COUR SUPRÊME DU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR SUPRÊME DU CANADA"

Transcription

1 COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL FÉDÉRALE) Dossier n o ENTRE : JULIE GUINDON - et - SA MAJESTÉ LA REINE - et - APPELANTE (intimée) INTIMÉE (appelante) PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO, PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC, COMPTABLES PROFESSIONNELS AGRÉÉS DU CANADA, CANADIAN CONSTITUTION FOUNDATION INTERVENANTS MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC (règle 37 et 42 des Règles de la Cour suprême du Canada) M e Abdou Thiaw 2 e étage 1200, route de l Église Québec (Québec) G1V 4M1 M e Pierre Landry Noël et Associés s.e.n.c.r.l. 111, rue Champlain Gatineau (Québec) J8X 3R1 Tél. : poste Téléc. : Tél. : Téléc. : Procureur de l Intervenante Procureure générale du Québec Correspondant de l Intervenante Procureure générale du Québec Henri A. Lafortune Inc. 2005, rue Limoges Tél. : Longueuil (Québec) J4G 1C4 Téléc. : L

2 - 2 - M e Adam Aptowitzer M e Arthur Drache, C.M., Q.C. M e Alexandra Tzannidakis M e Kenneth Jull Drache Aptowitzer LLP 226 Maclaren Street Ottawa, Ontario K2P 0L6 Tél. : Téléc. : Procureur de l Appelante Julie Guindon M e Gordon Bourgard M e Paul Klippenstein M e Eric Noble Procureur général du Canada East Tower, Room 843 Bank of Canada Building 234 Wellington Street Ottawa, Ontario K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Procureurs de l Intimée Sa Majesté La Reine M e Christopher M. Rupar Procureur général du Canada Suite 500, Room O Connor Street Ottawa, Ontario K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Correspondant de l Intimée Sa Majesté La Reine

3 - 3 - M e Zachary Green Procureur général de l Ontario 4 th Floor 720 Bay Street Toronto, Ontario M5G 2K1 Tél. : Téléc. : Procureur de l Intervenant Procureur général de l Ontario M e Robert E. Houston, Q.C. Burke-Robertson LLP Bureau Maclaren Street Ottawa, Ontario K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant de l Intervenant Procureur général de l Ontario M e Dominic Charles Belley M e Vincent Dionne Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. Bureau , Place Ville Marie Montréal (Québec) H3B 1R1 Tél. : (M e Belley) Tél. : (M e Dionne) Téléc. : Procureurs de l Intervenant Comptables professionnels agréés du Canada M e Sally Gomery Norton Rose Fulbright Canada LLP Suite O Connor Street Ottawa, Ontario K1P 1A4 Tél. : Téléc. : Correspondante de l Intervenant Comptables professionnels agréés du Canada

4 - 4 - M e Darryl A. Cruz M e Brandon Kain M e Kate Findlay M e Brandon Siegal McCarthy Tétrault LLP Toronto-Dominion Centre, Suite , King Street West Toronto, Ontario M5K 1E6 Tél. : Téléc. : Procureurs de l Intervenant Canadian Constitution Foundation M e D. Lynne Watt Gowling Lafleur Henderson LLP Suite Elgin Street Ottawa, Ontario K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondante de l Intervenant Canadian Constitution Foundation

5 - i - TABLE DES MATIÈRES Page MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DE LA POSITION ET DES FAITS... 1 PARTIE II EXPOSÉ CONCIS DES QUESTIONS EN LITIGE... 2 PARTIE III EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS... 3 Remarques préliminaires sur la nécessité d'un avis de question constitutionnelle Les sanctions administratives pécuniaires contribuent au respect des régimes réglementaires par les administrés Les sanctions administratives pécuniaires s inscrivent à l intérieur des mécanismes administratifs servant à faire respecter les régimes réglementaires Les sanctions administratives s'appliquent à l égard des «administrés» L application de l'art. 11 de la Charte canadienne est limitée à deux situations La procédure d'imposition de la sanction n'est pas en soi de nature criminelle La sanction administrative pécuniaire ne constitue pas une véritable conséquence pénale a) La nature d'une sanction ne se définit pas en fonction de son caractère pécuniaire, mais plutôt en fonction de son objectif b) La nature d'une sanction pécuniaire ne se définit pas en fonction du montant réclamé... 15

6 - ii - TABLE DES MATIÈRES Page c) La réparation d'un tort causé à la société fait partie des principes pénologiques, ces principes ne s'appliquent pas dans le cadre d'une sanction administrative d) L'imposition d'une sanction administrative peut prendre en compte des éléments liés au comportement de l'administré Conclusion PARTIE IV DÉPENS PARTIE V ORDONNANCE DEMANDÉE PARTIE VI TABLE ALPHABÉTIQUE DES SOURCES PARTIE VII TABLE DES LOIS, RÈGLEMENTS ET RÈGLES... 23

7 - 1 - Exposé concis de la position et des faits MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PROCUREURE GÉNÉRALE DU QUÉBEC PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DE LA POSITION ET DES FAITS 1. La Procureure générale du Québec intervient dans le présent pourvoi à la suite d un avis d intervention donné à la Cour le 17 juin 2014 et s en remet essentiellement à l exposé des faits qui se retrouve au mémoire de l intimée

8 - 2 - Exposé concis des questions en litige PARTIE II EXPOSÉ CONCIS DES QUESTIONS EN LITIGE 2. Dans une ordonnance rendue le 14 mai 2014, la très honorable juge en chef McLachlin a formulé comme suit les questions constitutionnelles du présent pourvoi : 1. L article de la Loi de l impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5 e suppl.), viole-t-il l art. 11 de la Charte canadienne des droits et libertés? 2. Dans l affirmative, s agit-il d une violation constituant une limite raisonnable prescrite par une règle de droit et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d une société libre et démocratique au sens de l article premier de la Charte canadienne des droits et libertés? 3. La Procureure générale du Québec limite son intervention à la première question constitutionnelle et soutient que l appelante, pour les motifs suivants, ne peut bénéficier des protections conférées par l article 11 de la Charte canadienne des droits et libertés 1 : les sanctions administratives pécuniaires sont un outil administratif efficace, équilibré et balisé qui permet l atteinte d objectifs réglementaires, épargne l administré des stigmates de la procédure pénale et se déroule dans un cadre équitable; l art. 11 de la Charte canadienne s applique de façon limitée à deux situations; l appelante n est pas inculpée dans une affaire qui, de par sa nature même, est une procédure criminelle; la sanction administrative pécuniaire prévue ne constitue pas une véritable conséquence pénale. 1 Partie I de la Loi constitutionnelle de 1982, annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada (1982, R.-U., c. 11), ci-après : «Charte canadienne», art. 11, Mémoire de l'intimée (M.I.), p. 62.

9 - 3 - PARTIE III EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS REMARQUES PRÉLIMINAIRES SUR LA NÉCESSITÉ D'UN AVIS DE QUESTION CONSTITUTIONNELLE 4. La Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée quant au caractère obligatoire de l'avis de question constitutionnelle 2. La Procureure générale du Québec considère que, en l'absence d'un tel avis, l'argument relatif à l'art. 11 de la Charte canadienne ne pouvait pas être analysé par la Cour canadienne de l'impôt. 5. En effet, devant le tribunal d'instance, l'appelante soutenait, à l'égard de l'art de la Loi de l'impôt sur le revenu 3, une interprétation qui, prétendait-elle, devait être compatible avec l'art. 11 de la Charte canadienne, en fonction des valeurs exprimées à cet article (les droits fondamentaux accordés à «tout inculpé»). Selon elle, l'interprétation conforme aboutirait à conclure que l'article de la Loi prévoit une infraction pénale et non une sanction administrative La Procureure générale du Québec est d'avis que le résultat d'une telle interprétation est manifestement contraire à la volonté législative qui, sans aucune ambiguïté, était plutôt de créer une sanction soumise au régime administratif, en substance et en procédure Or, la Cour a déjà conclu que «selon [sa] jurisprudence constante [ ], il est bien établi que les tribunaux ne doivent se tourner vers les valeurs inscrites dans la Charte pour M.I., par. 36, 38-40, L.R.C. (1985), ch. 1 (5 e suppl.), ci-après «Loi», M.I., p Guindon c. Canada, 2013 CAF 153, par , Recueil de sources de l'intervenante, Procureure générale du Québec (R.S.), onglet 13; Guindon c. Canada, 2012 CCI 287, par , R.S., onglet 14. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 26, 55-59, R.S., onglet 13; Guindon c. Canada, précité (CCI), par. 37, R.S., onglet 14.

10 - 4 - interpréter le sens d une disposition législative que si une ambiguïté persiste au terme de l application de la méthode contextuelle» Étant donné l'absence d'ambiguïté quant à l'art de la Loi, la Procureure générale du Québec est d'avis que rien ne pouvait justifier que la Cour canadienne de l'impôt se prononçât sur la question constitutionnelle en l'absence d'un avis en bonne et due forme. Autrement dit, l'exercice auquel l'appelante invitait le tribunal d'instance n'était pas accessoire à l'interprétation d'une disposition ambiguë; en réalité, il s'agissait d'une question qui n'en est pas une d'interprétation conciliatrice, mais plutôt de déterminer si la procédure de l'art de la Loi est ou non conforme aux prescriptions de l'art. 11 de la Charte canadienne. L'examen de cette question distincte nécessitait l'envoi de l'avis requis pour ce faire Comme la Cour l'a souligné dans l'arrêt Eaton c. Conseil scolaire du comté de Brant, «[a]nnuler par défaut une disposition législative adoptée par le Parlement ou une législature causerait une injustice grave non seulement aux représentants élus qui l ont adoptée mais également au peuple» 8. La même conclusion vaut également quant à la stratégie adoptée par l'appelante qui, sous le couvert d'une interprétation conciliatrice, revenait en réalité à annuler indirectement la disposition. À ce titre, il est important de souligner que l'intimée s'est objectée, à toutes les étapes de l'affaire, à ce que la question constitutionnelle soit examinée en l'absence de l'avis requis, d'autant plus que ce dernier pouvait être soumis en temps opportun La Cour canadienne de l'impôt ne devait donc pas se prononcer sur la question constitutionnelle irrégulièrement introduite devant elle et, selon la Procureure générale du Pharmascience inc. c. Binet, [2006] 2 R.C.S. 513, par. 29 (en contexte réglementaire), R.S., onglet 22. Voir aussi, en droit criminel : R. c. Clarke, [2014] 1 R.C.S. 612, par , R.S., onglet 23. JEAN, Hugo et LAPORTE, Gilles, JurisClasseur Québec, Collection de droit public, Droit constitutionnel, LexisNexis, 2011, p. 4/152, R.S., onglet 44. [1997] 1 RCS 241, par. 48, Recueil de sources de l'intimée (R.S.I.), vol. 1, onglet 32. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 31, R.S., onglet 13.

11 - 5 - Québec, sa décision est ipso facto invalide puisque «l'absence d'avis est préjudiciable en soi à l'intérêt public» LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES PÉCUNIAIRES CONTRIBUENT AU RESPECT DES RÉGIMES RÉGLEMENTAIRES PAR LES ADMINISTRÉS 1.1 LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES PÉCUNIAIRES S INSCRIVENT À L INTÉRIEUR DES MÉCANISMES ADMINISTRATIFS SERVANT À FAIRE RESPECTER LES RÉGIMES RÉGLEMENTAIRES 11. Les tribunaux canadiens reconnaissent l'importance des régimes réglementaires adoptés afin d encadrer les activités à l intérieur de domaines divers et variés. À cet égard, le juge Cory mentionne dans l arrêt R. c. Wholesale Travel Group inc. 11 : En bref, les mesures réglementaires sont absolument essentielles pour assurer notre protection et notre bien-être en tant qu'individus et pour permettre le fonctionnement efficace de la société. Elles sont justifiées dans tous les aspects de notre vie. Plus une activité est complexe et plus nous avons besoin des dispositions réglementaires et de leur mise en application. [ ] 12. Dans le but d assurer le respect des régimes réglementaires, et atteindre ainsi les objectifs poursuivis, la Cour reconnaît que les gouvernements peuvent disposer, en dehors de la possibilité de poursuites pénales, de divers mécanismes d'enquête et de sanctions administratives, que ce soit notamment dans les législations environnementale 12, commerciale 13, automobile 14, douanière 15 ou encore fiscale Eaton c. Conseil scolaire du comté de Brant, précité, par. 53, R.S.I., vol. 1, onglet 32; JEAN, Hugo et LAPORTE, Gilles, précité, p. 4/150, 4/151, 4/155, 4/156, R.S., onglet 44. R. c. Wholesale Travel Group inc., [1991] 3 R.C.S. 154, p (le juge Cory avec l appui de la juge L Heureux-Dubé), R.S., onglet 32. Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l Environnement), [2003] 2 R.C.S. 624, par , R.S., onglet 7. Richard c. Time inc., [2012] 1 R.C.S. 265, par. 99, R.S., onglet 36. R. c. Wise, [1992] 1 R.C.S. 527, p , R.S., onglet 34. Martineau c. M.R.N., [2004] 3 R.C.S. 737, par , Recueil de sources de l'appelante (R.S.A.), onglet 19. R. c. Jarvis, [2002] 3 R.C.S. 757, par , 50-55, R.S.A, onglet 12.

12 Étant donné la variété et l'asymétrie des situations qui requièrent leur intervention, l'existence de diverses sanctions administratives permet aux gouvernements de disposer de la flexibilité nécessaire quant au choix des moyens les plus efficaces pour assurer le respect du régime. Ainsi, une gamme de mesures, comme l avertissement, la confiscation, l exécution en nature, la suspension ou le retrait d un permis ou l imposition d une sanction pécuniaire permettent d atteindre cette finalité 17. La légalité et la raisonnabilité de ces sanctions sont contestées devant les tribunaux de juridiction civile Par conséquent, les sanctions administratives pécuniaires permettent, selon les circonstances propres à chaque régime réglementaire, de compléter les autres types de sanctions administratives, qui peuvent être inefficaces ou inadaptées à plusieurs situations. Par exemple, l'existence d'une diversité de mécanismes pourra permettre d'imposer une sanction pécuniaire, incitative ou corrective, plutôt qu'un autre type de sanction administrative dont les conséquences peuvent, selon les cas, être plus sévères (par exemple, la suspension d'une licence) De plus, les sanctions administratives pécuniaires existent dans les législations réglementaires de plusieurs États modernes, en particulier aux États-Unis 20. Ainsi, une approche adaptée au contexte réglementaire permet une gestion plus efficace des politiques gouvernementales, ce qui est particulièrement requis compte tenu de l intégration croissante des différentes économies : [ ] Tout comme les tribunaux américains, les tribunaux canadiens ne peuvent davantage ignorer les réalités sociales, politiques et économiques concrètes à l'intérieur desquelles doit s'inscrire notre système de droits et de garanties constitutionnels. Plus particulièrement, nous devons reconnaître que la Charte ne peut à elle PELLETIER, G., Les sanctions administratives pécuniaires, XX e Conférence des juristes de l'état (2013), p. 523, R.S., onglet 45. Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 59, R.S., onglet 13. HÉLIE, M. Y., Bien-fondé de l'exclusion des sanctions pécuniaires administratives de la portée de l'article 11 de la Charte canadienne des droits et libertés, XVII e Conférence des juristes de l'état (2006), p , R.S., onglet 43. PELLETIER, G., précité, p , R.S., onglet 45; M.I., par. 71.

13 - 7 - seule protéger toute la dimension de liberté individuelle à laquelle nous aspirons. [ ] J'ajoute qu'avec l'intégration plus grande de l'économie canadienne dans l'économie américaine et même dans l'économie mondiale, nous devrions hésiter à donner à la Constitution une interprétation qui entrave la capacité du gouvernement d'affronter des problèmes que d'autres pays, avec lesquels nous partageons des valeurs humaines, juridiques et constitutionnelles semblables, sont tout à fait capables de traiter dans leur vision de la liberté [ ] C'est pourquoi le législateur québécois recourt fréquemment aux sanctions administratives pécuniaires. Ces sanctions s'inscrivent à l'intérieur des mécanismes administratifs servant à faire respecter divers régimes réglementaires du Québec, que ce soit, notamment, en matière fiscale 22, environnementale 23, mobilière 24, entrepreneuriale 25, ou encore en matière de garde d'enfants De plus, bien qu'une sanction administrative puisse être imposée parallèlement à une poursuite pénale 27, il peut être plus avantageux pour le citoyen que l'autorité administrative ait une latitude suffisante dans le choix des mesures servant à faire respecter la réglementation. Cette latitude lui permettra, par exemple, de pouvoir privilégier, dans certains cas, une sanction pécuniaire plutôt que de faire subir au citoyen la lourdeur, les stigmates et les conséquences associés à la procédure criminelle Thomson newspapers Ltd. c. Canada (Directeur des enquêtes et recherches, commission sur les pratiques restrictives du commerce), [1990] 1 R.C.S. 425, p , R.S., onglet 41. Voir aussi : R. c. Fitzpatrick, [1995] 4 R.C.S. 154, par. 29, R.S., onglet 24. Loi sur les impôts, RLRQ, c. I-3, art , R.S., onglet 51; Loi sur l'administration fiscale, LRQ, c. A-6.002, art , R.S., onglet 46. Loi sur la qualité de l'environnement, RLRQ, c. Q-2, art , R.S., onglet 49. Loi sur les valeurs mobilières, RLRQ, c. V-1.1, art , R.S., onglet 54. Loi sur l'impôt minier, RLRQ, c. I-0.4, art , R.S., onglet 47; Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche, RLRQ, c. M-35.1, art. 93 al. 1(6), 117 al. 2, R.S., onglet 48; Loi sur les maîtres électriciens, RLRQ, c. M-3, art. 28, R.S., onglet 52. Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance, RLRQ, c. S-4.1.1, art , R.S., onglet 53. Martineau c. M.R.N., précité, par. 31, R.S.A., onglet 19. Renvoi relatif à la rémunération des juges de la cour provinciale de I.P.E.; renvoi relatif à l'indépendance et à l'impartialité des juges de la cour provinciale de I.P.E., [1997] 3 R.C.S. 3, par. 298, R.S., onglet 35; HÉLIE, M. Y., précité, par , R.S., onglet 43.

14 Par conséquent, la Procureure générale du Québec est d'avis que le législateur devrait bénéficier de la latitude nécessaire pour déterminer l'objet et la variété des sanctions administratives permettant d assurer efficacement le respect d un régime réglementaire. 1.2 LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES S'APPLIQUENT À L ÉGARD DES «ADMINISTRÉS» 19. La Procureure générale du Québec soutient que, en plus de pouvoir déterminer l'objet et la variété des sanctions administratives pouvant être imposées en cas de non-respect d'un régime réglementaire, le législateur a également le pouvoir d identifier les personnes qui sont tenues de respecter le régime et qui sont assujetties à ses sanctions. Dans le cadre limité du domaine réglementé, les personnes ainsi visées en sont, juridiquement, les administrés; quant à l'objet de la loi, elles ne sont pas des «tiers» À ce titre, la Cour a déjà refusé de qualifier juridiquement de «tiers» à la législation routière un professionnel (mécanicien) qui a fait l'objet d'une sanction administrative, non pas à titre d'usager des routes, mais plutôt comme participant au régime de réglementation routière 30. En l'espèce, comme le reconnaît l'appelante 31, la sanction administrative affecte principalement (mais pas seulement) des professionnels (avocats et fiscalistes). Elle concerne aussi les dirigeants de fondations. Ces personnes participent au fonctionnement du régime fiscal, leur bonne collaboration étant essentielle. 21. D'ailleurs, tout comme le vocable «on» analysé dans l'arrêt Pharmascience inc. c. Binet 32, l'utilisation du mot «la personne» 33 dans un texte de loi établit que même ceux qu'on peut techniquement appeler des «tiers» sont juridiquement «soumis[] à l obligation de Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 29, R.S., onglet 22. Société de l assurance automobile du Québec c. Cyr, [2008] 1 R.C.S. 338, par , R.S., onglet 38. Outre le vocable «citizen», la Cour a également traduit l'expression «administré» par «person subject to the law» ou encore par «individual» : Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l Environnement.), précité, par. 33, 34, 39, R.S., onglet 7; Canada (Procureur général c. Mavi, [2011] 2 R.C.S. 504, par. 68, R.S., onglet 4; Supermarchés Jean Labrecque Inc. c. Flamand, [1987] 2 R.C.S. 219, p. 235, R.S., onglet 40. M.A., par Précité, par. 15, 29-35, R.S., onglet 22. Comme à l'art (4) de la Loi, M.I., p. 69.

15 - 9 - coopération et non seulement un groupe défini et restreint d individus» 34. Ainsi, dans le cadre de la Loi, «la réalisation de cet objectif [de protection du public] implique nécessairement que les tiers soient visés ou touchés par certaines dispositions [ ]» 35. En fait, un administré peut être un tiers seulement dans la relation stricte entre l'autorité administrative et un autre administré, et non pas vis-à-vis de la législation réglementaire en entier si celle-ci le concerne également. 22. À ce titre, la détermination des administrés d'un régime réglementaire permet au législateur de prendre en compte la multitude des activités et des personnes (physiques ou morales) qui peuvent être concernées par la portée juridique de cette législation. L analyse de la validité constitutionnelle d une sanction administrative n'en est pas une sur la sagesse ou l opportunité des mesures adoptées par le législateur Dans le présent pourvoi, au regard de la portée juridique de l article de la Loi, l appelante fait valoir une approche restreinte et incomplète des administrés de la législation fiscale 37. En fait, elle ne tient aucunement compte du choix législatif expressément énoncé par le biais de cette disposition, puisque «lorsqu il entend limiter le champ d application d un article de loi, le législateur s exprime habituellement de façon claire» En l'espèce, compte tenu de la complexité du régime fiscal 39, la collaboration des divers intervenants (comptables, fiscalistes, etc.) et des mandataires de l'état 40 est tout aussi essentielle que celle du contribuable pour l'administration du régime 41. Bien que l'art de la Loi soit techniquement titré «Information trompeuse en matière fiscale fournie par Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 31, R.S., onglet 22. Pharmascience inc. c. Binet, précité, par , R.S., onglet 22. Colombie-Britannique c. Imperial Tobacco Canada Ltée, [2005] 2 R.C.S. 473, par , R.S., onglet 9; Ontario c. Canadien Pacifique Ltée, [1995] 2 R.C.S. 1031, p , R.S., onglet 20. M.A., par Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 31, R.S., onglet 22. R. c. Jarvis, précité, par. 48, R.S.A., onglet 12. Loi sur la taxe d accise, LRC (1985), c E-15, art. 221, R.S., onglet 50. Voir mutatis mutandis : Pharmascience inc. c. Binet, précité, par. 36, R.S., onglet 22; M.I., par

16 des tiers», ces derniers demeurent juridiquement des administrés du régime fiscal. En effet, puisque les actes posés par l appelante (signature de reçus d impôts en tant que présidente d une fondation, rédaction d un avis juridique) sont assujettis à la Loi et qu'elle est sujette à la sanction prévue à son article 163.2, elle n est pas, au sens juridique du terme, un «tiers» à l égard de ce régime réglementaire limité; elle en est plutôt une «administrée», tout comme le contribuable qui est assujetti à d'autres dispositions de la Loi (notamment à une sanction pécuniaire similaire en vertu de l'art. 163(2) de la Loi) 42. Ce qui est conforme à l'analyse textuelle, contextuelle et téléologique de la législation fiscale L APPLICATION DE L'ART. 11 DE LA CHARTE CANADIENNE EST LIMITÉE À DEUX SITUATIONS 25. L'application des garanties de l'art. 11 de la Charte canadienne est limitée au seul cas où la personne visée par l'action de l'état est un «inculpé», soit que cette personne fasse l'objet d'une procédure qui en soi est de nature criminelle ou bien qu'elle risque l'imposition d'une véritable conséquence pénale En limitant l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne à ces deux seules situations, la Cour veille à interpréter cette disposition suivant son objet, c'est-à-dire en fonction des intérêts que cet article vise à protéger, dans le but d'en harmoniser les différents alinéas Ainsi, l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne a été exclue dans plusieurs situations, parmi lesquelles le prélèvement de l'adn d'un délinquant dangereux 46, la M.I., par. 66. Hypothèques Trustco Canada c. Canada, [2005] 2 R.C.S. 601, par. 44, R.S., onglet 15; Copthorne Holdings Ltd. c. Canada, [2011] 3 R.C.S. 721, par. 6, 70, R.S., onglet 11. R. c. Wigglesworth, [1987] 2 R.C.S. 541, p. 551, 552, 554, , R.S., onglet 33; R. c. Rodgers, [2006] 1 R.C.S. 554, par , R.S., onglet 29; Canada (Procureur général) c. Whaling, [2014] 1 R.C.S. 392, par. 37, R.S., onglet 5. R. c. Wigglesworth, précité, p. 551, 552, 554, , R.S., onglet 33; R. c. Potvin, [1993] 2 R.C.S. 880, p. 908, R.S., onglet 27; R. c. MacDougall, [1998] 3 R.C.S. 45, par , R.S., onglet 26. R. c. Rodgers, précité, par , R.S., onglet 29.

17 procédure d'appel d'un verdict d'acquittement 47, la procédure de licenciement d'un policier 48 et l'imposition d'une confiscation compensatoire par voie administrative Une telle limitation s'explique notamment par la nécessité de ne pas banaliser les protections particulières que la Charte canadienne accorde à des personnes qui se trouvent dans des situations spécifiquement visées par une autre de ses dispositions 50. À cet égard, bien que la Cour n'ait pas à le décider, d'autres dispositions de la Charte canadienne, notamment son art. 12, prévoient des protections dont pourrait bénéficier une personne qui n'est pas un inculpé au sens de l'art. 11 du même texte La Procureure générale du Québec est d'avis que, à l'instar de la confiscation compensatoire analysée dans l'arrêt Martineau c. M.R.N. 52, la sanction administrative pécuniaire n'est pas une procédure qui, en soi, est criminelle; elle ne constitue pas non plus une véritable conséquence pénale. 3. LA PROCÉDURE D'IMPOSITION DE LA SANCTION N'EST PAS EN SOI DE NATURE CRIMINELLE 30. La contravention à une disposition réglementaire peut être sanctionnée de diverses façons 53. Cependant, la Cour a déjà considéré que, même si elle est poursuivie par voie pénale, cette disposition est, quant à son essence, de nature civile 54 : [ ] Bien qu'appliquées comme lois pénales par le truchement de la procédure criminelle, ces infractions sont essentiellement de nature R. c. Potvin, précité, p , R.S., onglet 27. Trimm c. Police régionale de Durham, [1987] 2 R.C.S. 582, p. 589, R.S., onglet 42. Martineau c. M.R.N., précité, par. 56, 66, R.S.A., onglet 19. Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 57, R.S., onglet 5. R. c. Rodgers, précité, par. 63, R.S., onglet 29; Guindon c. Canada, précité (CAF), par. 60, R.S., onglet 13. Précité, par. 56, 66, R.S.A., onglet 10. Martineau c. M.R.N., précité, par. 31, R.S.A., onglet 10; Richard c. Time inc., précité, par. 99, R.S., onglet 36; Cie pétrolière Impériale ltée c. Québec (Ministre de l'environnement), précité, par. 21, R.S., onglet 7. R. c. Sault Ste-Marie [1978] 2 RCS 1299, p (j. Dickson, tel était alors son titre), R.S., onglet 30; R. c. Wholesale Travel Group inc., précité, p (j. Cory), R.S., onglet 32.

18 civile et pourraient fort bien être considérées comme une branche du droit administratif à laquelle les principes traditionnels du droit criminel ne s'appliquent que de façon limitée La distinction entre une affaire qui est en soi de nature criminelle et une affaire administrative est bien établie. Comme l'écrivait le juge Wilson 56 : À mon avis, si une affaire en particulier est de nature publique et vise à promouvoir l'ordre et le bien-être publics dans une sphère d'activité publique, alors cette affaire est du genre de celles qui relèvent de l'art. 11. Elle relève de cet article de par sa nature même. Il faut distinguer cela d'avec les affaires privées, internes ou disciplinaires qui sont de nature réglementaire, protectrice ou corrective et qui sont principalement destinées à maintenir la discipline, l'intégrité professionnelle ainsi que certaines normes professionnelles, ou à réglementer la conduite dans une sphère d'activité privée et limitée : [ ] Les procédures de nature administrative engagées pour protéger le public conformément à la politique générale d'une loi ne sont pas non plus le genre de procédures relatives à une «infraction», auxquelles s'applique l'art. 11. Toutefois, toutes les poursuites relatives à des infractions criminelles aux termes du Code criminel et à des infractions quasi criminelles que prévoient les lois provinciales sont automatiquement assujetties à l'art. 11. C'est le genre même d'infractions auxquelles l'art. 11 était destiné à s'appliquer. 32. Sur ce point, la Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée 57. À ce titre, la Procureure générale du Québec est d'avis que la sanction pécuniaire qui a été imposée à l'appelante s'inscrit dans une affaire qui, par sa nature même, est administrative. En effet, à tout le moins, la sanction s'inscrit dans les «procédures de nature administrative engagées pour protéger le public conformément à la politique générale d'une loi» Voir aussi : HÉLIE, M. Y., précité, par , R.S., onglet 43. R. c. Wigglesworth, précité, p. 560, R.S., onglet 33; Voir aussi : Martineau c. M.R.N., précité, par , R.S.A., onglet 19. M.I., par ,

19 De plus, étant donné qu'elle a pour but «de faire réfléchir, à l'intérieur du [secteur d'activités administré] par l'intimée, quiconque serait tenté de poser un des actes y énumérés», la sanction «tend[] à discipliner une sphère limitée d'activité» Ces procédures ont expressément été exclues de l'application de l'art. 11 de la Charte canadienne Étant donné que l'imposition de la sanction administrative pécuniaire ne s'inscrit pas dans le cadre du droit ou de la procédure criminelle par sa nature même, les garanties de l'art. 11 de la Charte canadienne ne sauraient être applicables dans un tel contexte. Tout en mettant en garde «contre l application directe en droit administratif des normes de la justice criminelle», la Cour a déjà conclu que «[l]e droit garanti par l al. 11b) ne s applique donc pas dans le cas de procédures civiles ou administratives» LA SANCTION ADMINISTRATIVE PÉCUNIAIRE NE CONSTITUE PAS UNE VÉRITABLE CONSÉQUENCE PÉNALE 36. La Cour a déjà établi «qu'il est difficile de concevoir qu'une procédure en particulier ne satisfasse pas au critère dit de la «nature même», mais satisfasse à celui que j'appelle le critère de la «véritable conséquence pénale»» Une véritable conséquence pénale a été définie comme étant «l'emprisonnement ou une amende qui par son importance semblerait imposée dans le but de réparer le tort causé à la société en général plutôt que pour maintenir la discipline à l'intérieur d'une sphère d'activité limitée» Patry c. Hydro-Québec, 1999 CanLII (QC CA), p. 9-10, R.S., onglet 21. R. c. Wigglesworth, précité, p. 560, R.S., onglet 33; Centrale de l'enseignement du Québec c. Québec (Procureur général), [1998] A.Q. n o 2914 par , R.S., onglet 6. Blencoe c. Colombie-Britannique (Human Rights Commission), [2000] 2 R.C.S. 307, par. 88, R.S.I., vol. 1, onglet 8; HÉLIE, M. Y., précité, p. 311, R.S., onglet 43. R. c. Wigglesworth, p , R.S., onglet 33. R. c. Wigglesworth, précité, p. 561, R.S., onglet 33; R. c. Rodgers, précité, par. 59, R.S., onglet 29.

20 Cet énoncé a été clarifié par la Cour 63. Il ressort de cette clarification qu'une véritable conséquence pénale est donc une sanction «dont est passible un accusé pour une infraction donnée et [qui] est conforme à l objectif et aux principes de la détermination de la peine» [Nos soulignements]. Autrement dit, pour déterminer si une sanction pécuniaire en particulier constitue une véritable conséquence pénale, il faut en analyser les objectifs. Puisque la sanction administrative pécuniaire ne vise pas à réaliser l'objectif et les principes de détermination de la peine 64, la Cour est invitée à conclure qu'il ne s'agit pas d'une véritable conséquence pénale; elle «ne tient aucunement compte des principes de responsabilité pénale et des principes de détermination de la peine» Sur ce point, la Procureure générale du Québec souscrit aux arguments de l'intimée 66. Toutefois, au soutien de cette position, la Procureure générale du Québec ajoute les éléments suivants. a) La nature d'une sanction ne se définit pas en fonction de son caractère pécuniaire, mais plutôt en fonction de son objectif 40. L'emprisonnement constitue une véritable conséquence pénale 67, qu'il sanctionne la violation d'une disposition criminelle ou bien celle d'une disposition réglementaire Cependant, en dehors de ce cas, la Procureure générale du Québec est d'avis que les autres types de sanction que notre droit connaît ne sont pas, en eux-mêmes, exclusifs au contexte criminel ou bien au contexte administratif. En principe, une sanction habituellement imposée par une autorité administrative peut également l'être par le juge pénal, pourvu qu'une disposition législative le permette (par exemple, le retrait d'un permis ou la R. c. Rodgers, précité, par. 63, R.S., onglet 29; Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 54, R.S., onglet 5. R. c. M. (C.A.), [1996] 1 R.C.S. 500, par. 81, R.S., onglet 25. Martineau c. M.R.N., précité, par. 39, 65, R.S.A., onglet 19. M.I., par Canada (Procureur général) c. Whaling, précité, par. 51, R.S., onglet 5; R. c. Wigglesworth, précité, p. 562, R.S., onglet 33. R. c. Richard, [1996] 3 R.C.S. 525, par. 30, R.S., onglet 28.

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable

Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Note technique extraite de la documentation de l Ordre des Experts Comptable Les grands dossiers sociaux 2014 édition janvier 2014 Est-il obligatoire de cotiser à la sécurité sociale? Depuis plusieurs

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CM-8-89-35 CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC MADAME DIANE LEMIEUX, MADAME LE JUGE ANDRÉE BERGERON, LE BARREAU DE LONGUEUIL, Plaignants MONSIEUR LE

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Veuillez lire les modalités ci-dessous et prendre connaissance de ce qui suit : Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Limite d'une (1) offre et d'une (1)

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur!

(BON. 1930 du 21-10-1949) (BON. 2039 du 23-11-1951) Que l on sache par les présentes puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Dahir du 5 kaada 1368 (30 août 1949) relatif à la répression des infractions à la réglementation des changes, tel qu il à été modifié et complété par le dahir du 25 moharrem 1371 (27octobre 1951). LOUANGE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc.

Demande de permis d'exportation d'électricité, en date du 6 août 2003, présentée par Direct Commodities Trading (DCT) Inc. Dossier 6200-D070-1 Le 15 octobre 2003 Monsieur Jean-Jacques Taza Secrétaire et dirigeant Direct Commodities and Trading (DCT) Inc. 4821, avenue du Parc, bureau 6 Montréal (Québec) H2V 4E7 Monsieur, Demande

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Recouvrement CE créances,cotisations,taxes et autres mesures Loi du 20 décembre 2002 concernant l'assistance mutuelle en matière de recouvrement dans la Communauté européenne des créances relatives à certains

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Dix-huit questions et réponses Q.1 André, mes clients ont reçu par courrier recommandé une «requête pour

Plus en détail

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du :

Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Commune d Esneux Cadre réservé à l administration : Demande reçue le. Collège communal du : Aides déjà octroyées sur l exercice : oui / non FORMULAIRE A REMPLIR POUR LA DEMANDE DE MISE A DISPOSITION GRATUITE

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011 Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec Mise à jour Janvier 2011 2 Un nombre important (plus de 14 %) des réclamations présentées chaque année au Fonds d assurance mettent

Plus en détail

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES.

OBJET : FORMULES DE FINANCEMENT EN PREVISION D OBSEQUES. MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Paris, le 20/12/06 Le Ministre d Etat, ministre de l'intérieur et de l aménagement du

Plus en détail

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ...

JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES 1. TVQ... CHRONIQUE TPS/TVQ 207 JE N'AI JAMAIS REÇU L'AVIS DE COTISATION! LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.), AVOCAT MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 209 1. TVQ... 209 2. TPS...

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

VU LA Loi sur les valeurs mobilières L.N.-B. 2004, ch. S-5.5. - et - DANS L AFFAIRE DE. STEVEN VINCENT WEERES et REBEKAH DONSZELMANN (INTIMÉS)

VU LA Loi sur les valeurs mobilières L.N.-B. 2004, ch. S-5.5. - et - DANS L AFFAIRE DE. STEVEN VINCENT WEERES et REBEKAH DONSZELMANN (INTIMÉS) VU LA Loi sur les valeurs mobilières L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 - et - DANS L AFFAIRE DE STEVEN VINCENT WEERES et REBEKAH DONSZELMANN (INTIMÉS) MOTIFS DE LA DÉCISION SUR LES SANCTIONS Date de l audience par

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du Thursday 6 February 1975 N de pourvoi : 74-91949 Publié au bulletin Cassation PDT M. COMBALDIEU, président RPR M. CHAPAR, conseiller rapporteur

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu!

La diffamation. Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! La diffamation Quand l honneur, la dignité et la réputation sont en jeu! Vincent Gingras Avocat Congrès Fédération québécoise des municipalités 25, 26 et 27 septembre 2014 Québec Trois-Rivières Montréal

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

MÉMOIRE DE FRAIS. À jour le 26 mars 2014 I FORME :

MÉMOIRE DE FRAIS. À jour le 26 mars 2014 I FORME : À jour le 26 mars 2014 MÉMOIRE DE FRAIS I FORME : Documents à joindre et nombre de copies : Les documents suivants doivent être produits à la Cour, en deux exemplaires, soit un original et une copie :

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1)

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) Modifications: L. 13 juillet 2001 (Mon. 4.VIII.2001) L. 24 décembre 2002

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 294239 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Stirn, président Mme Karin Ciavaldini, rapporteur Mme Legras Claire, rapporteur public HAAS ; FOUSSARD, avocats Lecture du vendredi

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Les démarches auprès de la justice

Les démarches auprès de la justice Les démarches auprès de la justice SOMMAIRE - A quel tribunal s adresser - Les juridictions civiles - Les juridictions pénales - Les juridictions administratives - Répartition des compétences A quel tribunal

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Chicago Mercantile Exchange Inc.

Chicago Mercantile Exchange Inc. DÉCISION N o 2014-PDG-0137 Chicago Mercantile Exchange Inc. (Dispense de l obligation de reconnaissance à titre de chambre de compensation et des obligations d agrément et d autorisation relatives aux

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Cour fédérale, juge de Montigny Montréal, 16 septembre 2008; Ottawa, 9 janvier 2009.

Cour fédérale, juge de Montigny Montréal, 16 septembre 2008; Ottawa, 9 janvier 2009. RÉFÉRENCE : A&R DRESS CO. INC. c. CANADA, 2009 CF 27, [2009] 4 R.C.F. 192 T-944-07 A&R Dress Co. Inc. (demanderesse) c. Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (défendeur) REPERTORIE

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sanctions pécuniaires - principe de reconnaissance mutuelle Loi du 23 février 2010 relative à l'application du principe de reconnaissance mutuelle aux sanctions pécuniaires. - citant: L du 30 mars 2001

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101. DATE : 13 juin 2012

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101. DATE : 13 juin 2012 9085-4886 Québec inc. c. Visa Canada Corporation 2012 QCCS 2572 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101 DATE : 13 juin 2012 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables The Canadian Institute of Chartered Accountants L Institut Canadien des Comptables Agréés 277 Wellington Street West 277, rue Wellington Ouest Toronto, ON Canada M5V 3H2 Toronto (ON) Canada M5V 3H2 Tel:

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales

Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales Avis Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales Date : Le 1 er mars 2011, mise à jour le 14 mars 2011 Le présent avis s adresse

Plus en détail

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de

«Société de placement» est définie de la même façon dans le sous-alinéa 149(1)o.2)(iii) de la Loi de Le 11 février 2014 [TRADUCTION] Par courriel : mickey.sarazin@cra-arc.gc.ca; mary-pat.baldwin@cra-arc.gc.ca Monsieur Mickey Sarazin Directeur général Direction des décisions en impôt Agence du revenu du

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5698-9585 No du rôle : 28.d-C-15 Licence RBQ : 5698-9585-01 Date : 14 septembre 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur RÉGIE DU BÂTIMENT

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0126.F COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE, agissant à la diligence et l'intervention du ministre, membre du collège de la Commission communautaire française,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Code Disciplinaire Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Version 17/05/2013 STATUTS F.I.J. : ANNEXE 1 : CODE DISCIPLINAIRE de la FIJ

Plus en détail

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Présenté par M e Karl Delwaide Associé principal et membre-fondateur du groupe de pratique national Protection de l information et

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du vendredi 13 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe)

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Communiqué de Presse (Publié par le Greffe) LE TRIBUNAL EST SAISI DU FOND DANS L'AFFAIRE "D'AVITAILLEMENT" DE NAVIRES

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA C.S.C. 35009 ENTRE : COUR SUPRÊME DU CANADA Dossiers n os 35009 / 35033 (EN APPEL DE DEUX JUGEMENTS DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) BANQUE DE MONTRÉAL CITIBANQUE CANADA LA BANQUE TORONTO-DOMINION BANQUE

Plus en détail

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau La protection des renseignements personnels en entreprise en vertu des lois fédérale et québécoise en la matière L Institut des Secrétaires et des Administrateurs Agréés du Canada Division Québec Le 6

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail