DOULEURS NEUROPATHIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOULEURS NEUROPATHIQUES"

Transcription

1 DOULEURS NEUROPATHIQUES Dr Colette PEYRARD UF Douleur / EMDSP BP FORGENI 2010 Document sous licence Creative Commons

2 GENERALITES Pas de consensus Souvent réfractaires aux analgésiques usuels Tts reposent sur d autres classes pharmaco Douleurs svt mixtes, notamment en cancéro 2

3 Généralités 7 à 8 % population présente douleur chronique modérée à sévères avec des caractéristiques neuropathiques. Prévenir le patient car efficacité Tts svt partielle Privilégier monothérapie en 1ère intention mais associations svt nécessaires Posologie croissante Expliquer le Tt, sinon ne sera pas respecté Inscrire le Tt dans une prise en charge globale. 3

4 PHYSIOPATHOLOGIE Atteinte lésionnelle mécanique, chimique, du SNP ou SNC Mécanisme d inhibition non fonctionnel Douleurs apparaissent sans stimulation périphériques Quelques jours à plusieurs mois après la survenue de la lésion. 4

5 5

6 SIGNES CLINIQUES (1) LES DOULEURS SPONTANEES Fond douloureux continu : brûlure, prurit, arrachement, étau, dilacération... Composante paroxystique : décharges électriques, élancements, éclairs... 6

7 SIGNES CLINIQUES (2) LES DOULEURS PROVOQUEES Allodynies Hyperalgésie SENSATIONS NON DOULOUREUSES mais ANORMALES et DESAGREABLES Paresthésies, dysesthésies (picotements, fourmillements, engourdissement, lourdeur). 7

8 ETIOLOGIE ZONA AVC, HEMIPLEGIE LOMBO-SCIATALGIE POLYNEVRITE ALCOOLIQUE, DIABETIQUE PANCOAST-TOBIAS (Kc apex poumon) RADIOTHERAPIE CHIRURGIE CHIMIOTHERAPIE NEUROTOXIQUE... AMPUTE (différent du membre fantôme) 8

9 9

10 EVALUATION : le D N 4 10

11 Toujours croire le patient

12 Traitement (1) Anticonvulsivants : Prégabaline (Lyrica ) : augmenter progressivement, il est bon parfois de commencer à doses très progressives 25 mg et progressivement augmenter tous les 3-4 jours... Gabapentine (Neurontin ) : Gel 100, 300, 400mg; cps 600 et 800mg. Dose thérapeutique à partir de 18OOmg (Maxi 12OOmg chez la PA) Clonazepam ( spécificité française) ( Rivotril ) :Cps 2mg, gouttes=0,1mg (1cp=20gttes) Tégretol, Dihydan : Tt névralgie du Trijumeau ( effet 2aire non négligeable) 12

13 TRAITEMENTS (2) Amitryptiline (Laroxyl) : effet sédatif cps à 25 et 50 mg, solution buvable 1 gtte = 1mg, injectable à 50 mg Clomipramine ( Anafranil) : cps à 10, 25, 75 mg injectable à 25 mg 13

14 TRAITEMENTS (3) les anti-dépresseurs non tricycliques La fréquence et l importance des effets secondaires de médicaments précédents conduisent souvent à recourir, mais le plus souvent hors A.M.M, à d autres molécules : 1 ) Venlafaxine (Effexor ) : Inhibiteur du recaptage de la sérotonine et de la noradrénaline (I.R.S.N.A.) : Contre-indications : adaptation des posologies si insuffisance rénale, association aux I.M.A.O. Effets secondaires : nausées, vomissements, constipation, vertiges, sécheresse buccale. Mais aussi Deroxat, etc... 14

15 Plus récemment... 2 ) Duloxetine ( CYMBALTA ) IRSNA Indication : AMM : douleurs neuropathiques périphériquess diabétique (réduction des douleurs évaluées à 20%, 50% de répondeurs) Commencer à 30 mg (1sem) puis 60 mg ( le matin au cours des repas, le labo dit le soir car somnolence) Risques : nausée, vomissements, saignements de nez Contre-indications: HTA non équilibrée ( surveillance TA, 1 fois par semaine) Insuffisants hépatiques : Surveiller les enzymes (Bilan au bout de 15 jours, si normal OK) Arrêt sur 2 semaines 15

16 Traitement (4) Place des opïoides et du tramadol : règles à respecter : 1. Pas en 1ère intention 2. Pour certains la dose utilisée devra être très importante : consensus et surveillance 3. De préférence un agoniste pur per os ou en patch 4. Évaluer et voir l intérêt de poursuivre 16

17 Traitements (5) Tramadol (Contramal, Topalgic, Zamudol,) intérêt douleur mixte (opïoide + nor et sérotoninergique) 100 à 400mg per os LP++ (mieux toléré que LI ); IV :100 à 600Mg/J Dose progressive sur une semaine Tramadol + Paracétamol : Ixprim Zaldiar Morphine : intérêt de l Oxycodone (Oxynorm,Oxycontin ) (équivalence morphine 2/1, 5mg d oxycodone = 10mg de morphine) 17

18 Chlorhydrate de Tramadol (Contramal, Topalgic, Zamudol,) EFFET OPIOIDE + EFFET MONOAMINERGIQUE=SYNERGIE D ACTION Forme injectable : bolus initial : 1 amp de TOPALGIC dans 125 CC de glucose à 5% à passer en 5 à 6 mn à la suite : 2 amp de TOPALGIC dans 500 cc, régler à 25 gouttes/mn (entre 6 et 8 heures) NE PAS DEPASSER 250 mg LORS DE LA 1ERE HEURE EN INCLUANT LE BOLUS ET 600 mg/jour Forme orale : 50 à 100 mg toutes les 4 à 6 h sans dépasser 400 mg/jour = 1 à 2 gél toutes les 4 à 6 h sans dépasser 8 gel/jour Nb) Agoniste pur pas de FORGENI/ wash out 23 Sept avant 2010 morphine EN CAS DE SURDOSAGE Dr C.PEYRARD/ : NALOXONE CH Vienne 18

19 Traitements (6) Les AINS : Les médicaments antalgiques habituels (anti-nociceptifs) sont généralement inefficaces. Néanmoins, les A.I.N.S. se montrent utiles dans les douleurs liées à une inflammation neurogène et, d une façon générale, lors d états inflammatoires qui entraînent une sensibilisation des nocicepteurs ( par exemple lors de la phase aiguë du zona). 19

20 Traitements (7) Kétamine? (à l étude, usage hospitalier) anti-nmda, efficace dans dl spontanée, phénomènes de sommation temporelle et allodynie : très petite dose : O,1 à 1 milligramme/ kg 20

21 Traitements (8) Lamotrigine (Lamictal ) : mal toléré, manif. cutanée sévère. Topiramate (Epitomax ): inefficace Baclofène (Liorésal ) : dls liées à la spasticité: per os : 10 mg progressivement jusqu à 30 à 75 mg en 3 prises STOP si somnolence 21

22 Traitements (9) TOPIQUES LOCAUX : VERSATIS : emplâtre de lidocaïne à LP, max 3 compresses à changer toutes les 24heures. 15% d effets antalgique (comme les autres Tts) Soulagement de l allodynie mécanique ( effet de la compresse) Sécurité d emploi notamment chez la PA Remboursement 35% Pas d effets systémiques ( passage 3%) Intolérance cutanée : 5% à mettre sur peau saine de préférence (mais nodule de perméations, radiott pas CI) Efficacité au bout de 3 jours 22

23 Traitements (10) la Lidocaïne sous forme de gel (Xylocaïne à 2%) l association lidocaïne à 2.5%-prilocaïne à 2.5% (EMLA ) en crème ou patch (3/4 d h à 1h avant le geste douloureux) la Capsaïcine sous forme de pommade: Geldolor 23

24 Traitements (11) NSTC : haute fréquence basse intensité : on cherche l intensité la + élevée sans être douloureuse ou de type acupunturale basse fréquence, intensité élevée Technique proche de la physiologie, sous-utilisée DREZ : technique chirurgicale d électrocoagulation élective des fibres C 24

25 25

26 RECAPITULATIF: douleur neuropatique Mécanisme -Lésion nerveuse -Mécanisme d inhibition non fonctionnel -interneurone GABA - antalgiques classiques inefficaces Signes clinique -Brûlure -Paresthésie -Douleurs fulgurantes type décharge électrique -Allodynie -Hyperpathie Etiologie -Amputé -Zona -Lombalgie -Pancost Tobias -Radiothérapie -Chirurgie -Chimioneurotoxique -Polynévrite alcoolique, diabétique, etc Traitement Antidépresseurs Stérotonienergiqu es : ANAFRANIL LAROXYL FLOXYFRAL PROZAC DEROXAT ZOLOFT Antiépileptiques par action gabaenergique: NEURONTI RIVOTRIL TEGRETOL Morphinique NSTC - haute fréquence Basse intensité 26

27 PHYSIOLOGIE SIGNES CLINIQUES PRINCIPE THERAPEUTIQUE Douleur par excès de nociception Libérartion de PG Rôle de l interneurone opioïde Pas de lésion nerveuse Variétés Aigüs ou chronique Empêcher la formation des PG Stimuler l interneurone opioïde inhibiteur Les 3 paliers de l OMS Corticoides AINS Douleur de déafférentati on ou neurogène Lésion nerveuse Gate contrôle inactif Brûlure Décharges électriques Stimuler l interneurone GABA inhibiteur Stimuler le funiculus dorsolatéral Anticonvulsivant Antidépresseurs NSTC Morphiniques Traitement topique Douleur psychogène Sine Materia Examen neuo normal Description atypique de la douleur Dimension affective de la douleur Contexte Psychothérapie Technique cognitivocomportementatle (Relaxation-sophrohypnose-mésoperfusion lente) Parfois : Mdts (Antidépresseur Neuroleptique 27 BZP

28 Au total 1 ère intention Gabapentinoïdes Antidépresseurs NSTC- Topiques locaux 2 ème intention Tramadol Oxycodone 28

29 CONCLUSION Faire le diagnostic +++ facile ( souvent douleurs intriquées) Ttsinsatisfaisant, résultat partiel contrat avec le patient Anticonvulsivants, antidépresseurs, ont un effet partiel (limités par les effets secondaires) Tts non médicamenteux à ne pas oublier... 29

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008

Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux. Journée APHNEP 13 mars 2008 Douleurs neuropathiques : approches diagnostiques et traitements médicamenteux Journée APHNEP 13 mars 2008 La douleur neuropathique Appartient aux douleurs neurogènes avec la névralgie Ensemble des douleurs

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens

Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I. (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens Dr BOUGOUIN-KUHN Opiacés forts (niveau III) Opiacés faibles (niveau II) Médicaments de niveau I (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS, AAS) Classification des Médicaments Analgésiques

Plus en détail

Prise en charge de la douleur

Prise en charge de la douleur Prise en charge de la douleur 1 Rappel des obligations La prise en charge de la douleur est une obligation légale. Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits du malade et à la qualité du système

Plus en détail

Polyneuropathies diabétiques / prescriptions en 1ère intention (seul ou associé)

Polyneuropathies diabétiques / prescriptions en 1ère intention (seul ou associé) Polyneuropathies diabétiques / prescriptions en 1ère intention (seul ou associé) Classe thérapeutique citée 10 24 * 24 20 15 49 * 0,6 palier I 17 % palier II 19 % palier III 0,1 % 37 * 0 10 20 30 40 50

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le cancérologue est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement de leur douleur.

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE

Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Module 6 : 065 BASES NEUROPHYSIOLOGIQUES, ÉVALUATION D UNE DOULEUR AIGUË ET CHRONIQUE Validé par le Dr Schinkel Dé nition - Une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à un lésion

Plus en détail

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables

Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Principes thérapeutiques Familles Paliers Effets indésirables Service d accompagnement

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger

Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique. D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Stratégies thérapeutiques de la Douleur Chronique D. BENMOUSSA Centre de Traitement de la Douleur département d Anesthésie Réanimation CPMC- Alger Le traitement de la douleur chronique Adapté Intensité

Plus en détail

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical

Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : les antalgiques par voie orale après un geste chirugical Réf : CLU/DIN/INF/012 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES PRISE EN CHARGE DES DOULEURS NEUROPATHIQUES LOCALISÉES LES JEUDIS DE LA DOULEUR Comité de lutte de lutte contre la Douleur Centre hospitalier de Châteauroux 12 mai 2011 Docteur Florentin CLERE Consultation

Plus en détail

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

DEFINITION DE LA DOULEUR

DEFINITION DE LA DOULEUR DEFINITION DE LA DOULEUR Selon l IASP International Association for the Study of Pain «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal?

Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Le patient Toxicomane substitué peut-il se permettre d avoir mal? Ou la prise en charge de la douleur modérée à forte chez le patient substitué par buprénorphine ou méthadone 1 Alain HOUCHARD, USS CHU

Plus en détail

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE

LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE LES POLYNEUROPATHIES DIABETIQUES UNE NOUVELLE APPROCHE THÉRAPEUTIQUE Dr Nadia BOUAMRANE Unité Douleur Sce de Médecine Interne Pr Brouri (H.Birtraria) PNP diabétiques Définition, généralités NEUROPATHIES

Plus en détail

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA

GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA GUIDE D AIDE A LA PRESCRIPTION DE MORPHINE PAR PCA 1. INTRODUCTION. La PCA (patient controlled analgesia) est un système d'administration de morphine qui permet au patient de recevoir un débit continu

Plus en détail

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE LA NEUROPATHIE DIABETIQUE Cas de M. L. 64 ans, hospitalisé pour un diabète II déséquilibré Cohen Rebecca ATCD: Familiaux : aucun. Personnels: abcès de la marge anale en 1991. SAS appareillé Mode de vie:

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs

Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Certificat interuniversitaire de soins palliatifs Université Catholique de Louvain Le traitement médicamenteux de la douleur en soins palliatifs Dr. Vincent Vandenhaute Cliniques de l Europe, Bruxelles

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris LES 3 ETAPES PREALABLES 1. S ASSURER QUE LA PLAINTE EST DOULOUREUSE

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR

PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR PHYSIOPATHOLOGIE DE LA DOULEUR Comprendre «comment ça a marche» Distinguer les différents types de douleur par excès s de nociception par désaffd safférentation = neurogènes nes ou mixtes +++ Pour bien

Plus en détail

La douleur neuropathique: parlons-en! Dr jc Philips Service de Diabétologie CHU Liège / CHPLT Point santé 2013

La douleur neuropathique: parlons-en! Dr jc Philips Service de Diabétologie CHU Liège / CHPLT Point santé 2013 La douleur neuropathique: parlons-en! Dr jc Philips Service de Diabétologie CHU Liège / CHPLT Point santé 2013 Etiologies de la douleur neuropathique Atteintes dégénératives de la moëlle Zona Syndrômes

Plus en détail

Traitements médicamenteux de la dépressiond

Traitements médicamenteux de la dépressiond Traitements médicamenteux de la dépressiond Les antidépresseurs Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline Inhibiteurs

Plus en détail

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt

Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire. Aucun lien d intérêt Clinicien Hospitalier CHU de Caen Secteur Orthopédie Vasculaire Aucun lien d intérêt Dr Georges DACCACHE - 19 Octobre 2103 Lésion tissulaire ou nerveuse Individu Lésion faible Palier 1 Lésion modérée Palier

Plus en détail

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE APPROCHE DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR NEUROPATHIQUE EN MEDECINE GENERALE Céline Poncin-Mattioda Président: Pr GEORGE Bernard Directeur: Pr HUAS Dominique INTRODUCTION La douleur est le motif de

Plus en détail

www.lesjeudisdeleurope.org

www.lesjeudisdeleurope.org I) Les médicaments oraux Les médicaments délivrés par voie orale ont pour avantages essentiels leur facilité d usage et leur disponibilité en officine, mais également la connaissance de ces produits acquise

Plus en détail

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte. C. Les anesthésiques locaux D.

A. Définitions des paliers I, II et III. B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte. C. Les anesthésiques locaux D. TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR A. Définitions des paliers I, II et III A. Douleur d intensité ité modérée é B. Douleur d intensité intermédiaire C. Douleur d intensité forte B. Autres traitements

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques

Item 66 : Thérapeutiques antalgiques Item 66 : Thérapeutiques antalgiques COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Antalgiques de niveau

Plus en détail

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée TENS Consultation de la douleur C.H.D. Vendée 85925 La Roche sur Yon Tél.: 02 51 44 62 48 Mail:

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

La Douleur de l enfant

La Douleur de l enfant La Douleur de l enfant Item 68 Dr Virginie Gandemer Service de médecine de l enfant et de l adolescent-chu de Rennes I- DEFINITION La douleur est une expérience émotionnelle et sensorielle désagréable,

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation

La douleur chronique non cancéreuse en soins de première ligne : Portrait de la situation PROGRAMME - VOLET 2A La douleur chronique non cancéreuse soins de première ligne : Portrait de la situation CORRIGÉ QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES PROFESSIONNELS Chercheures : Lyne Lalonde, Ph. D. Faculté

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

DOULEURS ET SEP MARION GODOT DR ALBERTA LORENZI-PERNOT LYON 7 OCTOBRE 2017

DOULEURS ET SEP MARION GODOT DR ALBERTA LORENZI-PERNOT LYON 7 OCTOBRE 2017 DOULEURS ET SEP MARION GODOT DR ALBERTA LORENZI-PERNOT LYON 7 OCTOBRE 2017 DOULEURS ET SEP TRÈS VARIÉES CONSÉQUENCES DIRECTES OU INDIRECTES DE LA MALADIE TRÈS FRÉQUENTES PEUVENT APPARAITRE AU COURS D UNE

Plus en détail

Date de création : 05/10/1999 Version validée le : 10/12/2009

Date de création : 05/10/1999 Version validée le : 10/12/2009 BPA-PEC-0912DOULEUR PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUE CANCEREUSE AU SEIN DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET INSTITUTIONS MEDICO-SOCIALES, EN APPLICATION DE LA CIRCULAIRE N DGS/DH/SQ2/99-84 du 11 FEVRIER

Plus en détail

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges

LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation. Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges LA DOULEUR: Signes cliniques, évaluation Docteur Gérard TERRIER Service d Accompagnement et de Soins palliatifs CHU Dupuytren 87042 Limoges Définitions: Douleur: Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP Présidente CLUD-SP Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Douleurs neuropathiques en cancérologie

Douleurs neuropathiques en cancérologie Douleurs neuropathiques en cancérologie Généralités Définition de l IASP Douleur secondaire à une lésion ou à un dysfonctionnement du système nerveux périphérique ou central. Très fréquentes ( > 50% ),

Plus en détail

Traitements Co-antalgiques. S. Donnadieu Unité de traitement de la douleur Hôp. Européen G. Pompidou, Déc 2006 Faculté de Médecine Paris V DU DCCOF

Traitements Co-antalgiques. S. Donnadieu Unité de traitement de la douleur Hôp. Européen G. Pompidou, Déc 2006 Faculté de Médecine Paris V DU DCCOF Traitements Co-antalgiques S. Donnadieu Unité de traitement de la douleur Hôp. Européen G. Pompidou, Déc 2006 Faculté de Médecine Paris V DU DCCOF Co-antalgiques : définitions. Médicaments dont l indication

Plus en détail

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques

MONOGRAPHIE DENOMINATION DU MEDICAMENT COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE FORME PHARMACEUTIQUE DONNEES CLINIQUES. Indications thérapeutiques DENOMINATION DU MEDICAMENT MONOGRAPHIE DICODIN L.P. 60 mg, comprimé à libération prolongée COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Tartrate de dihydrocodéine..60 mg Quantité correspondant à dihydrocodéine

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Douleurs idiopathiques

Douleurs idiopathiques Douleurs idiopathiques Un certain nombre de douleurs ne trouvent pas de place claire dans les systèmes de classification courants. Ces douleurs sont mal comprises, mal définies, mal évaluées et souvent

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

Hyperalgésie et douleur chronique. Matthieu LANGLOIS Clinique Jouvenet

Hyperalgésie et douleur chronique. Matthieu LANGLOIS Clinique Jouvenet Hyperalgésie et douleur chronique Matthieu LANGLOIS Clinique Jouvenet Contexte clinique Fréquence accrue de la chirurgie 4,5 millions d! interventions par an; 1980-1996 : + 120 % Douleur aiguë intense

Plus en détail

Valéria Martinez a, Nadine Attal b, Didier Bouhassira b, Michel Lantéri-Minet c,, pour la Société française d étude et traitement de la douleur

Valéria Martinez a, Nadine Attal b, Didier Bouhassira b, Michel Lantéri-Minet c,, pour la Société française d étude et traitement de la douleur Douleurs Évaluation - Diagnostic - Traitement (2010) 11, 3 21 RECOMMANDATIONS PRATIQUES Les douleurs neuropathiques chroniques : diagnostic, évaluation et traitement en médecine ambulatoire. Recommandations

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et

Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et Prise en charge de la douleur aigue chez le patient sous Traitement de Substitution aux Opiacés Antalgiques et fonction rénale Antalgiques et fonction hépatique Prise en charge de la douleur chez le malade

Plus en détail

Soins palliatifs. M.T Makhloufi

Soins palliatifs. M.T Makhloufi Cours GOLF-SAPP Alger 2008 Soins palliatifs La prise en charge de la douleur dans le cancer bronchique primitif M.T Makhloufi Clinique des Maladies Respiratoires CHU Mustapha Alger 1 Introduction. Cancer

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES

LES DOULEURS NEUROPATHIQUES LES DOULEURS NEUROPATHIQUES Docteur Florentin CLERE Consultation Pluridisciplinaire de la Douleur et EMSP Centre Hospitalier de Châteauroux Les voies de la douleur Cortex cérébral (analyse du message)

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr

Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr «La méthadone pour les nuls» Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr C21H27NO Méthadone Morphine MISE AU POINT SUR L UTILISATION PRATIQUE DE LA MÉTHADONE DANS LE

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Les douleurs. neuropathiques

Les douleurs. neuropathiques Les douleurs neuropathiques Juillet 2015 LLa douleur neuropathique est une douleur dont la cause est liée à une lésion ou une dysfonction du système nerveux (du cerveau jusqu aux terminaisons nerveuses).

Plus en détail

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger Pour en savoir plus sur la douleur chronique Nicole Brunet Aline Boulanger Jeu-questionnaire Vrai ou faux La cause de la douleur chronique est toujours connue Jeu-questionnaire Vrai ou faux Le stress et

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 LYRICA 25, 75, 150 et 300 mg, gélule Boîte de 56 LYRICA 25, 50, 100 et 200 mg, gélule Boîte de 84 LYRICA 25, 50, 75,100,150, 200

Plus en détail

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES Soirée du 10/05/2010 AFMC Lagny sur Marne Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI LOMBO SCIATALGIES Soirée du 10/05/2010

Plus en détail

Cours Dr P G P a G ut u hier Ce C nt n re d act c ivités do ul u eur u s et soins n p alliatifs f CH C R R O rléans n

Cours Dr P G P a G ut u hier Ce C nt n re d act c ivités do ul u eur u s et soins n p alliatifs f CH C R R O rléans n Cours Dr P Gauthier Centre d activités douleurs et soins palliatifs CHR Orléans Douleur définition Douleur = élément subjectif, ressenti Douleur définition Douleur = élément subjectif, ressenti Définition

Plus en détail

La polyneuropathie diabétique douloureuse

La polyneuropathie diabétique douloureuse Comorbidités associées au diabète La polyneuropathie diabétique douloureuse Agnès Hartemann 1, Nadine Attal 2, Didier Bouhassira 3, Isabelle Dumont 4, Henri Gin 5, Sandrine Jeanne 6, Gérard Said 7, Jean-Louis

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Médicaments de la douleur

Médicaments de la douleur Médicaments de la douleur Dr O. RABARY Département d Evaluation et de Traitement de la Douleur et de Médecine Palliative Pôle de Neuroscience Clinique CHU Nice Lésion tissulaire BK K + H + H S AA PG P

Plus en détail

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses

Cas Clinique. Douleurs cancéreuses Cas Clinique Douleurs cancéreuses Monsieur Bernard D., âgé de 45 ans, a été admis dans le Centre d évaluation et de traitement de la douleur courant juillet 2000 en raison de douleurs intenses, d origine

Plus en détail

Carcinose péritonéale.

Carcinose péritonéale. Carcinose péritonéale. C est quoi? Diagnostic. Prise en charge dans objectif «curatif». Prise en charge dans objectif «palliatif». Carcinose péritonéale. La carcinose péritonéale est la présence de nodules

Plus en détail

Douleur post-chirurgicale du cancer du sein

Douleur post-chirurgicale du cancer du sein Douleur post-chirurgicale du cancer du sein Diaporama à l usage des soignants RRDBN - 2016 Douleur post-chirurgicale du cancer du sein Objectifs : Dépistage précoce Information et orientation du patient

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas

Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas Ictère et sténose duodénale au cours du cancer du pancréas Situation du problème Survie médiane 11 mois - 80 % d obstruction biliaire - 20 % d obstruction duodénale Maire F,Am J Gastroenterol. 2006 Cancer

Plus en détail

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques Cas clinique BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques CAS CLINIQUE Monsieur X, 60 ans, 60 kg Néoplasie ORL Traitée par chirurgie il y a 10 mois Métastases

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer

La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer La PCA de Morphine pour la douleur du Cancer Dr Luc Brun Unité d Evaluation et de Traitement de la Douleur CHT Nouméa l.brun@cht.nc Paliers de l OMS si échec Palier 1 Non opioïdes Douleurs légères à modérées

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable MENTIONS LEGALES DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chlorhydrate de tramadol... 100 mg pour un comprimé effervescent sécable

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Les douleurs par excès de nociception PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR étude et prise en charge de la douleur en médecine physique et réadaptation Session de mai 2009 Docteur Jean Paul DIDELOT PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR Le but recherché est que tous les patients soient

Plus en détail

Céphalées trigémino-autonomiques (TACs)

Céphalées trigémino-autonomiques (TACs) Céphalées trigémino-autonomiques (TACs) douleurs unilatérales, à prédominance périorbitaire accompagnées de signes végétatifs (larmoiement, rhinorrhée) du même côté. La douleur évolue par crises, plusieurs

Plus en détail

Nouvelle classification des antalgiques. Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges

Nouvelle classification des antalgiques. Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges Nouvelle classification des antalgiques Pr Philippe BERTIN Universitéde Limoges Menu Un peu d histoire Nouvelle classification Pourquoi? Pour qui? Nouveau concept concernant les antalgiques Il y a peu

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Douleurs et Neuropathies

Douleurs et Neuropathies Douleurs et Neuropathies J-Y SALLE Service de médecine physique et de réadaptation P VERGNE-SALLE Service de Rhumatologie et consultations de la douleur CHU Limoges Selon l IASP: douleur neuropathique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail