Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais"

Transcription

1 Manuel H.A.C.C.P. pour les viticulteurs charentais - mise à jour août

2 Manuel H.A.C.C.P. (Analyses des dangers et maîtrise des Points Critiques) pour les viticulteurs charentais Engagement M.... Domaine de... Je m engage à respecter la démarche H.A.C.C.P. conformément à la réglementation en vigueur, relative à la santé du consommateur, en appliquant les bonnes pratiques agri co les et les règles générales d hygiène afi n d assurer la qualité optimale à mes pro duits dans la transparence et avec la traçabilité nécessaire. À... le... Si gna tu re 2 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

3 Sommaire Introduction 4 I - Actions génériques 5 ➊ Préalables 5 ➋ Actions préventives 6 ➌ Sous-traitants 6 II - Analyse des risques consommateur 7 ➊ Engagement 7 ➋ Champ de l étude 7 ➌ Identification et usage attendu des produits 7 ➍ Le diagramme de fabrication 8 ➎ Analyse des dangers - mesures préventives 8 ➏ Maîtrise des points critiques 11 ➐ Revue périodique de l étude de risques 13 III - Annexes 13 ➊ Guide d auto diagnostic initial 14 ➋ Modèle de plan d hygiène 16 ➌ Exemple de cahier des charges 19 ➍ Liste de documents à conserver 20 Fonctionnement de l exploitation et traçabilité 20 Documents d aide et de référence 20 ➎ Glossaire 21 - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

4 Bonnes pratiques d hygiène Maîtrise des dangers potentiels pour la santé des con som ma teurs Introduction Tous les opérateurs ont dorénavant l obligation, non seulement d obtenir des produits (moûts, vins, Cognac, Pineau) sains et sans dangers potentiels pour les con sommateurs, mais encore d en apporter la preuve. Ces obligations de résultat (avoir un produit sain) et de mise en œuvre de moyens (faire l analyse des dangers) s appuient nécessairement sur une traçabilité des opérations et interventions sur les produits (enregistrements) et engagent la responsabilité du pro ducteur. Faire cela, c est non seulement respecter les nouvelles réglementations, mais aussi ré pon dre aux demandes des consommateurs, qui ont besoin d être informés et rassurés. Dans cet objectif, le producteur doit disposer d informations claires et objectives sur les conditions de sa production, la gestion de ses produits et il doit pouvoir les four nir aux différents demandeurs : acheteurs, clients, contrôleurs. Enfin, la traçabilité des produits, et des opérations rattachées, est l outil de base pour connaître et améliorer sa façon de travailler. La maîtriser, c est pouvoir optimiser son itinéraire technique et économique. Elle est aussi indispensable en cas de problème identifié sur un lot pour organiser son rappel (où est-il parti?) et en rechercher l ori gine (d où vient-il et comment a-t-il été obtenu?). É L A B O R A T I O N Bonnes pratiques d'hygiène Enregistrements (preuves) Santé Sécurité Service Confiance Conformité Consommateurs Réglementation Figure 1 : Justification de la démarche 4 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

5 BUREAU NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU CO GNAC STATION VITICOLE Tél : courriel : Internet : Fax : Cette fiche sera complétée par d'autres, traitant des aspects pratiques. La sécurité alimentaire (= produits sans danger pour le consommateur) passe par la maîtrise des procédés, le maintien des installations et des équipements dans un état d hygiène optimal, le respect de la réglementation en cours. Les principes généraux d hygiène alimentaire aident à maîtriser le risque de livrer des produits défectueux. OBLIGATIONS POLITIQUE RÉGLEMENTAIRES QUALITÉ Produit sain Traçabilité Satisfaction Image de du client l'exploitation Responsabilité de l'exploitant QUALITÉ DES PRODUITS QUALITÉ SANITAIRE MAÎTRISE DE LA PRODUCTION Contrôles DGCCRF : présence d un plan d hygiène, d une étude des risques, (HACCP, voir Fiche Technique HY. 10). QUALITÉ ORGANOLEPTIQUE HYGIÈNE = «les mesures et conditions nécessaires pour maîtriser les dangers et garantir le caractère propre d une denrée alimentaire compte tenu de l utilisation prévue». Réglement CE 852/2004. Les entreprises doivent mettre en place un système approprié, pertinent et documenté (traçabilité) pour maîtriser leur production, son hygiène et les risques sanitaires liés à leurs produits (sécurité et santé du consommateur). Cela passe par une démarche logique et structurée d'amélioration continue. Tous les maillons de la filière sont concernés : viticulteur, distillateur, négoce, distribution. Organisation des locaux : optimisation des fl ux de circulation (du plus «sale» vers le plus «propre»), en évitant les croisements de fl ux (de matière première, de matières sèches, ou de personnel). «Nettoyer c est bien, ne pas salir c est mieux!» Accessibilité des locaux et des équipements de production pour en faciliter le nettoyage. Nettoyabilité et démontabilité : caractéristiques spécifi ques des matériels pour en faciliter l hygiène. Formation du personnel à l hygiène : exigence réglementaire. C est un concept global : Abstrait : Seul le défaut est perçu! concerne toute l entreprise et le résultat ne se voit Une hygiène insuffisante tout son personnel. pas (propreté microbiologique). dégrade la qualité du produit. Le contrôle visuel est insuffisant pour évaluer la propreté biologique. Cachet du Pres cripteur Ce document, édité par le BUREAU NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU COGNAC a été réalisé par la STATION VITICOLE avec le concours des techniciens de la Région délimitée COGNAC. I - Actions génériques Avant de mettre en place une analyse des dangers et des risques potentiels pour le consommateur, il est indispensable de respecter deux étapes : commencer par s in former et se former sur le sujet, et faire un état des lieux sur son exploitation, au regard des règles générales d hygiène définies par la réglementation. ➊ Sensibilisation ➋ Formation ➌ État des lieux Règles générales d'hygiène Plan de mise à niveau Figure 2 : Mise en place de la démarche Des programmes de formation à la méthode H.A.C.C.P. sont proposés régulièrement (CA 16 - CA 17 - IREO, etc. ) ➊ Préalables Mettre en place une formation renouvelée des personnels à l hygiène Le responsable de l exploitation s engage à respecter les obligations de la ré glementation : son personnel doit être sensibilisé et formé régulièrement pour réaliser cor rectement les tâches qui lui sont confiées, tout particulièrement en matière d hygiène ali mentaire et de sécurité. En effet, la réglementation, les techniques et les produits évoluent rapidement et il est donc nécessaire pour les producteurs de maintenir à jour leurs connaissances et d actualiser leurs pratiques. Définition Conséquence Principes généraux FICHE TECH NIQUE «Hygiène» PRINCIPES DE BASE DE L'HYGIÈNE ALIMENTAIRE BONNES PRATIQUES D'HYGIÈNE Difficultés de mise en œuvre de l hygiène HY BONNES PRATIQUES D'HYGIÈNE Respect des règles générales d hygiène en alimentaire Le producteur doit faire un état des lieux et bâtir un plan de mise en conformité. Une mise à niveau préalable est indispensable. Elle concerne la conformité et la maî tri se de tous les éléments de production : matériels, locaux, personnel, intrants (four ni tu res, achats), matières premières. L expérience montre que cette phase n est gé néralement pas la plus coûteuse (sauf nécessité d adapter des locaux) et qu elle per met de réorganiser sa façon de travailler pour être plus «propre» tout en étant plus efficace. Plusieurs textes officiels réglementent cette phase. Ils sont présents dans la fiche technique HY 01-1 (2004). - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

6 ➋ Actions préventives Des actions préventives sont à conduire régulièrement tout au long du processus d éla bo ra tion, afin de respecter les règles générales d hygiène alimentaire et d en maîtriser toutes les composantes. Pour mémoriser les éléments à maîtriser, il faut se rappeler la règle des 5 M : Matière : matières premières, eau, déchets doivent être gérés dans le respect des réglementations, organiser le stockage séparé des produits dangereux et d en tretien,... Matériels et matériaux : choix, alimentarité, entretien, maintenance, qua li fi ca tion, notice d utilisation, vigilance vis-à-vis des matériaux au contact (migration de contaminant ),... Méthodes de travail et de contrôle : écrire les modes opératoires, le plan d hy giène, les opérations de contrôles, Milieu = locaux : entretien et maintenance, adaptation à l usage, respect du prin cipe de «marche en avant» (du plus sale vers le plus propre), pas de croisement des flux de produits, respect de la réglementation,... Main d œuvre : formation, sensibilisation, qualification. ➌ Sous-traitants De plus en plus, pour diverses raisons techniques ou économiques, les viticulteurs sont amenés à sous-traiter à des prestataires des étapes de leur processus d élaboration. De nombreuses opérations peuvent être concernées : vendange, pressurage, distillation, entretien, transport, vinification, traitements, stockage, mise en bouteille,... Cela ne dé doua ne pas le viticulteur de sa responsabilité! La délégation de réalisation doit être faite en toute clarté et sous son contrôle. Pour cela, le choix du prestataire doit être justifié, la tâche qui lui est attribuée doit être parfaitement définie (par exemple dans un cahier des charges) et une trace de cet te intervention doit être conservée (bon de réalisation, facture). Un exemple de cahier des charges est donné en annexe. Deux cas peuvent se présenter : le prestataire a un système qualité (par exemple ISO 9000) et la conformité H.A.C.C.P. : il doit vous délivrer une attestation de réalisation qui est suffisante ; le prestataire n a pas lui-même de démarche H.A.C.C.P. : un cahier des charges doit alors être établi pour définir sa prestation et son engagement à respecter les règles d hygiène. Il est nécessaire de tenir à jour un registre de tous les fournisseurs et sous-traitants. 6 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

7 II - Analyse des risques consommateur (H.A.C.C.P.) Selon le Guide de «Bonnes Pratiques Hygiéniques filière vin», l analyse des dangers et Points Critiques pour leur Maîtrise (P.C.M.) se réalise en 7 étapes prin cipales. Les objectifs de cette analyse sont : identifier les points présentant des risques (pour la santé du consommateur) au cours du processus d élaboration ; mettre en place des actions pour maîtriser ces points ; documenter le tout pour avoir des preuves objectives de l efficacité de l étude. ➊ Engagement Le responsable de l entreprise doit clairement s engager sur des objectifs et y con sacrer réellement des moyens. Pour énoncer vos propres engagements, vous pouvez compléter la charte proposée sur la première page de ce document. Si le responsable de l exploitation délègue la mission de réaliser l étude «Hygiène», la (ou les) personnes concernées seront citées (équipe H.A.C.C.P.). ➋ Champ de l étude Dans le cadre de votre exploitation, il concerne : La récolte, la production, la vente ou livraison, de : (cocher les cases vous concernant) Eaux-de-vie de Cognac Vins Pineau des Charentes Autres produits... (à préciser) ➌ Identification et usage attendu des produits Donner les caractéristiques techniques de vos produits (moût, vin, eau-de-vie, Co gnac, Pi neau, autres... ) et leur usage attendu. Cette étape est très importante car elle per met de se défendre contre un détournement de l usage attendu du produit. Exemples : Vin de base Cognac : vin blanc produit en Charentes selon les conditions définies dans les décrets de l Appellation Cognac, présentant un titre alcoométrique gé né ra le ment compris entre 7 et 11 % vol., une acidité élevée (> 4 g/l), si pos si ble sans addition de SO 2, qui est destiné à la distillation pour produire du Co gnac. Cognac : eau-de-vie de vin produite selon les conditions définies dans les décrets de l Appellation d Origine Contrôlée Cognac, présentant un titre alcoométrique en tre 70 et 72 % vol. pour les eaux-de-vie nouvelles et 40 % alcool/vol. pour les produits commerciaux. - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

8 Pineau des Charentes : obtenu par le mutage de moûts de raisins par du Cognac rassis, d un titre alcoométrique compris entre 16 et 22 % vol. conformément au dé cret de l Appellation d Origine Contrôlée du 12 octobre 1945 modifié. Usage attendu Cognac et Pineau sont destinés à une consommation modérée, non systématique, fes ti ve et conviviale. Ils peuvent entrer, en faible proportion, dans la composition de cock tails et de recettes de cuisine. ➍ Le diagramme de fabrication VENDANGE Afin de conduire l étude des dangers, il est nécessaire de s appuyer sur un schéma de fabrication qui soit le reflet fidèle de la réalité de l exploitation. Il est important de ne pas oublier d étape (transports, achats,...). Si plusieurs productions coexistent (par exemple Cognac et Pineau), le schéma doit en tenir compte. Chaque exploitant doit établir son propre schéma de production : des propositions gé né ri ques, qui peuvent servir de base mais qui seront adaptées à chaque cas, sont présentées pages 9 et 10. ➎ Analyse des dangers mesures préventives Cette analyse a pour objectif de prendre en compte, à chaque étape et de façon ex haus ti ve, tous les dangers potentiels (pour la santé du consommateur) qui pourraient sur ve nir au cours du procédé d élaboration. Pour chaque danger identifié, les mesures préventives qui permettent de les con trôler doivent être listées avec les enregistrements qui apportent les preuves né cessaires. Les dangers potentiels pour le consommateur peuvent être de trois origines : Microbiologique : contamination par un microorganisme pathogène, sécrétion de toxine,... Physique : débris de verre, corps étranger blessant, particules d origines diverses. Chimique : contamination par un produit exogène (huile, fluide frigorigène, pro duit d entretien,...), migration à partir d un matériel ou d un revêtement (métaux lourds, plastiques). À chaque étape du processus d élaboration, les dangers potentiels doivent être listés. Deux exemples sont donnés dans les tableaux 1 et 2, construits à partir du schéma générique. Ce tableau à adapter au cas par cas (à chaque exploitation) est à actualiser ré gulièrement. Tout changement dans l organisation ou l équipement doit être pris en compte lors de l actualisation du schéma de fabrication. De la même façon, les risques pour la qualité du produit, la santé et la sécurité des opérateurs, la conformité des machines (équipements), le respect des ré glementations, peuvent être recherchés et traités. TRANSPORT DE LA VENDANGE RÉCEPTION - STOCKAGE DE LA VENDANGE TRI DE LA VENDANGE ÉRAFLAGE - FOULAGE TRAITEMENT PAR REFROIDISSEMENT PCM 1 PRESSURAGE CLARIFICATION SÉDIMENTATION DES MOÛTS FERMENTATION ALCOOLIQUE FERMENTATION MALOLACTIQUE ÉVENTUELLE RÉGULATION THERMIQUE DONT REFROIDISSEMENT PCM 4 STOCKAGE EN CUVE PCM 6 SOUTIRAGE PCM 7 C DISTILLATION H A MISE EN FÛT / VIEILLISSEMENT M P D ASSEMBLAGE RÉDUCTION E STOCKAGE L ' FINITION É T REFROIDISSEMENT PCM 11 U D E FILTRATION DE FINITION MISE EN BOUTEILLES PCM 13 PCM : point critique de maîtrise (Guide offi ciel fi lière vins) 8 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

9 Production de Cognac Tableau 1 : Schéma d élaboration type de Cognac et dangers potentiels à chaque étape Étapes Dangers Mesures préventives Enregistrements Récolte Résidus de produits Respect des Bonnes Fiche de traitement sur la vigne phytosanitaires Pratiques Agricoles Communiqué annuel sur les produits Fuite de fl exible Réglage et contrôle phytosanitaires de la Station Viticole hydraulique des pulvérisateurs Attestation vérifi cation du pulvérisateur Surveillance équipement Abonnement à une revue technique maintenance, entretien Fiches d intervention/vigne/matériel Transferts vendange Fuite d un fl exible Maintenance Fiches d intervention sur les matériels hydraulique Entretien Surveillance Pressurage Contamination par Maintenance, entretien Fiches d intervention sur les matériels lubrifi ant, produits Choix des produits Cahier des charges des achats de nettoyage Formation du personnel Certifi cats d alimentarité Fermentation et traitements par le froid Fuite de fl uide Maintenance Fiche de suivi de lots frigorigène Entretien Fiches d intervention sur les matériels Surveillance Cahier des charges des achats Conception des matériels Transferts et transport de vins et eaux-de-vie Débris, particules Maintenance Certifi cats de nettoyage métalliques Entretien Certifi cats d alimentarité Migrations au contact Surveillance Qualifi cation des matériels des matériaux Choix des matériels Documents d'accompagnement Pollution accidentelle Distillation Contamination suite à Maintenance Fiches d intervention sur les matériels une fuite du serpentin : Entretien Fiche technique produits anti-algue, anticalcaire Contrôles volumes Fiche de suivi de lots anticorrosion et TAV Cahier de distillation Cuivre Stockage vieillissement Migrations au contact Entretien et mise en Origine des fûts et entretien des matériaux œuvre des fûts Fiches d intervention sur les matériels Pollution accidentelle Fiche de suivi de lots Préparation à la mise en bouteilles Pollution extérieure Choix des produits Qualifi cation des équipements Corps étrangers Modes opératoires Attestation d alimentarité Migrations au contact Formation du personnel Attestation de formation des matériaux Cahier de tirage (n de lots) Cognac Fiche d'incident - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

10 Production de Pineau des Charentes Tableau 2 : Schéma d élaboration type de Pineau et dangers potentiels à chaque étape Étapes Dangers Mesures préventives Enregistrements Récolte Résidus de produits Respect des Bonnes Fiche de traitement sur la vigne phytosanitaires Pratiques Agricoles Communiqué annuel sur les produits Fuite de fl exible Réglage et contrôle phytosanitaires de la Station Viticole hydraulique des pulvérisateurs Attestation de vérifi cation du pulvérisateur Surveillance équipement Abonnement à une revue technique maintenance, entretien Fiches d intervention/vigne/matériel Transferts vendange Fuite d un fl exible Maintenance Fiches d intervention sur les matériels hydraulique Entretien Surveillance Pressurage Contamination par Maintenance, entretien Fiches d intervention sur les matériels lubrifi ant, produits Choix des produits Cahier des charges des achats de nettoyage Formation du personnel Certifi cats d alimentarité Protection physique ou chimique des moûts Excès de SO 2 Formation et qualifi cation Attestation de formation, qualifi cation du personnel Bulletins d analyse Consignes précises Fiche de suivi de lots Suivi analytique Débourbage, clarification Mutage à l eau-de-vie Stockage vieillissement en cuves, tonneaux, fûts Registre de manipulation Soutirage, additifs, auxiliaires Excès de SO 2 Formation et qualifi cation Attestation de formation du personnel Bulletins d analyse Consignes précises Fiche de suivi de lots Suivi analytique Stabilisation, passage au froid Pollution par fl uide Maintenance Fiches d intervention sur les matériels réfrigérant Entretien Attestation de formation Migrations au contact Surveillance Fiche de suivi de lots des matériaux Conception des matériels Pasteurisation éventuelle Mise en bouteilles Débris de verre Avinage Cahier de tirage Mirage Fiche d incident Pineau Fiche d'incident 10 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

11 ➏ Maîtrise des points critiques? Risque À partir des tableaux précédents, qui doivent être exhaustifs, l analyse précisant les dan gers potentiels a pour objectif de mettre en évidence les risques concrets à maîtriser pour assurer la santé du consommateur. Les points présentant le risque le plus élevé devront être traités en priorité. PCM = Points Critiques de Maîtrise (C.C.P. = Critical Control Point en anglais). Tableau 2 : Tableau type de traitement des Points Critiques à Maîtriser Actions P.C.M. Enregistrements Mesures préventives Que fait-on pour éviter l apparition du Justifi er que les mesures prévues ont bien été problème? appliquées Surveillance Quel moyen de surveillance du point critique est-il utilisé? Traçabilité Détection Comment détecter la déviation et son des ampleur? contrôles Donner les limites critiques si elles sont connues. Action Que faire si le problème survient? Apporter la preuve que l action prévue a bien été mise en œuvre Mesures correctives Que faire pour éviter que le problème se Apporter la preuve que la recherche des causes répète? a été faite et que des mesures adaptées ont été prises et appliquées Des exemples de traitement de points critiques sont donnés dans les tableaux sui vants, mais ils sont à adapter au cas par cas à chaque exploitation. Actions Fuite d huile (récolte, transport) Enregistrements Mesures préventives Révision annuelle des équipements (machine Fiche de maintenance des équipements à vendanger, remorques, conquets,... ) Surveillance Vérifi cation quotidienne de l état des fl exibles Fiche d entretien si nécessaire (remplacement et des niveaux de fl uides de pièce, niveau) Détection Visuelle Fiche d incident Action Arrêt récolte ou transport Bulletin d analyse Isolement du lot contaminé, analyses Mesures correctives Destruction du lot si contamination avérée Preuves de destruction Remplacement du fl exible Instruction de maintenance modifi ée Resserrement de la périodicité de vérifi cation de l équipement - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

12 Exemples de PCM Cognac et Pineau Actions Fuite fluide réfrigérant (vinification, stabilisation) Enregistrements Mesures préventives Choix de l équipement adapté Cahier des charges de l achat Révision annuelle des équipements Fiche de maintenance Surveillance Vérifi cation quotidienne de niveau de fl uide Fiche d entretien si nécessaire (remplacement de pièce, niveau) Détection Visuelle, analyse Fiche d incident Action Arrêt du traitement Fiche d incident Isolement du lot contaminé Certifi cat d analyse Analyses Mesures correctives Destruction du lot si contamination avérée Preuve de destruction Resserrement de la périodicité de vérifi cation Fiche de maintenance modifi ée de l équipement Actions Fuite serpentin (distillation) Enregistrements Mesures préventives Révision annuelle des équipements Fiche de maintenance Test d étanchéité (mise sous pression d air Fiche d entretien du serpentin) Fiche de formation Surveillance Vérifi cation quotidienne des volumes distillés Cahier de distillation et des titres alcoométriques Détection Visuelle Fiche d incident Action Isolement du lot contaminé Fiche d incident Analyses Certifi cat d analyse Mesures correctives Destruction du lot si contamination avérée Preuve de destruction Resserrement de la périodicité de vérifi cation Fiche de maintenance modifi ée de l équipement Exemples de PCM Pineau Actions Sulfitage (traitements) Enregistrements Mesures préventives Respect de la réglementation Fiche de traitement Réalisée sous le contrôle d une personne compétente Fiche de formation Hygiène de la production Surveillance Vérifi cation des volumes Fiche de traitement : dose/volume Analyses courantes Bulletin d analyse Détection Visuelle, analyse Fiche d incident Action Isolement du lot Fiche d incident Analyses Certifi cat d analyse Mesures correctives Dilution du lot si contamination avérée Analyse du lot dilué 12 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

13 ➐ Revue périodique de l étude de risques Cette étape consiste à prévoir une révision de tout le système mis en place pour le faire évoluer dans le temps. En effet, pour préserver et maintenir son efficacité, il est indispensable de l évaluer au moins une fois par an, ou à chaque modification du pro ces sus d élaboration, ou changement d équipement. L objectif est de savoir si les mesures préconisées ont été appliquées, sont efficaces et correctement enregistrées. L analyse des incidents éventuellement survenus au cours de l année (retour d ex pé rien ce) sert à améliorer l efficacité et la pertinence du système, mais aussi celle du pro cessus de fabrication. III - Annexes ➊ Guide d auto diagnostic initial ➋ Modèle de plan d hygiène ➌ Exemple de cahier des charges ➍ Liste de documents à conserver ➎ Glossaire Pour vous aider Formations Des stages d'initiation et d'aide à la mise en place de la démarche H.A.C.C.P. vous sont proposés par plusieurs organismes de la région : Chambres d'agriculture, IREO, prestataires privés. Conseils Réglementaire : Céline RAYER - Département Affaires Juridiques, Économiques et Fiscales du BNIC - tél Technique : Gérald FERRARI - Station Viticole du BNIC - tél Experts H.A.C.C.P. certifiés : Patrick VINET - CA 16 - tél Nicolas FOUQUET. Documentation (voir page 20) Site BNIC : le BNIC publications publications techniques Site du ministère de l'agriculture : - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

14 ➊ Guide d auto diagnostic initial 1. Locaux Note /5 Est-ce que vos locaux sont adaptés pour permettre une séparation suffi sante des activités? /5 La chaîne de transfert du raisin respecte-t-elle le principe de la marche en avant (pas de croisement des activités, ni retours)? Exemple : conquet pressoir cuve de fermentation /5 Est-ce que les règles générales d hygiène sont respectées : nettoyage de locaux, lutte contre les nuisibles, eau potable, gestion des déchets,...? Pour le personnel salarié : dispose-t-il d un vestiaire avec une douche et wc? /5 Avez-vous un programme d entretien et de maintenance des locaux (sont-ils entretenus régulièrement)? Exemple : citer la dernière opération effectuée dans les bâtiments Avez-vous un contrat de maintenance avec un électricien, un plombier? /5 Disposez-vous d une aire de lavage pour les matériels? /5 2. Main d œuvre Note /5 Avez-vous participé récemment à une formation (le thème et la durée)? /5 Êtes-vous sensibilisé aux problèmes d hygiène, de sécurité, d environnement et de qualité des produits? /5 Êtes-vous abonné à des avertissements agricoles et à des revues techniques? Participez-vous à un groupe de développement agricole, groupe de travail,...? /5 Estimez-vous que le personnel salarié est capable d effectuer les tâches que vous lui confi ez? /5 Quel est votre niveau de formation? /5 3. Matières Note /5 Comment effectuez-vous le choix de vos achats? (produits phytosanitaires, produits œnologiques) /5 Est-ce que vous vérifi ez vos livraisons? /5 Avez-vous des locaux de stockage séparés et adaptés pour les différents produits? /5 Gardez-vous des traces de vos livraisons : facture, bon de commande, n lot? /5 Est-ce que vous gérez votre stock de produits : date d utilisation, date de péremption? /5 4. Méthodes Note /5 Le personnel a-t-il accès aux notices d emploi, d entretien des différents matériels qu il utilise? /5 Avez-vous des consignes écrites pour le personnel? /5 Est-ce que vos moyens de vérifi cations sont défi nis? /5 Avez-vous un plan d hygiène global? /5 Avez-vous un plan de sécurité global? /5 14 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

15 5. Matériels Note /5 Le matériel est-il adapté à l usage que vous en faites? /5 Avez-vous un programme d entretien et de maintenance des équipements? (pulvérisateur - pressoir - machine à vendanger - pompes,... )? /5 Quels sont vos critères d achat d un nouveau matériel? Sont-ils écrits? /5 Après l achat vérifi ez-vous ses performances? /5 Effectuez-vous une évaluation de vos fournisseurs? /5 Exemple de synthèse Présentation des notes obtenues par une ex ploi ta tion sur un diagramme. Dans cet exemple, l exploitation concernée a ob te nu les notes suivantes : 2002 Locaux : 4/5 Main d œuvre : 2/5 Matières pre miè res : 1/5 Méthodes : 1/5 Matériels : 5/5 Matériels Locaux Main d'œuvre Il apparaît que les points 1 (locaux) et 5 (ma té riels) sont bien maîtrisés, au contraire de la main d œuvre, des ma tiè res premières et des mé tho des de travail, qui né ces si te ront des efforts d adap ta tion. Lors d une prochaine évaluation l année sui van te, un deuxiè me tracé obtenu à partir des nouvelles notes per met tra de visualiser les pro grès ac com plis. Méthodes Synthèse du diagnostic Matières - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

16 ➋ Modèle de plan d hygiène Il existe de nombreux modèles de plan d hygiène que chacun pourra adapter à son exploitation. Les objectifs d un tel plan sont, au minimum, de : 1. décrire à chaque étape les matériels, locaux et personnes concernées (inventaire) ; 2. l évaluation des problèmes à traiter (souillures, contaminations, ) et du niveau de risque ; 3. décrire comment les opérations de nettoyage et désinfection sont mises en œuvre, les produits ; 4. décrire les contrôles qui sont pratiqués pour vérifier la réalisation et l efficacité de ces opérations. Exemples 1. Inventaire Étapes Locaux Équipements Matériels Personnel Récolte Vigne Machine à vendanger Seaux, sécateurs Ouvrier de quai Quai de réception Remorques de transport Laveur à haute pression Conquet + pompe à vendange Pressurage Chai Pressoir n 1 Tuyaux souples, Caviste Pressoir n 2 Seaux, Pompe + tamis Laveur à haute pression Fermentation Cuverie Cuves n C1, C2, C3,... Boule de nettoyage Caviste Pompe à vin Canon à mousse Œnologue Groupe de froid + drapeaux À compléter Plan de nettoyage Étapes Opérations Moyens Fréquence Méthode Récolte Nettoyage de la Laveur à haute pression Quotidien M1 machine à vendanger Désinfection de la Laveur à haute pression Après récolte parcelle M2 machine à vendanger + produit désinfectant nécrosée ou 1 fois/semaine Nettoyage du conquet Laveur à haute pression Tous les soirs M3 + pompe Pressurage Lavage pressoir + pompe Laveur à haute pression Tous les soirs M4 Désinfection pressoir Canon à mousse 1 fois/semaine M5 Fermentation Lavage cuves vinifi cation Laveur à haute pression Après chaque utilisation M6 Détartrage cuverie Entreprise XY 1 fois/an M7 À compléter Méthodes Objectif : écrire en détail ce que l on fait, comment les tâches doivent être réalisées. 4. Fiche de réalisation Objectif : apporter la preuve que les actions prévues ont bien été réalisées selon la mé tho de adé qua te. (La signature de l exécutant engage sa responsabilité sur l application du mode opé ra toi re) 16 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

17 Exemple de méthode de travail ou de mode opératoire Plan d hygiène : méthode n 4 Étape : pressurage Objet : nettoyage du pressoir Date de mise à jour : 15/03/2002 Responsable : M. XXXX Fréquence : quotidienne Mode opératoire S équiper spécifiquement pour cette opération : port de gants, bottes, com bi nai son, lunettes de protection. Vider complètement la cage et la maie pour éliminer tous les gros débris (ra fles, pépins,... ; si besoin intervenir manuellement après avoir débranché le pressoir). Prélaver grossièrement au jet d eau à grand débit, puis vider la maie à l aide de la pompe. Lavage soigneux à l aide du laveur haute pression en faisant tourner la cage. Nettoyage au laveur, réglé en basse pression, avec le produit X à 10 %, bien re cou vrir toutes les parties souillées. Laisser agir 15 minutes. Rincer avec le laveur haute pression. Vider la maie. Rinçage final. Vérifier la qualité du rinçage (absence de mousse, test de ph,...). Ranger le matériel et couper l alimentation électrique. Remplir la fiche d intervention. Consignes de sécurité Ne pas arroser les équipements électriques (pupitre de commande, boîtiers, câ bles et prises). Respecter les conditions d utilisation des produits de nettoyage (dose, température, durée). Porter les équipements de sécurité : lunettes de protection, bottes, gants, combinaison. Note : toutes les opérations décrites ci-dessus sont réalisées avec de l eau potable. - mise à jour août - BNIC - Station Viticole

18 Exemple de fiche d enregistrement d opérations d hygiène Plan d hygiène : fiche de réalisation Date Méthode Matériel Signature Ob ser va tions 15/10/2002 N 4 Pressoir n 1 Prévoir de graisser la vis 18 BNIC - Station Viticole mise à jour août -

19 ➌ Exemple de cahier des charges Cahier des charges récolte de vendange Engagements entre, d une part : et d autre part : M.... L entreprise... Domaine de... de... à... représentée par M.... Objet : récolte de vendange I Organisation du chantier Respecter les dates prévues pour la récolte. Éviter la récolte pendant les périodes de température extrême ou de plu viométrie élevée. Adapter le rythme de récolte à la capacité du chai : D <... Tonnes/Heures. Réglage de la machine adapté à la parcelle. II Hygiène Nettoyer et désinfecter la machine avant sa mise en œuvre sur l exploitation. Nettoyage tous les soirs en cours de campagne. Utiliser des lubrifiants alimentaires pour les points de graissage qui le nécessitent. Assurer une traçabilité des interventions mécaniques effectuées sur la machine qui peuvent avoir une incidence sur la salubrité de la récolte, en enregistrant ces in terventions sur un cahier. Assurer la surveillance des points critiques identifiés par l exploitation, prin ci pa le ment des fuites de flexibles hydrauliques et mettre en œuvre les plans d intervention remis par l exploitant. C est-à-dire, informer le viticulteur et isoler le lot. Appliquer de façon générale les procédures d hygiène de l exploitation. Pour l entreprise : L exploitant : Signature Signature À... le... Vérification de la conformité de la prestation Oui Non Observations mise à jour août - BNIC - Station Viticole

20 ➍ Liste de documents à conserver Exemples (liste non exhaustive). Durée d archivage proposée : 10 ans. Fonctionnement de l exploitation et traçabilité Approvisionnements Bons de livraison Documents d'accompagnement Contrôles à la livraison N de lots et dates de péremption Factures Fiches techniques et / ou de sécurité des produits utilisés Certifi cats d analyse, d alimentarité, d usage œnologique,... Équipements Cahier des charges de l achat Certifi cats de vérification et de remise en état des pulvérisateurs Fiches d intervention sur les matériels (maintenance, entretien) et locaux Certifi cats d alimentarité, de nettoyage, de désinfection Contrats de maintenance : distillerie, électricité, équipements (pressoirs,...) Factures achat, réparations, Formation Attestations de stage, de qualifi cation, participation à des réunions tech ni ques, Sous-traitants Contrats de sous-traitance : nettoyage, vendange, mise en bouteilles, maintenance d équipements Cahier des charges Contrôle de réalisation,... Traçabilité Registres réglementaires : de comptabilité matières, de manipulation, de distillation, d'embouteillage, Fiches d intervention sur la vigne Fiches d incident Plan de l exploitation, fi che parcellaire, fi ches de fermentation, Fiches de suivis de lots (moûts, vins, EDV, Pineau) Documents d aide et de référence Décrets d Appellation Cognac, Pineau des Charentes, vin de pays charentais Guide de bonnes pratiques hygiéniques fi lière vin, J.O.R.F., 1999, réédition 2002 Guide de bonnes pratiques hygiéniques fi lière Cognac, BNIC Guide de bonnes pratiques hygiéniques pour le Pineau des Charentes, 2003, Syndicat des producteurs de Pineau Traçabilité fi lière Cognac, classeur de fi ches, BNIC 2004 Fiche technique hygiène HY10, BNIC Les cahiers de la qualité en embouteillage : bonnes pratiques d hygiène sur les lignes d embouteillage, DOC INE 95 / 051, 1995 Communiqués techniques de la Station Viticole du BNIC, de la Protection des Végétaux, des Chambres d Agriculture,... Pratiques vinicoles, Produits œnologiques, Nettoyage-désinfection, Contrôle qualité au chai : n hors série du Journal International des sciences de la vigne et du vin. ISSN : BNIC - Station Viticole mise à jour août -

NOTICES FICHES D'ENREGISTREMENTS

NOTICES FICHES D'ENREGISTREMENTS NOTICES FICHES D'ENREGISTREMENTS Ces fiches doivent être correctement tenues à jour et conservées pendant une durée de dix années à partir de l'année de vente de vos produits. Notice registre des clients

Plus en détail

Traçabilité et sécurité des aliments

Traçabilité et sécurité des aliments Traçabilité et sécurité des aliments 1 Traçabilité 2 Sécurité des aliments BNIC / Stéphane CHARBEAU Traçabilité Vignoble Processus de production Traçabilité BNIC Objectifs La démarche de Viticulture Durable

Plus en détail

appliquées à la filière Cognac

appliquées à la filière Cognac appliquées à la filière Cognac Documentation d aide à l application du guide national «filière vins» à l usage des entreprises en cours de démarche HACCP - Septembre 2001 Sommaire 1 Avant-propos 3 Introduction

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de de-vie nouvelles Bernard GALY Station Viticole du Bureau National Interprofessionnel du Cognac Entretiens cidricoles SIVAL Jeudi 19 janvier 2012 Contexte

Plus en détail

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Les contrôles et la certification du vin bio Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Présentation de la démarche de certification 2 Comment s appliquera la nouvelle règlementation? Les contrôles réalisés

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

Grand ménage dans les chais avant la récolte 2008

Grand ménage dans les chais avant la récolte 2008 Page : 1/5 A l approche des vendanges, il est nécessaire de penser à faire le grand ménage dans les chais. Il faut en effet chasser les microorganismes qui n ont pas quitté les lieux depuis la campagne

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

HYGIENE EN CAVE HACCP

HYGIENE EN CAVE HACCP HYGIENE EN CAVE HACCP Sophie Regal AGENT QUALITE FLORENCE VULIN CONSEILLERE EN VITICULTURE ET OENOLOGIE Chambre d Agriculture du Rhône Pôle Entreprise et Filière 18 Avenue des Monts d Or 69890 LA TOUR

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE

CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE CODE DE BONNES PRATIQUES VITIVINICOLES EN VUE DE LIMITER AU MAXIMUM LA PRESENCE D OCHRATOXINE A DANS LES PRODUITS ISSUS DE LA VIGNE Considérant la Résolution CST 1/2002 qui fixe la teneur maximale en ochratoxine

Plus en détail

Formation, Information

Formation, Information Formation, Information 1 Formations 4 S informer BNIC / Stéphane CHARBEAU Formation, information 1 Formations Afin de pouvoir appliquer judicieusement les bonnes pratiques agricoles sur une exploitation

Plus en détail

Modèle de registre de traçabilité

Modèle de registre de traçabilité 210, bd Vermorel - 69400 Villefranche Modèle de registre de traçabilité Registre de traçabilité à la vigne Registre de traçabilité en cave 3 campagne 2010-2011 Document réalisé par l Union des Vignerons

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

LE VIN. I. Définition et Présentation Son Histoire Sa Typologie

LE VIN. I. Définition et Présentation Son Histoire Sa Typologie LE VIN LE VIN I. Définition et Présentation Son Histoire Sa Typologie II. De la Vigne au Vin Les travaux de la Vigne Les Différentes Vinifications L élevage du vin Contrôle de qualité et Commercialisation

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL D OENOLOGUE

DIPLÔME NATIONAL D OENOLOGUE DIPLÔME NATIONAL D OENOLOGUE Contacts Responsable : Hervé ALEXANDRE Tél. : 03.80.39.63.93 Fax : 03.80.39.62.65 rvalex@u-bourgogne.fr Institut Universitaire de la Vigne et du Vin Rue Claude Ladrey BP 27877

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 30 juin 2014 modifiant l arrêté du 25 novembre 2011 relatif au référentiel de certification

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE République française MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «responsable technico-commercial en vins et

Plus en détail

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Présentation Stéphane GRAFFIN formation, diagnostic et conseil interviens depuis 2014 sur l ensemble du territoire national auprès

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

Mots-clés : Prestations viniques, distillation, retrait sous contrôle, marcs, lies, expérimentation.

Mots-clés : Prestations viniques, distillation, retrait sous contrôle, marcs, lies, expérimentation. DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER DIRECTION GESTION DES AIDES SERVICE DES AIDES COMMUNAUTAIRES SPECIFIQUES 12, RUE ROL-TANGUY TSA 20002 93555 MONTREUIL SOUS BOIS CEDEX AIDES/ SACSPE/D 2011-60

Plus en détail

Laboratoire Boland : Oenofrance Crézancy :

Laboratoire Boland : Oenofrance Crézancy : Chaque année est différente Nous vous proposons ci-dessous quelques conseils. Nous tenons à votre disposition tous les documents nécessaires à la vendange. Vous trouverez également sur notre site Internet

Plus en détail

DROIT DU MARCHÉ VITI-VINICOLE Jean-Marc Bahans & Michel Menjucq

DROIT DU MARCHÉ VITI-VINICOLE Jean-Marc Bahans & Michel Menjucq DROIT DU MARCHÉ VITI-VINICOLE Jean-Marc Bahans & Michel Menjucq Plan de l ouvrage PREMIÈRE PARTIE. ORGANISATION DU MARCHÉ Chapitre 1. Les acteurs du marché Section 1. Les institutions 1. Les institutions

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport.

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport. Protocole de nettoyage-désinfection de contenants ayant transporté des marchandises de catégorie 1 (classification Qualimat-Transport ) en vue de leur réaffectation pour le transport des «produits» destinés

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS Capacités COMPÉTENCES C1 Préparation des activités Réalisation d activités Relations avec les clients, avec

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

vous accompagner sur le chemin de la qualité.

vous accompagner sur le chemin de la qualité. Qualité des Produits Alimentaires Audit Conseil Formation Notre volonté : vous accompagner sur le chemin de la qualité. INTRODUCTION Pourquoi la qualité est si importante de nos jours? > A cause des lois

Plus en détail

AOC «Crémant de Bourgogne»

AOC «Crémant de Bourgogne» Page 1/68 AOC «Crémant de Bourgogne» Vu le code rural et notamment les articles L.642-2, L.642-3, L.642-27 à L.642-30, R.642-39, R.642-46, R.642-54 à R.642-56 ; Vu la proposition de CERTIPAQ, représentée

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA viticulture-œnologie Module M 55 : Qualité, Sécurité et Environnement : systèmes de management

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

ODG SYNDICAT DES VINS DE PAYS DU PERIGORD

ODG SYNDICAT DES VINS DE PAYS DU PERIGORD PLAN D INSPECTION ODG SYNDICAT DES VINS DE PAYS DU PERIGORD / Version A 04/11/2011 PLAN D INSPECTION ODG SYNDICAT DES VINS DE PAYS DU PERIGORD Ce plan est valable pour l IGP Périgord complétée ou non -

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

ETUDE DES DANGERS HACCP FQ-06/A Page 1/24

ETUDE DES DANGERS HACCP FQ-06/A Page 1/24 ETUDE DES DANGERS HA Page 1/24 Méthode de cotation : Gravité (G) (F) (D) 1 Gravité mineure Pratiquement impossible apparent faisant l objet de contrôle systématique 2 Gravité moyenne Possible apparent

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

FORMATION - AUDIT - CONSEIL

FORMATION - AUDIT - CONSEIL FORMATION - AUDIT - CONSEIL Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration Maîtriser le danger allergène : une obligation réglementaire L analyse microbiologique d une

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire

Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire Demande d examen d équivalence pour un programme de formation en salubrité alimentaire Nom de l organisation : Date : Auteur de la demande : Adresse postale : Tél. : Téléc. : Courriel : Nom du programme

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave Page : 1/7 1. INTRODUCTION Depuis plusieurs années maintenant, la maîtrise des températures de vinification est devenue un outil incontournable pour produire des vins de qualité, permettant au vinificateur

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

DEMANDE DE RENOUVELLEMENT DE LA VALIDITE DU CERTIFICAT DISTRIBUTEURS DES PRODUITS ET DES PRODUITS ASSIMILES

DEMANDE DE RENOUVELLEMENT DE LA VALIDITE DU CERTIFICAT DISTRIBUTEURS DES PRODUITS ET DES PRODUITS ASSIMILES - 1 - DRAAF Direction Régionale de l'alimentation l Agriculture et de la Forêt Région RHONE-ALPES SERVICE REGIONAL DE LA FORMATION ET DU DEVELOPPEMENT DEMANDE DE RENOUVELLEMENT DE LA VALIDITE DU CERTIFICAT

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE LA REGLEMENTATION EUROPEENNE 1 Un nouveau contexte européen Réglementation Protection et information consommateur Loyauté des transactions Protection de l environnement Applications Analyse de risques

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire CONTRIBUTION SCIENTIFIQUE Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire De Dominique Delteil, consultant L article a été publié sur le site Internet de l Institut Coopératif du Vin- ww.icv.fr- Flash

Plus en détail

AREA : un accompagnement technique et financier vers la certification environnementale

AREA : un accompagnement technique et financier vers la certification environnementale Page : 1/5 : un accompagnement technique et financier vers la certification environnementale Le dispositif (Agriculture Respectueuse de l Environnement en Aquitaine) permet d accompagner techniquement

Plus en détail

La chaîne du froid chez Système U. Centrale Régionale SUD

La chaîne du froid chez Système U. Centrale Régionale SUD La chaîne du froid chez Système U Centrale Régionale SUD Introduction Le service Qualité Système U Sud. La sécurité des consommateurs, clients des magasins U, est liée en partie à la maîtrise de l'hygiène,

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :...

CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... CQP-ih Chef de cuisine en collectivité I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

16 Transport, stockage et traçabilité

16 Transport, stockage et traçabilité F - Produits phytosanitaires : les bons réflexes! 16 Transport, stockage et traçabilité OBJECTIF Connaître les obligations à respecter dans le cadre du transport et du stockage de produits phytosanitaires,

Plus en détail

SANITAIRE DES ALIMENTS

SANITAIRE DES ALIMENTS Préciser votre activité : Nom de l entreprise : Localité : Département : Pays : Téléphone Fax Mail Nom du chef d entreprise Audit partiel De démonstration : 1 points clef /10, d Hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Boutenac Info La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Edito Nos lignes se sont coupées depuis plusieurs mois et pour cause! De nombreuses activités ont occupé

Plus en détail

>INFORMATION / JUIN 2012 INFORMATION

>INFORMATION / JUIN 2012 INFORMATION >INFORMATION / JUIN 2012 INFORMATION aux opérateurs commercialisant ou souhaitant commercialiser des vins sans appellation d origine ou indication géographique avec mention de cépage et/ou de millésime

Plus en détail

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 Centre Technique du Papier CTP Domaine Universitaire - 351, rue de la Papeterie - 38044 Grenoble Cedex 09 - France Tél.

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE VILLE DE FAGNIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE Pouvoir adjudicateur : Ville de Fagnières 4 rue du Général Dautelle 51510 Fagnières Objet du marché : Marché de fourniture

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013 PROGRAMME DE FORMATION 0-03 /8 AQR Assurance qualité et Réglementation. Annual Product Review (APR) (revue qualité produit). Contrat de sous-traitance et cahier des charges fournisseurs dans l'industrie

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / EHEDG France / FIM

Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / EHEDG France / FIM Questions / réponses sur le modèle de déclaration de conformité ANIA / EHEDG France / FIM 15/07/2014 V2 L'ANIA, Association Nationale des Industries Alimentaires, créée en juillet 1968, est une association

Plus en détail

Usage sécurisé des pesticides

Usage sécurisé des pesticides COLEACP PIP Usage sécurisé des pesticides Stockage sans risques 6 Filières fruits et légumes en pays ACP Brochure destinée au personnel d encadrement d ouvriers agricoles et de petits producteurs Le PIP

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime. Département de la Pêche Maritime

Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime. Département de la Pêche Maritime Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime 1 Guide de bonnes pratiques d hygiène et d application de l HACCP Vol 10 Production de farines et huiles

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-CST 503AB-2015

RÉSOLUTION OIV-CST 503AB-2015 RÉSOLUTION OIV-CST 503AB-2015 CALCUL DU BILAN DES GAZ À EFFET DE SERRE POUR LE SECTEUR VITIVINICOLE - GAZ RECONNUS ET INVENTAIRE DES ÉMISSIONS ET DES SÉQUESTRATIONS L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, CONSIDÉRANT le

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail