Encardé par : Mme ALLIOUA Hanane. Réalisée par : Safae SAIB Sara IMAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Encardé par : Mme ALLIOUA Hanane. Réalisée par : Safae SAIB Sara IMAD"

Transcription

1 Encardé par : Mme ALLIOUA Hanane Réalisée par : Safae SAIB Sara IMAD

2 Sommaire Introduction : Diversité interculturelle Chapitre 1 : les implications des trois stratégies culturelles en GRH Section 1 : Stratégie mono culturelle Section 2 : Stratégie multiculturelle Section 3 : Stratégie interculturelle Section 4 : stratégies transculturelle Chapitre 2 : l inter culturalité Section 1 : culture, organisation et stratégie Section 2 : culture et éthique des affaires. Chapitre 3 : les pratiques de la GRH en contexte interculturelle Section 1 : gestion des équipes multiculturelles Section 2 : gestion du personnel multiculturelle Section 3 : gestion des alliances internationales Conclusion : distinction entre différentes cultures de différents pays.

3 Stratégies de GRH en contexte interculturelle Introduction La diversité est un terme souvent utilisé pour parler des différences ou des similarités entre individu. Ces différences sont reflétées par le sexe, la race, le physique, la religion et les croyances, l âge, l éducation, les valeurs, le langage et la langue. La diversité comprend les opinions, les idées, les traits de personnalité, les expériences professionnelles et de vie, les compétences et connaissances diverses des individus. La diversité interculturelle quant à elle, se rapporte aux différences d ordre culturel et linguistique, valeurs et coutumes. Elle se définit par les relations et la communication des différents individus de différentes cultures. Elle se manifeste dans la juxtaposition et l intégration en société du groupe majoritaire et des différents groupes minoritaires. o Qu est-ce que la diversité interculturelle : La diversité interculturel ou gestion de la diversité peut se définir comme la réponse légale et organisationnelle dont les entreprises se pourvoient pour s adapter au marché de travail et gérer les ressources humaines (pénurie, immigration de main d œuvre ) Elle se décrit comme le processus qui consiste à se munir de politiques et de pratiques en matière des ressources humaines qui visent à créer un environnement sain au travail. C est une manière pour gérer la diversité de la main d œuvre, de la clientèle des marchés locaux et internationaux et un moyen de constitution d un milieu de travail équitable. C est l élément clé de la réussite de chaque entreprise. o Pourquoi implanter la diversité interculturelle dans l entreprise : Les entreprises qui implantent la diversité interculturelle, se donnent un avantage concurrentiel et stratégique puisque la diversité est rentable. Dans une économie à forte mondialisation, la diversité est un levier d amélioration de la performance. Elle augmente l innovation et la

4 créativité, le markéting et les pratiques de gestion des ressources humaines. La gestion de la diversité permet : D améliorer la prestation de services à la clientèle, qui devient de jour en jour plus exigeante. De trouver de nouveaux marchés, et d innover et créer de nouveaux produits. Augmenter la productivité Accroitre les collaborations et les partenariats Gérer les changements avec plus d efficacité Apporter de nouvelles solutions par la mixité des équipes. CHAPITRE I : Les implications des stratégies culturelles en GRH La stratégie mono culturelle: la culture organisationnelle (CO) du siège est transférée á toutes les filiales étrangères. La CO du siège est alors considérée comme supérieure aux CO des filiales et l objectif est qu une CO identique à celle de la maison mère naisse dans toutes les filiales étrangères. Cette forme de colonisation culturelle équivaut á une suppression de la CO locale. La stratégie multiculturelle : les filiales peuvent développer leur propre CO. Il en résulte une situation dans la quelle les filiales peuvent parfaitement adopter une CO autre que celle de la maison mère. Généralement, on part du principe que quelques éléments centraux de la CO de la maison mère sont présents dans les filiales. Pour la stratégie multiculturelle, il est indispensable qu une coexistence pacifique des différentes CO soit non seulement tolérée mais surtout explicitement souhaitée. Les stratégies culturelles ont des conséquences directes sur les pratiques de GRH. Par exemple, la stratégie mono culturelle exige des mesures de transfert agressives. Il peut s agir d une concentration géographique de toutes les mesures décisionnelles á la maison mère, de l introduction de préceptes de direction pour toutes les filiales de l EMN ou de la définition d un principe de rotation des postes, selon lequel tous les déplacements se font toujours à partir de la maison mère. A l inverse, la stratégie multiculturelle vise à souligné l originalité des CO des filiales. Cela signifie la mise en place d une culture commune où chaque spécificité doit s épanouir autant que possible. Toutes tentative de combinaison de ces

5 trois stratégies est inévitablement vouée á l échec en raison des tendances contradictoires qu elles représentent. Stratégie interculturelle : Avant de parler de l équipe interculturelle, il convient tout d abord de définir la notion d interculturel : c est un processus dynamique d interaction entre individu et groupes porteurs de représentations et valeurs différentes. Une équipe interculturelle est composée d individus appartenant à des groupes culturels différents, qui ne fonctionnent pas de façon homogène. Le manager face à une équipe interculturel est confronté à des diversités culturelles qui accroissent la complexité du travail en équipe. Et souvent la pression culturelle la plus forte au groupe risque de l emporter. Le manager interculturel est amené alors à remettre ses connaissances en cause concernant les autres cultures. Avantages de stratégie interculturelle : Adler (1994) : affirme une équipe inter culturelle dégage un plus grand nombre d idées qu un groupe homogène : le fait d examiner un problème sous différents angles amène à plus de solutions. BARTLET (1989) : l innovation constitue un des objectifs prioritaires dont les entreprises multiculturelles bénéficient en raison de l exploitation des différences. Cette réalité interculturelle permet la confrontation des idées de chacun et d explorer de nouvelles pistes. GAUTHEY & XARDEL : ont évoqué la notion «les clairvoyants de l interculturel», ce sont des personnes ouvertes à l extérieur, capable de prendre du recul par rapport à leur expérience et d émettre des hypothèses quant aux comportements des étrangers qu ils côtoient. Stratégie transculturelle : Le mot «transculturel» (ou métaculturel) est utilisé quand le manager et son collaborateur sont de culture différente mais que le manager (spécifiquement formé) comprend le concept de «culture» et l utilise pour communiquer. Le mot «intraculturel» est employé lorsque le manager et le collaborateur ont la même culture et le mot «interculturel» quand le manager et le collaborateur n appartiennent pas à la même culture et que le manager connaît la culture de la famille et utilise cette connaissance comme levier Le premier pas vers la posture mentale transculturelle est de prendre conscience que l entreprise, l équipe, les objectifs et la mission qui lui est confiée font l objet d une lecture «culturelle» par le collaborateur et que ce codage est un processus constitué d ingrédients complexes avec des questions sur l origine du projet, ses causes et ses conséquences qui vont

6 lui donner un sens. Comme nous l avons déjà vu, la posture transculturelle n a pas pour objet de proposer une modélisation de comportement ni surtout pas de définir des types d attitudes en face de telle ou telle population. Elle n est pas non plus dans l apprentissage forcené de la culture de L autre. La posture transculturelle se situe dans le façonnage, au fur et à mesure, d une attitude destinée à mieux communiquer quelle que soit la culture de la personne à qui on fait face. La démarche transculturelle est une attitude destinée à gérer la complexité mais ne constitue ni un système explicatif, ni un outil infaillible. La posture transculturelle, en tant que fruit d une attitude réflexive, s articulerait selon trois niveaux de gestion cognitive ou mentale: gestion de ses à priori vis-à-vis de L autre, gestion de sa tendance naturelle à enfermer cet autre doublement étranger à soi-même dans une catégorie gestion de sa tendance formatée par son cursus de manager à considérer que sa vision de la culture d entreprise est la seule valable. La posture transculturelle reflèterait trois attitudes mentales qui guident la communication : 1. J admets que L autre n a pas les mêmes représentations que moi manager du projet, des objectifs, de la solidarité, de la notion d équipe et de responsabilité individuelle. 2. J analyse l effet de ses représentations sur mon propre ressenti pour moduler mon comportement. 3. Je fais émerger les représentations de L autre et j essaie de les prendre en compte dans ma communication comme je prends en compte l effet qu elles ont sur moi. Enfin, la posture transculturelle ne peut faire l économie d un certain niveau de sensibilité ou d alerte sur des signaux à connotation culturelles telles que la pudeur, l honneur ou le respect de la hiérarchie. La posture transculturelle managériale est une attitude mentale d accueil qui se traduit en comportements producteurs de créativité et de lien. Elle s articule en plusieurs manières d être et de faire : S ouvrir à la culture de l autre pour mieux comprendre et mieux communiquer, Se rendre sensible à ce que l autre montre et raconte (importance de le laisser parler et de bien dire son récit) Rendre la différence créative le plus possible, Créer et fortifier le lien et l alliance. La posture transculturelle, en tenant compte de la propre culture du manager en tant que personne et d une écoute de L autre basée sur le décentrage, peut favoriser un espace d accueil et une possibilité de négociation, sans nier la culture d origine.

7 Ce passage, cette médiation, rendra la communication plus fluide et, en augmentant la tolérance à l incompréhension, créera un espace-temps propice à l explication amenant une plus grande sérénité dans la décision et la mobilisation dans l action, ce qui l objectif du manager du possible, adaptable et souple dans sa tête et authentique dans ses actes. Pour synthétiser, on vous présente un tableau comportant les différentes stratégies : Stratégie monoculturelle Stratégie multiculturelle Stratégi e intercult urelle Marketing des RH Définition des exigences vis-à-vis de la personne délégué à l étranger afin de l engager de manière ciblée Travail principalement local grâce à la qualité suffisante de la formation professionnelle dans les filiales Anticipation des filtres de perception culturels concernant la représentati on mondiale de l entreprise Développeme nt des RH Mesures de développement des RH uniquement destinées aux expatriés. Rotation des postes uniquement entre la maison mère et les filiales Les décisions quant aux développements des RH se font localement. Peu de rotation des postes entre les filiales Rotation systémique des postes visant à intégrer les employés dans toutes les unités de l entreprise. Défis spécifiques Garantir la motivation des expatriés (planning de réintégration) Assurer l intégration grâce à l information des employés des filiales Ne pas négliger les besoins spécifiques des employés

8 malgré une culture uniforme La stratégie transculturelle ne figure pas sur ce tableau, car les managers la considère comme une stratégie temporaire, jusqu a ce qu ils connaissent parmi les 3 premières stratégies, laquelle adoptée en fonction du type des entreprises. Chapitre II : l INTER CULTURALITÉ Section I : culture, organisation et stratégie : L analyse et la planification stratégique sont souvent considérées comme des activités rationnelles et objectives qui permettent,grâce à des outils précis, de se faire une idée de l environnement concurrentiel, de prendre des décisions d investissements raisonnées et de diriger la navire organisationnel dans les eaux de la performance. En réalité, la culture va très fortement influencer l activité du stratégiste à travers les processus de base de la prise de décision. Dans un premier temps, la culture va influencer la manière dont on interprète une question stratégique qui se pose. Dans un second temps, elle influence les critères que l on utilise pour analyser la situation. Enfin, elle joue un rôle dans le type de réaction stratégique et de décision d investissement qui sont prises par les gestionnaires.le processus de décision stratégique est donc influencé par la manière dont on surveille l environnement, sélectionné et interprète l information et les problèmes stratégique.ce processus est profondément modèle par notre regard (culturel) quand à la relation avec l environnement et les types de relations qui existent entre personnes. Culture et perception : l interprétation des problèmes stratégiques : La culture nationale influence tout d abord l interprétation des questions stratégiques. Un même problème stratégique pourra être considéré comme une menace ou une opportunité, être vu difficile ou facile à résoudre, nécessitant ou pas une réaction rapide, avec une réponse reflétant une certitude ou une incertitude. Les démentions classiques utilisées en analyse culturelle, comme celle de la perception du contrôle sur l environnement et le contrôle de l incertitude, vont fortement influencer le regard qu ont les décideurs sur un évènement particulier.

9 De manière générale, les gestionnaires venant de pays à fort niveau de contrôle de l incertitude (par exemple le japon, la France, l Italie, l Espagne, le Portugal) ont tendance à voir une question stratégique comme une menace et non comme une opportunité.cette différence d interprétation va déclencher différents types de réactions. Si le changement dans l environnement fait percevoir une menace, alors l entreprise peut être amenée à mettre en place des système de contrôle renforcés, à changer le processus de prise de décision, à limiter ses échanges d information avec des partenaires extérieurs, à changer son mode d organisation et à prendre des décisions d investissement de grande magnitude. Section II : cultures et éthique des affaires. L éthique d entreprise constitue un lieu privilégié de la rencontre de l universel et du locale. De plus en plus, les entreprises multinationales cherchent à développer une culture commune, un esprit commun, qui contribue à lier les filiales qu elles possèdent de par le monde. Elles se dotent, sous des noms divers (tel que éthique, code de conduite ou principes d actions) de documents destinés à fournir un certain nombre de repères à leur personnel, ou à afficher les orientations prises par leurs responsables. Elles mettent en place, avec plus ou moins de rigueur, des moyens de faire respecter les orientations ainsi définies ( outils de surveillances, formation à l éthique).de multiple domaines de la vie de l entreprise sont concernés : lutte contre la corruption, responsabilité social vis-à-vis de la société environnante, respect envers le personnel de l entreprise.l éthique est profondément marqué par la diversité des conceptions de l existence, des valeurs, des mœurs. cette diversité concerne les comportements considérés ou non comme moralement acceptables ainsi que les motivations à se conduire éthiquement, les formes de sens du devoir, les types de contrôle considères comme légitimes, ou même la légitimité de l entreprise à se mêler d éthique.cette diversité ne va pas sans poser problème quand une entreprise cherche à développer une éthique commune pour en faire un vecteur d intégration. Elle demande que soient trouvés, dans d autres cultures, des sortes d équivalents plus ou moins approximatifs de ce qui fait référence dans la maison mère.un aspect important de la question est que l éthique d entreprise à largement pris naissance dans le territoire American et que sa diffusion à l ensemble du monde demande que l on saisisse bien l ampleur des adaptations que nécessitent les différences, souvent considérables, entre les conceptions de l éthique que véhicule la culture américaine et celles que l on trouve dans d autre contexte. Pour conclure ce chapitre, on propose une vidéo de «PNB Paribas», comme une entreprise multiculturelle.

10 PNB Paribas est une entreprise multiculturelle, composée de 127 collaborateurs de nationalités différentes et de cultures différentes qui permettent des échanges multiculturelles. La direction des ressources humaines aident ces nouveaux collaborateurs à s adapter et à s intégrer dans l entreprise et les aide dans la constitution du dossier d immigration. Ces collaborateurs sont souvent des stagiaires et l entreprise les retient par la suite. C est la clé de performance surtout dans les pays internationaux. Chapitre III : LES PRATIQUES DE LA GRH EN CONTEXTE INTERCULTUREL Section I : Gestion des équipes multiculturelles : Partout dans le monde, les dirigeants, ou dirigeantes, d entreprise sont confrontés à un contexte d affaire en rapide transformation, à une économie plus ouverte à l échelle internationale, à une perméabilité des cultures, et une concurrence qui exige une forte capacité d adaptation. Grande ou petites, les entreprises performantes doivent, pour mieux s adapter, miser sur la créativité et l énergie d un effectif diversifié. Elles embauchent donc les meilleurs profils indépendamment de la couleur de leurs peaux, de leurs origines ou de leurs cultures. Définition d une équipe multiculturelle : Dans une équipe multiculturelle, les membres viennent de différents contextes culturels leurs membres venant de pays divers et ayant par conséquent moins d éléments en communs, n ont probablement pas la même conception du travail d équipe, ce qui peut influencer gravement le processus, l efficacité et ainsi le résultat à atteindre. Ce travail en équipe multiculturelle peut être facteur de productivité, tout comme il peut mener à des dysfonctionnements des tensions et des conflits. Comparer les cultures Tout commence par la compréhension des différentes cultures. Il faut analyser votre propre culture, puis celles présentes dans votre équipe en vous référant aux points clés suivants :

11 La relation au temps, aussi appelée "relation à l incertitude" : certaines cultures cherchent à avoir un fort contrôle sur l incertitude, quand d autres vivent davantage dans le temps présent. La distance hiérarchique : quel est le degré d acceptation des formes de domination? L individualisme : quel est le degré d autonomie de l individu par rapport au groupe et aux normes sociales? La répartition sexuelle : quels sont les rôles des femmes et des hommes? Quel est le poids de la religion? Il s agit bien sûr de grandes lignes, souvent stéréotypées, mais il faut les connaitre pour ensuite pouvoir ensuite les dépasser. Les qualités du manager multiculturel : Le B à.-ba du management multiculturel est de bien maîtriser l anglais ou la langue concernée et de s être déjà immergé dans une autre culture en ayant vécu à l étranger. L écoute, l empathie et la curiosité sont autant de qualités clés. "Le but n est pas d avoir l avantage, ni de gommer les divergences culturelles," insiste Philippe LEBRETON, "mais de savoir concilier les différences et profiter de la richesse du multiculturalisme". Savoir mobiliser Dans un contexte international, l esprit d équipe ne va pas de soi. Il faut le créer, puis l entretenir. Pour cela, n hésitez pas à expliquer comment vous fonctionnez et encouragez les membres de votre équipe à faire de même. Plus les choses seront claires, moins vous risquerez de faire des impairs. "Se déplacer régulièrement est impératif", conseille Philippe LEBRETON, "On ne peut pas tout dire par téléphone". Réunir les équipes une à deux fois par an - sur plusieurs jours de préférence pour vivre des choses ensemble et créer des liens - est tout aussi crucial. La culture d entreprise est primordiale : plus le siège est loin, plus il faut donner du sens. Une culture d entreprise forte aidera à compenser les différences individuelles. Vous devrez donc mener une réflexion sur les valeurs communes puis les faire vivre, par exemple en encourageant les rituels, les échanges ou les formations internes. Section 2 : Gestion des alliances internationales Chaque année, plusieurs milliers d alliances sont nouées, selon une étude de Harbison et collaborateurs (2000), plus de alliances auraient été établies dans le monde en deux ans au 21eme siècle contre ( fusions et acquisitions).

12 Les alliances sont des opérations moins visibles que les fusionsacquisitions, alors qu elles sont une arme stratégique incontournable pour les entreprises. Elles constituent un levier de leur compétitivité, pouvant contribuer à l amélioration de l une ou l autre des composantes du CQFD (cout, qualité, flexibilité et délai), elles sont aussi un levier pour leur développement. Il existe plusieurs définitions des alliances, mais il ne faut retenir que celle qui correspond à nos attentes, on s intéresse aux relations entre organisations qui se caractérisent par trois particularités : o o o Premièrement : établis entre les entités qui sont juridiquement indépendantes et peuvent avoir différentes formes : organisations publiques ou privés, multinationales ou petites ou moyennes entreprises, entreprises concurrentes. Deuxièmement : elles sont conçues conjointement par les partenaires. Troisièmement : elles se traduisent par des engagements explicites réciproques dont l exécution s inscrit dans la durée. Ces engagements peuvent porter sur des contributions diverses qui dépendent de l objet de l accord. Les alliances internationales sont des opérations conclues entre les partenaires de nationalité différentes ou des relations établies entre des entreprises congénères pour des activités à l étranger, ex de Coca Cola et McDonald s s épaulent mutuellement à l international. On considère alors qu une alliance est internationale des lors qu elle a au moins une dimension transfrontalière, qu il s agisse du profil des cocontractants ou du projet concerné. Les différences culturelles sont souvent considérées comme un obstacle à la réussite des alliances. Différences culturelles et réussite des alliances : La réussite des alliances est vue de différentes manières, certains considèrent qu il y a succès ou réussite quand chacun des partenaires a atteint des objectifs stratégiques. D autres associent le succès au fait que l opération conjointe est rentable et que tous les partenaires atteignent leurs objectifs stratégiques initiaux ou sont satisfaits de la relation. Il semble alors souhaitable, lorsqu il s agit de juger du degré de réussite d une alliance, de combiner plusieurs indicateurs (de performances de l alliance, de la dynamique des modalités initiales de l alliance, de son issue et de sa durée ou longévité). Les indicateurs de performances peuvent être de quatre types :

13 L évaluation concerne les effets de l alliance sur les partenaires, il s agit donc de mesurer les conséquences de l alliance sur (la valeur boursière des partenaires, leurs résultats comptables, leur part de marché, leur production d innovation ) Il est possible de focaliser l attention sur les résultats de l objet de l alliance, c est-à-dire sur le projet, l activité ou les transactions. S intéresser à la qualité de la relation entre les partenaires, à son atmosphère, c est-à-dire à la manière dont les acteurs vivent et évaluent leurs rapports dans l alliance et jugent leurs partenaires. Enfin certains indicateurs, que l on peut qualifier de composites, peuvent concerner plusieurs des trois objets précédents de la performance des alliances. Conclusion Et pour conclure, on n a pensé vous présenter une vidéo du management multiculturel chez Disneyland Paris. Disneyland Paris est une entreprise multiculturelle au vrai sens du terme, on remarque d après la vidéo, qu il y a une grande diversité, plusieurs nationalités, plusieurs origines. Malgré cette diversité culturelle, il y a une ambiance qui reine et on sent un grand esprit d équipe.

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être COACHING PROFESSIONNEL Points de repères et démarche en entreprise Performance et Bien-être Le coaching professionnel vise à stimuler la performance et à dynamiser les changements dans des contextes à

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

ATELIER. La place du DAF et du Contrôleur de Gestion dans la stratégie : quelles influences? Quel pouvoir? Quelles limites?

ATELIER. La place du DAF et du Contrôleur de Gestion dans la stratégie : quelles influences? Quel pouvoir? Quelles limites? ATELIER La place du DAF et du Contrôleur de Gestion dans la stratégie : quelles influences? Quel pouvoir? Quelles limites? ANIMATEUR Xavier Durand, Responsable pôle d animation Angers-Chôlet, DFCG Bretagne

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION EN MANAGEMENT DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS MANAGÉRIALES STRUCTURE DE LA FORMATION Programme de formation : 7 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

L art de négocier au Mexique et au Brésil

L art de négocier au Mexique et au Brésil L art de négocier au Mexique et au Brésil Plan de la présentation 1. Introduction 2. La négociation: est-ce un art ou une science? 3. La négociation en contexte culturel différent 4. Les aspects de la

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin

Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin Master professionnelle Ressources Humaines et Communication Faculté des sciences économiques, des sciences de gestion et des sciences commerciales Les carrières dans un contexte global- par Jean Luc Cerdin

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Management des Ressources Humaines Source : http//mc3rh.unblog.fr/tag/documents/ Management et Gestion des Ressources Humaines : stratégies, acteurs et pratiques Etudiant : Romain Desnos Enseignant : Jacques

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

LES DORIDES 1 rue Eugène VARLIN 44000 Nantes arrêt GARE MARITIME

LES DORIDES 1 rue Eugène VARLIN 44000 Nantes arrêt GARE MARITIME Apprendre à mieux travailler avec la diversité des personnalités pour de meilleures compétences dans les relations professionnelles, plus efficaces et collaboratives. Contexte : D un côté, nous sommes

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

INTEGRALMANAGER by EICL

INTEGRALMANAGER by EICL by EICL Le management Humaniste Integral Manager by EICL Le coaching Humaniste 1 Cycle de formation Le management Humaniste Le management de proximité qui réconcilie éthique et performance Integral Manager

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

LES BASES DU MANAGEMENT

LES BASES DU MANAGEMENT LES BASES DU MANAGEMENT Formation Managers Présentation : Le management est art difficile qui s apprend : il s agit toujours d une médiation, d une priorisation, et il est par nature en perpétuel recommencement

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028.

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028. Habilitation FODEFCA 120028. CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Adresse : Q. Jéricho, Rue Label Bénin Téléphone 1 : +229 97 56 93 34 Téléphone 2 : +229 95 49 00 72 Email : info@caringbe.com Retrouvez nos programmes

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

UN DÉFI POUR LE FUTUR ENTREPRENEUR

UN DÉFI POUR LE FUTUR ENTREPRENEUR Réseau Agriconseils RESSOURCES HUMAINES UN DÉFI POUR LE FUTUR ENTREPRENEUR LEADER en développement organisationnel LEADER EN DÉVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL Page 1 OBJECTIFS DE LA CONFÉRENCE À la fin de

Plus en détail

Niveau de management Individuel Relationnel Organisationnel Accueillir l Homme dans sa globalité et capitaliser sur son hyper complexité

Niveau de management Individuel Relationnel Organisationnel Accueillir l Homme dans sa globalité et capitaliser sur son hyper complexité Chapitre 3 MANAGEMENT DANS L INCERTITUDE ET LA COMPLEXITÉ 3.1 Manager la complexité 3.1.1 Manager la complexité au niveau individuel L évolution du travail illustre le passage de l unidimensionnalité à

Plus en détail

MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE

MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE CPNEFP Branche Mutualité MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE Dédié au Développement du Capital Humain, Ressources et Pédagogie intervient depuis 25 ans dans le domaine du Management, de la

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE

COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE COACH ENTREPRISE - FORMATRICE - MÉDIATRICE MALA VOLERY COACH & THERAPEUTE J offre une formation ponctuelle ou continue pour chefs d'entreprise, cadres, enseignants, personnalités publiques. Le monde du

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Etape 6: utiliser les constats

Etape 6: utiliser les constats Etape 6: utiliser les constats Les constats tirés peuvent servir à approfondir la connaissance au sein d'une organisation, à Apprendre pour l'avenir, à Diriger les activités de l'organisation vers une

Plus en détail