L ensemble de ces paramètres joue un rôle sur la consommation énergétique et sur le confort des occupants.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ensemble de ces paramètres joue un rôle sur la consommation énergétique et sur le confort des occupants."

Transcription

1 1 FICHE OX «Enveloppes de bâtiments performantes avec solutions techniques ou architecturales minimisant la part des ponts thermiques dans les déperditions» 1. Contexte Enjeux La performance d une enveloppe de bâtiment est caractérisée par un ensemble de paramètres : - déperditions thermiques limitées ; - inertie adaptée ; - perméabilité à l air réduite ; - apports solaires en hiver, protection solaire en été ; - acoustique agréable à l intérieur ; - éclairage naturel présent ; - sans parler de l intégration au site. L ensemble de ces paramètres joue un rôle sur la consommation énergétique et sur le confort des occupants. L isolation thermique est un moyen essentiel pour limiter les déperditions de l enveloppe. Un de ses points faibles est le «pont thermique», qui devient d autant plus critique que l isolation est renforcée par ailleurs (parois opaques et parois vitrées). Il va bien sûr dépendre du mode constructif, du mode d isolation, de l assemblage des composants d enveloppe (Attention : les ponts thermiques ne doivent pas être confondus avec les fuites d air caractérisant la perméabilité de l enveloppe et qui sont également une autre cause de déperditions incontrôlées). On estime que la part des ponts thermiques dans les déperditions par les parois, peut représenter jusqu à 20 ou 25% sur des bâtiments récents, voire plus si aucune précaution n est prise. En outre, la présence des ponts thermiques peut causer des dégradations de l enveloppe, côté intérieur, par l apparition de condensations. Dans le contexte réglementaire actuel, RT2000 [1], les ponts thermiques sont bien sûr pris en compte [2], avec certaines limites hautes à ne pas dépasser (des garde-fous cf. 4), suivant le type de bâtiment ; pour l instant l exigence réglementaire n est pas encore très forte mais il est prévu un renforcement de celle-ci en 2005 (à noter: pour les bâtiments à usage autre que d habitation, le garde-fou des ponts thermiques ne s appliquera qu en 2004 cf. 4). On parle en général de déperditions linéiques pour qualifier les déperditions par les ponts thermiques, en référence aux liaisons du type dalle de plancher/mur extérieur ; mais on parle aussi aujourd hui de déperditions ponctuelles (ponts thermiques tridimensionnels) en référence avec une jonction du type angle de trois parois (ex. plancher avec deux murs verticaux) ; il est aussi question des ponts thermiques structurels tels que ceux qui apparaissent par exemple aux points de fixation de certaines parois comme les doublages [4].

2 2 2. Techniques Solutions Avant d étudier les moyens de limiter les ponts thermiques, il convient de les situer sur l enveloppe et de situer leur importance relative, en fonction notamment du mode constructif et du mode d isolation. Pour simplifier, on peut situer les ponts thermiques d une part aux différentes liaisons entre les parois principales des bâtiments : murs extérieurs (ou donnant sur des locaux non chauffés), planchers, murs de refends, plafonds, toitures ; d autre part autour ou via des éléments insérés dans les parois extérieures : fenêtres (en particulier menuiseries métalliques à cause de leur conductivité élevée), portes, grilles de ventilation, On rencontre essentiellement trois principes d isolation de l enveloppe, qui ont des comportements différents vis à vis des ponts thermiques : - isolation par l intérieur ; - isolation répartie ; - isolation par l extérieur. Le premier principe est en général le moins performant vis à vis des ponts thermiques ; le troisième principe est en général le plus performant ; mais ce n est pas vrai dans tous les cas ou pour toutes les parties sensibles de la construction ; et il existe des solutions pour limiter, dans les cas défavorables, l importance des ponts thermiques (cf. ci-après et Annexe Technique). Il est important de souligner que le choix d un type d isolation, entraîne des conséquences également sur l inertie du bâtiment, que l on peut souhaiter plus ou moins forte, suivant notamment le type d usage du bâtiment, son environnement. Les habitudes constructives jouent aussi un rôle dans ces choix, pas forcément toujours adaptés ; on trouve ainsi souvent des isolations par l intérieur dans les immeubles collectifs, alors que l inertie serait probablement un gain de confort dans ces locaux à occupation continue. En Annexe technique sont montrés différents points sensibles où se situent des ponts thermiques. Des exemples montrent les écarts (coefficient ψ caractérisant le pont thermique cf. 4) tantôt entre les différents modes d isolation précédents, tantôt pour un même mode d isolation donné mais avec différentes solutions d améliorations. Comme on le voit, les écarts peuvent être très importants. Les fabricants d isolants, les fabricants d éléments de construction (briques, éléments de parois, ), les fabricants de menuiseries (notamment les menuiserie métalliques), sont concernés par ces questions des ponts thermiques et ils proposent des solutions (murs à isolation répartie, isolants à positionner aux liaisons, rupteurs de ponts thermiques pour les dalles, menuiseries métalliques à rupture de pont thermique, ). En Annexe Technique sont données les coordonnées de syndicats et de fabricants, ainsi que des exemples de procédés, techniques ou produits dont les applications permettent de contribuer à la réduction des déperditions par les ponts thermiques. Il est évident que des discussions doivent avoir lieu dans le cadre du développement du projet de construction, entre le maître d ouvrage, l architecte, l ingénieur béton (on touche à la structure), le thermicien (c est lui qui doit proposer les améliorations, en monter la nécessité, l impact), le bureau de contrôle (voir par exemple la question de sécurité incendie ; d où la présence de plaques coupe feu dans les rupteurs de ponts thermiques), l acousticien éventuellement (par exemple la mise en place d un rupteur en bout de dalle peut diminuer l isolement acoustique entre deux appartements

3 3 superposés ; ou bien l isolation par l extérieur peut être plus défavorable à la transmission du bruit routier vers l intérieur du bâtiment [5]). 3. Bâtiments Applications Tous les bâtiments nouveaux du secteur résidentiel (individuel ou collectif) et du secteur tertiaire sont concernés par les présentes opérations exemplaires visant la performance des enveloppes avec limitation des ponts thermiques. 4. Sélection et suivi des opérations L enveloppe des bâtiments sélectionnés doit être globalement performante, du point de vue de ses déperditions par les parois, exprimées au travers du coefficient Ubât [2] : coefficient Ubât coefficient Ubât réf. 10% Avec, le respect des valeurs de référence concernant les coefficients U des différentes parois (cf. art. 10 de l Arrêté du 29/11/00 [1]). Par rapport à la limitation des ponts thermiques (coefficients de déperditions associés), le tableau ci-dessous résume d une part les valeurs des garde-fous réglementaires [1] et les exigences que l on se fixe dans le cadre des présentes opérations : Rappel : L8 : linéaire de la liaison périphérique des planchers bas avec un mur. L9 : linéaire de la liaison périphérique des planchers intermédiaires ou sous comble aménageable avec un mur. L10 : linéaire de la liaison périphérique des planchers hauts autres que sous combles ou rampants ou parois horizontales des combles aménagés. Coefficient ψ maximum réglementaire (article 34) (W/m.K) [moyenne pour chacun des linéaires L8, L9 et L10] Coefficient ψ maximum opérations exemplaires (W/m.K) [moyenne pour chacun des linéaires L8, L9 et L10] Maison individuelle Autre bâtiment à usage d habitation Bâtiment à usage autre que d habitation 0,99 1,10 1,35 (en 2004) 0,65 0,75 0,99 Comme on le voit, les valeurs ci-dessus concernent uniquement trois types de ponts thermiques ; or, dans le projet, il faut compter également d autres ponts thermiques : angles, refends, poutres, appuis de fenêtres, etc. Le projet éligible, pour les présentes opérations, devra mettre en évidence les efforts réalisés pour minimiser tous ces autres ponts thermiques. Le maître d ouvrage devra s engager, avec son équipe de construction, à mettre en œuvre des techniques et procédés (de construction, d isolation, d optimisation) tels que ceux listés plus haut, destinés à limiter les déperditions par les ponts thermiques.

4 4 Il n y pas de restriction ou d exigence quant au mode constructif et au mode d isolation. Le suivi des opérations, par l ADEME se fera par : - participation aux réunions de concertations de l équipe de réalisation du projet, pour vérifier la bonne adéquation avec les objectifs ci-dessus ; - vérification des cahiers des charges (CCTP des lots gros œuvre, isolation, menuiseries, ) ; - vérifications en cours de chantier, sur la mise en place des procédés (isolation, réduction des ponts thermiques) ; - participation à la réception du chantier. L engagement du maître d ouvrage, à ces différents stades du projet, sera évalué. Le maître d ouvrage devra fournir une évaluation du surcoût engendré par la mise en œuvre de la solution performante choisie (Ubât Ubât réf. 10% et ψ ψ max OX) par rapport à la solution de référence (Ubât Ubât réf. et ψ ψ max régl.). Le financement apporté par l ADEME sera calculé sur la base de ce surcoût, et pourra être modulé suivant les performances obtenues : - au niveau du projet : coefficients Ubât et ψ (performances théoriques) ; - au niveau de la réalisation : moyens mis en œuvre pour atteindre les performances ci-dessus. 5. Bibliographie [1] Arrêté du 29/11/00 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments, JO n 277 du 30/11/00 [2] Règles Th-Ubât (cinq fascicules dont n 5 Ponts Thermiques), juin 2001 [3] Guide pratique «L isolation thermique Habitat individuel», Ademe, Avril 2001 [4] La pertinence de l isolation thermique par l intérieur, J. Daliphard, Revue CVC n 10, oct.2001 [5] L arrivée de la nouvelle réglementation acoustique risque de modifier notre façon de construire, J-P Servant, Revue CVC n 10, oct.2001 [6] Solution Technique Maison Individuelle, CSTB, juin 2001

5 5 ANNEXE TECHNIQUE: Isolations Parois - Rupteurs de ponts thermiques [Fabricants, Syndicats, Produits] Nom SNI (Syndicat National de l Isolation) Des liens avec la plupart des fabricants, syndicats ANAH (Agence Nationale pour l Amélioration de l Habitat) PROMO PSE (Association pour la promotion du PSE dans la construction) CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) -> Espace Avis Techniques INTERBAT («portail» Internet du domaine du bâtiment) BATIACTU («portail» Internet du domaine du bâtiment) IMERYS STRUCTURE (Monomur briques Gelis) Site Internet SIPOREX (béton cellulaire) YTONG (béton cellulaire) SCHÖCK BAUTEILE (Rupteurs thermiques Schöck Rutherma) Avis technique CSTB n 3/ Avis Technique accessible et téléchargeable à partir du site du CSTB (espace Avis Techniques)

6 6 Produit : Schöck Rutherma (rupteur de ponts thermiques - AT n 3/98-313) Produit : Voutisol (entrevous à languette de recouvrement) (fabricant BPB Placo site : Produit : Monomur Gelis (brique de construction isolante, en terre-cuite) Produit : Béton Cellulaire

7 7 ANNEXE TECHNIQUE (2/2) : Exemples de ponts thermiques solutions d isolation exemples d améliorations (schémas extraits de Th-Ubât, CSTB) λ Exemple de pont thermique : liaison appui de fenêtre - mur Le cas isolation par l intérieur est (en général) plus favorable Isolation par l intérieur Isolation par l extérieur Isolation répartie (TC) e i = 2 cm Equerre acier ; Pièce d appui en T.C. R isolant = 2,5 m².k/w ψ = 0,13 ψ = 0,34 ψ = 0,19 λ Exemple de pont thermique : liaison plancher haut - mur Le cas isolation par l intérieur est (très) défavorable (ψ=ψ1+ψ2+ψ3) Isolation par l intérieur Isolation par l extérieur R isolant > 2 m².k/w ; Plancher béton sans chape ; mur béton ;15 em 20 R isolant > 2 m².k/w ; Plancher béton plein ; mur béton ψ = 0,91 ψ = 0,03 Isolation répartie (T.C.) Isolation répartie (B.C.) R isolant > 2 m².k/w ; 18 planch mur 20 ; em > 25 R isolant > 2 m².k/w ; 18 planch mur 20 ; em > 25 ψ = 0,10 ψ = 0,10 (0,08 si plancher en B.C.)

8 8 λ Exemple de ponts thermiques dans le cas d une isolation par l intérieur : liaison plancher bas sur LNC mur extérieur Différents cas de plancher bas ep = 20 cm 15 cm em 30 cm a : Plancher bas en béton plein b : Plancher bas à entrevous isolants c : Plancher bas en béton plein, isolé en sous-face avec chape flottante sur isolant d : Plancher bas à entrevous isolants avec chape flottante sur isolant ψ = 0,70 ψ = 0,33 ψ = 0,23 ψ = 0,18 λ Exemple de ponts thermiques dans le cas d une isolation par l intérieur : liaison plancher haut mur extérieur ep = 20 cm 15 cm em 20 cm Toiture terrasse (acrotère non isolé côté terrasse) Plancher haut sous comble Mur en béton plein R isolant sur plancher 4,5 m².k/w Avec remontée d isolant ψ = 0,74 ψ = 0,31 (sans remontée d isolant ψ =0,74)

9 9 λ Exemple de pont thermique : liaison plancher bas poutre dans LNC Différentes isolations de la poutre Plancher en béton plein ou à entrevous PSE ne pénétrant pas dans l épaisseur de la poutre ; Risolant en sous face du plancher 2 m².k/w ; 15 ep 30cm Poutre non isolée Poutre isolée sur ses faces verticales Poutre isolée sur ses trois faces 20 rp 80cm 20 epo 25cm rp = 40cm 20 epo 25cm rp = 40cm 20 epo 35cm ψ = 0,75 ψ = 0,40 ψ = 0,13 λ Exemple de pont thermique : liaison plancher intermédiaire mur ext. Différentes isolations : intérieure, extérieure, répartie ep = 20 cm Isolation intérieure Isolation intérieure avec planelle en bout de dalle Isolation extérieure 20 em 25cm mur maçonnerie courante sans chape flottante Rplanelle 0,16 m².k/w 20 epo 25cm mur maçonnerie courante Risolant = 2,0 m².k/w sans chape flottante ψ = 0,97 ψ = 0,72 ψ = 0,11 Isolation intérieure Isolation intérieure avec planelle en bout de dalle 25 em 40cm Rplanelle 0,5 m².k/w 25 em 40cm Isolant + planelle bout dalle Risolant+planelle 1,5 m².k/w ψ = 0,31 ψ = 0,19

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

économies d énergie Isoltop RT 2012 RT2012

économies d énergie Isoltop RT 2012 RT2012 Le Grenelle de l environnement a prévu la mise en œuvre d un programme de réduction des consommations énergétiques des bâtiments, avec deux objectifs majeurs: la généralisation des bâtiments basse consommation

Plus en détail

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET 1 - SITUATION Le projet est situé en périphérie de la commune de Villeurbanne, 12 rue Jules Guesde. Il s agit d une réhabilitation d une maison de l après guerre.

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB

Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b du Moteur du CSTB SNEP 11 bis, rue de Milan 75009 PARIS A l'attention de M. Eric CHATELAIN Groupe de travail «Applicateurs» RT2010-12 Rapport DHUP Calage du coefficient C MAX en résidentiel OFFRE MENUISERIE Version V913b

Plus en détail

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois?

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 : Pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois techniquement? La performance

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

Les planchers sur extérieurs doivent être isolés en sous-face en assurant la jonction avec l isolation extérieure des murs.

Les planchers sur extérieurs doivent être isolés en sous-face en assurant la jonction avec l isolation extérieure des murs. GESTION DES PONTS THERMIQUES OBJET Lors de travaux de rénovation énergétique ambitieux, visant le niveau Bâtiment Basse Consommation, l isolation thermique des parois est généralement indispensable. Elle

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

5 bonnes raisons. de construire en mono mur bio bric. www.bouyer-leroux.com une marque bouyer leroux

5 bonnes raisons. de construire en mono mur bio bric. www.bouyer-leroux.com une marque bouyer leroux 5 bonnes raisons de construire en mono mur bio bric La RT 2012 fixe 3 objectifs de résultats : besoins bioclimatiques, consommation d énergie primaire, confort d été. La réponse à ces objectifs est notamment

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

l enveloppe thermique

l enveloppe thermique Caractérisation de l enveloppe thermique Oct. 2010 1. Propriétés thermiques des matériaux 2. Typologies d isolation 3. Les ponts thermiques 4. Le coefficient moyen de déperdition PROPRIÉTÉ THERMIQUE DES

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles MÉMO THERMIQUE SOMMAIRE 1. Environnements d application 2. Comment s y retrouver? 3. Qu est ce que R =(m²k/w)? 4. Qu est ce que U =(W/m²K)? 5. Qu est ce que RSE & RSI =(m²k/w)? 6. Qu est ce que Ψ =(W/mK)?

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUES DU MUR EN PIERRE

ÉNERGÉTIQUES DU MUR EN PIERRE LES PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES DU MUR EN PIERRE *** Daniel PALENZUELA CTMNC Les objectifs énergétiques du Grenelle Réduire les consommations d énergie de 38% et les émissions de gaz à effet de serre de

Plus en détail

RUPTEUR THERMIQUE RTK C.LANDRY PRESENTATION PROJET RTK PREBAT

RUPTEUR THERMIQUE RTK C.LANDRY PRESENTATION PROJET RTK PREBAT RUPTEUR THERMIQUE RTK 1 SOMMAIRE Principe du rupteur RTK Processus de mise en œuvre du rupteur RTK Convention ADEME avec plusieurs partenaires Conclusion 2 Principe Intégration de l isolation dans l épaisseur

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation

Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation Syndicat national du béton cellulaire Mémento du béton cellulaire Données de base pour la conception et la réalisation Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11647-0 TABLE DES MATIÈRES Mémento du béton cellulaire

Plus en détail

PERFORMANCES ACOUSTIQUES :

PERFORMANCES ACOUSTIQUES : FICHE CONSEIL N 10 PERFORMANCES ACOUSTIQUES : LES BONNES PRATIQUES DE MISE EN ŒUVRE. La performance acoustique des ouvrages en plaques de plâtre (cloison, contre-cloison, plafond) dépend non seulement

Plus en détail

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances SOCOTEC Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances David RETIERE / david.retiere@socotec.fr 31/05/2012 Sommaire

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

Annexe E : Approche BBC Compatible Garde-fous techniques

Annexe E : Approche BBC Compatible Garde-fous techniques ECO RENOVATION EN FAVEUR DU LOGEMENT SOCIAL PUBLIC Annexe E : Approche BBC Compatible Garde-fous techniques Référentiel Ecorénovation logement social Annexe E : Approche BBC Compatible Garde-fous techniques

Plus en détail

La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive

La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive 20 Terre CuiTe et ConsTruCTion La construction massive passive La solution de terre cuite pour la maison passive Habitation à Gand Architecte: Kristof Cauchie - Bureau d études: 3DB Alors que, jusqu il

Plus en détail

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois Performance thermique des enveloppes à ossature en bois MANDRARA Zaratiana Institut technologique FCBA www.fcba.fr Marché de la construction Bois 5% 12% Bois empilé CLT Poteaux poutres Ossature bois Autres

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Projet de Fin d Études

Plus en détail

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif

RT 2012. et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif CTMNC 17 rue Letellier 75 015 PARIS RT 2012 et maçonnerie en pierres massives pour le logement collectif Indice 01 du 25 octobre 2013 Dossier : n 120 130 Chargé d étude : Baptiste FAUCHER baptiste.faucher@pouget-consultants.fr

Plus en détail

La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments

La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments La contribution des solutions en zinc à la performance thermique des bâtiments Rappels e/λ 1/R +PTH intégrés λ R Uc Up Thermique d hiver Up, besoins en chauffage Thermique d été t intérieure, besoins en

Plus en détail

Durable, noble et ders de la construction

Durable, noble et ders de la construction JOURNEES D ETUDES PROFESSIONNELLES (JEP) 23 & 24 janvier 2013 23 & 24 janvier 2013 Panorama Solutions Terre Cuite CTMNC 1 Durable, noble et un des matériaux lea ders de la construction ti A la fin des

Plus en détail

La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée

La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée La prédalle à correction de ponts thermiques intégrée L ITI CONFORME ET MOINS CHÈRE En maçonnerie La performance d isolation de la ThermoPrédalle est suffisante pour rester en maçonnerie courante. En béton

Plus en détail

Constructions en brique et Acoustique : réponses à la réglementation

Constructions en brique et Acoustique : réponses à la réglementation 34 Constructions en brique et Acoustique : réponses à la réglementation Valérie Borg, Ingénieur acousticien, CTTB, 17, rue Letellier, 75015 Paris, tél. : 01 45 37 77 77, fax : 01 45 37 77 71 Michel Villot,

Plus en détail

Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique

Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique Les formations à la conception de bâtiments bois à haute performance énergétique Soirée technique du 18 Juin 2012 Servane NYS - Chargée d affaires formation Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose,

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 7. SURCHAUFFE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS R BSE Procédure... 7.1 R Critère de surchauffe à partir du 1 er janvier 2014... 7.2 BSE Refroidissement - BSE... 7.3 Prévention... 7.4 Orientation et

Plus en détail

Rapprochons nos compétences

Rapprochons nos compétences Rapprochons nos compétences Nos conseillers techniques connaissent votre terrain Saint-Pierre-des-Corps La Ballastière 37705 Saint-Pierre-des-Corps Téléphone : 0 800 850 853 Télécopie : 02 47 44 42 68

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

La prédalle qui traite les ponts thermiques

La prédalle qui traite les ponts thermiques La prédalle qui traite les ponts thermiques Une réponse thermique, simple, économique, sûre pour des bâtiments RT 12 sans contrainte. Prédalle à correction de pont thermique intégrée pour préserver tous

Plus en détail

Planelles de rive. Solution anti-ponts thermiques

Planelles de rive. Solution anti-ponts thermiques s de rive Solution anti-ponts thermiques Les + Produits produit sous Avis technique du CSTB Solution économique pour le traitement des ponts thermiques de planchers rupteur thermique Les planelles permettent

Plus en détail

Quelles différences entre ossature bois, système poteaux-poutres, panneaux bois massifs, madriers,

Quelles différences entre ossature bois, système poteaux-poutres, panneaux bois massifs, madriers, Les différents systèmes constructifs bois et leurs performances Jean Marc Pauget CNDB (Comité national développement du bois) Quels sont les différents systèmes constructifs utilisant le bois? Quelles

Plus en détail

Top départ pour la RT 2012!

Top départ pour la RT 2012! Top départ pour la RT 2012! La poursuite du Grenelle de L'Environnement dans sa volonté de pérenniser la dynamique impulsée par les "bâtiments basse consommation" : De tous les secteurs économiques, celui

Plus en détail

RÉHABILITATION DES MAISONS INDIVIDUELLES «Rénover avec le bois» Présentation du guide

RÉHABILITATION DES MAISONS INDIVIDUELLES «Rénover avec le bois» Présentation du guide RÉHABILITATION DES MAISONS INDIVIDUELLES «Rénover avec le bois» Présentation du guide 3 ème Rencontres Bois Construction en Limousin 14 Novembre 2013 ONILLON Arnaud Institut Technologique FCBA Contexte

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Td 2 - Température dans un vitrage teinté exposé au soleil Un vitrage de grande surface S d épaisseur L = 0 [mm] et de conductivité λ = [W.m.K ], teinté dans la masse, recoit

Plus en détail

Mode lisation des briques de terre cuite JUWO POROTON

Mode lisation des briques de terre cuite JUWO POROTON Mode lisation des briques de terre cuite JUWO POROTON Calculs des ponts thermiques avec le logiciel Therm Document destiné aux concepteurs de maisons passives Les ponts thermiques Les ponts thermiques

Plus en détail

MURS - Isolation rapportée Joint Traditionnel

MURS - Isolation rapportée Joint Traditionnel GELIMATIC et - GELIMAXI GAMME BRIQUE EP. 0 CM - POSE TRADITIONNELLE GELIMATIC et - GELIMAXI Points forts Montage au mortier traditionnel. Brique isolante qui participe à l isolation de la paroi. Un gain

Plus en détail

BP 30059 28231 ÉPERNON CEDEX

BP 30059 28231 ÉPERNON CEDEX Centre d Études et de Recherches de l Industrie du Béton BP 30059 28231 ÉPERNON CEDEX FRANCE CONSULTATION TECHNOLOGIQUE RAPPORT Demandeur : PERIN & Cie/TPM 102 rue de Vannes 35600 REDON Objet : Détermination

Plus en détail

Eco Bric Thermo Bric G7

Eco Bric Thermo Bric G7 Eco Bric Briques traditionnelles Les briques à perforations horizontales peuvent être utilisées pour un grand nombre d usages comme les maisons individuelles, villages, maisons de retraite, écoles, établissements

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

Concilier économie d énergie & bâti ancien

Concilier économie d énergie & bâti ancien Concilier économie d énergie & bâti ancien Contact: Arthur Goubet Ingénieur 206 rue de Belleville / 75020 PARIS Tél. : 01.43.15.00.06 / Fax : 01.43.15.01.80 e-mail : mail@tribu-energie.fr - web : www.tribu-energie.fr

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

Les 2 maisons à rénover. Maison 2 rue Marivaux à Liévin. Maison 22 rue Jean Moulin à Liévin

Les 2 maisons à rénover. Maison 2 rue Marivaux à Liévin. Maison 22 rue Jean Moulin à Liévin Cluster EKWATION - REHAFUTUR 2 lot 2 Les 2 maisons à rénover Maison 2 rue Marivaux à Liévin Maison 22 rue Jean Moulin à Liévin Cluster EKWATION - REHAFUTUR 2 lot 2 L équipe Organisation relative à l équipe

Plus en détail

L'énergie dans le bâtiment

L'énergie dans le bâtiment L'énergie dans le bâtiment Lycée agricole Aurillac Mardi 3 avril 2012 Réhabilitation énergétique Contexte énergétique en Auvergne : Consommation d énergie finale par secteur Émissions de CO2 par secteur

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc),

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc), MISE EN ŒUVRE (ISONAT FACILE A POSER ) ISOLATION DES TOITURES Le produit Isonat se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 25-41 : ouvrages en plaques de parement en plâtre, DTU

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

2.2.2 - Les domaines d emploi du béton

2.2.2 - Les domaines d emploi du béton 2.2.2 - Les domaines d emploi du béton Le bâtiment Le béton tient une place essentielle dans l urbanisme moderne. Cela semble normal lorsqu on considère sa participation dans la construction de logements

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

BGV Primo BGV Thermo BGV Costo

BGV Primo BGV Thermo BGV Costo 034 Crédit Photos : J.J. Bernier Juin 00 Imprimé sur du papier 60% recyclé BGV Primo BGV Costo 6 avenue Jules Verne BP 3337 4430 SaintSébastiensurLoire Tél. 0 40 807 807 Fax 0 40 807 808 www.bouyerleroux.com

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê 2 011,Ê I SBNÊ :Ê 9 78-2 - 212-12979 - 3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Construction à Ossature Bois. Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE

Construction à Ossature Bois. Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE Construction à Ossature Bois Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE Développer et produire en France, c est défendre nos valeurs... moins de GFD, UN EXPERT AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

Justification globale

Justification globale Logiciel Lesosai v.5.7 (build 356) Education (exp: 28.8.26) Logiciel appartenant à Cours de Nicolas Morel BFE/ENFK-Zert.-Nr.742 imprimé le: 26.6.28 16:2:26 page 1 de 29 Projet: La Méreune Emplacement du

Plus en détail

LE PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE

LE PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE LE PLANCHER SUR VIDE SANITAIRE MIEUX CONSTRUIRE ENSEMBLE Le défi Le RT2012 choix des équipements, de l énergie et de l orientation implique des bâtis très différents? votre variable d ajustement choisissez

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

mb rock mb rock + 0,40

mb rock mb rock + 0,40 MB ROCK & MB ROCK + mb rock mb rock + MB ROCK est un panneau rigide avec bord flexible pour l isolation des constructions à ossature bois entre montants structurels. MB ROCK + est un panneau rigide double

Plus en détail

Bien construire sa maison

Bien construire sa maison Bien construire sa maison Henri RENAUD Groupe Eyrolles, 2011, ISBN : 978-2-212-13229-8 Sommaire Chapitre 1 Terrain et avant-projet de construction 1. Choix du terrain pour bâtir... 2 2. Critères de choix

Plus en détail

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Construction d une maison Passive écologique Le Stanco 22300 LANNION Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Architecte : Atelier Rubin / tonquedec Constructeur : Tycoat construction / Plestin les grèves

Plus en détail

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Produit Breveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Toiture-Terrasse Combles Sous-toiture Haut d étage Haut

Plus en détail

Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier

Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier Phase avant-projet : coordination des conceptions structurale et architecturale pour les bâtiments multiétagés à ossature en acier Fournit des informations nécessaires à la prise de décisions efficaces

Plus en détail

L essentiel de La Rt 2012

L essentiel de La Rt 2012 L essentiel de la RT 2012 Philippe Leblond L essentiel de la RT 2012 Obligations et mise en œuvre de la réglementation thermique 2 e édition À tous ceux qui m ont soutenu, sans les citer pour n oublier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015

DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015 DOSSIER DE PRESSE - 26 janvier 2015 Contact : Agence LAIR et ROYNETTE 01 43 70 24 64 LR@lair-roynette.fr Philippe LAIR 06 09 84 85 34 ph.lair@lair-roynette.fr L agence LAIR et ROYNETTE Créée en 1988, l

Plus en détail

Ventilation «PAMAflex»

Ventilation «PAMAflex» 1. Description La ventilation dans une maison passive PAMAflex est réalisée par une ventilation mécanique. Ce système de ventilation assure, en permanence, une entrée d air frais dans les locaux de vie

Plus en détail

18 Logements S.L.H. à Ludres CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC. Visual TTH 2014 RT 2012

18 Logements S.L.H. à Ludres CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC. Visual TTH 2014 RT 2012 Visual TTH 2014-26/11/2015 18 Logements S.L.H. à Ludres CALCULS THERMIQUES REGLEMENTAIRES AVEC Visual TTH 2014 RT 2012 Conditions générales des calculs : - Date du dépôt du Permis de construire : 10/07/2015

Plus en détail

1 La conception bioclimatique

1 La conception bioclimatique Nos performances écologiques 1 La conception bioclimatique Une maison ioclimatique est intelligemment implantée bien orientées Objectif : utiliser passivement l énergie solaire pour bénéficier d apports

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012

Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012 Synthèse simplifiée (Rendu 1 : 23/07/15) RT 2012 (e4tech Lesosai 2015 - Moteur 7.0.2015.5873) Maitre d'ouvrage 1, rue saint-martin 78480 - verneuil-sur-seine baron 1, rue saint-martin 78480 - verneuil-sur-seine

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

KP+ Le système constructif économe et rapide pour des logements collectifs durables

KP+ Le système constructif économe et rapide pour des logements collectifs durables KP+ Le système constructif économe et rapide pour des logements collectifs durables Pourquoi concevoir différemment? Construire conforme, plus rapidement et moins cher est une nécessité. Pour répondre

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation 28 avril 2011 Grenelle de l'environnement Bâtiment Grenelle 2 et réglementation Assises nationales de l'aménagement et de l'économie durables en Montagne Commissariat Général au Développement durable Direction

Plus en détail

Les procédés d impression ne permettent pas une reproduction fi dèle des teintes - Document non contractuel.

Les procédés d impression ne permettent pas une reproduction fi dèle des teintes - Document non contractuel. Solutions CLIMAmur Mur la nouvelle gamme de briques climatiques à isolation intégrée Murbric, Mur Hybride ou Monomur, la gamme des briques Porotherm apportent des solutions innovantes qui réponden t aux

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE RT 2005

RÉGLEMENTATION THERMIQUE RT 2005 RÉGLEMENTATION THERMIQUE RT 2005 > Evolutions par rapport à la RT 2000 concernant les fenêtres : - renforcement de l isolation thermique des menuiseries (coefficient Uw), - prise en compte des apports

Plus en détail

BAYONNE : Le bâti ancien face au défi énergétique L enjeu du développement durable dans le secteur sauvegardé de Bayonne

BAYONNE : Le bâti ancien face au défi énergétique L enjeu du développement durable dans le secteur sauvegardé de Bayonne BAYONNE : Le bâti ancien face au défi énergétique L enjeu du développement durable dans le secteur sauvegardé de Bayonne Une Réglementation et des outils non adaptés à l existant + ARRETE 3 MAI 2007 Art

Plus en détail