COUR SUPRÊME DU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR SUPRÊME DU CANADA"

Transcription

1 COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL FÉDÉRALE) Dossier n o ENTRE : JULIE GUINDON - et - SA MAJESTÉ LA REINE - et - APPELANTE (intimée) INTIMÉE (appelante) PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO, PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC, COMPTABLES PROFESSIONNELS AGRÉÉS DU CANADA, CANADIAN CONSTITUTION FOUNDATION INTERVENANTS MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC (règle 37 et 42 des Règles de la Cour suprême du Canada) M e Abdou Thiaw 2 e étage 1200, route de l Église Québec (Québec) G1V 4M1 M e Pierre Landry Noël et Associés s.e.n.c.r.l. 111, rue Champlain Gatineau (Québec) J8X 3R1 Tél. : poste Téléc. : Tél. : Téléc. : Procureur de l Intervenante Procureure générale du Québec Correspondant de l Intervenante Procureure générale du Québec Henri A. Lafortune Inc. 2005, rue Limoges Tél. : Longueuil (Québec) J4G 1C4 Téléc. : L

2 - 2 - M e Adam Aptowitzer M e Arthur Drache, C.M., Q.C. M e Alexandra Tzannidakis M e Kenneth Jull Drache Aptowitzer LLP 226 Maclaren Street Ottawa, Ontario K2P 0L6 Tél. : Téléc. : Procureur de l Appelante Julie Guindon M e Gordon Bourgard M e Paul Klippenstein M e Eric Noble Procureur général du Canada East Tower, Room 843 Bank of Canada Building 234 Wellington Street Ottawa, Ontario K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Procureurs de l Intimée Sa Majesté La Reine M e Christopher M. Rupar Procureur général du Canada Suite 500, Room O Connor Street Ottawa, Ontario K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Correspondant de l Intimée Sa Majesté La Reine

3 - 3 - M e Zachary Green Procureur général de l Ontario 4 th Floor 720 Bay Street Toronto, Ontario M5G 2K1 Tél. : Téléc. : Procureur de l Intervenant Procureur général de l Ontario M e Robert E. Houston, Q.C. Burke-Robertson LLP Bureau Maclaren Street Ottawa, Ontario K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant de l Intervenant Procureur général de l Ontario M e Dominic Charles Belley M e Vincent Dionne Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. Bureau , Place Ville Marie Montréal (Québec) H3B 1R1 Tél. : (M e Belley) Tél. : (M e Dionne) Téléc. : Procureurs de l Intervenant Comptables professionnels agréés du Canada M e Sally Gomery Norton Rose Fulbright Canada LLP Suite O Connor Street Ottawa, Ontario K1P 1A4 Tél. : Téléc. : Correspondante de l Intervenant Comptables professionnels agréés du Canada

4 - 4 - M e Darryl A. Cruz M e Brandon Kain M e Kate Findlay M e Brandon Siegal McCarthy Tétrault LLP Toronto-Dominion Centre, Suite , King Street West Toronto, Ontario M5K 1E6 Tél. : Téléc. : Procureurs de l Intervenant Canadian Constitution Foundation M e D. Lynne Watt Gowling Lafleur Henderson LLP Suite Elgin Street Ottawa, Ontario K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondante de l Intervenant Canadian Constitution Foundation

5 - i - TABLE DES MATIÈRES Page MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DE LA POSITION ET DES FAITS... 1 PARTIE II EXPOSÉ CONCIS DES QUESTIONS EN LITIGE... 2 PARTIE III EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS... 3 Remarques préliminaires sur la nécessité d'un avis de question constitutionnelle Les sanctions administratives pécuniaires contribuent au respect des régimes réglementaires par les administrés Les sanctions administratives pécuniaires s inscrivent à l intérieur des mécanismes administratifs servant à faire respecter les régimes réglementaires Les sanctions administratives s'appliquent à l égard des «administrés» L application de l'art. 11 de la Charte canadienne est limitée à deux situations La procédure d'imposition de la sanction n'est pas en soi de nature criminelle La sanction administrative pécuniaire ne constitue pas une véritable conséquence pénale a) La nature d'une sanction ne se définit pas en fonction de son caractère pécuniaire, mais plutôt en fonction de son objectif b) La nature d'une sanction pécuniaire ne se définit pas en fonction du montant réclamé... 15

6 - ii - TABLE DES MATIÈRES Page c) La réparation d'un tort causé à la société fait partie des principes pénologiques, ces principes ne s'appliquent pas dans le cadre d'une sanction administrative d) L'imposition d'une sanction administrative peut prendre en compte des éléments liés au comportement de l'administré Conclusion PARTIE IV DÉPENS PARTIE V ORDONNANCE DEMANDÉE PARTIE VI TABLE ALPHABÉTIQUE DES SOURCES PARTIE VII TABLE DES LOIS, RÈGLEMENTS ET RÈGLES... 23

7 - 1 - Exposé concis de la position et des faits MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DE LA POSITION ET DES FAITS 1. La Procureure générale du Québec intervient dans le présent pourvoi à la suite d un avis d intervention donné à la Cour le 17 juin 2014 et s en remet essentiellement à l exposé des faits qui se retrouve au mémoire de l intimée

8 - 2 - Exposé concis des questions en litige PARTIE II EXPOSÉ CONCIS DES QUESTIONS EN LITIGE 2. Dans une ordonnance rendue le 14 mai 2014, la très honorable juge en chef McLachlin a formulé comme suit les questions constitutionnelles du présent pourvoi : 1. L article de la Loi de l impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5 e suppl.), viole-t-il l art. 11 de la Charte canadienne des droits et libertés? 2. Dans l affirmative, s agit-il d une violation constituant une limite raisonnable prescrite par une règle de droit et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d une société libre et démocratique au sens de l article premier de la Charte canadienne des droits et libertés? 3. La Procureure générale du Québec limite son intervention à la première question constitutionnelle et soutient que l appelante, pour les motifs suivants, ne peut bénéficier des protections conférées par l article 11 de la Charte canadienne des droits et libertés 1 : les sanctions administratives pécuniaires sont un outil administratif efficace, équilibré et balisé qui permet l atteinte d objectifs réglementaires, épargne l administré des stigmates de la procédure pénale et se déroule dans un cadre équitable; l art. 11 de la Charte canadienne s applique de façon limitée à deux situations; l appelante n est pas inculpée dans une affaire qui, de par sa nature même, est une procédure criminelle; la sanction administrative pécuniaire prévue ne constitue pas une véritable conséquence pénale. 1 Partie I de la Loi constitutionnelle de 1982, annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (1982, R.-U., c. 11), ci-après : «Charte canadienne», art. 11, Mémoire de l'intimée (M.I.), p. 62.

9 - 3 - PARTIE III EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS REMARQUES PRÉLIMINAIRES SUR LA NÉCESSITÉ D'UN AVIS DE QUESTION CONSTITUTIONNELLE 4. La Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée quant au caractère obligatoire de l'avis de question constitutionnelle 2. La Procureure générale du Québec considère que, en l'absence d'un tel avis, l'argument relatif à l'art. 11 de la Charte canadienne ne pouvait pas être analysé par la Cour canadienne de l'impôt. 5. En effet, devant le tribunal d'instance, l'appelante soutenait, à l'égard de l'art de la Loi de l'impôt sur le revenu 3, une interprétation qui, prétendait-elle, devait être compatible avec l'art. 11 de la Charte canadienne, en fonction des valeurs exprimées à cet article (les droits fondamentaux accordés à «tout inculpé»). Selon elle, l'interprétation conforme aboutirait à conclure que l'article de la Loi prévoit une infraction pénale et non une sanction administrative La Procureure générale du Québec est d'avis que le résultat d'une telle interprétation est manifestement contraire à la volonté législative qui, sans aucune ambiguïté, était plutôt de créer une sanction soumise au régime administratif, en substance et en procédure Or, la Cour a déjà conclu que «selon [sa] jurisprudence constante [ ], il est bien établi que les tribunaux ne doivent se tourner vers les valeurs inscrites dans la Charte pour M.I., par. 36, 38-40, L.R.C. (1985), ch. 1 (5 e suppl.), ci-après «Loi», M.I., p Guindon c. Canada, 2013 CAF 153, par , Recueil de sources de l'intervenante, Procureure générale du Québec (R.S.), onglet 13; Guindon c. Canada, 2012 CCI 287, par , R.S., onglet 14. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 26, 55-59, R.S., onglet 13; Guindon c. Canada, précité (CCI), par. 37, R.S., onglet 14.

10 - 4 - interpréter le sens d une disposition législative que si une ambiguïté persiste au terme de l application de la méthode contextuelle» Étant donné l'absence d'ambiguïté quant à l'art de la Loi, la Procureure générale du Québec est d'avis que rien ne pouvait justifier que la Cour canadienne de l'impôt se prononçât sur la question constitutionnelle en l'absence d'un avis en bonne et due forme. Autrement dit, l'exercice auquel l'appelante invitait le tribunal d'instance n'était pas accessoire à l'interprétation d'une disposition ambiguë; en réalité, il s'agissait d'une question qui n'en est pas une d'interprétation conciliatrice, mais plutôt de déterminer si la procédure de l'art de la Loi est ou non conforme aux prescriptions de l'art. 11 de la Charte canadienne. L'examen de cette question distincte nécessitait l'envoi de l'avis requis pour ce faire Comme la Cour l'a souligné dans l'arrêt Eaton c. Conseil scolaire du comté de Brant, «[a]nnuler par défaut une disposition législative adoptée par le Parlement ou une législature causerait une injustice grave non seulement aux représentants élus qui l ont adoptée mais également au peuple» 8. La même conclusion vaut également quant à la stratégie adoptée par l'appelante qui, sous le couvert d'une interprétation conciliatrice, revenait en réalité à annuler indirectement la disposition. À ce titre, il est important de souligner que l'intimée s'est objectée, à toutes les étapes de l'affaire, à ce que la question constitutionnelle soit examinée en l'absence de l'avis requis, d'autant plus que ce dernier pouvait être soumis en temps opportun La Cour canadienne de l'impôt ne devait donc pas se prononcer sur la question constitutionnelle irrégulièrement introduite devant elle et, selon la Procureure générale du Pharmascience inc. c. Binet, [2006] 2 R.C.S. 513, par. 29 (en contexte réglementaire), R.S., onglet 22. Voir aussi, en droit criminel : R. c. Clarke, [2014] 1 R.C.S. 612, par , R.S., onglet 23. JEAN, Hugo et LAPORTE, Gilles, JurisClasseur Québec, Collection de droit public, Droit constitutionnel, LexisNexis, 2011, p. 4/152, R.S., onglet 44. [1997] 1 RCS 241, par. 48, Recueil de sources de l'intimée (R.S.I.), vol. 1, onglet 32. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 31, R.S., onglet 13.

11 - 5 - Québec, sa décision est ipso facto invalide puisque «l'absence d'avis est préjudiciable en soi à l'intérêt public» LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES PÉCUNIAIRES CONTRIBUENT AU RESPECT DES RÉGIMES RÉGLEMENTAIRES PAR LES ADMINISTRÉS 1.1 LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES PÉCUNIAIRES S INSCRIVENT À L INTÉRIEUR DES MÉCANISMES ADMINISTRATIFS SERVANT À FAIRE RESPECTER LES RÉGIMES RÉGLEMENTAIRES 11. Les tribunaux canadiens reconnaissent l'importance des régimes réglementaires adoptés afin d encadrer les activités à l intérieur de domaines divers et variés. À cet égard, le juge Cory mentionne dans l arrêt R. c. Wholesale Travel Group inc. 11 : En bref, les mesures réglementaires sont absolument essentielles pour assurer notre protection et notre bien-être en tant qu'individus et pour permettre le fonctionnement efficace de la société. Elles sont justifiées dans tous les aspects de notre vie. Plus une activité est complexe et plus nous avons besoin des dispositions réglementaires et de leur mise en application. [ ] 12. Dans le but d assurer le respect des régimes réglementaires, et atteindre ainsi les objectifs poursuivis, la Cour reconnaît que les gouvernements peuvent disposer, en dehors de la possibilité de poursuites pénales, de divers mécanismes d'enquête et de sanctions administratives, que ce soit notamment dans les législations environnementale 12, commerciale 13, automobile 14, douanière 15 ou encore fiscale Eaton c. Conseil scolaire du comté de Brant, précité, par. 53, R.S.I., vol. 1, onglet 32; JEAN, Hugo et LAPORTE, Gilles, précité, p. 4/150, 4/151, 4/155, 4/156, R.S., onglet 44. R. c. Wholesale Travel Group inc., [1991] 3 R.C.S. 154, p (le juge Cory avec l appui de la juge L Heureux-Dubé), R.S., onglet 32. Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l Environnement), [2003] 2 R.C.S. 624, par , R.S., onglet 7. Richard c. Time inc., [2012] 1 R.C.S. 265, par. 99, R.S., onglet 36. R. c. Wise, [1992] 1 R.C.S. 527, p , R.S., onglet 34. Martineau c. M.R.N., [2004] 3 R.C.S. 737, par , Recueil de sources de l'appelante (R.S.A.), onglet 19. R. c. Jarvis, [2002] 3 R.C.S. 757, par , 50-55, R.S.A, onglet 12.

12 Étant donné la variété et l'asymétrie des situations qui requièrent leur intervention, l'existence de diverses sanctions administratives permet aux gouvernements de disposer de la flexibilité nécessaire quant au choix des moyens les plus efficaces pour assurer le respect du régime. Ainsi, une gamme de mesures, comme l avertissement, la confiscation, l exécution en nature, la suspension ou le retrait d un permis ou l imposition d une sanction pécuniaire permettent d atteindre cette finalité 17. La légalité et la raisonnabilité de ces sanctions sont contestées devant les tribunaux de juridiction civile Par conséquent, les sanctions administratives pécuniaires permettent, selon les circonstances propres à chaque régime réglementaire, de compléter les autres types de sanctions administratives, qui peuvent être inefficaces ou inadaptées à plusieurs situations. Par exemple, l'existence d'une diversité de mécanismes pourra permettre d'imposer une sanction pécuniaire, incitative ou corrective, plutôt qu'un autre type de sanction administrative dont les conséquences peuvent, selon les cas, être plus sévères (par exemple, la suspension d'une licence) De plus, les sanctions administratives pécuniaires existent dans les législations réglementaires de plusieurs États modernes, en particulier aux États-Unis 20. Ainsi, une approche adaptée au contexte réglementaire permet une gestion plus efficace des politiques gouvernementales, ce qui est particulièrement requis compte tenu de l intégration croissante des différentes économies : [ ] Tout comme les tribunaux américains, les tribunaux canadiens ne peuvent davantage ignorer les réalités sociales, politiques et économiques concrètes à l'intérieur desquelles doit s'inscrire notre système de droits et de garanties constitutionnels. Plus particulièrement, nous devons reconnaître que la Charte ne peut à elle PELLETIER, G., Les sanctions administratives pécuniaires, XX e Conférence des juristes de l'état (2013), p. 523, R.S., onglet 45. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 59, R.S., onglet 13. HÉLIE, M. Y., Bien-fondé de l'exclusion des sanctions pécuniaires administratives de la portée de l'article 11 de la Charte canadienne des droits et libertés, XVII e Conférence des juristes de l'état (2006), p , R.S., onglet 43. PELLETIER, G., précité, p , R.S., onglet 45; M.I., par. 71.

13 - 7 - seule protéger toute la dimension de liberté individuelle à laquelle nous aspirons. [ ] J'ajoute qu'avec l'intégration plus grande de l'économie canadienne dans l'économie américaine et même dans l'économie mondiale, nous devrions hésiter à donner à la Constitution une interprétation qui entrave la capacité du gouvernement d'affronter des problèmes que d'autres pays, avec lesquels nous partageons des valeurs humaines, juridiques et constitutionnelles semblables, sont tout à fait capables de traiter dans leur vision de la liberté [ ] C'est pourquoi le législateur québécois recourt fréquemment aux sanctions administratives pécuniaires. Ces sanctions s'inscrivent à l'intérieur des mécanismes administratifs servant à faire respecter divers régimes réglementaires du Québec, que ce soit, notamment, en matière fiscale 22, environnementale 23, mobilière 24, entrepreneuriale 25, ou encore en matière de garde d'enfants De plus, bien qu'une sanction administrative puisse être imposée parallèlement à une poursuite pénale 27, il peut être plus avantageux pour le citoyen que l'autorité administrative ait une latitude suffisante dans le choix des mesures servant à faire respecter la réglementation. Cette latitude lui permettra, par exemple, de pouvoir privilégier, dans certains cas, une sanction pécuniaire plutôt que de faire subir au citoyen la lourdeur, les stigmates et les conséquences associés à la procédure criminelle Thomson newspapers Ltd. c. Canada (Directeur des enquêtes et recherches, commission sur les pratiques restrictives du commerce), [1990] 1 R.C.S. 425, p , R.S., onglet 41. Voir aussi : R. c. Fitzpatrick, [1995] 4 R.C.S. 154, par. 29, R.S., onglet 24. Loi sur les impôts, RLRQ, c. I-3, art , R.S., onglet 51; Loi sur l'administration fiscale, LRQ, c. A-6.002, art , R.S., onglet 46. Loi sur la qualité de l'environnement, RLRQ, c. Q-2, art , R.S., onglet 49. Loi sur les valeurs mobilières, RLRQ, c. V-1.1, art , R.S., onglet 54. Loi sur l'impôt minier, RLRQ, c. I-0.4, art , R.S., onglet 47; Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche, RLRQ, c. M-35.1, art. 93 al. 1(6), 117 al. 2, R.S., onglet 48; Loi sur les maîtres électriciens, RLRQ, c. M-3, art. 28, R.S., onglet 52. Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance, RLRQ, c. S-4.1.1, art , R.S., onglet 53. Martineau c. M.R.N., précité, par. 31, R.S.A., onglet 19. Renvoi relatif à la rémunération des juges de la cour provinciale de I.P.E.; renvoi relatif à l'indépendance et à l'impartialité des juges de la cour provinciale de I.P.E., [1997] 3 R.C.S. 3, par. 298, R.S., onglet 35; HÉLIE, M. Y., précité, par , R.S., onglet 43.

14 Par conséquent, la Procureure générale du Québec est d'avis que le législateur devrait bénéficier de la latitude nécessaire pour déterminer l'objet et la variété des sanctions administratives permettant d assurer efficacement le respect d un régime réglementaire. 1.2 LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES S'APPLIQUENT À L ÉGARD DES «ADMINISTRÉS» 19. La Procureure générale du Québec soutient que, en plus de pouvoir déterminer l'objet et la variété des sanctions administratives pouvant être imposées en cas de non-respect d'un régime réglementaire, le législateur a également le pouvoir d identifier les personnes qui sont tenues de respecter le régime et qui sont assujetties à ses sanctions. Dans le cadre limité du domaine réglementé, les personnes ainsi visées en sont, juridiquement, les administrés; quant à l'objet de la loi, elles ne sont pas des «tiers» À ce titre, la Cour a déjà refusé de qualifier juridiquement de «tiers» à la législation routière un professionnel (mécanicien) qui a fait l'objet d'une sanction administrative, non pas à titre d'usager des routes, mais plutôt comme participant au régime de réglementation routière 30. En l'espèce, comme le reconnaît l'appelante 31, la sanction administrative affecte principalement (mais pas seulement) des professionnels (avocats et fiscalistes). Elle concerne aussi les dirigeants de fondations. Ces personnes participent au fonctionnement du régime fiscal, leur bonne collaboration étant essentielle. 21. D'ailleurs, tout comme le vocable «on» analysé dans l'arrêt Pharmascience inc. c. Binet 32, l'utilisation du mot «la personne» 33 dans un texte de loi établit que même ceux qu'on peut techniquement appeler des «tiers» sont juridiquement «soumis[] à l obligation de Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 29, R.S., onglet 22. Société de l assurance automobile du Québec c. Cyr, [2008] 1 R.C.S. 338, par , R.S., onglet 38. Outre le vocable «citizen», la Cour a également traduit l'expression «administré» par «person subject to the law» ou encore par «individual» : Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l Environnement.), précité, par. 33, 34, 39, R.S., onglet 7; Canada (Procureur général c. Mavi, [2011] 2 R.C.S. 504, par. 68, R.S., onglet 4; Supermarchés Jean Labrecque Inc. c. Flamand, [1987] 2 R.C.S. 219, p. 235, R.S., onglet 40. M.A., par Précité, par. 15, 29-35, R.S., onglet 22. Comme à l'art (4) de la Loi, M.I., p. 69.

15 - 9 - coopération et non seulement un groupe défini et restreint d individus» 34. Ainsi, dans le cadre de la Loi, «la réalisation de cet objectif [de protection du public] implique nécessairement que les tiers soient visés ou touchés par certaines dispositions [ ]» 35. En fait, un administré peut être un tiers seulement dans la relation stricte entre l'autorité administrative et un autre administré, et non pas vis-à-vis de la législation réglementaire en entier si celle-ci le concerne également. 22. À ce titre, la détermination des administrés d'un régime réglementaire permet au législateur de prendre en compte la multitude des activités et des personnes (physiques ou morales) qui peuvent être concernées par la portée juridique de cette législation. L analyse de la validité constitutionnelle d une sanction administrative n'en est pas une sur la sagesse ou l opportunité des mesures adoptées par le législateur Dans le présent pourvoi, au regard de la portée juridique de l article de la Loi, l appelante fait valoir une approche restreinte et incomplète des administrés de la législation fiscale 37. En fait, elle ne tient aucunement compte du choix législatif expressément énoncé par le biais de cette disposition, puisque «lorsqu il entend limiter le champ d application d un article de loi, le législateur s exprime habituellement de façon claire» En l'espèce, compte tenu de la complexité du régime fiscal 39, la collaboration des divers intervenants (comptables, fiscalistes, etc.) et des mandataires de l'état 40 est tout aussi essentielle que celle du contribuable pour l'administration du régime 41. Bien que l'art de la Loi soit techniquement titré «Information trompeuse en matière fiscale fournie par Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 31, R.S., onglet 22. Pharmascience inc. c. Binet, précité, par , R.S., onglet 22. Colombie-Britannique c. Imperial Tobacco Canada Ltée, [2005] 2 R.C.S. 473, par , R.S., onglet 9; Ontario c. Canadien Pacifique Ltée, [1995] 2 R.C.S. 1031, p , R.S., onglet 20. M.A., par Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 31, R.S., onglet 22. R. c. Jarvis, précité, par. 48, R.S.A., onglet 12. Loi sur la taxe d accise, LRC (1985), c E-15, art. 221, R.S., onglet 50. Voir mutatis mutandis : Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 36, R.S., onglet 22; M.I., par

16 des tiers», ces derniers demeurent juridiquement des administrés du régime fiscal. En effet, puisque les actes posés par l appelante (signature de reçus d impôts en tant que présidente d une fondation, rédaction d un avis juridique) sont assujettis à la Loi et qu'elle est sujette à la sanction prévue à son article 163.2, elle n est pas, au sens juridique du terme, un «tiers» à l égard de ce régime réglementaire limité; elle en est plutôt une «administrée», tout comme le contribuable qui est assujetti à d'autres dispositions de la Loi (notamment à une sanction pécuniaire similaire en vertu de l'art. 163(2) de la Loi) 42. Ce qui est conforme à l'analyse textuelle, contextuelle et téléologique de la législation fiscale L APPLICATION DE L'ART. 11 DE LA CHARTE CANADIENNE EST LIMITÉE À DEUX SITUATIONS 25. L'application des garanties de l'art. 11 de la Charte canadienne est limitée au seul cas où la personne visée par l'action de l'état est un «inculpé», soit que cette personne fasse l'objet d'une procédure qui en soi est de nature criminelle ou bien qu'elle risque l'imposition d'une véritable conséquence pénale En limitant l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne à ces deux seules situations, la Cour veille à interpréter cette disposition suivant son objet, c'est-à-dire en fonction des intérêts que cet article vise à protéger, dans le but d'en harmoniser les différents alinéas Ainsi, l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne a été exclue dans plusieurs situations, parmi lesquelles le prélèvement de l'adn d'un délinquant dangereux 46, la M.I., par. 66. Hypothèques Trustco Canada c. Canada, [2005] 2 R.C.S. 601, par. 44, R.S., onglet 15; Copthorne Holdings Ltd. c. Canada, [2011] 3 R.C.S. 721, par. 6, 70, R.S., onglet 11. R. c. Wigglesworth, [1987] 2 R.C.S. 541, p. 551, 552, 554, , R.S., onglet 33; R. c. Rodgers, [2006] 1 R.C.S. 554, par , R.S., onglet 29; Canada (Procureur général) c. Whaling, [2014] 1 R.C.S. 392, par. 37, R.S., onglet 5. R. c. Wigglesworth, précité, p. 551, 552, 554, , R.S., onglet 33; R. c. Potvin, [1993] 2 R.C.S. 880, p. 908, R.S., onglet 27; R. c. MacDougall, [1998] 3 R.C.S. 45, par , R.S., onglet 26. R. c. Rodgers, précité, par , R.S., onglet 29.

17 procédure d'appel d'un verdict d'acquittement 47, la procédure de licenciement d'un policier 48 et l'imposition d'une confiscation compensatoire par voie administrative Une telle limitation s'explique notamment par la nécessité de ne pas banaliser les protections particulières que la Charte canadienne accorde à des personnes qui se trouvent dans des situations spécifiquement visées par une autre de ses dispositions 50. À cet égard, bien que la Cour n'ait pas à le décider, d'autres dispositions de la Charte canadienne, notamment son art. 12, prévoient des protections dont pourrait bénéficier une personne qui n'est pas un inculpé au sens de l'art. 11 du même texte La Procureure générale du Québec est d'avis que, à l'instar de la confiscation compensatoire analysée dans l'arrêt Martineau c. M.R.N. 52, la sanction administrative pécuniaire n'est pas une procédure qui, en soi, est criminelle; elle ne constitue pas non plus une véritable conséquence pénale. 3. LA PROCÉDURE D'IMPOSITION DE LA SANCTION N'EST PAS EN SOI DE NATURE CRIMINELLE 30. La contravention à une disposition réglementaire peut être sanctionnée de diverses façons 53. Cependant, la Cour a déjà considéré que, même si elle est poursuivie par voie pénale, cette disposition est, quant à son essence, de nature civile 54 : [ ] Bien qu'appliquées comme lois pénales par le truchement de la procédure criminelle, ces infractions sont essentiellement de nature R. c. Potvin, précité, p , R.S., onglet 27. Trimm c. Police régionale de Durham, [1987] 2 R.C.S. 582, p. 589, R.S., onglet 42. Martineau c. M.R.N., précité, par. 56, 66, R.S.A., onglet 19. Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 57, R.S., onglet 5. R. c. Rodgers, précité, par. 63, R.S., onglet 29; Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 60, R.S., onglet 13. Précité, par. 56, 66, R.S.A., onglet 10. Martineau c. M.R.N., précité, par. 31, R.S.A., onglet 10; Richard c. Time inc., précité, par. 99, R.S., onglet 36; Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l'environnement), précité, par. 21, R.S., onglet 7. R. c. Sault Ste-Marie [1978] 2 RCS 1299, p (j. Dickson, tel était alors son titre), R.S., onglet 30; R. c. Wholesale Travel Group inc., précité, p (j. Cory), R.S., onglet 32.

18 civile et pourraient fort bien être considérées comme une branche du droit administratif à laquelle les principes traditionnels du droit criminel ne s'appliquent que de façon limitée La distinction entre une affaire qui est en soi de nature criminelle et une affaire administrative est bien établie. Comme l'écrivait le juge Wilson 56 : À mon avis, si une affaire en particulier est de nature publique et vise à promouvoir l'ordre et le bien-être publics dans une sphère d'activité publique, alors cette affaire est du genre de celles qui relèvent de l'art. 11. Elle relève de cet article de par sa nature même. Il faut distinguer cela d'avec les affaires privées, internes ou disciplinaires qui sont de nature réglementaire, protectrice ou corrective et qui sont principalement destinées à maintenir la discipline, l'intégrité professionnelle ainsi que certaines normes professionnelles, ou à réglementer la conduite dans une sphère d'activité privée et limitée : [ ] Les procédures de nature administrative engagées pour protéger le public conformément à la politique générale d'une loi ne sont pas non plus le genre de procédures relatives à une «infraction», auxquelles s'applique l'art. 11. Toutefois, toutes les poursuites relatives à des infractions criminelles aux termes du Code criminel et à des infractions quasi criminelles que prévoient les lois provinciales sont automatiquement assujetties à l'art. 11. C'est le genre même d'infractions auxquelles l'art. 11 était destiné à s'appliquer. 32. Sur ce point, la Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée 57. À ce titre, la Procureure générale du Québec est d'avis que la sanction pécuniaire qui a été imposée à l'appelante s'inscrit dans une affaire qui, par sa nature même, est administrative. En effet, à tout le moins, la sanction s'inscrit dans les «procédures de nature administrative engagées pour protéger le public conformément à la politique générale d'une loi» Voir aussi : HÉLIE, M. Y., précité, par , R.S., onglet 43. R. c. Wigglesworth, précité, p. 560, R.S., onglet 33; Voir aussi : Martineau c. M.R.N., précité, par , R.S.A., onglet 19. M.I., par ,

19 De plus, étant donné qu'elle a pour but «de faire réfléchir, à l'intérieur du [secteur d'activités administré] par l'intimée, quiconque serait tenté de poser un des actes y énumérés», la sanction «tend[] à discipliner une sphère limitée d'activité» Ces procédures ont expressément été exclues de l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne Étant donné que l'imposition de la sanction administrative pécuniaire ne s'inscrit pas dans le cadre du droit ou de la procédure criminelle par sa nature même, les garanties de l'art. 11 de la Charte canadienne ne sauraient être applicables dans un tel contexte. Tout en mettant en garde «contre l application directe en droit administratif des normes de la justice criminelle», la Cour a déjà conclu que «[l]e droit garanti par l al. 11b) ne s applique donc pas dans le cas de procédures civiles ou administratives» LA SANCTION ADMINISTRATIVE PÉCUNIAIRE NE CONSTITUE PAS UNE VÉRITABLE CONSÉQUENCE PÉNALE 36. La Cour a déjà établi «qu'il est difficile de concevoir qu'une procédure en particulier ne satisfasse pas au critère dit de la «nature même», mais satisfasse à celui que j'appelle le critère de la «véritable conséquence pénale»» Une véritable conséquence pénale a été définie comme étant «l'emprisonnement ou une amende qui par son importance semblerait imposée dans le but de réparer le tort causé à la société en général plutôt que pour maintenir la discipline à l'intérieur d'une sphère d'activité limitée» Patry c. Hydro-Québec, 1999 CanLII (QC CA), p. 9-10, R.S., onglet 21. R. c. Wigglesworth, précité, p. 560, R.S., onglet 33; Centrale de l'enseignement du Québec c. Québec (Procureur général), [1998] A.Q. n o 2914 par , R.S., onglet 6. Blencoe c. Colombie-Britannique (Human Rights Commission), [2000] 2 R.C.S. 307, par. 88, R.S.I., vol. 1, onglet 8; HÉLIE, M. Y., précité, p. 311, R.S., onglet 43. R. c. Wigglesworth, p , R.S., onglet 33. R. c. Wigglesworth, précité, p. 561, R.S., onglet 33; R. c. Rodgers, précité, par. 59, R.S., onglet 29.

20 Cet énoncé a été clarifié par la Cour 63. Il ressort de cette clarification qu'une véritable conséquence pénale est donc une sanction «dont est passible un accusé pour une infraction donnée et [qui] est conforme à l objectif et aux principes de la détermination de la peine» [Nos soulignements]. Autrement dit, pour déterminer si une sanction pécuniaire en particulier constitue une véritable conséquence pénale, il faut en analyser les objectifs. Puisque la sanction administrative pécuniaire ne vise pas à réaliser l'objectif et les principes de détermination de la peine 64, la Cour est invitée à conclure qu'il ne s'agit pas d'une véritable conséquence pénale; elle «ne tient aucunement compte des principes de responsabilité pénale et des principes de détermination de la peine» Sur ce point, la Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée 66. Toutefois, au soutien de cette position, la Procureure générale du Québec ajoute les éléments suivants. a) La nature d'une sanction ne se définit pas en fonction de son caractère pécuniaire, mais plutôt en fonction de son objectif 40. L'emprisonnement constitue une véritable conséquence pénale 67, qu'il sanctionne la violation d'une disposition criminelle ou bien celle d'une disposition réglementaire Cependant, en dehors de ce cas, la Procureure générale du Québec est d'avis que les autres types de sanction que notre droit connaît ne sont pas, en eux-mêmes, exclusifs au contexte criminel ou bien au contexte administratif. En principe, une sanction habituellement imposée par une autorité administrative peut également l'être par le juge pénal, pourvu qu'une disposition législative le permette (par exemple, le retrait d'un permis ou la R. c. Rodgers, précité, par. 63, R.S., onglet 29; Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 54, R.S., onglet 5. R. c. M. (C.A.), [1996] 1 R.C.S. 500, par. 81, R.S., onglet 25. Martineau c. M.R.N., précité, par. 39, 65, R.S.A., onglet 19. M.I., par Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 51, R.S., onglet 5; R. c. Wigglesworth, précité, p. 562, R.S., onglet 33. R. c. Richard, [1996] 3 R.C.S. 525, par. 30, R.S., onglet 28.

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35892 ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA AGENCE DU REVENU DU CANADA - et - CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC - et

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

INTRODUCTION. Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral

INTRODUCTION. Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral INTRODUCTION Application de la réglementation provinciale à l égard des activités relevant de la compétence du gouvernement fédéral Mathieu Quenneville, avocat, Lavery, de Billy, S.E.N.C.R.L. Colloque

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7

COU R DU QUÉ BEC. 200-01-066866-017 page: CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRI CT DE «Cha mbre crimin elle et pénale» N : 20 0-01- 06 68 66-01 7 QUÉBEC DATE : L e 9 m a i 2 0 0 3 SOUS LA PRÉSI DENCE DE : L HONORABLE JEAN-PIERRE

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Les grands dossiers sociaux 2014 édition janvier 2014 Est-il obligatoire de cotiser à la sécurité sociale? Depuis plusieurs

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT

Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE GUY COURNOYER, J.C.S. JUGEMENT Longueuil (Ville de) c. Rodrigue 2013 QCCS 6172 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-36-001599-127 (CM : 11-35239) DATE : 5 décembre 2013 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Bulletin d'information

Bulletin d'information Bulletin d'information 101 Gouvernement du Québec D liini8~re des Finances 96-1 Le 26 janvier 1996 Sujet: MAINTIEN DU REMBOURSEMENT DE LA TAXE DE VENTE DU QUÉBEC (TVQ) PAYÉE PAR LES ENTREPRISES SUR LE

Plus en détail

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA N 35892 DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA et AGENCE DU REVENU DU CANADA DEMANDEURS (Appelants) ET

Plus en détail

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736

SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant. [2012] J.Q. no 13197 2012 QCCS 5736 Page 1 Intitulé de la cause : Vakilian c. Directeur des poursuites criminelles et pénales SIAVOSH VAKILIAN, appelant-défendeur c. DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES, intimé-poursuivant [2012]

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident 1. CHAMP D APPLICATION Cette directive précise les éléments permettant d établir l admissibilité des personnes aux indemnités prévues au régime d assurance automobile du Québec ainsi que les recours de

Plus en détail

Le point sur la fiscalité

Le point sur la fiscalité Dans ce numéro «Gains» des sociétés à responsabilité limitée à membre unique : où en est-on?...2 La non-discrimination et la convention fiscale entre le Canada et le Royaume-Uni...5 Bulletin sur les nouveautés

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V. c., 2007 CSC 20 ENTRE : ET ENTRE : ET ENTRE : Impulsora Turistica de Occidente, S.A. de C.V., Vision Corporativa y Fiscal,

Plus en détail

Décision du ministère des Finances relative au traitement fiscal des opérations de prêt de valeurs mobilières

Décision du ministère des Finances relative au traitement fiscal des opérations de prêt de valeurs mobilières Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Ian C.W. Russell Premier vice-président, Marchés des capitaux (416) 865-3036 BULLETIN No 2531 Le 13 novembre 1998 Décision du

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2015 75 Arrêt du 1 er septembre 2015 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE

PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE PROTOCOLE D ENTENTE EN MATIÈRE D ASSISTANCE ET DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (QUÉBEC, CANADA) LA SECURITIES AND COMMODITIES AUTHORITY (ÉMIRATS ARABES UNIS) Le 8 juin 2010 TABLE

Plus en détail

Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada

Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Litiges transnationaux Un guide

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel du Québec) L.V.-P.

COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel du Québec) L.V.-P. Dossier no 32309 COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel du Québec) ENTRE : SA MAJESTÉ LA REINE DEMANDERESSE (Appelante) ET : L.V.-P. et S.L.-G. INTIMÉS (Intimés) ET : L ASSOCIATION

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000161-022 DATE : 17 e jour de février, 2003, SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLEMARC BEAUDOIN, J.C.S. ROBERT CHARTIER, requérant,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004

Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 Circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 (complétée par : - Addendum dd. 05.03.2010 à la circulaire n Ci.RH.241/539.525 (AFER 12/2004) dd. 09.03.2004 - Addendum dd. 01.08.2011 aux circulaires

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire

Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire Rappel sur certains principes encadrant le droit pénal réglementaire Alain Marcotte* 1) Introduction.......................... 495 2) Les régimes de responsabilité pénale applicables...... 496 A) La responsabilité

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N

No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 D É C I S I O N C A N A D A Province de Québec District de Hull Cour Municipale Ville de Gatineau No. A-070027/95-00353 GATINEAU, le 27 janvier 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable RAYMOND SÉGUIN LA CORPORATION MUNICIPALE

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS N 1200818 M. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M me Corouge Présidente AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Truy Le Tribunal adm inistratif d'amiens Rapporteur public La présidente du tribunal,

Plus en détail

BARREAU DU QUÉBEC CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC ORDRES DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC ORDRE DES COMPTABLES EN MANAGEMENT ACCRÉDITÉS DU QUÉBEC

BARREAU DU QUÉBEC CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC ORDRES DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC ORDRE DES COMPTABLES EN MANAGEMENT ACCRÉDITÉS DU QUÉBEC RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EXERCICE ILLÉGAL PORTANT SUR LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA VIE D UNE PERSONNE MORALE À L INTENTION DES DIRIGEANTS DES ORDRES PROFESSIONNELS SUIVANTS : BARREAU DU QUÉBEC

Plus en détail

RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ)

RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ) Adopté le 05.03.1993, entrée en vigueur le 05.03.1993 - Etat au 01.07.2009 (abrogé) RÈGLEMENT 330.11.1 sur le casier judiciaire et le contrôle cantonal (RCJ) du 5 mars 1993 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1200562 SOCIETE LVMH MOET HENNESSY LOUIS VUITTON M. Ouillon Rapporteur Mme Restino Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

... Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel. Centre canadien de français juridique. Le 21 février 2013

... Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel. Centre canadien de français juridique. Le 21 février 2013 Centre canadien de français juridique Droits linguistiques des accusés : Partie XVII du Code criminel Le 21 février 2013................... Guy Jourdain Directeur du Service de traduction juridique Justice

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

Bulletin Droit des affaires

Bulletin Droit des affaires Bulletin Droit des affaires Mai 2003 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Conservation et archivage des documents votre entreprise s est-elle dotée d une politique en la matière? Vancouver Yellowknife Toronto

Plus en détail

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade

LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC. Bernard Poujade 11 LA CHAMBRE TERRITORIALE DES COMPTES DE POLYNESIE FRANCAISE, LE CODE DES JURIDICTIONS FINANCIERES ET LA QPC Bernard Poujade La loi organique du 10 décembre 2009 (entrée en vigueur le 1er mars 2010) détermine

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

CO UR SUP ÉRIE URE 550-36-000037-000 PAGE: 1

CO UR SUP ÉRIE URE 550-36-000037-000 PAGE: 1 550-36-000037-000 PAGE: 1 CO UR SUP ÉRIE URE Canada PROVI NCE DE QUÉBE C DISTRI CT DE hull (Jurid iction criminel le) N o : 550-36-000037-000 (550-61-005154-998) 550-36-000038-008 (550-61-005155-995) 550-36-000039-006

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ;

Vu la requête, enregistrée le 16 mai 2014, présentée pour M. A., domicilié c/o Me D. ; jb COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE LYON N 14LY01523 ------------------ M. A. M. Le Gars Président M. Besse Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative d'appel de Lyon

Plus en détail

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Dahir du 5 kaada 1368 (30 août 1949) relatif à la répression des infractions à la réglementation des changes, tel qu il à été modifié et complété par le dahir du 25 moharrem 1371 (27octobre 1951). LOUANGE

Plus en détail

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles 261 Loi n 54-06 instituant une déclaration obligatoire de patrimoine de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles ainsi que de certaines catégories de fonctionnaires ou agents

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition

Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Traité de droit criminel tome 2, 2 e édition Hugues Parent On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville Montréal

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le

3. En cas de silence des présentes règles sur une quelconque question de procédure, le Annexe A Règles de procédure de la Commission ontarienne d examen Principe général 1. Les présentes règles doivent recevoir une interprétation large afin d'assurer la résolution équitable de chaque affaire

Plus en détail

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne P6_TA(2005)0030 Qualité de la justice pénale dans l'union européenne Recommandation du Parlement européen à l'intention du Conseil sur la qualité de la justice pénale et l'harmonisation de la législation

Plus en détail

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 1. Résumé 1.1 Pour la première fois depuis la promulgation en 1986 de la Directive du Conseil européen sur la coordination des

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT:

EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: PLAIDOYER AMENDÉ EN DÉFENSE À L'ACTION DE LA DEMANDERESSE, LES DÉFENDERESSES EXPOSENT RESPECTUEUSEMENT CE QUI SUIT: 1. Quant aux paragraphes 1 et 2 de la déclaration, elles s'en remettent aux pièces P-1,

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Veuillez lire les modalités ci-dessous et prendre connaissance de ce qui suit : Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Limite d'une (1) offre et d'une (1)

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 27.01.2012 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition 0458/2010, présentée par Garbiş Vincenţiu Kehaiyan, de nationalité roumaine, au nom de l'association

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc.

GREY CASGRAIN, s.e.n.c. 1155, boulevard René-Lévesque Ouest bureau 1715 Montréal, Québec H3B 2K8 Tél. : 514-288-6180 ; Téléc. AVIS DE DEMANDE DE CONTRÔLE JUDICIAIRE No T-110-12 COUR FÉDÉRALE SECTION DE PREMIÈRE INSTANCE Entre : Et : DANIEL TURP Ministre de l Environnement du Canada Ministre de la Justice et Procureur général

Plus en détail

OBJET : Prescription visant les procédures de mise en application de l OCRCVM

OBJET : Prescription visant les procédures de mise en application de l OCRCVM Le 25 janvier 2011 Brendan Hart Avocat aux politiques, Politique de réglementation des membres Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières Bureau 1600, 121 King Street West

Plus en détail

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de Le 11 février 2014 [TRADUCTION] Par courriel : mickey.sarazin@cra-arc.gc.ca; mary-pat.baldwin@cra-arc.gc.ca Monsieur Mickey Sarazin Directeur général Direction des décisions en impôt Agence du revenu du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ;

2 ) de prononcer la décharge de l imposition contestée ; sh COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 10LY01157 ------------------ M. J M. Duchon-Doris Président Mme Chevalier-Aubert Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour administrative

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2001 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T

No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 J U G E M E N T C A N A D A Province de Québec District de Québec Cour Supérieure (Chambre criminelle) No. 200-36-000070-953 QUÉBEC, ce 29 septembre 1995 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L'Honorable ANDRÉ TROTIER, J.C.S. (JT0187)

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 17 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA COHÉRENCE DANS LE PRONONCÉ DES PEINES (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE

COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE COMMENTAIRES DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES DE PERSONNES (ACCAP) SUR LE PROJET DE LIGNE DIRECTRICE DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS SUR LES PRATIQUES COMMERCIALES 30 mars 2010

Plus en détail

MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES

MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES MÉMOIRE ÉCRIT SOUMIS PAR DYNAMIC VENTURE OPPORTUNITIES FUND LTD. AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES PROJET DE LOI C-377 LOI MODIFIANT LA LOI DE L'IMPÔT SUR LE REVENU (EXIGENCES

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : P. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 2 ENTRE : P. S. N o d appel : GE-13-290 Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

PRESENT: MONSIEUR LE JUGE ROBERT B.

PRESENT: MONSIEUR LE JUGE ROBERT B. C A N A D A PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL C O U R D U Q U E U E C CHAMBRE CRIMINELLE ET PENALE (DIVISION STATUTAIRE) PRESENT: MONSIEUR LE JUGE ROBERT B. GIROUX, J.P. LE BARREAU DU QUEBEC, Poursuivant

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES. Procédures de la Couronne fédérale. (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions

COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES. Procédures de la Couronne fédérale. (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES Procédures de la Couronne fédérale (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions A. Actions en responsabilité délictuelle (responsabilité civile

Plus en détail