C est un bel âge. C est le temps

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C est un bel âge. C est le temps"

Transcription

1 N 36 juin 2009 Lettre aux copropriétaires Paraît en juin et décembre sous la responsabilité du conseil syndical Dans ce numéro : p.1 Édito du syndic p.2 Tri sélectif p.3 On nous écrit p.3 Arrosage p.4 Les syndics p.5 Espaces verts p.6 Pesticides Travaux Les travaux affectant l aspect extérieur des pavillons ou entrepris dans les jardins privatifs doivent faire l objet d une autorisation : 1) de la copropriété 2) de la commune. Si l une de ces autorisations manque, le copropriétaire peut être mis en demeure de remettre dans l état précédent. Le constat : des copropriétaires continuent de réaliser des travaux sans autorisation préalable. Pour leur défense, ils disent soit : «je ne savais pas qu il fallait demander l autorisation». Bizarre! Soit : «j ai fait comme untel». Untel sert de modèle, la copropriété «on ne connaît pas!». Conseil : ne vous mettez pas dans cette situation peu confortable pour vous et pour le syndic contraint de faire respecter le règlement de copropriété. S il ne le faisait pas, vous seriez le premier à le lui reprocher. L édito du syndic Vingt ans! C est un bel âge. C est le temps passé au service de notre copropriété par M. Seguin. Une bonne soixantaine de personnes réunies autour de cet employé modèle, ce samedi 16 mai. Si nos premiers employés nous ont causé quelques soucis, celui-ci est ponctuel, sérieux, d humeur toujours égale, consciencieux, vraiment l employé qu on ne regrette pas d avoir recruté. L entretien de la copropriété a commencé dans les années 70 à être confié à des entreprises qui, rapidement, ont mécontenté les copropriétaires par la faiblesses des prestations. C est alors que le conseil syndical de l époque décida de recruter un employé à plein temps. C est ce fonctionnement qui perdure et qui nous donne satisfaction car nous avons la maîtrise de l entretien des deux hectares d espaces verts. Les conditions de travail faites à notre employé étaient au départ assez rudimentaires puisqu il occupait un boxe de garage - 18 m² sans aucun confort, été comme hiver. Dès 1992, avec le conseil syndical, je me suis attelé à résoudre ce problème et à offrir à notre employé des conditions de vie dignes sur le lieu de son travail. Le 24 mai 1997, il y a déjà douze ans, le local actuel était inauguré. Et dès octobre 2001, alors qu aucune loi n y obligeait les très petites entreprises, nous passions M. Seguin aux 35 heures tant décriées mais pourtant allant dans le sens d un mieux-vivre des travailleurs Enfin, en janvier 2005, avec l accord de notre employé, nous rachetions 15,5 jours de RTT permettant d augmenter sensiblement son salaire de base. Ce sont les actions que nous avons menées en faveur d un employé «sans reproches». Tout cela grâce à la pugnacité et au courage du premier syndiccopropriétaire qui se lança dans la gestion coopérative et bénévole de la copropriété dans l adversité d alors. C est en effet Christian Monnier qui a permis à notre résidence d être ce qu elle est. Merci à lui, merci à vous, M. Seguin qui, par votre travail, avez permis à la copropriété d être par deux fois récompensée par un premier prix lors des concours «villages et maisons fleuries». René Matéos Bienvenue aux nouveaux copropriétaires (2008 et début 2009) : Mmes et MM. Boux - Camilus - Chailleux - Grassi - Le Bralidec - Legarson - Santinelli Nouvelle adresse du SITE COPROPRIETE couriel :

2 2 Le tri sélectif E n ouvrant les bacs jaunes, on peut constater trois erreurs qui reviennent régulièrement : 1) il y a beaucoup de plastiques qu il faut mettre avec les ordures ménagères : barquettes en tous genres, plastiques d emballage, contenants de toutes sortes. Que faire? La règle est simple : mettre dans le bac jaune uniquement les plastiques qui ont contenu des liquides (eau, jus de fruit, lait, shampoing etc ). En cas d hésitation, mettre à la poubelle. 2) des cartons non pliés ou écrasés et qui remplissent rapidement le bac jaune. Que faire? Écraser tous les cartons et les briques en carton (lait, jus de fruit ). 3) certains apportent leur tri sélectif dans des sacs sans les vider, et comme le sac contient différents types de déchets (bouteilles, cartons..) lors du tri en usine, tout repart aux ordures ménagères. Que faire? Ne pas mettre en «sacs» votre tri sélectif mais mettre tout en vrac dans le bac jaune. Un mauvais tri sélectif entraîne un coût trois fois supérieur au coût normal. Lettres restées sans réponses à ce jour

3 Lettre aux copropriétaires L arrosage, c est la responsabilité de nous tous! L été arrive. Les végétaux ont soif. Arrosez-les, ils vous en seront reconnaissants. Utilisez l eau de lavage des légumes - le lavage d une salade représente environ huit litres d eau- ou les eaux de vaisselle si elles ne contiennent pas de détergents. Sans eau durant cette période, les végétaux dépérissent et meurent. Il faut alors les remplacer, c est qui représente un coût élevé pour la copropriété. De nombreux copropriétaires le font déjà. Ils en sont récompensés par la beauté de leur jardin de façade. Pendant les congés de M.Seguin (mois d août), si vous êtes là, consacrez quelques minutes à désherber... Si vous en avez le courage. Deux exemples de jardins de façade bien entretenus et aménagés: On nous écrit. «Chers copropriétaires, Habitante depuis 10 ans de la croix d autel, une résidence où il fait très bon vivre, au point que, suite à notre enthousiasme de vivre ici, deux couples d amis nous ont rejoints, j y apprécie tout particulièrement l ambiance qu il règne ainsi que son cadre. Toutes les générations y cohabitent harmonieusement : les adultes se rendent de nombreux services, se lient d amitié, les adolescents sont toujours cordiaux lorsqu ils vous saluent spontanément, les enfants s épanouissent entourés de leurs copains. Cependant ces mêmes enfants semblent déranger certains de notre entourage au point de s attaquer de façon agressive et vindicative à tout adulte parent en vociférant des reproches non fondés au lieu de venir dialoguer pour expliquer calmement les problèmes rencontrés. Je terminerai par souligner qu hier plus d une vingtaine d enfants ont joué place Ravel et qu après leur passage je n y ai vu aucune dégradation : pas de branches cassées, pas de fleurs arrachées, pas de papiers par terre, pas de traces de vélo sur les pelouses... L exemple est peut-être à prendre d eux en matière de civilité car aucun d entre eux ne s est jamais adressé à moi avec l incorrection dont a fait preuve un copropriétaire. Souhaitons néanmoins que nous puissions continuer à profiter tous de cette résidence exceptionnelle.» Béatrice LEGENDRE Commentaire du conseil syndical : bravo aux parents qui ont su éduquer leurs enfants dans le respect des autres et de notre environnement, pour un plein épanouissement dans notre résidence. Cependant, le conseil syndical rappelle quelques règles élémentaires de comportement à propos des végétaux : pour traverser les places, emprunter les entrées Ne pas passer à vélo ou à pied entre les végétaux. Une règle d or : le respect du travail de notre jardinier et des responsables de la copropriété. C est décourageant de voir parfois nos efforts réduits à peu de chose par l incivilité de quelques uns.

4 Les honoraires des syndics de copropriété dérapent (article paru dans «Le Monde» du 22 mars 2009) Les syndics de copropriété sont à nouveau sur la sellette, avec quatre enquêtes, menées par deux associations de consommateurs et deux magazines spécialisés. Toutes concluent à des dérapages répétés sur les honoraires, malgré un accord signé en A l époque, au terme de neuf mois de rudes négociations, syndicats professionnels et associations d usagers s étaient accordés sur un contrat type de syndic. Ce document recense 44 tâches de gestion courante rémunérées dans le cadre d un forfait annuel et limite les honoraires supplémentaires pour prestations particulières. L accord a pris la forme d un avis officiel du Conseil national de la consommation (CNC), publié le 27 septembre Des syndicats professionnels, comme la Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim), ont alors juré de le faire respecter à la lettre par leurs adhérents. De son côté, Luc Chatel, secrétaire d Etat chargé de la consommation, menaçait de le rendre obligatoire s il n était pas mis en oeuvre par tous les syndics, dans les six mois. Un an plus tard, le bilan pourrait l y obliger. Dans son numéro d avril à paraître le 25 mars, Le Particulier publie les résultats de son enquête portant sur contrats de syndics. Les honoraires des administrateurs de biens ont, sans raison, bondi de 6 % en région parisienne et atteignent 143 euros par appartement, en 2008, voire 146 euros à Paris même. Les gestionnaires de province sont plus sages, avec un forfait annuel de 122 euros et une hausse limitée à 1,9 %, depuis Les copropriétaires d immeubles de moins de 20 appartements paient le prix fort, un forfait de 250 euros, en hausse de 6,8 %. Les grands groupes sont les plus chers, avec, par exemple, des vacations jusqu à 115 euros l heure chez Lamy, 114,40 euros chez Foncia et 112 euros chez Oralia, contre 98 euros dans les petites structures. Seules 40 % des copropriétés sont, en outre, dotées d un compte bancaire séparé, distinct de celui du syndic, une proportion qui s explique par des tarifs dissuasifs de 49,60 euros par lot et par an! «20 % des syndics ignorent la recommandation du CNC et la moitié de la profession facture encore des prestations normalement incluses dans le forfait annuel, comme la tenue du carnet d entretien de l immeuble, le relevé des compteurs d eau ou la déclaration d un sinistre à l assurance», s étonne Patrick Lepetit, rédacteur en chef du Particulier. La Confédération logement et cadre de vie (CLCV) a «épluché» 110 contrats et constate que seuls 13 % d entre eux sont conformes à l avis du CNC tandis que 19 % reprennent moins de 30 points sur les 44. «On voit se multiplier les prestations supplémentaires, comme la mise à jour de la liste des copropriétaires, la transmission des archives au successeur, facturée près de 600 euros par un syndic de Seine-Saint-Denis, des frais de clôture de compte de 100 euros par lot, des frais d informatique de 7,60 euros par lot et par trimestre...», détaille David Rodrigues. «Certains syndics suppriment subrepticement quelques lignes du contrat officiel, ce qui est pernicieux car les copropriétaires se croient, de bonne foi, protégés et ne le sont plus», raconte Bruno Dhont, directeur de l Association des responsables de copropriété (ARC), dont l enquête sur contrats dresse le même constat. On y trouve quelques perles, comme la facturation de «frais de vote électronique», «d établissement de devis pour 700 euros», ou du «temps d attente entre la fin des heures ouvrables du cabinet, à 17 h 30, et le début de l assemblée générale, à 19 heures». La revue 60 millions de Consommateurs s apprête à publier des conclusions encore plus sévères et d autant plus gênantes qu elles émanent de l Institut national de la consommation. Elles contredisent une précédente enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), citée par Luc Chatel mais jamais publiée, qui aboutissait à un taux de conformité des contrats de 89 %... A la suite de ces révélations concordantes, l embarras est sensible au secrétariat d Etat, où l on plaide que la profession a fait de réels efforts. Des consultations sont donc en cours pour déterminer s il faut, ou non, rendre le contrat type obligatoire. «Ces attaques pénalisent les bons professionnels», estime Henry Buzy-Cazaux, délégué général de la Fnaim, pour qui «rétablir la confiance nécessite un geste fort, comme la création d un ordre des professions immobilières qui nous fournirait un outil disciplinaire et de sanction». Les consommateurs sont sceptiques : «Un ordre, pourquoi pas, mais l exemple belge n est guère convaincant», fait remarquer Bruno Dhont. «Surtout pas! Les ordres défendent avant tout leur profession, pas les usagers», renchérit David Rodrigues, de la CLCV. Isabelle Rey-Lefebvre. Commentaire du conseil syndical de la copropriété : depuis 1976, notre copropriété a été gérée par un syndic bénévole. Ce qui nous met à l abri des dérives dénoncées par cet article. Nous espérons que cela continuera encore longtemps. D où la nécessité pour les copropriétaires d être «coopératifs» pour ne pas décourager les bonnes volontés par des comportements inciviques. Cela vaut bien un petit effort de chacun. Sinon, il faudra en venir au syndic professionnel, à l envolée des charges et à un entretien des espaces verts moins performant. 16 mai 2009 Nous avons fêté les 20 ans de M. Seguin au service de la copropriété Consultez le site de la copropriété : vous y trouverez toutes sortes d informations sur la vie de la résidence.

5 Les espaces verts animation de la croix d autel proposée par le conseil syndical Le samedi 26 septembre 14 h, tournoi de boules, troc boutures et concours de gâteaux sur la place Croix d Autel. Congés d été M. Seguin Ñ du lundi 3 août 2009 au dimanche 30 août Ñ Reprise du travail : le lundi 31 août 2009 à 8 heures Ñ Intérim du syndic pendant l été : MM. Boeuf Jean-Claude et Guilpin Jean-Michel L enclos du jardinier Il est strictement réservé aux déchets végétaux issus des espaces communs de la copropriété. En aucun cas, il ne sera déposé des déchets verts issus des jardins privatifs. Et encore moins, à l extérieur de l enclos, sur un terrain privé, comme ce fut le cas ce début mai où un copropriétaire n a rien trouvé de mieux à faire qu à déposer ses déchets de thuya à côté de l enclos, sur terrain privé. Il ne s est pas demandé, un instant, qui allait ramasser ces déchets? Les déchets des jardins privatifs doivent être déposés SOIT DANS la benne les 1 er et 3 ème samedis de chaque mois, SOIT à la déchetterie d Osny (face au centre Leclerc). Une dernière recommandation : ne pas jeter de déchets végétaux( tonte, branches) derrière son jardin. Un nouveau portail d accès au local jardinier a été installé par Jacques Rasle et Roger Vallet. Un travail délicat parfaitement réussi. Bravo! Et merci à eux. Restructuration des places Nous avons poursuivi la restructuration de la place du noyer. M.Seguin aidé de conseillers syndicaux ont refait des pelouses (utilisation d un démousseur et d un scarificateur puis semis). Résultat satisfaisant qui encourage à continuer ce travail de renouvellement des pelouses sur l ensemble de la copropriété. Sur la place Ravel, ont été réaménagés un parterre, des jardins de façade délimités par des petites bordures rouges (avec pose de bordures par l entreprise Despierre le long de la voie de circulation et création d un avaloir des eaux de pluie entre place Ravel et allée des lilas). Place des jonquilles : déplacement et agrandissement d un parterre avec l aide de riverains. engazonnement d une partie de la place (sans doute à refaire en raison de conditions climatiques défavorables) Dans le même temps, M.Seguin a tondu les pelouses. Souvent dérangé dans son travail par l entreprise Sobéa : végétaux à déplacer pour éviter que les travaux d assainissement sur la place croix d autel- ne les endommagent. Ces végétaux ont été replantés ailleurs. Nous continuons à arracher les piracanthas (arbustes à épines). Les projets : requalification de deux entrées place croix d autel, réfection des parterres et nouvelles plantations Terminer la restauration des pelouses place des jonquilles (en septembre), et restaurer des pelouses place Ravel Rencontres jeu de boules, troc boutures et concours gâteaux en septembre.

6 6 Pesticides. Un intéressant jugement. Les magistrats de la 7ème chambre correctionnelle de la cour d appel de Lyon ont confirmé dans l arrêt prononcé le 29 octobre 2008, la culpabilité des dirigeants et de la société américaine Monsanto à propos de la publicité du pesticide Roundup. La publicité incriminée présentait le roundup comme étant biodégradable et protégeant l environnement Selon les magistrats, le mensonge publicitaire résulte pour les emballages d une «présentation qui élude le danger potentiel du produit par l utilisation de mots rassurants et induit le consommateur en erreur en diminuant le souci de précaution et de prévention qui devraient normalement l inciter à une consommation prudente». Sur l utilisation du terme «biodégradable», le caractère trompeur est également assuré car «il est établi que le roundup est constitué de glyphosate et d un tensio-actif et qu il se dégrade plus lentement que le glyphosate seul. De surcroît, un sous produit de dégradation du glyphosate, l AMPA, se dégrade lui-même plus lentement». Enfin, en ce qui concerne le spot télévisé, celui-ci estime la cour «n est accompagné d aucun avertissement sur les précautions d emploi à respecter et se termine sur des notions d amour et d intelligence qui ont pour effet de rassurer le consommateur sur l innocuité du produit. Il en résulte là aussi que le roundup est présenté sous un jour trompeur d un produit totalement inoffensif, ce qui ne peut être le cas d un désherbant même s il est moins nocif que d autres pesticides». La cour a maintenu les peines d amendes (2 fois ) et la publication du jugement dans la presse prononcées en première instance par le tribunal correctionnel de Lyon le 26 janvier Eau & Rivières de Bretagne se félicite de la condamnation prononcée par la cour d appel de Lyon à l encontre de la société Monsanto et de son dirigeant : les magistrats les ont reconnus coupables d avoir menti aux consommateurs en prétendant que le roundup était «biodégradable» et «respectait l environnement». Pour l association dont la plainte en 2000 est à l origine de ce procès, cette condamnation d un mensonge publicitaire grossier permet d ouvrir les yeux des consommateurs sur la dangerosité environnementale et sanitaire du Roundup. L association relève d ailleurs que le 7 octobre dernier, une des spécialités commerciales de la gamme Roundup, le «Roundup Allées et Terrasses» a été retiré du marché par décision du ministre de l agriculture. Au-delà de cette condamnation symbolique, Eau & Rivières de Bretagne insiste sur les deux mesures urgentes à mettre en oeuvre : limiter la vente des pesticides destinés aux jardiniers amateurs aux seuls magasins spécialisés offrant un conseil aux consommateurs, et interdire leur publicité. Jean-François PIQUOT, porte parole de l association estime que «l engagement du Grenelle de l environnement de réduire de moitié l usage des pesticides d ici 2015 ne sera tenu que si le consommateur est dissuadé d employer ces poisons et encouragé à désherber autrement». Commentaire du conseil syndical. L opinion publique commence à être sensibilisée aux dangers que représentent les pesticides utilisés depuis de nombreuses années. Mais il reste encore beaucoup à faire pour convaincre. Et notamment les jardiniers amateurs qui continuent à utiliser de dangereux pesticides, un peu par-ci, un peu par-là. Tous ces produits finissent dans les rivières et les nappes phréatiques. Des municipalités continuent à désherber aux herbicides alors que d autres cherchent (et trouvent) d autres moyens comme le désherbeur thermique. Jean-Pierre Renauld ancien syndic Pour recevoir les infos sur la copropriété en temps réel : communiquez votre adresse électronique au syndic.

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT

ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT ANNEXE AU CONTRAT DE SYNDIC LISTE NON LIMITATIVE DES PRESTATIONS INCLUSES DANS LE FORFAIT PRESTATIONS DÉTAILS I. Assemblée générale I. 1 Préparation de l assemblée générale. a) Etablissement de l ordre

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Foire aux Questions à propos de la Redevance Incitative

Foire aux Questions à propos de la Redevance Incitative Foire aux Questions à propos de la Redevance Incitative Vous avez une question liée à la Redevance Incitative? N hésitez pas à contacter le SBA au 04 73 647 444. Mais, avant, vous trouverez peut-être une

Plus en détail

LE NOUVEAU CONTRAT TYPE DE SYNDIC. Un contrat tout sauf.

LE NOUVEAU CONTRAT TYPE DE SYNDIC. Un contrat tout sauf. LE NOUVEAU CONTRAT TYPE DE SYNDIC Un contrat tout sauf. LE NOUVEAU CONTRAT TYPE DE SYNDIC Défini par le décret n 2015-342 du 26 mars 2015 Il était prévu à l art 18-1 de la loi du 10 juillet 1965 (ajouté

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

Le projet de loi DUFLOT ou loi A.L.U.R. (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) * SEIZE propositions d évolution concernant la Copropriété

Le projet de loi DUFLOT ou loi A.L.U.R. (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) * SEIZE propositions d évolution concernant la Copropriété PREMIER DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2013 / ARC / Le projet de loi DUFLOT ou loi A.L.U.R. (Accès au Logement et à un Urbanisme Rénové) * SEIZE propositions d évolution concernant la Copropriété Passé en

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE LOTISSEMENTS TRANSACTIONS GESTION DE BIENS - SYNDIC DE COPROPRIETES LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE DEFINITIONS LA COPROPRIETE La copropriété est l organisation de l ensemble immobilier répartie

Plus en détail

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr Gardons C est l affaire de tous au quotidien www.ville-maubeuge.fr intro La té d une ville, c est l affaire de tous au quotidien. Dès 2001, la municipalité a engagé une série d actions pour permettre à

Plus en détail

Attribution des poubelles en logement collectif (3 foyers minimum par logement)

Attribution des poubelles en logement collectif (3 foyers minimum par logement) Mise en place de la redevance incitative : Information aux syndicats/propriétaires/bailleurs de logements collectifs La Communauté de Communes du Kochersberg et de l Ackerland a adopté depuis le 1 er juillet

Plus en détail

Valorisation des matières résiduelles pour les immeubles multirésidentiels Mise en place des éléments de base

Valorisation des matières résiduelles pour les immeubles multirésidentiels Mise en place des éléments de base Valorisation des matières résiduelles pour les immeubles multirésidentiels Mise en place des éléments de base Population de la Ville de Markham 315 588 Maisons unifamiliales 91 684 Immeubles multi-résidentiels

Plus en détail

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR Conférence de presse du 27 mai 2008 POUR QUE LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS REMPLISSENT LEUR MISSION, L UFC-QUE CHOISIR PROPOSE ET AGIT Bien que l obligation légale de diagnostic

Plus en détail

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier CNAFC CONSOMMATEURS Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier Copropriété Les honoraires de syndic : des charges inacceptables?. Pourquoi cette fiche. Près de la moitié des

Plus en détail

AG KATIKIAS du 26 AVRIL 2014

AG KATIKIAS du 26 AVRIL 2014 AG KATIKIAS du 26 AVRIL 2014 La séance s ouvre avec 762 747 présents et représentés puis après des retardataires puis à 769 181 sur 999 999 millièmes à la 6 ème résolution soit 263 Copropriétaires présents

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 22 février au 02 mars 2014 Le CRT Lorraine était invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

EVOLUTION SERVICE COLLECTE DES DECHETS VANNES AGGLO. Questions / Réponses

EVOLUTION SERVICE COLLECTE DES DECHETS VANNES AGGLO. Questions / Réponses EVOLUTION SERVICE COLLECTE DES DECHETS VANNES AGGLO Questions / Réponses P.I.B.S. - 30 rue Alfred Kastler - BP 70206-56006 Vannes Cedex Tél : 02 97 68 14 24 Fax : 02 97 68 14 25 www.vannesagglo.fr QUESTIONS

Plus en détail

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol 3, Rue Henri Dunant BP 14 07400 LE TEIL 04.75.52.25.98 04.75.49.09.04 email rhone.helvie@free.fr COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol Date de la sortie : Lundi 11 Mars 2013 de 10h00 à 12h00

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

Contrat de mandat de syndic

Contrat de mandat de syndic Contrat de mandat de syndic Conforme à l arrêté du 19 mars 2010 et aux dispositions de la loi du 10 juillet 1965 et du décret du 17 mars 1967. Entre les soussignés : 1. LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES

Plus en détail

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants :

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants : Juridiction : Chambre d appel d expression française Date : 07/08/2012 Type de décision : par défaut Numéro de décision : 769 Syndic prélèvement indu de sommes non convocation d assemblées générales non

Plus en détail

Conférence «Découvrir des modes de gestion alternatifs: bénévole, coopératif, cogestion, cogérance»

Conférence «Découvrir des modes de gestion alternatifs: bénévole, coopératif, cogestion, cogérance» «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 7ème édition du salon de l ARC Conférence «Découvrir des modes de gestion alternatifs: bénévole, coopératif, cogestion, cogérance» «Le salon Indépendant de la Copropriété»

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

Considérations préliminaires

Considérations préliminaires 1 Considérations préliminaires Le message que Claude m a envoyé il y a quelques semaines m a fait comprendre qu en dépit du succès du séminaire de Paris en mai dernier, le CEDEP a des soucis financiers

Plus en détail

Guide de la redevance

Guide de la redevance Communauté de Communes du Kochersberg et de l Ackerland Guide de la redevance Gestion des déchets ménagers Furdenheim Handschuheim Hurtigheim Quatzenheim Définition La redevance incitative au tri des déchets

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Sarthe Habitat. Vous avez acquis un logement en copropriété!

Sarthe Habitat. Vous avez acquis un logement en copropriété! Sarthe Habitat Vous avez acquis un logement en copropriété! Et vous appartenez maintenant au «Syndicat des copropriétaires». Vous pouvez exprimer votre avis et contribuer aux décisions communes qui seront

Plus en détail

ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE

ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE A.R.C PROVENCE 56, Boulevard Michelet 13008 Marseille Association à but non lucratif régie par la Loi 1901 Siège social Résidence Santa Gusta. Font sainte RD

Plus en détail

Le contrat «tout sauf»

Le contrat «tout sauf» Le contrat «tout sauf» de l ARC et de l UFC-Que-Choisir Les deux fiches de renseignement Le contrat «tout sauf» 1 1. fiche d identité de la copropriété Il est important que le syndic connaisse avec précisions

Plus en détail

de la reom à la redevance incitative

de la reom à la redevance incitative de la reom à la redevance incitative Comment est calculée cette redevance? 1 La part foyer Elle est identique pour tous les foyers quelle que soit la taille du bac. Elle correspond aux frais fixes générés

Plus en détail

SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER. Règlement d attribution et d utilisation des contenants pour la collecte en porte-à-porte

SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER. Règlement d attribution et d utilisation des contenants pour la collecte en porte-à-porte SIEEOM GRISOLLES & VERDUN Président : M. Denis ROGER siège social : Mairie de Verdun-sur-Garonne services : Quai de Transfert Place de la Mairie 350, chemin de la Fraysse 82 600 Verdun-sur-Garonne 82 170

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE Contrat Type Contrat type à titre indicatif. Vous pouvez contacter le cabinet pour avoir plus d'informations au 01.40.26.35.67 ou par notre

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT : CONTRAT DE SYNDIC Mandat n.. ENTRE LES SOUSSIGNÉS : «Le syndicat des copropriétaires» du... Représenté par le Président de Séance... Agissant en exécution de la décision de l assemblée générale du... Ci-après

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

ARC/ DOSSIER DU MOIS D AOUT 2010/ www.unarc.asso.fr DOSSIER N 1 Grenelle 2 et Copropriété : pouvait mieux faire

ARC/ DOSSIER DU MOIS D AOUT 2010/ www.unarc.asso.fr DOSSIER N 1 Grenelle 2 et Copropriété : pouvait mieux faire ARC/ DOSSIER DU MOIS D AOUT 2010/ www.unarc.asso.fr DOSSIER N 1 Grenelle 2 et Copropriété : pouvait mieux faire Nous revenons, après la publication au Journal Officiel de la loi Grenelle 2 promulguée le

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné.

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné. Contrat de Syndic Entre les soussignés 1 - LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES Le Syndicat des copropriétaires de l'immeuble sis à : représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

Règlement de collecte des déchets. ménagers et assimilés

Règlement de collecte des déchets. ménagers et assimilés Règlement de collecte des déchets ménagers et assimilés Chapitre 1 - Dispositions générales Objet et champ d application du règlement L objet du présent règlement est de définir les conditions et modalités

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Qu est-ce que la copropriété?

Qu est-ce que la copropriété? Qu est-ce que la copropriété? 2 On parle de copropriété dès qu il y a au moins 2 propriétaires dans le même immeuble. Le copropriétaire est propriétaire d un ou de plusieurs lots privatifs (par exemple

Plus en détail

RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES AU COURS DE LA PERIODE 2014-2015

RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES AU COURS DE LA PERIODE 2014-2015 CONSEIL NATIONAL DE LA TRANSACTION ET DE LA GESTION IMMOBILIERES Paris, le 11 décembre 2015 RAPPORT SUR L ACCOMPLISSEMENT DES MISSIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA GESTION ET DE LA TRANSACTION IMMOBILIERES

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ

LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ LES CHARGES DE COPROPRIÉTÉ QUI PAYE QUOI? Salaire du gardien ou de la femme de ménage, paiement de l électricité des parties communes ou assurance de l immeuble : la copropriété a besoin d argent pour

Plus en détail

«Le salon Indépendant de la Copropriété» 5 ème édition du salon de l ARC. Comment Négocier son Contrat de Syndic

«Le salon Indépendant de la Copropriété» 5 ème édition du salon de l ARC. Comment Négocier son Contrat de Syndic «Le salon Indépendant de la Copropriété» 5 ème édition du salon de l ARC Comment Négocier son Contrat de Syndic I - Les données hors gestion II Les Prestations de gestion courante III Les Prestations particulières

Plus en détail

SYNDICS. Un grand lot de mauvaises pratiques à déloger

SYNDICS. Un grand lot de mauvaises pratiques à déloger SYNDICS Un grand lot de mauvaises pratiques à déloger Introduction : syndics, le nœud gordien des copropriétés Un secteur régulièrement épinglé par les autorités (CCA, DGCCRF) ; Un cadre législatif et

Plus en détail

citoyen! mes déchets verts dans le bac gris, c est fini!

citoyen! mes déchets verts dans le bac gris, c est fini! MODE D EMPLOI écoje suis citoyen! mes déchets verts dans le bac gris, c est fini! GRATUIT JE PENSE COMPOSTAGE ET DÉCHETTERIES JE PEUX CHOISIR LA COLLECTE SUR ABONNEMENT* POUR 45 * abonnement annuel pour

Plus en détail

Guide du tri. Trier, recycler, préserver. Ittenheim. Tri sélectif. Déchetterie. Tarification. infos pratiques

Guide du tri. Trier, recycler, préserver. Ittenheim. Tri sélectif. Déchetterie. Tarification. infos pratiques Communauté de Communes du Kochersberg et de l Ackerland Guide du tri Ittenheim Tri sélectif Déchetterie Tarification infos pratiques Modalité du service Poubelles et badge Chaque foyer doit être équipé

Plus en détail

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC Comme nous allons le voir, l une des dispositions-phare de la loi ALUR en faveur des usagers

Plus en détail

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété Petit mémo du copropriétaire Petit mémo du copropriétaire Etre copropriétaire : C est avoir des droits mais aussi des obligations

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1

LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1 LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1 Publications de la CNL Contrôler les charges Les charges locatives (2009 2013) Les réparations locatives (2010 2012) Faire construire sa maison individuelle (2012)

Plus en détail

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies.

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies. Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3 et Economies. Le coût de l Eau Chaude Sanitaire (ECS) est de plus en plus élevé, ceci pour trois raisons : la consommation d eau chaude augmente

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne

PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014. 1. Préambule. concernant. l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne PREAVIS MUNICIPAL N 1199/2014 concernant l achat de la parcelle N 4 379, propriété de Poste Immobilier SA, à Berne Au Conseil communal de Lutry Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

La redevance Incitative.

La redevance Incitative. La redevance Incitative. La Communauté de Communes «Le Tonnerrois en Bourgogne» (CCTB) met en place sur les 52 communes du territoire un nouveau système de facturation pour les Déchets Ménagers : LA REDEVANCE

Plus en détail

Comment bien préparer son assemblée générale?

Comment bien préparer son assemblée générale? ARC / WWW.ARC-COPRO.FR / 13 02 15 Comment bien préparer son assemblée générale? Dans tout syndicat de copropriété, il est tenu, au moins une fois chaque année, une assemblée générale des copropriétaires.

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1148 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste du 31 juillet 2013 relatif à l évolution de

Plus en détail

À recycler ou pas? Guide pratique du tri

À recycler ou pas? Guide pratique du tri À recycler ou pas? Guide pratique du tri Pour trier, quels sont vos équipements? Pour les bouteilles et flacons en plastique, les emballages métalliques, les cartonnettes et les briques alimentaires Pour

Plus en détail

Les archives du Syndicat de copropriété

Les archives du Syndicat de copropriété ARCNA FORMATION adhérents 2014 - YV N 10 Les archives du Syndicat de copropriété Les règles juridiques en copropriété Article 33: (Décret N 86-768 du 9 juin 1986) Le syndic détient les archives du syndicat

Plus en détail

Lettre info environnement

Lettre info environnement S O M M A I R E : 1-Edito du Président 2-Equipement des Professionnels et Particuliers en containers ordures ménagères 3-Les Permanences en Mairie et au bâtiment technique 4 Les Modalités de distribution

Plus en détail

COLLECTION PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN

COLLECTION PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN Notre métier, c est votre garantie

Plus en détail

40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru

40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru ARC Abus n 1767: 25 03 09/ 40 points à contrôler dans un contrat de syndic pour éviter d être mangé tout cru retour abus Comment faire pour étudier facilement son contrat de syndic, savoir s il est «correct»

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

du tri multiflux Guide pratique des déchets ménagers Nos déchets ont de la ressource!

du tri multiflux Guide pratique des déchets ménagers Nos déchets ont de la ressource! Guide pratique du tri multiflux des déchets ménagers Nos déchets ont de la ressource! www.sydeme.fr Syndicat Mixte de Transport et de Traitement des Déchets Ménagers de Moselle-Est trions.multiflux@sydeme.fr

Plus en détail

Le recyclage, ou la. deuxième vie des emballages.

Le recyclage, ou la. deuxième vie des emballages. Le recyclage, ou la deuxième vie des emballages. 19 avenue Joseph Reinach 04 000 DIGNE LES BAINS sydevom-com@wanadoo.fr Tel : 04 92 36 08 52 Fax : 04 92 36 07 03 www.sydevom04.fr Sommaire Je trie, donc

Plus en détail

CIRCONSCRIPTION DU MARIGOT ZEP NORD-EST

CIRCONSCRIPTION DU MARIGOT ZEP NORD-EST EVALUATION CYCLE III EDUCATION AU TRI ET A LA VALORISATION DES DECHETS 1 1. Réaliser un tri sélectif. 10 Voici les déchets générés par les activités de la maison, écris sous chaque déchet la lettre correspondant

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE PARITAIRE DE LA PHARMACIE D OFFICINE DU 17 OCTOBRE 2005

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION NATIONALE PARITAIRE DE LA PHARMACIE D OFFICINE DU 17 OCTOBRE 2005 FEDERATION NATIONALE DE LA PHARMACIE F.O. 7 Passage Tenaille 75014 PARIS Tél. 01.40.52.85.60. Fax. 01.40.52.85.61. E-mail. fopharma@wanadoo.fr salhic@wanadoo.fr PARIS, le 4 Novembre 2005 COMPTE RENDU DE

Plus en détail

DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture

DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture L énergie de vos projets Monographie Maison de M. Le Pen à Echirolles (Isère) Version finale Marché à procédure adaptée n 1000219 du 25/11/10 28 septembre 2011 DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture

Plus en détail

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement Adil 30 30 Septembre 2013 La copropriété Eléments de définition : (cf. article 1 loi du 10 juillet 1965) Le statut de la copropriété régit tout immeuble

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Cela est tout à fait regrettable pour les raisons que nous allons examiner plus bas.

Cela est tout à fait regrettable pour les raisons que nous allons examiner plus bas. DOSSIER N 2 DU MOIS D OCTOBRE 2014 02.10.14 État détaillé des rémunérations des syndics : l ARC lance une «opération transparence» auprès des organisations professionnelles de syndics pour aider les copropriétaires

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE

CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE CONTRAT DE SYNDIC de COPROPRIETE Entre les parties soussignées : A.1. L association des copropriétaires de la résidence inscrite à la BCE sous le n dont le siège est situé Ici représentée par agissant

Plus en détail

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement

Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement ARC 04 2014 www.unarc.asso.fr Délais d application des dispositions de la loi ALUR qui n entrent pas en vigueur immédiatement La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014

Plus en détail

guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67

guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67 guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67 novembre 2012 Qu est-ce que la copropriété? avant-propos

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

Conteneurisation des déchets ménagers et du tri sélectif en vu de la mise en œuvre de la Redevance Incitative

Conteneurisation des déchets ménagers et du tri sélectif en vu de la mise en œuvre de la Redevance Incitative Conteneurisation des déchets ménagers et du tri sélectif en vu de la mise en œuvre de la Redevance Incitative LA REDEVANCE INCITATIVE POURQUOI? POURQUOI LA REDEVANCE INCITATIVE? 1 Pour respecter la règlementation

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-09-00010 DATE : 16 juillet 2010 _ LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. IAN LÉVESQUE Membre

Plus en détail

Guide pratique du tri Communauté de communes Cœur d Estuaire

Guide pratique du tri Communauté de communes Cœur d Estuaire septembre 2014 Cordemais Le Temple-de-Bretagne Saint Étienne-de-Montluc Communauté de communes Cœur d Estuaire Informations Recommandations Le sigle ne signifie pas que les emballages sont recyclables

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA 7 janvier 2014 À une séance spéciale du conseil municipal tenue au lieu habituel des délibérations, mardi le 7 janvier 2014 à 18h30, à laquelle

Plus en détail

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC. Le contrat de mandat de syndic

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC. Le contrat de mandat de syndic «Le Salon Indépendant de la Copropriété» Le contrat de mandat de syndic Plan:Lecontratdemandatdesyndic Introduction I. Les prestations ordinaires du syndic relevant de ses honoraires de gestion courante

Plus en détail

Guide pratique de la Redevance Incitative

Guide pratique de la Redevance Incitative Guide pratique de la Redevance Incitative Ernest NAVARRE, Président. Michel HÉRIEAU, Vice-Président en charge de la commission Collecte et traitement des Déchets. La loi relative à la mise en œuvre du

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

UN CONSTAT QUI MANQUE D ALUR

UN CONSTAT QUI MANQUE D ALUR OBSERVATOIRE DES SYNDICS : UN CONSTAT QUI MANQUE D ALUR Introduction Résultats 2013 de l observatoire: mauvaises pratiques à tous les étages ( prix, présentations, clauses abusives, etc.) 29 procédures

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie

Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Pour une meilleure utilisation de l eau de pluie Patrick Haubrechts haubrechtsp@bluewin.ch L écologie n est ni une doctrine, ni une idéologie, c est une pratique. Page 1 de 15. recupeau.doc Modifié 16.11.2006

Plus en détail

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES

ARTICLE2 : DÉFINITION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILABLES RÈGLEMENT DU SERVICE DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT DES DECHETS 1 ARTICLE 1 : PRÉAMBULE Les prescriptions du présent règlement sont applicables à l usager effectif du service, notamment à toute personne

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CHARGES DE L UNARC Analyse des résultats de l'exercice 2011 : Des chiffres pour mieux maîtriser ses charges

L OBSERVATOIRE DES CHARGES DE L UNARC Analyse des résultats de l'exercice 2011 : Des chiffres pour mieux maîtriser ses charges ARC / 22 11 12 / WWW.UNARC.ASSO.FR ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE L OBSERVATOIRE DES CHARGES DE L UNARC Analyse des résultats de l'exercice 2011 : Des chiffres pour mieux maîtriser ses charges

Plus en détail

Le secteur du bâtiment consomme. Le Grenelle et le secteur du bâtiment. La réglementation thermique. Bulletin d information de l ANCC J N 81 11

Le secteur du bâtiment consomme. Le Grenelle et le secteur du bâtiment. La réglementation thermique. Bulletin d information de l ANCC J N 81 11 Le Grenelle et le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment consomme plus de 40 % de l énergie finale et contribue pour près du quart aux émissions annuelles de gaz à effet de serre, ce qui le place en

Plus en détail

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS 1L achat de votre logement vous donne un nouveau statut : celui de copropriétaire. Ce livret vous éclairera sur les règles des

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

La suppression du poste de gardien

La suppression du poste de gardien La suppression du poste de gardien Comment ça marche Comment ça marche? Pourquoi supprimer? Avantages et inconvénients? Quelles économies? Cadre légal et réglementaire Réduction n est pas suppression Si

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Avant-propos. Sommaire

Avant-propos. Sommaire Avant-propos En devenant propriétaire de votre logement, vous êtes entré dans le «Syndicat des copropriétaires». Vous avez ainsi acquis le droit d exprimer votre avis et de contribuer aux décisions communes

Plus en détail