UNIVERSITE DU BURUNDI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DU BURUNDI"

Transcription

1 UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE J.M.Vianney

2 INTRODUCTION GENERALE PLAN DE L EXPOSE Ière parie: APPROCHE BIBLIOGRAPHIQUE CHAPITRE I: LA POMME DE TERRE AU BURUNDI CHAPITRE II: LA RECHERCHE SUR LA POMME DE TERRE AU BURUNDI CHAPITRE III: MULTIPLICATION DE LA POMME DE TERRE IIème partie: ETUDE PRATIQUE CHAPITRE IV: MATERIELS ET METHODES CHAPITRE V: PRESENTATION, INTERPRETATION ET DISCUSSION DES RESULTATS CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS

3 INTRODUCTION GENERALE L agriculture est un secteur qui doit continuellement se renouveler pour obtenir une production plus élevée et plus stable, être capable de fournir de nouveaux produits adaptés à la demande des consommateurs. La production de la culture de pomme de terre par unité de surface et unité de temps est l une des plus intéressantes parmi les aliments de base et la production des semences est cruciale pour affronter ces défis. Pour y parvenir, la recherche s emploie à trouver les moyens d augmenter la productivité des cultures, de développer des technologies modernes.

4 INTRODUCTION GENERALE (suite) La technologie des petites parcelles, accompagnée de la sélection positive est un projet d amplification des techniques innovantes pour la production des semences de qualité de pomme de terre dans le milieu rural, de donner de la valeur ajoutée et la compétitivité à ces dernières. C est dans cette logique d apporter notre contribution à l analyse des apports des paquets technologiques pour la production des semences de pomme de terre que ce sujet a été choisi: «EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE, cas des communes Mugongo-manga et Muruta».

5 CULTURE DE LA POMME DE TERRE AU BURUNDI Originaire de la Cordillère des Andes, au Burundi, la pomme de terre aurait été introduite vers C est à partir de 1962, que l ISABU s est occupée de la recherche agronomique sous 4 principaux axes de recherche : a) L amélioration variétale ; b) Les essais agronomiques ; c) La production et diffusion des semences ; d) Le transfert des technologies. Un troisième catalogue comprenant huit variétés de pomme de terre tenant compte différentes contraintes techniques, technologiques et socio économiques est en diffusion actuellement

6 RECHERCHE SUR LA POMME DE TERRE AU BURUNDI Sélection variétale La sélection de la pomme de terre porte sur deux aspects à savoir: La sélection créative qui recherche des nouvelles variétés dont les objectifs actuels sont centrés sur deux séries de caractères : a) Sur les caractères commerciaux ; b) Sur les critères culturaux. la sélection sanitaire qui envisage à produire des plantes indemnes de maladies à virus ou de dégénérescence.

7 RECHERCHE SUR LA POMME DE TERRE AU BURUNDI (suite) Semence et filière Selon la FAO (2008), trois composantes sont à analyser pour mieux comprendre ce qu est une semence: La composante technologique; La composante économique; La composante juridique. La semence est donc le matériel végétal de départ qui permet de reprendre ou de poursuivre chaque année la sélection conservatrice de la variété. La culture de la pomme de terre est constituée de deux flux continus de circulation des tubercules: a. Flux de production de semence de pomme de terre ; b. Flux de production de pomme de terre de consommation.

8 Situation actuelle de la filière semencière de la pomme de terre au Burundi (suite) Filière Selon NYAMWASA et al., la «filière», au sens large, englobe tous les moyens et acteurs nécessaires à l élaboration d un produit brut. La filière pomme de terre est opérationnelle grâce aux différents acteurs impliqués et elle regroupe dix acteurs essentiels.

9 Structuration du Système Semencier National Un système semencier est un arrangement agricole permettant l approvisionnement de niveaux variés de qualité et quantité de semences aux fermiers de différentes catégories, dans un espace géographique bien défini et dans l objectif de produire une culture répondant aux besoins de cette même communauté. La FAO (2011), visualise le système semencier national en trois cercles qui se croisent et représentent ces trois composantes: a) la recherche agricole; b) le système semencier commercial; c) le système semencier communautaire.

10 Les liens existant entre les composantes du système semencier Figure 1: Système semencier national

11 Figure 2: Evolution de la production de la quantité des pré-bases produites à l ISABU de 2006à 2010

12 S P-B B C N.C S P-B B C N.C S P-B B C N.C S P-B B C N.C S P.B B C N.C Supérficie en ha ,7 9, ,05 9,35 32, ,94 14,1 7,78 1,98 12,4 30,6 29,4 176 Nbre de parcelles Figure 3 : Courbe de tendance de l évolution de la production des semences de pomme de terre sur les parcelles inspectées par l Office National de contrôle et de Certification des Semences de 2009 à 2013B

13 MULTIPLICATION DE LA POMME DE TERRE Techniques modernes de multiplications des semences de pomme de terre Selon ROLOT (2002), les principales techniques modernes de multiplication des semences de pomme de terre sont généralement: a) Techniques d acclimatation pour le renforcement de la capacité de production des semences de qualité au moment opportun; b) Technique d enracinement en motte de terre des vitroplants pour un transfert en plein champ; c) Techniques de production de minitubercules; d) Techniques de production de vitro- ou microtubercules

14 Contraintes pour la multiplication des semences de pomme Les facteurs essentiels qui entravent la multiplication des semences de pomme sont : 1) Taux de multiplication très bas; 2) Dégénérescence des plançons; 3) Indisponibilité des variétés; 4) Indisponibilité des intrants. 5) Maladies et ravageurs

15 Stratégies de recherche et mécanismes de promotion agricole Innovations: WENNINK et al. (2011) définit l innovation comme une nouvelle manière de résoudre un problème ou de saisir et ou valoriser une opportunité qui se présente. Outils de transfert des innovations : la vulgarisation: La vulgarisation est une liaison entre la recherche agricole et les paysans pour un bon développement agricole. La fonction générale de la vulgarisation a donc essentiellement un caractère éducatif n impliquant aucune contrainte.

16 Paquets d innovations transférés un projet d amplification des techniques innovantes pour la production des semences de qualité dans le milieu rural: la technologie des petites parcelles, accompagnée de la sélection positive en vue de doter des semences de qualité aux petits producteurs a été mis au pied par l ISABU.

17 Délimitation de la petite parcelle et la mise en place de plançons de pomme de terre Figure 4: Délimitation de la petite parcelle Figure 5: Mise en poquet des plançons lle

18 MATERIEL ET METHODES Présentation de la zone d étude : Communes Mugongo Manga et Muruta Les communes Muruta et Mugongo-Manga respectivement de la province Kayanza et Bujumbura Rural constituent notre zone d étude. Le relief de ces deux communes est caractéristique de la région naturelle de MUGAMBA ; la commune Muruta fait partie de la région naturelle de MUGAMBA Nord alors que celle de Mugongo- Manga est une partie de la région de MUGAMBA Sud. La commune Mugongo-manga est parmi les communes les moins peuplées de la province Bujumbura rural alors que celle de Muruta est la plus peuplée de la province de Kayanza.

19 Méthode de travail Pour la réalisation du présent travail, nous avons eu recours à deux types de données : Les données secondaires collectées à travers l exploitation de la littérature; Les données primaires. La méthodologie utilisée est une enquête par sondage avec un questionnaire unique et individuel adressé aux membres des groupements des producteurs des semences.

20 Tableau 1: Répartition des enquêtés des communes de Mugongo-Manga et Muruta par zone COMMUNES ZONES SEXE Féminin Masculin TOTAL Jenda MUGONGO-MANGA MURUTA Kankima Muruta Rwegura TOTAL Pourcentage

21 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Oui Non % 56% 44% Figure 6: Fréquence de contact des producteurs des GPS avec un Chercheur

22 90,00% 80,00% 70,00% 60,00% 50,00% 40,00% 30,00% 20,00% 10,00% 0,00% Oui Non Série1 84,44% 15,56% Figure 8 : Taux des enquêtés sur la connaissance des caractéristiques des semences de bonne qualité

23 30,0% 25,0% 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% 0,0% Choix du terrain semences séléctionnées petites parcelles fertisation séléction négative plantation serrée en ligne semences de moyens calibres bonnes pratiques agricoles Préparation du terrain Série1 10,3% 12,7% 28,6% 4,8% 15,6% 18,6% 4,8% 3,2% 1,6% Figure 8 : Fréquence des principales techniques pour la multiplication des semences

24 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Voisins Vulgarisateurs de l'etat Chercheurs (ISABU) ONG Privés Autres Série1 27% 2% 56% 16% 0% 0% Figure 9 : Fréquence des sources d information sur la technique des petites parcelles

25 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% au champ avant la récolte en marquant les plants malades pendant la récolte Après la récolte au champ avant la récolte en marquant les plants malades et après récolte Série1 33% 4% 16% 47% Figure 10: fréquence des périodes propices pour le choix des semences

26 Tableau 2 : Taux des sources d approvisionnement en fonction des variétés cultivées avant adoption des plates bandes Variétés Autres (ISABU, DPAE, Multiplicateurs certifiés) Lui-même Marché Voisins Voisin et lui même Total Effectif Effectif Effectif Effectif Effectif Effectif Bushirasoni Busogo Bwereyeho Ingabire Majambere Muruta(59) Ndinamagara Ouganda Ruhanyura Ruhengeri Rukuzi Sangema Victoria TOTAL % 3O

27 Tableau 3 : Taux des sources d approvisionnement par variété cultivée en période post- adoption des petites parcelles Variétés Autres (ISABU, DPAE, Multiplicateurs certifiés) Lui-même Lui-même et Voisins Marché Voisin Total Effectif Effectif Effectif Effectif Effectif Effectif Ingabire Mabondo Magome Ndinamagara Ouganda Ruhanyura Rukuzi Sangema Victoria Total %

28 er rang 2ème rang 3ème rang 4ème rang Total Virales 3 6,66% 6 13,33% 13 28,89% 10 22,22% 32 17,78% Bactériose 26 57,78% 9 20% 10 22,22% 6 13,33% 51 28,33% Mildiou 11 24,45% 18 40% 10 22,22% 4 8,89% 43 23,89% Fusariose 1 2,22% 0 0% 0 0% 0 0% 1 0,56% Altenariose 3 6,67% 4 8,89% 1 2,22% 9 20% 17 9,44% Rhizoctonie noir 1 2,22% 7 15,56% 3 6,67% 10 22,22% 21 11,67% Autres 0 0% 1 2,22% 8 17,78% 6 13,33% 15 8,33% Figure 11 : Principales maladies qui attaquent la pomme de terre

29 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1er rang 2è rang 3è rang 4è rang Total Banane 0% 0% 0% 0% 0% Café 0% 0% 0% 0% 0% Maἲs 31,10% 24,44% 11,11% 4,44% 17,77% haricot 2,22% 15,56% 28,88% 24,44% 17,77% manioc 0% 0% 0% 0% 0% blé 0% 28,89% 15,55% 15,55% 15,00% patate douce 2,22% 4,44% 8,88% 28,88% 11,11% pomme de terre 64,44% 22,22% 6,66% 4,44% 24,44% petit pois 0% 4,44% 17,77% 15,55% 9,44% Sorgho 0% 0,00% 0% 0% 0% Autre 0% 0% 11,11% 6,66% 4,44% Figure 12: Place de la pomme de terre par rapport aux autres cultures au point de vue économique

30 40,00% 35,00% 30,00% 25,00% 20,00% 15,00% 10,00% 5,00% 0,00% 1e rang 2è rang 3è rang Total Achat intrants agricoles(engrais,pesticides,etc 35,55% 22% 15,56% 24,44% Achat des denrés alimentaires 35,56% 29% 22,22% 28,89% paiements des frais scolaires 11,11% 24% 15,56% 17,03% Achats habits 6,67% 13% 26,66% 15,56% autres 11,11% 11% 20% 14,08% Figure17 : Utilisation des revenus tirés de la vente de la récolte

31 Tableau 10 : Types de formations bénéficiées Nbre Types de formations d'enquêté Nbre d'enquêtés Effectif bénéficiées s formés % non formés % total Techniques de production des semences Techniques de conservation des semences (techniques postrécolte) Techniques de commercialisation des semences Technique de gestion financière

32 DISCUSSION DES RESULTATS Caractéristiques socio- économique des enquêtés Les résultats nous indiquent que 51,1% de la population enquêtée regroupée dans les groupements des producteurs des semences de pomme sont des hommes contre 49,9% des femmes. L équilibre tend à s établir si l on tient compte des résultats stipulant que ce sont les femmes qui sont plus impliquées dans les mouvements associatifs. Accès aux services de production des semences 64% des enquêtés ont eu contact avec un vulgarisateur et 56% ont eu contact avec un chercheur. Cela est expliqué par le fait que la population enquêtée fait partie intégrante des associations pilotes choisies par l ISABU, raison pour laquelle le transfert des innovations à l échelle nationale induirait un impact palpable sur le comportement des producteurs.

33 DISCUSSION DES RESULTATS Facteurs pour la production des semences Pour ce qui est de la connaissance des caractéristiques des semences de bonne qualité : 84,4% de ces enquêtés affirment qu ils connaissent les caractéristiques des semences de bonne qualité de pomme de terre. Ce taux s explique par les formations en matière des pratiques agronomiques qu ils ont bénéficient; Ainsi 28,6% des enquêtés apprécient la technologie des petites parcelles suivie de la technologie de sélection positive à un taux de 15, 6% de la population enquêtée. La technologie des petites parcelles est appréciée en première position parce qu elle permet de maximiser la production sous contrainte de l espace mais aussi c est une technologie pratique en saison C sur colline grâce à la facilité d arroser l espace exploitée. Les sources d approvisionnement varient de la période pré- adoption de l innovation à la période post- adoption de la technologie. Il ya un revirement de résultats dans les deux périodes sur les sources d approvisionnement. Ce qui explique l impact apporté par cette innovation en matière de la disponibilité des semences en quantité et qualité

34 CONCLUSION ET RECOCOMMANDATIONS La réflexion sur les résultats obtenus nous a conduit à émettre quelques suggestions: Conclusion Au cours de notre travail, l objectif poursuivi était d analyser les apports engendrés par l innovation dans le milieu notre d étude. A partir d un certain nombre d indicateurs, les résultats obtenus nous ont permis de situer, l écart de rentabilité, entre la nouvelle technologie adoptée par les producteurs pour une multiplication rapide des semences et la pratique traditionnelle qui demeure assez répandue chez un grand nombre d agriculteurs. Nous avons constaté des changements socio-économiques et technologiques au point de vue accès aux services et facteurs de production. En ce qui concerne les variétés utilisées et leurs sources d approvisionnement, nous remarquons un revirement des résultats entre la période pré et post adoption de l innovation ainsi que des variétés qui ne sont plus cultivées.

35 Recommandations 1. Que l innovation des petites parcelles pour la multiplication rapide des semences de pomme soit transférée sur toutes les zones agro-écologies de la pomme afin que tous petits agriculteurs puissent avoir accès aux semences de qualités; 2. Qu une autre étude soit menée pour vérifier la pérennité de cette innovation et le taux d imitation de cette pratique par l entourage.

36 Merci pour votre aimable écoute!!!!

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes.

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes. Réf. N :../CAPAD/SE/2014 TERMES DE REFERENCE POUR UN AUDIT FINANCIER EXTERNE 1. Présentation de CAPAD Institution La Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement, CAPAD

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire

Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Module: indicateurs de sécurité alimentaire Enquête nationale sur la sécurité alimentaire et la nutrition (ENSAN) Atelier de formation des agents de collecte et des superviseurs (Du 20 au 24 mai 2013) Définition d un indicateur Un indicateur est

Plus en détail

TdR Evaluation Finale. Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame. Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561

TdR Evaluation Finale. Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame. Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561 TdR Evaluation Finale Projet d Appui à la valorisation des ressources agricoles locales filières anacarde et sésame Contrat DCI-NSAPVD/2008/149-561 A- Introduction Nom du Projet : «Projet d appui à la

Plus en détail

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino,

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino, Conférence du Réseau des Femmes Parlementaires d Afrique Centrale (RFPAC) «L Accès et le contrôle des ressources par les femmes» Irlande, Dublin, 26 juin 2013 O Callaghan Alexander Hotel Intervention de

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC

Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC Introduction: Coûts de la REDD+ en RDC Kinshasa, 22.04.2013 Kinshasa, 22.04.2013 Objectifs et résultats attendus de l atelier Objectifs Identifier les principaux moteurs de déforestation d une province

Plus en détail

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE SOCIETE D EXPLOITATION ET DE DEVELOPPEMENT AEROPORTUAIRE AERONAUTIQUE ET METEOROLOGIQUE PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE 1 PLAN DE

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE?

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? Présenté par : KENDO SANDRA, Doctorante en Economie (programme NPTCI) Université de Yaoundé II (Soa),

Plus en détail

Termes de Référence - DRAFT

Termes de Référence - DRAFT PROFIAB - PN : 12.2513.5-002.00 Termes de Référence - DRAFT Pour l analyse de la rentabilité des spéculations agricoles à promouvoir par le PROFIAB 1. Contexte et Justification Le pôle d intervention prioritaire

Plus en détail

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013

Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka. Florence Kariuki Août 2013 Forum 2013 sur le financement de l agriculture : activité bancaire agricole rentable Colombo, Sri Lanka Florence Kariuki Août 2013 Introduction Equity Bank a été fondée sous le nom d Equity Building Society

Plus en détail

Mohammed Meslem. Les Outils de recherche en psychologie

Mohammed Meslem. Les Outils de recherche en psychologie Mohammed Meslem Les Outils de recherche en psychologie Du même auteur : Méthodologie de recherche en sciences sociales, 00 Identité et mondialisation, 004 Guerre des concepts, 004 La femme, la valeur mystifiée,

Plus en détail

Programme de Capacity building «Pilotage et Evaluation»

Programme de Capacity building «Pilotage et Evaluation» Programme de Capacity building «Pilotage et Evaluation» Accompagnement des associations actives sur le terrain de la petite enfance et de la lutte contre la pauvreté pour le renforcement des compétences

Plus en détail

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 45 FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES OBJECTIF A la fin de cette session, les agents de terrain devront être

Plus en détail

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication MISSION AU MALI ANNEXE 8 Modèle ou Exemple Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication A. Contexte La volatilité des prix couplée à

Plus en détail

Atlas agricole de l Auvergne

Atlas agricole de l Auvergne Atlas agricole de l Auvergne 5 ème assemblée des utilisateurs CRAIG 4 décembre 2012 Seán HEALY Nicolas VENY DRAAF Auvergne Service Régional de l'information Statistique et Economique (S.R.I.S.E.) PLAN

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc

Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc Délais de paiement Clients et Fournisseurs au Maroc Oussama TILFANI Chargé d étude INFORISK Mai 2011 I Introduction Cette étude a pour objet d estimer les délais de paiement en cours ces dernières années

Plus en détail

CASDAR Développement et transfert en Agriculture

CASDAR Développement et transfert en Agriculture Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des

Plus en détail

SANOU David Luther ; formateur

SANOU David Luther ; formateur RAPPORT DE FORMATION DES RESPONSABLES DE SIX GROUPEMNTS DE PRODUCTEURS DU VILLAGE D OUORO SUR L ENTREPRENEURIAT AGRICOLE ET LES TECHNIQUES SIMPLIFIEES DE PLANIFICATION. SANOU David Luther ; formateur Mars

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010

EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010 EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010 I. Présentation d Enda Graf sahel 1.1 Bref exposé de l histoire d Enda Graf Sahel Créé en 1975 sous le nom de

Plus en détail

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013

Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 2013 Résumé du rapport de mission Plantations du Haut Penja Cameroun 203 - NATURE DE LA MISSION - DEMARCHE - INFORMATION UTILISEE La Compagnie Fruitière a confié à Vigeo une mission qui fait suite à une première

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Table des matières - I - Table des matières Avant-propos...3 Introduction...9 Problématique...13 Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Méthodologie...17

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Les projets du Fonds de partage des avantages pour la période 2012-2014. Fenêtre 1 : Plans d Action Stratégiques

Les projets du Fonds de partage des avantages pour la période 2012-2014. Fenêtre 1 : Plans d Action Stratégiques Les projets du Fonds de partage des avantages pour la période 2012-2014 Fenêtre 1 : Plans d Action Stratégiques Brésil Costa Rica République Démocratique Populaire de Corée Philippines Soudan Tunisie Brésil

Plus en détail

A. Données d identification :

A. Données d identification : Enquête du panel des PME impact de la «législation alimentaire générale» [Règlement (CE) nº 178/2002] Quel est l objectif de cette enquête? Introduction Notre objectif est de déterminer l incidence de

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT

LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT LES 24 HEURES CHRONO DE L ENTREPRENEURIAT 2011/2014 Enquête auprès des anciens ou actuels doctorants Cifre ayant participé à une des éditions des 24H Chrono de l entrepreneuriat organisées par l ANRT et

Plus en détail

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC

L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC L insertion des diplômés 2005 en licence professionnelle de l UPMC Note préalable : Ce rapport a été réalisé à partir du questionnaire élaboré par le Ministère de l Education Nationale. 1 1. La population

Plus en détail

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009

Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Atelier sur Crise alimentaire: l éducation et la formation des ruraux en question Siège de l OAA, Rome, Italie 4 et 5 juin 2009 2009 Messages principaux tirés de: 51 communications 5 sessions plenières

Plus en détail

AFSCA Contrôleurs contrôlés, des exigences et des relations face à une réalité de terrain. Où est le juste milieu?

AFSCA Contrôleurs contrôlés, des exigences et des relations face à une réalité de terrain. Où est le juste milieu? AFSCA Contrôleurs contrôlés, des exigences et des relations face à une réalité de terrain. Où est le juste milieu? Journée étude 19/02/2013 «Souriez, vous êtes contrôlés, Démystifions!» Michaël COLSON

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

WP Board 1053/08. 18 août 2008 Original : anglais. Projets/Fonds commun

WP Board 1053/08. 18 août 2008 Original : anglais. Projets/Fonds commun WP Board 1053/08 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 18 août 2008 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

LE MANAGEMENT PAR PROJETS

LE MANAGEMENT PAR PROJETS Serge RAYNAL LE MANAGEMENT PAR PROJETS Approche stratégique du changement Préface de Bernard WARAIN Président de la Chambre de Commerce et de l Industrie du Mans et de la Sarthe Troisième édition, 1996,

Plus en détail

SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE. Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone

SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE. Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone SOL-AIR Consultants MEMBRE DE COOPZONE LE RÉSEAU DES DÉVELOPPEURS DE COOPÉRATIVE Pascal Billard, directeur général et vice-président de CoopZone HISTORIQUE Créée en 1996 Par Eveline Lemieux, maîtrise en

Plus en détail

Le Guide de pratiques pour l organisation des Séminaires Itinérants pour les Paysans sur le Temps et le Climat

Le Guide de pratiques pour l organisation des Séminaires Itinérants pour les Paysans sur le Temps et le Climat Le Guide de pratiques pour l organisation des Séminaires Itinérants pour les Paysans sur le Temps et le Climat Plan Introduction Plan du guide Organisation Materiel Contenu des séminaires Tenues des seminaires

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Volatilité des prix agricoles, nécessité d innover en mutualisant les risques, volonté de mieux organiser le temps de travail, recherche de

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Catalyse d'un partenariat diversifié et adapté pour le développement régional de Marrakech

Catalyse d'un partenariat diversifié et adapté pour le développement régional de Marrakech Centre de Développement de la Région de Tensift Forum de Marrakech Association reconnue d'utilité publique www.cdrtmarrakech.org Catalyse d'un partenariat diversifié et adapté pour le développement régional

Plus en détail

Déterminants de la demande de soins dans un contexte de subvention à Pikine, Sénégal

Déterminants de la demande de soins dans un contexte de subvention à Pikine, Sénégal 9éme Congrès Internationale Francophone de la Société de Pathologie Exotique Dakar, le 12 13 et 14 novembre 2013 Déterminants de la demande de soins dans un contexte de subvention à Pikine, Sénégal Moussa

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX Note conceptuelle Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX A. Introduction Le Programme Semencier Ouest Africain (en anglais,

Plus en détail

Prévoyance collective

Prévoyance collective Prévoyance collective Résultats de l étude CTIP / Crédoc sur la perception de la gestion paritaire des institutions de prévoyance par les employeurs Dossier de presse Jeudi 7 avril 2011 Contact Presse

Plus en détail

PLAN : Introduction. Conclusion

PLAN : Introduction. Conclusion Bilan social PLAN : Introduction 1- Définition 2-Historique 3-Objectifs 4-Contenu 5-Principaux indicateurs d un BS 6-Les étapes de réalisation d un BS 7-Exploitation & limites 8- Valorisation des tableaux

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

RESULTATS QUESTIONNAIRE

RESULTATS QUESTIONNAIRE RESULTATS QUESTIONNAIRE PRESENTATION DE L ECHANTILLON Nous avons mené notre analyse auprès de 270 personnes qui ont répondu à l enquête suivante «Quelles sont mes attentes au travail et mon entreprise

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

France et Maroc au Cœur. Projet de Jardin-école agroécologique. El Hamri, Chichaoua, Maroc

France et Maroc au Cœur. Projet de Jardin-école agroécologique. El Hamri, Chichaoua, Maroc France et Maroc au Cœur Projet de Jardin-école agroécologique El Hamri, Chichaoua, Maroc France et Maroc au Cœur France et Maroc au cœur, créée en août 2011, a pour objet la création et l aide à la création

Plus en détail

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019 Plan stratégique de l OIV 2015-2019 1 Sommaire Introduction... 3 Axes Stratégiques... 4 1. Promouvoir une vitiviniculture durable... 4 a. Prendre en compte et réagir face au défi du changement climatique...

Plus en détail

RAPPORT DES TOURNEES DE SENSIBILISATION DE L UNPRB SUR GENRE EQUITE : 29 MARS AU 2 AVRIL 2011

RAPPORT DES TOURNEES DE SENSIBILISATION DE L UNPRB SUR GENRE EQUITE : 29 MARS AU 2 AVRIL 2011 RAPPORT DES TOURNEES DE SENSIBILISATION DE L UNPRB SUR GENRE EQUITE : 29 MARS AU 2 AVRIL 2011 INTRODUCTION Il s est déroulée dans les plaines de Nyassa, Douna, Banzon et Bama du 29 mars au 2 avril 2011

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS

DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS DIMENSION N 3: CONCEVOIR DES PRODUITS, SERVICES, MODÈLES DE PRESTATIONS ET CANAUX DE DISTRIBUTION QUI RÉPONDENT AUX BESOINS ET PRÉFÉRENCES DES CLIENTS Série de Mise enoeuvre des NormesUniversellesde Gestion

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

Programme d alphabétisation en milieu rural : Les défis du monde rural

Programme d alphabétisation en milieu rural : Les défis du monde rural Programme d alphabétisation en milieu rural : Les défis du monde rural Ljudska univerza Velenje I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis L approche pédagogique du

Plus en détail

agriculture respectueuse de l environnement, économiquement viable, socialement juste, et culturellement adaptée ;

agriculture respectueuse de l environnement, économiquement viable, socialement juste, et culturellement adaptée ; Ce jour Vendredi 29 Août 2014, nous les participants à la troisième conférence Ouest Africaine sur l agriculture écologique et biologique tenue à Cotonou du 27 au 29 Août 2014 sur le thème : Institutionnalisation

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients.

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients. Conclusion Cette thèse a interrogé le fonctionnement de l intermédiation microfinancière dans les institutions de microfinance en Afrique de l Ouest. La question centrale qui l a animée consiste à interroger

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Groupe engagé qui initie, transforme et commercialise à ses marques des produits biologiques et écologiques issus du végétal Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Euro - Nat SA Jatariy SRL

Plus en détail

Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65)

Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65) Appel à candidature pour la reprise du centre technique de Tarbes ( 65) Contexte et objet Le site du Haras national de Tarbes exerce des missions confiées aux Haras nationaux depuis le début du XIXème

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

DIRECTION DU NORD KIVU E-Mail : pidpnordkivu@yahoo.fr Tél. : +243991755681, +243994305172, +243859104114

DIRECTION DU NORD KIVU E-Mail : pidpnordkivu@yahoo.fr Tél. : +243991755681, +243994305172, +243859104114 1 SHIRIKA LA BAMBUTI PROGRAMME INTEGRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PEUPLE PYGMEE AU KIVU PIDP KIVU ONG de développement et des Droits Humains B.P 1098 BUKAVU/RD.CONGO www.bambutirdc.org Fax : (00250)538244

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

Vers une société sans pauvreté: la lutte à l insécurité alimentaire La sécurité alimentaire et l'action communautaire dans la ville de Montréal

Vers une société sans pauvreté: la lutte à l insécurité alimentaire La sécurité alimentaire et l'action communautaire dans la ville de Montréal Vers une société sans pauvreté: la lutte à l insécurité alimentaire La sécurité alimentaire et l'action communautaire dans la ville de Montréal Présenté par: Dario Enriquez Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Suggestion pour les Pays d Europe du Nord Horaire Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi 8.00-8.45 En quoi consiste

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE 2016 TROPHEES ENTREPRENEURIAT AU FEMININ OSEZ!

DOSSIER DE CANDIDATURE 2016 TROPHEES ENTREPRENEURIAT AU FEMININ OSEZ! Entrepreneuriat Au Féminin DOSSIER DE CANDIDATURE 2016 TROPHEES ENTREPRENEURIAT AU FEMININ OSEZ! Nom :............. Département :...... Région :........... Nom de l entreprise : Catégorie :..................................

Plus en détail

Du 20 au 22 février 2008

Du 20 au 22 février 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION PRINCIPES DE BASE DE CRÉDIT Du 20 au 22 février 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 2 T2 MARS 2008 INTRODUCTION TI Dans le cadre des activités du Centre de Formation

Plus en détail

Le PADFA intervient dans quatre régions administratives regroupées en zone agro écologique semblable (Extrême-Nord et Nord, Ouest et Nord-Ouest).

Le PADFA intervient dans quatre régions administratives regroupées en zone agro écologique semblable (Extrême-Nord et Nord, Ouest et Nord-Ouest). République du Cameroun Paix - Travail - Patrie ------------------- Ministère de l Agriculture et du Développement Rural -------------------- Projet d Appui au Développement des Filières Agricoles Republic

Plus en détail

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3.

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3. Place de l EPS dans la hiérarchie des matières scolaires selon leur importance pour le développement intellectuel des élèves en Algérie. Linda Rachida Benbakhta-Fetouhi Institut d Éducation Physique et

Plus en détail

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 LLL : 2020 Objectifs et indices de référence stratégiques Les objectifs et indices de référence stratégiques

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

www.iucn.org/premi gp www.iucn.org/dialoguenvironnement

www.iucn.org/premi gp www.iucn.org/dialoguenvironnement www.iucn.org/premi gp www.iucn.org/dialoguenvironnement 1 PRÉSENTATION DE LA PLATE FORME DE PARTAGE DE CONNAISSANCES AFRICAINE POUR L ENVIRONNEMENT Présentation de l atelier Par Awaïss Aboubacar Dakar,

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail