Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014"

Transcription

1 Panorama bureaux Lyon On Point 1 er trimestre 2014

2 L immobilier tertiaire a souffert du manque de grandes demandes L agglomération a bénéficié d une éclaircie économique confirmée par l INSEE. L environnement économique s est en effet détendu au fil des mois, avec notamment une sortie de récession de la zone euro et un redressement du climat des affaires en Europe. Bien que modestes, ces signaux demeurent encourageants. Cette légère amélioration ne peut cependant pas être considérée comme une réelle reprise, et un certain nombre d indicateurs restent sous tension. Le nombre de défaillances d entreprises se maintient à un niveau élevé, et les quelques annonces de plans sociaux importants touchant des établissements lyonnais au cours des derniers mois ont témoigné des difficultés rencontrées. Ces obstacles incitent à la vigilance sur l évolution future de l emploi salarié dans un contexte de hausse régulière du chômage depuis 5 ans. Sources: JLL/CECIM Le marché tertiaire lyonnais a été impacté par le manque de grandes demandes ce trimestre. Cette absence est d autant plus visible que les grands utilisateurs avaient été très actifs au début de l année Après un retour remarqué en 2013, les grands utilisateurs se font attendre La très bonne année 2013 s est construite sur un nombre important de grandes transactions. Le haut niveau de demande du premier trimestre s est confirmé sur le reste de l année, qui est resté très dynamique. Le premier trimestre 2014 quant à lui, est en retrait avec un volume placé en nette baisse. On dénombre ainsi fin mars m² placés, soit une baisse de 64% par rapport à la même période l année dernière, mais ce pourcentage reste à relativiser. L évolution lissée sur 12 mois acte une baisse plus ténue de 19%. De belles signatures sont attendues dans les prochains mois, ce qui devrait permettre d inverser la tendance. 2

3 Cette contre-performance était cependant attendue. L absence de grande demande enregistrée sur la dernière partie de l année 2013 devait de fait, peser sur le volume global de consommation de surfaces. Nous ne dénombrons en effet que 3 transactions de plus de m² ce trimestre sur l ensemble de l agglomération. PMS : socle solide du marché lyonnais Sources: JLL/CECIM Les surfaces de moins de 500 m² restent un socle solide du marché lyonnais et ne représentent pas moins de 85% du nombre de transactions réalisées sur le territoire pour 50% des surfaces consommées. Leur impact sur le volume reste important et représente en moyenne un tiers du volume global annuel depuis 6 ans. Ce segment est considéré comme un bon indicateur du dynamisme de l économie locale. Bonne performance de la périphérie Alors que la moyenne annuelle sur les 6 dernières années atteint 28%, ce ne sont pas moins de 46% des surfaces globales qui ont été placées sur l ensemble des territoires périphériques de l agglomération lyonnaise. Cette part importante devrait cependant diminuer au fil des mois et reprendre une répartition plus classique. Notons également que 2 transactions de plus de m² sur les 3 signées ce trimestre ont été réalisées en périphérie : - La société APAVE a loué m² sur le programme Urban East à St Priest - EDF IM Solutions a pris à bail m² à Villefranche sur Saône. Les valeurs locatives restent stables Les valeurs locatives évoluent de manière différente selon les secteurs géographiques. Dans l ensemble, les valeurs locatives se maintiennent sur les secteurs disposant d un bon équilibre entre l offre et la demande, ce qui n est pas le cas sur des marchés plus concurrentiels où les valeurs locatives sont étudiées de près par les preneurs potentiels, et peuvent faire l objet de réajustement à la baisse. Le loyer prime de La Part-Dieu se positionne actuellement à 310 HT/m²/an, la plus haute valeur correspondant actuellement à la Tour Incity. Même tendance pour les secteurs de la Presqu Ile, de Confluence, et du 6ème arrondissement qui affichent des valeurs «top» stables comprises entre 230 et 250 HT/m²/an avec un niveau d offres disponibles toujours faible. 3

4 L évolution est plus contrastée pour les valeurs locatives dans le seconde main. En tête le 6ème arrondissement et la Presqu Ile dont les valeurs locatives moyennes se positionnent entre 190 et 210, valeur soutenue par le déficit chronique d offres disponibles. Sur les autres secteurs, les loyers de seconde main sont généralement en légère baisse et se positionnent entre 150 et 170 euros en intramuros et sous la barre des 130 euros pour la périphérie. L offre disponible en légère augmentation Le niveau d offre augmente légèrement sur les 4 derniers trimestres et atteint m² environ. La stratégie de rationalisation des surfaces opérées par la plupart des utilisateurs ainsi que des récentes libérations expliquent en partie ce phénomène, les surfaces neuves disponibles augmentent elles aussi légèrement pour atteindre m² sur l ensemble de l agglomération. Les taux de vacance restent contrastés d un secteur à l autre. La périphérie se situe en moyenne à un niveau de vacance un peu plus important avec 6,4% contre 4,9% pour l intramuros. Le secteur de La Part Dieu jusqu alors sous-offreur, avec un taux de vacance autour de 3% sort peu à peu de sa situation critique de pénurie. Son taux de vacance atteint aujourd hui 3.9%. Les livraisons des deux opérations neuves «Equinox» ( m²) et «Be» ( m² dont m² encore disponibles) ont apporté un peu de fluidité sur le marché et pourraient susciter l intérêt d utilisateurs à la recherche d opportunités disponibles à court terme sur ce secteur. Des libérations de grandes surfaces de qualité vont également intervenir courant d année et devraient retrouver facilement preneur. A ce jour, on compte m² de projets en cours de construction dans l agglomération livrables d ici Près de la moitié de ces surfaces sont d ores et déjà pré-commercialisées, ce qui démontre s il le fallait encore, l attrait des grands utilisateurs pour les surfaces neuves. 4

5 Perspectives 2014 : des raisons d être optimiste La qualité et la diversité des offres proposées sur le marché sont de véritables atouts pour l agglomération lyonnaise. La demande pour les produits neufs demeure soutenue et devrait continuer de se maintenir dans l année à venir, notamment sur les secteurs les plus recherchés. Côté offre, l écart continue de se creuser entre les différents secteurs géographiques, notamment entre les secteurs tertiaires reférencés et les secteurs dits «secondaires». Cette tendance devrait encore s accentuer. Qui plus est, l agglomération lyonnaise poursuit sa stratégie de développement tertiaire autour de grands projets urbains, complémentaires en termes de produits proposés et en adéquation avec les attentes des utilisateurs. En 2013, les livraisons se sont accélérées et pas moins de m² sont sortis de terre, dont 62% pré-loués. L année 2014 produira moins de mètres carrés avec «seulement» m² attendus en livraison. Actuellement m² de bureaux sont en chantier sur l agglomération lyonnaise, la quasi-totalité en intramuros. Seules 50% de ces surfaces sont encore disponibles à la commercialisation. L engouement des utilisateurs (notamment sur les grandes surfaces) n est plus à prouver et démontre l inadéquation entre leurs besoins et les offres de seconde main proposées. Dans un contexte où la demande pour les produits neufs demeure soutenue et que l offre reste maîtrisée sur les secteurs tertiaires les plus recherchés, les valeurs locatives faciales haut-de-gamme devraient se maintenir. Des projets d envergure, livrés en 2013, doivent se concrétiser dans le courant du premier semestre 2014 insufflant ainsi une dynamique positive sur le marché lyonnais. 5

6 Le marché de l investissement connaît un bon démarrage Avec 81 millions d euros investis sur la région lyonnaise, le marché de l investissement affiche un bon premier trimestre. Le marché s est construit principalement sur des opérations comprises entre 15 et 40 millions d euros. Nous pouvons en dénombrer 3 sur ce premier trimestre, d un volume global de 60 millions d euros soit 74% des volumes investis. Néanmoins, aucune transaction de plus de 40 millions d euros n a été signée ce trimestre. De belles signatures sont par ailleurs attendues dans les prochains mois. Le marché de l investissement, traditionnellement diversifié en termes de typologie d actifs, se concentre principalement sur les actifs logistiques pour 53% du volume, suite notamment aux grandes transactions actées. La part des actifs tertiaires revient à 39% du total mais devrait redevenir majoritaire dès le prochain trimestre. La part des VEFA est au plus bas en ce début d année, aucune transaction en blanc n a été réalisée. Les opérations sécurisées sont très majoritaires puisque 91% des volumes investis l ont été sur des actifs entièrement loués. Bien que les investisseurs français dominent le marché avec 45% des investissements réalisés, les acteurs internationaux reprennent une part non négligeable du marché. En 2013, Lyon a atteint pratiquement le même niveau d internationalisation que Paris, nous verrons au fil des mois si cette tendance se confirme. La demande de produits prime restant soutenue et l offre toujours insuffisante, on a constaté une baisse du taux de rendement prime à Lyon en début de l année avec un prime «Part-Dieu» à 5,65%. Le déséquilibre offredemande perdurant, les taux sont restés bas. Au sujet du quartier de La Part Dieu et, plus généralement, des principaux quartiers d'affaires en régions, comme Euroméditerranée, à Marseille et Euralille, les SCPI et autres compagnies d'assurances figurent parmi les principaux acquéreurs depuis près de 10 ans. Leur stratégie de détention s'inscrit historiquement dans le moyen et long terme. Cette caractéristique risque de peser à l'avenir sur la rotation des actifs dans ces secteurs. 6

7 Les transactions notables Parmi les principales transactions de référence, on peut retenir : - L acquisition par Prologis d un entrepôt logistique à Satolas-et-Bonce pour un montant de 21,8 millions d euros d une surface de m². - L acquisition par Rockspring property AM d un entrepôt logistique à Dagneux pour un montant de 21 millions d euros d une surface de m². - L acquisition par ANF Immobilier d un immeuble de bureaux à redévelopper à Villeurbanne pour un montant de 17,2 millions d euros d une surface de m². Notre vision pour demain Lyon reste le marché le plus «sécurisé» et liquide pour les investisseurs nationaux et internationaux intéressés par les régions françaises. Les investisseurs français resteront encore très présents. Les SCPI et les OPCI seront également actifs cette année, attirés par une typologie de produits essentiellement tertiaires et récents, parfaitement en phase avec leurs stratégies de détention à long terme. La présence des investisseurs étrangers, qui ont pour la plupart référencé la région lyonnaise comme cible potentielle, demeurera conditionnée par la mise sur le marché d immeubles de plus de 50 millions d euros. La forte demande et l offre d immeubles de première catégorie restant faible, les taux de rendement devraient se contracter encore durant l année. 7

8 L ICC toujours en baisse au 4 ème trimestre 2013 Au 4 ème trimestre 2013, l ICC entérine son troisième trimestre consécutif de baisse. L indice du 4 ème trimestre 2013 atteint points, en baisse de 1,46% par rapport à l indice du 4 ème trimestre On pourra retenir toutefois que c est la plus faible des trois baisses d indice constatées en 2013 et surtout que la valeur d indice remonte par rapport au trimestre précédent, ce qui pourrait laisser augurer un changement de tendance. En parallèle, l ILAT a également été publié et voit son rythme de croissance annuelle continuer à ralentir avec une progression de 0,50% sur un an. L indice s établit à 107,26 au 4 ème trimestre Enfin, pour les baux de commerces, l ILC du 4 ème trimestre 2013 s établit à 108,46 soit une quasi-stabilité, puisque l indice ne progresse que de 0,11% sur un an. L indice marque également un nouveau ralentissement par rapport aux trimestres précédents puisque c est la plus faible valeur atteinte en Source : INSEE Loi Pinel, les baux pourront rester fermes pour les immeubles de bureaux Le projet de loi Pinel, relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, a été voté en première lecture à l Assemblée Nationale le 18 février dernier. Le texte doit être présenté au Sénat courant avril. Parmi l ensemble des mesures, on peut retenir la volonté de «rénover» le bail commercial dans une optique d une «relation plus équilibrée» entre le bailleur et son locataire, et notamment de protéger les petits commerçants. Toutefois, les articles du Code du Commerce qui régissent le régime du bail commercial s appliquent aussi bien aux petits commerces de proximité qu aux immeubles de bureaux et jusqu à maintenant aucune distinction particulière n était faite entre les différentes typologies de locaux. Parmi les dispositions de la loi Pinel, un amendement a fait couler beaucoup d encre : l interdiction de signer des baux prévoyant la renonciation au droit de sortie triennal du preneur. Le bail 3/6/9 ans devient la norme imposée par le législateur. Toutefois, le texte voté par l Assemblée Nationale introduit une distinction et autorise la signature d un bail ferme dans certains cas : les baux de plus de 9 ans, les locaux monovalents et les locaux à usage exclusif de bureaux. Sous réserve du vote du texte en l état par le Sénat, la notion de bail ferme semble donc bien préservée pour les bureaux en France, permettant ainsi d offrir des durées d engagement fermes comparables à celles des autres pays 8

9 Les droits de mutation augmentent dans la quasi-totalité des départements français Comme prévu dans la loi de finances pour 2014, depuis le 1 er mars, et pour une durée de deux ans, tous les départements français peuvent décider de relever la part départementale de la taxation sur les achats immobiliers jusqu à 4,5%, là où celle-ci était limitée à 3,8% auparavant. Cette hausse vise à compenser une baisse des dotations accordées aux conseils généraux, et à financer les dépenses sociales. Si tous les département étaient en faveur de ce relèvement, cela pourrait leur rapporter plus d 1 milliard d euros. Au 1 er avril, ce sont 81 des 101 départements français qui ont d ores et déjà décidé d augmenter leur taux de taxe de publicité foncière ou de droit d enregistrement. Pour ces départements, les acquéreurs de logements, parkings ou de locaux commerciaux devront donc payer plus de droits de mutation. Si 20 départements n ont pas encore statué, cela ne signifie pas que l imposition n augmentera pas plus tard, les conseillers généraux peuvent encore décider de modifier ce taux jusqu au 29 février En Rhône-Alpes, il faut noter des disparités selon le département concerné : L Ain, la Haute-Savoie, l Ardèche, la Drôme et la Savoie ont été les premiers à choisir d augmenter leur taux et prendra effet pour les ventes conclues à compter du 1 er mars 2014, Le Rhône les a suivi, mais cette hausse ne prend effet que pour les ventes conclues à partir du 1 er avril 2014, L Isère n appliquera pas la hausse de l imposition, enfin, le département de la Loire n a pas encore pris sa décision, l ancien taux se maintient donc pour le moment. 9

10 Bureaux JLL Paris La Défense Saint-Denis Le Plessis-Robinson rue La Boétie «Le Berkeley», 19-29, rue du 3 rue Jesse Owens «La Boursidière» - BP Paris Capitaine Guynemer Saint-Denis Le Plessis-Robinson Tél : +33 (0) Paris La Défense Cedex Tél : +33 (0) Tél : +33 (0) Fax : +33 (0) Tél : +33 (0) Fax : +33 (0) Fax : +33 (0) Fax : +33 (0) Lyon Marseille 55 avenue Foch 2 place Sadi Carnot Lyon Marseille Tél : +33 (0) Tél : +33 (0) Fax : +33 (0) Fax : +33 (0) Magali Pousson Vincent Delattre Stéphane Jullien Consultante Directeur Investissement Responsable Département Etudes & Recherche Régions Bureaux Lyon Lyon Lyon +33 (0) (0) (0) COPYRIGHT JONES LANG LASALLE IP, inc Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et d'adaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproduction intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans l'autorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L du Code de la propriété intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsable de tout dommage direct ou indirect ou de toute perte subie en raison d'une inexactitude ou d'une incorrection de ce document.

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Trajectoires divergentes

Trajectoires divergentes Panorama logistique France 1 er semestre 2013 Trajectoires divergentes La demande placée d entrepôts logistique baisse de 13% en un an sur les pôles établis de la dorsale Une année 2013 qui s annonce difficile

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

Panorama bureaux Investissement Lyon

Panorama bureaux Investissement Lyon Panorama bureaux Investissement Lyon On Point I3 ème trimestre 2014 Source : Asylum Sogelym Dixence I 1 I 2 Le fait marquant Coup double sur la tour Incity La rumeur de cette acquisition courait depuis

Plus en détail

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014 Panorama logistique France Pulse 1 er semestre 2014 Des évolutions contrastées sur le marché de la logistique Sur la dorsale, 1 m² sur 2 commercialisé concerne des grandes transactions de première main

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Bilan et perspectives 2015. Advance Décembre 2014 Région lyonnaise

Bilan et perspectives 2015. Advance Décembre 2014 Région lyonnaise Bilan et perspectives 2015 Advance Décembre 2014 Région lyonnaise 2 Bilan et perspectives 2015 - Lyon Editorial 2014, «bis repetita» en termes de croissance En matière de croissance économique, 2014 restera

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME :

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 4ème trimestre DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : Une poursuite de la stabilisation du niveau d activité, une

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon

Panorama bureaux Lyon Panorama bureaux Lyon On Point I2 ème trimestre 2014 Source : Asylum Sogelym Dixence I 1 I 2 Le fait marquant Coup double sur la tour Incity La rumeur de cette acquisition courait depuis plusieurs mois.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon

Panorama bureaux Lyon Panorama bureaux Lyon On Point I1 Myriam Cohen er trimestre 2015 I 1 I 2 Le fait marquant de 2015 Grand Lyon la Métropole : une première en France C est une innovation institutionnelle importante et une

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan 2013 Conjoncture, environnement et enjeux 2014 2015 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 29 janvier 2014 FNAIM ENTREPRISES : 15 CABINETS À VOTRE SERVICE 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction de logements neufs Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction neuve dans la Communauté urbaine de Nantes de janvier 2004 à décembre 2006 Plus de 12 000 logements construits

Plus en détail

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences Le grenelle de l environnement Présentation et conséquences Introduction - Le Grenelle de l Environnement regroupe des mesures précises et des dispositions générales qui doivent entrainer sur le court

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 Conférence de Presse Immobilier d Entreprise AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 2011, cap sur la reprise? AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 LOCAUX D ACTIVITÉ MARCHÉDES LOCAUX D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

1 er trimestre 2016 : un démarrage dynamique et maitrisé

1 er trimestre 2016 : un démarrage dynamique et maitrisé COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 31 mai 2016 1 er trimestre 2016 : un démarrage dynamique et maitrisé 2015 a été une année record pour la SCPI (société civile de placement immobilier), et 2016 poursuit sur cette

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» :

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» : Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2015 LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD Les statistiques ASPIM-IEIF pour le premier semestre de 2015 confirment une

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon

Panorama bureaux Lyon Panorama bureaux Lyon I 1 On Point I 4 ème trimestre 2014 Source : Sogelym Dixence I 2 Le fait marquant de 2014 Coup double sur la tour Incity Le promoteur lyonnais Sogelym Dixence et JLL ont trouvé un

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 2ème trimestre 2015 UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE Des indicateurs renforcés ce trimestre en termes de niveau d activité,

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Enquête construction bois Basse Normandie 2009

Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Enquête construction bois Basse Normandie 2009 Courant 2009, ProfessionsBois a réalisé une enquête auprès des constructeurs bois intervenant sur la Basse Normandie. 118 entreprises bas normandes ont été

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Croissance organique : 2,4 %

Croissance organique : 2,4 % Communiqué de Presse Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 872,0 M Croissance organique : 2,4 % Paris, 28 avril 2015 Sopra Steria Group annonce un chiffre d affaires de 872,0 M au 1 er trimestre

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement

République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement République et Canton de Genève Département de l Intérieur, de l Agriculture et de l Environnement Cadre et objectifs La stratégie de la gestion du stationnement est un des éléments clé de la problématique

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la seconde offre au public a reçu le visa de l AMF n 12-12 en date du 01/06/2012 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée

Plus en détail

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise

Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise Le marché locatif de bureaux en région lyonnaise 1 er trimestre 2015 Etude réalisée sur la base des chiffres CECIM, intégrant les transactions directes Sommaire Contexte économique L essentiel du marché

Plus en détail

VILLE DE MENNECY RAPPORT ANALYSANT LA SITUATION DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DE PROXIMITE Juin 2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 I. L ACTUELLE DIVERSIFICATION DU TISSU COMMERCIAL LOCAL MENACEE PAR L EVOLUTION

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail