IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE."

Transcription

1 Programme ESC Promotion 2010 / 2011 IMPORTANCE DU FACTEUR HUMAIN ET STRATEGIES D IMPLANTATION: CAS DE L IMPLANTATION D ENTREPRISES FRANCAISES EN RUSSIE. Mémoire de fin d études présenté et soutenu publiquement le 15 septembre 2011 par Emilie JACQUEMIN Membre du Jury : Directeur du Mémoire : Irina SUSSIN, responsable du pôle Langues et Civilisations / Professeur de russe

2 Remerciements L élaboration de ce mémoire de fin d études n aurait pas été possible sans l aide de plusieurs personnes. Je tiens tout d abord à remercier Irina SUSSIN, mon directeur de mémoire qui a su me soutenir tout au long de ce travail et me donner les indications nécessaires pour réussir mon mémoire de fin d études. J ai également envie de la remercier pour m avoir tout simplement permis de découvrir la Russie, lors des cours de russe durant ma première année au sein du groupe Sup de Co La Rochelle. Sans sa passion pour ce pays et mes expériences sur le territoire russe, ce mémoire de fin d études n aurait certainement jamais traité de ce sujet et de cet étonnant pays. Ensuite, je n aurais jamais pu faire aboutir mon analyse sans l aide de Denis JULIEN, Directeur Technique du groupe MALTEUROP et de Pierre-Louis GRAS, Directeur Marketing du groupe ADEO. Ils m ont permis, grâce à leurs précieuses réponses, d approfondir mon étude exploratoire et de tirer des conclusions sur un sujet qui est encore peu étudié jusqu à présent. J insiste sur la gentillesse et la patience dont ils ont fait preuve en m accordant de leur temps. Je tiens également à remercier mes collègues de travail du groupement des MOUSQUETAIRES, qui ont su me soutenir moralement durant tous ces mois de recherches et de travail. Pour finir, je remercie Nadège PETEUIL ainsi que Philippe LE PAGE qui ont participé à la relecture de ce mémoire de recherches. 1

3 Résume / Abstract Résumé «Les conflits involontaires naissent souvent de rencontres interculturelles» (HOFSTEDE et MINKOV, 2010). Les raisons sont multiples, mais toutes liées à la problématique du management interculturel. L étude ci-dessous est dédiée à la compréhension des difficultés que les entreprises françaises rencontrent lorsqu elles souhaitent s implanter en Russie. Ce pays, connu pour ses prouesses économiques et ses nouveaux riches, mais aussi pour son Histoire soviétique, sa vodka et ses chapkas, est devenu le pays de toutes les convoitises des entrepreneurs internationaux. Ce pays mystérieux et chaleureux, à seulement 4h de vol de la France, a pourtant fait chuter plus d une entreprise française lors des tentatives de pénétration de son marché. L analyse ci-dessous relève plus particulièrement des difficultés liées à la gestion du facteur humain et à l importance d une gestion internationale des Ressources Humaines ainsi que des choix stratégiques pour réussir son implantation en Russie. Les raisons des succès français tels qu Yves Rocher, Danone, Auchan et L Oréal seront évoqués pour illustrer la revue de la littérature des grands auteurs. Par la suite, les implantations de Leroy Merlin et de Malteurop en Russie seront étudiées et la gestion de leurs Ressources Humaines analysée. Les propositions de recherches dégagées de cette étude seront alors validées par une étude exploratoire du sujet. Mots-clés : Culture, Implantation, Management Interculturel, Russie, Gestion des Ressources Humaines Abstract Involuntary conflicts are often due to intercultural situations. The reasons of these issues are multiples, but all are linked in a way or another to intercultural management. The goal of the following study is to understand the difficulties the French companies can meet when they try to establish themselves in Russia. Everyone knows Russia for its economic boom, its new wealthy people, its soviet History, its vodka, its chapkas and become a land of desire for lots of international entrepreneurs Nevertheless, this mysterious and warm country, only at 4 hours flight from France, often brings down French companies when they try to penetrate this market. The following analysis especially point out to difficulties of the Human Resources management and the importance to think global to manage the International Human resources to succeed in the establishment. The French successful 2

4 establishment s stories such as Yves Rocher, Danone, Auchan and L Oréal will be mentioned in the goal to illustrate the authors theories. In the objective to validate or to refute the theoretical frame, the study will also present two French establishments in details: the case of Malteurop and Leroy Merlin. Their Human Resources management will be analyzed and the exploratory researches will help us to conclude on our initial hypothesis. Key-words: Culture, Establishment, Intercultural Management, Russia, Human Resources Management 3

5 SOMMAIRE INDEX DES SIGLES ET ABBREVIATIONS... 5 INTRODUCTION GENERALE... 6 I. ENTREPRISES FRANCAISES ET CONTEXTE RUSSE : REVUE DE LA LITTERATURE A. Culture d organisation VS Culture nationale B. L Implantation : une adaptation humaine nécessaire C. Facteurs clés de réussite en Russie II. ETUDE EXPLORATOIRE A. Champ d application de l étude B. La méthodologie suivie C. Le contre-rendu d entretien D. Les résultats : Les clés de réussite d une implantation française en Russie CONCLUSION GENERALE ANNEXES INDEX DES TABLEAUX ET FIGURES BIBLIOGRAPHIE TABLEAUX DES MATIERES

6 Index des sigles et abréviations GIRH : GRH : IDE : PME : RH : TPE : URSS : Gestion Internationale des Ressources Humaines Gestion des Ressources Humaines Investissement Direct à l Etranger Petites et Moyennes Entreprises Ressources Humaines Très Petites Entreprises Union des Républiques Socialistes Soviétiques 5

7 Introduction Générale «L objectif n est pas de faire changer tel ou tel mais de créer des conditions pour que chacun se mette à agir différemment». Cette citation, extraite de «Les Interactions pardelà les frontières culturelles» (FORTHOMME et ANDRYUSHCHENKO, 2007) amène la problématique de la nécessité pour les individus de s adapter à l environnement mouvant de la société actuelle. En effet depuis les années 70, le commerce international et les échanges entre les pays ne cessent de se développer. L ouverture des frontières a permis une plus grande liberté de circulation des capitaux, des marchandises et des Hommes. Ces mouvements internationaux ont mené à la découverte de nouvelles cultures et à la mixité des peuples. La mondialisation est aujourd hui indispensable au bon développement d un pays. Un système d échanges est né : un Etat A se spécialise dans un ou plusieurs secteur(s) afin de faire des économies d échelle et commercialise ainsi sa production dans le pays B qui est luimême spécialisé dans un autre secteur. Les exemples sont multiples, mais celui qui est développé ici est celui de la France et de la Russie : pour ne citer qu un exemple d échanges, la Russie et l un des leaders mondiaux dans la production gazière ; la France quant à elle est reconnue pour ses produits de luxe tels que les cosmétiques ou le vin. Afin de profiter des biens produis dans les deux pays, les Hommes ont appris à échanger avec les pays du monde entier et c est ainsi qu est né le principe de globalisation des marchés. Avant d aborder le sujet plus en détail, il est important de définir certains concepts. Tout d abord, une implantation à l étranger est définie comme «des délocalisations et des implantations de nouveaux sites à l étranger sans réduction d activité en France en contrepartie» (PLIQUET et RIEDINGER, 2008). Ensuite, ce concept implique une mixité des Hommes et des cultures. La culture est un «ensemble de significations, valeurs et croyances de nature collective et dotées d une certaine durabilité qui caractérisent un groupe d individus sur une base nationale, ethnique ou autre et orientent leurs conduites» (FAURE Guy-Olivier, 2004); elle peut être nationale ou organisationnelle. Pour faire collaborer des individus d origines différentes, il est important d adopter un management interculturel, qui se 6

8 définit comme l «ensemble des stratégies ou modes de gestion des hommes ou des marchés qui prennent en compte les cultures nationales des interlocuteurs» (THERY Benoit, 2002). Pour finir, ce management interculturel ne peut être établit qu avec une bonne gestion internationale du facteur humain, qui est définie (SEKIOU, BONDIN et ale, 2004) comme l ensemble des techniques de gestion du personnel qu une entreprise, qui souhaite se positionner internationalement, doit maitriser pour obtenir une place favorable dans le contexte de globalisation actuel. Le choix des pays de l étude résulte de mes différentes expériences en Russie et du manque de connaissance qu ont les Français sur cette culture. L objectif est de démontrer que malgré les différences culturelles qui séparent les deux pays, les relations commerciales sont possibles et peuvent même aboutir à de réelles réussites. Il était d autant plus naturel pour moi de choisir le sujet de l implantation d entreprises françaises en Russie que j ai effectué mon stage de césure au sein du groupe français Malteurop (malterie) à Belgorod (ville de l Ouest, située à la frontière de l Ukraine). Etant la seule française de la filiale russe, j ai ainsi pu me fondre dans la culture russe et comprendre l importance d une bonne gestion du facteur humain lorsque deux cultures différentes se rencontrent. La deuxième raison de ce sujet est issue une fois de plus de mes deux expériences sur le territoire russe (la première était une expatriation universitaire à Petrozavodsk, au nord ouest, près de la Finlande). En effet, je me suis rendue compte d une véritable contradiction entre l image souvent négative que reflète le pays et la réalité russe. Des personnes, considérées comme dures, ayant un caractère froid et fermé aux autres sont au contraire des hommes d affaires soucieux du bien-être de leur hôte et qui cherchent à créer des liens amicaux. Pour toutes ces raisons, il serait selon moi intéressant de connaitre «Quelle est l importance du facteur humain et des stratégies d entreprises dans le cas d implantation d entreprises françaises en Russie?» A travers cette problématique, il serait utile d observer si la gestion du facteur humain est identique en France et en Russie. Plusieurs questions se posent alors : Les différences de management ont-elles un impact majeur ou secondaire dans la réussite d une implantation? Selon la réponse, quelles pourraient être les raisons de ces différences de management? 7

9 Deux propositions de recherche se posent face à cette problématique. - Un management interculturel efficace permet de réduire les problèmes de communication lors d une implantation française en Russie, - Le facteur humain est l élément majeur à prendre en considération lors d une implantation à l étranger. Dans le but de confirmer ces propositions de recherche, l étude est composée d une partie théorique illustrée par des cas d implantations françaises en Russie et par mes propres expériences et d une partie empirique, basée sur les résultats d une étude qualitative posée auprès de managers franco-russes ainsi que des témoignages d entrepreneurs français. Dans un premier temps, il est utile de définir précisément la différence entre culture d organisation et culture nationale. Cette dernière présentera la culture russe au quotidien afin d étudier les différences de comportement, les habitudes et la vision du peuple russe par rapport aux Français. Ensuite, ce point sera approfondi par l analyse des relations d affaires et les divergences visibles entre les deux pays. Cette première partie mène vers deux nouveaux termes liés à la culture : l implantation et l adaptation humaine nécessaire. Tout d abord, il serait judicieux d observer l impact du facteur humain dans l entreprise sur une implantation géographique. Ce sujet permet d en déduire l importance d une gestion internationale des Ressources Humaines. Pour finir cette partie théorique, il est nécessaire d établir les facteurs clés de réussite lors d une implantation française en Russie. Il en existe deux types : les choix stratégiques, qui peuvent être déterminants pour l avenir de l entreprise et l aptitude au management que doivent posséder les responsables de l implantation. Ces facteurs de réussite seront ensuite illustrés par des cas d implantations françaises en Russie. La deuxième partie consiste à l analyse des enquêtes menées pour valider ou réfuter les hypothèses extraites de la revue de la littérature. Elle sera menée sous forme d étude exploratoire. Dans un premier temps, les champs d application de l étude seront exposés : l analyse portera sur la gestion du facteur humain et des différences culturelles au sein de Malteurop et de Leroy Merlin, deux entreprises françaises implantées en Russie. Elles correspondant respectivement au secteur industriel et au secteur de la distribution. Ensuite, la méthodologie utilisée permettra de comprendre le choix de la démarche d investigation et quel en est son but. 8

10 Le contre-rendu d enquête viendra par la suite illustrée la méthodologie choisie en suivant deux analyses : premièrement une analyse méthodologique de l entretien, dans le but de critiquer le déroulement des entretiens et deuxièmement une analyse sociologique qui permettra d étudier la problématique selon trois axes d analyses. Pour finir, les résultats extraits du contre-rendu des enquêtes permettront de proposer des facteurs clés de succès pour réussir son implantation en Russie. 9

11 I. Entreprises françaises et contexte russe : revue de la littérature A. Culture d organisation VS Culture nationale 1. La culture d organisation : une nécessité pour l entreprise a) Définition et mise en place d une culture d organisation SLOBODSKOI et KRYLOV (SLOBODSKOI et KRYLOV, 2005) définissent la culture d organisation comme «les valeurs partagées par l ensemble de son effectif ou, au minimum, par les instances dirigeantes. [ ] La rencontre des cultures représente ainsi un échange de réactions différentes sur les situations communes». Cette définition met en avant le fait que la mixité des valeurs fait naître une culture d organisation spécifique à chaque entreprise. Une culture d entreprise est créée à partir du moment ou des individus se retrouvent en groupe, qu ils soient au sein d une entreprise nationale ou internationale. Cette culture d organisation n est pas figée et évolue en fonction de ses acteurs. Cette cohérence de groupe verra le jour seulement si tous les individus impliqués partagent les mêmes valeurs. Je rejoins la position de SEKIOU, BONDIN et ale. (SEKIOU, BONDIN et ale, 2004,) lorsqu ils affirment que la culture d entreprise fonctionne grâce à un mélange d implication individuelle et d implication collective : c est-à-dire, d une part grâce à l importance de tous les individus pris séparément et d autre part des atouts qu ils apportent lors d actions communes. Chaque employé apporte un plus à l entreprise, fait part de ses expériences antérieures et aide à construire l entreprise grâce à son passé. Mais il faut aussi prendre en considération le groupe dans son ensemble et de la création de valeurs qui en résulte. Lorsque les individus se retrouvent ensemble, ils créent sans même s en apercevoir une force qui pousse l entreprise à évoluer. Bien entendu, une culture d organisation comme décrite cidessus n est possible que si les membres de la société sont pris en considération et se sentent impliqués dans l entreprise. 10

12 Je rejoins également la position de Jocelyne ROBERT (ROBERT Jocelyne, 2007) sur l idée que l implantation d une véritable culture d entreprise soit construite autour de trois pôles : - Un objectif commun : tous les employés doivent avoir une vision globale de l entreprise. L objectif de l entreprise doit être compris par tous et vécu comme un enjeu, une volonté de réussir par tous les membres. - Des outils de communication : La direction d entreprise doit accorder de l importance à la communication interne et externe de l entreprise. En interne, il est important de partager les informations avec toute l organisation, que ce soit via des documents rédigés par un service de l entreprise (newsletter à destination des employés, des synthèses sur l activité de l entreprise ) que par des séminaires. En externe, l entreprise doit communiquer pour montrer une image positive du groupe ; dans cette situation, les employés ne seront que motivés pour continuer à faire évoluer la société et pour conserver cette fierté d y travailler. - Transmettre le projet : La vision commune de l entreprise doit être enseignée aux managers de manière à ce qu ils comprennent les enjeux et les transmettent aux employés pour qu ils ressentent ces objectifs communs et y travaillent pour y parvenir. b) Le rôle d une culture d organisation à l international Toute culture d organisation est difficile à mettre en place mais celle qui demande le plus d attention est la mise en place d une culture au sein d une multi nationale. En effet, dans un même pays, plusieurs origines se côtoient, entrainant une différence de valeurs entre les individus ; cependant, il existe une certaine similitude à travers la culture nationale du pays. Lors d une implantation à l étranger, l entreprise est un jour ou l autre amenée à employer des salariés locaux et c est alors qu apparaît un réel mixte des cultures. Dans cette situation, établir une culture d organisation devient une obligation pour faire naître une cohérence parmi les individus et créer des valeurs d entreprise communes. Cependant, la création d une culture d organisation à l international prend plus de temps et demande plus de travail. Un problème se pose : la création d une véritable culture d entreprise est indispensable au-delà des frontières, mais pose de réelles difficultés à mettre en place. 11

13 Un autre paramètre entre en jeu dans la difficulté d enseigner une culture d entreprise à l international : celui de la différence de cultures entre le pays d origine et le pays d implantation. En effet, une entreprise européenne qui décide de s implanter dans un autre pays européen ne sera pas confrontée à une grande différence culturelle. En revanche, si cette même entreprise européenne décide de s implanter en Asie par exemple, la culture d organisation prendra beaucoup de temps à mettre en place. C est pourquoi le fossé entre les différentes cultures nationales est à prendre en considération avant de s implanter à l étranger. 2. Culture nationale : France VS Russie a) Au quotidien Il suffit qu un Français parte en Russie pour découvrir à la minute de son entrée sur le territoire les premières différences culturelles. Les deux pays ont deux historiques différents : l un a connu les restrictions et la dureté de l époque soviétique et a pu ouvrir ses frontières il y a seulement vingt ans ; l autre, l un des pionniers de la création de l Europe est concentré depuis plus de quarante ans sur son développement. Ces différents passés ont engendré des traditions et valeurs traduisant leur vécu. Outre l aspect historique d un pays, de nombreux autres facteurs orientent sa culture : le climat, les croyances, la localisation géographique Tous ces paramètres ont eu et ont une importance sur les cultures nationales. Il faut bien comprendre que la vie des Russes a toujours été compliquée: le pays connu plus de temps de guerre que d années de paix. Les conflits avec les peuples frontaliers se sont enchainés durant des siècles, entrainant de lourdes pertes humaines. Puis, vint l époque soviétique qui fut une période de restrictions, d obéissance et d isolement par rapport au reste du monde. Mais ces faits historiques ne sont pas les seuls facteurs qui renforcèrent le caractère des Russes : le climat y est également pour beaucoup. Habitués à vivre dans des conditions souvent rudes (surtout en Sibérie), les Russes ont appris à vivre et à vaquer à leurs activités habituelles malgré les températures (elles peuvent descendre jusqu à -40 ou -50 C en hiver). Ces conditions de vie ont endurcis leur caractère. L image qu ils reflètent aujourd hui aux yeux des étrangers, et notamment ceux des Français est celle de personnes froides, moroses, non accueillantes. A première vue, et selon Alla SERGUEEVA (SERGUEEVA Alla, 2006) le pays tout entier donne l impression d une population non chaleureuse. En effet, 12

14 j ai un souvenir négatif de mon arrivée à Moscou : que ce soit à la douane, dans la rue ou encore à la gare ferroviaire, personne ne parlait anglais, on me dévisageait avec un regard froid et les gens ne faisaient aucun effort pour essayer de m aider. J ai eu l impression que les étrangers n étaient pas les bienvenus en Russie De part leur passé, les Russes se sont construits une culture bien à eux : En Russie, il existe une véritable conscience russe, celle d être comme tout le monde. Les Russes n aiment pas se faire remarquer et préfèrent passer inaperçus plutôt que d attirer l attention. Les Français quant à eux sont plus exubérants ; lors de promenades dans les villes françaises, il n est pas rare de trouver des personnes habillées de façon étrange, de telle sorte à être vu ; au contraire, les tenues vestimentaires en Russie sont plus discrètes et passe-partout. Cependant, cette conscience russe est en train de s effacer avec l apparition d une part des nouveaux riches et d autre part avec l ouverture des frontières. En Russie, contrairement à la France, il est important et même tout à fait naturel de montrer sa réussite et de l étaler aux yeux de tous : vêtements de haute couture, voitures de luxe, maisons hors norme Les nouveaux riches russes sont reconnaissables à travers le monde pour cet étalage de richesses. Ce côté démonstratif des Russes est lié à leur fatalisme : ils croient au destin et pensent que rien de pourra le modifier. Dans cette logique, il ne sert donc à rien de cacher ses richesses ; s ils doivent se faire voler, cela arrivera, quoi qu il advienne ; c est en ce sens que les Russes et les Français sont différents : ces derniers ne croient pas au destin et pensent pouvoir orienter leur vie. Toujours selon l exemple de la richesse et du luxe apparent, les Français cachent leur réussite pour éviter les jalousies et d attirer les regards des personnes mal intentionnées. Ce fatalisme en Russie est le résultat du passé : les habitants ont connu beaucoup d années difficiles sans pouvoir intervenir pour faire changer le cours de leur existence ; pour ne pas s effondrer, les Russes se sont rattachés au destin et sont devenus fatalistes, se disant qu ils ne pouvaient rien changer mais seulement espérer qu un jour leur vie deviendra meilleure. Leur gestion du temps est liée à cette fatalité. En effet, cette différence est due à une différence de perception de la vie et de l importance de la vie personnelle au quotidien. D une manière générale, pour les Européens le temps est fixé en fonction des buts et objectifs à réaliser. Lorsqu ils sont face à un objectif, ils organisent leur vie par rapport à cet 13

15 objectif. Les Russes quant à eux ont une notion du temps qui varie en fonction des événements et des personnes. C'est-à-dire que l objectif final peut être modifié selon les imprévus qui ont lieu que ce soit dans leur vie personnelle ou professionnelle. Cette distinction de la prise en compte du facteur temps dans ces deux cultures met en avant une totale opposition : les Français ont tendance à passer pour des personnes rigides et beaucoup trop intéressés par le but final d une affaire aux yeux des Russes. Alors que ceux-ci apparaissent auprès des Français comme des personnes sans parole et à qui l on ne peut faire confiance. Ces conflits sont tout simplement dû à une signification différente de la vie : les Russes profitent du moment présent, s intéressent aux personnes et prennent le temps qu il leurs faut pour conclure une affaire, tandis que les Français sont des personnes plus stressées et rigides dans le suivi des règles. Cette différence s explique par la perception de la vie d un pays à l autre. Les Russes croient au destin. Ils font des projets sur le court terme, ce qui les amène à choisir leurs priorités : c est pourquoi aujourd hui, lorsqu un événement (heureux ou malheureux) parvient dans la vie personnelle d un Russe, il choisira de prioriser sa vie personnelle à sa vie professionnelle. Il ne faut pas entendre par là qu ils ne s impliquent pas dans leur travail ou qu ils ne tiennent pas leur parole : les Russes partent du principe que les événements qui se passent au sein de leur vie privée peuvent être inattendus, mais restent prioritaires (Alla SERGUEEVA explique ce sens des priorités comme étant le résultat d années de souffrance, surmontées grâce à la famille, le pilier d une vie (SERGUEEVA Alla, 2006)). La vie professionnelle quant à elle est prévisible et un rendez-vous d affaires manqué ou annulé peut être réorganisé à une date ultérieure. De plus, Les Russes ont une vision cyclique de leur vie : c est-à-dire qu ils considèrent que la vie est un éternel recommencement et que celle-ci est constituée d étapes répétitives. Ce rapport au temps les lie au passé : ils gardent en mémoire les expériences passées, pour prendre des décisions futures. Ce trait de personnalité implique une prise de décisions lente ; les Russes préfèrent reculer le moment de prendre une décision. Cette caractéristique culturelle est en totale opposition avec la gestion du temps des Français et plus globalement des Occidentaux. Au contraire, ils ont une gestion du temps linéaire, c est-à-dire qu ils agissent par étape et que chaque étape est considérée comme un mouvement vers le futur. Ce fait implique que les Français ont tendance à vouloir prendre des décisions rapidement, afin de passer à l étape suivante. Cette différence de conception de la vie et de l avenir engendre des incompréhensions culturelles. 14

16 Les différences de cultures nationales sont nombreuses et affectent les relations professionnelles. Ci-dessous sont présentés quelques exemples de sujets de discordes entre Français et Russes sur le lieu de travail. b) Les relations d affaires Les relations d affaires entre Russes et Français sont souvent délicates car les deux cultures ont de nombreuses habitudes et principes qui s opposent. D une manière générale, les Français aiment la formalité, les contrats écrits et ont le sens du détail. Comme l explique Laurent GOULVESTRE, les Russes préfèrent au contraire les relations plus amicales, aiment aller droit à l essentiel et accordent une grande importance à établir des relations de confiance avec leur interlocuteur (GOULVESTRE Laurent, 2008). Le Russe a une façon de négocier plus directe, il veut des profits importants et rapides, sinon il ne voit pas l intérêt de l affaire ; le Français préfère de longues négociations, prend le temps d aborder chaque point et tente de trouver un résultat convenant aux deux parties. Ces désaccords peuvent être résumés comme le centre des conflits franco-russes lors des relations d affaires. Afin de mieux appréhender ces discordes d ordre culturel, il serait intéressant d analyser plus en détails toutes les raisons qu Alla SERGUEEVA donne pour justifier ces relations conflictuelles (SERGUEEVA Alla, 2006). Une approche différente du travail Les relations franco-russe peuvent être conflictuelles de part leur vision différente de travailler. En effet, comme expliqué brièvement ci-dessus, les Russes n ont pas de limites entre la vie privée et la vie personnelle : l une affecte l autre et vice-versa. Tandis que les Français font une grande distinction entre les deux. Le résultat de ces implications différentes est la création de conflits involontaires : les Français se demandent pourquoi les Russe ne tiennent pas les délais et leurs rendez-vous et les Russes ne comprennent pas pourquoi les Français sont si prévisibles et ponctuels, même si les circonstances changent. 15

17 Si chaque culture reste dans ses traditions, les relations seront alors très conflictuelles et il n y aura aucune avancée possible. En revanche, si chacun fait des compromis, les relations s en trouveront donc améliorées. Cette différence au travail va de pair avec l importance que chacune des deux cultures portent à leur travail. Le Russe accorde beaucoup d importance à l environnement dans lequel il travaille. Il est primordial qu il ait de bonnes relations avec ses collègues, qu il ne soit pas dans un environnement stressant et qu il y passe de bons moments. Ces aspects relationnels sont plus importants que la satisfaction matérielle ou bien même que l épanouissement professionnel : le Russe préférera avoir un travail peu intéressant et un salaire moindre, mais passer du bon temps avec ses collègues. En effet, j ai été très surprise de voir pendant mon stage au sein de MALTEUROP (à Belgorod) que toutes les raisons étaient bonnes pour se retrouver entre collègues et organiser un repas avec une multitude de plats et d alcool. Chaque anniversaire, chaque fête nationale était une occasion de se retrouver tous ensemble le temps du déjeuner et de s amuser, comme le montre ci-dessous la photo, prise le jour de la journée de la femme. Valery KRYLOV met en avant le fait que les Russes privilégient le relationnel plutôt que l évolution professionnelle (KRYLOV Valery, 2007). Ce trait de la personnalité russe explique cette difficulté à travailler avec des Français, qui eux n ont pas l habitude de mélanger vie professionnelle et vie privée. Selon moi, les Français sont plus carriéristes et entrent dans la vie active en pensant évoluer dans leur vie professionnelle ; l importance d un bon relationnel avec leurs collègues est moindre ; ils sont plus accès sur leur évolution au sein de l entreprise que sur le maintien des relations. 16

18 Bien entendu, cette analyse repose sur les traits de caractère de la majorité de la population de chaque pays et ne tient pas compte des exceptions. La notion de hiérarchie Ensuite, comme le confirme également Valery KRYLOV, en Russie la hiérarchie est bureaucratique, c est-à-dire que le manager a beaucoup de pouvoir sur ses employés, au contraire de la France qui a une hiérarchie beaucoup plus horizontale (peu de niveaux de hiérarchies) et les décisions prises par le manager sont souvent le résultat d une consultation avec ses employés (KRYLOV Valery, 2007). Il est également commun de caractériser les managers russes de paternalistes, c est-à-dire qu ils ont pour habitude de se comporter comme des pères pour leurs employés et de se faire obéir (ARDICHVILI et DIRANI, 2005). Encore certaines régions reculées de la Russie ont conservé ce style de management de l époque soviétique : le pays était dirigé par le Parti, et prenait toutes les décisions pour le peuple, qui n avait qu à suivre les ordres. Ce système éducatif soviétique, fondé par Anton MAKARENKO (écrivain russe sous influence communiste, du XIX ème siècle 1 ) était basé sur l «idéologie selon laquelle un salarié devait se livrer corps et âme à son travail, exigeait la mobilisation totale des travailleurs, et induisait une logique d obéissance» (KRYLOV et SLOBODSKOI, 2005). A l époque, les dirigeants faisaient régner l ordre et se faisaient respecter par la peur, qui prenait la forme de menaces et de cris. Si les étrangers adoptent aujourd hui ce style de management, les employés ne l accepteront pas, car ils se souviendront alors de l époque soviétique et se sentiront humiliés qu un étranger ose les diriger de cette manière. Aujourd hui heureusement, le style de management a évolué. Les dirigeants continuent à se faire respecter et obéir, mais par simple reflexe, lié à la tradition qui persiste. Durant des années, les Russes ont pris l habitude d obéir à leur patron sans discuter. Aujourd hui, même si les menaces ne sont plus utilisées pour contrôler, les employés ont toujours l habitude d accepter les ordres du dirigeant et le niveau hiérarchique est en ce sens toujours fort, mais mieux accepté. De plus, différents styles de managers cohabitent en Russie. Alla SERGUEEVA en a décris trois dans son ouvrage. Tout d abord, le cas le moins courant est celui du dirigeant qui 1 17

19 se sert de stimulants matériels pour se faire obéir, qui pourrait également se définir comme le principe de chantage. Ce cas est rare, à cause de l injustice de cette méthode. Ensuite, le cas le plus pratiqué en Russie est celui du dirigeant charismatique. Le patron est alors défini comme une personne qui a eu accès au pouvoir grâce à sa volonté de réussir et à sa forte personnalité et moins par ses compétences. Cependant, avant de pouvoir diriger, la personne doit avoir démontrée à tout le monde son énergie, sa détermination et son courage de prendre des décisions. Il ne «mérite» pas son poste de part ses compétences professionnelles, mais grâce à son caractère. Et pour finir, il y a le cas du dirigeant venu de l Occident, sous influence Européenne. C est le cas du dirigeant qui a les compétences professionnelles, qui a de nombreuses expériences dans le domaine et qui mérite son poste. Ce modèle est encore rare en Russie, mais grâce à la mondialisation et à l ouverture des marchés, il se répand de plus en plus. La Russie est en plein changement d ordre structurel : les influences occidentales sont en train de moderniser le système de management du pays et annonce une hiérarchie de moins en moins verticale et plus horizontale, permettant la participation des employés à la prise de décisions. Cette nouvelle orientation est également confirmée par les auteurs de «Leadership styles and management practices of Russian entrepreneurs : Implications for transferability of Western HRD Interventions» (ARDICHVILI, CARDOZO, GASPARISHVILI, 1998) qui citent la théorie de Sheila M. PUFFER (auteur du XX ème siècle qui rédigea de nombreuses publications sur les affaires internationales et la Russie 2 ) selon laquelle les managers Russes ont tendance, depuis la chute de l ex-urss, de partager le pouvoir et de déléguer les prises de décisions, afin de se concentrer sur la stratégie d entreprise. Un accès différent à l information L un des autres sujets de discorde entre les deux cultures est la manière de collecter l information. Laurent GOULVESTRE rejoint la position de SERGUEEVA et affirme que les Français et les Russes possèdent chacun une manière différente d aller chercher l information manquante (GOULVESTRE Laurent, 2008). Les Français ont tendance à se référer à des sources écrites, telles que des livres, des statistiques, des bases de données, Internet D une certaine manière, il faut comprendre que les Français ne font confiance qu à des sources officielles, considérées comme sûres

20 En revanche les Russes collectent l information auprès des personnes : ils parlent affaires avec leur proches, leur demandent conseil et font confiance à leur jugement, même s ils ne sont pas du milieu professionnel en question. Une fois de plus, il est intéressant d observer que les Russes privilégient le relationnel aux documents officiels. Cette habitude peut s expliquer par leur passé. Les Russes ont toujours été confrontés à la corruption qui entraina des falsifications de documents et des informations cachées. Ne pouvant pas faire confiance à l Etat, ils ont appris à se renseigner seuls, auprès des personnes à qui ils pouvaient faire confiance, c'est-à-dire leurs proches. Cette époque mena à la destruction complète de la confiance du peuple aux forces supérieures telles que l Etat, la Défense du pays et le système judicaire, qui furent tous un jour ou l autre corrompus (BENAROYA François, 2006). Aujourd hui, l Etat russe lutte contre la corruption et tente de changer la perception négative que le peuple a du gouvernement. Cependant, des pratiques illégales sont toujours utilisées comme le prouve mes expériences en Russie. Lors de mon premier séjour en Russie, le conducteur de la voiture dans laquelle j étais s est fait arrêté par la police pour excès de vitesse : après une discussion rapide et le versement d un pot de vin, le conducteur est reparti sans aucune contravention Ensuite, pendant mon deuxième séjour en Russie, qui était initialement prévu pour une durée de 6 mois, j ai malheureusement eu un problème de visa qui m a forcé à rentrer définitivement en France au bout de 3 mois. En apprenant cette nouvelle, le directeur général de Malteurop Russie m a dit qu il essaierait de faire toutes les démarches légales possibles pour me faire revenir, mais en vain. Je pense que le terme «légal» confirme bien que des pratiques illégales sont toujours utilisées pour enfreindre les lois. Même si de nombreuses améliorations sont à noter, le peuple, une fois de plus par habitude et par tradition, considère les sources orales plus fiables que les sources officielles écrites. La négociation et ses coutumes Pour finir, la culture intervient également dans les négociations commerciales. En effet, «la culture est introduite dans les négociations par les acteurs eux-mêmes. Elle conditionne la manière dont ceux-ci conçoivent l interaction» (FAURE Guy-Olivier, 2004). 19

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Construction du projet professionnel

Construction du projet professionnel Construction du projet professionnel Groupe Altedia, conseil en management, Ressources humaines et communication Consultant : Tel :. E-mail : NOM Prénom :. Mission :. Date :. INTRODUCTION Ce document d

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE TOURISTIQUE - BAC+5 - MSTO Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Contexte Introduction «Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l autorité et n on aucun respect pour

Plus en détail

FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS

FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS sommaire 1. Avoir confiance pour mieux réussir 2 2. Changement : le plus difficile des challenges à gérer! 2 3. La créativité au

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points CORRIGÉ GEDOC SA Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 Organisation des réunions 1.1 Mettre en évidence les inconvénients de l organisation actuelle des réunions.

Plus en détail

J OUVRE MA BOÎTE. Arnaud CIELLE CONSULTANT : SE LANCER, RÉUSSIR ET DURER. Le guide pour devenir un professionnel reconnu

J OUVRE MA BOÎTE. Arnaud CIELLE CONSULTANT : SE LANCER, RÉUSSIR ET DURER. Le guide pour devenir un professionnel reconnu J OUVRE MA BOÎTE Arnaud CIELLE CONSULTANT : SE LANCER, RÉUSSIR ET DURER Le guide pour devenir un professionnel reconnu «J ouvre ma boîte» est une collection créée en partenariat avec le Salon des micro-entreprises

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme

Vos commentaires sur la pertinence de ce cours dans le programme Évaluation de l enseignement COMMENTAIRES Activité : GSF-6008-S (82526) Finance corporative Enseignant : Jean-François Guimond Session : Automne 2012 Méthode d évaluation : Papier Date de l évaluation

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Positiver la fonction de manager

Positiver la fonction de manager Positiver la fonction de manager Cycle de 9 jours soit 63 heures Les objectifs de la formation 1 COMMUNICATION MANAGÉRIALE Mieux se connaître dans son nouveau rôle de Manager. Prendre sa place et se positionner

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

La question RH du mois «Le bien-être des salariés»

La question RH du mois «Le bien-être des salariés» La question RH du mois Octobre 2015 Embargo : Vendredi 22 octobre 12h 15 place de la République 75003 Paris Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management 15, place de la République 75003

Plus en détail

Sous la direction de Mme Herrero

Sous la direction de Mme Herrero RAPPORT DE STAGE CABINET D AVOCATS MAITRE RODOLPHE Sous la direction de Mme Herrero Nora Allioui Janvier 2015 RAPPORT DE STAGE CABINET D AVOCATS MAITRE RODOLPHE http://www.rodolpheavocats.fr/ Je tiens

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2007 2 e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail