Clément Gravereaux. Dossier de spécialisation, Master 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Clément Gravereaux. Dossier de spécialisation, Master 1"

Transcription

1 Clément Gravereaux Dossier de spécialisation, Master 1 1

2 Sommaire I. Avant-propos... 3 II. Objet de recherche... 5 Les phénomènes observés sont les suivants III. OBSERVATION DE TERRAIN... 9 I. L organisation numérique ou la condition de production de nouvelles représentations des salariés, individus en situation de travail ) Le concept d espace numérico-virtuel ) L appropriation de l espace numérique de travail ) LA PERCEPTION DE L ENVIRONNEMENT Á TRAVERS LE LANGAGE ) INTERPRÉTATION ETHNOGRAPHIQUE ) Le travail collaboratif dans une perspective de conflit cognitif.. 15 II. Nouvelles formes de travail collaboratif, la distance cognitive entre réel et virtuel Explication environnemental de l implication du salarié III. LA VIRTUALITÉ COMME CAUSE D INCOMPRÉHENSION. 23 1) Organisation numérique et co-construction identitaire ) LA CONSTRUCTION DU «SOI» DANS L UNIVERS VIRTUEL ) LE MANQUE DE FACE Á FACE IV. Conclusion V. Bibliographie

3 «Le virtuel est ce qui est en puissance dans le réel». 1 «Étudier l identité dans le contexte du web 2.0 permet de mieux comprendre comment les interfaces numériques changent le regard porté sur soi, sur l Autre et sur le monde.» 2 I. Avant-propos Après plusieurs réunions ayant pour objectif la mise en commun des connaissances théoriques des membres de notre groupe de recherche, nous avons défini l organisation et admis cette définition dans chacun de nos développements. «Toute organisation est un dispositif de mise en réseau de collaborateurs par dispositif technologique permettant un échange interfacé et réunis autour de projet.» Avant de définir notre objet de recherche, nous souhaitons dans un premier temps expliciter notre méthodologie. Avant de se lancer dans un travail classique concernant l analyse des nouvelles formes organisationnelles, nous avons exploré de nombreux travaux récents sur la question. Il apparait clairement une redondance dans les analyses qui sont faites et ce, à travers le monde. En effet, on constate une analyse globale sur les transformations des organisations en organisations numériques par l usage des NTICs (Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication). Cependant, par la lecture de certains travaux, nous avons constaté que le phénomène a commencé à être étudié depuis plus de 20 ans, la véritable révolution étant internet et non pas les NTICs que l on peut caractériser et inscrire dans l histoire organisationnelle depuis l arrivée de l imprimerie et plus récement du téléphone. Nous avons également étayé notre vision par des lectures concernant les nouvelles formes de travail collaboratif, leur agencement, leur articulation au sein de l organisation. Nous sommes partis à la recherche d appuis théoriques directement en lien avec notre intuition pour nous permettre rapidement de cadrer notre champ réflexif. Une des difficultés majeures de notre travail a été de recentrer régulièrement le propos sur notre thématique pour ne pas s en éloigner bien que les angles d approche soient pluriels. Finalement faire un simple constat de l état actuel de ce qu est l organisation serait simplement une bonne introduction mais ne nous aurait rien apportés de nouveau dans le cadre de ce travail de recherche et par rapport aux enseignements que nous avons déjà eus depuis quelques années déjà. 1 In Cadoz, Claude, Les réalités virtuelles, p 8 2 Fanny George 3

4 L inspiration pour ce travail de recherche est venue de diverses expériences professionnelles ainsi que d entretiens avec des professionnels, de différents secteurs. Par ailleurs nous avons également trouvé des éléments de réflexion dans des reportages radio. Dans des travaux précédents, nous nous somme intéressés à la construction, à la co-construction identitaire numérique, à la représentation du moi sur internet. Des éléments de ces précédents travaux de recherche viendront soutenir notre approche psychologique de la question que nous abordons. Notre principe méthodologique a donc été de réfléchir sur des éléments dits de terrain pour en comprendre le fonctionnement, réussir à les conceptualiser pour pouvoir fournir des éléments de réponse et des éléments réflexifs pour pouvoir préciser nos questionnements. Notre axe réflexif principal se focalisera sur la frontière perceptive entre réel et virtuel dans ce travail. Il tentera d expliciter ce qui fait dans l esprit des individus (en contexte organisationnel), la perception et le fondement de cette frontière et qui selon nous permet de comprendre le fonctionnement des interactions par échanges interfacés. 4

5 II. Objet de recherche Nous accordons tout autant d importance au cadrage réflexif et théorique à notre sujet qu à son analyse. En effet, ce travail aura pour objectif de centrer notre observation et nos axes d analyse. De cette façon nous cernerons davantage la délimitation de nos recherches et pourrons clairement exclure ce que nous choisissons de ne pas traiter afin de ne pas nous égarer. Etant en science de l information et de la communication, discipline aux fondements multidisciplinaires, il apparait très clairement que les ressources possibles pour analyser tout phénomène sont quasiment sans limite. C est ce qui en fait la richesse et la pluralité d approche. Ainsi nous avons trouvé matière théorique pour appuyer nos hypothèses d après des lectures en sciences de gestion, en psychologie, sociologie, neuroscience, psychologie cognitive entres autres. Comme nous l avons dit en avant-propos, notre intuition analytique est venue d observations dites de terrain, de phénomène rapportés et constatés en organisations numériques, qui nous ont permis de constater un décalage entre les relations entre individu par interfaces numérique et les relations entre ces mêmes individus en situation réelle d échange. Ces observations nous ont permis d esquisser un raisonnement sur ce qui conditionne les modifications des rapports entre individus. Dans le sujet qui nous a été attribué : «Organisation numérique et travail collaboratif», nous avons choisi de traiter dans un premier temps de façon globale les conditions de modification des comportements entre salariés (individus en situation de travail et d échange professionnel) et l incidence de l avènement de l organisation numérique sur les relations entre acteurs. Plus précisément, nous avons cherché à percevoir, à plusieurs niveaux d analyse de quelle façon l individu se construit et perçoit son espace réel et virtuel de travail. Ce rapport induit un dualisme de perceptivité. Par ailleurs nous essaierons de qualifier ce que nous nommons «conflit cognitif» et qui selon nous serait une ouverture de réflexion pour conceptualiser l essence de la modification comportementale et du rapport à soi à l ère de l organisation 2.0. Nous sommes partis de faits concrets pour positionner notre analyse et nous n avons que très difficilement retrouvé les faits que nous avons observés en tant que tels dans les nombreux ouvrages et travaux que nous avons parcouru. Les phénomènes observés sont les suivants. Dans une structure numérique organisationnelle que nous pouvons sans hésitation rattacher à la notion foucaldienne de dispositif constitué d humains et de non humains agencés par des règles, les agents ou acteurs, termes regroupant les individus travaillant en organisation, sont aujourd hui la plupart du temps réunis autour de projets, devant réaliser des objectifs. Cette définition se rapproche aujourd hui de la structure éco systémique projet. Ces «réunions» se font sur des 5

6 plates-formes de travail collaboratives, autrement dit, sur un logiciel via une connexion internet. Au-delà d une question d abolition d un rapport aux frontières géographiques et physiques et d un rapport au temps modifié, il apparait que les individus communiquent, échangent de l information de façon tout aussi légitime du moins, le perçoivent-ils ainsi, que dans une situation physique, réelle d interaction et de communication. Dans les faits, des acteurs échangent des mails, des notifications sur des forums pour réaliser les objectifs d un projet autour duquel ils ont été réunis. Les organisations sont aujourd hui mondiales, non figées, réunissant des collaborateurs pour des projets, et changeant de collaborateurs pour d autres projets. Ainsi, il est courant que les collaborateurs ne se rencontrent jamais dans le réel et pourtant doivent travailler ensemble. Décalage visible : lors de rencontres organisées entre collaborateurs ayant coopéré autour d un projet commun, ce que nous qualifierons plus tard de «conflit cognitif» prend forme. C est un phénomène naturel à ne pas voir comme une pathologie du travail collaboratif car il est source de créativité. Ce phénomène est le résultat d une confrontation de représentations individuelles en situation de communication, d échange, qui s exprime chez l individu en conflit externe s exprimant sous forme de dissonance cognitive (Sylvie Boisard-Castelluccia et Delphine Van Hoorebeke ). En effet, les individus réunis ne savent pas trop comment se parler, comment se comporter. Le dialogue n opère pas. Il y a beaucoup d incompréhension dans les échanges, il en résulte donc un climat de méfiance et d agressivité. Des individus «s entendant» parfaitement bien dans l espace numérique organisationnel ne peuvent pas se voir et se parler dans le réel, il y a une totale incompréhension. La communication entre acteurs physiques dans un espace virtuel ou cyberespace est plutôt bonne en termes de fluidité d échanges, mais ramenée à des échanges physiques traditionnels, cette harmonie d échange disparait. Nous avons retrouvé ces mêmes observations faites par des managers dans le reportage radio. Notre préoccupation dans ce travail sera de comprendre les conditions d émergence et de fonctionnement de ce conflit cognitif communicationnel. De cette façon, et cela pourrait être l ébauche d un futur travail, nous pourrons en faire ressortir les nouveaux impératifs de management. Le développement de la technologie Visioconférence notamment. Nous cherchons à expliquer comment l individu se situe, positionne son moi dans un espace numérico-virtuel, quelle relation il entretient avec son soi et avec d autres individus sur des plateformes de travail virtuel. Nous nous positionnons dans notre étude sur la frontière entre réel et virtuel ou la prégnance du virtuel sur le réel pour définir et expliquer ce que nous nommons «conflit». Nous tenterons de définir le problème de conflit cognitif que nous avons fait ressortir de nos observations de terrain. La première difficulté à laquelle nous nous sommes heurtés a été de chercher des analyses directement en lien avec nos observations. Nous avons finalement opté pour une recherche transdisciplinaire. Nous avons cherché et trouvé des appuis théoriques à nos hypothèses en dehors du seul champ disciplinaire de l information-communication. En effet, il est apparu plus que pertinent de 6

7 s éloigner des sciences de l information communication pour mieux cerner notre sujet. Nos différentes lectures nous ont permis d approfondir notre perspective analytique notamment sur la construction de la codification explicite et implicite de l échange, du rapport des individus au virtuel, de la frontière avec le réel, de la construction identitaire et la perception cognitive. Ce travail ne prétend pas apporter des réponses aux questions que nous avons dégagées de nos observations. Nous allons plutôt tenter d apporter des éléments de réflexion sur le fonctionnement et la modification du rapport à soi, au virtuel et aux changements de relation entre acteurs économiques dans les organisations numériques, et comment tout cela s articule. Le rapprochement que nous avons pu faire entre nos hypothèses et des écrits théoriques a renforcé la légitimité de notre développement et le fait que ce sujet mérite d être traité. Nous avons trouvé notamment dans les travaux d Yvan Renou et Eric Brunelle des éléments d analyse traitant de problématiques similaires, venant appuyer directement notre analyse et la portée de notre réflexion. Nous appréhenderons ce travail comme une mise en perspective théorique de nos observations. Plutôt que de traiter séparément des parties distinctes, nous suivrons une suite logique entre nos éléments d analyse. Dans un premier temps nous traitons brièvement la question de l aspect définitionnel, d organisation numérique pour pouvoir contextualiser le dispositif numérico-virtuel. Plus précisément nous proposerons une définition de ce qu est un espace virtuel d échange. Nous utilisons la notion foucaldienne de dispositif pour caractériser cet espace d échange. La terminologie «numérico» désigne l aspect matériel, les ordinateurs, les écrans, la connexion internet, le clavier, les smartphones, la tablette numérique. Le «virtuel» désigne l imaginaire, les représentations qu ont les individus de cet agencement de relations dont les fondements appartenaient aux mythes de la science-fiction. Une fois cette notion instituée, nous proposerons une explication de la construction identitaire de l individu dans cet espace, et ce qui en modifie son rapport à luimême et aux autres individus. Dans une perspective davantage anthropologique et ethnographique, nous passerons par les travaux de Goffman (Les rites interactionnels) et les travaux de Gumperz (ethnographie de la communication) pour expliquer les conditions de fonctionnement d un nouveau type de communication et de codification des échanges, du dit et du non-dit, qui émergent de la communication via un espace numérique de travail, autrement dit la nouvelle condition de perception de l intentionnalité à travers une nouvelle codification de l échange. C est-à-dire tout ce qui permet aux individus de s adapter les uns aux autres en situation de communication. Nous nous intéresserons à la modification de ces codes implicites et à la perception de ces nouveaux codes par les individus en espace virtuel en situation de collaboration orientée projet. Une fois les points précédents éclaircis, nous pourrons expliciter plus clairement et simplement la complexité que nous avons identifiée comme conflit cognitif en espace numérico-virtuel. Plus précisément ce qui nous ramène à notre intuition d analyse de la perte de repère entre virtuel et réel et les perturbations que cela 7

8 entraine en situation de communication due à une pluri-appartenance identitaire, à des espace radicalement différents en matière de perception. Nos observations de terrain viendront tout au long de notre développement illustrer nos propos. Notre développement ne cherchera pas à donner des réponses à nos observations mais plutôt des axes de réflexion qui sont et seront des pistes pour la continuité de ce travail. En effet, nous espérons pouvoir poursuivre notre investigation, dans un cadre réflexif délimité mais au-dehors du seul contexte organisationnel. 8

9 III. OBSERVATION DE TERRAIN Après l écoute de plusieurs émissions de radio respectivement sur France Info et France Inter, des salariés et des managers expliquaient leur incompréhension face au comportement des salariés dans un contexte en dehors du virtuel. En effet, il apparait que sous couvert d une identité numérique, différents acteurs entretenaient entre eux de bonnes relations. Ceci est resté valable jusqu à un premier face à face au bout de quelque mois de travail sur un projet où les acteurs se sont rencontrés et n ont pas su se comporter dans une «vraie» relation physique. Nous avons également constaté dans l open space de l entreprise Ikea de Pacé, que malgré la proximité physique des acteurs, ceux-ci préféraient s envoyer des mails plutôt que de se retourner ou bien de marcher quelques mètres pour parler avec leur destinataire. Peut-on conclure à un réel problème ou simplement à un nouveau type de comportement dû aux nouvelles technologies de la communication? Ce genre de phénomènes est également observable sur les réseaux sociaux «grand public» tels que facebook. Nous avons écouté avec attention le témoignage de Mr X. Il travaille sérieusement, gagne bien sa vie. Quand on lui demande s il connait ses collègues, la réponse est «oui» suivie immédiatement d un «mais je ne les ai jamais vu». Dans ce cas là comment peut-il affirmer les connaitre? Sans jamais les avoir vus, sans jamais avoir pu analyser leur personnalité, leur origine, il doit se fier à l identité numérique de ses collaborateurs. C est là toute l étendue de notre problématique sur le conflit cognitif. Nous lui avons demandé s ils s étaient déjà vus, la réponse fut très instructive. En effet, «oui», «une fois», mais la situation alors décrite est digne d un numéro de cirque. En effet, une quinzaine de collaborateurs s étaient réunis et se parlaient à peine, se sont dits bonjour, ont commencé à parler de banalités mais pas de leur travail et encore moins de leurs relations conflictuelles sur les plateformes collaboratives pour certains. Ce genre de rencontres est l expression même du conflit cognitif suscité par les NTICs, les nouvelles formes processuelles organisationnelles. Nous avons complété cette partie après l écoute de nouveaux reportages. Il s agissait d échange mails cette fois. Le patron d une PME expliquait qu il ne comprenait pas pourquoi malgré l utilisation constante d outils d échanges numériques, ses collaborateurs avaient du mal à se comprendre et prenaient du retard dans la réalisation de leurs objectifs. 9

10 I. L organisation numérique ou la condition de production de nouvelles représentations des salariés, individus en situation de travail a) Le concept d espace numérico-virtuel L organisation numérique représente pour nous, autre chose qu un agrégat de matériel technologique, numérique, technique. Tout au long de ce développement nous admettrons l organisation en tant que dispositif conceptuel d interface virtuelle de communication entre acteurs. L organisation moderne est aujourd hui avant tout un réseau, un agrégat de collaborateurs inter-reliés par les NTICs et internet. La théorie de l acteur réseau, notion définie par la sociologie de la traduction correspond parfaitement à l articulation des relations en organisation numérique notamment le network effect. Cette nouvelle forme de structure organisationnelle que nous avons caractérisée, va au-delà de la simple définition de processus. Bien que la structure organisationnelle reste une dynamique processuelle évolutive, elle en dépasse désormais le cadre structurel. Nous parlons maintenant d une sorte d écosystème organisationnel 2.0, d organisation éco-systémique capable de développer en son sein des entreprises projet (Microsoft, Apple, la sillycon valley). La dimension numérique a supplanté la dimension physique de la structure organisationnelle classique, elle est devenue non délimitée. Cette absence de frontière finitude est selon nous fondamentale pour faire ressortir les caractéristiques de cet espace numérico-virtuel souvent appelé cyberespace. Un espace presque imperceptible dans son infini. Le salarié est confronté à tout cela dans son espace de travail, dans ses nouvelles pratiques collaboratives d échange, dans ses pratiques d usage des NTICS. En participant au fonctionnement de cet espace, le salarié légitime son existence. Depuis longtemps la recherche utilise abondamment le terme de «cyberespace» pour qualifier les mondes virtuels accessibles et perceptibles par l usage des NTICs. Les travaux de Michel Foucault nous ont permis de qualifier à juste titre ce «cyberespace» de dispositif numérico-virtuel. La définition de Foucault correspondant en tout point à ce qu il en est précisément : un agrégat d humains et de non-humains régi par des règles implicites et explicites. Le terme de cyberespace n était pas totalement hors de propos. Il y a 15 ou 20 ans. Les usages que les individus en avaient, dans la sphère publique comme dans la sphère professionnelle n avaient pas cette ampleur. Au fur et à mesure du développement d internet et des NTICs, ces utilisations ont subi des mouvances. L utilisation d internet dans la sphère privée a fortement influencé son utilisation dans la sphère professionnelle. L organisation numérique en tant que dispositif d échange interactionnel virtuel en est l outil de communication et le travail collaboratif en est le résultat. Dans cette perspective de causalité nous faisons un rapprochement avec le courant de la cybernétique. Le modèle cybernétique considère les technologies comme 10

11 favorisant les rapports humains, sociaux et donc permet un recul de l entropie. Ainsi, la tendance naturelle des organisations au chaos serait amoindrie grâce à une utilisation massive des NTICs. Nous verrons plus tard que cette dimension ne prend pas en compte certaines variables interactionnelles et donc relève de l utopie, malgré une efficience constatée dans la fluidité de l échange. Bernard Miège nous rappelle la symbolisation et la diffusion de contenus, éléments fondamentaux dans l analyse organisationnelle. La symbolisation est un élément fort car c est elle qui fait sens dans l esprit du salarié et qui lui donne à partager des représentations communes avec d autres salariés, mais aussi et surtout une histoire, une vision commune, globale et partagée de l organisation. En effet, la construction de la culture de l organisation, de l identité des salariés, de leur activité passe par la mise en mots. La mise en mots crée l histoire, crée l entreprise et les façons de faire des salariés. Autrement dit, les NTICs favorisent cette mise en mots et donc favorisent, augmentent de façon exponentielle l intercompréhension de l information. D autant plus qu en organisation numérique, la vitesse de transmission de cette intercompréhension est instantanée immédiate, du fait d informations sous forme de données codifiées. L organisation numérique s affranchit des frontières administratives et bureaucratiques notamment en termes de vitesse de transmission. Il est donc plus qu aisé pour le salarié de se représenter de nouveaux espaces de travail numérique, virtuel et donc de les percevoir en tant qu espace réel. Malgré ces avantages il apparait dans la réalité des constats différents de cette utopie cybernétique. En effet, dans ce dispositif d échanges, les frontières sont abolies et les informations instantanément échangées. Cela pose un problème néanmoins concernant les représentations partagées. Les échanges sont instantanés, presque trop rapides pour que les salariés aient le temps de se les approprier, d autant plus qu aujourd hui ils sont souvent réunis via des espaces d échange autour de projets donc ne partageant pas de culture commune de l organisation dans laquelle ils vont travailler, mais uniquement un projet commun. Et comme ils ne se rencontrent parfois jamais, ils n ont pas la même vision de l organisation. C est ce que nous traiterons plus tard en tant que dissonance cognitive. Ce sont des motivations et des intérêts personnels qui doivent cohabiter et s entendre. Par ailleurs cette fluidité de l échange soulève une autre question. Dans l organisation physique (l entreprise classique), une zone d activité, un immeuble, des bureaux avec le nom et les responsabilités de chacun sur la porte, etc., il y a toute une symbolique idéographique et iconographique qui situe et stabilise l identité et les représentations de l individu au travail dans un espace donné, dans un environnement connu et physiquement stable structurellement. Dans cet environnement, malgré des changements réguliers d activité, de collègues, de responsables, etc., l identité du salarié reste ce qu elle est, elle est fixe pour lui et pour son groupe de travail. Le lieu de travail n étant aujourd hui plus fixé territorialement, physiquement, temporellement, la construction identitaire est en proie à ces contraintes pesant sur les organisations. L identité de l individu, se multiplie, se perd. L espace numérico-virtuel développe ce phénomène en favorisant la pluralité d expression de l individualité. 11

12 Le modèle cybernétique, en dépit de son caractère utopique, nous semble néanmoins intéressant pour notre approche de l organisation 2.0. On dépasse l utopie en ce sens que le modèle a abouti dans une certaine mesure. Tout simplement grâce aux NTICs les hommes, et plus particulièrement dans un contexte organisationnel, communiquent plus, plus facilement, plus rapidement. La limite aujourd hui n est plus la possibilité de communiquer mieux mais la possibilité de se comprendre. Autrement dit je t écoute mais je ne l entends pas forcément. Ce problème est posé par ce que nous appelons conflit cognitif et par le problème de stabilité des représentations partagées entre salariés. On en revient néanmoins à une définition très structuraliste de la communication, «une situation canonique» avec un émetteur, un canal et un récepteur dont le canal est le dispositif numérique. Ce schéma laisse peu de place aux interactions et donc est largement insuffisant pour comprendre les mutations interactionnelles en organisation. b) L appropriation de l espace numérique de travail En organisation, le salarié n est plus de la main d œuvre depuis longtemps mais de la ressource cognitive. En ce sens il est source de connaissances. Le travail du manager est de savoir «exploiter» de façon optimale cette source de connaissances pour qu elle soit au bénéfice de l entreprise. Les travaux d Eric Campoy et Valérie Neveu sur la confiance en organisation nous permettent de lier ce concept avec celui de la reconnaissance décrit par Axel Honneth dans la mesure où c est le seul vecteur qui, au-delà de toute frontière permet d accéder à la reconnaissance qu une organisation donne à ses salariés. La confiance serait de la reconnaissance déterritorialisée. Ces concepts de confiance et de reconnaissance font exister le salarié en tant que tel dans l organisation numérique et/ou le groupe de travail via le groupeware, bref, atteste de la présence de son moi. C est un des défis des organisations numériques, générer à distance de la présence pour simuler de l interaction sociale. Nous parlions de reconnaissance des identités virtuelles. Mais au-delà de cela, pour attester de la reconnaissance d une identité, il faut lui faire confiance. La confiance est un aspect fondamental des relations entre salariés mais aussi de la reconnaissance d eux-mêmes et de leurs activités professionnelles. Le concept de confiance pallie à la «dématérialisation des relations-interpersonnelles» 3. Elle agit comme instance de légitimité des actions et des identités virtuelles. Le concept de confiance participe donc à la co-construction identitaire de l individu en organisations numériques ainsi qu à la perception de son environnement. La confiance remplace le processus naturel de légitimation de l identité d autrui et de soi-même, ainsi l existence numérique d un individu va de soi. Le problème se situe du virtuel vers un réel face à face. Cette confiance et légitimation de soi et de l autre n opèrent plus, elle n a de sens et de valeur que dans l univers numéricovirtuel. En quelque sorte lors de rencontres présentielles, une identité non reconnue est mise en danger et en déstabilise le porteur ainsi que son interlocuteur. C est l idée exprimée dans les reportages que nous avons écoutés. Il y a une dissonance cognitive dans la perception d autrui in et ex de l environnement organisationnel. 3 Aubert et Kelsey, 2003 ; Kanawattanachaï et Yoo,

13 Le fait de se sentir exister participe à la construction identitaire de l individu en situation de travail. Le sentiment d existence et d appartenance participe à l appropriation d un espace par un individu. La terminologie de cyberespace longtemps utilisée, induit une prégnance mythologique portée par les récits de science-fiction et donc ne représentant pas grand-chose dans la réalité. Aujourd hui l utilisation des NTICs et les représentations qui en découlent, font partie de la vie courante. Les discours mythologiques sont devenus des faits réels. «cet environnement de pratiques et d usages technologiques est en dynamique de changement permanent et suscite de vives transformations dans des pratiques sociales qui étaient déjà-là». 4 Nous avons admis l espace virtuel en tant qu espace public/citoyen, à ce titre, nous considérons les interactions virtuelles comme légitimes. Nous entendons par là que dans cet espace virtuel que constitue l organisation numérique, les échanges ont une valeur de «vrai» cognitivement et juridiquement. Les relations de communication, les interactions entre individus sur internet sont dupées par une pseudo-reproduction des structures sociales. Ainsi, les individus accordent tout autant d importance à leur activité virtuelle. La communication virtuelle est toujours dans une mimesis du réel. Par ailleurs, les échanges médiés par ordinateur ont une incidence dans la vraie vie, ce qui en fait un espace d interaction sociale légitime, partagé et donc reconnu. L individu en situation de travail a donc de multiples appartenances sociales et cela va au-delà de la fréquentation de ses groupes de pairs en société. Mais cet agencement de relations dans le virtuel, même si elles sont symboliquement assimilables à des vraies interactions, font effet de société, et font de l organisation une structure microsociétale. «L interactivité peut être définie comme le principe qui permet les échanges d informations grâce auxquels les expériences symboliques, et par conséquent la configuration d une dimension sociale et psychologique devient possible» 5. La communication entre acteurs est donc génératrice et essence de la dimension sociale en organisation. c) LA PERCEPTION DE L ENVIRONNEMENT Á TRAVERS LE LANGAGE La question soulevée par l organisation numérique en tant qu espace virtuel d interactions interindividuelles, est celle de la représentation du salarié pour luimême et des autres salariés. Nous avons admis d une part que l identité de l organisation, sa culture, ses valeurs étaient en perpétuelle fluctuation. Il est donc impossible de les saisir parfaitement, chacun en a donc sa propre représentation relativement au moment où il a réussi à l identifier, à l interpréter, à la saisir. 4 Jauréguiberry Franci et Proulx Serge 5 Nikoleta Kerinska dans Je est un autre, projections identitaires dans les mondes de réalité virtuelle en ligne» 13

14 L identité de l individu en organisation se construit en fonction de cela. Il va se construire non seulement en fonction du retour des autres salariés sur son soi mais aussi en fonction de ce qu il délimite, identifie et intériorise comme son lieu de travail, lieu dans lequel il va se construire. Il y a un processus de construction socio-discursive de l espace de travail en tant qu entité avant d être lieu d exercice d une profession. Le langage est l outil de construction des représentations du salarié, il permet la mise en mots et donc le partage «spirituel» de ce qui est perçu. Ce que dit le salarié est une mise en mots de ses représentations. Un individu n a que les mots qu il possède dans son répertoire pour décrire ce qu il pense, ainsi, on ne décrit ce que l on voit qu avec les mots que l on connait. De cette façon personne ne décrit la même chose de la même façon, même si c est l impression donnée, de minuscules variables font que non. L organisation numérique est en perpétuel mouvement et changement de représentation en ce qu elle n est plus fixe. La difficulté est double pour le salarié de se représenter lui-même et son environnement, ce à un niveau perceptif et langagier. Le langage étant la traduction de la perception, un environnement mal perçu sera mal traduit en termes de représentation et la co-construction identitaire, la perception de l environnement de travail seront en quelque sorte faussées. Nous faisons ressortir ici, un élément constructeur du conflit cognitif qui sera clairement établi dans les exemples que nous décrirons. Le manager doit produire du discours pour recentrer les salariés autour d une idée commune et partagée de leur organisation ou de leur organisation projet. d) INTERPRÉTATION ETHNOGRAPHIQUE L ethnographie de la communication constitue au sens foucaldien du terme, un dispositif méthodologique favorisant l appréhension de la multiplicité de composantes comportementales que l on peut rencontrer dans une culture ; autrement dit tout ce qui intervient, tout ce qui fait sens pour comprendre une interaction entre individus de cultures différentes, au-delà de la simple interaction verbale. Rappelons que la communication existe au-delà de la seule parole. Ce dispositif est un outil qui permet de «comprendre l autre dans ses particularités». Pour comprendre ce système langagier il faut regarder du côté de la linguistique et du côté de l ethnographie de la communication. En effet, au même titre que les langues différentes entre différents pays, dans une tendance à l universalisation anglo-saxonne des codes langagiers numériques/mail notamment à travers une novlangue, il reste des variables culturelles et identitaires qui sont des facteurs de mauvaise compréhension, de mauvaise interprétation du langage organisationnel 2.0. Ceci dans la mesure où, à travers des espaces d échange interfacés, l interculturalité n est pas saisie par les locuteurs. Il s agit de comprendre ce qui est au fondement du conflit cognitif et de la construction identitaire en identifiant les conditions d incompréhension entre acteurs via les échanges sur collecticiels ou groupeware. Les individus réunis et travaillant au-delà des frontières sont en situation de bisociation (Koestler), c est à dire qu ils perçoivent une situation sur des plans de 14

15 référence notamment culturelle, radicalement différents. Cette différence est imperceptible en dehors d échanges physiques (visuels) et donc fausse en quelque sorte l échange. L individu s adapte naturellement à l autre dans une situation de communication en fonction de ce qu il identifie chez lui comme élément culturel. Dans une relation de communication la langue n est qu une représentation de l être des individus, mais l entièreté de sa composition n est accessible qu en situation réelle. Même si les collecticiels permettent l échange, ils ne permettent pas la perception de différences culturelles, ce qui est à la source d incompréhension, de retard dans les projets, de conflits (qui cependant pourront s estomper en situation réelle). Prendre conscience de ces variables permet aux individus de mieux s entendre. Ceci n est théoriquement pas possible via les échanges en espace virtuel qui ne permettent pas de faire état de la culture des individus en dehors de ce que chacun choisit d exprimer ou de définir. La forme sociale et sociétale qui se dégage et fait de l organisation une microsociété est que «tout agissement d un acteur humain est socialement marqué, lorsque ces agissement reçoivent une réponse ou une réaction d un autre participant on se trouve devant une forme sociale» 6. Ceci permet d expliquer l implication de l individu dans deux espaces sociétaux et donc la confusion cognitive de perception entre ces deux milieux dans lesquels l individu existe, deux références identitaires notamment sont en tension. L espace numérique de travail fait, comme dans toute relation de communication, intervenir une inférence pratique de la part d un salarié, son intention, le but de son échange. L explication téléologique en est la traduction par le récepteur du message qu il aura reçu et perçu. Pour W. Downes, «l explication téléologique est l inférence pratique mise à l envers»7. Cette traduction qui opère est fonction de ce que le récepteur perçoit de l émetteur, sa culture, son comportement, etc., qu il ne pourra pas percevoir dans un contexte d échange mail ou/et via collecticiel par exemple, d où une incompréhension issue d une mauvaise traduction des messages. Une possibilité de réponse à ce problème en organisation numérique serait des pratiques métas communicationnelles, c est à dire parler de ce qui est dit. Cependant cela serait quasiment impossible et surtout serait une perte de temps. Une bonne solution serait l utilisation de système visio type vidéo conférence ou Skype Autrement dit, il subsiste des barrières langagières et interactionnelles faisant obstacle à une parfaite intercompréhension entre salariés, qui peuvent être de pays différents. Cette perception les construit dans une logique de co-construction, et donc l identité est perturbée par un manque de stabilité e) Le travail collaboratif dans une perspective de conflit cognitif Nous sommes maintenant face à des structures hyper collaboratives, en ce sens qu elles ne fonctionnent plus que par la collaboration et l échange entre acteurs. Ce génial concept passif, en ce qu il n exprime qu une information descendante, 6 H. Garfinkel 7 Geneviève Dominique de Salins dans «une introduction à l économie de la communication» 15

16 institutionnalisée qu était l intranet est maintenant dépassé. Chacun participe à la co-construction d une base de données (type wikis), un forum d échange. Les plateformes collabo-participatives détournent, décentrent cette ascendance et sont de fait plus attractives. On parle aujourd hui de collecticiels, logiciels spécialement pensés et conçus pour répondre aux besoins de travail des organisations. Compte tenu des nouvelles formes d organisation que l on peut observer il s agit davantage de travail en collaboration que de travail collaboratif. Par essence tout produit ou service réalisé avec plus de deux personnes peut être considéré comme du travail collaboratif. Le terme de collaboration devrait impliquer davantage l implication que le fait de subir. Le suffixe «ation» à lui seul explique l idée de processualité. Dorénavant les salariés se construisent et\ou se reconstruisent avec cette appropriation et apprentissage des NTICs et des espaces interactionnels numériques. Une organisation performante est une organisation ayant des dispositifs numériques de mise en relation permanente de l ensemble de ses acteurs et collaborateurs de façon immédiate et à travers le monde. Les organisations doivent évoluer en même temps que les contenus, que les outils. La primauté est maintenant à la fluidité de l échange et la gestion de l information. Le productivisme est relayé. Les outils numériques modifient les relations entre salariés, entre salariés et hiérarchie, le travail collaboratif n a plus rien à voir avec les anciens préceptes. Les organisations fonctionnent aujourd hui sur la gestion, la transmission, l échange d informations. Les acteurs sont donc en réseau où règne l immédiateté et l instantanéité des messages. Les acteurs sont donc incessamment soumis à un flux continu d informations, d échanges, d interactions, de relations via des espaces numérico-virtuels de travail. Les NTICS rendent possible une communication simulant le réel, «en présence». La collaboration induit la présence à travers l échange, le côté transactionnel d informations. Quand nous parlions de nouvelles formes organisationnelles processuelles nous n arrivions pas clairement à les caractériser précisément. Yvan Renou parle «d organisation réticulaire» et en donne une définition qui englobe l ensemble des caractéristiques que nous avons données. «Forme institutionnelle structurée verticalement et caractérisée par un ensemble de procédures de coordination établies principalement entre un donneur d ordres (une firme-pivot) et les différents sous-traitants - autorisant à la fois la coordination verticale des activités distribuées le long d une chaîne de production et horizontale des acteurs participant à un même projet productif.». 8. C est l organisation projet. La dimension sociétale apparait dans cette définition et démontre l obsolescence de la perspective systémique, instrumentale, de l organisation. A un niveau anthropologique, c est la nature même de ces relations qui nous intéresse dans la mesure où elles ne sont plus simplement analysables avec les approches jusqu alors proposées. 8 Yvan Renou 16

17 En ce que l espace virtuel est une zone d échange, de contact intersubjectif, le salarié est, existe, aux yeux des autres et donc ceci permet la cohésion, le regroupement par groupe de pairs etc. Il n est pas perdu en termes de repères interactionnels socio-sociétaux. Pourrait-on pour autant parler d organisation du «faux» en ce qu elle est une simulation du réel? On peut constater un déséquilibre interindividuel par la confrontation de points de vue par lesquels l individu prend conscience de sa propre pensée par rapport aux autres. Là aussi un décentrement cognitif opère dans le sens où la confrontation à autrui, bouscule nos propres représentations. L être humain peut se sublimer, se surévaluer, se surestimer volontairement. La possibilité d avoir des identités multiples très valorisantes permettrait au salarié d avoir davantage confiance en lui, de n avoir jamais à affronter sa hiérarchie dans les yeux bref, une certaine forme de pouvoir sur sa vie, pouvoir qu il n a pas forcément dans sa «vraie» vie physique. Cela décuplerait ses potentialités et le pouvoir de s exprimer, plus encore, le pouvoir de s exprimer sous son meilleur jour, sous son aspect le plus valorisant. Les espaces numériques, les NTICs développeraient une schizophrénie sociétale volontaire. Tout individu peut volontairement se dédoubler sans être pour autant considéré comme déviant. Au contraire, cela permet «d en être». Cependant, tout s écroule, les codes traditionnels, institutionnels. La norme de construction identitaire est aujourd hui la publicisation et la transformation de son moi. L espace virtuel donne du pouvoir à l individu. Le syndrome du «qui suis-je» explique (dans notre perspective réflexive)l absorption de l humanité par les NTICs et les espaces numérico-virtuels. Bien sûr il n en n a pas forcément pleinement conscience. Le travail du manager est de donner du sens à ces transformations de sorte que le salarié ne soit pas trop perdu, le risque engendré est la paralysie. L inactivité est suscitée par la perte de connaissance de son moi. Une fois ce travail discursif réalisé, du moins entrepris par le manager, le travail collaboratif gagne en efficience. «C est ainsi qu une nouvelle forme d organisation du travail (NFOT) émerge» 17

18 II. Nouvelles formes de travail collaboratif, la distance cognitive entre réel et virtuel Nous nous attacherons à expliquer ce que nous qualifions de réalité virtuelle pour ensuite tenter d expliquer le conflit cognitif face à ces espaces numériques et comment cela modifie le rapport des individus au numérique, comment leur identité change dans sa construction et comment cela influe sur le travail collaboratif et quels en sont les nouveaux enjeux. «Les entreprises du XXIe siècle sont soumises aux nouveaux paradigmes de la nouvelle économie ; elles mobilisent des stratégies, des organisations et des cultures dont l intelligibilité implique de nouveaux discours métaphoriques»9. On pourrait parler de story-telling organisationnel. En effet, ces nouveaux discours métaphoriques participent à la mise en interprétation des nouveaux espaces de travail des salariés. La perspective environnementale ne leur appartient donc pas en termes de perception. Ils ne perçoivent qu une traduction d un environnement dont ils ne partagent pas à la base les représentations avec leurs collaborateurs. Les plates-formes collaboratives sont des interfaces de sociabilité, d échanges médiés par des dispositifs techniques. Autrement dit, à un niveau cognitif, les NTICs : ordinateurs, tablettes, smartphones, sont des outils de perception du virtuel dans un espace réel et la médiation vers le travail collaboratif entre utilisateurs d outils NTICs. Ceci est la naissance du rapport de l individu à l espace organisationnel numérique. Les NTICs sont l outil de conceptualisation, de traduction matérielle de l espace numérique organisationnel sous une forme visible : les interfaces par exemple, les softwares, collecticiel ou groupeware. Autrement dit, le virtuel est matérialisé par des dispositifs sociotechniques qui font sens dans l esprit des salariés. L objet fait sens, l individu peut donc s y identifier et l utiliser sans forcément avoir conscience des modifications que cela entraine dans sa sociabilité, sa construction identitaire, son individuation, sa façon d interagir avec autrui. «La pratique virtuelle nécessite l engagement du corps sur le plan perceptif - par l utilisation interactive du matériel - et se distingue en cela de medias comme la télévision ou le cinéma, qui proposent une représentation et non une simulation» 10. L organisation numérique est une simulation virtuelle d interactions entre salariés d où l idée de nouvelles formes de travail collaboratives. Les perceptions sont confuses mais les interactions sont réelles en termes de simulation de code, de langage, de cultures échangées. Les outils numériques simulent à distance la présence. 9 J- J Pluchart et R. Mostefaoui dans Les représentations symboliques de l entreprise virtuelle 10 Aurélien Pfeffer, "Mondi Virtuali", Castelvecchi, 2006, pp

19 «Dans le monde physique, une présence est directe on a un corps dont on ne peut se détacher et qui porte une image que les autres identifient» 11.C est l inverse dans un espace virtuel, l identité, l individualité peut se détacher du corps. L organisation numérique est à entrevoir en dehors des enjeux économiques, en tant qu espace relationnel dans lequel cohabitent les identités des acteurs. Cela ne se limite pas aux seuls salariés d une organisation, mais potentiellement à un espace relationnel accessible à toutes les organisations à travers le monde. C est presque une potentialité interactionnelle sans fin devant laquelle se retrouvent les salariés. C est comme la peur du vide. En dehors de ses compétences, de ses connaissances, de ses capacités, l identité du salarié jusqu alors existant dans un espace physique restreint : le siège social, le bureau, la salle de réunion etc., se retrouve désormais seule face au monde. Les espaces physiques de rencontre entre professionnels sont des espaces connus, rassurants, même hors frontières. Des éléments symboliques universels rassurent : la présence d un bureau, d un téléphone, d un ordinateur, une plante, bref, des éléments symboliques et caractéristiques de l espace de rencontre traditionnel. Nous considérons internet comme technologie de l imaginaire, outil de mise en perspective du virtuel. L organisation numérique, par le biais des NTICs, est un dispositif de réalisation du soi professionnel. Ce que Michel Foucault nomme une «technologie du soi». L organisation numérique doit son existence au discours médiatico-managérial qui a accompagné son avènement. Un objet n existe que par les représentations mentales que l on en a. Elles sont issues de mots, de discours, faisant sens dans l esprit et permettant de se représenter un objet réel ou non. Par exemple, n importe qui sera capable de définir ce qu est une licorne par rapport aux discours et aux représentations mentales que l on en a, par contre la licorne n existe pas, aussi bien que l on puisse la décrire. Voilà un premier problème d identification, comment identifier, «sentir», conceptualiser un espace numérico-virtuel si les mots pour se le représenter ne sont pas les bons, ou bien peu ou pas appropriés, sources de fausses représentations. Ce n est pas un problème pour la génération Y qui est née avec le numérique, mais c en est un pour se représenter le réel, du moins une réalité que les générations précédentes peuvent partager. «il est impératif de bien comprendre la place que la virtualité occupe dans les organisations si l on veut être en mesure de mieux comprendre toute sa portée et ses implications. [ ] les individus en cause n ont d autre choix que d utiliser leur imagination afin de se représenter la réalité. Ainsi, dans ces organisations, les gestionnaires doivent composer avec un certain degré de virtualité. Puisque toutes les organisations comportent une dimension virtuelle, elles peuvent se situer sur un continuum de la virtualité.» Nikoleta Kerinska dans Je est un autre, projections identitaires dans les mondes de réalité virtuelle en ligne» 12 Eric Brunelle 19

20 Ce qui fait «virtuel» dans l esprit, dans les représentations des salariés, ce sont l absence d items symboliques conventionnels. «Les frontières de l entreprise sont ainsi modifiées, le virtuel et le réel s imbriquant l un dans l autre». 13 Cette implication dans le virtuel explique une mise à distance par rapport au réel dans l esprit des salariés. Première étape du «conflit». Ici, nous présentons les conditions d émergence de ce conflit cognitif dans l esprit des salariés, la mise à distance en ces deux mondes que sont le virtuel et le réel explique le fait que l individu en organisation se «perde». La réalité, aujourd hui tient à la légitimité de la terminologie d organisation virtuelle. Le virtuel n a plus le sens d imaginaire, mais plutôt d une réalité technique. L espace numérique est impalpable, immatériel, et pourtant réel, il est appelé virtuel. Il faut penser l organisation numérique et le travail collaboratif comme un dispositif technique de NTICs, fonctionnant dans un espace virtuel. Les relations entre individus sont dématérialisées, détraditionnalisées. Hannah Arendt parle d une rupture avec le fil de la tradition. La dichotomie théorique entre réel et virtuel est un des malaises que nous avons identifié dans nos observations «Les communications qui s effectuent dans le cyberespace ont nécessairement besoin d une interprétation imaginative de la part des intervenants. Puisque le temps et l espace des communications ne sont plus nécessairement les mêmes, les personnes en cause doivent conceptualiser plusieurs éléments dans leur esprit afin d être en mesure de bien fonctionner et d arriver à réaliser leurs activités. Ainsi, plus les relations avec le cyberespace sont importantes, plus le niveau de la virtualité dans l entreprise est important.» 14 Les nouveaux discours qui accompagnent l avènement des organisations numériques participent à la dématérialisation de l organisation physique : siège social, usine, etc. ainsi qu à une abstraction du réel. Du côté de la recherche scientifique, en 2001, Lev parlait déjà «d économie de l immatériel ou de l incorporel». Le phénomène de dématérialisation n est pas nouveau. La nouveauté réside dans le paroxysme de l utilisation des NTICs aujourd hui. L arrivée de l organisation telle qu on la connait aujourd hui s est faite progressivement. A tel point que beaucoup d entreprises se retrouvent perdues face à des outils, à des formes de travail, de relations qui leur sont inconnues et qu elles ne maitrisent pas. Le discours médiatique qui fait de l organisation numérique un phénomène nouveau est déjà dépassé depuis 10 ans. De grandes firmes multinationales ont anticipé cet avènement et sont aujourd hui plus que compétitives sur le marché en termes d organisation de travail collaboratif et de mise en place d outils et d utilisations de technologie de multimédia dans le cadre de l interrelation entre acteurs. Les salariés ont un rapport à la virtualité dans le sens où celle-ci existe dans leur imagination. Aucun élément physique ne permet de se la représenter. Leur ou leurs identités virtuelles sont de plus en plus investies 13 B. Quinio 14 Eric Brunelle 20

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS Par nos relations, nos perceptions, nos actions LES ENJEUX DU XXI siècle Enjeux pour lesquels nous nous mobilisons. Notre humanité vit de profondes ruptures, culturelles,

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

Oracle, Gestion du Capital Humain. Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin!

Oracle, Gestion du Capital Humain. Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin! Oracle, Gestion du Capital Humain Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin! Présentation des participants et du formateur Qu est-ce qu une équipe performante? Les dimensions de l équipe performante

Plus en détail

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria Communication interne 01infomaths.com Prof :Zakaria PLAN INTRODUCTION HISTORIQUE COMMUNICATION ET INFORMATION COMMUNICATION INTERNE ET COMMUNICATION EXTERNE LES CHEMAINS DE LA COOMUNICATION AU SEIN DES

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur

Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur Partie 2 : Des leçons pour l entrepreneur 5.6 De nouveaux métiers Le développement des communautés et des univers virtuels a favorisé la création de nouveaux métiers «online», spécifiques à la gestion

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique Cybersécurité et Transformation Numérique 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais 7ème Forum International de la Cybersécurité Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois.

NIVEAU : Initial Perfectionnement 10 jours au total soit 70 heures de formation 2 jours par mois. 1178, Route du bord de mer Le Florentin 06700 Saint-Laurent du Var Tél/fax.: 04 92 12 97 52 - aefe@wanadoo.fr www.aefe-france.fr THEMATIQUE : «MANAGEMENT des HOMMES et des EQUIPES» Contextualisation de

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises.

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises. WEBRTC LE WEB DEVIENT SUPPORT DE COMMUNICATION MULTIMEDIA UNIFIE Dernière innovation du web, le WebRTC à la croisée de l internet et des télécommunications se révèle un outil puissant de la relation client,

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet

STRATEGIES INTERNET INTRODUCTION AUX. Vers une approche globale de la présence sur Internet INTRODUCTION AUX STRATEGIES INTERNET Vers une approche globale de la présence sur Internet 2008 Philippe FLOC H Strategic Consulting Tous droits réservés Introduction aux Strategies Internet 22/02/2008

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Faculté des Sciences du Sport de Marseille

Faculté des Sciences du Sport de Marseille Faculté des Sciences du Sport de Marseille Laboratoire Sport, Management, Gouvernance, Performance EA N 4670 Master II Professionnel Management des Organisations Sportives Chaire Société, Sport et Management

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2015-2016 EDUCATION AUX MEDIAS

APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2015-2016 EDUCATION AUX MEDIAS CONSEIL DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE POUR LA FORMATION EN COURS DE CARRIERE (CECAFOC) APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2015-2016 EDUCATION AUX MEDIAS FICHES TECHNIQUES DU CAHIER DES CHARGES Contact

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress Formation Développement personnel M2S formation La confiance en soi Gestion du stress Gestion du temps et gestion du stress Gestion des tensions et des conflits Gestion des conflits et de l agressivité

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Laboratoire ICAR Lyon 2. Samira Ibnelkaïd. Doctorante SDL. Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle IDENTITÉ

Laboratoire ICAR Lyon 2. Samira Ibnelkaïd. Doctorante SDL. Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle IDENTITÉ Samira Ibnelkaïd Doctorante SDL Laboratoire ICAR Lyon 2 IDENTITÉ Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle Quelques définitions Proposition de corpus Analyses de données Résultats

Plus en détail

Les usages des SI : état de la recherche. Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine

Les usages des SI : état de la recherche. Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine La Business School de la première Université de France Les usages des SI : état de la recherche Michel KALIKA, Dr EM Strasbourg Ancien Professeur à Paris-Dauphine 1 Voulez-vous un millefeuille? 2 Voulez-vous

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail