Etude des impacts économiques potentiels de l initiative sur les résidences secondaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude des impacts économiques potentiels de l initiative sur les résidences secondaires"

Transcription

1 En partenariat avec Fahrländer Partner, Zürich Etude des impacts économiques potentiels de l initiative sur les résidences secondaires Cantons de Vaud et du Valais

2 Sponsors Cette étude a été réalisée avec le soutien des institutions et organismes suivants : Etat de Vaud Chambre immobilière vaudoise Fédération vaudoise des entrepreneurs Communauté d intérêt touristique des Alpes vaudoises Etat du Valais Association valaisanne des entrepreneurs Association des communes valaisannes Banque cantonale du Valais Chambre immobilière valaisanne Union suisse des professionnels de l immobilier du Valais Chambre valaisanne du commerce et de l industrie Union Valaisanne des Arts et Métiers 2

3 Table des matières Préambule Démarche Emploi Motivation et objectifs Illustration de la cascade des conséquences Emploi : fondements théoriques Situation actuelle Situation future conséquences pour la branche de la construction Situation future conséquences indirectes Valeurs immobilières impacts sur les prix Divers Conclusions 3

4 Motivation et objectifs Motivation Identifier l importance des conséquences attendues de la loi sur les résidences secondaires avec une quantification fondée. Objectifs Evaluer le nombre d emplois potentiellement impactés Evaluer les impacts sur les valeurs immobilières Esquisser une approche des autres conséquences attendues mais aussi des attentes infondées 4

5 Cascade des conséquences - illustration Historique de l évolution du parc Nb d entreprises de construction Faillites dans la construction Impacts sur les infrastructures Structure du parc résidentiel actuel Augmentation de la vacance Impacts sur prix R1* et R2** Impacts sur les crédits hypothécaires Volume de constructions futures Baisse de production attendue Nb de chômeurs dans la construction Impacts sur les projets de développement Hausse de la facture sociale Nouvelles contraintes légales Effets induits sur les autres cantons Nb d employés par filière Taux de redéploiement des ressources Baisse de la population locale Baisse de la consommation par secteur Nb de chômeurs autres secteurs Faillites dans les autres secteurs Productivité unitaire par filière Taux de reconversion des ressources Structure de la population Structure des dépenses des ménages Nb d emplois dans les autres secteurs Nb d entreprises autres secteurs Ratio production / fourniture Stratégie des entreprises Données Variables Conditions cadres * R1 = résidences principales ** R2 = résidences secondaires Résultats 5

6 Emploi 6

7 Volume de travail historique Nombre de nouveaux logements construits par région MS Nombre théorique de nouvelles résidences secondaires construites Selon taux de résidences secondaires du RF 2000 admis constant Selon taux de résidences secondaires du RF 2000 admis constant 7

8 Volume de travail à court terme Nombre de nouveaux logements pour lesquels des permis de construire ont été demandés Nombre théorique de nouvelles résidences secondaires pour lesquelles des permis de construire ont été demandés Selon taux de résidences secondaires du RF 2000 admis constant Selon taux de résidences secondaires du RF 2000 admis constant 8

9 Volume d emploi - Valais Nombre d emplois dans la construction, par branche et par région MS (mobilité spatiale) en septembre 2011 pour des entreprises situées dans le canton : env Valais Monthey Martigny Sion Sierre Leuk Visp Brig Goms 0 5'000 10'000 15'000 20'000 25'000 Menuiserie Sciage Plâtrerie / Peinture Chauf. / San. / ferb. Serrurerie Electricité Autre Temporaire Gros œuvre 9

10 Volume d emploi - Vaud Nombre d emplois dans la construction, par branche et par région MS (mobilité spatiale) en septembre 2011 pour des entreprises situées dans le canton : env ( * 2) * Hors branches «Chauffage/Sanitaire/ Ferblanterie» et «Electricité», soit env. 50% des emplois totaux 10

11 Emploi : situation future conséquences pour la construction 11

12 Volume de travail futur évolution attendue Trois typologies d activités : R1 : constructions nouvelles destinées à l habitat principal R2 : constructions nouvelles destinées à de la résidence secondaire Autres : rénovations et entretien courant Evolution du volume de R1 Evolution du volume de R2 Evolution du volume de Autres 12

13 Volume d emploi futur - considérations La relation entre les volumes de travail futur et d emploi futur n est pas directe. Plusieurs variables ne sont pas mesurables à ce stade : - Redéploiement des ressources possibles dans l entreprise? - Changement d activité / Reconversion dans une autre branche possible? - Stratégies des entreprises - Mesures d accompagnement extraordinaires? - Déménagement dans un autre canton/région? Les possibilités sont cependant restreintes car le potentiel de diversification est faible. 13

14 Volume d emploi impacté quantités estimées Nombre de chômeurs hors réemploi potentiel : emplois 966 emplois (483 * 2) 14

15 Emplois futurs : conséquences indirectes 1 Un certain nombre d emplois dépendent directement des dépenses essentielles et non-essentielles consenties par les ménages. Deux cas de figure induiront des baisses de volume d activité : Baisse des capacités économiques des employés de la construction directement touchés qui diminueront le volume de leurs dépenses non-essentielles (20% du revenu des ménages). Relocalisations qui modifieront la répartition de ces dépenses. Baisse des capacités économiques : impact estimé '12 '13 '14 '15 '16 '17 '18 '19 '20 Visp Sion Sierre Monthey Martigny Leuk Goms Brig 211 emplois 68 emplois 15

16 Relocalisations potentielles Une insuffisance d emploi durable induit des phénomènes migratoires. Sans pouvoir le prévoir, on peut postuler des impacts que cela aurait sur un nombre de logements potentiellement libérés, dans le cas où : 20% de ménages touchés se relocalisent 35% de ménages touchés se relocalisent 50% de ménages touchés se relocalisent 16

17 Emplois futurs : conséquences indirectes 2 Une relocalisation des ménages induirait une baisse de consommation, et à l instar de la réduction de consommation des chômeurs une baisse de l emploi dans des branches autres que la construction. Le nombre d emplois indirectement touchés selon que les taux de relocalisation des ménages est de: 20% de ménages touchés se relocalisent 35% de ménages touchés se relocalisent 50% de ménages touchés se relocalisent 17

18 Impacts attendus sur les emplois : bilan La décision des ménages de se délocaliser s étalera dans le temps en fonction de l impossibilité avérée de retrouver un emploi dans un environnement proche mais aussi du terme des droits aux indemnités de chômage. La somme des emplois potentiellement touchés à court terme, selon les trois scénarios développés, correspond ainsi à environ : emplois (966 directs + 80 indirects) emplois (3 000 directs indirects) 18

19 Valeurs immobilières 19

20 Principes d évolution de l offre et de la demande Prix du terrain en fonction de l attractivité des périmètres Très attractif Moyennement attractif Peu attractif Fourchette Prix estimés > 800 CHF/m CHF/m CHF/m2 Demande AVANT Offre Offre Demande Offre Demande APRES Offre Demande Offre Demande Offre Demande 20

21 Terrains : comparaison des valeurs par analogie L évolution de la valeur des terrains peut être anticipée par analogie. Il s agit d analyser quels ont été les prix pratiqués dans des périmètres peu attractifs, soit présentant une offre sensiblement supérieure à la demande. Car, faute de pouvoir exploiter les terrains pour y construire des résidences secondaires, ce ne seront que des individus qui souhaitent résider à l année qui représenteront la demande. Or, cette demande est traditionnellement très faible, car la proximité du lieu d activité est le principal critère du choix d emplacement du logement. Un échantillon d estimation des prix pratiqués a été effectué au moyen de l outil d estimation hédoniste de Fahrländer Partner pour un certain nombre de localités. 21

22 Comparaison des valeurs estimation par analogie Valeurs pour un chalet/maison de 900 m3 érigé sur une parcelle de m2 + valeur en CHF/m2 du terrain. Montagne Localité Valeur bâti CHF Valeur terrain CHF/m2 Plaine Localité Valeur bâti CHF Valeur terrain CHF/m2 Situations peu attractives Villars 2'141'000 1'320 Leysin 1'127' Les Diablerets 1'459' Château d'oex 1'790'000 1'020 Fenalet 819' Corbeyrier 851' Les Mosses 958' la Forclaz 913' Torgon Verbier Leukerbad Fiesch Blatten Haute-Nendaz Crans-Montana Aigle 1'083' Montreux 1'765'000 1'000 Lavey 961' Villeneuve 1'359' Bex 890' Agarn St-Maurice Riddes Evionnaz Sion Viège < 250 CHF/m2 < 200 CHF/m2 22

23 Bilan Pas d inventaire précis des parcelles impactées. Surface estimée supérieure à 50 Ha pour le canton de Vaud et 100 Ha pour le Valais. Destruction moyenne supputée de la valeur : 200 CHF/m2 = 300 millions Peu d engagement bancaire, mais assimilé à des économies pour un grand nombre de particuliers. Logements existants pas impactés selon le projet car toujours possible de les revendre pour de la résidence secondaire. Dans le cas contraire, risque de remboursement partiel des prêts hypothécaires très important. 23

24 Divers 24

25 Autres impacts attendus Faillites potentielles pour des entreprises Extension du périmètre d activité des entreprises Aucune augmentation du volume des rénovations attendue Hôtellerie : pas d amélioration attendue Tourisme : risque de frein au développement des activités Infrastructures communales excédentaires potentielles 25

26 Périmètre d activité des entreprises - illustration Thésaurisation Effet vacuum induit par l insuffisance du volume d activité + effet démultiplicateur induit par le manque de foncier 26

27 Conclusions et remarques Les conséquences de tous arrêtés ou lois imposant un changement brutal sont par principe très difficiles à supporter pour l économie. Un nombre important d emplois qui touchent une population tendanciellement économiquement faible est objectivement appelé à disparaître à court terme. Le réemploi de spécialistes de la construction est difficile car il nécessite une reconversion fondamentale. La position géographique de Vaud offre plus de possibilités que celle du Valais. Mis à part l emploi, plusieurs conséquences importantes sont attendues. Le coût induit par la charge de chômage estimée correspond à environ CHF (VS : VD : 75,6 mio.) pour personnes (salaire moyen estimé de CHF/an payé à 80% durant 18 mois). Ou un peu moins de CHF si on admet une durée d indemnités de 12 mois. Des mesures d accompagnement semblent impératives au vu du fort impact prévisible identifié. Le risque d image n a pas été qualifié dans la présente étude (perception négative de la part d investisseurs étrangers en matière de stabilité du cadre législatif). 27

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

www.dettes.ch www.caritasvalaiswallis.ch

www.dettes.ch www.caritasvalaiswallis.ch www.dettes.ch www.caritasvalaiswallis.ch Service de désendettement Clientèle en 2007 Moyenne des revenus : Fr. 4 112.- Moyenne des dettes : Fr. 35 416.- Service de désendettement 2007 Dettes d impôts :

Plus en détail

Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises

Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures Présentation à la 70è assemblée de l Association cantonale

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Centre de Compétences Financières. Jacques Métrailler CCF SA - OVAC. Partenaires de

Centre de Compétences Financières. Jacques Métrailler CCF SA - OVAC. Partenaires de Centre de Compétences Financières Jacques Métrailler CCF SA - OVAC 1 Partenaires de Organisation SA au capital de Fr. 8.8 mios Coopérative au capital de Fr. 1.9 mio Partenariat public-privé Partenariat

Plus en détail

PRÉAVIS N 74 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N 74 AU CONSEIL COMMUNAL PRÉAVIS N 74 AU CONSEIL COMMUNAL Vente d une surface de 268 m 2 comprenant la parcelle N o 1191 et une fraction de la parcelle N o 419, au prix de CHF 2'000'000.-, pour l extension de l Hôtel Real à Rive,

Plus en détail

Présentation de la fondation. «Pour offrir du loyer accessible à la classe moyenne»

Présentation de la fondation. «Pour offrir du loyer accessible à la classe moyenne» Présentation de la fondation «Pour offrir du loyer accessible à la classe moyenne» Conseil des 50 - UCV - 26 novembre 2015 1 Sommaire Une solution innovante à un enjeu sociétal Un positionnement clair

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois

Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois Présentation de Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures, Eclépens, le 15 avril 2016 2005-2015 :

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Economie, emploi, services à la population

Economie, emploi, services à la population Elaboration de la charte fondatrice du PNR du Doubs Horloger Economie, emploi, services à la population Partage du diagnostic 9 juillet 2015 LE CADRE DE TRAVAIL Objectifs : Partager / compléter et spatialiser

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Sion : 027 346 59 79 St-Maurice : 024

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

Le respect de l égalité entre femmes et hommes dans les marchés publics

Le respect de l égalité entre femmes et hommes dans les marchés publics Le respect de l égalité entre femmes et hommes dans les marchés publics Conférence romande de l égalité Laure Jaton, Vaud Séance d information Guide romand, 4 novembre 2008 Plan de l exposé L inégalité

Plus en détail

Formules bancaires importantes

Formules bancaires importantes Formules bancaires importantes Ce formulaire sert d ouvrage de référence pour les principales formules en usage dans les opérations bancaires. Chacune des formules présentées est illustrée par un exemple

Plus en détail

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic Commune de Prangins Municipalité Préavis No 62/14 Au Conseil Communal Arrêté d'imposition pour l'année 2015 François Bryand, Syndic Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L'arrêté

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX 1. Situation du marché de l immobilier résidentiel bulle immobilière? 2. Mécanismes

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Le poids économique du tourisme en Pays de la Loire. Synthèse 2003-2004

Le poids économique du tourisme en Pays de la Loire. Synthèse 2003-2004 Le poids économique du tourisme en Pays de la Loire Synthèse 2003-2004 L objectif de ce travail est de mesurer le poids économique du tourisme, sur la région des Pays de la Loire, qui est dû au flux de

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

Porter à connaissance foncier du Psader

Porter à connaissance foncier du Psader Porter à connaissance foncier du Psader Réunion de restitution mercredi Service Départemental de la Savoie 40 rue du Terraillet 73190 St Baldoph 04 79 28 74 27 direction@safer73.com Département Etudes

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Construction et logement

Construction et logement Construction et logement Panorama Vers des logements plus spacieux... Le nombre des logements s accroît plus vite que la population. De 2 à 213, il a progressé de 19%, alors que la population augmentait

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Stratégie de développement pour l hébergement touristique

Stratégie de développement pour l hébergement touristique Stratégie de développement pour l hébergement touristique Situation initiale, stratégie et propositions de mesures Rapport final à l intention du Conseil d Etat du canton du Valais Sion, juin 2013 Impressum

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 15/6.07 OCTROI D'UNE AIDE FINANCIERE A LA SOCIETE COOPERATIVE IMMOBILIERE "LA MAISON OUVRIERE" POUR LA REALISATION D'UN IMMEUBLE A LOYERS SUBVENTIONNES

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE SOMMAIRE I. Dispositifs en faveur de l investissement des ménages : Description des dispositifs o Le Prêt d Accès à la Propriété

Plus en détail

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion?

Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie : un potentiel d expansion? RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 1 - N 74 Inna MUFTEEVA, +33 1 5 55 52 4, inna.mufteeva@natixis.com Ilya LAZAREV, +33 1 5 55 2 2, ilya.lazarev@natixis.com Le marché immobilier et le crédit hypothécaire en Turquie

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner

Zurich, le 15 décembre 2005. Remarques introductives de Niklaus Blattner abcdefg Conférence de presse Zurich, le 15 décembre 2005 Remarques introductives de Niklaus Blattner Il est incontestable que la concurrence est devenue nettement plus vive, dans la période récente, sur

Plus en détail

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015.

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015. STREETBOX REAL ESTATE FUND Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Description d'emplacement avec trois modules

Description d'emplacement avec trois modules pour la commune Payerne (5822) Contenu Focus logements en location 2 Focus surfaces de bureaux et surfaces de vente 6 Focus logements en propriété 10 Base des données 14 Informations sur la situation de

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Evolution de l offre ferroviaire nationale et incidences sur les transports régionaux

Evolution de l offre ferroviaire nationale et incidences sur les transports régionaux Annexe 1 Evolution de l offre ferroviaire nationale et incidences sur les transports régionaux Rappel du contexte ferroviaire national La région est traversée par la ligne CFF du Simplon. Sur cet axe international

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT L EVALUATION ECONOMIQUE D UN

NOTICE EXPLICATIVE CONCERNANT L EVALUATION ECONOMIQUE D UN Département de l'économie, de l'énergie et du territoire Service de l'énergie et des forces hydrauliques Departement für Volkswirtschaft, Energie und Raumentwicklung Dienststelle für Energie und Wasserkraft

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1 Table des matières Partie I : Introduction et méthodologie 1 1. Introduction générale et portée de l étude 1 2. Hypothèses de base 3 3. Objectif de l étude 5 4. Le processus de recherche 6 4.1. Sélection

Plus en détail

Commission tripartite cantonale vaudoise Mesures d accompagnement à la Libre circulation des personnes

Commission tripartite cantonale vaudoise Mesures d accompagnement à la Libre circulation des personnes Commission tripartite cantonale vaudoise Mesures d accompagnement à la Libre circulation des personnes Secrétariat : Service de l emploi, Rue Caroline 11, 1014 Lausanne RAPPORT AU CONSEIL D ETAT SUR LES

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de Révision de l imposition de la propriété du logement : oui sous réserve dossierpolitique 15 février 2010 Numéro 4 L imposition de la propriété du logement sous le feu de la critique. Aujourd hui, les propriétaires

Plus en détail

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 Sommaire En bref....................................................................................... 1 Commentaires complémentaires...................................................................

Plus en détail

Economie de la prévention des risques professionnels. Thomas Amossé (CEE), Sylvie Célérier (CPN-CEE), Anne Fretel (CEE)

Economie de la prévention des risques professionnels. Thomas Amossé (CEE), Sylvie Célérier (CPN-CEE), Anne Fretel (CEE) Economie de la prévention des risques professionnels Thomas Amossé (CEE), Sylvie Célérier (CPN-CEE), Anne Fretel (CEE) Quels leviers d incitation { la prévention? Objectif : construire une approche réaliste

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015

Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Enquête Mercer Risque dépendance Résultats 2015 Février 2015 Paris - La Défense Sommaire Contacts Mercer Eléments de contexte Méthodologie Profil des entreprises participantes à l enquête Synthèse des

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail

Présentation du Budget 2010

Présentation du Budget 2010 Présentation du Budget 2010 SOMMAIRE 1 UN BUDGET MARQUÉ PAR UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE PERSONNES À ASSISTER ET PAR LA RÉNOVATION DU PARC IMMOBILIER 2 2 ANALYSE PAR MÉTIER 3 2.1 Direction 3 2.2 Support

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Document d information investisseur

Document d information investisseur Document d information investisseur Caractéristiques des obligations émises en financement participatif et fiscalité induite sur les revenus générés par la détention d obligations de sociétés non cotées

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Les ventes de proximité. Définitions. Définitions. définitions. Les ventes de proximité : un défi, une opportunité et des cas comparables

Les ventes de proximité. Définitions. Définitions. définitions. Les ventes de proximité : un défi, une opportunité et des cas comparables Les ventes de proximité Les ventes de proximité : un défi, une opportunité et des cas comparables Claude Laniel, économiste rural, secrétaire-coordonnateur Conseil québécois de l horticulture Février 2007

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne MISE EN ŒUVRE DE LA LOI FEDERALE DU 6 OCTOBRE 2006 SUR LA POLITIQUE REGIONALE (LPR) PROGRAMME INTERCANTONAL POUR DES ESPACES GEOGRAPHIQUES DE PROXIMITE

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

7 Immeubles liés à la santé

7 Immeubles liés à la santé 7 Immeubles liés à la santé Chapitre 7 Immeubles liés à la santé La santé: facteur d influence multiple Le groupe des retraitées et retraités devrait compter jusqu à 600 000 personnes supplémentaires d

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Février 2016 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

De Martigny à Sierre, nous serons tous opérés à Sion

De Martigny à Sierre, nous serons tous opérés à Sion Auflage: 42614 Gewicht: Ouverture de la page de couverture/ des pages 29. Januar 2014 Zurück zum Inhaltsverzeichnis PAGE 45 De Martigny à Sierre, nous serons tous opérés à Sion Santé Les remèdes du Conseil

Plus en détail

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES D HABITAT LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES COOPÉRATIVES MALI - SÉNÉGAL GUIDE PRATIQUE SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT D UN PROJET DE CONSTRUCTION PLAN 1 Objectifs et programme de la rencontre 2 Planifier mon

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV

PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV 21 février 2007 DGIV/CULT/KI(2006)18 PROGRAMME REGIONAL DE L INITIATIVE DE KIEV Plan d Action 2007 avec budget Document préparé par la Direction de la Culture et du Patrimoine culturel et naturel DGIV/CULT/KI(2006)18

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 2 septembre 21 N 8 Chine : les «vieilles techniques» de soutien de la croissance peuvent-elles encore être efficaces? Les marchés financiers réagissent positivement chaque

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Présentation du contre-projet du Conseil d Etat à l initiative «Stop à la pénurie de logements» et des outils existants en faveur du logement

Présentation du contre-projet du Conseil d Etat à l initiative «Stop à la pénurie de logements» et des outils existants en faveur du logement Présentation du contre-projet du Conseil d Etat à l initiative «Stop à la pénurie de logements» et des outils existants en faveur du logement Département des institutions et de la sécurité Cuarnens, le

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

Table des matières. Introduction 7

Table des matières. Introduction 7 Table des matières Introduction 7 Chapitre 1 Survol des marchés de valeurs de placement 11 Les valeurs permettant l atteinte de l objectif de la sécurité financière 13 Les assurances sur la personne 13

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté

L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté Pascal Broulis, conseiller d Etat, chef du Département des finances et des relations extérieures Béatrice Métraux, conseillère d Etat,

Plus en détail

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en %

Logement. Variation annuelle des loyers dans le canton de Genève et taux hypothécaire, en % Logement Pour ceux qui observent depuis longtemps déjà le domaine et s'inquiètent, ce n'est certainement pas un scoop. Tous les indicateurs le disent : le logement est un problème majeur de la région transfrontalière.

Plus en détail