CONCEPTON D UN MANUEL D AUDIT INTERNE A LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCEPTON D UN MANUEL D AUDIT INTERNE A LA"

Transcription

1 Centre Africain d études Supérieures en Gestion Institut Supérieur de Comptabilité, de Banque et de Finance (ISCBF) Master Professionnel en Audit et Contrôle de Gestion (MPACG) Promotion 4 ( ) Mémoire de fin d étude THEME CONCEPTON D UN MANUEL D AUDIT INTERNE A LA NATIONAL FINANCIAL CREDIT BANK CAMEROUN Présenté par : Dirigé par : Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE M. Pape Alpha Sy Directeur de l Audit Interne à la Banque Atlantique de Dakar Avril 2012

2 DEDICACES Le présent mémoire est dédié à : - mes parents MOCHE FAYEU FREDERIC et YVETTE CLAIRE TCHAKO : qu ils trouvent ainsi le fruit de leur soutien, amour et nombreuses prières ; - mes frères et sœur Garcin Fabrice, Darling Yves et Edlyne MOCHE également pour le soutien incommensurable durant mon parcours et lors de la rédaction de ce document. - toute ma grande famille et plus particulièrement ma tante Annie D Autriche NEMATAH pour tous ses bienfaits. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG i

3 REMERCIEMENTS Ce mémoire est le couronnement de ma formation au Centre Africain d Etudes Supérieures en Gestion (CESAG). La rédaction de ce document n a été possible que grâce à l obtention d un stage au sein de la National Financial Credit Bank au Cameroun. Pour tout cela, la compréhension, la disponibilité et la collaboration de plusieurs personnes ont été nécessaire. Ainsi, mes vifs remerciements ainsi que ma profonde gratitude vont à l endroit : - des messieurs ZACHARIA AWANGA et CHEIKH NDIAYE, respectivement Président du conseil d administration et Directeur général de la NFC Bank, pour avoir accepté de m accueillir au sein de cette structure afin de mener à bien mon étude ; - de mon directeur de mémoire Monsieur PAPE ALPHA SY, CIA, Directeur du contrôle et de l audit interne à la Banque atlantique du Sénégal, pour sa disponibilité et ses orientations ; - du personnel de la NFC Bank, en particulier ceux de la direction du contrôle et de l audit interne à savoir Messieurs Robert KAN le directeur ainsi que ses nombreux collaborateurs ; - de tout le corps professoral du CESAG sans lequel les notions théoriques et pratiques actuelles n auraient été acquises ; - de tous ceux dont les noms ne figurent pas ici et qui, de près ou de loin, ont contribué à l atteinte de cet objectif, qu ils trouvent ici l expression de toute ma reconnaissance. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG ii

4 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS AGO : Assemblée générale ordinaire BAPS: Budget Allocation Planning - Suivi CBOK: Common Book of Knowledge CEMAC : Communauté économique et monétaire de l Afrique centrale CIGM: Collectif des inspecteurs Généraux des ministères du Maroc CNI : Carte nationale d identité COBAC : Commission bancaire d Afrique centrale DG : Directeur général DGA : EAP : FRAP : GIAM: GLC: IFACI: IIA: ILEA: KYC: LSF: MINFI : Directeur général adjoint Etat des actions de progrès Feuille de révélation et d analyses des problèmes Government Internal Audit manual Greater London Council Institut français de l audit et du contrôle interne Institute of Internal Audit Inner London Education Authority Know Your Customer Loi sur la sécurité financière Ministère des finances NFC Bank: National Financial Credit Bank NFCC: National Financial Credit Company NHS : National Health Service NMO : Normes de mise en œuvre NRE : Norme de régulation économique PCA : Président du conseil d administration PME : Petites et moyennes entreprises SA : Société anonyme SARL : Société à responsabilité limitée SOX: Sarbanes and Oxley TFfA : Tableau des forces et faiblesses apparentes Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG iii

5 LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES Tableaux Tableau 1 : Les sections d un manuel d audit interne Tableau 2 : Le réseau d agences de la NFC Bank au Cameroun Tableau 3 : Evolution de la situation financière de la NFC Bank (en millions de FCFA) Tableau 4 : Recueil des procédures Figures Figure 1 : Logigramme de l audit interne Figure 2 : Le champ du risque bancaire Figure 3 : Modèle d analyse et outils de collecte de données Figure 4 : Organigramme de la direction du contrôle et de l audit interne au 31 Décembre Figure 5 : La conduite d une mission d audit interne à la NFC Bank Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG iv

6 TABLE DES MATIERES DEDICACES... i REMERCIEMENTS... ii LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... iii LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES... iv TABLE DES MATIERES... v INTRODUCTION GENERALE... 1 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE ET APPROCHE METHODOLOGIQUE... 7 Chapitre 1. Les aspects généraux et le cadre pratique de l audit interne Le concept d audit interne Définition de l audit interne La notion de risque en audit interne Le risque bancaire Les objectifs visés par l audit interne Les normes et le champ d application de l audit interne Les normes d audit interne La norme 1000 : Mission, pouvoirs et responsabilités La norme 1100 : Indépendance et objectivité La norme 1220 : Conscience professionnelle La norme 2010 : Planification La norme 2040 : Règles et procédures Le champ d application de l audit interne Le code de déontologie Les principes fondamentaux Les règles de conduite La gestion d un service d audit interne Les missions assignées au service d audit interne Le fonctionnement du service d audit interne La charte d audit interne Le manuel d audit interne Les dossiers d audit Les papiers de travail Les moyens matériels et financiers Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG v

7 Le plan d audit La cartographie des risques Chapitre 2. Le manuel d audit interne Notion de procédure Définition et utilité du manuel d audit interne Les objectifs du manuel d audit interne La forme et les exigences du manuel d audit Le contenu d un manuel d audit interne La conception ancienne La conception actuelle Le cadre de l audit interne La planification en audit interne La réalisation d une mission d audit Chapitre 3. Méthodologie de la recherche Le modèle d analyse Les méthodes de collecte de données L observation directe L interview L analyse documentaire DEUXIEME PARTIE: CADRE PRATIQUE Chapitre 4. Présentation de la National Financial Credit Bank (NFC) Historique et missions de la NFC Bank Organisation actuelle de la NFC Bank Organisation managériale La NFC Bank : ses produits et ses services Les produits Le compte chèque particulier Le compte sur livret ou compte d épargne Le compte pour association Les comptes pour SARL et SA NFC super plus NFC TOD NFC EDUSAVE Les opérations de crédit Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG vi

8 Les autres services Chapitre 5. Description et évaluation de l existant L identification des procédures d audit interne de la NFC Bank Les faiblesses relevées La conception proprement dite du manuel Objet du manuel Champ d application Objectifs du manuel Le cadre de travail des auditeurs internes Fiche de poste du Directeur du contrôle et de l audit interne Fiche de poste du chef de service de l audit interne Fiche de poste du chef de service de contrôle Fiche de poste d un auditeur interne La planification des missions d audit interne Objet de la procédure : Champ d application : Objectifs de contrôle interne : Règles de gestion : La préparation et la réalisation d une mission d audit interne Objet de la procédure Champ d application de la procédure Objectifs Règles de gestion Processus de conduite d une mission d audit interne Objet Champ D application Objectifs de contrôle interne Règles de gestion Description de la procédure Les guides d audit interne Le guide d audit interne de la direction de l informatique Le guide d audit interne de la Direction des ressources humaines Le guide d audit interne du service des opérations étrangères Chapitre 6. Recommandations Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG vii

9 6.1. Le manuel d audit interne : propriété de l audit interne Le manuel d audit interne : document de procédures couvrant l ensemble des fonctions de l entreprise Le manuel d audit interne : document à actualisation permanente Le manuel d audit interne : guide d imprégnation CONCLUSION GENERALE ANNEXES BIBLIOGRAPHIE Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG viii

10 INTRODUCTION GENERALE

11 L amélioration de la performance et la recherche d un bon gouvernement d entreprise sont deux objectifs fondamentaux auxquels sont confrontées de nombreuses organisations et entreprises de nos jours, lesquelles ne sauraient trouver solution que si l environnement dans lequel elles exercent est en lui-même sécurisé. L amélioration de la performance est de plus en plus recherchée au travers d une décentralisation de la prise de décisions pour en assurer la pertinence et la mise en œuvre rapide. Dans ces conditions, le chef d entreprise est naturellement amené à s interroger sur la maîtrise du fonctionnement de l organisation, par lui-même et ses collaborateurs. L audit interne donne une certaine assurance raisonnable que les opérations menées, les décisions prises sont sous contrôle et qu elles contribuent donc aux objectifs spécifiques de l entreprise. Et si tel n était pas le cas, il apporterait des recommandations pour y remédier. Pour ce faire, cette fonction évalue le niveau du contrôle interne, c est-à-dire la capacité des organisations à atteindre efficacement les objectifs qui leur sont assignés et à maîtriser les risques inhérents à leur activité. La notion de gouvernement d entreprise s articule quant à elle autour de quatre piliers à savoir : le conseil d administration, l audit externe, le management et l audit interne. Elle suppose une éthique et la pratique de la transparence. Que nous soyons dans le cadre de l amélioration de la performance ou dans la recherche d un bon gouvernement d entreprise, on remarque qu il existe une fonction très souvent pas la principale au sein l entreprise qui est toujours interpellée: l audit interne. Les professionnels l ont d ailleurs compris, car dès l an 2000, ils font figurer le gouvernement d entreprise parmi les objectifs de l audit interne et ce dans la définition même de la fonction. Bien connue de ses différents acteurs, organisée au niveau international, de mieux en mieux maîtrisée par des spécialistes dont le nombre ne cesse de croître, la fonction d audit interne est aujourd hui une fonction importante, encore largement diversifiée et dont l évolution constante permet de mieux fixer les perspectives. Son importance actuelle se traduit dans la représentativité de l institut international de l audit interne lequel fédère tous les instituts nationaux et représente aujourd hui plus de membres répartis dans 165 pays. C est une fonction jeune et récente avec la création constante de nouveaux services d audit interne : un tiers des services a moins de 5 ans en 2005 (24% dans le monde en 2007, selon le CBOK ou Common Body of Knowledge, et seulement 13% de plus de 20 ans). Dans ces services, et en dépit des normes régissant la fonction, on trouve encore de façon significative des auditeurs internes qui ne se consacrent pas exclusivement à leurs travaux d auditeurs. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 2

12 D autres encore n ont pas encore la parfaite maîtrise des normes régissant la profession d où des manquements observés. Tout compte fait, l évolution est en progrès, mais n est pas parvenue à son terme. Les perspectives envisagées en 1995 continuent de se réaliser de nos jours : extension du champ d application de l audit interne, rattachement des services d audit interne au niveau le plus élevé, multiplication des diplômes délivrés par les universités pour ne citer que ceux-là. Mais l évolution n est pas stoppée pour autant, d autres horizons se sont ouverts pour la double influence des incidents qui ont marqué la vie des entreprises (affaire Enron, Madoff et bien d autres) et des réglementations pour partie concomitantes : loi de la nouvelle régulation économique (NRE) et la loi de sécurité financière (LSF) en France, Sarbanes-Oxley (SOX) aux Etats-Unis (USA). Ces évènements ont largement conduit au développement des audits de conformité et à la prise en compte par les auditeurs de la qualité de la gouvernance sans que, pour autant, soit remise en cause l extension des audits au domaine opérationnel. Bien que rassemblés au sein d un même institut professionnel, les auditeurs internes en donnent une vision assez hétérogène. Cet institut contribue à promouvoir la pratique dominante qui peu à peu s impose à tous, mais cette pratique est par la nature des choses fortement colorée par la culture des entreprises. En Afrique comme partout ailleurs, cette dimension culturelle se perçoit dans les formations, les organisations, les méthodes de travail, le vocabulaire. Les outils de travail ne sont pas du reste car eux-mêmes sont influencés par la culture. Telle entreprise à dominante technique voit ses auditeurs privilégier interrogations informatiques, sondages statistiques, outils mathématiques, telle autre à dominante financière a un service d audit utilisant de façon préférentielle les ratios, les contrôles et les rapprochements comptables. Sur un autre plan, ces auditeurs internes accorderaient peu d importance à certains documents tels que le manuel d audit interne par exemple qui permet entre autres de réglementer la fonction et d harmoniser le travail des auditeurs internes. La National Financial Credit (NFC) Bank l a compris car dès ses origines, elle met l accent sur le contrôle même si l audit interne ne revêtira sa forme que longtemps après. Le contrôle interne est à ce moment un élément essentiel pour elle quant à la maitrise des risques de son activité. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 3

13 L observation effectuée fait état de l absence d un guide référentiel unique (le manuel d audit interne), permettant à ceux qui exercent la profession c est- à-dire les auditeurs internes de conduire les missions d audit avec efficacité et diligence. Cette absence constitue un obstacle à la bonne gestion et à l utilisation efficace des ressources. Ceci est dû à plusieurs causes: - la non maîtrise exhaustive des normes d audit ; - la négligence de la part de ces auditeurs à pouvoir éditer les méthodes de travail et autres outils dans ce document qu est le manuel d audit ; - dans des services d audit interne où il n existe qu un seul auditeur, ce dernier ne trouve généralement pas important de concevoir un manuel d audit étant donné qu il est le seul à pourvoir exercer la fonction. Du coup il a la maîtrise de toutes ces procédures. Ces obstacles entraînent plusieurs conséquences. Parmi elles nous pouvons citer : - l accueil et l encadrement des nouveaux recrutés ou stagiaires qui arrivent dans le service ne possédant encore aucune expérience dans le métier d auditeur, ne se font pas de manière logique ; - le problème de la non continuité des missions par exemple en cas d indisponibilité d un membre de l équipe ; ceci du fait de la non formalisation du contenu et de l utilisation des dossiers de travail ; - l allongement de la durée des missions qui fait que le calendrier établi en début d année n est toujours pas respecté ; - des difficultés liées à la supervision des missions. Face à tous ces problèmes qui généralement entravent le travail de l auditeur interne, des solutions peuvent être mises en œuvre dans le but d y remédier : - adopter une méthode correcte et logique pour ce qui est de l accueil et de l encadrement des nouveaux venus ; - réorganiser le déroulement des missions ; - revoir le programme d audit qui déborde parfois l année ; Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 4

14 - concevoir un manuel de procédures d audit interne qui permet d avoir une vision claire, uniforme des travaux à effectuer dans le cadre de la mission par tous les acteurs, et d identifier le contenu et la forme des documents de travail à mettre en place ou généralement utilisés. Cette dernière solution est celle que nous retiendrons dans le cadre de notre travail de recherche. Elle permettra non seulement d harmoniser la démarche d audit mais également de gagner du temps dans les différentes missions, ceci dans un souci de commodité et d efficacité poussant ainsi le service à mettre en place un manuel d audit interne qui lui sera d une importance capitale. Cependant, pour pouvoir atteindre notre objectif, la question fondamentale suivante se pose : «Quel contenu donner au manuel d audit interne afin de disposer d un référentiel d audit de qualité, suffisamment renseigné, qui puisse servir de façon efficace à la conduite des missions d audit interne?» Plus concrètement, cette question nous amène à dérouler un certain nombre d interrogations spécifiques à savoir : - qu est-ce qu un manuel d audit interne? - quel est le rôle d un manuel d audit interne? - quelles sont les exigences d un bon manuel d audit interne? Pour ce faire, le thème choisi pour notre travail s intitule : «Conception d un manuel d audit interne à la National Financial Credit Bank» A travers ce thème, l objectif principal est de concevoir un manuel d audit interne suffisamment renseigné qui aide les auditeurs internes à mieux conduire leurs missions. En outre, les objectifs spécifiques qui en résultent sont : - définir de façon précise un manuel d audit interne ; - identifier le rôle de ce manuel ; - présenter les exigences d un bon manuel d audit interne. Pour un travail de recherche comme celui-ci, l intérêt se situe à deux niveaux : Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 5

15 - pour l entreprise, le manuel d audit interne permettra au service d audit interne de disposer non seulement d un référentiel mais aussi d un document propre au service reflétant ainsi l organisation et le fonctionnement dudit service ; - pour nous-mêmes, il nous permettra de confronter les connaissances théoriques acquises lors de la formation à la réalité ou pratique effectuée sur le terrain nous entraînant ainsi à en tirer une expérience pratique supplémentaire et accentuée. Notre travail est subdivisé en deux grandes parties : - une première partie avec comme contenu une revue de littérature sur la notion d audit interne, la pratique de l audit interne en général afin de mieux camper le sujet. Par la suite, nous aborderons la notion de manuel d audit interne, ses exigences du point de vue fond et forme. Nous achèverons cette phase par la présentation de la méthodologie adoptée pour mener à bien notre étude ; - dans la deuxième partie, nous présenterons tout d abord l entité dans laquelle notre travail a été rendu possible, puis nous procèderons à l élaboration en elle-même du manuel d audit interne et aux diverses recommandations en vue de sa mise en œuvre. Cette étude n est guère l œuvre d un spécialiste en élaboration de manuel d audit interne. Son mérite se résume en sa volonté de vouloir apporter une pierre à l édifice ici représenté par le métier de l audit interne afin que cette fonction puisse être un exemple dans toute structure tant dans sa forme que dans sa compréhension. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 6

16 PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE ET APPROCHE METHODOLOGIQUE

17 «L audit interne, défini officiellement comme une activité, est avant tout une fonction de l organisation et c est avec des ressources appropriées de celle-ci que l audit interne est susceptible d apporter le plus de valeur ajoutée. L audit interne doit vivre l entreprise, être imprégné de sa culture, se sentir concerné par tout ce qui la touche, ses succès comme ses difficultés ou ses échecs.» (BERTIN, 2007 :5) Dans cette première partie de notre étude consacrée à l approche théorique, nous verrons : - dans un premier chapitre, ce qu est l audit interne. En d autres termes, il s agira plus précisément de revenir sur des notions liées à son concept tout en évoquant l aspect du risque, sa définition, ses normes, sa typologie et le fonctionnement type d un service d audit interne ; - dans un deuxième chapitre, l étude théorique du manuel d audit interne à travers sa définition, son rôle, sa forme, ses exigences, son contenu ; - le troisième chapitre quant à lui est essentiellement basé sur l approche méthodologique de l étude qui ici précise la méthodologie utilisée pour mener à bien cette étude. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 8

18 Chapitre 1. Les aspects généraux et le cadre pratique de l audit interne Le terme audit en lui-même est fidèle à sa racine latine «audire» qui signifie écouter. Ainsi, l audit a une dimension d écoute et désigne d une manière générique une analyse et une opinion sur une situation. STETTLER (1995 :110) définit l audit comme étant «un passage en revue ou une audition, devant aboutir à une évaluation ou à une appréciation D un point de vue critique, il s agit d une revue critique aboutissant à l évaluation d un travail déterminé». Cette définition de l audit en général nous amène ainsi à faire ressortir quelques traits de caractère que se doit d adopter tout auditeur à savoir : l écoute, la compréhension avant l action. Son efficacité exige qu il soit bien informé. L audit tel qu aperçu à ses débuts a évolué et s est même développé en donnant naissance à l audit interne, fonction récente qu on retrouve de plus en plus dans nos entreprises de nos jours Le concept d audit interne Fonction récente et évolutive, l audit interne a vu se succéder plusieurs définitions avant que la notion ne soit stabilisée. Cependant, quelle est celle qui a été retenue? Définition de l audit interne L Institut Français de l Audit et du Contrôle Interne (IFACI), chapitre français de l IIA (Institute of internal auditors) donne la définition suivante de l audit interne : «l audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer et contribue à créer de la valeur. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant par une approche systématique et méthodique ses processus de management de risques, de contrôle et de gouvernement d entreprise et en faisant des propositions pour renforcer son efficacité». Il s agit là de la traduction de la définition de l IIA, de son adaptation par le conseil d administration depuis L audit interne est à l intérieur d une entité une activité indépendante, comme le souligne la définition précitée, d appréciation du contrôle des opérations. Dès lors, il est au service de l entreprise. Son objectif est d assister les dirigeants dans l exercice de leurs responsabilités. Dans ce but, l audit interne leur fournit des analyses, des appréciations, des recommandations, des avis et des informations concernant les activités ou opérations examinées. La finalité étant Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 9

19 d assurer l efficacité du système de contrôle interne mis en place et de créer ainsi de la valeur ajoutée. Il est important de souligner ici que l audit interne ne doit en rien être confondu avec le contrôle interne. Ce dernier est défini en effet comme étant «un processus mis en œuvre par le conseil d administration, les dirigeants et le personnel d une organisation, destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation d objectifs tels que la réalisation et l optimisation des opérations, la fiabilité des informations financières, la conformité aux lois et règlements en vigueur et la sécurité du patrimoine» (HAMZAOUI, 2005 :80). SCHICK (2007 :6) indique que l accent de cette définition a été mis sur cinq concepts à savoir: l indépendance et l objectivité, l assurance et le conseil, la valeur ajoutée, l approche systématique et méthodique, l évaluation et l amélioration, le processus de management des risques, de contrôle et de gouvernement d entreprise. Dès lors, bien que répondant à un souci compréhensible de respectabilité et de crédibilité envers l audit interne, les notions d objectivité, indépendance et de création de valeur ne sont ni l apanage, ni le signe distinctif de la profession. Comme éléments pertinents aussi, on peut retenir les concepts d assurance, de conseil et d approche systématique et méthodique. Les deux premières notions visent à contribuer à rassurer l organisation sur l atteinte de ses objectifs et constituent le «cœur de l artichaut» de la profession, la finalité, sa valeur forte, robuste et incontestable. La notion d approche systématique et méthodique quant à elle est donc une expression non pas de la finalité de la profession, mais d une façon, une manière générique de l exercer. L utilisation des moyens ou méthodes sont des aides pour s acquitter de sa mission avec efficience, reflet d une manière de consommer avec parcimonie les ressources rares humaines et matérielles mises à disposition de l audit interne. Selon CAPURSO (2001: 25) «l audit interne est un service de conseil pour la maîtrise de la réduction efficiente et continue des risques de l organisation.» A cet effet, son logigramme de construction ci-dessous retrace plus clairement sa définition. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 10

20 Figure 1 : Logigramme de l audit interne L audit interne est un WHO Service de conseil WHY Pour la maîtrise de WHERE Dans l organisation WHAT La réduction des risques de l organisation HOW Efficiente WHEN Continue Source : Tommaso (2001 :27) Ce logigramme nous permet ainsi d apercevoir un des objectifs de l audit interne parmi tant d autres qui est la réduction des risques de l organisation dans laquelle elle exerce. Par ailleurs, TAHIRI (2007 :8) indique que «Dans le soucis de réduire les coûts des missions, les auditeurs se devaient de trouver une approche qui puisse concilier maximisation de l assurance et coût faible de mission». Un double défi qui pû être atteint grâce à l approche par les risques La notion de risque en audit interne. RENARD (2010 : 155) nous donne une définition du risque que propose l IFACI en ces termes : «le risque est un ensemble d aléas susceptibles d avoir des conséquences négatives sur une entité et dont le contrôle interne et l audit ont notamment pour mission d assurer autant que faire se peut la maîtrise». C est donc la probabilité qu un évènement ou une action puisse avoir des conséquences néfastes sur une activité ou sur l atteinte d objectifs. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 11

21 HAMZAOUI (2005 :37) quant-à-lui présente le risque comme étant un concept selon lequel la direction exprime ses inquiétudes concernant les effets probables qu un évènement ou une action ait un impact néfaste sur l aptitude à réaliser ses objectifs avec succès dans un environnement incertain. Il est donc possible de remarquer ici que la survenance du risque peut être dû à plusieurs facteurs ; ceux-ci en fonction du milieu dans lequel on se trouve. CLEARY & al (2006 : 81), s accordent sur le fait que le poids du risque est la résultante de deux composantes à savoir la probabilité de survenance et le niveau d impact. A ces deux critères nous pouvons ajouter : - la criticité qui est le produit de la probabilité de survenance et du niveau d impact ; - le «timing», c'est-à-dire la fréquence de son apparition ; - la durée des conséquences, car les dommages causés par la manifestation d un risque peuvent être réparables dans de brefs délais ou constituer un poids sur l organisation pendant plusieurs années Le risque bancaire Dans le fil de leurs activités, les banques sont généralement exposées à une série de risques. On distingue par ailleurs : Le risque de crédit Pour SARDI (2002 : 39), il s agit de la perte potentielle consécutive à l incapacité par un débiteur d honorer ses engagements. Cet engagement peut être : - de rembourser des fonds empruntés (risque enregistré dans le bilan) - de verser des fonds ou d attribuer des titres à l occasion d une opération à terme ou d une caution ou garantie donnée (risque enregistré dans le hors bilan) Le risque de marché DESMICHT (2007 :269 ) indique qu il s agit du risque de réaliser des moins- values ou des pertes à la revente des titres détenus. Plusieurs raisons peuvent être à l origine de cet effet: - la baisse générale des cours des titres ; - le manque de liquidités du marché des titres à vendre (il n y a pas suffisamment d acheteurs) ; Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 12

22 - l obligation de vendre rapidement les titres même à un cours inférieur ; - le risque opérationnel. La définition la plus répandue dans les ouvrages est celle proposée par le comité de Bâle à savoir : «Le risque opérationnel est le risque de perte résultant d une inadéquation ou d une défaillance imputable à des procédures, au personnel et aux systèmes internes, ou à des évènements extérieurs, y compris les évènements de faible probabilité d occurrence, mais à risque de perte élevée. Le risque opérationnel ainsi défini, inclut le risque juridique, mais exclut les risques stratégiques et de réputation» JIMENEZ (2008 :19). Concernant les autres risques, la classification varie selon les auteurs. Ils représentent les effets des risques majeurs. Nous avons par exemple le risque de liquidité et le risque de taux d intérêt Le risque de liquidité Il s agit du «risque pour une entreprise ou un établissement bancaire d être dans l impossibilité de se dessaisir d un emploi ou de trouver une ressource sans supporter une perte importante.» (DUCLOS, 2005 : 342) Le risque de taux d intérêt Duclos (2005 :342) indique qu il s agit du risque lié à des prêts ou des emprunts sur des périodes différentes. Compte tenu de la volatilité des taux, les banques pourraient emprunter plus cher qu elles ne prêtent. La figure de VAN GREUNING &Al ci-après résume les risques auxquels sont exposées les banques. Ulrich Frédéric MOCHE MOUGOUE, MPACG, CESAG 13

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition Éditions d Organisation, 1994,

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Cadre de référence pour un audit interne efficace Cadre de Référence International des Pratiques Professionnelles de l audit interne

Cadre de référence pour un audit interne efficace Cadre de Référence International des Pratiques Professionnelles de l audit interne Cadre de référence pour un audit interne efficace Cadre de Référence International des Pratiques Professionnelles de l audit interne Le nouveau CRIPP MISSION DE L AUDIT INTERNE Accroître et préserver la

Plus en détail

PRÉFACE. Groupe Eyrolles

PRÉFACE. Groupe Eyrolles PRÉFACE Les entreprises, les organisations sont en permanence confrontées à l amélioration de leurs performances dans un environnement qu elles souhaitent sécuriser. Cette amélioration est de plus en plus

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Les normes de l'audit interne de l État

Les normes de l'audit interne de l État Mission d'inspection générale et d'audit Mission ministérielle d audit interne Les normes de l'audit interne de l État octobre 2014 2 Sommaire Définitions propres à l audit interne de l État... 3 Précisions

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Conférence Group S - 19/03/2014 Titel Subtitel + auteur L AUDIT SOCIAL, ou comment optimiser ses pratiques sociales 2 1 PROPOS INTRODUCTIFS DÉFINITIONS DE L AUDIT «Forme d observation qui tend à vérifier

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise

l audit interne dans la gestion de l entreprise Section 1. Positionnement de la fonction audit par rapport à l organisation de l entreprise L efficacité de la gestion est attendue en termes de performance de l entreprise. Cette performance peut être évaluée en termes de résultat spécifique, qui peut être le profit, ou en termes de résultat

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE. Septembre 2011. Page 1 LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Charte d audit interne

Charte d audit interne Charte d audit interne 25 novembre 2014 La publication de cette charte s inscrit dans la démarche préconisée par l article 2 «Principe général de transparence» de l ANI Modernisation et fonctionnement

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming L'audit interne Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming Marie-Hélène GENTIL - Maître de Conférences marie-helene.gentil@u-bordeaux.fr Université de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013

LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE. Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 OFFICE OF THE REPUBLIC OF LE CONTRÔLE ET L AUDIT INTERNES DANS LE SECTEUR PUBLIC L EXPERIENCE SLOVENE Nataša Prah Marrakech, 19. 20. 06. 2013 INTRODUCTION 1. Propos introductifs sur le contrôle interne

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail