FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir"

Transcription

1 FÉDÉRATION DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FSQ-CSQ) Le contexte actuel Soins infirmiers et cardiorespiratoires Notre vision de l avenir Une pénurie de personnel importante dans le réseau qui subsistera. Conséquences actuelles : recours abusif aux heures supplémentaires, alourdissement des tâches, épuisement professionnel, absentéisme, désertion professionnelle, attraction très difficile (l aspiration à la carrière infirmière est passée du 2 e rang à plus du 50 e rang). La pénurie est aussi présente chez les médecins, une situation qui perdurera également. Cela ne peut tout simplement pas durer ainsi longtemps, car on est prêt du point de rupture. Il nous faut absolument envisager des solutions innovantes et pour cela nous projeter dans l avenir. «Si vous ne construisez pas votre avenir, il ne cesse pas de se construire pour autant.» Tim Porter-O Grady, conseiller principal Bureau de la politique des soins infirmiers de Santé Canada Le contexte probable en l an 2020 Le Bureau de la politique des soins infirmiers de Santé Canada a mené une vaste enquête auprès des associations représentant le personnel infirmier de tout le Canada de même que de celles représentant leurs employeurs. L enjeu consistait à se projeter en l an 2020 et d imaginer quels seront les nouveaux contextes de travail pour le personnel infirmier et donc, les tâches qui y seraient associées. En 2020, il y aura davantage de soins qui seront prodigués à domicile et dans la communauté plutôt qu en milieu hospitalier. Il y aura beaucoup d auto-traitement effectué par le patient lui-même à l aide de technologies monitorées à distance. Cela impliquera pour les infirmières davantage de tâches centrées sur l enseignement aux patients. Les soins en milieu hospitalier seront davantage spécialisés et les soins infirmiers de même.

2 Donc, de façon générale, le niveau de tâches exercées par les différentes catégories de personnel, incluant les médecins, sera rehaussé. Ainsi, l infirmière deviendra le premier contact au niveau des soins primaires plutôt que le médecin. L infirmière auxiliaire en milieu institutionnel (soins généraux et de longue durée) aura un rôle accru. La majorité des infirmières en milieu hospitalier auront un rôle spécialisé. Les infirmières tant en milieu communautaire qu en milieu institutionnel feront le gros du travail. On pourrait résumer la situation projetée ainsi : aucune des catégories d emploi ne fera des tâches qu il sera possible de faire exécuter par d autres. Donc, chaque catégorie d emploi devra relever le niveau de soins qu elle prodigue actuellement. Chaque profession devra travailler à l extrémité supérieure de son champ d exercices. Suivant cette projection, si on voyait la pénurie de personnel d un autre angle La majeure partie des discussions sur les pénuries de personnel se déroule suivant le contexte actuel de prestation de soins, d organisation du travail et de distribution des tâches. Or, ce cadre d organisation sera désuet dans moins de 15 ans. Si nous maintenons les modes de prestation et les niveaux de demande actuels, il sera impossible de résorber les pénuries de personnel. Les pénuries de personnel exigent donc des changements radicaux à l intérieur du système de soins et des modèles de prestation. Les soins de santé devront être prodigués par un nombre plus réduit de professionnels, selon des modèles plus efficaces. Alors, plutôt que de chercher à régler les pénuries en trouvant comment augmenter les ratios pour combler les besoins selon les façons actuelles d organiser les soins, on peut réfléchir à ce qu il est nécessaire de changer pour que ce ratio soit suffisant dans 15 ans. 1. Clarification des champs d exercices autorisés et des chevauchements. 2. Orientation de l organisation du travail vers la responsabilisation d une équipe interdisciplinaire de soins plutôt que suivant un cadre préalablement défini par l employeur de la division du travail. 3. Orientation de la formation. 2

3 La vision de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) Dans un mémoire déposé à la Table de concertation visant à répondre à la situation de la pénurie de main-d œuvre en soins infirmiers, l OIIQ formule les principales orientations suivantes : Passer des stratégies d augmentation de l offre d infirmières à celles de gestion de la demande par niveau de formation (DEC, BAC, maîtrise) en lien avec les rôles attendus : De délivrer un permis d infirmière clinicienne à toutes les infirmières détentrices d un baccalauréat en sciences infirmières et à toutes les infirmières ayant deux ans d expérience et plus dans un ou plusieurs des domaines suivants, soit les soins critiques, les soins de première ligne dans la communauté et les soins en santé mentale et d exiger ce permis pour exercer la profession d infirmière dans ces domaines. Dans les soins de première ligne dans la communauté, d augmenter le ratio d infirmières cliniciennes dans les groupes de médecine familiale (GMF) et les cliniques-réseau. De garantir pour les autres domaines de pratique un nombre suffisant d infirmières cliniciennes pour assurer le suivi systématique de clientèles et les rôles d infirmières pivots. Déployer les nouvelles activités et responsabilités confiées aux infirmières par la loi 90. Départager les rôles entre les médecins et les infirmières pour améliorer l accessibilité aux soins et aux services à la population. Accélérer et intensifier l introduction d infirmières praticiennes spécialisées en établissant un ratio d infirmières praticiennes requises dans les domaines de la néphrologie, de la cardiologie et de la néonatalogie et viser l introduction de 500 infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne. Passer à l action pour attirer et retenir le plus grand nombre d infirmières. Garantir la formation continue et l ajustement des compétences liées à la Loi 90. 3

4 Enquête CSQ Au-delà des changements nécessaires à l organisation du travail, l amélioration des conditions de travail s avère également une cible à examiner de façon prioritaire pour contrer la pénurie de personnel. L attraction et le maintien en emploi se trouvent, en effet, au cœur de la résolution à court et moyen terme de cette pénurie. Conjointement avec la CSQ, le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes, infirmières auxiliaires du Cœur-du-Québec a entrepris une enquête auprès de ses membres afin de connaître leur point de vue sur les conditions d insertion et de maintien en emploi et sur les enjeux liés à ces problématiques. Cette recherche vise les trois groupes professionnels représentés par le SIIIACQ et employés au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR). À terme, cette enquête devrait permettre d identifier les pistes d action qui contribueront au développement de conditions gagnantes pour le maintien en emploi en tentant d identifier les mesures pour assurer une insertion réussie, contrer la désertion professionnelle et s assurer d un transfert adéquat d expertise intergénérationnelle. Une première démarche a sondé 35 personnes retraitées sur les raisons qui les ont amenées à prendre leur retraite, même avec une rente réduite, et sur les conditions qui auraient pu les maintenir en emploi. Parmi les motifs qui ont incité les personnes à prendre leur retraite, les trois premiers sont : - l atteinte du critère d admissibilité (20/35) malgré une rente réduite pour la majorité (27/35) soit, 77 % des personnes interrogées; - la perte d intérêt pour le travail (14/35) ; - les conditions de travail (10/35). Les conditions qui auraient pu les maintenir en emploi sont : - une charge de travail plus normale (16/35) ; - une plus grande reconnaissance au travail (12/35) ; - une réduction du temps de travail (11/35) ; - une meilleure ambiance de travail (8/35) ; - rien (8/35) ; Certains répondants ont signalé plus de quatre motifs. 4

5 Les commissions de la fédération La commission des infirmières Déléguer les tâches qui ne relèvent pas strictement de la profession infirmières (ex. : donner les bains, passer et retirer les cabarets, aider à l alimentation du patient, etc.) à d autres catégories d emploi afin d augmenter la disponibilité des infirmières aux visites cliniques des patients. Pour les services ambulatoires, réserver aux infirmières toutes les tâches qui exigent une autonomie professionnelle en matière d investigation, une évaluation et un jugement cliniques, mais laisser l application technique aux infirmières auxiliaires. Réserver aux infirmières les fonctions qui requièrent une grande autonomie pour la gestion des cas, la gestion des soins d un groupe de patients, l enseignement auprès des patients et de leur famille, mais accroître l interdisciplinarité pour le reste. Il est reconnu qu à peine 1 % des patients qui se présentent à l urgence ont vraiment besoin d une consultation médicale. Au regard des infirmières praticiennes, utiliser au maximum leur expertise. L infirmière est capable de diriger les patients accueillis à l urgence vers des examens diagnostiques. En CHSLD, l infirmière peut prescrire des traitements pour des plaies, des rougeurs, elle peut appliquer pendant trois mois des ordonnances. Alors, les visites médicales qui se font actuellement une fois par semaine pourraient être espacées et l infirmière pourrait assurer le suivi si les conditions du patient restent stables. La commission des infirmières auxiliaires Réintégrer les infirmières auxiliaires dans tous les départements de soins. Appliquer les fonctions permises à la Loi 90 uniformément, partout, en y incluant la reconnaissance de l autonomie à les exercer. Consulter le personnel en place pour déterminer le modèle de soins à appliquer dans le milieu quant au fonctionnement de l équipe, à sa composition, à l organisation des soins et services. Ajuster les salaires en fonction des responsabilités. 5

6 Revoir la formation initiale de base afin qu on y fasse l apprentissage de toutes les situations de soins dévolues aux infirmières auxiliaires, incluant des stages spécialisés. Assurer la formation en cours d emploi pour actualiser les compétences. Mentorat pour guider les recrues. Déléguer les soins de base aux préposés essentiellement. Être en mesure de prendre les ordonnances téléphoniques. Intégrer les familles à exécuter les soins simples pour dégager l infirmière auxiliaire à réaliser les soins propres à ses compétences. La commission des inhalothérapeutes Appliquer la Loi 90. Tenir compte du fonctionnement des régions dans l organisation du travail au regard du besoin de polyvalence dans l exercice de la profession. Assurer la formation adéquate aux activités déléguées. Avoir un préposé à l équipement pour changer les bonbonnes ou autres appareils oxygéniques à l étage. Aux urgences, l inhalothérapeute devrait pouvoir réaliser au complet l évaluation des patients en détresse respiratoire et initier les traitements comme cela se fait au Nouveau-Brunswick. Aux soins intensifs, l inhalothérapeute devrait pouvoir réaliser le sevrage des patients vers l autonomie respiratoire. Les conditions de réussite à l application de ces orientations Augmenter les équipes interdisciplinaires de base, incluant les catégories de personnel de soutien, et former des équipes stables. Favoriser le travail d équipes en diminuant les fardeaux de tâches afin de donner de l espace pour que les membres d une équipe puissent se parler et convenir d un fonctionnement. 6

7 Former l ensemble des catégories de personnel, incluant le personnel de soutien non régi par des ordres professionnels, aux conditions sanitaires de base (ex. : l entretien ménager en fonction de prévenir les infections). Implanter une culture organisationnelle qui favorise les attitudes et comportements interprofessionnels démontrant une capacité à reconnaître les compétences d autrui. Engagement des employeurs à offrir de la formation continue en milieu de travail. Reconnaissance salariale reliée aux exigences du poste et des responsabilités. Reconnaître l autonomie. Tous les établissements sont actuellement en réorganisation du travail, il ne faudrait pas que les employeurs agissent avec un retard de vision, mais qu ils tiennent compte immédiatement des nouvelles façons d envisager la pénurie. Il faut que la technologie de pointe soit disponible dans les institutions de formation initiale. Il faut que les employeurs posent les exigences adéquates dans les affichages de poste, ils ont tendance à les surestimer. Les syndicats et les ordres professionnels devraient exercer des pressions aux divers paliers de gouvernance pour que la Loi 90 soit appliquée entièrement et uniformément dans les plus brefs délais. Au regard de la formation initiale, elle doit être en adéquation avec les connaissances et compétences nécessaires et réelles pour exécuter la tâche, les établir, les respecter sans les surestimer. Cela demandera des stages plus poussés pour être fonctionnel dès la sortie de la formation initiale. Éliminer le recours systématique aux heures supplémentaires. Éliminer le recours aux agences privées de placement. Il pourrait être intéressant de faire des projets pilotes avec une unité ou un département qui réaliserait une organisation du travail optimale, utilisant les ressources d une équipe interdisciplinaire autogérée sur le plan du fonctionnement et de la distribution des rôles et responsabilités. 7

8 ATELIER D ÉCHANGE ET DE DISCUSSION (Questions qui ont été posées dans les assemblées générales des syndicats à la suite de la tenue des rencontres FSQ par commissions) En grand groupe 1. Êtes-vous d accord avec cette nouvelle façon de considérer la pénurie dans le futur soit en changeant l organisation du travail en fonction d optimiser au maximum les ressources humaines disponibles? Par catégorie d emplois 2. Dans ce contexte, comment voyez-vous votre rôle dans une nouvelle organisation du travail? Est-ce que vous identifiez dans l organisation actuelle des services ou l exercice du travail, des responsabilités plus complexes que vous pourriez exercer (incluant celles des médecins) et d autres moins complexes qui pourraient être exercées par d autres catégories d emplois? 3. Quelles sont, selon, vous les conditions de réussite de cette nouvelle façon de concevoir l organisation du travail? Autres commentaires 8

9 Questions qui ont été posées lors du Conseil fédéral à la suite des compte rendus des assemblées générales des 3 autres syndicats sur les questions précédentes 4. Dans votre tâche quotidienne et celle des membres de votre milieu, quelles mesures pourraient être mises en place rapidement qui changeraient votre vie au travail? 5. Identifiez les trois pistes de solution les plus urgentes et qui toucheraient le plus grand nombre de membres possibles. 6. Qu est-ce qui pourrait accélérer l application de la Loi 90 dans tous les établissements de même que l application des mesures les plus urgentes que vous avez identifiées pour contrer la pénurie? 9

10 Questions complémentaires 7. Le gouvernement envisage de plus en plus d accorder une rémunération différente au personnel selon les exigences du secteur dans lequel il œuvre (soins intensifs, salles d urgence, par exemple). Seriez-vous d accord pour que la FSQ explore ce type de solutions? 8. