La Maîtrise de la Fermentation Malolactique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Maîtrise de la Fermentation Malolactique"

Transcription

1 La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La fermentation malolactique est une évolution très souvent recherchée dans le process d élaboration du champagne. Les vins sont généralement tirés «avec malo» pour trois raisons : L acidité de nos vins étant en moyenne élevée, cette transformation conduit à une désacidification naturelle du vin. Une fermentation malolactique qui survient après tirage rend le vin inclarifiable, et la remise en cercles est alors inévitable. Enfin, l évolution aromatique des vins est différente et les vins obtenus sont généralement plus vite à maturité. De la même manière que la fermentation alcoolique, la fermentation malolactique doit être pilotée pour que le vin ne subisse ni altération, ni déviation organoleptique. Le but recherché est le même : imposer dans le vin le développement d une flore bactérienne qui consommera régulièrement et intégralement l acide malique du vin. Qu est-ce que la fermentation malolactique? Son équation-bilan est le suivant : Acide malique Acide lactique + gaz carbonique. Comme pour la fermentation alcoolique, il y a dégagement de gaz carbonique : le vin «retravaille». Cette expression date de l époque où la fermentation malolactique se manifestait au printemps. Elle coïncidait souvent avec la montée de sève des plantes, ellemême déclenchée par l élévation des températures. Partant de cette observation, la recherche œnologique a montré que la température était un facteur déterminant pour le déclenchement et la poursuite de cette évolution. Encore faut il que les bactéries lactiques soient là Les bactéries sont des organismes unicellulaires moins évolués que les levures et cent fois plus petits. Il en existe une infinité de variétés dans le monde vivant, classées en fonction de leur métabolisme. Celles qui nous intéressent sont les bactéries lactiques, ainsi nommées car elles produisent de l acide lactique aux dépens du sucre et de l acide malique. La fermentation malolactique est un phénomène spontané : un vin qui contient de l acide malique va faire spontanément sa malo, de la même façon qu un moût a une tendance naturelle à fermenter. La grosse différence est que la fermentation d un moût intervient rapidement (quelques jours au maximum) alors que la fermentation malolactique peut ne se déclencher qu au bout de plusieurs semaines, voir plusieurs mois. D où l intérêt de rechercher cette évolution le plus tôt possible afin qu elle soit achevée avant les froids hivernaux et pouvoir réaliser sans retard les autres travaux du vin. 1

2 Comment faire la fermentation malolactique? Laisser faire la nature Cette évolution étant naturelle, on peut parfaitement attendre son déclenchement spontané. La malo démarrera si les conditions sont favorables (température, teneur en SO 2, ph). Oui, mais quand?... Avec de la chance, elle se produira dans la foulée de la fermentation alcoolique, sinon, elle se manifestera au printemps, ce qui peut être gênant si l on a besoin du vin rapidement. Points forts Å Points faibles essentiellement économique : pas de chauffage si l on attend que le vin se réchauffe naturellement au printemps ; pas d investissement en bactéries sélectionnées. simplicité : à part surveiller le remplissage des cuves et la température, il n y a rien à faire Déclenchement aléatoire : au mieux à la suite immédiate de la fermentation alcoolique, au pire au printemps ou à l été suivant, ou même pas du tout. Non maîtrise de la souche de bactéries d où risque de déviations organoleptiques et de contaminations diverses. Impossibilité de planifier les opérations de travail du vin (filtration, stabilisation tartrique, tirage) puisqu elles dépendent directement de sa situation biologique. Risque de surcoût en cas de long chauffage. On s en rend compte tout de suite, la malo spontanée représente plus d inconvénients que d avantages, même si on ne fait le tirage qu en été : chaque année nous rencontrons des cas de fermentations malolactiques récalcitrantes et des élaborateurs qui se retrouvent «le couteau sous la gorge» avec des cuves pleines à quelques semaines des vendanges. L inoculation de bactéries lactiques sélectionnées est donc vraiment indispensable, même si le tirage est tardif. Plusieurs protocoles existent : pied de cuve, procédé one STEP (ensemencement avec multiplication intermédiaire), ensemencement direct (procédé MBR) 2

3 Pied de cuve malolactique (procédé standard) SOUCHE DE BACTERIES : INOBACTER C est la technique la plus courante ; elle est employée depuis plus de vingt ans et sa mise en œuvre est presque toujours couronnée de succès. Il n est cependant pas inutile de la décrire 1. Elaboration du vin destiné au pied de cuve Dès le début de la vendange, isoler un volume de moût représentant entre 3 et 5 % du volume total à ensemencer. Sulfiter celui-ci modérément (moitié de la dose normale) pour ne pas perturber le développement futur des bactéries. Mettre rapidement ce moût en fermentation. 2. Réactivation des bactéries Préparer un mélange moitié eau / moitié moût non sulfité (pris à la goulotte du pressoir) correspondant à 4% environ du volume du pied de cuve. Incorporer le sachet de bactéries, le sachet de réactivateur et quelques litres de moût en fermentation. Maintenir à 25 C et procéder à une analyse au bout de 2 jours. 3. Ensemencement du pied de cuve Incorporer ce milieu de réactivation au pied de cuve, même si sa fermentation n est pas terminée. Amener le ph de ce pied de cuve à un minimum de 3.20 (analyse à faire au préalable) et supplémenter celui-ci en activateur spécifique (NUTRIFLORE) à raison de 20 g/hecto de pied de cuve. Maintenir ce pied de cuve à 20 C pendant une semaine en cuve parfaitement remplie et faire une analyse au bout de ce délai. 4. Ensemencement de la cuverie Répartir ce pied de cuve sur l ensemble de la cuverie et maintenir celle-ci à 20 C cuves parfaitement remplies. Réaliser une analyse dès que l on ne constate plus de dégagement gazeux en haut des cuves (3 à 5 semaines après l ensemencement). Remarques : 1/ ce pied de cuve peut être développé avec réactivation sur vin (les premiers pieds de cuve qui ont été élaborés le furent ainsi). Les étapes 1,3 et 4 sont les mêmes, seule l étape 2 change : on remplace du moût par du vin après avoir vérifié sa compatibilité (ph, SO 2 total). 2/ les pourcentages de milieu de réactivation et de pied de cuve sont des ordres de grandeur et sont à moduler en fonction des impératifs de la cuverie. Points forts Å Points faibles Technique sûre Bilan économique positif Respect des qualités organoleptiques du vin Disponibilité précoce du vin (dès le mois de Décembre si l on opère dès la vendange) Planification plus aisée des opérations de travail du vin Nécessité de suivi rigoureux Organisation et planification à prévoir (notamment en période de vendange) Une seule souche de bactéries disponible (Inobacter) 3

4 Procédé 1-STEP SOUCHE DE BACTERIES : MAXIFLORE ELITE Technique récente, le procédé 1-STEP consiste à incorporer les bactéries lactiques après leur avoir fait subir une phase intermédiaire d acclimatation de 24 heures. Points forts Å Points faibles Mise en oeuvre simple Possibilité d utilisation en coinoculation, c'est-à-dire réaliser l ensemencement malolactique sur moût, en même temps que le levurage Prix des bactéries élevé Nécessité absolue de bien respecter les délais (ni trop tôt, ni trop tard) Suivi impératif de la teneur en acide malique (tous les 2 à 4 jours après l inoculation) Souche de bactéries pas toujours adaptée aux conditions extrêmes des moûts et vins champenois (ph bas notamment) 4

5 Procédé MBR SOUCHES DE BACTERIES : INOFLORE BL (pour les vins blancs), EXTRAFLORE R (pour les vins rouges) Encore plus simple que le procédé 1-STEP, il n y a pas de phase d acclimatation. On réhydrate les bactéries avant de les incorporer au vin ou au moût, c est tout. Les avantages et les limites sont les mêmes que pour le procédé 1-STEP. Le protocole MBR est désormais bien au point pour les vinifications en rouge, puisque notre souche EXTRAFLORE R est parfaitement adaptée. Les facteurs favorables et défavorables à la fermentation malolactique Les facteurs internes, inhérents au vin lui même - La teneur en SO 2 TOTAL : plus elle est faible, mieux c est. Elle ne doit pas dépasser 40mg/l pour le vin destiné à un pied de cuve comme pour tous les vins de la cuverie. - Le ph : il doit être supérieur ou égal à 3.20 pour le vin destiné au pied de cuve ; si ce n est pas le cas, il faut le désacidifier faute de quoi le développement des bactéries sera considérablement ralenti. - La présence ou non de nutriments pour les bactéries. A l exception de l azote assimilable, il est malaisé de doser les facteurs de croissance présents dans un moût ou un vin. Par contre, nous avons maintes fois observé que lorsqu un activateur a été incorporé à la mise en fermentation alcoolique (ACTIVIT) le développement de la fermentation malolactique est beaucoup plus franc. L ajout d activateur spécifique (NUTRIFLORE) doit être fait systématiquement lors de l ensemencement du pied de cuve (20 g/hecto) 5

6 Dans tous les cas de figure, il est indispensable de procéder à une analyse du moût ou du vin destiné au milieu de réactivation et/ou du pied de cuve. Réanalyser le vin du pied de cuve avant d y incorporer le milieu de réactivation. Parallèlement à cette analyse, une dégustation doit être réalisée pour s assurer de la netteté gustative de ce pied de cuve. Les facteurs externes 1. La température C est LE paramètre déterminant pour la réussite de la fermentation malolactique - 25 C pour le milieu de réactivation C pour le pied de cuve et les vins à l ensemencement et en cours de malo. Ne jamais dépasser 25 C, température au-delà de laquelle les bactéries meurent. Eviter d être en dessous de 20 C, ne serait-ce que 18 ou 19 : l évolution malolactique en est tout de suite affectée. Dans les cuveries thermorégulées, le maintien de ces températures est simple. Si l on n est pas équipé, il vaut mieux décaler de quelques jours le démarrage du milieu de réactivation par rapport au pied de cuve, afin que la fermentation de ce pied de cuve soit terminée et la température redescendue. De la même manière, il vaut mieux différer l ensemencement de la cuverie si les vins sont encore trop chauds suite à leur fermentation alcoolique. Si le pied de cuve est «mûr», il suffit de le maintenir en activité en y ajoutant une certaine quantité de vin nouveau dont la malo n est pas faite. 2. Les délais Il est absolument nécessaire de respecter les délais indiqués sur les protocoles. Le dépassement de ces délais expose à deux problèmes : - Mortalité importante des bactéries - Risque de contaminations et d apparition de déviations organoleptiques irréversibles (en particulier sur le milieu de réactivation). Conclusion La fermentation malolactique est désormais une étape connue et maîtrisée. Dans l état actuel de nos connaissances, la technique la plus sûre est celle du pied de cuve, puisque la souche de bactéries utilisée est parfaitement adaptée aux vins difficiles comme le sont les vins champenois. Cette évolution doit être recherchée le plus tôt possible afin de profiter de la température des vins qui achèvent ou viennent d achever leur fermentation alcoolique. Si l opération est bien conduite, elle peut même être menée à bien sans dépense énergétique et avec une main d œuvre réduite (pas de soutirage entre les deux fermentations, sauf conditions particulières). Une bonne maîtrise de la fermentation malolactique implique donc un triple bénéfice ; économique, environnemental et humain. Elle s inscrit donc tout naturellement dans la démarche développement durable d une exploitation. 6

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire CONTRIBUTION SCIENTIFIQUE Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire De Dominique Delteil, consultant L article a été publié sur le site Internet de l Institut Coopératif du Vin- ww.icv.fr- Flash

Plus en détail

Mesure de la teneur en alcool

Mesure de la teneur en alcool 37 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins 285 1.1. Sur le plan organoleptique 285 1.2. Sur le plan biologique 285 1.3. Sur le plan réglementaire 285 1.4. Sur le plan commercial

Plus en détail

Stage Intra Entreprise Personnalisé. Tarif : Intra-entreprise : 1200 / groupe Inter-entreprise : 200 / stagiaire

Stage Intra Entreprise Personnalisé. Tarif : Intra-entreprise : 1200 / groupe Inter-entreprise : 200 / stagiaire SVE1 Stage Intra Entreprise Personnalisé LES VINS EFFERVESCENTS LE TIRAGE ) Maîtriser tous les points clés de l étape de tirage des vins effervescents. ) Préparation des vins de base ) Elaboration d un

Plus en détail

n 18ITINÉRAIRES ITINÉRAIRES

n 18ITINÉRAIRES ITINÉRAIRES n 18ITINÉRAIRES ITINÉRAIRES n 18 Maîtrise des fermentations spontanées et dirigées FRANCE Institut Français de la Vigne et du Vin Sommaire Les levures : des champignons naturels et sélectionnés... page

Plus en détail

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Boutenac Info La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Edito Nos lignes se sont coupées depuis plusieurs mois et pour cause! De nombreuses activités ont occupé

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

VIN BIO : Nettoyage et Hygiène

VIN BIO : Nettoyage et Hygiène Maîtriser et conduire une vinification, c est sélectionner et développer des levures et bactéries utiles aux fermentations et éliminer tous les micro-organismes qui pourraient altérer le vin. L hygiène

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://oatao.univ-toulouse.fr/ Eprints ID: 4949

This is an author-deposited version published in: http://oatao.univ-toulouse.fr/ Eprints ID: 4949 Open Archive Toulouse Archive Ouverte (OATAO) OATAO is an open access repository that collects the work of Toulouse researchers and makes it freely available over the web where possible. This is an author-deposited

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception

Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception Stéphane Guay, biologiste responsable R&D chez Dominion & Grimm Martin Picard, chef du Pied de Cochon Qu est-ce qu un sirop d exception?

Plus en détail

IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET

IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET IGP CITE DE CARCASSONNE-CABERNET Assemblage : 70% Cabernet franc - 30% Cabernet sauvignon Belle robe rouge avec des reflets violines - Nez très marqué par le fruits avec des notes de cassis, poivre et

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS.

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS. Visite à l ICV Cette entreprise analyse les échantillons que les viticulteurs leur transmettent de toute la région PACA (départements 13, 83, 84 et un peu du 06, ce sont en général des coopératives viticoles

Plus en détail

HYGIENE EN CAVE HACCP

HYGIENE EN CAVE HACCP HYGIENE EN CAVE HACCP Sophie Regal AGENT QUALITE FLORENCE VULIN CONSEILLERE EN VITICULTURE ET OENOLOGIE Chambre d Agriculture du Rhône Pôle Entreprise et Filière 18 Avenue des Monts d Or 69890 LA TOUR

Plus en détail

Le potentiel phénolique du Cabernet franc

Le potentiel phénolique du Cabernet franc Le potentiel phénolique du Cabernet franc Synthèse de 8 années dʼexpérimentations Yves Cadot INRA, UE 1117 Vigne et Vin, F-49070 Beaucouzé, France Avec la collaboration de : Michel Chevalier INRA, UMR

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Programme Formations Vivelys

Programme Formations Vivelys Programme Formations Vivelys Année 2011 FORMATION DUREE BORDEAUX NÎMES TAIN L HERMITAGE AIX EN PROVENCE TARIF HT (par pers. avec repas) PILOTAGE DE LA MICRO-OXYGÉNATION 1 journée 10/03/2011 Sur demande

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers

Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers E. Maille Journées Techniques Viticulture Biologique 15 & 16 décembre 2010 à Angers AIVB-LR SOMMAIRE CONFERENCE 1 : CHOIX DES ITINERAIRES TECHNIQUES Pratiques agro-viticoles et qualité des mouts... 5

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

ENSMIC ALIMENTATION HUMAINE Condensé de cours Annick Le Blanc 2007-2008 LA FERMENTATION PANAIRE

ENSMIC ALIMENTATION HUMAINE Condensé de cours Annick Le Blanc 2007-2008 LA FERMENTATION PANAIRE LA FERMENTATION PANAIRE 1 La levure La levure est un champignon microscopique unicellulaire de la famille des ascomycètes. La levure utilisée en boulangerie appartient au genre Saccharomyces, espèce cerevisiae.

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE

PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE L éco-conduite : notre collectivité s engage Rouler dans «le bon sens» aujourd hui, c est utiliser sa voiture de manière écologique, économique et sûre. Ce guide vous permettra

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

TPM Totale Productive Maintenance

TPM Totale Productive Maintenance T.P.M ou Topo Maintenance Méthodes de maintenance TPM Totale Productive Maintenance 1 T.P.M ou Topo Maintenance 1. CONTEXTE GENERAL La TPM (de l anglais Total Productive Maintenance) est un système global

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Fermentation méthanique des différents substrats organiques (Methanic fermentation of different organic substrates)

Fermentation méthanique des différents substrats organiques (Methanic fermentation of different organic substrates) . Fermentation méthanique des différents substrats organiques (Methanic fermentation of different organic substrates) M. E. Afilal, N. Belkhadir, H. Daoudi, O. Elasri Université Mohamed Premier, Laboratoire

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

SIGMA C est le résultat qui compte

SIGMA C est le résultat qui compte SIGMA C est le résultat qui compte L avenir depuis 1918 L avance technologique grâce au concept breveté SIGMA: fermeture hermétique, pressurage en position de remplissage, extraction verticale, surface

Plus en détail

LE RÉFRIGÉRATEUR PRÊT À INSTALLER

LE RÉFRIGÉRATEUR PRÊT À INSTALLER LE RÉFRIGÉRATEUR PRÊT À INSTALLER sans aucune modification de la structure de votre paillasse! UNIMEDICAL LAB, est la solution professionnelle proposée par Unifrigor pour le laboratoire. Tables réfrigérées

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Extraction Assistée par Ultrasons

Extraction Assistée par Ultrasons Extraction Assistée par Ultrasons Extraction par ultrasons au laboratoire Deux types d équipements à ultrasons sont couramment utilisés dans le laboratoire. Le premier est le bain de nettoyage à ultrasons

Plus en détail

LIVRET DE DEGUSTATION www.sofravin.fr

LIVRET DE DEGUSTATION www.sofravin.fr L abus d alcool est dangereux pour la santé, A consommer avec modération LIVRET DE DEGUSTATION www.sofravin.fr 54 Cours du Docteur Long 69003 LYON FRANCE tel : 06 80 45 01 36 fax : 04 72 33 57 41 sofravin

Plus en détail

LE MOT DU PRESIDENT. «La technique pour le défi de la qualité»

LE MOT DU PRESIDENT. «La technique pour le défi de la qualité» LE MOT DU PRESIDENT Le Colloque Viticole et Œnologique Régional 2012, organisé par la Chambre d Agriculture de Loir-et-Cher aura pour thème cette année : «La technique pour le défi de la qualité» 2012

Plus en détail

Influence du changement. agronomiques de la vigne

Influence du changement. agronomiques de la vigne Influence du changement climatique sur les résultatsr agronomiques de la vigne à l'aide du modèle STICS Iñaki García a de Cortázar Atauri Unité CSE - Avignon Réunion Protection du Vignoble Changement Climatique

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat LES CARAMELS MOUS

Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat LES CARAMELS MOUS LA CONFISERIE Les caramels mous, les pâtes de fruits, la guimauve, les bonbons de chocolat Préambule LES CARAMELS MOUS Du latin «cannamella» qui signifie «canne à sucre» Proprement dit, le caramel est

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Dès

Plus en détail

Université de Technologie de Troyes. BLONDEAU Loïc HUGUENEL Thomas KHAY IBBAT Younes LE HOUEZEC Léa

Université de Technologie de Troyes. BLONDEAU Loïc HUGUENEL Thomas KHAY IBBAT Younes LE HOUEZEC Léa BLONDEAU Loïc HUGUENEL Thomas KHAY IBBAT Younes LE HOUEZEC Léa Site d e-commerce Printemps 2009 Université de Technologie de Troyes Printemps 2009 Université de Technologie de Troyes 1 Introduction L UV

Plus en détail

Corporation des Courtiers en Vins Suisses

Corporation des Courtiers en Vins Suisses Corporation des Courtiers en Vins Suisses 3, ch des Planchamps Case postale CH-1066 Epalinges t +41 21 784 25 26 f +41 21 784 22 66 info@c-c-v-s.ch www.c-c-v-s.ch * fondée en 1928 * LE COURTIER EN VINS

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais

Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais - mise à jour août - 2005 Manuel H.A.C.C.P. (Analyses des dangers et maîtrise des Points Critiques) pour les viticulteurs charentais Engagement M....

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Au printemps surtout et durant l'été, il sera important de contrôler et d'ajuster certain paramètres qui constituent la chimie de l'eau. Cet étape est bien souvent

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Cloud Computing et SaaS

Cloud Computing et SaaS Cloud Computing et SaaS On a vu fleurir ces derniers temps un grands nombre de sigles. L un des premiers est SaaS, Software as a Service, sur lequel nous aurons l occasion de revenir. Mais il y en a beaucoup

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Bienvenue. Restez connecté au cœur de l aéroport Charles de Gaulle.

Bienvenue. Restez connecté au cœur de l aéroport Charles de Gaulle. Bienvenue Restez connecté au cœur de l aéroport Charles de Gaulle. Véritable Meeting Hub en plein cœur de l'europe, notre hôtel met à votre disposition 252 chambres et 22 salles de réunion bénéficiant

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée L application de la circulaire Voynet-Le pensec et la mise en place des programmes

Plus en détail

Marmites rectangulaires

Marmites rectangulaires La ligne 900 Electrolux, équipements modulaires de cuisson, a été conçue pour répondre aux exigences requises dans une cuisine professionnelle. La flexibilité du design modulaire, avec ses unités monoblocs

Plus en détail

PRODUITS DE NETTOYAGE VINIFORCE

PRODUITS DE NETTOYAGE VINIFORCE SOMMAIRE HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Matériel pages 2, 3, 4 Protection page 4 Produits Vikan page 5 ŒNOLOGIE ET LABORATOIRES Analyse page 6, 7 Œnologie pages 8, 9 MATÉRIEL pages 8, 9 Vendanges page 14 Chais page

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Horticultură UNIVERSITY OF CRAIOVA

Horticultură UNIVERSITY OF CRAIOVA Seria: Biologie UNIVERSITATEA DIN CRAIOVA Horticultură UNIVERSITY OF CRAIOVA Tehnologia prelucrării produselor agricole Ingineria mediului Vol. XIII ( XLIX ) - 008 APPLICATION DU SYSTÈME D'ANALYSE ET POINTS

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre

Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Assurer l intégrité environnementale du système québécois de plafonnement et d échange pour les émissions de gaz à effet de serre Document soumis au gouvernement du Québec à propos de son projet de règlement

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne).

Les Petites Toques PLAT CHAUD. STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). Les Petites Toques PLAT CHAUD STEAK HACHE PETIT MODELE Poids net pour une part : 80 g Ingrédients : Steak haché (origine Union Européenne). PEPITES DE PLET PANE Poids net pour une part : 115 g Ingrédients

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Questions avant intervention pour dépannage Enomatic

Questions avant intervention pour dépannage Enomatic Questions avant intervention pour dépannage Enomatic 1 La machine de fonctionne pas - absence de voyant lumineux? Contrôler que la fiche de la machine soit en place dans une prise 220V Fusible de la prise

Plus en détail

Local de retrait PASS

Local de retrait PASS Local de retrait PASS PRINCIPE : (Programme Alternatif à la Suspension Scolaire PASS) Suite à un retrait de classe, l élève est avisé qu à sa réintégration au cours, il doit reprendre, pendant son temps

Plus en détail

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1 Réduction des populations nonus 1 nonus 2 Taux de survie N/No Taux de mortalité No-N /No No : nombre initial de cellules vivantes N : nombre de cellules vivantes après le cycle de stérilisation nonus 3

Plus en détail

Le logo «Fait maison»

Le logo «Fait maison» Le logo «Fait maison» Voici le logo «Fait maison» qui sera utilisé dans les restaurants, chez les traiteurs, sur les marchés, à partir du 15 juillet 2014. Il indique les plats «faits maison», c est-à-dire

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail