d entente Eco-quartier Saint-Jacques de l ASCCS et CHJM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d entente Eco-quartier Saint-Jacques de l ASCCS et CHJM"

Transcription

1 Réfection écologique et verdissement des stationnements dans un complexe de logement social en centre-ville de Montréal Ecological refection of a parking lot in a subsidised housing complex, in downtown Montréal RÉSUMÉ Kathleen McMeekin 1 ; Danielle Juteau 2 1 Chargée du projet Effet de terre aux Habitations Jeanne-Mance, Protocole d entente Eco-quartier Saint-Jacques de l ASCCS et CHJM 2 Directrice générale, Corporation d'habitation Jeanne-Mance La Corporation d habitation Jeanne-Mance a réalisé de 2010 à 2012 un vaste projet de réfection écologique des stationnements et de densification de la végétation aux Habitations Jeanne-Mance (HJM), grâce à l initiative et au partenariat établi avec l équipe de l Éco-quartier Saint-Jacques, à Montréal, et ce dans le cadre du Plan d action sur les changements climatiques (PACC) du gouvernement du Québec. Ce projet a créé le premier stationnement écologique avec un bassin de biorétention à Montréal, ainsi que le réaménagement de son pourtour et le verdissement de quatre autres stationnements du site des Habitations Jeanne-Mance. Cette initiative s insère dans un projet de réduction de la chaleur urbaine, de meilleure gestion des eaux pluviales, d éducation environnementale et de mobilisation citoyenne, auprès d une population particulièrement vulnérable aux épisodes de chaleur urbains. Les principales retombées environnementales constatées du projet sont la réduction significative de la température locale en période de chaleur intense, l infiltration des eaux pluviales dans le sol, la filtration des particules fines de l air grâce à la végétation, l augmentation de la biodiversité. Il a également consisté en la réduction de 20 places de stationnement avec une incitation au co-voiturage et participe à l amélioration de la qualité de vie. Ce projet est à la fois structurant et reproductible. ABSTRACT Thanks to the initiative and partnership with the Éco-quartier Saint-Jacques, the Corporation d habitation Jeanne-Mance undertook a vast project to ecologically recontruct the parking lots and density of vegetation at the Habitation Jeanne-Mance (HJM), from 2010 to Part of the Québec gouvernment Action plan for climate change, this project represents the first ecological parking lot with a bioretention basin in Montreal and aims to combat the urban heat island effect. The project consists of an ecological reconstruction of the primary parking lot and the landscaping of the front lawns of the houses surrounding the lot, as well as the landscapping of the four other parking lots of the site of the HJM to increase vegetation. The project implicates residents at several stages of the process including its creation in order to promote citizen appropriation of the project and environnmental education. The environmental objectives of the project fit perfectly with the concept of sustainable developpment. This project aims to contribute to the fight against climate change; to divert rainwater from Montreal s sewer sytem; to lower temperatures during heat waves; to improve air quality and the quality of life of a vulnerable population. And to stimulate the developpment of similar projects elsewhere in Quebec.In our presentation, we will demonstrate that our project is one that is both structuring and reproducible. We will focus on the concepts and techniques applied in the achievement of the project. It will present the details of the urban design and landscaping, as well as some conclusions from the monitoring programs MOTS CLES Bassin de biorétention, Gestion des eaux pluviales, Habitations Jeanne-Mance, Ilot de fraicheur, Stationnement écologique Finaliste aux Trophées/Awards Novatech

2 SESSION 1 INTRODUCTION Les huit aires extérieures de stationnement des Habitations Jeanne-Mance (HJM) contribuent à l'effet d'îlots de chaleur du quartier, pour la population qui y habite et les nombreux passants. En partenariat avec l équipe de l Éco-quartier Saint-Jacques, la Corporation d habitation Jeanne-Mance a réalisé au cours des trois dernières années un vaste projet de réfection écologique et de verdissement des stationnements des HJM. Ce projet comprend quatre volets : 1. Une réfection écologique du stationnement principal; 2. L aménagement de la devanture des maisons situées au pourtour de ce stationnement; 3. L aménagement du pourtour de quatre autres stationnements du site des HJM; 4. L appropriation citoyenne du projet et l éducation relative à l environnement. 1.1 Contexte socio-environnemental Enjeux liés aux îlots de chaleur urbains et à la gestion intégrée des eaux de pluie Dans les milieux urbains densément aménagés, comme celui de l arrondissement Ville-Marie à Montréal, la verdure a presque entièrement disparue au profit de l asphalte et du béton. D une part, ces grands espaces minéralisés emmagasinent et irradient en retour une chaleur intense qui a un impact immédiat et délétère sur la santé de la population. D autre part, les étendues minérales empêchent l infiltration d eau dans le sol; ce qui a pour conséquence d assécher la nappe d eau phréatique et les couches superficielles du sol ainsi que d augmenter le ruissellement des eaux de pluie vers les systèmes d'égouts municipaux. Figure 1 - Stationnement principal avant la réfection écologique En augmentant les espaces verts, on améliore la santé des citadins et leur environnement. Ces espaces rafraîchissent significativement l air ambiant et permettent l infiltration d eau dans les profondeurs du sol. Les stationnements extérieurs sont parmi les endroits les plus minéralisés du tissu urbain et une réfection écologique de ces derniers peut amener de grandes améliorations environnementales (Giguère 2009). 1.2 Objectifs Compte tenu que les résidents des HJM sont considérés particulièrement sensibles lors d'épisodes de chaleur, et que leur milieu de vie présente un important potentiel d'îlots de fraîcheur au centre-ville de Montréal, il est important de prendre des mesures pour densifier le couvert végétal et déminéraliser ses grandes étendues de stationnements. Ainsi, les objectifs socio-environnementaux du projet étaient de: Participer à la lutte aux changements climatiques; Diminuer la température d au moins 3 à 6 o C en période de chaleur intense; Détourner l eau pluviale du système d égouts de Montréal; Améliorer la qualité de l air et de vie d une population sensible; Impliquer les résidents dans le processus de création, pour une appropriation citoyenne du projet et une éducation relative à l environnement; Susciter l effet d entraînement pour le développement de projets similaires, ailleurs au Québec. 2

3 2. DESCRIPTION DES TECHNIQUES UTILISÉES 2.1 Réfection écologique du stationnement principal (printemps - été 2010) Design du stationnement écologique Le stationnement principal des HJM couvre une surface de m 2 et est situé au cœur du complexe d habitation. Ce stationnement emmagasinait particulièrement la chaleur puisqu'il est très exposé aux rayons du soleil. Il n était, en effet, pas entouré d'un grand nombre d'arbres et n avait pas d'îlot de verdure central. Ce stationnement entachait le paysage et toute intervention au niveau de l'aménagement devait rayonner sur l'ensemble du secteur. Nous nous sommes assurés d une coordination entre les aspects de réfection du bâti proprement dit et du volet environnemental, commandé par la Figure 2 - Bassin de biorétention réalisé volonté d une transformation écologique. Les principales caractéristiques environnementale de ce stationnement sont: L ajout d'une aire centrale végétalisée et abritant des arbres à grand déploiement, afin de projeter un maximum d ombre sur la surface asphaltée ; L ajout d un bassin de bio-rétention, composé d un substrat, d un filtre rocheux, d une membrane géotextile, complété par un aménagement filtrant et des arbres à grand déploiement; ainsi que la redirection de l eau de ruissellement vers ce bassin ; Un design réduisant le nombre d'espaces de stationnements publics et privés disponibles (21 espaces de stationnement éliminés et deux espaces de stationnement en auto-partage créés, bonifiant ainsi les 6 espaces réservés à ce service); L ajout de trottoirs pour une circulation sécuritaire des piétons autour du stationnement Détails techniques du bassin de biorétention Le bassin de biorétention a été conçu par la firme d ingénierie exp, selon les objectifs environnementaux établis en collaboration avec Éco-quartier Saint-Jacques et la Corporation. Il est conçu principalement pour filtrer l eau de ruissellement et en retenir une partie (MDDEP 2010). Le filtre rocheux du bassin a été conçu par Figure 3 - Transsection du bassin de biorétention réalisé exp, pour une infiltration de l'eau de ruissellement dans un délai de maximal de 48 heures. Le filtre est composé de couches de gravier, sable, substrat, de terre de plantation et de paillis. Il inclut une tranchée centrale de sable pour accélérer l'infiltration de l'eau. Le bassin est divisé en trois sections égales, reliées entre elles par un système de drainage souterrain. La dimension du bassin de biorétention est établie en fonction de l'aire de stationnement à drainer, afin d atteindre une infiltration en 24 heures, pour les pluies de force 1/1 an, tout en étant capable de retenir les pluies de force 1/25 ans 1. Le bassin de biorétention est divisé en trois afin de permettre une libre circulation des résidents entre leur demeure et le stationnement pour réduire ainsi 1 Mesure standard d intensité d une précipitation, exprimée en équation rationnelle obtenue à partir de courbes d intensité-durée-fréquence (courbes IDF). Les intervalles de récurrence les plus fréquemment utilisées sont 1/25 ans, 1/15 ans, 1/10 ans, 1/5 ans, 1/2 ans et 1/1 an, 1/6 mois et 1/3 mois (Brière, 2006). 3

4 SESSION l'éventuel piétinement du bassin de biorétention. L ajout de trottoirs tout le tour du bassin de biorétention impliquait la création d ouvertures désignées pour laisser passer l eau du stationnement vers le bassin de biorétention. 2.2 Aménagement de la devanture des maisons (réalisé en 2010) Figure 4 - Aménagement en devanture Le stationnement principal est bordé d un multiplex de 12 logements et de 24 maisons en rangée, qui présentaient une devanture gazonnée donnant sur le stationnement. Nous avons intégré la réfection écologique du stationnement dans un plan d'aménagement plus vaste, qui englobe les devantures des maisons en rangée et du multiplex. Ce projet implique : L aménagement paysager des devantures, le remplacement du gazon pour introduire davantage de plantes indigènes et d arbres à grand déploiement; L implication des citoyens dans le processus d'aménagement devant leur demeure; Et la captation de l eau de ruissellement provenant des toits des bâtiments pour arrosage et réduction de la pression sur le système d'égout municipal. 2.3 Aménagement du pourtour de quatre autres stationnements (réalisé en 2011 et 2012) Quatre autres stationnements extérieurs ont été transformés en créant des aménagements pour rafraichir le secteur. Sur l ensemble du site, les espaces à réaménager s élèvent à 372 m 2, et des arbres, arbustes et arbrisseaux ont été ajoutés sur des emplacements stratégiques afin de projeter un maximum d ombre. Les surfaces des stationnements n ont pas été retravaillées car elles étaient très récentes et la Corporation ne pouvait investir dans une réfection de surface en bon état. 2.4 Appropriation citoyenne du projet et l éducation environnementale La création des aménagements sur les devantures des maisons de ville s est fait suite à une consultation des résidents sur les plans d aménagement. Ils ont été amenés à s exprimer sur l emplacement et le type d aménagements. Les résidents se sont impliqués dans la réalisation et l entretien des aménagements devant leur résidence, dans le but de développer un sentiment d appartenance envers ces aires qui n avaient aucune identité commune. Ainsi, des résidents ont été formés en horticulture et ont intégré l équipe de plantation pour la période de réalisation. Le projet est également accompagné d un volet d éducation relative à l environnement, où les 4 Figure 5 - Jardin de pluie en bordure d'un stationnement Figure 6 - Panneau d'interprétation du bassin de biorétention

5 résidents se sont questionnés sur les initiatives environnementales locales. 3. LES RETOMBÉES DU PROJET Le projet de réfection écologique des stationnements et de densification de la végétation apporte d importantes améliorations sur le plan environnemental. Il réduit la température aux HJM lors d épisodes de chaleur intense, il détourne une part importante de l eau de ruissellement hors du réseau d égout municipal. Le projet contribue également à améliorer la qualité de l air grâce aux arbres et 300 arbrisseaux et arbustes, qui filtrent les particules fines de l air (smog). Sachant qu un arbre mature séquestre annuellement 6 kg de carbone, ces plantations contribuent aussi à lutter contre les changements climatiques. Par ailleurs, plus symboliquement, nous limitons l accès du centre-ville en voiture en réduisant le nombre de places de stationnements disponibles et nous Figure 7 - Formation en horticulture pour les résidents des HJM réalisant les plantations en stationnement encourageons le système d auto-partage. Le projet comporte également un volet éducatif qui contribue à sensibiliser une communauté à l environnement et à les inciter à poser des gestes concrets pour réduire leur impact sur le milieu. Ce projet est un exemple structurant et reproductible. Notre expérience sert de projet pilote pour les stationnements écologiques à Montréal. D autres partenaires en environnement (ONG, institutions, entreprises, Arrondissements) se sont montrés intéressés à suivre les résultats du projet. Notre démarche, l engagement des partenaires, les techniques de réalisation du bassin de biorétention, le choix des végétaux, l appropriation citoyenne seront transférables à d autres projets. 4. CONCLUSION Les stationnements extérieurs sont parmi les endroits les plus minéralisés du tissu urbain. En augmentant significativement les espaces verts, nous pouvons améliorer la santé des citadins et de leur environnement. Puisque les résidents des HJM sont considérés particulièrement sensibles lors d'épisodes de chaleur, il est d autant plus important que leur milieu de vie soit un îlot de fraîcheur au centre-ville. Ainsi, le projet de réfection écologique des stationnements et de densification de la végétation apporte d importantes améliorations aux Habitations Jeanne-Mance. Ces espaces rafraîchissent l air ambiant et permettent l infiltration d eau dans les profondeurs du sol plutôt que d être déviée vers les systèmes d égouts et devoir être filtrée par voie chimique par la suite. Au-delà des bienfaits environnementaux majeurs, le projet contribue à sensibiliser une population à l environnement et à les inciter à poser des gestes concrets pour réduire leur impact sur le milieu. Ce projet est un exemple structurant et reproductible. Notre expérience sert de projet pilote et nous espérons que sa diffusion contribuera à la naissance d aménagements similaires à travers le pays. BIBLIOGRAPHIE François G. Brière, 2006, Distribution et collecte des eaux, deuxième édition revue et corrigée. Presses internationales Polytechnique, Montréal, 375p. Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP), Guide de gestion des eaux pluviales- Stratégies d aménagement, principes de conception et pratiques de gestion optimales pour les réseaux de drainage en milieu urbain. Gouvernement du Québec. Mélissa Giguère, 2009, Mesures de lutte aux îlots de chaleur urbains. Institut national de la santé publique du Québec. Bibliothèque et archive nationale du Québec. 5

Sommaire La Corporation d habitation Jeanne-Mance réaménage depuis quatre ans ses espaces verts, afin de créer pour ses locataires un véritable

Sommaire La Corporation d habitation Jeanne-Mance réaménage depuis quatre ans ses espaces verts, afin de créer pour ses locataires un véritable Sommaire La Corporation d habitation Jeanne-Mance réaménage depuis quatre ans ses espaces verts, afin de créer pour ses locataires un véritable écosystème urbain. Ses résidents habitent maintenant un site

Plus en détail

50, RUE SAINTE-CATHERINE O, BUREAU 300, MONTRÉAL (QUÉBEC) H2X 1V4 Ι DBOUCHARD@CREMTL.QC.CA Ι 514.842.2890 X230

50, RUE SAINTE-CATHERINE O, BUREAU 300, MONTRÉAL (QUÉBEC) H2X 1V4 Ι DBOUCHARD@CREMTL.QC.CA Ι 514.842.2890 X230 Norme BNQ 3019-190 Diapo de titre AMÉNAGEMENT DES AIRES DE STATIONNEMENT, GUIDE À L INTENTION DES CONCEPTEURS DANIEL BOUCHARD RESPONSABLE CAMPAGNES TRANSPORT, GES ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE 50, RUE SAINTE-CATHERINE

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

Toitures vertes : bien commun ou bien privé?

Toitures vertes : bien commun ou bien privé? Toitures vertes : bien commun ou bien privé? Owen A. Rose LEED, M.Arch, B.Comm www.ecologieurbaine.net www.montroyal-avenueverte.org www.ecosensuel.net Toitures vertes à la montréalaise Un vieux concept

Plus en détail

Forum régional sur les changements climatiques

Forum régional sur les changements climatiques Forum régional sur les changements climatiques Ville de Blainville Municipalité de 53 556 citoyens Maire, François Cantin depuis novembre 2005 Sondage en mai 2009 auprès de 501 citoyens par la firme Ipsos

Plus en détail

Montréal ORIENTATION. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions de gaz à effet de serre ACTION 2: Présentation de l action générale

Montréal ORIENTATION. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions de gaz à effet de serre ACTION 2: Présentation de l action générale /1 ORIENTATION Hochej -i1sonneuve Montréal Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions de gaz à effet de serre m j3 ACTION 2: Réduire la dépendance à l automobile Présentation des enjeux reliés

Plus en détail

Toits-jardins : de nouvelles possibilités à exploiter! Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs! BOMA Québec 28 septembre 2011!

Toits-jardins : de nouvelles possibilités à exploiter! Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs! BOMA Québec 28 septembre 2011! Toits-jardins : de nouvelles possibilités à exploiter! Marie Eisenmann, cofondatrice des Urbainculteurs! BOMA Québec 28 septembre 2011! Introduction! Repenser les toits! Des surfaces à exploiter! Très

Plus en détail

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015

Évaluation du Plan local de développement durable de la Ville de Mont-Royal 2010-2015 SERVICES TECHNIQUES 20, avenue Roosevelt de Mont-Royal (Québec) H3R 1Z4 Tél. : (514) 734-3034 Téléc. : (514) 734-3084 Évaluation du Plan local de développement durable de la de Mont-Royal 2010-2015 Depuis

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Toiture végétale à l ITA, un projet d étudiant qui voit grand

Toiture végétale à l ITA, un projet d étudiant qui voit grand Toiture végétale à l ITA, un projet d étudiant qui voit grand par Brigitte Lavoie, diplomée en TPHE Valéry Simard, diplomée en PCHO Manon Tardif, professeure en Horticulture Institut de Technologie Agro-Alimentaire,

Plus en détail

Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Vision de la planification «TOD Bois-Franc» Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises S O M M A I R E La gare de train Bois-Franc deviendra la troisième station intermodale (métro/gare)

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Des îlots de verdure. sur les TOITURES

Des îlots de verdure. sur les TOITURES Des îlots de verdure sur les TOITURES L augmentation des surfaces imperméables, comme les routes, les parkings, les bâtiments et la raréfaction des espaces verts en ville est un constat indéniable. Les

Plus en détail

Lutte aux îlots de chaleur urbains

Lutte aux îlots de chaleur urbains Lutte aux îlots de chaleur urbains Sommaire de la présentation : Lutte aux îlots de chaleur urbains (ICU) Impacts sur les saisons, la qualité de l air et la santé Lutter contre les ICU Rôle des végétaux

Plus en détail

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE?

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE? GUIDE PÉDAGOGIQUE LA DÉMARCHE La Ville de Paris invite les Parisiens à recenser les lieux qui pourraient accueillir de la végétalisation au plus près de chez eux (délaissés, mobiliers urbains, murs ).

Plus en détail

Defining ecological urban density at the human scale the case for the Montréal triplex

Defining ecological urban density at the human scale the case for the Montréal triplex Defining ecological urban density at the human scale the case for the Montréal triplex Définissons la densité écologique urbaine à l échelle humaine le cas du triplex montréalais owen a. rose architecte,

Plus en détail

La conquête des toits dans une perspective de développement durable Portrait de Montréal

La conquête des toits dans une perspective de développement durable Portrait de Montréal La conquête des toits dans une perspective de développement durable Portrait de Montréal Symposium La Nature, source d innovation pour une métropole durable? Paris, 24 et 25 octobre 2012 Benoit Gariépy,

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Plan d action en environnement

Plan d action en environnement Plan d action en environnement Août brossard.ca IMOT DU MAIRE MOT DU MAIRE Notre ville a fait l objet d une profonde transformation au cours des cinquante dernières années. Cette progression se poursuivra

Plus en détail

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13 Rapport de veille sur les évolutions du domaine des parcs et jardins P. 1/13 Numéro : 8 Date : 15 mars 2009 Centre : Centre de compétence Secteurs verts Forem Formation Titre : La végétalisation des toitures

Plus en détail

Logiciel pavages drainants mode d emploi

Logiciel pavages drainants mode d emploi Logiciel pavages drainants mode d emploi FEBESTRAL a développé, en collaboration avec le Centre de Recherches Routières (CRR), un logiciel de calcul pour pavages drainants. Ce programme vous guide lors

Plus en détail

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ v.1/2015-03-23 Cette liste a été montée pour faciliter la mise en application du Guide technique sur les toitures

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

ANALYSE DU CYCLE DE VIE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DÉCOULANT DE L IMPLANTATION DE

ANALYSE DU CYCLE DE VIE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DÉCOULANT DE L IMPLANTATION DE S colegas? RAPPORT FINAL ANALYSE DU CYCLE DE VIE DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DÉCOULANT DE L IMPLANTATION DE MESURES D ATTÉNUATION D ÎLOTS DE CHALEUR URBAINS FÉVRIER 2011 Préparé pour Institut national

Plus en détail

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur :

Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : Mémoire du Conseil régional de l environnement de Montréal dans le cadre de la consultation publique sur : La traversée de la rue à Montréal : Comment accroître le confort et la sécurité des piétons 10

Plus en détail

Toitures vertes à la montréalaise Un projet de démonstration

Toitures vertes à la montréalaise Un projet de démonstration Toitures vertes à la montréalaise Un projet de démonstration Une présentation du Centre d écologie urbaine mai 2005 TOITURES VERTES À LA MONTRÉALAISE 1.0 Introduction Depuis janvier 2003, le Centre d écologie

Plus en détail

Les toitures-terrasses

Les toitures-terrasses Les toitures-terrasses Le principe consiste à retenir grâce à un parapet en pourtour de toiture, une certaine hauteur d eau puis à la relâcher à faible débit. Le stockage se fait sur toits le plus souvent

Plus en détail

Petit guide, pour réaliser votre : A V. PARK(ing) Day. Première édition du. à Laval le 20 septembre 2013. SOURCE : Éco-quartier NDG

Petit guide, pour réaliser votre : A V. PARK(ing) Day. Première édition du. à Laval le 20 septembre 2013. SOURCE : Éco-quartier NDG Petit guide, pour réaliser votre : L A V PARK(ing) Day L 1 Première édition du SOURCE : Éco-quartier NDG à Laval le 20 septembre 2013 Conception du document : Conseil régional de l environnement de Montréal

Plus en détail

owen a. rose architecte, pa LEED

owen a. rose architecte, pa LEED owen a. rose architecte, pa LEED plan de la présentation : - l historique - la réglementation - le GTTV et la RBQ - les suivis l historique des années de toitures végétalisées au Québec Hôtel Bonaventure

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention :

Nous recensons ci-dessous, de la manière la plus exhaustive possible, l ensemble des éléments qui ont ou vont nécessiter une intervention : Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L année 2013, pas encore terminée, nous a déjà réservé son lot de surprises : froid, humidité constante, pluies abondantes suivies, dans le

Plus en détail

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX

Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX Système de récupération des eaux de pluies JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX RECUPERATION D EAUX de PLUIE au JARDIN BOTANIQUE DE BORDEAUX A quelques centaines de mètres de l historique «PONT de PIERRE» enjambant

Plus en détail

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS NOVEMBRE 2012 LES TERRASES ST-SULPICE PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice Plan d actions du Quartier Latin CONSOLIDATION

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif)

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif) Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie Direction Planification et Politiques d Agglomération Service Ecologie et Développement Durable Unité Développement Durable Lyon, le 2 Février 2015 Votre

Plus en détail

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION

ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION ÉCO-PARC INDUSTRIEL DU PÔLE L ASSOMPTION Projet d aménagement dans le cadre du prolongement du boulevard de l Assomption Octobre 2013 Tables des matières Présentation...3 Territoire visé par le projet...4

Plus en détail

Présentation d ENvironnement JEUnesse

Présentation d ENvironnement JEUnesse Une ville pour tous! Mémoire déposé dans le cadre des consultations de l Office de consultation publique de Montréal sur le Plan de développement durable de Montréal Août 2013 Ce mémoire a été préparé

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014

École secondaire Alphonse -Desjardins. Laval Avril 2014 École secondaire Alphonse -Desjardins Laval Avril 2014 1 Table des matières MISE EN CONTEXTE... 3 SOMMAIRE DU RAPPORT DE VISITE... 4 1. ÉTAT DES LIEUX... 5 1.1. EMPLACEMENT ET ENVIRONNEMENT DE L ÉCOLE...

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY.

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. Par Stéphanie Allard, Aménagiste et biologiste associée, ÉCOgestion-solutions

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013 Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990

Plus en détail

HABITER LE BOIS D ATON

HABITER LE BOIS D ATON COMMUNE DE COURDIMANCHE (95) HABITER LE BOIS D ATON CREATION D UN ECOQUARTIER PRESENTATION DU 1 MARS 2013 SOMMAIRE PLAN GENERALE D AMENAGEMENT VOLUMETRIE GENERALE MIXITE DES TYPOLOGIES Individuels Maison

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne

Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne Eco quartier Vauban Freiburg - Allemagne En périphérie de Freiburg, à moins de 3 km du centre ville, le quartier Vauban s étend sur 38 hectares, en lieu et place de l'ancienne caserne de l armée française.

Plus en détail

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste Les toitures vertes Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine Bernard Capelle - Architecte Paysagiste 1 Contexte historique; références des toitures naturellement végétalisées, comme ici en

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

Les revêtements alvéolaires

Les revêtements alvéolaires GUIDE De la définition et des bons usages Des MATERIAUX DE REVETEMENT Et du PETIT MOBILIER URBAIN Relatifs à l espace public Les matériaux de revêtement Les revêtements alvéolaires Année 2011 Syndicat

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

2013 THIRD QUARTERLY FINANCIAL REPORT TROISIEME RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL DE 2013

2013 THIRD QUARTERLY FINANCIAL REPORT TROISIEME RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL DE 2013 REPORT TO COUNCIL: RAPPORT AU CONSEIL: FS-31-2013 DATE: 10/21/2013 SUBJECT 2013 THIRD QUARTERLY FINANCIAL REPORT TROISIEME RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL DE 2013 SUJET Third quarterly financial report for

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

L urbanisme durable. Enjeux, pratiques et outils d intervention

L urbanisme durable. Enjeux, pratiques et outils d intervention L urbanisme durable Enjeux, pratiques et outils d intervention Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT). Il est publié

Plus en détail

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Le projet du campus universitaire d Outremont Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Bureau de gestion des grands projets Direction du développement économique et urbain Février 2011

Plus en détail

L urbanisme durable. Enjeux, pratiques et outils d intervention

L urbanisme durable. Enjeux, pratiques et outils d intervention L urbanisme durable Enjeux, pratiques et outils d intervention Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT). Il est publié

Plus en détail

La toiture verte : un jardin sur le toit

La toiture verte : un jardin sur le toit ENVIRONNEMENT 1 La toiture verte : un jardin sur le toit L idée d installer un jardin sur une toiture n est pas neuve. Depuis les célèbres jardins suspendus de Babylone jusqu aux toitures-jardins de nos

Plus en détail

Les toits verts. Document de veille

Les toits verts. Document de veille Document de veille Isabelle Boucher Septembre 2006 ISBN 978-2-550-52837-1 (imprimé) ISBN 978-2-550-52836-4 (PDF) Les toits verts L utilisation du toit vert est en émergence au Québec. Plusieurs avantages

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour

Plan d action de développement durable 2009-2013. Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour Plan d action de développement durable 2009-2013 Favoriser une meilleure concertation des industries du territoire Octobre 2009 Avant propos La Société

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

PROCLAMATION JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE 8 MAI 2015

PROCLAMATION JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE 8 MAI 2015 RÉSUMÉ DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU 5 MAI 2015 PROCLAMATION JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE 8 MAI 2015 Le Conseil proclame le 8 mai Journée internationale de la Croix-Rouge et pour rendre hommage

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options

PCAR n 3083 «Îlot Square Léopold» à Namur Survey & Aménagement Février 2014 Rapport d options 1 Table des matières OPTIONS D AMENAGEMENT...3 I. Options relatives aux économies d énergie...3 I.1. Constructions...3 I.2 Energies renouvelables...3 II. Options relatives à l urbanisme & à l architecture...

Plus en détail

Comment adapter le territoire parisien aux futures canicules Pistes et stratégies d adaptation au changement climatique

Comment adapter le territoire parisien aux futures canicules Pistes et stratégies d adaptation au changement climatique Comment adapter le territoire parisien aux futures canicules Pistes et stratégies d adaptation au changement climatique Qu est-ce qu une canicule dans une ville dense? Qu est-ce qu une canicule? Le mot

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère

Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère Favoriser les déplacements alternatifs à la voiture Mettre en place un pédibus Sensibiliser les habitants sur la thématique

Plus en détail

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques INTRODUCTION PROJETS DANS LE SUD OUEST - Propriétaire du 3500 St-Jacques Bureau Bureau Commercial - Expertise en développement de projets immobiliers et gestion de propriétés - Équipe formée d architectes,

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation

2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3. Dossier de présentation 2300, rue Michelin Laval (Québec) H7L 5C3 Dossier de présentation SOMMAIRE DES FAITS SAILLANTS Adresse de la propriété : Superficie du terrain Type de bâtiments Aire brute du bâtiment Bureaux Cadastre

Plus en détail

Aucune contrainte hydrogéologique n'a donc été recensée vis à vis de la mise en place d'un assainissement non collectif sur la parcelle étudiée.

Aucune contrainte hydrogéologique n'a donc été recensée vis à vis de la mise en place d'un assainissement non collectif sur la parcelle étudiée. 1. CONTEXTE GÉNÉRAL Les parcelles sont actuellement vierges de tout bâtiment. Celles ci seront aménagées en 3 constructions neuves comportant des logements de type F5 (3 chambres augmentées forfaitairement

Plus en détail

Les toits verts aujourd hui ; c est construire le Montréal de demain

Les toits verts aujourd hui ; c est construire le Montréal de demain Les toits verts aujourd hui ; c est construire le Montréal de demain Mémoire présenté à l office de consultation publique de Montréal dans le cadre du nouveau plan d urbanisme 2004 Par Citoyens impliqués

Plus en détail

Plan de transport 2008

Plan de transport 2008 Plan de transport 2008 Montréal Une démarche de planification stratégique de transport durable Claude Carette et Gilles Lalonde - Ville de Montréal Préparé par : Service des infrastructures, transport

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien

Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien Bruxelles Environnement Coûts de réalisation et d entretien d une toiture verte Frederic LUYCKX, architecte & chercheur Objectifs

Plus en détail

Direction des grands parcs et du verdissement

Direction des grands parcs et du verdissement La canopée montréalaise Document de travail Direction des grands parcs et du verdissement Crédit photo : Alain Chagnon Document de travail Le Plan d Action Canopée pour faire passer l indice de canopée

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

LIVRET DE RESTITUTION

LIVRET DE RESTITUTION LIVRET DE RESTITUTION ESPACE TRUILLOT...... IMAGINONS UNE PROMENADE PLANTÉE Atelier de sensibilisation à la ville et à l architecture 2012 CAUE de Paris 2 L architecture et le paysage urbain composent

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien

Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien Formation Bâtiment Durable Toitures vertes: du concept à l entretien Bruxelles Environnement Aspects techniques au travers de la NIT 229 et travaux du CSTC Edwige NOIRFALISSE CSTC 1 Les toitures vertes:

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Le changement climatique a et aura des effets considérables sur

Plus en détail

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin Passage de véhicules particuliers Si il est installé suivant nos consignes, le système offrira des décennies de sécurité. Vous pouvez même l intégrer sous une allée avec un passage de véhicules particuliers.

Plus en détail

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF*

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* Zone à dominante d activités économiques (PME, services, activités artisanales, activités tertiaires) et d équipements collectifs PLU Champigny-sur-Marne Approuvé

Plus en détail

G_NAT02 Réaliser des toitures vertes

G_NAT02 Réaliser des toitures vertes Table des matières.. 2 Principe.. 2 Eléments de choix durable.. 6 Mise en oeuvre - Conception.. 13 Mise en oeuvre - Exécution.. 29 Mise en oeuvre - Usage.. 29 Mise en oeuvre - Fin de vie.. Cette partie

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008 METAMORPHOSE un projet pour Lausanne Vevey / 20 mai 2008 Programme de législature: une continuité Quatre thématiques principales : 1 Les équipements sportifs à Lausanne 2 Les quartiers à haute valeur environnementale

Plus en détail

Bibliothèque Royale Albert 1er

Bibliothèque Royale Albert 1er Bibliothèque Royale Albert 1er Description du projet Ce projet a pour but de valoriser des espaces plats et inutilisés (toit, terrasse ou autre) par la création de potagers écologique (sans pesticide,

Plus en détail

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER Orientations d'aménagement et de Programmation Rapport Agence Urbanités- agence DSM 1 Préambule Dans le cadre de la révision générale du PLU

Plus en détail