Application de l AMDEC à un satellite en phase active

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application de l AMDEC à un satellite en phase active"

Transcription

1 Application de l AMDEC à un satellite en phase active Myriam Noureddine* Mohamed Amine Messaoudi** Département d Informatique, Faculté des Sciences, Université des Sciences et de la Technologie d Oran (USTO), B.P El-M'Naouer, Oran, Algérie. RÉSUMÉ. Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information importante pour la connaissance de notre planète et il est donc indispensable de disposer d images fiables et pouvant apporter les informations attendues. Cet article propose l identification des défaillances du système d acquisition d images par satellite. Notre démarche s inscrit dans une double approche PLM (Product Lifecycle management) et Sûreté de Fonctionnement (SdF). Nous identifions les défaillances du satellite à l étape d utilisation, suivant la méthode inductive d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticité (AMDEC) et en tenant compte des défaillances du capteur, placé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Les résultats obtenus vont permettre de disposer d informations pour obtenir des images fiables et de qualité. ABSTRACT. The images acquired by the remote sensing satellites are an important information source for knowledge of our planet. Therefore it is essential to have reliable images that can provide the expected information. This article proposes the failure s identification of satellite images acquisition system. Our gait is a dual approach, both PLM (Product Lifecycle Management) and dependability. We identify the satellite failures at the step of use, following the inductive method of Failure Mode, Effects, and Criticality Analysis (FMECA). We take into account the sensor failures, that located upstream of the satellite and which provides the necessary information. The obtained results allow having information in order to get reliable and high quality images. MOTS-CLÉS : Image satellitaire, satellite, PLM, SdF, défaillance, AMDEC. KEYWORDS: Satellite image, satellite, PLM, dependability, failure, FMECA. CIM 2010, pages 1 à 11

2 2 CIM Introduction Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information inégalée pour la connaissance, le suivi, la prévision, la gestion des ressources et les activités humaines de notre planète. Il est donc indispensable de disposer d images fiables et pouvant apporter les informations attendues. Cet article présente l identification des défaillances du système d acquisition d images par satellite. Dans une optique PLM (Product Lifecycle management), et sachant qu en général les défaillances sont détectées en phase de développement, nous considérons le satellite comme un produit fini en phase d utilisation. Notre démarche s inscrit dans une démarche de Sûreté de Fonctionnement (SdF) suivant la méthode d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticité (AMDEC). La deuxième section présente la démarche proposée suivant une approche conjointe PLM et SdF, ainsi que la méthode AMDEC. Nous présentons dans la troisième section l application au système d acquisition des images satellitaires à travers l identification des défaillances du satellite à l exécution en considérant un capteur placé en amont. A la fin, toutes les informations recueillies sont regroupées dans des fiches ou grilles. 2. Approche PLM et SdF pour l acquisition d images satellitaires 2.1. Cadre de l étude : Acquisition d images satellitaires Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information importante pour la connaissance de notre planète. La télédétection est la technique d'observation à distance par la mesure et le traitement du rayonnement électromagnétique émis ou réfléchi par l'objet étudié dans le but d'en tirer des informations concernant sa nature, ses propriétés et son état. Ainsi, on a quatre «acteurs» principaux (Caloz, 2007): Le rayonnement électromagnétique : c'est le vecteur de l'information relative à l'objet étudié c'est-à-dire le messager. L objet étudié : appelé également cible ou scène. Il réfléchit le rayonnement électromagnétique et émet son propre rayonnement en "greffant" sur lui des informations le concernant. L'observateur : Il représente à la fois les instruments de mesures du rayonnement, les systèmes d'acquisitions et de traitement des données et l'homme qui interprète les informations recueillies.

3 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 3 Le milieu perturbateur : l atmosphère et l'environnement qui absorbent, diffusent, réfléchissent partiellement le rayonnement électromagnétique et introduisent ainsi des parasites. Ces éléments permettront de définir la structure du système spatial Démarche proposée : Approche PLM et SdF Une image satellite est soumise à une série de facteurs qui perturbent la réception, la transmission et le traitement et introduisent des erreurs dans l image ce qui influence la qualité finale des résultats. Dans le cadre de la SdF, une entité connaît une défaillance lorsqu elle n est plus en mesure de remplir sa (ou ses) fonction (s) et une défaillance est la cessation de l aptitude d une entité (ou d un dispositif) à accomplir une fonction requise (Villemeur, 1988 ; Zwingelstein, 2009). Le but du PLM est de gérer un produit pendant tout son cycle de vie. Classiquement, un produit (ou système) passe -principalement- par les étapes de spécification, conception, production et utilisation. Nous proposons une démarche (Figure 1) s inscrivant dans une double approche PLM et SdF. Nous nous intéressons aux défaillances du système d acquisition d images par satellite à l étape d utilisation. Nous considérons le satellite comme un produit fini et ses défaillances internes sont ici négligées. Cependant, nous tenons compte des défaillances du capteur, situé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Spécification Conception Défaillance Production Capteur (Procédé) Utilisation Satellite (Produit) Défaillance Système d acquisition Figure 1. Approche proposée

4 4 CIM Méthode AMDEC L AMDEC tient une place importante en sûreté de fonctionnement car c est une méthode permettant de formaliser un grand nombre de connaissances sur les installations industrielles. La méthode AMDEC (IMdR-SdF, 2001 ; Kelada, 1998 ; Monchy, 2000) est une méthode qualitative et inductive visant à recenser les défaillances (Zwingelstein, 1995), puis à en estimer les risques. Sachant que nous considérons le système d acquisition comme un équipement, nous adoptons l AMDEC moyen. L AMDEC Moyen est vue comme un outil rentrant dans une stratégie d amélioration permanente de la fiabilité et de la disponibilité des équipements (Renson, 2003). La méthode est basée sur quatre étapes séquentielles: la décomposition fonctionnelle, l analyse qualitative, l analyse quantitative et finalement une proposition d actions correctrices. Un rapport d analyse ou grille AMDEC résume le bilan de l'étude de l analyse des défaillances. La description fonctionnelle adoptée est basée sur une décomposition arborescente et hiérarchique de la structure de l équipement. L étape suivante d analyse qualitative consiste à faire une identification des modes de défaillances, de leurs effets et des causes conduisant au dysfonctionnement d un élément du système. Ces trois notions sont liées par la relation suivante : Cause Mode Effet. La troisième étape d analyse quantitative permet le calcul de l indice de criticité C, déduit par le produit des trois indices nominaux F, G et D, représentant respectivement l indice de fréquence d apparition d'une défaillance due à une cause particulière, l indice de gravité des effets de la défaillance et l indice relatif à la possibilité de détecter la défaillance avant qu'elle ne produise l effet. La criticité C calculée permet de recenser les défaillances dont le niveau de criticité est supérieur à un seuil qui varie en fonction de critères de fiabilité (Monchy, 2000). Après le calcul de la criticité C et sa comparaison avec le seuil établi, différentes actions correctrices sont menées qui permettent d améliorer les valeurs des indices précédents et de définir les indices finaux F, G et D sur la même base que l évaluation précédente. La nouvelle criticité C calculée quantifie l amélioration réalisée. 3. Application au système d acquisition d images satellitaires 3.1. Décomposition fonctionnelle La description fonctionnelle adoptée est basée sur une décomposition arborescente à travers les notions de système, sous-systèmes et composants (Villemeur, 1988 ; Zwingelstein, 2009).

5 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 5 Suivant la structure du système spatial et la démarche proposée, nous focalisons la décomposition sur la fonction principale d acquisition d images satellitaires. Nous adoptons une décomposition hiérarchique et descendante sur trois niveaux maximum: le niveau 1, formé du système spatial complet, nommé Système d Acquisition et de Traitement des Images Satellitaires (SATIS), le niveau 2, formé de l ensemble de tous les sous-systèmes, le niveau 3, formé de l ensemble des composants de chaque sous-système. Le sous-système d acquisition est composé des deux composants satellite et capteur Analyse qualitative A partir de la décomposition du système d acquisition, nous identifions les défaillances à travers les perturbations d orbite du satellite ainsi que les défaillances du capteur Les perturbations d orbite Le choix d'une orbite est déterminé par l'altitude, l'orientation et la rotation du satellite par rapport à la Terre et les facteurs de dégradation de l orbite agissent sur l orbite, mais aussi sur l altitude du satellite (Kergomard, 2010). Les variations de l orbite ont des conséquences sur les images de télédétection et elles sont à l origine de distorsions géométriques (Figure 3, Kergomard, 2010): roulis du satellite (1), tangage du satellite (2), mouvement de lacet (3), altitude trop élevée (4), vitesse trop rapide (5), augmentation de la vitesse (6). Figure 2. Effets des variations de l orbite d un satellite La détection des défaillances est obtenue en comparant les images obtenues avec des images cartographiques de la zone concernée.

6 6 CIM 2010 Au niveau 3, pour le composant satellite, nous adoptons le mode de défaillance générique mouvement du satellite et le tableau 1 donne les triplets mode, cause, effet obtenus: Mode Cause Effet Mouvement de satellite mouvement de roulis mouvement de tangage mouvement de lacet altitude trop élevée vitesse trop rapide augmentation de vitesse effet roulis effet tangage Effet de lacet effet d altitude trop élevée effet de vitesse trop rapide effet d augmentation de vitesse Tableau 1. Triplets pour le satellite Les défaillances du capteur Le signal traversant le radiomètre «capteur» subit plusieurs transformations. La détection des défaillances est obtenue visuellement. Les principales altérations que le signal est susceptible de subir sont (Caloz et al., 2001 ; Caloz, 2007): l effet panoramique: Le champ de vue étant constant, les pixels s agrandissent à mesure que l angle d incidence augmente. dérive des détecteurs: au fil du temps, les valeurs initiales des détecteurs dérivent. Il apparaît alors sur l image un motif formé de lignes plus sombres ou plus claires appelé lignage. l électronique produit aussi un bruit pouvant s additionner au signal. l optique du radiomètre produit une légère absorption du signal. déformation géométrique du pixel due à la variation de l'angle de visée. le miroir oscillant: à chaque extrémité de son oscillation (lors du changement de sens), subit une variation de sa vitesse angulaire. l effet conjugué du balayage par miroir oscillant et de l avance du satellite produit une ligne en zigzag avec un échantillon variable sur les bords de l image. des valeurs aberrantes peuvent être produites par la saturation des détecteurs lors d une cible trop réfléchissante.

7 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 7 On obtient, au niveau 3 pour le composant capteur, les triplets (Tableau 2) mode, cause, effet suivants: augmentation de la taille du pixel lignage sur l image Mode Cause Effet bruit de l électronique augmentation de l angle d incidence vieillissement des barrettes de détecteurs les composants électroniques effet panoramique effet de lignage bruit dans le signal absorption du signal l optique du radiomètre Dégradation du signal déformation mouvement du miroir oscillant saturation d un détecteur variation de l'angle de visée le miroir oscillant cible trop réfléchissante déformation géométrique du pixel balayage en zigzag des valeurs aberrantes Tableau 2. Triplets pour le capteur 3.3. Analyse quantitative et actions correctrices Nous adoptons dans cet article une échelle de valeur estimée de 1 (mineure) à 4 (maximum) pour les trois indices F, G et D, (Tableau 3), empruntée à l évaluation des indices dans le domaine de la maintenance industrielle (Monchy, 2000). Indice / Valeurs F Très rare Faible Occasionnelle Forte G Mineure Moyenne Majeure Catastrophique D Evidente Exploitable Faible Impossible Tableau 3. Evaluation des indices nominaux

8 8 CIM 2010 Après estimation des indices, nous calculons la criticité C pour chaque triplet. Dans cet article et en première estimation, nous fixons le seuil à 10, qui permettra d introduire des actions correctrices et de calculer la nouvelle criticité C, à partir des indices finaux F, G et D. Par exemple, considérons le premier triplet du composant satellite. La valeur estimée des indices (F=2, G=3, D=2) introduit le déclenchement de l action correctrice «faire des corrections géométriques», qui donne ensuite une amélioration de la criticité par la prise en compte des indices finaux. De la même manière, considérons le deuxième triplet du composant capteur. La valeur estimée des indices (F=2, G=4, D=2) introduit le déclenchement d une action correctrice «faire des corrections radiométriques», qui génère aussi une amélioration de la criticité à travers les indices finaux considérés Génération automatique des rapports d analyse Afin de réduire le caractère fastidieux du traitement de données importantes et dans le souci d offrir une aide à la rédaction des rapports d analyse de la méthode AMDEC, nous utilisons un logiciel (Noureddine et al., 2007) développé et dédié à l automatisation de la méthode d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité. Le logiciel intègre les quatre étapes de la méthode et génère ensuite automatiquement les grilles ou rapports d analyse. Nous appliquons une approche ascendante de génération des défaillances pour chaque triplet à partir du niveau le plus bas. On obtient le rapport d analyse du système d acquisition (Figure 3) suivant les deux composants concernés (satellite et capteur). Figure 3. Grille AMDEC des composants satellite et capteur

9 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 9 L approche adoptée permet de définir une organisation hiérarchique des défaillances, suivant les triplets mode, cause, effet à travers deux règles R1 et R2: R1 : le mode de défaillance d un élément, situé au niveau i, est la cause d une défaillance sur l élément situé au niveau supérieur i-1. R2 : l effet d une défaillance d un élément, situé au niveau i, est le mode d une défaillance sur l élément situé au niveau supérieur i-1. Considérons le rapport d analyse du système d acquisition (Figure 4), situé au niveau 2. Figure 4. Grille AMDEC du système d acquisition d images par satellite On a : le mode de défaillance générique mouvement de satellite du niveau 3 (composant satellite) est la cause de défaillance du système d acquisition situé au niveau supérieur 2 (R1). l effet obtenu effet roulis du niveau 3 est le mode de défaillance du système d acquisition (R2). La même démarche de vérification peut être faite sur les autres triplets. 4. Conclusion et perspectives Dans cet article, nous avons proposé une analyse des défaillances d un système d acquisition d images satellitaires. La démarche adoptée s inscrit suivant une double approche PLM et SdF, en appréhendant les défaillances du système

10 10 CIM 2010 d acquisition d images par satellite à l étape d utilisation. Nous avons considéré le satellite comme un produit fini, supposé sans défaillances et nous avons également considéré les défaillances du capteur, situé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Pour identifier les défaillances, nous avons utilisé l AMDEC, en validant notre démarche par l utilisation d un logiciel dédié, intégrant les étapes de la méthode. Le logiciel génère ensuite automatiquement les rapports d analyse, qui permettent de disposer d informations afin de prévenir les défaillances du satellite. L étude des défaillances des autres sous systèmes est en cours, suivant la même démarche et nous envisageons également la prise en compte des défaillances internes au satellite. En parallèle, nous menons une réflexion sur l estimation de l échelle des indices nominaux et du seuil, suivant une analyse de décision multicritères et une analyse de sensibilité relative à ces indices. A l issue de toute cette étude, le résultat final sera un système d informations regroupant l ensemble des défaillances du système spatial d acquisition et de traitement des images satellitaires. Dans un contexte de capitalisation des connaissances (Bissay et al., 2008) sur les défaillances et de support au système d information (Pernelle, 2009), le développement d un système PLM (Saaksvuori et al., 2008) serait intéressant en particulier par la prise en compte de l historique et de la trace des défaillances. Cette approche contribuera ainsi à la prévention des dysfonctionnements du système spatial, pour obtenir des images fiables et de haute qualité. 5. Références bibliographiques Bissay A., Pernelle P., Lefebvre A., Bouras A., «Démarche d intégration des connaissances au système PLM», 1er Congrès des Innovations Mécaniques CIM 2008, Sousse (Tunisie), pp. 1-16, Avril Caloz R., Bonn F.J., Collet C., Rochon G., «Précis de Télédétection», Traitement numérique d images de télédétection, Presses de l Université du Québec (Canada), Caloz R., «Télédétection Sattelitale», Document de Cours, LaSIG Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse), IMdR-SdF, «Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets (AMDE)», Guide Pédagogique de l Institut pour la Maîtrise des Risques, CP04, Janvier Kelada J., «L AMDEC», Rapport de l Ecole des HEC, Canada, Kergomard C., «La Télédétection Aéro-Spatiale : une introduction», Document de Cours, Ecole Normale Supérieure de Paris, consulté le 22 Février 2010, disponible à Monchy F., «Maintenance méthodes et organisation», Edition Dunod, 2000.

11 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 11 Noureddine M., Noureddine R., «Génération automatique de l analyse des défaillances Etude de cas», Séminaire sur les Techniques et le Management de la Maintenance STMM2007, EMP- Bordj-El-Bahri (Algérie), CD-Rom 6 pages, 7-8 Mai Pernelle P., «Les principaux concepts des systèmes PLM», Journée du PLM 2009, Lyon (France), 3 février Renson P., «L apport de l AMDEC en fiabilisation des installations industrielles», 1er Colloque francophone Performances et Nouvelles Technologies en Maintenance PENTOM 2003, Valenciennes (France), CD-Rom 10 pages, Mars Saaksvuori A., Immonen A., «Product Life Management», 3 ème Edition Springer-Verlag, Villemeur A., «Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels», Editions Eyrolles, Zwingelstein G., «Diagnostic des défaillances», Editions Hermès, Zwingelstein G., «Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels complexes», Techniques de l Ingénieur, S 8 250v2 & S 8 251, 10 Juin 2009.

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Analyse vibratoire expérimentale : outil de surveillance et de diagnostic Dr Roger SERRA ENIVL / LMR 1 Contexte (1/2) Première publication de la charte

Plus en détail

L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un motocompresseur d une PME marocaine

L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un motocompresseur d une PME marocaine L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un moto d une PME marocaine Brahim HERROU*, Mohamed ELGHORBA** *Ecole Supérieure de Technologie BP. 2427 Route Imouzzer Fes herroubrahim@yahoo.fr

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV)

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV) Quatrième Conférence Internationale sur le Génie Electrique CIGE 10, 03-04 Novembre 2010, Université de Bechar, Algérie Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V : Concepts et Langages EA 4509 Sens Textes Informatique Histoire T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : Linguistique

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Corinne Curt 1* Richard Gervais 2 1 Cemagref Groupe de Recherche Ouvrages Hydrauliques

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus C A T A L O G U E F O R M A T I O N S 2014 Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus Méthodes prévention AMDEC (Analyse

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES LA MÉTHODE AMDEC HACCP Technique spécifique de la sûreté de fonctionnement, l'analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Les Interacteurs Hiérarchisés 1

Les Interacteurs Hiérarchisés 1 Les Interacteurs Hiérarchisés 1 Une architecture orientée tâches pour la conception des dialogues. Patrick Girard, Guy Pierra, Laurent Guittet LISI, ENSMA, Site du Futuroscope - B.P. 109-86960 FUTUROSCOPE

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé :

MÉTHODOLOGIE PROJET SYSTÈME D INFORMATION DÉCISIONNEL BI - BUSINESS INTELLIGENCE. En résumé : En résumé : Phase I : collecte des besoins I - Expression des besoins II - Étude de faisabilité III - Définition des priorités IV - Rédaction puis validation du cahier des charges Phase II : implémentation

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0

OHANA-SPE-ALAR. OHANA : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard. Version 1.0 -SPE-ALAR : Spécifications Système d'alignement Automatique de la Ligne à Retard Version 1.0 Observatoire de Paris 61, avenue de l Observatoire 75014 Paris France tél 33 (0)1 40 51 21 58 fax 33 (0)1 43

Plus en détail

Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance

Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance Un outil d accompagnement des missions pour une licence professionnelle chargé d études statistiques en alternance Antoine Rolland & Hélène Chanvillard CERRAL 1 - IUT Lumière Lyon II Bd de l université,

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

FORMALISATION DU RETOUR D EXPÉRIENCE EN SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT DANS LE DOMAINE SPATIAL DEPENDABILITY LESSONS LEARNED IN THE SPACE FIELD

FORMALISATION DU RETOUR D EXPÉRIENCE EN SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT DANS LE DOMAINE SPATIAL DEPENDABILITY LESSONS LEARNED IN THE SPACE FIELD FORMALISATION DU RETOUR D EXPÉRIENCE EN SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT DANS LE DOMAINE SPATIAL DEPENDABILITY LESSONS LEARNED IN THE SPACE FIELD Karine Etienne 1, Julien Faure1, André Cabarbaye 1&2 1 Centre National

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

PRESENTATION PRODUITS

PRESENTATION PRODUITS CONNAISSANCES FORMATION SÉCURITÉ PRESENTATION PRODUITS ÉVALUATION DES CONDITIONS COLLABORATION COMITÉS ANALYSE TECHNOLOGIE NORMALISATION La connaissance, instantanément Des solutions modernes, basées sur

Plus en détail

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES.

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. I. APPLICATIONS UTILISEES POUR CETTE ACTIVITE : Sauf indication les applications sont gratuites. 1.Pour connaître les exoplanetes : Exoplanet (android et IOS)

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

VisArtico : visualiser les données articulatoires obtenues par un articulographe

VisArtico : visualiser les données articulatoires obtenues par un articulographe VisArtico : visualiser les données articulatoires obtenues par un articulographe Slim Ouni 1,2 Loïc Mangeonjean 2 (1) LORIA - UMR 7503, 54506 Vandoeuvre-lès-Nancy Cedex (2) Université de Lorraine Slim.Ouni@loria.fr

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Nicolas Baghdadi Irstea, Maison de la télédétection, UMR TETIS, Montpellier, France Sensibilité du signal radar en bande X: TerraSAR-X Fort potentiel

Plus en détail

TPM Totale Productive Maintenance

TPM Totale Productive Maintenance T.P.M ou Topo Maintenance Méthodes de maintenance TPM Totale Productive Maintenance 1 T.P.M ou Topo Maintenance 1. CONTEXTE GENERAL La TPM (de l anglais Total Productive Maintenance) est un système global

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

Qu est-ce que c est? La notion de localisation

Qu est-ce que c est? La notion de localisation Qu est-ce que c est? La notion de localisation est floue Adaptation à la langue locale (peut se révéler non triviale!) Internet est indépendant (potentiellement) de la localisation Le réseau téléphonique

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1

ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1 Intelligent Building Control ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1 Page 1 ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S3.1 et RM/S4.1 La connexion entre Une installation électrique

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Soufiene Lajmi * Chirine Ghedira ** Khaled Ghedira * * Laboratoire SOIE (ENSI) University of Manouba, Manouba 2010, Tunisia Soufiene.lajmi@ensi.rnu.tn,

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

Classification Automatique de messages : une approche hybride

Classification Automatique de messages : une approche hybride RECIAL 2002, Nancy, 24-27 juin 2002 Classification Automatique de messages : une approche hybride O. Nouali (1) Laboratoire des Logiciels de base, CE.R.I.S., Rue des 3 frères Aïssiou, Ben Aknoun, Alger,

Plus en détail

Sommaire. Liste des figures

Sommaire. Liste des figures Sommaire Liste des figures Résumé Nos sociétés modernes sont devenues des "sociétés à projets", et tout projet à besoin de méthodes : voir, juger, agir, analyser, planifier, et contrôler. Ce que nous appelons

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

Audit et expertise Wi-Fi

Audit et expertise Wi-Fi Audit et expertise Wi-Fi Sommaire 1 Préambule... 3 1.1 Movilann... 3 1.2 Notre métier, vous accompagnez sur vos projets Wi-Fi... 3 1.2.1 Veille technologique... 3 1.2.2 Audit & Expertise... 3 1.3 Partenaires

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

1. Correction de la position actuelle et de la distance

1. Correction de la position actuelle et de la distance 1. Correction de la position actuelle et de la distance Une correction est nécessaire dans les cas suivants : Lorsque vous remplacez une roue : effectuez une correction automatique (correction de la distance)

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

L approche processus. Muriel Pinel Laurent Tabourot

L approche processus. Muriel Pinel Laurent Tabourot L approche processus Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Des exigences venues de l ISO La Norme ISO 9001 v 2000 «encourage l'adoption d'une approche processus lors du développement, de la mise en

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

«Extension du logiciel GMAO (Gestion de Maintenance industrielle Assistée par Ordinateur) de la Société FABRICS MADAGASCAR»

«Extension du logiciel GMAO (Gestion de Maintenance industrielle Assistée par Ordinateur) de la Société FABRICS MADAGASCAR» UNIVERSITE D ANTANANARIVO ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE Départements: Génie Mécanique Productique et Génie Electrique Filière : Génie Industriel Mémoire de fin d études pour l obtention du diplôme d ingénieur

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Laurent Denis STATXPERT Journée technologique "Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production" FIGEAC,

Plus en détail

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME

INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME Deuxième partie : introduction. 137 INTRODUCTION AU PILOTAGE D UN VÉHICULE AUTONOME I. OBJET ET ENJEUX DE L ÉTUDE. La conception des véhicules automatisés, ou robots mobiles, à roues est un domaine de

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches

Plus en détail

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits.

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits. PAGE : 1 I) Introduction : La croissance de la puissance des systèmes de traitement ainsi que les impératifs de productivité appellent dans tous les domaines de production industrielle un besoin d information

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail