Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso"

Transcription

1 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE =-=-=-=-=--=-=-=- SECRETARIAT GENERAL =-=-=-=-=--=-=-=- DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES -=-=-=-=-=--=-=-= DIRECTION DE LA PROSPECTIVE ET DE LA PLANIFICATION OPERATIONNELLE BURKINA FASO Unité Progrès Justice Impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso Version résumée Auteur : YAMEOGO Sibiri François, Février 214 Résumé Le warrantage est considéré comme un outil privilégié de renforcement de la sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté en milieu rural. Cependant, son intérêt peut décroître avec la stabilisation des prix visée par les stocks publics de produits vivriers. Il est alors nécessaire de s assurer que la gestion des stocks publics ne limite pas le développement du warrantage. L objectif de cette étude était de contribuer à une meilleure connaissance de l impact de la gestion des stocks publics des produits vivriers sur le développement du warrantage au Burkina Faso. Elle a consisté en la description des mécanismes de gestion des stocks publics en termes de modes de reconstitution, de déstockage, des sources de financement et des difficultés de gestion, à l analyse de la dynamique actuelle de la pratique du warrantage et de l effet des stocks publics sur son développement à travers des tests de comparaison de moyenne. La collecte des données effectué sur la période octobre-novembre 2013, a concerné les structures gestionnaires des stocks publics, les Organisations de Producteurs (OP) pratiquant le warrantage (75% des OP) et les structures qui les appuient. L étude a révélé une évolution rapide de la pratique du warrantage sur la période avec un accroissement annuel moyen de 132% du nombre de participants par OP et de 85% de la valeur du crédit octroyé. Il est également ressorti que les quantités warrantées sont faiblement rachetées pour la reconstitution des stocks publics. Le warrantage est rentable mais est impacté négativement par les stocks publics. En période de stockage, l achat direct aux producteurs entraîne une baisse du nombre des pratiquants du warrantage par OP de 48%. Cela induit une baisse des quantités warrantées de 75% et une hausse des frais de gestion des stocks de 72%. En période de dénouement, la vente à prix social entraîne une baisse de 22% des prix moyens au producteur. En définitive, la gestion des stocks publics influence négativement le développement du warrantage. Il est nécessaire qu une cohérence entre ces deux types de stocks soit davantage recherchée. Mots clés : stocks publics de produits vivriers, warrantage, stockage, dénouement, Burkina Faso. 1 P a g e

2 Introduction De plus en plus, le Burkina Faso connaît des problèmes d insécurité alimentaire qui résultent de la faiblesse des revenus des populations et d «un manque d organisation des marchés se traduisant par une variabilité des prix des denrées de base, notamment dans les zones à risque d insécurité alimentaire» (CSAO-CILSS, 2008). Cela a amené le gouvernement à créer en 2008 un stock commercial de régulation destiné à la stabilisation des prix des produits agricoles. En 2009 et 2010, l Etat a encore vu la nécessité de redynamiser le stockage communautaire notamment le warrantage à partir de projets de développement comme le Programme d Investissement Communautaire pour la Fertilité des Sols (PICOFA) et le Programme d Amélioration de la Productivité et de la Sécurité Alimentaire (PAPSA). A l analyse, la politique de l Etat vise deux objectifs qui semblent être contradictoires. Il vise un prix accessible aux consommateurs en période de soudure et appui les producteurs dans la pratique du warrantage dont l objectif est d assurer un prix rémunérateur pour les producteurs pendant la même période de soudure. En théorie, l atteinte du double objectif de l Etat qui est de garantir un prix rémunérateur aux producteurs tout en favorisant la disponibilité et l accessibilité des denrées alimentaires aux consommateurs, nécessite une cohérence des interventions à cet effet. Alors, quelles cohérences faut-il assurer entre la gestion des stocks publics de produits vivriers et la pratique du warrantage pour garantir l atteinte de cet objectif? Pour répondre à cette question, il est important d avoir une meilleure connaissance des effets de l action publique à travers la gestion des stocks alimentaires sur le développement du warrantage. C est dans ce cadre que s inscrit cette étude. Gestion des stocks publics de produits vivriers L étude a révélé que les modes de reconstitution sont diversifiés et varient d un stock à un autre. Le Stock National de Sécurité (SNS) se reconstitue par appel d offre. Le Stock d Intervention (SI), en plus de l appel d offre se reconstitue par achat direct aux producteurs et par rachat des quantités de la rotation technique du SNS. Le Stock Commercial de Régulation (SCR) quant à lui privilégie l achat direct aux producteurs ou la signature de convention avec les OP. Les aides alimentaires (AA) sont fournis au Burkina Faso par des pays partenaires. Pour ce qui est des modes de déstockage/mobilisation, ils sont peu diversifiés et sont constitués de la vente à prix social et la distribution gratuite. Le financement de la gestion des stocks publics est assuré par l Etat, ses partenaires et la Société Nationale de Gestion des Stocks de Sécurité (SONAGESS). Selon les résultats, le stock financier du SNS n a pas été utilisé depuis sa mise en place en 1999 et atteignait FCFA en Cependant, la gestion des stocks publics ne se fait pas sans difficultés. En effet, dans les opérations de reconstitution, les difficultés majeures rencontrées par la SONAGESS sont d ordre financier, logistique, de qualité, du non-respect des délais de livraison et d ordre organisationnel. Pour ce qui est des opérations de déstockage, les difficultés majeures rencontrées sont l insuffisance de magasins de stockage, l insuffisance des moyens de fonctionnement des Comités Départementaux de Secours d Urgence et de Réhabilitation (CODESUR), l indisponibilité des stocks dans certaines zones à risques et le ciblage des bénéficiaires. 2 P a g e

