Version du 5 février 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Version du 5 février 2009"

Transcription

1 Guide d aménagement pour l hôpital de jour Version du 5 février 2009

2 TABLE DES MATIÈRES Domaine d application 3 1. CONTEXTE Description Usagers Clientèle Personnel Proches Approche Tendances Au Québec En Belgique, en Angleterre et en France 6 2. ÉLÉMENTS DE PROGRAMMATION Critère de conception Organisation générale de l unité Sécurité Prévention des infections Ambiance Organisation spatiale Identification des activités Liaisons fonctionnelles Schéma organisationnel Circulations Espaces et locaux Superficie brute de l unité fonctionnelle Équipements médicaux fixes Dimensions génériques Locaux génériques EXIGENCES TECHNIQUES RÉFÉRENCES 35 VERSION FÉVRIER de 35

3 Domaine d application Le présent document expose les exigences de performance pour la programmation, la conception et la construction d hôpital de jour pour une clientèle pédiatrique et adulte. Il complète les informations émises sur la mission «Centre hospitalier de soins généraux et spécialisés» (CHSGS) incluant les centres hospitaliers et instituts avec affiliation universitaire (CHU, CHAU et IU). L application des performances fonctionnelles et techniques contenues dans le présent document n est pas obligatoire au même titre que les Lois et règlements. Cependant, il y a obligation de résultats en fonction des objectifs énoncés. 1.1 Description L hôpital de jour permet de dispenser, sur une base ambulatoire, des services d évaluation, de diagnostic et de traitement, de suivi et d orientation ainsi que d information à la personne atteinte d'une maladie chronique ou incurable qui sans cette ressource aurait due être hospitalisée 1, dans les spécialités suivantes: la gériatrie, la psychiatrie et l oncologie. 1.2 Usagers Trois groupes d utilisateurs se distinguent dans ce secteur d activités ambulatoires. Le plus important est constitué de la clientèle qui reçoit des soins et des services de santé, auquel s ajoute ceux du personnel et des proches Clientèle La clientèle est très variée (pédiatrique, adulte ou gériatrique) et peut présenter les caractéristiques énoncées ci-dessous..1 Gériatrique Personne en perte d autonomie liée au vieillissement, vivant à domicile et âgée de plus de 65 ans. Cette personne présente un ou de multiples problèmes physiques, psychologiques ou sociaux qui nécessitent l intervention d une équipe multidisciplinaire..2 Psychiatrique Personne en phase aiguë d une maladie mentale chronique et persistante nécessitant un traitement intensif. Pédopsychiatrique : personne de moins de 18 ans souffrant de maladie mentale (de modérée à sévère), présentant des problèmes psychiatriques complexes associés à des difficultés développementales. Psychiatrique adulte : personne âgée de 18 ans ou plus, souffrant de maladie mentale (de modérée à sévère) en décompensation aiguë, présentant des problématiques psychiatriques avec ou sans comorbidité associées à des difficultés comportementales importantes. Gérontopsychiatrique : personne âgée de 65 ans et plus aux prises avec des problèmes de santé mentale qui nécessite des soins et services visant à éviter une perte d autonomie psychique..3 En oncologie Personne (enfant, adulte ou personne âgée) qui requiert, généralement sur une base récurrente, un traitement en oncologie médicale nécessitant une présence de moins de 12 heures (sans hospitalisation). Des services palliatifs lui sont parfois offerts. 1 C est une alternative à l hospitalisation. L état du patient requiert des procédures et un suivi intensif d une équipe multidisciplinaire. VERSION FÉVRIER de 35

4 1.2.2 Personnel Le personnel de plusieurs disciplines, travaillant en équipe, est mis à contribution. La liste est non exhaustive..1 Clinique : - médecin et chirurgien, généraliste et spécialiste, externe et résident. - infirmière chef, bachelière, adjointe, clinicienne, praticienne spécialisée, de liaison, auxiliaire et stagiaire. - pharmacien, inhalothérapeute, ergothérapeute, physiothérapeute, diététiste, nutritionniste, psychologue, orthophoniste, travailleur social, soutien spirituel, préposé aux bénéficiaires..2 Administratif : commis, secrétaire médicale..3 Soutien général : préposé à l hygiène salubrité, préposé à l entretien, agents de sécurité Proches Le patient est généralement accompagné. Ces accompagnateurs 2 appartiennent soit à l entourage immédiat de la personne (membre de la famille ou ami) ou encore, il peut s agir de bénévoles. Dans le cas des proches accompagnant les personnes âgées, il faut considérer que ceux-ci sont souvent eux-mêmes âgés et parfois en perte d autonomie comme en témoigne M. Miville dans un document du MSSS sur l hôpital de jour (1994). «Les proches impliqués dans la problématique de la personne âgée en perte d autonomie de même que les intervenants qui gravitent autour de ces personnes en besoin constituent également la clientèle de l hôpital de jour» (Miville 1994). Tant qu aux secteurs d activités dont les spécialités concernent les enfants, il faut prendre en considération que l hôpital de jour en pédopsychiatrie entretient des liens étroits avec la famille et le milieu de vie naturel de l enfant. Plusieurs membres d une même famille (frères, sœurs et parents) peuvent être présents en même temps dans l unité. 2 Les proches peuvent recevoir des services d information et de formation dispensés par le personnel. VERSION FÉVRIER de 35

5 1.3 Approche Le but de la programmation de l hôpital de jour est de rétablir l équilibre bio-psycho-social de la personne afin de la maintenir dans son milieu naturel dans des conditions adéquates, le plus longtemps possible. Cette approche permet d éviter l hospitalisation ou d en diminuer la durée ainsi que de réduire les visites à l urgence; elle offre une alternative à la ressource d hébergement spécialisée et au placement en CHSLD et favorise une prise en charge globale de la personne par des interventions concertées prodiguées par des équipes interdisciplinaires en vue de l acheminer vers un suivi externe régulier (cliniques externes, CLSC, ressources communautaires). L hôpital de jour contribue de ce fait à la consolidation du virage ambulatoire qui est depuis 1995, l un des principaux changements qui a marqué l organisation des services de Santé et des Services sociaux au Québec 3. Déjà en 1986, une directive du ministère de la Santé et des Services sociaux précisait que: «L hôpital de jour est un service dans un centre hospitalier qui reçoit en externe des personnes âgées qui, en raison de leur multi dysfonctionnements physiques associés à des troubles psycho sociaux requièrent des soins médicaux, infirmiers et de réadaptation qu elles ne pourraient recevoir ailleurs sans être hospitalisés» (MSSS 1986). Ces orientations en gériatrie sont toujours d actualité et se sont élargies à la psychiatrie et à l oncologie (incluant parfois les soins palliatifs) tel que décrit dans les paragraphes suivants. - Gériatrie : «[ ] service externe gérontologique spécialisé, de deuxième instance, pour une clientèle qui nécessite des interventions concertées pouvant comprendre l évaluation-diagnostic, le traitement (incluant la réadaptation), le congé, l orientation, la formation et le soutien qui sont offertes aux personnes âgées présentant une ou des problématiques non stabilisées sur les plans biologique, psychologique et social, à leurs proches et aux intervenants du réseau sous-régional» (Miville, 1994). Les services de l hôpital de jour ne doivent pas être confondus avec ceux dispensés dans les centres de jour en gériatrie dont l objectif est le maintien des acquis et avec ceux dispensés en CLSC dont l objectif est d offrir une assistance et des interventions dans le milieu même de vie des personnes. - Psychiatrie : Ce service permet le soutien à la désinstitutionalisation pour les personnes dont la problématique de santé mentale est aiguë et nécessite des soins spécialisés actifs. À cet égard une entente doit être établie entre l hôpital de jour et les services d urgences des hôpitaux du même territoire (AHQ, 1997). Une fois de plus, il faut distinguer l hôpital de jour et le centre jour. La vocation de l hôpital de jour est principalement axée sur le traitement intensif de la phase aiguë de la maladie, c'est-à-dire la prise en charge de clients qui, sans cette ressource, seraient hospitalisés. Tandis que la vocation du centre de jour en psychiatrie est davantage orientée vers la réadaptation et la réintégration sociale du patient. - Oncologie : Ce service permet la réalisation d un acte diagnostique ou thérapeutique d oncologie médicale nécessitant une hospitalisation de moins de 12 heures tel la chimiothérapie anticancéreuse, les transfusions de sang ou de plaquettes, les traitements par bisphosnates ou immunoglobines, les actes techniques tels que ponction de liquide pleural ou d ascite de même que tout traitement classique ou investigationnel (Institut Jules Bordet, Bruxelles) Organisation du travail, séquences des activités et cheminement du patient L hôpital de jour est habituellement situé dans le secteur ambulatoire du CH afin d en limiter et d en faciliter l accessibilité. Les plages horaires sont normalement réparties sur 10 à 12 heures par jour, du lundi au vendredi. Cependant, certains programmes sont offerts le soir et les fins de semaine. La fréquentation de l hôpital de jour 4 fait souvent suite à l hospitalisation pour plusieurs patients ayant obtenus leur congé qui y sont référés par leur médecin traitant. La clientèle est composée principalement de patients inscrits durant une matinée, une après-midi voire une journée complète. Ils fréquentent l hôpital de jour plusieurs fois par semaine, souvent de façon récurrente, pour des durées variant de quelques semaines à plusieurs mois avant d être acheminés vers d autres ressources externes. 3 Virage ambulatoire : substitution d une partie des soins et des services dispensés en institution par des soins et services disponibles sans hospitalisation, visant le maintien de la personne dans son milieu de vie naturel et le développement d une prise en charge de proximité. Les objectifs de l hôpital de jour s inscrivent également dans les orientations ministérielles (Plan stratégique ) visant l adaptation de l organisation des services afin d assurer une meilleure accessibilité et une plus grande continuité des services, particulièrement pour les clientèles les plus vulnérables. 4 Il existe une zone grise entre l hôpital de jour et la médecine de jour dans plusieurs établissements qui parle parfois d hôpital de jour en médecine. VERSION FÉVRIER de 35

6 La séquence des activités se présente généralement comme suit : - Accueil, enregistrement et orientation : le patient arrive surtout de l extérieur, parfois en transport adapté avec un accompagnant. Il revêt, si requis, une jaquette d hôpital et passe dans la salle d attente jusqu à l heure de son rendez-vous 5. - Consultation, évaluation et traitement : le patient se rend dans une salle de traitement spécialisée, à proximité des salles d examen pour une consultation/traitement de durée variant de quelques minutes à plusieurs heures. On y réalise des évaluations et des plans d intervention, de l enseignement et de la prévention, le suivi et la liaison avec les partenaires du réseau (CLSC, CHSLD etc.). Lorsqu un examen est requis, il est dirigé vers le service diagnostique concerné. - Départ et prise de rendez-vous : le patient passe par l accueil avant son départ ou est reçu par une infirmière de liaison. 1.4 Tendances L hôpital de jour peut se déployer dans les limites physiques d un centre hospitalier, celles d un CLSC, ou encore dans un lieu réservé au cœur même de la communauté. Le choix de la localisation dépend du bassin de population desservi, de la disponibilité des ressources humaines 6, de la planification stratégique (du MSSS et de l Agence de santé) ainsi que du plan clinique élaboré par l établissement concerné. Aménagement dans le centre hospitalier L aménagement de l hôpital de jour à l intérieur de l établissement se situe généralement dans le secteur ambulatoire et permet d utiliser de façon optimale les ressources du centre hospitalier : physiques, technologiques, humaines et financières. Entre autre, la proximité des services diagnostiques et thérapeutiques peut être bénéfique. Aménagement hors du centre hospitalier L aménagement de l hôpital de jour hors du centre hospitalier peut favoriser le développement d une prise en charge à proximité de la clientèle. Cependant, des liens informationnels doivent être prévus afin d assurer le continuum de services et la disponibilité de ressources hospitalières lorsque nécessaire. De plus, selon les services offerts, un plateau technique diagnostique et thérapeutique doit être disponible dans les lieux même où sont dispensé les soins et les services médicaux. On relève une tendance à attribuer à chaque hôpital de jour une vocation (spécialité et surspécialité) principalement axée sur le traitement intensif de la phase aiguë d une maladie (physique ou mentale) pour une clientèle cible (pédiatrique ou gériatrique) Au Québec Au Québec, les hôpitaux de jour sont principalement concentrés en gériatrie, en psychiatrie (ex : pédopsychiatrie et gérontopsychiatrie) et en oncologie. Ils sont généralement localisés à l intérieur de l établissement hospitalier. À titre d exemple, l hôpital de jour de l Institut universitaire de gériatrie de Montréal affilié à l Université de Montréal, se concentre sur la gérontopsychiatrie et accueille quotidiennement 25 usagers, 2 à 3 jours par semaine pour une période d environ 3 à 6 mois. Tandis que l hôpital de jour de l Hôpital Rivière-des-Prairies vise la clientèle pédopsychiatrique de 6-12 ans, présentant des problématiques psychiatriques avec ou sans comorbidité associée à des difficultés comportementales importantes. Quant à celui d Aimé-Léonard du même établissement, il reçoit des enfants de 0-5 ans présentant des problèmes psychiatriques complexes associés à des difficultés développementales En Belgique, en Angleterre et en France En Belgique, l Institut Jules Bordet est un hôpital entièrement consacré aux maladies cancéreuses, qui assume des missions de dépistage et de soins cliniques, qui mène des activités de recherche tout en dispensant un enseignement universitaire de haut niveau. La pratique oncologique de cet établissement, réside dans la multidisciplinarité des 5 Les médecins et/ou des professionnels de diverses disciplines Les rendez-vous sont prescrits pendant une période de temps prédéterminée. 6 Tel que l équipe médicale, infirmière et multidisciplinaire. VERSION FÉVRIER de 35

7 approches thérapeutiques. Au sein de l hôpital de jour de cet institut, les type d'actes thérapeutiques et diagnostiques réalisés sont les suivants : chimiothérapie anticancéreuse, transfusions de sang ou de plaquettes, traitements par bisphosphonates ou d immunoglobulines, actes techniques tels que ponction de liquide pleural, d ascite tant les traitements classiques que les traitements investigationnels peuvent y être administrés. En Angleterre, les activités des hôpitaux de jour du NHS sont principalement concentrées sur les personnes atteintes de troubles cognitifs. Tandis qu en France plusieurs hôpitaux de jour sont spécialisés dans la prise en charge des personnes âgées (depuis 1970) ainsi qu en médecine pour les patients sous traitements médicamenteux lourds afin qu ils conservent un rythme de vie normal. 2.1 Critère de conception Organisation générale de l unité.1 Prévoir dans la mesure du possible, une entrée réservée pour l hôpital de jour (ou pour le secteur ambulatoire) différente de l entrée principale de l établissement ou de l urgence et desservie par un débarcadère pour les véhicules (ex : transport adapté)..2 Prodiguer un milieu respectueux de la confidentialité, de l intimité et de la dignité des usagers. Éviter, par exemple, le croisement de la clientèle en jaquette d hôpital avec le public en général..3 Accroître, maintenir et/ou favoriser l autonomie fonctionnelle de la clientèle 7 grâce à des aménagements architecturaux adaptés..4 Situer stratégiquement les salles de toilettes, près des aires communes d activités et de repos, pour maintenir la continence chez la clientèle en gériatrie 8..5 Prévoir de l espace pour les proches (frères, sœurs et parents) dans les aires de traitement..6 Permettre la surveillance continue de la clientèle dans les salles de traitement à partir du poste des infirmières..7 Favoriser l efficience opérationnelle et l ergonomie des postes de travail pour le personnel: courte distance entre les aires de traitement, les utilités et les postes de travail..8 Organiser les lieux de travail favorisant les échanges entres les intervenants (équipe interdisciplinaire)..9 Privilégier l utilisation d espace et de services communs (ex : salles de réunions) entre les cliniques attenantes..10 Concevoir des espaces polyvalents, flexibles et adaptables, en adoptant, entre autres, des dimensions uniformes ou des multiples..11 Prévoir les accès aux gaines techniques à l extérieur des aires et locaux cliniques..12 Assurer la sécurité des clients en dissimulant les éléments susceptibles de provoquer des accidents (ex : extincteur) et en éliminant ceux qui permettent l escalade. 7 Des personnes en perte d autonomie physique, présentant des troubles de santé mentale ou des problèmes cognitifs 8 Prévoir une organisation des locaux et des aires de circulation qui, tout en contrôlant la déambulation, permettra la fluidité des circulations, en évitant les culs-de-sac et en prévoyant 2 accès aux locaux d activités. VERSION FÉVRIER de 35

8 2.1.2 Sécurité.1 Compartimenter l aire d attente en espaces plus petits pour la clientèle en gériatrie et en psychiatrie..2 Assurer la sécurité de la clientèle en tout temps dans les aires communes..3 Libérer les circulations dans les corridors; aucun chariot ou objet ne doit être laissé sans surveillance ou contrôle en gériatrie et en psychiatrie..4 Éviter un design avec des arêtes vives ou des éléments permettant l escalade..5 Prévoir des équipements et du mobilier à l épreuve du vandalisme, de l auto-mutilation et de la pendaison pour la clientèle psychiatrique..6 Prévoir des matériaux et équipement résistant à l arrachement, à l enfoncement et à l effritement..7 Prévoir 2 types de salles d examen «de sécurité» : l une conçue pour les patients qui présentent des symptômes potentiellement dangereux pour la clientèle psychiatrique et l autre, pour les consultations psychiatriques dans un environnement de type «bureau»..8 Permettre aux intervenants d obtenir de l aide de leur collègue en cas d urgence lors des interventions avec la clientèle psychiatrique..9 Prévoir quelques salles de consultation ou d entrevue avec 2 portes pour la clientèle psychiatrique. Situer ce type de salles près de l accueil Prévention des infections (PCI).1 Considérer, en oncologie, des normes d asepsie adaptées aux procédures les plus risquées en terme de PCI particulièrement lorsqu elles sont réalisées dans un même local..2 Prévoir minimalement une salle d isolement infectieux ainsi qu un ratio de PLM suffisant pour la PCI en fonction des clientèles desservies selon la configuration et la superficie des lieux, principalement dans les aires de consultations et de traitements Ambiance.1 Privilégier des couleurs, finis et mobiliers qui donneront un environnement calme, chaleureux et reposant, sans compromettre la facilité d entretien pour le contrôle des infections..2 Optimiser l apport d éclairage naturel dans tous les secteurs d attente, les aires de traitements/évaluation ainsi que dans les circulations..3 Minimiser les sources négatives d agents stressants (visuels et auditifs)..4 Faciliter, en gériatrie, l orientation des clients ayant des déficits cognitifs par une séquence d indices visuels architecturaux et décoratifs qui, de par leur diversité, aident à reconnaître le lieu..5 Éviter les couleurs pourpres, noires, rouges ou les couleurs primaires vives dans l hôpital de jour pour la clientèle psychiatrique..6 Considérer que l exiguïté des lieux, des plafonds trop hauts ou des pièces vastes peuvent produire du stress chez la clientèle psychiatrique..7 Favoriser une ambiance non médicalisée offrant une grande variété de stimuli (distractions positives) visuels et sonores. particulièrement pour le patient en position assise/couchée en cours de traitement. 2.2 Organisation spatiale Identification des activités L organisation physique de l hôpital de jour implique une hiérarchisation des espaces passant de la fonction «publique», soit l accueil des visiteurs, jusqu à la fonction «semi-privée», soit les locaux de consultation/traitement. L unité est composée des zones d activités décrites dans le tableau Aire d accueil Localisée à l entrée de l hôpital de jour et à proximité des axes de circulation. Peut être commune avec celle du centre ambulatoire. VERSION FÉVRIER de 35

9 .2 Services cliniques On distingue deux aires dans ce secteur d activités : l aire de consultation et l aire de traitement. Aire de consultation Localisée en général à proximité de l aire de traitement afin d éviter aux patients des déplacements inutiles et afin de permettre au personnel de répondre rapidement aux besoins urgents. Aire de traitement La visibilité du visage des clients qui subissent un traitement ou une intervention mineure à partir du poste est importante. Les aires de traitement peuvent être aménagées selon l un ou l autre des modèles suivants : poste centralisé : poste unique autour duquel gravite les fauteuils. Il peut être séparé en plusieurs zones permettant le travail de groupe ou le travail individuel. postes décentralisés : postes secondaires autour desquels gravitent les fauteuils regroupés en îlots proportionnés selon le ratio de patients par infirmière. Rapproche le personnel d une clientèle demandant une surveillance continue. Les postes de lavage des mains (PLM) sont situés à proximité de chaque îlot de chaises de traitement de façon à inciter les usagers à se laver les mains. Certaines aires de traitement sont monitorées et fermées par des cloisons. Leur nombre doit permettre l isolement de la clientèle spéciale (ex : pédiatrique) ainsi que l isolement infectieux..3 Rangements et dépôts Positionnés de façon à assurer l efficience dans la prestation des soins tout en réduisant le déplacement du personnel. Selon le niveau de sécurité, certains équipements et/ou matériels peuvent être localisés dans les corridors en alcôve afin de ne pas nuire à la circulation des usagers. La grande quantité de matériel requis exige beaucoup d espace de rangement et des approvisionnements fréquents. À titre d exemple, les espaces de rangement pour les fauteuils roulants, triporteurs, civières et autres doivent être suffisants pour éviter l encombrement des corridors..4 Aire clinico-administrative Localisée souvent plus en retrait dans un secteur où circule peu la clientèle ou complètement à l extérieur de l unité..5 Soutien au personnel Localisé loin des bruits et à l abri des voies de circulation principales des clients et de leurs proches..6 Soutien Planifié généralement à proximité des axes de circulation et des débarcadères (ex. : déchets et recyclage)..7 Locaux spécialisés Voués à des besoins particuliers..8 Enseignement et recherche Certains établissements reçoivent des étudiants de différents niveaux de formation dans des disciplines variées, tels les externes, les résidents en médecine, les stagiaires (en ergothérapie, inhalothérapie, pharmacie, physiothérapie, psychologie et autres) Liaisons fonctionnelles L'hôpital de jour est situé dans le «secteur ambulatoire du CH» lequel doit être facilement accessible à une clientèle externe souvent à mobilité réduite et parfois désorientée. Pour réduire le parcours et faciliter l orientation des clientèles provenant de l extérieur, les aires de stationnement et l entrée principale de services ambulatoires peuvent être rapprochées. Il faut également permettre au personnel du transport adapté de faire descendre la clientèle et de l accompagner à l intérieur de l hôpital à l abri des intempéries. Liens externes Prévoir un lien facile et rapide avec les unités suivantes : - Imagerie médicale La proximité des services diagnostiques et thérapeutiques est bénéfique principalement pour l oncologie. - Clinique externe Une partie de la clientèle des cliniques externes sont de grands utilisateurs des services de l hôpital de jour. Le partage des services et de locaux avec les cliniques externes peut être envisagé. Une proximité moyenne doit être prévue avec l unité fonctionnelle suivante : - Médecine de jour VERSION FÉVRIER de 35

10 2.2.3 Schéma organisationnel Circulations.1 Considérer 3 types de circulation : 1) pour les clients et les proches (accompagnants); 2) pour le personnel (médical, interne aux secteurs et aux services); 3) pour les services (propre, souillé, alimentaire)..2 Prévoir l arrivée des liens verticaux, tels les escaliers et les ascenseurs, près des services cliniques mais loin de la salle de traitement..3 Éviter l encombrement des corridors en planifiant suffisamment de locaux et d alcôves de rangements..4 Minimiser les barrières architecturales non pertinentes en vue de faciliter la fluidité et la lisibilité des parcours notamment en regard des déplacements répétitifs ou urgents entre certains locaux hautement sollicités (ex : éliminer certaines portes, clarifier les circulations)..5 Tenir compte de la circulation des parents avec des poussettes, des clients à mobilité réduite tels la clientèle âgée en fauteuils gériatriques ou se déplaçant avec des marchettes/cannes et de la clientèle obèse en triporteurs/fauteuils Espaces et locaux Le tableau 2.1 indique les superficies minimales nettes et/ou ratio recommandés pour la programmation des locaux des espaces de l hôpital de jour. Des informations générales y sont présentées. Pour les locaux dits «locaux génériques», identifiés par la présence d un icône dans la colonne «local», des informations complémentaires sont présentées à la section 2.4 du présent document. Tableau 2.1 SOUS-COMPOSANTES ET LOCAUX.1 Aire d accueil.1 Poste accueil Pour enregistrement, l entrée et le départ des clients. Incluant un poste informatique et un comptoir d accueil. - Prise de rendez-vous (sur place ou par téléphone). Superficie nette min. (m²) ou ratio m²/item local 5,5 m²/pers Sécurité Poste en aire ouverte contiguë à l entrée. 7,5 m²/pers..3 Attente Peut être centralisée ou décentralisée en plusieurs aires distinctes desservant É 066 les salles de traitement ou bien une clientèle particulière (Ex : clientèle pédiatrique). Peut inclure une aire de jeux..4 Cuisinette Préparation de collations destinées au patient et/ou rethermalisation des repas acheminés par les services alimentaires. 102 VERSION FÉVRIER de 35

11 Superficie nette min. SOUS-COMPOSANTES ET LOCAUX (m²) ou ratio m²/item local.5 Salle d allaitement Local fermé 7,5.6 Local des bénévoles Pièce servant à la préparation de chariot, documentation ou autres. Prévoir 7,5 10,0 un rangement, un comptoir avec évier, un vestiaire..7 Salle de toilette Privilégier un des deux types suivants : - universelle avec aidant 3,5 à 4, multiple : la superficie minimale considère 2 équipements & 1 lavabo. 8,0 Réservée au personnel 2,5.2 Services cliniques (consultation et traitement).1 Poste infirmier Lieu de réception, d échange, de coordination et de surveillance pour le É 085 personnel soignant. Peut être divisé en postes satellites..2 Pharmacie satellite Salle attenante au poste et à accès sécurisé. Desservie par tube pneumatique. É - Distributrice automatisée de médicaments en alcôve 3,7.3 Cuisinette Micro-ondes, réfrigérateur et autres. Pour la préparation des collations/repas É destinés aux patients..4 Prélèvement Local avec plusieurs fauteuils. É Cubicule de prélèvement sanguin 3,0 m²/cubicule.5 Consultation Local de consultation, d échange, d entrevue, de coordination de rencontre 2,0 m²/pers. et d information avec le patient et/ou la famille..6 Examen Local fermé aménagé pour des investigations cliniques, des traitements et 11,0 046 soins. Peut inclure : - salle de toilette universelle 4,5 7,5 à 11, Traitement Prévoir des fauteuils et/ou civières selon les besoins. - Isolement : positionné au début de l aire de traitement pour éviter que les patients contaminés ne circulent à travers les autres patients 8 Préparation/ récupération.9 Intervention / chirurgie mineure Local (parfois blindé) où le patient (en position assise ou couchée) est préparé en vue d un examen/procédure. Peut inclure les services de gaz médicaux lorsque requis. Prévoir un espace pour l accompagnant. - Isolement : positionné au début de l aire pour éviter que les patients contaminés ne circulent à travers les autres patients. Salle pouvant servir à des actes de chirurgies mineures ou interventions mineures. - Aire de brossage : pour le nettoyage des mains; prévoir une aire pour deux salles d interventions..10 Déshabillage/vestiaire Lieu où le patient revêt une jaquette d hôpital et dépose sécuritairement ses effets personnels. Située de façon à ce qu elles ne donnent pas sur un lieu public. VERSION FÉVRIER de , ,0 m²/évier 3,0 m 2 /cabine - Cabine avec rideau 2,0 m 2 /cabine - Cabine adaptée, avec rideau 3,0 m 2 /cabine - Casier mi-hauteur. 0,2 m 2 /casier - Casier pleine hauteur. 0,4 m 2 /casier Salle de toilette Réservée aux proches et à la clientèle; universelle avec aidant. 3,5 à 4,5.12 Utilité propre Local distinct de l utilité souillée et non contigu à ce dernier Utilité souillée Pièce pour entreposer temporairement le matériel souillé. Peut inclure les espaces pour nettoyer et désinfecter le matériel/équipement..3 Rangements et dépôts.1 Matériel éducatif Rangement sécurisé pour entreposer le matériel et l équipement utilisés lors des activités scolaires, de loisirs, d animation. Prévoir les aménagements pour désinfecter les surfaces et recharger les piles..2 Matériel roulant Rangement pour civières, fauteuils roulant et autres. Prévoir de désinfecter et recharger certains équipements avec prises électriques accessibles. Parfois réparti en alcôves pour loger : - une civière; 2,3 m²/civ - un fauteuil roulant (FR). 0,9 m²/faut.3 Lingerie Local fermé ou en aire ouverte entreposant les chariots de lingerie propre. É - Alcôve pour chariot 2,0.4 Équipement biomédical Local pour le rangement des appareils mobiles de monitorage et d imagerie médicale. Prévoir un espace pour désinfecter les surfaces. Parfois réparti en É É É

12 Superficie nette min. SOUS-COMPOSANTES ET LOCAUX (m²) ou ratio m²/item local alcôves pour: - imagerie sur arceau 5,6 - monitorage 2,8 - appareil mobile de radiologie 2,8.5 Fournitures Différencier le matériel stérilisé dans l utilité propre du matériel propre É rangé ici. Prévoir un espace pour chariots de fourniture et alimentaire, pour faire la recharge d appareil à piles et autres..6 Chute à linge Local sécurisé situé à proximité de l utilité souillée incluant une antichambre suffisamment grande pour manipuler un chariot. Positionner la É porte de façon à éviter de soulever les sacs de linge..4 Aire clinico-administrative.1 Bureau Local fermé offrant un niveau élevé de confidentialité. 7,5 10,0 - Chef de l unité 11,0.2 Autre type de bureau Bureau partagé - Poste de travail avec une filière. 5,5 m²/pers. - Bureau Poste de travail avec un fauteuil «visiteur» et une filière. 7,5 m²/pers..3 Salle de réunion 2 m²/pers Soutien au personnel.1 Salle de repos Pièce aménagée pour la détente et les pauses. 2 m²/pers Cuisinette ou coincafé Espace pour cafetière, micro-onde, machines distributrices et autres. Peut 2,3 être intégrée au salon du personnel..3 Casiers Réservé au personnel. Superposés (mi-hauteur) avec serrures ou codes 0,2 m²/casier d accès pour ranger effets du personnel.4 Salle de toilette Privilégier un des trois types suivants : - universelle 3, multiples pour 2 équipements (wc ou urinoir/wc) 8,0 - standard 2,5 Douche, si requise 3,0.6 Soutien général.1 Hygiène et salubrité Pièce satellite pour le service d entretien ménager. 4, Traitement des eaux Pièce réservée au traitement des eaux. Besoin de drainage au plancher. É.3 Déchets et recyclage Pour les déchets en général et le matériel recyclable lorsque l établissement participe à un programme..4 Déchets biomédicaux Pièce réfrigérée ou local logeant le congélateur dans lequel sont entreposés temporairement les déchets biomédicaux (déchets des activités de soins). 6,0 E.7 Locaux spécialisés.1 Locaux communs d activités (gériatrie) - Salle à manger Aire excluant la cuisine. Elle peut servir de salle d activités. 2,0 à 2,5 m²/pers. - Cuisinette - Incluant un frigo, comptoir et évier pouvant être utilisé par la clientèle entre les heures des repas. Prévoir si requis, un espace de travail pour une personne en fauteuil roulant. 5,0 - Salle d eau - Type résidentielle - Avec bain/douche, lavabo et cabinet d aisance. 10,0 - Bain à hauteur variable - Permet l aide d un ou deux intervenants. 12, Douche adaptée - Pour patient souffrant d incapacités physiques. 8,0-9, Civière-douche - Pour patient ne pouvant tenir en station debout ou assise. 9, Salle de toilettes, lavabo et douche (clientèle neuropsychiatrique). 5,5 - Salle de bain/douche thérapeutique (clientèle neuropsychiatrique). 15,0 - Salle d activités Espace polyvalent pour les activités en groupe, les animations thématiques, E la physiothérapie et l ergothérapie, entre autres..2 Réadaptation Pour la physiothérapie et l ergothérapie E.3 Salle jeux Attenante à la salle d attente pour l hôpital de jour pédiatrique. E VERSION FÉVRIER de 35

13 Superficie nette min. SOUS-COMPOSANTES ET LOCAUX (m²) ou ratio m²/item.4 Salle de classe E local.5 Salle d observation Équipée d un miroir unidirectionnel permettant la surveillance à l extérieur du local et/ou d une caméra et de 2 portes. 2,0 m²/pers Thérapie / atelier de groupe Concevoir une salle pouvant contenir un grand groupe de manière à abriter des activités calmes ou plus actives tels psychothérapie, bricolage, activités de défoulement, exercices physiques et autres 2,0 m²/pers Fumoir Réservée à la clientèle et exclusivement pour la consommation de tabac. 2,5 m²/pers. 030 É : selon les besoins ou le fonctionnement de l établissement Finalement, l unité peut être pourvue de locaux pour l enseignement et la recherche. Superficie min. (m²) SOUS-COMPOSANTES ET LOCAUX ou ratio m²/ élément.8 Enseignement et recherche.1 Bureau Local fermé offrant un niveau élevé de confidentialité. 7,5 à 10,0.2 Autre type de bureau Espace en aire ouverte. - Poste pour stagiaire : Poste de travail utilisé de façon ponctuelle. 3 m²/pers. - Bureau partagé - Poste de travail avec une filière. 5,5 m²/pers. - Poste de travail avec un fauteuil «visiteur» et une filière. 7,5 m²/pers. - Alcôve - pour éviter encombrement des corridors lors de regroupements. 2 m²/alcôve.3 Salle de réunion Salle de réunion ou de formation. 2 m²/pers. É : selon les besoins ou le fonctionnement de l établissement. local Superficie brute de l unité fonctionnelle La superficie brute de l unité est déterminée par le facteur de conversion F1. La valeur de ce facteur détermine les espaces de circulation ainsi que les superficies occupées par les cloisons de l unité, excluant les murs extérieurs. FACTEUR DE CONVERSION F Équipements médicaux fixes Ces équipements peuvent influencer la programmation des espaces et des locaux quant à leur dimension, mais aussi aux dégagements nécessaires à leur utilisation. Une liste non exhaustive est énoncée dans le tableau 2.2. Tableau 2.2 ÉQUIPEMENTS MÉDICAUX FIXES Armoires à médicaments Machine à glace Rail pour lève-personne (LPSR) Lampe d examen Cabinet chauffant Bain à hauteur variable Douche adaptée 2.3 Dimensions génériques Le tableau 2.3 spécifie les diamètres de giration recommandés pour les équipements nécessaires aux transports et aux transferts de la clientèle. Il complète les informations incluses dans les locaux génériques, présentées à la section 2.4. Pour les autres locaux à programmer, il est nécessaire de s assurer de la pertinence de ces différentes données. Tableau 2.3 Diamètre de giration et dimension de transfert VERSION FÉVRIER de 35

14 DIMENSIONS MINIMALES (mm).1 Diamètre de giration.1 Fauteuil roulant - régulier gériatrique ou bariatrique triporteur Lève-personne - mobile au sol (LPMS) sur rail au plafond (LPSRP) lorsque le transfert est réalisé à partir d un fauteuil roulant régulier sur rail au plafond transfert (LPSRP) lorsque le transfert est réalisé à partir d un fauteuil roulant gériatrique ou bariatrique Civière Transfert.1 Civière - d une civière à une autre Locaux génériques ATTENTE FICHE 066 Superficie : ratio minimal de 1,5 m² à 1,7 m²/personne. Critères d aménagement.1 Assurer un apport d éclairage naturel et une vue sur l extérieur..2 Aménager à proximité de salles de toilettes, de vestiaires, fontaines d eau, machines distributrices et téléphones publics..3 Aménager un espace pour les enfants, si requis (ex : vidéo)..4 Prévoir une signalisation visible et adaptée au type de clientèle. Prévoir des repères tactiles au besoin..5 Dégager un passage à l avant des pieds des personnes assises..6 Aménager l espace de façon à ne pas obstruer la circulation des fauteuils roulants et des civières..7 Prévoir un butoir ou un protecteur de mur à la hauteur des dossiers des fauteuils d attente. Dimensions.1 Fauteuil d attente: 1,5 m² à 1,7 m².2 Fauteuil roulant : 2,25 m².3 Fauteuil d attente pour personne obèse : 1,9 m².4 Poste de lavage des mains (PLM) : 1 m².5 Téléphone public : 3,0 m².6 Fontaine d eau : 2,0 m².7 Machine distributrice : 2,0 m².8 Superficie pour le coin-enfant : minimum 5,0 m² ou 1 m²/enfant.9 Dimension minimale d un fauteuil pour personne obèse (avec appui-bras): 508 mm (prof.) X 715 mm (larg.) ou prévoir des fauteuils sans accoudoir..10 Cuisinette ou coin-café - Espace pour micro-ondes, frigo et machine à café : 2,5 m².11 Espace civière : 3,5 m².8 Éviter les arêtes vives..9 Protéger des regards la clientèle en jaquette d hôpital..10 Considérer la présence des accompagnants..11 Équiper les espace «civières» des services de gaz médicaux..12 Prévoir un poste de lavage des mains (PLM) visible et facilement accessible aux visiteurs. (voir fiche 111).13 Prévoir un poste d information informatique..14 Prévoir la possibilité de diffuser de la musique ambiante, si requis..15 Considérer les ratios suivants : - une salle de toilette par 15 places d attente; - un maximum de 1/3 des places pour les fauteuils roulants..11 Exemple de dégagements selon le type de clientèle : CIVIÈRE D ISOLEMENT INFECTIEUX FICHE 013 Superficie minimale de 11,0 m² Fiche de référence «chambre d isolement respiratoire et d isolement protecteur» disponible sur notre site web à l adresse suivante : CHIRURGIE MINEURE FICHE 087 VERSION FÉVRIER de 35

15 Superficie à déterminer selon les besoins de l établissement. Fiche local disponible sur notre site web à l adresse suivante : FUMOIR FICHE 030 Superficie : ratio de 2,5 m²/personne. Critères d aménagement.1 Assurer un apport d éclairage naturel..2 Assurer une surveillance constance de cette pièce par le personnel..3 Système de CVCA - Concevoir le système de sorte qu il fonctionne dès qu il y a une présence dans la pièce et qu il s arrête après un temps suffisant pour permettre à toute la fumée d être évacuée. HYGIÈNE ET SALUBRITÉ FICHE 018 Superficie minimale de 4,0 m². Critères d aménagement.1 Prévoir un espace de rangement pour le chariot de nettoyage de façon à ce qu il ne nuise pas l ouverture de la porte..2 Prévoir un évier à vadrouille au sol..3 Prévoir des rayonnages industriels robustes, résistants à la rouille et faciles d entretien..4 Prévoir l espace pour un support à balai, si requis..5 Prévoir un mélangeur de produits chimiques. POSTE DE LAVAGE DES MAINS FICHE 111 Superficie minimale de 1,0 m 2. Critères d aménagement.1 Localiser de façon à être facilement accessible et assurer la visibilité constante..2 Libérer les circulations pour manipuler les civières, chariots, permettre les évacuations ou autres..3 Évaluer la localisation des postes de lavage des mains et leur impact sur la clientèle à déficit cognitif et psychiatrique..4 Prévention des infections - Séparer le PLM de tout espace de travail administratif. - Installer les accessoires autour du PLM de façon à ce que le savon et l eau ne tombe pas sur le plancher..5 Accessoires intégrés - Évaluer les besoins suivants : - prévoir des protections anti-éclaboussures planchers/murs résistants à la décoloration et faciles à désinfecter ; - distributeur de savon liquide ; - distributeur d essuie-mains à usage unique ; - collecteur de déchets sans contact ; - espace pour panneau d information..6 Plomberie - Lavabo mural de type «lave-main» de dimension permettant un lavage des mains sans contact. - Utiliser une robinetterie à déclenchement automatique (à commande électronique ou mécanique au pied). - Raccorder l alimentation électrique au réseau essentiel. VERSION FÉVRIER de 35

16 POSTE INFIRMIER FICHE 085 Superficie minimale à déterminer selon les besoins de l établissement. Critères d aménagement.1 Considérer un poste ouvert ou fermé et fenêtré..2 Assurer la confidentialité des échanges entre les intervenants..3 Contrôler visuellement les accès de l unité à partir du poste..4 Faciliter la surveillance des civières d isolement..5 Aménager le poste en considérant l achalandage lors des transferts de services..6 Permettre un accès rapide au chariot d urgence..7 Prévention des infections Prévoir un : - poste de lavage de main (PLM) dédié au personnel; - distributeur de savon liquide et de serviette de papier. Dimensions 1. Poste de lavage des mains (fiche 111) : 1,0 m² 2. Chariot : - de matériel, des services alimentaires : 2,0 m² - de cas, médical d urgence : 1,0 m² 3. Station de pneumatique : 1,4 m² 4. Test au point de service : 1,0 m² 5. Laboratoire satellite : 3,7 m² 6. Distributrice automatisée de médicament : 3,7 m² 7. Chauffe-couverture : 2,0 m² 8. Coffret de sécurité : 2,8 m² 9. Postes de travail : - poste de lecture PACS : 3,5 m² - dictée : 2,3 m² - debout avec poste informatique : 2,0 m² 10. Photocopieur : 3,7 m² 11. Entreposage fournitures de bureau : 2,0 m² 12. Imprimante : 1,0 m².8 Évaluer la pertinence de prévoir du mobilier à accessibilité universelle..9 Desservir par une station de pneumatique..10 Concevoir le poste en tenant compte de l`accueil d une clientèle en fauteuil roulant..11 Évaluer les besoins en rangements..12 Éclairage - Prévoir un des appareils d éclairage et une des prises de courant sur l urgence..13 Appel de garde - Prévoir un espace pour l emplacement du contrôleur principal du système d appel de garde..14 Évaluer le besoin d un contrôle sécuritaire des accès..13 Dégagements minimums autour du poste de travail: - profondeur : o position assise : 610 mm o position debout : 460 mm - espace requis pour une chaise : entre 410 et 610 mm - espace requis pour circulation : entre 760 et 915 mm PRÉLÈVEMENT FICHE 068 Superficie minimale de 3,0 m². Critères d aménagement.1 Positionner le fauteuil de prélèvement de façon que l intervenant puisse travailler sur ses 2 côtés..2 Aménager une salle de toilette attenante ou selon le cas, exclusive à la pièce..3 Prévention des infections Prévoir un : - poste de lavage des mains pour le personnel (fiche 111 ); - distributeur de savon liquide et de serviette de papier. Si une solution antiseptique est utilisée, prévoir des surfaces résistantes à la décoloration et faciles d entretien. Dimensions.1 Cubicule de prélèvement : 3,0 m².2 Poste de lavage des mains (fiche 111) : 1,0 m².4 Accessoires intégrés Évaluer les besoins suivants : - rideaux d intimité ; - armoires ou rangements pouvant être fermées à clé..5 Aménager en considérant les éléments suivants : - fauteuil de prélèvement auto-souleveur pour personne obèse, si requis; - chariot de fourniture; - chariot pour les prélèvements; - fauteuil ergonomique pour l intervenant en soins..6 Prévoir un pneumatique pour acheminer les spécimens.3 Dimension minimale d un fauteuil autosouleveur pour personne obèse : x+/- 800 mm. VERSION FÉVRIER de 35

17 PRÉPARATION / RÉCUPÉRATION : FAUTEUIL, CIVIÈRE OUVERTE ET FERMÉE FICHE 106 Superficie minimale de 7,5 à 11 m²/civière : ajouter l espace requis selon les besoins. Critères d aménagement 1 Prévention des infections.1 Prévoir des postes de lavage des mains pour le personnel selon les recommandations de la fiche 1..2 Installer un PLM par : - 2 civières ou un PLM par civière fermée; - 3 fauteuils de traitement, si plus de 3 clients peuvent être présents en même temps et localiser à une distance maximale de 6 mètres des espaces de traitement..3 Prévoir des distributeurs de lotions antiseptiques disponibles sans détour pour le personnel, et à proximité immédiate de chaque patient..4 Prévoir des rideaux séparateurs qui se ferment complètement, faciles à remplacer et lavables..5 Prévoir un espacement minimal de 2,0 mètres dégagé des civières, lits et fauteuils de traitement. 2 Fonctionnalité.1 Assurer un apport d éclairage naturel..2 Dégager tous les côtés autour du fauteuil de traitement incluant un dégagement à la tête du client..3 Aménager de façon à faciliter les transferts d une civière à une autre, ou à un fauteuil..4 Évaluer l utilisation d un lève-personne (sur rail au plafond ou mobile)..5 Placer la civière de façon à positionner le médecin au côté droit du patient, pour effectuer les examens. Dimensions et schéma.1 Superficie minimale pour : - Civière ouverte : 9,0 m² - Civière en espace semi-ouvert (avec murets séparateurs) : 9,5 m² - Civière monitorée : 10,0 m².6 Aménager en grappe de 4 à 6 fauteuils..7 Prévoir une sortie de gaz médicaux, oxygène, vide médical, air médical par espace de traitement..8 Électricité - Prévoir les exigences suivantes : - éclairage contrôlé avec gradateur ; - prise de courant pour usage général pour chaque espace de traitements; - alimentation électrique pour la table d opération et les bras articulés selon les modèles retenus..9 Communication et sécurité - Prévoir les besoins suivants : - cloche d appel reliée au poste infirmier ; - prise de câblodistribution..10 Prévoir un téléviseur avec casque d écoute ou dispositif respectant la tranquillité des voisins..11 Clientèle pédiatrique Prévoir des jeux sur support informatique. 3. Sécurité - Aménager, des espaces identiques, pour faciliter les interventions/examens rapides, les gestes répétitifs et le repérage. 4. Confort.1 Prévoir un espace pour un accompagnateur dans chaque aire..2 Privilégier l intimité du client..3 Aménager de façon qu un client immobile puisse contrôler sans aide son environnement tel la lumière et le téléviseur..4 Doter d horloges visibles à partir des espaces de traitement. - Civière fermée (polyvalence de la pièce) : 11,0 m² - Fauteuil de préparation/récupération : 7,5 m².2 Poste de lavage des mains (voir fiche 111) : 1,0 m² Civière ouverte Civière fermée Fauteuil de traitement VERSION FÉVRIER de 35

18 RÉUNION FICHE 045 Superficie minimale de 10,0 m² en considérant un ratio de 2 m²/personne. Critères d aménagement.1 Configurer l espace de façon à permettre plusieurs agencements du mobilier..2 Favoriser l apport d éclairage naturel..3 Prévoir un espace de rangement pour les fauteuils, les appareils audio-visuels et autres, si requis..4 Aménager sous forme de salon, si requis..5 Prévoir un comptoir avec un évier et des armoires, si requis..6 Prévoir l équipement informatique et audiovisuel, si requis..7 Prévoir un fauteuil, une table de conférence, des tableaux d affichage, un fauteuil confortable ou un sofa et autres, si requis. Dimensions.1 Exemples de superficies : Salle de 7,9 m² Salle de 8,7 m² avec fauteuil roulant Salle de 20,4 m² SALLE DE MÉDICAMENTS FICHE 038 Superficie variable Critères d aménagement.1 Aménager en fonction du mode de préparation et de distribution des médicaments..2 Distinguer les zones suivantes : - entreposage des médicaments; - préparation et distribution (y prévoir un espace pour l aire de montage des chariots de distribution); - cabinet automatisé; - espace de rangement des chariots de distribution; - espace pour effectuer des tâches administratives et le classement et prévoir un équipement informatique..3 Assurer l apport d éclairage naturel..4 Espace pour les chariots à solutés, tubulures, seringues et aiguilles..4 Fenêtrer de façon à empêcher les regards extérieurs sur l entreposage des médicaments..5 Prévoir une armoire sécuritaire, accessible au personnel en dehors des heures de services; elle peut être située dans la cloison..6 Quincaillerie - Serrure obligatoire afin de contrôler l accès au local..7 Armoires pouvant être fermées à clé..8 Prévoir un comptoir avec un évier; un robinet automatique avec détecteur de présence peut être requis..9 Prévoir l espace pour une armoire à narcotiques et un réfrigérateur..10 Mesures de sécurité - Brancher la porte d accès sur la sécurité alarme pour les intrusions non désirées. VERSION FÉVRIER de 35

19 SALLE À MANGER FICHE 042 Superficie : ratio de 3,0 m²/personne, ajouter les espaces requis pour chariot alimentaire, cuisinette et autres. Critères d aménagement.1 Assurer un éclairage naturel..2 Assurer la visibilité et l ouverture de cette pièce sur les aires de circulation, tout en offrant la possibilité d être fermée au besoin..3 Prévoir, lors du calcul de la superficie, un nombre de places supérieur afin d intégrer les intervenants à l activité repas et d isoler certains usagers..4 Considérer un aménagement avec des tables accueillant au plus 4 personnes et de préférence assises sur les 4 côtés..5 Prévoir un espace pour stationner les chariots..6 Prévoir un espace pour une cuisinette ouverte..7 Aménager les tables de façon à ne pas obstruer la circulation des fauteuils roulants et des chariots..8 Prévoir 2 portes d accès..9 Prévoir des appareils d éclairage pour le comptoir. Dimensions.10 Prévoir un dispositif qui permettra de verrouiller les armoires afin d assurer la sécurité des usagers..11 Distribution électrique - Cuisinière (standard) - Chariot chauffant (standard).12 Interrupteur - Prévoir un dispositif de sécurité pour la cuisinière..13 Chaises - Choisir des chaises munies d appuie-bras afin d assurer la sécurité des usagers..14 Tables - Privilégier les tables de forme carrée, ce qui facilite le positionnement des intervenants lors des interventions d aide auprès des usagers. - Privilégier des tables munies de tablettes ou à hauteur ajustable..15 Chariot - Privilégier, pour le service alimentaire, un chariot de dimensions minimales de mm sur 760 mm..16 Si requis, prévoir un réfrigérateur, un grille-pain, un micro-ondes, etc..1 À la superficie minimum peut s ajouter les éléments suivants : - Chariot alimentaire : 2,0 m²/chariot.2 Largeur libre des portes : minimum mm SALLE DE REPOS FICHE 044 Superficie : ratio de 2,0 m²/personne. Critères d aménagement.1 Assurer l apport d éclairage naturel..2 Aménager des zones diversifiées, telles qu un salon, un espace pour dormir, une salle à manger et autres..3 Situer à proximité de salles d eau..4 Prévoir un comptoir avec un évier encastré et des armoires pouvant être fermées à clé..5 Prévoir l espace pour un réfrigérateur, un micro-ondes, des machines distributrices et autres..6 Raccorder le micro-ondes, le réfrigérateur et la machine distributrice à un circuit électrique normal..7 Mobilier Évaluer les besoins tels fauteuils, tables, sofa, babillard et autre. Dimensions.1 Machine distributrice : 2,0 m².2 Cuisinette ou coin-café (micro-ondes, frigo et café) : 2,5 m² SALLE D EXAMEN FICHE 046 Superficie minimale de 10,0 m². Fiche local disponible sur notre site web à l adresse suivante : VERSION FÉVRIER de 35

20 TOILETTE SPÉCIALISÉE ET UNIVERSELLE FICHE 053 Superficie minimale de 3,5 m 2 (universelle) ou 4,5 m² (spécialisée) Critères d aménagement.1 Assurer l intimité en positionnant la porte de la salle de toilettes de façon à ce qu elle ne s ouvre pas sur un lieu public.2 Toilette spécialisée - Prévoir des barres d appui rétractables de chaque côté du cabinet d aisances ainsi qu une autre en face du cabinet. Dimensions.1 D un côté du cabinet d aisances :.2 De l autre côté du cabinet : -avec un aidant : -personne autonome : mm 620 mm 285 mm.3 Prévoir un miroir selon le type de clientèle..4 Prévoir un drain de plancher, si requis..5 Prévoir, selon le type de clientèle, un support pour le dos lorsque le cabinet d aisances n a pas de réservoir combiné..5 Prévoir que 3 personnes puissent se trouver dans la salle de toilettes en même temps pour la clientèle gériatrique. Spécialisée avec assistance Universelle VERSION FÉVRIER de 35

10,0 représentants syndicaux. 5. Hygiène et salubrité - Pièce satellite pour le service d entretien ménager. 4,0 018 FACTEUR DE CONVERSION F1 1.

10,0 représentants syndicaux. 5. Hygiène et salubrité - Pièce satellite pour le service d entretien ménager. 4,0 018 FACTEUR DE CONVERSION F1 1. 1.1 Description Les espaces de soutien au personnel permettent de fournir aux employés les commodités nécessaires, telles que des espaces pour déposer leurs effets personnels, se changer de vêtements,

Plus en détail

Guide d aménagement du

Guide d aménagement du Guide d aménagement du Bloc opératoire Version de juin 2011 Table des matières 1. CONTEXTE...1 1.1 Définition...1 1.2 Description des activités...1 1.3 Description des usagers...2 1.3.1 Clientèle...2

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Préambule. Définition. Principes généraux

Préambule. Définition. Principes généraux Préambule Ce document a pour objectif de résumer les principes à respecter afin d aménager un milieu de vie prothétique. Dans un premier temps, une définition d un milieu de vie prothétique sera proposée.

Plus en détail

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES Direction des services d hébergement Description de fonction PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ JOUR

Plus en détail

1.1 Description. 2.1 Critères de conception. 2.2 Organisation spatiale. 2.2.1 Sous-composantes des services administratifs

1.1 Description. 2.1 Critères de conception. 2.2 Organisation spatiale. 2.2.1 Sous-composantes des services administratifs 1.1 Description L organisation de services de type administratif est extrêmement diversifiée et l ampleur des besoins, variable. L ensemble des types de locaux normalement utilisés et qui sont nécessaires

Plus en détail

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES Septembre 2002 PRÉAMBULE L aménagement et l environnement des lieux physiques d une ressource intermédiaire doivent assurer la

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES?

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES? Une maison, une vocation, un soutien QUI SOMMES-NOUS? La Maison de soins palliatifs Source Bleue a pour mission de prodiguer gratuitement des soins à des personnes atteintes d une maladie avec un pronostic

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE RÉUNION ET DE VISITE DE LA CLINIQUE DE PREMIÈRE LIGNE DE FORT COULONGE AVEC LE CLIENT #2. 160 chemin de la Chute (Mansfield)

COMPTE-RENDU DE RÉUNION ET DE VISITE DE LA CLINIQUE DE PREMIÈRE LIGNE DE FORT COULONGE AVEC LE CLIENT #2. 160 chemin de la Chute (Mansfield) Gatineau, 11 novembre 2005 COMPTE-RENDU DE RÉUNION ET DE VISITE DE LA CLINIQUE DE PREMIÈRE LIGNE DE FORT COULONGE AVEC LE CLIENT #2 Projet : COOP SANTÉ AYLMER Dossier: 05-654 Moment: Endroit: Sujet : Jeudi,

Plus en détail

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux s cliniques et services connexes no re Zoom sur site GLEN Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux laboratoires cliniques, aux centres de prélèvements ainsi qu en pathologie grâce à

Plus en détail

Cette liste de contrôle fait partie du guide «Adaptations de logement pour personnes handicapées et âgées», disponible sur CD-ROM.

Cette liste de contrôle fait partie du guide «Adaptations de logement pour personnes handicapées et âgées», disponible sur CD-ROM. Liste de contrôle pour adaptations individuelles de logement Cette liste de contrôle fait partie du guide «Adaptations de logement pour personnes handicapées et âgées», disponible sur CD-ROM. Personne

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Hélène Renaud asstsas Louise Morissette asstsas Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Vous rénovez les aires de jeux? Vous achetez de nouveaux équipements? Quels modèles choisir et

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Estival et court terme

Estival et court terme Service de logement - Estival et court terme Description des logements Résidence Lafrance Studio individuel (pour un client) : Grandeur : 3,9 m x 4,7 m (12 9 x 15 4 ) Sur chaque étage, laveuses et sécheuses

Plus en détail

Estival et court terme

Estival et court terme Service de logement- Estival et court terme Description des logements Résidence Lafrance Studios individuels (pour un client) : Laveuses et sécheuses payantes sur chaque étage; Deux s aménagés pour personnes

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9 Toilettes publiques Les toilettes publiques constituent un maillon essentiel d un réseau piéton, en particulier pour les personnes âgées qui souffrent souvent d incontinence. L absence des WC peut représenter

Plus en détail

Rénovation et réaménagement d un logement

Rénovation et réaménagement d un logement Rénovation et réaménagement d un logement 8 Dans la majorité des cas, vous devez obtenir un permis avant de rénover ou de réaménager l intérieur d un logement. Si l arrondissement exige ce permis, c est

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

RÉSIDENCE HÉRITAGE LISTE DE SERVICES INCLUS

RÉSIDENCE HÉRITAGE LISTE DE SERVICES INCLUS LISTE DE SERVICES INCLUS Services inclus dans chaque forfait de base Préposé/e(s) 24 heures sur 24 (jour, nuit et fin de semaine) Contrôle de médication et suivi de santé complet Aide aux médicaments Périodiquement,

Plus en détail

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX Affiche porte salle de traitement par aérosolisation Affiche salles de toilette centre de chimiothérapie.. Affiche salles de toilette

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE

GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE C O N C E P T I O N S G U I D E D E C O N C E P T I O N D E C A B I N E T D E N T A I R E Vous songez à un nouveau cabinet, à l expansion ou à une transformation?

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT STATIONNEMENT Éléments Espace(s) réservé(s) / nombre total de places de stationnement Dimension d un espace de stationnement réservé aux personnes handicapées Surface du stationnement

Plus en détail

Introduction... 3 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4

Introduction... 3 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4 Sommaire Introduction... 3 1. Le stationnement... 4 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4 2. Les entrées extérieures et intérieures... 6 3. Le bâtiment d accueil et les

Plus en détail

RELOCALISATION DU SIÈGE SOCIAL DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC AU 420 RUE McGILL, 2 e étage, MONTRÉAL

RELOCALISATION DU SIÈGE SOCIAL DE L ORDRE DES ARCHITECTES DU QUÉBEC AU 420 RUE McGILL, 2 e étage, MONTRÉAL RELOCALISATION DU SIÈGE SOCIAL DE L AU 420 RUE McGILL, 2 e étage, MONTRÉAL 1825, BOULEVARD RENÉ-LÉVESQUE OUEST MONTRÉAL, QUÉBEC H3H 1R4 PRÉPARÉ PAR : MICHELLE DÉCARY ARCHITECTE CONSEILLÈRE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Unité de soins palliatifs

Unité de soins palliatifs Unité de soins palliatifs Guide d accueil Notre mission Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir et d améliorer la santé

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE ET INTÉRIEUR

Plus en détail

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.

Le Prieuré. Livret d accueil. EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux. Centre Hospitalier de Dreux Livret d accueil Le Prieuré EHPAD - Le Prieuré 73, rue Saint Martin - 28102 DREUX Cedex Tél : 02 37 42 00 65 Fax : 02 37 42 14 31 www.page-dreux.fr Bienvenue Ce livret d accueil

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Fiches-conseils Habitation

Fiches-conseils Habitation L offre de logements accessibles satisfait à l axe d intervention Habitation du plan d action annuel pour l intégration des personnes handicapées et des personnes à mobilité réduite de la Ville de Gatineau.

Plus en détail

GRILLE D'ANALYSE DES ACTIVITÉS OPÉRATION "GRAND MÉNAGE"

GRILLE D'ANALYSE DES ACTIVITÉS OPÉRATION GRAND MÉNAGE GRILLE D'ANALYSE DES ACTIVITÉS OPÉRATION "GRAND MÉNAGE" ORGANISATION DU TRAVAIL ET REVALORISATION DES PRATIQUES ANNEXE 19 CONSIGNE D'UTILISATION DE LA GRILLE L opération vise à dégager du temps afin de

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Les établissements recevant du public (ERP) sont définis aux articles R. 123-1 et suivants du Code de la construction

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Objet Financement de dépenses d investissement pour la construction, la modernisation ou

Plus en détail

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires.

Fiche d évolution. Savoir. l Connaissance élémentaire en diététique. l Connaissance des types de régimes alimentaires. Cuisinier/ière G1602 - Personnel de cuisine 1 Cuisinier/ère en Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) Les activités principales Le cuisinier élabore et confectionne les repas

Plus en détail

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP

GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP GUIDE D EQUIPEMENT SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN LP 1 Objectifs : Ce guide s appuie sur le guide d équipement national élaboré en mai 95 et concerne les formations au BEP Carrières Sanitaires et Sociales

Plus en détail

le Conseil juge opportun de prévoir également des normes de sécurité, d hygiène et de protection incendie pour les résidences pour personnes âgées;

le Conseil juge opportun de prévoir également des normes de sécurité, d hygiène et de protection incendie pour les résidences pour personnes âgées; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT-SAINT-LAURENT VILLE DE HUNTINGDON RÈGLEMENT NUMÉRO 717-2005 RÈGLEMENT CONCERNANT LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR PERSONNES ÂGÉES Considérant que Considérant que Considérant que

Plus en détail

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS

CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS SRSOR Les Services de Réadaptation du Sud-Ouest et du Renfort CADRE DE GESTION MÉCANISME D ACCÈS USAGER PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OU UN TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT Février 2007

Plus en détail

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus with people in mind UN APPAREIL PERFORMANT À DOUBLE FONCTION Amigo est un désinfecteur à chargement par le dessus, extrêmement facile à utiliser avec un évier

Plus en détail

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT TÉLÉPHONE Paragraphe 12(1) Le titulaire de licence fournit un téléphone en état de fonctionner sur les lieux. Toutes les garderies doivent avoir un téléphone sur les lieux, et un

Plus en détail

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements

Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements Description du système d information géronto-gériatrique : le dossier clinique informatisé (DCI) interdisciplinaire et inter-établissements présenté par Suzie Leblanc Lucie Bonin André Tourigny RRSSS de

Plus en détail

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle :

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Personnes ayant une diversité fonctionnelle physique Personnes ayant une diversité fonctionnelle

Plus en détail

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3 1. OBJECTIFS Maintenir un environnement visuellement propre afin d offrir un confort et un accueil agréable aux résidents et à leurs proches. Limiter le risque de transmission croisée des microorganismes

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Soins et activités de SOUTIEN

Soins et activités de SOUTIEN LE JARDIN THERAPEUTIQUE ET D AGREMENT Il se situe auprès des bâtiments et est accessible aux personnes à mobilité réduite. Vous y trouverez un espace dédié aux jardins sur tables accessibles aux personnes

Plus en détail

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous.

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous. Centre de chimiothérapie Guide d information destiné au patient et à ses proches Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous cancers digestifs Un mot pour vous Vous avez reçu dernièrement un diagnostic

Plus en détail

Un centre d excellence : un leader en matière de qualité et de continuité des soins et des services pour notre population et nos partenaires.

Un centre d excellence : un leader en matière de qualité et de continuité des soins et des services pour notre population et nos partenaires. Guide des services À conserver pour votre prochaine visite Un centre d excellence : un leader en matière de qualité et de continuité des soins et des services pour notre population et nos partenaires.

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Organigrammes Révisé en février 2012

Organigrammes Révisé en février 2012 Hôpital de Mont-Laurier 2561, ch. de la Lièvre Sud Mont-Laurier QC J9L 3G3 Centre de services de Rivière-Rouge 1525, rue l Annonciation Nord Rivière-Rouge QC J0T 1T0 Organigrammes Révisé en février 2012

Plus en détail

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS OBJECTIFS a. Permettre et faciliter à tous les usagers l accès sécuritaire à tous les services publics nécessaires au bien-être et à l autonomie : téléphone, guichet automatique, comptoir, salle d essayage,

Plus en détail

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ...

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ... d e n t a i r e e t m é d i c a l d e n t a i r e e t m é d i c a l Sommaire 4 5 6 7 8 9... PRESENTATION... AGENCEMENT... CLOISONS - PORTES 10 11... ECLAIRAGE - DÉCORATION 12 13... REVÊTEMENT 14 15...

Plus en détail

PREFECTURE DE LOIR ET CHER

PREFECTURE DE LOIR ET CHER SOUS-COMMISSION DEPARTEMENTALE D ACCESSIBILITE Secrétariat : Direction Départementale des Territoires de Loir et Cher 17 quai de l Abbé Grégoire 41012 BLOIS CEDEX Tél : 02.54.55.75.22 Fax : 02.54.55.75.73

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE CIRQUE

ÉCOLE NATIONALE DE CIRQUE ÉCOLE NATIONALE DE CIRQUE RÈGLEMENTS des résidences - CES Les règlements suivants s appliquent spécifiquement aux résidences et s ajoutent aux «règlements des étudiants» qui s appliquent en tout lieu et

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31

LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR. Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 LE LIVRET D ACCUEIL DE JOUR Résidence VAUBAN 25, rue Jean Jaurès 59530 LE QUESNOY Tel : 03.27.09.22.00 - Fax : 03.27.09.22.31 Livret d Accueil de Jour Résidence VAUBAN 1 SOMMAIRE ORGANISATION DE L ACCUEIL

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ Ce livret est offert par la Carsat Nord-Picardie à : Nom, prénom :... Adresse :......... Pour bien vieillir chez moi, mon domicile en toute

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL

DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL DESCRIPTION DE FONCTIONS TRAVAILLEUR SOCIAL Description sommaire «Intervenir auprès des personnes, des familles, des groupes et des collectivités dans le but de favoriser leur fonctionnement social». (Code

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Annexe 2: Critères techniques

Annexe 2: Critères techniques Annexe 2: Critères techniques Un prérequis commun En prérequis, l obtention d une attestation «Construire adaptable» est toujours conditionnée au respect de la législation wallonne en matière de logement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 14 mars 2014 fixant les dispositions relatives à l accessibilité des logements destinés à l

Plus en détail

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence Accessibilité Gestion de temps efficiente Sans rendez-vous planifié Utilisation optimale des ressources Autosoins Projet préparé par : Clinique

Plus en détail

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf.

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. L INFIRMIÈRE D HIER À. . AUJOURD HUI OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES Mise à jour : 20 mars 2012 IDENTIFICATION DE L EMPLOI Service : Statut Niveau de la fonction : Supérieur immédiat : Externe Non syndiqué Personnel de soutien Directeur général

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER

SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER SITUATIONS DANGEREUSES AU TRAVAIL : PORTRAIT D UNE DÉCENNIE DANS UN CENTRE HOSPITALIER Robert Bourbonnais a a Centre de santé et de services sociaux de Laval (Laval, Québec) La présente étude trace le

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007;

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; RÈGLEMENT NUMÉRO 762 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; LE 18 JUILLET

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Hôpitaux, cliniques, maisons de retraite. Enseignement secondaire, universités. Monuments, cinémas, théâtres, musées

Hôpitaux, cliniques, maisons de retraite. Enseignement secondaire, universités. Monuments, cinémas, théâtres, musées CHAMPS D APPLICATION : PRESTO Santé est une offre complète de solutions d accessibilité parfaitement adaptées aux besoins des personnes à mobilité réduite Personnes en fauteuil roulant, personnes agées

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail

GUIDE DE MISE EN OEUVRE D UNE RESSOURCE INTERMÉDIAIRE pour les personnes en perte d autonomie liée au vieillissement (PPALV)

GUIDE DE MISE EN OEUVRE D UNE RESSOURCE INTERMÉDIAIRE pour les personnes en perte d autonomie liée au vieillissement (PPALV) Ce document est une production de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. Il peut être reproduit ou téléchargé pour une utilisation personnelle ou publique à des fins non commerciales,

Plus en détail

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM 1 1.1 INTRODUCTION 1.1.1 CONTEXTE Le projet de construction d un nouveau centre hospitalier est un projet qui chemine depuis un grand nombre d années déjà et dont la finalité première est de doter le Québec

Plus en détail

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE AUXILIAIRE SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS, INFIRMIÈRE EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

Document Unique Evaluation des Risques à domicile

Document Unique Evaluation des Risques à domicile Document Unique Evaluation des Risques à domicile Nom et adresse de l assistante maternelle: Sylvie OGER 9 Résidence de Kerhuel 29150 CHATEAULIN Le Document Unique doit lister et hiérarchiser les risques

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

GUIDE D'EQUIPEMENT ACADEMIQUE DE LA FILIERE COIFFURE MF AUGY IEN SBSSA

GUIDE D'EQUIPEMENT ACADEMIQUE DE LA FILIERE COIFFURE MF AUGY IEN SBSSA GUIDE D'EQUIPEMENT ACADEMIQUE DE LA FILIERE COIFFURE MF AUGY IEN SBSSA Contexte professionnel : La filière coiffure est bien définie ; elle forme au métier de coiffeur ; ce métier peut être décliné différemment

Plus en détail

Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue. Informations pratiques

Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue. Informations pratiques Accueil en ressource non-ins tu onnelle et en résidence à assistance con nue Le CRDITED souhaite que chaque personne vive dans un milieu de vie qui correspond le mieux à ses besoins tout en maintenant

Plus en détail