Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral"

Transcription

1 Organisation des soins, prévention et traitement de la douleur induite chez l enfant en secteur libéral Marie-Claude Daydé Infirmière libérale et réseau douleur - soins palliatifs Haute-Garonne Catherine Zinchiri Infirmière Puéricultrice libérale région Rhône-Alpes Les soins à domicile effectués par les infirmers libéraux s adressent à des populations variées, tant en ce qui concerne les pathologies, que l âge des patients. Toutefois, les soins aux enfants représentent une faible proportion de l activité de ces professionnels. A titre d exemple, le référentiel régional en volume d actes par infirmier en Midi-Pyrénées pour les patients de moins de 16 ans est de 2%. 1, 2,06% en région Rhône-Alpes. Les principaux soins effectués à domicile auprès d enfants consistent en des injections intramusculaires d antibiotiques, le plus souvent dans le cadre d affections pulmonaires ou ORL, des prélèvements sanguins ponctuels (le plus souvent en «urgence») ou encore des pansements faisant suite à des interventions chirurgicales ou des accidents domestiques (brûlures par exemple). Pour les plus petits, les ablations de fils et d agrafes, les méchages sont le plus souvent réalisés en hôpital de jour. Les situations plus complexes comme celles d enfants atteints de pathologies cancéreuses ou de mucoviscidose relèvent de prises en charge effectuées en partenariat avec les services d HAD pour les premiers et le réseau des CRCM 2 pour les seconds. Toutefois, dans un cabinet dont les professionnelles ont une formation spécifique à la prise en charge des jeunes enfants (puéricultrice ou ayant une expérience en néonatologie par exemple) le taux d enfants soignés à domicile peut atteindre 13,7% de la population du cabinet. Les actes peuvent alors comprendre des chimiothérapies et leur suivi, des perfusions sous-cutanées d immunoglobulines hebdomadaires, des injections de Décapeptyl pour puberté précoce toutes les 3 semaines, des ablations de fils ou d agrafes, des méchages, même chez de très jeunes enfants. Effectuant le plus souvent peu de soins auprès d enfants, certaines professionnelles ont le sentiment d un manque d habileté dans leur réalisation, comme c est le cas par exemple pour les prélèvements sanguins chez les tout petits. Quels que soient les soins effectués, des repères peuvent aider à la réalisation des soins en permettant de diminuer autant que possible l anxiété qu ils génèrent et en limitant, voire supprimant les sensations douloureuses. Ces éléments doivent faire l objet d une attention des soignants : 1 Source SNIR RIAP - mars Système national Inter-régimes Relevé Individuel d activités et de prescriptions 2 CRCM : Centre de Ressources et de Compétences Mucoviscidose 1

2 Les informations à recueillir pour organiser le soin : - Prévoir une organisation des soins respectueuse des horaires proposés pour le soin afin de favoriser l efficacité du traitement préventif et d éviter la majoration de l anxiété des parents et/ou de l enfant. - Choisir de réaliser le soin à un moment qui ne perturbe pas le rythme de vie de l enfant ou du nourrisson. (respect des temps de sommeil, de repas, ) - S informer auprès des parents de ce qui a été dit à l enfant : parfois il n a reçu aucune information, même si son âge le permet, car l anxiété des parents a freiné cette démarche. Il convient de donner à l enfant des informations adaptées à son âge. Les explications peuvent lui être données en mimant le soin qui va être réalisé sur son nounours ou une poupée. Lorsque la crème Emla a été posée, on peut proposer à l enfant de toucher l endroit concerné par la piqûre pour qu il se rende compte que la peau est comme «endormie». - Si un traitement antalgique (voie orale ou rectale le plus souvent) avant le soin a été prescrit, s assurer qu il aura bien été donné à l enfant et que les délais d action seront respectés. Les moyens non médicamenteux de prévention de la douleur et de l anxiété : Le premier contact : prendre le temps de faire connaissance avec l enfant avant le soin, lui demander par exemple s il accepte de faire visiter sa chambre à l infirmière. La soignante peut alors repérer des jeux ou jouets préférés qui pourront être utiles pour détourner l attention de l enfant lors de l acte douloureux. Néanmoins, il est important d éviter de faire un soin dans la chambre de l enfant qui doit rester pour lui un lieu de refuge. Ce temps de rencontre est souvent le plus propice à l évaluation de la douleur avant le soin, lorsque l auto-évaluation est envisageable (à partir de 4-5 ans). L objet transitionnel, souvent appelé «doudou», «nin-nin» ou par tout autre diminutif propre à chaque enfant, n est pas un objet ou un jouet comme les autres. Il symbolise l espace transitionnel qui sépare le nouveau-né de sa mère dans les premiers mois de vie. C est un objet unique, choisi par l enfant lui-même à partir de 4 mois1/2 environ. Lorsque l enfant doit avoir un soin, il est souhaitable de respecter cet objet, de permettre à l enfant de l avoir près de lui, de l utiliser avec les rituels propres à l enfant (reniflement, suçotement, etc), même si son parent peut être présent près de lui. Si cet objet est un ours ou une poupée, il est déconseillé de faire une démonstration des soins sur lui, sauf si l enfant le souhaite. En première intention, l infirmière préfèrera utiliser un objet plus neutre pour l enfant, voire un ours ou une poupée qu elle amène avec elle. La place des parents : o Expliquer le déroulement du soin aux parents. o Encourager leur présence auprès de l enfant et leur participation. o Pour les tout petits le contact avec la mère pendant le soin est souvent rassurant. o Pour les enfants allaités, lorsque la maman l accepte, il est possible de prévoir le soin douloureux pendant un allaitement maternel, permettant ainsi de réduire la composante émotionnelle et affective de la douleur. 2

3 o Lors d une injection intramusculaire la maman accepte souvent de prendre l enfant contre elle dans les bras ou sur les genoux. o Les plus grands (souvent à partir de 5-6 ans) choisissent en général de s installer avec leur objet transitionnel ou un jouet, la mère ou le père leur tenant la main pendant le soin. L utilisation des méthodes de distraction : ne pas hésiter à utiliser des méthodes de distraction active ou passive qui peuvent être source d un contrôle inhibiteur de la douleur induite par le soin. Souvent, à domicile, les frères et sœurs plus âgés participent aussi à ce processus (jeux de marionnettes, chansonnettes avec l enfant soigné ) La préparation du soin : o Préparer l ensemble du matériel avant le soin, et de préférence à distance de la vue de l enfant pour ne pas l effrayer, o Permettre à l enfant de se familiariser avec le matériel s il le souhaite, o Penser à utiliser les solutions antiadhésives (type Remove) pour le retrait des pansements, o Ne pas donner d informations orales qui puissent engendrer de la crainte (par exemple «ça pique»), o Installer l enfant soit sur les genoux de son parent (l infirmière ne lui tient que la main), soit de façon à ce qu il voit son parent qui utilise un moyen de distraction (musique, histoire, chant, etc.). L évaluation de la douleur : Elle fait appel à des outils validés adaptés à l âge de l enfant, à sa situation cognitive ainsi qu aux observations de l infirmière. Toutefois, lors de soins ponctuels, une des difficultés réside dans le fait de ne pas pouvoir comparer les réactions de l enfant, notamment du nourrisson par rapport à son comportement habituel. A domicile, l aide des parents est alors précieuse. La grande majorité des infirmières libérales ayant peu de pratique de soins auprès d enfants ne connaissent pas toujours les échelles d évaluation utilisables. Parmi celles qui sont les plus utilisées à domicile on peut distinguer : Pour une hétéro-évaluation : o L échelle comportementale de la douleur aiguë du nouveau-né (DAN) Utilisable chez le nouveau-né de 0 à 3 mois. Elle permet d évaluer une douleur brève, aiguë, ainsi que l efficacité des moyens de prévention des douleurs induites. L observation se base sur les réactions du visage, les mouvements des membres et l expression vocale de la douleur. Au delà d une cotation de 4/10 un traitement doit être mis en place. o La grille d hétéro évaluation de la douleur prolongée de l enfant (HEDEN) Cette échelle correspondant à l échelle DEGR (Douleur enfant Gustave Roussy) simplifiée a été validée en Elle s adresse en hétéro évaluation à l enfant de 2 à 6 ans. Les 10 items de l échelle DEGR ont été réduits à 5 pour HEDEN et permettent une utilisation en équipe plus facile au quotidien. Chacun des 5 items est cotable de 0 à 2 et un score global supérieur à 3 nécessite la mise en place d un traitement antalgique. Pour une auto-évaluation : o l échelle des visages (Face Pain Scale) : utilisée en autoévaluation chez l enfant de 4 à 6 ans, elle lui permet d évaluer l intensité de sa douleur. La consigne donnée à l enfant est de désigner le visage qui correspond le mieux, non 3

4 à la douleur qu il donne à voir aux autres, mais à celle qu il ressent à «l intérieur de luimême». o les échelles visuelles analogiques (EVA) voire numériques (EN, EVS) sont aussi utilisées. Leur choix dépend de l âge de l enfant et de sa capacité à comprendre les consignes. En règle générale, l auto-évaluation avec ces outils se fait à partir de 5/6 ans. Le moment de l évaluation : Lors de la réalisation d un soin douloureux, l infirmière évalue l état de l enfant avant le soin et pendant la réalisation du soin. Après le soin, elle réalise une évaluation qui lui permet d identifier si l enfant est encore douloureux, si le geste s est passé sans douleur, si les moyens mis en œuvre ont été efficaces. En fonction de ce résultat, si les soins doivent être répétés, ces moyens pourront être renouvelés ou modifiés. Le devenir de l évaluation : Les résultats de l évaluation doivent être notés dans le dossier de soins du patient. Selon le résultat, l infirmière informe le médecin afin de réajuster le traitement si nécessaire. Au-delà d une évaluation de la douleur objectivée par un outil, l infirmière apprécie sa relation avec l enfant. Si les parents la re-contactent, elle s informe auprès d eux de ses réactions lors du soin précédent. Les moyens médicamenteux Parmi les moyens médicamenteux utilisés dans la douleur induite chez l enfant à domicile en exercice libéral, les crèmes ou patch anesthésiants locaux (Emla ou Anesderm Gé) ont une place prépondérante, même si certains médecins oublient encore parfois de les prescrire. En fonction des soins réalisés, les moyens médicamenteux habituellement utilisés (pallier 2, voire pallier 3) peuvent être prescrits à l exception toutefois du Meopa qui n est pas au moment de l écriture de ce texte (mai 2009) utilisable dans ce contexte. Il faut rappeller que les médicaments du pallier 1 utilisés seuls n ont pas fait la preuve de leur efficacité pour la prévention de la douleur provoquée par les soins. Avant le soin Exemple de la ponction veineuse chez un enfant à domicile - S assurer que la prescription médicale prévoit l application d une crème ou d un patch antalgique (Emla ou Anesderm Gé ) pour prévenir la douleur induite. Ce n est pas toujours le cas, car certains pédiatres pensent que le retrait du patch induisant une douleur, celui-ci présente un intérêt limité. - Expliquer à l enfant, de façon adaptée à son âge, en quoi consiste le soin et quel intérêt il a pour lui. En fonction de son développement cognitif, l intérêt du soin a, pour l enfant, un aspect secondaire. Ce qu il retient le plus souvent c est que les adultes l obligent à subir quelque chose dont il n a pas envie. - S assurer que les parents ne sont pas trop anxieux et pourront être présents et avoir un rôle actif auprès de l enfant. Si les parents sont trop anxieux, il est important d apprécier ce qu ils vont être capables de faire pendant le soin. L infirmière propose à l enfant et à son parent une méthode de distraction en maintenant la relation par la parole, en utilisant une voix basse, monocorde, tranquille. 4

5 ? Appliquer au moins 1 H avant le soin un patch d EMLA (Eutectic Mixture of Local Anesthetics.) ou la crème qui contient un mélange équimolaire de lidocaïne et de prilocaïne.? Le patch (1 g = 50 mg soit 25 mg de lidocaïne + 25 mg de prilocaïne ) appliqué sur une peau saine permet une anesthésie locale cutanée complète sur une profondeur de 3 ou 5 mm après une application de respectivement 1 ou 2 heures. Il sera appliqué après repérage du site de ponction, sur la zone à anesthésier, en appuyant sur le pourtour du pansement adhésif.? La crème (tube de 5 g = 250 mg soit 125 mg de lidocaïne mg de prilocaïne) qui a les mêmes propriétés est à utiliser en couche épaisse et recouverte d un pansement adhésif cutané qui peut alors être décollé avec un produit adapté.? Chez l enfant de 0 à 3 mois le dosage utilisé est de 0,5 g par site sans dépasser 1 g pour 12 H. Le temps d application maximum est de 1 H.(Pour cette tranche d âge, les effets du temps d application n ont pas été étudiés au-delà d une heure).? Chez l enfant de plus de 3 mois, la durée d application peut être de 1 à 2 H et les quantités à appliquer les suivantes :? de 3 à 12 mois : 0,5 g par site sans dépasser 2 g en doses cumulées? de 1 à 5 ans : 1 à 2 g par site sans dépasser 10 g en doses cumulées? de 6 à 12 ans : 1 à 2 g par site sans dépasser 20 g en doses cumulées? Il faut éviter le contact d EMLA avec les yeux, ou une peau lésée. D autre part son utilisation avec d autres médicaments pouvant induire un risque de méthémoglobinémie est à éviter.? La durée d efficacité après le retrait du topique est de 1 à 2 H. Après respect du temps de pose, (à noter dans le dossier) procéder délicatement à l ablation du patch ou essuyer la crème. A domicile, la crème antalgique est souvent utilisée avec un film alimentaire assurant ainsi un retrait plus facile pour l enfant. S il s agit d un patch, il est possible de le décoller sous l eau ou en utilisant un gant humide. - Attendre une quinzaine de minutes après le retrait, avant d effectuer la ponction veineuse car la vasoconstriction induite par EMLA peut gêner la réalisation du geste par une mauvaise visualisation de la veine. Il est également possible de demander aux parents d enlever le patch 15 à 30 avant le passage de l infirmier. - A domicile, laisser l enfant choisir l endroit où il veut s installer. - Préparer le matériel nécessaire (tubes de prélèvement, épicrânienne de calibre adapté aux veines de l enfant ), à distance de l enfant pour ne pas l inquiéter par la vue d objets hostiles. Pendant le soin - Lorsque c est possible, faire participer l enfant par exemple en lui faisant choisir le «doudou» qu il préfère à ses côtés ou encore la chanson ou la comptine qu il veut écouter en douceur avec son (ou ses) parent(s) pendant le soin, - S il préfère, utilisez d autres méthodes de détournement de l attention comme par exemple : souffler en imitant un tout petit vent - Maintenir un climat de confiance en massant le bras de l enfant tout en lui expliquant la pose du garrot. Utiliser de préférence un garrot auto-bloquant, illustré de jolis dessins distrayants pour l enfant. 5

6 exemple de garrot autobloquant décoré de dessins distrayants - Procéder ensuite à un geste rapide, maîtrisé et efficace - Ne pas oublier d évaluer la douleur pendant le soin (observations comportementales et questions posées à l enfant ) Après le soin - Evaluer la douleur (en vue d un réajustement des moyens antalgiques pour un acte futur), - Féliciter l enfant de son courage et lui redire l intérêt de ce soin, - Noter l acte et l évaluation de la douleur après le soin dans le dossier de soin. - Si le soin se renouvelle, repérer lors du suivant si les mesures de prévention de la douleur ont été respectées et efficaces. Si c est le cas, ce premier soin ne devrait pas laisser de traces mnésiques de la douleur. Conclusion Prévenir la douleur induite chez l enfant soigné à domicile s intègre dans les devoirs de tous les professionnels de santé. Ils disposent pour cela, de moyens médicamenteux (patchs anesthésiants, antalgiques adaptés...) et non médicamenteux (prendre le temps, expliquer simplement les gestes et leur intérêt, rassurer et faire participer les parents, utiliser la respiration et les méthodes de distraction...). En s appropriant ces moyens, en évaluant leur efficacité et en adaptant leurs pratiques, les infirmiers à domicile peuvent optimiser la prise en charge de l'enfant et réaliser leurs soins dans des conditions plus satisfaisantes pour tous : enfant, parents et soignants. Car il n'est pas gratifiant professionnellement de "faire mal", ni d'être vécu comme traumatisant... C est aussi ce qui incite les infirmières libérales à se former aux particularités de la prévention de la douleur et de l'anxiété chez l'enfant, afin de développer une prise en charge pédiatrique de qualité à domicile. Pourtant cette démarche n est pas encore optimale, que ce soit par manque d interactions entre professionnels de santé ou de formation et de pratique des soignants dans la prise en charge de la douleur de l enfant. Malgré tout, les infirmières libérales sont de plus en plus sensibilisées par la prise en charge de la douleur induite, et la coopération avec les parents, au bénéfice de l enfant, reste l un des meilleurs atouts à domicile. Références bibliographiques : 6

7 - C.A.P.P. Douleur Enfant - La douleur chez l enfant en médecine ambulatoire- Thesaurus Situations et problèmes sessions ème édition - Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aigue en ambulatoire chez l enfant de 1 mois à 15 ans- Recommandations ANAES Mars La douleur de l enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge- Groupe Infirmier PEDIADOL - Enquête sur la prise en charge de la douleur lors des prélèvements sanguins dans les laboratoires d analyses médicales - - R. Carbajal, L. Bonin, T. Karam, A. Brière, N. Simon, «Parents : être ou ne pas être présents lors des gestes douloureux aux urgences», Communication orale lors du XXXIIè congrès de l association des pédiatres de langue française, journée nationale de la Société de pédiatrie, Tours, 5-8 mai Arch Pédiatr 1999 : 6 : 585s. - Soins douloureux en pédiatrie : avec ou sans les parents?, film de F. Galland, Dr R. Carbajal, Dr D. Cohen-Salmon, association Sparadrap, N. Murcier, «De l objet à l espace transitionnel» dossier objets transitionnels, Soins Pédiatrie et Puériculture n 221, déc

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Conception : Régis PEYRARD Educateur de Jeunes Enfants - intervenant musical indépendant

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Catherine GRENIER IADE -Cadre de Santé -Formateur 18/11/2015 CG - Promotion MONET 2015-2018 et Promotion VAN GOGH 2015-2016CG - Douleur - Promotion 2013-2016 Votre expérience en

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

L administration du facteur de coagulation à domicile

L administration du facteur de coagulation à domicile L administration du facteur de coagulation à domicile la voie périphérique Guide à l usage des patients et des parents d enfants hémophiles Sommaire Introduction : Qu est-ce que l abord veineux périphérique?

Plus en détail

Je propose donc d évoquer les différents aspects de cette prise en charge du patient.

Je propose donc d évoquer les différents aspects de cette prise en charge du patient. Douleur et pansements d ulcères de jambes à domicile Gaillard isabelle, infirmière libérale, Poisat ( 38) Introduction Infirmière à domicile, je suis amenée à effectuer de nombreux pansements d ulcères

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Sommaire Introduction... 3 Tabagisme pendant la grossesse... 4 Tabagisme après la naissance de l enfant... 6 Position de couchage... 8 Température de la chambre

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs.

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs. Direction des Soins Faculté de Médecine SEMINAIRE INTERACTIF - GESTES TECHNIQUES 3 Principes de base de préparation d injections, Injections intra dermiques (ID) et sous cutanées (SC) chez l adulte et

Plus en détail

Temps d Accueil Collectif CHARTE D ACCUEIL

Temps d Accueil Collectif CHARTE D ACCUEIL Temps d Accueil Collectif CHARTE D ACCUEIL L un des objectifs du Relais Assistantes Maternelles est de favoriser les rencontres entre assistantes maternelles et les enfants qu elles accueillent. Ces temps

Plus en détail

Les écrans en pédiatrie : Expérience aux urgences pédiatriques

Les écrans en pédiatrie : Expérience aux urgences pédiatriques U 1153 Les écrans en pédiatrie : Expérience aux urgences pédiatriques Ricardo Carbajal Hôpital Armand Trousseau, Paris 1 Nécessité de traiter la douleur de l enfant Prise en charge de la douleur chez l

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie?

Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie? Que dit la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie? Loi du 22 avril 2005 dite «Loi Léonetti» FMC Dinan - 8 novembre 2012 1 Ses principes u L obstination déraisonnable est illégale. u Le

Plus en détail

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson Sommaire Préface... 11 Préambule... 15 Première partie Pitchoun nouveau-né Introduction... 21 1. La maternité... 23 2. Le retour à la maison... 31 3. Les semaines qui suivent jusqu à la fin du deuxième

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF

FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF FICHE DE RÉFÉRENCE CARACTÉRISTIQUES RECHERCHÉES D UN PROGRAMME ÉDUCATIF Le programme éducatif doit être un cadre de référence pour votre personnel éducateur et un outil d information pour les parents.

Plus en détail

Moyens d évaluation et de prise en charge de la douleur liée à la kinésithérapie chez l enfant

Moyens d évaluation et de prise en charge de la douleur liée à la kinésithérapie chez l enfant Moyens d évaluation et de prise en charge de la douleur liée à la kinésithérapie chez l enfant David Lopes, David Marteil Masseurs-kinésithérapeutes. Unité de Kinésithérapie. Pôle de chirurgie. Hôpital

Plus en détail

La scolarisation de l enfant patient :

La scolarisation de l enfant patient : La scolarisation de l enfant patient : place du PAI dans le parcours éducatif Dr Anne SPITERI (pédiatre endocrinologue - CHU de Grenoble) Le Projet d Accueil Individualisé (Mise à jour le 09.04.2013 Service

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

CINRYZE (INHIBITEUR DE C1 [HUMAIN]) Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire.

CINRYZE (INHIBITEUR DE C1 [HUMAIN]) Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire. Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament CINRYZE de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

ANIMATION AUTOUR DU REPAS

ANIMATION AUTOUR DU REPAS ANIMATION AUTOUR DU REPAS Objectifs pédagogiques : - respecter au mieux le rythme des enfants, - rendre l enfant le plus autonome possible, - apprendre à ce dernier à vivre en collectivité (ce qui implique

Plus en détail

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015

Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Prise en charge de la douleur dans l exercice soignant en soins palliatifs Caroline Robiliard Cindy Blondel Zielinski Benoît Froissart CH Douai-USP 12 mars 2015 Spécificités toilettes et pansements Quelles

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Aide-mémoire Sauvetage secourisme du travail Plan d intervention SST Protéger > Examiner > Moins de trois minutes 2 Faire alerter > Secourir pour agir Dans

Plus en détail

Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes»

Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes» Association Insertion Musique et Son Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes» Les objectifs de la formation Faciliter l accès à une formation qualifiante, un contrat en alternance

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Maternité Paul Gellé. Amie des bébés. La néonatologie. Pour en savoir plus : http://neonatologie.ch-roubaix.fr

Maternité Paul Gellé. Amie des bébés. La néonatologie. Pour en savoir plus : http://neonatologie.ch-roubaix.fr Maternité Paul Gellé Amie des bébés La néonatologie Pour en savoir plus : http://neonatologie.ch-roubaix.fr 2 Le pôle mère-enfant du Centre hospitalier de Roubaix a obtenu le label «Ami des bébés» en 2009,

Plus en détail

LE GUIDE d accueil. Nom et prénom de l enfant :

LE GUIDE d accueil. Nom et prénom de l enfant : LE GUIDE d accueil Nom et prénom de l enfant : 2 SOMMAIRE Le contrat d accueil p.4 Accueillir un enfant p.5-7 La santé p.8 Les autorisations p.9-10 3 LE CONTRAT d accueil entre... l assistant maternel

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

Programmation à étudier selon la demande Samedis 16 et 23 janvier 2016 Annecy Samedis 19 et 26 novembre 2016 - Annecy

Programmation à étudier selon la demande Samedis 16 et 23 janvier 2016 Annecy Samedis 19 et 26 novembre 2016 - Annecy 4, Passage de la cathédrale 74000 ANNECY Mail : formation@epe74.org Présentation des Modules de Formation continue Assistant maternel - Contenu pédagogique Année 2016 Liste des modules présentés par l

Plus en détail

Formation SST (Initiale):

Formation SST (Initiale): Formation SST (Initiale): Sauveteurs Secouristes du Travail Selon la Circulaire CNAMTS/DRP n -Cir-32/2010 du 3 décembre 2010 abrogeant la circulaire n -Cir. 53/2007. Public Concerné Toute personne motivée

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011

PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 PROGRAMME ÉDUCATIF Version 2011 Table des matières Introduction... 1 L approche éducative... 2 Les valeurs éducatives... 2 L estime de soi... 2 L autonomie... 2 La créativité et l imagination... 3 L affection...

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

Chanson pour les enfants l hiver. Dans la nuit de l hiver Galope un grand homme blanc Galope un grand homme blanc

Chanson pour les enfants l hiver. Dans la nuit de l hiver Galope un grand homme blanc Galope un grand homme blanc NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE LANGAGE EN SITUATION ET COMMUNICATION Comprendre des consignes avec un support écrit Barrer ; ; Entourer

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

SERVICES AUX PERSONNES

SERVICES AUX PERSONNES Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 8 SERVICES AUX PERSONNES ORIENTATION D' ETUDES : PUERICULTEUR/PUERICULTRICEE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : ADMINISTRER LES MEDICAMENTS Outils pédagogiques

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Organisation générale du service

Organisation générale du service Organisation générale du service Le service est divisé en deux secteurs, dont les frontières sont floues dans la pratique. 4 médecins dont deux cancérologues (Dr. Hess et Dr. Sarda) et deux Infectiologues

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Devenir SST : Programme

Devenir SST : Programme Devenir SST : Programme Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation de SST et le maintien/actualisation

Plus en détail

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER

2. RECHERCHER LES DANGERS PERSISTANTS POUR PROTEGER PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

L apprentissage de la propreté

L apprentissage de la propreté Cabinet de pédiatrie des Docteurs Catherine Peyrade et Alain Terrisse 195, Avenue Janvier Passero 06120 Mandelieu Tél : 04.93.93.11.30 Fax : 04.93.93.59.30 L apprentissage de la propreté Ce texte est un

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA)

Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) PR-PASA-FT-07 Le petit livret du soignant Tome 3 : Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) Activités Missions Définition Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie. Il permet

Plus en détail

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote

* Mélange équimoléculaire 50/50 d oxygène et de protoxyde d azote Un an après la sortie du MEOPA * de la réserve hospitalière. Etat des lieux Dr Daniel Annequin Unité Fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d enfants Armand Trousseau 75012 Paris Fin 2009, l

Plus en détail

L enfant peut intégrer la MAM à partir de deux mois et demi.

L enfant peut intégrer la MAM à partir de deux mois et demi. 1 : L adaptation : L enfant peut intégrer la MAM à partir de deux mois et demi. Une période d adaptation d environ une semaine (qui pourra être plus longue si l enfant en ressent le besoin) sera donc instaurée

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA

SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA Ce document a pour but de fournir l'information et les conseils utiles à votre bien être ainsi

Plus en détail

II. MODELES D HEBERGEMENT ALTERNE

II. MODELES D HEBERGEMENT ALTERNE II. MODELES D HEBERGEMENT ALTERNE Les modèles ci-dessous couvrent une période de 2 semaines, et ont trois couleurs : une couleur pour le temps de résidence chez le parent A, une couleur pour le temps de

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Dosage de l HbA 1c Comme vous le savez, il est essentiel de bien maintenir votre glycémie près des valeurs normales pour

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

Analgésie ambulatoire par bloc périnerveux à l aide d un biberon (pompe à perfusion élastomérique)

Analgésie ambulatoire par bloc périnerveux à l aide d un biberon (pompe à perfusion élastomérique) Analgésie ambulatoire par bloc périnerveux à l aide d un biberon (pompe à perfusion élastomérique) En accord avec votre médecin et vous, l anesthésiologiste a installé un cathéter (petit tube) permettant

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

Pédicure Podologue. Le métier de Pédicure Podologue. Concours et Ecoles. Concours Prépa Santé

Pédicure Podologue. Le métier de Pédicure Podologue. Concours et Ecoles. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 500 h/an Access : 420 h/an de septembre à mai Pédicure Podologue Le métier de Pédicure Podologue Le travail du pédicure-podologue vise à traiter les troubles statiques

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux

Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux Le présent règlement s applique aux temps périscolaires et extrascolaires de la Ville d Issy-les- Moulineaux et du CLAVIM

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, IRM CHEZ L'ENFANT Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal

White Paper. Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal White Paper Formations linguistiques Conseils préalables pour un ROI optimal Conseils pour un ROI optimal Année après année les entreprises investissent dans les compétences linguistiques de leurs collaborateurs,

Plus en détail

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST)

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) Durée : Participants : Public : Pré-requis : Objectifs : Moyens pédagogiques : Intervenant 12 heures + si nécessaire, le temps pour traiter les

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique. Crédit photo : Patrick Roger

Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique. Crédit photo : Patrick Roger Informations utiles à l intention des parents du groupe 1-11 Musique Crédit photo : Patrick Roger Polyvalente Hyacinthe-Delorme Année scolaire 2015-2016 Éducation physique Jordan Demers Groupe : 07, 08,

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.

PROJET D ANIMATION. Résidence Albert AUBRY. Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79. PROJET D ANIMATION Résidence Albert AUBRY Château la Rigaudière 35 240 LE THEIL DE BRETAGNE Tél. 02.99.47.74.00 Fax. 02.99.47.79.44 Le projet d animation s inscrit dans la politique de la résidence, ainsi

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école.

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école. ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER LES «ENFANTS DU VOYAGE» A L ECOLE «Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et commencer là, justement là» S.Kierkegaard

Plus en détail

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL

1. LE SAUVETAGE-SECOURISME DU TRAVAIL ANNEXE 2b MODULE de FORMATION SST Complémentaire de l unité d enseignement «Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC 1)» Ce module de formation complémentaire est destiné aux salariés ayant suivi

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Manipulateur Radio. Le Métier de Manipulateur en éléctroradiologie médicale

Manipulateur Radio. Le Métier de Manipulateur en éléctroradiologie médicale CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai Manipulateur Radio Le Métier de Manipulateur en éléctroradiologie médicale Le manipulateur en électroradiologie utilise,

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail