1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques"

Transcription

1 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine 1

2 Le dispositif français de fixation des VLEP Réglementation d origine communautaire Directive cadre 89/391/CEE Directive 2004/37/CE du 29 avril 2004 cancérogènes, mutagènes Version consolidée de la directive 90/394/CEE cancérogènes, étendue en 1999 aux mutagènes Directive 98/24/CE du 7 avril 1998 agents chimiques -Directive 2000/39/CE 1 ère liste de VLEP -Directive 2006/15/CE 2 e liste de VLEP -Directive 2009/161 3 e liste de VLEP (transposition avant 18/12/11) 2

3 Le dispositif français de fixation des VLEP Les VLEP en France Différents types de VLEP > 8 heures (VLEP-8h, ex-vme) > Court terme - 15 minutes ou autre durée spécifiée (VLCT, ex-vle) > Mention peau (Dose > 10 % VLEP-8h) VLEP contraignantes dont la liste figure dans le tableau de l article R du code du travail (61 agents chimiques) VLEP indicatives listées à l arrêté du 30 juin 2004 cité en référence. Il faut noter qu il n existe actuellement dans cette liste aucun CMR de catégorie 1 ou 2 (43 agents chimiques) 3

4 Le dispositif français de fixation des VLEP Une démarche en 3 phases Expertise scientifique indépendante > Assurée par l ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail) Elaboration des projets réglementaires par la Direction Générale du Travail (DGT) > VLEP 8 heures, court terme- 15 minutes, mention peau, plafond? > Par décret pour les valeurs réglementaires contraignantes > Par arrêté pour les valeurs réglementaires indicatives Concertation sociale > Pilotée par la DGT au sein du Comité d Orientation des Conditions de Travail (COCT) 4

5 Le dispositif français de fixation des VLEP Le contrôle réglementaire des VLEP et VLEP Depuis le décret de décembre 2009, le contrôle de l exposition en référence aux VLEP ou VLB réglementaires est du ressort des organismes accrédités Avant cette réglementation, les contrôles réglementaires d exposition étaient réalisés par des organismes agréés Agrément ministériel Qualité de la mesure Etablissements autorisés Pas de stratégie de prélèvement (Nb, durée ) Pas de diagnostic 5

6 Le dispositif réglementaire Les textes de référence Décret n du 15 décembre 2009 relatif au contrôle du risque chimique Arrêté du 15 décembre 2009 relatif aux contrôles techniques des valeurs limites d exposition professionnelle sur les lieux de travail et aux conditions d accréditation des organismes chargés des contrôles Arrêté du 15 décembre 2009 relatif aux contrôles du respect des valeurs limites biologiques fixées à l article R du code du travail pour les travailleurs exposés au plomb et à ses composés et aux conditions d accréditation des laboratoires chargés des analyses Circulaire DGT 2010/03 du 13 avril 2010, relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail 6

7 Arrêté VLEP Le niveau dispositif s articule autour de trois axes le remplacement du dispositif d agrément ministériel des organismes chargés des contrôles par un dispositif d accréditation auprès du Comité français d accréditation (Cofrac) ; l encadrement renforcé des conditions de réalisation des contrôles ; la centralisation des données d exposition afin de permettre leur étude et exploitation pour la mise en place de politiques de prévention ciblées (SCOLA) 7

8 Le dispositif d accréditation Les modalités d accréditation des organismes en charge des contrôles de VLEP Auprès du COFRAC ou organisme équivalent L organisme de contrôle doit remplir les conditions de la norme NF EN ISO/CEI «Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnage et d essais Septembre 2005» Obligations prévues par l arrêté du 15 décembre 2009 relatif aux contrôles techniques des valeurs limites d exposition professionnelle sur les lieux de travail 8

9 Suppression du régime dérogatoire d autocontrôle «Art. R L organisme accrédité, dont le personnel est tenu au secret professionnel, est indépendant des établissements qu il contrôle. Il possède les compétences spécifiques requises pour chacun des agents chimiques sur lesquels il opère des contrôles techniques. 9

10 Les obligations de l employeur Il fait appel à un organisme accrédité pour procéder : > À un contrôle annuel systématique de l exposition dans le cas des CMR 1 et 2 et VLEP réglementaire > À un contrôle annuel en fonction des résultats de l évaluation des risques et lors de tout changement (article R ) pour les ACD ayant une VLEP. Pas de mesures si le risque est estimé faible (articles R et R ). > À un contrôle technique de VLEP sur demande de l inspecteur du travail qui fixe le délai de réalisation 10

11 Quels agents chimiques? Extension du champ d application / ancien dispositif Les contrôles techniques par un organisme accrédité concernent désormais tous les agents chimiques disposant d une VLEP, que cette VLEP soit de nature contraignante ou indicative : > VLEP contraignantes dont la liste figure dans le tableau de l article R du code du travail (61 agents chimiques) > VLEP indicatives listées à l arrêté du 30 juin 2004 cité en référence. Il faut noter qu il n existe actuellement dans cette liste aucun CMR de catégorie 1 ou 2. (43 agents chimiques) En ce qui concerne les VLEP indicatives, le dispositif n entre cependant en vigueur qu à compter du 1 er janvier 2012 (2014??) (cf. article 13 du décret). 11

12 Les agents chimiques CMR Contrôle annuel obligatoire Agents chimiques CMR 1et 2 et VLEP contraignante > poussières de bois > benzène > Plomb > Chlorure de vinyle > FCR > N,N-diméthylacétamide 12

13 Les agents chimiques dangereux - ACD Contrôle annuel obligatoire en cas de risque non faible un contrôle annuel en fonction des résultats de l évaluation des risques et lors de tout changement (article R ) pour les ACD ayant une VLEP. Pas de mesures si le risque est estimé faible (articles R et R ). Contrôle annuel obligatoire en fonction des résultats de l évaluation des risques L amiante et les poussières sans effet spécifique ne rentrent pas dans le champ de cette réglementation La silice cristalline est considérée comme un ACD 13

14 La réalisation des contrôles techniques Les conditions de réalisation imposées au laboratoire dans le cadre de l accréditation (Art 1. Arrêté du 15 décembre 2009) Etablir la stratégie de prélèvement Réaliser les prélèvements Analyser les prélèvements (possibilité de sous traiter à un laboratoire accrédité) Etablir le diagnostic de respect ou de dépassement de la VLEP 14

15 La stratégie de prélèvement Une démarche consultative «Art. R L organisme accrédité établit la stratégie de prélèvement, après consultation de l employeur, du médecin du travail et du comité d hygiène et de sécurité du travail ou, à défaut, des délégués du personnel. L employeur lui communique toutes données utiles, notamment le résultat de l évaluation des risques chimiques.«les prélèvements sont faits par l organisme accrédité sur des postes de travail en situation représentative de l exposition. «Art. R L organisme accrédité qui établit la stratégie de prélèvement et effectue les prélèvements dans l entreprise est maître d oeuvre du contrôle technique. Il peut sous-traiter la prestation d analyse en la confiant à un autre organisme accrédité. 15

16 La stratégie de prélèvement Objectifs Contrôle de l exposition des groupes de travailleurs ayant une exposition homogène ou similaire (GEH ou GES) Nombre minimal de mesures représentatives par GEH Evaluation initiale Contrôles périodiques Démarche d interprétation des résultats Diagnostic fiable Il n existe pas de stratégies de prélèvement et de méthodes de diagnostic idéales, sauf à mesurer chaque jour l exposition de chaque travailleur. 16

17 La stratégie de prélèvement Le groupe d exposition homogène (GEH) Un GEH est constitué par un ensemble de travailleurs qui ont a priori une exposition homogène ou similaire au regard des : > Postes de travail > Agents chimiques (utilisés ou émis) > Tâches > Procédés > Dispositifs de protection (collectifs et/ou individuels) Roach (1953), Ashford (1958) «Le GHE est défini comme un groupe de travailleurs aux tâches semblables, mais non nécessairement simultanées. Ces travailleurs ont, a priori, des conditions d'exposition semblables «(EN- 689) En pratique le GEH peut ne correspondre qu à un seul salarié 17

18 La stratégie de prélèvement Visite préalable de l établissement contrôlé La visite préalable Constitution des GEH 1 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Les GEHs sont constitués a priori lors de la visite préalable sur la base des informations mises à disposition par oui Tous les résultats < 0,1 VLEP? non Un résultat > VLEP? non oui Mise en place d actions correctives l entreprise : Délai maximum = un an 2 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) > Organisation du travail Un résultat > VLEP? oui > Liste des salariés > Procédés utilisés > Moyens de protection non 3 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Un résultat > VLEP? non oui > Liste des produits (FDS) Pr (IC 70%) > 5% oui > Résulats de mesures antérieures non Contrôle périodique 18

19 La stratégie de prélèvement Visite préalable de l établissement contrôlé L évaluation initiale Constitution des GEH 1 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Elle est réalisée sur une période maximale d une année 3 campagnes de 3 mesures d exposition par GEH un ensemble d'au moins six mesurages est réalisé dans ce groupe, au niveau des zones respiratoires des individus ; le programme d'échantillonnage devrait viser à la représentativité du GHE (EN 689) Délai maximum = un an oui Tous les résultats < 0,1 VLEP? non Un résultat > VLEP? non 2 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Un résultat > VLEP? oui oui Mise en place d actions correctives non L évaluation initiale est terminée si les trois mesures de la 1ère campagne sont toutes inférieures à 0,1 VLEP 3 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Un résultat > VLEP? oui Elle est interrompue si l une des trois mesures est supérieure à la VLEP non Pr (IC 70%) > 5% oui non Contrôle périodique 19

20 La stratégie de prélèvement Visite préalable de L évaluation initiale l établissement contrôlé Constitution des GEH Si à l issue de la 1ère campagne, les résultats sont tous compris dans l intervalle > 0,1-1 VLEP < réalisation de 2 campagnes complémentaires de 3 mesures / GEH Délai maximum = un an oui 1 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) Tous les résultats < 0,1 VLEP? non Un résultat > VLEP? non 2 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) oui Mise en place d actions correctives Elle est interrompue si au cours des deux campagnes l une des trois mesures est supérieure à la VLEP Un résultat > VLEP? non 3 ème Campagne de mesures (3 minimum/geh) oui A l issue des trois campagnes de mesures, établissement du diagnostic de dépassement de la VLEP Un résultat > VLEP? non Pr (IC 70%) > 5% non oui oui Contrôle périodique 20

21 La réalisation des prélèvements Réalisation des prélèvements Mesure d exposition par prélèvement individuel sauf si raisons impératives Utilisation de méthodes recommandées, normalisées Durée des prélèvements correspondant à la période de référence de la VLEP contrôlée Les prélèvements sont réalisés en présence de l organisme de contrôle qui recueille toutes les informations nécessaires et utiles pour : > Valider la représentativité de chaque mesure > Procéder au calcul des résultats en cas de port d EPI ou de prélèvement partiel > Valider la constitution des GEH Rappel l hypothèse de GEH est validé au moins si l écart type géométrique est inférieur à 3 (AYER H.E.-1988) 21

22 Les équipements de protection individuelle (EPI) Prise en compte des EPI (circ. du 13 avril 2010) Port d un EPI > Justification? Application des démarches de prévention? > Efficacité? Équipement approprié? Formation? Procédures d utilisation? de suivi Proposition > Mesure par prélèvement individuel classique > Repérage des phases nécessitant le port d un EPI > Estimation de la durée de port de l EPI > Facteurs de protection nominaux (annexe C- NF EN 529) > Calcul de l exposition pondérée en prenant en compte la durée de port de l EPI et son FPA 22

23 Diagnostic de dépassement de la VLEP Les diagnostic est réalisé en calculant la borne supérieure de l intervalle de confiance (IC) à 70% de la probabilité de dépassement de la VLEP (5%) en référence à une loi de distribution log-normale 0,7 0,6 VLEP 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0-0, Borne supérieure IC (70% [P] 5 % : non dépassement VLEP Borne supérieure IC (70% [P] > 5 % : dépassement VLEP 23

24 Diagnostic de respect de la VLEP/GEH Référence à la loi de distribution Log-Normale Calcul des paramètres (9 mesures) > Moyenne Géométrique > Ecart Type Géométrique Calcul de la variable U A partir de cette valeur U et du nombre de mesures on détermine si la borne supérieure de l IC à 70 % de la probabilité de dépassement de la VLEP est: > supérieure à 5% > Inférieure à 5% 24

25 Diagnostic de respect de la VLEP/GEH Annexe 2- Arrêté VLEP (Extrait) VALEURS SEUIL DE LA VARIABLE U POUR LA DÉTERMINATION DU DIAGNOSTIC DE DÉPASSEMENT DE LA VLEP EN FONCTION DU NOMBRE DE MESURES (Pr 5 % - I.C. 70 %) 25

26 Diagnostic de respect de la VLEP/GEH Si dépassement de la VLEP (8 heures ou court terme) > Actions correctives > Évaluation initiale Si non dépassement VLEP > Contrôle annuel (3 mesures mini/geh) > Diagnostic VLEP en tenant compte des mesures précédentes sous réserve qu il n y ait pas de modifications significatives du process et des conditions d exposition 26

27 Archivage des résultats dans la base SCOLA Exploitation confiée à l INRS Archivage des données dans la base SCOLA Délai de 3 mois maxi après l émission du rapport Exploitation annuelle des données Rapport d activité adressé à la DGT 27

28 Calendrier d application A compter du 1er juillet 2011, les organismes effectuant des contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites d exposition professionnelle sont en outre accrédités sur la base des exigences du titre II du présent arrêté et selon les modalités prévues à l annexe 3. (SCOLA) A compter du 1er janvier 2013, les organismes effectuant des contrôles techniques destinés à vérifier le respect des valeurs limites d exposition professionnelle sont en outre accrédités sur la base des exigences du titre III du présent arrêté. (Stratégie et diagnostic) 28

29 Arrêté Valeurs Limites Biologiques (VLB) Le dispositif d agrément des laboratoires par le ministère est supprimé Accréditation auprès du COFRAC ou organisme équivalent Exigences de la norme NF EN ISO «Laboratoires d analyses de biologie médicale. Exigences particulières concernant la qualité et la compétence. - Août 2007» Le dispositif d accréditation entre en vigueur à partir du 1 er janvier

30 Quels agents chimiques? Le plomb 400 microgrammes de plomb par litre de sang pour les hommes ; 300 microgrammes de plomb par litre de sang pour les femmes. 30

31 Gestion des résultats Le médecin du travail, prescripteur unique informe le travailleur des résultats Transmission sous forme collective et anonyme des résultats à l employeur Actuellement pas de centralisation des données 31

32 Obligations de l employeur Si dépassement de VLB, le médecin avertit l employeur qui doit rapidement procéder : > À une nouvelle évaluation des risques > À la réalisation de contrôles de VLEP > En cas d arrêt des installations de production ((article R ), la détermination de VLB est plus contraignante que la mesure de VLEP 32

33 2- Prélèvements Surfaciques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine 33

34 Objectifs des prélèvements surfaciques Caractériser la contamination de surfaces, d objets, d outils souillés par des agents chimiques qui peuvent avoir un effet sensibilisant par contact cutané, traverser la barrière cutanée et jouer un rôle prépondérant via ce mode d exposition, contribuer également à l exposition via la voie digestive ( ingestion) Les surfaces contaminées par des agents chimiques peuvent potentiellement contribuer à la pollution de l air des lieux de travail par remise en suspension par exemple de particules 34

35 Quelles substances? Les métaux en général et en particulier: > Le béryllium par inhalation et contacts cutanés répétés peut provoquer une sensibilisation qui témoigne d une susceptibilité accrue à développer une bérylliose : 40 à 50 % des personnes sensibilisées développent la maladie > Le plomb pour lequel l ingestion de particules déposées sur des surfaces peut engendrer une exposition par ingestion Les produits inorganiques : > Pesticides, PCB, MOCA, MDA. 35

36 Comment estimer la contamination surfacique? Prélèvement sur une surface déterminée généralement 100 cm 2 > Lingette humide > Aspiration au travers d un filtre > Surface adhésive > Lavage (mains par exemple) Analyse du prélèvement en utilisant des techniques adaptées souvent identiques à celles utilisées pour les prélèvements atmosphériques ; absorption atomique, HPLC-UV. 36

37 Procédure de prélèvement lingette (Wipe sampling) 37

38 Comment interpréter les résultats? Il existe quelques valeurs seuils recommandées par le DoE (Department of Energy US) et l IRSST pour Be notamment (Québec) Généralement deux types de valeurs: > Equipements de travail (outils, machine) > Zones de travail (sols, murs ) 38

39 Pour en savoir plus 39

40 40

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Jean-François BARTHÉLÉMY Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Risque chimique : contrôles des expositions atmosphériques Décret n 2009-1570 du 15 décembre 2009 Relatif au contrôle

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Hygiène et sécurité Lieu de travail Risques professionnels MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE (1) Publié au Journal officiel du 17 décembre 2009.

Plus en détail

Décret et arrêtés du 15 décembre 2009 relatifs au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail

Décret et arrêtés du 15 décembre 2009 relatifs au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail Décret et arrêtés du 15 décembre 2009 relatifs au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail Mise en œuvre : 1- L employeur doit procéder de façon régulière au mesurage de l exposition aux agents

Plus en détail

Risques chimiques au travail : Le contexte réglementaire

Risques chimiques au travail : Le contexte réglementaire Direction Générale du Travail Risques chimiques au travail : Le contexte réglementaire Christophe Moreau Chef du bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Sources de la réglementation Une

Plus en détail

LES VALEURS LIMITES D EXPOSITION PROFESSIONNELLE : UN OUTIL CONCRET POUR LA PRÉVENTION DES RISQUES CHIMIQUES

LES VALEURS LIMITES D EXPOSITION PROFESSIONNELLE : UN OUTIL CONCRET POUR LA PRÉVENTION DES RISQUES CHIMIQUES CHAPITRE 7 LES VALEURS LIMITES D EXPOSITION PROFESSIONNELLE : UN OUTIL CONCRET POUR LA PRÉVENTION DES RISQUES CHIMIQUES Introduction 173 Historique de la fixation des VLEP en France 175 Fixation des premières

Plus en détail

Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS

Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS Cliquez pour ajouter la date Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications, INRS, Centre de Lorraine

Plus en détail

Evolution de la réglementation relative au contrôle du risque chimique en France. Raymond VINCENT INRS, Centre de Lorraine

Evolution de la réglementation relative au contrôle du risque chimique en France. Raymond VINCENT INRS, Centre de Lorraine Evolution de la réglementation relative au contrôle du risque chimique en France Raymond VINCENT INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr 1 Le dispositif français de fixation des VLEP Réglementation

Plus en détail

EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES

EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES D E P A R T E M E N T DT XX T E C H N I Q U E Titre du DT EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIES AUX AGENTS CHIMIQUES DT 80 révision 1 Décembre 2008 Responsi ble Care UIC Département

Plus en détail

Conseils aux employeurs

Conseils aux employeurs Conseils aux employeurs Les informations que doit contenir le rapport final Décrypter un rapport d essai de mesures d empoussièrement en fibres d amiante 1 Nom et adresse de l organisme ayant réalisé les

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques

LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques LES RISQUES CANCEROGENES MUTAGENES ET REPROTOXIQUES EN ENTREPRISE : réglementation et étiquetage des produits chimiques Groupe Toxicologie - Département ASMT du CISME - 2012 1 Importance du risque cancérogène

Plus en détail

Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail

Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail Véronique ARRIGHI DIRECCTE UT 11 Maurice EXPOSITO DIRECCTE UT 34 Fabienne STANG MARTIN DIRECCTE LR L amiante dans tous ses Etats - Repérer

Plus en détail

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé 1 Généralités 2 Risque Chimique / Produits Chimiques : Omniprésents dans le milieu professionnel : 38% des salariés sont exposés à au moins 1 produit

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique Rédacteur : Vérificateur : Approbateur : Document créé le Document modifié le Document édité le 9 juin 2011 2011 Réf. document : XXX XXX XXX Version : 00 Document entreprise CALENDRIER DES FORMATIONS Sous-section

Plus en détail

d amiante dans l air

d amiante dans l air Conseils aux employeurs Commander des mesures d amiante dans l air à des organismes accrédités mesures Les employeurs dont les salariés sont exposés au risque amiante sont tenus de faire appel à des organismes

Plus en détail

Traçabilité et suivi informatisé des expositions professionnelles. Dr D.BROUSSE Journée IIMTPIF 16 Mars 2011

Traçabilité et suivi informatisé des expositions professionnelles. Dr D.BROUSSE Journée IIMTPIF 16 Mars 2011 Traçabilité et suivi informatisé des expositions professionnelles Stratégie de recensement, de suivi et de traçabilité des expositions professionnelles Cette stratégie s articule autour de plusieurs étapes

Plus en détail

Arrêté du 23/02/2012. définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante

Arrêté du 23/02/2012. définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante Formation Amiante Arrêté du 23/02/2012 définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante publié au J.O. du 07/03/2012 1 Amiante_arrêté_formation_V2-06/01/2010

Plus en détail

«Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante

«Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante 28 novembre 2014 Anita Romero-Hariot - INRS «Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante Plan Bilan des cancers professionnels liés à l amiante au titre des AT-MP

Plus en détail

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Didier Picard - Ingénieur Prévention Direccte Franche-Comté

Plus en détail

INTÉGRER LES FACTEURS DE RISQUES LIÉS À LA PÉNIBILITÉ DANS UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION

INTÉGRER LES FACTEURS DE RISQUES LIÉS À LA PÉNIBILITÉ DANS UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION INTÉGRER LES FACTEURS DE RISQUES LIÉS À LA PÉNIBILITÉ DANS UNE DÉMARCHE DE PRÉVENTION Diagnostiquer «et prévenir les risques : les agents chimiques dangereux» Préventica 2013 INTERVENANTS : Claude Routard

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

PENIBILITE : OU EN EST-ON?

PENIBILITE : OU EN EST-ON? PENIBILITE : OU EN EST-ON? I. QU EST-CE QUE LA PENIBILITE? Définition de la pénibilité : la pénibilité est le fait pour un salarié d être exposé à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles

Plus en détail

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Eclatement et découpe de branchements en amiante-ciment Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation INTERVENANT : JC BEHRENS Responsable

Plus en détail

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions;

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions; Arrêté royal du 28 mars 2007 relatif à l agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d enlèvement au cours desquels de grandes quantités d amiante peuvent être libérées

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE ET PREVENTION DES EXPOSITIONS Guerbet Guerbet est un groupe pharmaceutique international dédié à la recherche et à la fabrication de produits de contraste destinés à l imagerie

Plus en détail

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes

Valeurs limites d exposition professionnelle. Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes Valeurs limites d exposition professionnelle Critères et méthode de détermination en France Les cancérogènes 1 HISTORIQUE VLEP (France) Premières valeurs contraignantes > Benzène (décret du 9/11/73) >

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION Etude de postes pour le document unique De la maitrise des risques à l étude de postes Maitriser les risques professionnels

Plus en détail

Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4. Evaluation du risque amiante

Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4. Evaluation du risque amiante Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4 Evaluation du risque amiante 1Principe ère Demi-journée de l'évaluation -- J1 des risques évaluation du risque amiante (Code du travail, art. R. 4412-98)

Plus en détail

OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Juillet 2010

OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE. Juillet 2010 OUTIL D ÉVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Juillet 2010 1 Évaluation du risque Zone de danger Zone d évolution de l opérateur Exposition Le risque est directement fonction de l intensité et de la durée de l

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques

Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques Cliquez pour ajouter la date Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques Michel Héry INRS Neuvièmes rencontres PCR, 13-14 novembre 2014 Une origine et une finalité

Plus en détail

Sommaire. Définition des décrets d applications

Sommaire. Définition des décrets d applications Prévention des risques électriques Bienvenue! Mis en ligne le 13/02/2012 Sommaire Définition des décrets d applications Norme NF C 18-510: Processus d une habilitation électrique Principe et articulation

Plus en détail

Enjeux humains CARSAT

Enjeux humains CARSAT Enjeux humains CARSAT Les autres enjeux La responsabilité du donneur d ordre: Article R. 4412-97: Le donneur d ordrea, en matière d opérations exposant à l amiante, des obligations qui lui sont propres

Plus en détail

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Fiches de médecine nucléaire n 11-1- Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très

Plus en détail

Évaluer les risques chimiques..

Évaluer les risques chimiques.. Évaluer les risques chimiques.. Etape 1 : Inventaire des produits chimiques dangereux Cet inventaire doit comprendre TOUS les «agents chimiques dangereux» dés qu ils comportent au moins des étiquetages

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Avis juridique important 31988L0642

Avis juridique important 31988L0642 Avis juridique important 31988L0642 Directive 88/642/CEE du Conseil du 16 décembre 1988 modifiant la directive 80/1107/CEE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à une exposition

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Direction Générale du Travail Amiante Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Décembre 2011 Bureau des risques physiques, chimiques et biologiques Plan 1. Avis de l AFSSET de 2009 2.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

Bordeaux, le 10/10/2014. N/Réf. : CODEP-BDX-2014-046338. SERVICIOS DE CONTROL E INSPECCION S.A. 234 allée des Lilas 33140 CADAUJAC

Bordeaux, le 10/10/2014. N/Réf. : CODEP-BDX-2014-046338. SERVICIOS DE CONTROL E INSPECCION S.A. 234 allée des Lilas 33140 CADAUJAC REPUBLIQUE FRANCAISE DIVISION DE BORDEAUX N/Réf. : CODEP-BDX-2014-046338 Bordeaux, le 10/10/2014 SERVICIOS DE CONTROL E INSPECCION S.A. 234 allée des Lilas 33140 CADAUJAC Objet : Inspection n INSNP-BDX-2014-0035

Plus en détail

Accidents du Travail Risques Professionnels

Accidents du Travail Risques Professionnels Livre Blanc Risques Professionnels Infor HCM Accidents du Travail Risques Professionnels Données juridiques et solutions pour une vraie prévention. Table des matières GÉNÉRALITÉS 3 EVALUATION DU RISQUE

Plus en détail

La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP

La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP La pénibilité au travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP Loi n 2010-1330 du 9/11/2010 DIRECCTE Rhone Alpes Prévention de la pénibilité - La pénibilité au sens réglementaire - Les 3 dispositifs

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics techniques amiante et plomb (DRIPP et CREP)

Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics techniques amiante et plomb (DRIPP et CREP) A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Octobre 2011 Nouveaux arrêtés concernant les diagnostics

Plus en détail

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Une évaluation des risques est une enquête systématique de tous les risques liés aux postes de travail, aux équipements de travail

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

Tous les 6 mois. Une personne compétente. Tous les ans pour l alimentation de secours

Tous les 6 mois. Une personne compétente. Tous les ans pour l alimentation de secours 1 Tous les 6 mois Une personne compétente Tous les ans pour l alimentation de secours 2 Ainsi que les équipements suivants: Etc 3 Mise ou remise en service d un appareil de levage Examen d adéquation ayant

Plus en détail

I. Danger-risque 2. II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4. III. Campagne META 5. IV. Evolutions réglementaires envisagées 7

I. Danger-risque 2. II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4. III. Campagne META 5. IV. Evolutions réglementaires envisagées 7 QUESTIONS-REPONSES I. Danger-risque 2 II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4 III. Campagne META 5 IV. Evolutions réglementaires envisagées 7 V. Certification des entreprises 9 VI. Laboratoires

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

AMIANTE. DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail

AMIANTE. DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail AMIANTE DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail Juillet 2012 Amiante 1. Présentation de la réglementation 2. Les obligations du maitre d ouvrage 3. Sous section 3 ou sous section 4? 2 Amiante 1. Présentation

Plus en détail

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Présence de toxiques «métaux lourds» Principales exigences réglementaires Auteur : Serge HAMPARIAN Groupe OASMD Unité Chimie

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Présentation et guide d utilisation. Un outil au service de la prévention des risques :

Présentation et guide d utilisation. Un outil au service de la prévention des risques : - VIGILABO Outil de diagnostic et d évaluation des espaces et des travaux dédiés à l enseignement des sciences Rectorat Présentation et guide d utilisation Un outil au service de la prévention des risques

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Rappels des notions fondamentales (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Le D.U. : une obligationdepuis 2001 Ca fait 11 ans

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN TERMES DE SECURITE Contexte de la prévention des risques Crée le 5 novembre 2001 le Document Unique d Évaluation des Risques (DU) constitue le socle de la démarche de

Plus en détail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail Déclaration de dérogation aux travaux réglementés en vue d accueillir des jeunes mineurs âgés d au moins 15 ans et moins de 18 ans en formation professionnelle ou technologique Articles L41539, D415315

Plus en détail

METROLOGIE. I. Généralités - code du travail...2. Mesures au poste de travail...5. Stratégie d échantillonnage...5. Conditions de prélèvement...

METROLOGIE. I. Généralités - code du travail...2. Mesures au poste de travail...5. Stratégie d échantillonnage...5. Conditions de prélèvement... QUESTIONS-REPONSES DECRET 2012-639 DU 4 MAI 2012 ARRETE DU 14 AOUT 2012 METROLOGIE I. Généralités - code du travail...2 II. Mesures au poste de travail...5 Stratégie d échantillonnage...5 Conditions de

Plus en détail

Pénétration percutanée des agents chimiques: une voie d exposition sous-estimée

Pénétration percutanée des agents chimiques: une voie d exposition sous-estimée Pénétration percutanée des agents chimiques: une voie d exposition sous-estimée Exemples et perspectives d action Céline IM-SAROEUN 1 Plan de la présentation Le but de l étude Le sujet : de quoi parle-t-on?

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA SANTE AU TRAVAIL DANS LE GROUPE SANOFI-AVENTIS EN FRANCE PREAMBULE : La mise en œuvre de changements d organisation au sein du groupe sanofi-aventis, par nécessité d anticipation ou

Plus en détail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail CHAPITRE 5 Annexe III - Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail Les s Annexe III Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique

Plus en détail

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE

Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix. Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE Méthodologie d évaluation des risques chimiques employée sur le site de Pont-de-Claix Sandrine BOISSIN Ingénieur HSE Pascal ROUCHOUSE Animateur HSE SOMMAIRE I. Présentation succincte du site de Pont-de-Claix

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail

CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1010075C CIRCULAIRE DGT 2010/03 du 13 avril 2010 relative au contrôle du risque chimique sur les lieux de

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012 Préambule : La présente synthèse fait référence au décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante et à l arrêté du 23 février 2012 définissant les modalités de formation des

Plus en détail

SAFETY DAY. Prévention du risque Amiante

SAFETY DAY. Prévention du risque Amiante SAFETY DAY Prévention du risque Amiante / / Le cadre des obligations de recherche et de contrôle Conformément au Code de la santé publique, les propriétaires (publics ou privés) des immeubles bâtis sont

Plus en détail

NOTE RELATIVE A LA MAÎTRISE DES RISQUES POUR LA SANTÉ LIÉS AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX (ACD)

NOTE RELATIVE A LA MAÎTRISE DES RISQUES POUR LA SANTÉ LIÉS AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX (ACD) NOTE RELATIVE A LA MAÎTRISE DES RISQUES POUR LA SANTÉ LIÉS AUX AGENTS CHIMIQUES DANGEREUX (ACD) Objet de la note Cette note a pour objet d apporter aux personnels de laboratoire concernés (directeurs d

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

Estimation du risque

Estimation du risque Estimation du risque LA PROBABILITE D OCCURRENCE du dommage LE RISQUE Relatif au danger est une fonction de Fréquence et durée d exposition Probabilité d occurrence d un évènement dangereux Et de LA GRAVITE

Plus en détail

Prévention du risque chimique

Prévention du risque chimique Prévention du risque chimique À partir du Code du Travail selon le décret du 23/12/2003 CMR : R40-R45-R46-R49-R60-R61-R62-R63 et agents chimiques ayant une VLE l essentiel en 10 points http://crouzettoulouse.free.fr/prevention_htm/index.html

Plus en détail

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Fiche Prévention - A1 F 05 13 Annule et remplace les fiches A1 F 05 11 et I4 F 01 09 Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Obligations

Plus en détail

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir»

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» Forum interdépartemental d Ile de France Bernard Dréno/Bruno Carta

Plus en détail

Animateurs Sécurité Valéo - 24/04/2012 CIRP

Animateurs Sécurité Valéo - 24/04/2012 CIRP Réunion Animateurs Sécurité Valéo - 24/04/2012 CIRP SITE INRS Nouveau site depuis septembre 2011 Fonctionnalités du site : «accessibilité» en fin de page ou «comment améliorer votre recherche» Recherche

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Charte sécurité. charte sécurité. Mastempo / Masgroup - 24 impasse du marquis de Baroncelli - 30114 Nages et Solorgues www.mastempo.

Charte sécurité. charte sécurité. Mastempo / Masgroup - 24 impasse du marquis de Baroncelli - 30114 Nages et Solorgues www.mastempo. Charte sécurité charte sécurité La présente charte a pour objectif d améliorer la prévention des risques professionnels, la sécurité des salariés intérimaires Mastempo et d homogénéiser la démarche sécurité

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ACTIVITE PROFESSIONNELLE

FEMME ENCEINTE ACTIVITE PROFESSIONNELLE FEMME ENCEINTE EN ACTIVITE PROFESSIONNELLE PROTECTION RESTRICTIONS ET TRAVAIL RISQUES PROFESSIONNELS Association de Santé au Travail de Lorraine Nord 1 rue Marie-Anne de Bovet - 57000 Metz T. 03 87 63

Plus en détail

L approche des risques. Analyse, évaluation, suppressionréduction

L approche des risques. Analyse, évaluation, suppressionréduction L approche des risques Analyse, évaluation, suppressionréduction les phases de la démarche Étape 1 - analyse des risques définition des limites de la situation de travail identification des dangers Etape

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 2 DIRECTIVE N 3535/DEF/CAB mesures de prévention face aux risques d exposition à

Plus en détail

Nouvelle réglementation & technologies alternatives

Nouvelle réglementation & technologies alternatives Réunion d information Nettoyage à sec : Nouvelle réglementation & technologies alternatives Réunion d information pressings 21 février 2013 Madeline FUSS Le CNIDEP Chambre de Métiers et de l'artisanat

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction générale de la santé Sous-direction «prévention des risques liés à l environnement

Plus en détail

«La prévention de la pénibilité : un enjeu pour la santé au travail?»

«La prévention de la pénibilité : un enjeu pour la santé au travail?» BANDEAU DE SVB A l occasion de la parution au Journal Officiel le 10 octobre 2014 de six décrets d application de la loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Le Document Unique Présentation du 10 juin 2010

Le Document Unique Présentation du 10 juin 2010 Le Document Unique Présentation du 10 Docteur Jean GRONDIN Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité I. Le document unique 1) Les acteurs concernés 2) Les aspects réglementaires

Plus en détail

Le document unique d évaluation des risques professionnels

Le document unique d évaluation des risques professionnels Le document unique d évaluation des risques professionnels Guide pratique L'info pratique en droit du travail AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L ENTREPRISE EN MATIERE DE Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression

LES OBLIGATIONS DE L ENTREPRISE EN MATIERE DE Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression 12-A L article 8 de l Arrêté Modifié du 15 mars 2000 précise que le personnel chargé de la conduite des équipements sous pression doit

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Références : - Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l application de l article 7-1

Plus en détail

Travailler au contact de l amiante

Travailler au contact de l amiante Travailler au contact de l amiante 20 SOURCES D INFORMATION Décret n 20-629 du 3 juin 20 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les

Plus en détail

La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation?

La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation? La politique européenne en matière d alternatives à l amiante: quelles tendances en matière de réglementation? Colloque RISE, 16 Décembre 2003 Tony Musu Bureau Technique Syndical Européen 1 1. Le cadre

Plus en détail

Guide CMR du repérage à la substitution

Guide CMR du repérage à la substitution Guide CMR du repérage à la substitution Sommaire P4...Connaître les enjeux P6...Repérer le risque P9...Supprimer ou substituer P1O...Hiérarchiser les risques P11...Contrôler et tracer P14...Les partenaires

Plus en détail

Comment réduire l exposition aux risques CMR?

Comment réduire l exposition aux risques CMR? SERVICE INTERENTREPRISES DE SANTE AU TRAVAIL DU BATIMENT & INTERPROFESSIONNEL S.I.S.T.B.I. 17, rue Roland Hoareau - B. P. 80052-97822 LE PORT CEDEX Tél. : 02.62.90.18.10 - Télécopie : 02.62.30.12.66 -

Plus en détail

SéConForm FORMATION ELECTRICITE FORMATION LEVAGE. FORMATION ATEX (risque explosion) Sécurité, Conseil, Formation. Savoir avancer

SéConForm FORMATION ELECTRICITE FORMATION LEVAGE. FORMATION ATEX (risque explosion) Sécurité, Conseil, Formation. Savoir avancer FORMATION ELECTRICITE FORMATION LEVAGE FORMATION ATEX (risque explosion) SéConForm Sécurité, Conseil, Formation GOARDOU Vincent 06.82.08.07.52 vincent.goardou@sfr.fr Savoir avancer Formations «Sécurité

Plus en détail

Une fiche d évaluation et de prévention

Une fiche d évaluation et de prévention Risques professionnels Une fiche d évaluation et de prévention Avec l aimable autorisation de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), nous reproduisons dans ce dossier un document réalisé

Plus en détail

Réunion d information Pénibilité

Réunion d information Pénibilité Santé au Travail Réglementation Réforme Réunion d information Pénibilité Document Unique Sensibilisation Mardi 18 Juin 2013 BTP CFA à Agnetz PLAN - Intervenants- Dr FAUQUEMBERGUE/M. LEFEBVRE Mathieu Médecin

Plus en détail

Mettre en œuvre le document unique

Mettre en œuvre le document unique . Mettre en œuvre le document unique La responsabilité du chef de service atefo / Ministères économique et financier - Formation de formateurs DU V3 2 La responsabilité du chef de service «Les chefs de

Plus en détail