LA CHARGE SANS CONTACT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CHARGE SANS CONTACT"

Transcription

1 Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV LA CHARGE SANS CONTACT PLAN I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement 2) Circuit électrique équivalent 3) Fonction de transfert II. CALCUL THEORIQUE DES CONSTANTES 1) Calcul de la pulsation de résonance, de la résistance 2) Calcul des flux propres (inductances propres) 3) Calcul des flux couplés (inductance mutuelle) III. RESULTATS EXPERIMENTAUX COMPARAISON AUX RESULTATS THEORIQUES ATTENDUS 1) Expérience : présentation, résultats et comparaison à la théorie 2) Calcul du temps nécessaire à la recharge d'une batterie électrique (22 kwh)

2 I PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement Illustration du montage Des enroulements de fils sont situés dans une borne au sol, reliés au secteur (circuit primaire (1)), ainsi qu en-dessous de la voiture, reliés à la batterie (circuit secondaire (2)). Après superposition des deux dispositifs, un courant électrique se crée dans le circuit relié à la batterie. Ce montage est semblable à celui d un transformateur. Batterie Circuit 2 Circuit 1 C2 Vers secteur B 1 C1 FIGURE 1 : SCHEMA DE PRINCIPE D E LA CHARGE SANS CONTACT

3 Principe physique : Durant toute l étude, on se place dans le cadre de l ARQS (Approximation des Régimes Quasi Stationnaires) : on travaille avec des longueurs d de l ordre de m et des fréquences f inférieures à 10 6 Hz. D où d << ct. Ce procédé repose sur le phénomène d induction de Neumann. En imposant aux bornes du circuit 1 une tension sinusoïdale, un champ magnétique B 1 apparait, qui vérifie la loi de Biot et Savart : B 1 (M) = µ 0n 1 i 1 dl (P) PM 4π PM 3 P C1 où C1 est le circuit 1, I l intensité dans le circuit 1, M un point de l espace. De même pour B 2 (M) = B 1 (M) = B 2 P C1 P C2 µ 0n 1 i 1 4π µ 0 n 2 i 2 4π dl (P) PM PM 3 dl (P) PM PM 3 = µ 0n 1 i 1 I 4π 1(M) avec I 1 = µ 0n2 i 2 I 4π 2(M) avec I 2 (M) = (M) = P C1 P C2 dl (P) PM PM 3 dl (P) PM PM 3 Or d après la loi de Lenz-Faraday régissant le principe d induction électromagnétique, il se crée une force électromotrice e dans le circuit 2, telle que : où Φ est le flux de à travers le circuit. C est ce courant induit qui permet de recharger la batterie

4 Système étudié On étudie le système composé des 2 enroulements circulaires superposés. > A:=k->intersectplot(x^2+y^2=1.4,z=k/20,x= ,y= ,z=0..2): B:=k->intersectplot(x^2+(y-0.5)^2=1,z=1+k/20,x= ,y= ,z=0..2): > display({seq(a(k),k=0..4)},{seq(b(k),k=0..4)}); FIGURE 2 : SCHEMA DU MONTAGE Repère : centré en O, centre de l enroulement au sol. Par symétrie, on se placera souvent dans le plan y=0. Centre de l enroulement supérieur : O2(x2,0,h). Paramètres pris en compte : largeur de l entrefer (h), rayons des spires (a1, a2), écart entre l axe des spires (x2), nombre de spire (n1, n2). Je n étudie pas l influence de la géométrie des enroulements, je me restreins à l étude de spires circulaires de volume négligeable. Critères du cahier des charges Le temps de recharge de la batterie est satisfaisant à partir du moment ou la batterie peut être entièrement rechargée en une nuit (12h). Le cahier des charges impose aussi une hauteur minimale à vide (voiture Renault la plus basse, sans chargement) de 5 cm pour pallier les fluctuations de hauteur du aux fluctuations de poids de la voiture. La hauteur varie ainsi entre 3 cm et 12 cm selon le chargement et modèle des voitures.

5 Lignes de champs de B1 > SetCoordinates(cartesian[x,y]); fieldplot(<bxc(x,0,y),bzc(x,0,y)>,x=-5..5,y=-5..5,fieldstrength=log); > 2) Circuit électrique équivalent Ont lieu en fait 4 phénomènes d induction. La circulation de l intensité dans le secondaire crée à son tour un champ. Il faut alors prendre en compte le flux du champ créé par le circuit 1 à travers le circuit 2 12 mais aussi celui du champ créé par 2 à travers 1 21, ainsi que les flux des champs créés par 1 et 2 à travers eux-mêmes 11 et 22. Les enroulements se comportent alors comme des bobines. On note L1 et L2 leurs inductances propres, vérifiant : 11 = L1i1 22 = L2i2.

6 On définit de même l inductance mutuelle M de système vérifiant : 12 = Mi1 et 21 = Mi2. On obtient alors le circuit équivalent suivant : I 1 R1 M I 2 R2 L 1 V 1 V 2 L 2 Z u 3) Fonction de transfert Equations régissant le comportement du circuit : di 1 V 1 = R 1 i 1 + L 1 dt + M di 2 dt Equations couplées du premier ordre. En notation complexe : V 2 + M di 1 dt + R 2i 2 + L 2 di 2 dt = 0 V 2 = Z u i 2 V 1 = (R 1 + L 1 jω)i 1 + Mjωi 2 V 2 + Mjωi 1 + (R 2 + L 2 jω)i 2 = 0 V 2 = Z u i 2 Données fabricant (Renault) : En début de vie de la batterie, à 25 C, Zu varie entre 60 m et 100 m. L impédance dépend en fait de l état de charge de la batterie (SOC), elle est plus élevée pour les valeurs extrêmes de SOC, et plus basse entre 30% de SOC

7 et 80% de SOC. On prendra la valeur moyenne Zu = 80 m. Calcul de la fonction de transfert On trouve la fonction de transfert suivante : H(jω) = V 2 V 1 = 1 ( L 1 M L 1R 2 + L 2 R 1 Z u M ) + (R 1 M R 1R 2 Z u M ) 1 jω + (M Z u L 1L 2 Z u M )jω D où H(jω) = K 1+ ω 1 jω jω ω2 Avec K = M L 1 L 1R2+L2R1 Zu ω 1 = R 1 R 2 R 1 Z u (L 1 R 2 +L 2 R 1 ) L 1 Z u ω 2 = (L 1R 2 +L 2 R 1 ) L 1 Z u L 1 L 2 M² II. CALCUL THEORIQUE DES CONSTANTES 1) Calcul de la résistance, de la pulsation de résonance Calcul de la résistance des bobines : Modèle de Drude : Electrons se déplaçant dans le cuivre soumis à deux forces : La force de Lorentz : Fl=-eE où E est le champ dans le conducteur (on néglige la composante magnétique), Une force de frottement : f=-αv, α constante positive. On note γ la conductivité du cuivre, γ0 en statique. On a alors j = γe. E est de la forme E = E 0 e i t. D où j = γe 0 e i t. En notant n la densité volumique d électrons dans le conducteur, on a alors : j = env

8 En appliquant le principe fondamental de la dynamique ainsi que le principe d inertie à un électron, on a alors : γ = γ 0 1+i avec = m α Pour le cuivre on a ~ donc pour < on a < 10-2 << 1. D où γ γ 0 Equation de propagation vérifiée par j dans un tronçon cylindrique de fil d axe (0x) de rayon a : j = γ 0 µ 0 j t En cherchant j sous la forme d une OPPM se propageant suivant les r décroissants on obtient l équation de dispersion : k 2 = γ 0 µ 0 On appelle épaisseur de peau = 2 µ 0 γ 0 D où j = j 0 e a r δ e j(ωt a r δ ) u x Amortissement du courant en se rapprochant de l axe de fil entraînant l augmentation de la résistance : effet de peau. Pour un rayon nettement supérieur à, propagation sur une couronne de largeur de l ordre de, soit une surface S~2πaδ. R = l γ 0 S, γ 0 = 59, S. m 1, a = 1,0 mm, l = 1,2 m

9 Avec un rayon de l ordre de 1 mm, on peut négliger l effet de peau pour f << 300 khz. Calcul de la pulsation de résonance 0 En supposant qu une telle pulsation existe, on a :

10 ω 0 ² = ω 1 ω 2 = R 1R 2 R 1 Z u L 1 L 2 M² Donc 0 existe si et seulement si 1 et 2 sont de même signe, c'est-à-dire si R 1 R 2 R 1 Z u > 0 (car L 1 L 2 M² > 0) et : ω 0 = ω 1 ω 2 = R 1R 2 R 1 Z u L 1 L 2 M² Les résistances du circuit sont de l ordre de 0,1 (cf plus tard), donc on a R 1 R 2 R 1 Z u > 0. On a donc bien une résonance en f 0 ~10 4 Hz f0 << 300 khz donc on peut négliger l effet de peau. 12 = Mi1 2) Calcul de l inductance mutuelle 12 = n 2 B 1. ds 2 = µ 0n 1 n 2 i 1 I 4π 1 (M). ds 2 = µ 0n 1 n 2 4π φ 12i 1 S2 M S2 Donc M = µ 0n 1 n 2 φ 4π 12 avec φ 12 = I 1 (M). ds M S2 2 Calcul de φ 12 : utilisation de Maple. Ecriture de I 1 (x, y, z) > di1x:=(x,y,z,tp)->(a1*z*cos(tp))/(a1^2+x^2+y^2+z^2-2*a1*(x*cos(tp)+y*sin(tp)))^(3/2); di1y:=(x,y,z,tp)->(a1*z*cos(tp))/(a1^2+x^2+y^2+z^2-2*a1*(x*cos(tp)+y*sin(tp)))^(3/2); di1z:=(x,y,z,tp)->(a1^2-a1*(x*cos(tp)+y*sin(tp)))/(a1^2+x^2+y^2+z^2-2*a1*(x*cos(tp)+y*sin(tp)))^(3/2);

11 > I1x:=(x,y,z)->Int(dI1x(x,y,z,tp),tp=0..2*Pi); I1y:=(x,y,z)->Int(dI1y(x,y,z,tp),tp=0..2*Pi); I1z:=(x,y,z)->Int(dI1z(x,y,z,tp),tp=0..2*Pi); Calcul de φ 12 = φ 12 (h, x 2, a 1, a 2 ) > Fi12:=(h,x2,a1,a2)->Int(Int(I1z(x,y,h),y=-sqrt(a2^2-x^2)+x2..sqrt(a2^2- x^2)+x2),x=-a2..a2); On peut alors calculer la valeur de M et ses variations en fonction de l entrefer (h), de l écart entre les axes (x2), et des rayons des spires. Sous Maple : > M:=(h,x2,a1,a2,n1,n2)->n1*n2*10^(-7)*Fi12(h,x2,a1,a2); 3) Calcul de L1 et L2 On a : 11 = L1 i1 et 22 = L2i2. On calcule 11 et 22 pour obtenir L1 et L2. 11 = n 1 B 1. ds 1 S1 22 = n 2 B 2. ds 2 S2 Problème : le champ n est mathématiquement pas défini sur la spire qui le crée, et en 1/r², donc ces intégrales sont des intégrales divergentes. Cela est dû au fait que l on a supposé que les spires avaient une épaisseur nulle, car négligeable devant leur rayon. On ne peut plus faire cette approximation dans

12 le cas de l inductance propre. On suppose alors que les fils conducteurs sont cylindriques de rayon R, de longueur d (pour une spire). Le calcul pour L1 et L2 est le même. On montre alors comment calculer L dans le cas général, pour n spires de courant de rayon a, centrées en O. On définit les inductances interne Li et externe Le telles que : Calcul de Li L = L i + L e On exprime l énergie magnétique Em dans le conducteur en fonction de B i puis de Li et I, l intensité circulant dans le circuit : E m = V B i(r)² 2µ 0 dτ = 1 2 L ii² On trouve B i (r) à l aide du théorème d Ampère : B i (r) = µ 0I(r) 2πr On obtient alors l expression de Li : Calcul de Le L i = µ 0d 8π = µ 0r 2πR² I Pour calculer Le, pour une spire, on se ramène au calcul précédent de l inductance mutuelle en prenant deux spires coaxiales, de rayons a1 = a et a2 = a R, avec R << a, et d entrefer nul h = 0. R a - R a

13 On calcule avec Maple φ p = φ 12 (h = 0, x 2 = 0, a 1 = a, a 2 = a R) > Fip:=(a,R)->Fi12(0,0,a,a-R); > Fip(a,R); On a alors : L = µ 0 4π (d 2 + φ p ) Pour une bobine de n spires enroulées de façon serrée, avec les distances entre les spires beaucoup plus petites que a, on obtient une approximation pour l inductance propre de la bobine en multipliant celle d une spire par n². Sous Maple : > L1:=(a1,n1)->10^(-7)*n1^2*(Pi*a1+Fip(a1,10*R)); L2:=(a2,n2)->10^(-7)*n2^2*(Pi*a2+Fip(a2,10*R));

14 III. RESULTATS EXPERIMENTAUX COMPARAISON AUX RESULTATS THEORIQUES ATTENDUS 1) Expérience : présentation, résultats et comparaison à la théorie Présentation de l expérience

15

16 Données expérimentales a 1 = 0,150 m a 2 = 0,155 m R = 0,5 mm n1=n2=4 L 1 = 0,143 µf L 2 = 0,147 µf R 1 = R 0 + R C1 = 5,20 (On rajoute une résistance R 0 = 5 dans le circuit primaire pour éviter d avoir un court circuit. On a par ailleurs R C1 = 0,20.) R 2 = 0,19 Calcul de 0 On trouve f 0 = 79,0 khz Comparaison à la théorie La fréquence utilisée permet de négliger l effet de peau dans le conducteur. On trouve alors > R1:=(n1,a1)->4*(n1+1)*a1/(gamma0*R^2); R2:=(n2,a2)->4*(n2+1)*a2/(gamma0*R^2); > gamma0:=59.6*10^6; R:=0.0005; > evalf(r1(4,0.15)); evalf(r2(4,0.155)); Soit un écart relatif de 0% et 8%. Le calcul de L1 et L2 sous Maple donne > R:=0.0005; evalf(l1(0.15,4)); evalf(l2(0.155,4));

17 Soit respectivement 23% et 22% d écart relatif. Cet écart peut être expliqué par le fait que je n ai pas réussi à fabriquer des spires parfaites, les écarts entre spires ne sont pas négligeables devant leur rayon, ce qui interdit l approximation faite pour le calcul des inductances propres. Il est cependant difficile de mesurer M. Je me suis contenté de comparer ses variations à l aide des résultats qui suivent. Néanmoins, la théorie donne, pour h = 5 cm, x2 = 0 : > evalf(m(0.05,0,0.15,0.155,4,4)); On peut vérifier que l on a bien M² < L 1 L 2 > evalf( * ^2); On calcule les variations de V2 en fonction de la distance entre les spires (h) dans le cas coaxial, = 0 h (cm) V2 (efficace) (V) 3 0, ,5 5 0, ,4 7 0, ,33 8,8 0,29 9,3 0, ,2 10,5 0, ,165 11,5 0, ,143

18 0,7 0,6 0,5 V2 efficace (V) 0,4 0,3 0,2 0, h (cm) Le rapport V2/V1 est égal à k à la résonance, donc proportionnel à M. On peut comparer ce résultat au calcul effectué sous Maple des variations de M en fonction de h. > plot(10^6*m(h/100,0,0.15,0.155,4,4),h=3..12,labels=["h (cm)","m (µh)"]);

19 Les deux tracés sont plus ou moins cohérents. La comparaison n est pas totalement satisfaisante. Les écarts sont surement dûs à des approximations expérimentales (en particulier liées a l incertitude sur la hauteur). On fait de même en faisant l écart entre les axes (x2), en prenant h=5 cm. x2 (cm) V2 (efficace) (V) 0 0, , ,42 3 0, , , , , , , , , , , , , , , , , ,04

20 0,5 0,45 0,4 0,35 0,3 V2 (efficace) (V) 0,25 0,2 0,15 0,1 0, x2 (cm) Le calcul sous Maple donne : > plot(fi12(0.05,x2,0.15,0.155),x2= );

21 Les courbes se superposent presque parfaitement : on observe la cohérence entre la théorie et la pratique : Le gain est bien proportionnel à M, Le calcul théorique de M est en accord avec la pratique. 2) Calcul du temps nécessaire à la recharge d'une batterie électrique (22 kwh) Caractéristiques du réseau domestique : V1 = 220 V Puissance moyenne fournie A la fréquence de résonance : < P >= (GV 1)² Z u < P >=< V 2 i 2 >= V 2 eff² Z u = k² Z u V 1 eff ² = M² Z u (L 1 L 1R 2 + L 2 R 1 Z u )² V 1 eff ² = αv 1 eff ² avec α = M² Z u (L 1 L 1R2+L2R1 )² Zu Sous Maple : > alpha:=(h,x2,a1,a2,n1,n2)->(m(h,x2,a1,a2,n1,n2))^2/(zu*(l1(a1,n1)- (L1(a1,n1)*R2(a2,n2)+L2(a2,n2)*R1(a1,n1))/Zu)^2); Dans les conditions idéales (h = 5 cm, x2 = 0), avec les données de l expérience : > Zu:=0.08; evalf(alpha(0.05,0,0.15,0.155,4,4)); α = 0, On a alors < P > = 2,261 kw

22 On ne tient pas compte dans le calcul du temps de charge des nécessités liées à la batterie (utilisation d un transformateur, variation de courant aux différents stades de la charge ). On se place dans le cas où le rendement entre la sortie du dispositif (V2) et la batterie est maximal. On obtient alors un temps de rechargement de 9,73 h pour une batterie 22 kwh. Cette configuration est conforme au cahier des charges. On fait varier les paramètres géométriques pour tenter d obtenir un meilleur résultat. Influence du nombre de spires : Problème : le logiciel de calcul formel n est pas capable de mesurer les inductances propres pour n1, n2 <4. Cependant, pour n1, n2 >4, on observe que la puissance diminue avec le nombre de spires. > for n from 6 to 16 do evalf(alpha(0.05,0,0.15,0.155,n,n)); od; > for n from 6 to 16 do evalf(alpha(0.05,0,0.15,0.155,4,n)); od; Cette diminution est due aux résistances, et au fait que les bobines ne sont pas parfaites. Avec des bobines parfaites, le couplage serait indépendant du nombre de spires. Faute de mieux, on prendra n1 = n2 = 4. Influence des rayons des spires L approximation du calcul des inductances propres ne nous permet pas d analyser l influence du rayon pour a < 10 cm > for n from 5 to 20 do evalf(alpha(0.05,0,n/100,n/100,4,4)); od;

23 A partir de a = 10 cm, la puissance diminue avec le rayon. Le résultat est le même en prenant des rayons différents : > for n from 10 to 20 do evalf(alpha(0.05,0,n/100,0.1,4,4)); od; > for n from 10 to 20 do evalf(alpha(0.05,0,0.1,n/100,4,4)); od;. En choisissant a1 = a2 = 10 cm, on a alors : <P> = 4,110 kw Soit un temps de rechargement de 5,35 h. Influence de h >plot(22000/(220^2* *10^10*m(h/100,0,0.1,0.1,4,4)^2/2),h=3..12,la bels=["h (cm)","temps de charge (h)"]); Outils sonde : (h = 7, cm ; T = 12, h)

24 On observe que le temps de charge est satisfaisant jusqu à une hauteur de 7,33 cm. Au-delà de ce seuil, le temps de charge augmente rapidement et atteint les 24h à 9,5 cm. Ce seuil des 7,33 cm est raisonnable. Il sera surement possible de créer des installations sur-mesure pour des conducteurs possédant des voitures «hautes». Pour une voitures dont la hauteur normale est 5 cm, je ne pense pas que ce seuil puisse être atteint. Influence de x2 >plot(22000/(220^2* *10^10*m(0.05,x2/100,0.1,0.1,4,4)^2/2),x2= ,labels=["x2 (cm)","temps de charge (h)"]); Outil sonde : (x2 = 6, cm ; T = 12, h) Le critère du cahier des charges est respecté pour x2 < 6,3 cm, ce qui semble être une exigence très réalisable du point de vue des automobilistes. On observe une tangente horizontale à l origine qui traduit une augmentation faible du temps de charge pour des écarts faibles (<3 cm). Augmentation de seulement 2,5 % pour 1 cm, 10 % pour 2 cm et 23 % pour 3 cm. L augmentation se fait ensuite plus rapidement.

25 CONCLUSION : Cette étude a permis d aboutir à la conclusion que, d une part, dans les conditions optimales, il est possible de charger une batterie de voiture électrique classique (22 kwh, batterie de la nouvelle Renault Fluence) avec la technologie de la charge sans contact en des temps très raisonnables 5h 20min dans l idéal (sans compter les nécessités de charge) contre 4-8 h dans les conditions normales sur le réseau domestique. D autre part, on a pu mettre en évidence que les paramètres perturbateurs (hauteur h, écart entre les axes x2) n affectaient pas de manière inéluctable l efficacité de la charge. Les automobilistes ont une «marge de manœuvre» (au sens propre et figuré du terme) suffisante leur permettant de garder un rendement de charge convenable : 7,3 cm en hauteur et 6,3 cm en écart latéral. Il faut cependant noter que je n ai pas tenu compte dans cette étude de l influence de la présence de la voiture sur le système. En pratique, le champ magnétique crée des courants de Foucault dans la carcasse de celle-ci qui ont pour conséquence d une part d augmenter la résistance totale des enroulements, et d autre part de créer une nouveau champ magnétique, dont le flux va modifier leur inductance. D après les ingénieurs Renault avec qui j ai été en contact, ces modifications sont significatives. C est l une des raisons pour lesquelles je n ai pas comparé mes résultats aux leurs, l autre raison étant que ces résultats sont confidentiels. De plus, si l expérience permet de valider le calcul de M, le bien-fondé du calcul de L reste à prouver. Ce calcul a nécessité des approximations qu il aurait été souhaitable de vérifier par l expérience, mais je n ai disposé ni des moyens ni du temps nécessaires pour cela (il aurait fallu fabriquer de nombreux montages différents en faisant varier les rayons et les nombres de spires). Il faut cependant noter que seul le calcul de M est nécessaire pour mettre en évidence l influence de h et x2, et qu on peut donc être quasi-certain des résultats à ce niveau la. C est la valeur du temps de charge qu il reste a affiner. Enfin, je dirai pour conclure que ce travail est satisfaisant en tant que première approche pour répondre à la question du temps de charge. Les étapes suivantes seraient d abord de valider le calcul de l inductance propre, de quantifier l influence de la voiture, de faire varier la forme géométrique du système (spires carrées, rectangulaires, triangulaires ) et surtout de réaliser l expérience dans les conditions réelles, avec voiture et batterie.

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV - 25269 VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Extraits de récents DS

Extraits de récents DS 1 Extraits de récents DS Chap. 3 : Magnétostatique 2 UT MARSELLE GE 1 Année D.S. d'électricité n 3 avec Corrigé 29 Mars 1997 2 ème exercice. Circuit avec mutuelle. M i 1 (t) Le primaire du circuit ci-contre

Plus en détail

Circuit fixe dans un champ magnétique variable

Circuit fixe dans un champ magnétique variable Circuit fixe dans un champ magnétique variable Calcul d un flux On peut montrer, dans le cadre de la mécanique des fluides, que le champ de vitesse pour un fluide visqueux incompressible, de coefficient

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction

Chapitre 8. Transformateur. 8.1 Introduction Chapitre 8 Transformateur 8.1 Introduction Le transformateur permet de transférer de l énergie (sous forme alternative) d une source à une charge, tout en modifiant la valeur de la tension. La tension

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE IUT de Saint-Nazaire Département Mesures-Physiques TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE TP.1 : Sécurité électrique TP.2 : Mesures sécurisée sur une installation monophasée TP.3 : Electromagnétisme TP.4

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl Courant alternatif Au lieu d avoir toujours la même polarité, chaque borne d un générateur de tension alternative est positive puis négative en alternance. Les électrons du courant se déplacent dans un

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis)

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Bibliographie. «Les capteurs en instrumentation industrielle», G. Asch & collaborateurs, DUNOD «Capteurs

Plus en détail

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%)

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Les trois parties A, B et C de cette épreuve sont indépendantes. Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Aucune connaissance préalable du moteur asynchrone n est nécessaire pour l étude de cette

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Chapitre 5. Simulation et validation expérimentale

Chapitre 5. Simulation et validation expérimentale Chapitre 5 Simulation et validation expérimentale 5.1 Boucle primaire 5 Simulation et validation expérimentale Au chapitre 3, nous avons décrit les éléments constituant le capteur et les paramètres influant

Plus en détail

TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS

TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS 1. Schéma équivalent Le schéma équivalent d'un transformateur d'impulsions, toutes les grandeurs ramenées au primaire est donné figure 1. R1 Lf P1 Lp C R2 T.P * * S1 P2 S2 Figure

Plus en détail

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ Cinquième partie Waldenburg 2012 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ 1 La conception d une SMPS La conception d une SMPS est un exercice difficile.

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

T.P. n 3. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 3. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe .P. n 3 polytech-instrumentation.fr 85 563 563,5 C /min à partir d un poste fixe UILISAION DES MULIMERES I. Introduction Les multimètres numériques mesurent principalement des tensions et courants alternatifs

Plus en détail

Lois générales dans le cadre de l ARQS

Lois générales dans le cadre de l ARQS MPS - Électrocinétique - Lois générales dans le cadre de l AQS page /6 Lois générales dans le cadre de l AQS AQS=Approximation des égimes Quasi Stationnaires, consiste à négliger les temps de propagation

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier G. Pinson - Physique Appliquée Machine asynchrone - C34 / 1 C34 - Machine Asynchrone (MAS) Moteur asynchrone Transmissions mécaniques asynchrones (transmissions de couple) : P m s bain d huile ailettes

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

induit collecteur arbre + palier ventilateur

induit collecteur arbre + palier ventilateur G. Pinson - Physique Appliquée Machine à courant continu - C32 / C32 - Machine à Courant Continu (MCC) à excitation séparée à courant continu Constitution (schéma simplifié). Exemple : moteur à deux paires

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES 2. Durée : 4 heures SESSION 2003 PCM2007 EPEUVE SPECIFIQUE FILIEE PC MATHEMATIQUES 2 Durée : 4 heures L utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants *** N.B. : Le candidat attachera la

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

équipements de puissance Enrico Vialardi

équipements de puissance Enrico Vialardi Modélisation CEM de systèmes et équipements de puissance Enrico Vialardi Introduction Quels liens entre puissance et CEM? Electric mobility Compacité accrue et montée en fréquence Perturbations conduites

Plus en détail

Physique. chassis aimant. Figure 1

Physique. chassis aimant. Figure 1 Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées 2013 Les résultats numériques seront donnés avec un nombre de chiffres significatifs compatible avec celui utilisé pour les données. On s intéresse ici à

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W

N' = 1440 tr/min ; P 1 = 4500W ; P 2 = 2000 W MOTEUR ASYNCHRONE 1) Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz dont la tension entre phases est U = 380 V. Les enroulements du stator et du rotor

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces utilisant des générateurs de courant pilotés par thyristors)

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES ANALYSE DE CIRCUITS A COURANT ALTERNATIF MODULE N : 8 ELECTROTECHNIQUE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N : 8 ANALYSE

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal forcé 61 5.1. Les grandeurs instantanée, moyenne et e cace Les signaux étudiés dans ce chapitre sont des courants ou des tensions sinusoïdaux i(t) et u(t).

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES

Concours AVENIR 8 mai 2011 EPREUVE DE PHYSIQUE. DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES NOM :. PRENOM : NUMERO DE CANDIDAT :... EPREUVE DE PHYSIQUE DUREE : 1h30mn Coefficient 5 CONSIGNES SPECIFIQUES Lire attentivement les consignes afin de vous placer dans les meilleures conditions de réussite

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

CIRCUITS RC, RL, RLC Comment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope.

CIRCUITS RC, RL, RLC Comment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope. IUITS,, omment réaliser quelques expériences avec l oscilloscope. Avant la manipulation, vérifier que les boutons de l oscilloscope, base de temps, potentiomètres des voies 1 et 2 sont calés en position

Plus en détail

Cours d électrotechnique

Cours d électrotechnique Cours d électrotechnique LES MACHINES A COURANT ALTERNATIF MACHINE STATIQUE A COURANT ALTERNATIF Les machines électriques statiques à courant alternatif - Table des matières générales TABLE DES MATIERES

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 6-7 Epreuve du 6 mars 7 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES GENIE PARASISMIQUE Sujet No, durée : heures Les copies doivent être rédigées en français et écrites

Plus en détail

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Chapitre 2 : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Corrigé 1. Compléter la phrase : Le couple électromagnétique

Plus en détail

Travaux Dirigés Machines Electriques

Travaux Dirigés Machines Electriques TRAVAUX DIRIGES N 3 : MACHINE ASYNCHRONE Exercice 1 Un moteur asynchrone tétrapolaire, stator monté en triangle, fonctionne dans les conditions suivantes : tension entre phases U = 380 V ; fréquence f

Plus en détail

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit

Master ISIC Introduction 1. F. Wagner. 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 1 F. Wagner 6 * 3h de cours + 1h d'exam écrit Master ISIC Introduction 2 Bref Historique de l instrumentation Science relative à la conception et l utilisation rationnelle d instruments

Plus en détail

Mesure de la température dans un puits géothermique

Mesure de la température dans un puits géothermique (correcteur : Jean Gasc http://jeaga.voila.net/) Mesure de la température dans un puits géothermique 1 Étude du capteur de température : Sonde au platine: 1.1 unité du coefficient a : Dans la relation

Plus en détail

Caractérisation de mélangeurs

Caractérisation de mélangeurs Caractérisation de mélangeurs Un mélangeur est un dispositif qui utilise la non-linéarité de diodes ou de transistors pour réaliser une multiplication : e(t) x(t) = K.e(t).e 0 (t) e 0 (t) Puisqu il multiplie

Plus en détail

Magnétisme. Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique

Magnétisme. Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Magnétisme Bertin Faroux Renault, Électromagnétisme 4 Rocard, Électricité Fleury Mathieu, Électrostatique, courants continus, magnétisme (T

Plus en détail

Les interactions électromagnétiques

Les interactions électromagnétiques Les interactions électromagnétiques Activité 1 Le champ magnétique La force électromagnétique 1. Le champ magnétique Document 1 : Champ magnétique d un aimant droit Document 2 : champ magnétique d un aimant

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE L G L G Octobre 015 MEA0003- - MÉANIQUE RATIONNELLE Prof. Éric J.M.DELHEZ Un constructeur de jouets souhaitant mettre au point un nouveau système de propulsion de petites voitures pour son circuit miniature

Plus en détail

CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967. Preprint No. 150

CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967. Preprint No. 150 CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967 Preprint No. 150 TRANSFORMATEUR A CABLES POUR LE FORMAGE D'IMPULSIONS DE HAUTE TENSION D'UNE

Plus en détail

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé

M5 Oscillateur harmonique et régime forcé M5 Oscillateur harmonique et régime forcé Rappels des épisodes précédents... Au cours de la première période, nous avons rencontré le modèle de l Oscillateur Harmonique Amorti Cf Cours M4). Nous allons

Plus en détail

USAGE DES COMPLEXES DANS LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES

USAGE DES COMPLEXES DANS LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES Avant propos : usage des nombres complexes est incontournable en ce qui concerne l étude des circuits électriques aussi bien du point de vue énergétique (2 hemins de l énergie, bilan de puissance, puissance

Plus en détail

Circuits triphasés équilibrés

Circuits triphasés équilibrés Chapitre 3 Circuits triphasés équilibrés Les circuits triphasés forment la base du réseau de distribution de l électricité. On se sert de circuits triphasés entre les génératrices et les réseaux industriels

Plus en détail

5 exercices corrigés d Electrotechnique sur le régime monophasé

5 exercices corrigés d Electrotechnique sur le régime monophasé 5 exercices corrigés d Electrotechnique sur le régime monophasé Exercice Mono0 : régime monophasé i u L Donner l'expression : - de la puissance active consommée par la résistance - de la puissance réactive

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

Les bases de l électricité

Les bases de l électricité Électricité Les bases de l électricité Livret 6 Le courant alternatif sinusoïdal (2/2) Lois fondamentales Mise à jour février 2009 *FC1257061.0* 125706 FC 1.0 C entre N ational d E nseignement et de F

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

La méthode des deux wattmètres nous donne les puissance active et réactive absorbées par le moteur:

La méthode des deux wattmètres nous donne les puissance active et réactive absorbées par le moteur: EXERCICE N 1 Un moteur asynchrone triphasé à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50 Hz dont la tension entre phases est U = 380 V. Les enroulements du stator et du rotor sont en

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT.

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. Le stator crée un champ inducteur tournant à la vitesse de synchronisme. La pulsation des courants stator est = p S. Pour que le rotor tourne, il faut qu'il y ait du courant

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. La balance du watt

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. La balance du watt ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2006 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

L antenne W3HH / T2FD, le retour.

L antenne W3HH / T2FD, le retour. L antenne W3HH / T2FD, le retour. Robert BERRANGER F5NB (Article publié dans Radio-REF de janvier 2003) En janvier 2002, F5HUP décrivait une antenne du type «W3HH» qu il nommait «Folded dipôle». En avril

Plus en détail

Le grand livre de l électricité

Le grand livre de l électricité Le grand livre de l électricité Thierry GALLAUZIAUX David FEDULLO Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11535-0 Les bases Figure 4 : Les groupements dʼéléments 17 Le grand livre de l'électricité Exemple :

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011. Nom SOLUTIONS. Numéro de l étudiant.e

PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011. Nom SOLUTIONS. Numéro de l étudiant.e PHYSQ 124 LEC A1 : Particules et ondes Examen final Automne 2011 Nom SOLUTIONS Numéro de l étudiant.e Professeur Marc de Montigny Horaire Vendredi, 16 décembre 2011, de 9 h à midi Lieu Gymnase du Campus

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

PARTIE 2 PROJET ELECTRICITE. Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique.

PARTIE 2 PROJET ELECTRICITE. Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique. PARTIE PROJET ELECTRICITE Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique. AVERTISSEMENT Il est rappelé aux candidats qu'ils doivent impérativement utiliser les

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS ANNÉE 2013 EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS CSEA 2013 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 4 heures Coefficient : 1 - L usage de la calculatrice est autorisé ; - Les exercices sont indépendants

Plus en détail

Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur

Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur Thomas SICARD Aurélien DUMAINE Séance du 8 juin 00 Rapport de Travaux Pratiques Manipulation Oscilloscope à mémoire, décharge dʼun condensateur I. Exercice préparatoire On sait que En effet on a : T =

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

LA BOBINE ET LE DIPOLE RL

LA BOBINE ET LE DIPOLE RL LA BOBINE ET LE DIPOLE RL Prérequis 1. Cocher les ou la bonne réponse Un champ magnétique peut être produit par : un aimant permanant; un corps isolant un corps aimanté un fil de cuivre un solénoïde parcourue

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer

Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer Métrologie tridimensionnelle : Technologie des Machines à Mesurer SPRUYT G. 1 / 14 I.S.I.P.S Table des matières 1. Construction des machines à mesurer... 3 1.1. Architecture... 3 1.1.1. Machine à portique...

Plus en détail

Théorème d Ampère et applications

Théorème d Ampère et applications 6 Théorème d Ampère et applications 1 Théorème d Ampère Equivalent du théorème de Gauss pour l électrostatique. Permet de calculer des champs simplement en utilisant la symétrie des courants. Mais il faut

Plus en détail

Physique-appliquée U-32

Physique-appliquée U-32 CE3P Session 2004 BEVET de TECHNICIEN SUPÉIEU CONTÔLE INDUSTIEL et ÉGULTION UTOMTIQUE SCIENCES PHYSIQUES Physique-appliquée U-32 Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 = = = = = = = = = = = = = = vant de composer,

Plus en détail

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)».

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)». BTS 2003 Le problème porte sur l impression de tickets de caisse du système de distribution de cartes d entrée de piscine. Dans la première partie, on étudiera l impression thermique de tickets de caisse,

Plus en détail

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1

Spécification géométrique des produits (GPS) I. Un peu d histoire 1 2 Année PT S.I.I. CI 2 : Analyse et conception des mécanismes Fiche de TD Page 1 sur 1 Le GPS, «Geométric Product Spécification» est un concept qui a pour but de rendre la lecture des dessins de définition

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

1 Préparation : asservissement de position

1 Préparation : asservissement de position EPU ELEC 3 Travaux Pratiques d Automatique n 4 Asservissement de position d un moteur Le but de cette manipulation est d étudier l asservissement de position d un moteur à courant continu. Le châssis comprend

Plus en détail

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation CHAPITRE III Amplificateur d instrumentation Olivier FRANÇAIS, 000 SOMMAIRE I NOTION DE TENSION DE MODE COMMUN ET D AMPLIFICATEUR DIFFÉRENTIEL... 3 I. DÉFINITION DE LA TENSION DE MODE COMMUN... 3 I.. Tension

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées.

SCIENCES PHYSIQUES. Les tables et calculatrices réglementaires sont autorisées. UNIVERSITÉ CHEIKH NT DIOP DE DKR /5 6 G 8 Durée : heures OFFICE DU BCCLURET Séries : S-S3 Coef. 8 Téléfax () 8 65 8 - Tél. : 8 95 9-8 65 8 Epreuve du er groupe SCIENCES PHYSIQUES Les tables et calculatrices

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 06 heures SESSION 2014 ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE Le sujet est composé de trois problèmes (A, B, et C) pouvant être traités de façon indépendante. Il comporte

Plus en détail

Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq»

Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq» Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq» Guy Perrière Pôle Rhône-Alpes de Bioinformatique 14 novembre 2012 Guy Perrière (PRABI) Tests statistiques 14 novembre 2012 1 / 40 Plan

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques APPAREILS DE MESURE L objectif de cette manipulation est de prendre en main des appareils de mesure tels que des voltmètres ou oscilloscopes, mais aussi d évaluer leurs performances, leurs limites et surtout

Plus en détail