IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE."

Transcription

1 Programme ESC Promotion 2010 / 2011 IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE. Mémoire de fin d études présenté et soutenu publiquement le 15 septembre 2011 par Emilie JACQUEMIN Membre du Jury : Directeur du Mémoire : Irina SUSSIN, responsable du pôle Langues et Civilisations / Professeur de russe

2 Remerciements L élaboration de ce mémoire de fin d études n aurait pas été possible sans l aide de plusieurs personnes. Je tiens tout d abord à remercier Irina SUSSIN, mon directeur de mémoire qui a su me soutenir tout au long de ce travail et me donner les indications nécessaires pour réussir mon mémoire de fin d études. J ai également envie de la remercier pour m avoir tout simplement permis de découvrir la Russie, lors des cours de russe durant ma première année au sein du groupe Sup de Co La Rochelle. Sans sa passion pour ce pays et mes expériences sur le territoire russe, ce mémoire de fin d études n aurait certainement jamais traité de ce sujet et de cet étonnant pays. Ensuite, je n aurais jamais pu faire aboutir mon analyse sans l aide de Denis JULIEN, Directeur Technique du groupe MALTEUROP et de Pierre-Louis GRAS, Directeur Marketing du groupe ADEO. Ils m ont permis, grâce à leurs précieuses réponses, d approfondir mon étude exploratoire et de tirer des conclusions sur un sujet qui est encore peu étudié jusqu à présent. J insiste sur la gentillesse et la patience dont ils ont fait preuve en m accordant de leur temps. Je tiens également à remercier mes collègues de travail du groupement des MOUSQUETAIRES, qui ont su me soutenir moralement durant tous ces mois de recherches et de travail. Pour finir, je remercie Nadège PETEUIL ainsi que Philippe LE PAGE qui ont participé à la relecture de ce mémoire de recherches. 1

3 Résume / Abstract Résumé «Les conflits involontaires naissent souvent de rencontres interculturelles» (HOFSTEDE et MINKOV, 2010). Les raisons sont multiples, mais toutes liées à la problématique du management interculturel. L étude ci-dessous est dédiée à la compréhension des difficultés que les entreprises françaises rencontrent lorsqu elles souhaitent s implanter en Russie. Ce pays, connu pour ses prouesses économiques et ses nouveaux riches, mais aussi pour son Histoire soviétique, sa vodka et ses chapkas, est devenu le pays de toutes les convoitises des entrepreneurs internationaux. Ce pays mystérieux et chaleureux, à seulement 4h de vol de la France, a pourtant fait chuter plus d une entreprise française lors des tentatives de pénétration de son marché. L analyse ci-dessous relève plus particulièrement des difficultés liées à la gestion du facteur humain et à l importance d une gestion internationale des Ressources Humaines ainsi que des choix stratégiques pour réussir son implantation en Russie. Les raisons des succès français tels qu Yves Rocher, Danone, Auchan et L Oréal seront évoqués pour illustrer la revue de la littérature des grands auteurs. Par la suite, les implantations de Leroy Merlin et de Malteurop en Russie seront étudiées et la gestion de leurs Ressources Humaines analysée. Les propositions de recherches dégagées de cette étude seront alors validées par une étude exploratoire du sujet. Mots-clés : Culture, Implantation, Management Interculturel, Russie, Gestion des Ressources Humaines Abstract Involuntary conflicts are often due to intercultural situations. The reasons of these issues are multiples, but all are linked in a way or another to intercultural management. The goal of the following study is to understand the difficulties the French companies can meet when they try to establish themselves in Russia. Everyone knows Russia for its economic boom, its new wealthy people, its soviet History, its vodka, its chapkas and become a land of desire for lots of international entrepreneurs Nevertheless, this mysterious and warm country, only at 4 hours flight from France, often brings down French companies when they try to penetrate this market. The following analysis especially point out to difficulties of the Human Resources management and the importance to think global to manage the International Human resources to succeed in the establishment. The French successful 2

4 establishment s stories such as Yves Rocher, Danone, Auchan and L Oréal will be mentioned in the goal to illustrate the authors theories. In the objective to validate or to refute the theoretical frame, the study will also present two French establishments in details: the case of Malteurop and Leroy Merlin. Their Human Resources management will be analyzed and the exploratory researches will help us to conclude on our initial hypothesis. Key-words: Culture, Establishment, Intercultural Management, Russia, Human Resources Management 3

5 SOMMAIRE INDEX DES SIGLES ET ABBREVIATIONS... 5 INTRODUCTION GENERALE... 6 I. ENTREPRISES FRANCAISES ET CONTEXTE RUSSE : REVUE DE LA LITTERATURE A. Culture d organisation VS Culture nationale B. L Implantation : une adaptation humaine nécessaire C. Facteurs clés de réussite en Russie II. ETUDE EXPLORATOIRE A. Champ d application de l étude B. La méthodologie suivie C. Le contre-rendu d entretien D. Les résultats : Les clés de réussite d une implantation française en Russie CONCLUSION GENERALE ANNEXES INDEX DES TABLEAUX ET FIGURES BIBLIOGRAPHIE TABLEAUX DES MATIERES

6 Index des sigles et abréviations GIRH : GRH : IDE : PME : RH : TPE : URSS : Gestion Internationale des Ressources Humaines Gestion des Ressources Humaines Investissement Direct à l Etranger Petites et Moyennes Entreprises Ressources Humaines Très Petites Entreprises Union des Républiques Socialistes Soviétiques 5

7 Introduction Générale «L objectif n est pas de faire changer tel ou tel mais de créer des conditions pour que chacun se mette à agir différemment». Cette citation, extraite de «Les Interactions pardelà les frontières culturelles» (FORTHOMME et ANDRYUSHCHENKO, 2007) amène la problématique de la nécessité pour les individus de s adapter à l environnement mouvant de la société actuelle. En effet depuis les années 70, le commerce international et les échanges entre les pays ne cessent de se développer. L ouverture des frontières a permis une plus grande liberté de circulation des capitaux, des marchandises et des Hommes. Ces mouvements internationaux ont mené à la découverte de nouvelles cultures et à la mixité des peuples. La mondialisation est aujourd hui indispensable au bon développement d un pays. Un système d échanges est né : un Etat A se spécialise dans un ou plusieurs secteur(s) afin de faire des économies d échelle et commercialise ainsi sa production dans le pays B qui est luimême spécialisé dans un autre secteur. Les exemples sont multiples, mais celui qui est développé ici est celui de la France et de la Russie : pour ne citer qu un exemple d échanges, la Russie et l un des leaders mondiaux dans la production gazière ; la France quant à elle est reconnue pour ses produits de luxe tels que les cosmétiques ou le vin. Afin de profiter des biens produis dans les deux pays, les Hommes ont appris à échanger avec les pays du monde entier et c est ainsi qu est né le principe de globalisation des marchés. Avant d aborder le sujet plus en détail, il est important de définir certains concepts. Tout d abord, une implantation à l étranger est définie comme «des délocalisations et des implantations de nouveaux sites à l étranger sans réduction d activité en France en contrepartie» (PLIQUET et RIEDINGER, 2008). Ensuite, ce concept implique une mixité des Hommes et des cultures. La culture est un «ensemble de significations, valeurs et croyances de nature collective et dotées d une certaine durabilité qui caractérisent un groupe d individus sur une base nationale, ethnique ou autre et orientent leurs conduites» (FAURE Guy-Olivier, 2004); elle peut être nationale ou organisationnelle. Pour faire collaborer des individus d origines différentes, il est important d adopter un management interculturel, qui se 6

8 définit comme l «ensemble des stratégies ou modes de gestion des hommes ou des marchés qui prennent en compte les cultures nationales des interlocuteurs» (THERY Benoit, 2002). Pour finir, ce management interculturel ne peut être établit qu avec une bonne gestion internationale du facteur humain, qui est définie (SEKIOU, BONDIN et ale, 2004) comme l ensemble des techniques de gestion du personnel qu une entreprise, qui souhaite se positionner internationalement, doit maitriser pour obtenir une place favorable dans le contexte de globalisation actuel. Le choix des pays de l étude résulte de mes différentes expériences en Russie et du manque de connaissance qu ont les Français sur cette culture. L objectif est de démontrer que malgré les différences culturelles qui séparent les deux pays, les relations commerciales sont possibles et peuvent même aboutir à de réelles réussites. Il était d autant plus naturel pour moi de choisir le sujet de l implantation d entreprises françaises en Russie que j ai effectué mon stage de césure au sein du groupe français Malteurop (malterie) à Belgorod (ville de l Ouest, située à la frontière de l Ukraine). Etant la seule française de la filiale russe, j ai ainsi pu me fondre dans la culture russe et comprendre l importance d une bonne gestion du facteur humain lorsque deux cultures différentes se rencontrent. La deuxième raison de ce sujet est issue une fois de plus de mes deux expériences sur le territoire russe (la première était une expatriation universitaire à Petrozavodsk, au nord ouest, près de la Finlande). En effet, je me suis rendue compte d une véritable contradiction entre l image souvent négative que reflète le pays et la réalité russe. Des personnes, considérées comme dures, ayant un caractère froid et fermé aux autres sont au contraire des hommes d affaires soucieux du bien-être de leur hôte et qui cherchent à créer des liens amicaux. Pour toutes ces raisons, il serait selon moi intéressant de connaitre «Quelle est l importance du facteur humain et des stratégies d entreprises dans le cas d implantation d entreprises françaises en Russie?» A travers cette problématique, il serait utile d observer si la gestion du facteur humain est identique en France et en Russie. Plusieurs questions se posent alors : Les différences de management ont-elles un impact majeur ou secondaire dans la réussite d une implantation? Selon la réponse, quelles pourraient être les raisons de ces différences de management? 7

9 Deux propositions de recherche se posent face à cette problématique. - Un management interculturel efficace permet de réduire les problèmes de communication lors d une implantation française en Russie, - Le facteur humain est l élément majeur à prendre en considération lors d une implantation à l étranger. Dans le but de confirmer ces propositions de recherche, l étude est composée d une partie théorique illustrée par des cas d implantations françaises en Russie et par mes propres expériences et d une partie empirique, basée sur les résultats d une étude qualitative posée auprès de managers franco-russes ainsi que des témoignages d entrepreneurs français. Dans un premier temps, il est utile de définir précisément la différence entre culture d organisation et culture nationale. Cette dernière présentera la culture russe au quotidien afin d étudier les différences de comportement, les habitudes et la vision du peuple russe par rapport aux Français. Ensuite, ce point sera approfondi par l analyse des relations d affaires et les divergences visibles entre les deux pays. Cette première partie mène vers deux nouveaux termes liés à la culture : l implantation et l adaptation humaine nécessaire. Tout d abord, il serait judicieux d observer l impact du facteur humain dans l entreprise sur une implantation géographique. Ce sujet permet d en déduire l importance d une gestion internationale des Ressources Humaines. Pour finir cette partie théorique, il est nécessaire d établir les facteurs clés de réussite lors d une implantation française en Russie. Il en existe deux types : les choix stratégiques, qui peuvent être déterminants pour l avenir de l entreprise et l aptitude au management que doivent posséder les responsables de l implantation. Ces facteurs de réussite seront ensuite illustrés par des cas d implantations françaises en Russie. La deuxième partie consiste à l analyse des enquêtes menées pour valider ou réfuter les hypothèses extraites de la revue de la littérature. Elle sera menée sous forme d étude exploratoire. Dans un premier temps, les champs d application de l étude seront exposés : l analyse portera sur la gestion du facteur humain et des différences culturelles au sein de Malteurop et de Leroy Merlin, deux entreprises françaises implantées en Russie. Elles correspondant respectivement au secteur industriel et au secteur de la distribution. Ensuite, la méthodologie utilisée permettra de comprendre le choix de la démarche d investigation et quel en est son but. 8

10 Le contre-rendu d enquête viendra par la suite illustrée la méthodologie choisie en suivant deux analyses : premièrement une analyse méthodologique de l entretien, dans le but de critiquer le déroulement des entretiens et deuxièmement une analyse sociologique qui permettra d étudier la problématique selon trois axes d analyses. Pour finir, les résultats extraits du contre-rendu des enquêtes permettront de proposer des facteurs clés de succès pour réussir son implantation en Russie. 9

11 I. Entreprises françaises et contexte russe : revue de la littérature A. Culture d organisation VS Culture nationale 1. La culture d organisation : une nécessité pour l entreprise a) Définition et mise en place d une culture d organisation SLOBODSKOI et KRYLOV (SLOBODSKOI et KRYLOV, 2005) définissent la culture d organisation comme «les valeurs partagées par l ensemble de son effectif ou, au minimum, par les instances dirigeantes. [ ] La rencontre des cultures représente ainsi un échange de réactions différentes sur les situations communes». Cette définition met en avant le fait que la mixité des valeurs fait naître une culture d organisation spécifique à chaque entreprise. Une culture d entreprise est créée à partir du moment ou des individus se retrouvent en groupe, qu ils soient au sein d une entreprise nationale ou internationale. Cette culture d organisation n est pas figée et évolue en fonction de ses acteurs. Cette cohérence de groupe verra le jour seulement si tous les individus impliqués partagent les mêmes valeurs. Je rejoins la position de SEKIOU, BONDIN et ale. (SEKIOU, BONDIN et ale, 2004,) lorsqu ils affirment que la culture d entreprise fonctionne grâce à un mélange d implication individuelle et d implication collective : c est-à-dire, d une part grâce à l importance de tous les individus pris séparément et d autre part des atouts qu ils apportent lors d actions communes. Chaque employé apporte un plus à l entreprise, fait part de ses expériences antérieures et aide à construire l entreprise grâce à son passé. Mais il faut aussi prendre en considération le groupe dans son ensemble et de la création de valeurs qui en résulte. Lorsque les individus se retrouvent ensemble, ils créent sans même s en apercevoir une force qui pousse l entreprise à évoluer. Bien entendu, une culture d organisation comme décrite cidessus n est possible que si les membres de la société sont pris en considération et se sentent impliqués dans l entreprise. 10

12 Je rejoins également la position de Jocelyne ROBERT (ROBERT Jocelyne, 2007) sur l idée que l implantation d une véritable culture d entreprise soit construite autour de trois pôles : - Un objectif commun : tous les employés doivent avoir une vision globale de l entreprise. L objectif de l entreprise doit être compris par tous et vécu comme un enjeu, une volonté de réussir par tous les membres. - Des outils de communication : La direction d entreprise doit accorder de l importance à la communication interne et externe de l entreprise. En interne, il est important de partager les informations avec toute l organisation, que ce soit via des documents rédigés par un service de l entreprise (newsletter à destination des employés, des synthèses sur l activité de l entreprise ) que par des séminaires. En externe, l entreprise doit communiquer pour montrer une image positive du groupe ; dans cette situation, les employés ne seront que motivés pour continuer à faire évoluer la société et pour conserver cette fierté d y travailler. - Transmettre le projet : La vision commune de l entreprise doit être enseignée aux managers de manière à ce qu ils comprennent les enjeux et les transmettent aux employés pour qu ils ressentent ces objectifs communs et y travaillent pour y parvenir. b) Le rôle d une culture d organisation à l international Toute culture d organisation est difficile à mettre en place mais celle qui demande le plus d attention est la mise en place d une culture au sein d une multi nationale. En effet, dans un même pays, plusieurs origines se côtoient, entrainant une différence de valeurs entre les individus ; cependant, il existe une certaine similitude à travers la culture nationale du pays. Lors d une implantation à l étranger, l entreprise est un jour ou l autre amenée à employer des salariés locaux et c est alors qu apparaît un réel mixte des cultures. Dans cette situation, établir une culture d organisation devient une obligation pour faire naître une cohérence parmi les individus et créer des valeurs d entreprise communes. Cependant, la création d une culture d organisation à l international prend plus de temps et demande plus de travail. Un problème se pose : la création d une véritable culture d entreprise est indispensable au-delà des frontières, mais pose de réelles difficultés à mettre en place. 11

13 Un autre paramètre entre en jeu dans la difficulté d enseigner une culture d entreprise à l international : celui de la différence de cultures entre le pays d origine et le pays d implantation. En effet, une entreprise européenne qui décide de s implanter dans un autre pays européen ne sera pas confrontée à une grande différence culturelle. En revanche, si cette même entreprise européenne décide de s implanter en Asie par exemple, la culture d organisation prendra beaucoup de temps à mettre en place. C est pourquoi le fossé entre les différentes cultures nationales est à prendre en considération avant de s implanter à l étranger. 2. Culture nationale : France VS Russie a) Au quotidien Il suffit qu un Français parte en Russie pour découvrir à la minute de son entrée sur le territoire les premières différences culturelles. Les deux pays ont deux historiques différents : l un a connu les restrictions et la dureté de l époque soviétique et a pu ouvrir ses frontières il y a seulement vingt ans ; l autre, l un des pionniers de la création de l Europe est concentré depuis plus de quarante ans sur son développement. Ces différents passés ont engendré des traditions et valeurs traduisant leur vécu. Outre l aspect historique d un pays, de nombreux autres facteurs orientent sa culture : le climat, les croyances, la localisation géographique Tous ces paramètres ont eu et ont une importance sur les cultures nationales. Il faut bien comprendre que la vie des Russes a toujours été compliquée: le pays connu plus de temps de guerre que d années de paix. Les conflits avec les peuples frontaliers se sont enchainés durant des siècles, entrainant de lourdes pertes humaines. Puis, vint l époque soviétique qui fut une période de restrictions, d obéissance et d isolement par rapport au reste du monde. Mais ces faits historiques ne sont pas les seuls facteurs qui renforcèrent le caractère des Russes : le climat y est également pour beaucoup. Habitués à vivre dans des conditions souvent rudes (surtout en Sibérie), les Russes ont appris à vivre et à vaquer à leurs activités habituelles malgré les températures (elles peuvent descendre jusqu à -40 ou -50 C en hiver). Ces conditions de vie ont endurcis leur caractère. L image qu ils reflètent aujourd hui aux yeux des étrangers, et notamment ceux des Français est celle de personnes froides, moroses, non accueillantes. A première vue, et selon Alla SERGUEEVA (SERGUEEVA Alla, 2006) le pays tout entier donne l impression d une population non chaleureuse. En effet, 12

14 j ai un souvenir négatif de mon arrivée à Moscou : que ce soit à la douane, dans la rue ou encore à la gare ferroviaire, personne ne parlait anglais, on me dévisageait avec un regard froid et les gens ne faisaient aucun effort pour essayer de m aider. J ai eu l impression que les étrangers n étaient pas les bienvenus en Russie De part leur passé, les Russes se sont construits une culture bien à eux : En Russie, il existe une véritable conscience russe, celle d être comme tout le monde. Les Russes n aiment pas se faire remarquer et préfèrent passer inaperçus plutôt que d attirer l attention. Les Français quant à eux sont plus exubérants ; lors de promenades dans les villes françaises, il n est pas rare de trouver des personnes habillées de façon étrange, de telle sorte à être vu ; au contraire, les tenues vestimentaires en Russie sont plus discrètes et passe-partout. Cependant, cette conscience russe est en train de s effacer avec l apparition d une part des nouveaux riches et d autre part avec l ouverture des frontières. En Russie, contrairement à la France, il est important et même tout à fait naturel de montrer sa réussite et de l étaler aux yeux de tous : vêtements de haute couture, voitures de luxe, maisons hors norme Les nouveaux riches russes sont reconnaissables à travers le monde pour cet étalage de richesses. Ce côté démonstratif des Russes est lié à leur fatalisme : ils croient au destin et pensent que rien de pourra le modifier. Dans cette logique, il ne sert donc à rien de cacher ses richesses ; s ils doivent se faire voler, cela arrivera, quoi qu il advienne ; c est en ce sens que les Russes et les Français sont différents : ces derniers ne croient pas au destin et pensent pouvoir orienter leur vie. Toujours selon l exemple de la richesse et du luxe apparent, les Français cachent leur réussite pour éviter les jalousies et d attirer les regards des personnes mal intentionnées. Ce fatalisme en Russie est le résultat du passé : les habitants ont connu beaucoup d années difficiles sans pouvoir intervenir pour faire changer le cours de leur existence ; pour ne pas s effondrer, les Russes se sont rattachés au destin et sont devenus fatalistes, se disant qu ils ne pouvaient rien changer mais seulement espérer qu un jour leur vie deviendra meilleure. Leur gestion du temps est liée à cette fatalité. En effet, cette différence est due à une différence de perception de la vie et de l importance de la vie personnelle au quotidien. D une manière générale, pour les Européens le temps est fixé en fonction des buts et objectifs à réaliser. Lorsqu ils sont face à un objectif, ils organisent leur vie par rapport à cet 13

15 objectif. Les Russes quant à eux ont une notion du temps qui varie en fonction des événements et des personnes. C'est-à-dire que l objectif final peut être modifié selon les imprévus qui ont lieu que ce soit dans leur vie personnelle ou professionnelle. Cette distinction de la prise en compte du facteur temps dans ces deux cultures met en avant une totale opposition : les Français ont tendance à passer pour des personnes rigides et beaucoup trop intéressés par le but final d une affaire aux yeux des Russes. Alors que ceux-ci apparaissent auprès des Français comme des personnes sans parole et à qui l on ne peut faire confiance. Ces conflits sont tout simplement dû à une signification différente de la vie : les Russes profitent du moment présent, s intéressent aux personnes et prennent le temps qu il leurs faut pour conclure une affaire, tandis que les Français sont des personnes plus stressées et rigides dans le suivi des règles. Cette différence s explique par la perception de la vie d un pays à l autre. Les Russes croient au destin. Ils font des projets sur le court terme, ce qui les amène à choisir leurs priorités : c est pourquoi aujourd hui, lorsqu un événement (heureux ou malheureux) parvient dans la vie personnelle d un Russe, il choisira de prioriser sa vie personnelle à sa vie professionnelle. Il ne faut pas entendre par là qu ils ne s impliquent pas dans leur travail ou qu ils ne tiennent pas leur parole : les Russes partent du principe que les événements qui se passent au sein de leur vie privée peuvent être inattendus, mais restent prioritaires (Alla SERGUEEVA explique ce sens des priorités comme étant le résultat d années de souffrance, surmontées grâce à la famille, le pilier d une vie (SERGUEEVA Alla, 2006)). La vie professionnelle quant à elle est prévisible et un rendez-vous d affaires manqué ou annulé peut être réorganisé à une date ultérieure. De plus, Les Russes ont une vision cyclique de leur vie : c est-à-dire qu ils considèrent que la vie est un éternel recommencement et que celle-ci est constituée d étapes répétitives. Ce rapport au temps les lie au passé : ils gardent en mémoire les expériences passées, pour prendre des décisions futures. Ce trait de personnalité implique une prise de décisions lente ; les Russes préfèrent reculer le moment de prendre une décision. Cette caractéristique culturelle est en totale opposition avec la gestion du temps des Français et plus globalement des Occidentaux. Au contraire, ils ont une gestion du temps linéaire, c est-à-dire qu ils agissent par étape et que chaque étape est considérée comme un mouvement vers le futur. Ce fait implique que les Français ont tendance à vouloir prendre des décisions rapidement, afin de passer à l étape suivante. Cette différence de conception de la vie et de l avenir engendre des incompréhensions culturelles. 14

16 Les différences de cultures nationales sont nombreuses et affectent les relations professionnelles. Ci-dessous sont présentés quelques exemples de sujets de discordes entre Français et Russes sur le lieu de travail. b) Les relations d affaires Les relations d affaires entre Russes et Français sont souvent délicates car les deux cultures ont de nombreuses habitudes et principes qui s opposent. D une manière générale, les Français aiment la formalité, les contrats écrits et ont le sens du détail. Comme l explique Laurent GOULVESTRE, les Russes préfèrent au contraire les relations plus amicales, aiment aller droit à l essentiel et accordent une grande importance à établir des relations de confiance avec leur interlocuteur (GOULVESTRE Laurent, 2008). Le Russe a une façon de négocier plus directe, il veut des profits importants et rapides, sinon il ne voit pas l intérêt de l affaire ; le Français préfère de longues négociations, prend le temps d aborder chaque point et tente de trouver un résultat convenant aux deux parties. Ces désaccords peuvent être résumés comme le centre des conflits franco-russes lors des relations d affaires. Afin de mieux appréhender ces discordes d ordre culturel, il serait intéressant d analyser plus en détails toutes les raisons qu Alla SERGUEEVA donne pour justifier ces relations conflictuelles (SERGUEEVA Alla, 2006). Une approche différente du travail Les relations franco-russe peuvent être conflictuelles de part leur vision différente de travailler. En effet, comme expliqué brièvement ci-dessus, les Russes n ont pas de limites entre la vie privée et la vie personnelle : l une affecte l autre et vice-versa. Tandis que les Français font une grande distinction entre les deux. Le résultat de ces implications différentes est la création de conflits involontaires : les Français se demandent pourquoi les Russe ne tiennent pas les délais et leurs rendez-vous et les Russes ne comprennent pas pourquoi les Français sont si prévisibles et ponctuels, même si les circonstances changent. 15

17 Si chaque culture reste dans ses traditions, les relations seront alors très conflictuelles et il n y aura aucune avancée possible. En revanche, si chacun fait des compromis, les relations s en trouveront donc améliorées. Cette différence au travail va de pair avec l importance que chacune des deux cultures portent à leur travail. Le Russe accorde beaucoup d importance à l environnement dans lequel il travaille. Il est primordial qu il ait de bonnes relations avec ses collègues, qu il ne soit pas dans un environnement stressant et qu il y passe de bons moments. Ces aspects relationnels sont plus importants que la satisfaction matérielle ou bien même que l épanouissement professionnel : le Russe préférera avoir un travail peu intéressant et un salaire moindre, mais passer du bon temps avec ses collègues. En effet, j ai été très surprise de voir pendant mon stage au sein de MALTEUROP (à Belgorod) que toutes les raisons étaient bonnes pour se retrouver entre collègues et organiser un repas avec une multitude de plats et d alcool. Chaque anniversaire, chaque fête nationale était une occasion de se retrouver tous ensemble le temps du déjeuner et de s amuser, comme le montre ci-dessous la photo, prise le jour de la journée de la femme. Valery KRYLOV met en avant le fait que les Russes privilégient le relationnel plutôt que l évolution professionnelle (KRYLOV Valery, 2007). Ce trait de la personnalité russe explique cette difficulté à travailler avec des Français, qui eux n ont pas l habitude de mélanger vie professionnelle et vie privée. Selon moi, les Français sont plus carriéristes et entrent dans la vie active en pensant évoluer dans leur vie professionnelle ; l importance d un bon relationnel avec leurs collègues est moindre ; ils sont plus accès sur leur évolution au sein de l entreprise que sur le maintien des relations. 16

18 Bien entendu, cette analyse repose sur les traits de caractère de la majorité de la population de chaque pays et ne tient pas compte des exceptions. La notion de hiérarchie Ensuite, comme le confirme également Valery KRYLOV, en Russie la hiérarchie est bureaucratique, c est-à-dire que le manager a beaucoup de pouvoir sur ses employés, au contraire de la France qui a une hiérarchie beaucoup plus horizontale (peu de niveaux de hiérarchies) et les décisions prises par le manager sont souvent le résultat d une consultation avec ses employés (KRYLOV Valery, 2007). Il est également commun de caractériser les managers russes de paternalistes, c est-à-dire qu ils ont pour habitude de se comporter comme des pères pour leurs employés et de se faire obéir (ARDICHVILI et DIRANI, 2005). Encore certaines régions reculées de la Russie ont conservé ce style de management de l époque soviétique : le pays était dirigé par le Parti, et prenait toutes les décisions pour le peuple, qui n avait qu à suivre les ordres. Ce système éducatif soviétique, fondé par Anton MAKARENKO (écrivain russe sous influence communiste, du XIX ème siècle 1 ) était basé sur l «idéologie selon laquelle un salarié devait se livrer corps et âme à son travail, exigeait la mobilisation totale des travailleurs, et induisait une logique d obéissance» (KRYLOV et SLOBODSKOI, 2005). A l époque, les dirigeants faisaient régner l ordre et se faisaient respecter par la peur, qui prenait la forme de menaces et de cris. Si les étrangers adoptent aujourd hui ce style de management, les employés ne l accepteront pas, car ils se souviendront alors de l époque soviétique et se sentiront humiliés qu un étranger ose les diriger de cette manière. Aujourd hui heureusement, le style de management a évolué. Les dirigeants continuent à se faire respecter et obéir, mais par simple reflexe, lié à la tradition qui persiste. Durant des années, les Russes ont pris l habitude d obéir à leur patron sans discuter. Aujourd hui, même si les menaces ne sont plus utilisées pour contrôler, les employés ont toujours l habitude d accepter les ordres du dirigeant et le niveau hiérarchique est en ce sens toujours fort, mais mieux accepté. De plus, différents styles de managers cohabitent en Russie. Alla SERGUEEVA en a décris trois dans son ouvrage. Tout d abord, le cas le moins courant est celui du dirigeant qui 1 17

19 se sert de stimulants matériels pour se faire obéir, qui pourrait également se définir comme le principe de chantage. Ce cas est rare, à cause de l injustice de cette méthode. Ensuite, le cas le plus pratiqué en Russie est celui du dirigeant charismatique. Le patron est alors défini comme une personne qui a eu accès au pouvoir grâce à sa volonté de réussir et à sa forte personnalité et moins par ses compétences. Cependant, avant de pouvoir diriger, la personne doit avoir démontrée à tout le monde son énergie, sa détermination et son courage de prendre des décisions. Il ne «mérite» pas son poste de part ses compétences professionnelles, mais grâce à son caractère. Et pour finir, il y a le cas du dirigeant venu de l Occident, sous influence Européenne. C est le cas du dirigeant qui a les compétences professionnelles, qui a de nombreuses expériences dans le domaine et qui mérite son poste. Ce modèle est encore rare en Russie, mais grâce à la mondialisation et à l ouverture des marchés, il se répand de plus en plus. La Russie est en plein changement d ordre structurel : les influences occidentales sont en train de moderniser le système de management du pays et annonce une hiérarchie de moins en moins verticale et plus horizontale, permettant la participation des employés à la prise de décisions. Cette nouvelle orientation est également confirmée par les auteurs de «Leadership styles and management practices of Russian entrepreneurs : Implications for transferability of Western HRD Interventions» (ARDICHVILI, CARDOZO, GASPARISHVILI, 1998) qui citent la théorie de Sheila M. PUFFER (auteur du XX ème siècle qui rédigea de nombreuses publications sur les affaires internationales et la Russie 2 ) selon laquelle les managers Russes ont tendance, depuis la chute de l ex-urss, de partager le pouvoir et de déléguer les prises de décisions, afin de se concentrer sur la stratégie d entreprise. Un accès différent à l information L un des autres sujets de discorde entre les deux cultures est la manière de collecter l information. Laurent GOULVESTRE rejoint la position de SERGUEEVA et affirme que les Français et les Russes possèdent chacun une manière différente d aller chercher l information manquante (GOULVESTRE Laurent, 2008). Les Français ont tendance à se référer à des sources écrites, telles que des livres, des statistiques, des bases de données, Internet D une certaine manière, il faut comprendre que les Français ne font confiance qu à des sources officielles, considérées comme sûres

20 En revanche les Russes collectent l information auprès des personnes : ils parlent affaires avec leur proches, leur demandent conseil et font confiance à leur jugement, même s ils ne sont pas du milieu professionnel en question. Une fois de plus, il est intéressant d observer que les Russes privilégient le relationnel aux documents officiels. Cette habitude peut s expliquer par leur passé. Les Russes ont toujours été confrontés à la corruption qui entraina des falsifications de documents et des informations cachées. Ne pouvant pas faire confiance à l Etat, ils ont appris à se renseigner seuls, auprès des personnes à qui ils pouvaient faire confiance, c'est-à-dire leurs proches. Cette époque mena à la destruction complète de la confiance du peuple aux forces supérieures telles que l Etat, la Défense du pays et le système judicaire, qui furent tous un jour ou l autre corrompus (BENAROYA François, 2006). Aujourd hui, l Etat russe lutte contre la corruption et tente de changer la perception négative que le peuple a du gouvernement. Cependant, des pratiques illégales sont toujours utilisées comme le prouve mes expériences en Russie. Lors de mon premier séjour en Russie, le conducteur de la voiture dans laquelle j étais s est fait arrêté par la police pour excès de vitesse : après une discussion rapide et le versement d un pot de vin, le conducteur est reparti sans aucune contravention Ensuite, pendant mon deuxième séjour en Russie, qui était initialement prévu pour une durée de 6 mois, j ai malheureusement eu un problème de visa qui m a forcé à rentrer définitivement en France au bout de 3 mois. En apprenant cette nouvelle, le directeur général de Malteurop Russie m a dit qu il essaierait de faire toutes les démarches légales possibles pour me faire revenir, mais en vain. Je pense que le terme «légal» confirme bien que des pratiques illégales sont toujours utilisées pour enfreindre les lois. Même si de nombreuses améliorations sont à noter, le peuple, une fois de plus par habitude et par tradition, considère les sources orales plus fiables que les sources officielles écrites. La négociation et ses coutumes Pour finir, la culture intervient également dans les négociations commerciales. En effet, «la culture est introduite dans les négociations par les acteurs eux-mêmes. Elle conditionne la manière dont ceux-ci conçoivent l interaction» (FAURE Guy-Olivier, 2004). 19

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

RELATIONS PROFESSIONNELLES & CONDUITE DES AFFAIRES EN RUSSIE. Clermont Ferrand 27 janvier 2015

RELATIONS PROFESSIONNELLES & CONDUITE DES AFFAIRES EN RUSSIE. Clermont Ferrand 27 janvier 2015 RELATIONS PROFESSIONNELLES & CONDUITE DES AFFAIRES EN RUSSIE Clermont Ferrand 27 janvier 2015 Parcours professionnel ISSU DE L ENTREPRISE > AGROALIMENTAIRE ET BIENS D EQUIPEMENTS PARCOURS PROFESSIONNEL

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Développer le potentiel de vos équipes

Développer le potentiel de vos équipes Développer le potentiel de vos équipes Notre mission : vous accompagner vers la réussite de vos objectifs Alter Ego RH vous aide à anticiper, développer et valoriser vos relations avec vos salariés et

Plus en détail

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Contexte Introduction «Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l autorité et n on aucun respect pour

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET

Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET Enquête réalisée en 2005 à l Observatoire des Flux et des Formations par une stagiaire en Master Pro Ingénierie

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable? Deuxième enquête destinée aux professionnels du Développement Durable dans les Collectivités Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche

Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche Voici donc un ensemble de questions piège posées par les recruteurs ainsi que nos conseils pour y répondre au mieux. Quelles sont vos principales

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH Pourquoi la conduite du changement? L entreprise avant et après le SIH Ensemble des processus de l hôpital Avant SIH Grande communauté de

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

THEME : REMUNERATION EQUITE

THEME : REMUNERATION EQUITE THEME : REMUNERATION EQUITE EXERCICE 1 : CAS KEVIN : EQUITE Partie 1. Kevin est contrôleur back-office pour les opérations de marché d une grande banque française. Son rêve est de passer au front-office,

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Plan de cours. Comportement organisationnel

Plan de cours. Comportement organisationnel ÉCOLE NATIONALE D ADMINISTRATION PUBLIQUE Plan de cours ENP 7106 Comportement organisationnel Hanoi Avril 2011 Joanne Greene, M. Ps. joanne.greene@enap.ca Ce cours permet à l étudiant d approfondir sa

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager».

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». du programme : Les principaux objectifs de ce programme sont : Développer les compétences organisationnelles du manager : gérer les projets et les ressources

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition

Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition Comment... Mettre à profit toute l expertise d un Manager de Transition À Propos De Management Resources 2 Definir Vos Besoins 4 Tirer Profit Du Potentiel D un Manager De Transition 5 Une Relation Réussie

Plus en détail

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 Daniel Held Mesurer les facteurs qualitatifs de l entreprise Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 La difficulté actuelle que rencontrent presque

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

Christian MENOUNGA Tema-RMS Etude indépendante. Sujet: La décentralisation de la fonction «ressources humaines»

Christian MENOUNGA Tema-RMS Etude indépendante. Sujet: La décentralisation de la fonction «ressources humaines» Christian MENOUNGA Tema-RMS Etude indépendante Sujet: La décentralisation de la fonction «ressources humaines» 1 Sommaire : Introduction : 1) Décentralisation des «ressources humaines» : a- Le nouveau

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail

sens Innovation vue du terrain dentité Clients La reconnaissance au travail La reconnaissance au travail vue du terrain Aider les dirigeants dans leur gestion quotidienne des hommes et des équipes confiancesens Innovation dentité collègues sens Innovation Clients Rémunérationévolution

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010. La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée

Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010. La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée Synthèse de l intervention du 1 er juin 2010 La Reconnaissance Individuelle dans une économie mondialisée Intervention d Alain MERGIER Sociologue et Directeur de l Institut WEI Cette rencontre organisée

Plus en détail

Positiver la fonction de manager

Positiver la fonction de manager Positiver la fonction de manager Cycle de 9 jours soit 63 heures Les objectifs de la formation 1 COMMUNICATION MANAGÉRIALE Mieux se connaître dans son nouveau rôle de Manager. Prendre sa place et se positionner

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le nombre d exemplaires : 3 1 pour l entreprise, 1 pour l I.U.T., 1 pour vous même Le nombre de pages : 30 pages maximum (annexes non comprises) Le format : A4 Le rapport

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

GUIDE DU RECRUTEMENT

GUIDE DU RECRUTEMENT GUIDE DU RECRUTEMENT Les étapes clés : A) CLARIFIER VOTRE BESOIN DE RECRUTEMENT B) REDIGER ET COMMUNIQUER VOTRE OFFRE D EMPLOI C) SELECTIONNER LES CANDIDATURES RECUES D) REUSSIR L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

BOURSE EXPLORA ENTREPRISE : NORA BURI STAGE EN THAILANDE DU 27/02/12 AU 13/07/12

BOURSE EXPLORA ENTREPRISE : NORA BURI STAGE EN THAILANDE DU 27/02/12 AU 13/07/12 ETUDIANT ESC SAINT ETIENNE FOUCAUT SEBASTIEN BOURSE EXPLORA ENTREPRISE : NORA BURI STAGE EN THAILANDE DU 27/02/12 AU 13/07/12 Suite à mon stage réalisé en Thaïlande sur l Ile de Koh Samui je vous fais

Plus en détail

Les salariés aiment-ils leurs RH?

Les salariés aiment-ils leurs RH? Communiqué de presse Etude RH 360 Les salariés aiment-ils leurs RH? Que pensent les salariés de leurs Ressources Humaines? Quel regard portent les professionnels RH sur leurs propres actions? Comment pensent-ils

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT Savoir mener un entretien d embauche c est d abord savoir mener un entretien d investigation (du côté

Plus en détail

célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion du

célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion du 8/1/2008 Discours de Monsieur Fukui à l occasion du colloque pour la célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion

Plus en détail