Centre socio culturel Thann ************************ CERNAY EMMAÜS A l occasion de la tournée de mobilisation d Emmaüs International, EMMAÜS CERNAY accueillera,

Plus en détail

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix.

Analyse. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix. Le mouvement mutualiste et les politiques nationales de santé et de protection sociale au Burkina Faso Par Esther Favre-Félix Esther Favre-Félix est diplômée en Relations internationales de l Université

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE

ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE CHAPITRE 1 ORIGINES ET CONTOURS, FONDEMENTS ET TRAJECTOIRE DES ENTREPRISES COLLECTIVES AU QUÉBEC ET DANS LE MONDE L enjeu théorique COOPÉRATION ET ÉCONOMIE SOCIALE : UNE SYNTHÈSE INTRODUCTIVE L initiative

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

infos La mutuelle, c'est bon pour la santé.

infos La mutuelle, c'est bon pour la santé. Belgique / België P.P 1348 Louvain-la-Neuve 6/69474 P705038 infos Bureau de dépôt 1300 Wavre Masspost T R I M E S T R I E L N 4 1 MARS 2011 La mutuelle, c'est bon pour la santé. Louvain coopération au

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois «Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois Économie et Solidarités, vol. 39, n 2, 2008, p. 125-130. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 14 - Relations Internationales - Coopération avec Aqabat Jabr - Bilan du premier programme de coopération relatif à la rénovation du réseau d eau -

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Dossier de présentation Hydr Open

Dossier de présentation Hydr Open Dossier de présentation Hydr Open Prix de l Ingénierie du futur 2015 Introduction Le projet consiste à développer une technologie libre de micro-turbine hydraulique pour l électrification rurale et de

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce "clin d'œil" au futur.

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce clin d'œil au futur. PRESENTATION DES PERFORMANCES ANNUELLES DU GROUPE BMCE BANK RENCONTRE AVEC LES ANALYSTES ET LA PRESSE AUDITORIUM, LUNDI 23 MARS 2015 Allocution du Président Othman BENJELLOUN Merci "NAO de la BMCE Bank".

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

La nature, excellence et base économique de l agglomération

La nature, excellence et base économique de l agglomération 3491-INTERIEUR_ANGERS_thème 25/09/03 12:27 Page 14 Thème 1 La nature, excellence et base économique Thème 1 Le Projet d agglomération 2015 Angers, laboratoire de l économie du futur Les performances économiques

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail