Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus"

Transcription

1 Aspergillus : plan Aspergillus DFGSM 2/3 Interactions Hôte - Agents infectieux Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Année Agent pathogène Eco-épidémiologie Pathogénicité Clinique Bases du diagnostic biologique Agent pathogène : Aspergillus Aspergillus : morphologie Champignon microscopique filamenteux fréquemment retrouvé dans l environnement Mycélium : filaments ramifiés, conidiophores terminés par une vésicule Genre : Aspergillus Espèces : A. fumigatus, A. flavus, A. niger, A. terreus, A. versicolor, A. nidulans (non exhaustif, >300 espèces) phialides terminées par des spores ou conidies

2 Aspergillus : rôle des conidies Organe de reproduction, de résistance et de dissémination Produites en grande quantité, pouvoir germinatif ++ ( filaments) Éléments de contamination pour l homme 2 à 5 µm de diamètre = très petite taille Très volatiles Donnent la couleur des colonies 2 à 5 µm grande quantité de conidies Aspergillus nidulans, microscopie électronique Aspergillus niger, microscopie électronique Aspergillus fumigatus, microscopie électronique

3 Les conidies donnent la couleur des colonies Aspergillus flavus, microscopie électronique Aspergillus fumigatus : aspect en culture Les conidies donnent la couleur des colonies Les conidies donnent la couleur des colonies Aspergillus flavus : aspect en culture Aspergillus niger : aspect en culture

4 Aspergillus : éco-épidémiologie Aspergillus : éco-épidémiologie Moisissure cosmopolite Très répandue dans la nature Développement sur les matières organiques en décomposition, dans les sols, poussières, vêtements, climatiseurs, humidificateurs Dès développement, fructification et production d un très grand nombre de spores (conidies) Millions de spores (conidies) véhiculées par l air principale voie de dissémination = aérienne Inhalation permanente des conidies par l homme contamination aspergillaire = pénétration des spores dans l appareil broncho-pulmonaire Aspergillus : pathogénicité Aspergillus : pathogénicité Aspergillus aspergilloses Affections opportunistes Allergiques ou infectieuses fréquentes Engagement du pronostic vital sur certains terrains Opportuniste Terrain : rôle essentiel! Déterminisme manifestations allergiques et développement infection aspergillaire Développement du champignon à la faveur de facteurs locaux ou généraux favorisants : défenses de l hôte

5 Aspergillus : pathogénicité Aspergillus : pathogénicité Voie d abord : l'appareil respiratoire La présence habituelle et constante de conidies d'aspergillus dans l'atmosphère explique la prééminence des aspergilloses de l'appareil respiratoire Particularité des conidies aspergillaires petite taille : 2 à 5 µm ( alvéoles) pouvoir germinatif ++ ( filaments) thermophilie (A. fumigatus) Parmi un certain nombre d espèces potentiellement pathogènes : Aspergillus fumigatus = majorité des infections Les moyens de défenses du poumon Aspergillus : facteurs favorisant l infection Clairance muco-ciliaire / toux Macrophages spores Polynucléaires neutrophiles filaments Facteurs généraux : immunodépression Neutropénie +++ Déficit qualitatif des neutrophiles et des fonctions macrophagiques (corticothérapie, granulomatose chronique familiale, infection VIH avancée) Greffe de moelle osseuse, transplantations d organes, chirurgie lourde, immunosuppresseurs

6 Aspergillus : facteurs favorisant l infection Aspergillus : Clinique Facteurs locaux Caverne, DDB, viscosité mucus, altération locale des parois des sinus : défenses locales diminuées Facteur professionnel Éleveurs d oiseaux, grainetiers, minotiers, agriculteurs Pathologie = Aspergilloses Maladies cosmopolites Différentes manifestations cliniques chez l homme Localisation essentiellement respiratoire Inoculum (nombre de spores inhalées) : rôle important Aspergilloses bronchopulmonaires Aspergillome Aspergilloses immuno-allergiques Asthme aspergillaire Aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) Alvéolite allergique extrinsèque Aspergillose broncho-pulmonaire dans la mucoviscidose, BPCO Aspergillome : aspergillose localisée Aspergillose pulmonaire invasive : aspergillose diffuse Développement Aspergillus localement Cavité préformée Insuffisance des défenses macrophagiques Germination Développement masse mycélienne = filaments enchevêtrés = truffe aspergillaire

7 Aspergillome Image en grelot Croissant aérien Truffe aspergillaire Aspergilloses bronchopulmonaires Aspergilloses immuno-allergiques Asthme aspergillaire Aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) Alvéolite allergique extrinsèque Aspergillose broncho-pulmonaire dans la mucoviscidose, BPCO Aspergillome : aspergillose localisée Aspergillose pulmonaire invasive : aspergillose diffuse Aspergillose pulmonaire invasive Aspergillose pulmonaire invasive Sujet immunodéprimé Pneumopathie aiguë Pronostic mauvais TDM Signe du halo Signe du croissant aérique

8 Autres localisations aspergillaires Aspergilloses : diagnostic biologique Sinusites aspergillaires : Altération locale des parois des sinus Généralement unilatéral Sinus maxillaires ou ethmoïdaux Otite aspergillaire : Otite conduit auditif externe Aspergillus niger +++ Rappel : Au laboratoire, le diagnostic mycologique repose donc essentiellement sur : - la mise en évidence du Champignon dans les tissus sous forme parasitaire prééminence de l'examen direct Ongles, peau (brûlures, plaies ) Aspergilloses : diagnostic biologique Aspergilloses : diagnostic biologique Prélèvements : Origine pulmonaire Biopsie, LBA++, aspiration bronchique, expectoration Sinus Lavage, curetage Oreille écouvillonnage Méthodes directes : Examen mycologique Examen direct de l échantillon biologique Colorations spécifiques Culture

9 Examen direct: imprégnation argentique des filaments dans un LBA Examen direct: imprégnation argentique des filaments dans un LBA présence de filaments mycéliens septés, ramifiés présence de filaments mycéliens septés, ramifiés Examen direct : filaments colorés au MGG dans un LBA présence de filaments mycéliens septés, ramifiés Vaisseau colonisé par le champignon

10 Aspergilloses : diagnostic biologique Méthodes directes : Examen mycologique Examen direct de l échantillon biologique Culture Mise en culture sur tubes/boîtes gélosés de mycologie médicale (Sabouraud) Croissance en 2 à 6 jours Identification microscopique Aspergillus fumigatus : aspect en culture Aspect microscopique de la culture

11 Aspergillus flavus : aspect en culture Aspect microscopique de la culture Aspect microscopique de la culture Aspergillus niger : aspect en culture

12 Aspergilloses : diagnostic biologique Méthodes directes Examen mycologique Recherche d antigènes aspergillaires (sérum) Méthodes indirectes Recherche d anticorps anti-aspergillus (sérum)

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose

AIH - Aspergilloses. L'Aspergillose 20/04/2015 MASSA Jacques François L2 CR : BRASSIER Julia. Digestif Professeur Ranque 6 pages AIH - Aspergilloses Plan A. Introduction B. Pathogénicité C. Mise en évidence de l'aspergillose D. Les différentes

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel

Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel Stratégie des examens de Laboratoire : les ectoparasitoses et les mycoses Module optionnel Dr Nelly Contet-Audonneau Parasitologie-Mycologie CHU de Nancy n.contet-audonneau@chu-nancy.fr www.biomycologie.com

Plus en détail

Aspergillose pulmonaire : ce que le radiologue doit savoir. A Goracci, ML Chabi, N Roche, A Paugam, A Mansuet-Lupo, MP Revel Hôtel Dieu - Paris

Aspergillose pulmonaire : ce que le radiologue doit savoir. A Goracci, ML Chabi, N Roche, A Paugam, A Mansuet-Lupo, MP Revel Hôtel Dieu - Paris Aspergillose pulmonaire : ce que le radiologue doit savoir A Goracci, ML Chabi, N Roche, A Paugam, A Mansuet-Lupo, MP Revel Hôtel Dieu - Paris Objectifs 1- Connaître les différentes formes d aspergillose

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

Aspergillose (suite et fin) Affections dues aux autres moisissures opportunistes

Aspergillose (suite et fin) Affections dues aux autres moisissures opportunistes UE : De l'agent infectieux à l'hôte Date : 04/04/2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : Isabelle Accoceberry Ronéistes : ALVAREZ Claire-Lise BARON Jean-Baptiste Aspergillose (suite et

Plus en détail

Qualité de l air à l'hôpital. Dr. Dominique Blanc, MER PD Médecine préventive Hospitalière CHUV, Lausanne

Qualité de l air à l'hôpital. Dr. Dominique Blanc, MER PD Médecine préventive Hospitalière CHUV, Lausanne Qualité de l air à l'hôpital Dr. Dominique Blanc, MER PD Médecine préventive Hospitalière CHUV, Lausanne Exigences: Physiologie / confort (bien être) Température Humidité relative Hygiène de l'air (prévention

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Champignons filamenteux

Champignons filamenteux Champignons filamenteux «CONTAMINANTS» -Champignons noirs (phaeohyphomycoses) Alternaria sp. Exophiala sp. Phialophora Curvularia Dreschlera Cladosporium -Champignons blancs (hyalohyphomycoces) Aspergillus

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif est d assurer la sécurité des patients lors de travaux dans un établissement de soins. Le risque

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 ASPERGILLOSE INVASIVE P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 MICROBIOLOGIE Moisissure (ou champignon filamenteux) ubiquitaire se développant facilement sur la matière organique Fréquente contamination

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

MYCOLOGIE MEDICALE - GENERALITES. Pr C. GUIGUEN. Laboratoire de parasitologie et zoologie appliquée UFR des sciences médicales Rennes

MYCOLOGIE MEDICALE - GENERALITES. Pr C. GUIGUEN. Laboratoire de parasitologie et zoologie appliquée UFR des sciences médicales Rennes MYCOLOGIE MEDICALE - GENERALITES Pr C. GUIGUEN Laboratoire de parasitologie et zoologie appliquée UFR des sciences médicales Rennes MYCOLOGIE d HIER et d AUJOURD HUI HISTORIQUE (1) - Antiquité : rôle maléfique

Plus en détail

ASPERGILLOSE BRONCHO PULMONAIRE ALLERGIQUE

ASPERGILLOSE BRONCHO PULMONAIRE ALLERGIQUE ASPERGILLOSE BRONCHO PULMONAIRE ALLERGIQUE Association FrancoMéditerranéenne de Pneumologie 10 ème Rencontre Annuelle Louis-Jean Couderc Hôpital Foch Service de Pneumologie Faculté des Sciences de la vie

Plus en détail

19- Aspergillose à Aspergillus Fumigatus

19- Aspergillose à Aspergillus Fumigatus 19- Aspergillose à Aspergillus Fumigatus 1 Généralités Champignons, moisissure, filamenteux, ubiquitaires, cosmopolites et opportunistes. 1.1 Agent pathogène Moisissures à filaments cloisonnés hyalins.

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier

Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier Contamination fongique : diagnostic, suivi et traitement de la crise en milieu hospitalier Laurence Millon Laboratoire de Parasitologie-Mycologie CHU Besancon DU VASCO mars 2012 1/ Infections fongiques

Plus en détail

Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales. Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru

Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales. Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru Epidémiologie des infections fongiques opportunistes et nosocomiales Microbiologie Médicale V. Letscher-Bru 1 I. Généralités sur les champignons II. III. IV. Epidémiologie générale des infections fongiques

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

Maîtrise de l air - différents types d air en établissements de santé

Maîtrise de l air - différents types d air en établissements de santé Maîtrise de l air - différents types d air en établissements de santé - risques infectieux fongiques Dr O. BELLON Centre Hospitalier de Brignoles Nîmes Octobre 2014 Air Indispensable à la vie.en aérobiose

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Aspergilloses et autres champignons filamenteux opportunistes

Aspergilloses et autres champignons filamenteux opportunistes Aspergilloses et autres champignons filamenteux opportunistes Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 5 1. Définition... 5

Plus en détail

MÉMOIRE DU DIPLÔME D ÉTUDES SPÉCIALISÉES DE BIOLOGIE MEDICALE

MÉMOIRE DU DIPLÔME D ÉTUDES SPÉCIALISÉES DE BIOLOGIE MEDICALE UNIVERSITÉ DE NANTES UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES ANNÉE 2013 N 061 MÉMOIRE DU DIPLÔME D ÉTUDES SPÉCIALISÉES DE BIOLOGIE MEDICALE Soutenu devant le jury interrégional Le 2 décembre 2013 Par

Plus en détail

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie et Mycologie médicales, CHU d Amiens Laboratoire

Plus en détail

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon La Mucoviscidose Formes révélées à l âge adulte Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon Mucoviscidose Maladie complexe touchant de multiples organes Facteur(s) génétique(s) Facteurs infectieux Facteurs nutritionnels-métaboliques

Plus en détail

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE Nicole Desbois, M. Chakra, B. Dugardin, Danielle Quist, J. de Thore, S. Simon, Christine Aznar Laboratoire de Parasitologie-Mycologie-Immunologie,

Plus en détail

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Champignons ou Fungi eucaryotes (vrai noyau) (Protistes, Fungi, végétal, animal) hétérotrophes

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Dessin du tube. Jour et horaire de réception. Contenant type, vol,couleur. Du lundi au vendredi : 7H- 18h30 et le samedi de 8H - 12H

Dessin du tube. Jour et horaire de réception. Contenant type, vol,couleur. Du lundi au vendredi : 7H- 18h30 et le samedi de 8H - 12H de Parasitologie- Service du Pr PIARROUX Hôpital de la Timone Batment extérieur F 264,rue Sanit Pierre 13005 MARSEILLE Téléphone : 04 91 38 60 90 Fax 04 91 3849 58 Précautions Fréquence de dosage Spécialité

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Indication du test. ASPERGILLUS Western blot IgG. Technique d'immunoblot pour usage diagnostique in vitro NOTICE D'UTILISATION

Indication du test. ASPERGILLUS Western blot IgG. Technique d'immunoblot pour usage diagnostique in vitro NOTICE D'UTILISATION 1 ASPERGILLUS Western blot IgG #ASP-WB24G : 24 tests #ASP-WB12G : 12 tests #ASP-WB96G : 96 tests Technique d'immunoblot pour usage diagnostique in vitro NOTICE D'UTILISATION Indication du test ASPERGILLUS

Plus en détail

Les onychomycoses à moisissures

Les onychomycoses à moisissures Page 1 sur 8 ACTUALITE MEDICALE Les onychomycoses à moisissures Publié le 11/06/2007 Françoise Foulet Service de Parasitologie-Mycologie du Pr Bretagne Hôpital Henri mondor 94000 Créteil Francoise.foulet@hmn.aphp.fr

Plus en détail

Les aspergilloses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois

Les aspergilloses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois Les aspergilloses Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois Les thalles champignon filamenteux champignon levuriforme Les Aspergillus sp. grand nombre d'espèces saprophytes des végétaux

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES. Dr Beldjoudi

BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES. Dr Beldjoudi BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES Dr Beldjoudi Définition Mycose due à un champignon dimorphique Blastomyces dermatitidis Epidémiologie 1/ Agent pathogène-morphologie Blastomyces dermatitidis est un champignon

Plus en détail

Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008. Pierre Vanderavero

Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008. Pierre Vanderavero Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008 Pierre Vanderavero Travaux en milieu hospitalier Prévention et mesure pratique sur le terrain Les infections nosocomiales liées à des travaux de

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention

Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention Les risques biologiques Repérage, analyse et prévention Laboratoire des Biocontaminants LBC - CRAMIF Généralités sur les risques biologiques & Effets sur la santé Les secteurs professionnels concernés

Plus en détail

Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels

Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels Protection contre les bioaérosols Stratégies concrètes dans les milieux industriels Objectifs de la présentation Différencier les types de bioaérosols Connaître les principaux effets sur la santé Sélection

Plus en détail

Antenne Régionale du CCLIN Paris Nord en Picardie janvier 2011 G U I D. Risque infectieux Aspergillaire. Guide décisionnel

Antenne Régionale du CCLIN Paris Nord en Picardie janvier 2011 G U I D. Risque infectieux Aspergillaire. Guide décisionnel G U I D Risque infectieux Aspergillaire E Guide décisionnel 2010 Préambule L aspergillose invasive est une infection opportuniste qui touche tout particulièrement les patients immunodéprimés en raison

Plus en détail

Promoteurs Société Française de Mycologie Médicale Société Française d Hygiène Hospitalière

Promoteurs Société Française de Mycologie Médicale Société Française d Hygiène Hospitalière Groupe de travail et proposition d un guide technique (Hygiènes 2011) Promoteurs Société Française de Mycologie Médicale Société Française d Hygiène Hospitalière Partenaires Société Française d Hématologie

Plus en détail

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse

Obs Angers. Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie. Infirmier Psy à retraite jardin chasse Obs Angers Mots clés: alténariose, certican, détresse respiratoire, PET scan, corynébactérie JRS 26-27/9/12 Mr S DTN : 9/2/1947 Infirmier Psy à retraite jardin chasse ITRch PU 1990 glom non étiquetée IdM

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Diagnostic positif Taux de PN éosinophiles > 500/mm3

Diagnostic positif Taux de PN éosinophiles > 500/mm3 Le Polynucléaire éosinophile S Caractéristiques générales Cellule tissulaire, naissent dans la moelle osseuse Transitent brièvement dans le sang (6 à 8 heures) avant de passer dans les tissus: poumons,

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

Cas cliniques Dr Neji Sourour Laboratoire de Parasitologie- Mycologie CHU Habib Bourguiba Sfax

Cas cliniques Dr Neji Sourour Laboratoire de Parasitologie- Mycologie CHU Habib Bourguiba Sfax Cas cliniques Dr Neji Sourour Laboratoire de Parasitologie- Mycologie CHU Habib Bourguiba Sfax Cas clinique n 1 Melle O.Y, 21 ans étudiante Origine: Mahrès Hospitalisée en Pneumologie: Hémoptysie faible

Plus en détail

Concerne : Résultats des confrontations de Biologie Médicale: Série 1 Mycologie 2012 Nombre de réponses reçues : 230 sur 242

Concerne : Résultats des confrontations de Biologie Médicale: Série 1 Mycologie 2012 Nombre de réponses reçues : 230 sur 242 Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél : 01 43 31 94 87 - Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture de la Région de l Ile de

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Pathologie du Poumon. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Poumon. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Poumon Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le poumon normal Lobes droits (3) et gauches (2) Bronches souches, divisions Bronchioles, alvéoles

Plus en détail

Evaluation de la toxicité de métabolites secondaires produits par les spores d Aspergillus fumigatus. Thierry GAUTHIER UMR 1331 TOXALIM INRA Toulouse

Evaluation de la toxicité de métabolites secondaires produits par les spores d Aspergillus fumigatus. Thierry GAUTHIER UMR 1331 TOXALIM INRA Toulouse Evaluation de la toxicité de métabolites secondaires produits par les spores d Aspergillus fumigatus Thierry GAUTHIER UMR 1331 TOXALIM INRA Toulouse Aspergillus fumigatus Champignon saprophyte, peut pousser

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N o 622 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 février 2003. PROPOSITION DE LOI visant à réglementer l entretien

Plus en détail

Principales espèces en pathologie humaine

Principales espèces en pathologie humaine Aspergilloses Définition Les aspergilloses sont des mycoses cosmopolites le plus souvent pulmonaires, provoquées par un champignon filamenteux (moisissure) du genre Aspergillus 2 types d aspergilloses

Plus en détail

INFECTIEUX. hyyp://www.infectiologie.org.tn

INFECTIEUX. hyyp://www.infectiologie.org.tn SIXIEME JOURNEE DE FORMATION SUR LES ANTI INFECTIEUX «LES S ANTIFONGIQUES O G Q S» Pr. Ag. FATHALLAH AKILA Sfax, Vendredi 8 Mai 2009 Cas clinique : ORL Un Homme de 69 ans, diabétique insulinodépendant

Plus en détail

Etiologie et démarche diagnostique d'une toux

Etiologie et démarche diagnostique d'une toux 1. UE : Appareil Respiratoire Sémiologie Date : 28/10 /11 Promo : PCEM2 Plage horaire : 17h-18h Enseignant : C. Raherison Ronéistes : Prat Camille kmip@hotmail.fr Roques Solène soleneroques@gmail.com Etiologie

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Cestode (Taenia saginata)

Cestode (Taenia saginata) Cestode (Taenia saginata) Trématodes (Schistosomes et Grande Douve du foie) Les Arthropodes (1) Invertébrés, appendices avec segments articulés 80 à 85 % des espèces animales, vie terrestre (insectes,

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010)

Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) J.D. Dewitte, B. Loddé Université de Bretagne Occidentale Jeune Equipe «Ethique, Professionnalisme et

Plus en détail

CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES. Nathalie Friberg, 2004

CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES. Nathalie Friberg, 2004 CANDIDOSES SYSTEMIQUES ET TECHNIQUES D ANTIFONGIGRAMMES Nathalie Friberg, 2004 Candidoses systémiques Définition: infections fongiques opportunistes à levures du genre Candida aboutissant à l envahissement

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

LES MYCOSES CUTANEO- MUQUEUSES F FRAOUA ABDELMOULA L M KOURDA LES MYCOSES Infections cutanées superficielles dues à des champignons Fréquentes Incidence hospitalière 15 % Prévalence dans la population

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013

La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 La tomodensitométrie chez le lapin de compagnie Réalisation pratique et indications Académie vétérinaire de France 7 février 2013 Dr Didier BOUSSARIE CHV Pommery 51100 Reims PRINCIPE DE LA TOMODENSITOMETRIE

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique

Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique Qualité de l air intérieur Gros plan sur la contamination fongique Marie-France Corre, experte associée Groupe Construction Durable 17/03/09 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses représentation schématique du lobule pulmonaire septa inter-lobulaires (SIL) vus en thoracoscopie chez un fumeur Cause connue 1/ Proliférations malignes lymphangite

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle

Principales causes d humidité 28/05/2015. Gestion de l humidité dans les bâtiments: Humidité de condensation. Humidité ascensionnelle 2 Gestion de l humidité dans les bâtiments: Moisissures et santé omsept@free.fr 1 3 4 Humidité de condensation Humidité ascensionnelle Dégâts des eaux Ponts thermiques, Source ISP Bruxelles Principales

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010

Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Mr ZIAD AB 29 ans m a consulté le 28/10/2010 Depuis le jeune âge toux récidivantes.1a2 exacerbations par ans. Stabilisation 2006 1 ans exacerbation rapprochée avec dyspnée et sifflement.amélioration transitoire

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Mycoses Oculaires. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris

Mycoses Oculaires. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris Mycoses Oculaires DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002 Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris Mycoses : généralités Infection opportunistes ubiquitaires Notion de terrain favorisant

Plus en détail

Guide Pratique du Souffle

Guide Pratique du Souffle Programme d information sur les maladies respiratoires chroniques : asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)... Guide Pratique du Souffle Ce guide appartient à : Nom :......... Prénom

Plus en détail

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie Tularémie : diagnostic et traitement A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie CAS CLINIQUE - Homme - 28 ans - ATCD :0 - Métier : Médecin - Séjour de 15 jours en Amérique du sud

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98)

Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Diagnostic et suivi des infections ORL : le bon usage des examens biologiques (items ENC : 77, 90 et 98) Ce document a été rédigé par les Docteurs Carrière, Charachon, Segondy et Rispail Objectifs pédagogiques

Plus en détail

IMAGERIE DES MYCOSES INVASIVES OSSEUSES

IMAGERIE DES MYCOSES INVASIVES OSSEUSES IMAGERIE DES MYCOSES INVASIVES OSSEUSES S. Poirée 1, D. Zeitoun 2, F. Méchaï 3, O. Lortholary 3,4, O. Hélénon 1 1 Service de radiologie adultes. Hôpital Necker. Paris 2 Service de radiologie. Hôpital La

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv. Penicilliose (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.2005 1 Penicillium marneffei : historique 1956: Capponi décrit

Plus en détail

Infirmier Collection dirigée par L. LE

Infirmier Collection dirigée par L. LE Carnet Pratique Infirmier Collection dirigée par L. LE Guide hospitalier de poche pour l infirmière Charles DELALE PNEUMOLOGIE 99 bd de l Hôpital Editions Vernazobres-Grego 75013 PARIS - Tél. 01 44 24

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail