Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral"

Transcription

1 Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral Marie-Claude Daydé Infirmière libérale et réseau douleur - soins palliatifs Haute-Garonne Catherine Zinchiri Infirmière Puéricultrice libérale région Rhône-Alpes Les soins à domicile effectués par les infirmers libéraux s adressent à des populations variées, tant en ce qui concerne les pathologies, que l âge des patients. Toutefois, les soins aux enfants représentent une faible proportion de l activité de ces professionnels. A titre d exemple, le référentiel régional en volume d actes par infirmier en Midi-Pyrénées pour les patients de moins de 16 ans est de 2%. 1, 2,06% en région Rhône-Alpes. Les principaux soins effectués à domicile auprès d enfants consistent en des injections intramusculaires d antibiotiques, le plus souvent dans le cadre d affections pulmonaires ou ORL, des prélèvements sanguins ponctuels (le plus souvent en «urgence») ou encore des pansements faisant suite à des interventions chirurgicales ou des accidents domestiques (brûlures par exemple). Pour les plus petits, les ablations de fils et d agrafes, les méchages sont le plus souvent réalisés en hôpital de jour. Les situations plus complexes comme celles d enfants atteints de pathologies cancéreuses ou de mucoviscidose relèvent de prises en charge effectuées en partenariat avec les services d HAD pour les premiers et le réseau des CRCM 2 pour les seconds. Toutefois, dans un cabinet dont les professionnelles ont une formation spécifique à la prise en charge des jeunes enfants (puéricultrice ou ayant une expérience en néonatologie par exemple) le taux d enfants soignés à domicile peut atteindre 13,7% de la population du cabinet. Les actes peuvent alors comprendre des chimiothérapies et leur suivi, des perfusions sous-cutanées d immunoglobulines hebdomadaires, des injections de Décapeptyl pour puberté précoce toutes les 3 semaines, des ablations de fils ou d agrafes, des méchages, même chez de très jeunes enfants. Effectuant le plus souvent peu de soins auprès d enfants, certaines professionnelles ont le sentiment d un manque d habileté dans leur réalisation, comme c est le cas par exemple pour les prélèvements sanguins chez les tout petits. Quels que soient les soins effectués, des repères peuvent aider à la réalisation des soins en permettant de diminuer autant que possible l anxiété qu ils génèrent et en limitant, voire supprimant les sensations douloureuses. Ces éléments doivent faire l objet d une attention des soignants : 1 Source SNIR RIAP - mars Système national Inter-régimes Relevé Individuel d activités et de prescriptions 2 CRCM : Centre de Ressources et de Compétences Mucoviscidose 1

2 Les informations à recueillir pour organiser le soin : - Prévoir une organisation des soins respectueuse des horaires proposés pour le soin afin de favoriser l efficacité du traitement préventif et d éviter la majoration de l anxiété des parents et/ou de l enfant. - Choisir de réaliser le soin à un moment qui ne perturbe pas le rythme de vie de l enfant ou du nourrisson. (respect des temps de sommeil, de repas, ) - S informer auprès des parents de ce qui a été dit à l enfant : parfois il n a reçu aucune information, même si son âge le permet, car l anxiété des parents a freiné cette démarche. Il convient de donner à l enfant des informations adaptées à son âge. Les explications peuvent lui être données en mimant le soin qui va être réalisé sur son nounours ou une poupée. Lorsque la crème Emla a été posée, on peut proposer à l enfant de toucher l endroit concerné par la piqûre pour qu il se rende compte que la peau est comme «endormie». - Si un traitement antalgique (voie orale ou rectale le plus souvent) avant le soin a été prescrit, s assurer qu il aura bien été donné à l enfant et que les délais d action seront respectés. Les moyens non médicamenteux de prévention de la douleur et de l anxiété : Le premier contact : prendre le temps de faire connaissance avec l enfant avant le soin, lui demander par exemple s il accepte de faire visiter sa chambre à l infirmière. La soignante peut alors repérer des jeux ou jouets préférés qui pourront être utiles pour détourner l attention de l enfant lors de l acte douloureux. Néanmoins, il est important d éviter de faire un soin dans la chambre de l enfant qui doit rester pour lui un lieu de refuge. Ce temps de rencontre est souvent le plus propice à l évaluation de la douleur avant le soin, lorsque l auto-évaluation est envisageable (à partir de 4-5 ans). L objet transitionnel, souvent appelé «doudou», «nin-nin» ou par tout autre diminutif propre à chaque enfant, n est pas un objet ou un jouet comme les autres. Il symbolise l espace transitionnel qui sépare le nouveau-né de sa mère dans les premiers mois de vie. C est un objet unique, choisi par l enfant lui-même à partir de 4 mois1/2 environ. Lorsque l enfant doit avoir un soin, il est souhaitable de respecter cet objet, de permettre à l enfant de l avoir près de lui, de l utiliser avec les rituels propres à l enfant (reniflement, suçotement, etc), même si son parent peut être présent près de lui. Si cet objet est un ours ou une poupée, il est déconseillé de faire une démonstration des soins sur lui, sauf si l enfant le souhaite. En première intention, l infirmière préfèrera utiliser un objet plus neutre pour l enfant, voire un ours ou une poupée qu elle amène avec elle. La place des parents : o Expliquer le déroulement du soin aux parents. o Encourager leur présence auprès de l enfant et leur participation. o Pour les tout petits le contact avec la mère pendant le soin est souvent rassurant. o Pour les enfants allaités, lorsque la maman l accepte, il est possible de prévoir le soin douloureux pendant un allaitement maternel, permettant ainsi de réduire la composante émotionnelle et affective de la douleur. 2

3 o Lors d une injection intramusculaire la maman accepte souvent de prendre l enfant contre elle dans les bras ou sur les genoux. o Les plus grands (souvent à partir de 5-6 ans) choisissent en général de s installer avec leur objet transitionnel ou un jouet, la mère ou le père leur tenant la main pendant le soin. L utilisation des méthodes de distraction : ne pas hésiter à utiliser des méthodes de distraction active ou passive qui peuvent être source d un contrôle inhibiteur de la douleur induite par le soin. Souvent, à domicile, les frères et sœurs plus âgés participent aussi à ce processus (jeux de marionnettes, chansonnettes avec l enfant soigné ) La préparation du soin : o Préparer l ensemble du matériel avant le soin, et de préférence à distance de la vue de l enfant pour ne pas l effrayer, o Permettre à l enfant de se familiariser avec le matériel s il le souhaite, o Penser à utiliser les solutions antiadhésives (type Remove) pour le retrait des pansements, o Ne pas donner d informations orales qui puissent engendrer de la crainte (par exemple «ça pique»), o Installer l enfant soit sur les genoux de son parent (l infirmière ne lui tient que la main), soit de façon à ce qu il voit son parent qui utilise un moyen de distraction (musique, histoire, chant, etc.). L évaluation de la douleur : Elle fait appel à des outils validés adaptés à l âge de l enfant, à sa situation cognitive ainsi qu aux observations de l infirmière. Toutefois, lors de soins ponctuels, une des difficultés réside dans le fait de ne pas pouvoir comparer les réactions de l enfant, notamment du nourrisson par rapport à son comportement habituel. A domicile, l aide des parents est alors précieuse. La grande majorité des infirmières libérales ayant peu de pratique de soins auprès d enfants ne connaissent pas toujours les échelles d évaluation utilisables. Parmi celles qui sont les plus utilisées à domicile on peut distinguer : Pour une hétéro-évaluation : o L échelle comportementale de la douleur aiguë du nouveau-né (DAN) Utilisable chez le nouveau-né de 0 à 3 mois. Elle permet d évaluer une douleur brève, aiguë, ainsi que l efficacité des moyens de prévention des douleurs induites. L observation se base sur les réactions du visage, les mouvements des membres et l expression vocale de la douleur. Au delà d une cotation de 4/10 un traitement doit être mis en place. o La grille d hétéro évaluation de la douleur prolongée de l enfant (HEDEN) Cette échelle correspondant à l échelle DEGR (Douleur enfant Gustave Roussy) simplifiée a été validée en Elle s adresse en hétéro évaluation à l enfant de 2 à 6 ans. Les 10 items de l échelle DEGR ont été réduits à 5 pour HEDEN et permettent une utilisation en équipe plus facile au quotidien. Chacun des 5 items est cotable de 0 à 2 et un score global supérieur à 3 nécessite la mise en place d un traitement antalgique. Pour une auto-évaluation : o l échelle des visages (Face Pain Scale) : utilisée en autoévaluation chez l enfant de 4 à 6 ans, elle lui permet d évaluer l intensité de sa douleur. La consigne donnée à l enfant est de désigner le visage qui correspond le mieux, non 3

4 à la douleur qu il donne à voir aux autres, mais à celle qu il ressent à «l intérieur de luimême». o les échelles visuelles analogiques (EVA) voire numériques (EN, EVS) sont aussi utilisées. Leur choix dépend de l âge de l enfant et de sa capacité à comprendre les consignes. En règle générale, l auto-évaluation avec ces outils se fait à partir de 5/6 ans. Le moment de l évaluation : Lors de la réalisation d un soin douloureux, l infirmière évalue l état de l enfant avant le soin et pendant la réalisation du soin. Après le soin, elle réalise une évaluation qui lui permet d identifier si l enfant est encore douloureux, si le geste s est passé sans douleur, si les moyens mis en œuvre ont été efficaces. En fonction de ce résultat, si les soins doivent être répétés, ces moyens pourront être renouvelés ou modifiés. Le devenir de l évaluation : Les résultats de l évaluation doivent être notés dans le dossier de soins du patient. Selon le résultat, l infirmière informe le médecin afin de réajuster le traitement si nécessaire. Au-delà d une évaluation de la douleur objectivée par un outil, l infirmière apprécie sa relation avec l enfant. Si les parents la re-contactent, elle s informe auprès d eux de ses réactions lors du soin précédent. Les moyens médicamenteux Parmi les moyens médicamenteux utilisés dans la douleur induite chez l enfant à domicile en exercice libéral, les crèmes ou patch anesthésiants locaux (Emla ou Anesderm Gé) ont une place prépondérante, même si certains médecins oublient encore parfois de les prescrire. En fonction des soins réalisés, les moyens médicamenteux habituellement utilisés (pallier 2, voire pallier 3) peuvent être prescrits à l exception toutefois du Meopa qui n est pas au moment de l écriture de ce texte (mai 2009) utilisable dans ce contexte. Il faut rappeller que les médicaments du pallier 1 utilisés seuls n ont pas fait la preuve de leur efficacité pour la prévention de la douleur provoquée par les soins. Avant le soin Exemple de la ponction veineuse chez un enfant à domicile - S assurer que la prescription médicale prévoit l application d une crème ou d un patch antalgique (Emla ou Anesderm Gé ) pour prévenir la douleur induite. Ce n est pas toujours le cas, car certains pédiatres pensent que le retrait du patch induisant une douleur, celui-ci présente un intérêt limité. - Expliquer à l enfant, de façon adaptée à son âge, en quoi consiste le soin et quel intérêt il a pour lui. En fonction de son développement cognitif, l intérêt du soin a, pour l enfant, un aspect secondaire. Ce qu il retient le plus souvent c est que les adultes l obligent à subir quelque chose dont il n a pas envie. - S assurer que les parents ne sont pas trop anxieux et pourront être présents et avoir un rôle actif auprès de l enfant. Si les parents sont trop anxieux, il est important d apprécier ce qu ils vont être capables de faire pendant le soin. L infirmière propose à l enfant et à son parent une méthode de distraction en maintenant la relation par la parole, en utilisant une voix basse, monocorde, tranquille. 4

5 ? Appliquer au moins 1 H avant le soin un patch d EMLA (Eutectic Mixture of Local Anesthetics.) ou la crème qui contient un mélange équimolaire de lidocaïne et de prilocaïne.? Le patch (1 g = 50 mg soit 25 mg de lidocaïne + 25 mg de prilocaïne ) appliqué sur une peau saine permet une anesthésie locale cutanée complète sur une profondeur de 3 ou 5 mm après une application de respectivement 1 ou 2 heures. Il sera appliqué après repérage du site de ponction, sur la zone à anesthésier, en appuyant sur le pourtour du pansement adhésif.? La crème (tube de 5 g = 250 mg soit 125 mg de lidocaïne mg de prilocaïne) qui a les mêmes propriétés est à utiliser en couche épaisse et recouverte d un pansement adhésif cutané qui peut alors être décollé avec un produit adapté.? Chez l enfant de 0 à 3 mois le dosage utilisé est de 0,5 g par site sans dépasser 1 g pour 12 H. Le temps d application maximum est de 1 H.(Pour cette tranche d âge, les effets du temps d application n ont pas été étudiés au-delà d une heure).? Chez l enfant de plus de 3 mois, la durée d application peut être de 1 à 2 H et les quantités à appliquer les suivantes :? de 3 à 12 mois : 0,5 g par site sans dépasser 2 g en doses cumulées? de 1 à 5 ans : 1 à 2 g par site sans dépasser 10 g en doses cumulées? de 6 à 12 ans : 1 à 2 g par site sans dépasser 20 g en doses cumulées? Il faut éviter le contact d EMLA avec les yeux, ou une peau lésée. D autre part son utilisation avec d autres médicaments pouvant induire un risque de méthémoglobinémie est à éviter.? La durée d efficacité après le retrait du topique est de 1 à 2 H. Après respect du temps de pose, (à noter dans le dossier) procéder délicatement à l ablation du patch ou essuyer la crème. A domicile, la crème antalgique est souvent utilisée avec un film alimentaire assurant ainsi un retrait plus facile pour l enfant. S il s agit d un patch, il est possible de le décoller sous l eau ou en utilisant un gant humide. - Attendre une quinzaine de minutes après le retrait, avant d effectuer la ponction veineuse car la vasoconstriction induite par EMLA peut gêner la réalisation du geste par une mauvaise visualisation de la veine. Il est également possible de demander aux parents d enlever le patch 15 à 30 avant le passage de l infirmier. - A domicile, laisser l enfant choisir l endroit où il veut s installer. - Préparer le matériel nécessaire (tubes de prélèvement, épicrânienne de calibre adapté aux veines de l enfant ), à distance de l enfant pour ne pas l inquiéter par la vue d objets hostiles. Pendant le soin - Lorsque c est possible, faire participer l enfant par exemple en lui faisant choisir le «doudou» qu il préfère à ses côtés ou encore la chanson ou la comptine qu il veut écouter en douceur avec son (ou ses) parent(s) pendant le soin, - S il préfère, utilisez d autres méthodes de détournement de l attention comme par exemple : souffler en imitant un tout petit vent - Maintenir un climat de confiance en massant le bras de l enfant tout en lui expliquant la pose du garrot. Utiliser de préférence un garrot auto-bloquant, illustré de jolis dessins distrayants pour l enfant. 5

6 exemple de garrot autobloquant décoré de dessins distrayants - Procéder ensuite à un geste rapide, maîtrisé et efficace - Ne pas oublier d évaluer la douleur pendant le soin (observations comportementales et questions posées à l enfant ) Après le soin - Evaluer la douleur (en vue d un réajustement des moyens antalgiques pour un acte futur), - Féliciter l enfant de son courage et lui redire l intérêt de ce soin, - Noter l acte et l évaluation de la douleur après le soin dans le dossier de soin. - Si le soin se renouvelle, repérer lors du suivant si les mesures de prévention de la douleur ont été respectées et efficaces. Si c est le cas, ce premier soin ne devrait pas laisser de traces mnésiques de la douleur. Conclusion Prévenir la douleur induite chez l enfant soigné à domicile s intègre dans les devoirs de tous les professionnels de santé. Ils disposent pour cela, de moyens médicamenteux (patchs anesthésiants, antalgiques adaptés...) et non médicamenteux (prendre le temps, expliquer simplement les gestes et leur intérêt, rassurer et faire participer les parents, utiliser la respiration et les méthodes de distraction...). En s appropriant ces moyens, en évaluant leur efficacité et en adaptant leurs pratiques, les infirmiers à domicile peuvent optimiser la prise en charge de l'enfant et réaliser leurs soins dans des conditions plus satisfaisantes pour tous : enfant, parents et soignants. Car il n'est pas gratifiant professionnellement de "faire mal", ni d'être vécu comme traumatisant... C est aussi ce qui incite les infirmières libérales à se former aux particularités de la prévention de la douleur et de l'anxiété chez l'enfant, afin de développer une prise en charge pédiatrique de qualité à domicile. Pourtant cette démarche n est pas encore optimale, que ce soit par manque d interactions entre professionnels de santé ou de formation et de pratique des soignants dans la prise en charge de la douleur de l enfant. Malgré tout, les infirmières libérales sont de plus en plus sensibilisées par la prise en charge de la douleur induite, et la coopération avec les parents, au bénéfice de l enfant, reste l un des meilleurs atouts à domicile. Références bibliographiques : 6

7 - C.A.P.P. Douleur Enfant - La douleur chez l enfant en médecine ambulatoire- Thesaurus Situations et problèmes sessions ème édition - Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aigue en ambulatoire chez l enfant de 1 mois à 15 ans- Recommandations ANAES Mars La douleur de l enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge- Groupe Infirmier PEDIADOL - Enquête sur la prise en charge de la douleur lors des prélèvements sanguins dans les laboratoires d analyses médicales - - R. Carbajal, L. Bonin, T. Karam, A. Brière, N. Simon, «Parents : être ou ne pas être présents lors des gestes douloureux aux urgences», Communication orale lors du XXXIIè congrès de l association des pédiatres de langue française, journée nationale de la Société de pédiatrie, Tours, 5-8 mai Arch Pédiatr 1999 : 6 : 585s. - Soins douloureux en pédiatrie : avec ou sans les parents?, film de F. Galland, Dr R. Carbajal, Dr D. Cohen-Salmon, association Sparadrap, N. Murcier, «De l objet à l espace transitionnel» dossier objets transitionnels, Soins Pédiatrie et Puériculture n 221, déc

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Utilisation du MEOPA (Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d Azote) En Santé Mentale

Utilisation du MEOPA (Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d Azote) En Santé Mentale Utilisation du MEOPA (Mélange Equimolaire Oxygène Protoxyde d Azote) En Santé Mentale Mme Sophie VALERO, IDE, Référente Douleur Dr D. SARAVANE, Chef de Service Praticien Hospitalier E.P.S. de Ville-Evrard

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE

COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE COMMENT PRÉVENIR LE STRESS ET LA DOULEUR LIÉS AUX SOINS EN RÉANIMATION PÉDIATRIQUE À L HÔPITAL DE STRASBOURG? PRÉSENTATION D UNE AFFICHE Catherine Strub, Pascale Frosio, Dominique Astruc CHU Strasbourg

Plus en détail

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème)

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Référence : CLUD 05 Version : 02 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Place des méthodes non médicamenteuses à domicile, dans la prise en charge des soins douloureux et/ou anxiogènes de l'enfant

Place des méthodes non médicamenteuses à domicile, dans la prise en charge des soins douloureux et/ou anxiogènes de l'enfant Place des méthodes non médicamenteuses à domicile, dans la prise en charge des soins douloureux et/ou anxiogènes de l'enfant Catherine Zinchiri Diamantidis, cabinet infirmier libéral, 69310 Pierre Bénite

Plus en détail

L exploration électrophysiologique

L exploration électrophysiologique L exploration électrophysiologique CHR Namur - Edition 2011 Unité de cardiologie L EXPLORATION ELECTROPHYSIOLOGIQUE. Mettez votre cœur à l aise Sur une demande de votre médecin traitant ou de votre cardiologue,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique

Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Caractère complexe de la douleur Évaluation de la Douleur : de la théorie à la pratique Le patient est le seul expert pour évaluer sa douleur Une douleur exprimée doit toujours être prise en compte, même

Plus en détail

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE COMMENT LES INFIRMIÈRES PEUVENT MODIFIER LES PRATIQUES MÉDICALES : L EXEMPLE DES SOINS D ABCÈS CHEZ L ENFANT EN CHIRURGIE VISCÉRALE FILM VIDÉO FINANCÉ GRÂCE À LA FONDATION CNP Danièle Jolly, Christine

Plus en détail

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC

Laboratoire XLABS. Biologie médicale Prélèvements pour Hémoculture C2MOHEMOC Les modifications apportées à la version précédente apparaissent en rouge. 1. Objet et domaine d application Ce mode opératoire décrit les différentes étapes pour réaliser les prélèvements pour hémoculture.

Plus en détail

«Prévention de la douleur provoquée par les soins :

«Prévention de la douleur provoquée par les soins : «Prévention de la douleur provoquée par les soins : Les moyens relevant du rôle infirmier autonome» DVD destiné aux personnels infirmiers et étudiants en soins infirmiers Auteur : Pascale THIBAULT, cadre

Plus en détail

Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire?

Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire? Prévention de la douleur liée aux soins: comment faire? Groupe de travail du comité opérationnel «douleurs liées aux soins» 1 La douleur Définition de l IASP: «La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR RÉSULTATS DE L ENQUÊTE FLASH SUR LA THÉMATIQUE DE LA DOULEUR 1 Profil des répondants et provenance des réponses Nombre de répondants au 20 décembre 2013 : 1 277 établissements et services. Taux de réponse

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les

CIRCULAIRE CIR-23/2014. Document consultable dans Médi@m. Date : 24/10/2014 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les CIRCULAIRE CIR-23/2014 Document consultable dans Médi@m Date : 24/10/2014 Domaine(s) : gestion des prestations en nature gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS

Plus en détail

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme.

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Pauline Viguerie Infirmière Responsable de l unité de Chirurgie Ambulatoire Clinique Médipôle Garonne HISTORIQUE

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Par : S / Abdessemed

Par : S / Abdessemed Par : S / Abdessemed Cette méthode de prélèvement est facile et rapide et fournit du sang en quantité suffisante pour permettre de répéter un test en cas d erreur ou de résultats douteux, cependant, elle

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 09/04/99 - des Caisses Primaires d'assurance Maladie - des Caisses

Plus en détail

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS

DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS DOULEURS INDUITES PAR LES SOINS 9 ème journée mondiale des Soins Palliatifs LYON DR VIRGINIE DESSUS-CHEVREL SOINS PALLIATIFS CHLS INTRODUCTION Douleur de courte durée induite par un soignant, une thérapeutique

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

Le Jardin de la Colline

Le Jardin de la Colline Le Jardin de la Colline * * * Crèche associative * * * Projet pédagogique Projet pédagogique Jardin de la colline 1 SOMMAIRE A) Qu est-ce qu un projet pédagogique? p.4 B) Notions importantes de notre pédagogie

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte

SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE. Partie 2 version courte SOINS PALLIATIFS ET FIN DE VIE EN E.H.P.A.D. ET À DOMICILE Partie 2 version courte Mazoyer A. Formation continue des équipes ouverte aux professionnels ambulatoires Janvier 2013 EHPAD Boucard - 79 340

Plus en détail

MON PARCOURS PRÉVENTION. À vos côtés pour. les. mois. de votre bébé

MON PARCOURS PRÉVENTION. À vos côtés pour. les. mois. de votre bébé MON PARCOURS PRÉVENTION À vos côtés pour 16 les mois de votre bébé De la naissance de votre enfant jusqu à ses 6 ans, Votre enfant va avoir 16 mois! Que de changements! le RSI vous accompagne en vous délivrant

Plus en détail

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier.

Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. Vantomme Patrick, septembre 2002 LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR: Rôle infirmier. La douleur est un phénomène complexe et subjectif Définition: «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire 1 Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire Anita Margulies BSN, RN Berne Mars 2015 2 Nausées/vomissements Pourquoi est-ce encore un sujet important? Ils sont l un

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès»

Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès» Un sprint sur la route du changement ou le sprint «Dolorès» Florence Lacroix 1 Infirmière en pédiatrie, ressource douleur du pôle mère enfant, clinique Sainte-Marthe, Dijon Présentation de l établissement

Plus en détail

L'INFIRMIERE LIBERALE

L'INFIRMIERE LIBERALE L'INFIRMIERE LIBERALE SOMMAIRE Présentation et fonctions de l'infirmière libérale. L'organisation de travail de l'infirmière libèrale. Relation de partenariat qu'a l'idel. DEFINITION : L'infirmière libérale

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE FAMILIALE

LE PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE FAMILIALE LE PROJET EDUCATIF DE LA CRECHE FAMILIALE Dernière mise à jour janvier 2015 Le projet éducatif est un travail collectif réalisé par l ensemble des assistantes maternelles de la crèche familiale, et animé

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

(pour les 18-36 mois) 2015 / 2016

(pour les 18-36 mois) 2015 / 2016 (pour les 18-36 mois) 2015 / 2016 Bordeaux International School 252 Rue Judaïque, 33000 Bordeaux Tél : 05 57 87 02 11 - Email : bis@bordeaux-school.com - Site web : www.bordeaux-school.com " intoenglish

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents».

Les implants. Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les implants Problèmes liés aux dents manquantes : Lorsque l on demande à un patient ce qu il n aime pas dans son sourire, il répond bien souvent : «il me manque des dents». Les dents qui sont manquantes

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE LES SOINS DE SUPPORT ET IDE Lucienne CLAUSTRES BONNET 1 Les soins de support Le rôle de l infirmière à domicile Rôle propre Rôle prescrit La nomenclature Généralités Les soins palliatifs Evaluation et

Plus en détail

Nom et prénom de l enfant :...

Nom et prénom de l enfant :... Annexe au contrat de travail Nom et prénom de l enfant :... Ce contrat d accueil a pour but une bonne entente autour du bienêtre de l enfant accueilli. Il concerne ses habitudes, sa santé, son éducation...

Plus en détail

CHIRURGIE OTOLOGIQUE

CHIRURGIE OTOLOGIQUE CHIRURGIE OTOLOGIQUE DE L HOSPITALISATION TRADITIONNELLE A L HOSPITALISATION AMBULATOIRE WWW.IUFC.fr PREAMBULE Ambulatoire : - nécessité institutionnelle - activité à développer En 2013, à l IUFC : 200

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

DOULEUR DE L ENFANT. Dr Sonia Khalbous Pr Monia Haddad Centre de traitement de la douleur - la Rabta

DOULEUR DE L ENFANT. Dr Sonia Khalbous Pr Monia Haddad Centre de traitement de la douleur - la Rabta CEC Douleur Faculté de Médecine de Tunis 2013-2014 DOULEUR DE L ENFANT Dr Sonia Khalbous Pr Monia Haddad Centre de traitement de la douleur - la Rabta La première spécificité de la douleur chez l enfant

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

9. CAUSES DES DOULEURS INDUITES,

9. CAUSES DES DOULEURS INDUITES, 9. CAUSES DES DOULEURS INDUITES, TRAITEMENT, PRÉVENTION : Francine Hirszowski, Esther Soyeux Kouby Si la prise en charge de la douleur s'est améliorée depuis une dizaine d années, la préoccupation des

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux

La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux La musicothérapie : une alternative non médicamenteuse chez l enfant douloureux Sabine Métayer*, Dr Jacques Merckx**, Pr Stéphane Blanche*** * Musicothérapeute, Unité d immunologie-hématologie pédiatrique,

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Le défibrillateur implantable CHR Namur - Edition 2011 Unité de cardiologie LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE, Mettez votre cœur à l aise. Votre état cardiaque nécessite la mise en place d un défibrillateur

Plus en détail

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir

French translation OAA leaflet. Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir French translation OAA leaflet Maux de tête après péridurale ou rachianesthésie Ce que vous devez savoir Nous avons écrit ce fascicule pour vous donner des informations sur les maux de tête qui peuvent

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Centre de Médecine Physique et de Réadaptation L ADAPT Thionis

Centre de Médecine Physique et de Réadaptation L ADAPT Thionis Centre de Médecine Physique et de Réadaptation L ADAPT Thionis Présentation du centre Le centre de médecine physique et de réadaptation l ADAPT Thionisest un établissement de santé privé participant au

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Surveillance de la glycémie à domicile

Surveillance de la glycémie à domicile Surveillance de la glycémie à domicile La surveillance de la glycémie à domicile vous donnera les renseignements nécessaires pour vous aider à maîtriser votre diabète. Cela vous aidera à déterminer comment

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE

LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE CENTRE HOSPITALIER La Palmosa LIVRET DE CHIRURGIE AMBULATOIRE Ce document a pour but de vous aider et de vous accompagner dans les différentes étapes de votre prise en charge. Vous êtes invités à le garder

Plus en détail

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT!

LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! LA DOULEUR INDUITE C EST PAS SOIGNANT! Douleur induite Douleur induite Douleur de courte durée, causée par le soignant ou une thérapeutique dans des circonstances de survenue prévisibles et susceptibles

Plus en détail

Projet d Accueil. Entre Parent(s) et Assistant Maternel

Projet d Accueil. Entre Parent(s) et Assistant Maternel Outil proposé par les Relais Parents Assistants Maternels des Côtes d Armor dans le cadre de leur mission d accompagnement. Ce document n a pas de valeur légale ou réglementaire. Juin 2012 Projet d Accueil

Plus en détail

LIVRETS-CONSEIL ECO PHARMA. Source régionale de santé et de bien-être. La vie avec bébé. La vie avec bébé

LIVRETS-CONSEIL ECO PHARMA. Source régionale de santé et de bien-être. La vie avec bébé. La vie avec bébé ECO PHARMA Source régionale de santé et de bien-être La vie avec bébé La vie avec bébé La vie avec bébé Nous avons créé ces livrets-conseil sur différents sujets liés à la naissance d'un enfant (grossesse,

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE DE LA CRECHE FAMILIALE DE CHANTILLY

PROJET PEDAGOGIQUE DE LA CRECHE FAMILIALE DE CHANTILLY PROJET PEDAGOGIQUE DE LA CRECHE FAMILIALE DE CHANTILLY «Les Cantilous» Notre principal objectif est la perception de l enfant comme un être unique en soulignant l importance de sa prise en charge individuelle.

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

03/09/2012. But du programme. Objectifs d apprentissage. Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique

03/09/2012. But du programme. Objectifs d apprentissage. Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Administration d épinéphrine pour les réactions allergiques graves de type anaphylactique Formation s adressant aux intervenants scolaires Personnes dont l allergie est connue (1,5 heure) Ŕ MAJ-2012-3

Plus en détail

Information aux patients La morphine

Information aux patients La morphine Information aux patients La morphine Des réponses à vos questions La morphine, un antidouleur couramment utilisé, vous a été prescrite. Cette brochure vous informe sur son emploi, ses effets bénéfiques,

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa B. NOTICE 1 Notice : information de l utilisateur VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

Progression en éducation musicale au cycle 1

Progression en éducation musicale au cycle 1 Progression en éducation musicale au cycle 1 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin de l'école maternelle, l'enfant est capable de: Avoir mémorisé et savoir interpréter des chants, des comptines... Ecouter

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Les textes et pictogrammes sont extraits de l aide mémoire SST de l INRS AIDE MÉMOIRE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Cet aide-mémoire est téléchargeable sur notre site internet http://www.formenpreve-formations.fr/

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

Traitement anti-infectieux ambulatoire

Traitement anti-infectieux ambulatoire Traitement anti-infectieux ambulatoire Prescription et suivi Dr Cédric Arvieux - CHU de Rennes - Université de Rennes 1 - unité SeRAIC Objectifs Savoir surveiller un traitement antibiotique ambulatoire

Plus en détail

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir:

QUIZZ NOMENCLATURE. 8. Séances de soins infirmiers (¾ heure) + injection d insuline après contrôle de la glycémie capillaire matin et soir: QUIZZ NOMENCLATURE 1. IVD isolée + injection S/C : AMI 2 + AMI 1/2 2. Pansement de fistule digestive + pansement de stomie : + AMI 2/2 3. Injection IV sur Site Veineux Implantable (SVI), acte isolé : 4.

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Nadia Sech Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers Règle de soins infirmiers Objet : Évaluation de la douleur RSI- Référence à un protocole : oui non Date de mise en vigueur : Date de révision : 8--5 Professionnels visés: L ensemble des infirmières et

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Qu est-ce que l anesthésie?

Qu est-ce que l anesthésie? Qu est-ce que l anesthésie? Le mot «Anesthésie» signifie «insensibilité à la douleur et autres sensations» provoquées par les actes diagnostiques ou thérapeutiques. L anesthésie, en réalité, n est pas

Plus en détail

La douleur de l enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge

La douleur de l enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge Groupe infirmier La douleur de l enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge ATDE Pédiadol Association pour le traitement de la douleur de l enfant www.pediadol.org La douleur de

Plus en détail