Le nouveau régime des clauses d indexation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le nouveau régime des clauses d indexation"

Transcription

1 ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Dossier 34 Le nouveau régime des clauses d indexation Emmanuelle CHAVANCE, avocat associé, R2CS Avocats 1. - COMMENT RECONNAÎTRE UNE CLAUSE D INDEXATION? A. - Les critères d identification d une clause d indexation 1 L automaticité 2 L indice 3 La périodicité B. - La distinction de la clause d indexation avec les autres clauses permettant de faire varier le loyer en cours de bail 1 La révision triennale légale 2 La clause d actualisation 3 Les paliers 4 La clause recettes ou la clause de loyer variable 2. - COMMENT APPRÉCIER LA VALIDITÉ D UNE CLAUSE D INDEXATION? A. - La validité au regard du Code monétaire et financier 1 L indice 2 L adéquation entre la période de variation de l indice et la période de variation du loyer ou les clauses à paramètres constants B. - La validité au regard du Code de commerce 1 - La révision triennale légale de l article L du Code de commerce impose des contraintes aux parties en matière de délais, qu il s agisse de l obligation d attendre un délai minimum de trois ans avant de mettre en œuvre la révision et de six mois pour la parution de l indice permettant de calculer le loyer révisé, ou de formalisme avec la notification d une demande de révision et la conclusion d un accord des parties ou d une procédure judiciaire pour fixer le montant du loyer révisé. La pratique a donc développé une révision contractuelle du loyer plus souple dans sa mise en œuvre, la clause d indexation ou clause d échelle mobile, dont la licéité n est aujourd hui plus discutée et dont l usage se développe de plus en plus, de sorte que l indexation conventionnelle du loyer n est plus réservée qu aux bailleurs institutionnels. 2 - Il n existe aucune définition légale de la clause d échelle mobile, mais ses conditions de validité et d application sont définies en matière de baux commerciaux dans deux codes différents : le Code monétaire et financier dans les articles L et suivants ; le Code de commerce par les articles L et R Le régime des clauses d indexation a subi depuis ces dernières années d importants changements que ce soit à la suite de nouvelles dispositions légales ou d un important contentieux sur l existence, la validité et l application de ces clauses (2) à la suite des aménagements imaginés par les bailleurs afin que l indexation ne joue qu à leur profit. Toutefois, avant de s interroger sur les conditions de validité de la clause d échelle mobile, il est important de savoir identifier et reconnaître une clause d indexation parmi toutes les autres clauses permettant de faire varier le loyer en cours de bail (1). 1. Comment reconnaître une clause d indexation? 4 - La clause d indexation se distingue d autres clauses qui peuvent être insérées par les parties dans un contrat de bail (B), au regard de critères d identification précis (A). A. - Les critères d identification d une clause d indexation 5 - À défaut de définition légale, la jurisprudence s est efforcée à définir cette clause. «La clause d échelle mobile (...) est une stipulation par laquelle les parties s accordent sur l indexation du loyer, permettant une révision automatique en cours de bail selon une périodicité convenue. La clause s applique de plein droit, sans formalité, à condition que soient prévus un indice et une périodicité et que les termes employés ne laissent aucun doute sur le caractère automatique de la révision...» La clause d indexation ou clause d échelle mobile est donc une clause permettant aux parties de faire varier le prix d un contrat de manière automatique (1 ) en fonction d un indice de référence choisi (2 ) et selon une périodicité convenue (3 ). 1. CA Nancy, 6 mars 2000, n 96/01217 : JurisData n

2 Dossier ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE L automaticité 7 - Principe. Le caractère automatique de l indexation conventionnelle du loyer est le premier critère d identification d une clause d échelle mobile, ainsi que cela résulte du texte même de l article L du Code monétaire et financier. En effet, l une des particularités de la clause d indexation est de faire évoluer le loyer de façon automatique sans que le bailleur ait besoin de demander l application de l indexation par l envoi d une demande, de sorte que le nouveau loyer est exigible à l échéance de la période choisie. 8 - Effets. L automaticité de la clause d échelle mobile implique donc que la non-application de la clause par le bailleur : ne peut être assimilée à une renonciation de sa part à l indexation du loyer, sous réserve de la prescription quinquennale pour demander le règlement des rappels de loyers pouvant en résulter ; ne permet pas d échapper à la baisse du loyer en période de baisse des indices, comme cela a été le cas en 2008 et 2009, puisque dans ce cas, le preneur peut exiger l application de la clause a tout moment, dans le même délai de prescription pour le remboursement des trop perçus de loyers ; ne permet pas au bailleur d échapper à une demande de révision du loyer fondée sur l article L du Code de commerce en période de forte hausse des indices et de stagnation ou baisse des valeurs locatives Clauses ambiguës. Les clauses d indexation précisent généralement que le loyer sera automatiquement indexé. Toutefois, certaines clauses peuvent se révéler ambiguës si elles ne précisent pas de manière expresse que l indexation aura lieu de manière automatique et ce d autant plus que la périodicité choisie par les parties serait de trois ans. Dans ce cas, la jurisprudence s attache à rechercher la commune intention des parties par l analyse des termes exacts ou des temps employés, mais il ressort que les juges font généralement preuve de souplesse dans l appréciation de l automaticité de la clause d indexation. Ainsi, l existence d une clause d indexation peut ressortir de l emploi du futur et non du conditionnel 3. De la même manière, il a été jugé que le fait qu une clause prévoit que le loyer sera «éventuellement révisé en plus ou en moins, en fonction de la variation des indices» n était pas un obstacle à sa qualification de clause d indexation puisque «l éventualité de la révision dépendait des variations en plus ou en moins de l indice visé par la clause, et non de la volonté de son bénéficiaire» 4. Conseil pratique : Il est fortement conseillé pour éviter toute discussion et les aléas d une interprétation de la clause par les juges d utiliser le terme «automatique» et de stipuler que «le loyer sera automatiquement révisé...» 2 L indice 10 - Choix d un indice. La clause d indexation repose sur un indice. Les parties doivent ainsi définir l indice dont la variation dans le temps permettra de faire évoluer le loyer, à la hausse ou à la baisse. Les parties doivent définir l indice applicable (ICC, ILC, ILAT, indice ayant un rapport direct avec l activité d une des parties, 2. TGI Paris, 7 janv. 2010, n 09/15111 : JurisData n ; Loyers et copr. 2010, comm CA Paris, 24 mars 2010, n 08/17111 : JurisData n ; Loyers et copr. 2010, comm Cass. 3 e civ., 23 févr : JurisData n ; Rev. loyers 1982, p CA Paris, 7 nov : Gaz. Pal. 1984, 1, somm. p ou, dans certains cas, le niveau général des prix) et ce choix devra respecter les dispositions du Code monétaire et financier Modalités de calcul. Les parties devront également préciser les modalités de calcul de l indexation en indiquant l indice de référence et l indice de comparaison. Ainsi, dans un jugement inédit 6, le tribunal de grande instance de Paris a jugé, en présence d une clause stipulant que le loyer serait révisé dans les formes et délais prévus par la législation en vigueur et que le réajustement du loyer interviendrait de plein droit, sans qu il soit besoin d aucune notification préalable à l expiration de chaque période triennale et de sa tacite reconduction, qu elle ne précisait pas la nature de l indice de référence nécessaire à sa mise en œuvre, l indice de base, ainsi que les modalités d application de la révision postérieure à la première période triennale, de sorte que les variations pratiquées unilatéralement par le bailleur sur la base de l indice du coût de la construction étaient illicites. 3 La périodicité 12 - Les parties peuvent librement définir la périodicité de l indexation du loyer. Le plus souvent, elles stipulent une indexation annuelle, mais aucune disposition n empêche de prévoir une périodicité plus courte ou plus longue. La seule réserve serait que l indexation triennale risque de créer une confusion avec la révision triennale légale. B. - La distinction de la clause d indexation avec les autres clauses permettant de faire varier le loyer en cours de bail 1 La révision triennale légale 13 - Une confusion peut parfois s opérer entre l indexation conventionnelle et la révision triennale légale de l article L du Code de commerce en raison de la périodicité de trois ans choisie par les parties ou la référence aux dispositions légales sans plus de précision. Exemple : «Le loyer sera révisé tous les trois ans et pour la première fois le..., suivant la variation de l indice du coût de la construction publié par l Insee, base : dernier indice connu... trimestre... et selon les dispositions légales en vigueur.» Ou «Le loyer sera éventuellement révisé en plus ou en moins, en fonction des variations de l indice du coût de la construction publié par l Insee, tous les trois ans...» 14 - En pratique, la référence à un réajustement du loyer tous les trois ans ou aux dispositions légales n est pas suffisante pour assimiler la clause à un simple rappel de l article L du Code de commerce, s il résulte de sa rédaction qu elle doit s appliquer automatiquement Toutefois, ces clauses pourraient s interpréter comme une simple référence à la révision triennale légale en raison : de l absence de référence au caractère automatique de la révision du loyer ; du renvoi aux dispositions légales en vigueur qui peuvent rappeler l article L du Code de commerce En présence d une clause ambiguë, il faudra donc rechercher la commune intention des parties lors de la rédaction de la clause. 5. V. infra n TGI Paris, 18 e ch, 2 e sect., 24 mars 2011, n 08/09597, SARL Lang et associés c/ Sté Aréas Vie et a.

3 ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Dossier Ainsi, dans un arrêt du 31 octobre , la cour d appel de Paris a jugé que la référence faite à un indice contractuel à prendre en considération lors de la révision qui est antérieur à celui existant à la date d effet du bail et la stipulation que le loyer serait révisable tous les trois ans «dans les termes du Code de commerce» ne permettaient pas de qualifier la clause de clause d indexation. Conseil pratique : Il est recommandé de réserver l emploi du terme de «révision» pour la révision triennale légale et d utiliser celui d «indexation» lorsque les parties souhaitent stipuler une clause d échelle mobile et de préciser de manière expresse qu elle s applique de manière automatique. 2 La clause d actualisation 17 - Définition. La clause d actualisation est une clause qui permet aux parties de définir les modalités d actualisation du loyer lorsque la signature du bail est antérieure à sa prise d effet de plusieurs mois, voire de plusieurs années, notamment pour les baux portant sur des immeubles à construire ou en construction, l actualisation se calcule généralement en fonction de l indice du coût de la construction ou l indice BT 01. «Lors de la prise d effet du bail, le loyer sera actualisé en fonction de la variation de l indice du coût de la construction. L indice diviseur sera le dernier indice publié à la date de signature de la présente promesse. L indice multiplicateur sera le dernier indice publié à la date d effet du bail.» 18 - Distinction. Cette clause ne doit pas être confondue avec la clause d indexation. L une est antérieure à la date d effet du bail et sert à déterminer le loyer initial tandis que l autre est inscrite au bail et a pour objet le maintien de la valeur du loyer au fil du temps. Il ne s agit donc pas de faire évoluer le loyer en cours de bail, mais d une modalité de fixation du prix initial. De ce fait, la clause d actualisation échappe donc aux dispositions relatives à l indexation Indexation du loyer actualisé. En cas de stipulation prévoyant l actualisation du loyer, il faudra prévoir dans la clause d échelle mobile que la première indexation portera sur le loyer actualisé. 3 Les paliers 20 - Définition. Le bail à paliers permet aux parties de convenir dès l origine de différents paliers pour le paiement du loyer au cours d une période déterminée qui correspondent généralement aux trois premières années du bail ou aux trois périodes triennales. Exemple : S il est stipulé que le loyer sera de pendant les trois premières années, pendant les trois suivantes et les trois dernières, le loyer sera dit à paliers Distinction. L indexation est distincte des paliers puisque l évolution du loyer est prévue d avance, indépendamment de la variation d un quelconque indice. Les paliers peuvent eux-mêmes faire l objet d une indexation 8, mais il conviendra d être vigilant dans la rédaction de la clause 7. CA Paris, 31 oct. 2012, n 11/01173 : JurisData n ; Loyers et copr. 2012, comm CA Paris, 12 oct : JurisData n ; Loyers et copr. 2002, comm. 65, obs. Ph.-H. Brault. d indexation dans cette hypothèse et il est fortement conseillé aux rédacteurs de prévoir selon quelles modalités la clause d indexation s appliquera à chacun des paliers ou au dernier palier. À défaut, on peut se trouver confronté à une clause d échelle mobile qui prévoit une indexation dont les paramètres de référence sont supérieurs à une année alors que l indexation est stipulée annuelle 9. Conseil pratique : Il est conseillé de prévoir que l actualisation du palier s effectue sur la base d une variation indicielle équivalente à la durée écoulée depuis la prise d effet du bail ou du dernier palier, tandis que l indexation annuelle, qui doit s appliquer ultérieurement, doit s effectuer selon la même périodicité indicielle d une année. 4 La clause recettes ou la clause de loyer variable 22 - Définition. Les parties peuvent stipuler que loyer sera fixe ou variable. Dans ce dernier cas, elles insèrent au bail une clause recettes, appelée également clause de loyer variable ou clause de «loyer binaire» qui permet de déterminer le loyer : soit totalement, selon un pourcentage du chiffre d affaires du preneur ; soit partiellement, avec une partie fixe, constituée par un loyer minimum garanti, et une partie variable déterminée en fonction du chiffre d affaires Distinction. La jurisprudence est désormais constante en ce qu elle considère qu une clause qui institue des loyers alternatifs déterminables année par année selon le chiffre d affaires du locataire n est pas une clause d échelle mobile 10. Si la clause d indexation ne doit pas être confondue avec la clause de loyer variable, le loyer minimum garanti pourra lui-même être indexé, mais il ne pourra, sauf clause contraire, faire l objet d une révision en application des dispositions de l article L du Code de commerce Comment apprécier la validité d une clause d indexation? 24 - La validité de la clause d échelle mobile s apprécie au regard du Code monétaire et financier (A) et du Code de commerce (B). A. - La validité au regard du Code monétaire et financier 1 L indice 25 - Définition de l indice. Un indice est un élément chiffré et objectif dont la variation dans le temps sert à faire évoluer, à la hausse ou à la baisse, le loyer Choix de l indice. Les parties ne peuvent pas librement choisir l indice qui servira à faire évoluer le loyer. Elles doivent respecter les dispositions d ordre public de direction du Code monétaire et financier, ainsi que les dispositions d ordre public de protection du Code de commerce. En vertu des dispositions de l article L , alinéas 1 et 2 du Code monétaire et financier, une clause d indexation peut être fondée sur un des indices suivants : 9. CA Aix-en-Provence, 15 mars 2013, n 11/06632 : JurisData n ; Loyers et copr. 2013, comm. 145, obs. E. Chavance ; V. n Cass. 3 e civ., 5 janv : JurisData n ; Gaz. Pal. 1983, 1, p. 325, note Ph.-H. Brault. 11. Cass. 3 e civ., 5 mars 2013, n : JurisData n ; Gaz. Pal avr. 2013, p. 23, note J.-D. Barbier. 25

4 Dossier ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE l ICC, l ILC ou l ILAT ; un indice en relation directe avec l objet du bail ou avec l activité d une des parties, et, dans certains cas, le niveau général des prix. a) La trilogie des indices 27 - L un des trois indices suivants publiés par l Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ( peut être retenu par les parties en cas de stipulation d une clause d indexation par le bail : l indice national trimestriel du coût de la construction (ICC) ; l indice trimestriel des loyers commerciaux (ILC) ; l indice trimestriel des loyers des activités tertiaires (ILAT) L indice national trimestriel du coût de la construction. En prévoyant que l indice trimestriel du coût de la construction est «réputé en relation directe avec l objet d une convention relative à un immeuble bâti», l article L du Code monétaire et financier a conféré à cet indice a un caractère généraliste de sorte qu il peut être choisi par les parties, quelle que soit l activité du preneur L indice trimestriel des loyers commerciaux. L évolution importance de l ICC a conduit les organisations professionnelles à envisager la création d un nouvel indice. C est dans ces conditions que l ILC a vu le jour en Il s agit d un indice composite constitué par la somme pondérée d indices représentatifs de l évolution des prix à la consommation, de celle des prix de la construction neuve et de celle du chiffre d affaires du commerce de détail. En vertu de l article D , alinéa 1 er du Code monétaire et financier, l ILC s applique aux «activités commerciales et artisanales», de sorte que les parties ne pourront le choisir que si le preneur a une activité commerciale ou artisanale L indice trimestriel des loyers des activités tertiaires. L ILAT est également un indice composite constitué par la somme pondérée d indices représentatifs du niveau des prix à la consommation, de celui des prix de la construction neuve et de celui du produit intérieur brut en valeur. L ILAT, issu de la loi dite de simplification et d amélioration de la qualité du droit du 17 mai 2011, s applique, en vertu des dispositions de l article D , alinéa 2 du Code monétaire et financier, aux activités tertiaires autres que les activités commerciales et artisanales. Les activités tertiaires «recouvrent notamment les activités des professions libérales et celles effectuées dans des entrepôts logistiques». La difficulté résulte du fait que la notion d activités tertiaires n est définie par aucun texte légal ou réglementaire. Seul l Insee tente de définir les activités tertiaires de la manière suivante : «Le secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce à l administration, en passant par les transports, les activités financières et immobilières, les services aux entreprises et services aux particuliers, l éducation, la santé et l action sociale. Le périmètre du secteur tertiaire est de fait défini par complémentarité avec les activités agricoles et industrielles (secteurs primaire et secondaire).» Attention : Le projet de loi relatif à l artisanat, aux commerces et aux très petites entreprises, présenté le 28 août 2013 par Sylvia Pinel, visant à imposer l indice des loyers commerciaux (ILC) sera discuté début 2014 à l Assemblée nationale. b) L indice en relation directe avec l objet du bail ou avec l activité d une des parties 31 - En vertu des dispositions de l article L , alinéa 1 er du Code monétaire et financier, une clause d indexation ne peut stipuler qu un indice en relation directe avec l objet du bail ou avec l activité d une des parties. Exemple : L indice choisit peut être en relation avec le coût des marchandises vendues par le preneur, avec le coût horaire des salariés de la branche à laquelle ce dernier appartient, etc. c) Le niveau général des prix 32 - L article L , 9 et 10 du Code monétaire et financier prévoit que peut être indexé sur le niveau général des prix : le loyer prévu par une convention portant sur un local d habitation ou sur un local affecté à des activités commerciales ou artisanales relevant du décret prévu au premier alinéa de l article L ; le loyer prévu par une convention portant sur un local à usage des activités prévues au deuxième alinéa de l article L Les activités commerciales relevant du décret prévu au premier alinéa de l article L sont celles énumérées par l article D , alinéa 1 er du Code monétaire et financier, soit les activités commerciales et artisanales. Les activités prévues au deuxième alinéa de l article L du Code monétaire et financier sont les activités tertiaires. d) L illicéité de l indice 33 - Appréciation du caractère licite ou illicite d un indice. Le caractère licite ou illicite d un indice n échappe pas au contrôle de la Cour de cassation qui décide que l appréciation s opère à la date de la conclusion du bail, de sorte qu un changement d activité du preneur en cours de bail n aurait pas d incidence sur l indice choisi à l origine par les parties. Attention : Le renouvellement du bail intervient en principe aux clauses et conditions du bail initial. Par conséquent, le renouvellement du bail est susceptible d emporter le maintien d un indice qui risque d être jugé illicite dans le cadre du bail renouvelé. Ainsi, si l indice retenu par les parties n est pas l ICC, il est conseillé de prévoir au bail, un changement d indice en cas de changement d activité du preneur en cours du bail Nature de la sanction. Alors qu une clause stipulant un indice illicite a été jugée réputée non-écrite par la troisième chambre de la Cour de cassation 12, la chambre commerciale a jugé qu une telle clause était atteinte d une nullité absolue 13. En l occurrence, seul l article L , alinéa 2 du Code monétaire et financier dispose qu une clause prévoyant la prise en compte d une période de variation de l indice supérieure à la durée s écoulant entre chaque variation est réputée non-écrite 12. Cass. 3 e civ., 14 juin 1983, n : JurisData n ; Bull. civ ; III, n Cass. com., 3 nov. 1988, n : JurisData, n ; Bull. civ. 1988, I, n 287.

5 ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Dossier alors que les dispositions d ordre public relatives au choix des indices ne prévoient pas une telle sanction. Par conséquent, en l absence de dispositions particulières concernant la sanction, celle-ci devrait être la sanction habituellement retenue en cas de méconnaissance d une disposition d ordre public, c est-à-dire la nullité Portée de la sanction. Il a été jugé que la sanction affecte uniquement la clause litigieuse et non l ensemble du bail, dès lors que «l insertion dans un bail d une clause illicite porterait atteinte au droit de renouvellement du bail si le propriétaire pouvait, sous peine de nullité de ce bail, exiger de son locataire commerçant le respect d une telle clause» 14. Par ailleurs, si le bail n a pas prévu la possibilité de remplacer un indice nul ou un indice qui disparaîtrait, et en l absence d accord des parties, l article R du Code de commerce prévoit que si l un des éléments retenus pour le calcul de la clause d échelle mobile vient à disparaître, la révision ne peut être demandée et poursuivie que dans les conditions prévues à l article L du Code de commerce. Conseil pratique : Il est donc recommandé de prévoir dans le bail la substitution d un indice à celui choisi, en cas de nullité de celui-ci ou dans l hypothèse où il viendrait à disparaître. Il est fréquemment prévu qu en l absence d accord, le nouvel indice sera fixé par un expert, aux frais partagés des parties, désigné par le juge, saisi par la partie la plus diligente. 2 L adéquation entre la période de variation de l indice et la période de variation du loyer ou les clauses à paramètres constants 36 - Principe. La clause d échelle mobile était autrefois régie par les dispositions de l article 79 de l ordonnance du 30 décembre 1958, modifiée à plusieurs reprises et notamment par l article 10 de la loi du 29 décembre 1979 qui a ajouté un alinéa dont l objet était d éviter une distorsion entre, d une part, la durée s écoulant entre chaque révision, et d autre part, la période de variation d indices pris en compte pour déterminer la variation du loyer. Ces textes sont désormais intégrés dans le Code monétaire et financier à l article L , alinéa 2 qui prescrivent de retenir pour chaque réajustement une période de variation égale à la durée s écoulant entre chaque révision. Le principe est donc que la période de variation de l indice ne peut être supérieure à la période de variation du loyer. Exemple : Indexation annuelle => la période de variation de l indice ne peut être supérieure à une année ; Indexation biennale => la période de variation de l indice ne peut être supérieure à deux années ; Indexation triennale => la période de variation de l indice ne peut être supérieure à trois années Choix des indices de référence. Afin d échapper à l un des inconvénients de la révision triennale légale, les parties définissent comme indices de référence, des indices d ores et déjà publiés à la date à laquelle la clause d indexation produira automatiquement ses effets, ce qui permettra aux parties de mettre en œuvre la variation du loyer sans attendre sa parution. 14. Cass. 3 e civ., 14 juin 1983 : préc. Exemple : En présence d un bail prenant effet le 1 er avril 2010 avec une indexation annuelle à la date anniversaire, soit le 1 er avril 2011, les parties pourront faire référence à : l indice du 3 e trimestre 2010 comme indice multiplicateur, puisqu il s agira du dernier indice connu à la date de la première indexation ; l indice du 3 e trimestre 2009 comme indice diviseur puisqu il s agira du dernier indice connu à la date de prise d effet du bail. L article L , alinéa 2 du Code monétaire et financier n empêche pas de prendre en compte des indices déjà publiés à la date d effet du bail et à la date d indexation, mais interdirait le choix d un indice qui prendrait effet à une date très éloignée de la conclusion du bail alors que la première indexation se calculerait par comparaison au dernier indice publié Indice de base constant. Des difficultés sont nées de l usage dans la pratique d un indice diviseur, ou indice de base, constant, qui se réfère au loyer d origine 15. Exemple : Toujours en présence d un bail prenant effet le 1 er avril 2010, l indice de base constant serait celui du 3 e trimestre 2009 et serait conservé pour chaque indexation. Ainsi, en présence d un loyer de , et d un indice multiplicateur correspondant à celui du 3 e trimestre 2010 lors de la première indexation, puis à celui du 3 e trimestre précédent chaque indexation annuelle, l indexation serait calculée comme suit : 1 er avril 2011 : (3T2010) / 1502 (3T2009) = ,84 1 er avril 2012 : (3T2011) / 1502 (3T2009) = ,25 Les indexations suivantes sont calculées de la même manière. De fait, il y a, lors de la deuxième indexation une période de variation du loyer d une année et une période de variation de l indice de deux années (3T2009/3T2011). Lors de la troisième indexation, à intervenir le 1 er avril 2013, il y a eu une période de variation du loyer d une année et une période de variation de l indice de trois années (3T2009/3T2012), et ainsi de suite Résultat arithmétique identique. Le calcul de l indexation fondé sur des indices diviseurs respectant le formalisme légal aboutit cependant, en principe, au même résultat mathématique. Exemple : Pour un bail prenant effet le 1 er avril 2010, le calcul de l indexation conforme aux dispositions de l article L alinéa 2 du Code de commerce sera le suivant : 1 er avril 2011 : (3T2010) / 1502 (3T2009) = ,84 1 er avril 2012 : , (3T2011) / 1520 (3T2010) = ,25 Le résultat est identique à celui fondé sur un indice de base constant : 1 er avril 2011 : (3T2010) / 1502 (3T2009) = ,84 1 er avril 2012 : (3T2011) / 1502 (3T2009) = , Ph.-H. Brault, Sur l indexation du loyer du bail commercial : Gaz. Pal. 1 er au 5 mai 2009, p. 17. J. Monéger, La périodicité dans la clause d indexation du loyer et l ordre public monétaire : Loyers et copr. 2011, étude 9. Ph.-H. Brault, Les modalités d application de la clause d indexation et la portée des dispositions légales : Gaz. Pal. 21 et 22 oct. 2011, p. 23. Ph.-H. Brault, Bail commercial et indexation du loyer : questions posées et réponses récentes : Loyers et copr. 2013, étude 8. 27

6 Dossier ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE Cependant, l adéquation arithmétique n existe qu à la condition que le loyer ne soit pas modifié en cours de bail par une loi de blocage, par une révision judiciaire ou par un avenant de modification du loyer que ce soit en cours de bail ou lors du renouvellement. Exemple : Un bail commercial est conclu initialement au 1 er juin 1987 moyennant un loyer de ,82 indexé annuellement sur la base d un indice de base constat du 4 e trimestre Un premier renouvellement est conclu neuf ans plus tard moyennant un loyer plafonné aux indices. Lors du renouvellement suivant en 2008, le preneur demande et obtient une baisse de loyer qui est fixé à à compter du 1 er juin 2008 alors que le plafonnement s établissait à ,72. Dans la mesure où la rédaction de la clause d indexation implique de toujours calculer l indexation à partir de l indice du 4 e trimestre 1986 correspondant à l indice applicable lors de la signature du bail d origine, le loyer indexé au 1 er juin 2009, c est-à-dire un an après le renouvellement du bail au 1 er juin 2008, s établirait comme suit : Loyer d origine indice du 4 e trimestre 2008 / indice du 4 e trimestre 1986 : (27 440,82 x1523) / 881 = ,42 Le calcul de l indexation conformément au Code monétaire et financier qui implique donc d appliquer une variation des indices sur une année au dernier loyer aboutirait à un loyer de : Loyer au 1 er juin 2008 indice du 4 e trimestre 2008 / indice du 4 e trimestre 2007 : / 1474 = La différence annuelle pour la première année serait donc de Pour la seconde année, elle se calculerait de la manière suivante : Loyer indexé au 1 er juin 2010 avec application stricte : (27 440, ) / 881 = ,06 Loyer indexé au 1 er juin 2010 conformément au Code monétaire et financier : , / 1523 = ,67 Soit une différence annuelle de 5 272,39. Ainsi, sur la durée du bail à renouveler la différence serait au minimum de , soit plus d un an de loyer Divergence de jurisprudence. Face à ce type de clauses, prévoyant un indice de base constant affecté au loyer d origine, le tribunal de grande instance et la cour d appel de Paris, ainsi que des tribunaux de la Réunion et de Grasse ont adopté des positions différentes. Les premières décisions rendues par le tribunal de grande instance de Paris en la matière ont réputé non écrite la clause stipulant un indice de base constant, de telle sorte que le bailleur ne pouvait plus s en prévaloir et que le preneur pouvait procéder à une demande de répétition de l indu 16. D autres tribunaux de grande instance ont suivi cette position TGI Paris, 5 janv : Administrer mars 2010, 27, obs. M.-L. Sainturat. TGI Paris, 27 mai 2010, n 09/09345 : JurisData n ; Loyers et copr. 2010, comm. 194, obs. Ph.-H. Brault. 17. TGI Saint-Denis de la Réunion : 18 mars 2011, n 10/00112 : JurisData n ; Loyers et copr. 2011, comm. 274, obs. Ph.-H. Brault. Dans un second temps et sous une autre présidence, le tribunal de grande instance de Paris a jugé en sens contraire 18, suivi par la cour d appel de Paris 19. La cour d appel de Paris a posé le principe que la clause d indexation stipulant un indice de base était valide dès lors qu elle n organise pas délibérément une distorsion entre période de variation de l indice et période de variation du loyer. Ainsi, la cour d appel de Paris a refusé, dans deux arrêts, de sanctionner automatiquement les clauses qui pourraient permettre une distorsion entre la période de variation de l indice et la période de variation du loyer, «sans que cette éventualité soit survenue» et, dans son troisième arrêt, elle a réputé non-écrite la clause d indexation du bail fondée sur l indice du 4 e trimestre 1997, appliquée le 1 er mars 2003, après une extension de l assiette du bail et l augmentation du loyer, provoquant une distorsion entre la période de variation de l indice et la période de variation du loyer. En effet, dans la mesure où dans ce troisième arrêt, un avenant d adjonction de locaux avait modifié l assiette du bail et le montant du loyer, sans que les modalités de révision du prix par le jeu de la clause d indexation n aient été modifiées, l absence d adaptation du contrat par les parties et la distorsion existant entre la référence faite à l indice de la signature du contrat de bail et l indice précédant la révision entraînait la prise en compte d une durée de variation indicielle supérieure au laps de temps écoulé depuis la signature et la prise d effet de l avenant. La cour d appel de Paris exige donc un événement, comme la modification du loyer en cours du bail, créant une distorsion effective pour réputer non écrite la clause d échelle mobile, mais refuse de prononcer cette sanction tant qu aucun événement ne s est produit, au risque de créer une inégalité entre les preneurs selon qu ils auront ou non attendu la survenance d une distorsion pour engager une procédure alors qu en soit la clause porterait tous les symptômes pour être déclarée non écrite Postérieurement la cour d appel de Paris a maintenu sa jurisprudence 21 en rappelant que le texte d ordre public n interdit pas de prendre en considération un indice de base fixe, mais prohibe l organisation contractuelle d une distorsion entre la période de variation de l indice et la durée s écoulant entre deux révisions quand la première est supérieure à la seconde, ce qui ne serait pas le cas dès lors que l indice de base prévu par l avenant de renouvellement n aurait servi de référence que pour la première variation et que postérieurement à cet avenant, aucun événement n aurait pu conduire à l organisation d une distorsion de nature à entraîner une sanction Dans deux arrêts des 12 septembre et 31 octobre 2012, la cour d appel de Paris fait prévaloir le caractère objectif de la distorsion en se contentant de vérifier si le loyer du bail a été modifié en cours de bail pour en déduire que l existence ou non d une distorsion organisée TGI Paris, 13 janv : Gaz. Pal. 2011, p. 1981, obs. Barbier et de Peyronnet. TGI Paris, 8 nov.2011 : Administrer févr.2012, p.31, obs. Barbier. TGI Paris, 1 er déc : Administrer mars 2012, p. 38, obs. M.-L. Sainturat. 19. J. Monéger, Validité ou invalidité d une clause d indexation au regard du droit monétaire : le choix de la cour d appel de Paris : Loyers et copr. 2012, repère 5. CA Paris, 4 avr : Administrer mai 2012, p. 39, obs. M.-L. Sainturat. J.-P Blatter, De la validité des clauses d indexation comportant un indice dit «fixe» : AJDI, juin 2012, p N. Loreau et J Bonnemay-Israël, Validité de la clause d indexation comportant un indice de base fixe : oui mais... : AJDI 2012, p F. Planckeel et A. Antonuitti : AJDI 2012, p. 797 et s. 21. CA Paris, 12 sept. 2012, n 10/19195 : JurisData n ; Loyers et copr. 2013, comm. 183, obs Ph.-H Brault. 22. V. notes 20 et 21.

7 ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Dossier 43 - D autres juridictions du fond se sont depuis prononcées en faveur de l inexistence de la clause d indexation à paramètres constants. Ainsi, dans un arrêt du 15 mars , la cour d appel d Aixen-Provence a jugé, en présence d un bail à paliers, que l indexation qui s opérait les années postérieures aux paliers ne correspondait pas à la seule évolution des indices depuis le début du bail puisqu elle prenait en compte le loyer révisé de l année précédente auquel on appliquait l évolution des indices sur quatre années pour l indexation en 2003 alors qu une seule année s était écoulée depuis l application de la dernière révision, ce procédé conduisant selon elle à une double indexation. La cour d appel de Versailles a rappelé, dans un arrêt du 18 juin , que «la clause prenant en compte une période de variation de l indice supérieure à la durée du bail écoulée entre chaque révision, dans les contrats à exécution successive et notamment les baux, est donc réputée non écrite. Tel est le cas de la clause prévue à l article 6 du bail, prenant comme indice de référence fixe l indice 1038, connu au 12 juillet 1996, indice de référence maintenu par l avenant du 2 janvier 1999, a été effectivement appliqué aux indexations annuelles intervenues depuis celle du 1 er janvier 2009 et qu il n y a donc pas lieu de rechercher une commune intention des parties de lui en substituer un autre. Il résulte de ce qui précède que le jugement disant que la clause d indexation réputée non écrite sera confirmée». Quant à la cour d appel de Paris, elle a, dans un arrêt du 26 juin , réputé non écrites les clauses d indexation insérées à l origine dans deux baux dérogatoires qui avaient précédé les baux commerciaux issus du maintien dans les lieux du preneur, puisque les indices de base retenus par le bailleur n étaient pas les indices publiés à la date de prise d effet des baux commerciaux, mais ceux de la date de prise d effet des baux dérogatoires, 23 mois plus tôt En juillet , le tribunal de grande instance de Toulon n a exigé aucun événement créant une distorsion en constatant que : «En effet, il est manifeste que le loyer a été indexé en utilisant d une part l indice de l année de révision, et, d autre part, l indice du premier trimestre 2006, au lieu de l indice applicable l année précédente, créant de la sorte une distorsion entre la période de variation indiciaire, à savoir entre l indice de base et l indice de comparaison, et la durée écoulée entre deux révisions, puisque la période de variation indiciaire devient nécessairement supérieure à la durée écoulée entre deux révisions, dès la deuxième indexation. Le fait que le bailleur ait procédé à la révision le 1 er janvier, et pour la première fois, le 1 er janvier 2008, et non à la date anniversaire du contrat tel que cela était expressément prévu au bail, n est pas de nature à modifier les conséquences d une telle clause. Cette distorsion se trouve en l espèce effective, peu important également que le calcul du l indexation réalisé se réfère systématiquement au loyer de base initial et non, à compter de la deuxième indexation au loyer de base ajusté, et le préjudice réel s en trouve en conséquence limité. En effet, un tel mode de calcul ne saurait en tout état de cause être assimilé au calcul qui aurait dû être fait en tenant compte d un indice de base variable. Dès lors que la clause litigieuse impose aux parties de se référer à un indice de base fixe, créant ainsi une distorsion ente la période de variation indiciaire et la durée entre deux révisions, 23. CA Aix-en-Provence, 15 mars 2013 n 11/06632 : JurisData n ; Loyers et copr. 2013, comm. 145, obs. E. Chavance. 24. CA Versailles, 18 juin 2013, n 12/00870 : JurisData n ; Loyers et copr. 2013, comm. 311, obs Ph.-H Brault. 25. CA Paris, 26 juin 2013, n 11/15966 : JurisData n TGI Toulon, 18 juill. 2013, n 12/00161, inédit. cette clause doit être réputée non écrite en application des dispositions d ordre public édictées par l article L , alinéa 2 du Code monétaire et financier.» Le débat n est toutefois probablement pas clos puisque la Cour de cassation ne s est pas encore prononcée et que certains s interrogent sur la position que celle-ci pourrait adopter en relevant que «le texte en débat est de ceux qui se lisent sans qu il soit besoin de les interpréter» et se demande si la Haute juridiction ne pourrait décider «qu il y a dénaturation par ajout au texte d une condition qu il n énonce pas» 27. La Cour de cassation fera connaître sa position pour la fin de l année En l état des incertitudes actuelles, il convient d être particulièrement vigilant lors de la rédaction de la clause d indexation. Conseil pratique : Comme un auteur l a conseillé, il est recommandé de stipuler que «le dernier indice connu à la date de l indexation sera comparé à l indice du même trimestre de l année précédente 28». B. - La validité au regard du Code de commerce 45 - Les professionnels de l immobilier ont imaginé certaines rédactions de la clause d indexation pour renforcer la protection des bailleurs par : l interdiction de toute variation indicielle pouvant entraîner une baisse du loyer ou sa fixation à un montant inférieur au prix originairement fixé ; l encadrement de la variation par le capage de la clause d indexation, clause qui a été reconnue licite pour une variation limitée à 50 % Clause ne jouant qu à la hausse. L article L du Code de commerce, qui institue une procédure de révision spécifique du loyer indexé, fait référence à l augmentation ou la diminution du loyer par le jeu de la clause d échelle mobile. Par conséquent, une clause d indexation qui s affranchirait de la réciprocité de la variation et qui stipulerait que le loyer ne pourra être indexé qu à la hausse devrait être jugée nulle. Toutefois, la cour d appel de Douai a décidé que l indexation annuelle du loyer uniquement à la hausse était licite et conforme à la liberté contractuelle. Cet arrêt a toutefois été accueilli par la doctrine de manière différente selon les commentateurs dans la mesure où l objet des débats était différent puisque le preneur contestait la recevabilité de la demande de révision et non la validité de la clause 30. Dans un arrêt du 15 mars , la cour d appel d Aix-en- Provence a considéré qu aucune disposition légale ou contractuelle n interdisait qu une clause d indexation ne joue qu à la hausse, une telle disposition n enfreignant ni l article L du Code de commerce permettant la révision du loyer en cas d augmentation de plus d un quart et n exerçant en elle-même aucune incidence sur la période de variation de l indice Toutefois, l application de la clause d indexation qui ne jouerait qu à la hausse serait de nature à créer un effet de rattrapage condamné par l article L du Code monétaire et financier puisqu il suffit de prendre un exemple chiffré pour faire 27. J. Monéger, Validité ou invalidité d une clause d indexation au regard du droit monétaire : le choix de la cour d appel de Paris, préc. 28. J.-B. Barbier, Gaz. Pal. n Spécial Baux commerciaux, 12/13 mars 2010, p Cass. 3 e civ., 18 déc. 1985, n : JurisData n ; Bull. civ. 1985, III, n 168 ; Rev. loyers 1986, p CA Douai, 21 janv. 2010, n 08/08568 : JurisData n ; Loyers et copr. 2010, n 107, obs. Ph.-H. Brault ; Gaz. Pal. 2010, p. 36, obs J.-D. Barbier. 31. CA Aix-en-Provence, 15 mars 2013, n 11/06632 : JurisData n ; Loyers et copr. 2013, comm. 145, obs E. Chavance. 29

8 Dossier ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 apparaître que même en reprenant l indexation un an après en fonction de la variation de l indice sur un an, il existe une distorsion. Exemple : En présence d un bail consenti moyennant un loyer de pour la première année correspondant à un indice 100, il serait pour les années suivantes de : avec un indice de 105 : ( ) / 100 ; avec un indice de 102 (maintien du loyer en cas de baisse de l indice) ; avec un indice de 110 : ( ) / 102. Alors qu en présence d une clause d indexation qui jouerait à la hausse comme à la baisse, les résultats seraient de : avec un indice de 105 : ( ) / 100 ; avec un indice de 102 : ( ) / 105 ; avec un indice de 110 : ( ) / 102. C est bien sur le fondement de l article L alinéa 2 du Code monétaire et financier que la cour d appel de Paris vient de réputer non écrite une clause d indexation ne jouant qu à la hausse au motif que : «La clause d échelle mobile litigieuse est rédigée de façon telle qu elle organise nécessairement la distorsion prohibée, la modification automatique du loyer étant annoncée au «premier jour de chaque période annuelle» mais en fonction de la seule «variation à la hausse» de l indice réputé licite choisi, susceptible de varier à la hausse comme à la baisse et donc pour une période de variation de l indice qui peut être supérieure à la durée entre chaque révision «annuelle». Par la prise en considération de la seule variation de l indice à la hausse, cette clause implique, en cas de baisse de l indice, le maintien du loyer lors de la modification annuelle antérieure par l application, de fait, de l indice de l année précédente qui n est plus le dernier indice à la date anniversaire du bail. Elle sera réputée non écrite par application de l article L du Code monétaire et financier 32». Cependant, la Cour de cassation n a pas encore eu l occasion de se prononcer sur ce point Clause réservant sa mise en œuvre à une seule partie. Une clause d échelle mobile qui réserverait sa mise en œuvre à une seule partie devrait être jugée nulle, puisqu elle offrirait à son bénéficiaire la possibilité de se soustraire à la hausse ou à la baisse du loyer Clauses plafonnant ou capant les variations. Il subsiste des interrogations concernant les clauses plafonnant, ou «capant», la variation du loyer à la hausse ou à la baisse, qui sont de plus en plus fréquentes en pratique, afin d échapper aux évolutions importantes des indices. De telles clauses prévoient, par exemple, que le loyer indexé ne pourra varier de plus de x % chaque année ; d autres, fréquentes dans les baux dits «investisseurs», interdisent la baisse du loyer en deçà du loyer initial par le jeu de la variation des indices. Il pourrait être considéré qu un cantonnement de la variation du loyer indexé serait contraire aux dispositions d ordre public de l article L du Code de commerce, dès lors qu il peut avoir pour objet et/ou pour effet de faire obstacle au bénéfice de la révision du loyer indexé, ou, dans certains cas, de le retarder. Cette interrogation pourrait se poser dans l hypothèse où le loyer indexé aurait dû varier à la hausse de plus de 25 % sans le «capage» contractuel et où la valeur locative serait inférieure au loyer indexé «capé». Mots-Clés : Bail commercial - Loyer - Indexation - Clause recettes 32. CA Paris, 12 juin 2013, n 11/12178 : JurisData n CA Colmar, 22 avr : RJAL 1982, p

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées?

pratiques Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? pratiques [comité d entreprise] Activités sociales et culturelles : comment sont-elles financées? Les activités sociales et culturelles du comité d entreprise sont principalement financées par une contribution

Plus en détail

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux.

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux. Le bail commercial Le bail commercial est un contrat relatif à la location d'un immeuble en vue de l'exercice d'une activité artisanale ou commerciale, qui permet au locataire de bénéficier d'une protection

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

4 Indices actualisés/ Janvier 2012.

4 Indices actualisés/ Janvier 2012. 4 Indices actualisés/ Janvier 2012. - consommation - construction activités tertiaires - loyers commerciaux - 1 Indice des prix à la consommation : évolution de l'index des prix : IPC est fixé à 125,09

Plus en détail

Comment appréhender son bail commercial

Comment appréhender son bail commercial Comment appréhender son bail commercial Animé par : Jean-Denis LE MOIGNE Erwan LE ROUILLE Régis MORENNE INTRODUCTION La conclusion du bail commercial présente des difficultés pour le locataire qui ne différencie

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL?

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? Il résulte des dispositions de l article L. 145-2, I- 4 du Code de commerce

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 BAUX COMMERCIAUX Adoption de l'ilat La loi du 17 mai 2011 publiée au Journal officiel du 18 mai 2011 crée l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT),

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Paris, le 18 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT Parking / Garage / Box Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil ENTRE LES SOUSSIGNÉS M. Mme Mlle. né(e) le à demeurant éventuellement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

LA LETTRE DU CABINET

LA LETTRE DU CABINET LA LETTRE DU CABINET DROIT COMMERCIAL N 2 - Janvier 2015 REFORME DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 & SON DECRET D APPLICATION DU 3 NOVEMBRE 2014 Par Bernard Puylagarde Bernard

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

Tout d abord, ce texte modifie l article

Tout d abord, ce texte modifie l article RDL887_P254_P259_2 7/05/08 14:40 Page 254 Un énième toilettage du décret Hoguet RL>746 LE DÉCRET N 2008-355 DU 15 AVRIL 2008 REND ENFIN APPLICABLES LES DISPOSITIONS DE LA LOI DITE ENL DU 13 JUILLET 2006

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Réforme du régime des baux commerciaux. Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris

Réforme du régime des baux commerciaux. Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris Réforme du régime des baux commerciaux Catherine MUTELET Avocat à la cour d appel de Paris Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris Marie-Laure RODRIGUEZ Avocat à la cour d appel de Paris La loi

Plus en détail

Il est également précisé :

Il est également précisé : Il est également précisé : Article 11.22. du CCAG- Travaux de 1976. «dans le cas d application d un prix forfaitaire, le prix est dû dès lors que l ouvrage, la partie d ouvrage ou l ensemble des prestations

Plus en détail

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5643 Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 12 de la section 2bis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du livre

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Mise en conformité des statuts d ASL : sanctions et solutions

Mise en conformité des statuts d ASL : sanctions et solutions Mise en conformité des statuts d ASL : sanctions et solutions Le statut des ASL a été entièrement abrogé par l Ordonnance n 2004 632 du 1 er juillet 2004 dans un objectif d homogénéisation et de recherche

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Exercices d'imposition 1998 à 2002 Arrêt Avocats: Maître Nathalie Hollasky, loco Maître Gérard van den Berg - pour les requérants

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6660 REV Le loyer à indiquer sur la déclaration correspond au loyer annuel dû au titre de l année 2013, en excluant toutes les charges

Plus en détail

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION FICHE PRATIQUE : LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION La location-gérance (appelée également «gérance libre») est un contrat par lequel le propriétaire d un fonds de commerce (ou artisanal)

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/10/2015 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 septembre 2015 N de pourvoi: 14-16073 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00765 Non publié au bulletin Rejet Mme Mouillard (président), président

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres

Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010. M. Alain D. et autres Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-72/75/82 QPC du 10 décembre 2010 M. Alain D. et autres La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 22 septembre 2010,

Plus en détail

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX CONDITIONS DES AGENTS IMMOBILIERS DANS LES CONTRATS D INTERMÉDIAIRES *** 2 Par sa lettre du 5 avril

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Indexation du prix d une prestation logistique

Indexation du prix d une prestation logistique OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM NOTE PRATIQUE Janvier 2016 Indexation du prix d une prestation logistique Choix des indices - usages - formules - exemples Le CNR diffuse des indices élémentaires permettant

Plus en détail

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR 1. Qu est-ce qu un usage? 2. Quels sont les critères constitutifs de l usage? 3. Qu est-ce qu un engagement unilatéral de l employeur? 4. Quelle est la

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-13087 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

LES BAUX CONCLUS PAR LES AVOCATS

LES BAUX CONCLUS PAR LES AVOCATS COMMISSION STATUT FISCAL, SOCIAL ET FINANCIER DE L AVOCAT INTERVENTION EN REUNION DE LA COMMISSION SFSF DU 12 MARS 2010 * * * LES BAUX CONCLUS PAR LES AVOCATS * * * Michèle ASSOULINE Avocat au Barreau

Plus en détail

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 2 avril 2015 Objet : Projet de loi n 6774 portant modification 1) de la loi modifiée du 19 décembre 2008 portant réforme de la formation professionnelle 2) de la loi du 15 juillet 2011 visant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-19729 ECLI:FR:CCASS:2014:C101250 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président), président Me Le Prado,

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date N Affaires sociales N Formation professionnelle AVENANTS N 6 ET N 10 : Questions / Réponses Pour rappel,

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION N 62 - FORMATION n 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 avril 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel LE POINT SUR LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Depuis sa création par l accord national interprofessionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R.

Commentaire. Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015. Consorts R. Commentaire Décision n 2015-494 QPC du 16 octobre 2015 Consorts R. (Procédure de restitution, au cours de l information judiciaire, des objets placés sous main de justice) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années.

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années. COUR D APPEL DE LYON 04 Décembre 2014 Cet arrêt rendu à l encontre d un syndic, la Société de G R L, pose le problème de sa responsabilité envers des copropriétaires débiteurs, les Consorts T. Les faits

Plus en détail

Relations collectives Février 2014. La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise

Relations collectives Février 2014. La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, qui a retranscrit l ANI du 11 janvier 2013, a prévu une généralisation de la

Plus en détail

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante a été sommée de retirer le foulard qu elle portait

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 3 janvier 2013 relative à la présentation du décret n 2012-1515 du 28 décembre 2012 portant diverses dispositions relatives à la procédure civile et à l organisation judiciaire NOR : JUSC1243674C

Plus en détail

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais)

c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Tribunal des Conflits n 3833 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Lille M. D c/ Centre communal d action sociale de la commune de Caumont (Pas-de-Calais) Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement

4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement 4. Les sommes versées lors de la rupture du contrat à durée indéterminée : l indemnité de licenciement Tout salarié titulaire d un contrat à durée indéterminée, licencié alors qu il compte 1and ancienneté

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel

Commentaire. Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014. Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel Commentaire Décision n 2013-368 QPC du 7 mars 2014 Société Nouvelle d exploitation Sthrau hôtel (Saisine d office du tribunal pour l ouverture de la procédure de liquidation judiciaire) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE 1 LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE VENTE D IMMEUBLES A RENOVER ANALYSE DES RISQUES ET BESOINS DE GARANTIES ET ASSURANCES 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile - Paris 17 ème 2 LE MARCHE DE LA RENOVATION

Plus en détail

La rupture brutale de relations commerciales établies. Introduction

La rupture brutale de relations commerciales établies. Introduction La rupture brutale de relations commerciales établies Introduction Le contexte Le cadre de l ordonnance de 1986 L apport de la loi GALLAND du 1 juillet 1996 et sa révision en mai 2001 Dans le Livre IV

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants?

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? La transmission d entreprise bénéficie d un cadre fiscal favorable dans la mesure où sous réserve de la conclusion préalable d un

Plus en détail

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 17 mars 2010 N de pourvoi: 09-12196 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot

Plus en détail

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION?

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, FINANCEMENT EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? MAI/JUIN 2013 La cour de cassation soulève une question

Plus en détail

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de.

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de. Convention de portage foncier Commune / EPCI de. 1 / 9 ENTRE : L, ayant son siège social sis Hôtel du Département 3, quai Ceineray à Nantes, représentée par son Directeur, Monsieur.(nom et prénom), demeurant

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ.

Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ. Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (nov. 2011) : Droit civil, Licence 2 équipe 1 Monsieur le Professeur Borghetti Commentaire d arrêt : Cass. civ. 3e, 3 avril 1996 www.assas.net

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 23 février 2012 N de pourvoi: 11-10202 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT BAUX COMMERCIAUX CONSTAT Le commerce est une activité en perpétuelle mutation. Pendant les cinquante dernières années, la distribution de masse s est généralisée pour répondre aux besoins des consommateurs

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse

La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse 1/5 La prime TVA dans les HCR en 2014, en synthèse Source Objet de cette prime Art. 5 de l avenant n 6 du 15 décembre 2009 à la CCN des Hôtels, Cafés, Restaurants étendu par arrêté publié au JO du 24 février

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

Contrat-type de bail à réhabilitation

Contrat-type de bail à réhabilitation ANNEXE 5 Contrat-type de bail à réhabilitation Entre : (dénomination sociale et adresse de la société bailleresse). Et (nom, prénom, adresse du ou des locataires) Il a été convenu ce qui suit : Objet Article

Plus en détail

Le recrutement d agents non titulaires

Le recrutement d agents non titulaires Fiche 1 : 1) Principaux cas de recours : Le recrutement d agents non titulaires Aux termes de l article 4 de la loi du 11 janvier 1984, les employeurs publics peuvent recruter des agents non titulaires

Plus en détail

Externalisation d activité : la sous-traitance

Externalisation d activité : la sous-traitance Mois AAAA Mois AAAA Mises à jour décembre 2008 et décembre 2010 En bref Cette fiche a pour objectif de présenter les réflexions que l employeur doit engager lorsqu il envisage de sous-traiter l une des

Plus en détail

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial + SOMMAIRE Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial 2. Les caractéristiques du local La consistance des lieux L état des lieux La destination des lieux Le

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize. N 45 / 13. du 6.6.2013. Numéro 3184 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six juin deux mille treize. Composition: Georges SANTER, président de la

Plus en détail

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 Introduction La loi LME du 4 août 2008 - Malgré de nombreuses critiques et propositions de modifications, la Loi LME est toujours en

Plus en détail

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, DROIT DU FINANCEMENT AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS Le penchant naturel à invoquer

Plus en détail

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 er : Objet.

Plus en détail