CHAPITRE CP2 C Conversions électromécaniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE CP2 C Conversions électromécaniques"

Transcription

1 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 13 CHAPITRE CP2 C Conversions électromécaniques Comme nous allons le voir, il est possible (et nécessaire ) de convertir l énergie électrique en énergie mécanique et inversement : ceci est réalisé par les moteurs électriques dans le premier cas, et par les génératrices électromécaniques dans le second. Une machine pouvant fonctionner tantôt en moteur, tantôt en génératrice est dite réversible et est appelée transducteur électromécanique. 1. RAPPEL D ELECTROMAGNETISME : PRINCIPE DE CONVERSION ELECTROMECANIQUE 1.1 Force de Laplace Un conducteur comportant des charges mobiles de densité volumique ρ m ayant la vitesse vr par rapport à un référentiel R lié au conducteur et qu on soumet à un champ magnétique permanent orthogonal à vr met en œuvre l effet Hall. Il y a création d un champ électrostatique EH = "v r # dit champ de Hall, tel que le mouvement global des porteurs de v r charge reste dans la même direction que vr. E H EH agit sur les charges fixes du réseau de densité ρ = -ρ m (neutralité globale du conducteur). La force élémentaire s appliquant sur un élément de volume dτ du conducteur s écrit donc : df = (" m vr # )d$ " m vr # est la densité volumique de force magnétique. On peut aussi écrire : df = ( j" )d#, où j = " m vr est la densité volumique de courant. Dans le cas d un conducteur filiforme parcouru par un courant électrique I, l élément de courant équivalent à j d" est I dl avec dl colinéaire au conducteur. Cet élément de courant placé dans est donc soumis à la force : df L = I dl " appelée alors force de Laplace ( qui s applique donc ici sur une portion de conducteur de longueur dl).

2 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques Induction Un élément de circuit filiforme C en mouvement dans le référentiel du laboratoire à la vitesse ve(m) où règne un champ magnétique permanent (M) est siège d un champ électromoteur d induction Em = ve(m) " (M). Pour un tronçon A de ce conducteur, e = 1.3 ilan pour un porteur de charge On se limite au cas permanent. r " E m.d r l est la f.é.m. d induction A Soit un élément de courant d un circuit quelconque. On suppose que les porteurs de charge sont de même type (afin de simplifier les expressions) de charge q et de concentration volumique n. La force de Lorentz par rapport au laboratoire et ( ) " s exerce sur chaque porteur ( f = q ve + vr ve étant la vitesse du circuit vr celle des porteurs par rapport au référentiel lié au conducteur). La force de Lorentz s exerçant sur les porteurs de l élément de courant de volume dτ vaut donc : df = nq( ve + vr ) " d# Or, la puissance de la force de Lorentz dans le référentiel du laboratoire est nulle. En effet : dp = df. ( ve + vr ) = 0, d où : ( ) ".ved# + nq( ve + vr ) ".vrd# = 0, soit nq ve + vr soit finalement : ( j d" # ).ve + ( E m.j d" ) = 0 nq( vr " ).ved# + nq( ve ").vrd# = 0, Pour un élément de circuit filiforme de longueur dl et parcouru par un courant I, cette relation s écrit : ( Idl" ).ve + E m.idl ( ) = 0, soit aussi : dfl.ve + de.i = 0 : expression dans laquelle de est la f.é.m. élémentaire induite dans l élément de circuit considéré. Le premier terme représente la puissance élémentaire de la force de Laplace dans le référentiel du laboratoire (dp L ), et le second la puissance électrique fournie par la f.é.m. induite (dp e ), avec les conventions d orientation généralement utilisées dans le cours sur l induction et rappelées ci-dessous. de I On a donc : dp L + dp e = 0, ce qui donne sur la totalité du circuit : P L + P e = 0 et qui s énonce :

3 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 15 Lors du déplacement d un circuit filiforme dans un champ magnétique permanent, la puissance électrique fournie par la f.é.m. d induction est opposée à la puissance mécanique des forces de Laplace. Ce résultat est à la base du principe de conversion électromécanique. 1.4 Fonctionnement moteur/générateur. Exemple Fonctionnement moteur Une source externe impose un courant i dans un circuit électrique plongeant dans un champ magnétique. La force de Laplace peut mettre tout ou partie de ce circuit en mouvement et peut donc entraîner une charge mécanique. La puissance électrique fournie à la source est donc convertie en puissance calorifique (pertes par effet Joule), en puissance mécanique (dont une partie sous forme de forces de frottement). Le bilan en régime établi s écrit : P elec ext. P Joule = P Laplace = P frott. + P méca. Fonctionnement générateur Une dispositif mécanique extérieur met en mouvement tout ou partie d un circuit électrique plongeant dans un champ magnétique. Il apparaît donc dans le circuit un champ électromoteur d induction qui peut être source de courant électrique si le circuit est fermé sur une charge électrique. La puissance mécanique fournie est donc convertie en puissance calorifique (frottements mécaniques) et en puissance électrique (dont une partie éventuellement dissipée par effet Joule). Le bilan en régime établi s écrit : P méca. ext. - P frott. = P elec + P Joule Exemple On considère le dispositif suivant (dit des «rails de Laplace») constitué de 2 rails parallèles et horizontaux, distants de l sur lesquels une tige peut se mouvoir, dans le plan des rails mais perpendiculairement à ceux-ci. Le tout est plongé dans un champ magnétique uniforme et permanent. P u z l D u u y i Q u x On fait se déplacer la barre par une action extérieure à la vitesse v = v u y constante.

4 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 16 Ce conducteur mobile est siège d un champ électromoteur d induction E m = v " = v u x Il apparaît donc une f.é.m. e = vl orientée de P à Q (cf l orientation du circuit). Cette barre se comporte comme un générateur et si on ferme le circuit sur un dipôle extérieur D, la tension qui apparaît aux bornes de celui-ci est u = e ri, si on appelle r la résistance des rails et de la barre. Le conducteur mobile est soumis à la force de Laplace s opposer au déplacement de la barre. FL = La puissance mécanique des forces de Laplace est : P L = -ilv. La puissance électrique fournie par la f.é.m. d induction est : P e = ei = vil. On a bien : P L + P e = 0. Q # idl" = $iluy qui tend à P Effectuons un bilan de puissance pour la barre : Sa vitesse étant constante, on a : P méca. ext. P frott. +P L = 0. D où P méca. ext = P frott. + P e = P frott. + ui + ri 2 P méca. ext = P frott. + P élec. + P J, où P élec. = ui est la puissance électrique reçue par le dipôle extérieur. On retrouve bien le bilan de puissance d un générateur, à savoir : P méca. ext - P frott. = P élec. + P J Au bilan électromagnétique réalisant la conversion électromécanique réversible, à savoir P méca.ext. = P élec., se superposent deux phénomènes dissipatifs d origine électrique et mécanique : l effet Joule et les frottements. Nous allons étudier dans la suite de ce chapitre deux grands types de transducteurs électromécaniques : les machines à courant continu et les machines alternatives. 2. MACHINES A COURANT CONTINU Nous allons étudier le principe d une machine en rotation autour d un axe dite machine tournante et pour cela commencer par analyser le cas simple du mouvement d une spire tournant dans un champ magnétique radial. 2.1 Principe de fonctionnement : examen du cas d une spire tournante On considère une spire, d axe colinéaire à u" (dans le jeu des coordonnées cylindriques) parcourue par un courant i, placée dans un champ magnétique radial et donc entraînée en rotation autour de uz à la vitesse angulaire " = #uz.

5 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 17 ligne neutre pôle sud u" i u z On suppose = (r,")ur (on néglige les «effets de bord» et donc la dépendance de avec z) tel que : (R,θ) = 0 pour "] 0; #[ (R,θ) = - 0 pour "]#;2#[ = 0 pour θ = 0 et π. La ligne neutre est l intersection avec le plan de la figure, de la zone de champ magnétique nul. Une manière de réaliser un tel champ magnétique donné sur la figure ci-contre (entrefer d un aimant) pôle nord On appellera h la longueur (selon spire et 2R son diamètre. uz) de la Aspect mécanique : A D " C u z Les parties radiales (C et AD) de la spire subissent une force de Laplace nulle, puisque est radial. Sur la partie A : Sur la partie CD : FL = ih 0 u " F' L = ih 0 u' " avec u' " = #u " La résultante des forces de Laplace sur la spire est donc nulle. F L i Le couple de ces forces par rapport à l axe uz est non nul " = 2Rih 0 uz = C et est appelé «couple moteur». La puissance des forces de Laplace s exerçant sur la spire s écrit : F' L uz F L.(R"u# ) + F'L.(R"u'# ) = 2R"ih 0 = C" = P m. P m est positive ou négative, selon que i et ω auront même signe ou non.

6 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 18 Remarque : on a C proportionnel à i. On pose généralement C = φi avec φ = 2Rh 0, homogène à un flux de 0 à travers la surface de la spire. Mais attention, il ne s agit pas du flux de 0 à travers cette spire φ est appelé flux utile du champ magnétique sous chacun des pôles. Aspect électrique : Le champ électromoteur induit dans la partie A de la spire s écrit : E m = v " = R#u$ " 0 ur = % 0 R#uz. De même, le long de CD : E' m = 0 R"uz. Sur les portions radiales de la spire, E m est orthogonal au conducteur. La circulation du champ électromoteur le long de la spire vaut donc : e = -2 0 Rωh = - φω. La puissance électrique fournie par la f.é.m. induite vaut : P e = ei = -2 0 Rωhi. On retrouve l équation de conversion électromécanique, à savoir : P e + P m = Structure simplifiée d une machine à courant continu La machine est constituée d une partie fixe, le stator (ou inducteur) solidaire du bâti (ou socle) dont l arbre porte la partie mobile (rotor ou induit). Entre le rotor et le stator, on a l entrefer où règne le champ magnétique crée par l inducteur (formé de bobines alimentées par un courant continu). Le circuit de l induit est réalisé par un enroulement sous forme de spires autour du rotor de forme cylindrique. Les spires enroulées autour du rotor sont appelées conducteurs actifs si elles se trouvent dans le champ magnétique, passifs sinon. 1) culasse d acier ; (2) socle ; (3) axe de l induit ; (4) rotor ; (5) entrefer ; (6) bobinage inducteur ; (7) pièces polaires du stator ; (8) axe des pôles ; (9) ligne neutre ; (10) encoches taillées le long des génératrices du rotor ; (11) collecteur ; (12) balai ; (13) ligne de champ. Au passage par la ligne neutre, il est nécessaire que le sens du courant dans les spires s inverse. Si ce n était pas le cas, le couple des forces de Laplace s inverserait et la machine ne pourrait pas tourner toujours dans le même sens.

7 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 19 F L i F' L uz i uz F' L F L Le couple des forces de Laplace s inverserait si, au passage par la ligne neutre il n y avait pas inversement du courant dans la spire. Cette inversion n apparaît pas au niveau du circuit d alimentation (courant continu). En fait, chaque spire placée sur le rotor de la machine est soudée à un ensemble de lames de cuivre solidaires du rotor et isolées les unes des autres. L ensemble des lames de cuivre forme le collecteur. Sur le collecteur frottent des balais qui sont solidaires du bâti. L ensemble collecteur + balai joue le rôle de commutateur. Nous pouvons illustrer cette fonction dans le cas simple d une spire et d un collecteur à deux lames. Il faut noter que les balais sont solidaires du bâti alors que les lames du collecteur tournent avec le rotor. Au passage par la ligne neutre, les lames du collecteur auxquelles sont attachées les extrémités de la spire changent de balai ce qui implique un courant dans la spire qui s inverse. Le couple des forces de Laplace garde alors le même signe. 2.3 Cas de la machine à plusieurs conducteurs actifs Dans une machine réelle, le nombre de conducteurs actifs est élevé. Les contributions des différentes spires placées en série (enroulement) au couple mécanique et à la f.é.m. d induction s ajoutent, permettant ainsi de bonnes performances dans des volumes réduits. Les méthodes de bobinage des enroulements ne sont pas simples, notamment du fait des connections au collecteur, et constituent généralement un secret de fabrication. Nous n entrerons pas dans les détails des diverses solutions retenues en pratique, mais donnerons les caractéristiques générales de ces machines. Le champ électromoteur en tout point est proportionnel à la vitesse angulaire de l enroulement. Pour un enroulement complet, la f.é.m. est donc proportionnelle à la vitesse angulaire de rotation de la machine. On pose Φ la constante de proportionnalité, homogène à un flux de champ magnétique et qui dépend des caractéristiques de construction de la machine.

8 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 20 e = - Φω Φ est proportionnelle au flux utile du champ magnétique sous chacun des pôles. De même, le couple moteur est proportionnel à l intensité du courant électrique parcourant l enroulement. Le facteur de proportionnalité est homogène à Φ. La relation traduisant le principe de conversion électromécanique ayant été montré pour chaque élément conducteur, il est valable pour tout le circuit. D où nécessairement : C = Φi Il est indispensable d associer à ces relations un schéma de convention d orientation. i e i i u e M " C = i u e = -" u inducteur induit induit (schéma idéal) i L Remarque : le schéma électrique est souvent affiné en prenant notamment en compte les pertes par effet Joule (que l on modélise par une résistance) et l inductance propre de l enroulement de l induit. On obtient alors le schéma suivant : e = -" R u induit (schéma réel) 2.4 Principaux modes de fonctionnement Modes de fonctionnement : Si ui > 0 (soit ui = -ei = Cω dans le schéma idéal) : la machine reçoit de l énergie électrique et fournit de l énergie mécanique : elle fonctionne en moteur. Si ui (= Cω dans le schéma idéal ) < 0 : elle fonctionne en génératrice. Si ui = 0 : elle fonctionne à vide : elle n entraîne aucune charge mécanique et dans ce cas il n est pas nécessaire de disposer de couple moteur pour maintenir la vitesse de la machine constante. Ceci n est valable qu à condition de négliger les pertes électriques et mécaniques.

9 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 21 Equations : équation électrique (en négligeant l inductance propre de l induit) : u = Ri e = Ri + Φω. équation mécanique : on applique le théorème du moment cinétique pour un solide en rotation autour d un axe fixe (ici l arbre du moteur) : J dω dt = C + C r = Φi + C r Où J est le moment d inertie du rotor, de l arbre et de la charge mécanique qui lui est attachée et où C r est le couple résistant dû aux frottements mécaniques et à la charge mécanique (C r < 0). Moteur non chargé : Si le moteur est non chargé et que l on néglige les frottements, alors C r = 0. Le régime permanent donne I = 0 et le couple moteur est nul : il est inutile pour maintenir une vitesse de l arbre constante. On a alors U = - E = ΦΩ : la mesure de Ω pour différentes tensions d alimentation permet de déterminer Φ. En régime quelconque : u = Ri + Φω et J τ m d" dt + ω = u " avec τ m = Si le moteur est non chargé et que l on prend les frottements en compte d" dt = Φi d où : RJ : constante de temps électromécanique. 2 " on modélise généralement ces frottements par un couple résistant de type visqueux : C r = - fω. f Les caractéristiques du régime permanent sont alors : I = " Ω et U = ( fr " + Φ)Ω. Afin de déterminer f, on procède souvent à des essais de lâcher : on entraîne la machine à la vitesse de rotation Ω 0 puis on interrompt l alimentation (u nulle mais toujours imposé par l inducteur). On observe alors la décroissance de la vitesse dont l évolution temporelle est donnée par la résolution des équations différentielles suivantes : d" d" RJ J + fω = Φi et Ri + Φω = 0 d où τ m + ω = 0 avec τ m = dt dt fr + " 2 On a donc : ω(t) = Ω 0 e -t/τ m. La mesure du temps de décroissance donne τ m donc f (connaissant R, Φ et J) Moteur entraînant une charge mécanique: Les équations sont alors les suivantes : u = Ri + φω et J d" dt = Φi + C r (ω) d où RJ d" dt + Φ 2 ω - RC r (ω) = Φu

10 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 22 Au démarrage : C r (0) s oppose au démarrage du moteur. Pour que celui-ci puisse démarrer, il faut que RC r (0) + Φu(0) > 0 soit u(0) > - RC r(0) Φ = U d appelée tension de démarrage. A l instant initial, la tension dans l induit doit être supérieure à cette tension de démarrage. On pourrait penser alimenter directement le moteur sous sa tension nominale (qui est généralement très supérieure à U d ) mais on ne le fait pas, car cela provoquerait une surintensité pouvant créer un choc mécanique destructeur de l induit. La mise en vitesse du moteur se fait donc sous tension d induit u(t) réduite en limitant le courant qui le traverse. On pourrait par exemple imaginer brancher, en série avec l induit, un rhéostat dont on diminue progressivement la résistance de façon à augmenter progressivement u(t). Mais du fait des pertes par effet Joule dans les résistances du rhéostat, ce type de procédé n est en fait envisageable que pour les moteurs de faible puissance dont la phase de démarrage est courte. On préfère généralement utiliser des générateurs délivrant des rampes de tension ou, encore mieux, des hacheurs. Point de fonctionnement du moteur. Il est déterminé en régime permanent. Les équations du moteur sont alors : U = RI + ΦΩ et C = ΦI,. D où C(Ω) = Φ R (U - ΦΩ). Cette équation donne la caractéristique couple-vitesse C(Ω) du moteur pour une alimentation U donnée. C Connaissant la caractéristique couple-vitesse d une charge mécanique C r (Ω) (comprenant éventuellement C() -C r () les frottements), on pourra déterminer à quelle vitesse angulaire l ensemble moteur + charge va tourner pour une alimentation donnée (ainsi que l intensité du courant qui sera absorbé en régime permanent) en procédant par exemple à une résolution graphique, C 0 sachant qu en régime permanent, l équation mécanique donne : C(Ω) = - C r (Ω). Il est bien entendu que si la fonction C r (ω) est linéaire, il est possible de résoudre facilement les équations sans passer par les représentations graphiques des caractéristiques. En régime établi, on a donc : -C r (ω) = Conséquences : " (U - ΦΩ), d où Ω = R 1 " (U + Lorsque le couple résistant augmente ( C r ) alors Ω diminue. C est d ailleurs au démarrage (Ω = 0) que le couple résistant (et donc aussi le couple moteur) est maximum et vaut C d. La valeur nominale du couple moteur en régime établi à la vitesse angulaire Ω est toujours inférieure à C d : cela semble normal qu il faille un couple plus important pour lancer le moteur que pour simplement le maintenir à vitesse constante une fois le démarrage accompli. 0 RC r " ) avec C r < 0. La valeur de Ω augmente lorsque Φ diminue. Or Φ est proportionnel au champ magnétique crée par l inducteur.

11 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 23 Il ne faut donc jamais supprimer l alimentation de l inducteur lorsque l induit est sous tension : le moteur s emballerait. Fonctionnement de la machine en génératrice : La principale utilisation des machines à courant continu en tant que génératrice est la génératrice tachymétrique (capteur de vitesse angulaire). Ces génératrices sont des machines de faible puissance, donc l inducteur est formé d aimants permanents (et non d électroaimants comme pour les moteurs à courant continu). Dans les génératrices, le rotor est entraîné par un moteur à la vitesse angulaire ω(t) qu on cherche à mesurer. Si l induit est en circuit ouvert (ou en charge sur une résistance électrique très grande), alors la tension récupérée à ses bornes est proportionnelle à ω et peut donc fournir la mesure de ω. En effet, dans ces conditions : u = -e = Φω (dans le cas du fonctionnement à vide pour R c lequel i = 0) ou u = Φω (dans le cas où R c + R l induit est en charge sur R c ). Dans ce dernier cas, on a intérêt à choisir R c >> R : non seulement on a alors u Φω, mais en plus, dans ce cas, i 0. e R u Quel est l intérêt d avoir i 0? Le couple électromagnétique de la génératrice vaut C = φi. Or, dans le type de fonctionnement génératrice, ce couple est résistant. Pour i 0 il est donc quasiment nul et ne perturbe que faiblement (uniquement par le couple de ses forces de frottement) la vitesse de rotation de la machine sur laquelle la génératrice tachymétrique est branché. 2.5 Les limites de la machine à courant continu Le moteur à courant continu n est pas adapté aux fortes puissances : les intensités mises en jeu sont alors importantes et cela pose problème au niveau de l élaboration des collecteurs. De plus, les alimentations (distribution EDF) sont alternatives triphasées. L alimentation du MCC nécessite donc l utilisation d un redresseur. Les balais du collecteur s usent et nécessitent une maintenance au coût souvent élevé.

12 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques MACHINES ALTERNATIVES L idée de base, concernant le principe de fonctionnement de ce type de machines, est de mettre à profit l effet d un champ magnétique uniforme 0 sur un aimant permanent (i.e. un dipôle magnétique) de moment dipolaire permanent : le moment des forces de Laplace appliquées au dipôle est " = M #0 qui a pour effet d orienter M dans le sens de 0. Il suffit donc, pour faire tourner l aimant permanent (par exemple constitué de spires parcourues par un courant permanent) de faire «tourner» le champ magnétique Production d un champ magnétique tournant Champs magnétiques sinusoïdaux en quadrature spatiale et temporelle i 1 y O x Deux bobines placées en quadrature spatiale (axes orthogonaux) et parcourues par des courants en quadrature temporelle (i 1 (t) = I 0 cos(ω 0 t) et i 2 (t) = I 0 sin(ω 0 t)) créent un champ magnétique au point O qui aura la forme : ( ) = 0 cos " 0 t 0 [ ( )ex + sin (" 0 t)ey ] i 2 C est un champ de norme constante et tournant autour de l axe Oz à la vitesse angulaire Ω 0. En agissant sur la fréquence des courants alimentant les bobines, on contrôle la vitesse de rotation du champ tournant. Généralisation : courants polyphasés et champ tournant Le système diphasé ci-dessus n est pas le plus utilisé en pratique. Le réseau de distribution électrique délivrant du courant triphasé, on préfère recourir à un système de 3 bobines dont les axes font deux à deux un angle de 2π/3 et parcourues par des courants déphasés temporellement de 2π/3. i 1 = I 0 cosω 0 t ; i 2 = I 0 cos(ω 0 t 2π/3) ; i 3 = I 0 cos(ω 0 t 4π/3) i 2 y Le champ magnétique en O est alors : ( 0) = 3 2 0[ cos (" 0 t)ex + sin (" 0 t)ey ] L intérêt de mettre plusieurs bobines est d homogénéiser et d intensifier le champ magnétique autour du point O. i 3 i 1

13 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 25 De façon générale, on pourrait placer n bobines décalées spatialement d un angle 2π/n et parcourues par des courants polyphasés, déphasés de 2π/n. Elles créeraient un champ magnétique tournant à la vitesse angulaire ω 0 correspondant à la pulsation des courants polyphasés. Autres possibilités Le système le plus simple à imaginer pour créer un champ tournant est de faire tourner un aimant Mais ce n est certainement pas le principe le plus simple à mettre en œuvre, surtout lorsqu on cherche à créer des champs tournant intenses. N S 0 Un champ magnétique purement sinusoïdal peut s interpréter comme la superposition de deux champs tournant à la même vitesse angulaire mais en sens inverse. En effet : [ ( )ey] + 0 = 0 cos (" 0 t)ex = 0 2 cos ( " t 0 )ex + sin " 0 t [ ( )ey ] 2 cos ( #" t 0 )ex + sin #" 0 t Les machines fonctionnant sur ce principe sont donc des machines monophasées. Comment créer un champ de ce type? Tout simplement en enroulant un fil (parcouru par un courant d intensité I 0 cos(ω 0 t)) autour d un matériau magnétique : le champ magnétique régnant dans l entrefer de cet électroaimant est de la forme désirée. i = i 0 cos( 0 t) 3.2 Action d un champ magnétique tournant sur un moment magnétique permanent : moteurs synchrones Moment magnétique permanent Il est possible de créer un dipôle magnétique permanent (de moment dipolaire constant M) soit à l aide d un aimant permanent (cas des alternateurs de bicyclettes) soit en en faisant passer un courant permanent d intensité I 0 dans un bobinage (M = nsi 0, si n est le nombre de spires et S la surface de l une d entre elles).

14 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 26 Action d un champ tournant sur un moment magnétique permanent On a vu dans le cours d électromagnétisme que l action d un champ magnétique sur un dipôle magnétique de moment dipolaire M était d aligner ce dernier sur. On peut donc s attendre à voir M «suivre» dans un champ tournant et tourner à son tour. Nous allons montrer que M tourne nécessairement à la même vitesse angulaire que. Envisageons un mouvement de rotation à la vitesse angulaire ω de M et ω 0 de. A l instant t, l angle entre M et est donc θ(t) = ω 0 t - ωt + θ 0, en appelant θ 0 l angle initial entre les deux vecteurs. Le couple exercé par sur M est donc : " = M # = M 0 sin (( $ 0 % $ )t + & 0 )ez. Si ω 0 ω : ce couple a un moment de valeur moyenne nulle et fournit un travail moyen nul. Si ω 0 = ω : " = M 0 sin (# 0 )ez : c est un couple de valeur constante et donc de valeur moyenne non nulle. Il faut donc, pour que le mouvement de M persiste, que sa vitesse de rotation soit égale à celle du champ tournant. On parle de machine (ou moteur) synchrone. Le couple que le champ tournant exerce sur le moment magnétique est moteur lorsque θ 0 est compris entre 0 et π et résistant lorsque θ 0 est compris entre -π et 0. Structure d une machine synchrone " # 0 $ 0 M Cas d un couple moteur θ compris entre 0 et π Le champ magnétique est crée dans une armature fixe (stator). L élément mobile en interaction avec ce champ est un aimant ou un électroaimant (i.e. un bobinage alimenté par un courant continu) appelé rotor. Les bobinages des rotors sont logés dans des encoches au nombre variable selon les machines. Nous limiterons notre étude aux machines bipolaires pour lesquelles le rotor ne comporte qu une paire de pôles «Nord-Sud». " 0 M

15 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 27 Propriétés des moteurs synchrones Les moteurs synchrones, on l a vu, ne peuvent tourner qu à la vitesse de synchronisme, c est-àdire à la vitesse de rotation du champ magnétique tournant. Pour contrôler la vitesse d un moteur synchrone, il suffit de contrôler la fréquence de rotation de son champ magnétique tournant et donc la fréquence des courants utilisés pour créer ces champs. Une conséquence directe de ce qui vient d être dit est que les moteurs synchrones ne peuvent pas démarrer par eux-mêmes. Pour les mettre en synchronisme, il faut les lancer à l aide d un dispositif annexe (par exemple un moteur à courant continu) et connecter le moteur synchrone lorsque la vitesse de rotation est voisine de celle du champ. On peut également faire démarrer la machine avec un champ tournant très lentement au départ, puis en augmentant progressivement la fréquence des courants d alimentation créant ce champ. Si le moteur entraîne une charge mécanique imposant un couple résistant "r, la vitesse de rotation étant constante, on a forcément : " r = #M 0 sin$e z = #" r e z (avec Γ r > 0). Ce couple étant résistant, forcément sinθ > 0 et donc θ est compris entre 0 et π : le moment magnétique est «en arrière» du champ tournant. Pour une valeur de Γ r donnée : Il faut nécessairement que Γ r < M 0 pour que θ existe : M 0 est appelé couple de décrochage. Si la charge mécanique et/ou le système d entraînement exercent un couple résistant supérieur à cette valeur, le fonctionnement à vitesse constante (c est-à-dire à la vitesse de synchronisme) n est pas possible : on observe ce qu on appelle le décrochage. En effet, le couple moteur moyen s annulant, la machine s arrête. On voit qu on a deux valeurs possibles pour θ : θ 1 compris entre 0 et π/2 et θ 2 entre π/2 et π. θ 1 correspond à une position de fonctionnement stable et θ 2 à une position de fonctionnement instable. " En effet, si à partir de l angle de fonctionnement, le rotor ralentit, alors θ augmente (puisque M prend du retard par M 0 rapport à ) alors : à partir de θ 1 la valeur du " r couple moteur augmente (Γ = M 0 sinθ), le moteur accélère et rétablit le décalage jusqu à θ 1. Par contre, à partir de θ 2, Γ diminue et le ralentissement est encore plus grand. # 0 # /2 1 # 2 Démarrage non autonome et risque de décrochage en cas de surcharge sont les principaux défauts des moteurs synchrones.

16 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 28 ilan de puissance L équation de conversion électromécanique ayant été démontrée dans le cas général, on la retrouve également pour le moteur synchrone. On peut insister à nouveau sur le fait que la puissance électrique reçue par la machine (dans les circuits du stator) est convertie en puissance mécanique, aux pertes près : Γω 0 = nuicosϕ où n est le nombre d enroulements créant le champ tournant, où U et I sont les courant et tension efficaces dans les enroulements, et où cosϕ est leur facteur de puissance. 3.3 Fonctionnement en alternateur Alternateur et moteur synchrone sont la même machine électrique. Dans le cas de l alternateur, on fait tourner le rotor (par un dispositif annexe) à la vitesse angulaire ω 0 et le stator n est pas alimenté par l extérieur. Lorsque le moment magnétique du rotor (aimant permanent ou électroaimant) tourne, il induit dans chacun des bobinages une f.é.m. périodique du temps et donc un système de courants polyphasés. Les bobines, alimentées par ces courants induits, créent à leur tour un champ tournant (t) dans la machine. Ce champ engendre sur le rotor un couple résistant Γ = Msinθ 0 < 0 : cette fois c est le moment magnétique du rotor qui est en avance sur le champ tournant. La conversion d énergie mécanique en énergie électrique est majoritairement réalisée par des alternateurs, de l alternateur de bicyclette (quelques Watts) aux alternateurs de centrale nucléaire (quelques Gigawatts). 3.4 Principe des moteurs asynchrones Principe On produit, à l aide d un stator, de structure totalement équivalente à celle des machines synchrones, un champ tournant dans lequel on place, non plus un moment dipolaire permanent, mais des spires bobinées, non alimentées par un courant, qui, soumises au champ magnétique variable (t), vont être le siège d un courant électrique induit et donc d un moment dipolaire induit. Celui-ci sera entraîné par le champ magnétique de la même façon que le moment dipolaire permanent.

17 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 29 Caractéristique Γ(ω) L étude du couple moteur moyen en fonction de la vitesse de rotation de 5 page 114 du Hachette) le graphe Γ(ω) suivant : M donne (voir application " ω " 0 représente la vitesse de rotation du champ. max "(0) frein Pour ω > ω 0 ou pour ω < 0, Γ.ω < 0 : le «moteur» fonctionne en frein. Il a un fonctionnement moteur pour ω compris entre 0 et ω 0. frein 0 On constate que Γ = 0 pour ω = ω 0 : ce moteur ne pourra donc jamais fonctionner en charge à la vitesse ω 0, d où le terme de moteur asynchrone. D autre part, Γ(0) 0 : ce moteur peut donc démarrer tout seul. Moteur en charge Supposons que l on branche ce moteur sur une charge de couple indépendant de ω (pour simplifier les graphiques) : Γ r0 < 0. On cherche à résoudre le système : Γ + Γ r0 = 0. La résolution graphique suppose la représentation de Γ(ω) et de -Γ r0 dans le même système d axes. Plusieurs cas se présentent : Si r0 < (0) : on a un seul point de fonctionnement correspondant à une vitesse de rotation ω comprise entre 0 et ω 0 et que le moteur atteint tout seul. Le point de fonctionnement correspondant à ω<0 n est pas possible puisque dans ce cas les deux couples sont résistants. Si (0) < r0 < max : on a deux points de fonctionnements. Le premier est instable : en effet, si ω augmente, Γ augmente donc " r0 augmente et ω continue à augmenter. Le second point de fonctionnement est stable : si ω augmente, Γ diminue donc " r0 diminue et ω diminue. On remarque que pour atteindre ces points de fonctionnement, il faudra «lancer» le moteur puisque r0 > (0). Si r0 > max : il n existe aucun point de fonctionnement, la charge étant trop importante.

18 PSI rizeux Ch. CP2: Conversions électromécaniques 30 Structure d une machine asynchrone Le stator est complètement équivalent à celui d une machine synchrone. Le rotor, lui, ne nécessite pas d alimentation et est constitué d un matériau conducteur permettant le passage du courant électrique induit. Il en existe de deux types : les rotors en «cage d écureuil» et les rotors bobinés (spires bobinées).

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%)

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Les trois parties A, B et C de cette épreuve sont indépendantes. Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Aucune connaissance préalable du moteur asynchrone n est nécessaire pour l étude de cette

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

Moteur à courant continu MACHINE A COURANT CONTINU

Moteur à courant continu MACHINE A COURANT CONTINU I. PESENTATION MACHINE A COUANT CONTINU Une machine à courant continu est un convertisseur réversible rotatif d'énergie. Lorsque l'énergie électrique est trasformée en énergie mécanique, la machine fonctionne

Plus en détail

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W MOTEUR ASYNCHRONE 1) Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz dont la tension entre phases est U = 380 V. Les enroulements du stator et du rotor

Plus en détail

LES MOTEURS ELECTRIQUES

LES MOTEURS ELECTRIQUES L objectif de ce cours est de comprendre le fonctionnement des moteurs électriques. Nous verrons les notions de puissance, de pertes et de rendement. Nous étudierons de manière simplifié comment ces moteurs

Plus en détail

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier G. Pinson - Physique Appliquée Machine asynchrone - C34 / 1 C34 - Machine Asynchrone (MAS) Moteur asynchrone Transmissions mécaniques asynchrones (transmissions de couple) : P m s bain d huile ailettes

Plus en détail

T. GET Chap. 8 :Le moteur asynchrone Chap. 8 : Le moteur asynchrone

T. GET Chap. 8 :Le moteur asynchrone Chap. 8 : Le moteur asynchrone Chap. 8 : Le moteur asynchrone I.Principe Le stator est formé de 3 bobines dont les axes font entre eux un angle de. Il est alimenté par un réseau triphasé équilibré, qui crée dans l entrefer un ( radial

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 12 La puissance en triphasé et sa mesure. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 12 La puissance en triphasé et sa mesure. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECTRICITE Analyse des signaux et des circuits électriques Michel Piou Chapitre La puissance en triphasé et sa mesure Edition /03/04 Table des matières POURQUOI ET COMMENT? PUISSANCE DANS UNE LIGNE TRIPHASEE....

Plus en détail

1.1) Stator ( inducteur )

1.1) Stator ( inducteur ) 1 ) Constitution Ces moteurs sont robustes, faciles à construire et peu coûteux. Ils sont intéressants, lorsque la vitesse du dispositif à entraîner n'a pas à être rigoureusement constante. 1.1) Stator

Plus en détail

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Chapitre 2 : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Corrigé 1. Compléter la phrase : Le couple électromagnétique

Plus en détail

induit collecteur arbre + palier ventilateur

induit collecteur arbre + palier ventilateur G. Pinson - Physique Appliquée Machine à courant continu - C32 / C32 - Machine à Courant Continu (MCC) à excitation séparée à courant continu Constitution (schéma simplifié). Exemple : moteur à deux paires

Plus en détail

La méthode des deux wattmètres nous donne les puissance active et réactive absorbées par le moteur:

La méthode des deux wattmètres nous donne les puissance active et réactive absorbées par le moteur: EXERCICE N 1 Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz dont la tension entre phases est U = 380 V. Les enroulements du stator et du rotor sont en

Plus en détail

1.1 Feuille n 2 : Modélisation et analyse d un système linéaire à partir des équations différentielles

1.1 Feuille n 2 : Modélisation et analyse d un système linéaire à partir des équations différentielles CHAPITRE 1 ANALYSE DES SYSTÈMES 1.1 Feuille n 2 : Modélisation et analyse d un système linéaire à partir des équations différentielles L objectif de ce TD est de montrer que l outil équation différentielle

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Cours 5. Moteurs électriques

Cours 5. Moteurs électriques Cours 5. Moteurs électriques 1. INTRODUCTION 2. MOTEURS ASYNCHRONES TRIPHASÉS 3. MOTEURS ASYNCHRONES MONOPHASÉS 4. MOTEURS SYNCHRONES À COURANT CONTINU 6. MOTEURS PAS À PAS Ces diapositives sont nouvelles

Plus en détail

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl Courant alternatif Au lieu d avoir toujours la même polarité, chaque borne d un générateur de tension alternative est positive puis négative en alternance. Les électrons du courant se déplacent dans un

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE MOTEUR ASYNCHRONE Rappel: trois bobines, dont les axes font entre eux des angles de 120 et alimentées par un réseau triphasé équilibré, crée dans l'entrefer un champ magnétique radial, tournant à la fréquence

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

(Durée de l épreuve: 3 heures) L usage de la calculatrice est autorisé

(Durée de l épreuve: 3 heures) L usage de la calculatrice est autorisé ÉCOLE DES PONTS PARISTECH SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIÈRE MP) ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

1 Introduction. 2 Modèle

1 Introduction. 2 Modèle Projet d introduction à l analyse numérique : Etude de la dynamique d une centrale hydroélectrique Premier Bachelier en sciences de l ingénieur Année académique 2012-2013 1 Introduction Parmi les systèmes

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement BTS électrotechnique 2 ème année - Sciences physiques appliquées CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement Motorisation des systèmes. Problématique : En tant que technicien supérieur il vous revient

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. Le stator crée un champ inducteur tournant à la vitesse de synchronisme. La pulsation des courants stator est = p S. Pour que le rotor tourne, il faut qu'il y ait du courant

Plus en détail

MACHINES SYNCHRONES. Cours et Problèmes. Claude CHEVASSU. version du 5 février 2014

MACHINES SYNCHRONES. Cours et Problèmes. Claude CHEVASSU. version du 5 février 2014 L3 MACHINES SYNCHRONES Cours et Problèmes Claude CHEVASSU version du 5 février 2014 Table des matières 1 Machines synchrones 1 1.1 Symboles.................................. 2 1.2 Construction - Principe.........................

Plus en détail

Travaux Dirigés Machines Electriques

Travaux Dirigés Machines Electriques TRAVAUX DIRIGES N 3 : MACHINE ASYNCHRONE Exercice 1 Un moteur asynchrone tétrapolaire, stator monté en triangle, fonctionne dans les conditions suivantes : tension entre phases U = 380 V ; fréquence f

Plus en détail

Les interactions électromagnétiques

Les interactions électromagnétiques Les interactions électromagnétiques Activité 1 Le champ magnétique La force électromagnétique 1. Le champ magnétique Document 1 : Champ magnétique d un aimant droit Document 2 : champ magnétique d un aimant

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique 1 Présentation du moulin Il s agit d une roue tournant autour d un axe. Sur l extérieur de la roue sont fixées des tiges et sur les tiges sont accrochés des récipients. Ces récipients sont ouverts en haut

Plus en détail

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Objectifs Tracer la caractéristique à vide de la machine synchrone. Déterminer les éléments du modèle équivalent représenté ci-contre.

Plus en détail

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique»

Corrigé des exercices «Principe fondamental de la dynamique» «Principe fondamental de la dynamique» Exercice 1 a. Un véhicule parcourt 72 km en 50 minutes. Calculer sa vitesse moyenne et donner le résultat en km/h puis en m/s. La vitesse v est donnée en fonction

Plus en détail

Machine asynchrone. - Définitions. Principe. Rotor : Cage d écureuil. Pulsation du stator Synchronisme. Pulsation du Rotor N.

Machine asynchrone. - Définitions. Principe. Rotor : Cage d écureuil. Pulsation du stator Synchronisme. Pulsation du Rotor N. Ω s Principe - Définitions Pulsation du stator Synchronisme Rotor : Cage d écureuil Ω Pulsation du Rotor Ω < Ω s N B S g g = Glissement Ωs Ω N s = Ω N s s N Stator : Inducteur Ω = Ω s Rem Si plus de variation

Plus en détail

Contrôle du couple électromagnétique d'une machine asynchrone par la méthode du flux orienté.

Contrôle du couple électromagnétique d'une machine asynchrone par la méthode du flux orienté. Contrôle du couple électromagnétique d'une machine asynchrone par la méthode du flux orienté. Le principe du contrôle du couple électromagnétique par la méthode du flux orienté est basé sur la connaissance

Plus en détail

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone.

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. Buts du TP : le but de ce TP est l étude du moteur asynchrone triphasé. On étudie la plaque signalétique du moteur, puis on effectue un essai à vide et enfin un essai

Plus en détail

F = B * I * L. Force en Newtons Induction magnétique en teslas Intensité dans le conducteur en ampères Longueur du conducteur en mètres

F = B * I * L. Force en Newtons Induction magnétique en teslas Intensité dans le conducteur en ampères Longueur du conducteur en mètres LE M O TE U R A C O U R A N T C O N TI N U La loi de LAPLACE Un conducteur traversé par un courant et placé dans un champ magnétique est soumis à une force dont le sens est déterminée par la règle des

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Extraits de récents DS

Extraits de récents DS 1 Extraits de récents DS Chap. 3 : Magnétostatique 2 UT MARSELLE GE 1 Année D.S. d'électricité n 3 avec Corrigé 29 Mars 1997 2 ème exercice. Circuit avec mutuelle. M i 1 (t) Le primaire du circuit ci-contre

Plus en détail

Circuits triphasés équilibrés

Circuits triphasés équilibrés Chapitre 3 Circuits triphasés équilibrés Les circuits triphasés forment la base du réseau de distribution de l électricité. On se sert de circuits triphasés entre les génératrices et les réseaux industriels

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

Unités spécifiques : ELECTRICITE

Unités spécifiques : ELECTRICITE Référentiel BAC PRO Sciences Physiques : ELECRICITE Page /6 BACCALAUREATS PROFESSIONNELS Unités spécifiques : ELECTRICITE E REGIME SINUSOÏDAL Durée indicative: 0 heures Régime sinusoïdal monophasé - Valeur

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Questionnaire à choix multiple : Principe de fonctionnement des convertisseurs électromagnétiques à champ tournant

Questionnaire à choix multiple : Principe de fonctionnement des convertisseurs électromagnétiques à champ tournant Chapitre 3 : Principe de fonctionnement des convertisseurs électromagnétiques à champ tournant Questionnaire à choix multiple : Principe de fonctionnement des convertisseurs électromagnétiques à champ

Plus en détail

La machine synchrone

La machine synchrone Département d Electricité, Electronique et Informatique (Institut Montefiore) Notes théoriques du cours ELEC0014 Introduction to electric power and energy systems La machine synchrone Thierry VAN CUTSEM

Plus en détail

Chapitre 6. Électricité. 6.1 Champ électrique. 6.1.1 Interaction électrique

Chapitre 6. Électricité. 6.1 Champ électrique. 6.1.1 Interaction électrique Chapitre 6 Électricité 6.1 Champ électrique 6.1.1 Interaction électrique L étude de l électricité peut se ramener à l étude des charges électriques et de leurs interactions. Rappelons que l interaction

Plus en détail

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15')

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15') NOM, PRENOM (en majuscules)..... SECTION (barrer la mention inutile) Biologie Géographie Géologie PHYS-F-205 Physique 2 Examen du 6 juin 2012 I. Théorie (20 points 1 heure 15') Justifiez toujours vos réponses.

Plus en détail

Activité Dipôles électriques

Activité Dipôles électriques 1. Résistance Activité Dipôles électriques Une résistance est un composant électronique ou électrique dont la principale caractéristique est d'opposer une plus ou moins grande résistance à la circulation

Plus en détail

Electronique de puissance et vitesse variable

Electronique de puissance et vitesse variable L électronique de puissance au service de la vitesse variable Ce cours utilise de nombreux ouvrages et sites web sur lesquels j ai repris des photos ou des diagrammes. Je tiens à remercier toutes les personnes

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Cours d électrotechnique

Cours d électrotechnique Cours d électrotechnique LES MACHINES A COURANT ALTERNATIF MACHINE STATIQUE A COURANT ALTERNATIF Les machines électriques statiques à courant alternatif - Table des matières générales TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU COURS TELN CORRIGÉ STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU À AIMANT PERMANENT page 1 / 6 A PRÉSENTATION Beaucoup d'appplications nécessitent un couple de démarrage élevé. Le Moteur à

Plus en détail

Cours de mécanique M14-travail-énergies

Cours de mécanique M14-travail-énergies Cours de mécanique M14-travail-énergies 1 Introduction L objectif de ce chapitre est de présenter les outils énergétiques utilisés en mécanique pour résoudre des problèmes. En effet, parfois le principe

Plus en détail

La production et le transport de l électricité

La production et le transport de l électricité Comment produire simplement une tension alternative? Connecter les deux bornes d une bobine à un oscilloscope À l aide d un moteur, faire tourner un aimant devant la bobine (doc ) Observer sur l oscillogramme

Plus en détail

COURS N 6 : Démarrage des Moteurs asynchrones DÉROULEMENT DE LA SÉANCE TITRE ACTIVITÉS PROF ACTIVITÉS ÉLÈVES DURÉE. Page 1 sur 24

COURS N 6 : Démarrage des Moteurs asynchrones DÉROULEMENT DE LA SÉANCE TITRE ACTIVITÉS PROF ACTIVITÉS ÉLÈVES DURÉE. Page 1 sur 24 COURS N 6 : Démarrage des Moteurs asynchrones DÉROULEMENT DE LA SÉANCE TITRE ACTIVITÉS PRO ACTIVITÉS ÉLÈVES DURÉE IN DU COURS {? heures} Page 1 sur 24 Tableau de comité de lecture Date de lecture Lecteurs

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

Théorème d Ampère et applications

Théorème d Ampère et applications 6 Théorème d Ampère et applications 1 Théorème d Ampère Equivalent du théorème de Gauss pour l électrostatique. Permet de calculer des champs simplement en utilisant la symétrie des courants. Mais il faut

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N : 8 ANALYSE

Plus en détail

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction Chapitre 8 Transformateur 8.1 Introduction Le transformateur permet de transférer de l énergie (sous forme alternative) d une source à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension

Plus en détail

La dynamique du système est donnée par (1)

La dynamique du système est donnée par (1) Master d Ingénierie Mathématique Contrôle des systèmes non-linéaires Examen, durée 3h Sujet donné par Pierre Rouchon, tous les documents sont autorisés. Comme le montre la figure ci-contre, ce robot marcheur

Plus en détail

Couple électromagnétique (couple moteur)

Couple électromagnétique (couple moteur) Principe de fonctionnement Le rotor, alimenté en courant continu, par un système de contacts glissants (bagues), crée un champ magnétique rotorique qui suit le champ tournant statorique avec un retard

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 06 heures SESSION 2014 ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE Le sujet est composé de trois problèmes (A, B, et C) pouvant être traités de façon indépendante. Il comporte

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

1 Cinématique du solide

1 Cinématique du solide TBLE DES MTIÈRES 1 Cinématique du solide 1 1.1 Coordonnées d un point dans l espace......................... 1 1.1.1 Repère et référentiel................................ 1 1.1.2 Sens trigonométrique...............................

Plus en détail

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE L G L G Octobre 015 MEA0003- - MÉANIQUE RATIONNELLE Prof. Éric J.M.DELHEZ Un constructeur de jouets souhaitant mettre au point un nouveau système de propulsion de petites voitures pour son circuit miniature

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

FREINAGE MOTEUR ASYNCHRONE Le freinage problématique

FREINAGE MOTEUR ASYNCHRONE Le freinage problématique Le freinage problématique PAGE : 1 Le freinage doit être immédiat lors de l appuie sur AU Hors dispositifs électroniques Frein à appel de courant Dans le cas du frein à appel de courant, c'est l'alimentation

Plus en détail

Machines synchrones. Gérard-André CAPOLINO. Machines synchrones

Machines synchrones. Gérard-André CAPOLINO. Machines synchrones Gérard-ndré CPOLINO 1 Machine à pôles lisses Concept (machine à 2 pôles) Le stator est un circuit magnétique circulaire encoché Un bobinage triphasé est placé dans les encoches Le rotor est également un

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique C est en 1831 que Michael Faraday découvre le phénomène d induction, il découvre qu un courant électrique est créé dans un conducteur lorsqu il est soumis à un champ magnétique

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé M5 Oscillateur harmonique et régime forcé Rappels des épisodes précédents... Au cours de la première période, nous avons rencontré le modèle de l Oscillateur Harmonique Amorti Cf Cours M4). Nous allons

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Séminaire sur les entraînements électriques Yverdon-les-Bains, le 12 novembre 2015 Christophe BESSON 1 Les

Plus en détail

LA CHARGE SANS CONTACT

LA CHARGE SANS CONTACT Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV - 25269 LA CHARGE SANS CONTACT PLAN I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement 2) Circuit électrique

Plus en détail

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis)

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Bibliographie. «Les capteurs en instrumentation industrielle», G. Asch & collaborateurs, DUNOD «Capteurs

Plus en détail

LES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES

LES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES Roger Cadiergues MémoCad nd01.a LES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES SOMMAIRE nd01.1. Les éléments de base nd01.2. Les deux classements fondamentaux nd01.3. Les obligations concernant les matériels nd01.4. Alimentations

Plus en détail

Physique-appliquée U-32

Physique-appliquée U-32 CE3P Session 2004 BEVET de TECHNICIEN SUPÉIEU CONTÔLE INDUSTIEL et ÉGULTION UTOMTIQUE SCIENCES PHYSIQUES Physique-appliquée U-32 Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 = = = = = = = = = = = = = = vant de composer,

Plus en détail

Etude de la période d un pendule simple

Etude de la période d un pendule simple Etude de la période d un pendule simple Préparation à l Agrégation de Physique ENS Cachan June 3, Figure 1: Photographie du dispositif expérimental pour étudier la variation de la période d un pendule

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

Contrôle de session 2 et/ou de rattrapage UF1 Physique Electricité et électrostatique, 9 mars 2011

Contrôle de session 2 et/ou de rattrapage UF1 Physique Electricité et électrostatique, 9 mars 2011 Nom : Prénom : Groupe : Session 2 Rattrapage Cocher SVP Contrôle de session 2 et/ou de rattrapage UF1 Physique Electricité et électrostatique, 9 mars 2011 Durée 3h00. Tous les documents sont interdits.

Plus en détail

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session

La course du piston est donc 10 4 soit 6 cm. 3 ) lorsque la position du point M est telle que α = 60. : a) calculer OH ; Session MATHEMATIQUES (10 points) Exercice 1. Trigonométrie : (BEP : 4 points / CAP : 6 points) Dans cet exercice nous étudierons le déplacement d un piston actionné par une roue. La roue a un mouvement circulaire

Plus en détail

RAPPEL. F em = BlI. 4. La loi de la dynamique : si la vitesse v est constante, elle implique :

RAPPEL. F em = BlI. 4. La loi de la dynamique : si la vitesse v est constante, elle implique : RAEL Quatre lois déterminent le système électromécanique : 1. La loi de Faraday : si la vitesse du conducteur est v Il aaraît une f.é.m. E : E = Blv 2. La loi de Lalace : si le courant dans le conducteur

Plus en détail

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Exercices E. On donne R 4Ω et V 9,5 V, la différence de potentiel aux bornes de cette résistance, et R 6Ω et V 0V. Le courant qui parcourt chacune des résistances

Plus en détail

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante.

EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante. EVALUATION DIAGNOSTIQUE : - 1- L énergie cinétique d un solide est proportionnelle à sa masse proportionnelle à sa vitesse toujours constante - 2- L énergie potentielle de pesanteur du wagon dépend : du

Plus en détail