Panorama bureaux Ile-de-France

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panorama bureaux Ile-de-France"

Transcription

1 Panorama bureaux Ile-de-France I 1 On Point I 3 ème trimestre 2014

2 I 2 Le fait marquant Demande placée, le QCA a le vent en poupe depuis le début de l année Alors que la demande placée totale acte une hausse de 13% par rapport à 2013, les marchés très établis comme le QCA, La Défense ou encore Neuilly-Levallois, font mieux que la moyenne. Le Quartier Central des Affaires voit son activité progresser de 28% depuis le début de l année. Loin de «bouder» ce secteur traditionnellement considéré comme coûteux, les entreprises ont manifesté un réel appétit pour le centre de Paris. Ce sont 8 transactions de plus de m² qui ont été comptabilisées depuis le début de l année, soit une transaction de plus que l an passé. Si cette transaction supplémentaire atteint une taille inhabituelle pour le QCA (plus de m²), elle est loin d expliquer à elle seule la progression de En effet, sur les 9 premiers mois de l année, le surcroît d activité dans le QCA est de m² par rapport aux trois premiers trimestres de 2013, mais seulement un peu plus du tiers de cette hausse est à mettre sur le compte des grandes transactions. C est le segment des opérations intermédiaires (1 000 à m²) qui a le plus progressé en Il représente à lui-seul la moitié de la hausse des surfaces consommées avec plus de m² supplémentaires et une progression de plus de 30% du nombre de signatures. Le marché des petites surfaces s est également bien porté avec une croissance de plus de 20% du nombre de transactions, mais un effet volume bien moindre.

3 I 3 En direct du marché Un été morose sur le marché locatif alors que l investissement reste dynamique Marché locatif : un 3 ème trimestre moins éclatant A l issue du 3 ème trimestre, l activité locative est toujours en avance par rapport à 2013 mais l écart se réduit. La hausse observée depuis le début d année ralentit suite à un été plutôt calme et un mois de septembre qui n a pas permis de redresser la barre. La demande placée atteint fin septembre 1,5 million de mètres carrés, soit une progression de 13% en un an (vs +27% à mi année). Les résultats en demi-teinte du 3 ème trimestre résultent d un ralentissement des grandes signatures, qui ont été jusque-là le moteur de la croissance. Cette tendance s inscrit dans un climat économique ralenti, où la croissance française stagne au point mort et où l investissement des entreprises baisse. Ainsi, si la demande locative des grandes entreprises demeure prépondérante sur l ensemble de l année 2014, son poids a eu tendance à s amoindrir. Les grandes demandes sont toujours présentes mais les délais de négociations sont longs, voire s allongent. Les entreprises demeurent toujours pugnaces face aux efforts consentis par les bailleurs, dans un climat qui leur est favorable. A noter également que la période de «flou» juridique relative à certaines dispositions de la loi Pinel ne favorise pas la prise de décision. Pour le 3 ème trimestre, seules deux transactions de plus de m² ont été comptabilisées pour l ensemble de l Ile-de-France : le siège de l assureur SMABTP, porte de Sèvres, en bordure du périphérique, et la transaction de la Mutuelle Générale dans l immeuble «Pushed Slab», récemment livré dans la ZAC de la Gare de Rungis dans le 13 ème arrondissement. Ces deux transactions illustrent à la fois l appétit des grandes entreprises pour les immeubles neufs, qui restent majoritaires sur ce segment de marché, mais aussi leur attachement à la capitale, qui enregistre une hausse de la demande de 15%. Ce sont les quartiers d affaires traditionnels et établis qui ont performé, comme le Quartier Central des Affaires (+28%) ou encore La Défense (+41%). Plusieurs négociations y sont d ailleurs actuellement en cours et devraient aboutir d ici la fin de l année, ce qui confirmerait le retour gagnant de La Défense. De manière générale, les marchés disposant de grandes offres neuves ou rénovées, pour lesquels les valeurs se sont ajustées, tirent profit de la croissance locative, même si la concurrence est rude en 1 ère périphérie. D autres secteurs, moins établis et moins bien desservis, à l image de la Boucle Nord ou de la 1 ère Couronne Est, ont par contre eux été moins animés. En milliers de m² Demande placée cumulée ème trim 2013 Sources : JLL/ImmoStat T 2T 1T 1T 2T 3T Nombre de grandes transactions > m 2 Sources : JLL/ImmoStat 3 ème trim 2014

4 I 4 Pas de changement sur le front de l offre qui se maintient toujours à son plus haut niveau : 3,9 millions de mètres carrés, soit un peu plus de 7% du parc. Pas de bouleversement notable, non plus, dans sa répartition géographique. Les disponibilités immédiates de bureaux dans Paris, comme pour le Quartier Central des Affaires, demeurent contenues, le taux de vacance étant proche des 5%. En périphérie, l offre est plus abondante, notamment dans l Ouest où 1 million de mètres carrés de bureaux sont vides (hors La Défense). A La Défense, le taux de vacance atteint un pic à 13%. Les loyers «prime» faciaux sont stables dans l ensemble, toujours dans la fourchette basse des valeurs. Dans le Quartier Central des Affaires, les transactions les plus chères ne dépassent que très occasionnellement 750 depuis un an et le loyer «prime» facial se maintient autour de 740. A La Défense, après la baisse enregistrée le trimestre dernier, le loyer «prime» facial se stabilise autour des 500. La santé financière des entreprises est toujours dans une situation précaire, et 705 un bon nombre d entre elles n a ni la capacité, ni la velléité, de payer des loyers élevés même pour des immeubles «prime» dans des quartiers centraux. Dans sa dernière note de conjoncture, publiée début octobre, l Insee annonce que le taux de marge des entreprises françaises reculera encore cette année à 29,4 %, son plus bas niveau depuis ème trim 2013 Loyer prime facial - Quartier Central des Affaires ( /m 2 /an) Prime Source : JLL ème trim 2014 Moyen Grade A 650 Taux de rendement du trimestre

5 I 5 Marché de l investissement, retour à la norme au 3 ème trimestre avec une dynamique qui demeure Après un 1 er semestre animé par des transactions exceptionnelles, signées en grand nombre, la période estivale est revenue sur un niveau d activité plus traditionnel pour l Ile-de-France. En effet, avec un volume d investissement de 2,7 milliards d euros, le 3 ème trimestre 2014 est un trimestre dans la norme à l aune de l historique du marché. A la fin du mois de septembre, le marché parisien atteint 11,3 milliards d euros en cumulé, soit une hausse de 40% par rapport à A ce niveau il représente déjà pratiquement le volume d investissement de l année passée dans son ensemble. On recense de nouveau de belles opérations au 3 ème trimestre. La plus importante est celle de NORGES, qui a acquis pour 425 millions d euros «Le Madeleine» auprès de BLACKROCK, qui a réalisé d importants travaux dans ce complexe après la fermeture de l enseigne Madelios. On retiendra également l acquisition du Campus Carrefour à Massy par CREDIT AGRICOLE ou encore celle de «Carré 92» par PREDICA, deux opérations neuves louées avec des baux fermes à des entreprises de premier plan. Un nouvel investisseur canadien (OXFORD PROPERTIES) a également fait son entrée sur le marché en se portant acquéreur du «32 Blanche» à Paris, démontrant l appétit des investisseurs internationaux pour la place parisienne. A la fin du 3 ème trimestre, ce sont 26 transactions de plus de 100 millions d euros qui ont été signées, représentant près de 75% du total des investissements réalisés en Ilede-France. Sur ce segment de marché, les investisseurs français et étrangers jouent à parts égales, le 3 ème trimestre étant rigoureusement conforme à cette moyenne. C est un poids inhabituel qu atteignent les grandes transactions sur le marché cette année. Alors qu elles dopent les volumes, elles masquent le manque d activité sur le segment des petites et moyennes opérations. Ainsi, fin septembre on ne compte que 18 transactions comprises entre 50 et 100 millions d euros pour un total de 1,27 milliard d euros investis, alors qu on en comptait 30 l an passé à la même époque pour un total investi de 2 milliards. Le segment des transactions de taille moyenne est en repli de 40% par rapport à 2013, essentiellement en raison d un manque de produits proposés sur le marché. Le 3 ème trimestre a pratiquement été exclusivement dédié aux investissements en bureaux en Ile-de-France puisque seulement deux transactions de petite taille ont été constatées en commerces et une seule en activité. A fin septembre, la part des bureaux atteint 83% et celle des commerces 13% des volumes investis depuis le début de l année. Certains des actifs les plus recherchés, les «trophee assets» peuvent être cédés aujourd hui sur la base de taux de rendement inférieurs à 4%. Toutefois ils restent extrêmement rares, et les transactions sur le prime continuent de s opérer dans une fourchette comprise entre 4,00% et 4,50% dans le QCA. La forte demande des investisseurs, qui se maintient, crée un phénomène de propagation de la baisse de taux de rendement sur des marchés moins centraux et des actifs présentant un profil d investissement moins sécurisé. La question de la bulle immobilière pourrait être de nouveau posée à la fin du 3 ème trimestre et la réponse reste inchangée à ce stade. En effet, bien que les taux de rendement immobiliers demeurent bas, le rendement des OAT continue de se situer à des plus bas historiques et la politique de la BCE qui cherche à relancer la croissance dans un contexte déflationniste, ne devrait pas renchérir le coût des financements dans l immédiat. En milliards d euros M M 180 M Volumes investis Sources : JLL/ImmoStat T 2T 1T 1T 2T 3T Transactions investissement Sources : JLL/ImmoStat 26 Transactions > 100 M Type d actifs Sources : JLL/ImmoStat Bureaux Commerces 318 M Entrepôts Locaux d activités

6 I 6 Perspectives Depuis la fin du printemps, l ensemble des indicateurs économique tend à fléchir, non seulement en France mais également en Europe alors que le mot «déflation» revient de plus en plus fréquemment sur le devant de la scène. Ainsi, alors qu au printemps les économistes anticipaient encore une croissance du PIB de l ordre de 0,8 à 1% pour la France en 2014, les perspectives ont été très notablement dégradées. Aujourd hui on ne parle plus que de 0,5% de croissance pour 2014 et 1,1% pour 2015 (source Consensus Forecast septembre 2014). L indicateur de Climat des Affaires s est également érodé et à 91 points en septembre, ce dernier est loin de sa moyenne de long terme. Indice synthétique du Climat des Affaires Source : INSEE / Sept ,2 90,9 Selon l INSEE la reprise de l activité devrait se consolider dans les pays anglo-saxons au 2 nd semestre, grâce à une demande dynamique et un rebond de l investissement des entreprises. Si en Europe la tendance est à l attentisme et aux économies du côté des entreprises, la dépréciation de l euro pourrait toutefois les pousser à réviser leurs prévisions d exportations et à augmenter leurs dépenses, amenant ainsi un peu de croissance. Toutefois, de nombreux aléas pèsent sur les prévisions pour les mois à venir et la tendance reste à la prudence , Marché locatif Dans ce contexte il est difficile d augurer une reprise plus marquée et pérenne du marché locatif. Conformément à nos prévisions, l année immobilière 2014 sera une année de rattrapage par rapport à une année 2013 à oublier. Nous maintenons notre prévision de l ordre de 2 millions de mètres carrés placés cette année. Quant aux valeurs locatives, il est encore difficile de dire quand aura lieu exactement le rebond et de quelle ampleur il sera, même si pour l heure la stabilité des loyers à niveau bas semble la plus probable. Pour l offre, en l absence d une reprise franche, les entreprises resteront dans une stratégie de rationalisation, plutôt que de croissance. Ainsi l offre ne devrait pas baisser de manière significative à court terme. Marché de l investissement A l échéance de 2014 on constate que la demande reste dynamique et que les investisseurs ont toujours de l appétit pour le marché immobilier parisien. Par ailleurs, la baisse relative de l euro par rapport au dollar peut entraîner un regain d intérêt de la part des investisseurs anglo-saxons, d autant que les financements deviennent plus abondants pour l ensemble des catégories d actifs. Toutefois les délais de décision sont parfois longs, ce qui peut être un vrai frein au volume constaté en fin d année. Avec un volume de plus de 11 milliards d euros à fin septembre, nous anticipons que le volume total des investissements en Ile-de-France devrait atteindre les 14 milliards en fin d année, ce qui ferait de 2014 la 3 ème année la plus active sur le marché parisien après 2007 et 2006.

7 I 7

8 I 8 Bloc-notes Loi Pinel : flou juridique en attendant le décret «charges» Le «bail triple net» n est plus en France. En effet, depuis le 1 er septembre, le nouvel article L du Code de commerce met un terme à la liberté contractuelle sur la répartition des charges entre bailleurs et locataires. Cependant, l application de cet article ne peut pas encore être mise en œuvre puisque, à ce jour, le décret d application n a toujours pas été publié. Ce décret devra statuer sur les catégories de charges et impôts qui, en raison de leur nature, ne pourront plus être imputés au locataire et les modalités d information des locataires. Ainsi, le bail devra comporter un inventaire précis des catégories de charges et d impôts incombant à chacune des parties, inventaire qui devra faire l objet d un état récapitulatif annuel. Au bail, puis tous les 3 ans, le bailleur devra joindre : - un état prévisionnel des travaux à effectuer dans les 3 ans, et leurs coûts prévisionnels. - un état récapitulatif des travaux réalisés les 3 dernières années et ce qu ils ont coûté. «La sortie du décret est annoncée dans les jours qui viennent.» Le décret, dont la sortie est annoncée dans les jours qui viennent, sera applicable aux baux conclus ou renouvelés à compter de sa publication. Les baux triple net conclus depuis le 1 er septembre seraient donc pleinement valables.

9 I 9 Les bureaux vacants seront taxés à Paris en 2015 En juillet 2014, l annonce n est pas passée inaperçue dans le monde l immobilier, le conseil de Paris a adopté une taxe qui prévoit d imposer les propriétaires de bureaux et locaux commerciaux vacants depuis au moins deux ans. Ainsi, à partir du 1 er janvier 2015, les biens en cause qui n auraient pas été exploités en 2013 et en 2014 seraient susceptibles d être taxés. Il convient toutefois de préciser que cette taxe, si elle n a jamais été appliquée à Paris, est pourtant prévue par l article 1530 du Code Général des Impôts, et déjà mise en œuvre à Lille par exemple. Ainsi, l article spécifie que «les communes, ou les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre ayant une compétence d aménagement des zones d activités commerciales, peuvent instituer une taxe annuelle sur les friches commerciales situées sur leur territoire». Pour la Mairie de Paris, cette mesure vise avant tout à dissuader les propriétaires de laisser les locaux commerciaux à l abandon, et de les contraindre soit à les louer soit à les convertir. Ceci permettrait de remettre sur le marché des locaux qui, une fois transformés en habitation, contribueraient à augmenter l offre de logements dans la capitale. Rappelons que la municipalité s est engagée à transformer au moins m² de bureaux en logements, et cette nouvelle taxe devrait y contribuer. Paris possède un parc de bureaux d environ 16,5 millions de m², dont m² sont vacants à ce jour (~5%). L assiette de la taxe repose sur la valeur locative servant de base à la taxe foncière à laquelle est appliquée un taux de 10 % la première année d imposition, de 15 % la 2 ème, de 20 % enfin à partir de la 3 ème année d imposition. Conformément au Code Général des Impôts, ces taux peuvent être majorés dans la limite du double par le conseil municipal. C est ce que la ville de Paris a décidé. Comme il n y a pas obligation de déclaration du propriétaire auprès de l administration (fiscale ou communale) que le local commercial est vacant, la liste des biens potentiellement taxables sera fournie à l administration fiscale par la ville. Les propriétaires pourront être exonérés de la taxe s ils démontrent que la vacance est indépendante de leur volonté.

10 I 10 Le Grand Paris Express accélère pendant l été Suite au conseil des Ministres du 9 juillet, Manuel Valls a annoncé que le calendrier de mise en service de certaines lignes du Grand Paris Express serait accéléré. Ainsi, les liaisons vers les aéroports parisiens par les lignes 14 et 17 du métro ou encore la desserte du pôle de Saclay devraient bénéficier d une mise en service en 2024 au lieu de Les procédures administratives pour le lancement des nouvelles lignes se poursuivent. Le 12 septembre dernier, le Préfet de région a signé l arrêté d ouverture d enquête publique pour les lignes 16 et 17 sud et pour le tronçon nord de la ligne 14. Cette enquête aura lieu du 13 octobre au 24 novembre 2014 avec 4 réunions publiques dans les communes concernées. Cette décision fait suite à l approbation en juillet dernier par le conseil de surveillance de la SGP de l investissement de 3,5 milliards d euros affectés à ces travaux. La mise en service de ces lignes est prévue pour 2023 et elles comprendront 9 nouvelles gares et 29 km de réseau supplémentaire. La ligne 16 reliera Saint-Denis- Pleyel à Noisy-Champs et sera en correspondance avec 3 lignes de RER (A, B et E). La ligne 17 reliera à terme Saint-Denis-Pleyel au Mesnil-Amelot mais c est le tronçon, commun avec la ligne 16 qui est concerné par cette enquête publique. Enfin, le tronçon nord de la ligne 14 est celui qui reliera Mairie-de-Saint-Ouen à Saint- Denis-Pleyel.

11 I 11 Des volumes d investissement record dans le monde au 1 er semestre 2014 Les volumes investis dans le monde au 1 er semestre 2014 ont atteint 297 milliards de dollars grâce aux excellents résultats des Etats-Unis et de l Europe, en hausse respectivement de 44% et de 37%. Le dynamisme des marchés nous a donc conduit à relever la prévision d investissement mondiale à 700 milliards de dollars pour Les marchés européens ont atteint leur meilleur niveau depuis 2007 avec 82,5 milliards d euros d investissement au 1 er semestre. Si la France a été la «star» en raison des très grandes opérations réalisées au 1 er semestre, on retiendra également que les marchés d Europe du Sud redémarrent avec par exemple une progression de 159% du marché espagnol ou encore l excellente progression de la Russie en hausse de 73%. Les fonds de Private Equity ont été particulièrement actifs sur les marchés, en Europe ils ont d ores et déjà investi à mi-année autant que pour tout 2013 et représentent 13% du marché. 3 raisons expliquent l appétit de ces fonds pour les marchés européens : les fonds qui ont pour stratégie d investir en Europe ont levé des fonds record, les marchés européens restent attractifs par rapport au marché américain et ces investisseurs ont des inquiétudes sur le niveau de valorisation d autres actifs comme les actions qui sont déjà à des niveaux élevés. Au premier semestre on retient également que l activité de l investissement en commerce a redémarré après deux années relativement calmes en raison du manque de produits. Ainsi le segment des centres commerciaux a également contribué à la performance européenne avec 12 milliards d euros d investissement à miannée. Le niveau atteint par le marché de l investissement en Europe nous a conduit à relever la prévision d investissement pour l année à un total de 180 milliards d euros, soit une meilleure performance que celle de 2005 mais encore en-deçà des niveaux de 2006 et 2007.

12 I : des projets neufs dans le Quartier Central des Affaires Près d 1,5 million de m² de projets immobiliers vont sortir de terre d ici fin La majorité d entre eux sont déjà préloués, plus de 60% environ. Qu en est-il des 40% restant? D ici un peu plus d un an, l Ile-de-France pourrait accueillir près m² de surfaces neuves, qui alimenteront l offre de 1 ère main de bureaux, si ces projets ne trouvent pas preneur d ici là. Où seront localisés les bureaux neufs de demain? Quels marchés accueilleront d ici fin 2015 le plus grand nombre de livraisons? Dans le trio de tête, le Sud-Ouest de la capitale et le Quartier Central des Affaires Certains arrondissements parisiens (ou en limite), les plus établis et reconnus comme marché tertiaire, accueilleront, une fois n est pas coutume, un certain nombre d opérations neuves emblématiques. 1. Le secteur du 14 ème et 15 ème arrondissement monte sur la 1 ère marche du podium avec près de m² de projets disponibles, livrables d ici fin L opération la plus emblématique du secteur jouxte le projet du «Pentagone à la Française», en bordure du périphérique à Balard. Il s agit du campus urbain «Qu4drans» qui développera à terme près de m², dont plus de la moitié est actuellement en travaux. Projet «Qu4drans» - Paris 15 ème

13 I La Boucle Sud livre ses dernières opérations. Un peu plus de m² sont attendus entre Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux, dont une opération d envergure aux portes de Paris, qui totalise à elle seule plus de m² : il s agit de l opération de restructuration «Lemnys» près de l Héliport de Paris (15 ème /Issyles-Moulineaux). 3. Le Quartier Central des Affaires, qui pâtit souvent d un manque d offres neuves, accueillera 5 nouvelles opérations d ici un an (~ m²). La plus importante est le programme «Cloud» (Rue Ménars 2 ème ), m² de bureaux en cours de restructuration, ce qui est rare au cœur de la Rive Droite. Paris et la proche périphérie Ouest de l Ile-de-France concentrent toujours la majeure partie des développements en cours. La Défense livrera d ici la fin de l année une dernière tour : «D²» (~ m²). Programmes de bureaux disponibles mis en chantier et livrables à horizon 2015

14 I 14 ICC, ILAT et ILC : des indices déflationnistes Après avoir enregistré une légère progression le trimestre dernier, l ICC inverse de nouveau la tendance et repasse en zone négative au 2 ème trimestre En effet il a diminué de -0,98% sur 1 an pour s établir à points. En parallèle, l ILAT a également été publié et voit son rythme de croissance annuelle poursuivre sa baisse amorcée depuis 2 ans avec une progression de 0,24% sur 1 an. L indice s établit à 107,44 au 2 ème trimestre Pour terminer, concernant les baux de commerces, l ILC demeure stable à 108,50 au 2 ème trimestre Depuis 1 an, l indice des loyers de commerces est resté dans une zone comprise entre 108,46 et 108,53 points. Comparaison de l évolution de l ICC, l ILAT et l ILC Source : INSEE

15 I 15 Virginie Houzé Directeur Etudes & Recherche Etudes & Recherche - Paris T : Sophie Rozen Responsable Etudes Etudes & Recherche - Paris T : Manuela Moura Consultante Etudes & Recherche - Paris T :

16 I 16 Paris 40-42, rue La Boétie Paris T : F : La Défense Immeuble Le Berkeley 19-29, rue du Capitaine Guynemer La Défense T : F : Le Plessis-Robinson Centre d affaires la Boursidière RN 186 BP Le Plessis-Robinson T : F : Saint-Denis 3, rue Jesse Owens Saint-Denis T : F : Lyon 55, avenue Foch Lyon T : F : Marseille 2, place Sadi-Carnot Marseille T : F : COPYRIGHT JONES LANG LASALLE IP, inc Tous droits de reproduction, de représentation, de traduction et d'adaptation par tous procédés réservés pour tous pays. Toute reproduction intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans l'autorisation de Jones Lang LaSalle ou de ses ayants droits est illicite (art. L du Code de la propriété intellectuelle) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Jones Lang LaSalle ne saurait en tout état de cause être tenu responsable de tout dommage direct ou indirect ou de toute perte subie en raison d'une inexactitude ou d'une incorrection de ce document.

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France

Perspectives Entreprises Ile-de-France Perspectives Entreprises Ile-de-France On Point I3 ème trimestre 2014 I 1 I 2 En direct du marché Les «grands classiques» ont la cote Depuis le début de l année on remarque que les entreprises démontrent

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

Trajectoires divergentes

Trajectoires divergentes Panorama logistique France 1 er semestre 2013 Trajectoires divergentes La demande placée d entrepôts logistique baisse de 13% en un an sur les pôles établis de la dorsale Une année 2013 qui s annonce difficile

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences

Le grenelle de l environnement. Présentation et conséquences Le grenelle de l environnement Présentation et conséquences Introduction - Le Grenelle de l Environnement regroupe des mesures précises et des dispositions générales qui doivent entrainer sur le court

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013

PROPRIÉTAIRES BAILLEURS. Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement. Établi au 1 er mars 2013 PROPRIÉTAIRES BAILLEURS Le guide des aides aux travaux et des avantages fiscaux du conventionnement Établi au 1 er mars 2013 Document d information non contractuel Vous êtes propriétaire d un logement

Plus en détail

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014

Panorama logistique France. Pulse 1 er semestre 2014 Panorama logistique France Pulse 1 er semestre 2014 Des évolutions contrastées sur le marché de la logistique Sur la dorsale, 1 m² sur 2 commercialisé concerne des grandes transactions de première main

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer

bonus.ch : dès 5% d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer bonus.ch : dès d'augmentation de primes maladie, les assurés envisagent de changer A partir de quel potentiel d économies les assurés se décident à faire la démarche de demander une offre dans le but de

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général Les signaux positifs relevés au cours du 2 nd semestre 2013 se sont confirmés mais la reprise s avère timide. En France, au 1 er semestre 2014, le contexte économique est

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

Panorama bureaux Investissement Lyon

Panorama bureaux Investissement Lyon Panorama bureaux Investissement Lyon On Point I3 ème trimestre 2014 Source : Asylum Sogelym Dixence I 1 I 2 Le fait marquant Coup double sur la tour Incity La rumeur de cette acquisition courait depuis

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS CHIFFRE D AFFAIRES INFORMATION TRIMESTRIELLE 4 ème trimestre 2012 INFORMATION

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu

Chapitre V. B.- Le marché des changes. Aspects financiers du CI. Remy K. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI B.- Le marché des changes Remy K. Katshingu 1 Plan de cette section 1. Définitions Taux de change Le marché des changes (définition + caractéristiques) 2. Détermination

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER

L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER L INVESTISSEMENT IMMOBILIER P.L.S. SCELLIER --- Le montage P.L.S. SCELLIER en immobilier résidentiel a cette particularité de cumuler plusieurs avantages financiers et fiscaux du P.L.S. et du dispositif

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME :

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 4ème trimestre DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : Une poursuite de la stabilisation du niveau d activité, une

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Les entrepôts de stockage

Les entrepôts de stockage Direction Régionale de l Equipement Déplacements Transports Les entrepôts de stockage en Midi-Pyrénées depuis 25 ans septembre 2007 Introduction : De plus en plus d acteurs économiques ou politiques mesurent

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail