MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR"

Transcription

1 MACROECONOMIE ET SANTE: MISE A JOUR Investir davantage en faveur de la santé des plus démunis Deuxième Consultation Macroéconomie et Santé Octobre 2003 Organisation mondiale de la Santé

2 1 Macroéconomie et santé En bref La communauté internationale comprend de mieux en mieux que 'investissement réel dans la santé est un élément essentiel du développement et de la croissance économique. Dans ce climat mondial positif, les gouvernements des pays en développement engagent leurs ressources en vue d'atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement. L'approche Macroéconomie et santé de l'oms aide ces pays à mesure qu'ils multiplient les efforts. Conformément aux conclusions du Rapport 2001 de la Commission Macroéconomie et santé, l'accent des projets Macroéconomie et santé au niveau des pays est placé sur la sensibilisation des plus hauts responsables politiques et leur engagement à augmenter les investissements en santé et à s'attaquer aux obstacles systémiques et institutionnels, afin de permettre la dispensation réelle de services de santé aux plus pauvres. Le travail est effectué en fonction de trois thèmes: Améliorer la santé des plus démunis Accroître les investissements dans la santé Eliminer progressivement les obstacles non financiers. Le travail s'effectue sous la responsabilité de groupes nationaux dirigés par un organe de haut niveau ou une commission sociale composée de représentants de différents secteurs. Cet organe national coordonne les efforts de sensibilisation à l'engagement politique, réalise des analyses stratégiques et oriente le développement de plans qui reflètent les priorités nationales. L'engagement politique à haut niveau est nécessaire pour renforcer les processus institutionnels et systémiques, soutenir les partenariats et développer des politiques de santé et des plans d'action en faveur des plus démunis. Les travaux identifient les possibilités en vue d'augmenter et d'améliorer l'efficacité de l'utilisation des ressources nationales et d'élargir la coordination avec les donateurs pour mieux prévoir les ressources. L'examen des possibilités de mobilisation des ressources de santé fait l'objet d'une orientation par l'oms et ses partenaires qui aident les pays entreprenant le travail d'analyse et de planification des activités d'une manière qui reflète les contextes nationaux, les intentions et les réalités macroéconomiques. Au cours de cette étape, les principaux responsables des ministères des finances, de la santé et du plan examinent les possibilités et conviennent de plans d'investissement multisectoriels à long terme dans la santé. En fin de parcours, l'approche Macroéconomie et santé devrait aboutir à un bien meilleur financement et soutien technique des problèmes de santé. L'impact de plans bien conçus et bien appliqués se traduira aussi par des plans de dépenses

3 2 et d'action en matière de santé mieux ciblés par les gouvernements et une meilleure prévision des ressources. Cette situation renforcera à son tour la prévention des maladies et les efforts de contrôle indispensables pour atteindre les objectifs de santé nationaux et internationaux. Contexte La communauté internationale comprend de mieux en mieux que l'investissement réel dans la santé est un élément essentiel du développement humain et de la croissance économique. La santé prend une place de plus en plus importante dans les stratégies de réduction de la pauvreté et les approches sectorielles se concentrent toujours plus sur les résultats de la politique de santé. De nouveaux mécanismes de financement de la santé ont vu le jour (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination et Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme) et s'appuient sur de nouvelles alliances en faveur de la santé comme Halte à la tuberculose et RBM (Faire reculer le paludisme). L'attachement national et mondial à une meilleure santé pour les plus démunis se traduit notamment par le large soutien obtenu en faveur des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) de l'onu et de ceux du Nouveau partenariat pour le développement de l'afrique (NEPAD). Dans cet environnement mondial positif, de nombreux gouvernements de pays en développement consacrent des moyens à l'amélioration de la santé des plus démunis à mesure qu'ils multiplient les efforts pour atteindre les objectifs de santé nationaux, régionaux et internationaux. Le Rapport 2001 de la Commission Macroéconomie et santé (CMS) présente des recommandations sur la manière d'atteindre ces objectifs et suggère que les pays en développement, en partenariat avec les pays donateurs, augmentent considérablement les investissements dans la santé et élargissent l'accès des plus pauvres aux services de santé essentiels. Le rapport CMS a confirmé l'importance cruciale d'une bonne santé sur la voie de la réduction de la pauvreté et celle du développement socioéconomique. Des analyses détaillées dans le Rapport ont démontré qu'un investissement relativement modeste dans la santé pourrait générer des rendements économiques substantiels. Les conclusions du Rapport ont été approuvées par les Etats membres lors de l'assemblé mondiale de la santé en 2002 et le plan d'action du Rapport a été qualifié... d'approche utile pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement et d'autres objectifs de développement convenus à l'échelle internationale. Dans la foulée du Rapport CMS, un nombre croissant de pays a commencé à examiner dans quelle mesure les concepts du Rapport peuvent orienter les réponses vers les besoins économiques et sanitaires. Au cours de la consultation Réaction des pays au Rapport CMS en juin 2002, des

4 3 représentants des ministères de la santé, des finances et du plan de 20 pays, ainsi que des agences donatrices, ont débattu de la manière de traduire les recommandations du CMS en actions concrètes au niveau des pays. La réunion a examiné ce qui pouvait être fait pour augmenter les investissements en vue d'atteindre les OMD en matière de santé et a proposé diverses mesures que les pays pourraient prendre afin de lancer un processus Macroéconomie et santé. Un an plus tard, lors d'une séance d'orientation à l'assemblée mondiale de la santé, en mai 2003, les ministres de la santé, les représentants de gouvernements, d'agences de développement et d'ong ont relevé que le consensus sur les concepts de Macroéconomie et santé faisait son chemin et que les questions relatives aux obstacles et aux systèmes de santé occupaient petit à petit une place centrale dans les stratégies nationales de développement. Le processus Macroéconomie et santé Par la combinaison stratégique de campagnes de promotion et de l'expertise en matière d'économie et de santé publique, l'oms et ses partenaires mettent au point des moyens pour soutenir les efforts nationaux qui visent à inscrire la santé au centre des programmes macroéconomiques des pays. Ces activités ont pour ambition d'élever le niveau de conscientisation des hauts responsables politiques et leur engagement dans l'élaboration de plans nationaux qui respectent trois lignes directrices: Améliorer la santé des plus démunis Accroître les investissements dans la santé Eliminer progressivement les obstacles non financiers. Le processus Macroéconomie et santé est dynamisé par des groupes nationaux dirigés par un organe de haut niveau ou une commission sociale composée de représentants de différents secteurs. Cet organe national coordonne les efforts de sensibilisation à l'engagement politique, réalise des analyses stratégiques et oriente le développement de plans qui reflètent les priorités nationales. Macroéconomie et santé vise finalement à aider les pays qui placent les questions de santé au centre de leur programme de développement. Le processus examine les approches alternatives au sein et à l'extérieur du secteur de la santé, en vue de soutenir les efforts nationaux d'augmentation des investissements dans la santé, et analyse la manière de renforcer à long terme la capacité nationale en vue d'utiliser ce financement accru avec efficacité, efficience et équité. Il identifie également les choix possibles pour augmenter et améliorer les ressources nationales et renforce les mécanismes de don, afin d'encourager la prévision d'un financement extérieur. Le travail utilise les efforts et les partenariats actuels qui partagent la même vision et établit un lien avec les initiatives, processus et mécanismes nationaux créés pour améliorer les résultats de la politique de santé en faveur des plus démunis.

5 4 L'aide Macroéconomie et santé, fournie uniquement aux pays qui en font la demande, est souple et non directive et elle ne perd pas de vue la diversité des situations économiques et sanitaires, tout en prenant en compte les priorités en matière de santé, les opportunités et les obstacles propres à chaque pays. Le ministère de la santé n'est pas seul à assumer la responsabilité du processus au niveau national. Il doit plutôt la partager avec les ministères des finances et du plan et également avec d'autres organes publics ou privés dont les politiques et les actions influencent la santé, notamment l'éducation, l'agriculture, l'hygiène et l'environnement. Les gouvernements jouent un rôle critique dans l'amélioration de la santé, car ils sont responsables des décisions de financement et du maintien de systèmes et d'institutions efficaces. C'est pourquoi le processus Macroéconomie et santé vise en premier lieu les décideurs de haut niveau, en assurant une large promotion du rôle central de la santé dans le développement socio-économique. La volonté politique en haut lieu et l'engagement sont indispensables pour renforcer les processus institutionnels et systémiques, soutenir les partenariats de santé et développer des politiques et plans d'action qui mobilisent des ressources financières. La volonté et l'engagement politiques sont également nécessaires pour s'attaquer aux obstacles et lourdeurs des systèmes de santé et des institutions, afin de permettre une utilisation plus efficace des ressources et de garantir un meilleur fonctionnement. L'examen approfondi des possibilités de mobilisation des ressources de santé fait l'objet d'une orientation par l'oms et ses partenaires qui aident les pays entreprenant le travail d'analyse, la discussion et la planification des activités d'une manière qui reflète les contextes nationaux, les intentions et les réalités macroéconomiques. Au cours de cette étape, les principaux responsables des ministères des finances, de la santé et du plan examinent les possibilités et conviennent de plans d'investissement multisectoriels à long terme dans la santé. En fin de parcours, la mise en oeuvre de plans d'investissement dans la santé devrait aboutir à un bien meilleur financement et soutien technique des problèmes de santé. L'impact de plans bien conçus et bien appliqués se traduira aussi par des plans de dépenses et d'action en matière de santé mieux ciblés par les gouvernements et une meilleure prévision des ressources. Cette situation renforcera à son tour la prévention des maladies et les efforts de contrôle qui sont indispensables pour atteindre les objectifs de santé nationaux et internationaux. Des progrès substantiels ont déjà été réalisés dans de nombreux pays qui ont lancé le processus Macroéconomie et santé, notamment: une conscientisation et un engagement plus importants, grâce à un soutien appuyé

6 5 la constitution et la pérennité de réseaux d'alliances et d'experts pour aider à la planification et à la mise en oeuvre la réalisation d'analyses stratégiques sur l'élaboration de politiques et sur les aspects systémiques, économiques et épidémiologiques. Actuellement, plus de 40 pays dans le monde ont recours à l'approche Macroéconomie et santé, dont plus de 20 ont élaboré des plans nationaux d'investissement dans la santé qui s'attaquent à la fois à l'extension d'interventions sanitaires performantes et aux déterminants multisectoriels de la santé. Aperçu du processus Macroéconomie et santé au niveau des pays Le processus Macroéconomie et santé est lancé et dirigé par les pays. Grâce aux expériences des pays qui ont adopté très tôt cette approche, trois phases (Phase 1, Phase 2 et Phase 3) ont été identifiées ; elles décrivent dans leurs grandes lignes les principales activités entrant dans le cadre de Macroéconomie et santé. Au cours de la Phase 1, un haut niveau de sensibilisation et de soutien est atteint grâce à une large diffusion des concepts Macroéconomie et santé et à des ateliers nationaux avec les principaux intervenants. Ces ateliers sont utiles pour évaluer la situation sanitaire propre au pays et l'impact d'une approche Macroéconomie et santé sur les stratégies de développement nationales. Depuis l'été 2002, un soutien politique de haut niveau s'est manifesté dans de nombreux pays. L'OMS et ses partenaires offrent une assistance technique et financière, grâce à des actions nationales de sensibilisation et des manifestations et poursuit la promotion des concepts et des messages dans ses publications, sa lettre d'information et le site Internet consacré à Macroéconomie et santé. Une fois engagés, les gouvernements, en collaboration avec leurs partenaires et l'oms, créent des groupes techniques nationaux et des systèmes transsectoriels pour faire avancer le processus Macroéconomie et santé. Ces systèmes se composent de représentants des ministères de la santé, des finances et du plan, ainsi que des donateurs et des agences des NU. Par la suite, les pays élaborent des plans de travail avec des résultats à atteindre, en parallèle à un calendrier et un budget, et conformes aux plans stratégiques. A la demande du pays, l'oms mobilise les ressources techniques et financières et participe à la désignation de experts techniques qui contribueront à la planification de la stratégie d'investissement dans la santé. Les 24 pays suivants, dont la Communauté des Caraïbes qui est forte de 15 Etats membres, sont engagés par l'instant dans la Phase 1: Région Afrique: Angola, Botswana, Congo, Kenya, Malawi, Mozambique, Nigeria, Rwanda, Sénégal, République unie de Tanzanie et Ouganda

7 6 Amériques: Communauté des Caraïbes Région de la Méditerranée orientale: Djibouti, Jordanie, Iran, Pakistan, Soudan et Yémen Région Europe: Estonie Région Asie du Sud-Est: Bangladesh, Inde, Népal et Thaïlande Région Pacifique occidental: Cambodge. La Phase 2 commence lorsque les pays effectuent une évaluation approfondie de leur situation sanitaire et une analyse de leur infrastructure. L'exercice comprend des enquêtes épidémiologiques, une analyse de la capacité des systèmes de santé à absorber un financement supplémentaire et une évaluation des carences de financement pour étendre les services de santé aux plus démunis. Plus important encore, cette évaluation constitue la base du calendrier et des priorités des investissements ciblés en matière de santé. Des experts techniques sont recrutés afin d'aider les pays lors de ces analyses et l'oms coordonne l'assistance technique, ainsi que les relations avec les universités et les partenaires de développement qui participent au travail. Six pays la Chine, l'indonésie, le Ghana, l'ethiopie, le Mexique et le Sri Lanka sont déjà entrés dans cette phase. A la fin de la Phase 2, les pays élaborent des plans d'investissement qui s'appuient sur des choix d'interventions prioritaires et performants. Ils tentent d'assurer le soutien transsectoriel du plan d'investissement dans la santé et mettent sur pied un système interne de gestion et de suivi des principaux résultats. L'OMS continue à collaborer avec les pays dans l'identification des indicateurs économiques et de santé et les aide à nouer des liens avec plusieurs partenaires de développement. Vingt pays devraient avoir achevé cette phase à la fin La Phase 3 commence par la mise en oeuvre du plan d'investissement en matière de santé et l'élaboration d'un système de suivi du processus et de l'impact à long terme des projets Macroéconomie et santé sur la politique de santé et l'économie du pays. Cette phase devrait déboucher sur un accroissement général des investissements internes dans la santé et un meilleur financement par les partenaires extérieurs. Obtenir un consensus sur l'augmentation des investissements suppose aussi la création de systèmes qui mesurent l'impact de ces investissements et de l'efficacité accrue. Le processus Macroéconomie et santé dirigé par le pays même donne l'occasion à chacun de mettre en place ses propres systèmes de suivi. L'OMS et ses partenaires aident les pays à choisir leurs propres indicateurs de mesure du progrès des plans d'investissement dans la santé. Ces indicateurs permettent de suivre en particulier la réalisation des objectifs de santé et les dépenses nécessaires pour atteindre ces objectifs aux niveaux national et régional interne. En outre, les indicateurs OMD fournissent des points de référence généraux pour évaluer les progrès des efforts de réduction de la

8 7 pauvreté. Efforts de l'oms au niveau des pays en guise de soutien au processus Macroéconomie et la Santé L'OMS contribue à catalyser les processus nationaux en offrant ses connaissances et son expertise, afin de garantir l'investissement de ressources supplémentaires qui améliorent la capacité et l'efficacité des systèmes de santé et des institutions nationales. Ce processus est plus énergique lorsque les principaux acteurs nationaux et internationaux sont associés à l'examen des problèmes et à l'obtention d'un consensus sur l'approche Macroéconomie et santé et s'engagent à mettre en oeuvre les plans d'investissement dans la santé. Le travail au niveau national est soutenu par l'engagement d'un large éventail de partenaires intéressés banques de développement, agences bilatérales, consultants, universités et société civile. L'Organisation joue un rôle d'intégrateur en s'appuyant sur sa structure décentralisée et ses relations confirmées au niveau des pays afin faire office d'intermédiaire entre les pays bénéficiaires, les agences de développement et la société civile. Les bureaux régionaux et locaux de l'oms contribuent largement au travail par leurs apports techniques et leurs conseils aux pays lors de la préparation stratégique et de la planification du processus Macroéconomie et santé. Plusieurs bureaux régionaux de l'oms ont intégré les concepts de Macroéconomie et santé dans la stratégie économique et sanitaire de la région. A titre d'exemple, un document analytique régional rédigé par le bureau de l'afrique donne un aperçu de la pertinence et de l'impact de Macroéconomie et santé sur la région et fournit un cadre pour les opportunités de collaboration. Au cours de l'été 2003, plus de trente pays ont participé à des réunions régionales dans les régions Afrique, Méditerranée orientale et Asie du Sud-Est, afin de partager leurs expériences en matière de lancement, planification et mise en oeuvre du processus Macroéconomie et santé. Résultats attendus Plus grande volonté politique d'intégrer la santé dans les stratégies nationales de développement et l'environnement macroéconomique. Engagement ferme du gouvernement à investir dans la santé des plus démunis et à s'attaquer aux obstacles et lourdeurs des systèmes et institutions de santé. Il s'agit aussi de mobiliser des ressources pour améliorer l'accès et la dispensation de soins aux plus démunis. L'engagement se caractérise également par les efforts du gouvernement visant à consolider les processus institutionnels et à garantir les partenariats de santé. Meilleure coordination avec les partenaires nationaux et meilleure prévision de l'aide grâce à l'harmonisation des objectifs des partenaires et des capacités à soutenir les priorités nationales.

9 8 Développement de plans d'investissement multisectoriels à long terme dans la santé qui soient en mesure d'attirer un financement nettement plus important de la santé par des sources nationales et étrangères. ANNEXE 1: Actualisation des activités Macroéconomie et santé au niveau des pays La région Afrique Bureau régional OMS de l'afrique Quatorze pays ont assisté du 4 au 8 août 2003 à Addis Abeba, Ethiopie, à un atelier international du Bureau régional OMS de l'afrique. Un consensus s'est dégagé sur l'importance de la macroéconomie et de la santé dans ces pays, dont certains ont rédigé des ébauches de plans d'action afin de faire progresser le processus. Au début septembre, une séance a été consacrée à la macroéconomie et à la santé lors de la 53 e réunion du Comité régional des ministres de la santé en Afrique du Sud. Angola Le PSRP et le Plan de développement à moyen terme sont actuellement en cours de rédaction et constitueront un excellent point d'ancrage pour l'approche Macroéconomie et santé. L'Angola cherche à mettre en place un cadre structuré englobant les concepts de macroéconomie et de santé, ainsi que les mécanismes actuels de dépenses publiques consacrées à la santé. Cette méthode contribuera à intégrer la macroéconomie et le processus de santé dans les principaux plans et initiatives nationales de développement. Botswana Le Botswana a défini les principales étapes de la mise en oeuvre de l'approche Macroéconomie et santé, dont la création d'un système national de coordination et la rédaction de dossiers techniques dans les domaines de l'extension des services. Un consultant a été engagé afin d'aider le Botswana à appliquer une politique Macroéconomie et santé. République du Congo La réduction de la pauvreté constitue la pierre angulaire du programme socio-économique du Congo. Le pays vient de présenter un plan de travail et un budget national pour la Phase 1 qui bénéficiera d'un financement. Une part importante du travail en matière de macroéconomie et de santé sera le soutien aux efforts d'augmentation des dépenses publiques de santé à 20% de l'ensemble des dépenses publiques à l'horizon 2008, le développement des ressources humaines et l'aide à la mobilisation de ressources financières internes et externes.

10 9 Ethiopie Engagée dans la phase 2, l'ethiopie a créé un groupe de travail technique sous l'autorité du Ministère de la Santé et du Comité de pilotage central du programme national de développement du secteur de la santé. Un coordinateur national Macroéconomie et santé a été engagé afin de diriger la recherche et d'évaluer les cadres de fonctionnement actuels des soins de santé et le niveau de l'augmentation. Le plan d'action Macroéconomie et santé de l'ethiopie a été approuvé en mai 2003 et entériné par le Ministre de la Santé. Un programme local est créé afin de renforcer le Programme de développement du secteur des soins de santé (PDSS) et d'évaluer comment l'approche Macroéconomie et santé peut être intégrée au PSRP actuel. L'Ethiopie a accueilli en août 2003 un atelier international sur la macroéconomie et la santé. Ghana Le Ghana est également entré aujourd'hui dans la Phase 2, en développant un plan à long terme en faveur des investissements nationaux en matière de santé. La priorité de l'initiative Macroéconomie et santé du Ghana est l'analyse de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté à la lumière des conclusions du Rapport CMS. Le Ghana soutient des politiques nationales qui visent à préparer le système de santé à optimiser l'utilisation de ressources et les investissement dans la santé. Il rédige également un plan à long terme en faveur des investissements nationaux dans la santé. Kenya Le Kenya a tracé les grandes lignes de son plan d'action pour la Phase 1 et impulsé l'engagement envers les activités de la Phase 1. Le Ministère de la Santé, le Conseil national de lutte contre le SIDA et des groupes de donateurs ont demandé une assistance technique afin d'évaluer les besoins financiers pour l'augmentation des dépenses de santé. Le plan de travail vise à établir un lien entre le processus Macroéconomie et santé et la stratégie de redressement économique du pays, le processus budgétaire national et le plan de travail collectif du Plan cadre des Nations Unies pour l'assistance au développement. République du Malawi Le Malawi n'a pas encore pris de décision sur la meilleure manière de faire progresser le dossier Macroéconomie et santé, mais a fixé plusieurs objectifs, notamment l'organisation d'un atelier sur le renforcement de l'aide de haut niveau. Le processus sera géré par le Ministère de la Planification économique et du Développement. Mozambique En 1999, un Plan d'action pour la réduction de la pauvreté absolue (PARPA) a conduit à la mise en oeuvre du PSRP du pays. Macroéconomie et santé vise à consolider ce cadre théorique du développement, dont le renforcement de l'implication personnelle des principaux responsables du gouvernement, la poursuite de la sensibilisation et la création d'une base solide

11 10 pour l'élaboration d'une stratégie d'investissement à long terme dans la santé. Nigeria Macroéconomie et santé au Nigeria est actuellement de la responsabilité du Département de planification et de recherche sanitaires au sein du Ministère fédéral de la Santé. Les objectifs de la Phase 1 se concentrent sur la recherche d'un large consensus du gouvernement sur la pertinence des conclusions du Rapport CMS à tous les niveaux de pouvoir et sur la création d'un système institutionnel approprié de mise en oeuvre du processus Macroéconomie et santé. Les plans comprennent la rédaction d'un document analytique sur le CMS et une stratégie opérationnelle pour l'intégration des concepts de macroéconomie et de santé dans les programmes nationaux d'investissement à long terme dans la santé. Rwanda Les Ministres des Finances et de la Santé ont tout deux exprimé leur ferme engagement envers les objectifs du processus Macroéconomie et santé et collaborent avec le Bureau régional de l'oms afin de lancer les activités au niveau du pays. Les deux ministres ont choisi les points principaux qui seront les précurseurs en la matière. Le plan de travail Phase 1 du Rwanda se concentrera sur la définition et la diffusion des messages et la création de systèmes institutionnels efficaces de soutien à Macroéconomie et santé. Sénégal En avril 2003, le FMI a approuvé un accord aux termes du système de Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance en guise de soutien au programme de réforme économique du Sénégal pour Elaboré dans le cadre I-PSRP, cet accord est largement tributaire de réformes structurelles de grande portée. Macroéconomie et santé peut fournir un outil d'analyse puissant et un argument probant pour des investissements dans la santé résolument plus élevés. République-Unie de Tanzanie La Tanzanie et Zanzibar ont proposé un cadre pour un plan d'action de novembre 2003 à mars Les principaux objectifs consistent à obtenir un consensus sur la pertinence des conclusions du Rapport CMS et à créer un système institutionnel approprié pour les faire évoluer. La Tanzanie inscrira les conclusions du Rapport CMS à l'ordre du jour de l'examen annuel du secteur de la santé. Ouganda L'Ouganda a identifié plusieurs processus essentiels permanents auxquels relier éventuellement l'approche Macroéconomie et santé. Un groupe de travail technique spécial sera chargé de rédiger un document exhaustif énumérant toutes les initiatives et les regroupant dans le cadre de la santé et du développement. Cette approche globale sera discutée lors du prochain examen

12 11 du PSRP. Le processus Macroéconomie et santé sera placé sous la responsabilité des services du Premier ministre, afin de faciliter la coordination entre les ministères concernés. La région Amériques Bureau régional de l'oms des Amériques Un atelier sera organisé avec l'aide de collègues de la Commission nationale mexicaine et les participants de la région intéressés à en apprendre davantage sur la santé, la macroéconomie et la croissance économique seront invités. La Commission caraïbe pour la santé et le développement a été créée à Washington en septembre Communauté des Caraïbes La nouvelle Commission caraïbe pour la santé et le développement s est donné 18 mois pour créer un cadre politique et fournir des orientations en vue de l établissement des priorités en matière de financement de la santé dans les 15 pays de la Communauté des Caraïbes. Elle a présenté un budget pour les activités de la Phase 1 et de la Phase 2 que des donateurs externes se sont déjà engagés à soutenir. Mexique Depuis son installation en juillet 2002, la commission mexicaine Macroéconomie et la Santé a établi le calendrier de ses réunions, créé un site Internet afin de diffuser les conclusions du rapport CMS et tracé les grandes lignes des plans d'accélération du processus Macroéconomie et santé. Le représentant du Bureau régional de l'oms pour les Amériques coordonne la préparation de cette proposition. Pays intéressés par l'approche Macroéconomie et santé L'Argentine, le Brésil, le Nicaragua et le Pérou examinent l'impact et la pertinence de l'approche Macroéconomie et santé dans leur contexte national. Le Ministère de la Santé en Argentine met en place une nouvelle unité Santé et financement qui pourrait constituer un excellent appui pour le processus Macroéconomie et santé. Suite à la large diffusion du Rapport CMS au Pérou, le Bureau régional est en relation avec les représentants du pays afin de raviver leur intérêt pour l'initiative Macroéconomie et santé. La région Méditerranée orientale Bureau régional OMS de la Méditerranée orientale En juin 2003, le Bureau régional OMS de la Méditerranée orientale a organisé une réunion afin de débattre de la manière de faire progresser les travaux de

13 12 Macroéconomie et santé dans les pays de la région. Un document technique régional sur le développement durable a été rédigé et met en évidence l'aide régionale aux pays qui souhaitent appliquer les conclusions du Rapport CMS. Djibouti Djibouti a démontré une volonté évidente de s'impliquer dans le processus et a défini certaines étapes spécifiques en vue de créer les partenariats nécessaires entre les ministères, les agences et la société civile. Le plan Phase 1 du pays en appelle à la création d'un comité national permanent sur la macroéconomie et d'un groupe technique CMS sous la responsabilité du Ministère de la Santé. Un autre objectif clé est l'élaboration d'un plan stratégique d'extension de la collaboration intersectorielle, afin d'investir dans tous les déterminants essentiels de la santé, notamment l'eau, l'hygiène et l'éducation. République islamique d'iran L'Iran crée une Commission nationale Macroéconomie et santé composée de représentants de différents départements et agences. Les recommandations CMS ont été discutées au plus haut niveau des Ministères de la Santé, du Plan et du Budget. Le plan de travail Phase 1 du pays en appelle à l'intensification de la prise de conscience parmi les plus hauts responsables du gouvernement quant au caractère central de la santé dans les stratégies de développement durable. Jordanie La Jordanie a installé une Commission nationale Macroéconomie et santé, présidée par le Ministre de la Santé et dont sont membres le Ministre du Plan et le Secrétaire général du Haut conseil de la santé. La Jordanie présentera un plan de travail actualisé, y compris une évaluation des données disponibles sur la charge de morbidité et une définition de l'idée-force à la base d'une analyse de l'intérêt économique d'une évaluation des carences et des besoins de recherche. Pakistan Attendu que le PSRP du Pakistan est déjà finalisé, l'objectif du pays sera de diffuser les messages essentiels du Rapport CMS, de les traduire dans le contexte macroéconomique local et de les utiliser pour réunir un éventail de preuves en vue de donner à la santé une place plus centrale dans le PSRP. Soudan Le Soudan a finalisé son plan de lancement d'un processus Macroéconomie et santé. Il est prévu que l'accent du CMS sur l'extension des réseaux actuels et le renforcement des réseaux avec les partenaires conduira à un dialogue transsectoriel réel et à une participation aux efforts de réduction de la pauvreté. Yémen

14 13 Les participants yéménites à la réunion régionale ont considéré la réforme du système de santé comme un point d'entrée pour Macroéconomie et santé et le PSRP comme un véhicule pour dynamiser réellement le processus. Le Yémen a désigné un coordonnateur du programme Macroéconomie et santé et créé une Commission nationale intersectorielle Macroéconomie et santé. Oman Bien que leur pays ne s'engage pas pour l'instant dans la voie de Macroéconomie et santé, des représentants d'oman ont participé à la réunion régionale et à la réflexion sur la manière dont le pays fixe les priorités afin de développer des stratégies d'investissement à long terme. La région Europe Bureau régional OMS de l'europe Suite à la décision du Directeur régional de créer un groupe spécial pour examiner les manières de garantir le suivi de l'approche Macroéconomie et santé, les travaux de la région Europe se sont concentrés jusqu'à présent sur la préparation d'un rapport européen Macroéconomie et santé qui analyse la validité du Rapport CMS pour les pays de la région. Estonie A la demande du gouvernement, l'oms a présenté en mars 2003 ses travaux sur l'approche Macroéconomie et santé à un groupe de décideurs et de responsables des Ministères des Affaires sociales, des Affaires étrangères, des Finances ainsi qu'aux représentants du monde universitaire et d'agences internationales. L'Estonie examine maintenant les moyens d'assurer le suivi des recommandations du Rapport CMS. La région Asie du Sud-Est Bureau régional OMS de l'asie du Sud-Est Le bureau régional s'est montré très actif dans la promotion de la pertinence du Rapport CMS pour les pays de la région et a créé un groupe de travail spécial chargé de la diffusion des conclusions du Rapport. Le bureau régional a finalisé les Principes directeurs applicables aux pays pour le suivi des recommandations CMS et un document connexe, Grandes lignes d un cadre stratégique et d un plan d investissement. La consultation régionale Macroéconomie et santé, organisée par le bureau régional en Inde, en août 2003, a mis en lumière plusieurs idées et défis relatifs à la planification et à la mise en oeuvre de Macroéconomie et santé. Bangladesh Le Bangladesh a pris plusieurs mesures suite aux recommandations

15 14 CMS. En juillet 2003, le gouvernement a décidé que le Comité consultatif sur la santé et la stratégie de réduction de la pauvreté serait réorganisé et chargé de la planification stratégique au sein de Macroéconomie et santé. La création d'une commission nationale Macroéconomie et santé est à l'examen. Inde Le mandat d'une commission nationale provisoire Macroéconomie et santé (CNPMS) a été rédigé et une sous-commission est en voie de désignation. Cette sous-commission sera le bras technique et opérationnel du CNPMS qui dirigera les réunions et engagera les consultants chargés de réaliser les objectifs du CNPMS. Indonésie L'Indonésie a mis en place des systèmes d'accompagnement du processus Macroéconomie et santé. L'engagement à mettre en oeuvre une approche Macroéconomie et santé a contribué à la promotion des questions de santé dans le programme du Groupe consultatif indonésien (GCI). Le gouvernement indonésien intégrera ses initiatives en matière de santé et de développement dans le cadre général de sa politique macroéconomique et sanitaire. L'accent est aujourd'hui placé sur la sensibilisation, le développement de partenariats plus larges, le soutien au développement institutionnel et la capacité conforme à la politique de décentralisation. Sri Lanka Le Sri Lanka a créé des mécanismes d'accompagnement du processus Macroéconomie et santé. La Commission Macroéconomie et santé nouvellement désignée comprend des représentants de divers ministères, du secteur privé, du monde universitaire et des agences des NU. Le Sri Lanka a présenté un plan d'action détaillé pour les activités de la Phase 2. On y trouve notamment des actions de sensibilisation et des études préparatoires qui constitueront la base d'un plan d'investissement de 10 ans. Thaïlande Le groupe de travail Macroéconomie et santé, mis en place par le Ministère de la Santé publique de Thaïlande, a élaboré une proposition de création d'une commission nationale Macroéconomie et la Santé. Le groupe de travail a également défini un processus Macroéconomie et santé pour la Thaïlande. Pays intéressés par l'approche Macroéconomie et santé Au Bhoutan, de nombreuses recommandations du Rapport CMS sont déjà intégrées dans le programme de santé et de développement du gouvernement. Les Maldives appuient les conclusions du Rapport CMS et se consacrent à l'augmentation du financement du secteur social grâce à des fonds nationaux et étrangers. Au Myanmar, le Comité national orientera le processus Macroéconomie et santé. Le projet de plan de travail élaboré pour présente une vue d'ensemble des missions du groupe de travail sur la CMS. Au

16 15 Népal, une sous-commission Macroéconomie et santé a été créée et est présidée par les Ministres de la Santé et des Finances. La sous-commission a identifié les activités clés et les domaines de recherche. La région Pacifique Bureau régional OMS du Pacifique occidental Malgré les défis que constitue la récente apparition du syndrome respiratoire aigu sévère, le Bureau régional renouvelle son soutien à la dissémination des concepts de Macroéconomie et santé et encourage leur intégration au développement de la politique de santé nationale et aux mécanismes de réduction de la pauvreté. Cambodge Le gouvernement du Cambodge s'est engagé à suivre les recommandations de Macroéconomie et santé et, en commun avec le bureau local de l'oms, a rédigé une Proposition sur la macroéconomie, la pauvreté et la santé. Le plan stratégique de santé 2002 fournit un cadre pour la coordination, parmi d'autres importants efforts. Une Commission nationale Macroéconomie et santé a été créée et est présidée par les Ministres de la Santé et des Finances. Chine Le lancement par la Chine du processus de suivi de la CMS en décembre 2002 a soulevé un vif intérêt au sein du gouvernement, renforcé encore par la crise provoquée par l'apparition du SRAS au début Les sérieuses conséquences économiques, financières et sanitaires du SRAS pour de nombreux secteurs de l'économie ont entraîné un examen approfondi de l'adéquation des besoins de financement public de la santé, de la formation intensive des travailleurs de santé et de nouvelles règles et mesures de surveillance. La maîtrise de l'épidémie de SRAS à la mi-2003 a été l'occasion de revoir en profondeur, lors de consultations interministérielles, le niveau et les objectifs du financement public, le rôle des assurances et des accords de sécurité sociale et le caractère privé/public du système de santé et de la formation à la santé. Les aménagements indispensables des budgets de santé, des responsabilités et des pratiques constituent une nouvelle base sur laquelle la Chine peut s'appuyer pour une amélioration du système conforme aux thèmes de Macroéconomie et santé.

17 16 Macroéconomie et santé : mise à jour Coordination Macroéconomie et santé Rédaction et publication Collaborateurs techniques Assistante de production Dr Sergio Spinaci Secrétaire exécutif Agnes Leotsakos, Tom O'Connell, Valerie Crowell Silvia Ferazzi, Padma Shetty Zarita Khamkoeva Organisation mondiale de la Santé 20 Avenue Appia CH-1211 Genève 27 Suisse Tél. :

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015 SREP/SC.13/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU SREP (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Le plan d'action pour cheminer vers la couverture universelle (CU)

Le plan d'action pour cheminer vers la couverture universelle (CU) Le plan d'action pour cheminer vers la couverture universelle (CU) David B Evans, Directeur Département Financement des Systèmes de Santé Rappel des concepts fondateurs Les 2 piliers de la couverture universelle

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition)

Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Second communiqué 1 Conférence mondiale 2015 sur la réduction des risques de catastrophe (3 e édition) Introduction Le 20 décembre 2013, l'assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution en

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Ivo Walsmit. l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO)

Ivo Walsmit. l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) Ivo Walsmit l Agence Spatiale Néerlandaise (NSO) Objectif et résultats attendus Objectif : Produit : Résultat : accroissement des résultats du secteur agricole par la fourniture d informations, de conseils

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4)

Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009 Ministère des Services communautaires Plan de services en français 2008-2009 Message du sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse,

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Déclaration de Paris

Déclaration de Paris WORLD HEALTH ORGANIZATION REGIONAL OFFICE FOR EUROPE WELTGESUNDHEIT50RGANISATION REGIONALBÜRO FÜR EUROPA ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE BUREAU REGIONAL DE L'EUROPE BCEMIiIPHMI OprAHIiI3Al\IiISl 3,QPABOOXPAHEHIiISI

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE

NOTE DE CADRAGE INITIATIVE DE SOLIDARITÉ AFRICAINE EN APPUI À LA RECONSTRUCTION ET AU DÉVELOPPEMENT POST CONFLIT EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie B.P. 3243 Tél: (251 11) 551 38 22 Télécopie (251 11) 551 93 21, (251 11) 5514227 Courriel: situationroom@africa union.org NOTE DE CADRAGE

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Nous vous prions de transmettre en notre nom le message suivant à nos dirigeants, les chefs d'état de l'union Africaine.

Nous vous prions de transmettre en notre nom le message suivant à nos dirigeants, les chefs d'état de l'union Africaine. Le 19 janvier 2015 A Monsieur le président du 24 ème Sommet des chefs d Etat et de gouvernement de l Union Africaine Addis-Abeba Ethiopie OBJET: DÉCLARATION CONJOINTE DE LA SOCIETÉ CIVILE AFRICAINE SUR

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds. Rapport de mise à jour

Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds. Rapport de mise à jour Étude sur le travail d évaluation collaboratif partenaires-bailleurs de fonds Rapport de mise à jour Rapport élaboré par Claude Leroy-Thémèze, Cheffe de l unité d évaluation des activités de développement,

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Réponse et plan d action de la direction Audit de la gestion du perfectionnement de la main-d œuvre en santé publique Janvier 2013

Réponse et plan d action de la direction Audit de la gestion du perfectionnement de la main-d œuvre en santé publique Janvier 2013 Recommandation 1 général (DG) du Bureau de la pratique en santé publique (BPSP) élabore un énoncé de mandat de l'agence exhaustif relativement au perfectionnement de la main-d'œuvre en santé publique (PMSP)

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 18 mai 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Budget-plan de travail intégré 2010-2011 et rapports 2008-2009 Rapport du sous-comité ad interim

Plus en détail

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales Programme des Nations Unies pour le Développement Bureau Régional pour l'afrique HISTOIRIQUE DU PROJET

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL Distribution : Générale NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL 05 février 2008 Original: anglais COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'AFRIQUE Première réunion de la Commission de Statistique pour l Afrique

Plus en détail

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route Qualité Le Président de l'office européen des brevets CA/T 18/14 Orig. : en Munich, le 24.10.2014 OBJET : SOUMIS PAR : DESTINATAIRES : Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets Le Comité

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration.

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration. Page 1 sur 5 Description de service : Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration Ce document décrit le

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Institut Islamique de Recherches et de Formation Séminaire sur L Opérationnalisation de la gestion axée sur la performance

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior)

Expert principal 1: Chef d'équipe, coordonnateur de projet (expert senior) 1.1.1 Experts principaux Ces termes de référence définissent les profils requis pour les experts principaux. Le soumissionnaire doit fournir une déclaration d'exclusivité et de disponibilité pour les experts

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Évaluation : point de la situation et proposition de plan de travail pour 2016-2017

Évaluation : point de la situation et proposition de plan de travail pour 2016-2017 CONSEIL EXÉCUTIF EB138/44 Cent trente-huitième session 4 décembre 2015 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Évaluation : point de la situation et proposition de plan de travail pour 2016-2017 1. Le

Plus en détail

La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers :

La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers : La vision de l'investissement responsable de Petercam Institutional Asset Management repose sur trois piliers : 1. soulever les questions essentielles concernant les conséquences de nos activités ; 2.

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014 Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de 2013-2014 Le 27 mars 2013 Message de l'agente de révision pour l'accès à l'information et

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE)

VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT DE LA COMMISSION AFRICAINE DE L ENERGIE NUCLEAIRE (AFCONE) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : 011-551 7700 Fax : 011-551 7844 website : www. africa-union.org VACANCE DE POSTE: SECRETAIRE EXECUTIF, SECRETARIAT

Plus en détail

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Le 23 novembre 2009 1 Aperçu Examen stratégique du gouvernement

Plus en détail

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining)

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Description de projet Mise à jour le 18 mai 2006 Coordinatrice: Equipe de projet: Laura Muresan, EAQUALS / PROSPER-ASE, Roumanie Frank Heyworth,

Plus en détail