3 Pratique du warrantage au Burkina Faso Le warrantage est pratiqué dans 10 régions et 28 provinces du pays. Les OP bénéficient de l assistance de plusieurs structures de nature différente dans la mise en œuvre du warrantage. Il s agit des structures étatiques, les projets de développement, les ONG et certaines faitières des OP. Sa pratique est caractérisée par l absence de cadre légal et réglementaire formel adapté. Il n existe pas de cadre de concertation formel établi entre les acteurs de mise en œuvre du warrantage, ni de capitalisation des bonnes expériences en la matière. Cependant, il existe une feuille de route sur les questions de procédures et d outils de mise en œuvre du warrantage au Burkina Faso. Une évolution rapide de la pratique du warrantage est observée sur la période En effet, le nombre de producteurs pratiquant le warrantage est passé de 139 en 2008 à en 2012 et ceux bénéficiant du crédit dans le cadre du warrantage sont passés de 139 en 2008 à en Le crédit accordé dans le cadre de la pratique du warrantage est passé de 18,260 millions en 2008 à 215,722 millions de FCFA en Les quantités stockées au cours de la même période étaient dominées par les céréales (3 429 tonnes) constituées de mil, de riz, du maïs, du sorgho et du fonio, contre 705 tonnes d oléagineux (arachide, sésame et soja) et 238 tonnes de légumineuses (niébé et voandzou). En termes d intérêt et de rentabilité, la pratique du warrantage a un intérêt positif puisque 75,8% des OP enquêtées estiment que leur objectif poursuivi est atteint à travers ce système. La rentabilité financière du warrantage pour tous les produits étudiés est positive avec une marge nette en pourcentage du prix au stockage de 34%, 30%, 28% et 20% respectivement pour l arachide, le mil, le niébé et le sorgho. Cependant, la pratique du warrantage ne se fait pas sans difficultés. Les difficultés majeures rencontrées par les OP sont le manque de magasins (insuffisance en nombre, mauvais état, faible capacité), les problèmes d accès au crédit (lenteur dans l accord du crédit, taux d intérêt élevé, apport personnel, délais de remboursement très court, faiblesse de capacité financière des IMF, etc.), le manque de matériels de gestion des stocks (l insuffisance et/ou à l absence de peson, de matériel de vérification de la qualité des produits), difficultés liées à la mobilisation et l adhésion des membres, la mévente et/ou vente à prix non rémunérateur, difficultés liées au transport des produits et le retard dans le stockage. Lien entre gestion de stocks publics et pratique du warrantage Il n y a pas de lien formel qui soit établi entre ces deux types de stock pouvant permettre une mise en cohérence de l action publique à travers la gestion des stocks alimentaires. En effet, les OP pratiquant le warrantage sont faiblement impliquées dans les opérations de reconstitution des stocks publics de produits vivriers. Sur la période , seulement 5% des céréales stockées dans le cadre du warrantage ont été achetées par la SONAGESS. L imprévisibilité de l action publique dans le déstockage/mobilisation des stocks publics au moment du dénouement du warrantage a été relevée par l étude comme une situation ne favorisant pas la rentabilité du warrantage. La majorité des OP enquêtées (68,3%) a déclaré ne pas être informée à l avance des opérations de déstockage des 3 P a g e

4 produits vivriers réalisées par l Etat au profit des populations vulnérables. Dans la réalité, la gestion des stocks publics ne tient pas compte des exigences techniques de la pratique du warrantage. Il y a même une sorte de compétition entre ces deux types de stock puisque les périodes d intervention se coïncident de part et d autre. En période de stockage ou de récolte, les achats directs aux producteurs sont observés au niveau des stocks publics tandis que le warrantage s attèle à organiser des opérations de stockage des produits au sein des OP. En période de soudure, les stocks publics font des ventes à prix social alors qu au niveau du warrantage c est la période de dénouement pour profiter du niveau élevé des prix. Impact de la gestion des stocks publics sur le warrantage Selon les résultats de l analyse, l impact des stocks publics de produits vivriers sur le développement du warrantage se situe à deux niveaux : au moment du stockage et au moment du dénouement. Pour la période du stockage, l impact porte sur l ampleur de la pratique du warrantage au sein des OP. En effet, l achat direct au producteur entraîne une baisse du nombre moyen des producteurs pratiquant le warrantage par OP de 48% ainsi qu une baisse de la quantité moyenne des produits warrantés par OP de 75%. Par contre, la valeur des frais payés par producteur par kilogramme pour la gestion des stocks augmente de 72% suite aux opérations d achat direct aux producteurs. Cette hausse des frais de gestion entraîne une baisse de l ordre de 2 à 3% de la marge nette en pourcentage du prix initial des produits warrantés. Cependant, l achat direct aux producteurs entraine une hausse du prix moyen du kg en FCFA de 16%. Cela laisse apparaitre que l objectif de rémunération des producteurs recherché par l Etat semble être atteint. Alors que le développement de la pratique du warrantage est mis en mal par cette action de l Etat. Le second impact est observé en période de dénouement où la vente à prix social fait baisser le niveau du prix moyen au producteur de 22% ; établissant ainsi la marge nette du warrantage de l ordre de -14% à -1% selon les types de produits. Techniquement, pour que le warrantage soit rentable financièrement, il faut un certain seuil de variabilité du prix entre la période de récolte et de soudure. Alors que la vente à prix social des stocks publics contribue à réduire cette variabilité des prix et donc réduit la rentabilité financière du warrantage. Les interventions étatiques font peser une incertitude sur les producteurs à rentabiliser leurs activités de stockage et constituent ainsi une menace pour le bon dénouement des opérations de warrantage. Alors, une cohérence de la politique alimentaire de l Etat est nécessaire pour l atteinte des objectifs recherchés. Solutions proposées par les acteurs du warrantage Au regard de la faiblesse des quantités warrantées achetées par la SONAGESS, la majorité des OP enquêtées (72,3%) pense que la SONAGESS devrait les intégrer systématiquement dans ses mécanismes d approvisionnement. Elles ont proposé deux stratégies à cet effet à réaliser en période de soudure : l achat direct au comptant (54,8% des OP) et la signature de contrat au moment du stockage (45,2% des OP). Cependant, compte tenu du risque prix et des difficultés d accès au crédit, l option signature de contrat semble plus plausible avec la pratique du warrantage. Les contrats peuvent aider les OP à mieux définir le prix d achat et rentabiliser leur activité de commercialisation et les permettent aussi de bénéficier d une plus grande confiance de la part des institutions financières et 4 P a g e

5 d un meilleur accès au crédit (FARM, 2011). Cela leur permettra de résoudre les difficultés d accès au crédit qu elles rencontrent dans la pratique du warrantage (47,5% des OP). L imprévisibilité de l action publique dans les opérations de déstockage a amené les structures d appui aux OP a souhaité que l action de l Etat soit prévisible pour permettre aux acteurs du warrantage de prendre des dispositions pour éviter les effets néfastes que peut causer la vente à prix social sur leur activité de stockage surtout en période de dénouement. Comme les intérêts du stock financier du SNS ne sont pas utilisés et que les OP pratiquant le warrantage rencontrent des difficultés de nature à compromettre le développement du warrantage, il a été souhaité que ce fonds soit en partie utilisé pour financer des micro-projets portés par les OP en lien avec le warrantage. Une autre possibilité est d utiliser ce fonds pour alimenter les lignes de crédit dans les Institutions de Micro Finances (IMF) pour faciliter le financement du warrantage comme l avait souligné. Cela pourra se faire en alimentant le FEIA par une partie de ce fonds puisqu il est destiné à financer en partie les micro-projets portés par les producteurs. En réalité c est une mise en relation des deux types de stocks (stocks publics et warrantage) que souhaitent les acteurs du warrantage à travers les solutions proposées. Mais pourquoi il est important d arriver effectivement à cette mise en relation des deux types de stocks. Raisons de la mise en relation de la gestion des stocks publics et la pratique du warrantage Plusieurs raisons militent en faveur de la mise en relation de la gestion des stocks publics et la pratique du warrantage au Burkina Faso. La nécessité d établir ce lien se situe à 5 niveaux que sont : (i) l intérêt du warrantage, (ii) la participation des OP aux opérations de reconstitution de la réserve régionale, (iii) les perspectives de hausse des quantités du SNS et du SI à partir de 2014, (iv) le financement des intrants agricoles et (v) le développement de l assurance agricole et la tierce détention. L intérêt du warrantage : Les résultats de l enquête ont indiqué que les objectifs poursuivis par les OP en pratiquant le warrantage sont atteints dans la majorité des cas (75% des OP enquêtées) en ce sens que la pratique du warrantage leur permet de rendre disponible les aliments en période de soudure, de faciliter l accès au crédit et lutter contre la pauvreté à travers la pratique des AGR et l investissement agricole. Alors, l Etat pour assurer une cohérence de sa politique de sécurité alimentaire pourrait aller dans le sens de la mise en relation des stocks publics et du warrantage au regard des avantages que procure sa pratique dans le secteur rural. Préparer les OP à participer aux opérations de reconstitution de la réserve régionale : la réserve régionale en construction au niveau de la CEDEAO a pour objectif de répondre efficacement aux crises alimentaires aux côtés des Etats et des acteurs humanitaires dans une perspective de sécurité et de souveraineté alimentaire régionale. Son bon fonctionnement est conditionné par le développement des stocks nationaux dont le rôle est d assurer la prise en charge des besoins en période de crise (Hub Rural, 2012). Or l augmentation des stocks nationaux nécessite la bonne tenue des stocks de proximité, notamment le warrantage. Ainsi, la mise en œuvre de la réserve régionale prévoit l implication des OP dans ces mécanismes de reconstitution à travers entre autres la signature 5 P a g e

6 de contrat. Alors, travailler à renforcer la capacité des OP du pays, les prépare à une participation efficace à la reconstitution de la réserve régionale, partant de là les assure un marché sûr et durable. Cela contribuera à résoudre le problème de mévente et/ou de vente à prix bas que les OP (9,9% des OP enquêtées) pratiquant le warrantage rencontrent dans la pratique de leur activité. Toute chose permettant aux producteurs d engager des investissements de nature à booster la production agricole et donc l accroissement de la productivité. Perspective de hausse des quantités du SNS et du SI à partir de 2014 : il est envisagé l augmentation des quantités du SNS de à tonnes et du SI de à tonnes à partir de La disponibilité de produits vivriers permettant la reconstitution des stocks publics avec ces nouvelles quantités exigent une hausse de la production et donc de la productivité agricole nécessitant ainsi un financement important du secteur agricole. A l image de la réserve régionale, il est nécessaire d accompagner les OP dans le renforcement de leurs capacités techniques, matérielles et financières pour assurer l accroissement de la productivité agricole. Le warrantage est considéré par les acteurs du secteur agricole comme un outil pour pallier aux problèmes de financement du secteur agricole et permettant d accroître la productivité. A ce sujet, les structures d appui aux OP ont affirmé que la pratique du warrantage est un processus qui a des difficultés, mais qu il faut trouver les solutions qui conviennent si l objectif est de moderniser l agriculture et d augmenter la productivité. Alors, trouver les solutions optimales suppose un accompagnement conséquent des OP à travers le renforcement de leur capacité technique et matérielle pour disposer des produits de bonne qualité et les impliquer dans la reconstitution des stocks publics par la signature de contrat. Si les producteurs sont assurés d avoir un bon marché, ils sont enclins à investir pour accroître la productivité agricole. Financement des intrants et équipements agricoles : suite à la crise alimentaire qu a connue le Burkina Faso en 2008, le Gouvernement a entrepris de faciliter l accès des producteurs aux intrants et équipements agricoles à travers une opération spéciale de subvention du prix d achat de ces intrants. Sur la période , le gouvernement a mobilisé en moyenne tonnes de semences sélectionnées et tonnes d engrais (NPK et Urée) par an dans les opérations de distribution des intrants agricoles au profit des producteurs. Le coût moyen annuel de ces opérations sur la période est d environ 9 milliards de FCFA. Malgré ces efforts, les OP rencontrent des difficultés pour disposer de certains matériels spécifiques de gestion des stocks dans le cadre de la pratique du warrantage (14,9% des OP enquêtées manquent de matériels de gestion de leur stock). Le défi actuel est que l Etat devrait davantage travailler à se défaire de la subvention puisqu il ne pourra pas la supporter tout le temps. Alors, aider les producteurs à pouvoir financer l acquisition des intrants euxmêmes sans subvention est une solution à envisager. Les OP dans leur mode de fonctionnement offrent déjà des services comme l appui conseil, le crédit intrant, etc. à leur membre. Des conditions permettant de faciliter le développement et la continuité de la fourniture de ces services seraient importantes pour permettre aux producteurs de s affranchir de la subvention de l Etat. L assurance agricole et le développement de la tierce détention : au Burkina Faso, le processus de création d une Centrale de gestion des risques agricoles et alimentaires (CEGERA) dans laquelle sera promue l assurance agricole est entamée à travers la réalisation de l étude diagnostique portant 6 P a g e

7 sur les risques agricoles et alimentaires et les outils de gestion. La mise en place de l assurance agricole vise à termes à faciliter la gestion du risque climatique que connaissent les producteurs. Alors, pour souscrire à cette assurance, il faut que les producteurs aient les moyens financiers conséquents pour le faire. Sans une bonne rémunération, ils ne pourront pas ; et l Etat sera encore obligé de faire de fortes subventions pour les accompagner à l image du gouvernement sénégalais qui subventionne les primes d assurance agricole à hauteur de 50%. La mise en place de l assurance agricole permettra même de résoudre un problème au niveau du warrantage qui est l absence d assurance des stocks warrantés. Coulter (2012) avait fait remarquer qu au Burkina Faso, le warrantage se pratique sans les composantes les plus coûteuses des systèmes d entreposages commerciaux, notamment la couverture d assurance des stocks warrantés. Cela voudrait dire que s il y a un sinistre (incendie du magasin où les produits sont stockés, vol et risque collatéraux) au cours de la période de stockage dans le cadre du warrantage, il n y a pas jusqu à présent un mécanisme d indemnisation des producteurs. Le Burkina Faso est aussi résolument tourné vers le développement de la tierce détention. Dans cette optique, un atelier national sur le warrantage et la tierce détention a été organisé en juillet 2013 dans le but de définir les grandes orientations nationales en matière d entreposage agricole, de warrantage et de tierce détention en vue de mettre en place les cadres politique, stratégique, législatif et réglementaire dans ce domaine. Le principe de la tierce détention met en relation trois parties : les producteurs, les IMF et les entreposeurs professionnels qui sont chargés du stockage des produits vivriers moyennant une rémunération de la part des producteurs. La rémunération des entreposeurs professionnels serait mise en mal si les producteurs n ont pas une bonne rémunération de leur activité de production. Konlambigué (2011) indiquait à ce sujet que les interventions des gouvernements dans la fixation des prix des produits agricoles font peser une incertitude sur la capacité des OP à rémunérer un entreposeur professionnel. Il a même trouvé que cela constitue une limite du warrantage paysan qu il faut lever pour assurer le développement de la tierce détention. Conclusion et recommandations En définitive, l étude a eu l intérêt d aborder une thématique peu documentée au Burkina Faso. Elle contribue ainsi à améliorer les connaissances des effets de la gestion des stocks publics sur le développement du warrantage. Elle donne aussi des éclairages sur la nécessité de mieux intégrer le warrantage dans les mécanismes de gestion des stocks publics des produits vivriers pour mieux gérer le risque prix auquel les producteurs font face. Toute chose permettant de garantir des marchés sûrs et rémunérateurs aux producteurs qui pourront améliorer la productivité agricole à travers l utilisation des intrants. Les résultats de cette étude pourront servir utilement à l élaboration de la stratégie de développement du warrantage et à la mise en place de la centrale de gestion des risques agricoles et alimentaires en réflexion actuellement au Burkina Faso. A l issue de cette étude, les recommandations suivantes sont formulées: procéder à la mise en place d un répertoire de toutes les OP pratiquant le warrantage avec leur taille et leur capacité de stockage ainsi que leur besoin d appui afin d avoir une bonne maîtrise de la pratique de ce système dans le pays ; 7 P a g e

8 impliquer davantage les OP pratiquant le warrantage dans les opérations de reconstitution des stocks publics à travers la signature de contrat en période de stockage pour faciliter leur accès au marché et améliorer leur rémunération ; développer un partenariat entre les OP pratiquant le warrantage et l Etat à travers la SONAGESS de sorte à ce que les stocks warrantés soient utilisés de façon systématique dans les opérations de vente à prix social dans les zones à risque d insécurité alimentaire où ce système est pratiqué ; accompagner les OP dans le développement de micro-projets en lien avec leur activité de stockage afin de leur permettre de résoudre les problèmes de manque de magasins de stockage, d accès au crédit et de qualité des produits ; réaliser une étude pour cerner l impact des stocks publics sur les prix en période de dénouement par type de produit pour mieux planifier l action publique en liaison avec le warrantage ; réaliser une étude sur les possibilités et conditions d utilisation des intérêts du stock financier du SNS afin de disposer d une feuille de route ou de stratégies claires pour son utilisation dans le financement de la pratique du warrantage. Bibliographie Coulter J., Révision du warrantage (crédit de stockage) au Burkina Faso, préparé pour Université de Greenwich, Natural Resources Institute, Royaume Uni, 58p. CSAO-CILSS, Profil sécurité alimentaire Burkina Faso. Rapport final, 26p. FARM, Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs, 6p. Hub Rural, Réserve régionale de sécurité alimentaire. Etude de faisabilité. Version provisoire 1 (10 juin 2012), 98p. Konlambigué, Rapport sur la révue des expériences de récipissés d entroposage et de warrantage pour le financement de l agriculture en Afrique de l Ouest, CNUCED, 86p. SONAGESS, Rapport d activités, exercice 2008, Ouagadougou, Burkina Faso, 55p. YAMEOGO S.F., Impact de la gestion des stocks publics de produits vivriers sur le warrantage au Burkina Faso. Mémoire de fin d étude, Diplôme de Mastère en Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle du Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger, 82p. Pour plus d information Contacter: GUISSOU S. Richard, Directeur de la Prospective et de la Planification Opérationnelle (DPPO) YAMEOGO Sibiri François, Cadre à la Direction de la Prospective et de la Planification Opérationnelle (DPPO) Tel: P a g e

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Revue des expériences Nigériennes Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Plan de présentation Définition du warrantage Pourquoi le warrantage? Le cercle

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo.

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo. Retour au sommaire Une mutuelle pour les producteurs de café et de cacao au Togo BIM n 11-02 avril 2002 Betty WAMPFLER Le BIM d aujourd hui reprend une communication présentée par M. Plouffe de l ONG canadienne

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Création d une boutique d intrants

Création d une boutique d intrants Fiche d information Niger Juillet 2012 Création d une boutique d intrants responsables d organisations paysannes et/ou à toute personne intéressée par la création d une boutique d intrants. Elle présente

Plus en détail

Projet «développement de la filière niébé dans la province du Sanmatenga, Burkina Faso»

Projet «développement de la filière niébé dans la province du Sanmatenga, Burkina Faso» Unions des Producteurs de niébé de Pissila, Dablo et Pensa Projet «développement de la filière niébé dans la province du Sanmatenga, Burkina Faso» L appui au Stockage et à la Commercialisation du niébé

Plus en détail

RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST

RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST RAPPORT SUR LA REVUE DES EXPERIENCES DE RÉCEPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport commandité par la CNUCED et préparé par M. Matiéyédou

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Evaluer le risque économique du warrantage

Evaluer le risque économique du warrantage ATELIER D ECRITURE SUR LA MICROFINANCE AU SENEGAL " Ecrire pour partager les expériences et innovations dans le secteur de la microfinance au Sénégal" Evaluer le risque économique du warrantage Guillaume

Plus en détail

Note Technique sur les Banques de Céréales

Note Technique sur les Banques de Céréales SECRETARIAT EXECUTIF DU CILSS PROGRAMME REGIONAL D APPUI SECURITE ALIMENTAIRE - LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION - POPULATION ET DEVELOPPEMENT Fonds Italie-CILSS Lutte contre la Désertification pour la

Plus en détail

Les produits du programme Gestion des connaissances et genre 2008-2014

Les produits du programme Gestion des connaissances et genre 2008-2014 Liste de produits Octobre 2014 Les produits du programme Gestion des connaissances et genre 2008-2014 Documents écrits 1. Gestion des connaissances et genre La capitalisation et l échange de bonnes pratiques

Plus en détail

CONVENTION DE FINANCEMENT N FED/2013/024-947 ANNEXE II

CONVENTION DE FINANCEMENT N FED/2013/024-947 ANNEXE II CONVENTION DE FINANCEMENT N FED/2013/024-947 ANNEXE II DISPOSITIONS TECHNIQUES ET ADMINISTRATIVES D'EXECUTION (DTA) ROC REGION AFRIQUE OCCIDENTALE Titre: Appui au stockage de sécurité alimentaire en Afrique

Plus en détail

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Proposition méthodologique

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

Manuel de formation sur le warrantage au Niger

Manuel de formation sur le warrantage au Niger Ministère de l Agriculture Direction Générale de l Agriculture 9854 / NIR - GCP/NER/047/MUL Intensification de l Agriculture par le Renforcement des Boutiques d Intrants Coopératives ICRISAT et les autres,

Plus en détail

CAS D'EXPÉRIENCE République de Guinée

CAS D'EXPÉRIENCE République de Guinée CAS D'EXPÉRIENCE République de Guinée Date de soumission : 11 janvier 2011 Région : Afrique de l Ouest Pays : République de Guinée Type : Projet Auteur : Monsieur Sékou BERETE Coordonnées : Bureau 223

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva

Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Seventh Multi-year Expert Meeting on Commodities and Development 15-16 April 2015 Geneva Instruments et stratégies d intervention de l ARAA/CEDEAO pour atténuer volatilité des prix et assurer la sécurité

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Rapport narratif et financier final. Accord de coopération décentralisée avec le Département des Yvelines

Rapport narratif et financier final. Accord de coopération décentralisée avec le Département des Yvelines PREFECTURE DE BLITTA Accord de coopération décentralisée avec le Département des Yvelines Rapport narratif et financier final 2014 En partenariat avec le Département des Yvelines 2 SOMMAIRE SOMMAIRE...

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural

Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural Le warrantage ou crédit stockage : un moyen pour les paysans de mieux valoriser leurs produits et une sécurisation du financement rural Janvier 2007 Cécile Beaure d'augères, Afdi Afdi (Agriculteurs français

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport de synthèse Août 2011 0 Avant- Propos Ces contributions sur «les Dynamiques de consommation alimentaire en Afrique de l Ouest» ont été

Plus en détail

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage»

Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» Innovations en microfinance - le «crédit-stockage» BIM n 107-13 février 2001 Karin BARLET et Anne-Claude CREUSOT Champ d expérimentations, le secteur de la microfinance évolue en donnant naissance à de

Plus en détail

LE WARRANTAGE OU CRÉDIT STOCKAGE : UN MOYEN POUR LES PAYSANS DE MIEUX VALORISER LEURS PRODUITS ET UNE SÉCURISATION DU FINANCEMENT RURAL

LE WARRANTAGE OU CRÉDIT STOCKAGE : UN MOYEN POUR LES PAYSANS DE MIEUX VALORISER LEURS PRODUITS ET UNE SÉCURISATION DU FINANCEMENT RURAL LE WARRANTAGE OU CRÉDIT STOCKAGE : UN MOYEN POUR LES PAYSANS DE MIEUX VALORISER LEURS PRODUITS ET UNE SÉCURISATION DU FINANCEMENT RURAL Janvier 2007 Cécile Beaure d'augères, Afdi Afdi (Agriculteurs français

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP Mission menée par M. Djibo Bagna, PCA du ROPPA et membre du Comité de pilotage du GAFSP Du 08 au 11 septembre 2012 1 PLAN DU RAPPORT ABREVIATIONS...

Plus en détail

RAPPORT PROVISOIRE ETUDE DE FAISABILITE SUR LE DEVELOPPEMENT DU CREDIT DE STOCKAGE (WARRANTAGE).

RAPPORT PROVISOIRE ETUDE DE FAISABILITE SUR LE DEVELOPPEMENT DU CREDIT DE STOCKAGE (WARRANTAGE). PROJET CROISSANCE ECONOMIQUE RAPPORT PROVISOIRE ETUDE DE FAISABILITE SUR LE DEVELOPPEMENT DU CREDIT DE STOCKAGE (WARRANTAGE). DATE : 30/09/2010 This report is made possible by the support of the American

Plus en détail

WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO

WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO RAPPORTS DE RECHERCHE OXFAM OCTOBRE 2015 WARRANTAGE PAYSAN AU BURKINA FASO Accès au crédit par le biais des stocks de proximité ELIA SÁNCHEZ GARRIDO ISABEL SUÁREZ SÁNCHEZ Au Burkina Faso, les organisations

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

FICHE D EXPERIENCE. L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité

FICHE D EXPERIENCE. L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité FICHE D EXPERIENCE L Union provinciale des productrices des produits du karité de la province de Banwa : Valorisation et préservation du karité L Union provinciale des productrices des produits du karité

Plus en détail

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural étude sur le financement de l agriculture et du monde rural Rapport complémentaire - Analyse de l offre et de la demande en financement agricole Mali Étude sur le financement de l agriculture et du monde

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241 Demande de financement Tel : 40771390 BP 241 1 Institution de Microfinance Association Base Fandima 1. Présentation de l Association Base Fandima 2. Les besoins de l Association Base Fandima 3. L Association

Plus en détail

FLUX COMMERCIAUX TRANSFRONTALIERS DE PRODUITS AGRICOLES EN AFRIQUE DE L OUEST

FLUX COMMERCIAUX TRANSFRONTALIERS DE PRODUITS AGRICOLES EN AFRIQUE DE L OUEST COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses

Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Le métaprogramme GloFoods : La sécurité alimentaire, un enjeu global. Comment gérer l instabilité des prix des céréales? Enjeux et controverses Franck

Plus en détail

L Initiative Régionale «Environnement Mondial Lutte Contre la Désertification en Afrique sahélienne

L Initiative Régionale «Environnement Mondial Lutte Contre la Désertification en Afrique sahélienne Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel L Initiative Régionale Lutte Contre la Désertification en Afrique sahélienne» Bilan d étape Septembre 2006 Première partie EXECUTION

Plus en détail

Programme Empowering Smallholder Farmers access In Market

Programme Empowering Smallholder Farmers access In Market FEDERATION INTERNATIONALE DES PRODUCTEURS AGRICOLES COALITION PAYSANNE DE MADAGASCAR Programme Empowering Smallholder Farmers access In Market PROPOSITION REVISEE DE PROJET NATIONAL DE RECHERCHE COLLABORATIVE

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Cahier de l'energie 144444444444444444 244444444444444444 3 Une publication de au Sahel l'institut d'applications et de vulgarisations en Sciences Informations générales Renforcement des capacités institutionnelles

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation*

Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation* Sécurité alimentaire en Tanzanie : les politiques de commercialisation* D URANT les deux dernières décennies, la situation de la sécurité alimentaire a considérablement varié en Tanzanie, passant de plusieurs

Plus en détail

Stratégie d approvisionnement en intrants agricoles : les commandes groupées de la FEPAB

Stratégie d approvisionnement en intrants agricoles : les commandes groupées de la FEPAB Fiche d expérience Burkina Faso Décembre 2012 Stratégie d approvisionnement en intrants agricoles : les commandes groupées de la FEPAB Introduction Auteurs : Vadraogo Mohamed Ouédraogo, Ousmane Ouédraogo,

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER Introduction des systèmes d'irrigation améliorée et les semences résilientes au changement climatique

Plus en détail

ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production

ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production ENSEMBLE 118 Gestion des aléas de production Sommaire I. Description du dispositif I. Le dispositif de protection contre les calamités d origine agricole comprend : - Le Fonds national de garantie contre

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Programme d Appui au Financement des Activités Agricoles (AgriFinance-Burkina)

Programme d Appui au Financement des Activités Agricoles (AgriFinance-Burkina) Programme d Appui au Financement des Activités Agricoles (AgriFinance-Burkina) APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES ((RFA-001/FS/AGRIFIN/2014) I. JUSTIFICATION DE

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes

Séminaire régional de formation à l élaboration de systèmes communautaires d alerte précoce et de gestiondes risques climatiques et de catastrophes 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire régional de formation

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure

Agrotosh Mookerjee FIA, Principal Actuary, MicroEnsure L importance des données pertinentes pour faciliter l accès des petits exploitants à l assurance agricole, 2 ème Briefing continental africain Nairobi, 14 juillet 2014 Agrotosh Mookerjee FIA, Principal

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Gérer l instabilité des prix agricoles et alimentaires

Gérer l instabilité des prix agricoles et alimentaires Conférence Farm IGDPE Pluriagri «G20 agricole: quelles suites?» Paris, 20 décembre 2011 Gérer l instabilité des prix agricoles et alimentaires Quelles stratégies? Quels instruments? Quelles échelles d

Plus en détail

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM

Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Des système assuranciels en construction Jean-Christophe Debar, FARM Colloque «La micro-assurance agricole en Afrique de l Ouest : réalités et perspectives» Paris, 27 février 2014 Source «The emergence

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs-bf.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail