Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume"

Transcription

1 Évaluations des capacités des ONG humanitaires : répondent-elles à leur objectif? Résume Juin 2015

2 REMERCIEMENTS ICVA remercie ses membres, son bureau et les partenaires de leurs cotisations, financements ainsi que de leurs contributions et de leur soutien en nature. Thomas Lewinsky, 22 mai

3 RÉSUMÉ Cette étude, mandatée par l équipe de travail sur le financement humanitaire de l IASC, dresse un panorama des multiples outils et méthodologies d évaluation des capacités des partenaires (PCA) employés actuellement par divers bailleurs de fonds, multilatéraux et bilatéraux, ainsi que les ONGI 1 dans le but d approuver l aptitude des ONG potentielles à recevoir et à gérer des fonds humanitaires dans différents contextes. L étude vise à enrichir les discussions sur la politique entre les bailleurs de fonds et les ONG, afin de mettre en place de bonnes pratiques minimales reconnues pour évaluer les capacités des partenaires dans différentes situations humanitaires. Ces bonnes pratiques doivent être en mesure de parvenir à un équilibre entre d une part le besoin de contrôle préalable, de gestion du risque et de redevabilité, et d autre part les capacités de transformation des ONG, en vue de contribuer à une évolution durable de la situation (surtout les ONG nationales) dans leur propre pays. Les donateurs réalisent une PCA afin de mener une évaluation comparable et objective de la capacité et de la fiabilité d un partenaire potentiel à gérer les financements pour des interventions de programme approuvées. Les PCA visent également à établir des garanties de redevabilité suffisantes pour orienter les transferts de ressources et les modalités opérationnelles qui en découleront. Les ONG sont conscientes du besoin pour les donateurs de respecter des critères internes et externes de redevabilité et de s assurer que les fonds sont réellement utilisés efficacement pour atteindre les objectifs humanitaires définis. Toutefois, la diversité des évaluations actuelles, le niveau de précision recherché et les contraintes de temps auxquels les ONG sont soumises, sans oublier la surcharge administrative des bailleurs de fonds eux-mêmes, mobilisent déjà les rares ressources disponibles. La précision recherchée dans les évaluations peut disqualifier des partenaires de mise en œuvre tout aussi importants mais qui ne disposent pas de vastes systèmes de gestion et de contrôle. Qui plus est, les critères utilisés par les différents donateurs se chevauchent régulièrement et peuvent manquer de pertinence pour le partenaire ou le contexte en question. Les évaluations des capacités des partenaires répondent-elles vraiment aux bonnes ou aux questions les plus essentielles concernant la capacité d exécution effective d une ONG dans un contexte humanitaire donné? Les processus de PCA représentés dans cette étude semblent être devenus de plus en plus exigeants au cours des dernières années. En effet, le nombre important de questions posées aux ONG rend la procédure longue et nécessite un investissement conséquent en temps et en ressources par toutes les parties 2. En outre, les PCA sont souvent précédées de nombreux critères de contrôle préalable qui s ajoutent aux critères d évaluation des ONG. Bien qu il existe une série de motifs rationnels qui explique une telle évolution de ces processus, notamment l importance majeure de la redevabilité par la plupart des bailleurs de fonds et des donateurs d origine, elle se traduit par des lourdeurs administratives de plus en plus contraignantes pour les ONG. Ceci est particulièrement 1 L acronyme «ONGI» employé dans cette étude peut revêtir le sens de donateur pour une ONG nationale ou un organisme de mise en œuvre à part entière. L acronyme «ONGN» a le sens d ONG nationale dans un contexte donné. L acronyme générique «ONG» est utilisé pour désigner les deux types d organisation, qu elle soit internationale ou nationale. L expression «bailleur de fonds» est réservée aux organismes décideurs chargés d attribuer des fonds à une ONG bénéficiaire et peut désigner le donateur d origine ou une agence chargée de repartir les fonds pour le compte d un donateur. 2 C est notamment le cas des différents financements communs répertoriés dans cette étude (p. ex. : les fonds de financement commun pour les pays au Pakistan). 3

4 vrai pour les ONGN qui, souvent, s intéressent à des communautés clés, y ont accès et disposent de capacités locales pour mener une action humanitaire efficace. Pour de nombreuses ONG, les processus de PCA semblent opaques et difficiles à préparer. En outre, elles ignorent comment les informations peuvent être utilisées par le bailleur en question ou si les informations sensibles seront transmises à d autres bailleurs. Le consultant de cette étude a également constaté qu il était difficile d accéder aux PCA sur les sites Web des donateurs, y compris les lignes directrices pour aider les candidats à se préparer aux processus de dépôt des dossiers, ce qui peut limiter l efficacité des processus de PCA en tant qu outil commun d évaluation des capacités et de dialogue en vue d un partenariat. Même si les PCA et, plus largement, les procédures de contrôle préalable auxquelles elles se rapportent, deviennent les garants d une gestion de qualité, selon cette étude, il n existe aucune corrélation clairement établie entre les évaluations approfondies des partenaires et une amélioration de la qualité des prestations des ONG approuvées. De même, aucun lien évident n a été déterminé entre les montants du financement des donateurs impliqués et le degré de surveillance de l ONG en question, ce qui indique que l ampleur des procédures d évaluation utilisées n est pas toujours proportionnelle aux montants réels des fonds investis. La plupart des travaux de PCA et de contrôle préalable actuels semblent reposer sur la volonté du bailleur de fonds de limiter le risque et d établir une redevabilité totale des ressources attribuées aux principaux donateurs. De nombreuses personnes interrogées durant l enquête ont estimé que les indicateurs de redevabilité financière débouchent sur des travaux de PCA et de contrôle préalable moins centrés sur les prestations de l ONG en question vis-à-vis du programme établi. En outre, bien que de nombreux donateurs déclarent vouloir investir dans des zones à risque (à condition que le risque soit bien géré), les dépositaires des fonds, y compris les agences de l ONU et les ONGI, semblent partir du principe qu elles doivent administrer les fonds plus rigoureusement en raison des exigences de redevabilité des donateurs d origine. L étude révèle des exemples de bonnes pratiques où les bailleurs de fonds se réunissaient pour débattre des questions liées à la gestion du risque dans certaines zones spécifiques. Cette démarche a encouragé le dialogue sur ce que recouvre la notion de risque, sa gestion et la manière de mieux coordonner son évaluation entre les bailleurs. L étude souligne le peu d adhésion que rencontre l harmonisation accrue des procédures des PCA si celle-ci devait se traduire par une série de normes sur l ensemble du secteur. La plupart des personnes interrogées craignaient que l harmonisation n ajoute plus de rigidité que d efficacité aux procédures en place, et que les intérêts et les missions de l agence se transforment en listes de critères encore plus longues. De plus, l extrême disparité des contextes humanitaires nationaux ne tirerait aucun profit d une approche standardisée et pourrait même limiter l efficacité des évaluations des partenaires. Cependant, la volonté de simplifier les procédures d évaluation actuelles a suscité un réel intérêt, et tous semblaient d accord sur le fait que de nombreux outils de PCA utilisés actuellement devaient mieux prendre en compte les particularités des ONG pour éviter les évaluations standards et communes à toutes. Par exemple, les ONGN travaillent à une plus petite échelle, alors qu elles sont souvent évaluées de la même manière qu une ONGI dont le champ d action est plus large. 4

5 L étude indique que l accent mis sur les systèmes financiers et comptables, ainsi que sur les capacités de gestion et d audit, bien qu essentiel, risque de reléguer au second plan des domaines d évaluation tout aussi importants tels que les perspectives de partenariats à long terme pour obtenir un changement de fond allant bien au-delà de la prestation de service de transaction. In fine, cette orientation peut cantonner les ONG à un rôle de soustraitants, de risque à gérer ou simplement de partenaires de transaction. Les défenseurs d une autre approche des partenariats 3 avancent qu en réalité, les organisations évoluent le plus souvent dans des contextes imprévisibles et confus, où règne une certaine complexité et où la situation évolue rapidement. Dans ce cas, l attention doit être portée sur la manière de soutenir les organisations locales de manière à provoquer un changement de fond, au lieu de les considérer comme des agents de gestion qui mettent en œuvre des plans bien structurés pour le compte d investisseurs externes. Les partisans de ce point de vue affirment en outre que la mise en place de nombreuses méthodes de vérification mène rarement à de meilleurs résultats, au-delà de la simple documentation de l attribution des fonds sur le plan opérationnel et leur enregistrement par la suite. L étude a rencontré plusieurs exemples de bonnes pratiques novatrices décrites dans le rapport principal. Elles proposent des approches alternatives du mode d évaluation des partenaires par les bailleurs de fonds, de l intégration de la gestion du risque dans les évaluations, et de la recherche de critères d évaluation des partenaires harmonisés. Parmi les bonnes pratiques figure l exemple d un nouveau financement commun mis en place par l Union européenne, qui a sciemment réduit les critères d évaluation des partenaires pour raccourcir le délai de traitement des dossiers et accélérer la mise à disposition des fonds. Enfin, une initiative collective d ONGI, toujours en phase de lancement, vise à transférer les fonds et leur gestion entièrement à un consortium d ONG, selon une série de critères d évaluation à définir par les ONGN elles-mêmes. L étude formule une série de recommandations adressées tout particulièrement à l équipe de travail sur le financement humanitaire de l IASC afin de l aider à définir les thèmes prioritaires à mettre à l ordre du jour des prochaines consultations sur les politiques entre ONG, agences de l ONU et donateurs bilatéraux et de rendre les PCA plus adaptées. Recommandations Recommandation (1) Afin de diminuer les barrières à l entrée de certaines ONGN, les agences de financement doivent simplifier les PCA et les procédures de contrôle préalable actuelles et les proposer sous forme de «bonnes pratiques minimales» pour mieux les adapter aux spécificités des ONGN en fonction des différents contextes nationaux, où les opérations sont de plus petite échelle et les systèmes d organisation moins développés. Recommandation (2) Aux fins de transparence et d une participation large aux processus de PCA pour les ONGN, les bailleurs de fonds et les agences de financement doivent rendre les procédures plus accessibles sur leur site Web. Ceci peut prendre la forme d une simple illustration graphique, d une vue d ensemble des processus et d une foire aux questions, dans un souci délibéré par les bailleurs de fonds de mieux servir les ONGN qu ils aident. 3 Root Change: New Directions in Local Capacity Development: Embracing a Systems Perspective, USAID, novembre

6 Recommandation (3) Les bailleurs de fonds doivent redoubler d effort pour instaurer une communication et un dialogue réguliers avec les partenaires potentiels à l échelle du pays sur les éléments évalués, les raisons et l utilisation des informations. Cette mesure peut réduire les malentendus tout en aidant les ONGN à agir dans des domaines clés des capacités et à se préparer à de futures évaluations, ce qui débouche sur des partenariats à long terme. Recommandation (4) L initiative GHD (Good Humanitarian Donorship), les agences de l ONU et les ONGI doivent mener une action concertée pour créer des définitions et des modalités opérationnelles communes pour la gestion du risque dans différentes situations humanitaires. Ceci doit permettre la création de procédures de gestion du risque minimales collectives qui, à terme, pourraient déboucher sur la mise en place d audits communs de bailleurs de fonds afin d améliorer l efficacité et de réduire les coûts de transaction au bénéfice des ONGN chargées de la mise en œuvre. Recommandation (5) Les agences de l ONU et les ONGI agissant à l échelle d un pays doivent régulièrement dialoguer et coordonner les efforts autour des cadres de gestion du risque appliqués, sous l égide de l équipe humanitaire dans le pays, afin de parvenir à un langage et une approche communs de la gestion du risque, et supprimer les superpositions et les chevauchements inutiles. L étude a tenté de mettre à plat un domaine complexe des procédures d évaluation utilisées par un grand nombre de bailleurs de fonds, à différentes fins et sur un large éventail d organisations évoluant dans de nombreux contextes nationaux. C est pourquoi elle court inévitablement le risque de survoler des enjeux complexes portant sur la manière dont les ONG sont évaluées et financées à l échelle mondiale et dans différents cadres politiques. Le sujet des PCA nécessiterait une étude de suivi plus approfondie des pratiques de chaque agence pour permettre des comparaisons plus larges entre elles. Ces études devraient être présentées pour aider à étayer la coordination et les discussions sur la politique futures et à inclure des exemples novateurs d organisation et de gestion collectives des évaluations des partenaires, menées selon une série minimale de critères «acceptables», qui les rendraient adaptées. L HFTT, qui a mandaté cette étude, doit trouver les moyens adéquats de soulever ces questions auprès du public pertinent, qu ils soient donateurs, bailleurs de fonds ou représentants d ONG capables ou prêts à influencer l orientation future des évaluations de partenaires. Ceci peut inclure un dialogue autour des futurs principes en matière de partenariat, de l initiative GHD, la plateforme de dialogue BCAH/ONG, le groupe de travail sur le financement commun et l initiative de financement humanitaire future. 6

7 7

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Introduction Le Bureau de statistique du BIT et PARIS21 (Partenariat

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience

SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS. Conclusions et partage d expérience SRP 2015 APPROCHE PROGRAMMATIQUE ET MULTI-PARTENAIRE POUR LA SOUMISSION DES PROJETS SUR OPS Conclusions et partage d expérience Réunion du Cluster Sécurité Alimentaire 10/02/2015 Bangui - RCA DE QUOI S

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste 12 Type d exercice : Public : Durée : Application en contexte Toute personne participant aux processus de traitement de la violence sexuelle et sexiste (ex. : personnels ministériels, OSC, personnels de

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(3)/4 Conseil économique et social Distr.: Générale 8 octobre 2012 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.10.2009 SEC(2009) 1390 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la COMMUNICATION

Plus en détail

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Rapport final Facsheet Contexte de l évaluation Stratégie de l accord cadre Accord cadre 2010-2012 signé entre le

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS

Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS Contexte Amélioration de la production de rapports pancanadiens sur la performance du système de santé à l ICIS De nombreux pays publient régulièrement des rapports sur la performance de leur système de

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation Professionelle Groupe d experts «Fonds en faveur de la formation professionnelle»

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2 AMF Communication financière des sociétés cotées sur un marché réglementé ou un MTF à l occasion de la publication de leurs résultats DOC-2015-11 Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation

Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM. Rapport d évaluation Accord Cadre du Consortium SOS Faim - ASTM Rapport d évaluation Fact sheet Contexte Stratégie du consortium Cohérence du consortium Projets SOS Faim : Budget Gouvernance et contrôle (consortium) Gouvernance

Plus en détail

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 Préparé par la Direction de la gestion du rendement, Direction général des politiques stratégiques et du rendement, Agence canadienne de développement

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009 Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone Janvier 2009 1 Objectifs de l examen L'examen des pratiques de gestion vise les objectifs suivants : aider les gestionnaires

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Etude d impact environnemental

Etude d impact environnemental Etude d impact environnemental Réunion du réseau : Janvier 2014 Problématique L Etude d Impact Environnemental (EIE) est un outil de référence depuis plusieurs années, reconnu internationalement et approuvé

Plus en détail

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif

Synthèse des recommandations de la société civile. Table ronde La transparence dans le secteur extractif Séminaire La transparence pour le développement Lille 21 mai 2013 Synthèse des recommandations de la société civile Pascal Canfin, ministre délégué français chargé du Développement, a réuni en partenariat

Plus en détail

Évaluation des activités de surveillance des octrois du CRSNG/CRSH Réponses de la gestion (plan d action)

Évaluation des activités de surveillance des octrois du CRSNG/CRSH Réponses de la gestion (plan d action) Réponses de la gestion complétées par: Carole Crête-Robidoux En date du: 9 juillet 2004 Observations sur les politiques, procédures et pratiques utilisées pour les activités de surveillance des octrois,

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018.

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018. Termes de référence (TdRs) pour le recrutement d un formateur/mentor en genre sur la gestion des ressources naturelles dans le Paysage du Grand Virunga. 1. Contexte La Collaboration Transfrontalière du

Plus en détail

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-neuvième réunion Point 3.4 de l ordre du jour provisoire EBPBAC19/4 27 décembre 2013 Rapport annuel sur les technologies de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 SGGID n o 1618301 1 Objectifs de l examen Déterminer si les contrôles et les pratiques du bureau régional

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2016-2018 UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 À ses débuts, le Centre d excellence de l Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le Centre) était une petite

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP?

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP? Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans l éducation des enfants à Besoins Educatifs Particuliers (BEP) Projection dans les domaines politique, pratique et de la recherche et

Plus en détail

Le mouvement vers la Qualité dans les Services publics de l Union européenne

Le mouvement vers la Qualité dans les Services publics de l Union européenne 1 Le mouvement vers la Qualité dans les Services publics de l Union européenne La concrétisation d une coopération européenne pour développer le management par la qualité dans l administration publique

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

RÈGLEMENTS. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire)

RÈGLEMENTS. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) 14.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 211/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) n o 713/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible?

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible? Oui/ 2015 Global Compact Communication On Progress - Advanced (2014 data) Questions d'auto-évaluation 1. Votre COP contient-elle, si pertinent, une description de politiques et de pratiques liées aux opérations

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail