Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume"

Transcription

1 Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015

2 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements ainsi que de leurs contributions et de leur soutien en nature. Thomas Lewinsky, 22 mai

3 RÉSUMÉ Cette étude, mandatée par l équipe de travail sur le financement humanitaire de l IASC, dresse un panorama des multiples outils et méthodologies d évaluation des capacités des partenaires (PCA) employés actuellement par divers bailleurs de fonds, multilatéraux et bilatéraux, ainsi que les ONGI 1 dans le but d approuver l aptitude des ONG potentielles à recevoir et à gérer des fonds humanitaires dans différents contextes. L étude vise à enrichir les discussions sur la politique entre les bailleurs de fonds et les ONG, afin de mettre en place de bonnes pratiques minimales reconnues pour évaluer les capacités des partenaires dans différentes situations humanitaires. Ces bonnes pratiques doivent être en mesure de parvenir à un équilibre entre d une part le besoin de contrôle préalable, de gestion du risque et de redevabilité, et d autre part les capacités de transformation des ONG, en vue de contribuer à une évolution durable de la situation (surtout les ONG nationales) dans leur propre pays. Les donateurs réalisent une PCA afin de mener une évaluation comparable et objective de la capacité et de la fiabilité d un partenaire potentiel à gérer les financements pour des interventions de programme approuvées. Les PCA visent également à établir des garanties de redevabilité suffisantes pour orienter les transferts de ressources et les modalités opérationnelles qui en découleront. Les ONG sont conscientes du besoin pour les donateurs de respecter des critères internes et externes de redevabilité et de s assurer que les fonds sont réellement utilisés efficacement pour atteindre les objectifs humanitaires définis. Toutefois, la diversité des évaluations actuelles, le niveau de précision recherché et les contraintes de temps auxquels les ONG sont soumises, sans oublier la surcharge administrative des bailleurs de fonds eux-mêmes, mobilisent déjà les rares ressources disponibles. La précision recherchée dans les évaluations peut disqualifier des partenaires de mise en œuvre tout aussi importants mais qui ne disposent pas de vastes systèmes de gestion et de contrôle. Qui plus est, les critères utilisés par les différents donateurs se chevauchent régulièrement et peuvent manquer de pertinence pour le partenaire ou le contexte en question. Les évaluations des capacités des partenaires répondent-elles vraiment aux bonnes ou aux questions les plus essentielles concernant la capacité d exécution effective d une ONG dans un contexte humanitaire donné? Les processus de PCA représentés dans cette étude semblent être devenus de plus en plus exigeants au cours des dernières années. En effet, le nombre important de questions posées aux ONG rend la procédure longue et nécessite un investissement conséquent en temps et en ressources par toutes les parties 2. En outre, les PCA sont souvent précédées de nombreux critères de contrôle préalable qui s ajoutent aux critères d évaluation des ONG. Bien qu il existe une série de motifs rationnels qui explique une telle évolution de ces processus, notamment l importance majeure de la redevabilité par la plupart des bailleurs de fonds et des donateurs d origine, elle se traduit par des lourdeurs administratives de plus en plus contraignantes pour les ONG. Ceci est particulièrement 1 L acronyme «ONGI» employé dans cette étude peut revêtir le sens de donateur pour une ONG nationale ou un organisme de mise en œuvre à part entière. L acronyme «ONGN» a le sens d ONG nationale dans un contexte donné. L acronyme générique «ONG» est utilisé pour désigner les deux types d organisation, qu elle soit internationale ou nationale. L expression «bailleur de fonds» est réservée aux organismes décideurs chargés d attribuer des fonds à une ONG bénéficiaire et peut désigner le donateur d origine ou une agence chargée de repartir les fonds pour le compte d un donateur. 2 C est notamment le cas des différents financements communs répertoriés dans cette étude (p. ex. : les fonds de financement commun pour les pays au Pakistan). 3

4 vrai pour les ONGN qui, souvent, s intéressent à des communautés clés, y ont accès et disposent de capacités locales pour mener une action humanitaire efficace. Pour de nombreuses ONG, les processus de PCA semblent opaques et difficiles à préparer. En outre, elles ignorent comment les informations peuvent être utilisées par le bailleur en question ou si les informations sensibles seront transmises à d autres bailleurs. Le consultant de cette étude a également constaté qu il était difficile d accéder aux PCA sur les sites Web des donateurs, y compris les lignes directrices pour aider les candidats à se préparer aux processus de dépôt des dossiers, ce qui peut limiter l efficacité des processus de PCA en tant qu outil commun d évaluation des capacités et de dialogue en vue d un partenariat. Même si les PCA et, plus largement, les procédures de contrôle préalable auxquelles elles se rapportent, deviennent les garants d une gestion de qualité, selon cette étude, il n existe aucune corrélation clairement établie entre les évaluations approfondies des partenaires et une amélioration de la qualité des prestations des ONG approuvées. De même, aucun lien évident n a été déterminé entre les montants du financement des donateurs impliqués et le degré de surveillance de l ONG en question, ce qui indique que l ampleur des procédures d évaluation utilisées n est pas toujours proportionnelle aux montants réels des fonds investis. La plupart des travaux de PCA et de contrôle préalable actuels semblent reposer sur la volonté du bailleur de fonds de limiter le risque et d établir une redevabilité totale des ressources attribuées aux principaux donateurs. De nombreuses personnes interrogées durant l enquête ont estimé que les indicateurs de redevabilité financière débouchent sur des travaux de PCA et de contrôle préalable moins centrés sur les prestations de l ONG en question vis-à-vis du programme établi. En outre, bien que de nombreux donateurs déclarent vouloir investir dans des zones à risque (à condition que le risque soit bien géré), les dépositaires des fonds, y compris les agences de l ONU et les ONGI, semblent partir du principe qu elles doivent administrer les fonds plus rigoureusement en raison des exigences de redevabilité des donateurs d origine. L étude révèle des exemples de bonnes pratiques où les bailleurs de fonds se réunissaient pour débattre des questions liées à la gestion du risque dans certaines zones spécifiques. Cette démarche a encouragé le dialogue sur ce que recouvre la notion de risque, sa gestion et la manière de mieux coordonner son évaluation entre les bailleurs. L étude souligne le peu d adhésion que rencontre l harmonisation accrue des procédures des PCA si celle-ci devait se traduire par une série de normes sur l ensemble du secteur. La plupart des personnes interrogées craignaient que l harmonisation n ajoute plus de rigidité que d efficacité aux procédures en place, et que les intérêts et les missions de l agence se transforment en listes de critères encore plus longues. De plus, l extrême disparité des contextes humanitaires nationaux ne tirerait aucun profit d une approche standardisée et pourrait même limiter l efficacité des évaluations des partenaires. Cependant, la volonté de simplifier les procédures d évaluation actuelles a suscité un réel intérêt, et tous semblaient d accord sur le fait que de nombreux outils de PCA utilisés actuellement devaient mieux prendre en compte les particularités des ONG pour éviter les évaluations standards et communes à toutes. Par exemple, les ONGN travaillent à une plus petite échelle, alors qu elles sont souvent évaluées de la même manière qu une ONGI dont le champ d action est plus large. 4

5 L étude indique que l accent mis sur les systèmes financiers et comptables, ainsi que sur les capacités de gestion et d audit, bien qu essentiel, risque de reléguer au second plan des domaines d évaluation tout aussi importants tels que les perspectives de partenariats à long terme pour obtenir un changement de fond allant bien au-delà de la prestation de service de transaction. In fine, cette orientation peut cantonner les ONG à un rôle de soustraitants, de risque à gérer ou simplement de partenaires de transaction. Les défenseurs d une autre approche des partenariats 3 avancent qu en réalité, les organisations évoluent le plus souvent dans des contextes imprévisibles et confus, où règne une certaine complexité et où la situation évolue rapidement. Dans ce cas, l attention doit être portée sur la manière de soutenir les organisations locales de manière à provoquer un changement de fond, au lieu de les considérer comme des agents de gestion qui mettent en œuvre des plans bien structurés pour le compte d investisseurs externes. Les partisans de ce point de vue affirment en outre que la mise en place de nombreuses méthodes de vérification mène rarement à de meilleurs résultats, au-delà de la simple documentation de l attribution des fonds sur le plan opérationnel et leur enregistrement par la suite. L étude a rencontré plusieurs exemples de bonnes pratiques novatrices décrites dans le rapport principal. Elles proposent des approches alternatives du mode d évaluation des partenaires par les bailleurs de fonds, de l intégration de la gestion du risque dans les évaluations, et de la recherche de critères d évaluation des partenaires harmonisés. Parmi les bonnes pratiques figure l exemple d un nouveau financement commun mis en place par l Union européenne, qui a sciemment réduit les critères d évaluation des partenaires pour raccourcir le délai de traitement des dossiers et accélérer la mise à disposition des fonds. Enfin, une initiative collective d ONGI, toujours en phase de lancement, vise à transférer les fonds et leur gestion entièrement à un consortium d ONG, selon une série de critères d évaluation à définir par les ONGN elles-mêmes. L étude formule une série de recommandations adressées tout particulièrement à l équipe de travail sur le financement humanitaire de l IASC afin de l aider à définir les thèmes prioritaires à mettre à l ordre du jour des prochaines consultations sur les politiques entre ONG, agences de l ONU et donateurs bilatéraux et de rendre les PCA plus adaptées. Recommandations Recommandation (1) Afin de diminuer les barrières à l entrée de certaines ONGN, les agences de financement doivent simplifier les PCA et les procédures de contrôle préalable actuelles et les proposer sous forme de «bonnes pratiques minimales» pour mieux les adapter aux spécificités des ONGN en fonction des différents contextes nationaux, où les opérations sont de plus petite échelle et les systèmes d organisation moins développés. Recommandation (2) Aux fins de transparence et d une participation large aux processus de PCA pour les ONGN, les bailleurs de fonds et les agences de financement doivent rendre les procédures plus accessibles sur leur site Web. Ceci peut prendre la forme d une simple illustration graphique, d une vue d ensemble des processus et d une foire aux questions, dans un souci délibéré par les bailleurs de fonds de mieux servir les ONGN qu ils aident. 3 Root Change: New Directions in Local Capacity Development: Embracing a Systems Perspective, USAID, novembre

6 Recommandation (3) Les bailleurs de fonds doivent redoubler d effort pour instaurer une communication et un dialogue réguliers avec les partenaires potentiels à l échelle du pays sur les éléments évalués, les raisons et l utilisation des informations. Cette mesure peut réduire les malentendus tout en aidant les ONGN à agir dans des domaines clés des capacités et à se préparer à de futures évaluations, ce qui débouche sur des partenariats à long terme. Recommandation (4) L initiative GHD (Good Humanitarian Donorship), les agences de l ONU et les ONGI doivent mener une action concertée pour créer des définitions et des modalités opérationnelles communes pour la gestion du risque dans différentes situations humanitaires. Ceci doit permettre la création de procédures de gestion du risque minimales collectives qui, à terme, pourraient déboucher sur la mise en place d audits communs de bailleurs de fonds afin d améliorer l efficacité et de réduire les coûts de transaction au bénéfice des ONGN chargées de la mise en œuvre. Recommandation (5) Les agences de l ONU et les ONGI agissant à l échelle d un pays doivent régulièrement dialoguer et coordonner les efforts autour des cadres de gestion du risque appliqués, sous l égide de l équipe humanitaire dans le pays, afin de parvenir à un langage et une approche communs de la gestion du risque, et supprimer les superpositions et les chevauchements inutiles. L étude a tenté de mettre à plat un domaine complexe des procédures d évaluation utilisées par un grand nombre de bailleurs de fonds, à différentes fins et sur un large éventail d organisations évoluant dans de nombreux contextes nationaux. C est pourquoi elle court inévitablement le risque de survoler des enjeux complexes portant sur la manière dont les ONG sont évaluées et financées à l échelle mondiale et dans différents cadres politiques. Le sujet des PCA nécessiterait une étude de suivi plus approfondie des pratiques de chaque agence pour permettre des comparaisons plus larges entre elles. Ces études devraient être présentées pour aider à étayer la coordination et les discussions sur la politique futures et à inclure des exemples novateurs d organisation et de gestion collectives des évaluations des partenaires, menées selon une série minimale de critères «acceptables», qui les rendraient adaptées. L HFTT, qui a mandaté cette étude, doit trouver les moyens adéquats de soulever ces questions auprès du public pertinent, qu ils soient donateurs, bailleurs de fonds ou représentants d ONG capables ou prêts à influencer l orientation future des évaluations de partenaires. Ceci peut inclure un dialogue autour des futurs principes en matière de partenariat, de l initiative GHD, la plateforme de dialogue BCAH/ONG, le groupe de travail sur le financement commun et l initiative de financement humanitaire future. 6

7 7

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action»

Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action» Instructions standard pour les pays souhaitant adopter l initiative «Unis dans l action» Élaboré par le Groupe de haut niveau du GNUD 20 août 2013 Page 1 of 48 Table des matières Page 1. Introduction 3

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Statuts. au 1. janvier 2008

Statuts. au 1. janvier 2008 Statuts au 1. janvier 2008 I. Dispositions générales Art. 1 Nom Sous le nom de «Danse Suisse», nommée ci après l «Association», il est constitué une association nationale au sens des articles 60 et suivants

Plus en détail

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue

ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Politique sur l éducation professionnelle continue ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK Politique sur l éducation professionnelle continue Approuvée à la réunion annuelle juin 1997/modification approuvée par le Conseil le 1 mai 1999/des

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Etre gestionnaire d une maison médicale

Etre gestionnaire d une maison médicale Cahier Etre gestionnaire d une maison médicale Fabienne Saint-Amand, in rmière sociale, gestionnaire à la maison médicale Espace Santé. Mots clefs : maison médicale, gestion, interdisciplinarité, métier.

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE08-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Collectes de fonds

RECUEIL DES POLITIQUES ADE08-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Collectes de fonds RÉSOLUTION 87-07 C.E. Date d adoption : 20 mars 2007 16 avril 2014 En vigueur : 21 mars 2007 16 avril 2014 À réviser avant : OBJECTIF 1. Préciser les modalités rattachées à la sollicitation et à la collecte

Plus en détail

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement?

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Le processus de normalisation de l IASB auparavant Proposition

Plus en détail

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Les présentes lignes directrices formalisent les principes généraux de bonne gestion et de bonne administration

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles

Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles Mobile Financial Services Working Group (MFSWG) Services Financiers Mobiles Supervision et Surveillance des Services Financiers Mobiles Cette Note Directrice a été élaborée par le Groupe de Travail sur

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

Statuts de l association i-net innovation networks switzerland

Statuts de l association i-net innovation networks switzerland Statuts de l association i-net innovation networks switzerland 1. Nom et siège «i-net innovation networks switzerland» est une association régie par les présents statuts et subsidiairement par les articles

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS

ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS ETUDE DES NORMES ET SAUVEGARDES SOCIALES DE LA REDD-PLUS SYNTHESE INTRODUCTION La présente étude documentaire a été réalisée par le Programme Carbone forestier, Marchés et Communautés (FCMC). Ce programme

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

Spip 2. Premiers pas pour créer son site web. Anne-Laure Quatravaux Dominique Quatravaux. Avec la contribution de Sandrine Burriel

Spip 2. Premiers pas pour créer son site web. Anne-Laure Quatravaux Dominique Quatravaux. Avec la contribution de Sandrine Burriel Anne-Laure Quatravaux Dominique Quatravaux Spip 2 Premiers pas pour créer son site web Avec la contribution de Sandrine Burriel Groupe Eyrolles, 2009, ISBN : 978-2-212-12502-3 Pourquoi choisir Spip? Vous

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/CP/2007/6/Add.1 14 mars 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Rapport de la treizième session de la

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

RD 852-B M 2138. Secrétariat du Grand Conseil. Date de dépôt : 9 avril 2013

RD 852-B M 2138. Secrétariat du Grand Conseil. Date de dépôt : 9 avril 2013 Secrétariat du Grand Conseil Date de dépôt : 9 avril 2013 RD 852-B M 2138 a) RD 852-B Rapport de la Commission de contrôle de gestion chargée d étudier le rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ OUTSOURCING IT Le succès d une opération d outsourcing se mesure au degré de préparation et d implication des parties concernées. Mieux vaut donc faire preuve de pragmatisme

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

EU Careers Mode d emploi de l inscription en ligne

EU Careers Mode d emploi de l inscription en ligne EU Careers Mode d emploi de l inscription en ligne Juillet 2015 Contenu 1) Votre compte EPSO 2) Auto-évaluation 3) Dossier de candidature 4) Communication 5) Attachez votre CV 2 1) Votre compte EPSO Votre

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Table des matières I II III IV V VI Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Le marché des Services de

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 3

LE GUIDE PRATIQUE N 3 LE GUIDE PRATIQUE N 3 POUR RECHERCHER DES FONDS 2 3 AVANT-PROPOS Vous voulez réaliser un projet avec d autres jeunes. Rapidement, vous vous rendez compte qu il vous faudra trouver de l argent pour mener

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement

Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement gestco Associer la puissance des nouvelles technologies tout en préservant l environnement A ERP SaaS A propos... GESTCO : Progiciel de gestion d activités en ligne Avantages : - Faciliter la gestion et

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 24 janvier 2014 Français Original: anglais ECE/CES/2014/7 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-deuxième

Plus en détail

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG

Améliorer l accès à des. médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Améliorer l accès à des médicaments de qualité via une mise en réseau d ONG Contexte Le marché pharmaceutique mondial est caractérisé par la coexistence de standards multiples de qualité: là où les patients

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

LIVRE BLANC. Dix étapes essentielles pour une conformité continue : une stratégie complète de conformité

LIVRE BLANC. Dix étapes essentielles pour une conformité continue : une stratégie complète de conformité Dix étapes essentielles pour une conformité continue : une stratégie complète de conformité Table of Contents 3 10 étapes essentielles 3 Comprendre les exigences 4 Mettre en œuvre des contrôles informatiques

Plus en détail

Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables

Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables Réunion du Comité consultatif sur les activités commerciales à la frontière (CCACF) Le 1 février 2011 Ottawa 1 Introduction Les programmes

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017 L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Accord sur la conservation des oiseaux d eau migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Briefing direction LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Le Big Data, les réseaux sociaux, les applications mobiles et les réseaux mondiaux modifient de façon radicale

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Un juriste typique qui assume un rôle de juriste d entreprise est armé d une solide formation et expérience

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail