Plan Local d Urbanisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan Local d Urbanisme"

Transcription

1 COMMUNAUTE URBAINE DE DUNKERQUE Plan Local d Urbanisme C A H I E R D E R E C O M M A N D A T I O N S A R C H I T E C T U R A L E S U R B A I N E S E T P A Y S A G E R E S Approuvé le 9 février 2012 PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

2 PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

3 Cahier de Recommandations Architecturales Urbaines et Paysagères PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

4 Objet du Cahier de Recommandations Architecturales, Urbaines et Paysagères Du POS au PLU La Communauté Urbaine de Dunkerque a lancé en décembre 2003 l élaboration d un plan local d urbanisme communautaire (PLUc). Il s agit d une démarche inédite depuis la création de la Communauté Urbaine de Dunkerque en C est ainsi la première fois, à travers le projet d aménagement et de développement durable (PADD) qu une vision de l aménagement et du développement du territoire communautaire, élaborée par l intercommunalité en concertation avec les communes et les grands partenaires du territoire, est exprimée préalablement aux règles techniques d utilisation du sol. L agglomération dunkerquoise, habitants, rassemble 19 communes étendues sur 40 km le long du littoral Côte d Opale. Ce territoire est fortement marqué par la présence de la mer, de zones naturelles, d un complexe industrialo-portuaire, ainsi que des wateringues, système complexe de canaux dont la vocation est de maintenir la Flandre Maritime hors de l eau. Signataire de la Charte d Aalborg en 1994, la Communauté Urbaine de Dunkerque a été l une des premières collectivités françaises àfaire le choix du développement durable. En effet, succédant à 19 PLU/POS communaux, le PLU est l instrument de l équilibre et de la cohérence territoriale. Il permettra de réglementer l aménagement et l usage des sols à une échelle pertinente de l aménagement et du développement territorial, qui est celle de l agglomération. Il permet également un urbanisme de projet, s inscrivant dans une vision de long terme et tenant compte de la diversité des problématiques de développement. Territoire de contraintes, et confrontéau défi de l attractivitééconomique et résidentielle, la CommunautéUrbaine fait le pari que la concentration des efforts collectifs sur la qualité urbaine contribuera au changement d image et à l amélioration du cadre de vie.le diagnostic du territoire a mis en évidence les paradoxe d un territoire industriel et urbain, entouré et traversé d éléments à haute qualité environnementale et paysagère. Ainsi, le développement de l agglomération doit-il se faire dans le sens d une ville plus intense, en assurant un meilleur équilibre ville-campagne, et en confortant lescentralitésurbaines et rurales existantes. La ville intense doit relever le défi de répondre aux besoins de ses habitants en matière d habitat, de services, de commerces, d équipements, et agir pour la reconquête des espaces urbains et la création de nouveaux quartiers dans une démarche qualitative. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

5 Objet du Cahier de Recommandations Architecturales, Urbaines et Paysagères Du PLU au CRAUP Les études fines ont permis de mieux connaître les spécificités du tissu urbain des communes de la Communauté Urbaine de Dunkerque. Ces caractéristiques architecturales et urbaines sont prises en compte à la fois par le Plan d Aménagement et de Développement Durable et par le règlement et sa traduction réglementaire. Le caractère juridique et limité du PLU contraint cependant à un niveau général de prescriptions qui ne peut pas totalement gérer la complexitéet la subtilitédes dispositifs spatiaux, facteurs importants de la qualitédes différents quartiers. La Communauté Urbaine de Dunkerque a donc souhaité éditer un Cahier de Recommandations Architecturales, Urbaines et Paysagères (CRAUP), qui constitue le complément qualitatif indispensable du PLU. Une intervention sur le bâti existant modification d une ouverture, extension ou réfection d un enduit, ainsi que toute insertion de construction neuve dans un tissu urbain engage la qualité de l espace public. Les municipalités et la Communauté Urbaine, soucieuses de l environnement, du cadre de vie, de la préservation du bâti et de l espace urbain, ont décidé, en complément des articles du règlement du PLU, la constitution d un cahier de recommandations architecturales, urbaines et paysagères. Ce cahier s adresse donc à toute personne qui a un projet de construction, réhabilitation, extension de bâtiment ou de modification de façade, de clôture. Il constitue un document d information, de sensibilisation et de conseil. Ce cahier définit des recommandations générales de réalisation d opérations de construction et d aménagement. Notons que ce cahier ne peut à lui seul être garant de la qualité des interventions sur le bâti. Il est nécessaire qu un dialogue s engage entre les futurs maîtres d ouvrage, maîtres d œuvre, aménageurs et les services municipaux ou communautaires compétents. Ce document constitue une première étape dans le dispositif de sensibilisation du territoire à la qualité architecturale et urbaine. Ce document pourra donc être actualisé, notamment pour y intégrer des recommandations en matière de performance environnementale (conception de projet, organisation de la parcelle, chois et intégration des éléments techniques ). Les thèmes abordés par le CRAUP 1.Développer la ville intense 2.Créer des espaces économiques conviviaux 3.Préserver et valoriser les espaces agricoles et naturels 4.Reconquérir les tissus autour des axes urbains et de l eau 5.Reconquérir et qualifier les franges entre ville, activités et campagne Pour chaque thème, le cahier de recommandations traite les points suivants: Objectifs Insertion urbaine Organisation de la parcelle Composition architecturale et développement durable PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

6 Le paysage de la Communauté Urbaine de Dunkerque La Communautéurbaine présente une diversitéde paysages, marqués par un positionnement très riche entre mer et terre, et par la diversitédes usages sociaux qui s y sont exprimés depuis toujours. Les identités paysagères rencontrées sont : La frange littorale, marquée par «des fronts de mer»: -Les espaces naturels du rivage -La ville sur la mer: les villes fortifiées d estuaire, la ville balnéaire, le bourg de pêcheurs -Le front de mer portuaire et industriel La plaine maritime canalisée : -La plaine urbanisée, qui correspond au cœur de l agglomération -La plaine ouverte agricole et les bourgs concentrés Les fronts de mer Grands espaces, confrontation d échelle La plaine maritime Horizons, ouverture, parcellaire, bosquets, bourgs concentrés PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

7 Développer la ville intense En secteur dense Objectifs Le contexte urbain et paysager Des centres villes construits au fil de l histoire, forts d une diversité architecturale à valoriser et à continuer à inventer. Des quartiers constitués le plus souvent de fronts bâtis continus, de hauteur homogène, et implantés à l alignement de l espace public. Une grande proximité au littoral, aux canaux et soumis aux vents dominants Problématique et et enjeux L urbanisation en secteurs denses répond à un besoin de renforcement des polarités de l agglomération de Dunkerque : àla fois en termes de production de logement, àla fois en termes de production d une image très qualitative d une agglomération oùil fait bon vivre. L intensification de l urbanisation de ces secteurs denses a pour finalité: d offrir une grande proximité et mixité de services au maximum d habitants (équipement, administration, commerces, transport, espaces conviviaux et de loisirs) de proposer des architectures variées, respectueuses des architectures remarquables et de qualité déjà en place de permettre une valorisation du foncier des centres villes et de réaliser des opérations ambitieuses et exemplaires de garantir une animation urbaine propre à créer du lien social Atouts à valoriser, contraintes à prendre en compte Un patrimoine architectural et urbain riche de sa diversité Un tissu essentiellement constitué d une trame de parcellaire étroite Des territoires en mutation Un cadre de vie de bord de mer Une proximité à des espaces naturels et agricoles Des vents dominants forts Une trame de canaux Les objectifs visés Proposer des architectures qui permettent de construire plus haut en créant des transitions de hauteur rattrapant les hauteurs des édifices voisins ou proposant des rehaussements de bâtiment Composer des fronts urbains continus à l échelle du piéton par les façades et les clôtures Favoriser les rythmes de compositions architecturales et urbaines créant des ensembles peu monotones Composer les rythmes de façades du front urbain de manière às intégrer dans l image de la rue. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

8 Développer la ville intense En secteur dense La perception du paysage urbain tient à: L implantation du bâti par rapport à l espace public et le traitement des clôtures L implantation du bâti par rapport aux limites séparatives La hauteur des bâtiments Le rythme des ouvertures de la séquence bâtie Le rythme des volumes du linéaire du front bâti. L insertion urbaine d une opération nouvelle ou de rénovation s inscrit dans l ensemble de ces composantes. En secteur dense, il s agit en particulier de favoriser la densitédes opérations et d optimiser l organisation des parcelles. Il s agit aussi de favoriser la mixité sociale et dans la mesure du possible, la mixité fonctionnelle (fonctions d habitat, de commerces, d équipements, de petites activités sans nuisances au sein d un même bâtiment ou réparties dans plusieurs constructions en cohérence avec la structure des espaces publics). Le secteur dense se caractérise par un paysage urbain de façades bâties en continu. Dans ce contexte, un projet de façade n est pas isolé, il se conçoit en lien avec les constructions de la rue dans laquelle le projet doit se réaliser. Afin de permettre une bonne intégration compte tenu des constructions voisines existantes, l opération doit être conçue pour permettre une atténuation de son impact dans l environnement urbain en termes d implantation, de hauteur, de rythme de composition de façade. IMPLANTATION À L ALIGNEMENT L implantation d une construction par rapport à l espace public participe à la définition de la forme urbaine et de l identité d un quartier. Dans le secteur dense, les bâtiments s implanteront de préférence àl alignement de l espace public. Dans le cas d une opération proposant une grande longueur de façade sur l espace public, une partie du bâtiment pourra se positionner en retrait. Dans ce cas particulier, une clôture pourra assurer la continuité de l alignement et le retrait présentera un attrait particulier, comme la mise en valeur d un hall d entrée par un aménagement paysager par exemple. Objectif : Cette implantation contribue à cadrer la perception de la rue, à donner une façade continue à l espace public et à exprimer la centralité d une agglomération. A éviter IMPLANTATION EN LIMITE SÉPARATIVE L implantation sur deux limites séparatives est à favoriser car elle crée un front bâti continu le long de la rue, compose la perspective du paysage urbain et renforce le sentiment de centralité. Objectif : Affirmer l urbanisation des pôles urbains de l agglomération en tant qu espaces de centralité (service, équipement, logement, transport urbain). PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

9 Développer la ville intense En secteur dense La hauteur des bâtiments On cherchera à concevoir un bâtiment créant des transitions et intégrant de nouveaux tissus urbains dans ceux anciens par des hauteurs et des volumes permettant d aligner ces éléments architecturaux (toitures, balcons, attique, égout de toit, socle ) sur les lignes de construction des bâtiments voisins. L objectif est de créer un épannelage varié (hauteurs modulées en fonction du contexte et du rapport aux espaces publics). Intégrer un bâtiment dans une séquence bâtie: TRANSITION DES HAUTEURS Le traitement d angle Les bâtiments s implantant sur un angle chercheront àprésenter des détails de conception et des façades de bâtiments sur les deux rues qui mettent en évidence l intersection. Ils pourront ainsi constituer un point d intérêt et de repère visuel dans la séquence bâtie àl échelle de la rue. Les édifices d angle de rue pourront ainsi tenir lieu de «point de repère» par l utilisation de divers procédés : Etre créés avec des éléments architecturaux, des matériaux, des détails et des couleurs riches et de qualité Se distinguer par leur forme et leurs détails lorsqu ils sont observés de près ou de loin Se situer dans des cônes de vues qui indiqueront leur positionnement soit à une intersection importante, soit d un boulevard important, soit au bord d une voie d eau où se trouve un espace ouvert. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

10 Organisation du stationnement BOÎTE À OUTILS Développer la ville intense En secteur dense Les places de stationnement pourront être réalisées en ouvrage ou en cœur d îlot. Si elles sont réalisées dans le cœur d îlot, elles seront regroupées, dans la mesure du possible, par petits ensembles et intégrées avec des aménagements paysagers, au pied de chaque opération. Les entrées et accès aux aires de stationnement seront réalisés de manière à garder un maximum de grands espaces en cœur d îlot non fragmenté par les voies de circulation voiture. Les espaces de stationnement se trouveront de préférence dans les espaces les plus impactés par les ombres portées des constructions et : àl arrière des bâtiments, en cœur d îlot (peu visibles depuis l espace public), perpendiculairement à l emprise publique, derrière un mur ou une grille de grande qualité. Si l aire de stationnement est visible depuis l espace public, elle sera conçue comme une variante des ambiances des espaces publics à proximité. Le traitement du stationnement aérien cherchera à apporter des solutions àla gestion des eaux pluviales sur la parcelle, en privilégiant par exemple des solutions drainantes : pavés-gazon, dalles gazon, des noues de récupération d eau et de tamponnement. Les espaces «tampons» paysagers aménagés entre les aires de stationnement et les logements du rez-dechaussée seront favorisés, afin d en assurer l intimité. Intégration des locaux techniques Les locaux techniques seront de préférence intégrés au bâti. Des aires de stockage poubelles pourront être aménagés. Dans ce cas, des écrans dissimuleront dans la mesure du possible le stockage des bennes à ordures. Dalles gravillonnées ou engazonnéespour permettre l infiltration des eaux pluviales Des abris et locaux vélos seront positionnés àproximitéde l accès principal de l opération afin de faciliter leurs entrées et sorties dans l enceinte de la parcelle. Les locaux vélos devront être de 4m² minimum de préférence et être judicieusement répartis, implantés au rez-de-chaussée, à proximité immédiate des entrées, bien éclairés, accessibles facilement, sans sas ni marche et offrant une grande aisance de manœuvre «entréesortie». Ils seront de préférence équipés d attache cadre : les associations d usagers du vélo et la direction des transports de la CUD se tiennent à votre disposition pour vous aider à l aménagement de ces lieux. (Cf. aire de stockage poubelles Abri vélos Le local vélos est équipé de dispositifs permettant de ranger les vélos, de les stabiliser et d attacher le cadre et la roue avant. Source : CUD PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

11 Développer la ville intense En secteur dense C est une architecture simple, de qualité ainsi que des formes urbaines adaptées au mode de vie, au climat, au lieu, qui devront être recherchées. Les façades contribuent àrythmer l espace public tout en créant une architecture ayant une identité forte capable de marquer l image du quartier en donnant une unité à l ensemble architectural déjà en place. Cette architecture cherchera à mettre en place une esthétique capable de durer. Les projets intègreront les notions de développement durable : il sera rechercher une orientation optimale des constructions pour créer des logements confortables et peu consommateurs en énergie, tout en s inscrivant dans le contexte urbain du quartier. Composition de la façade COMPOSITIONS DU RYTHME DE LA FACADE On cherchera àconcevoir un bâtiment qui : respecte le rythme des façades voisines, et qui en reprend les lignes de force (corniche,faitage, soubassement..) positionne les entrées des constructions de préférence face à l espace public propose un corps de bâtiment qui réduise la perception de masse grâce à des changements d échelle de volume, de matériaux ou de couleur recourt à des matériaux de construction et de couverture de qualité et développe les éléments de modénature qui enrichiront la façade avant comme la façade arrière. offre un dessin de façade avant, arrière et de toiture aussi bien travaillé puisse intégrer dans un socle (soubassement) des aires d agrément extérieures collectives pouvant aussi intégrer des principes de gestion différenciée des eaux pluviales crée un effet de socle par un travail fin de l enveloppement du rez-de-chaussée par sa clôture. La clôture et le rez-dechaussée du bâtiment ne doivent faire qu un. Pour une réhabilitation ou une extension : veiller à ce que les modifications, extensions et rénovations qui touchent les bâtiments anciens ayant un caractère patrimonial respectent l échelle et le caractère des bâtiments originaux reprendre les lignes verticales existantes dans le cas de nouveaux percements (en façade comme en toiture). L ARCHITECTURE CONTEMPORAINE L architecture contemporaine et l utilisation de techniques innovantes peuvent impulser un nouveau dynamisme dans le quartier. Les espaces publics peuvent être mis en valeur par des formes bâties richement détaillées. En effet, l existence des caractéristiques architecturales propres à un quartier ne doit pas interdire toute forme de modernisation du bâti. Les opérations neuves peuvent impulser une évolution du style architectural du tissu urbain existant. Il ne faut pas se limiter àune imitation des styles anciens ni opter pour une construction de bâti qui serait en rupture totale avec le bâti existant. Le bâtiment neuf construit dans une façade urbaine constituée fera la transition entre le bâti ancien et la modernisation du bâti. Il s agira de s inscrire dans la même échelle et structure observée àl échelle du quartier. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

12 Développer la ville intense En secteur dense Source : Google StreetView- Territoires Sites & Cités L intégration des portes de garage est un exercice difficile qui doit répondre à des normes d accessibilité. En conséquence, le concepteur doit user de créativité pour une intégration impactant le moins possible la perception depuis l espace public. L objectif est de rendre l accès garage le moins visible possible depuis la rue. Pour cela, il est conseillé de positionner le garage : en retrait de la construction, enterré ou semi enterré, derrière un élément de serrurerie qui s intègre dans le traitement du soubassement du bâtiment Intégration des enseignes et locaux d activité en rez-de-chaussée Le traitement des devantures commerciales ou d activités cherchera à respecter les principes suivants : proposer une colorimétrie compatible avec celle de la façade dans laquelle elle s inscrit limiter le nombre de couleurs privilégier les mises en lumière discrètes, ne mettant en valeur que l enseigne et non tout le bâtiment privilégier l implantation d enseignes soit dans le plan de la façade, soit perpendiculairement à la façade et sans empiéter sur le niveau du premier étage limiter le nombre d éléments en saillie s inscrire dans les lignes existantes de l architecture dans laquelle l enseigne s inscrit privilégier la simplicité du traitement intégrer les stores, volets et grilles dans l architecture. Intégration des éléments techniques Les éléments techniques tels que coffret de gaz, électricité, eau, interphone, boite aux lettres s intégreront : soit dans le corps du bâtiment par un travail soignédu soubassement, soit dans les éléments de clôture. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

13 Développer la ville intense En secteur dense Les toitures végétales Source : Les toitures végétales ont pour but de permettre l infiltration ou le tamponnement des eaux pluviales à la parcelle. Cet élément technique est un atout majeur pour créer une vraie façade de toit de qualitéet offrir un agrément sous forme de terrasse à des bâtiments qui disposent de peu d espace libre au sol, ou constamment soumis aux ombres portées des bâtiments qui l entourent. Les éoliennes de toit Les éoliennes de toits devront s implanter sur les toits de manière à être le moins visible depuis l espace public : en se positionnant sur les bâtiments de grande hauteur et en recul de l acrotère être intégrés dans le traitement de l attique (ou le faitage) du bâtiment. Source : paperblog.fr Gestion alternative de l eau La gestion alternative des eaux de pluie permet de penser différemment les espaces non constructibles d une opération. Elle offre l opportunité de traiter des éléments d agrément occupés par l eau par temps de pluie. Cet élément technique, tout comme les toitures végétalisées, doit être détourné de sa fonction première pour apporter des éléments d agrément et créer ainsi des lieux de convivialité. Source : Panneaux solaires Voici des exemples possibles d implantation de panneaux solaires : PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

14 Objectifs Le contexte urbain et paysager Problématique et enjeux Développer la ville intense Les formes urbaines constatées en secteur peu dense sont souvent une juxtaposition d architectures hétérogènes, grandes consommatrices de foncier. Elles créent des quartiers qui disposent d une faible proximitéaux services et équipements et ne profitent pas de la qualité du paysage des espaces naturels et agricoles, malgré leur très grande proximité. Ces secteurs sont l opportunité de mettre à profit et en valeur la proximité aux espaces naturels et au paysage agricole et d en faire profiter le plus grand nombre d habitants de l agglomération. L urbanisation en secteur peu dense répond àun besoin de : optimiser le foncier disponible dans les secteurs déjàurbanisés afin de freiner l extension urbaine, de préserver les espaces naturels et agricoles et renforcer une densité d habitants favorisant le développement des activités et des services de proximité créer des façades urbaines de grande qualité, ouvertes sur les espaces naturels et agricoles. Atouts à valoriser, contraintes à prendre en compte Un tissu souvent exclusivement résidentiel. Des territoires en mutation. Une grande proximité à des espaces naturels et agricoles. Des vents dominants forts. Une trame de canaux. Les objectifs visés En secteur peu dense Des tissus urbains essentiellement résidentiels intégrant peu de commerces et d activités. Des quartiers constitués le plus souvent de fronts bâtis discontinus, de hauteur peu homogène, et implantés soit à l alignement de l espace public, soit avec un retrait variable. Proximité relative aux secteurs denses. Quartiers souvent en position d interface entre les zones urbaines et les zones naturelles ou agricoles. Une proximité aux canaux et soumis aux vents dominants. Renforcer la continuité des fronts urbains à l échelle de l ilot et l échelle du piéton par les façades et les clôtures. Proposer des projets de constructions neuves, de rénovation de bâtiments ou d extension créant des logements supplémentaires sur une parcelle déjà bâtie. Proposer des architectures qui permettent de construire plus haut en créant des transitions de hauteur rattrapant les hauteurs des édifices voisins ou proposant des rehaussements et extensions de bâtiments existants. Favoriser les rythmes de compositions architecturales et urbaines créant des ensembles peu monotones et s intégrant dans les rythmes de façades du front urbain qu ils intègrent. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

15 Développer la ville intense En secteur peu dense La perception du paysage urbain tient à: l implantation du bâti par rapport à l espace public et le traitement des clôtures l implantation du bâti par rapport aux limites séparatives la hauteur des bâtiments le rythme des ouvertures de la séquence bâtie le rythme des volumes du linéaire du front bâti. L insertion urbaine d une opération nouvelle ou de rénovation s inscrit dans l ensemble de ces composantes. Il s agit en particulier de favoriser la densité des opérations et d optimiser l organisation des parcelles. Il s agit aussi de favoriser la mixitésociale et dans la mesure du possible, la mixité fonctionnelle (fonctions d habitat, de commerces, d équipements, de petites activités sans nuisances au sein d un même bâtiment ou réparties dans plusieurs constructions en cohérence avec la structure des espaces publics). Le secteur peu dense se caractérise par un paysage urbain de façades bâties en discontinu. Dans ce contexte, un projet de façade se compose de plein (la façade du bâtiment), de vide (l espace entre le bâti et la limite séparative) du bâtiment et de sa clôture. Le projet se conçoit en lien avec les constructions et les clôtures existantes de la rue dans laquelle le bâtiment doit se réaliser. Afin de permettre une bonne intégration compte tenu des constructions voisines existantes, l opération doit être conçue pour permettre de renforcer la qualité de la rue dans laquelle elle s inscrit. Pour cela, il est nécessaire d apporter un soin particulier aux éléments de projets suivants : l implantation, le traitement des limites, la hauteur, la composition volumétrique. IMPLANTATION À L ALIGNEMENT ET/OU EN RETRAIT L implantation d une construction par rapport à l espace public participe à la définition de la forme urbaine et de l identité d un quartier. Dans le secteur peu dense, les bâtiments s implantent soit à l alignement, soit en retrait de l espace public. Dans le cas d une opération en retrait (total ou partiel) de l espace public, une clôture pourra assurer la continuité de l alignement et le retrait présentera un attrait particulier tel la mise en valeur d une porte d entrée par un aménagement paysager soigné. Objectif : Cette implantation discontinue des constructions permet d élargir la perspective de la rue et crée une aération du tissu urbain. Les clôtures jouent un grand rôle dans la qualité de ce tissu puisque ce sont elles qui assurent àla fois la continuitésur la rue et le lien nécessaire au bâti discontinu. IMPLANTATION EN LIMITE SÉPARATIVE ET/OU EN RETRAIT Cette implantation sur une ou deux limites séparatives crée un front bâti semi-continu le long de la rue, casse la perspective du paysage urbain et crée des fenêtres sur les jardins, les cœurs d ilots et les paysages naturels. Objectif : Ménager une transition avec les pôles urbains denses. Offrir une perception moins dense du tissu en ménageant des ouvertures sur les jardins, et en structurant la rue par le végétal. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

16 Développer la ville intense En secteur peu dense La hauteur des bâtiments On cherchera à concevoir un bâtiment créant des transitions intégrant de nouveaux tissus urbains dans les secteurs urbains anciens par les hauteurs et les volumes permettant d aligner ces éléments architecturaux (toitures, balcons, attique, égout de toit, socle, clôture ) sur les lignes de construction des bâtiments voisins. Intégrer un bâtiment dans une séquence bâtie: TRANSITION DES HAUTEURS Le traitement d angle Les bâtiments s implantant sur un angle chercheront à présenter des détails de conception et des façades de bâtiments sur les deux rues qui mettent en évidence l intersection et constituent un point d intérêt dans la séquence bâtie à l échelle de la rue. Il est recommandé que les édifices d angle de rue tenant lieu d «articulation»: offre un développé de façade principale sur les deux rues de l intersection accompagne le retournement de façade par la clôture. Source : Le Moniteur PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

17 Développer la ville intense En secteur peu dense Principe général L intensification de l urbanisation sur le secteur peu dense doit permettre de mettre en place des formes urbaines à la fois économes en espace et capables de s organiser de manière à créer des aération dans le tissu urbain tout en préservant une structure lisible et de qualité de l espace donnéàvoir depuis la rue. Les points importants àtraiter dans ce cas sont : les clôtures les implantations sur au moins une des deux limites séparatives (ce qui permet d optimiser l espace du jardin et d intégrer le stationnement) le traitement de l espace entre la rue et la construction. Clôture et traitement des limites Le traitement des limites de propriété joue un rôle important dans la qualité de l insertion du bâti. La clôture est le dernier élément construit dans un projet et est souvent négligé. La qualité d insertion d un projet et la réussite de son intégration dépend beaucoup de l attention portée sur le traitement des limites particulièrement lorsque la construction se positionne en retrait de l espace public. Le choix de la composition de la clôture doit se faire en premier lieu en fonction du contexte paysager dans lequel elle s inscrit. Mur bahut doublé d une haie végétale Clôture à claire voie doublée de plantations A éviter : la haie horticole mono spécifique et opaque ; masquant le paysage et le bâti A privilégier : les haies basses variées, voire champêtres la plantation d arbustes d essences locales une homogénéité de hauteur, d une parcelle à l autre. des dispositifs qui s harmonisent avec la construction principale. Oui A éviter PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

18 Développer la ville intense En secteur peu dense Le stationnement Les places de stationnement pourront être réalisées en ouvrage ou non, de préférence positionnées latéralement à la construction et en retrait à l espace public plus important que le retrait du bâtiment principal. Dans le cas d un petit ensemble de logements collectifs, ou d habitat groupé, elles seront de préférence regroupées par petits ensembles et intégrées avec des aménagements paysagers. Les entrées et accès aux aires de stationnement seront réalisés de manière à créer le moins possible d espace résiduels. Les espaces de stationnement se trouveront de préférence : dans les espaces les plus couverts par les ombres portées des constructions le long d une limite séparative. Les aménagements des aires de stationnement des opérations d ensemble de logements collectifs, ou d habitat groupé se trouveront soit : à l arrière des bâtiments, en cœur d îlot (peu visibles depuis l espace public), perpendiculairement à l emprise publique, derrière un mur ou une grille de grande qualité Le traitement du stationnement aérien cherchera à apporter des solutions à la gestion des eaux pluviales sur la parcelle, en privilégieront par exemple des solutions drainantes : pavés-gazon, dalles gazon, des noues de récupération d eau et de tamponnement Intégration des coffrets techniques Les éléments techniques tels que coffret de gaz, électricité, eau, interphone, boite aux lettres s intégreront soit : dans le corps du bâtiment par un travail soignédu soubassement, soit dans les éléments de clôture. Source : Google StreetView Des abris vélos devront être positionnés autant que possible à proximité de l accès voiture de l opération afin de faciliter leurs entrées et sorties dans l enceinte de la parcelle. Les locaux vélos devront, de préférence, être de 4m² minimum et judicieusement répartis, implantés au rezde-chaussée, à proximité immédiate des entrées, bien éclairés, accessibles facilement, sans sas ni marche et offrant une grande aisance de manœuvre. Ils seront de préférence équipés d attache cadre : les associations d usagers du vélo et la direction des transports de la CUD se tiennent à votre disposition pour vous aider à l aménagement de ces lieux. (Cf. auvélo.org) Source : CUD PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

19 Développer la ville intense En secteur peu dense C est une architecture simple, de qualité ainsi que des formes urbaines adaptées au mode de vie, au climat et au lieu qui devront être développées à travers ce projet. Les façades participent à rythmer l espace public tout en créant une architecture ayant une identité forte capable de marquer l image du quartier en donnant une unité à l ensemble architectural déjà en place. Cette architecture ne reposera pas sur des éléments de design ou des phénomènes de mode et cherchera à mettre en place une esthétique capable de durer. Les projets chercheront à intégrer les notions de développement durable : on recherche une orientation optimale des constructions pour créer des logements confortables et peu consommateurs en énergie, tout en s inscrivant dans le contexte urbain du quartier. COMPOSITIONS DU RYTHME DE LA FACADE Composition de la façade On cherchera àconcevoir un bâtiment qui : respecte le rythme des façades voisines, et qui en reprend les lignes de force (corniche,faitage, soubassement..) positionne les entrées des constructions de préférence face à l espace public propose un corps de bâtiment qui réduise la perception de masse grâce à des changements d échelle de volume, de matériaux ou de couleur recourt à des matériaux de construction et de couverture de qualité et développe les éléments de modénature qui enrichiront la façade avant comme la façade arrière. offre un dessin de façade avant, arrière et de toiture aussi bien travaillé puisse intégrer dans un socle (soubassement) des aires d agrément extérieures collectives pouvant aussi intégrer des principes de gestion différenciée des eaux pluviales crée un effet de socle par un travail fin de l enveloppement du rez-dechaussée par sa clôture. La clôture et le rez-de-chaussée du bâtiment ne doivent faire qu un. Source : Pour une réhabilitation ou une extension : Veiller à ce que les modifications, extensions et rénovations qui touchent les bâtiments anciens ayant un caractère patrimonial, respectent l échelle, les volumes et le caractère des bâtiments originaux. Reprendre les lignes verticales existantes dans le cas de nouveaux percements (en façade comme en toiture). Source : Poliris L ARCHITECTURE CONTEMPORAINE L architecture contemporaine et l utilisation de techniques innovantes peuvent impulser un nouveau dynamisme dans le quartier. Les espaces publics peuvent être mis en valeur par des formes bâties richement détaillées. En effet, l existence des caractéristiques architecturales propres à un quartier ne doit pas interdire toute forme de modernisation du bâti. Les opérations neuves peuvent impulser une évolution du style architectural du tissu urbain existant. Il ne faut pas se limiter àune imitation des styles anciens ni opter pour une construction de bâti en rupture totale avec le bâti existant. Le bâtiment neuf construit dans une façade urbaine constituée fera la transition entre le bâti ancien et la modernisation du bâti. Il s agira de s inscrire dans la même échelle et structure observées àl échelle du quartier. PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

20 Développer la ville intense En secteur peu dense L intégration des portes de garage est un exercice difficile qui doit répondre à des normes d accessibilité. En conséquence, le concepteur doit user de créativité pour une intégration impactant le moins possible la perception depuis l espace public. L objectif est de rendre l accès garage le moins visible possible depuis la rue. Pour cela positionner le garage : en retrait de la construction enterré ou semi enterré derrière un élément de serrurerie qui s intègre dans le traitement de la clôture du bâtiment. Sources: Territoires Sites et Cités Le Moniteur ABP ARCHITECTURE Intégration des enseignes et locaux d activité en rez-de-chaussée Le traitement des devantures commerciales ou d activité cherchera à respecter les principes suivants : proposer une colorimétrie compatible avec celle de la façade dans laquelle elle s inscrit limiter le nombre de couleurs privilégier les mises en lumière discrètes, ne mettant en valeur que l enseigne et non tout le bâtiment privilégier l implantation d enseignes soit dans le plan de la façade, soit perpendiculairement à la façade et sans empiéter sur le niveau du premier étage limiter le nombre d éléments en saillie s inscrire dans les lignes existantes de l architecture dans laquelle l enseigne s inscrit privilégier la simplicité du traitement intégrer les stores volets et grilles dans l architecture. Intégration des éléments techniques Les éléments techniques tels que coffret de gaz, électricité, eau, interphone, boite au lettre s intégreront : soit dans le corps du bâtiments par un travail soigné du soubassement soit dans les éléments de clôture. Les abris vélos devront être positionnés autant que possible à proximité de l accès voiture de l opération afin de faciliter leurs entrées et sorties dans l enceinte de la parcelle. Les locaux vélos devront, de préférence, être de 4m² minimum et judicieusement répartis, implantés au rez-dechaussée, à proximité immédiate des entrées, bien éclairés, accessibles facilement, sans sas ni marche et offrant une grande aisance de manœuvre. Ils seront de préférence équipés d attache cadre : les associations d usagers du vélo et la direction des transports de la CUD se tiennent à votre disposition pour vous aider à l aménagement de ces lieux. (Cf. auvélo.org) PLU de la communauté urbaine de Dunkerque Cahier de recommandations architecturales

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

CONCERTATION PREALABLE

CONCERTATION PREALABLE CONCERTATION PREALABLE PROJET D AMENAGEMENT DU SITE MULTILOM À LOMME REUNION PUBLIQUE 29 SEPTEMBRE 2011 Pôle Aménagement et Habitat Direction Espace Naturel et Urbain Service Développement Urbain et Grands

Plus en détail

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels 2 nd Réunion publique Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels Le cadre réglementaire La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose la transformation des

Plus en détail

Plan Local. D Urbanisme. Pièce n 4 ORIENTATIONS PARTICULIERES D AMENAGEMENT COMMUNE DE LE GUA

Plan Local. D Urbanisme. Pièce n 4 ORIENTATIONS PARTICULIERES D AMENAGEMENT COMMUNE DE LE GUA Plan Local D Urbanisme Pièce n 4 ORIENTATIONS PARTICULIERES D AMENAGEMENT COMMUNE DE LE GUA SECTEUR «BELLES EZINES» - zones AU et 1AU Le parti d aménagement retenu : 1. Une composition urbaine assurant

Plus en détail

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS ZONE APPLICABLE : C-308 Ce secteur est caractérisé par un tissu urbain espacé, constitué de bâtiments isolés et d une architecture d exception. La zone est

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable Réglement du PLAN Local d Urbanisme Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable ORGANISER UNE ÉVOLUTION DE CROL, DANS UNE LOGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE, QUI GARANTISSE

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19)

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) Le projet s inscrit dans une démarche durable prenant largement en compte le contexte du projet (économique, social

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales. Parc naturel régional du Vexin français

GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales. Parc naturel régional du Vexin français GUIDE PRATIQUE DE RECOMMANDATIONS ARCHITECTURALES Les devantures et enseignes commerciales Parc naturel régional du Vexin français Sommaire La devanture, facteur d attractivité d un commerce... p. 03 Connaître

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE

PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE PLAN LOCAL D URBANISME DE ROQUES-SUR-GARONNE ORIGINAL EAU & ENVIRONNEMENT AGENCE DE PAU Hélioparc 2 Avenue Pierre Angot 64053 PAU CEDEX 9 Tel. : +33 (0)5 59 84 23 50 Fax : +33 (0)5 59 84 30 24 COMMUNE

Plus en détail

GUIDE D URBANISME LOCAL

GUIDE D URBANISME LOCAL PROVINCE DU HAINAUT ARRONDISSEMENT DE CHARLEROI Place Albert 1 er, 1 7170 MANAGE GUIDE D URBANISME LOCAL Préambule Le Guide d Urbanisme Local est le résultat d une réflexion menée en partenariat avec le

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Finistère LAMPAUL-PLOUARZEL PLAN LOCAL D URBANISME Arrêté le : 12 avril 2013 Approuvé le : Rendu exécutoire le : REVISION Orientations d aménagement et de Programmation GÉOLITT : 7 Rue Le Reun - 29480

Plus en détail

AUH - ZONE A URBANISER

AUH - ZONE A URBANISER AUH - ZONE A URBANISER Il convient de se référer à la partie intitulée «Définitions et dispositions communes à toutes les zones».cette partie générale comprend : - des compléments à l application des articles

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE

5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE 5 LE P2P EN PROJET : CBA ARCHITECTURE Ecriture architecturale composition et volumes contemporains Pour l ensemble des bâtiments, nous avons puisé notre vocabulaire architectural dans un registre contemporain

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Plan Local d Urbanisme Mode d emploi Ville de Mâcon Direction du Développement et de l Urbanisme Le PLU : mode d emploi Le dossier du P.L.U. est composé de 5 pièces. Il est disponible et consultable à

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

Table des matières. 11.1 Contexte 1. 11.2 Zones visées 1. 11.3 Travaux assujettis 1. 11.4 Contenu du PIIA 2

Table des matières. 11.1 Contexte 1. 11.2 Zones visées 1. 11.3 Travaux assujettis 1. 11.4 Contenu du PIIA 2 Table des matières Page 11.1 Contexte 1 11.2 Zones visées 1 11.3 Travaux assujettis 1 11.4 Contenu du PIIA 2 11.4.1 L aménagement du site 2 11.4.2 La conception architecturale 3 11.4.3 L aménagement paysager

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

Principes de déclinaison réglementaire des approches. Patrimoine bâti, et paysages urbains. Partenaires Associés. 07Juin 2012

Principes de déclinaison réglementaire des approches. Patrimoine bâti, et paysages urbains. Partenaires Associés. 07Juin 2012 Principes de déclinaison réglementaire des approches Patrimoine bâti, et paysages urbains Partenaires Associés 07Juin 2012 PATRIMOINE BATI ET PAYSAGES URBAINS TERRITOIRE Repérage patrimoine bâti et paysages

Plus en détail

2.4 LE SECTEUR BAC D ASNIERES/VALITON/PETIT

2.4 LE SECTEUR BAC D ASNIERES/VALITON/PETIT 2.4 LE SECTEUR BAC D ASNIERES/VALITON/PETIT Orientations d aménagement par secteur Dossier de PLU Décembre 2015 33 2.4.1 CONTEXTE, ENJEUX Situé en frange de ville, le secteur du Bac d Asnières/Valiton-Petit

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS A - PROBLÉMATIQUE : Les chais, liés à l activité viticole, sont très nombreux dans le Pays Ouest, intégrés dans le tissu urbain des villes et villages, ou

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

EXTRAITS DES OAP OAP : ORIENTATIONS D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION

EXTRAITS DES OAP OAP : ORIENTATIONS D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION COMMUNE DE CHALONNES-SUR-LOIRE (49) Modification n 1 EXTRAITS DES OAP OAP : ORIENTATIONS D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION Révision n 1 du PLU approuvée le 09 juillet 2012 Modification simplifiée n 1 approuvée

Plus en détail

3-1 Règlement des zones à urbaniser

3-1 Règlement des zones à urbaniser 3-1 Règlement des zones à urbaniser Plan Local d Urbanisme - Révision - R5 approuvée par le Conseil de la Communauté d Agglomération Grand Poitiers le 1 er avril 2011. Modification M1-R5 approuvée par

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial. Séminaire des élus. Vendredi 6 Septembre 2013

Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial. Séminaire des élus. Vendredi 6 Septembre 2013 Plan Local d Urbanisme (PLU) patrimonial Séminaire des élus Vendredi 6 Septembre 2013 La démarche L élaboration du PLU Mise en révision du Plan d Occupation des Sols (POS) approuvé en Février 2001 Nécessité

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1-

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1- Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne Bureau d études Réalités 180 rue Clément Ader 42153 RIORGES Tél. 04 77 67 83 06 Fax 04 77 23 01 85 E-mail urbanisme@realites-be.fr -1- ROMAGNAT PREAMBULE

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Département de la Corrèze Commune de SAINT-BONNET L ENFANTIER Elaboration du Plan Local d Urbanisme LE PADD : Projet d Aménagement et de Développement Durable «vu pour être annexé à la délibération en

Plus en détail

La zone correspond à la partie centrale du Carré.

La zone correspond à la partie centrale du Carré. La zone correspond à la partie centrale du Carré. Il s agit d une zone en cours d urbanisation, destinée à recevoir des équipements publics ou privés, des activités tertiaires ou de bureaux ainsi que des

Plus en détail

REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE SAINTE MARIE DES CHAMPS Elaboration du POS Prescrite le : 05.07.1978 Approuvée le : 13.01.1984 Sources : Normandie vue du ciel 1 e Modification Approuvée le

Plus en détail

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 3 : Construction en surélévation LES DEROGATIONS AU DOCUMENT D URBANISME Pour permettre la surélévation

Plus en détail

Plan Communal de DéplacementsD de Betton. Mise en œuvre d'une politique déplacements. SMU-BC avril 2012 Synthèse du PCD de Betton 1/26

Plan Communal de DéplacementsD de Betton. Mise en œuvre d'une politique déplacements. SMU-BC avril 2012 Synthèse du PCD de Betton 1/26 Plan Communal de DéplacementsD de Betton Mise en œuvre d'une politique déplacements SMU-BC avril 2012 Synthèse du PCD de Betton 1/26 Le constat généralg Des pratiques de déplacements conditionnées par

Plus en détail

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92)

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92) à Bois-Colombes (92) Opération certifiée phase 1 à 4 du SMO Marie Catherine BARIGAULT : Directrice des Services Techniques, Ville de Bois Colombes Skander MEZGAR : Responsable Technique, Montage & Aménagement

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES COMMUNE DE JARRIE PLAN D OCCUPATION DES SOLS UA Juillet 2006 TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES Chapitre 1 - ZONE UA CARACTERE DE LA ZONE : Il s agit de la zone urbaine traditionnelle

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr PERMIS DE CONSTRUIRE Gagnons du temps! Guide des pièces à fournir www.ressonslelong.fr SOMMAIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE? :... 03 PC1 : LE PLAN DE SITUATION... 04 PC2 : LE PLAN DE MASSE... 05-06 PC3 : LE

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation Département de la Manche Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal Elaboration Pièce n 1 : Rapport de présentation Pièce n 1c: Cahier de recommandations architecturales,

Plus en détail

17 logements LA CLÉ DES CHAMPS SAINT-CONTEST. Extension urbaine. Densité résidentielle brute. à l hectare

17 logements LA CLÉ DES CHAMPS SAINT-CONTEST. Extension urbaine. Densité résidentielle brute. à l hectare Densité résidentielle brute 17 logements à l hectare Extension urbaine Indicateurs de l'opération Nombre de logements 127 logements (86 individuels et 41 logements collectifs) Surface du terrain 7,28 hectares

Plus en détail

Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME»

Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME» Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME» La lettre d information municipale n 7 de mars 2005 vous a présenté et expliqué le pourquoi du Plan Local d Urbanisme (PLU).

Plus en détail

Du Projet D AmD Réunion Publique n 2 n - 19 Juin 2013

Du Projet D AmD Réunion Publique n 2 n - 19 Juin 2013 Du Projet D AmD Aménagement et de Développement D Durable au règlementr Réunion Publique n 2 n - 19 Juin 2013 Sommaire de la présentation 1. Point d avancement sur la démarche d élaboration du P.L.U 2.

Plus en détail

Plan local d'urbanisme

Plan local d'urbanisme Direction Tél. : 05 46 30 34 générale 00 Fax : 05 46 30 34 09 des www.agglo-larochelle.fr services techniques contact@agglo-larochelle.fr Service Études Urbaines Plan local d'urbanisme Pièce N 3 Saint

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

COMMUNE DE BEAUTIRAN DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

COMMUNE DE BEAUTIRAN DEPARTEMENT DE LA GIRONDE G2C environnement Délégation Urbanisme Sud-Ouest 316 rue Henri Becquerel 11400 CASTELNAUDARY Tél : 04-68-23-06-28 / fax : 04-68-23-06-34 e-mail : castel@altereo.fr COMMUNE DE BEAUTIRAN DEPARTEMENT DE LA

Plus en détail

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE DOCUMENT N 2 : REGLES GENERALES ET PARTICULIERES Décembre 2007 SOMMAIRE ZPPAUP DE LEUCATE DOCUMENT 1 : LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

PAYSAGE ET AMÉNAGEMENT DDTM 27 analyse d aménagements 13 décembre 2013. Edith MINVIELLE, paysagiste conseil

PAYSAGE ET AMÉNAGEMENT DDTM 27 analyse d aménagements 13 décembre 2013. Edith MINVIELLE, paysagiste conseil PAYSAGE ET AMÉNAGEMENT 13 décembre 2013 LA COMPOSITION DU PROJET 2 LA L ORGANISATION DU BÂTI 3 LES LIMITES 4 LES ESPACES PUBLICS 5 LES VOIES 6 LES CHEMINEMENTS PIÉTONS 7 LES LES PLANTATIONS 8 LES CLÔTURES

Plus en détail

COMMUNE DE SILLY-LE-LONG

COMMUNE DE SILLY-LE-LONG G2C Territoires 27 rue Barrault 75013 PARIS COMMUNE DE SILLY-LE-LONG DÉPARTEMENT DE L OISE PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3/7 Vu pour être annexé à la DCM du

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 4. Performances environnementales. Fiche :Performances environnementales renforcées Fiche alimentée par le travail réalisé dans le cadre d une démarche engagée avec Saint-Etienne-

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U.

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. Le territoire communautaire est découpé en quatre grands types de zonage : zones urbaines, zones à urbaniser, zones agricoles, zones naturelles. Le territoire intra

Plus en détail

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles.

La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UJ CARACTERE DE LA ZONE. La zone UJ est destinée aux activités de toutes natures, notamment industrielles. Les constructions à usage d habitation ne sont autorisées que

Plus en détail

Ensemble des textes du site

Ensemble des textes du site La Ville Archipel Vers de nouvelles formes urbaines E. Gaudin MRW Zeppeline Bretagne Ensemble des textes du site 1. Bien vivre dans son logement Le logement, espace de vie privilégié, doit répondre à l

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

DES MAISONS DE VILLE AVEC JARDINS ET GARAGES «Les Jardins de St Maurice» à AMIENS

DES MAISONS DE VILLE AVEC JARDINS ET GARAGES «Les Jardins de St Maurice» à AMIENS DES MAISONS DE VILLE AVEC JARDINS ET GARAGES «Les Jardins de St Maurice» à AMIENS Cette opération de 20 logements résout un fréquent dilemme : comment construire des maisons mitoyennes en ville, qui offrent

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES 1 OBJET DU PRÉSENT DOCUMENT Le présent cahier des prescriptions architecturales et environnementales a pour objet : - d assurer la diversité

Plus en détail

Commune de Lys-Saint-Georges (36)

Commune de Lys-Saint-Georges (36) PLAN LOCAL D URBANISME Commune de Lys-Saint-Georges (36) 2 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Version provisoire n 4 : octobre 2013 Elaboration du PLU prescrite le : Étude lancée

Plus en détail

Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial

Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial Domaine d application Les objectifs et les critères de la présente section s appliquent dans le territoire* délimité sur le plan de l annexe

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C.

CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C. CHAPITRE II DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE CENTRALE U.C. CARACTERE DE LA ZONE U.C La zone U.C est une zone urbaine de l agglomération où le développement des activités centrales (commerces, bureaux,

Plus en détail

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051

COMMUNE DE BEAUZAC. Projet 6. Mai 2013. Réf : 37051 COMMUNE DE BEAUZAC PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES Projet 6 Mai 2013 Réf : 37051 Le Plan Local d Urbanisme est l expression du projet urbain de la commune de Beauzac et constitue ainsi

Plus en détail

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic

Sauveterre-de-Guyenne. Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire. PLU Phase 1 - diagnostic SauveterredeGuyenne Eléments d'analyse et enjeux Organisation économique du territoire PLU Phase 1 diagnostic Agglomération bordelaise Libourne CastillonlaBataille SteFoylaGrande Bergerac SauveterredeGuyenne

Plus en détail

L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI

L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI L ARTICLE 12, MODE D EMPLOI Périmètres créés en application du 3 ème alinéa de l article 12 de la loi «Grenelle II» Parue au JO du 13 juillet 2010. Article L 111-6-2 du code de l urbanisme Rédacteur :

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE,

REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE VILLE DE HOUILLES Département des Yvelines REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET PRE-ENSEIGNES Projet de règlement élaboré par le groupe de travail réuni le 16 mars,

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

ROMANS - TRANSFORMATION DE LA ZPPAUP EN AVAP juillet 2012 Propositions d orientations et de mise à jour du règlement

ROMANS - TRANSFORMATION DE LA ZPPAUP EN AVAP juillet 2012 Propositions d orientations et de mise à jour du règlement ROMANS - TRANSFORMATION DE LA ZPPAUP EN AVAP juillet 2012 Propositions d orientations et de mise à jour du règlement Réalisation : Michèle PRAX urbaniste - Caroline GIORGETTI SITES ET PAYSAGES paysagiste

Plus en détail

GUIDE COMMERCE MARS 2013

GUIDE COMMERCE MARS 2013 MARS 2013 GUIDE COMMERCE GUIDE COMMERCE SOMMAIRE... 1 PREAMBULE : STATUT DU DOCUMENT... 3 OBJECTIF 1 : RAPPROCHER LES LIEUX DE CONSOMMATION DES LIEUX D HABITAT... 5 OBJECTIF 2 : REEQUILIBRER LA REPARTITION

Plus en détail

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Chapitre 5 : Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Caractère de la zone La zone NC est une zone naturelle constituée des parties du territoire communal ayant une vocation agricole.

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

Les critères d'évaluation

Les critères d'évaluation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 2 : Construction de logements en dépassement de la hauteur autorisée au PLU LES DEROGATIONS AU DOCUMENT

Plus en détail

Séance de consultation publique

Séance de consultation publique Séance de consultation publique particulier Construction d un bâtiment résidentiel dérogatoire Rue Saint-Dominique 25 février 2014 Autoriser, sur le lot 2 003 130 du cadastre du Québec, la construction

Plus en détail

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE

ATELIER COMMERCE ATELIER DEMOGRAPHIE ATELIER COMMERCE 1. La vitalité des centres-villes et centres-bourgs ruraux Difficulté de restauration mises aux normes Préserver le commerce local Maintien de l artisanat et des services Maintien du lien

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Une adresse privilégiée, aux portes de Paris BBC POUR RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE La Seine-et-Marne, le poumon vert de l Ile-de-France Forêts, surfaces

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie La traduction du projet communal dans la vie quotidienne. Réunion publique 1 Sommaire Rappel des grands moments de l élaboration du dossier du P.L.U. d Allenjoie.

Plus en détail

CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES

CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES Préambule Dans notre quartier, le défi pour les prochaines décennies est de faire

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Commune de Grosrouvre Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Version du 3 décembre 2015 1 SOMMAIRE LE PADD, UN PROJET DE VILLE... 3 MAINTENIR LA QUALITE

Plus en détail

Communauté de Communes du Val de l Aisne

Communauté de Communes du Val de l Aisne Communauté de Communes du Val de l Aisne Projet d aménagement d un éco-quartier : la ZAC des Lacroix à Vailly sur Aisne Atelier N 1 lundi 06 octobre Architecture, programmation et formes urbaines 1 La

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

1-1 Saint-Étienne-du-Bois - 2 465 habitants Créer un espace public fédérateur Création d une médiathèque, de 18 logements locatifs, 4 logements en accession et 4 commerces. Donner une «place» au centre-bourg.

Plus en détail

COMMUNE DE SENOZAN PLAN LOCAL D'URBANISME

COMMUNE DE SENOZAN PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE SENOZAN PLAN LOCAL D'URBANISME 2.2. ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION DOSSIER D'APPROBATION Vu pour être annexé à notre arrêté ou délibération en date de ce jour, Le, Révision P.L.U.

Plus en détail

MODIFICATION N 3 DU PLAN LOCAL D URBANISME DE L AGGLOMERATION DE CHATEAU-GONTIER

MODIFICATION N 3 DU PLAN LOCAL D URBANISME DE L AGGLOMERATION DE CHATEAU-GONTIER MODIFICATION N 3 DU PLAN LOCAL D URBANISME DE L AGGLOMERATION DE CHATEAU-GONTIER Syndicat de Gestion de l Eau de l Assainissement et de l Urbanisme (SGEAU) 23, place de la République BP 20402-53 204 CHATEAU-GONTIER

Plus en détail

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA»

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» PA10 07-038 Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» REGLEMENT DU LOTISSEMENT -------- I PRINCIPE REGLEMENTAIRE

Plus en détail