Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA)"

Transcription

1 Le système HACCP Ce cours se base sur la présentation de Stéphane Vanoirbeck sur le Guide des Bonnes Pratiques d Hygiène (GBPH) et le Manuel de l Agence Canadienne d Inspection des Aliments sur le Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA)

2 H = Hazard A = Analysis C = Critical C = Control P = Point Définitions Traduction : Analyse du Danger, Points Critiques pour le Contrôle Signification : Analyser ou Identifier les dangers potentiels pour les maîtriser lors de la fabrication ou préparation.

3 Point de contrôle (PC): tout moment de la production où des dangers biologiques, chimiques ou physiques peuvent contaminer, directement ou indirectement, la nourriture. C est le point où des mesures de prévention doivent être prises pour gérer les dangers.

4 Point critique de contrôle (PCC) renvoie à tout instant où un contrôle peut être effectué et les résultats enregistrés en vue de la prévention ou de l élimination d un risque, ou dans le but de ramener celui-ci à un niveau acceptable.

5 Chaque PCC indique: (1) l étape dans la production, (2) les risques potentiels, (3) la méthode de contrôle, (4) la norme et les limites, (5) les mesures correctives, (6) la personne responsable du contrôle.

6 La différence essentielle entre un PCC et un PC est que dans le cas d un PCC, les résultats des mesures doivent être enregistrés sur un formulaire spécifique. Il est vivement conseillé de conserver ces formulaires pendant quelques années. Ils pourront, le cas échéant, servir de preuve d une bonne gestion en matière de sécurité alimentaire.

7 Autocontrôles Il est impossible de contrôler toutes les denrées alimentaires ou tous les plats se concentrer sur les produits les plus à risque, par exemple: viandes et volailles, œufs, laits et produits laitiers, poissons et crustacés,.

8 Par autocontrôle on entend l ensemble des mesures que l on prend pour garantir la sécurité alimentaire dans un service de restauration. Cela signifie en premier lieu l élaboration d un plan HACCP déterminant un nombre suffisant de PCC

9 Les PCC élaborés (au nombre de 10 à 20 ), suivis par les consignes spécifiques, forment la base du système d autocontrôle. La traçabilité fait également partie du système d autocontrôle

10 Documentation Enregistrement Identifier les dangers Évaluer les risques Maîtrise de la Sécurité Alimentaire Vérification Validation HACCP Déterminer les PCC Établir des Actions correctives Bonnes Pratiques d Hygiène Établir un système De surveillance Établir des limites critiques

11 Les sept principes HACCP 1. Identifier les dangers potentiels et réels dans le processus de production et déterminer les mesures à prendre pour les gérer. 2. Déterminer les PCC; Un arbre de décision permettra de déterminer si un point critique (un danger) doit être transformé en point critique de contrôle.

12 3. Déterminer les normes et limites entre lesquelles des variations sont acceptables. Le résultat des mesures doit être comparé à une norme et les déviations tolérées doivent être définies. 4.Elaborer un système de contrôle permettant de maîtriser les PCC. Ce système explique la gestion des dangers afin de les éliminer ou réduire à un niveau acceptable.

13 5.Elaborer un système d actions correctives au cas où les résultats de contrôle présenteraient des anomalies. Des actions correctives s imposeront si les résultats mesurés sont (très) différents de la norme fixée. 6.Elaborer un plan de contrôle permettant d évaluer si les mesures HACCP prises sont efficaces et si elles garantissent suffisamment de sécurité pour la santé du consommateur.

14 7.Rassembler tous les formulaires et résultats de contrôle dans un fichier. Pour plusieurs raisons, il est souhaitable d être en mesure de fournir les preuves de la gestion réelle et permanente des dangers

15 Comment déterminer les PCC À chaque étape du schéma du processus se poser les questions suivantes : Q1: existe-t-il un danger à cette étape? Quel est-il? Q2: existe-t-il des mesures préventives pour le danger identifié? Q3 : cette étape est-elle spécifiquement conçue pour éliminer le danger ou en réduire l occurrence à un niveau acceptable? Q4: la contamination peut-elle intervenir ou augmenter jusqu à un niveau inacceptable? Q5: une étape ultérieure peut-elle éliminer le danger ou en réduire l occurrence à un niveau acceptable?

16 Q1: existe-t-il un danger à cette étape? Quel est-il? OUI NON Ce n est pas un CCP Q2 STOP Arrêtez-vous et passez au danger suivant de la même étape, ou de l étape suivante dans le process.

17 Question 1 Y a-t-il des précautions à prendre contre le danger identifié? Réponse oui : prenez la question 2 Réponse non: vérifiez si un contrôle est nécessaire ici Si oui, développez un système de contrôle; Si non : (le contrôle peut être impossible ou il s agit d un produit absolument sûr): il n y a pas de PCC, examinez la prochaine étape du processus;

18 Q2: existe-t-il des mesures préventives pour le danger identifié? NON Modifier l étape le process ou le produit OUI La maîtrise est-elle OUI nécessaire à cette étape pour la sécurité? Q3 NON Ce n est pas un CCP STOP

19 Q3 : cette étape est-elle spécifiquement conçue pour éliminer le danger ou en réduire l occurrence à un niveau acceptable? NON OUI Q4 POINT CRITIQUE POUR LA MAÎTRISE

20 Q4: la contamination peut-elle intervenir ou augmenter jusqu à un niveau inacceptable? OUI NON Ce n est pas un CCP Q5 STOP

21 La contamination due au danger identifié est-elle excessive ou peut-elle évoluer vers un niveau inacceptable? Quelques questions supplémentaires peuvent aider à répondre à cette question. Est-ce que les matières premières et auxiliaires, l appareillage, les circonstances et l entourage de travail ou éventuellement le personnel pourraient être une source sérieuse de contamination?

22 La contamination due au danger identifié est-elle excessive ou peut-elle évoluer vers un niveau inacceptable? Est-ce que dans cette étape ( et éventuellement aussi dans les étapes suivantes) les circonstances par rapport à la température/temps sont de nature à faire évoluer la contamination vers un niveau inacceptable?

23 Q5: une étape ultérieure peut-elle éliminer le danger ou en réduire l occurrence à un niveau acceptable? OUI NON Ce n est pas un CCP STOP POINT CRITIQUE POUR LA MAÎTRISE

24 Les questions seront traitées ainsi: 1. Déterminez le niveau dans la production, l étape de production relative à la question dans l ensemble du processus ( stockage, préparatifs, production, distribution, ). Une étape de production est chaque nouveau pas dans le processus de production, une modification fondamentale dans la structure ou composition du produit ou un changement important dans la production;

25 2. Décrivez la situation où un contrôle est requis, le point de contrôle (contrôle de température pour les biens entrants); 3. Évaluez le ou les dangers éventuels; 4. Répondez aux questions de façon conséquente; 5. Décidez si oui ou non il s agit d un PCC.

26 Exemple APPLICATION DU HACCP EN RESTAURATION COLLECTIVE

27 Que faire avant de commencer le premier principe de la démarche HACCP? Constituer une équipe HACCP Décrire les différentes étapes de la restauration collective

28 1. ACHAT DES MARCHANDISES 2. RECEPTION DES MARCHANDISES 3. STOCKAGE DES MARCHANDISES, NEUTRE 4. STOCKAGE DES MARCHANDISES REFRIGEREES 5. PREPARATION 1. CUISINE FROIDE 2. CUISINE CHAUDE 6. REFROIDISSEMENT 7. STOCKAGE AU FROID EN LIAISON FROIDE 8. REGENERATION 9. DISTRIBUTION 10. TRAITEMENT DES RESTES 11. DEBARRASSER ET FAIRE LA VAISSELLE 12. LAVAGE DES USTENSILES 13. METHODES POUR NETTOYAGE ET DÉSINFECTION 14. TRAITEMENT DE DECHETS

29 Achat des marchandises Description de l étape de processus La politique d achat occupe une place primordiale dans la production d une alimentation sûre. L élément décisif dans le choix des fournisseurs reste trop souvent le prix des marchandises. Une hygiène parfaite lors de la livraison fait partie intégrante du concept de sécurité dans son ensemble. Le rapport prix/qualité doit donc être examiné dans tous ses aspects.

30 Dangers potentiels Un souci insuffisant des fournisseurs pour l hygiène. Une vigilance insuffisante pour l hygiène personnelle Un manque de professionnalisme de l acheteur Les erreurs les plus présentes sont : l acheteur fait primer le prix le plus bas aux dépens de la qualité et des exigences d hygiène ; l acheteur est trop peu sur le terrain

31 Actions choisissez soigneusement vos fournisseurs fixez clairement les règles de livraison soyez particulièrement attentif à leur politique d hygiène surveillez les compétences de l acheteur faites primer la qualité sur le prix le plus bas soyez très exigeant selon la catégorie de risque

32 Etape de processus 2 RECEPTION DES MARCHANDISES Description de l étape de processus Les marchandises alimentaires et non alimentaires sont livrées à la réception. Il s agit de matières premières transférées aux services de production chaude ou froide pour une utilisation immédiate ainsi que de matières qui doivent être stockées dans les entrepôts secs ou frigorifiques. La nature et la quantité des marchandises livrées sont contrôlées sur le bon de livraison.

33 Dangers potentiels Les pollutions physiques peuvent contaminer les matières premières Les pollutions chimiques peuvent également contaminer les matières premières Des modifications de couleur ou de consistance permettront de constater une présence potentielle de pollution microbiologique. Une température déviante peut également être l indice d un risque accru.

34 Points d attention A la réception des marchandises, le responsable des marchandises doit respecter toutes les règles d une bonne hygiène personnelle, telles qu elles sont prescrites pour le personnel de cuisine.

35 Actions Communiquez les règles fixées avec le fournisseur au personnel chargé de la réception des marchandises Contrôlez et enregistrez lors de la réception de marchandises. Appliquer la méthode FIFO Refuser des marchandises non conformes, remplissez le document de non-conformité Prévoyez la formation (HACCP) pour les employés réceptionnant les marchandises

36 Etape de processus 3 STOCKAGE DES MARCHANDISES, NEUTRE Description de l étape de processus Après l exécution des contrôles mentionnés dans l étape de processus 2, les matières premières reçues seront stockées. Le magasin de stockage des aliments doit être sec et de préférence obscur. La température y varie entre 15 à 20 C

37 Dangers potentiels Une mauvaise connaissance de produit Dépasser la température de conservation prescrite Un non-respect de FIFO Les animaux nuisibles

38 Points d attention Ne stockez jamais les aliments dans une zone (de cuisine) chaude et humide, même si ce n est que pour une courte durée. Respectez et contrôlez régulièrement les dates de péremption. Lors du la sortie du magasin, transportez les produits à risque de contamination différente sur du matériel roulant différent Respectez les consignes concernant l hygiène des mains. Les tenues doivent être adaptées aux activités de la cuisine

39 Surveillez la température et le degré d humidité dans les magasins Veillez à ce que le magasinier dispose d une bonne connaissance de produit Travaillez de façon ordonnée Respectez le principe FIFO et les dates de péremption Soyez attentif aux animaux nuisibles Ne mélangez pas stockage et transport à cause des différents risques de contamination Surveillez l hygiène personnelle du personnel

40 Etape de processus 4 Stockage des marchandises réfrigérées Description de l étape de processus Les matières premières reçues seront stockées après contrôle de la quantité et qualité. Les produits livrés froids ou congelés devront être stockés immédiatement en chambre froide ou au congélateur s ils ne sont pas traités dans les locaux de production.

41 Dangers potentiels Une mauvaise connaissance de produit Un développement microbien après réception des marchandises : en négligeant de poser les marchandises au plus vite dans le réfrigérateur. Une pollution chimique ou physique des marchandises livrées

42 Donnez des instructions claires pour que les portes soient fermées au plus vite. Prévoyez des portes automatiques ou un signal sonore si elles restent ouvertes trop longtemps. A l interruption d une tâche propre, le personnel de cuisine met un tablier pour certains petit travaux dans le magasin. Les tenues sont remplacées quand elles sont sales.

43 PCC.01 Nettoyez les entrepôts frigorifiques autant que nécessaire (fixé dans le plan d hygiène) et désinfectez les chambres froides et les cellules de réfrigération au moins une fois par an.

44 PCC.02 En absence d un système d enregistrement permanent, le contrôle journalier des températures de toutes les cellules de réfrigération et de congélation s impose, ceci à un moment fixe de la journée. Les causes possibles de températures déviantes sont : La cellule a été ouverte pendant une période plus longue pour l une ou l autre manipulation; Une quantité considérable de marchandises à une température plus élevée que celle de la cellule a été introduite; Le cycle de dégivrage est en marche; La cellule est en panne.

45 PCC.03 Contrôlez à intervalles réguliers la durée de stockage dans la zone de réception (et donc en dehors des entrepôts prévus) des produits réfrigérés et congelés. Si elle dépasse les 15 minutes, le responsable consulte le magasinier afin d accélérer le déplacement. Si nécessaire, il adapte le planning du travail.

46 Actions Garantissez la bonne température au stockage Prévenez un système d alarme, de préférence sur chaque cellule de réfrigération et de congélation, en cas de température déviante Prévenez une bonne rotation du stock. Évitez de stocker à même le sol Appliquez le principe FIFO

47 Etape de processus 5 Préparation Description de l étape de processus Cette étape est primordiale, compte tenu des risques de contamination croisée.

48 Etape de processus 5 Préparation Dangers potentiels Pendant cette étape, les pollutions physiques ne peuvent pas être suffisamment écartées ou pourraient s ajouter involontairement au produit Les pollutions chimiques peuvent se présenter surtout lors d un rinçage insuffisant Les contaminations microbiologiques se manifestent en première instance à la suite d une contamination croisée

49 Etape de processus 5 Préparation Points d attention Placez les récipients sales contenant des légumes, de la viande, etc., sur un chariot de cuisine et pas sur le plan de travail. Séparez toujours les aliments propres et sales, ne placez donc jamais des légumes / viandes/poissons propres sur un plan de travail non nettoyé. Rincez et désinfectez-le régulièrement;

50 Actions Décongelez au réfrigérateur Prévoyez toujours une séparation entre sale et propre Utilisez du matériel propre Déballez de préférence dans un endroit séparé PRINCIPE DE LA MARCHE EN AVANT

51 Etape de processus 6 Cuisine froide Description de l étape de processus C est ici que se préparent les salades ou les sandwichs, mais aussi les desserts froids instantanés/de consommation courante et les sauces.

52 Dangers potentiels Les pollutions microbiologiques forment ici le plus grand danger.

53 Points d attention En général N interrompez pas la chaîne froide, le cas échéant, le plus brièvement possible. Respectez une hygiène personnelle impeccable Utilisez du matériel de travail propre et éventuellement des gants jetables Nettoyez les plans de travail immédiatement après la préparation froide. Pour l utilisation de crudités dans les salades, les sandwichs ou comme garniture : rincez-les abondamment, découpez-les sur des planches à découper propres ou en utilisant un coupe-légumes.

54 PCC.04 Les crudités, découpées ou non, qui sont utilisées pour la préparation de plats froids ou sandwichs, se conservent en chambre froide (max. 4 C) et au maximum 24 heures PCC.05 Les viandes ou poissons, destinés aux plats froids ou sandwichs et découpés d avance doivent être utilisés dans les 24 heures, sauf s ils sont emballés sous vide. Ils se conservent en chambre froide (max. 4 C) et leur emballage mentionne toujours la date. Respectez les normes d hygiène les plus strictes lors de l achat, la conservation et le traitement de viande ou poisson, destinés aux préparations non chauffés, N autorisez dans ce cas aucune déviation. Contrôlez la date des produits utilisés (crudités, salades, charcuteries et fromages découpés d avance, préparations faites sur place). Enlevez les produits si la date de péremption est dépassée. PCC.01Contrôlez la température du frigo où les produits sont stockés.

55 ACTIONS Respectez les dates de péremption, fixées aux niveaux interne et externe. Prévoyez une température adaptée dans la cuisine froide Appliquez strictement les règles d hygiène Surveillez particulièrement la propreté des ustensiles Reconnaissez les produits à haut risque

56 Etape de processus 7 CUISINE CHAUDE Description de l étape de processus La cuisine chaude est l essentiel de la cuisine. Les matières premières sont très diverses,les techniques de préparation aussi.

57 Dangers potentiels Les pollutions physiques ne sont pas courantes pendant cette étape de processus Les pollutions chimiques peuvent survenir à cause d une température trop élevée (graisse ou huile de friture audessus de 190 C), d un nettoyage ou rinçage non professionnel de la friteuse ou d un manque de fréquence dans les remplacements d huile.

58 Pendant cette étape, les pollutions microbiologiques forment le plus grand danger, plus particulièrement lors du traitement de produits riches en protéines (viande, poisson, volaille ou produits laitiers). Les causes les plus importantes d une pollution microbiologique ou d une prolifération microbiologique non désirée sont : Une contamination croisée; Une température interne insuffisante; Un temps de réchauffement insuffisant; Un temps de refroidissement trop lent.

59 Points d attention Maintenez une température interne élevée pendant suffisamment de temps. Laissez écouler le moins de temps possible entre la préparation et la distribution dans la chaîne chaude. Faites chauffer la viande (risque accru de pollution microbiologique) suffisamment longtemps jusqu au noyau.

60 PCC.06 Surveillez que la température interne (75 C) soit atteinte. PCC.07 Réchauffer et refroidir doit se faire aussi vite que possible. Ceci est surtout valable pour les repas à base de viande, poisson, produits laitiers et œufs.

61 PCC.08 Maintenez une température de minimum 65 C jusqu au moment de la consommation ou procédez à un refroidissement professionnel (jusqu à 7 à 10 C). Ensuite, réchauffez les aliments à une température suffisamment élevée (au minimum 75 C) et dans le délai le plus court possible.

62 Utilisation de graisse/d huile de friture PCC.09 Prenez les mesures nécessaires pour que la température de la graisse/de l huile ne dépasse pas les 180 C. Contrôlez régulièrement le bon fonctionnement des thermostats de friteuse. Après chaque usage, la graisse/l huile doit être filtrée.

63 ACTIONS 1. Classez les produits selon le risque, 2. Prévoyez les risques supplémentaires provenant de l eau, la vapeur 3. Évitez l emploi d œufs crus, sauf s ils sont réchauffés 4. Respectez les procédures d hygiène pour l épluchage de légumes 5. Prévoyez une température adaptée à la production 6. Soyez attentif aux appareils de traitement 7. Garantissez des températures internes suffisamment élevées

64 8. Respectez les principes d une bonne hygiène personnelle 9. Reconnaissez la problématique de l alimentation aseptisée 10.Portez un masque devant la bouche lors de la préparation de plats aseptiques 11.Nettoyez régulièrement entre différentes opérations 12.Surveillez la température pendant tout le processus de production 13.Apportez une attention particulière à la préparation de desserts 14.Gardez un plat témoin

65 Etape de processus 8 Refroidissement Description de l étape de processus Après la cuisine chaude, les plats sont soit maintenus à leur température et distribués, soit refroidis. Un refroidissement rapide de nourriture se fait par de l eau glacée.

66 Dangers potentiels Les contaminations physiques et chimiques ne seront pas en cause pendant l étape de refroidissement. Une contamination pourrait survenir en mettant les aliments dans les récipients avec des ustensiles contaminés ou par un manque d hygiène personnelle. Les pollutions microbiologiques causées par un manque d hygiène et/ou un mauvais contrôle de temps et températures sont ici les plus présentes

67 Points d attention Soignez l hygiène personnelle lors du fractionnement en vrac Couvrez la chevelure afin d éviter que les pellicules ou cheveux ne tombent dans les plats. Lavez-vous soigneusement les mains avant de portionner. Utilisez des gants jetables à usage unique Portez des tenues propres. Soyez toujours attentif à l entretien et le nettoyage des locaux, des matériaux, des récipients utilisés. Faites étalonner annuellement les thermomètres de la cellule à refroidissement rapide.

68 Etape de processus 8 Refroidissement PCC.10 Contrôlez si la vitesse de refroidissement recommandée est réalisée.

69 ACTIONS Refroidissez les produits/plats au plus vite Contrôlez temps et température pendant la réfrigération Respectiez l hygiène personnelle Contrôlez régulièrement les thermomètres

70 Etape de processus 9 STOCKAGE AU FROID EN LIAISON FROIDE, Description de l étape de processus Lors de la production en liaison froide, les plats sont préparés et refroidis dans une courte durée. Ensuite, la nourriture est stockée jusqu au moment de la distribution. La température de stockage des plats cuisinés ou achetés à l extérieur varie entre les 2 et 4 C.

71 Dangers potentiels Pour les produits stockés au réfrigérateur, la prolifération microbienne forme le danger le plus grand. La contamination et prolifération bactérienne sont favorisées par : une réfrigération insuffisante avant le stockage; une mauvaise température dans la chambre froide; Les portes ouvertes trop longtemps, une cellule froide surchargée; Un stockage trop long; un stockage non couvert. une pollution chimique ou physique peut survenir par manque de recouvrement des plats cuisinés.

72 Points d attention Respectez les bonnes pratiques d hygiène personnelle (mains, tenues) lors du stockage de plats ou composantes refroidies. Recouvrez, avant le stockage, les préparations de façon hygiénique, en posant un couvercle ou un film protecteur. Posez le bon code de production, avec la date de péremption sur le produit. Prévoyez un temps de conservation plus court en cas de risque de contamination plus élevé dès l origine ou en cas d une petite erreur de chauffage, même rectifiée après. Conservez les plats au même endroit dans la cellule/chambre froide.

73 Etape de processus 9 STOCKAGE AU FROID EN LIAISON PCC.01 FROIDE, En absence d un système d enregistrement permanent, contrôlez quotidiennement et au même moment les températures dans les chambres froides de stockage.

74 ACTIONS Respectez les températures prescrites Appliquez le principe FIFO Soyez particulièrement attentif à l hygiène personnelle Veillez à ce que la liaison froide ne soit pas interrompue Recouvrez chaque préparation Prévoyez une étiquette pour les préparations à temps de conservation longue (plus de 24 heures)

75 REGENERATION Description de l étape de processus La régénération ou la remise en température se fait dans différentes situations. Il s agit en premier lieu du réchauffement de plats cuisinés ou de repas après le stockage au froid, dans le système de la restauration différée.

76 Dangers potentiels Pendant cette étape, une contamination microbiologique forme le plus grand danger. D abord, la prolifération de micro-organismes par une mauvaise technique de régéneration. Ensuite une formation éventuelle de toxines par la prolifération de bactéries présentes.

77 Points d attention La contamination chimique ou physique ultérieure ou contamination croisée de la nourriture réchauffée doit être exclue. L utilisation d ustensiles propres, une hygiène personnelle impeccable et un mode d emploi efficace et hygiénique peuvent prévenir ces formes de contamination. La régénération centrale doit se faire immédiatement après le transport. La température initiale de la régénération est < 7 C

78 PCC.11 Les points de contrôle critiques sont la température et la durée de régénération. Une température interne des aliments de minimum 75 C doit être atteinte dans les 60 minutes.

79 ACTIONS Maintenez la température initiale de la régénération au plus bas Régénérez au plus vite Mesurez la température interne après la régénération

80 Etape de processus 12 DISTRIBUTION Description de l étape de processus Par distribution on entend la distribution au «RATIONNAIRE».

81 Dangers potentiels Dans cette étape, les pollutions microbiologiques sont les plus dangereuses. Une température interne trop basse des plats chauds ou trop élevée des plats froids, et ceci à durée prolongée, peut causer une prolifération bactérienne. Ceci peut être le moment fatidique de croissance des colonies de microbes.

82 Points d attention L hygiène personnelle et l hygiène du matériel. Un bon planning de travail pour le préchauffement ou le refroidissement approprié des récipients et des plats. Le maintien de la température des préparations au bain-marie et des réfrigérateurs de stockage. Une séparation nette de tâches propres et sales.

83 PCC.09 Enregistrez régulièrement le temps écoulé et la température lors de la distribution et du service; Prévoyez la possibilité d une conservation prolongée, pour les consommateurs qui mangeront plus tard; Conservez les plats en attente à une température soit 7 C, soit 65 C; Recouvrez les aliments jusqu à leur arrivée chez le consommateur.

84 TRAITEMENT DES RESTES Description de l étape de processus Bien qu on essaie, des points de vue hygiénique et économique, d aligner le plus possible la commande, la production et la consommation, on sera souvent confronté au traitement des restes. Après la distribution, il se peut qu il y ait des restes de différents plats.

85 Dangers potentiels La pollution chimique surviendra rarement. Une mauvaise organisation du travail, comme par ex. commencer le nettoyage avant que la nourriture soit rangée, pourrait néanmoins provoquer l introduction de produits d entretien dans les restes. Ceci doit être évité à tout prix. Les pollutions microbiologiques forment la plus grande menace : la conservation de restes qui bactériologiquement ne peuvent plus être considérés comme sûrs ; une mauvaise gestion temps/température lors de refroidissement; le stockage dans des récipients impurs ou l utilisation d ustensiles sales.

86 Points d attention Le chef de cuisine et le responsable de la distribution veillent au rangement des restes d aliments avant que toute forme de nettoyage soit entamée. Le chef de cuisine veille à ce que les produits froids (comme les desserts) soient déplacés sans délai du comptoir frigorifique au réfrigérateur. contrôle que le personnel remet en chambre froide tous les aliments se trouvant encore dans les appareils de préparation (cuiseur, marmite, etc.) ou dans l armoire chauffante. Lors de la disponibilité d une cellule à refroidissement rapide, les restes y sont posés immédiatement après le service et elle sera mise en marche.

87 PCC.10 Ce PCC a été présenté dans l étape de processus 8 mais est également d application ici. Contrôlez dans la chambre froide, à la fin du service, si tous les récipients contenant des restes d aliments (également les desserts) soient recouverts. Notez le nom du produit, la date de refroidissement et le code du lot sur les restes.

88 ACTIONS commandez et préparez les quantités correctes pour éviter des restes définissez ce qui peut se garder, sous quelles conditions et pour combien de temps refroidissez les restes chauds aussi vite que possible posez des étiquettes claires, aussi bien dans le réfrigérateur que dans le congélateur

89 DEBARRASSER ET FAIRE LA VAISSELLE Description de l étape de processus il s agit de débarrasser les assiettes et les récipients. il s agit ici de la vaisselle mécanique, celle par machine à tapis roulant ainsi que par lave-batterie.

90 Dangers potentiels Dans cette étape, les pollutions chimiques peuvent survenir s il y a un dépôt de restes de détergents à concentration trop élevée sur la vaisselle, ou par un surdosage ou d un rinçage insuffisant. Un surdosage du produit de rinçage peut également être la cause de la présence de résidus non désirés. En général, les pollutions microbiologiques disparaîtront avec le lavage et ne s ajouteront pas pendant cette étape, sauf en cas d utilisation d eau trop polluée.

91 Points d attention pour le DEBARRAS Ne vous déplacez jamais d une zone sale vers une zone propre sans vous laver les mains et changer de tablier. Au moment de débarrasser avec un chariot, posez tous les restes de nourriture et le matériel dans le chariot et refermez-le. Acheminez les chariots le plus vite possible vers la section de lavage. Enlevez la nourriture non consommée. Evitez le contact entre le sale et le propre (matériel et tâches). Points d attention pour la vaisselle En général La vaisselle sale ne traverse pas les zones propres de la cuisine. Il faudra prévoir si possible une séparation dans le temps. La vaisselle propre se range directement dans la zone propre.

92 PCC12 Contrôlez régulièrement les températures et le bon fonctionnement du lave-vaisselle. Ceci peut se faire en collaboration avec les fournisseurs de détergents, qui viennent fréquemment contrôler les résultats du lavage.

93 ACTIONS maintenez les chariots bien fermés pendant le transport prévenez le contact entre propre et sale ne transportez pas d autre matériel sur les chariots nettoyez et désinfectez les chariots correctement n entreposez pas de chariots sales en zone propre séparez le matériel propre et sale distinguez clairement les zones propres et sales limitez au minimum les manipulations des aliments programmez la température du lave-vaisselle

94 ACTIONS garantissez un séchage optimal nettoyez le lave-vaisselle régulièrement soyez attentif au danger chimique des produits vaisselle prévoyez en cas de lavage manuel de l eau propre et des essuies propres respectez de façon optimale l hygiène des mains élaborez les procédures pour le lavage des ustensiles en contrôlez leur exécution

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

3.3.5 Réception des marchandises et stockage

3.3.5 Réception des marchandises et stockage .. Réception des marchandises et stockage Danger s à observer Mesures correctives et autres mesures.. Livraison de marchandises de mauvaise qualité ou en quantités incorrectes Interruption de la chaîne

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle I. Exigences en matière de conformité des locaux et de l environnement de travail Environnement de travail et aménagement des locaux Chapitre O N NA 1 Un courant unidirectionnel est suivi par les denrées

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE En premier lieu, faire le point sur la nature exacte de l activité de la cuisine centrale, à savoir un descriptif précis sur :

Plus en détail

Cuisiner pour plusieurs personnes

Cuisiner pour plusieurs personnes EOHU BSEO Cuisiner pour plusieurs personnes Guide du consommateur pour la salubrité des aliments These guidelines apply to religious organizations, service clubs and fraternal organizations where the religious

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE

LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Être acteur aujourd hui LUTTER CONTRE LES BACTÉRIES DANS LA CUISINE Cultures Santé CS Réalisation : Cultures & Santé asbl Texte : Charlotte Sax Graphisme : Marina Le Floch Éditeur responsable : Claire

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Service Hygiène & Sécurité

Service Hygiène & Sécurité Service Hygiène & Sécurité MAI Vous présente : N 16 Les locaux des cuisines de restauration collective, les matériels qu ils contiennent et les activités pratiquées exposent les agents et les consommateurs

Plus en détail

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle Fiche technique relative à l entretien manuel de la OBJECTIF : Mettre en œuvre une technique de lavage de la en respectant le mode opératoire. N OPERATIONS MATERIELS ET PRODUITS 1 ORGANISATION lavette

Plus en détail

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES 1 introduction 2 la notion de complexe cuisine 3 le principe de la marche en avant 4 les différentes zones de travail Etude de cas de synthèse 1. introduction

Plus en détail

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17

Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007. Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Procédure no : POL-PRO-DRHTA-486 Date d émission : 19-11-2007 Titre : Manipulation sécuritaire des aliments Date de révision : 2013-04-17 Source : Direction des ressources humaines, techniques et alimentaires

Plus en détail

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé.

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé. Date de mise à jour : octobre 2004 CONSEIL, AIDES ET OUTILS A LA GESTION DES ETABLISSEMENTS ASSURANT UN SERVICE DE RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL, FABRICANT DES PREPARATIONS CULINAIRES ELABOREES

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) :

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : PLAN DE MAÎTRISE DES TEMPERATURES A TOUTES LES ETAPES DU MACROPROCESSUS : Programme Pré-Requis Opérationnel (PRPo) et/ou des étapes cruciales à maîtriser (CCP). Maîtrise

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES Service des Infrastructure, transport et environnement Direction de l environnement Inspection des aliments 827, boul. Crémazie Est, bureau 301 Montréal (Québec) H2M 2T8 Téléphone : (514) 280-4300 Télécopieur

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Division de la santé publique L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Cette feuille de renseignements est publiée à titre d information seulement. Elle ne remplace en aucun

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

OLEOCLEAN COMPACT. www.groupeseb.com

OLEOCLEAN COMPACT. www.groupeseb.com OLEOCLEAN COMPACT FR NL D www.groupeseb.com 1.a 1.b 1.c 1.d 1 2 2.a 2.b RESET 15 5 7 3 3.a 3.b 8 4 6 14 9 11 13 12 12.a 10 12.b 2 Description 1. Couvercle a. Filtre permanent b. Filtre c. Poignée d. Hublot

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

L'autocontrôle dans une PME du secteur alimentaire

L'autocontrôle dans une PME du secteur alimentaire L'autocontrôle dans une PME du secteur alimentaire L'autocontrôle est un système de gestion de la qualité visant le respect des exigences légales en matière d'hygiène et une protection efficace du consommateur.

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

COMMENT ECONOMISER DE

COMMENT ECONOMISER DE COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE EN CUISINE CE QUE LES RESTAURATEURS DOIVENT SAVOIR RESTAURATEURS : Les astuces pour consommer moins d énergie Depuis plusieurs dizaines d années, le monde a pris conscience

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES DÉFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle cuisine est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le secteur de

Plus en détail

STOCKAGE EN FROID POSITIF OU EN FROID NEGATIF

STOCKAGE EN FROID POSITIF OU EN FROID NEGATIF Référence : PT/RES/018-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage des denrées alimentaires sous régime de froid. Mots clés : Chambre froide négative

Plus en détail

H A C C P. DEFINITION Hazard analysis control critical points. Analyse des dangers et maîtrise des points critiques

H A C C P. DEFINITION Hazard analysis control critical points. Analyse des dangers et maîtrise des points critiques H A C C P DEFINITION Hazard analysis control critical points Analyse des dangers et maîtrise des points critiques Pourquoi HACCP? Satisfaire à la réglementation Garantir la qualité hygiénique des aliments

Plus en détail

Le nettoyage et l assainissement sont deux étapes distinctes et indissociables d un même processus :

Le nettoyage et l assainissement sont deux étapes distinctes et indissociables d un même processus : La propreté des appareils, des accessoires et des ustensiles qui sont utilisés, de même que celle des locaux où sont manipulés des aliments, a une relation directe avec l innocuité de ceux-ci. Le nettoyage

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

LES LOCAUX DE CUISINE

LES LOCAUX DE CUISINE LES LOCAUX DE CUISINE LES DIFFERENTES ZONES DE TRAVAIL Définition Le complexe cuisine définit la cuisine et ses annexes dans un ensemble fonctionnel de différents locaux conçus pour transformer des matières

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTRETIEN DES PLANS DE TRAVAIL ET DES LAVE-MAINS

PROTOCOLE D ENTRETIEN DES PLANS DE TRAVAIL ET DES LAVE-MAINS 2. 2. PROTOCOLE D ENTRETIEN DES PLANS DE TRAVAIL ET DES LAVE-MAINS 1. Remplir le seau plastique de produit bactéricide avec la centrale. (major c100). À l aide de la lavette parisienne trempée dans le

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Qu est ce que l hygiène? L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections. Elle se base essentiellement sur trois actions : le

Plus en détail

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre.

Procédures d hygiène. Ces procédures nécessitent l achat de nouveau matériel et doivent être testées avant d être définitivement mises en œuvre. Note à Monsieur René HAMAITE, Directeur général, Direction générale du Sport. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse, de la Santé et du

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centre de gestion organisateurs TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET DE TROISIÈME VOIE SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq ertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwer tyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui opasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq ertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwer tyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui opasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqw ertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwer tyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty Pratiques d hygiène en cuisine uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui Obligations, dangers et conséquences

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Cette brochure contient des informations visant à vous aider à réaliser des préparations à partir des préparations en poudre pour

Plus en détail

FORMATION - AUDIT - CONSEIL

FORMATION - AUDIT - CONSEIL FORMATION - AUDIT - CONSEIL Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration Maîtriser le danger allergène : une obligation réglementaire L analyse microbiologique d une

Plus en détail

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances.

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Depuis le 1er janvier 2006, les règlements 178/2002 et 852/2004 du Parlement Européen fixent les obligations réglementaires applicables

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES 5 DEFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle CUISINE est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?.

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. L expression «complexe de cuisine» définit la cuisine et ses annexes. Il s agit d un ensemble fonctionnel de différents locaux

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) :

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : MAINTENANCE DES LOCAUX, EQUIPEMENTS, MATERIELS : Programme Pré-Requis (PRP) Curative : JOUR TRANCHES HORAIRES MOYENS D APPEL LUNDI AU VENDREDI 8 H - 12 H 13 H - 16 H

Plus en détail

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE

COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE COMMUNE DE DON MARCHE PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE ART. 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS RESTAURATION SCOLAIRE FOURNITURE DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Date

Plus en détail

CAP Agent Polyvalent de Restauration

CAP Agent Polyvalent de Restauration CAP Agent Polyvalent de Restauration CAHIER DES CHARGES ACADEMIQUE Mise en œuvre du Contrôle en Cours de Formation Le document traite des modalités de mise en oeuvre du Contrôle en Cours de Formation au

Plus en détail

Certificat d aptitude professionnelle assistant(e) technique en milieux familial et collectif ANNEXE 1

Certificat d aptitude professionnelle assistant(e) technique en milieux familial et collectif ANNEXE 1 ANNEXE 1 Référentiel d activités et professionnelles et de certification Savoirs associés Unités 1 REFERENTIELS D ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES EMPLOIS POLYVALENTS EN COLLECTIVITE ET DES EMPLOIS FAMILIAUX

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

GESTION DE LA QUALITE JAVA + Date : 21/12/2014 Page : 1/8

GESTION DE LA QUALITE JAVA + Date : 21/12/2014 Page : 1/8 Page : 1/8 Cher client, En tant que distributeur, JAVA veut non seulement être l'interface entre le producteur et la cuisine industrielle, mais également un filtre de qualité, qui exerce un contrôle efficace

Plus en détail

FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries

FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries PB 07 FAQ (G-026) REV 2 2009-1/16 Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire FAQ - guide pour l instauration d un système d autocontrôle pour les boulangeries - pâtisseries En vigueur à

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires Guide d application de la réglementation Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement Direction

Plus en détail

Introduction à la formation:

Introduction à la formation: HACCP : élément clé pour USDA Introduction à la formation: SSOP et SPS : pré-requis qui vont argumenter l HACCP. SPS et SSOP : les deux traitent de l hygiène mais différemment. SPS = Sanitation Performance

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Livret e t d Accuei e l i

Livret e t d Accuei e l i Livret d Accueil Les Bonnes Pratiques d Hygiène Livret de présentation (Version 2012) Avoir une tenue adéquate Toute tenue personnelle doit être rangée au vestiaire Au travail = Tenue SPECIFIQUE et PROPRE!

Plus en détail

La gestion de la propreté et de la manutention des produits

La gestion de la propreté et de la manutention des produits COLEACP: 40 ANNEES AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT Principes généraux d hygiène La gestion de la propreté et de la manutention des produits 4 Le COLEACP met cette brochure à disposition des producteurs et

Plus en détail

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Jean-Claude Jouguet Février 2013 Technicien Supérieur en Chef des Services Vétérinaires L élaboration et le service de préparations culinaires par des particuliers

Plus en détail

Produire sain, sans souffrances, sans nuisances

Produire sain, sans souffrances, sans nuisances Produire sain, sans souffrances, sans nuisances Entreposage Transport Transformation Préparation pour remise directe Production Consommation Tous les exploitants du secteur alimentaire doivent déclarer

Plus en détail

SITUATION PROFESSIONNELLE N

SITUATION PROFESSIONNELLE N SITUATION PROFESSIONNELLE N 1 : Vous entrez en classe de seconde en école hôtelière et découvrez le monde professionnel. COMPETENCES : C1 1.2 PLANIFIER SON TRAVAIL ET CELUI DE SON EQUIPE DANS LE TEMPS

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

Notice d utilisation. Cuiseur vapeur CV L2

Notice d utilisation. Cuiseur vapeur CV L2 Notice d utilisation Cuiseur vapeur CV L2 CONSIGNES DE SECURITE Lisez attentivement ces instructions avant d utiliser l appareil et conservez-les pour pouvoir vous y reporter ultérieurement. Cet appareil

Plus en détail

HYGIENE DE LA RESTAURATION

HYGIENE DE LA RESTAURATION La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe HYGIENE DE LA RESTAURATION Ce document d information n est qu une présentation des principales recommandations relatives

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses juillet 2006 Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses Cas 1 Au domicile Thème 1 : Préparation du biberon L eau du robinet peut-elle être utilisée

Plus en détail

RECEPTION Description en bois Risques

RECEPTION Description en bois Risques - INTRODUCTION Ce rapport d audit reprend l ensemble des observations faites par «intervenant» (HACCP GROUPE) les.. et... Celles ci ont été étoffées par les remarques faites par le personnel de cuisine.

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine. Description du poste

Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine. Description du poste (Fiches ROME : G1602) Rubrique «Les fiches métiers» du site www.pole-emploi.fr Description de poste en vue d un recrutement Commis / Commise de cuisine L entreprise : Nom /N de SIRET/adresse Nombre de

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail