Application de l AMDEC à un satellite en phase active

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Application de l AMDEC à un satellite en phase active"

Transcription

1 Application de l AMDEC à un satellite en phase active Myriam Noureddine* Mohamed Amine Messaoudi** Département d Informatique, Faculté des Sciences, Université des Sciences et de la Technologie d Oran (USTO), B.P El-M'Naouer, Oran, Algérie. RÉSUMÉ. Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information importante pour la connaissance de notre planète et il est donc indispensable de disposer d images fiables et pouvant apporter les informations attendues. Cet article propose l identification des défaillances du système d acquisition d images par satellite. Notre démarche s inscrit dans une double approche PLM (Product Lifecycle management) et Sûreté de Fonctionnement (SdF). Nous identifions les défaillances du satellite à l étape d utilisation, suivant la méthode inductive d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticité (AMDEC) et en tenant compte des défaillances du capteur, placé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Les résultats obtenus vont permettre de disposer d informations pour obtenir des images fiables et de qualité. ABSTRACT. The images acquired by the remote sensing satellites are an important information source for knowledge of our planet. Therefore it is essential to have reliable images that can provide the expected information. This article proposes the failure s identification of satellite images acquisition system. Our gait is a dual approach, both PLM (Product Lifecycle Management) and dependability. We identify the satellite failures at the step of use, following the inductive method of Failure Mode, Effects, and Criticality Analysis (FMECA). We take into account the sensor failures, that located upstream of the satellite and which provides the necessary information. The obtained results allow having information in order to get reliable and high quality images. MOTS-CLÉS : Image satellitaire, satellite, PLM, SdF, défaillance, AMDEC. KEYWORDS: Satellite image, satellite, PLM, dependability, failure, FMECA. CIM 2010, pages 1 à 11

2 2 CIM Introduction Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information inégalée pour la connaissance, le suivi, la prévision, la gestion des ressources et les activités humaines de notre planète. Il est donc indispensable de disposer d images fiables et pouvant apporter les informations attendues. Cet article présente l identification des défaillances du système d acquisition d images par satellite. Dans une optique PLM (Product Lifecycle management), et sachant qu en général les défaillances sont détectées en phase de développement, nous considérons le satellite comme un produit fini en phase d utilisation. Notre démarche s inscrit dans une démarche de Sûreté de Fonctionnement (SdF) suivant la méthode d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leurs Criticité (AMDEC). La deuxième section présente la démarche proposée suivant une approche conjointe PLM et SdF, ainsi que la méthode AMDEC. Nous présentons dans la troisième section l application au système d acquisition des images satellitaires à travers l identification des défaillances du satellite à l exécution en considérant un capteur placé en amont. A la fin, toutes les informations recueillies sont regroupées dans des fiches ou grilles. 2. Approche PLM et SdF pour l acquisition d images satellitaires 2.1. Cadre de l étude : Acquisition d images satellitaires Les images acquises par les satellites d observation de la terre constituent une source d information importante pour la connaissance de notre planète. La télédétection est la technique d'observation à distance par la mesure et le traitement du rayonnement électromagnétique émis ou réfléchi par l'objet étudié dans le but d'en tirer des informations concernant sa nature, ses propriétés et son état. Ainsi, on a quatre «acteurs» principaux (Caloz, 2007): Le rayonnement électromagnétique : c'est le vecteur de l'information relative à l'objet étudié c'est-à-dire le messager. L objet étudié : appelé également cible ou scène. Il réfléchit le rayonnement électromagnétique et émet son propre rayonnement en "greffant" sur lui des informations le concernant. L'observateur : Il représente à la fois les instruments de mesures du rayonnement, les systèmes d'acquisitions et de traitement des données et l'homme qui interprète les informations recueillies.

3 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 3 Le milieu perturbateur : l atmosphère et l'environnement qui absorbent, diffusent, réfléchissent partiellement le rayonnement électromagnétique et introduisent ainsi des parasites. Ces éléments permettront de définir la structure du système spatial Démarche proposée : Approche PLM et SdF Une image satellite est soumise à une série de facteurs qui perturbent la réception, la transmission et le traitement et introduisent des erreurs dans l image ce qui influence la qualité finale des résultats. Dans le cadre de la SdF, une entité connaît une défaillance lorsqu elle n est plus en mesure de remplir sa (ou ses) fonction (s) et une défaillance est la cessation de l aptitude d une entité (ou d un dispositif) à accomplir une fonction requise (Villemeur, 1988 ; Zwingelstein, 2009). Le but du PLM est de gérer un produit pendant tout son cycle de vie. Classiquement, un produit (ou système) passe -principalement- par les étapes de spécification, conception, production et utilisation. Nous proposons une démarche (Figure 1) s inscrivant dans une double approche PLM et SdF. Nous nous intéressons aux défaillances du système d acquisition d images par satellite à l étape d utilisation. Nous considérons le satellite comme un produit fini et ses défaillances internes sont ici négligées. Cependant, nous tenons compte des défaillances du capteur, situé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Spécification Conception Défaillance Production Capteur (Procédé) Utilisation Satellite (Produit) Défaillance Système d acquisition Figure 1. Approche proposée

4 4 CIM Méthode AMDEC L AMDEC tient une place importante en sûreté de fonctionnement car c est une méthode permettant de formaliser un grand nombre de connaissances sur les installations industrielles. La méthode AMDEC (IMdR-SdF, 2001 ; Kelada, 1998 ; Monchy, 2000) est une méthode qualitative et inductive visant à recenser les défaillances (Zwingelstein, 1995), puis à en estimer les risques. Sachant que nous considérons le système d acquisition comme un équipement, nous adoptons l AMDEC moyen. L AMDEC Moyen est vue comme un outil rentrant dans une stratégie d amélioration permanente de la fiabilité et de la disponibilité des équipements (Renson, 2003). La méthode est basée sur quatre étapes séquentielles: la décomposition fonctionnelle, l analyse qualitative, l analyse quantitative et finalement une proposition d actions correctrices. Un rapport d analyse ou grille AMDEC résume le bilan de l'étude de l analyse des défaillances. La description fonctionnelle adoptée est basée sur une décomposition arborescente et hiérarchique de la structure de l équipement. L étape suivante d analyse qualitative consiste à faire une identification des modes de défaillances, de leurs effets et des causes conduisant au dysfonctionnement d un élément du système. Ces trois notions sont liées par la relation suivante : Cause Mode Effet. La troisième étape d analyse quantitative permet le calcul de l indice de criticité C, déduit par le produit des trois indices nominaux F, G et D, représentant respectivement l indice de fréquence d apparition d'une défaillance due à une cause particulière, l indice de gravité des effets de la défaillance et l indice relatif à la possibilité de détecter la défaillance avant qu'elle ne produise l effet. La criticité C calculée permet de recenser les défaillances dont le niveau de criticité est supérieur à un seuil qui varie en fonction de critères de fiabilité (Monchy, 2000). Après le calcul de la criticité C et sa comparaison avec le seuil établi, différentes actions correctrices sont menées qui permettent d améliorer les valeurs des indices précédents et de définir les indices finaux F, G et D sur la même base que l évaluation précédente. La nouvelle criticité C calculée quantifie l amélioration réalisée. 3. Application au système d acquisition d images satellitaires 3.1. Décomposition fonctionnelle La description fonctionnelle adoptée est basée sur une décomposition arborescente à travers les notions de système, sous-systèmes et composants (Villemeur, 1988 ; Zwingelstein, 2009).

5 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 5 Suivant la structure du système spatial et la démarche proposée, nous focalisons la décomposition sur la fonction principale d acquisition d images satellitaires. Nous adoptons une décomposition hiérarchique et descendante sur trois niveaux maximum: le niveau 1, formé du système spatial complet, nommé Système d Acquisition et de Traitement des Images Satellitaires (SATIS), le niveau 2, formé de l ensemble de tous les sous-systèmes, le niveau 3, formé de l ensemble des composants de chaque sous-système. Le sous-système d acquisition est composé des deux composants satellite et capteur Analyse qualitative A partir de la décomposition du système d acquisition, nous identifions les défaillances à travers les perturbations d orbite du satellite ainsi que les défaillances du capteur Les perturbations d orbite Le choix d'une orbite est déterminé par l'altitude, l'orientation et la rotation du satellite par rapport à la Terre et les facteurs de dégradation de l orbite agissent sur l orbite, mais aussi sur l altitude du satellite (Kergomard, 2010). Les variations de l orbite ont des conséquences sur les images de télédétection et elles sont à l origine de distorsions géométriques (Figure 3, Kergomard, 2010): roulis du satellite (1), tangage du satellite (2), mouvement de lacet (3), altitude trop élevée (4), vitesse trop rapide (5), augmentation de la vitesse (6). Figure 2. Effets des variations de l orbite d un satellite La détection des défaillances est obtenue en comparant les images obtenues avec des images cartographiques de la zone concernée.

6 6 CIM 2010 Au niveau 3, pour le composant satellite, nous adoptons le mode de défaillance générique mouvement du satellite et le tableau 1 donne les triplets mode, cause, effet obtenus: Mode Cause Effet Mouvement de satellite mouvement de roulis mouvement de tangage mouvement de lacet altitude trop élevée vitesse trop rapide augmentation de vitesse effet roulis effet tangage Effet de lacet effet d altitude trop élevée effet de vitesse trop rapide effet d augmentation de vitesse Tableau 1. Triplets pour le satellite Les défaillances du capteur Le signal traversant le radiomètre «capteur» subit plusieurs transformations. La détection des défaillances est obtenue visuellement. Les principales altérations que le signal est susceptible de subir sont (Caloz et al., 2001 ; Caloz, 2007): l effet panoramique: Le champ de vue étant constant, les pixels s agrandissent à mesure que l angle d incidence augmente. dérive des détecteurs: au fil du temps, les valeurs initiales des détecteurs dérivent. Il apparaît alors sur l image un motif formé de lignes plus sombres ou plus claires appelé lignage. l électronique produit aussi un bruit pouvant s additionner au signal. l optique du radiomètre produit une légère absorption du signal. déformation géométrique du pixel due à la variation de l'angle de visée. le miroir oscillant: à chaque extrémité de son oscillation (lors du changement de sens), subit une variation de sa vitesse angulaire. l effet conjugué du balayage par miroir oscillant et de l avance du satellite produit une ligne en zigzag avec un échantillon variable sur les bords de l image. des valeurs aberrantes peuvent être produites par la saturation des détecteurs lors d une cible trop réfléchissante.

7 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 7 On obtient, au niveau 3 pour le composant capteur, les triplets (Tableau 2) mode, cause, effet suivants: augmentation de la taille du pixel lignage sur l image Mode Cause Effet bruit de l électronique augmentation de l angle d incidence vieillissement des barrettes de détecteurs les composants électroniques effet panoramique effet de lignage bruit dans le signal absorption du signal l optique du radiomètre Dégradation du signal déformation mouvement du miroir oscillant saturation d un détecteur variation de l'angle de visée le miroir oscillant cible trop réfléchissante déformation géométrique du pixel balayage en zigzag des valeurs aberrantes Tableau 2. Triplets pour le capteur 3.3. Analyse quantitative et actions correctrices Nous adoptons dans cet article une échelle de valeur estimée de 1 (mineure) à 4 (maximum) pour les trois indices F, G et D, (Tableau 3), empruntée à l évaluation des indices dans le domaine de la maintenance industrielle (Monchy, 2000). Indice / Valeurs F Très rare Faible Occasionnelle Forte G Mineure Moyenne Majeure Catastrophique D Evidente Exploitable Faible Impossible Tableau 3. Evaluation des indices nominaux

8 8 CIM 2010 Après estimation des indices, nous calculons la criticité C pour chaque triplet. Dans cet article et en première estimation, nous fixons le seuil à 10, qui permettra d introduire des actions correctrices et de calculer la nouvelle criticité C, à partir des indices finaux F, G et D. Par exemple, considérons le premier triplet du composant satellite. La valeur estimée des indices (F=2, G=3, D=2) introduit le déclenchement de l action correctrice «faire des corrections géométriques», qui donne ensuite une amélioration de la criticité par la prise en compte des indices finaux. De la même manière, considérons le deuxième triplet du composant capteur. La valeur estimée des indices (F=2, G=4, D=2) introduit le déclenchement d une action correctrice «faire des corrections radiométriques», qui génère aussi une amélioration de la criticité à travers les indices finaux considérés Génération automatique des rapports d analyse Afin de réduire le caractère fastidieux du traitement de données importantes et dans le souci d offrir une aide à la rédaction des rapports d analyse de la méthode AMDEC, nous utilisons un logiciel (Noureddine et al., 2007) développé et dédié à l automatisation de la méthode d Analyse des Modes de Défaillances, de leurs Effets et de leur Criticité. Le logiciel intègre les quatre étapes de la méthode et génère ensuite automatiquement les grilles ou rapports d analyse. Nous appliquons une approche ascendante de génération des défaillances pour chaque triplet à partir du niveau le plus bas. On obtient le rapport d analyse du système d acquisition (Figure 3) suivant les deux composants concernés (satellite et capteur). Figure 3. Grille AMDEC des composants satellite et capteur

9 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 9 L approche adoptée permet de définir une organisation hiérarchique des défaillances, suivant les triplets mode, cause, effet à travers deux règles R1 et R2: R1 : le mode de défaillance d un élément, situé au niveau i, est la cause d une défaillance sur l élément situé au niveau supérieur i-1. R2 : l effet d une défaillance d un élément, situé au niveau i, est le mode d une défaillance sur l élément situé au niveau supérieur i-1. Considérons le rapport d analyse du système d acquisition (Figure 4), situé au niveau 2. Figure 4. Grille AMDEC du système d acquisition d images par satellite On a : le mode de défaillance générique mouvement de satellite du niveau 3 (composant satellite) est la cause de défaillance du système d acquisition situé au niveau supérieur 2 (R1). l effet obtenu effet roulis du niveau 3 est le mode de défaillance du système d acquisition (R2). La même démarche de vérification peut être faite sur les autres triplets. 4. Conclusion et perspectives Dans cet article, nous avons proposé une analyse des défaillances d un système d acquisition d images satellitaires. La démarche adoptée s inscrit suivant une double approche PLM et SdF, en appréhendant les défaillances du système

10 10 CIM 2010 d acquisition d images par satellite à l étape d utilisation. Nous avons considéré le satellite comme un produit fini, supposé sans défaillances et nous avons également considéré les défaillances du capteur, situé en amont du satellite et qui lui fournit l information nécessaire. Pour identifier les défaillances, nous avons utilisé l AMDEC, en validant notre démarche par l utilisation d un logiciel dédié, intégrant les étapes de la méthode. Le logiciel génère ensuite automatiquement les rapports d analyse, qui permettent de disposer d informations afin de prévenir les défaillances du satellite. L étude des défaillances des autres sous systèmes est en cours, suivant la même démarche et nous envisageons également la prise en compte des défaillances internes au satellite. En parallèle, nous menons une réflexion sur l estimation de l échelle des indices nominaux et du seuil, suivant une analyse de décision multicritères et une analyse de sensibilité relative à ces indices. A l issue de toute cette étude, le résultat final sera un système d informations regroupant l ensemble des défaillances du système spatial d acquisition et de traitement des images satellitaires. Dans un contexte de capitalisation des connaissances (Bissay et al., 2008) sur les défaillances et de support au système d information (Pernelle, 2009), le développement d un système PLM (Saaksvuori et al., 2008) serait intéressant en particulier par la prise en compte de l historique et de la trace des défaillances. Cette approche contribuera ainsi à la prévention des dysfonctionnements du système spatial, pour obtenir des images fiables et de haute qualité. 5. Références bibliographiques Bissay A., Pernelle P., Lefebvre A., Bouras A., «Démarche d intégration des connaissances au système PLM», 1er Congrès des Innovations Mécaniques CIM 2008, Sousse (Tunisie), pp. 1-16, Avril Caloz R., Bonn F.J., Collet C., Rochon G., «Précis de Télédétection», Traitement numérique d images de télédétection, Presses de l Université du Québec (Canada), Caloz R., «Télédétection Sattelitale», Document de Cours, LaSIG Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse), IMdR-SdF, «Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets (AMDE)», Guide Pédagogique de l Institut pour la Maîtrise des Risques, CP04, Janvier Kelada J., «L AMDEC», Rapport de l Ecole des HEC, Canada, Kergomard C., «La Télédétection Aéro-Spatiale : une introduction», Document de Cours, Ecole Normale Supérieure de Paris, consulté le 22 Février 2010, disponible à Monchy F., «Maintenance méthodes et organisation», Edition Dunod, 2000.

11 Application de l AMDEC à un satellite en phase active 11 Noureddine M., Noureddine R., «Génération automatique de l analyse des défaillances Etude de cas», Séminaire sur les Techniques et le Management de la Maintenance STMM2007, EMP- Bordj-El-Bahri (Algérie), CD-Rom 6 pages, 7-8 Mai Pernelle P., «Les principaux concepts des systèmes PLM», Journée du PLM 2009, Lyon (France), 3 février Renson P., «L apport de l AMDEC en fiabilisation des installations industrielles», 1er Colloque francophone Performances et Nouvelles Technologies en Maintenance PENTOM 2003, Valenciennes (France), CD-Rom 10 pages, Mars Saaksvuori A., Immonen A., «Product Life Management», 3 ème Edition Springer-Verlag, Villemeur A., «Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels», Editions Eyrolles, Zwingelstein G., «Diagnostic des défaillances», Editions Hermès, Zwingelstein G., «Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels complexes», Techniques de l Ingénieur, S 8 250v2 & S 8 251, 10 Juin 2009.

2 - La télédétection optique

2 - La télédétection optique Introduction à la télédétection 2 - La télédétection optique OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Principes d'acquisition des images 5 A. Acquisition d'une image...5 1. 2. 3. 4. Le scanner...6 Le

Plus en détail

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 327 338 Un simple algorithme mono-canal pour l estimation de la température de surface à partir des images du canal infrarouge thermique de METEOSAT

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Analyse vibratoire expérimentale : outil de surveillance et de diagnostic Dr Roger SERRA ENIVL / LMR 1 Contexte (1/2) Première publication de la charte

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1

AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC Analyse des Modes de Défaillance de leurs Effets et de leur Criticité A.1 AMDEC dans l'industrie de l'utilisation de cette méthode dans le secteur industriel AMDEC pour : l'analyse prévisionnelle

Plus en détail

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique L'expression "télédétection" désigne l'observation de la surface terrestre à partir de l'espace en utilisant les propriétés des ondes électromagnétiques

Plus en détail

L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un motocompresseur d une PME marocaine

L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un motocompresseur d une PME marocaine L AMDEC un outil puissant d optimisation de la maintenance, application à un moto d une PME marocaine Brahim HERROU*, Mohamed ELGHORBA** *Ecole Supérieure de Technologie BP. 2427 Route Imouzzer Fes herroubrahim@yahoo.fr

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5

BAC PRO MSMA A.M.D.E.C. 1/5 MSMA A.M.D.E.C. /5 C est un outil d analyse qui permet de construire la qualité des produits fabriqués ou des services rendus et favorise la maîtrise de la fiabilité en vue d abaisser le coût global. Elle

Plus en détail

Évaluer la sécurité d un ouvrage de génie

Évaluer la sécurité d un ouvrage de génie Diagnostic et analyse de risques liés au vieillissement des barrages : développement de méthodes d'aide à l'expertise Laurent Peyras a, Paul Royet a, Daniel Boissier b et Alain Vergne b Le diagnostic des

Plus en détail

Décomposition de domaine pour un milieu poreux fracturé

Décomposition de domaine pour un milieu poreux fracturé Décomposition de domaine pour un milieu poreux fracturé Laila AMIR 1, Michel KERN 2, Vincent MARTIN 3, Jean E ROBERTS 4 1 INRIA-Rocquencourt, B.P. 105, F-78153 Le Chesnay Cedex Email: laila.amir@inria.fr

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Thermographie aérienne

Laboratoire national de métrologie et d essais. Thermographie aérienne Laboratoire national de métrologie et d essais Thermographie aérienne 1 Présentation du LNE Surveillance des eaux de refroidissement de centrales EDF Conception et intégration des systèmes POLMAR de la

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Développement d une ontologie pour la classification d images en télédétection

Développement d une ontologie pour la classification d images en télédétection Développement d une ontologie pour la classification d images en télédétection Omar Boussaid, David Sheeren, Anne Puissant et Pierre Gançarski Laboratoire ERIC, EA 3038 - Université Lyon 2 Omar.Boussaid@univ-lyon2.fr

Plus en détail

figure 1 Canard en plastique à numériser

figure 1 Canard en plastique à numériser Publié dans le cadre du Congrès sur la numérisation 3D, design et digitalisation, création industrielle et artistique, 1999 L auteur doit être cité pour toute référence à ce travail 1 SUPPRIMER TOUTE CONTRAINTE

Plus en détail

Formation des images, lentilles et miroirs

Formation des images, lentilles et miroirs Formation des images, lentilles et miroirs 1 Pourquoi faut-il une optique afin de créer une image? 2 Préambule: chaque point d un dun objet et la source d un ensembles de rayons Point source fronts d onde

Plus en détail

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV)

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV) Quatrième Conférence Internationale sur le Génie Electrique CIGE 10, 03-04 Novembre 2010, Université de Bechar, Algérie Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière Physique 51421 Module 3 Lumière et optique géométrique Rappel : les ondes Il existe deux types d ondes : Ondes transversale : les déformations sont perpendiculaire au déplacement de l onde. (ex : lumière)

Plus en détail

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE FINALITÉ L enseignement de la stratégie de maintenance doit apporter à l étudiant les connaissances, les outils d analyse et les outils méthodologiques lui permettant de remplir

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V : Concepts et Langages EA 4509 Sens Textes Informatique Histoire T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : Linguistique

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Caractérisation de la structure forestière. par TLS

Caractérisation de la structure forestière. par TLS Caractérisation de la structure forestière Module FTH 2013 par TLS Jean-Baptiste Deffontaines, Alexandra Gillespie, Cannelle Phillips Encadrants: G. Vincent et D. Sabatier Contenu Introduction et objectifs

Plus en détail

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Laila AMIR 1, Michel KERN 2, Vincent MARTIN 3, Jean E ROBERTS 4 Résumé : Dans cet article, nous nous intéressons

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE Elisabeth Morand & Jérôme Pagès Agrocampus Rennes Laboratoire de mathématiques appliquées CS 425 3542 Rennes cedex Résumé Pour comparer deux nuages de points

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION MT-DAE MAQUETTE PEDAGOGIQUE : DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE

NOTICE D UTILISATION MT-DAE MAQUETTE PEDAGOGIQUE : DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE NOTICE D UTILISATION MT-DAE MAQUETTE PEDAGOGIQUE : DIRECTION ASSISTEE ELECTRIQUE Web : www.exxotest.com Document n 00226256 v2 ANNECY ELECTRONIQUE S.A.S. Parc Altaïs -1, rue Callisto 74650 CHAVANOD FRANCE

Plus en détail

Gestion des projets moteurs. p. 105 à 109

Gestion des projets moteurs. p. 105 à 109 ff p. 105 à 109 Découverte Gérer un développement GMP avec un partenaire chinois 2 Jours MOT / SINGMP MOT / SINGMP-E Préparer les ingénieurs et managers français à mieux travailler avec des interlocuteurs

Plus en détail

Gestion des projets moteurs

Gestion des projets moteurs Gestion des projets moteurs p. 107 à 111 Gestion des projets moteurs MOT / SINGMP MOT / SINGMP-E Gérer un développement GMP avec un partenaire chinois 2 Jours Niveau : Découverte Préparer les ingénieurs

Plus en détail

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus

Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus C A T A L O G U E F O R M A T I O N S 2014 Management de la qualité Audit qualité interne Norme iso 9000 9001 Construction d une démarche qualité par l analyse de processus Méthodes prévention AMDEC (Analyse

Plus en détail

ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES. L Analyse Préliminaire de Risques identifie et évalue les risques techniques encourus par le produit.

ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES. L Analyse Préliminaire de Risques identifie et évalue les risques techniques encourus par le produit. ANALYSE PRELIMINAIRE DES RISQUES A. Objet L Analyse Préliminaire de Risques identifie et évalue les risques techniques encourus par le produit. Elle s effectue selon une méthode descendante. Outil d amélioration

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

UE3 Analyse des Images Optique : géométrie et formation d'image

UE3 Analyse des Images Optique : géométrie et formation d'image UE3 Analyse des Images Optique : géométrie et formation d'image Plan du cours 1 Optique géométrique principes, loi de Snell Descartes stigmatisme, image réelle et virtuelle 2 Formation d'une image formation

Plus en détail

pour la Réalité Augmentée

pour la Réalité Augmentée Analyse d Image 3D pour la Réalité Augmentée Jean-Marc Vezien vezien@limsi.fr Master Recherche RV&A Janvier 2011 La 3D comment? Les capteurs et les techniques pour l acquisition de la 3D Capteurs actifs

Plus en détail

D É T E C T E U R S DE MOUVEMENT

D É T E C T E U R S DE MOUVEMENT D É T E C T E U R S DE MOUVEMENT La gamme de détecteurs de mouvement Paradox combine caractéristiques de pointe et techniques brevetées pour assurer un haut niveau de détection et de résistance aux fausses

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET

ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET ANALYSE FACTORIELLE DE DONNÉES MIXTES : PRINCIPE ET EXEMPLE D APPLICATION Jérôme Pagès Laboratoire de mathématiques appliquées Agrocampus, 35042 Rennes cedex email : pages@agrorennes.educagri.fr Résumé

Plus en détail

KAL-Haïti Bilan des données. A. GIROS - Th. RABAUTE 2 ème Atelier Contributeurs KAL-Haïti Paris - 6-7 juin 2012

KAL-Haïti Bilan des données. A. GIROS - Th. RABAUTE 2 ème Atelier Contributeurs KAL-Haïti Paris - 6-7 juin 2012 KAL- Bilan des données A. GIROS - Th. RABAUTE 2 ème Atelier Contributeurs KAL- Paris - 6-7 juin 2012 INTRODUCTION Typologie globale des données Données images optiques Spot Pléiades Données images radar

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 02 Novembre 2009 Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 1 ROLE DES SYSTEMES INFORMATISES DANS LES CENTRALES NUCLEAIRES Les centrales nucléaires sont de plus en plus pilotées

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11 Association des Doctorants du campus STIC Séminaires doctorants 11 07 mars 2007 Actes édités par l association des doctorants du campus STIC. Les travaux individuels publiés restent l unique propriété

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

VERS UNE CONVERGENCE DES METHODES D ANALYSES DE RISQUES DANS LE SPATIAL ET

VERS UNE CONVERGENCE DES METHODES D ANALYSES DE RISQUES DANS LE SPATIAL ET VERS UNE CONVERGENCE DES METHODES D ANALYSES DE RISQUES DANS LE SPATIAL ET L AERONAUTIQUE? Résumé : FAURE Julien 1, CABARBAYE André 2&1, LAULHERET Roland 1 1 CNES, 18 av Edouard Belin,31401 Toulouse Cedex

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) ption MP Première partie : Caméra de contrôle des plaques d immatriculation A / Propagation de la lumière A1. Question de cours : position de Bessel La position de Bessel

Plus en détail

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge

Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Procédé de détection de gaz par imagerie infrarouge Après les détecteurs de gaz ponctuels et linéaires, voici un procédé de détection qui donne enfin une image du nuage. 1 Introduction L actualité récente

Plus en détail

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES.

EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. EFFET DOPPLER EXOPLANETES ET SMARTPHONES. I. APPLICATIONS UTILISEES POUR CETTE ACTIVITE : Sauf indication les applications sont gratuites. 1.Pour connaître les exoplanetes : Exoplanet (android et IOS)

Plus en détail

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL MANAGEMENT SYSTÈMES FORVALYS - RCS TOULOUSE 510 274 137 - APE 7490 B - N organisme de formation : 73 31 05415 31-20 impasse Camille Langlade

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente Première S Chapitre mages formées par les systèmes optiques.. mage donnée par un miroir.. Lois de la réflexion Soit un rayon lumineux issu dun point lumineux S et qui rencontre en le miroir plan M. l donne,

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées

Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées Rev. Energ. Ren.: ICPWE (2003)119-124 Amélioration de la Carte des Vents à Partir des Données Interpolées H. Nedjari Daaou, S. Haddouche et N. Kasbadji Merzouk Laboratoire d Evaluation du Potentiel Energétique

Plus en détail

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages

Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Etude comparée de deux méthodes d amélioration de la qualité des données utilisées lors de l expertise de barrages Corinne Curt 1* Richard Gervais 2 1 Cemagref Groupe de Recherche Ouvrages Hydrauliques

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Vitesse des courants océaniques

Vitesse des courants océaniques Idée: Mesurer les «pentes» de l'océan par altimétrie. Contraintes: * plusieurs dizaines de kilomètres. * temps caractéristique de plusieurs semaines. Les contraintes spatio-temporelles sont difficiles

Plus en détail

Page 1 Les méthodes d analyse de risques

Page 1 Les méthodes d analyse de risques Page 1 Les méthodes d analyse de risques Page 2 Risques (dangers) : typologie générale Risques naturels Avalanche Feu de forêt Inondation Mouvement de terrain Cyclone Tempête Séisme et éruption volcanique

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

qu est-ce qu une onde? Bien malin celui

qu est-ce qu une onde? Bien malin celui Empêcher les ondes de faire du bruit Daniel Bouche Comment échapper à la détection par un radar? Quelle est la forme optimale d un mur anti-bruit? Peut-on améliorer les images échographiques? Pour recevoir

Plus en détail

SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES

SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES NOUVELLE DIRECTIVE et NOUVELLES NORMES EUROPEENNES Applicables fin 2009. Guide d interprétation et d application (produits celduc relais) celduc 2009 1 DIRECTIVES

Plus en détail

CHAPITRE 6. Capteurs intelligents

CHAPITRE 6. Capteurs intelligents CHAPITRE 6 Capteurs intelligents Gwenaëlle TOULMINET asi 2002-2003 1 Introduction Développement industriel nécessite une instrumentation coûteuse Maîtrise des procédés de fabrication. Maîtrise de la qualité

Plus en détail

> Introduction à la Télédétection

> Introduction à la Télédétection La télédétection est une technique qui permet d étudier la surface de la Terre au moyen de capteurs placés à bord d avions ou de satellites. Ces instruments enregistrent les rayonnements émis ou réfléchis

Plus en détail

L unité de traitement d images de l IGN

L unité de traitement d images de l IGN L unité de traitement d images de l IGN Index Introduction 1.Présentation de l'unité 2.Types de données 2.1. Données topographiques 2.2. Données d'observation de la Terre Applications 1.Traitement d'images

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES LA MÉTHODE AMDEC HACCP Technique spécifique de la sûreté de fonctionnement, l'analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Mise en œuvre de la méthode du CGP dans le cadre de la politique de renouvellement des matériels HT

Mise en œuvre de la méthode du CGP dans le cadre de la politique de renouvellement des matériels HT Mise en œuvre de la méthode du CGP dans le cadre de la politique de renouvellement des matériels HT Mots clés H31 CGP : Coût Global de Possession Renouvellement Réhabilitation Maintien en exploitation

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

SATELLITES METEO GENERALITES

SATELLITES METEO GENERALITES SATELLITES METEO GENERALITES HISTORIQUE : 1957 1 er satellite lancé dans l espace SPOUTNIK (URSS) 1960 1 er satellite météorologique TIROS 1 (USA) satellite défilant (orbite passant près des pôles 1963

Plus en détail

Châssis véhicules utilitaires

Châssis véhicules utilitaires Module 10 Châssis véhicules utilitaires Orientation véhicules légers Diagnosticien d'automobiles avec brevet fédéral Orientation véhicules utilitaires Modules 7 à 9 Modules 10 à12 Modules 1 à 6 UPSA, Mittelstrasse

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail