NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE"

Transcription

1 NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU 1 ER SEMESTRE 214 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des mesures prises par la BCE le 5 juin qui devraient redonner un peu de souffle à l économie Un risque de déflation écarté pour le moment malgré une inflation qui reste très faible La meilleure année pour l investissement en immobilier d entreprise en France depuis la crise de 28, grâce aux giga-deals Une demande placée de bureaux en Île-de-France qui devrait dépasser 2 millions de m² cette année Les quelques assouplissements relatifs à la loi Pinel, et son entrée en vigueur progressive POINTS DE VIGILANCE Toujours pas de reprise économique tangible ni de créations d emplois en vue malgré les réformes Un manque de visibilité des entreprises qui freine leurs décisions immobilières Des opportunités d investissement en immobilier d entreprise très restreintes et sélectives Un écoulement de l offre parfois difficile Des loyers qui peinent à retrouver le chemin de la croissance TABLEAU DE BORD DU 1 ER SEMESTRE 214 Données S1 214 Variation / S1 213 Variation / S2 213 Perspectives à fin 214 Marché locatif de bureaux en Île-de-France Demande placée m² 2 1 m² Taux de vacance 7,7 % 7,5 % Offre à un an 5 25 m² 5 2 m² Loyer prime Paris Ouest / QCA 75 /m² 75 /m² Loyer moyen de 2 nde main 323 /m² 325 /m² Investissement en France Volume 1,7 Md 2 Md Taux prime Paris Ouest / QCA 4, % 4, %

2 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE ÉCONOMIE - FINANCE CROISSANCE ANNUELLE DU PIB ET TAUX DE CHÔMAGE EN FIN DE PÉRIODE (%) (%) ,7% 1 1,2% 8,%,4%,7% (p) 214 (p) 215 Croissance annuelle du PIB (en volume) Taux de chômage métropolitain (au sens du BIT), INSEE, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, EXPERIAN DETTE PUBLIQUE EN FRANCE (EN % DU PIB) (%) SEUIL DE MAASTRICHT 6 % (p) UNE PÉRIODE DE DÉSINFLATION, MAIS PAS DE DÉFLATION Non seulement les prévisions de croissance pour 214 sont redevenues inférieures à 1 % au cours du 2 ème trimestre et le chômage ne parvient pas à se résorber, mais de plus, l inflation étonne par sa faiblesse : selon l INSEE, elle a été contenue à,7 % en 213 et atteindra au mieux 1,3 % cette année, puis 1,1 % en 215. Même l impact de la hausse de la TVA (taux normal passé de 19,6 % à 2 % et taux intermédiaire passé de 7 % à 1 %) depuis début janvier reste faiblement perceptible à ce jour. Ces différents indicateurs (PIB, chômage, inflation) varient d un pays à l autre en Europe, mais globalement, la situation au sein de la zone euro reste très précaire, l évolution trimestrielle du PIB semblant assez aléatoire et vulnérable au moindre événement externe, climatique par exemple. Cette conjonction de facteurs fait craindre à certains que l Europe et la France connaissent une période de déflation, qui aurait des conséquences dramatiques durables. Pour mémoire, le Japon a traversé une déflation de 1999 à 25 dont il a peiné à sortir. Ces années de baisse des prix ont, entre autres, accéléré la hausse de la dette publique japonaise. Vu la croissance toujours atone et les niveaux de dette publique déjà élevés bien au-dessus du critère de Maastricht fixé à 6 % - constatés en Europe et en France fin 213, il est légitime de redouter une déflation qui ne ferait qu aggraver la situation. Cercle vicieux où les agents économiques, qui anticipent les baisses de prix à venir, se détournent de la consommation, la déflation provoque un recul de la demande. La réduction de l activité qui en découle entraîne une baisse des revenus et des rentrées fiscales, laissant des marges de manoeuvre très réduites aux gouvernements comme aux entreprises et aux ménages pour boucler leurs budgets. La probabilité de réalisation d une déflation est actuellement estimée par les experts à environ 15 %. Elle reste donc faible et les économistes envisagent simplement une désinflation (soit un ralentissement de la hausse des prix et non une baisse des prix). De fait, aucun agent économique n anticipe à ce jour de recul des prix, et certaines enquêtes de conjoncture suggèrent plutôt depuis le mois de juin une lente amélioration du contexte général. En outre, les diverses décisions techniques prises par la BCE ainsi que l abaissement de son taux directeur à,15 % en date du 5 juin dernier devraient éloigner définitivement le spectre de la déflation. Ainsi, grâce à ces mesures qui visent à injecter de la liquidité dans l économie réelle jusque 216 au moins, l économie française et européenne se maintiendra, en attendant une reprise un peu plus ferme à moyen terme. INFLATION ET TAUX DIRECTEUR DE LA BCE (%) 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Inflation Taux directeur de la BCE

3 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE ÉCONOMIE - FINANCE CARTE DES 14 NOUVELLES RÉGIONS FRANÇAISES PROPOSÉE EN JUIN 214 BRETAGNE PAYS-DE-LA-LOIRE AQUITAINE CENTRE LIMOUSIN MIDI-PYRÉNÉES AUVERGNE BOURGONE PROVENCE-ALPES- CÔTE-D AZUR LANGUEDOC- ROUSSILLON ALSACE LORRAINE RHÔNE- ALPES POITOU- CHARENTES NORD-PAS- DE-CALAIS HAUTE PICARDIE NORMANDIE BASSE NORMANDIE ÎLE-DE-FRANCE CHAMPAGNE- ARDENNE FRANCHE- COMTÉ ÉVOLUTION COMPARÉE DES INDICES ICC ET ILAT EN GLISSEMENT ANNUEL CORSE (%) T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T ICC Source : INSEE ILAT DES RÉFORMES NÉCESSAIRES, MAIS PAS ENCORE EFFICACES Peu populaire, l augmentation de la pression fiscale s avère incontournable. En complément de cette tentative pour rééquilibrer les finances publiques, l un des axes majeurs de l action gouvernementale pour soutenir une économie française convalescente est le pacte de solidarité. À ce titre, quelques 41 Md devraient être déboursés pour les entreprises jusque 217, même si les effets positifs de ces initiatives restent difficiles à mesurer par anticipation : les estimations varient de 19 à 3 créations d emplois en incluant le CICE (Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi). Ces mesures ne produisent pour ainsi dire pas d effets en 214 et le résultat sans appel des élections municipales du mois de mars souligne combien les Français sont devenus sceptiques face à la politique économique du gouvernement, qui tente pourtant de prendre des mesures budgétaires pour réduire le déficit et la dette publics. Sur son ambitieux programme de rationalisation des dépenses publiques à hauteur de 5 Md d ici 217, l État à lui seul devrait réaliser 18 Md d économies. Autre contributeur significatif, pour 11 Md, la simplification administrative illustrée par la réforme des régions annoncée mi-juin. Elle vise à restreindre leur nombre, pour avoir 14 grandes régions à l horizon 22 contre 22 actuellement. Cette refonte territoriale permettra à la France de s affranchir en partie de son "millefeuille administratif", coûteux et source d inertie décisionnelle, pour s appuyer sur des régions de taille cohérente avec celles des autres pays d Europe, ce qui renforcera son attractivité économique. À un échelon plus local, ce redécoupage géographique s accompagne d une nouvelle carte intercommunale, qui sera fondée sur des bassins de vie de 2 habitants minimum et devrait entrer en vigueur au 1 er janvier 218. De plus, dès le 1 er janvier 215, les principales agglomérations urbaines en France, telles Lyon et Aix-Marseille-Provence, seront organisées en une douzaine de métropoles. Ces nouvelles entités auront plus de pouvoir notamment en matière de développement économique, d urbanisme, de logement ou de transports. La métropole du Grand Paris verra quant à elle le jour au 1 er janvier 216. Ces réformes territoriales vont indéniablement impacter le secteur immobilier dans son ensemble. L autre fait marquant pour l immobilier d entreprise ce semestre est le vote de la loi Pinel, entrée en vigueur depuis le 2 juin 214. Il faudra certes encore attendre certains décrets d application en septembre, mais, dans ces grandes lignes, ce texte législatif est plus favorable aux preneurs et plus contraignant pour les propriétaires bailleurs, à travers notamment l allongement jusqu à 3 ans de la durée des baux dérogatoires, l obligation de faire un état des lieux contradictoire, la limitation des charges, taxes et travaux récupérables, l encadrement renforcé des hausses de loyers, via des modifications sur les règles applicables à leur plafonnement et les choix des indices de référence. Ainsi, en cas de révision ou de renouvellement du loyer, seuls l ILAT ou l ILC seront désormais applicables. En revanche, après quelques hésitations, la loi Pinel laisse finalement la liberté contractuelle du choix de l indice d indexation des loyers des baux commerciaux, et permet de continuer à signer des baux d une durée ferme supérieure à 3 ans pour les locaux à usage de bureaux comme de stockage.

4 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE INVESTISSEMENT MONTANTS INVESTIS EN IMMOBILIER D ENTREPRISE EN FRANCE (EN MD ) S S VENTES DE PORTEFEUILLES EN FRANCE (EN NOMBRE ET EN MD ) S1 213 S2 213 S INVESTISSEMENT : DES MEGA-DEALS AUX GIGA-DEALS Sur fond de conjoncture économique morose, le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France surprend par sa vigueur, trimestre après trimestre. À fin juin, ce sont près de 11 Md qui ont d ores et déjà été enregistrés, laissant entrevoir que l année 214 sera la meilleure année depuis 28, avec un volume annuel révisé à la hausse, qui pourrait atteindre 2 Md. Cette trajectoire est donc à l opposé de celle envisagée pour le PIB en France qui, lui, a subi une érosion au cours du 2 nd trimestre. Mais, alors que l année dernière, cette euphorie des investisseurs semblait dé-corrélée des fondamentaux du marché, en 214, elle est cohérente avec l activité locative soutenue des bureaux en Île-de-France. Ainsi, cette reprise de l investissement en immobilier d entreprise, amorcée depuis 212, tient pour grande part aux mega-deals, encore et toujours. Les 21 transactions d un montant unitaire supérieur à 1 M représentent 75 % du marché français en 214, soit 8 Md. Cette proportion semble devenir une nouvelle norme pour la décennie 21 / 22, et le gigantisme des transactions n a plus de limite : le 1 er semestre 214 a vu la signature de 3 acquisitions supérieures à 1 Md. La première concerne l immeuble tertiaire prime Coeur Défense dans le quartier d affaires éponyme; la seconde porte sur un portefeuille de galeries commerciales réparties partout en France; la dernière est la cession du portefeuille d actifs de bureaux et commerces parisiens par Risanamento. Cet impressionnant palmarès confirme l appétit du marché pour les deals d 1 Md, de manière à la fois durable et soudaine. Il faut en effet remonter à 27, période propice d avant la crise financière mondiale, pour trouver des transactions d une telle envergure. De plus, c est la première fois que plusieurs giga-deals supérieurs à 1 Md, se concrétisent la même année. Il en résulte que le total des 3 plus grosses transactions du 1 er semestre 214 atteint presque 4 Md, contre 3 Md en moyenne par an en 26 / 27. Outre cette taille croissante, un changement dans la nature de ces grosses transactions est observé. Alors qu en 212 / 213, elles portaient surtout sur des actifs de prestige parisiens, les fameux trophy assets, ardemment recherchés par les fonds souverains asiatiques et moyen-orientaux, les immeubles de bureaux à Paris QCA ne ressortent pour le moment pas dans le top 1 des acquisitions 214. Seuls les actifs cédés par Risanamento correspondent à ces critères, mais, à défaut du prix, leur côté exceptionnel est amoindri par l effet-portefeuille. Une diversification du marché des mega-deals s opère donc, ce qui est une nouvelle tendance pour 214. La vente de portefeuilles a le vent en poupe, contribuant à hauteur de presque 4 Md ce semestre, avec par exemple une dizaine de portefeuilles d actifs de commerces ou industriels qui ont changé de mains. Les acteurs du marché évoluent eux aussi : ce sont à présent les fonds d investissement et asset managers, notamment anglo-saxons, qui réalisent les plus belles opérations, pour représenter 57 % des montants investis au cours des 6 derniers mois. Volume ILAT LES 5 PLUS GROSSES TRANSACTIONS DEPUIS 26 Année Immeuble Type Localisation Prix en Md 27 Coeur Défense Bureaux La Défense 2,1 214 Portefeuille Carrefour Commerces France 1,4 214 Coeur Défense Bureaux La Défense 1,3 214 Portefeuille Risanamento Bureaux / Commerces Paris Ouest 1,2 26 Portefeuille Kanam / Mines de la Lucette Bureaux Paris / Hauts-de- Seine 1,1

5 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE INVESTISSEMENT RÉPARTITION DES VOLUMES PAR TAILLE DE TRANSACTION AU 1 ER SEMESTRE % 16% 23% 9% < 5 M 5 à 1 M 1 à 5 M > 5 M RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER DE BUREAUX Évolution trimestrielle de la demande placée PAR RAPPORT À L OAT 1 ANS (%) UN COEUR DE MARCHÉ TOUJOURS EN SOUFFRANCE En revanche, la diversification tarde à se diffuser à l ensemble du marché. La réduction des transactions de taille petite à intermédiaire reste donc une constante du marché de l investissement depuis 212. Parce qu elle se prolonge, cette inertie du coeur de marché devient préoccupante. Ainsi, certains actifs mis en vente, sont peu liquides et peinent toujours à rencontrer la demande. Les investisseurs ciblant des actifs d un montant de moins de 5 M ont pourtant l embarras du choix car les vendeurs sont potentiellement nombreux. Mais, comme ces acquéreurs, parfois moins spécialisés en immobilier ou disposant de moindres liquidités, sont devenus eux aussi hyper-sélectifs et que la prise de risque reste délicate à défendre en comité d investissement en raison du manque de visibilité sur les perspectives économiques, les transactions se font encore rares. Imperturbables, les taux prime s établissent entre 4 et 4,25 % à Paris Ouest / QCA pour les meilleurs produits de bureaux et de commerces. Ces niveaux-planchers sont malgré tout attractifs eu égard au contexte actuel de taux financiers particulièrement bas. Avec la récente baisse du taux directeur de la BCE et la tendance à la désinflation, les chances s amenuisent que le taux de l OAT remonte rapidement, ce qui devrait maintenir une prime de liquidité de l immobilier satisfaisante par rapport aux autres classes d actifs, aux alentours de 22 à 25 bps, pour le reste de l année, permettant au rôle de valeurrefuge de l immobilier d entreprise de jouer à plein. Pour les actifs non prime, les fourchettes de taux sont très variables, très larges, et souvent très théoriques en l absence de référence significative. Il est donc possible de saisir des opportunités d acquisitions sur des immeubles nécessitant un travail de valorisation en vue d un repositionnement sur le marché locatif. Certains types d investisseurs s y sont préparés et commencent à redevenir actifs sur ce segment de marché, ce qui est peut-être le signe d un début de diversification mais cette tendance reste à confirmer au cours des prochains mois car peu sont ceux qui osent déroger à la prudence encore de mise S1 214 Prime de risque des bureaux prime à Paris OUEST / QCA Rémunération obligataire sans risque (OAT 1 ans, moyenne annuelle), BANQUE DE FRANCE

6 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE la demande placée de bureaux ÉVOLUTION SEMESTRIELLE DE LA DEMANDE PLACÉE (EN MILLIONS DE M²) 1,6 1,4 1,2 1,8,6,4,2 S1 211 S2 211 S1 212 S2 212 S1 213 Demande placée semestrielle Moyenne semestrielle RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DE LA DEMANDE PLACÉE 11% 1% 34% Paris Hauts-de-Seine 2 nde couronne 9% 36% La Défense S2 213 S ère couronne Nord-Est RÉPARTITION DE LA DEMANDE PLACÉE PAR SEGMENT DE SURFACE AU 1 ER SEMESTRE DE CHAQUE ANNÉE (EN MILLIONS DE M²),5,4,3 LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE : DYNAMISMES ET FRAGILITÉS Le 2 nd trimestre 214 a été très actif avec 6 m² placés, un niveau en hausse de 15 % par rapport à la moyenne trimestrielle de ces 5 dernières années. Ainsi, après un début d année timide, le placement de bureaux en Île-de-France s établit au 1 er semestre à plus de 1,1 million de m². Après le point bas de 213, ce rebond de 24 % en 6 mois permet un lissage de la demande sur un an. Les prévisions pour l ensemble de 214 s établissent à 2,1 millions de m² de bureaux commercialisés. Les utilisateurs font preuve soit d un peu d optimisme dans une conjoncture économique en cours de stabilisation, soit d opportunisme, en profitant de loyers économiques toujours dépréciés. De plus, il est possible que certains propriétaires et preneurs aient signé ce semestre par anticipation des effets à venir de la loi Pinel, alors que les incertitudes relatives à ce projet de loi avaient au contraire ralenti le marché fin 213 / début 214. Ce redémarrage de l activité francilienne tient surtout à la bonne tenue des grandes transactions, au nombre de 32 pour 47 m². Mais en parallèle, les transactions de 6 à 1 5 m² progressent de plus de 4 % ce semestre, et sur tous les territoires de la région. L attentisme des petites entreprises en 212 / 213 s est amoindri, ce qui explique certainement ce regain exceptionnel. Les meilleurs quartiers d affaires redeviennent les principaux moteurs du marché. À Paris, les transactions de petites surfaces ont ainsi progressé de 12 % par rapport au 1 er semestre 213. Dans les Hauts-de-Seine, le placement est à présent en nette reprise après un 1 er trimestre plutôt mitigé. Ce département concentre 42 % des transactions en Île-de-France ce semestre. Après une année 213 sous tension, 5 signatures de grande taille permettent un début de rééquilibrage du marché à La Défense. Contrastant avec ces tendances positives, les transactions de 1 5 à 5 m² atteignent leur plus bas niveau depuis le 1 er semestre 29, pour ne représenter que 17 % de la demande placée, contre 22 % en moyenne depuis 1 ans. Ce fléchissement de moyennes à grandes surfaces est sans doute une conséquence de l intensification des regroupements des entreprises sur des surfaces supérieures à 5 m², la plupart du temps dans des immeubles neufs ou restructurés, afin de rationaliser leurs occupations et leurs coûts immobiliers. La tendance récente des propriétaires à accepter une divisibilité à partir de 2 m² de leurs grandes offres devrait prochainement redonner du souffle aux transactions de 1 5 à 5 m², en permettant à de nouveaux utilisateurs, telles des grosses PME en croissance, d accéder à des immeubles de meilleure qualité. Toutes les entreprises continuent en effet de privilégier les locaux les plus qualitatifs et par exemple, pour les transactions inférieures à 5 m², les locaux rénovés atteignent leur plus forte proportion (4 %) sur la décennie (32 % en moyenne). Cette recherche qualitative des utilisateurs est un facteur constant d amélioration du parc, ce qui est très encourageant. Seul bémol, elle tend à devenir un frein sur le marché de la vente à utilisateurs, dont la part n atteint que 8 % du marché ce semestre contre 15 % en moyenne sur la période : les offres proposées à l acquisition ne correspondent que rarement aux attentes des entreprises.,2,1 à 6 m² 6 à 1 5 m² 1 5 à 5 m² > 5 m²

7 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE QUALIFICATION DE L OFFRE À UN AN (EN MILLIONS DE M²) T1 28 T3 28 T1 29 T3 29 T1 21 T3 21 T1 211 T3 211 T1 212 Immeubles de seconde main T3 212 Immeubles neufs et restructurés INDICE DES LOYERS DE 2 NDE MAIN EN ÎLE-DE-FRANCE 12 1 T1 213 T3 213 T1 214 OFFRE : UN DÉBUT DE BAISSE EN TROMPE-L ŒIL L offre immédiate s est stabilisée depuis quelques mois et le taux de vacance se maintient à présent à 7,7 %. A contrario, l offre à un an est en très légère baisse par rapport à fin 213. Cette inflexion n est cependant pas homogène pour toutes les offres, aussi quelques inquiétudes persistent. D abord, une tendance à la hausse reste perceptible à Paris, ainsi qu en 1 ère et 2 nde couronnes, donc pour la quasi-totalité du marché, et la baisse de l offre dans les Hauts-de-Seine serait plutôt l exception qui confirme la règle. Elle n en demeure pas moins appréciable puisque c est la première décrue de l offre depuis au moins 6 ans constatée sur ces quartiers d affaires de l ouest parisien. Ensuite, la baisse de l offre concerne essentiellement les offres supérieures à 5 m², mais là encore, les produits de plus petite taille connaissent une recrudescence. L une des raisons de cette augmentation est que 78 % des grandes offres sont désormais proposées à la division, une proportion qui n a jamais été aussi élevée. Le ralentissement de l activité recensée en 213 ayant obligé les propriétaires à diviser leurs biens dans l espoir de les commercialiser plus rapidement, un solde de surfaces reste disponible dans des actifs anciennement estampillés "grandes surfaces", ce qui entraîne une forte hausse du stock de bureaux inférieurs à 5 m² : ces offres ont progressé d environ 7 % en 6 mois. Enfin, nombreuses ont été les libérations de surfaces de 2 nde main au cours de ces derniers mois, alors que les utilisateurs continuent de privilégier les locaux les plus qualitatifs. C est donc sans surprise que les disponibilités des surfaces neuves, restructurées ou rénovées se réduisent, quand les surfaces en état d usage progressent de 4 % depuis décembre 213, pour retrouver le niveau de 29 avec près de 2,3 millions de m² disponibles. Cette dichotomie qui s accentue constitue indéniablement un signe de fragilité du marché actuel, à surveiller de près. LOYERS : RETOUR À LA MOYENNE À PARIS ET LA DÉFENSE 8 1T 22 3T 22 1T 23 3T 23 1T 24 3T 24 1T 25 3T 25 1T 26 3T 26 1T 27 3T 27 1T 28 3T 28 1T 29 3T 29 1T 21 3T 21 1T 211 3T 211 1T 212 3T 212 1T 213 3T 213 1T 214 LES LOYERS MOYENS NEUFS ET RESTRUCTURÉS (EN HT HC / M² / AN) S 25 2S 25 1S 26 2S 26 1S 27 2S 27 1S 28 2S 28 Paris Ouest / QCA 1S 29 2S 29 Boulogne-Bilancourt 1S 21 2S 21 1S 211 2S 211 1S 212 2S 212 1S 213 La Défense Saint-Denis 2S 213 1T 214 Sur une période d observation de 1 ans, l indice des loyers de 2 nde main a connu 2 phases bien distinctes. Jusque 28, il accompagnait la croissance économique par une variation haussière ample et soutenue. Puis, la crise de 28 / 29 a brisé ce cycle vertueux, contraignant cet indice des loyers à une certaine stabilité : depuis 211, il oscille constamment entre 16 et 18. La conjoncture économique actuellement morose, qui vient peser sur cet indice à la baisse, est plutôt bien contrebalancée par la diversité du parc francilien, qui confère au marché une certaine résistance. À Paris, les valeurs sont 2 /m² au-dessus de leur moyenne de long terme, sous l effet bénéfique des rénovations. Toutefois, même si les propriétaires poursuivent leurs efforts, les transactions sur les bureaux rénovés commencent à s essouffler, représentant 41 % des surfaces placées ce semestre à Paris Ouest contre plus de 46 % au 1 er semestre 213. En 1 ère et 2 nde couronnes, par contre, la moyenne des loyers de 2 nde main a baissé de 2 % au cours de ces derniers mois. Les utilisateurs ont préféré se positionner sur les actifs les moins chers et les locaux dont le loyer est inférieur à 15 /m² ont bondi de 2 % dans la demande placée. Pour leur part, les loyers sur les bureaux neufs et restructurés subissent une plus forte volatilité de par la raréfaction des transactions. Mais globalement ils retrouvent un niveau proche de leur moyenne depuis 25, aussi bien à Paris Ouest (59 /m²) grâce à 3 transactions qui dépassent 7 /m², qu à La Défense (5 /m²), où 2 signatures ont été réalisées à plus de 52 /m² alors qu elles manquaient à l appel l année dernière. À Boulogne-Billancourt en revanche, la tendance baissière se poursuit, avec un indice qui tourne à présent autour de 4 /m².

8 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE BUREAUX > 5 M² EN ÎLE-DE-FRANCE LA DEMANDE PLACÉE EN IDF ET LA PART DES > 5 M² AU 1 ER SEMESTRE DE CHAQUE ANNÉE (EN MILLIONS DE M²) 1,5 1,5 43 % 27 % 34 % Plus de 5 m² 41 % 43 % Demande placée IDF RÉPARTITION DE LA DEMANDE PLACÉE > 5 M² PAR TAILLE D OPÉRATION (AU 1 ER SEMESTRE 214) 27% 25% 21% 27% 5-1 m² 1 à 2 m² 2 à 4 m² > 4 m² TRÈS GRANDES TRANSACTIONS : UN RETOUR EN FORCE Avec 32 transactions de plus de 5 m² pour un total d environ 47 m² placés, soit 43 % du marché, le 1 er semestre 214 est le meilleur 1 er semestre depuis 28. Cette nette progression tient essentiellement au retour des transactions de plus de 4 m² : 3 se sont signées depuis le début de l année, alors qu aucune n avait animé le marché en 213. Ainsi, la répartition par taille de transactions redevient plus homogène, à l image de celle de 211 et chaque tranche de surface compte pour 21 à 27 % de l ensemble du marché, avec une taille moyenne de transaction qui atteint m². Les bureaux neufs et restructurés restent très majoritaires (7 % du marché des grandes surfaces) et pré-commercialisés à 55 %, à l instar de l année dernière. En revanche, les opérations en comptes propres, qui avaient été l un des faits marquants en 213 à la faveur d un contexte de stagnation économique, deviennent moins nombreuses car les promoteurs parviennent à relativement mieux sécuriser leurs projets auprès d utilisateurs. D ailleurs sur le marché de l investissement, la reprise des VÉFA est également un témoin d un regain de confiance propice à la construction neuve. D autres éléments positifs entrent également en jeu. D abord, à Paris, 12 transactions totalisent 12 m² placés, un niveau semestriel peu ou prou égal à celui de la totalité de l année 213. Ensuite, après une année 213 morose, plusieurs transactions significatives ont été signées à La Défense, dont KPMG qui a loué 4 m² environ dans Eqho. Cette reprise est la bienvenue, même si le 1 er quartier d affaires européen est encore dans une situation suroffreuse. Enfin, en 2 nde couronne, le placement supérieur à 5 m² progresse grâce à l achat par SAFRAN de 43 m² à Magny-les-Hameaux. Néanmoins, d autres signaux, moins positifs, restent d actualité. En un an et demi de transactions, les sociétés qui ont quitté Paris pour les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis représentent 16 % du volume placé, contre 9 % sur les 18 mois précédents. Cette délocalisation se fait toujours clairement à la faveur de loyers au m² moins élevés et, de manière plus générale, le regroupement et / ou la recherche d économies motive 42 % des volumes placés. En-dehors de ce désintérêt pour la capitale, les mouvements endogènes concentrent 73 % du placement depuis 213 : les entreprises cherchent à bénéficier de locaux de meilleure qualité en évitant autant que possible de changer les trajets domicile / travail de leurs collaborateurs. Ceci se traduit notamment par une progression de 31 % en volume des bureaux rénovés par rapport au 1 er semestre 213. Dans cette logique d optimisation financière, les loyers faciaux des transactions supérieures à 5 m² sont toujours orientés à la baisse et les mesures d accompagnement demeurent très élevées, de l ordre de 2,5 mois de franchise par année ferme du bail. La baisse de l offre conjuguée à la reprise de l activité cette année devrait cependant entraîner un fléchissement progressif de ces mesures. Toutefois, il n interviendra sans doute pas avant mi ou fin 215, quand la croissance économique sera un peu plus tangible, car les longues négociations actuellement en cours restent favorables aux preneurs. MOTIVATION DES MOUVEMENTS DES GRANDS UTILISATEURS (SUR UN ÉCHANTILLON DE 6 TRANSACTIONS, EN MILLIONS DE M²) Regroupement Recherche d économies Modernité Extension Autres,1,2,3,4,5

9 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE BUREAUX > 5 M² EN ÎLE-DE-FRANCE L OFFRE FUTURE NEUVE ET RESTRUCTURÉE > 5 M² D ICI 217 (EN MILLIONS la demande DE placée M²) de bureaux 1,2 1,,8,6,4, Certain Immédiat Incertain Moyenne de placement neuf / restructuré > 5 m² depuis 5 ans OFFRE FUTURE : VERS UNE RARÉFACTION POUR 216 Sous l effet des grandes transactions, redevenues très dynamiques, l offre certaine s est affaiblie au cours de ces derniers mois. Ainsi, en 214 et 215, ce sont un peu plus de 1,2 million de m² qui sont ou seront livrés. En moyenne 66 m² se placent par an sur des bureaux neufs ou restructurés et ce niveau d offre semble donc suffisant pour répondre à la demande du 2 nd semestre 214 et de l année 215. Au-delà de cet horizon de temps, les acteurs du marché demeurent très prudents. Un nombre important de projets sont encore à l étude et de ce fait, incertains. D ici à 217, ce sont potentiellement 2 millions de m² qui pourraient alimenter l offre de bureaux en Île-de-France, mais une grande partie de ces opérations sera probablement reportée, les autres ne voyant le jour qu en cas de pré-commercialisation. C est donc le quota de projets lancés en blanc qui constituera le stock disponible de 216 et 217. Même s il est faible, il n engendre pas de risque d insuffisance car les moteurs de la demande peinent à redémarrer sur fond de stagnation économique prolongée. En parallèle, l offre de 2 nde main progresse de manière continue depuis plusieurs années et l écoulement de ces offres passe au minimum par des rénovations. Si elles étaient initiées d ici fin 214, les restructurations de ces bureaux existants et souvent obsolètes, pour proposer des immeubles aux dernières normes environnementales, auraient de bonnes chances de recueillir les marques d intérêts des preneurs à partir de fin 215. LÉGENDE CARTE DES PRINCIPAUX MOUVEMENTS DES GRANDS UTILISATEURS EN 213 / 214 Valeur Mouvements endogènes 5 2 m² DÉFINITIONS : Mouvements exogènes Mouvements endogènes : mouvements des sociétés à l intérieur même de leur département d origine. Mouvements exogènes : mouvements des sociétés qui ont choisi de quitter leur département d origine. Hauts-de-Seine 6 8m² 7 m² 433 m² Paris Ouest + 7 ème m² 33 4 m² 64 2 m² 35 7 m² Paris Hors QCA 26 4 m² 5 8 m² 11 2 m² Seine-Saint-Denis 7 m² 81 2 m² 33 1 m² Val-de-Marne

10 TABLEAU DE BORD DE LA DEMANDE PLACÉE AU 1 ER SEMESTRE 214 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE N Secteur à 6 m² 6 à 1 5 m² 1 5 à 5 m² >5 m² Total 1 Paris Ouest 99 1 m² 51 2 m² 29 8 m² 61 8 m² m² Évolution 214 / 213 * 2 Paris Sud 12 9 m² 1 9 m² 5 5 m² 24 m² 53 3 m² 3 Paris Est 18 7 m² 1 m² 4 5 m² 5 3 m² 38 5 m² 4 Paris Nord 19 8 m² 12 4 m² 3 9 m² 29 7 m² 65 8 m² SOUS-TOTAL PARIS 15 5 m² 84 5 m² 43 7 m² 12 8 m² m² 5 La Défense 6 m² 11 8 m² 23 8 m² 69 5 m² 15 7 m² 6 Courbevoie - Puteaux - Nanterre 11 3 m² 12 5 m² 17 m² 8 8 m² 49 6 m² 7 Neuilly - Levallois 13 8 m² 1 5 m² 14 9 m² 64 2 m² 13 4 m² 8 Hauts-de-Seine Nord 5 1 m² 8 1 m² 7 1 m² 13 5 m² 33 8 m² 9 Rueil - Saint-Cloud - Suresnes 6 5 m² 4 3 m² 1 6 m² 42 4 m² 54 8 m² 1 Boulogne - Issy 13 6 m² 13 2 m² 27 8 m² 32 7 m² 87 3 m² 11 Hauts-de-Seine Sud 8 9 m² 3 6 m² 7 6 m² 7 3 m² 27 4 m² SOUS-TOTAL HAUTS-DE-SEINE 59 8 m² 64 m² 99 8 m² m² 462 m² 12 Ivry - Gentilly 6 7 m² 3 1 m² 3 7 m² m² 13 5 m² 13 Vincennes - Créteil 3 2 m² 2 2 m² 8 3 m² m² 13 7 m² 14 Montreuil - Bagnolet 1 6 m² 8 m² m² m² 2 4 m² 15 Pantin - Aubervilliers 1 6 m² 2 5 m² m² 45 m² 49 1 m² 16 Saint-Denis - Saint-Ouen 4 1 m² 2 4 m² 3 3 m² 1 4 m² 2 2 m² SOUS-TOTAL 1 ÈRE COURONNE 17 2 m² 11 m² 15 3 m² 55 4 m² 98 9 m² 17 Saint-Germain-en-Laye 2 4 m² 6 m² 1 6 m² m² 4 6 m² 18 Versailles - Vélizy 5 4 m² 6 m² 3 m² 11 6 m² 2 6 m² 19 Saint-Quentin-en-Yvelines 3 4 m² 2 9 m² 5 1 m² 43 m² 54 4 m² 2 Saclay - Courtaboeuf 3 2 m² 2 5 m² 3 8 m² m² 9 5 m² 21 Massy - Antony 1 6 m² 3 6 m² 2 1 m² m² 7 3 m² 22 Orly - Rungis 1 8 m² m² m² m² 1 8 m² 23 Évry 1 6 m² 1 m² 2 3 m² m² 4 9 m² 24 Marne-la-Vallée 4 8 m² 2 9 m² m² m² 7 7 m² 25 Paris Nord m² 5 2 m² 5 8 m² m² 13 1 m² 26 Bassin d'argenteuil 4 m² 6 m² 4 m² m² 5 m² 27 Cergy-Pontoise 1 4 m² 1 8 m² m² m² 3 2 m² 28 Autres secteurs de 2 nde couronne 3 m² 4 1 m² 2 1 m² m² 9 2 m² SOUS-TOTAL 2 NDE COURONNE 31 1 m² 25 8 m² 29 8 m² 54 6 m² m² Total Île-de-France m² m² m² m² m² * ÉVOLUTION PAR RAPPORT AU 1 ER SEMESTRE 213

11 TABLEAU DE BORD DE L OFFRE ET DU TAUX DE VACANCE AU 1 ER SEMESTRE 214 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE N Secteur Nombre Offre à un an Volume Évolution / fin 213 Offre Immédiate Volume Taux de Vacance Évolution / fin Paris Ouest m² m² 5,6% 2 Paris Sud m² 86 2 m² 2,9% 3 Paris Est m² 71 1 m² 2,9% 4 Paris Nord m² m² 5,3% SOUS-TOTAL PARIS m² m² 4,7% 5 La Défense m² 471 m² 14,7% 6 Courbevoie - Puteaux - Nanterre m² m² 13,4% 7 Neuilly - Levallois m² 141 m² 1,2% 8 Hauts-de-Seine Nord m² m² 12,9% 9 Rueil - Saint-Cloud - Suresnes m² m² 12,6% 1 Boulogne - Issy m² 25 3 m² 1,1% 11 Hauts-de-Seine Sud m² m² 15,3% SOUS-TOTAL HAUTS-DE-SEINE m² m² 13,% 12 Ivry - Gentilly m² 81 9 m² 7,% 13 Vincennes - Créteil m² 55 2 m² 3,3% 14 Montreuil - Bagnolet m² 95 m² 8,1% 15 Pantin - Aubervilliers m² 9 7 m² 8,4% 16 Saint-Denis - Saint-Ouen m² 16 6 m² 1,5% SOUS-TOTAL 1 ÈRE COURONNE m² m² 7,3% 17 Saint-Germain-en-Laye m² 44 6 m² 9,8% 18 Versailles - Vélizy m² m² 9,5% 19 Saint-Quentin-en-Yvelines m² m² 8,6% 2 Saclay - Courtaboeuf m² 11 2 m² 13,6% 21 Massy - Antony m² 48 2 m² 8,6% 22 Orly - Rungis m² 9 7 m² 7,8% 23 Évry m² 78 6 m² 13,1% 24 Marne-la-Vallée m² m² 7,9% 25 Paris Nord m² 18 3 m² 12,2% 26 Bassin d'argenteuil m² 47 1 m² 6,5% 27 Cergy-Pontoise m² 89 m² 1,3% 28 Autres secteurs de 2 nde couronne m² 76 3 m² 1,2% SOUS-TOTAL 2 NDE COURONNE m² m² 6,5% Total Île-de-France m² m² 7,7%

12 NOTE DE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE KEOPS Études et Recherche : 43-47, AVENUE DE LA GRANDE ARMÉE CS PARIS CEDEX 16 TEL +33 () FAX +33 () Directeur de la Publication : Laurent Castellani Directeur Études et Rédaction : Isabelle Assens Chargée d Études : Cindy Emond Bases de Données : Stephen Bouazza Graphisme et Mise en page : Virginie Vardo - Coquoin Loïc Sene

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 215 Accelerating success. perspectives Un marché immobilier qui attend la reprise de l économie >L e marché des bureaux francilien a progressé

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 La construction neuve de logements s est de nouveau inscrite en baisse en 1997 ( 1,3 % en volume), mais dans des proportions moindres

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études Juin 2015 Point de conjoncture logement PARCE QUE LE LOGEMENT LE VAUT BIEN les acteurs du marché ont dû s adapter, puis le Gouvernement

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Restructuration continue

Restructuration continue DTZ Research PROPERTY TIMES Restructuration continue Genève Bureaux 215 15 Avril 215 Sommaire Demande placée & Loyer prime 2 Offre immédiate 4 Taux de vacance 5 Projets de développement 5 Définitions 6

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012 Trimestriel n 31 janvier 212 Marché résistant en 211 et en repli en 212 L année 211 aura encore été un bon cru pour l immobilier résidentiel, mais avec un contraste entre neuf et ancien. Dans le logement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction

Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Baux commerciaux Valeur Locative & Indemnité d éviction Arnaud FRERAULT Expert près la cour d Appel de Chambéry, MRICS Chambéry, le 22 Mars 2013, Actualité des baux commerciaux «Valeur Locative & Indemnités

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général Les signaux positifs relevés au cours du 2 nd semestre 2013 se sont confirmés mais la reprise s avère timide. En France, au 1 er semestre 2014, le contexte économique est

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 1. Présentation de Turenne Hôtellerie 2. Un constat: l essor de l investissement hôtelier en France 3. Pourquoi cet essor? Indicateurs

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Outlook 2H15 Le marché suisse de l immobilier L immigration s essouffle. La baisse des investissements dans le domaine du bâtiment limite cependant le risque d offre excédentaire dans le secteur résidentiel.

Plus en détail

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail