l Université de Bretagne Occidentale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Université de Bretagne Occidentale"

Transcription

1 THÈSE présentée devant l Université de Bretagne Occidentale pour obtenir le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE BRETAGNE OCCIDENTALE Mention INFORMATIQUE par Valéry RAULET Équipe d accueil 2215 (UBO, ENIB) Laboratoire d Ingénierie Informatique (LI2/ENIB) Titre de la thèse : Prototypage interactif et collaboratif. Vers une architecture de communication pour une interactivité coopérante dynamique dans les environnements virtuels distribués. Soutenue le 18 juin 2003 devant la commission d examen : M. : Marcel LE FLOCH Président MM. : François BOURDON Rapporteurs Jean-Pierre JESSEL MM. : Gilles BUREL Examinateurs Alexis NÉDÉLEC Jacques TISSEAU M. : Vincent RODIN Membre invité

2

3 Prototypage interactif et collaboratif. Vers une architecture de communication pour une interactivité coopérante dynamique dans les environnements virtuels distribués. Mémoire de thèse VALÉRY RAULET EA2215 (UBO, ENIB) Juin 2003

4 Mémoire de thèse Équipe d Accueil 2215 Valéry RAULET url : raulet/ tel : +33 (0) fax : +33 (0) École Nationale d Ingénieurs de Brest Laboratoire d Ingénierie Informatique Technopôle Brest-Iroise Site de la Pointe du Diable Parvis Blaise PASCAL Plouzané, Finistère Adresse postale : C.S , Brest CEDEX 3, France ii

5 Remerciements Je tiens, par l intermédiaire de cette thèse, à remercier tous ceux qui ont, de près ou de loin, participé à la réalisation de cette thèse. Je remercie tout d abord Jacques TISSEAU, professeur à l École Nationale d Ingénieurs de Brest et responsable du Laboratoire d Ingénierie Informatique, pour m avoir accepté au sein de son équipe de recherche. Je remercie également Alexis NÉDÉLEC et Vincent RODIN pour m avoir guidé et encadré pendant la réalisation de cette thèse. Je tiens également à remercier Monsieur François BOURDON, responsable de l équipe de recherche MAD (Modèles, Agents et Décision) du laboratoire GREYC de l Université de Caen et Monsieur Jean-Pierre JESSEL de l Équipe Synthèse d Images de l Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT), qui ont accepté d être les rapporteurs de cette thèse. Ces remerciements vont également à Messieurs Marcel LE FLOCH et Gilles BUREL qui ont bien voulu participer à mon jury de thèse. Je désire également remercier toute l équipe du Laboratoire d Ingénierie Informatique pour m avoir soutenu et conseillé tout au long de ces années de recherche, et tout particulièrement Pascal BALLET, Fabrice HARROUET, Elyes LAMINE et Ronan QUERREC qui ont croisé mon chemin dans ce laboratoire et dont je garderai un souvenir inoubliable. Enfin, je remercie ma famille et mes amis qui m ont supporté pendant tant d années. Je remercie plus particulièrement Mademoiselle Blandine LE CARLUER pour m avoir suivi dans cette dure épreuve et qui continuera, je l espère, à m apporter soutien et réconfort dans les moments difficiles. iii

6 Remerciements iv

7 Table des Matières Remerciements Table des Matières Liste des Figures iii v xi Introduction 1 Partie I Le contexte 5 Introduction 7 1 La Réalité Virtuelle Introduction Définition Tromper l utilisateur Échange naturel entre l utilisateur et l ordinateur Présence Autonomie Historique Les outils La partie matérielle La partie logicielle Les applications La simulation militaire Les jeux La formation Le prototypage Conclusion v

8 Table des Matières 2 Les Systèmes Multi-Agents Introduction Les systèmes multi-agents Historique Les objectifs Les fonctionnalités des SMA Agent intelligent Agents purement réactifs Agents cognitifs Les domaines d application La résolution de problèmes La simulation multi-agents Conclusion Conclusion 31 Partie II État de l art l architecture de communication 33 Introduction 35 1 Les réseaux : support de la communication Introduction Les données échangées dans un environnement virtuel Le réseau physique et logique La bande passante La latence La fiabilité La topologie du réseau physique Les protocoles de communication Les protocoles de l Internet La qualité de service La diffusion La diffusion restreinte La diffusion restreinte fiable Les protocoles spécialisés Conclusion Les architectures de communication Introduction La communication par messages Message Passing Interface (MPI) Parallel Virtual Machine (PVM) Communication par mémoire partagée Les espaces partagés vi

9 Table des Matières Linda JavaSpaces La plate-forme EQUIP Les services de CORBA Conclusion Le bus logiciel Remote Procedure Call (RPC) CORBA CORBA temps réel Les critères de choix Conclusion 87 Partie III État de l art Les environnements virtuels distribués 89 Introduction 91 1 Les architectures pour la simulation distribuée Introduction Historique Distributed Interactive Simulation (DIS) L architecture Protocol Data Unit (PDU) La technologie et ses limites Conclusion High Level Architecture (HLA) L architecture Les services du RTI Gestion de la fédération Gestion de la déclaration : publication/souscription Gestion des objets Comparaison entre HLA et DIS Comparaison entre HLA et CORBA Conclusion Les plates-formes de réalité virtuelle distribuée Introduction Les techniques de la réalité virtuelle distribuée Le dead reckoning Le filtrage Consistance de la base de données Gestion du temps Répartition de la charge Discussion vii

10 Table des Matières 2.3 Taxonomie des environnements virtuels collaboratifs Classification suivant des critères de fidélité Classification technique Les plates-formes existantes Conclusion Conclusion 151 Partie IV Le prototypage interactif et collaboratif 153 Introduction Le prototypage interactif et collaboratif La plate-forme oris Le prototypage Notre approche Le langage oris Simulation participative distribuée en oris L architecture Modèle réel / fantôme Modification dynamique de l environnement Protocole de gestion des instances Communication entre agents Génération automatique de code Conclusion Gestion dynamique de modèles sous HLA Le CERTI L architecture Le modèle objet du CERTI Extension de l API pour un modèle objet dynamique Description du modèle objet Modification du modèle objet par l API existante Modification de l arbre du modèle objet Modification de l espace de routage Conclusion Exemple en orisdis Existence de l agent et mise à jour de ses états Génération automatique de code Interaction sur le réel Interaction sur le fantôme Interaction sur un état dynamique Ajout dynamique de fonctionnalités à l agent viii

11 Table des Matières 3.3 Conclusion Conclusion et perspectives 213 Annexes 217 Liste des acronymes 265 Liste des sites Internet 269 Références bibliographiques 271 Résumé / Abstract 283 Index 285 ix

12 Table des Matières x

13 Liste des Figures Le contexte Traitement de l information selon [Grumbach 01] Interaction, Immersion, Imagination [Burdea et al. 93] Les trois médiations du modèle en réalité virtuelle [Tisseau 01] SécuRévi [Querrec 02] Différence entre objet et agent [Ferber 97] Caractéristiques d un agent autonome [Richard 01] Organisations et structures organisationnelles (d après [Ferber 95]) Architecture typique d un agent hybride (d après [Richard 01]) État de l art l architecture de communication Le modèle OSI Différentes topologies de réseaux Synchronisation par échange de messages NTP [Fujimoto 00] Les 4 composants vrtp : client, serveur, pair à pair et surveillance Les différents démons du protocole DWTP [Broll 98] Différentes approches de communication, évaluations [Waters et al. 97] Le partage d information avec ISTP Les différents protocoles de ISTP L architecture de Virtual Society [Honda et al. 96] L architecture de Gaia [Ko et al. 99] Architecture de ViSTA Javaspaces Le service d évènement de CORBA Les modèles de communication du service d évènement Appels et messages des RPC [Tanenbaum 94] xi

14 Liste des Figures 2.6 Étapes d exécution de RPC [Tanenbaum 94] Les différents services de CORBA Les différents services de CORBA (vue détaillée) Les composants de l échange client/serveur de CORBA Interopérabilité via IIOP L architecture de Nomad [Wilson et al. 01] État de l art Les environnements virtuels distribués 89 1 Classification des systèmes de CSCW [Ellis et al. 91] CVW, exemple d outil de travail collaboratif Les différentes parties de l architecture de DIS La liste des PDU du protocole DIS Le PDU Entity State [Hofer et al. 95] La stratégie d ensemble M&S du DMSO [Department of Defense 95] L architecture HLA Le cycle de vie d une simulation HLA Publication des objets Spécialisation des classes d objets HLA Généralisation des attributs d une classe Comparaison du cycle de vie de HLA et DIS [Calvin et al. 95] Structure EBI [Barrett et al. 96] Comparaison entre CORBA et HLA Échange d informations entre les entités sources (d après [Singhal 96]) Échange d informations entre l hôte source et l hôte distant Estimation de la trajectoire d une entité (ordre 0) Estimation de la trajectoire d une entité Algorithme PHBDR [Singhal 96] Estimation basée sur l intention [Szwarcman et al. 01] Interactions possibles Conscience suivant le nimbus et le focus Activation des objets tiers Problème simple d ordonnancement causal Relation happens-before à l aide d un vecteur temps Les types de simulateurs suivant le mécanisme de régulation temporel Utilisation du lookahead dans HLA Classification des algorithmes de répartition de la charge Granularité et performance de la répartition de la charge, d après [Jensen 96] Différentes topologies de communication pour les bases de données Modularité de Bamboo [Liles 98] interface HLA à Bamboo [Liles 98] Modèle objet utilisé dans Bamboo [Liles 98] xii

15 Liste des Figures 2.20 Architecture répliquée de DIVE Mécanisme de communication de VIPER [Torguet 98] Le prototypage interactif et collaboratif Démarche de prototypage classique (d après [Harrouet 00]) Démarche de prototypage interactif (d après [Harrouet 00]) Double infrastructure Communication entre l API oris et l API du RTI Composants du gestionnaire orisrti Interaction entre réel et fantômes Évolution d un attribut dynamique avec mise à jour du réel Exemple de l interaction de deux utilisateurs Dynamicité de l application Exemple de classe du fichier FED (syntaxe à la LISP) Exemple d instances créées après la modification de la classe Classe générique pour le transport d attributs dynamiquement ajoutés Relations entre classes, instances et attributs dans une simulation HLA Relation entre les éléments dans une simulation HLA / oris Contraintes appliquées sur les instances de classes et d attributs oris Interactions entre les agents réels et l orisrti Interactions entre l orisrti et les agents fantômes Espace de routage de réception des interactions par le fédéré Communication entre les agents Génération automatique de code Exemple de code XML pour la génération automatique de code L architecture du CERTI, d après [Bréholée et al. 02] Exemple de scénario de transfert de données (d après [Bréholée et al. 02]) La gestion du modèle objet dans le CERTI Le nouveau modèle objet du CERTI Description du modèle objet Ajout au modèle d interaction Ajout au modèle d objet Modification de l espace de routage Diagramme de classe entre les classes générées et les classes de base Fichier de description en XML Fichier FED généré automatiquement et servant à initialiser le RTI Exemple de code généré pour la classe du réel Cheminement d appels de méthodes à partir d une requête sur le réel Exemple de code généré pour la classe du fantôme Cheminement d appels de méthodes à partir d une requête sur le fantôme Blocage de la boucle à l aide d un attribut xiii

16 Liste des Figures 3.9 Ajout de fonctionnalités à la classe Code dynamiquement ajouté à la classe xiv

17 Introduction 1 La recherche perpétuelle de nouveaux produits répondant aux besoins des consommateurs a rendu leur conception beaucoup plus complexe. Cette complexification met en œuvre une profusion et une hétérogénéité de points de vue, de compétences, de disciplines et de technologies [Lamine 01]. Meinadier fait remarquer que l on peut distinguer deux principaux types de complexité dans un système [Meinadier 98] : La complexité statique qui est liée à l architecture du système, c est-à-dire le nombre de fonctions, de composantes, de relations, etc, la complexité dynamique qui est liée à la dynamique des interactions entre les soussystèmes et les composants ainsi qu à l existence de relations bouclées entre les fonctions. Faisant appel à des domaines de recherche différents, le recours à des modélisations est devenu nécessaire afin d analyser le comportement du système. Difficile à déterminer, la complexité dynamique nécessite une étape de prototypage afin de paramétrer au mieux le modèle et ainsi correspondre aux besoins des concepteurs. Les travaux menés sur oris [Harrouet 00] ont permis d offrir un outil de prototypage interactif permettant à l utilisateur de prototyper le modèle suivant son comportement dynamique sans recourir à des phases d aller/retour permanentes entre conception et simulation. 1 Même un chemin de mille lieues commence par un pas. Proverbe Japonais 1

18 Introduction Nos travaux portent sur la mise en œuvre d une architecture orisdis permettant la réalisation d applications de prototypage interactif et collaboratif. Ainsi, nous rendons possible l élaboration d un modèle de manière collaborative en permettant aux différents acteurs de préciser l objectif du modèle. De l agent à la réalité virtuelle distribuée Créer un système, c est rassembler différents éléments dotés d un comportement simple. L agent est un moyen informatique permettant de construire un objet autonome doté de son propre comportement, qui répond à un modèle défini par son concepteur. Simple à mettre en œuvre, l agent capte son environnement proche, effectue un traitement plus ou moins complexe ou plus ou moins intelligent. En réponse à cette perception et suivant son intelligence, il réagit ou agit et modifie l environnement suivant les besoins de son modèle. Complexifier le système, c est composer ou agréger différents agents. On obtient un système multi-agents qui permet de modéliser la complexité statique dans chacun de ses agents ainsi que la complexité dynamique, à travers les interactions entre ces différents agents. Difficile à prévoir, cette dynamique fait souvent l objet d un prototype afin de constater l émergence d un comportement désiré ou une auto-organisation menant vers le même but que son concepteur. Seulement, cette étape de composition de différents modèles simples nécessite souvent le recours à des modifications d un ou de l ensemble des modèles. Introduire l homme dans la boucle et lui permettre d agir directement sur le modèle offre la possibilité de réduire le temps de conception en évaluant interactivement les modifications apportées. Cette simulation participative rend l homme pleinement actif dans ce processus de mise au point. La réalité virtuelle a révolutionné la vision de l ordinateur vis à vis de l homme. Elle permet un couplage très fort entre les deux éléments et ouvre la voie à de nouvelles applications offrant un haut niveau de créativité à l utilisateur. L homme, non seulement dans la boucle, se place lui même, à travers son avatar, au même niveau conceptuel. Cette relation d égal à égal autorise une plus grande autonomie des modèles et par voie de conséquence, une plus grande autonomie de l utilisateur [Tisseau 01]. Comme la conception d un modèle complexe est de plus en plus le fruit du travail de nombreux experts, il devient nécessaire d offrir un outil permettant de confronter les différentes idées de chacun. La réalité virtuelle distribuée propose de lever les barrières des distances géographiques en permettant aux différents acteurs d être présents en un même endroit virtuel et surtout au même instant. Notre approche est basée sur l utilisation des systèmes multi-agents au sein d un environnement virtuel. Ce choix offre à l utilisateur un moyen d observer, d expérimenter et de fa conner un modèle numérique d une manière similaire aux investigations qu il peut mener autour d un système du monde réel [Harrouet 00]. 2

19 Introduction Organisation de ce mémoire Ce document est organisé en quatre parties. Le contexte présente deux des trois domaines ayant trait à notre problématique. Tout d abord, un premier chapitre qui présente la réalité virtuelle et montre comment l immersion de l utilisateur est réalisée, à travers différents capteurs et effecteurs et aussi, à travers le monde simulé. La réalité virtuelle a pour objectif de fournir une représentation réaliste et interactive de l environnement commun et partagé par tous les utilisateurs. Il est suivi d un deuxième chapitre qui offre un aperçu des systèmes multi-agents permettant de rendre un environnement virtuel beaucoup plus interactif. Les systèmes multi-agents viennent en complément de la réalité virtuelle. Ils permettent de doter les entités virtuelles de comportements réalistes qui peuvent être modifiés par les utilisateurs. Ces comportements sont plus ou moins développés en fonction de la capacité de décision de ces entités. Le reste du mémoire concerne les aspects distribués de notre problématique. La deuxième partie concerne essentiellement l étude des différentes couches intervenant dans l échange d informations entre les différents ordinateurs participant à cette immersion collective. Un premier chapitre aborde les propriétés offertes par le réseau et étudie comment ce système de transport peut gérer au mieux les données à véhiculer. Le second chapitre s intéresse aux paradigmes qui ont été élaborés dans le but de réaliser des applications coopérantes. D un niveau conceptuel supérieur, ces paradigmes offrent des facilités de programmation non négligeables et apportent tous une réponse au partage de données. La troisième partie s attache aux aspects distribués dans un contexte de réalité virtuelle. Elle présente cet aspect particulier des systèmes coopératifs qui requièrent une synchronisation temporelle. Le premier chapitre s attache à présenter les résultats des recherches menées par le ministère américain de la défense dans le but de promouvoir une architecture la mieux adaptée au développement d une telle application tout en permettant sa réutilisation. DIS 2 et HLA 3 constituent les deux principales architectures retenues. Le second chapitre s intéresse aux technologies adaptées au contexte de la réalité virtuelle distribuée. Nous présentons toutes les optimisations effectuées tant au niveau architectural qu au niveau de la transformation des données afin d améliorer la qualité du rendu, l extensibilité de l application et bien d autres aspects. Une taxonomie est réalisée afin de confronter les différentes plates-formes développées à ce jour. La dernière partie présente notre modèle destiné à créer une application de prototypage interactif, collaboratif et coopératif. Le premier chapitre présente une partie sur l intégration de l architecture de simulation militaire HLA à notre plate-forme multi-agents oris. Nous y détaillons les différentes technologies nécessaires à la réalisation d une plate-forme de prototypage distribuée et, plus précisément, certains aspects sur l évolution des modèles 2 DIS : Distributed Interactive Simulation 3 HLA : High Level Architecture 3

20 Introduction durant la simulation. La seconde partie intéresse plus particulièrement le concepteur d une application puisqu il offre un formalisme de spécification simple permettant de faciliter le développement de l application et surtout, de générer automatiquement le code nécessaire à la distribution de l application. Le second chapitre présente les modifications apportées à l interface du CERTI un RTI compatible HLA pour permettre une évolution dynamique de l application durant la simulation. Enfin, nous conclurons en présentant quels avantages nous pouvons retirer de cette architecture. Cette conclusion permet de faire le point sur la norme HLA par rapport aux applications de réalité virtuelle distribuées et de proposer des évolutions. Remarques complémentaires Le développement actuel d Internet en fait une source primordiale pour se documenter et approfondir certains sujets. Nous avons donc ajouté une annexe contenant une liste de sites Internet en relation avec les sujets traités. À chaque fois que nous parlons d un sujet et qu une référence Internet est disponible, elle est annoté par un arobase ). Par ailleurs, lorsque nous faisons référence à des méthodes relatives à certaines interfaces de programmation, nous adoptons l écriture utilisée dans les documentations de l architecture HLA. Par exemple, la méthode updateattributevalues() sera notée Update Attribute Values. Enfin, ces travaux ont fait l objet de plusieurs publications scientifiques : [Rodin et al. 00] [Raulet et al. 02a] [Raulet et al. 02b] [Raulet et al. 03b] [Raulet et al. 03a]. Les quatre dernières publications sont fournies en annexe. 4

21 Partie I Le contexte 5

22 Le contexte 6

23 Introduction À la charnière de différentes disciplines, la réalité virtuelle se propose de synthétiser les résultats de recherches en simulation, en informatique graphique, en audiovisuel et en de nombreuses autres disciplines. Chaque avancée dans l une de ces disciplines profite à la réalité virtuelle et permet à l ordinateur d être encore plus en adéquation avec les idées de l utilisateur. En effet, le résultat présenté par l ordinateur correspond aux conséquences des différentes interactions de l homme sur l ordinateur et réciproquement. Le premier chapitre de cette partie a pour objectif de montrer comment cette collaboration est effectuée et a abouti aux différentes applications que nous connaissons aujourd hui. Le second chapitre aborde les systèmes multi-agents ou SMA 1 et présente comment chaque entité l agent participe dans un processus global. L interaction entre l agent et l environnement ainsi que le processus inverse produit l émergence d un système plus complexe. Dans cette partie, nous présentons succinctement quelques aspects de la réalité virtuelle et des systèmes multi-agents afin de mieux comprendre les points forts à retenir pour notre problématique. 1 en anglais, MAS pour MultiAgent System. 7

24 Introduction 8

25 Chapitre 1 La Réalité Virtuelle...Nous pouvons modeler votre vision pour lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses... au-delà du réel. Au-delà du réel ( ), Leslie Stevens & Joseph Stephano 1.1 Introduction Bien que le terme virtuel ait pris, aujourd hui, un autre sens que celui d origine, il est souvent utilisé pour exprimer l existence d une chose uniquement dans sa réalisation informatique. La réalité virtuelle offre cette apparence en plaçant l utilisateur au centre du système. Trois points particuliers permettent de rendre cette immersion parfaite. Tout d abord, l utilisateur est immergé dans un monde graphique en trois dimensions. Ce monde peut simuler un monde réel ou imaginaire. Ensuite, l utilisateur se trouve dans l application et navigue généralement dans cet environnement via un avatar, un représentant informatique de luimême. Enfin, cet utilisateur peut examiner, interagir et manipuler les objets virtuels composant l environnement [Wilson et al. 01]. Le rendu graphique, le retour sensoriel et les moyens d interactions offerts à l utilisateur permettent une profonde osmose entre cet utilisateur et l ordinateur. La réalité virtuelle est un domaine pluridisciplinaire tirant parti de l informatique graphique, de la simulation, de la conception assistée par ordinateur, de la téléopération, ainsi que de beaucoup d autres lui permettant de remplir son rôle. 9

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23 Table des Figures 7 Introduction Générale 9 1. Outils et plate-formes de construction d application 9 2. Intégration de paradigmes de conception dans le cycle de vie 10 2.1. Equilibrage de charge et équilibrage

Plus en détail

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009 GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11 Mise en œuvre UML 1/ 25 Introduction Mise en œuvre d UML UML n est pas une méthode 2/ 25 1 UML n est qu un langage

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13

Table des matières CHAPITRE I : LA COOPERATION INTERENTREPRISES...13 INTRODUCTION...13 3 Table des matières INTRODUCTION GENERALE...8 1. CONTEXTE ET CADRE DE LA RECHERCHE...8 2. OBJECTIF ET APPROCHE...9 3. ENONCE DU PLAN DE LA THESE...10 PARTIE I : CADRE THEORIQUE ET ETAT DE L ART...12 CHAPITRE

Plus en détail

Chapitre 9 HLA distributed simulation approaches for supply chain

Chapitre 9 HLA distributed simulation approaches for supply chain Présentation livre Simulation for Supply Chain Management Chapitre 9 HLA distributed simulation approaches for supply chain B. Archimède, P. Charbonnaud, F. Ounnar, P. Pujo Contexte et motivation Problématique

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

E-Learning / Ergonomie :

E-Learning / Ergonomie : BARRAU Mathieu Licence Pro Communication Electronique GRUFFAZ Loic Université Lyon 2 E-Learning / Ergonomie : Cahier des charges, contenu et organisation du support de cours pour le programme de formation

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique

Génie logiciel avec UML. Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Génie logiciel avec UML Notions sur le langage UML adapté pour les cours du programme Techniques de l informatique Claude Boutet Session hiver 2008 Modélisation de systèmes Table des matières TABLE DES

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

Partie 1 Introduction à l IHM et historique

Partie 1 Introduction à l IHM et historique Partie 1 Introduction à l IHM et historique Stéphanie Jean-Daubias INFO Stephanie.Jean-Daubias@liris.univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/stephanie.jean-daubias/ L3 Plan du cours Introduction à l IHM o Historique

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Chp1: Introduction à l IHM -Introduction à l IHM -Historique. Beyaoui W. / Smida M. Cours IHM-Chap1

Chp1: Introduction à l IHM -Introduction à l IHM -Historique. Beyaoui W. / Smida M. Cours IHM-Chap1 Chp1: Introduction à l IHM -Introduction à l IHM -Historique 1 IHM Interface Homme Machine Interactions Homme Machine Communication Homme Machine Dialogue Homme Machine Interaction Personne Machine 2 Définitions

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS LOG792 PROJET DE FIN D ÉTUDE EN GÉNIE LOGICIEL BLUEUPDATES FRANÇOIS BOYER BOYF18048004 DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs

Introduction. Chapitre 1. 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs Chapitre 1 Introduction 1.1. Nouveaux enjeux et objectifs L évolution des télécommunications répond principalement à une double attente : la convergence des réseaux (fixe/mobile et voix/données) et l intégration

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

Chapitre 1 Introduction

Chapitre 1 Introduction Chapitre 1 Introduction La réalité augmentée assistée par ordinateur est un domaine émergeant, qui progresse rapidement. Son principe est de mélanger le monde réel et le monde virtuel. De nombreuses applications

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

1 LA MODÉLISATION DE L HUMAIN VIRTUEL ET SON EXPLOITATION

1 LA MODÉLISATION DE L HUMAIN VIRTUEL ET SON EXPLOITATION 1 LA MODÉLISATION DE L HUMAIN VIRTUEL ET SON EXPLOITATION Stéphane Donikian, Philippe Fuchs et Claude Andriot 1.1 LA MODÉLISATION DE L HUMAIN VIRTUEL 1.1.1 LE BESOIN D HUMAINS VIRTUELS EN RÉALITÉ VIRTUELLE

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME

ORIENTATIONS POUR LA CLASSE DE TROISIÈME 51 Le B.O. N 1 du 13 Février 1997 - Hors Série - page 173 PROGRAMMES DU CYCLE CENTRAL 5 e ET 4 e TECHNOLOGIE En continuité avec le programme de la classe de sixième, celui du cycle central du collège est

Plus en détail

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca Domaine de la modélisation des processus pour le génie logiciel. Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca DSL4SPM Domain-Specific-Language for Software Process Modeling Il s agit d un nouveau cadre

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media Visualisation de processus industriels par l image 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans les créations

Plus en détail

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité numérique Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité est la facilité d accès à un lieu, un service ou un produit. Disposer d une bonne accessibilité

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

SUGARCRM MODULE RAPPORTS

SUGARCRM MODULE RAPPORTS SUGARCRM MODULE RAPPORTS Référence document : SYNOLIA_Support_SugarCRM_Module_Rapports_v1.0.docx Version document : 1.0 Date version : 2 octobre 2012 Etat du document : En cours de rédaction Emetteur/Rédacteur

Plus en détail

START AIR SAFE PROJECT AF 10/04/2014. Par corentin RICOU & William BOBO

START AIR SAFE PROJECT AF 10/04/2014. Par corentin RICOU & William BOBO START AIR SAFE PROJECT AF 10/04/2014 Par corentin RICOU & William BOBO TABLE DES MATIÈRES Table des matières Introduction 1 les besoins 1 platforme de travail 2 Conception 3 Architecture 3 Réalisation

Plus en détail

Environnement Architecture de controle. Décisions

Environnement Architecture de controle. Décisions Chapitre 1 Introduction 1.1 Robot Mobile Il existe diverses définitions du terme robot, mais elles tournent en général autour de celle-ci : Un robot est une machine équipée de capacités de perception,

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

Exceed 8.0. Nouvelles fonctionnalités

Exceed 8.0. Nouvelles fonctionnalités Exceed 8.0 Nouvelles fonctionnalités Copyright Hummingbird 2002 Page 1 of 9 Sommaire Sommaire... 2 Généralités... 3 Conformité à la section 508 de la Rehabilitation Act des Etats-Unis... 3 Certification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique

Les sections 6 et 7. du ComitéNational de la RechercheScientifique Les sections 6 et 7 du ComitéNational de la RechercheScientifique (CoNRS) Frédérique Bassino et Michèle Basseville Plan Le comité national Les missions des sections Les sections 6 et 7 Le comiténational

Plus en détail

Gamme SOFREL S5OO. Postes locaux de télégestion modulaires

Gamme SOFREL S5OO. Postes locaux de télégestion modulaires Gamme SOFREL S5OO Postes locaux de télégestion modulaires Issue de notre expérience de 35 ans en télégestion et bénéficiant d une base technique modulaire, la gamme de postes locaux SOFREL S500 offre une

Plus en détail

Système Expert pour Smartphones

Système Expert pour Smartphones INSA Rennes Département INFORMATIQUE Système Expert pour Smartphones Rapport de bilan de Planification Olivier Corridor;Romain Boillon;Quentin Decré;Vincent Le Biannic;Germain Lemasson;Nicolas Renaud;Fanny

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage.

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage. $YDQWSURSRV La mise en œuvre du pilotage des systèmes de production constitue un enjeu sensible en raison, d une part, de l accroissement du niveau d automatisation de ceux-ci et, d autre part, de la multiplication

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College L occasion d innover Le Loyalist College, situé à Belleville, crée depuis 2006 des simulations pour l apprentissage en utilisant

Plus en détail

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot

les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot les GDT dans le Système d Information informatisé Muriel Pinel Laurent Tabourot Introduction Le Système d Information Les fonctions du SI Un système d information collecte diffuse, transforme et stocke

Plus en détail

Procédurier. Module de réservation des ressources

Procédurier. Module de réservation des ressources Procédurier Module de réservation des ressources VERSION : 1.1 DATE : MARS 2015 HISTORIQUE Version Collaborateurs Description de la modification Date 0.0 François Bureau Document préliminaire Mars 2015

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007 Rapport d activité Mathieu Souchaud Juin 2007 Ce document fait la synthèse des réalisations accomplies durant les sept premiers mois de ma mission (de novembre 2006 à juin 2007) au sein de l équipe ScAlApplix

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Avant-propos La comptabilité est pour certains une véritable bête noire, qu il est soit disant difficile,

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Manuel du client de bureau distant de KDE

Manuel du client de bureau distant de KDE Manuel du client de bureau distant de KDE Brad Hards Urs Wolfer Traduction française : Joëlle Cornavin Traduction française : Yann Neveu Relecture de la documentation française : Ludovic Grossard 2 Table

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ... Ronny Scherf Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 01 I 2009 Du point de vue de la technologie des systèmes au sein d un bâtiment, il existe deux approches en matière de réduction des coûts

Plus en détail

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances

Digital Workplace. et Gestion. Concepts et mise en œuvre. Gilles BALMISSE. des connaissances Digital Workplace et Gestion des connaissances Gilles BALMISSE Table des matières 1 Avant-propos 1. Objectif du livre.......................................... 17 2. Illustrations des exemples de ce livre.........................

Plus en détail

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant

M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant M1if22 - Logiciels éducatifs Conception & rôle de l enseignant Stéphanie Jean-Daubias Stephanie.Jean-Daubias@liris.univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/stephanie.jean-daubias/ Plan du cours Méthodologies

Plus en détail

OpenText Content Server v10 Cours 3-0126 (ex 215)

OpenText Content Server v10 Cours 3-0126 (ex 215) v10 Cours 3-0126 (ex 215) Administration système et indexation-recherche Durée : 5 jours Ce cours de 5 jours apprendra aux administrateurs, aux architectes système et aux services support comment installer,

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Visual packaging solutions

Visual packaging solutions pack Visual packaging solutions Experience reality... VTales graphics Pourquoi utiliser Lyncis Pack? De par sa technologie virtuelle novatrice, le logiciel Lyncis Pack est un outil avantageux à plusieurs

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE

PRESENTATION GENERALE Date Rédacteur Titre 31 Octobre Claude Terosier (Magic Makers), Florent Masseglia (Inria), Camila Canellas (Université de Nantes), Camile Daniel (OpenClassrooms). Présentation de la formation Class'Code

Plus en détail

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC

BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC cterrier.com 11/09/2007 1 / 7 BTS MUC Le système d information commerciale dans l épreuve d ACRC Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction

Plus en détail

Intégrer les informations et redéfinir les rôles grâce à l IHM Stéphane Chatty IntuiLab

Intégrer les informations et redéfinir les rôles grâce à l IHM Stéphane Chatty IntuiLab Intégrer les informations et redéfinir les rôles grâce à l IHM Stéphane Chatty IntuiLab Brétigny, 19 janvier 2006 Forum Intégration et interopérabilité 1 IntuiLab : spécialistes en IHM Equipe et origines

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose.

P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. P7. PANTHERE - VERSION INDUSTRIELLE Un logiciel performant et convivial pour la prévision des débits de dose. L. GUIGUES EDF/SEPTEN 12-14 avenue Dutriévoz 69628 Villeurbanne Cedex RESUME PANTHERE est un

Plus en détail

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET

Mémoire de Projet Professionnel TITRE DU PROJET République Tunisienne Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Sfax Institut Supérieur d Informatique et de Multimédia de Sfax Sigle de l ISIMS Mastère Professionnel

Plus en détail