O13. le marché 2013 : bilan & perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "O13. le marché 2013 : bilan & perspectives"

Transcription

1 O13 étude IMMOBILIeR d entreprises le marché 2013 : bilan & perspectives FéVRIeR 2014

2 O13 Le MaRché 2013 : BILaN & PeRSPectIVeS LeS BuReaux demandes & commercialisations 07 L OFFRe & Le StOcK 08 LeS VaLeuRS 09 transactions 10 PeRSPectIVeS 11 LeS LOcaux d activités La demande 13 LeS commercialisations & L OFFRe 14 LeS VaLeuRS 15 transactions 16 PeRSPectIVeS 17 Le RetaIL BILaN 2013 & LeS VaLeuRS LOcatIVeS 19 emplacements 20 PeRSPectIVeS 22 L INVeStISSeMeNt chiffres 23 ReNdeMeNtS & typologies 24 transactions 25 PeRSPectIVeS 26 2

3 GRENOBLE DEVIENT LA SECONDE MÉTROPOLE DE RHÔNE-ALPES Nous avons le plaisir de vous présenter l édition 2014 de l étude de l immobilier d entreprises réalisée par la FNAIM 38. dépendante d'une activité économique marquée par la complexité et l'incertitude, le marché de l'immobilier professionnel à Grenoble souffre d'un manque de visibilité, Si certains secteurs marquent le pas, d'autres en revanche présentent des tendances positives. Grenoble Alpes Métropole affiche désormais clairement son ambition tant sur le plan économique que sur le plan urbanistique. Ainsi, la nouvelle métropole offre tous les atouts pour affirmer son potentiel d'innovation et d'imagination avec un schéma d'urbanisme nouveau réaliste et cohérent, une intégration de la technologie au cœur de la ville grâce aux projets de quartiers connectés enfin, au cœur de la réflexion, une définition nouvelle et sans tabous du schéma de déplacement urbain et interurbain. Autant de perspectives qui offrent à nos métiers de nouvelles opportunités et des potentiels de croissance. Avec cet outil notre ambition reste : - D apporter notre contribution à la compréhension de nos marchés avec un outil objectif et fiable, - de vous délivrer les grands indicateurs factuels ; volumes de transactions, stocks, répartitions géographiques, - de dégager les grandes tendances en mettant ces éléments en perspective de manière synthétique. Bien évidemment, il s agit de vous proposer un support d échange. Nous aurons le plaisir de le commenter ensemble et accueillerons bien volontiers toutes vos observations questions ou suggestions. L'intégralité de l'étude ainsi que l'interview de l'invité de cette édition 2014 Jean Souchal Président de POMA seront disponibles dès demain sur le site de la FNAIM Vincent DELAUNOIS Président de la FNAIM ISÈRE Robert DI FOGGIA Président de la FNAIM ENTREPRISES 38 FNaIM entreprises étude 2013

4 REMERCIEMENTS 4

5 REMERCIEMENTS MeMBReS & PaRteNaIReS MEMBRES groupe AGDA i m m o b i l i er PARTENAIRES SOuRCE D INfORMATION FNaIM entreprises étude

6 LES BuREAuX 6

7 LES BuREAuX La demande & LeS commercialisations a été une année en trompe l œil avec m 2 de bureaux commercialisés (42000 m 2 en 2012) soit une hausse de 22 %. en effet, nous avons réalisé 3 transactions exceptionnelles de plus de m 2 - La moyenne est d environ m 2 commercialisés sur les 10 dernières années. - un premier semestre 2013 difficile avec m 2 actés et un deuxième semestre plus dynamique. - Les administrations ont été quelque peu absentes du marché hormis deux transactions de m m 2 représente toujours la transaction moyenne (hors grandes transactions) - 10 transactions de plus de m 2 (habituellement 6 à 7) dont 2 de plus de m 2 sur Grenoble. - une demande atone sur l ensemble de l agglomération sur les créneaux de surfaces de 300 à 600 m 2. - demande dynamique pour les demandes inférieures à 100 m 2. Moyenne m Précommercialisation très difficile des nouveaux programmes tertiaires. - Grenoble intramuros a représenté 51 % des surfaces transactées et reste le 1 er marché de l agglomération - Meylan et Montbonnot en légère baisse (24 % de la demande placée). Meylan concentre la majorité des commercialisations. La rénovation d Inovallée est engagée et commence à porter ses fruits % des transactions de bureaux se concentrent sur Grenoble et Meylan. - de nombreux arbitrages d immeubles anciens à Meylan qui bénéficient de rénovation. - Les critères principaux de recherche des entreprises sont: la localisation, les transports en commun et accès routiers, les loyers, l image, les stationnements, les prestations et des immeubles performants au niveau énergétique et accessibilité. - La location a représenté 62 % des transactions contre 38 % seulement à la vente. Les ventes auraient pu être plus nombreuses s il y avait eu plus de biens à la vente. - du fait de la crise, les entreprises ont privilégié les immeubles qualitatifs, bien placés et récents au détriment des bâtiments neufs plus onéreux et aux stationnements contraints. TOTAL DONT NEuf DONT CLÉS EN MAINS 22 % DE HAUSSE DE LA DEMANDE faits MARQuANTS MaRché LaRGeMeNt dominé PaR LeS GROSSeS StRuctuReS GReNOBLe INtRaMuROS ReSte Le 1 er MaRché de L agglo avec 51 % GReNOBLe et MeYLaN RePRéSeNteNt 72 % des transactions LeS critères SONt: L accessibilité/l IMaGe/ LeS PReStatIONS et LeS NOuVeLLeS NORMeS DEMANDE PLACÉE m 2 L OffRE DE BuREAuX m 2 TRANSACTIONS > m 2 TROIS LE PLuS RECHERCHÉ EuROPOLE LA DEMANDE PLACÉE exprimée en m 2 FNaIM entreprises étude

8 LES BuREAuX L OFFRe & Le StOcK - Le stock en légère hausse, passe de m 2 à m 2 en 2013 (+ 6.7 %) - Stock toujours principalement proposé à la location (65 %) - constat d un manque de produits de qualité disponibles notamment à la vente. toujours inadéquation entre l offre souvent de mauvaise qualité et la demande recherchant des biens récents ou neufs. - aucune livraison en 2013 d immeuble neuf, précommercialisation toujours difficile. - très peu d offres sur le quartier europole et centre ville, secteurs recherchés pour les transports en communs en particulier (tramway, gare SNcF) - L offre de grandes surfaces est quasi inexistante hormis un immeuble à Bouchayer-Viallet. 6,7 % DE HAUSSE DU STOCK 65 % DU STOCK EST DESTINÉ À LA LOCATION faits MARQuANTS LéGèRe hausse du StOcK StOcK ancien et INadaPté À La demande aucun IMMeuBLe NeuF LIVRé en 2013 carence des GRaNdeS SuRFaceS > 1000 m L OffRE DE BuREAuX exprimée en m 2 (Source aepi) TOTAL DONT NEuf DONT CLÉS EN MAINS STOCK m 2 STOCK m 2 8

9 LES BuREAuX VaLeuRS LOcatIVeS & PRIx de VeNte LOyERS - Valeurs stables, les entreprises restent de plus en plus opportunistes et cherchent à bénéficier de mesures d accompagnement (franchises, travaux, etc.) - Les loyers du neuf sont à 160 dans le centre de Grenoble (caserne de Bonne et hors parking) et 155 ht/m 2 /an en périphérie - Les loyers de seconde main en périphérie se situent autour de 100 ht/m 2 /an - Les valeurs de vente des immeubles neufs, compte tenu des nouvelles règlementations et contraintes, progressent entre à ht/m 2 - Les prix de vente pour les bureaux de seconde main autour de 900 à ht/m 2 suivant l état. LeS VaLeuRS LOcatIVeS ReSteNt StaBLeS POuR LeS IMMeuBLeS NeuFS et Le SecONde MaIN. exprimés en euros ht/m 2 /an CENTRE-VILLE - NeuF 155 à 160 PÉRIPHÉRIE - NeuF 140 à 165 CENTRE-VILLE - ancien 135 à 145 PÉRIPHÉRIE - ancien 90 à PRIX DE VENTE loyers STABLES StaBILIté POuR LeS IMMeuBLeS NeuFS et Le SecONde MaIN. exprimés en euros /m 2 - ancien: hors droits - Neuf: hors taxe CENTRE-VILLE - NeuF 2300 à 2760 PÉRIPHÉRIE - NeuF 2100 à2350 prix de Vente HAUSSE POUR LE NEUF À HT/M 2 CENTRE-VILLE - ancien 1800 à2000 PÉRIPHÉRIE 900 à FNaIM entreprises étude

10 LES BuREAuX LOYeRS PRIMeS en PROVINce VALEuRS LOCATIVES LeS VaLeuRS LOcatIVeS ReSteNt StaBLeS POuR LeS IMMeuBLeS NeuFS et Le SecONde MaIN. LyON AIX MARSEILLE GRENOBLE TOuLOuSE NICE-SOPHIA DIJON GRENOBLE NANTES LILLE ANNECy NANCy BORDEAuX LILLE MONTPELLIER TOuLOuSE NICE STRASBOuRG CHAMBÉRy ROuEN CHAMBÉRy DIJON RENNES ANNECy RENNES VALENCE VALENCE MPTL STRASBOuRG LyON NANTES ROuEN CLT-fD NANCy AIX MARSEILLE BORDEAuX LOyERS PRIMES en ht/m 2 /an CLERMONT-fD PRINCIPALES TRANSACTIONS LOyER en ht/m 2 /an PRIX DE VENTE en ht/m 2 ag2r La MONdIaLe* m 2 GReNOBLe 145 SchNeIdeR electric m 2 eybens 95 POLe emploi** m 2 MeYLaN 157 univeria*** m 2 GReNOBLe 130 VILLe de MeYLaN m 2 MeYLaN 642 BetRec m 2 GReNOBLe 127 applied MateRIaLS** m 2 BeRNIN 145 cedrat technologies m 2 MeYLaN 110 acto m 2 GReNOBLe * clé en main locatif ** immeuble neuf *** travaux inclus 10

11 LES BuREAuX PeRSPectIVeS = La demande toujours des demandes à l acquisition par les utilisateurs notamment secteur Grésivaudan. Le niveau faible des taux d intérêt favorisera de plus en plus les ventes. attention aux difficultés de financement qui peuvent limiter les transactions. toujours des renégociations de baux et des accompagnements. L offre toujours un manque d offre neuve. ceci est dû au fait qu il n y ait aucune construction en Seuls deux immeubles dans le Grésivaudan ont été pré commercialisés et seront livrés fin Les offres en centre-ville ou europole seront toujours trop rares et en particulier pour les demandes de + de 1000 m 2. Poursuivre l effort collectif entre les communes et les promoteurs pour rénover les bureaux obsolètes ou les raser (exemple d un immeuble à Meylan) et reconstruire afin d appauvrir le stock existant souvent hors marché. LeS VaLeUrS Loyers stables globalement. Légère augmentation des prix à la vente sur Meylan/Montbonnot et europole dans le seconde main, due à la rareté des offres. FNaIM entreprises étude

12 LES LOCAuX D ACTIVITÉS 12

13 LES LOCAuX D ACTIVITÉS La demande faits MARQuANTS INStaBILIté LéGISLatIVe et FIScaLe difficulté À OBteNIR des FINaNceMeNtS demande PaRtIcuLIèReMeNt FaIBLe SuR LeS PetIteS et MOYeNNeS SuRFaceS FORte demande POuR des SuRFaceS > 1000 m 2, MaIS Peu de BIeNS disponibles La demande enregistrée est en Bien que la demande des utili- SeCTeUrS demandés Les «niveaux faibles de trans- forte baisse par rapport à sateurs ait été plus faible, Les communes ayant enregistré actions» de certaines com- cette tendance provient essen- il n en demeure pas moins que le plus grand nombre de m 2 munes ne résultent pas de la tiellement : la recherche des utilisateurs commercialisés : Moirans : faiblesse de la demande, - d une absence de visibilité au pour des biens à l acquisition m 2 placés (6 024 m 2 bien au contraire, mais plutôt niveau de l économie, sur tous reste très élevée. en 2013) échirolles : m 2 d une offre de locaux quasi les secteurs d activités (ce qui Fait nouveau : les demandes de (4 437 m 2 en 2012, niveau inexistante: Seyssins (1050 m 2 ), complique notamment la réa- petites et moyennes superficies, élevé également, compte tenu Seyssinet (580 m 2 ), eybens lisation d opérations dites entre 100 et 800 m 2 ont été d une localisation stratégique) (1 236 m 2 ) entre autres. «clés en main» nécessitant particulièrement faibles durant Grenoble : m 2 (5 436 m 2 de se projeter à 1 voire 2 ans, toute l année, alors que les années en 2012) Fontaine : m 2 délai nécessaire pour la livraison précédentes ces demandes (2660 m 2 en 2012) de nouveaux locaux). représentaient le gros du marché. St-Martin d hères : m 2 - de la difficulté d obtenir a contrario, au cours du second (3 128 m 2 en 2012). des financements semestre les demandes de - du manque de stabilité grandes surfaces, supérieures au niveau législatif. à 1000 m 2 ont été importantes avec malheureusement peu de biens pour y répondre % DE BAISSE DE LA DEMANDE TOTAL DONT NEuf DONT CLÉS EN MAINS LA DEMANDE PLACÉE exprimée en m 2 Soit en moyenne m 2 sur 10 ans FNaIM entreprises étude

14 LES LOCAuX D ACTIVITÉS LeS commercialisations & L OFFRe SUrfaCeS CommerCiaLiSÉeS - en 2013, le nombre de m 2 placés s élève à m 2, les professionnels ayant participé à cette étude ont commercialisé m 2 (ce chiffre ne tient pas compte des opérations de construction «clés en mains» dont la surface totale est de 5960 m 2 pour 5 transactions). À comparer avec: Les m 2 en 2012, Les m 2 en 2011 Les m 2 en 2010 Les m 2 sur 10 ans cette baisse des surfaces s explique par: - le manque de produits à la vente - la demande locative de petites et moyennes surfaces qui baisse très fortement. - le contexte économique qui complique la réalisation d opérations «clés en main», et le lancement de programmes neufs. répartition de La CommerCiaLiSaTion - Locations: 72 % (dont 7 % en neuf et 93 % en ancien) - Ventes: 28 % (dont 32 % en neuf et 68 % en ancien) À comparer avec 2012 : - Locations: 42 % (dont 5,9 % en neuf et 94,10 % en ancien) - Ventes: 58 % (dont 12, I4 % en neuf et 87,6 % en ancien) Un stock plus important de locaux à la vente (locaux de seconde main, à un prix cohérent), aurait permis des résultats meilleurs. en vente, la surface moyenne est de 684 m 2 en 2013 (contre 1172 m 2 en 2012). en location, la surface moyenne est de 716 m 2 en 2013 (contre 461 m 2 en 2012). 78 transactions ont été recensées (vente et location confondues). répartition géographique de La demande placée BaISSe: Seyssinet, Seyssins, claix, eybens hausse: Moirans, Voreppe, Noyarey, échirolles L entrée Nord de l agglomération est dorénavant un secteur essentiel, qui bénéficie désormais de zones d activités lisibles (acti Nord, acti Sud, Vence éco Parc ), de réserves foncières (terrains privés, et quelques parcelles maitrisées par la collectivité). Le constat effectué en 2012, perdure en 2013, à savoir: une zone géographique plus étendue où se sont recensées les transactions. les zones dites «Prime», n ont plus capacité à répondre à la demande, les entreprises n ayant d autre choix que de s excentrer. L offre - Stock total: m 2 soit une baisse de 11,8 % par rapport à dont seulement 5131 m 2 de locaux d activités neufs soit 4,2 % du stock. - diminution de 50 % par rapport à 2012 du stock de locaux neufs. - Il n y a plus que 3 grandes surfaces disponibles de plus de 5000 m 2. - toujours une prédominance pour la location qui représente 59 % de l offre. 11,8 % DE BAISSE DU STOCK faits MARQuANTS MaNQue de PROduItS À La VeNte commercialisation: VeNteS MaJORItaIReS: 58/42 % BaISSe du StOcK total de 11,8 % FORte OFFRe en LOcatION a contrario du MaRché (59 %) LOCAuX DISPONIBLES exprimés en m 2 (source aepi)

15 LES LOCAuX D ACTIVITÉS LeS VaLeuRS LOyERS exprimés en euros ht/m 2 /an NEuf 73 à 82 ANCIEN < 300 m 2 50 à 60 loyers STABLES ANCIEN 300 m 2 à 600 m 2 42 à 50 ANCIEN > 600 m 2 25 à PRIX DE VENTE exprimés en euros/m 2 ancien: hors droits - Neuf: hors taxe, bâtiment brut de béton fluides en attentes NEuf 750 à 950 ANCIEN < 300 m à1000 prix de Vente HAUSSE POUR LE NEUF 750 À 950 HT/M 2 ANCIEN 300 m 2 à 600 m à 750 ANCIEN > 600 m à FNaIM entreprises étude

16 LES LOCAuX D ACTIVITÉS QueLQueS transactions IMPORtaNteS EXEMPLES DE TRANSACTIONS POuR L année PROGRAMME SuRfACE VILLE LOyER en ht/m 2 /an OBSERVATIONS VILLe de MOIRaNS 6365 m 2 MOIRaNS 95 ectra 3000 m 2 NOYaReY 42 WIttMaNN 2902 m 2 MOIRaNS 67 VILLe de GReNOBLe m 2 GReNOBLe 33 Bâtiment vétuste à reconditionner totalement Bâtiment en bon état, bien visible (non chauffé) Bâtiment qualitatif récent 2008, bail 6/9 Bâtiment ancien avec grande surface en s/sol tpo m 2 échirolles 36 SaB m 2 St étienne de St GeOIRS 21 RexeL FRaNce 825 m 2 GIèReS 62 climatic 710 m 2 SeYSSINS 821 Bâtiment ancien ensemble de 4 bâtiments anciens à destination de production Bâtiment d activité transformé en surface de vente aux professionnels type de bâtiment extrêmement rare à la vente très bonne localisation PRIX DE VENTE en ht/m 2 16

17 LES LOCAuX D ACTIVITÉS PeRSPectIVeS = La demande La préférence pour l acquisition demeure forte malgré les difficultés d obtention de financements. La majorité des candidats ont vu leur banquier avant leur recherche et connaissent leur capacité d investissement. une prédominance pour Grenoble et les communes limitrophes est confirmée ; la problématique des déplacements est omniprésente dans le choix d une future implantation. L augmentation de la demande pour les grandes surfaces, en seconde partie de l année 2013, permet d espérer un redémarrage d activités pour les PMe et les artisans et une hausse de la demande pour les petites et moyennes surfaces. Les taxes foncières ayant fortement augmenté ces dernières années, cette charge qui pèse sur le locataire est un critère important au moment du choix de l implantation. une exigence accrue en matière de prestations et de qualité pour les biens existants et négociation financière en forte augmentation pour les locations (franchise, loyer progressif, etc.) L offre Le stock de biens disponibles de m 2 est relativement faible, surtout pour le secteur des locaux d activités ou l adéquation type d activités/configuration du bâtiment est très forte. difficulté à louer des bâtiments trop vétustes, sans prestations particulières et n étant plus aux normes, cela même avec des conditions tarifaires attractives. La seule issue sera la vente. Manque criant de surfaces disponibles supérieures à 1000 m 2. LeS VaLeUrS un juste équilibre doit être trouvé pour les bâtiments neufs, car les contraintes environnementales augmentent leur coût de construction et les prospects désirent maitriser voire limiter au maximum leurs dépenses, d où une stagnation probable des valeurs. Poursuite de la baisse des valeurs locatives pour les petites et moyennes surfaces et accompagnement des bailleurs pour faciliter l implantation des futurs preneurs (franchise de loyer, réalisation de travaux, etc.). À l acquisition la demande étant forte les valeurs se maintiennent. FNaIM entreprises étude

18 LE RETAIL 18

19 LE RETAIL Le BILaN 2013 & LeS VaLeuRS LOcatIVeS des ChiffreS TrompeUrS pourquoi les chiffres peuvent-ils être trompeurs? - un grande disparité tant au niveau des offres que de la demande, - une conjoncture qui accentue les problèmes structurels des entreprises (problèmes de trésorerie, de positionnement, des marges qui rétrécissent, etc ). - une consommation qui évolue avec internet. - un comportement de plus en plus opportuniste. - un marché très concurrentiel entre les commerçants, avec une chute des marges, des résultats qui réduisent considérablement le taux d effort des preneurs et impactent les valeurs locatives. - Le secteur du commerce est en pleine mutation avec une accélération en La VaLeUr LoCaTiVe de BoUTiqUeS il n y a plus de prix! C est le règne de «l offre» et de la «demande» Seuls les emplacements N 1 PReMIuM résistent Les règles de calcul pour la Valeur locative restent malgré tout les mêmes, elles dépendent : - de la situation dans le quartier, dans la rue - de la surface et configuration du local : façade, vitrines, étages et sous/sol - de la commercialité du secteur avec la présence ou non d enseigne locomotive et/ou complémentaires - des activités autorisées ou pas par le règlement de copropriété, les règlements en zone commerciale - de la nature des activités déjà implantées (secteurs orientés équipement de la maison, de la personne, alimentaire, automobile, etc.) Un secteur en MUtAtion. Un MArCHé disparate. règle de CAlCUl pour les VAleUrs locatives inchangée CHAnGeMent des CoMporteMents sur la ConsoMMAtion faits MARQuANTS disparité entre OFFRe et demande L IMPact du e-commerce: LOYeR annuel +10 % MONtaNt droit au BaIL SuRFace PONdéRée accélérations des tendances OBSeRVéeS en 2012 SuR 2013 SeuLS LeS emplacements N 1 PReMIuM RéSISteNt LA VALEuR LOCATIVE DE MARCHÉ exprimée en ht/m 2 /an FNaIM entreprises étude

20 LES RETAIL emplacements & exemples de LOYeRS VAleUrs AJUSTEMENT DES VALEURS LOCATIVES SELON LES DEMANDES EMPLACEMENT N 1 EMPLACEMENT N 1 BIS CENTRE-VILLE PLace VIctOR hugo (côté zara) Rue de BONNe Rue FéLIx POuLat CENTRE-VILLE GRaNd-Rue, Rue SaINt-JacQueS Rue clot BeY, Rue docteur Mazet Rue LaFaYette, Rue de La POSte PLace VaucaNSON ZONE COMMERCIALE comboire entrée NORd (échirolles) cap des «h» avenue L ILe BRuNe de (S t égrève). av. GaBRIeL PéRI (S t MaRtIN d hères) Bd PauL LaNGeVIN À FONtaINe ZONE COMMERCIALE comboire entrée Sud (échirolles) cap des «h» avenue L ILe BRuNe (SaINt-éGRèVe). LOyERS EMPLACEMENT & ACTIVITÉ SuRfACE PONDÉRÉE en/m 2 SuRfACE angle/face LINÉAIRE VITRINE en m DROIT Au BAIL en K LOyER ANNuEL HT en VALEuR LOCATIVE en ht/m 2 /an Rue de BONNe PRêt-À-PORteR Rue MILLet SaLON de thé, GaLeRIe Rue très cloitres ReStauRatION Rue LaFaYette PRêt À PORteR Rue BaRNaVe PetIte ReStauRatION Rue auguste Gaché BaR, ReStauRatION cours JeaN JauRèS alimentation Rue LOuIS NéeL ReStauRatION (MONtBONNOt) 52 m 2 Face 4m 350 K m 2 Face - 30 K m 2 Face - 20 K m 2 Face 7m 240 K m 2 Face 6m 40 K m 2 angle K m 2 Face 5m m 2 Face K

21 LE RETAIL PeRSPectIVeS = La demande Reprise des demandes Repositionnement au centre-ville des enseignes présentes en périphérie (bricolage, équipement de la maison ). L offre Les repositionnement de certaines enseignes augmente l offre Marché plus de demandes que d offres. LeS VaLeUrS des valeurs locatives plus rationnelles. Réajustement obligatoire sur certains produits surévalués. FNaIM entreprises étude

22 L INVESTISSEMENT 22

23 L INVESTISSEMENT BILaN L investissement a tenu ses promesses en atteignant en 2013 le chiffre historique de 95 M soit 184 % de plus que c est de loin la meilleure performance de ces 10 dernières années. ce chiffre confirme la confiance des investisseurs sur les valeurs immobilières malgré un contexte économique des plus compliqués. À prendre en compte les cessions de 2 portefeuilles de 5 sites industriels représentant un total de 43 % du montant investi. - en baisse par rapport à l an passé, les Bureaux représentent toujours une large majorité des acquisitions (environ 65 %) - Nette amélioration des taux de rendement du fait de la rareté des produits neufs «prime» sur le marché et des nouvelles règlementations thermiques. - La grande majorité des transactions se situe entre 1 et 6 M - Le profil des investisseurs reste majoritairement des fonds privés 95M FORTE AUGMENTATION DES INVESTISSEMENTS 95 faits MARQuANTS 52 explosion des INVeStISSeMeNtS avec 95 M INVeStIS ,6 33,5 MaLGRé une BaISSe PaR RaPPORt À 2012, LeS BuReaux RePRéSeNteNt 65 % des acquisitions 18 Nette amélioration du ReNdeMeNt PRIMe QuI atteint 6,5 % PROFIL: MaJORItaIReMeNt des FONdS PRIVéS LES CHIffRES exprimés en millions d euros 23 FNaIM entreprises étude

24 L INVESTISSEMENT taux de ReNdeMeNt & typologies 6,5 % DE RENDEMENT SUR LE NEUF PRIME TAuX DE RENDEMENT ACTIVITÉS «PRIME» Le marché au niveau des valeurs «Prime» e confirme avec la cession de 2 immeubles neufs sur Meylan et Grenoble chacun loué en 9 ans fermes. Les acteurs nationaux recherchent exclusivement des immeubles récents (Rt 2000 et 2005). exprimés en % par année 10 % BuREAuX RÉCENTS BuREAuX «PRIME» 8,8 % L activité, quant à elle, reste très soutenue grâce à la réactivité des investisseurs et de leur partenaire bancaire. 8,25 % 9,0 % 7,9 % 8% 6,5 % 6,7 % % 29 % 41 % 20 % 32 % 80 % 66 % 2% PAR MONTANTS INVESTIS % ReLatIF au NOMBRe de transaction PAR CLIENTS % ReLatIF au NOMBRe de transaction PAR PRODuITS % ReLatIF aux 95 M INVeStIS 0 M 1M 5M INStItutIONNeLS PRIVéS commerces 1,7 M activités 31 M BuReaux 66 M 24

25 L INVESTISSEMENT PRINcIPaLeS transactions PRINCIPALES TRANSACTIONS BuREAuX POuR L année PROGRAMME VILLE SuRfACE TAuX ÉTAT LOCATION ACQuÉREuR PRIX DE VENTE EN POLYtec (tramontane) GReNOBLe 2929 m 2 8,5 % LOué À 90 % ScPI NOVa MONtBONNOt 4829 m 2 9% LOué INStItutIONNeL POLYtec (alizés) GReNOBLe 3074 m 2 8,5 % LOué ScPI dom PLuS eybens 951 m 2 11 % LOué PRIVé apave eybens 984 m 2 10,5 % LOué À 90 % PRIVé St MaRtIN LOué POLe emploi d hères 2478 m 2 7% Baux FeRMeS INStItutIONNeL Rue RaYMONd BaNK LOué GReNOBLe 4500 m 2 8% PaRtIeLLeMeNt PRIVé MeYLaN MeYLaN 5740 m 2 6,5 % LOué ScPI FNaIM entreprises étude

26 L INVESTISSEMENT PeRSPectIVeS activité L activité en 2014 devrait être assez proche de celle de 2013, avec toutefois une légère baisse des montants engagés car cette année même si de beaux sujets sont en cours, aucun n atteindra le volume des actifs vendus en rentabilité Le rendement «prime» devrait encore s accentuer pour franchir la barre des 6.5 %. Même constat pour les immeubles de seconde main bien entretenus et bien loués, leur rendement devrait passer en dessous des 8 %. Les locaux anciens, étant la cible privilégiée des privés, verront leurs taux se stabiliser autour de 9,5 %. offre & demande La prudence est toujours de mise chez les investisseurs. La pression fiscale permanente pèse lourd sur les petites structures privées. toutefois avec 80 % des acquisitions, ils dominent toujours notre marché. Si leurs cibles restent généralement les actifs de à , certains se positionnent sur des portefeuilles atteignant jusqu à L accès au financement bancaire reste limité ou plutôt sélectif, selon le profil de l acquéreur, la qualité, l emplacement de l actif et son rendement. 26

27 FNaIM entreprises étude

28

Les bureaux. 40% de baisse de la demande. 11% de baisse du stock et 75% du stock est destiné à la location

Les bureaux. 40% de baisse de la demande. 11% de baisse du stock et 75% du stock est destiné à la location Les bureaux 40% de baisse de la demande Avec 31 490 m² commercialisés, le marché de l'année 2014 a été marqué par des entreprises opportunistes qui recherchent les meilleurs compromis au meilleur prix,

Plus en détail

O12. ÉTUDE IMMOBILIER D ENTREPRISES le marché 2012 : bilan & perspectives

O12. ÉTUDE IMMOBILIER D ENTREPRISES le marché 2012 : bilan & perspectives ENTREPRISES 38 O12 ÉTUDE IMMOBILIER D ENTREPRISES le marché 2012 : bilan & perspectives FÉVRIER 2013 O12 LE MARCHÉ 2012 : BILAN & PERSPECTIVES LES BUREAUX DEMANDES & COMMERCIALISATIONS 07 L OFFRE & LE

Plus en détail

O14. le marché 2014 : bilan & perspectives

O14. le marché 2014 : bilan & perspectives O14 étude IMMOBILIeR d entreprises le marché 2014 : bilan & perspectives JANVIe R 2015 O1 4 Le MARché 2014: BILAN & PeRSPectIVeS LeS BuReAux demandes & commercialisations 07 L OFFRe & Le StOcK 08 LeS VALeuRS

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

B u r e a u x & L o c a u x d a c t i v i t é

B u r e a u x & L o c a u x d a c t i v i t é Immobilier d Entreprise Grenoble et sa région B u r e a u x & L o c a u x d a c t i v i t é Grenoble Caserne de Bonne Moirans Centre Alp produit d exception 443 m 2 Locaux sécurisés avec ascenseur privatif,

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011

Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Marchés en Rhône-Alpes Activité de la promotion immobilière Bilan de l année 2011 Le Prisme, Lyon Jeudi 9 février 2012 Siège (Lyon) Agence de Montpellier Agence de Nantes Agence de Nice Espace Eiffel -

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG Gecina Logistique Valeur du patrimoine 555 M Surface totale 1 016 785 m 2

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU 3EME TRIMESTRE 2012, LE LOGEMENT NEUF ENTRE EN RECESSION Pour le 3 ème trimestre consécutif, les ventes de logements neufs par les promoteurs accusent une forte baisse. L Observatoire

Plus en détail

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES Réduisez vos impôts ÉDITO La loi Pinel enfin dévoilée! La loi Pinel est un dispositif fiscal en faveur de l investissement locatif. Elle vous permet de réduire vos impôts

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE LE MARCHÉ DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Introduction Les surfaces disponibles Les prix La tendance Les axes de développement INTRO CONSEIL EN IMMOBILIER D ENTREPRISE Surface

Plus en détail

Acquisitions 2013. www.perial.com

Acquisitions 2013. www.perial.com Acquisitions 2013 Acquisition du 26 mars 2013 SAINT PRIEST(69) Zone d aménagement concerté FEUILLY 3 bâtiments 3 bâtiments en R+5 à usage de bureaux dépendants de 2 ASL Surface utile de 9 614 m² + 162

Plus en détail

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014 Synthèses des marchés Immobilier d entreprise 2014 Bureaux REGION Sommaire Contexte économique 1 Données générales le parc construit Présentation des territoires de marché L offre disponible 4 2 3 CONTEXTE

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Présentation des Résultats Annuels 2006. Février 2007

Présentation des Résultats Annuels 2006. Février 2007 Présentation des Février 2007 Points clés 2006 Poursuite d une politique d investissement sélective Capacité de distribution confirmée Engagements 2006 : 210 M Cessions d immeubles non stratégiques pour

Plus en détail

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.

4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63. 4, Cours Sablon BP 351 63009 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 Tél. 04 73 42 40 00 Fax. 04 73 42 40 01 cee@expansion63.com www.expansion63.com Dossier de presse 5 juillet 2011 Signature de la Charte d utilisation

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com

SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE. 01 44 54 52 52 - www.cegerem.com SOLUTIONS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTRE MÉTIER CEGEREM est une société de conseil et de gestion qui : met à disposition de l investisseur des locaux d entreprise neufs et polyvalents

Plus en détail

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com 1 PRESENTATION DE NOTRE PROJET DE DEVELOPPEMENT 2 NOTRE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT : Lancement de la Franchise MultiFood 2-1 CARACTERISTIQUES Nous développons à la fois des implantations de restaurants

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005

Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Présentation des résultats semestriels 2005 20 septembre 2005 Points clés premier semestre 2005 Mars 2005 : Reclassement de la participation de Soros Real Estate Investment Mars 2005 : Robert Waterland

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse COMMUNIQUÉ DE PRESSE Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse L Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) livre ce jour les derniers chiffres

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

SCPI Malraux. Pierre Investissement

SCPI Malraux. Pierre Investissement Présentation SCPI Malraux INTER GESTION, société de gestion gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5, et 6. Depuis 2005, Inter-gestion s est aussi spécialisée dans

Plus en détail

Le marché lyonnais est en légère hausse

Le marché lyonnais est en légère hausse Le marché de l investissement en région lyonnaise Juillet 2012 Le marché de l'investissement en région lyonnaise - Juillet 2012 Le marché lyonnais est en légère hausse Grâce à deux transactions tertiaires

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE P a r t e n a i r e d e v o t r e d é v e l o p p e m e n t «immo-locaux est une société de conseil spécialisée dans l'immobilier commercial : locaux commerciaux, location, cession, vente, fonds de commerce

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC

Société de gestion. Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC SCPI 1 Société de gestion Filiale à 100 % du groupe Crédit Mutuel CIC Le Groupe Crédit Mutuel CIC au 31/12/2012 Fonds propres 37 milliards Nombre d agences 5 961 Nombre de clients 30 millions Notations

Plus en détail

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78)

Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Carré Vélizy, Vélizy-Villacoublay (78) Dossier de presse 1 er décembre 2009 Jacques BLANCHARD, MRM Président Directeur Général Olivier LEMAISTRE, CB Richard Ellis Investors Responsable du portefeuille

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e OLOMA O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e Activité de la Promotion immobilière et de l individuel aménagé depuis le 1 er janvier 2011 Club immobilier ADDRN Bertrand Mours, président

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

Sommaire. IVRY SUR SEINE (94) Le Flavia ROUEN (76) MAUREPAS (78) MONTPELLIER (34) Business Plaza LYON (69) Halle Borie 1 ACQUISITIONS 2015

Sommaire. IVRY SUR SEINE (94) Le Flavia ROUEN (76) MAUREPAS (78) MONTPELLIER (34) Business Plaza LYON (69) Halle Borie 1 ACQUISITIONS 2015 2015 Acquisitions Sommaire IVRY SUR SEINE (94) Le Flavia ROUEN (76) MAUREPAS (78) MONTPELLIER (34) Business Plaza LYON (69) Halle Borie 1 IVRY SUR SEINE (94) Le Flavia Date d acquisition : 27 janvier 2015

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011

Conférence de Presse Immobilier d Entreprise. AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 Conférence de Presse Immobilier d Entreprise AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 2011, cap sur la reprise? AGGLOMÉRATION LYONNAISE 21 janvier 2011 LOCAUX D ACTIVITÉ MARCHÉDES LOCAUX D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013

DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012. Avril 2013 OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SUR LE POLE ECONOMIQUE OUEST DU GRAND LYON MISE A JOUR 31/12/2012 Avril 2013 TECHLID L Espace EDEL-Ouest - 185, allée des Cyprès 69760 Limonest : 04 72 17 03 33

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

A VENDRE A LOUER. VAL de REUIL. Programme neuf Parc Tertiaire sur le site de la gare SNCF

A VENDRE A LOUER. VAL de REUIL. Programme neuf Parc Tertiaire sur le site de la gare SNCF Programme neuf Parc Tertiaire sur le site la gare SNCF A LOUER A VENDRE Votre contact : Nadia THOREL 06 38 61 10 81 EMail : nadiathorel@arthur-loyd.com 27 SITUATION GEOGRAPHIQUE CARTE 13.099 m2 INDICATEURS

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, 31 juillet 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Porté par deux transactions d importance majeure en centres commerciaux, le marché de l immobilier

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION 250 collaborateurs Plus de 800 ventes actées en 2011 15 implantations régionales 72 % d'actifs expertisés en tertiaire, 28% en résidentiel

Plus en détail

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT

SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT CONSEIL EN GESTION DE PATRIMOINE INDEPENDANT Bordeaux, le 21 Mars 2013 SCPI FONCIA PIERRE RENDEMENT 9 è m e AUGMENTATION DE CAPITAL Nous avons une nouvelle fois l opportunité de vous proposer de participer

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager

Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes. Le foncier : une problématique à partager Réseau des acteurs de l habitat en Rhône-Alpes Le foncier : une problématique à partager Et en Rhône-Alpes? Quelques éléments d objectivation Retour sur l évolution du prix du foncier Un prix du foncier

Plus en détail

Depuis 5 ans, nous avons acquis une solide expérience et une réelle légitimité dans le secteur de la dépendance/santé.

Depuis 5 ans, nous avons acquis une solide expérience et une réelle légitimité dans le secteur de la dépendance/santé. HÔTELS & EHPAD POURQUOI INVESTIR DANS LES EHPAD? Le vieillissement de la population française est une tendance inscrite dans la pyramide des âges. Il engendre une progression mécanique du nombre de personnes

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

SCPI Scellier. Renovalor 2

SCPI Scellier. Renovalor 2 Renovalor 1 Historique INTER GESTION, société de gestion de SCI et de SCPI gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Forte de son expérience en opération de

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

AXA Selectiv Immo Performance 2013. 10 janvier 2014. Pôle Epargne

AXA Selectiv Immo Performance 2013. 10 janvier 2014. Pôle Epargne AXA Selectiv Immo Performance 2013 10 janvier 2014 Pôle Epargne Performance d AXA Selectiv Immo La performance d AXA Selectiv Immo à fin décembre 2013 est de 4,17% dividende réinvesti ce qui porte la performance

Plus en détail

DE MARCHÉ ÉTUDE ÉDITION 2015 ÉTUDE DU MARCHÉ 2014 > BUREAUX, > ENTREPÔTS, LOCAUX D ACTIVITÉ, LOGISTIQUE > COMMERCES. www.arthurloyd-provence.

DE MARCHÉ ÉTUDE ÉDITION 2015 ÉTUDE DU MARCHÉ 2014 > BUREAUX, > ENTREPÔTS, LOCAUX D ACTIVITÉ, LOGISTIQUE > COMMERCES. www.arthurloyd-provence. ÉTUDE DE MARCHÉ ÉDITION 2015 ÉTUDE DU MARCHÉ 2014 > BUREAUX, > ENTREPÔTS, LOCAUX D ACTIVITÉ, LOGISTIQUE > COMMERCES www.arthurloyd-provence.com AIX EN PROVENCE FAIT MARQUANT 2014 Une demande placée identique

Plus en détail

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon

L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon L'Industrie Hôtelière Française 2015 38 ème édition avec l aimable participation de la CCI de Lyon Lyon 25 novembre Real Estate & Hotels Tourisme - Hôtellerie - Loisirs Présentation de la 38 ème édition

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMOBILIER

DIAGNOSTIC IMMOBILIER DIAGNOSTIC IMMOBILIER SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 4 L'ACTIVITÉ DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIAGNOSTIC IMMOBILIER...

Plus en détail

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010

Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Les transactions de bureaux Le bilan du premier semestre 2010 Atelier Bureaux OIB Les chiffres du 1e semestre 2010-1 Objet de l'atelier et sources Depuis plus de 15 ans, l'oie et l'a-urba réalisent une

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard Sommaire La résidence au cœur d un quartier en plein essor P03 plan d accès à la résidence P04 La résidence et les étudiants

Plus en détail

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy Bilan 2014 Perspectives 2015 et 2016 TABLE RONDE 1 Funmi AMINU, Directeur d études à l Aduan Gilles BOCHU, Vice-président de la FNAIM

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles

PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles PARC DES EXPOSITIONS de la Porte de Versailles I- LE PARC DES EXPOSITIONS AUJOURD HUI Bien positionné sur les classements internationaux, Paris est une destination phare du tourisme d affaires au niveau

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

MARCHE IMMOBILIER D HABITAT : LES PROFESSIONNELS ECHANGENT AVEC JEAN PAUL BETBEZE

MARCHE IMMOBILIER D HABITAT : LES PROFESSIONNELS ECHANGENT AVEC JEAN PAUL BETBEZE CONTACTS PRESSE Audrey SCOFFIÉ - 04 93 13 74 08 audrey.scoffie@cote-azur.cci.fr Catherine JACQUES - 04 93 13 73 96 catherine.jacques@cote-azur.cci.fr INVITATION PRESSE Lundi 17 février 2014 MARCHE IMMOBILIER

Plus en détail

Bilan 1 er Semestre 2012 Marché Tertiaire Communauté Urbaine de Strasbourg. www.dtz.com

Bilan 1 er Semestre 2012 Marché Tertiaire Communauté Urbaine de Strasbourg. www.dtz.com Bilan 1 er Semestre 2012 Marché Tertiaire Communauté Urbaine de Strasbourg www.dtz.com Juillet 2012 DTZ + UGL De cette fusion naît le 3 ème acteur mondial du conseil en immobilier d entreprises, présent

Plus en détail

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 n 65 juin 2014 Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 Observatoire n 4 Contact : Gilles Poupard 02 97 12 06 31 Sommaire Rappel de la démarche 5 Principaux résultats 2013 7 1. Le marché des

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain»

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» «Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation et de Véronique Coupanec, consultante siège : Espace

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

Résidence EHPAD. Book Commercial Le Home la Tour. Talence (33) Talence (33) La plate-forme dédiée à l investissement immobilier

Résidence EHPAD. Book Commercial Le Home la Tour. Talence (33) Talence (33) La plate-forme dédiée à l investissement immobilier Résidence EHPAD Book Commercial Le Home la Tour Talence (33) Talence (33) La plate-forme dédiée à l investissement immobilier La Résidence Un quartier calme et résidentiel Un emplacement en centre-ville

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

La Galerie du Palais, Tours (37) Ici visuel récent

La Galerie du Palais, Tours (37) Ici visuel récent La Galerie du Palais, Tours (37) Ici visuel récent Octobre 2010 La Galerie du Palais, un centre commercial en plein cœur de la ville de Tours La Galerie du Palais, place Jean Jaurès : 1 supermarché, 2

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail