!"#$%&%'(#)$(*$+!,(*#-)$"#./) ',(&/#&,&/0)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!"#$%&%'(#)$(*$+!,(*#-)$"#./) ',(&/#&,&/0)"

Transcription

1 "#$%#&''()&*+(,$# "#$%&%'(#)$(*$+,(*#-)$"#./) ',(&/#&,&/0) "#$"%#$"&'())*+,-."&'"/'0#+"/#"&'&1#+2*"&' ' (K9L%,(# ' ) ) ) #)$%&.%'',/#+*)1,&.)#)2*%$#..+.)1+) *#$3$,4#),+/%'%5(#)' )#,-./ *

2 3 )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

3 Remerciements Nous tenons à remercier les personnes qui ont contribué à construire cette soutenance de Recherches Appliquées en Sciences Sociales : Nous remercions M. Pierre Chapet, directeur d exploitation du centre VHU Acyclea près de Dijon, d avoir bien voulu nous accorder son temps pour nous expliquer tous les détails de fonctionnement de la filière de retraitement des véhicules. Nous remercions M. Constantin Voluntaru, responsable environnement du groupe Volkswagen France, pour son enthousiasme à nous renseigner sur la filière VHU et sur le recyclage en général des Français. Nous adressons aussi nos remerciements à Mme Isabelle Gambu, animatrice chez Prodec à la CCI Bourgogne, pour avoir eu la gentillesse de nous éclairer sur le problème des sites nonagréés et de la communication au grand public. Nous adressons nos remerciements à M. Jérémy Busso, M. Romaric Plomb respectivement conseillers commercial des concessions SEAT et Volkswagen à Lyon et à la conseillère commercial de la concession Skoda à Ecully pour nous avoir offert des informations précieuses sur les acheteurs et sur le poids de la communication au recyclage. Nous remercions bien sûr également notre professeur M. Eric Vögler, pour nous avoir guidé tout au long du projet et nous avoir donné l opportunité de rencontrer des acteurs de l économie circulaire en France. Enfin, merci aussi à M. Jérémie Gaudry, étudiant en Ecole d arts appliqués Design Architecture d Intérieur Conception 3D à Villeurbanne, pour nous avoir créé le logo que vous pouvez sur notre site et à la fin de ce rapport, afin de sensibiliser le public à notre cause. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 6

4 Table des matières *#'#*$(#'#&/.) 6 (&/*%1+$/(%&) 7 2,*/(#)8)9)*#:+#)1#),)(//#*,/+*#) ; 59 C MK #M5532<G6BU&>('("#$%&'()*+,)-./0)12%*3%' %-5+2%*,4'*) ),),.9)0%33)()*+,' -)&:&058))*;-5*&)#V#M5532<W:-MB0D4:BB6<PQQXY Z OK W:B:^26G426;J;BM16M4<3I3O:B6 // ;K /X 39 D-+'&1/<'*"&'2#<"-%&';"'*2'E+*+F%"'G' 34 MK,62aB6G6E:-E<:<4<:3-EM4-:b6M4-M<:3-MB6<64235H6- PQ OK,6;6-<269+7 PP ;K,6E;3-E<24;<642E PR 69 H+&#-&&+1/' 3I MK #M5532<G6Bc&>('(PQ/Q[4-6W:B:^26d4:E6IOB6321M-:EH6 Pe OK #M5532<G6Bc&>('(PQ/Q[G6E2HE4B<M<Ed4:I3-<26-<4-523OB^I6 Pf ;K IJK-8'7,)0J577'-5*&)6<B6L%'-*50,'M50527[4-6GHE:-W32IM<:3-G4;a<HG6E;3-E3IIM<642E PZ 3M 2,*/(#)<)9)1#.(4&)#/)=32%/=#.#)1#)*#$=#*$=#.) <> 59 N/<"%)%.<2<+1/';"'*2'%"O-"';"'*+<<.%2<-%"' 3P MK *3II4-:;M<:3-6<:-W32IM<:3-EM4;3-E3IIM<642 Pg OK,cHG4;M<:3-6<BM;4B<426G426;J;BM16 R/ ;K,M5M2<:;4BM2:<HG4O:6- RP 39 :"',-"'/1-&'O1-*1/&';.?1/<%"%9' MK 7-IM-d46G6;3II4-:;M<:3-h RR OK 7-6;4B<426W2M-iM:E6EM-E2HWB6]626;J;BM16h RT ;K,M5M2<:;4BM2:<HG6Bc3Oj6<M4<3I3O:B6h RT 2,*/(#)6)9)#&?+#/#.)/#**,(&) J%.&"/<2<+1/';"&'&-))1%<&9' 6I MK F3-GM16E Re OK (-<26<:6-E Re 39 (/2*>&"';"&'%.&-*<2<&' 6I MK 9M2:MOB66]5B:;M<:b6-4IH23/[B6IM-d46G6;3II4-:;M<:3- Re OK 9M2:MOB66]5B:;M<:b6-4IH23P[B6E`2M-iM:E-c3-<5MEB62HWB6]6M426;J;BM166-1H-H2MB RZ ;K 9M2:MOB66]5B:;M<:b6-4IH23R[BMb3:<4266E<4-O:6-<2355M2<:;4B:625342k<266-b:EM1H6;3II6 26;J;BMOB6K Rg 69 0>/<$F&"' )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

5 Introduction Nous formons une équipe de cinq personnes, et nous avons choisi de travailler sur le recyclage automobile dans le cadre de la revue de littérature «économie circulaire», pour notre RECAPSS. Inspirés par des parents évoluant depuis longtemps dans le milieu, et interpellés par les conférences dont nous avons bénéficié au début de notre programme, le sujet nous a semblé plein d enjeux et très actuel. Au début de nos recherches, nous avons pensé chercher les failles du système du côté des professionnels de l automobile (constructeurs, concessionnaires, garagistes, etc.), mais nous nous sommes vite aperçus que c est plutôt chez le consommateur final que le recyclage automobile ne semble pas aller de soi, quand il s agit de s occuper de leur VHU. Rappelons qu un VHU est un Véhicule Hors d Usage, une automobile usée ou accidentée qui ne peut plus être utilisée. Ces véhicules sont composés d éléments dangereux qui doivent être traités à part (plomb, carburant, huiles, etc), mais les autres matériaux peuvent être pour la majorité recyclés (matières premières comme la ferraille, le verre, ou matériaux bien valorisés comme les pneus). Selon les données du ministère de l écologie, plus de 1,5 millions de véhicules deviennent hors d usage chaque année en France et génèrent près de 1,5 millions de tonnes de déchets. De plus, près de 50 broyeurs et démolisseurs sont désormais agréés pour le traitement des véhicules hors d usage. La filière VHU est censée avoir la capacité de traiter la totalité des VHU. Le véritable problème est que les conducteurs ne remettent pas automatiquement leur automobile à des casses agrées, censées les introduire dans cette filière. Casses non-agrées, sauvages ou abandon sur des terrains privés, c est par ces comportements que le consommateur peut nuire au bon fonctionnement du recyclage des véhicules hors d usages. Et si les casses légales sont bien répertoriées, notamment au travers de sites gouvernementaux, les casses sauvages et les chiffres qui en découlent sont très difficiles à trouver. H"&T/2T1/';"&'QUV' `:B:^26E EM4bM16E0 MOM-G3-0 M4<26E RTl `:B:^26E M12H6E ffl )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T I

6 L intervention d Eco-emballage et notamment de Geneviève Slosse nous a aussi persuadés du fait que le recyclage, et particulièrement le recyclage automobile, est d abord une question sociale et individuelle. En effet, au début de notre projet, nous avons interrogé nos proches pour tenter de délimiter notre sujet. Nous avons rapidement réalisé que le devenir des véhicules usagés était très peu connu. L ignorance semble régner sur le thème du recyclage : la plupart des gens déclarait mettre leurs véhicules hors d usage à «la casse» ou les rapporter au garagiste mais aucun n a su dire ce qu ils devenaient exactement après cette première étape. Egalement, nous nous sommes rendu compte que le critère de recyclabilité ou même d utilisation de matériaux recyclés n étaient pas réellement des arguments de vente dans le marketing des constructeurs automobile. Au contraire, c est plutôt la réduction de la consommation de carburant, ou d émission de CO 2 qui sont recherchées et mises en avant par les producteurs, comme les critères ultimes du respect de l environnement pour tout véhicule. L argument de vente que pourrait représenter la recyclabilité et l utilisation de matériaux recyclés est encore au premier stade de son développement. Il apparaîtrait en fait que, dans l imaginaire collectif, les possibilités de recyclage d un bien aussi complexe qu une voiture soient très limitées. Les consommateurs n arrivent pas à conceptualiser un tel processus. En outre, une fin de vie de véhicule est plus souvent considérée comme sa revente sur le marché de l occasion La problématique a été longue à mettre en place, car nous avions du mal à placer des limites pour notre sujet. L étude des structures de la filière VHU nous a montré qu elles étaient efficaces et cohérentes avec les enjeux du recyclage : les institutions et les constructeurs ont bien cerné les enjeux et la nécessité du recyclage de l automobile. Dès lors, ces deux acteurs ont mis en place des lois (par l intermédiaire de l Etat bien sûr), des infrastructures et des organisations capables de gérer la valorisation des véhicules en fin de vie. Comment alors expliquer les comportements contre-productifs des consommateurs d automobiles, en termes de recyclage? Manquent-ils d informations? Ont-ils seulement conscience de leur responsabilité? Comment changer cela? Après une étude approfondie de la filière recyclage, particulièrement du point de vue du consommateur final, et après analyse de la revue de littérature qui s en suit, nous sommes donc arrivés à la problématique suivante : pourquoi le consommateur est-il le talon d Achille du recyclage automobile? W )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

7 Partie 1 : Revue de la littérature 1. Considérations générales sur le recyclage automobile aujourd hui a. Rapport de l'ademe : "Document de réflexion pour l'élaboration d'une stratégie de développement du recyclage en France" (Rapport final, Juillet 2008) i. L automobile entre dans une réflexion générale sur la nécessité du recyclage en France. Qu est-ce que l ADEME? Statut : L Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie est un établissement public à caractère industriel et commercial, soutenu par les ministères de l'écologie, du Développement durable et de l'énergie et de l'enseignement Supérieur et de la Recherche. Missions : L'ADEME aide à la mise en place des politiques publiques de l'environnement, de l'énergie et du développement durable. L Agence met à disposition des entreprises et des collectivités ses rapports d expertise et de conseil. Elle soutient le financement de projets allant dans le sens des conclusions obtenues dans ces rapports. Le rapport de l ADEME cherche à aider les pouvoirs publics à établir un socle de réflexion pour soutenir en France des actions favorisant un meilleur recyclage. Il justifie la nécessité d une stratégie nationale. Ce document est porteur d un vrai message pour l économie circulaire en France. Il a pour objectif d inclure tous les biens de consommation dans ce cycle vertueux, et il inclut l automobile. La voiture est un produit encombrant, complexe par la diversité des matériaux qui le composent et apparaît difficilement recyclable. Pourtant ce rapport de l ADEME publié en 2008 nous démontre l importance et surtout la possibilité du recyclage de ce bien. Le rapport met en valeur les avantages permis par l établissement d une filière de recyclage organisée et responsable. S Tout d abord, le recyclage est un mode de gestion des déchets prioritaire qui est une source d économie de ressources naturelles, dont la préservation est désormais un enjeu majeur. Il permet de réduire la facture énergétique et les émissions de CO 2. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T C

8 S Les matières premières secondaires (MPS) qui découlent de ce processus sont un enjeu industriel et stratégique lucratif. En 2006, en France, 40% de la production des métaux ferreux et non ferreux (aluminium, cuivre, plomb et zinc), des papiers et cartons, du verre et des produits en matières plastiques ont été réalisés à partir de matières premières secondaires. A cela s ajoute la question de l emploi : plus de salariés sont impliqués dans cette filière. Une étude réalisée en mai 2010 intitulée «Guide sur la Monétarisation des impacts environnementaux liés au recyclage» a été réalisée par la Direction des Etudes Economiques et de l Evaluation Environnementale du Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement cherchant à savoir si les bénéfices environnementaux justifient les surcoûts du recyclage. Cette étude réalise alors une analyse coûts bénéfices. Appliquée au recyclage de l automobile, cette méthodologie montre des bénéfices importants : de 2100 à 2300 /tonne pour l aluminium et entre 57 et 120 /tonne pour le verre. Le rapport de l ADEME met en avant six axes prioritaires pour développer le recyclage : «Améliorer la compétitivité des marchés du recyclage Développer les connaissances et l observation Mobiliser les gisements et accroître la qualité de la matière Améliorer la qualité de la chaîne du recyclage Améliorer l acceptabilité du recyclage Préparer l avenir par la conception des produits» (Rapport ADEME 2008) L ADEME est un des acteurs principaux de la filière VHU. Au travers de l observatoire de la filière VHU, elle est chargée de récolter l ensemble des déclarations annuelles des démolisseurs et des broyeurs agréés de VHU (par arrêté interministériel du 19 janvier 2005). C est ainsi que l observatoire surveille la mise en place de la filière de traitement des VHU et qu elle veille à la bonne mise en œuvre des objectifs imposés par la législation. Ces objectifs découlent des enjeux soulevés dans ce premier rapport en faveur d une amélioration généralisée du recyclage en France. ii. Le rapport de l ADEME soulève les enjeux et défis du recyclage automobile. Selon les derniers chiffres disponibles publiés par l ADEME, les ménages, collectivités et entreprises ont produit en France 850 millions de tonnes de déchets en Parmi ces déchets, M )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

9 les produits en fin de vie sous la responsabilité des producteurs (VHU, piles et emballages) représentent 10 millions de tonnes. Les VHU ont un poids non négligeable dans les déchets d origine ménagère ou professionnelle comme nous pouvons le voir dans le schéma suivant. F342;6[#&""$#8>(,U&>('([m>3;4I6-<G62HWB6]:3-5342BUHBMO32M<:3-GU4-6E<2M<H1:6G6 GHb6B3556I6-<G426;J;BM166-`2M-;6mV#M5532<W:-MB0D4:BB6<PQQXY iii. Les limites du recyclage automobile soulevées par le rapport de l ADEME Limites technologiques : la principale limite technologique à laquelle doit faire face la filière automobile quant au recyclage est la complexité des matériaux de l automobile. En ajoutant les informations du rapport «Écoconception : panorama des activités de la filière automobile et contribution de l équipementier Rieter» de Saskia Günther pour Environment & sustainable Resource Development organization nous pouvons saisir la difficulté de ce processus pour un produit de consommation comme la voiture. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T P

10 F342;6[*2HM<:3-G6;612M5C:d46n5M2<:2G6E;C:WW26E3O<6-4EGM-EB62M5532<\N&%&%*&)3+2%*" 35*%-5(5,)7 5& ,) 05 /202=-) 5'+%(%620) )+ &%*+-26'+2%*,) 0J.O'23)()*+2)- P2)+)- _ G6 FMEo:M%p-<C62 Limites économiques pour les récupérateurs et les recycleurs : pour que le recyclage se développe durablement il faut que son équilibre économique soit avec des acteurs rassurés prêts à investir. De plus on retrouve la concurrence d autres modes d élimination, avec l incinération et le stockage, estimés la plupart du temps comme plus rentables. Limites sociologiques : il y a en France contrairement à des pays comme l Allemagne une certaine méfiance de la part des industriels et des consommateurs vis-à-vis des produits contenant du recyclé (moindre qualité, risques sanitaires ). Ceci est lié à une perception du recyclé désormais datée. Contre ces doutes le rapport encourage les autorités publiques à entreprendre des études sur la qualité des produits recyclés leurs avantages sur l environnement et la santé humaine, afin de rassurer le consommateur. iv. Les propositions du rapport de l ADEME en 2008 ont été la clé de voute des évolutions du secteur du recyclage automobile Pour assurer la compétitivité du recyclage l ADEME veut rendre obligatoire les écocontributions proposées par les éco-organismes selon la conception et l impact de la fin de vie des produits. L ADEME propose d attribuer les aides publiques selon des conditions environnementales. Pour encourager le recyclage des matériaux de l automobile l ADEME suggère aussi de créer un marché des MPS (matières premières secondaires) qui serait complété par une instance suivant son fonctionnement. Mais toute cette démarche repose sur le 54 )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

11 développement des connaissances et observations du processus en rendant obligatoire les enquêtes sur les déchets produits. Afin d améliorer la qualité du secteur du recyclage il est nécessaire de stimuler l investissement en faveur de technologies de tri et recyclage efficace. Cela s observe déjà dans le secteur de l automobile. De nombreuses enseignes ont ainsi publié des rapports concernant leur filière recyclage notamment Renault que nous allons étudier par la suite. Les marques proposent en outre de mettre en place un système de traçabilité des pièces, et des programmes de recherche développant la réutilisation de ces matières premières secondaires. Beaucoup de propositions ont germé dans le recyclage de l automobile comme le montre l organisation apparente de la filière des centres VHU. L ADEME rappelle tout d abord que la filière VHU est conçue pour être profitable, car bien que les détenteurs de VHU ne paient pas pour la prise en charge de leur véhicule, les démolisseurs peuvent compenser leurs coûts par la vente et le recyclage de pièces détachées, comme les batteries ou encore par la vente de la carcasse aux broyeurs. Les broyeurs s y retrouvent financièrement en revendant les MPS. Ce qu il faut retenir de cette partie : Il est possible de recycler sa voiture. Recycler les voitures, c est rentable. Des améliorations de la filière sont possibles, et étudiées par des institutions fiables. b. Rapport de l'ademe : «Observatoire de la filière VHU : rapport annuel de la mise en œuvre des dispositions réglementaires relatives aux véhicules VHU - Situation en 2011» : L'organisation et les principaux résultats de la filière du recyclage automobile i. Le mécanisme du recyclage automobile en 4 phases Le recyclage se décompose en quatre phases : La phase 1, appelée «prétraitement» a pour but la mise en sécurité du véhicule hors d usage qui est initialement considéré comme déchet dangereux. Cette phase 1 comprend l explosion des airbags, la dépollution (extraction des fluides : essence avec un outil «récu carbu» développé spécialement pour éviter tout risque d étincelle, huiles, liquides )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 55

12 glycolés...), démontage du catalyseur, de la batterie. Cette phase représente environ 7% de la masse du véhicule. La phase 2 de démontage représente elle aussi environ 7% de la masse du VHU. Pendant cette phase, le démolisseur démonte les grosses pièces pouvant être réutilisées ou recyclées. Exemple : les boucliers, vitres, mousses de sièges. La phase 3 de broyage : le broyat est divisé en 4 fractions: métaux ferreux, non ferreux et les résidus de broyage (lourds et légers). Les métaux sont alors recyclés. La phase 4 représente 10% de la masse du véhicule valorisée : elle intègre les matériaux triés après broyage et recyclés. Des technologies de tri post-broyage se développent de plus en plus comme par exemple pour le polypropylène. Renault utilise actuellement tonnes par an de polypropylène recyclé. 53 )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

13 ii. La mise en place de la filière VHU Comment s organise la filière VHU? La directive européenne 2053 du 18 septembre 2000 relative aux véhicules hors d usage cherche à encourager la conception de véhicules plus facilement valorisables, à réduire la présence de substances dangereuses, à trouver des solutions pour faciliter le démontage et à encourager l usage de matériaux recyclés. L objectif à atteindre avant le 1er janvier 2015 est un taux minimum de recyclage, qui s élève à 85% de la masse du VHU et un taux de valorisation de 95% du VHU. Il existe des structures assurant les 4 phases du recyclage automobile, citées ci-dessus. Elles sont agrées VHU par des sociétés assurant les certifications (exemple : Bureau Veritas). Par ailleurs, les constructeurs participent aussi à cette filière en mettant en place des stratégies de traçabilité des chaque pièce des véhicules, et en organisant des réseaux de centres VHU affiliés à leur marque. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 56

14 VHU ont été déclarés pris en charge en 2011 par les centres VHU et les broyeurs agréés. Les déclarations couvrent ainsi 66 % du gisement estimé de VHU. Pour les centres VHU, la fiabilité des déclarations s améliore grâce à différents éléments : S la constitution des réseaux de centres VHU par les constructeurs S la création d outils informatiques et de rapports réguliers aidant l observatoire de l ADEME S la mise en place d un système de relance automatisée pour les détenteurs ayant déclaré leur VHU sur Internet pour identifier et corriger les anomalies sur les déclarations. Les objectifs de la filière VHU sont précisés par le Rapport ADEME : 1/Démontage et dépollution des véhicules hors d usage Afin de mieux recycler et de mieux valoriser les véhicules le secteur automobile s est doté d un système commun international d information sur le démontage. Cette plateforme Internet appelée IDIS est consultable par les acteurs du secteur. IDIS est un guide de démontage efficace pour plus de véhicules de 40 marques différentes. Mais ce n est pas tout : les constructeurs mènent des actions sur trois chantiers prioritaires pour améliorer le démontage et la dépollution en fin de vie : la réduction du nombre des matériaux utilisés. Ex : PSA réalise dès que cela est possible des pièces mono-matériau pour faciliter le tri ; l adaptation des éléments de construction des véhicules. Ex : Renault utilise des mousses de sièges sans éléments métalliques pour faciliter leur recyclage ; 58 )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

15 l amélioration du processus de tri. Ex : des constructeurs, comme Renault, travaillent avec leurs fournisseurs en amont et les centres VHU en aval pour faciliter le démontage et la dépollution. 2/Réemploi et valorisation des composants et des matériaux : en fin de vie, on retrouve les mêmes axes d études évoqués sur la partie démontage : réduction des matériaux, optimisation de la qualité des résidus de broyage. Par exemple, la Peugeot 607 limite le nombre de plastiques utilisés. Les polyoléfines comptent pour 50 % des plastiques. Après broyage, la valorisation de ce plastique est alors simplifiée. 3/Valorisation du véhicule : Le secteur de la récupération et valorisation des VHU est un élément clé de plus en plus lucratif. BMW a réalisé en 2009 une campagne de récupération, démontage, dépollution et broyage de 501 véhicules. Celle-ci a démontré scientifiquement que les techniques de traitement post-broyage permettent effectivement de recycler à 85 % et valoriser à 95 % les véhicules. Trois grands types de centres VHU montrent la variété de cette filière : S Les centres VHU appelés «dépollueurs» : prennent en charge les véhicules hors d usage, les dépolluent puis envoient ces VHU aux broyeurs. Ils ont un rôle de plateforme de collecte et d expédition vers les sites de broyage. Ces «dépollueurs» se caractérisent par un taux de réemploi inférieur à 1 %. Ils représentent 31,1 % du volume total. S Les centres VHU «démonteurs» ont à l inverse un taux de démontage de pièces assez fort. Ils prélèvent sur les VHU de nombreuses pièces métalliques revendues en magasin pour le marché de la pièce détachée. Ces «démonteurs» ont un taux de réemploi supérieur ou égal à 20 %. Ils représentent 24,9 % du volume total. S Les centres VHU «opportunistes» sont situés entre ces deux premiers types de centre VHU. Ils prélèvent des pièces valorisables facilement afin de les revendre en pièces détachées ou en recyclage. Ces acteurs parviennent à s adapter aux conditions du marché de manière rapide et opportuniste. Ces «opportunistes» ont un taux de réemploi entre 1 % et 20 %. Ils représentent 44,0 % du volume total. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 5I

16 L activité de ces trois types de centres VHU se divise en 3 parties résumées par ce graphique qui met en valeur la prédominance du réemploi même si ces dernières années le recyclage et la valorisation gagnent du terrain. Le marché des pièces de réemploi est une donnée économique centrale pour la filière VHU aujourd hui soutenu par la législation. Dans un premier temps l ADEME avait demandé dans le guide d aide aux déclarants que les acteurs regardent avec attention cette possibilité d usage. Le 1er juin 2009, l arrêté du 29 avril 2009 (décret n ) va dans le même sens et complète cette initiative en «autorisant les compagnies d assurance à proposer un devis de réparation d un véhicule endommagé sur la base des pièces d occasion». Ce dernier point diminue fortement le coût. 5W )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

17 iii. Les enjeux et limites soulevés par le Rapport de l ADEME 1/L activité non agréée Le rapport de l ADEME montre que 40% des casses seraient encore non-agrées. Il est donc impossible de contrôler le bon déroulement du recyclage des automobiles (cf partie 3.b) dans ces centres car l Etat n a pas autorité sur eux, vu que les sites sauvage sont par nature nonréférencés. 2/Les matériaux mal recyclés Le graphique ci-dessous présente la part de chacun des matériaux recyclés. Il met en avant la difficulté de recyclage de certains matériaux qui constituent un véritable manque à gagner. Prenons l exemple du plastique : au total, 166 centres VHU en 2011 (177 en 2010) ont déclaré avoir démonté des pièces en matière plastique pour la filière du recyclage comme le montre le tableau ci-dessous : La faiblesse du coût du plastique recyclé a longtemps découragé l investissement dans cette filière. Cependant, on constate depuis 2009 une augmentation de ce cours, et ainsi quelques )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 5C

18 sociétés de broyage ont investi dans le recyclage des plastiques. On trouve notamment des groupes comme Galloo Plastics. En 2011, Galloo Plastics a dépensé ainsi plusieurs millions d euros pour l extension de son usine de traitement des plastiques à Halluin, dans le Nord. c. Article : «L éco-conception et le recyclage du véhicule automobile» Philippe ROLLAND, Responsable Homologation Recyclage pour RENAULT - Les points forts du recyclage automobile en France. i. La démarche d éco conception La démarche d écoconception est aujourd hui quantifiable grâce à un outil : l Analyse de Cycle de Vie (ACV). L AVC prend en compte les impacts du véhicule sur l environnement, de sa conception jusqu à sa fin de vie, en passant par sa production et son utilisation. Elle requiert l existence de bases de données environnementales et d objectifs premiers que voici : 1/Limitation de l emploi de substances dangereuses : les substances dangereuses ont été listées par le Global Automotive Stakeholders Group. Cette liste permet aux constructeurs et aux fournisseurs de progresser pour diminuer leurs utilisations. 2/Intégration de matériaux recyclés : le problème est que le marché des matériaux recyclés est en concurrence avec le marché des matières premières vierges. Les constructeurs estiment que les propriétés différentes des matières recyclées peuvent constituer un blocage pour des pièces spécifiques. Ces matières recyclées pourraient alors empêcher de profiter des avantages technologiques de nouveaux produits. Cependant, malgré cela, on observe aujourd hui une vraie volonté d augmenter la part de matériaux recyclés. On remarque notamment que les efforts se concentrent sur l intégration de plastiques recyclés. Par exemple Renault fixe à 20 % le taux de plastique recyclé dans ses nouveaux véhicules à partir de M )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

19 ii. Le Rapport de Philippe Roland montre la prise en compte du recyclage chez Renault. Le rapport réalisé par Philippe Rolland responsable homologation recyclage chez Renault parait à première vue mettre en valeur l organisation sans faille de la filière recyclage. Selon Renault chacune des équipes de conception, de direction, d échappement de freinage de climatisation, ou encore de pneu prend en compte l environnement et le recyclage. C est pour cela que selon eux le véhicule est un produit de consommation bien recyclé. «RENAULT s'est fixé l'objectif de minimiser l'impact de la fin de vie de ses véhicules sur l'environnement. Pour atteindre cet objectif RENAULT met en place des indicateurs recyclage afin d'améliorer la recyclabilité des véhicules.» Ce type d engagement l a notamment mené à signer un accordcadre qui cherche à réduire les déchets mis en décharge à 15 % du poids de l automobile en 2002, 5% en Une grande avancée pour l écoconception impulsée par Renault a été la réduction du nombre de matériaux par l utilisation massive des plastiques polyoléfines. Choisir une seule famille de plastique permet en effet de faciliter le recyclage de ce produit (notamment au broyage). Cette expérience trouve son aboutissement sur le tableau de bord de la Modus en Cette planche de bord de Modus créée en 2004 a valu à Renault un prix Entreprise environnement remis en novembre 2005 par Nelly Olin, ministre de l écologie et du développement durable. )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T 5P

20 Conclusion : Les rapports de l ADEME ainsi que ceux proposés par les constructeurs comme Renault s accordent à établir un portrait idéal sur le papier. Même s ils reconnaissent des défis à relever. En effet, l initiative citoyenne, cœur du problème n est pas considérée. Ce qu il faut retenir : Une filière organisée pour le recyclage de l automobile a été mise en place. Des techniques et des technologies précises sont dédiées à ce recyclage. 2. Qui sont les acteurs de la filière? a. Le rôle des institutions au niveau national et européen L étude de l organisation de la filière VHU nous amène très rapidement et finalement assez naturellement vers les textes législatifs français et européens. En effet, on constate dans les textes européens dès 1975 une première du terme de déchet et une promotion de sa gestion (directive n CEE). Cette directive a été le point de départ pour un encadrement législatif de l ensemble des diverses filières des déchets en Europe, avec bien sûr toujours une traduction des textes européens dans les codes nationaux. Étudions plus en détail les textes de lois les plus importants qui régissent l organisation de la filière de traitement des déchets qui nous intéressent ici : les véhicules hors d usage. Notre démarche sera dans cette partie de s intéresser d abord au droit européen puis au droit français car ce dernier est l application concrète d objectifs plus abstraits. Droit européen : L Union Européenne a su donner à partir de l année 2000 une réelle impulsion au niveau communautaire pour le recyclage de l automobile, surtout en fixant des objectifs ambitieux de taux de recyclage et de valorisation (objectif pour 2015 de 85% de taux de recyclage et de 95% de taux de valorisation), sans pour autant imposer de quelconque méthode pour atteindre ces objectifs. Cette impulsion vient de la directive que l on appelle communément la directive VHU (n du Parlement européen), qui se contente de fixer des objectifs pour tous les pays membres de l Union Européenne en ce qui concerne le traitement des VHU au travers de l exigence de la mise en place d un système de collecte performant et de l obligation de communication de tous les acteurs des filières nationales sur leurs objectifs et leurs résultats, 34 )M;C6B32N#(*&"FFN)#,-./N,626;J;BM16M4<3I3O:B6NPQ/RSPQ/T

Procédure Véhicules Hors d Usage

Procédure Véhicules Hors d Usage Procédure Véhicules Hors d Usage 2007 SOURCE D INFORMATION Textes utilisés : Article «Véhicules Hors d Usage» du Ministère de l Ecologie, du Développement et de l Aménagement Durables Note d information

Plus en détail

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage.

Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Décret n 2003-727 du 1 er août 2003 relatif à la construction des véhicules et à l'élimination des véhicules hors d'usage. Service Economique Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Côte d Or 65-69,

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles G. Filières de valorisation et de traitement Tt détenteur de déchet est responsable du déchet jusqu à son élimination finale Ts rejets dans l eau, dépôts sauvages et brûlages sont rigreusement interdits.

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Dossier de presse. Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage (VHU) Ministère de l'environnement

Dossier de presse. Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage (VHU) Ministère de l'environnement Dossier de presse Accord environnemental relatif à la gestion des véhicules hors d usage () Ministère de l'environnement Mercredi, le 15 mars 2006 1 Cadre légal Directive 2000/53/CE du Parlement et du

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions Foire aux questions de la filière REP Papiers Les questions Que fait EcoFolio, l éco-organisme des papiers, pour inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits? Conformément au cahier des charges

Plus en détail

Introduction. Les matériaux de l automobile :

Introduction. Les matériaux de l automobile : p 1 L éco-conception et le recyclage du véhicule automobile Philippe ROLLAND, Responsable Homologation Recyclage RENAULT SAS-Direction de l Ingénierie des Matériaux 78288 GUYANCOURT Introduction... 1 Les

Plus en détail

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement Vos emballages impliquent votre Responsabilité et engendrent des

Plus en détail

Automobiles. Données 2011

Automobiles. Données 2011 Synthèse Auto_Mise en page 1 27/09/12 14:32 Page1 Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Automobiles Perspectives Données 2011 Réglementation Réglementation européenne Réglementation française

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Résultats de l enquête 2014

Résultats de l enquête 2014 Gestion des déchets de verre plat/châssis usagés Menuisiers, poseurs de châssis et couvreurs belges Résultats de l enquête 2014 En partenariat avec Table des matières 1. Contexte... 3 2. Synthèse des résultats...

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

Epaves automobiles Véhicules Hors d Usages. DROITS ET DEVOIRS D UN MAIRE

Epaves automobiles Véhicules Hors d Usages. DROITS ET DEVOIRS D UN MAIRE Epaves automobiles Véhicules Hors d Usages. DROITS ET DEVOIRS D UN MAIRE 1 VHU ET EPAVE AUTOMOBILE, QUELLE DIFFERENCE? Actuellement les deux notions restent sujettes à interprétation (voir question réglementaire

Plus en détail

COREPILE CONFORTE SES BONS RESULTATS ET PREPARE DE NOUVEAUX CHALLENGES

COREPILE CONFORTE SES BONS RESULTATS ET PREPARE DE NOUVEAUX CHALLENGES COREPILE CONFORTE SES BONS RESULTATS ET PREPARE DE NOUVEAUX CHALLENGES Si 2013 a été, pour Corepile, l année de la décennie réussie, 2014 sera celle des nouveaux défis. La position confirmée de leader

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES

GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES GUIDE PRATIQUE POUR LES RESPONSABLES D EMBALLAGES Sommaire Introduction : la loi 2 1. votre entreprise est-elle concernée? 3 3 types de responsables d emballages 2. les obligations des entreprises 4 Le

Plus en détail

RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS

RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS VOTRE RESPONSABILITÉ ET VOTRE OBLIGATION LÉGALE RESPONSABILITÉ ÉLARGIE DES PRODUCTEURS POUR LES EMBALLAGES MÉNAGERS Eco-Emballages vous accompagne VOS EMBALLAGES IMPLIQUENT VOTRE RESPONSABILITÉ ET ENGENDRENT

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

Programme de développement durable 2013-2017

Programme de développement durable 2013-2017 Programme de développement durable 2013-2017 SOMMAIRE 1. Engagement de la direction de Helvetia Environnement en faveur du développement durable 2. Introduction et cadre de la démarche 3. Code de conduite

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise. Juillet 2004

La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise. Juillet 2004 La gestion des véhicules hors d usage en Région bruxelloise Juillet 2004 1 Contexte (1) Directive 2000/53/CE + Décision européenne des déchets 2000/532/CE: le VHU non dépollué est un déchet dangereux le

Plus en détail

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats

Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal inauguration de la station de traitement des Lixiviats porté par la communauté de communes du pays de Saint- Flour, le 6 juin

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LE RECYCLAGE DES PILES ET PETITES BATTERIES

LES FRANCAIS ET LE RECYCLAGE DES PILES ET PETITES BATTERIES SYNTHÈSE DE L ÉTUDE FILIÈRE 2014 LES FRANCAIS ET LE RECYCLAGE DES PILES ET PETITES BATTERIES Comprendre, évaluer, agir QUI EST COREPILE? Créé en 2003, COREPILE est un éco-organisme sous agrément d État

Plus en détail

Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE 17/06/2015

Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE 17/06/2015 Intégrer la supply chain et la RSE dans le cycle de vie des produits le cas des DEEE Introduction / présentation Impact de la réglementation Influence de la technique sur la logistique Mobiliser l ensemble

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs

Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Analyse du Cycle de Vie Le composite conforté par les résultats de la première étude comparative sur les compteurs Cycleco, bureau d études indépendant spécialisé en analyse du cycle de vie et en éco-conception,

Plus en détail

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE Etude commanditée par le MAP et le MAE 2005-2006 1 1. Contexte de l étude 1. Contexte et objectifs de l étude 2. Analyse comparative

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax )

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Annexe 8. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Annexe 8 Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma

Plus en détail

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Page 2 L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Lionel MELETON Pôle PID Cetim L économie circulaire en quelques mots Page 3 Pour mémoire, l économie

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :...

SOSED Bâtiment. Schéma. d Organisation. et de Suivi de. l Évacuation des. Déchets. Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :... Raison sociale ) Adresse ) de l entreprise Tel/Fax ) Chantier :......... Trame du SOSED Bâtiment Schéma d Organisation et de Suivi de l Évacuation des Déchets 1) Objet du SOSED Le SOSED (Schéma d Organisation

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS

SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SPÉCIAL INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE DEVENEZ UN PRO DE LA GESTION DES COMMANDES CLIENTS SOMMAIRE A qui s adresse ce kit?...3 Introduction sur le traitement des commandes...4 Challenges...5 Solution

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières

La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise. Table des matières La gestion environnementale : levier de performance pour l'entreprise Table des matières Préface Avant-propos PREMIERE PARTIE Le diagnostic des risques environnementaux Introduction _ Les risques industriels,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques. Faire du déchet une ressource

Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques. Faire du déchet une ressource Valorisation et recyclage : impact sur les chaînes logistiques Faire du déchet une ressource Le groupe Veolia Environnement 271.000 collaborateurs dans 64 pays travaillent pour Veolia Environnement, le

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert

Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert Prévention et Eco Conception des emballages : Les services et outils àdestination des adhérents du Point Vert Syctom 9 décembre 2010 Jan Le Moux Directeur Prévention Eco Emballages mai 2010 ECO EMBALLAGES

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE

CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE CENTRE DE FORMATION SPÉCIALISÉ DANS LE RECYCLAGE AUTOMOBILE LE GUIDE FORMATION DÉPOLLUTION, DÉMONTAGE ET RECYCLAGE AUTOMOBILE UN ATOUT POUR VOTRE PERFORMANCE ÉDITION 2014 Re-source Engineering Solutions

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 24 avril 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Publication d un «mode d emploi sur les achats socialement responsables»..... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le système de management environnemental

Plus en détail

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution?

Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? Responsabilité élargie du producteur de meubles fabricants de meubles Comment répondre aux obligations liées à l éco-contribution? 2015 Depuis le décret du 6 janvier 2012, les metteurs sur le marché d

Plus en détail

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir.

Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. Besoin de mieux gérer votre impact environnemental? ISO 14001 et BSI vous aideront à y parvenir. ISO 14001 de BSI. Nos chiffres vont de paire avec la croissance durable. Nos connaissances, notre expertise

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 1 Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 QUI EST RECYCLEMÉDIAS? 2 RecycleMédias est un organisme privé à but non lucratif. Formé en décembre 2000 et agréé par le

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR 1,6 1,6 2,1 1,4 1,3 1,1

LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR 1,6 1,6 2,1 1,4 1,3 1,1 Les déchets FICHE N 1 LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE CRITÈRES PRÉVENTION DES RISQUES ÉCONOMIQUE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR CONTENTIEUX (PÉNAL, CIVIL) MOYENS À DÉPLOYER

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Canon Business Services. Gestion des impressions

Canon Business Services. Gestion des impressions Canon Business Services Gestion des impressions 2 Gestion des impressions Aperçu du marché Le saviez-vous? Selon une étude IDC réalisée en 2012, la dépense globale en marketing et communication ne progressera

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France - Communiqué de presse - 11 juin 2008 L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France Casino poursuit son engagement en faveur du développement durable en lançant le premier

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Sommaire. Les fondamentaux de l éco-conception des emballages. L accompagnement proposé par Adelphe

Sommaire. Les fondamentaux de l éco-conception des emballages. L accompagnement proposé par Adelphe Sommaire Le dispositif Point Vert et vous Les fondamentaux de l éco-conception des emballages L accompagnement proposé par Adelphe Les pistes d actions et les expériences des entreprises Sommaire Le dispositif

Plus en détail

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 27 octobre 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 27 octobre 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Relèvement du seuil de 15 000 euros HT à 25 000 euros HT...3 D E F I N I T I O N Que sont les D3E?........3 R E G L E M E N T A T I O N Les marchés

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Sortie de Statut de Déchet : les freins et les opportunités

Sortie de Statut de Déchet : les freins et les opportunités Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 Sortie de Statut de Déchet : les freins et les opportunités Alfred ROSALES, Directeur Général de FEDEREC Jeudi 5 décembre 2013 1 Le statut de déchet Le «déchet»

Plus en détail

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19

SOMMAIRE. 2.Maîtriser les Processus : Qu est-ce que ça apporte? 15. 3.Comment maîtriser vos Processus? 19 1.Introduction 5 1.1 A qui s adresse ce petit cahier? 6 1.2 Comment utiliser ce petit cahier? 7 1.3 Dans quel contexte utiliser ce petit cahier? 8 1.4 Les Processus, c est quoi? 9 2.Maîtriser les Processus

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 7 QUALEADER 92, Rue René Coty 85000 La Roche sur Yon Tél. : 02 51 47 96 98 Fax : 02 51 47 71 26 Email : jean-philippe.leger@qualeader.com Effectif : 7 salariés Activité : Audit, Conseil, Formation,

Plus en détail

Guide de reprise pour recyclage des consommables et produits Brother

Guide de reprise pour recyclage des consommables et produits Brother Guide de reprise pour recyclage des consommables et produits Brother 02 REPRISE ET RECYCLAGE DES CONSOMMABLES USAGÉS... 04 Retour des cartouches d encre... 05 Retour postal (toner et tambour)... 06 Dépose

Plus en détail

Analyse du questionnaire aux bénéficiaires de la prime d écomobilité

Analyse du questionnaire aux bénéficiaires de la prime d écomobilité Analyse du questionnaire aux bénéficiaires de la prime d écomobilité P. Quaglia, Genève Aéroport, Division environnement et affaires juridiques - Service Environnement 15 mai 2012 Introduction Depuis 2007,

Plus en détail

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université

Les instruments économiques de protection de l environnement. Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr. Sorbonne Université Les instruments économiques de protection de l environnement Prof. Bruno Deffains, bruno.deffains@u-paris2.fr Sorbonne Université 1. Introduction 2 «Command and control» Cette approche s appuie sur des

Plus en détail

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES

L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Présentation ONU 15 juin 2015 Entreprise Solidaire à but non lucratif L INFORMATIQUE D OCCASION OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES Ecologiques Sociales - Economiques LE CONCEPT D AfB Spécialisé dans le reconditionnement

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Fiche Bilan Final PLASTYL. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation. Taux de 100% 0,08

Fiche Bilan Final PLASTYL. Reportage photo sur l'entreprise : pages 5 & 6. Année 1 Année 2 Année 3 Variation. Taux de 100% 0,08 PLASTYL ILE-DE-FRANCE (78) Activité : Industrie du caoutchouc et des plastiques (Fabrication de films et feuilles en polystyrène) Effectif 2006 : 17 Chiffres d affaires 2006 : 5 000 K Euros Principales

Plus en détail