Assemblée communale du 16 décembre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assemblée communale du 16 décembre 2014"

Transcription

1 Assemblée communale du 16 décembre 2014 Procès-verbal (basé sur enregistrement) Convocation : Présences : - par affiche au pilier public - par avis dans la Feuille Officielle - par lettre tout ménage, accompagnée du PV de l'assemblée communale du 27 mai 2014 et du budget le Conseil communal : Christian Vorlet, Syndic; Arnold Chassot, Vice-Syndic; Catherine Chenaux, Alberta Progin et Vincent Stucky, Conseillers communaux - la secrétaire-caissière communale - 11 citoyens Majorité absolue : 9 - le Conseil (5 personnes) votant. A 20h00, Christian Vorlet, Syndic, ouvre l'assemblée et souhaite la cordiale bienvenue aux citoyennes et citoyens présents et les remercie de consacrer leur soirée à l'assemblée. M. Christian Vorlet, Syndic constate que l'assemblée a été convoquée selon la loi sur les communes, c'est-à-dire par une affiche au pilier public, une annonce dans la F.O. du 5 décembre 2014 et une lettre tout ménage; les citoyens n'ayant pas de remarque quant à la convocation, il déclare l'assemblée ouverte; elle peut valablement délibérer. Les délibérations sont enregistrées afin de faciliter la rédaction du procès-verbal. Deux scrutateurs sont désignés : Marilyn Vorlet, Jean-Daniel Bosson. Se sont excusés : Anne-Marie Vial, Marie-Thérèse Chenaux, Isabelle Chassot, Klaus Hartmann, Edwin Stucky. Ordre du jour : M. Georges Maillard souhaite que tous les sujets financiers soient exposés avant de procéder au vote sur le nouveau taux d impôt. Cette proposition est acceptée. Les investissements, les budgets ainsi que les causes de la hausse d impôts seront donc présentés avant le vote sur le nouveau taux d impôt. 1. Procès-verbal de l'assemblée communale du 27 mai 2014 Les citoyennes et citoyens l'ont reçu avec la convocation. M. Georges Maillard demande que l on remplace dans le procès-verbal du 27 mai 2014, à la première page : «Georges Maillard demande si la question du quorum doit être soulevée» par «Georges Maillard demande si le problème du quorum a été résolu». Aucune autre remarque n étant formulée, ce procès-verbal est considéré comme approuvé, avec la modification ci-dessus. M. Christian Vorlet, Syndic remercie la secrétaire pour sa rédaction.

2 2. Augmentation du coefficient d impôt sur les personnes physiques et morales de 70% à 76% Cette augmentation sert à équilibrer le budget Le Conseil avait averti en mars 2013, qu il ne savait pas encore si le taux de 70% suffirait à long terme. La stratégie du Conseil est d avancer par petits pas. Au terme du budget 2015, le Conseil a constaté que 70% ne suffit pas, et propose donc une augmentation à 76%. M. Christian Vorlet, Syndic indique encore qu il y a une vision externe, via la fiduciaire BDO, qui a établi des documents durant le projet de fusion, en particulier un tableau de bord qui a été mis à la disposition de la Commission financière, ainsi que M. Joye qui travaille pour la commune en qualité de consultant indépendant. Ils ont tous deux validé cette façon de procéder, étape par étape, ainsi que les taux d impôts proposés. M. Christian Vorlet, Syndic affirme que la commune n a pas la possibilité de réduire ses coûts. Le Conseil a rencontré le Service des communes qui est favorable à la hausse d impôt, ce d autant plus qu il faut que la commune commence à amortir les déficits de ces dernières années. M. Georges Maillard conteste le fait que la commune n a pas la possibilité de réduire ses coûts. Selon lui, la commune a les moyens de réduire ses coûts et rappelle que lors du vote sur le bus scolaire, il y avait autant de voix pour que contre, et que c est M. Christian Vorlet, Syndic qui avait utilisé sa voix pour que le bus soit mis en place. Selon M. Georges Maillard, la question se pose de savoir si c est intelligent de transporter des enfants. A l époque, à Bulle, des parents se chargeaient d aller chercher des enfants et de les véhiculer et ça ne coûtait rien. A Chésopelloz on a choisi le bus alors que ce n est pas un groupement scolaire et qu il n y a pas de subventions pour ce faire. M. Georges Maillard revient sur sa proposition d organiser un transport scolaire bénévole. Ça serait selon lui un moyen de baisser les coûts et donc les impôts. M. Georges Maillard indique également qu il manque une place de parc pour ce bus car il est régulièrement parqué sur le trottoir. M. Arnold Chassot, Vice-Syndic, indique que le bus scolaire est dorénavant parqué gratuitement sur la bande gravillon à la Route du Haut 41, bien qu il ait été parqué à l occasion partiellement sur le trottoir, ça n arrive plus maintenant. M. Georges Maillard pense que l on peut procéder différemment : par dédommagement des parents par exemple. M. Christian Vorlet, Syndic explique que le bus scolaire n est pas un luxe, c est une question de sécurité, il n y a pas de trottoirs sur tout le territoire communal et certains usager roulent beaucoup trop vite. Indemniser les parents pour le transport scolaire signifie leur faire prendre un risque inacceptable. Le bus scolaire ne coûte pas CHF 40'000 / an mais plutôt dans les CHF 15'000 / an. M. Christian Vorlet, Syndic indique à M. Georges Maillard la possibilité de déposer une initiative pour abolir le bus scolaire. Pour l heure le Conseil maintient le bus scolaire. Actuellement le bus a été mis en place suite à une décision de l assemblée communale et il n y aura pas de débat sur l opportunité de supprimer le bus scolaire ce soir. Mme Monique Ortiz demande s il y a un nombre d enfants plancher en-dessous duquel le transport scolaire est supprimé. Le bus est homologué, les conductrices formées et les enfants sont attachés. Le bus sera maintenu même s il n y a qu un enfant à transporter. M. Christian Vorlet, Syndic demande que le sujet du bus scolaire soit clôt. M. Georges Maillard regrette que la question du bus scolaire ne soit pas à l ordre du jour. M. Christian Vorlet, Syndic rappelle à M. Georges Maillard qu il a dénoncé le Conseil en haut lieu pour déni de justice et lui demande de comprendre que le Conseil n entrera pas ce soir en matière Page: 2 / 10

3 sur un point qui fait partie de sa dénonciation. M. Christian Vorlet, Syndic reprend la parole et demande s il y a d autres questions au sujet de la hausse d impôts. M. Georges Maillard demande si l on est en démocratie ou à Moscou avec Monsieur Poutine et souhaite poursuivre le débat sur le bus scolaire. M. Christian Vorlet, Syndic avertit M. Georges Maillard que s il continue dans cette direction il sera expulsé. M. Christian Vorlet, Syndic demande à nouveau que le sujet du bus scolaire soit clos. Mme Monique Ortiz demande si le travail que fait Monsieur Joye pour les budgets et comptes ne fait pas doublon avec le travail de Monsieur Hartmann et demande si ça ne fait pas beaucoup de personnes qui doivent regarder pour l augmentation d impôts, et demande quel est le coût de tout ceci. Le budget est proposé par le Conseil, ensuite il est présenté à la commission financière pour préavis et Monsieur Joye procède à des vérifications des chiffres importants par exemple le montant budgété pour les impôts qui doit tenir compte de la réalité, des données étatique et suivre la tendance des communes semblables. De plus, dans le cadre du projet de fusion, la fiduciaire BDO a également établit un tableau de bord que le Conseil utilise. Monsieur Hartmann fait partie de la commission financière qui est obligatoire. Cette commission est défrayée à hauteur de CHF le jeton. La commission financière coûte entre CHF 300 et 400 par année. 3. Investissements 3.1 Remplacement éclairage public La parole est donnée à M. Vincent Stucky, Conseiller communal, qui explique que la commune compte 21 points lumineux. 2 sont déjà LED. Il indique les différents types de points lumineux sur un plan. Le remplacement des lampes au mercure par des LEDs est impératif, car il n y a plus de fourniture d ampoule mercure. Avec cette nouvelle installation, il y aura la possibilité de baisser de 50% l intensité lumineuse dans la tranche horaire qui va de 24h00 à 06h00. L investissement total est de CHF 19'743. Une subvention de CHF 5'508 étant proposée par le Groupe E, il reste un montant à payer de CHF 14'235 toutes taxes comprises. Il y a deux effets de cet investissement, premièrement une baisse de la consommation chiffrée CHF 900 /an (actuellement la consommation électrique moyenne est de CHF 2'300 / an) du fait de l installation des LEDs. Deuxièmement un contrat d entretien pour la révision et le changement des ampoules sera conclu pour un montant de CHF 580 / an ; alors que ces 6 dernières années cela coûtait en moyenne CHF 660 / an. Ce contrat d entretien assure une linéarité des coûts et représente aussi l accès à la subvention de CHF 5'500. M. Yves Tinguely indique que les lampes au sodium donnent un éclairage trop puissant la nuit, car les mats sont très hauts et demande que les lampes soient coupées la nuit. A l époque l assemblée n avait pas été positive lors de la proposition de couper l éclairage public durant la nuit, c est pourquoi le Conseil n a pas étudié la possibilité de le faire. Plan de financement Un amortissement est prévu sur 10 ans. Un emprunt de CHF 15'000 devra être contracté. Vote Le Conseil peut voter L investissement est accepté à l unanimité. (16 voix) 3.2 Rénovation Station pompage Page: 3 / 10

4 M. Arnold Chassot, Vice-Syndic, explique que la station de pompage fonctionne pour le quartier Rafoué pour le pompage des eaux usées du Rafoué, donc 5 maisons. Elle a été construite en Les supports marquent de fortes corrosions et seront remplacés par des supports en inox. Les éléments totalement immergés devront être sortis afin de pouvoir faire un état de la situation, de procéder à un nettoyage, un curage et de faire une remise à niveau de ce qui est nécessaire. Un montant de CHF devrait être suffisant. La commune va utiliser une réserve pour régler cet investissement dans les comptes. Néanmoins il faudra quand même emprunter au niveau des liquidités. Cet investissement se fera via la réserve. Gérard Chenaux demande si la commune d Autafond participera à cet investissement. M. Arnold Chassot, Vice-Syndic, répond qu Autafond participera. Autafond participe déjà à hauteur de 1/5 des coûts d entretien annuels. Ceci est réglé par une convention. M. Yves Tinguely demande si les propriétaires concernés doivent également participer à cet investissement? Le règlement communal ne prévoit pas les taxes additionnelles pour les infrastructures particulières pour l évacuation des eaux usées. Vote Le Conseil peut voter. L investissement est accepté à l unanimité (16 voix). 4. Budget Budget de fonctionnement Une récapitulation du budget de fonctionnement a été distribuée aux citoyens avec la convocation et un exemplaire complet était à disposition au secrétariat communal. Le budget est projeté sur un écran par mesure d économie de papier. Le budget de fonctionnement présente un déficit de CHF Ce déficit représente 1,7% du montant total des produits et est donc dans les 5% autorisés par la loi. Le total des charges budgétées s élève à CHF contre CHF au budget 2014, soit CHF de moins (- 2%). Les charges sont sous contrôles malgré le report du canton sur les communes. Les produits sont de CHF et étaient de CHF au budget 2014, soit CHF 9'625 de moins (-1.5%). Le Conseil continue à appliquer une gestion sévère et nous essayons de limiter les dépenses au stricte nécessaire pour le bon fonctionnement de la commune. Le problème est le manque de recettes pour équilibre le budget et également l amortissement du bilan négatif. M. Christian Vorlet, Syndic passe les différents chapitres en revue. Chapitre 0 M. Georges Maillard demande s il a le droit de poser une question. Il lui est répondu que oui. M. Georges Maillard demande si le budget est basé sur 70 ou 76 ct. M. Christian Vorlet, Syndic lui répond que le budget est basé sur 76 ct. M. Georges Maillard demande si le Conseil a un budget basé sur 70 ct. M. Christian Vorlet, Syndic lui indique que les seuls chiffres qui changent si le taux d impôt varie, ne sont pas au chapitre 0, mais au chapitre 9. Page: 4 / 10

5 Chapitre 1 pas de question, ni de remarque Chapitre 2 pas de question, ni de remarque Chapitre 3 pas de question, ni de remarque Chapitre 4 pas de question, ni de remarque Chapitre 5 pas de question, ni de remarque Chapitre 6 pas de question, ni de remarque Chapitre 7 pas de question, ni de remarque M. Gérard Chenaux demande comment le Conseil a déterminé le fait qu il y aura moins d achat et de vente d eau en M. Arnold Chassot, Vice-Syndic, lui répond que déjà dans les comptes 2013 le Conseil avait constaté cette tendance et rappelle que le chapitre 7 doit s autofinancer. M. Georges Maillard demande d où provient la différence de taxe pour les déchets pour entre les communes de Corminboeuf, où une taxe de CHF 90 par habitant est perçue, et Chésopelloz où la taxe est de CHF 140 pour une personne seule et de CHF 210 pour un ménage de deux personnes ou plus. M. Vincent Stucky, Conseiller communal, indique que la taxe de CHF 140 ou CHF 210 n est pas liée uniquement aux coûts de la déchetterie. Cette taxe sert à régler les charges de ramassage des ordures, de traitement des ordures et de la déchetterie, à savoir tout le chapitre 72. Dans les produits du chapitre, il y a les taxes aux sacs qui rétrocédées à la commune et les taxes de CHF 140 ou CHF 210. Chapitre 8 pas de question, ni de remarque Chapitre 9 pas de question, ni de remarque M. Georges Maillard demande si le Conseil a tenu compte de l augmentation de 8 % prescrite par l Etat pour les impôts, par rapport aux comptes M. Christian Vorlet, Syndic indique que les directives du canton ne sont pas applicables pour Chésopelloz. Le Conseil se montre beaucoup plus conservateur. Le Conseil tient des tableaux qui montre la progression réelle des impôts et qui sert de base de calcul. Monsieur Joye fait des calculs en fonction des données du canton et de son expérience. Le Conseil avait davantage tenu compte des données cantonales pour établir les budgets 2012 et précédents et malheureusement ça ne donnait pas du tout les résultats escomptés dans les comptes. De plus, ce jour, il manque encore environ 50% des avis de taxation Le Conseil estime les chiffres du budget 2015 réalistes. Il en a été discuté avec la commission financière également. Le Service des communes a également constaté que les données cantonales ne sont pas applicables pour la commune de Chésopelloz. M. Georges Maillard estime que le Conseil a été sage de ne pas appliquer les directives cantonales. M. Christian Vorlet, Syndic rappelle que l introduction de la péréquation financière n a pas aidé les finances communales. En effet, les répartitions cantonales sont désormais faites avec une clé de répartition à 100% basée la population légale. Cependant, les diverses associations continuent à utiliser l IPF qui reste très élevé pour Chésopelloz. La première année un montant de CHF 100'000 a été prélevé pour la péréquation, en 2015, le montant sera de CHF 55'000, il y a donc déjà une correction qui s effectue, du fait qu une moyenne lissée sur 3 ans s applique. M. Georges Maillard demande si le Conseil a fait part de son mécontentement. M. Christian Vorlet, Syndic indique que les protestations n y changent rien, toutes les communes sont soumises à la péréquation. Page: 5 / 10

6 M. Vincent Stucky, Conseiller communal, ajoute que le Conseil s est également manifesté au niveau des associations de communes où l IPF est toujours pris en considération à hauteur de 25%, malgré le changement de pratique cantonal. M. Yves Tinguely demande quel est le coût d encaissement des impôts. M. Christian Vorlet, Syndic lui répond qu il est de 1.5% des impôts facturés, environ CHF 6'000 par an. M. Yves Tinguely estime que l administration avec CHF 63'000 est un coût élevé et s étonne que les impôts ne peuvent pas être encaissés par l administration. Il remarque aussi que la commune ne fournit pas de BVR, ce qui a un coût en taxes postales aussi M. Yves Tinguely estime que si on a une administration on devrait être capable d encaisser ses impôts soi-même et que c est une possibilité de réduire les coûts de la commune. M. Christian Vorlet, Syndic indique que le salaire de la secrétaire-caissière à 30% est de CHF 24'500 pour Le chapitre 0 comprend également les jetons et défraiements du Conseil, il y a l informatique. Le Conseil n avait pas acheté le module facturation très onéreux, il n y a donc pas de possibilité d imprimer des BVR. Le Conseil estime que le coût d encaissement des impôts n est pas disproportionné. Par contre si l encaissement devait être arrêté, ça serait pour une question de transparence. M. Georges Maillard demande s il est possible d aller puiser les liquidités nécessaires au fonctionnement de la commune à la recette générale. M. Christian Vorlet, Syndic explique le fonctionnement des différents comptes communaux : un compte-courant auprès de la Raiffeisen sert à régler les factures et à recevoir les montants encaissés par le Service des contributions pour les recettes. Le compte-courant Etat, où l Etat se sert, ce compte coûte 4% d intérêt et doit donc, dans la mesure du possible, présenter un solde de 0, c est au Conseil de l approvisionner. On peut déposer de l argent sur le compte-courant Etat mais on ne peut pas en retirer. Commission financière Il passe ensuite la parole à Monsieur Bruno Stucky, membre de la commission financière, qui propose que le budget de fonctionnement 2015 soit accepté. M. Christian Vorlet, Syndic demande si quelqu un souhaite ajouter quelque chose ou poser une question sur le point de l augmentation d impôt de 70 à 76 ct. M. Georges Maillard n accepte pas qu on le menace de le faire sortir et indique qu il votera par conséquent contre la proposition d augmentations. M. Christian Vorlet, Syndic lui indique que c est son droit. Mme Monique Ortiz demande ce qu il en est d une éventuelle fusion pour l année prochaine. Car si la fusion est d actualité elle votera non à l augmentation d impôts, par contre si on fusionne il faudra voir. M. Christian Vorlet, Syndic traite donc le point 6 (6. Information fusion) de l ordre du jour. Le Conseil est d avis que l avenir de la commune passe par une fusion. Le Conseil ne peut pas indiquer ce soir si ça sera pour 2017 ou Néanmoins le Conseil a été très actif et beaucoup de discussions ont eu lieu avec les communes voisines, en particulier une. Le processus est bien engagé. Depuis la décision de fusion jusqu au franchissement de toutes les étapes administratives, projet de fusion, vérifications, c est un processus qui dure plus d une année. Il n est matériellement pas possible de fusionner en On ne peut pas tabler sur le fait qu on va fusionner pour ne plus équilibrer le budget. Le Conseil travaille sur l hypothèse que la fusion n aboutit pas. Les membres du Conseil ne sont pas heureux non plus d augmenter les impôts. Le contexte politique du Grand Fribourg complique les projets de fusion. Ayant participé à 2c2g, Chésopelloz est dans le Grand Fribourg. C est pourquoi le Conseil a engagé des discussions avec les communes voisines. Le Conseil a rencontré le Préfet. Il semblerait qu il n y ait pas d obstacle majeur. Dès que possible, le Conseil informera les citoyens. Page: 6 / 10

7 Mme Monique Ortiz a l impression que le Conseil a investi beaucoup au niveau financier, que ça a pris des ampleurs incroyables, pour un projet de fusion voué à l échec, sachant qu à Granges-Paccot les gens étaient tous contre. Est-ce que Chésopelloz a beaucoup investi là-dedans? Est-ce que c est à cause de ce projet de fusion que les citoyens doivent maintenant subir cette hausse d impôts. La commune a investi dans le processus de fusion quelque chose comme CHF 10'000. Mais il y a des retours, il n y a pas eu que l échec. Il y a une analyse financière solide. Le plan financier, tel que préparé par BDO, la commune n aurait jamais eu les moyens de l établir sans le processus de fusion. Ça a permis également de positionner la commune dans le cadre du Grand Fribourg. Même si il y a maintenant une fusion à plus petite échelle, tous les documents peuvent être repris. Avec le recul, il aurait peut-être fallu partir à 3. Pour Mme Monique Ortiz Granges-Paccot c est la ville et elle ne comprend pas pourquoi on a cherché à fusionner avec Granges-Paccot. Granges-Paccot n est apparemment pas intéressé à fusionner à court terme avec Fribourg. Ce qui a fait une différence ce sont des petites choses comme par exemple les taxes poubelles. Le bus scolaire, l entretien des routes, le déneigement, Internet, sont des points qui ont pu être discutés et défendus par le Conseil lors du processus de fusion et que le Conseil a à cœur de défendre pour le bien des citoyens du village. M. Christian Vorlet, Syndic demande si quelqu un souhaite encore s exprimer avant de passer au vote. L augmentation du coefficient d impôt sur les personnes physiques et morales de 70% à 76% est soumise au vote de l assemblée. Le Conseil vote. L augmentation est acceptée par 12 voix pour et 4 voix contre. Le budget de fonctionnement 2015 est soumis au vote de l assemblée. Le Conseil vote. Le budget de fonctionnement 2015 est accepté par 12 voix pour et 4 voix contre. 4.2 Budget d investissement Une récapitulation du budget d investissement a été distribuée aux citoyens avec la convocation et un exemplaire complet était à disposition au secrétariat communal. Le budget est projeté sur un écran par mesure d économie de papier. M. Christian Vorlet, Syndic passe en revue les comptes présentant un investissement et les commente. Il n a pas d investissement sur les routes en Un montant de CHF 15'000 est prévu pour l entretien. Il n y a pas d autres questions sur le budget d investissement. Commission financière Il passe ensuite la parole à Monsieur Bruno Stucky, membre de la commission financière, qui propose que le budget d investissement 2015 soit accepté. Le budget d investissement 2015 est soumis au vote de l assemblée qui l accepte à l unanimité, 16 votants. 5. Présentation du plan financier Page: 7 / 10

8 Le condensé a été distribué avec la convocation à l assemblée communale. Le détail a été exposé à la commission financière. Les tableaux sont projetés sur écran Il s agit d une présentation de l outil permettant à la commune de se projeter dans 4 ou 5 ans au niveau des finances, tenant compte des connaissances actuelles. Le plan financier indique une tendance. Les investissements sont listés. Ce sont les investissements que le Conseil voit à ce jour, mais bien entendu cette liste est à remettre à jour régulièrement, au moins une fois par année. Il y a principalement le Plan d Aménagement Local à mettre en conformité avec la nouvelle loi pour un montant estimé à CHF 40'000 qui doit être entrepris à court terme, ainsi que la route communale estimée à CHF 500'000. Il n y a pas de question ni de remarque sur le plan financier. 6. Information fusion Ce point a été traité au point Divers Nouveaux citoyens : Marilyn Vorlet est félicitée et accueillie dans la vie citoyenne avec un cadeau et les applaudissements de l assemblée. M. Christian Vorlet, Syndic passe la parole aux citoyens. Conseil communal : Mme Monique Ortiz demande quelle est la vision du Conseil quand à son avenir vu que la fusion n est pas passée. Si les membres du Conseil ne se représentent pas, quel est le futur de la commune. Le Conseil souhaite effectivement passer à autre chose. Ce n est pas une décision formelle, ce n est pas une annonce, ça peut changer. Le Conseil est élu jusqu au 31 mars Il y aura des élections. Si, par exemple, il faut compléter Monsieur le Préfet peut prendre plusieurs mesures : il peut convoquer à nouveau des élections complémentaires, si ça ne suffit pas, il peut nommer une ou des personnes de la Préfecture ou autre, pour compléter le Conseil, en dernier recours, la commune peut être mise sous tutelle si aucun candidat n est élu. Constructions : M. Georges Maillard demande quelle est la position du Conseil quand il y a des constructions à démolir dans le village par exemple a. la cabane Sturny dont la démolition avait à l époque été ordonnée par le Préfet, b. de même la grange en face de l ancienne laiterie, sur le terrain Berger, qui parait dangereuse avec des taules qui flottent au vent, c. ainsi que la ferme Balzli qui est désaffectée L affaire Sturny n est pas connue par le Conseil et il doit s informer avant de répondre. En premier lieu, est-ce sur le territoire communal de Chésopelloz ou Autafond. Pour la petite grange en face de l ancienne laiterie le Conseil va étudier la question. La ferme Balzli est un dossier en cours, ce point n est donc pas détaillé en assemblée. La position du Conseil est la suivante : si le Conseil constate quelque chose d illégal ou de dangereux il prend d abord contact avec le propriétaire et fait respecter la loi par tous les moyens. Ce n est pas dans l esprit du Conseil d aller dans chaque construction chercher ce qui ne va pas. Le Conseil ne voit pas tout. Le Conseil ne rend pas publiques toutes ses actions Facturation et arrangement de paiement : Mme Monique Ortiz souhaiterait recevoir de manière régulière, toujours à la même période de l année, sa facture de contribution immobilière et l impôt de paroisse et demande quelle est la pratique pour un paiement fractionné. Page: 8 / 10

9 L impôt de paroisse est facturé par Mme Aïoutz et pas par la commune. La pratique jusqu à maintenant a toujours été d attendre l avis de taxation pour la facturation de la contribution immobilière. Le Conseil a constaté que le montant varie rarement. L idée du Conseil est de facturer ce montant à date fixe et de faire une éventuelle correction si nécessaire. Il est également proposé de publier l échéancier. Le Conseil rentre facilement en matière pour un arrangement de paiement, mais ce n est pas un droit. L arrangement est accepté à bien plaire. Une demande préalable écrite doit parvenir au Conseil. Chiens : Francine Baechler indique que les 3 chiens des voisins (route du Haut 36) sont souvent sur le trottoir, ils paraissent très agressifs. Madame Francine Baechler appréhende de se retrouver face à ces chiens. M. Yves Tinguely indique qu une personne a à nouveau été mordue et a été déposer plainte ce jour. Le problème est qu il n y a jamais le même maitre pour ces chiens et que ces adolescents en difficulté ne s y prennent pas de manière idéale, il faudrait que la dame responsable aille se promener avec eux et qu elle ait autorité sur ces chiens. Un aller-retour jusqu à la forêt ne constitue pas une promenade et ces chiens deviennent agressifs. Il est important de mettre au courant le Conseil pour qu il puisse agir. C est à la propriétaire des chiens de prendre toutes les mesures utiles. Un chien ne doit pas être en liberté sur le domaine public. La propriétaire doit faire en sorte qu ils ne soient pas sur le domaine public. Source communale : M. Jean-Daniel Bosson demande ce qu il en est de la source communale. Il a appris avec étonnement que le Conseil n est pas intéressé à défendre cette source. Selon lui, il s agit d un patrimoine communal et ne comprend pas la décision du Conseil. M. Christian Vorlet, Syndic explique que c est une affaire compliquée. Sous toutes réserves, la source communale n a jamais été communale. Il y a une source qui a alimente le bassin dit communal. La source n est pas sur le terrain communal. Le Conseil ne voit pas l intérêt de se battre pour obtenir un droit sur cette source qui selon toutes vraisemblance n a jamais été communale. De plus, la source est polluée. La source ne sert que pour le bassin communal sur lequel une inscription «eau non potable» a été placée dessus car la loi l exige. Le Conseil attend le développement de cette affaire sans agir. M. Georges Maillard informe que la famille Perroud a pris un avocat pour cette affaire, au cas où la source viendrait à se tarir, l avocat demande de garantir la quantité d eau qui leur reviendrait. Lorsque cette source était considérée comme communale, le Conseil a pris ses responsabilités, tant chez M. Georges Maillard que dans d autres situations. Durant le processus de la nouvelle nomenclature, le Conseil a appris avec surprise que la source n était pas communale. Si elle n est pas communale, le Conseil ne fera rien pour cette source. Le Conseil attend le dénouement de cette affaire, mais en attendant, il ne va pas engager de l argent public pour engager un avocat, avancer dans une procédure ou prendre des mesures. Si cette décision ne convient pas il y a possibilité de faire une initiative. M. Christian Vorlet, Syndic ajoute que le chimiste cantonal a informé le Conseil que la source est polluée que l ingestion de l eau est particulièrement nocive pour les enfants en bas âge. M. Arnold Chassot, Vice-Syndic, indique que la loi sur les eaux est modifiée. Si de l eau non communale est distribuée dans une habitation et que d autre part l eau communale est également distribuée dans cette habitation, il y a l obligation de casser la pression de l eau communale, c est-à-dire de jeter l eau communal dans un réservoir et de re-pomper cette eau pour le ménage, il n est plus permis de l avoir en direct. Cela peut engendrer beaucoup de frais à certains endroits. M. Georges Maillard suggère que le prochain Conseil agira peut-être autrement. Arbre : Page: 9 / 10

10 Mme Nicole Stucky a été scandalisée par l abattage du tilleul près de la propriété d Albin Demierre, se trouvant sur le territoire communal de Corminboeuf. Arrêt de bus : M. Georges Maillard a fait une chute à l arrêt du bus chez Daniel Balzli, il y a 2 ou 3 ans et s est cassé la main. Le panneau est placé sur la barrière et il faut prendre appui pour prendre connaissance des horaires. M. Georges Maillard demande à la commune de mettre du gravier. Selon lui, il serait opportun de de faire un abri. Il faudrait aussi faire quelque chose pour l eau qui gèle sur le regard. Le Conseil prend note. L assemblée n a pas d autre remarque ou question. M. Christian Vorlet, Syndic reprend la parole et remercie tous les employés communaux (caissièresecrétaire, Marc Balzli pour l entretien routes, Balzli Daniel pour le déneigement, les conductrices bus scolaire), les différents membres des commissions ainsi que les membres du Conseil. Il souhaite à l assemblée un joyeux Noël et transmet tous ses vœux pour Il invite l assemblée à partager le verre de l amitié. L assemblée se termine à 22h25. le Syndic : la secrétaire : Christian Vorlet Sandra Aïoutz Approuvé par l'assemblée communale du Page: 10 / 10

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00

PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 Ménières, le 28 mai 2014 PV de l assemblée communale du 28 mai 2014 à 20h00 M. le Syndic Joël Robert souhaite la bienvenue et présente la table du Conseil, la table administrative et excuse Mme Pouget,

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00

Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00 Procès-verbal de l Assemblée Communale ordinaire du 30 avril 2014 À l Abri de protection civile à Ecublens à 20h00 L Assemblée Communale a été convoquée par une insertion dans la Feuille Officielle du

Plus en détail

Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz

Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz Présidence : M. René Kolly (RK), Syndic Procès-verbal : Mme Valérie Kolly (VK), Secrétaire

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE COMMUNALE ORDINAIRE DU 16 DECEMBRE 2014, 20H00, AU RESTAURANT LE SARRAZIN

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE COMMUNALE ORDINAIRE DU 16 DECEMBRE 2014, 20H00, AU RESTAURANT LE SARRAZIN PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE COMMUNALE ORDINAIRE DU 16 DECEMBRE 2014, 20H00, AU RESTAURANT LE SARRAZIN Président : M. Claude Brohy Présents : 70 Excusés : Mme et M. Sarah et Xavier Hemmer, La Corbaz Auditeurs

Plus en détail

Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal

Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal Conseil Général Séance du 14 juin 2011 au centre communal Ordre du jour 1. Appel 2. Procès-verbal de la séance du 23 novembre 2011 3. Assermentation des nouveaux membres 4. Communications du Président

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 13 décembre 2012 Lieu : à 19 h. 30 en sa salle Présidence : M. René Ansermet Le Président, M. René Ansermet, remercie les conseillères et conseillers

Plus en détail

Assemblée communale du 15 décembre 2014

Assemblée communale du 15 décembre 2014 Conseil communal de Delley-Portalban 1) Assemblée communale du 15 décembre 2014 Présidence : Présents : Scrutateurs : Philippe Cotting, Syndic 57 citoyens et citoyennes Messieurs Gérald Cantin et Jean-Luc

Plus en détail

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015

PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015 PROCES-VERBAL de la séance ordinaire du Conseil communal du 19 mars 2015 Lieu : à 19 h 30 en sa salle Présidence : M. André BACH Le Président, M. André BACH, salue les membres du Conseil, M. le Syndic

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DU CARNAVAL DES BOLZES

STATUTS DE L ASSOCIATION DU CARNAVAL DES BOLZES STATUTS DE L ASSOCIATION DU CARNAVAL DES BOLZES TITRE PREMIER : Dispositions Générales Art.1. Art.2. Art.3. Art.4. Définition et nom L Association du Carnaval des Bolzes (ACB) est une personne morale de

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances

Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Secrétariat du Grand Conseil P 1639-A Date de dépôt : 3 août 2010 Rapport de la Commission de la santé chargée d'étudier la pétition sur le prix de revient des ambulances Rapport de M. Marc Falquet Mesdames

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901 Association loi 1901 STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901 sous la dénomination

Plus en détail

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 L an deux mille Douze, le douze du mois de juillet à 19 heures 30 minutes, le Conseil Municipal

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Commune de SENAN Séance du 8 septembre 2014. Séance du lundi 8 septembre 2014. A 20 h 30, Monsieur Gérard CHAT, Maire, déclare la séance ouverte.

Commune de SENAN Séance du 8 septembre 2014. Séance du lundi 8 septembre 2014. A 20 h 30, Monsieur Gérard CHAT, Maire, déclare la séance ouverte. Séance du lundi 8 septembre 2014 Convocation du Conseil Municipal le 2 septembre 2014 (affichage ce même jour), à effet de délibérer sur l'ordre du jour suivant : - Redevances d occupation du domaine public

Plus en détail

Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre. Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex

Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre. Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex Préavis No 11/2012 Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre et Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION 2 3 AVANT-PROPOS Ce guide pratique s adresse aux groupes de jeunes qui se demandent s ils doivent créer une association pour réaliser leur projet.

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie»

STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» STATUTS de l'association des chargés* de communication des communes de Suisse romande «A3C Romandie» DENOMINATION, BUTS ET SIEGE DE L'ASSOCIATION Article 1 Dénomination L'Association des chargé-e-s de

Plus en détail

Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids. Préavis No 15/2010 Au Conseil communal

Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids. Préavis No 15/2010 Au Conseil communal Municipalité de la Commune d'arzier - Le Muids Préavis No 15/2010 Au Conseil communal Demande d'un crédit d investissement de CHF 345'030.--, échelonné sur cinq ans, pour soutenir la mise en place du programme

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

Les novations dans la copropriété

Les novations dans la copropriété Les novations dans la copropriété Le document que nous publions a comme objet de faire le point sur les dernières modifications importantes en matière de copropriété. Ce secteur de la consommation est

Plus en détail

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse.

L Association a pour buts de promouvoir l'innovation et faciliter la création d entreprises en Suisse. Le Réseau STATUTS A. GENERALITES Article 1. Nom Sous le nom de «Le Réseau» est constituée une association à but non lucratif régie par les articles 60 et suivants du Code civil suisse (l Association).

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement

Département des institutions et de la sécurité. Service des communes et du logement Département des institutions et de la sécurité Service des communes et du logement Division finances communales Commune de FERREYRES Résumé des comptes Année 2014 Cette formule doit parvenir au Département,

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

Séance du 5 novembre 2012 à 20 heures Salle du Conseil

Séance du 5 novembre 2012 à 20 heures Salle du Conseil 1296 CONSEIL COMMUNAL APPLES Apples, le 5 novembre 2012 Séance du 5 novembre 2012 à 20 heures Salle du Conseil 1. APPEL Président: Secrétaire: Scrutateurs: Membres excusé(e)s: Membres absent(e)s: Effectif

Plus en détail

Préavis n 10/14 au Conseil communal

Préavis n 10/14 au Conseil communal COMMUNE D AUBONNE Municipalité Préavis n 10/14 au Conseil communal Règlement communal relatif à l'utilisation de caméras de vidéosurveillance Délégué municipal : - M. Jean-Christophe de Mestral, municipal

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE. Pâquerette Thériault Manon Dupont. L ordre du jour proposé est le suivant :

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE. Pâquerette Thériault Manon Dupont. L ordre du jour proposé est le suivant : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE À une séance extraordinaire du Conseil local pour la municipalité de Saint- Épiphane tenue au bureau municipal, le jeudi 3 mai 2012, à 20:00 heures,

Plus en détail

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes

modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Ordonnance du 26 septembre 2006 Entrée en vigueur : 01.10.2006 modifiant le règlement d exécution de la loi sur les communes Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 16 mars 2006 modifiant

Plus en détail

Statuts de l Association «Le Square»

Statuts de l Association «Le Square» Statuts de l Association «Le Square» Forme juridique et siège: Art. 1 Art. 2 Art. 3 «Le Square» est une association à but non lucratif régie par les articles 60 et suivants du Code Civil Suisse. Le siège

Plus en détail

COMMUNE DE SARPOURENX

COMMUNE DE SARPOURENX COMMUNE DE SARPOURENX Procès verbal du Conseil Municipal du 22 avril 2011 Date de convocation : 07/04/2011 Nombre de conseillers : Date d affichage : convocation : 07/04/2011 En exercice : 10 Procès Verbal

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE LOTISSEMENTS TRANSACTIONS GESTION DE BIENS - SYNDIC DE COPROPRIETES LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE DEFINITIONS LA COPROPRIETE La copropriété est l organisation de l ensemble immobilier répartie

Plus en détail

Feuille de route du copropriétaire

Feuille de route du copropriétaire Feuille de route du copropriétaire Que vous soyez déjà copropriétaire dans un immeuble géré par le cabinet IFNOR ou que vous veniez juste de faire l acquisition d un bien immobilier, nous avons voulu au

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse»

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse» «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» Statuts I. Nom, siège et buts 1. Nom et siège Sous le nom de «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» est constituée une Association au

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité I Nom, Siège, Buts et Tâches Statuts Article 1 Article 2 Article 3 Nom L Association se nomme ASPEDAH (Association

Plus en détail

SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL

SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL 504 SÉANCE DU CONSEIL COMMUNAL 9 mai 2011 à 20h00 à la Cantine scolaire "Ondine" Présidence : Monsieur Antoine Lambert Monsieur le Président salue l assemblée et a le plaisir d'ouvrir la séance du Conseil

Plus en détail

Budget primitif 2011 eau :

Budget primitif 2011 eau : CONSEIL MUNICIPAL DU 26 Mars 2012. ÉTAIENT PRÉSENTS : G.BERNARD - P. LUMMAUX - J.P MARTIN - J.P MAURA - D. BERLAND - Mmes C. LAGARDE - L. DUPUCH - M. B. CRAPON - Mme L. BARIBAUD - F. FERRAND - M. F. FAUX.

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Procès-verbal de la séance ordinaire du Conseil général de la Commune de Rennaz. du 15 mai 2014 à 20h00 A «l arennaz», collège de Rennaz

Procès-verbal de la séance ordinaire du Conseil général de la Commune de Rennaz. du 15 mai 2014 à 20h00 A «l arennaz», collège de Rennaz COMMUNE DE RENNAZ CONSEIL GENERAL Procès-verbal de la séance ordinaire du Conseil général de la Commune de Rennaz du 15 mai 2014 à 20h00 A «l arennaz», collège de Rennaz Présidence : M. Alberto de Francisco

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG

Statuts de la Coopérative suisse des artistes interpretes SIG Coopérative suisse des artistes interpretes SIG avenue de la Gare 2, CH- 2000 Neuchâtel, Tél. +41 77 251 97 96 Schweizerische Interpretengenossenschaft SIG Kasernenstrasse 15, CH- 8004 Zürich Tel +41 43

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Aucune observation n est formulée et le procès-verbal de la séance du 10 février 2015 est approuvé à l unanimité.

Aucune observation n est formulée et le procès-verbal de la séance du 10 février 2015 est approuvé à l unanimité. Jean Hugues PEYRE à Présents :, Maire, Delphine GREGORI, Véronique SCHUBNEL,,Jonathan Madame le Maire souhaite la bienvenue, remercie tous les membres de leur présence ainsi que les personnes de l assistance,

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

Point n 5 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les conseillers généraux,

Point n 5 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les conseillers généraux, Point n 5 de l ordre du jour Rapport du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 348 000.- pour le remplacement des lampadaires à la vapeur de mercure par un éclairage

Plus en détail

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire.

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 18 octobre 2006 Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. Le Procès-Verbal de la précédente réunion

Plus en détail

Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016

Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016 MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 14 relatif à la détermination du plafond d endettement et de cautionnement pour la législature 2011-2016 Personne responsable: Daniel Collaud, municipal Gland,

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015 L an deux mil quinze, le cinq février, à vingt heures, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie sous la présidence de M. Jean DUFRESNE,

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014

Approbation à l unanimité du procès-verbal de la séance du 17 octobre 2014 CONSEIL MUNICIPAL DE MARNAY SUR SEINE PROCES-VERBAL REUNION DU 14 NOVEMBRE 2014 L an deux mil quatorze, le 14 novembre à 19 heures, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au nombre prescrit

Plus en détail

Etaient présents Mesdames PRADERE, VIANO, VIOLTON, SALES, DESPAUX, CROUZET, MARTIN-RECUR, TARDIEU.

Etaient présents Mesdames PRADERE, VIANO, VIOLTON, SALES, DESPAUX, CROUZET, MARTIN-RECUR, TARDIEU. 2014-62 REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT HAUTE-GARONNE Arrondissement de Muret Canton de Portet sur Garonne PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DE PINS-JUSTARET NOMBRE DE MEMBRES SEANCE du

Plus en détail

Conseil général. Séance n 3. du jeudi 19.12.2013, de 19:30 à 21:45, salle de gymnastique

Conseil général. Séance n 3. du jeudi 19.12.2013, de 19:30 à 21:45, salle de gymnastique Conseil général Séance n 3 du jeudi 19.12.2013, de 19:30 à 21:45, salle de gymnastique Président Secrétaire Bertrand Vianin Patricia Constantin Présents PDC Beney André - Beney Christophe - Bentho Marylise

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.5.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL relatif au transfert du patrimoine immobilier de la S.I. Le Locle-Avenir S.A. en faveur de la Commune du Locle Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative

Plus en détail

Commune de Mittelschaeffolsheim

Commune de Mittelschaeffolsheim DEPARTEMENT DU BAS-RHIN ARRONDISSEMENT DE STRASBOURG CAMPAGNE Commune de Mittelschaeffolsheim Procès-verbal de la séance du 27 juin 2014 Date de convocation : 23 juin 2014 Membres présents : M. Alain WACK,

Plus en détail

Procès-verbal de l'assemblée Générale Mixte du 26 novembre 2008

Procès-verbal de l'assemblée Générale Mixte du 26 novembre 2008 LOCINDUS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance Au capital de 46.837.269 Siège Social : 19, rue des Capucines - 75001 PARIS 642.041.768 RCS PARIS Procès-verbal de l'assemblée Générale

Plus en détail

COMMUNE DE PORT-SAINTE-FOY-et-PONCHAPT DELIBERATIONS

COMMUNE DE PORT-SAINTE-FOY-et-PONCHAPT DELIBERATIONS DELIBERATIONS L'an deux mil quatorze, le cinq août à dix huit heures trente, le Conseil municipal de la Commune de PORT- SAINTE-FOY-et-PONCHAPT, dûment convoqué, s'est réuni en session ordinaire, à la

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA

STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA STATUTS DE L'ASSOCIATION ESTRELIA I) Objet, composition et ressources de l'association Article 1 : Dénomination, Objet L association Estrelia, (nouvelle dénomination de l association Horizons fondée le

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I DÉNOMINATION - SIÈGE - DURÉE - BUT Article 1 er Sous le nom d «ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS», il a été constitué une association,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du 09 septembre 2010 Présents : Monsieur MICHOUX Eric, Maire, Mesdames BENEDET Ghislaine, BONNOT Anne-Marie, JOBERT Bernadette, SCHNEIDER Annie, Messieurs

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

Association de hockey mineur de Chambly

Association de hockey mineur de Chambly Association de hockey mineur de Chambly 1.0 Généralités Statuts et règlements 1.1. Nom Le nom de l association est Association de hockey mineur de Chambly (numéro dossier 3837-71, charte signée le troisième

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE»

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION Article 1.1 : Dénomination Il est formé entre les soussignés adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS I. RAISON SOCIALE SIÈGE BUT DURÉE Article 1 Raison sociale Il est constitué sous le nom Association

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

800 - Commune de Villars-sur-Glâne Comptes du bilan CGL325 / MEC / 13.05.06 12:01 / Page : 1 Comptabilisées Non

800 - Commune de Villars-sur-Glâne Comptes du bilan CGL325 / MEC / 13.05.06 12:01 / Page : 1 Comptabilisées Non 800 - Commune de Villars-sur-Glâne Comptes du bilan CGL325 / MEC / 13.05.06 12:01 / Page : 1 1 A C T I F S 100,594,034.03 241,338,835.22 234,074,061.42-107,858,807.83 10 1000 1010 Disponibilités Caisse

Plus en détail

Assemblée communale N 6 de la Commune de Bas-Intyamon

Assemblée communale N 6 de la Commune de Bas-Intyamon Assemblée communale N 6 de la Commune de Bas-Intyamon du mardi, 23 avril 2013, de 20.00 à 21.30 heures à la salle de l'auberge de la Couronne à Enney Présidence : Monsieur Roland Kaeser, Syndic Convocations

Plus en détail

SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS

SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS SOCIÉTÉ DES EMPLOYÉS DE COMMERCE SECTION DE FRIBOURG STATUTS Remarque préliminaire Dans le texte des statuts, la forme masculine est employée indifféremment pour les femmes et les hommes. I. Dispositions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Rachat immeuble et fonds du Relais Auvergnat à l EPF-SMAF

Rachat immeuble et fonds du Relais Auvergnat à l EPF-SMAF L an deux mil quatorze, le trente octobre, le conseil municipal de Luzillat, dûment convoqué s est réuni en session ordinaire sous la présidence de C. RAYNAUD Nombre de membre en exercice : 15 Date de

Plus en détail

Registre des Délibérations du 18 mars 2015 Conseil Municipal de la commune de LES PILLES. Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11

Registre des Délibérations du 18 mars 2015 Conseil Municipal de la commune de LES PILLES. Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11 Séance du 18 mars 2015 Nombre de membres afférents au Conseil Municipal : 11 En exercice : 11 Présents : 10 Votants : 10 Date de convocation : 13 mars 2015 L an deux mille quinze et le 18 mars 2015 le

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 FEVRIER 2014

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 FEVRIER 2014 Commune de CHENAS COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 FEVRIER 2014 Nombre de conseillers : En exercice : 9 Présents : 7 Votants : 7 L an deux mil quatorze, le mardi 11 février, à 20 H

Plus en détail

Statuts du Parti vert libéral vaudois

Statuts du Parti vert libéral vaudois Statuts du Parti vert libéral vaudois Modifiés par l Assemblée générale du 7 mai 2013 GENERALITES Article 1 Le Parti vert'libéral vaudois (ci-après «le Parti») est une Association régie par les présents

Plus en détail