POINT MARCHé 2014 immobilier d'entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POINT MARCHé 2014 immobilier d'entreprise"

Transcription

1 POINT MARCHé 214 immobilier d'entreprise

2 POINT MARCHÉ 214 Directeur de la publication Laurent castellani Directeur de la rédaction isabelle assens études et recherche cindy emond Bases de données stephen bouazza Conception, Réalisation Loic sene virginie vardo-coquoin

3 ÉDITO 214 placée sous le signe du changement Conformément à ce que nous avions annoncé dans la précédente édition de notre Point Marché, le contexte économique est resté très morose tout au long de l année 213. La croissance n a pas redémarré et bon nombre d indicateurs sont toujours mal orientés. Les réformes, notamment fiscales, engendrent un climat d instabilité peu propice à l investissement des entreprises comme à l épargne ou la consommation des ménages. Plus qu à une sortie de crise, nous assistons à un changement de paradigme économique, auquel les marchés immobiliers doivent s adapter. Ainsi, le retrait marqué de la demande placée de bureaux en Île-de-France, avec 1,8 million de m² commercialisés en 213, confirme que la nature des transactions a changé : beaucoup de mouvements d entreprises ou de renégociations de baux sont motivés par des recherches d économies. Pourtant, l immobilier d entreprise conserve sa qualité de valeurrefuge aux yeux des investisseurs institutionnels, comme en témoignent les importants volumes investis sur cette classe d actif en France : ce marché supérieur à 15 milliards d euros est toujours porteur, malgré quelques freins qui persistent comme sa polarisation sur les produits core. Sans conteste, l environnement économique reste très incertain pour 214 et de réels obstacles subsistent pour concrétiser des projets et réaliser des transactions de toute nature. Mais, sans excès d enthousiasme, notre conviction est que le point bas du cycle est derrière nous. Riches en opportunités, les marchés de l immobilier d entreprise reflètent plus que jamais la prudence, la persévérance et la créativité des preneurs et des investisseurs, et nous tenons à remercier tous nos clients pour la confiance qu ils nous accordent en cette période de transition. Isabelle ASSENS Directeur études et Recherche

4 SOMMAIRE L économie et l investissement en immobilier d entreprise 4 L immobilier dans son environnement économique et financier 5 L investissement en France Les bureaux en Île-de-France 8 La demande placée 1 Les transactions de plus de 5 m² 12 Les grands utilisateurs 14 La mobilité des entreprises 16 Les loyers 18 L offre 2 L offre future 21 Les perspectives 214 La logistique et les locaux d activités 22 La logistique en France 26 Les locaux d activités en Île-de-France Annexe 29 Terminologie

5 POINT MARCHé L immobilier dans son environnement économique et financier Évolution trimestrielle de la demande placée Évolution du PIB (en %) (p) France Zone euro Monde Source : Experian, FMI, INSEE, OCDE Inflation - Taux directeur - OAT 1 ans (en %) Indice des prix à la consommation Taux directeur de la BCE au 31/12 OAT 1 ans Source : Banque de France, BCE, INSEE L ICC Source : INSEE Glissement annuel Indice ICC (%) UNE CROISSANCE TROP FAIBLE POUR SOUTENIR L EMPLOI Après une brève récession fin 212 / début 213, la situation économique s est progressivement améliorée en France depuis mi-213, sans toutefois parvenir à réellement renouer avec la croissance en ce début 214. Dans ce contexte toujours très précaire, le taux de chômage reste historiquement élevé, à 1,5 % en France métropolitaine. La stagnation du PIB, qui n aura progressé que de,1 à,3 % en 213, inquiète car elle ne permet pas aux entreprises de se projeter à moyen ou long terme, paralysant tout investissement productif et freinant le retour des créations d emplois, tout comme, par ricochet, la consommation des ménages. Ainsi, l actualité est plus que jamais marquée par des tensions sociales. Certains bassins d emplois subissent de plein fouet des fermetures d usines, alors que d autres plans de licenciements sont encore attendus pour 214. De plus, le gouvernement français peine à mener une politique permettant de résoudre les déséquilibres structurels auxquels le pays doit faire face : la fiscalité augmente sans parvenir à combler le déficit budgétaire, la dette publique s alourdit, l inversion de la courbe du taux de chômage se fait attendre, enfin les annonces de réformes se succèdent, parfois aussitôt contredites ou ajournées, ce qui détériore la confiance des acteurs économiques. Contrairement à l Allemagne qui fait figure de bon élève en Europe avec une croissance tirée par les exportations et un marché de l emploi dynamique, la France s enlise dans son marasme économique. Selon le consensus actuel, il faudra attendre fin 214 au mieux pour voir une amélioration tangible de ces principaux indicateurs. Les prévisions de croissance du PIB pour 214 restent inférieures à 1 %, ce qui conforte l idée d un changement de paradigme, aucun retour à la moyenne de 2 % n étant envisagé à court ni même moyen terme. UN ENVIRONNEMENT FINANCIER ASSAINI en europe Sur fond de pessimisme ambiant, les marchés financiers offrent une lueur d espoir. Soulignons d abord que les spéculations contre la zone euro, qui étaient encore bien vives il y a un an, ont fini par s apaiser. À cet égard, la dégradation de la dette souveraine de la France à AA par Standard & Poors cet automne n a pour ainsi dire eu aucun impact: l État français continue à emprunter à des taux très avantageux, autour de 1,5 %. En revanche, le choix de la BCE de maintenir sa politique accommodante, en abaissant même son taux directeur à,25 % le 7 novembre dernier, a peu à peu redonné confiance aux investisseurs. L inflation modérée, conjuguée à l attractivité des conditions d emprunt, avec fin 213 un taux de l Euribor 3 mois à,27 %, sont de faibles moteurs de croissance à eux seuls. Mais un environnement financier stabilisé et sécurisé est une condition nécessaire à toute reprise économique durable, et à ce titre, ce sont des facteurs de soutien des marchés de l immobilier d entreprise, pour les acquéreurs comme pour les utilisateurs. DES INDICES DE RÉVISION globalement EN PHASE AVEC LES LOYERS DE MARCHÉ Alors que l évolution de l ICC apparaissait dé-corrélée de celle des loyers immobiliers tertiaires au cours de la période 26 / 212, cette année, le passage en territoire négatif de cet indice est plutôt bien en phase avec l ajustement à la baisse des valeurs locatives sur les marchés de bureaux. Ce sont paradoxalement les indices les plus récemment introduits de l ILAT et l ILC qui ont réagi avec retard par rapport au marché. Le choix de l indice d indexation des loyers par un preneur reste tout compte fait assez aléatoire, les différents indices variant en fonction des éléments qui les constituent, et non pas des marchés immobiliers proprement dits. Alors que l ICC connaît fréquemment des évolutions très erratiques, l ILAT présente l avantage de varier moins amplement, ce qui permet aux preneurs comme aux bailleurs immobiliers d optimiser leur gestion de manière plus cohérente.

6 POINT MARCHé Le marché de l investissement Montants investis en immobilier la demande placée de bureaux d entreprise en France (en Md ) Répartition des engagements la demande placée de bureaux par taille d investissement (en Md ) < 1 M 1 à 2 à 5 à 1 à 2 M 5 M 1 M 2 M > 2 M Les acquéreurs sur les opérations > 1 M en 213 8% 14% 11% 18% 24% 25% Compagnies d assurances / Caisses de retraite Asset / Fund managers Fonds souverains SCPI / OPCI SIIC / Foncières Investisseurs privés / Autres investisseurs UN DÉCALAGE ENTRE LE DYNAMISME DE L INVESTISSEMENT ET LE RALENTISSEMENT DES MARCHÉS LOCATIFS Malgré la conjoncture économique morose et l essoufflement de la demande locative en locaux tertiaires et industriels, le volume annuel d engagements en immobilier d entreprise s élève à 15,8 Md, soulignant si besoin est la profondeur du marché français. L année 213 s est cependant déroulée en plusieurs phases. Le 1 er trimestre a été animé par des transactions initiées pour la plupart courant 212, avant que la récession ne touche officiellement à nouveau la France. En ce sens, le marché de l investissement a en quelque sorte bénéficié d un sursis avant de voir les effets du ralentissement économique. Puis, dès le printemps, les préoccupations de bon nombre d investisseurs ont porté sur la détérioration rapide des fondamentaux du marché locatif : baisse de la demande placée, effritement des valeurs locatives, remontée des niveaux d offre. Beaucoup d acquéreurs ayant d abondants fonds propres à placer, ils ont continué à être actifs sur le segment de marché le plus sécurisé, cherchant à éviter d avoir de la vacance, potentiellement durable, sur leurs immeubles. Si les produits core sont incontournables pour éviter toute prise de risque jugée inopportune en ces temps incertains, le marché a rapidement été confronté à un assèchement de telles opportunités d acquisitions. Or c est seulement à partir de l automne que certains investisseurs ont affirmé des stratégies d acquisitions un DES MeGA-DEALS POLARISés SUR LE CORE Cette année, la part de l Île-de-France, comme celle des immeubles de bureaux, atteint à peine 7 % des engagements en immobilier d entreprise, se situant donc un peu en dessous des 75 % régulièrement constatés. Le département des Hauts-de-Seine représente à lui seul 27 % des volumes investis, une proportion qui a doublé par rapport à 212, en raison de quelques grandes transactions qui se sont signées à Issy-les-Moulineaux, Châtillon et Boulogne-Billancourt, en complément de la vente de la Tour Adria à La Défense pour 45 M cet été. De fait, plusieurs opérations d envergure ont été réalisées en 213, ce qui inscrit l importance des mega-deals dans le temps. peu plus ambitieuses. Après avoir été un frein jusqu en 212, l obtention de financements bancaires pour ces projets à valeur ajoutée ou opportunistes a été facilitée dès mi-213 par la stabilisation de l environnement financier au sein de la zone euro. Une partie de ces transactions porte sur des immeubles neufs, ce qui permet de limiter le risque locatif comme le risque d obsolescence des actifs. Sans être initiées "en blanc", les ventes de promoteurs en France redémarrent donc lentement : elles atteignent 2,6 Md en 213 contre environ 2 Md en 212. Pour autant, le 4 ème trimestre, habituellement bien plus dynamique que le 3 ème, est en demi-teinte, car certaines acquisitions ont été reportées à 214 ou n ont pas abouti. Dans la plupart des cas, les délais de concrétisation des ventes s allongent et les due diligence deviennent plus complexes car les comités d engagement sont extrêmement prudents et attentifs aux éventuels surcoûts de certains travaux. De plus, malgré des taux d emprunt toujours très bas, les conditions de financement restent difficiles sur les produits à redévelopper et une quotité de fonds propres toujours conséquente est exigée par les banques. Ces facteurs entraînent fréquemment des renégociations sur les prix, voire parfois l annulation de certaines cessions, qui étaient pourtant bien engagées. Comme en 212, la quarantaine de transactions de plus de 1 M représente en effet une bonne moitié du marché (54 %), tandis que les opérations de taille intermédiaire, entre 5 et 1 M, connaissent parallèlement une belle progression, pour concentrer aujourd hui 18 % des volumes investis, contre seulement 14 % précédemment. Beaucoup de ces grandes acquisitions ont été réalisées par les compagnies d assurances françaises, dont Predica, Sogecap ou encore Cardif, même si certains petits acteurs participent à des véhicules d investissement collectif de type OPCI pour tenter de saisir ces opportunités, au premier rang desquels Primonial REIM ou La Française AM. investissement

7 POINT MARCHé Le marché de l investissement UNE LENTE DIVERSIFICATION DU MARCHÉ Les fonds souverains ont étonné par leur absence jusqu à la fin de l été, date à laquelle Hines a conclu, pour le compte d un fonds coréen, l acquisition de la Tour Sequana pour 3 M, suivi par ADIA qui s est porté acquéreur du portefeuille des Dock Lyonnais pour un montant de 672 M. En complément, la joint-venture entre Norges Bank Investment Management et Prologis a induit la reprise d un important portefeuille industriel paneuropéen, dont la quote-part française s élève à 86 M. De plus, dans le rachat par QIA du groupe Printemps pour près de 1,8 Md, plus de la moitié de la transaction porte sur le sous-jacent immobilier, bien que ce montant ne soit pas inclus dans le volume de 15,8 Md engagé en 213. L acquisition du centre Beaugrenelle ou de l immeuble Le Madeleine par un fonds d investissement chinois pourrait animer le marché début 214. Ces transactions-phares prouvent incontestablement que ces acteurs, qu ils soient européens, moyen-orientaux ou asiatiques, maintiennent un fort intérêt pour la France, ce qui laisse présager de leur pérennité sur le marché au cours des prochaines années. Seule ombre au tableau, cette course au gigantisme a pour corollaire une baisse persistante du nombre de transactions, avec 52 acquisitions recensées en 213, après les 5 signées en 212, contre 585 en moyenne au cours des 5 années précédentes. Si le marché reste encore dominé à 6 % par des acquéreurs français, du côté des vendeurs, les étrangers ont fait une belle percée en 213 et représentent 53 % des volumes transactés. Disposant d abondantes liquidités à placer sur l immobilier, les compagnies d assurances, les foncières à l instar de Gecina, Foncière des Régions ou Eurosic, et les gestionnaires de SCPI / OPCI tels Primonial REIM sont parmi les acquéreurs les plus actifs. Ces acteurs conservateurs recherchent non seulement un emplacement de premier choix mais aussi des actifs multi-locataires ou divisibles, afin de mutualiser le risque locatif. Du côté des vendeurs, ce sont surtout des foncières et des fonds d investissement détenant des actifs arrivant à maturité qui se sont distingués en 213, et qui devraient continuer à alimenter l offre de produits core. Mais, face à une demande très soutenue pour ce type d actifs, les acquéreurs potentiels seront toujours confrontés à un manque d offres. Beaucoup d investisseurs anglo-saxons sont en train de revenir sur le marché français, ce qui commence à se traduire par des acquisitions significatives. Ces acteurs souvent opportunistes se positionnent sur des opérations plus diversifiées que celles réalisées par les investisseurs institutionnels. C est une bonne nouvelle pour le marché, qui souffre encore d une trop forte polarisation sur le segment core. Des opportunités existent en ce début 214 car l écart de prix entre vendeur et acquéreur est de moins en moins un obstacle : les vendeurs deviennent plus conciliants pour optimiser leur stratégie de sortie, et les fonds opportunistes ont enfin ajusté leurs TRI, qui étaient devenus très voire trop ambitieux depuis la crise financière mondiale de 28 / 29. Entre les transactions core et les transactions opportunistes, le segment à valeur ajoutée peine toujours à trouver ses marques. Les immeubles, situés dans des localisations secondaires et / ou nécessitant des travaux de restructuration pour retrouver une attractivité auprès des preneurs dans un marché locatif fragile, subissent pour la plupart la désaffection des investisseurs car ils sont perçus comme obsolètes. Cette crispation freine donc quelque peu la diversification du marché. Autre fait marquant, certains acquéreurs souhaitent investir dans l hôtellerie ou les résidences-services. Ces investissements sont certes porteurs d avenir car ils correspondent à une demande, soutenue par les tendances démographiques et le succès touristique de la France. Ils doivent toutefois être réalisés en partenariat avec un pure player pour rentabiliser et pérenniser ces actifs, qui obéissent avant tout à une logique d exploitation, valorisée par des management fees, et non par des cash flows comme pour les immeubles de bureaux, commerces ou locaux industriels. Deux types d acquéreurs potentiels co-existent pour ce type de bien : d une part, les fonds souverains qui s intéressent aux hôtels parisiens les plus prestigieux, tels le Mandarin Oriental, ou encore au portefeuille Starwood Capital, cédés pour environ 1 Md au total cette année. D autre part, les investisseurs privés qui s intéressent aux actifs de plus petit volume unitaire. DES TAUX DE RENDEMENT PRIME PEU REPRÉSENTATIFS DE L ENSEMBLE DU MARCHÉ Le marché restant toujours très concurrentiel pour les meilleurs produits, les taux prime sont stables, voire sous pression à la baisse, respectivement de 4 à 4,25 %, à Paris Ouest - QCA, et de 5 à 5,75 % dans les Hauts-de-Seine ou les principales agglomérations régionales. La prime de risque de l immobilier est donc toujours attractive dans un contexte financier de taux remarquablement bas, avec une OAT 1 ans à 2,3 % fin 213. Loin de représenter l ensemble du marché, ces taux prime masquent en fait des écarts croissants entre les typologies d actifs et leur localisation. Dans le contexte d aujourd hui, certaines transactions se signent sur la base de taux à 2 chiffres, qui justifient aux yeux de certains acquéreurs une prise de risque, fût-elle relativement élevée. Chaque transaction s étudie naturellement au cas par cas, les comparables de marché se faisant rares. Les grands fonds anglo-saxons opportunistes sont aux aguets, sans parvenir à nécessairement être aussi actifs qu ils le souhaiteraient. Il est intéressant de constater qu ils sont de fait concurrencés par de plus petites structures d investment / asset management indépendantes, capables de réaliser de belles opérations sur certains produits de niche, par exemple en régions, en s appuyant sur leur connaissance locale du marché français.

8 POINT MARCHé Le marché de l investissement Les taux de rendement en 213 (en %) investissement Paris Ouest - QCA Paris hors QCA Hauts-de-Seine Reste de la 1 ère couronne 2 ème couronne Métropoles régionales Commerces Logistique Locaux d activités Taux prime Taux non prime DES PERSPECTIVES 214 PRUDENTES Il convient d être mesuré quant aux prévisions pour 214 car les inquiétudes des investisseurs vont bon train. Absence de reprise économique, instabilité fiscale, redevance pour création de bureaux désormais applicable aux restructurations comme aux constructions neuves, projet de loi "Pinel" globalement en faveur des preneurs sont autant de facteurs qui réduisent leur visibilité sur la rentabilité à moyen ou long terme de leurs acquisitions en France. Le scénario le plus vraisemblable est que 214 ressemblera à l année écoulée, avec un 1 er semestre qui récoltera les fruits des projets initiés fin 213 dont les délais de finalisation sont relativement longs. Mais le marché de l investissement est également sans doute entré dans une phase de transition, en cohérence avec le contexte économique et le marché locatif. Les opérations étant par ailleurs un peu plus diversifiées, les montants d acquisition seront pour certains inférieurs à ceux enregistrés dans un marché exclusivement polarisé sur le segment prime ou core. Le nombre de transactions devrait quant à lui progresser très légèrement, avec une probable augmentation des acquisitions d entrepôts logistiques et d actifs value added. En conséquence, un ajustement à la baisse des volumes est donc possible en 214 et nos estimations se situent entre 14 et 15 Md. Ce montant pourrait toutefois être dépassé en considérant que les transactions attendues en début d année seront relayées tout au long de l année par d autres mega-deals. Les institutionnels qui souhaitent poursuivre le recentrage de leur portefeuille sur les meilleurs emplacements ou les immeubles d une certaine taille par exemple, pourront trouver des acquéreurs pour leurs actifs à céder, ce qui leur permettra de réinvestir des fonds propres dans de nouvelles opérations. De même, les rares investisseurs ayant persévéré dans une stratégie de création de valeur depuis 2 ou 3 ans devraient aussi mettre sur le marché leurs produits en fin de valorisation, ce qui créera de belles opportunités pour les acquéreurs en fonds propres, tout en optimisant le rendement en capital de ces biens immobiliers pour les vendeurs. Enfin, sous l effet des récentes mises en chantier "en blanc", en anticipation de la reprise économique espérée d ici fin 214, les VÉFA pourraient redémarrer dès l été prochain. Aucun bouleversement majeur n est anticipé dans les stratégies d acquisition et les typologies d acquéreurs, qui resteront fortement marqués par une abondance de fonds propres et une prise de risque minimale de la part de tous les investisseurs institutionnels ou privés, même si les investisseurs internationaux pourraient s avérer plus présents, et pour certains, plus agressifs, qu en 213. En effet, dans la foulée de l acquisition des Miroirs à La Défense conclue fin décembre par Perella Weinberg Partners, les fonds souverains comme les fonds opportunistes sont déjà dans la course pour des transactions emblématiques, dont la signature devrait intervenir au 1 er semestre 214. Comme évoqué précédemment, ces acquéreurs ciblent les immeubles de bureaux, commerces, mais également des produits alternatifs comme l hôtellerie, et ces tendances se poursuivront au cours des prochaines années. En revanche, sans nouvelle incitation fiscale, il serait très étonnant de voir un retour significatif des investisseurs institutionnels sur l immobilier résidentiel. Si elles répondent généralement à la demande croissante de la population francilienne et aux souhaits des collectivités locales, les opérations de transformation de bureaux vacants en logements sont aujourd hui pénalisées par des coûts de reconversion prohibitifs et des quotas de logements sociaux qui rendent les bilans promoteurs trop peu rentables. Du côté des taux, les actifs prime continueront à friser la surenchère, alors que le reste du marché devrait peu à peu se normaliser, pour retrouver des fourchettes de rendement plus fluides, sous l effet d un nombre croissant d opérations portant sur des actifs non core. L impact d une éventuelle remontée des taux d intérêt se fera surtout sentir au niveau des conditions de financement, le différentiel entre le rendement de l immobilier et celui de l OAT 1 ans restant tout de même attractif pour l immobilier. Enfin, la percée des prêteurs alternatifs, encore assez marginale à ce jour, et quasi-exclusivement tournée vers les produits core, pourrait apporter une bouffée d oxygène au marché en 214, même si ces nouvelles sources de financement, avant tout opportunistes, risquent de se tarir si les marges de ces nouveaux partenaires financiers venaient à se réduire.

9 POINT MARCHé la demande PLACée La demande placée de bureaux (en millions de m²) 3 2,5 2 1,5 1,5 la demande placée de bureaux Part des acquisitions dans la demande placée en 213 (en % des surfaces commercialisées) 15% Locations Ventes 85% La demande placée par segment de surface la demande placée de bureaux (en millions de m²) 1,2 1 UNE ANNÉE 213 SANS REBONDISSEMENT L économie française tarde à redémarrer après la légère récession survenue fin 212 / début 213. Aussi, c est sans surprise que la demande placée de bureaux en Île-de-France a baissé de 21 % d une année sur l autre, pour s établir à m², loin du seuil de 2 millions de m² qu il est possible d espérer dans une conjoncture plus porteuse. Les transactions supérieures à 5 m², qui avaient vivement stimulé le marché en 212 et notamment au dernier trimestre, ont subi un décrochage de 37 % en 213 et enregistrent leur plus bas niveau depuis 25. Aucun rebondissement n a eu lieu fin 213 et la plus grande signature, GE à Boulogne-Billancourt, ne dépasse pas 4 m² alors que plusieurs transactions excédaient 5 m² par an au cours de la décennie écoulée. Conséquence directe du ralentissement observé au sein de ces grandes transactions, la demande placée en bureaux neufs ou restructurés baisse de 24 % par rapport 212. Dans le même temps, la commercialisation de bureaux en état d usage a régressé de près de 3 %. Au final, seuls les bureaux rénovés se sont bien maintenus, leur part augmentant même à 27 % de la demande placée 213, contre 21 % l année précédente. Ces travaux coûtent en effet moins cher qu une restructuration aux propriétaires tout en permettant aux utilisateurs de rationaliser leurs surfaces de bureaux à moindre frais. Grâce à ces nombreuses rénovations, les transactions inférieures à 5 m² se sont presque stabilisées pour afficher un fléchissement annuel de 5 % seulement, après un début d année difficile, marqué par de nombreux renouvellements de baux ou reports de projets. Les petites et moyennes entreprises n échappant pas à la morosité économique ambiante et aux incertitudes, leur placement reste cependant fragile. Pour leur part, les ventes à utilisateurs avaient touché le fond en 212. Elles remontent à 15 % du placement en 213, portées par quelques comptes-propres de grande taille. À l inverse, les ventes à utilisateurs inférieures à 5 m² ont fait du sur-place à 1 m², un volume comparable à celui de 212. Si les taux d intérêt sont restés bas, les délais d obtention des crédits pour ces projets immobiliers sont, quant à eux, de plus en plus longs. En outre, les entreprises sont confrontées à une offre parfois rare, ou obsolète, qui correspond trop peu souvent à leurs besoins.,8,6,4,2 < 6 m² 6 à 1 5 à 1 5 m² 5 m² > 5 m²

10 MELUN POINT MARCHé la demande PLACée la demande placée de bureaux La demande placée par département (en millions de m²) 1,8,6,4, couronne nde LA 1 ère COURONNE NORD-EST À LA PEINE Les Hauts-de-Seine ont détrôné Paris grâce aux nombreuses disponibilités de très grande qualité qui animent ce marché. C est un phénomène récurrent pendant les années de crise ou de transition. Paris est pour sa part en retrait de 2 % par rapport à 212, car les bureaux de 1 ère main se raréfient dans la capitale et les valeurs locatives y sont moins compétitives qu en 1 ère couronne. Parmi les perdants, la 1 ère couronne Nord et Est (Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) voit son placement 213 chuter de près de moitié malgré l attractivité de ses valeurs locatives. Certes l année 212 avait été marquée par le choix de SFR de faire construire 135 m² à Saint-Denis, ce qui permet de relativiser cette baisse. Mais l offre neuve et restructurée s amoindrit également au sein de ces deux départements, victimes de leurs succès : elle a baissé d un tiers en deux ans. Enfin, en 2 nde couronne, après deux années marquées par de très grands comptespropres, le placement 213 retrouve le point bas de 21, avec moins de 2 m² commercialisés sur l année. Cette performance décevante confirme la polarisation géographique du marché francilien autour des principaux quartiers d affaires existants, seul l ordre du trio de tête (Paris, les Hauts-de-Seine et la 1 ère couronne) variant dans le temps. bureaux taux de dynamique 213 (placement 213 / parc de bureaux) CERGY Les calculs ont été faits selon les soussecteurs de marché KEOPS < 3 % de 3 à 6 % de 6 à 9 % NANTERRE 16 BOIS DE BOULOGNE PARIS BOBIGNY BOIS DE VINCENNES > 9 % VERSAILLES CRÉTEIL ÉVRY

11 POINT MARCHé Les transactions de plus de 5 m² Part des bureaux neufs et restructurés dans la la demande demande placée placée de bureaux > 5 m² (en millions de m²) 1,2 1,8,6,4, Neufs et restructurés 2 nde main la demande placée de bureaux Le nombre de transactions de plus de 5 m² à 1 m² 1 à 2 m² > 2 m² AUCUNE TRÈS GRANDE OPÉRATION SIGNÉE EN 213 Alors que les mega-deals restent d actualité sur le marché de l investissement, les grandes transactions de bureaux connaissent un point bas en 213, tant en nombre qu en volume. Les 58 mouvements d entreprises d une taille unitaire de plus de 5 m² ont subi une chute de 37 % par rapport à l année précédente pour ne totaliser qu à peine 7 m². Ce niveau s inscrit nettement en-dessous de la moyenne annuelle de 96 m² enregistrée depuis 24. Depuis 1 ans, seules deux années ont vu la concrétisation de moins de 6 grandes transactions de bureaux : 29 et 213. Mais, si en 29, leur part s élevait à près de la moitié du placement annuel, tout comme d ailleurs en 212, la situation est radicalement différente en 213. Elles ne représentent que 38 % de ce même placement et il faut remonter à 25 pour retrouver une aussi faible proportion. La morosité économique a clairement conduit les grands utilisateurs, qu ils soient du secteur privé ou public, à opter pour la prudence, quitte à reporter ou redimensionner leur projet. Leurs regroupements s essoufflent, comme en témoignent plusieurs chiffres. D abord, aucune transaction ne dépasse les 4 m² en 213, alors que la très bonne performance de 212 s expliquait notamment par 5 signatures supérieures à ce seuil de surface, dont un projet de 13 m². Ensuite, si 9 transactions supérieures à 2 m² ont été recensées, contre 1 en 212, le volume placé pour ce segment de surface baisse de moitié. Enfin, la tranche de 1 à 2 m² a, elle aussi, beaucoup souffert du ralentissement pour finir en retrait d un tiers par rapport à l année dernière. Seules les transactions de 5 à 1 m² se maintiennent à un niveau honorable, avec 217 m², mais elles sont tout de même en diminution pour la 3 ème année consécutive et ne suffisent donc pas pour absorber une offre devenue très abondante sur certains secteurs tertiaires. Géographiquement, les Hauts-de-Seine poursuivent leur progression, concentrant près de la moitié des transactions supérieures à 5 m² cette année. 9 d entre elles ont été réalisées à Boulogne-Billancourt et Issyles-Moulineaux, 4 à La Défense, et 5 sur les communes autour de La Défense. C est aussi dans ce département qu ont été conclues les 3 plus grandes transactions de l année 213 : GE a loué 38 m² dans Citylight à Boulogne- Billancourt, CETELEM a acheté 35 m² à Levallois-Perret, et le CONSEIL GÉNÉRAL DES HAUTS-DE-SEINE a acheté 31 m² dans Arena 92 à Nanterre. Les nombreuses disponibilités de bureaux neufs au sein de quartiers d affaires recherchés de l Ouest francilien ont permis à ces grands preneurs de trouver le produit immobilier en adéquation avec leurs besoins, et, au vu des récentes livraisons, cette tendance devrait se poursuivre en 214. A contrario, le reste de la 1 ère couronne, qui avait su tirer profit de ses valeurs locatives attractives depuis quelques années, est à présent en sérieuse perte de vitesse. Aucune transaction n a été signée dans le Val-de-Marne et la demande placée en Seine- Saint-Denis régresse de 12 %, essentiellement en raison de la réduction d un tiers de l offre neuve en 2 ans. Les grands utilisateurs, cherchant à rationaliser leurs surfaces et à réduire leurs charges immobilières, ont cette année encore privilégié les bureaux neufs ou restructurés sur lesquels ils ont signé des pré-commercialisations. Cette propension a pour corollaire une sévère désaffection des preneurs pour les locaux en état d usage. 62 m² ont été placés en 213 sur ce type de bureaux, soit le plus bas score jamais recensé. Par comparaison, en 212, 227 m² avaient été placés sur des locaux de 2 nde main non rénovés. Enfin, les entreprises comme les administrations privilégient de plus en plus les opérations en comptes-propres : 9 ont été signées cette année, qui représentent 1/5 ème du placement des plus de 5 m². On peut citer par exemple le TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE qui va faire construire 29 m² avenue de la Porte de Clichy dans le 17 ème, CRÉDIT AGRICOLE qui va s implanter sur 2 m² à Guyancourt ou encore EIFFAGE qui fait construire 23 m² à Vélizy-Villacoublay.

12 POINT MARCHé Les transactions de plus de 5 m² tableau de bord Transactions > 5 m² DONT BUREAUX NEUFS ET RESTRUCTURéS Nbre Volume évol /212 Nbre Volume évol /212 bureaux Paris Ouest - QCA m² m² Paris hors QCA m² m² La Défense m² m² Hauts-de-Seine hors Défense m² m² Seine-Saint-Denis m² m² Val-de-Marne m² m² Yvelines m² m² Val-d'Oise m² m² Seine-et-Marne m² m² Essonne m² m² Total Île-de-France m² m² Parmi les principales transactions GE CETELEM conseil général du 92 tgi sap eiffage erdf - transaction keops l oréal sncf - transaction keops Crédit agricole Mareil- Marly 1 Bailly Guyancourt L'Haÿles-Roses Saint- Germainen-Laye Marlyle-Roi Toussusle-Noble St-Rémy- lès- Chevreuse Le Pecq Châteaufort Le Port Marly Croissysur-Seine Rueil- Bougival Malmaison St-Aubin Carrièressur-Seine Maisons- Laffitte Le Mesnil- le- Roi Montesson Le Vésinet Louveciennes Buc Les Logesen-Josas La Celle- Saint-Cloud Rocquencourt Le Chesnay VERSAILLES Chatou Sartrouville Garches Vaucresson Marnesla Coquette Villed'Avray Chaville Viroflay Saclay Houilles Verrièresle-Buisson Villiersle-Bâcle NANTERRE Vélizy- Villacoublay Jouy-en- Josas 6 Suresnes Pierrefitte- Epinaysur-Seine Villetaneuse Seine sur- Stains Argenteuil Dugny Ile- Villeneuve- St- Le Gennevilliers la- Denis Bourget Garenne Bezons La Colombes Asnières- Saint-Denis Courneuve sur- Drancy Bois- Seine Colombes 8 St- 9 Aubervilliers 3 La Garenne- 2 4 Ouen Colombes 7 5 Clichy Courbevoie Levallois- Pantin Perret 18 Le Pré- Neuillysur-Seine 17 St-Gervais Puteaux 19 Saint- Cloud Sèvres Bièvres Vauhallan Meudon Igny 1 Palaiseau 16 Issy-les Moulineaux Clamart Le- Plessis- Robinson Châtenay- Malabry 15 Sceaux Vanves Malakoff Montrouge 6 Fresnes Gentilly Châtillon Arcueil Bagneux Fontenay- Cachan aux- Roses Massy Champlan Antony PARIS Bourg- la- Reine Chilly- Mazarin Wissous 3 4 Boulogne- Billancourt 13 Le Kremlin Bicêtre Villejuif Chevilly- Larue Rungis Paray- Vieille- Poste 11 Thiais 12 2 Vitry-sur-Seine Vigneuxsur-Seine Athis- Mons Orly Bonneuil en-france Vincennes St- Mandé Villeneuve-le-Roi Bois de Vincennes Ablonsur-Seine St-Maurice St-Maurdes-Fossé Charentonle-Pont Maisons- Alfort Le Blanc- Mesnil Romainville Les Lilas Bagnolet Montreuil Ville Rosnysous-Bois Noisyle-Sec CRÉTEIL Villeneuve- St- Georges Aulnay- sous- Bois Les Pavillo sou Bondy Bo Le Perre sur- Mar Cha sur Choisyle-Roi Ivrysur-Seine Alfortville Bonneuil- sur- Marne Ne Plai Limeil- Brévannes Yerres Br

13 POINT MARCHé LES GRANDS UTILISATEURS Où s installent les banques et les assurances depuis 28? (en % du volume placé) 7% 18% 2% 43% 26% 4% placement des Banques-Assurances (en m²) Zoom Banques et Assurances (> 5 m²) Les banques et compagnies d assurances sont restées discrètes en 213, avec à peine plus de 1 m² placés. Les plus grandes transactions ont concerné LA BANQUE POSTALE à Issy-les-Moulineaux sur plus de 14 m² ou encore CRÉDIT AGRICOLE avec un compte-propre de 2 m² à Guyancourt. Les grands mouvements observés au cours des années précédentes étaient dus à de vastes opérations de regroupements, qui semblent s essouffler depuis maintenant 2 ans. En outre, le contexte politico-économique de 212 / 213 a engendré de nouvelles incertitudes et l attentisme est de rigueur pour ces sociétés financières. Paris et les Hauts-de-Seine demeurent les destinations privilégiées de ces utilisateurs, qui ciblent surtout les immeubles les plus récents et les plus qualitatifs. Les Hauts-de-Seine se prêtent particulièrement bien à leurs attentes, en leur permettant de rationaliser leurs surfaces. Mais quelques sociétés préfèrent encore bénéficier d une adresse parisienne : la plupart s installent à Paris Centre Ouest, même si ces dernières années, certaines se sont positionnées sur des immeubles aux dernières normes environnementales au sein des 15 ème et 19 ème arrondissements Neufs / Restructurés Rénovés En état d usage Moyenne de placement Où s installent les administrations depuis 28? (en % du volume placé) 17% 1% 5% 11% 4% 1% % placement des Administrations (en m²) Zoom Administrations (> 5 m²) Le placement concernant les administrations marque un point bas en 213 avec à peine 93 m². Il s agit du plus faible score depuis longtemps, qui contrecarre l exceptionnelle performance de 212 caractérisée par de grands mouvements de ministères. Cette année, 5 opérations seulement ont été recensées, dont la plus importante concerne le CONSEIL GÉNÉRAL DES HAUTS-DE-SEINE, qui a acheté 31 m² dans l immeuble Arena 92 à Nanterre. À noter également, le compte-propre du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE avec 29 m² à Paris 17 ème, près de la porte de Clichy. De manière assez paradoxale en ces temps d économies budgétaires, de 28 à 213 les deux tiers des surfaces commercialisées auprès des administrations l ont été sur Paris. Contrairement aux tendances dominantes jusqu au tournant des années 2, les quartiers moins centraux sont toujours privilégiés. Par exemple, PÔLE EMPLOI et le RECTORAT DE PARIS ont respectivement choisi les 1 ème et 19 ème arrondissements. De plus, ce recentrage des diverses administrations vers la capitale s accompagne d une amélioration de la qualité des bureaux qu elles louent ou qu elles achètent pour leur propre compte. Ainsi, l État parvient à rationaliser simultanément les coûts d occupation immobiliers, et à optimiser le patrimoine immobilier dont il est propriétaire Neufs / Restructurés Rénovés En état d usage Moyenne de placement

14 POINT MARCHé LES GRANDS UTILISATEURS Où s installent les industries depuis 28? (en % du volume placé) 12% 54% 6% 8% 15% 5% placement des Industries (en m²) Zoom Industries et Activités de production (> 5 m²) Après 3 ans remarquables pour l industrie, le placement 213 n atteint que 18 m², en baisse de moitié par rapport à 212. L année écoulée a été animée par L ORÉAL sur 21 5 m² dans le Nuovo à Clichy, COCA-COLA à Issy-les-Moulineaux sur 13 m² ou encore EUROCOPTER à Dugny, qui fait construire 14 m² de bureaux. Malgré ces belles signatures, la surface moyenne prise à bail se réduit significativement d une année sur l autre, passant de 16 m² à seulement 9 8 m². Plus de 8 % des surfaces commercialisées en 213 auprès de cette catégorie de preneurs ont porté sur des bureaux neufs ou restructurés. Les industriels se sont en revanche détournés des locaux en état d usage au cours de ces derniers mois. Seule une transaction s est conclue sur des bureaux récents et en très bon état. Avec 54 % des mouvements depuis 28, les Hauts-de-Seine demeurent la localisation de prédilection de ces utilisateurs. Les Yvelines perdent pour leur part un peu de terrain, car une seule signature d à peine plus de 5 5 m² a été recensée cette année. bureaux Neufs / Restructurés En état d usage Rénovés Moyenne de placement Où s installent les sociétés de services et de conseil depuis 28? (en % du volume placé) 8% 6% 27% 53% 6% placement des Sociétés de Services et Conseil (en m²) 2 Zoom Services et Conseil (> 5 m²) Après deux années atones, l activité des sociétés de conseil et de services retrouve un niveau en ligne avec sa moyenne de long terme, avec près de 1 m² de bureaux commercialisés. Toutefois, l année 213 a surtout été marquée par le choix de CETELEM de s installer à Levallois-Perret, sur près de 35 m², et, dans une moindre mesure, par celui de CMS BUREAU FRANCIS LEFEBVRE de louer 16 5 m² de bureaux à Neuilly-sur-Seine. Ces deux transactions représentent ainsi la moitié du placement 213. En conséquence, les Hauts-de-Seine concentrent plus de la moitié des mouvements de 28 à 213, tandis que Paris recule de plusieurs points pour ne recueillir que 27 % des surfaces. Plus encore que pour les autres catégories d utilisateurs, les locaux de 1 ère main sont privilégiés par les sociétés de conseil et de services, au détriment des locaux en état d usage. Ces preneurs prêtent en effet une grande attention à leur image de marque et se doivent notamment d être exemplaires en matière de responsabilité sociale et environnementale. Pourtant, comme la conjoncture économique morose pèse toujours sur leurs budgets immobiliers, les bureaux rénovés bénéficient également d un regain d intérêt, avec un placement en hausse de moitié par rapport à Neufs / Restructurés En état d usage Rénovés Moyenne de placement

15 La mobilité des grandes entreprises depuis 3 ans (mouvements unitaires > 5 m² de bureaux) POINT MARCHé Méthodologie : Carte des principaux mouvements des grands utilisateurs Nous avons étudié pour 17 transactions de plus de 5 m² de bureaux en Île-de-France recensées de 211 à 213, le département d origine et le département d installation, ainsi que la motivation des mouvements des grands utilisateurs. Val-d Oise 39 m² m² 5 9 m² Seine-Saint-Denis Valeur Définitions : Mouvements endogènes Mouvements exogènes Mouvements endogènes : mouvements des sociétés à l intérieur même de leur département d origine. Yvelines Hauts-de-Seine 12 9 m² 95 m² 12 8 m² Paris Ouest + 7 ème m² 19 7 m² 219 m² m² 21 7 m² 14 9 m² 26 8 m² Reste de Paris 2 1 m² m² 5 6 m² 5 m² 65 9 m² 45 m² m² 118 m² 29 8 m² Val-de-Marne 63 5 m² Seine-et-Marne 25 m² 6 6 m² Mouvements exogènes : mouvements des sociétés qui ont choisi de quitter leur département d origine. Essonne 18 9 m² 6 m² Les mouvements des grandes entreprises Vers De Paris Ouest - QCA Reste de Paris Paris Ouest - QCA 21 7 m² 14 9 m² 26 8 m² Reste de Paris 219 m² m² 65 9 m² m² 2 1 m² m² 5 m² 5 9 m² 29 8 m² m² 12 8 m² m² m² 18 9 m² m² 19 7 m² m² 95 m² m² 45 m² 25 m² 6 m² 63 5 m² m²

16 POINT MARCHé La mobilité des grandes entreprises depuis 3 ans (mouvements unitaires > 5 m² de bureaux) Motivations des mouvements des grands utilisateurs (sur un échantillon de 12 transactions, en m²) 15% 14% 8% 1% 53% Regroupement Recherche d économies Modernité Extension Autres DES ENTREPRISES MOINS DISPOSÉES À CHANGER DE TERRITOIRE Confirmant les tendances identifiées dès le 1 er semestre, l année 213 est plus que jamais placée sous le signe des mouvements endogènes. Plus de 8 % des surfaces de plus de 5 m² commercialisées sont le fait de mouvements d utilisateurs au sein du même département, contre environ 6 % sur une période de 3 ans. Sans surprise, la recherche d économies, et, par conséquent, les regroupements demeurent les principales motivations des mouvements des entreprises. Parmi un échantillon de 12 transactions sur une période de 3 ans, les deux tiers des surfaces ont été concernés par l un ou l autre de ces 2 objectifs. Les immeubles neufs, proches des transports en commun, et proposés à des loyers entre 28 et 35 /m² sont très recherchés, la baisse de loyer facial étant devenue cette année le critère n 1 pour bon nombre de preneurs. Cette tendance se retrouve d ailleurs également sur le marché des petites et moyennes surfaces : les PME souhaitent sécuriser leurs dépenses immobilières sur la durée et sont aujourd hui disposées à signer des baux plus longs, comme les grands utilisateurs. En complément, la recherche de modernité, qui concentre 14 % des surfaces placées sur 3 ans, est la conséquence directe de la volonté des entreprises de rationaliser leurs surfaces, et ainsi, de réduire leurs charges immobilières. Mais, au-delà de ces critères financiers, les grandes entreprises souhaitent également rester proches de leur localisation initiale, pour réduire au minimum le risque de départ de leurs salariés. Ainsi, même si elles étudient de plus en plus fréquemment des possibilités d emménagement au sein de différents secteurs géographiques franciliens, au final leur choix porte très souvent sur le département où elles sont déjà implantées. Leurs directions financières ont pris pleinement conscience qu un taux d attrition élevé des collaborateurs a un coût indirect souvent supérieur à la réduction des charges immobilières obtenue grâce à un déménagement sur un immeuble moins cher, par exemple en 2 nde couronne, secteur sur lequel aucun grand mouvement n a d ailleurs été observé en 213. Certains utilisateurs ont tout de même changé de département, pour généralement s installer en 1 ère couronne. Le foncier disponible permet en effet d y construire des immeubles de 1 ère main à des loyers ou prix qui restent accessibles pour les utilisateurs, à l image des regroupements de ces dernières années. En 3 ans, 9 entreprises ont donc quitté Paris pour la Seine-Saint-Denis, département où les immeubles neufs sont présentés à des loyers très attractifs en cette période de stagnation économique, et 8 entreprises ont quitté Paris pour les Hauts-de-Seine. Bénéficiant d une offre abondante et conforme aux dernières normes environnementales, ce département truste toujours le marché des grandes transactions : 3 opérations de plus de 5 m² sur les 58 signées en 213 étaient localisées dans ce département. Cette fuite des entreprises hors de la capitale pourrait potentiellement devenir critique. Cette année, 7 sociétés ont quitté Paris, et aucune ne s y est installée (hors mouvements endogènes et regroupements incluant des sites intra muros). Le marché parisien est donc devenu exclusivement captif, et fortement concentré sur les meilleurs quartiers d affaires. En effet, si certains utilisateurs ont fait le choix d arrondissements quelque peu excentrés tels le 19 ème ou le 15 ème, où l offre qualitative y est plus abordable, un regain d intérêt pour Paris Centre Ouest est parallèlement observé, et plus spécifiquement pour les quartiers en bordure du quartier d affaires, qui offrent des loyers moins élevés que les 7 ème ou 8 ème arrondissements. Après le maigre score de 212, 9 transactions de plus de 5 m² ont ainsi été réalisées au sein du QCA cette année, dont KLÉSIA qui a loué 15 m² dans le 17 ème arrondissement. De plus, certaines sociétés ont aussi profité de la baisse des valeurs locatives parisiennes pour se réimplanter en 213 sur des petites ou moyennes surfaces au sein de la capitale. bureaux

17 POINT MARCHé Les loyers de bureaux Les loyers moyens de 1 ère main (hors mesures d accompagnement) (en HT HC / m² / an) S 24 2S 24 1S 25 2S 25 1S 26 2S 26 1S 27 2S 27 1S 28 2S 28 1S 29 2S 29 1S 21 2S 21 1S 211 2S 211 1S 212 2S 212 1S 213 2S 213 Paris Ouest - QCA Saint-Denis La Défense Boulogne-Billancourt Les loyers moyens de 2 nde main (hors mesures d accompagnement) (en HT HC / m² / an) DES UTILISATEURS EN POSITION DE FORCE LORS DES NÉGOCIATIONS Des baisses de loyers faciaux ont été observées tout au long de l année, particulièrement à Paris Ouest - QCA et à La Défense, et ce pour trois raisons principales. D abord, le contexte économique morose pèse sur la santé financière de toutes les entreprises, qui, prudentes, cherchent avant tout à réduire leurs charges immobilières. Ensuite, les grands utilisateurs, principaux consommateurs de surfaces de 1 ère main, se font discrets, d où une relative absence de transactions prime. À Boulogne-Billancourt par exemple, des transactions se sont signées à des valeurs faciales entre 39 et 425 /m² pour Etik, loin des 45-5 /m² constatées deux ans auparavant. À Paris, aucun loyer n est supérieur à 8 /m², avec seulement 5 transactions qui atteignent ou dépassent les 75 /m², contre une dizaine au cours de l année précédente. Enfin, la surabondance de l offre a accentué la pression baissière dans certains quartiers d affaires. Face au lent écoulement des bureaux disponibles, le rapport de force entre les utilisateurs et les propriétaires a changé. Ces derniers doivent consentir à d importants efforts dans le but de réduire la vacance au sein de leur patrimoine immobilier. 213 s est ainsi caractérisée par une prise d ampleur et une généralisation des mesures d accompagnement, qui représentent fréquemment entre 2 et 3 % du loyer facial, soit 2 à 3 mois de franchise de loyer par année ferme d engagement au bail. À Paris Ouest - QCA par exemple, la différence peut aller jusqu à 2 /m² sur des immeubles dans le 8 ème arrondissement. S ils permettent aux preneurs de saisir des opportunités pour se positionner sur des bureaux mieux situés et / ou de meilleure qualité, de tels écarts entre loyer facial et loyer économique créent en parallèle une distorsion dans le marché, ce dont les propriétaires ont pris conscience. La plupart des investisseurs redoublent donc de vigilance pour tenir compte de la juste valeur locative des bureaux dans leurs stratégies de détention. 1 1S 24 2S 24 1S 25 2S 25 1S 26 2S 26 1S 27 2S 27 1S 28 2S 28 1S 29 2S 29 1S 21 2S 21 1S 211 2S 211 1S 212 2S 212 1S 213 2S 213 Paris Ouest - QCA Saint-Denis La Défense Boulogne-Billancourt Fourchette des loyers prime en Île-de-France (en HT HC / m² / an) Paris Ouest - QCA et 7 ème Arr. Paris Sud Paris Nord La Défense et Neuilly-sur-Seine Boulogne - Issy Hauts-de-Seine Sud Hauts-de-Seine Nord Saint-Denis - Saint-Ouen Montreuil - Bagnolet Ivry - Gentilly 2 nde Couronne

18 POINT MARCHé Les loyers de bureaux Méthodologie Indice des loyers de 2 nde main en Île-de-France La Direction Études et Recherche de KEOPS a constitué un indice des loyers en Île-de-France, basé sur les loyers faciaux des transactions de bureaux de 2 nde main. Cet indice, trimestriel, a été rétrospectivement initié au 1/1/22. Son principe général consiste à fixer la répartition géographique de l échantillon, afin que la localisation des transactions d un trimestre sur l autre n influe pas sur l évolution de l indice. Constitution de l échantillon Plus de 13 millions de m² de bureaux de 2 nde main ont été commercialisés entre 24 et 213 sur 22 communes. Parmi celles-ci, nous avons sélectionné 6 communes cumulant 83 % du volume des transactions de la période. Le placement réalisé entre le 1/1/4 et le 31/12/13 permet d établir la pondération définitive de chaque commune dans l indice. Calcul de l indice Le loyer moyen des 6 derniers mois de transactions est effectué, chaque trimestre, et pour chaque commune. Un loyer moyen pondéré en Île-de-France (cf constitution de l échantillon) est ensuite calculé, puis ramené en base 1 au 1 er trimestre 22. Si aucune transaction n est référencée au cours des 6 derniers mois, le loyer moyen du trimestre précédent est retenu. UN DÉCROCHAGE DES VALEURS LOCATIVES Sous l effet conjugué du ralentissement de la demande et des incertitudes économiques, une forte baisse de l indice des loyers de 2 nde main en Île-de-France a eu lieu en début d année, de l ordre de 2 points de base. Depuis la date de construction de cet indicateur, c est la chute la plus brutale dans un laps de temps aussi court. Ce décrochage des loyers de la plus grosse partie du marché est apparu très inquiétant à bon nombre de propriétaires, presque tous étant concernés par une vacance partielle de leur patrimoine immobilier tertiaire. Afin de maintenir des loyers faciaux élevés, les bailleurs ont vite réagi et se sont mis à rénover leurs locaux, surtout à Paris et dans les Hauts-de-Seine. Cette tentative s est globalement avérée fructueuse tout en permettant simultanément à l indice des loyers Département Nbre de communes dans l'échantillon de se stabiliser à 17,6 à fin décembre 213. Toutefois, les valeurs locatives ne sont pas encore revenues à leurs niveaux de décembre 212, à l image de l indice dans la capitale, qui ressort aujourd hui à 114,5 au lieu de 115,6 points un an auparavant, ou encore de celui de la 2 nde couronne qui a baissé de l ordre de 2 points de base sur la même période. Tant que la reprise économique ne sera pas enclenchée un peu plus fermement, soit d après les dernières prévisions, au cours du 2 nd semestre 214 dans le meilleur des cas, la pression baissière sur les loyers de 2 nde main devrait se poursuivre, notamment pour les bureaux en état d usage, considérés comme obsolètes dans un marché devenu sur offreur. Représentativité de l'échantillon (% du placement du département) Part du placement en Île-de-France Paris 12 89% 38% Hauts-de-Seine 14 87% 3% Seine-Saint-Denis 6 69% 5% Val-de-Marne 6 54% 3% Yvelines 9 65% 3% Essonne 6 58% 2% Val-d'Oise 4 67% 2% bureaux Seine-et-Marne 3 3% 1% Indice KEOPS des loyers de bureaux de 2 nde main en Île-de-France ,6 9 8 T4 22 T4 23 T4 24 T4 25 T4 26 T4 27 T4 28 Indice du coût de la construction Indice des loyers de 2 nde main T4 29 T4 21 T4 211 T4 212 T4 213

19 POINT MARCHé L offre de bureaux Évolution annuelle de l offre la demande placée de bureaux en Île-de-France (en millions de m²) Stock immédiat Stock à moins d un an Qualification de l offre à moins d un an (en millions Évolution trimestrielle de m²) de la demande placée 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1,5 T4 23 T4 24 T4 25 T4 26 T4 27 T4 28 T4 29 T4 21 T4 211 T4 212 T4 213 Immeubles neufs et restructurés Immeubles de 2 nde main Évolution de l offre par secteurs (en millions de m²) Paris Hauts-de-Seine TOUS LES MOYENS SONT BONS POUR ATTIRER UN PRENEUR Avec près de 4 millions de m² immédiatement disponibles, l offre de bureaux subit les conséquences directes du ralentissement de la demande, à commencer par celle des grands utilisateurs. En outre, les nombreux regroupements observés au cours des années 211 et 212 ont donné lieu à d importantes libérations. Plus que jamais, l absorption de l offre est difficile et les propriétaires de bureaux vacants sont mis à rude épreuve. Assez paradoxalement dans ce contexte de suroffre, des opérations ont pourtant été lancées "en blanc" à Paris et dans les Hautsde-Seine depuis l été 213, sans même attendre que celles déjà sur le marché soient commercialisées. Certaines, initiées au cours des dernières années, sont disponibles immédiatement, comme par exemple l immeuble Eqho à La Défense, qui totalise 75 m², tandis que d autres seront livrées courant 214 : 21 m² dans La Défense Autrement à La Garenne-Colombes ou 18 m² dans Pushed Slaab à Paris 13 ème, qui est un des seuls projets de telle envergure attendus dans la capitale l an prochain. L offre à un an atteint donc un pic à 5,3 millions de m², et l offre neuve ou restructurée disponible à un an retrouve son niveau du début de l année 21. Face à cette nouvelle donne, les propriétaires ont tout mis en œuvre dans l espoir d attirer de futurs locataires. Ils ont d abord consenti des baisses de loyers de présentation, parfois importantes. Dans le 8 ème arrondissement par exemple, environ 1 % des offres ont vu leur loyer de présentation baisser de près de 1 /m² en quelques mois. Ces réajustements ont surtout rythmé la première partie de l année 213 et se sont apaisés au cours du dernier trimestre, en nombre comme en valeur. Mais une autre initiative des propriétaires est alors venue relayer leur effort financier initial : ils se sont montrés de plus en plus enclins à abaisser les seuils de divisibilité de leurs offres, même les plus grandes, préférant louer leurs bureaux vacants à plusieurs utilisateurs plutôt que de chercher en vain un éventuel mono-locataire. Enfin, dans cette situation concurrentielle, les propriétaires ont dû travailler qualitativement leurs offres. Les rénovations de locaux de 2 nde main ont ainsi progressé de près d un tiers en deux ans. Ces travaux, d un coût plus faible qu une restructuration lourde, permettent de retrouver plus facilement un locataire. En conséquence, après la forte progression observée en 212, l offre en état d usage, souvent jugée obsolète par les preneurs, se résorbe légèrement, notamment dans les Hautsde-Seine. Toutefois, la situation de l offre à un an dans ce département devient préoccupante. Si le parc tertiaire y est de grande qualité, la vacance est également très importante : 2,4 millions de m² sont disponibles à moins d un an, un niveau jamais atteint, à comparer aux quelques 8 m² absorbés en moyenne chaque année par le marché alto-séquanais. En 1 ère couronne Est (Seine-Saint-Denis et Valde-Marne) et en 2 nde couronne, l offre demeure mieux maîtrisée. Surtout, des bureaux neufs, certifiés, proposés à des loyers attractifs, sont en parfaite adéquation avec la demande des entreprises en recherche de bureaux rationnels et d économies. Enfin, quelques secteurs de 2 nde couronne souffrent de plus en plus d obsolescence, comme par exemple Évry dont près de 9 % des surfaces vacantes portent sur des locaux en état d usage. Reste de la 1 ère Couronne 2 nde Couronne,5 1 1,5 2 2,

20 POINT MARCHé L offre de bureaux Évolution trimestrielle de la demande placée évolution des délais d écoulement et du taux de vacance 6, ,1 15 4,2 4, ,4 4,4 Délai théorique d écoulement (mois) Taux de vacance (%) 11 6,6 2 7, UN écoulement PLUS LONG POUR TOUS LES TYPES DE BUREAUX Après avoir remonté en début d année, le taux de vacance en Île-de-France est resté stable au cours du dernier trimestre autour de 7,5 % (sur la base du parc de bureaux francilien recalculé à 52 millions de m² par l ORIE en 213). Cette évolution relativement favorable est essentiellement due à quelques retards de livraisons à l image du Fairway à Montrouge, 17 m² de bureaux neufs, qui ne sera achevé que début 214. De fait, le délai théorique d écoulement de l offre immédiate enregistre une hausse pour la première fois en trois ans, pour atteindre 22 mois. C est d abord l offre de 2 nde main qui subit le plus lourdement le ralentissement de la demande et il faut désormais 29 mois pour écouler le stock immédiatement disponible de bureaux en état d usage ou rénovés. Mais même l offre de 1 ère main s écoule aujourd hui plus lentement, nécessitant 12 mois, suite à l affaiblissement des grandes transactions qui pénalise cette typologie d actifs. Géographiquement, les délais d écoulement se sont allongés considérablement un peu partout en Île-de-France, et parfois de manière alarmante sur certains secteurs de 1 ère couronne. Sur le marché des Hauts-de-Seine Nord par exemple, ils sont passés de 26 mois fin 212 à 43 mois aujourd hui. De même, il faudrait théoriquement plusieurs années de transactions pour écouler le stock de bureaux au sein de territoires de 2 nde couronne tels que Cergy- Pontoise ou Évry. Cependant, même au sein de ces secteurs qui traversent une passe délicate, ces longs délais moyens d écoulement posent surtout problème pour les immeubles devenus obsolètes, alors que les immeubles de qualité, situés au bon emplacement, et proposés à un loyer en adéquation avec les attentes des utilisateurs trouvent plus facilement preneur. bureaux Cartographie de l offre sur les secteurs de marchés tertiaires 16 % 14 % Rueil - Saint-Cloud - Surenes Courbevoie - Puteaux - Nanterre Hauts-de-Seine Sud Hauts-de-Seine Nord Saclay - Courtaboeuf La Défense évry (18 mois) 12 % 1 % 8 % Saint-Denis - Saint-Quentinen-Yvelines Paris Nord 2 Saint-Ouen Boulogne - Neuilly - Levallois Issy Massy - Antony Montreuil - Bagnolet Ivry - Gentilly Versailles - Vélizy Orly - Rungis Marne-la-Vallée Cergy-Pontoise Saint-Germain-en-Laye 6 % Paris Nord Pantin - Aubervilliers 4 % Paris Ouest - QCA Paris Sud Paris Est Vincennes - Créteil Bassin d Argenteuil 2 % % mois 1 mois 2 mois 3 mois 4 mois 5 mois 6 mois 7 mois 8 mois 9 mois 1 mois Marchés à l équilibre Marchés déficitaires en demande Marchés offrants des opportunités Taux de Vacance IDF = 7,5 % Marchés en suroffre Délais d écoulement IDF = 22 mois

LA DEMANDE PLACÉE UNE ANNÉE 2013 SANS REBONDISSEMENT. www.keops.fr LA DEMANDE PLACÉE DE BUREAUX (EN MILLIONS DE M²)

LA DEMANDE PLACÉE UNE ANNÉE 2013 SANS REBONDISSEMENT. www.keops.fr LA DEMANDE PLACÉE DE BUREAUX (EN MILLIONS DE M²) POINT MARCHÉ 24 8 LA DEMANDE PLACÉE LA DEMANDE PLACÉE DE BUREAUX (EN MILLIONS DE M²) 3 2,5 2,5,5 la demande placée de bureaux 999 2 23 25 27 29 2 23 PART DES ACQUISITIONS DANS LA DEMANDE PLACÉE EN 23 (EN

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER

FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER FÉDÉRATION NATIONALE DE L IMMOBILIER 11 Septembre 2014 Plafonnement des honoraires de location : La mesure entre en vigueur lundi 15 septembre 2014 Les honoraires perçus auprès des locataires par les agents

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012

Evolution du parc de logements sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Evolution du parc de sociaux dans les Hauts-de-Seine 2002-2012 Pôle Aménagement du Territoire Direction de l Habitat 1. Les communes «SRU» ont opéré un rattrapage accéléré 2. Les communes ayant un taux

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2015. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 215 Accelerating success. perspectives Un marché immobilier qui attend la reprise de l économie >L e marché des bureaux francilien a progressé

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 2 ème trimestre 2014 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 1 er trimestre 2014 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 1 er trimestre 2015 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux

Plus en détail

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007

Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 2007 Le marché des bureaux en Première Couronne Sud 4ème trimestre 27 9 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de la Première Couronne Sud au 4ème trimestre 27 : - De nombreux engagements, -

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008

Paris Centre Ouest. Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Paris Centre Ouest Le marché des bureaux 2ème trimestre 2008 Juillet 2008 Chiffres clés et marché de l'investissement Le marché de Paris Centre Ouest au 1er semestre 2008 : Paris Centre Ouest dont QCA

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 2 ème trimestre 2015 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU 1 ER SEMESTRE 214 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des mesures prises par la BCE le 5 juin qui devraient redonner un peu de souffle à l économie

Plus en détail

LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015?

LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015? LE GRAND PARIS ET SES FUTURES GARES : OÙ EN EST LE MARCHÉ DU LOGEMENT NEUF AU 1 er TRIMESTRE 2015? Dans la continuité de sa note de conjoncture sur le logement neuf en Ile-de-France, l ADIL 75 vous présente

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction

Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 24 avril 2013 Intervention Eric Beray Directeur du département Bureaux Grandes Surfaces Paris Ouest IDF BNP Paribas Real Estate Transaction 1 Contre toute attente, l année 2012 avait été marquée par un

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

Les migrations résidentielles font évoluer la sociologie du centre de l agglomération parisienne

Les migrations résidentielles font évoluer la sociologie du centre de l agglomération parisienne Les migrations résidentielles font évoluer la sociologie du centre de l agglomération parisienne SEPTEMBRE 2012 Jardins des Grands Moulins, Paris 13 e Apur La population des communes se modifie en permanence

Plus en détail

Fiches pôles d emploi

Fiches pôles d emploi Fiches pôles d emploi DÉCEMBRE 2014 1 Quartier Central des Affaires, 8 e, 9 e 2 4 e, 10 e, 11 e 3 5 e, 6 e, 7 e 4 Gare de Lyon-Bercy 5 13 e 6 Montparnasse 7 La Défense 8 Bobigny, Noisy-le-Sec 9 Bondy 10

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

grandes surfaces du 1 er semestre 2013 LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : Juillet 2013 I île-de-france www.colliers-keops.fr

grandes surfaces du 1 er semestre 2013 LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : Juillet 2013 I île-de-france www.colliers-keops.fr Juillet 21 I île-de-france LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : grandes surfaces BUREAUX DE PLUS DE m² Bilan du 1 er semestre 21 1 Les chiffres-clés du marché des bureaux > m² Demande placée au 1 er

Plus en détail

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 354 - Avril 2011 Emploi L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris Au 1

Plus en détail

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Heures Noires IDF Croissant Ouest T1 215 1 Avril 215 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri Défense 11 Définitions

Plus en détail

Ile-de-France ViewPoint

Ile-de-France ViewPoint CBRE www.cbre.fr/fr_fr/etudes LES PARCS D ACTIVITÉS EN ILE-DE-FRANCE Erika LEONARD, Chargée d études Senior, France PRÉAMBULE Le marché des parcs d activités est un marché relativement prisé des utilisateurs

Plus en détail

Une étude de la caisse d Assurance Maladie des Hauts-de-Seine

Une étude de la caisse d Assurance Maladie des Hauts-de-Seine 13 juillet 2010 Communiqué de presse LES DÉPENSES DE TRANSPORTS DE SANTÉ FLAMBENT DANS LE 92! Une étude de la caisse d Assurance Maladie des Hauts-de-Seine Dans les Hauts-de-Seine, les dépenses de remboursement

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers Pour obtenir une information ou connaître l adresse

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement

Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 1 er semestre 2012 Evolutions contrastées entre le marché locatif et le marché de l investissement Un marché locatif en baisse de 18 qui atteint 960 000

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, le 17 novembre 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Boosté par quelques transactions majeures, le marché de l immobilier de commerce affiche

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement . Panorama bureaux Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement Pénalisé par l environnement économique, fiscal et règlementaire, le marché

Plus en détail

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Erwan Cornen 080609 Les Pavillons-sous-bois 1 Le SIPPEREC en quelques dates 1924 :

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2011 5 B-5-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2011 5 B-5-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2011 5 B-5-11 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIFS D INCITATION A L INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOCATIF. ACTUALISATION POUR 2011 DES PLAFONDS

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE L HABITAT COLLECTIF LES APPARTEMENTS NEUFS AU 2nd SEMESTRE LES CHIFFRES-CLES EN ILE-DE-FRANCE Mises en vente évo./an* Ventes évo./an* Stock fin pério évo./an* 75 243-61% 361

Plus en détail

Le marché du logement neuf en Ile-de-France

Le marché du logement neuf en Ile-de-France Observatoire du Logement Neuf des ADIL d Ile-de-France Note de conjoncture 3 ème trimestre 2015 Étude sur la Commercialisation des Logements neufs par les Agences d Information de la Région Ile-de-France

Plus en détail

La conjoncture immobilière peut être schématisée à

La conjoncture immobilière peut être schématisée à 56 6 LA CONJONCTURE IMMOBILIÈRE EN ITALIE Extrait de : Osservatorio sul Mercato Immobiliare n 2/2011, Nomisma, juillet 2011. 6.1 / Prix et volumes des transactions La conjoncture immobilière peut être

Plus en détail

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012.

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012. Résultats Semestriels 2012 Résultats Semestriels 2012 Une stratégie en marche 26 juillet 2012 Un 1 er semestre très actif 26 juillet 2012 1 Stratégie et réalisations 2- Performances opérationnelles 3-

Plus en détail

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012

Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 Achat immobilier : profil type des acquéreurs en 2012 1- Profil des acquéreurs, tous dossiers Immoprêt confondus A quel âge achète-t-on, quel est le budget et l apport moyen, seul ou en couple? 2- Profil

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

LA GAMME D UNITÉS DE COMPTE IMMOBILIÈRES DE SURAVENIR

LA GAMME D UNITÉS DE COMPTE IMMOBILIÈRES DE SURAVENIR LA GAMME D UNITÉS DE COMPTE IMMOBILIÈRES DE SURAVENIR Investir sur des parts d un support immobilier dans un contrat d assurance-vie permet de bénéficier de la fiscalité attrayante de ce dernier et d avoir

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Evolution de la demande placée en m² (Sources : Knight Frank, IPD-Immostat) 2 515 900 T1 2 464 400 9% 22% 22% 19% 23% 39% 34% 33% 25% 25% 22% 25% 22%

Evolution de la demande placée en m² (Sources : Knight Frank, IPD-Immostat) 2 515 900 T1 2 464 400 9% 22% 22% 19% 23% 39% 34% 33% 25% 25% 22% 25% 22% LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 ILE-DE-FRANCE Demande placée 1 530 500 m² +1 : au terme des 9 premiers mois de l année, l activité transactionnelle progresse nettement mais à un rythme moins soutenu que celui

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

PARIS VISION L UPDATE CHIFFRÉ ET DÉTAILLÉ Le marché locatif en Ile-de-France au 1er trimestre 2015

PARIS VISION L UPDATE CHIFFRÉ ET DÉTAILLÉ Le marché locatif en Ile-de-France au 1er trimestre 2015 PARIS VISION L UPDATE CHIFFRÉ ET DÉTAILLÉ Le marché locatif en Ile-de-France au 1 er trimestre 2015 ATOUT COEUR La forme éclatante du QCA et des marchés centraux face à la faiblesse de la périphérie Les

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT

POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT POINT MARCHÉ INVESTISSEMENT FRANCE 1 DÉCOLLAGE DU MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT Avec 11,5 milliards d euros investis au 1 er semestre 1, la hausse est de 7 % par rapport à la même période en 13. Le marché

Plus en détail

MONOGRAPHIE DES ENTREPRISES FINANCEES

MONOGRAPHIE DES ENTREPRISES FINANCEES 24/10/ HAUTS- DE-SEINE INITIATIVE MONOGRAPHIE DES ENTREPRISES FINANCEES PAR HAUTS-DE-SEINE INITIATIVE A TRAVERS Période 1999-2012 Aurore CASSIN Méthode Cette étude a pour objectif de dresser un panorama

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER

15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER 15 e OBSERVATOIRE 15 e DU CRÉDIT IMMOBILIER Avec la participation de Roland Tripard, Président du directoire de SeLoger.com Conférence de Presse Paris, le 12 mars 2012 Hervé Hatt Directeur général de meilleurtaux.com

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Laffitte Pierre, vous bénéficiez donc d une véritable

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

Document publicitaire

Document publicitaire Document publicitaire CONJONCTURE (JUIN 2012) Immobilier d entreprise* LES PERFORMANCES PASSÉES NE PRÉJUGENT PAS DES PERFORMANCES FUTURES MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT : PLUSIEURS TRANSACTIONS D ENVERGURE

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

À Paris, les femmes ont des salaires plus élevés qu ailleurs mais très inférieurs à ceux des hommes

À Paris, les femmes ont des salaires plus élevés qu ailleurs mais très inférieurs à ceux des hommes ATELIER PARISIEN D URBANISME 17, BD MORLAND 754 PARIS TÉL : 1 42 71 2 14 FAX : 1 42 76 24 5 http://www.apur.org À Paris, les femmes ont des salaires plus élevés qu ailleurs mais très inférieurs à ceux

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers Pour obtenir une information ou connaître l adresse

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Édito FRANCE NOTE DE CONJONCTURE. 1er trimestre 2012 FRANCE. www.colliers-keops.fr

Édito FRANCE NOTE DE CONJONCTURE. 1er trimestre 2012 FRANCE. www.colliers-keops.fr 1er trimestre 2012 FRANCE FRANCE NOTE DE CONJONCTURE Édito Depuis plusieurs mois, le secteur de l immobilier d entreprise subit une double pression. D un côté, le scénario d une croissance molle s impose

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 La construction neuve de logements s est de nouveau inscrite en baisse en 1997 ( 1,3 % en volume), mais dans des proportions moindres

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

LA REFORME DE LA GEOGRAPHIE PRIORITAIRE DANS LE DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE

LA REFORME DE LA GEOGRAPHIE PRIORITAIRE DANS LE DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE DOSSIER DE PRESSE LA REFORME DE LA GEOGRAPHIE PRIORITAIRE DANS LE DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE MERCREDI 18 JUIN 2014 SOMMAIRE Communiqué de presse Bilan de la politique de la ville sur le département

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Madame, Monsieur, SFR a publié en juin 2010 son offre d accès aux lignes de communications

Plus en détail

377 400 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 1T 2015 ILE-DE-FRANCE. Demande placée. Taille des transactions 2011 2012 2013 2014 1T2015

377 400 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 1T 2015 ILE-DE-FRANCE. Demande placée. Taille des transactions 2011 2012 2013 2014 1T2015 LE MARCHÉ LOCATIF - 1T 2015 ILE-DE-FRANCE Demande placée 377 400 m² Evolution de la demande placée en m² 2 515 900 2 464 400 T1 T2 T3 T4 506 700 618 800 2 115 030 1 868 100 571 482 823 200 516 100 822

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

PROMOTION IMMOBILIÈRE

PROMOTION IMMOBILIÈRE PROMOTION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail