FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir"

Transcription

1 FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Le contexte actuel Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir Une pénurie de personnel importante dans le réseau qui subsistera. Conséquences actuelles : recours abusif aux heures supplémentaires, alourdissement des tâches, épuisement professionnel, absentéisme, désertion professionnelle, attraction très difficile (l aspiration à la carrière infirmière est passée du 2 e rang à plus du 50 e rang). La pénurie est aussi présente chez les médecins, une situation qui perdurera également. Cela ne peut tout simplement pas durer ainsi longtemps, car on est prêt du point de rupture. Il nous faut absolument envisager des solutions innovantes et pour cela nous projeter dans l avenir. «Si vous ne construisez pas votre avenir, il ne cesse pas de se construire pour autant.» Tim Porter-O Grady, conseiller principal Bureau de la politique des soins infirmiers de Santé Canada Le contexte probable en l an 2020 Le Bureau de la politique des soins infirmiers de Santé Canada a mené une vaste enquête auprès des associations représentant le personnel infirmier de tout le Canada de même que de celles représentant leurs employeurs. L enjeu consistait à se projeter en l an 2020 et d imaginer quels seront les nouveaux contextes de travail pour le personnel infirmier et donc, les tâches qui y seraient associées. En 2020, il y aura davantage de soins qui seront prodigués à domicile et dans la communauté plutôt qu en milieu hospitalier. Il y aura beaucoup d auto-traitement effectué par le patient lui-même à l aide de technologies monitorées à distance. Cela impliquera pour les infirmières davantage de tâches centrées sur l enseignement aux patients. Les soins en milieu hospitalier seront davantage spécialisés et les soins infirmiers de même.

2 Donc, de façon générale, le niveau de tâches exercées par les différentes catégories de personnel, incluant les médecins, sera rehaussé. Ainsi, l infirmière deviendra le premier contact au niveau des soins primaires plutôt que le médecin. L infirmière auxiliaire en milieu institutionnel (soins généraux et de longue durée) aura un rôle accru. La majorité des infirmières en milieu hospitalier auront un rôle spécialisé. Les infirmières tant en milieu communautaire qu en milieu institutionnel feront le gros du travail. On pourrait résumer la situation projetée ainsi : aucune des catégories d emploi ne fera des tâches qu il sera possible de faire exécuter par d autres. Donc, chaque catégorie d emploi devra relever le niveau de soins qu elle prodigue actuellement. Chaque profession devra travailler à l extrémité supérieure de son champ d exercices. Suivant cette projection, si on voyait la pénurie de personnel d un autre angle La majeure partie des discussions sur les pénuries de personnel se déroule suivant le contexte actuel de prestation de soins, d organisation du travail et de distribution des tâches. Or, ce cadre d organisation sera désuet dans moins de 15 ans. Si nous maintenons les modes de prestation et les niveaux de demande actuels, il sera impossible de résorber les pénuries de personnel. Les pénuries de personnel exigent donc des changements radicaux à l intérieur du système de soins et des modèles de prestation. Les soins de santé devront être prodigués par un nombre plus réduit de professionnels, selon des modèles plus efficaces. Alors, plutôt que de chercher à régler les pénuries en trouvant comment augmenter les ratios pour combler les besoins selon les façons actuelles d organiser les soins, on peut réfléchir à ce qu il est nécessaire de changer pour que ce ratio soit suffisant dans 15 ans. 1. Clarification des champs d exercices autorisés et des chevauchements. 2. Orientation de l organisation du travail vers la responsabilisation d une équipe interdisciplinaire de soins plutôt que suivant un cadre préalablement défini par l employeur de la division du travail. 3. Orientation de la formation. 2

3 La vision de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) Dans un mémoire déposé à la Table de concertation visant à répondre à la situation de la pénurie de main-d œuvre en soins infirmiers, l OIIQ formule les principales orientations suivantes : Passer des stratégies d augmentation de l offre d infirmières à celles de gestion de la demande par niveau de formation (DEC, BAC, maîtrise) en lien avec les rôles attendus : De délivrer un permis d infirmière clinicienne à toutes les infirmières détentrices d un baccalauréat en sciences infirmières et à toutes les infirmières ayant deux ans d expérience et plus dans un ou plusieurs des domaines suivants, soit les soins critiques, les soins de première ligne dans la communauté et les soins en santé mentale et d exiger ce permis pour exercer la profession d infirmière dans ces domaines. Dans les soins de première ligne dans la communauté, d augmenter le ratio d infirmières cliniciennes dans les groupes de médecine familiale (GMF) et les cliniques-réseau. De garantir pour les autres domaines de pratique un nombre suffisant d infirmières cliniciennes pour assurer le suivi systématique de clientèles et les rôles d infirmières pivots. Déployer les nouvelles activités et responsabilités confiées aux infirmières par la loi 90. Départager les rôles entre les médecins et les infirmières pour améliorer l accessibilité aux soins et aux services à la population. Accélérer et intensifier l introduction d infirmières praticiennes spécialisées en établissant un ratio d infirmières praticiennes requises dans les domaines de la néphrologie, de la cardiologie et de la néonatalogie et viser l introduction de 500 infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne. Passer à l action pour attirer et retenir le plus grand nombre d infirmières. Garantir la formation continue et l ajustement des compétences liées à la Loi 90. 3

4 Enquête CSQ Au-delà des changements nécessaires à l organisation du travail, l amélioration des conditions de travail s avère également une cible à examiner de façon prioritaire pour contrer la pénurie de personnel. L attraction et le maintien en emploi se trouvent, en effet, au cœur de la résolution à court et moyen terme de cette pénurie. Conjointement avec la CSQ, le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes, infirmières auxiliaires du Cœur-du-Québec a entrepris une enquête auprès de ses membres afin de connaître leur point de vue sur les conditions d insertion et de maintien en emploi et sur les enjeux liés à ces problématiques. Cette recherche vise les trois groupes professionnels représentés par le SIIIACQ et employés au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR). À terme, cette enquête devrait permettre d identifier les pistes d action qui contribueront au développement de conditions gagnantes pour le maintien en emploi en tentant d identifier les mesures pour assurer une insertion réussie, contrer la désertion professionnelle et s assurer d un transfert adéquat d expertise intergénérationnelle. Une première démarche a sondé 35 personnes retraitées sur les raisons qui les ont amenées à prendre leur retraite, même avec une rente réduite, et sur les conditions qui auraient pu les maintenir en emploi. Parmi les motifs qui ont incité les personnes à prendre leur retraite, les trois premiers sont : - l atteinte du critère d admissibilité (20/35) malgré une rente réduite pour la majorité (27/35) soit, 77 % des personnes interrogées; - la perte d intérêt pour le travail (14/35) ; - les conditions de travail (10/35). Les conditions qui auraient pu les maintenir en emploi sont : - une charge de travail plus normale (16/35) ; - une plus grande reconnaissance au travail (12/35) ; - une réduction du temps de travail (11/35) ; - une meilleure ambiance de travail (8/35) ; - rien (8/35) ; Certains répondants ont signalé plus de quatre motifs. 4

5 Les commissions de la fédération La commission des infirmières Déléguer les tâches qui ne relèvent pas strictement de la profession infirmières (ex. : donner les bains, passer et retirer les cabarets, aider à l alimentation du patient, etc.) à d autres catégories d emploi afin d augmenter la disponibilité des infirmières aux visites cliniques des patients. Pour les services ambulatoires, réserver aux infirmières toutes les tâches qui exigent une autonomie professionnelle en matière d investigation, une évaluation et un jugement cliniques, mais laisser l application technique aux infirmières auxiliaires. Réserver aux infirmières les fonctions qui requièrent une grande autonomie pour la gestion des cas, la gestion des soins d un groupe de patients, l enseignement auprès des patients et de leur famille, mais accroître l interdisciplinarité pour le reste. Il est reconnu qu à peine 1 % des patients qui se présentent à l urgence ont vraiment besoin d une consultation médicale. Au regard des infirmières praticiennes, utiliser au maximum leur expertise. L infirmière est capable de diriger les patients accueillis à l urgence vers des examens diagnostiques. En CHSLD, l infirmière peut prescrire des traitements pour des plaies, des rougeurs, elle peut appliquer pendant trois mois des ordonnances. Alors, les visites médicales qui se font actuellement une fois par semaine pourraient être espacées et l infirmière pourrait assurer le suivi si les conditions du patient restent stables. La commission des infirmières auxiliaires Réintégrer les infirmières auxiliaires dans tous les départements de soins. Appliquer les fonctions permises à la Loi 90 uniformément, partout, en y incluant la reconnaissance de l autonomie à les exercer. Consulter le personnel en place pour déterminer le modèle de soins à appliquer dans le milieu quant au fonctionnement de l équipe, à sa composition, à l organisation des soins et services. Ajuster les salaires en fonction des responsabilités. 5

6 Revoir la formation initiale de base afin qu on y fasse l apprentissage de toutes les situations de soins dévolues aux infirmières auxiliaires, incluant des stages spécialisés. Assurer la formation en cours d emploi pour actualiser les compétences. Mentorat pour guider les recrues. Déléguer les soins de base aux préposés essentiellement. Être en mesure de prendre les ordonnances téléphoniques. Intégrer les familles à exécuter les soins simples pour dégager l infirmière auxiliaire à réaliser les soins propres à ses compétences. La commission des inhalothérapeutes Appliquer la Loi 90. Tenir compte du fonctionnement des régions dans l organisation du travail au regard du besoin de polyvalence dans l exercice de la profession. Assurer la formation adéquate aux activités déléguées. Avoir un préposé à l équipement pour changer les bonbonnes ou autres appareils oxygéniques à l étage. Aux urgences, l inhalothérapeute devrait pouvoir réaliser au complet l évaluation des patients en détresse respiratoire et initier les traitements comme cela se fait au Nouveau-Brunswick. Aux soins intensifs, l inhalothérapeute devrait pouvoir réaliser le sevrage des patients vers l autonomie respiratoire. Les conditions de réussite à l application de ces orientations Augmenter les équipes interdisciplinaires de base, incluant les catégories de personnel de soutien, et former des équipes stables. Favoriser le travail d équipes en diminuant les fardeaux de tâches afin de donner de l espace pour que les membres d une équipe puissent se parler et convenir d un fonctionnement. 6

7 Former l ensemble des catégories de personnel, incluant le personnel de soutien non régi par des ordres professionnels, aux conditions sanitaires de base (ex. : l entretien ménager en fonction de prévenir les infections). Implanter une culture organisationnelle qui favorise les attitudes et comportements interprofessionnels démontrant une capacité à reconnaître les compétences d autrui. Engagement des employeurs à offrir de la formation continue en milieu de travail. Reconnaissance salariale reliée aux exigences du poste et des responsabilités. Reconnaître l autonomie. Tous les établissements sont actuellement en réorganisation du travail, il ne faudrait pas que les employeurs agissent avec un retard de vision, mais qu ils tiennent compte immédiatement des nouvelles façons d envisager la pénurie. Il faut que la technologie de pointe soit disponible dans les institutions de formation initiale. Il faut que les employeurs posent les exigences adéquates dans les affichages de poste, ils ont tendance à les surestimer. Les syndicats et les ordres professionnels devraient exercer des pressions aux divers paliers de gouvernance pour que la Loi 90 soit appliquée entièrement et uniformément dans les plus brefs délais. Au regard de la formation initiale, elle doit être en adéquation avec les connaissances et compétences nécessaires et réelles pour exécuter la tâche, les établir, les respecter sans les surestimer. Cela demandera des stages plus poussés pour être fonctionnel dès la sortie de la formation initiale. Éliminer le recours systématique aux heures supplémentaires. Éliminer le recours aux agences privées de placement. Il pourrait être intéressant de faire des projets pilotes avec une unité ou un département qui réaliserait une organisation du travail optimale, utilisant les ressources d une équipe interdisciplinaire autogérée sur le plan du fonctionnement et de la distribution des rôles et responsabilités. 7

8 ATELIER D ÉCHANGE ET DE DISCUSSION (Questions qui ont été posées dans les assemblées générales des syndicats à la suite de la tenue des rencontres FSQ par commissions) En grand groupe 1. Êtes-vous d accord avec cette nouvelle façon de considérer la pénurie dans le futur soit en changeant l organisation du travail en fonction d optimiser au maximum les ressources humaines disponibles? Par catégorie d emplois 2. Dans ce contexte, comment voyez-vous votre rôle dans une nouvelle organisation du travail? Est-ce que vous identifiez dans l organisation actuelle des services ou l exercice du travail, des responsabilités plus complexes que vous pourriez exercer (incluant celles des médecins) et d autres moins complexes qui pourraient être exercées par d autres catégories d emplois? 3. Quelles sont, selon, vous les conditions de réussite de cette nouvelle façon de concevoir l organisation du travail? Autres commentaires 8

9 Questions qui ont été posées lors du Conseil fédéral à la suite des compte rendus des assemblées générales des 3 autres syndicats sur les questions précédentes 4. Dans votre tâche quotidienne et celle des membres de votre milieu, quelles mesures pourraient être mises en place rapidement qui changeraient votre vie au travail? 5. Identifiez les trois pistes de solution les plus urgentes et qui toucheraient le plus grand nombre de membres possibles. 6. Qu est-ce qui pourrait accélérer l application de la Loi 90 dans tous les établissements de même que l application des mesures les plus urgentes que vous avez identifiées pour contrer la pénurie? 9

10 Questions complémentaires 7. Le gouvernement envisage de plus en plus d accorder une rémunération différente au personnel selon les exigences du secteur dans lequel il œuvre (soins intensifs, salles d urgence, par exemple). Seriez-vous d accord pour que la FSQ explore ce type de solutions? 8. Dans son mémoire déposé à la table de concertation, l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) propose de délivrer un permis d infirmière clinicienne à toutes les infirmières détentrices d un baccalauréat en sciences infirmières et à toutes les infirmières ayant deux ans d expérience et plus dans un ou plusieurs des domaines suivants, soit les soins critiques, les soins de première ligne dans la communauté et les soins en santé mentale et d exiger ce permis pour exercer la profession d infirmière dans ces domaines. Êtes-vous d accord avec cette orientation? 10

11 Annexe Liste des activités réservées (Loi 90, 14 juin 2002) Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Diagnostiquer les maladies. Inhalothérapeutes Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique. Prescrire les examens diagnostiques. Utiliser les techniques diagnostiques invasives ou présentant des risques de préjudice. Effectuer des examens et des tests diagnostiques invasifs, selon une ordonnance. Effectuer des prélèvements, selon une ordonnance. Effectuer des épreuves de la fonction cardiorespiratoire, selon une ordonnance. Effectuer des prélèvements, selon une ordonnance. Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance. Initier des mesures diagnostiques à des fins de dépistage dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001), chapitre 60). 11

12 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Inhalothérapeutes Déterminer le traitement médical. Déterminer le plan de traitement relié aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments et prodiguer les soins et traitements qui s y rattachent. Prescrire les médicaments et les autres substances. Prescrire les traitements. Utiliser les techniques ou appliquer les traitements, invasifs ou présentant des risques de préjudice, incluant les interventions esthétiques. Appliquer des techniques invasives. Effectuer et ajuster les traitements médicaux, selon une ordonnance. Introduire un instrument ou un doigt, selon une ordonnance, au-delà du vestibule nasal, des grandes lèvres, du méat urinaire, de la marge de l anus ou dans une ouverture artificielle du corps humain. Si habilité par une attestation de formation, introduire un instrument, selon une ordonnance, dans une veine périphérique à des fins de prélèvements. Introduire un instrument, selon une ordonnance, dans une veine périphérique ou dans une ouverture artificielle ou dans et au-delà du pharynx ou au-delà du vestibule nasal. Effectuer l assistance ventilatoire, selon une ordonnance. Prodiguer des soins et des traitements reliés aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments, selon une ordonnance ou selon le plan de traitement 12

13 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires infirmier. Inhalothérapeutes Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Procéder à la vaccination dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001), chapitre 60). Appliquer des mesures invasives d entretien du matériel thérapeutique. Administrer, par des voies autres que la voie intraveineuse, des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Contribuer à la vaccination dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001, chapitre 60). Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Décider de l utilisation des mesures de contention. Décider de l utilisation des mesures de contention. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes malades dont l état de santé présente des risques. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes dont l état de santé présente des risques, incluant le monitorage et les ajustements du plan thérapeutique infirmier. Observer l état de conscience d une personne et surveiller les signes neurologiques. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes sous anesthésie, y compris la sédation-analgésie, ou sous assistance ventilatoire. Effectuer le suivi infirmier des personnes présentant des problèmes de santé complexes. 13

14 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Inhalothérapeutes Effectuer le suivi de grossesse et pratiquer des accouchements. Contribuer au suivi de grossesse, à la pratique des accouchements et au suivi postnatal. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Par ailleurs, le projet de loi établit un cadre qui permettra d autoriser des professionnels autres que les médecins à exercer certaines activités médicales. Plus particulièrement et dans certaines conditions, des infirmières seraient autorisées à : - prescrire des examens diagnostiques ; - utiliser des techniques diagnostiques invasives ou présentant des risques de préjudice ; - prescrire des médicaments et d autres substances ; - prescrire des traitements médicaux ; - utiliser des techniques ou appliquer des traitements médicaux invasifs ou présentant des risques de préjudice. 14

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir?

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? CG 08-02-29 / 011 (FEC) Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? Document de réflexion présenté au Conseil général de la Fédération des enseignantes

Plus en détail

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé Présenté le

Plus en détail

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier L évolution des rôles en soins infirmiers Un changement à s approprier Les formateurs Louise Leduc Coordonnatrice du développement clinique de la pratique en soins infirmiers, DPSSS-DSI Stéphane Gagnon

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS DÉFINITION : La présente règle de soins infirmiers vise à encadrer la pratique de l infirmier(ère) auxiliaire au service d endoscopie. Plus précisément, elle spécifie les conditions de pratique liées aux

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice. de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice. de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Permis Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec à l intention de l infirmière de la France admissible à l Arrangement de reconnaissance

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS pour les centres d hébergement Décembre 2007 Direction des soins infirmiers CE GUIDE A ÉTÉ PRODUIT PAR L ÉQUIPE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Lignes directrices pour les activités des infirmières auxiliaires en salle d opération

Lignes directrices pour les activités des infirmières auxiliaires en salle d opération Lignes directrices pour les activités des infirmières auxiliaires en salle d opération MAI 2013 Coordination, rédaction et révision Diane Levasseur Directrice du Service des relations professionnelles

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ANALYSE D IMPACT DES ARTICLES 24 ET 25 DU RÈGLEMENT CONCERNANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CADRES SUR LE SYSTÈME DE RÉMUNÉRATION DES CADRES DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DE L AQESSS FÉVRIER 2008

Plus en détail

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB

Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Nouvelles échelles salariales Incluant le PIB Convention collective Mars 2011 Mars 2015 Note : Ce document regroupe les échelles salariales applicables aux différents titres d emploi représentés à la FIQ.

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

GUIDE GUIDE D APPLICATION

GUIDE GUIDE D APPLICATION GUIDE GUIDE D APPLICATION de la nouvelle Loi sur les infirmières et les infirmiers et de la Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé avril

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015

CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES 2014-2015 RAPPORT ANNUEL DE GESTION ANNEXE 4 Fiches de reddition de comptes CSSS DES SOURCES REDDITION DE COMPTES Juin 2015 Chapitre IV Chapitre IV Fiche de reddition de comptes Objectifs de résultats Services

Plus en détail

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Objet : Un certificat d arrêt de travail émis par une infirmière praticienne

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER PRODUCTION Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI

Organisation du travail 2 PTI. Plan thérapeutique infirmier. Un nouveau levier syndical : le PTI Organisation du travail 2 PTI Plan thérapeutique infirmier Un nouveau levier syndical : le PTI brochure s adresse aux équipes locales de la FIQ. Elle a été réalisée par le service Communication- Information

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques

Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Denis A. Roy Vice-président, Affaires scientifiques Plan de la communication Colloque ORIILL Objectifs: Soumettre une vision de la raison d être et du potentiel des réseaux de santé dans le contexte québécois;

Plus en détail

MÉMOIRE. Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence!

MÉMOIRE. Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence! MÉMOIRE Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence! Déposé à la Table de concertation visant à répondre à la situation de la pénurie de main-d

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Les activités professionnelles de l infirmière auxiliaire. Champ d exercice, activités réservées et autorisées

Les activités professionnelles de l infirmière auxiliaire. Champ d exercice, activités réservées et autorisées Les activités professionnelles de l infirmière auxiliaire Champ d exercice, activités réservées et autorisées REMARQUES AU LECTEUR Ce document présente des informations destinées aux infirmières et infirmiers

Plus en détail

MÉMOIRE. Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence!

MÉMOIRE. Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence! MÉMOIRE Une nouvelle approche de planification des effectifs infirmiers : des choix à faire de toute urgence! Déposé à la Table de concertation visant à répondre à la situation de la pénurie de main-d

Plus en détail

La capacité légale de l infirmière auxiliaire. Champ de pratique et activités réservées en vertu de la loi 90

La capacité légale de l infirmière auxiliaire. Champ de pratique et activités réservées en vertu de la loi 90 La capacité légale de l infirmière auxiliaire Champ de pratique et activités réservées en vertu de la loi 90 Remarques au lecteur Ce document présente des informations destinées aux infirmières et infirmiers

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Projet de loi no 90 (2002, chapitre 33)

TABLEAU COMPARATIF. Projet de loi no 90 (2002, chapitre 33) TABLEAU COMPARATIF Projet de loi no 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé. (sanctionné le 14 juin 2002) Préparé

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LA FÉDÉRATION INTERPROFESSIONNELLE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FIQ) LA FÉDÉRATION AUTONOME DE L'ENSEIGNEMENT (FAE) POUR LES

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession?

Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession? Sujet: Qu'est-ce que le droit de prescrire apporterait à la profession? Dans les dernières années, on remarque une recrudescence des cas complexes dans le système de santé. En plus de cal, il y a une diminution

Plus en détail

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick Rapport et recommandations du comité de négociation à l intention des membres Unité de négociation pour les foyers de soins Négociations 2014

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

Le champ d exercice et les activités réservées des infirmières

Le champ d exercice et les activités réservées des infirmières Le champ d exercice et les activités réservées des infirmières Mise à jour du guide d application publié en 2003 NOTE AU LECTEUR Le Service de refonte du ministère de la Justice effectue jusqu en janvier

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

DÉMARRER UNE ENTREPRISE OBLIGATIONS LÉGALES ET PROFESSIONNELLES DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

DÉMARRER UNE ENTREPRISE OBLIGATIONS LÉGALES ET PROFESSIONNELLES DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE DÉMARRER UNE ENTREPRISE OBLIGATIONS LÉGALES ET PROFESSIONNELLES DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Rédaction et révision Georges Ledoux, avocat Diane Levasseur, directrice du Service des relations professionnelles

Plus en détail

Nouvelles échelles salariales Équité salariale

Nouvelles échelles salariales Équité salariale Nouvelles échelles salariales Équité salariale Convention collective MARS 2011 MARS 2015 Note : Ce document regroupe les échelles salariales applicables x différents titres d emploi représentés à la FIQ,

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Les personnes âgées de la région de

Les personnes âgées de la région de Juillet 2015 Favoriser une santé optimale chez les personnes âgées de la région de Simcoe Nord Muskoka OBJECTIFS POUR LES AÎNÉS : Santé et qualité de vie améliorées Capacité à rester chez eux plus longtemps

Plus en détail

DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS

DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS DES SOLUTIONS ADÉQUATES POUR ASSURER LA QUALITÉ DES SOINS INFIRMIERS PAR LA COALITION POUR LE MAINTIEN DU DEC QUALIFIANT EN SOINS INFIRMIERS 11 octobre 2013 Table des matières Présentation de la Coalition

Plus en détail

STAGE D ADAPTATION PROGRAMME DE STAGE. Adopté par le Comité exécutif le 29 juin 2011

STAGE D ADAPTATION PROGRAMME DE STAGE. Adopté par le Comité exécutif le 29 juin 2011 STAGE D ADAPTATION DES INFIRMIÈRES DIPLÔMÉES EN FRANCE VISÉES PAR L ARRANGEMENT SUR LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES (ARM) FRANCE-QUÉBEC PROGRAMME DE STAGE Adopté par le Comité

Plus en détail

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne

Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne Sophie Charland, inf., M.Sc, IPS-PL Lyne Périgny, inf., B.Sc., MSc (c) Lise Racette, inf., B.Sc., M.Ed. Colloque CII 6 mai 2009 1 Plan

Plus en détail

«WHEN ALL IS SAID AND DONE, MUCH MORE HAS BEEN SAID THAN DONE»

«WHEN ALL IS SAID AND DONE, MUCH MORE HAS BEEN SAID THAN DONE» IMPLANTATION D UN MODÈLE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE : UN PROJET INTÉGRÉ D ORGANISATION DU TRAVAIL 27 e colloque Jean-Yves Rivard Climat de travail : gage de qualité et de performance Esther Leclerc, inf.,

Plus en détail

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration

Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008. TABLEAU DE BORD DE GESTION pour le conseil d administration Présenté au conseil d administration Le 10 novembre 2008 TABLEAU DE BORD pour le conseil d administration INTRODUCTION L augmentation de la population âgée vulnérable, l augmentation incontournable des

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins

Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins Direction des soins Direction des ressources humaines Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins A. Formations

Plus en détail

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ!

L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! L ÉQUITÉ SALARIALE DES CADRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX : MAINTENANT UNE RÉALITÉ! Les informations contenues dans l ensemble du présent document ne sont fournies qu à titre indicatif

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

INFORMATION A08-CF-I-D7

INFORMATION A08-CF-I-D7 INFORMATION A08-CF-I-D7 D7 SECTEURS TÂCHE ET ORGANISATION DU TRAVAIL ET RELATIONS DE TRAVAIL Rôles, tâches, fonctions et responsabilités des professionnelles en soins : quel en est le portrait en 2008?

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers Règle de soins infirmiers Objet : Évaluation de la douleur RSI- Référence à un protocole : oui non Date de mise en vigueur : Date de révision : 8--5 Professionnels visés: L ensemble des infirmières et

Plus en détail

Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre masculin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. 13-945-01WFA Rapport du président du Groupe de travail sur la formation de la relève infirmière Le présent rapport ne lie pas le ministère de la Santé et des Services sociaux et ne constitue pas ses orientations.

Plus en détail

UN PROJET QUI DONNE DES AILES

UN PROJET QUI DONNE DES AILES AOÛT 2008 UN PROJET QUI DONNE DES AILES À TOUTE LA COMMUNAUTÉ HOSPITALIÈRE DU CHUS, Voici la première édition spéciale du bulletin Le Transit, un bulletin conçu pour vous donner l information pertinente

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

GUIDE DE L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE COMPETENCES ET LIMITES DE LA PROFESSION

GUIDE DE L AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE COMPETENCES ET LIMITES DE LA PROFESSION La frontière est parfois difficile à évaluer entre le domaine de l aide soignante, de l AVS ou de l infirmière. L infirmière peut, dans le cadre de son rôle propre défini et précisé dans le code de la

Plus en détail

Plan d études cadres Modules complémentaires Santé HES-SO

Plan d études cadres Modules complémentaires Santé HES-SO Plan d études cadres Modules complémentaires Santé HES-SO 1. Finalité des modules complémentaires Pour être admis en formation bachelor, les candidat-e-s ne disposant pas d une maturité professionnelle

Plus en détail

du JEUDI 12 OCTOBRE 2006

du JEUDI 12 OCTOBRE 2006 BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du JEUDI 12 OCTOBRE 2006 SUR LES METIERS D AMBULANCIER ***** LA FORMATION Arrêté du 26 Janvier 2006 Fixe les conditions de formation de : L auxiliaire ambulancier

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL 2012-2013 CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CHAPITRE I ENGAGEMENTS ET RESPONSABILITÉS ENVERS LE PUBLIC

Plus en détail

ÉCHELLES ISSUES DU PROGRAMME DU MAINTIEN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX

ÉCHELLES ISSUES DU PROGRAMME DU MAINTIEN SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX 1911 INFIRMIER CLINICIEN INFIRMIÈRE CLINICIENNE Heures: 35-36,25-37,50 0 1 21.73 21.92 22.09 22.31 22.70 23.15 0 2 22.23 22.43 22.60 22.82 23.22 23.69 0 3 22.74 22.95 23.12 23.35 23.76 24.23 0 4 23.26

Plus en détail

Organisation des services de première ligne au Québec

Organisation des services de première ligne au Québec Organisation des services de première ligne au Québec Départements régionaux de médecine générale (DRMG) Benoît Gervais, M.D., DRMG de la Mauricie et du Centre-du-Québec Louise Quesnel, M.D., DRMG de la

Plus en détail

Journée d étude des leaders en soins infirmiers

Journée d étude des leaders en soins infirmiers Journée d étude des leaders en soins infirmiers Région : Abitibi-Témiscamingue Date : 10 mai 2012 Rouyn-Noranda Geneviève Ménard, M. Sc. inf., M. Sc. (Adm. de la santé) Directrice-conseil Direction, Affaires

Plus en détail

Ce n est pas le bon remède pour le réseau de santé public, les infirmières doivent prescrire

Ce n est pas le bon remède pour le réseau de santé public, les infirmières doivent prescrire Projet de loi n o 41 modifiant la Loi sur la pharmacie Ce n est pas le bon remède pour le réseau de santé public, les infirmières doivent prescrire Présenté à la Commission de la santé et des services

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

Infirmière et infirmier autorisé prescripteur au Canada : Tracer la voie à suivre

Infirmière et infirmier autorisé prescripteur au Canada : Tracer la voie à suivre Infirmière et infirmier autorisé prescripteur au Canada : Tracer la voie à suivre Josette Roussel, inf. M.Sc.,M.Éd Infirmière-conseillère principale Association des infirmières et infirmiers du Canada

Plus en détail

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B

Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Intégration à la profession d infirmière du Québec CWA.0B Objectifs du programme Ce programme vise à former des personnes aptes à exercer la fonction d infirmière ou d infirmier au Québec, et ce, dans

Plus en détail

Guide opérationnel pour les équipes de santé familiale

Guide opérationnel pour les équipes de santé familiale Guide opérationnel pour les équipes de santé familiale Vision Une meilleure santé et de meilleurs soins grâce à des personnes et à des collectivités mobilisées Un cadre des soins de santé primaires pour

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences

2015-05-19. Contenu de la présentation. Approche par compétences Développement d un programme d intégration et d orientation en santé mentale par une approche par compétences Mathieu Brouillette, conseiller en soins infirmiers Philippe Asselin, conseiller en soins spécialisés

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

bâtiment apporte À LA FRANCE Les 85 propositions de la FFB >>> pour les élections législatives 2012 < <<< 3

bâtiment apporte À LA FRANCE Les 85 propositions de la FFB >>> pour les élections législatives 2012 < <<< 3 Les 85 propositions de la FFB >>> pour les élections législatives 2012 < bâtiment apporte À LA FRANCE Dans un monde extrêmement instable et en perpétuelle rupture, le bâtiment continue à véhiculer des

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

CCRPS CONSEIL CONSULTATIF DE REGLEMENTATION DES

CCRPS CONSEIL CONSULTATIF DE REGLEMENTATION DES Sommaire 1 CCRPS CONSEIL CONSULTATIF DE REGLEMENTATION DES PROFESSIONS DE LA SANTÉ CONSEIL À LA MINISTRE DE LA SANTÉ Naturopathie Janvier 2001 Sommaire 2 Sommaire Historique des avis En mars 1994, le ministère

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Institut de Formation des Ambulanciers Théodore Simon. 93331 Neuilly sur Marne cedex

Institut de Formation des Ambulanciers Théodore Simon. 93331 Neuilly sur Marne cedex Institut de Formation des Ambulanciers Théodore Simon 3 avenue Jean Jaurès 93331 Neuilly sur Marne cedex 2 FORMATIONS FORMATION AMBULANCIER FORMATION AUXILIAIRE AMBULANCIER AUXILIAIRE AMBULANCIER Il assure

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Responsabilité en milieu clinique : PTI Lucette Robert

Responsabilité en milieu clinique : PTI Lucette Robert Responsabilité en milieu clinique : PTI Lucette Robert 09/06/2014 1 Table ronde PTI L infirmière face au patient Révision du cadre légal Réforme du Code des professions Responsabilités et devoirs déontologiques

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Nouvelles conditions d obtention du permis de pratique d infirmière au Québec La relève infirmière

Nouvelles conditions d obtention du permis de pratique d infirmière au Québec La relève infirmière Nouvelles conditions d obtention du permis de pratique d infirmière au Québec La relève infirmière Août 2011 Table des matières Introduction... 1 Transformation du système de santé... 3 Vieillissement

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre Organisé par la Chambre de commerce et d industrie Lac-Saint-Jean-Est en partenariat avec la Fédération des chambres de commerce

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail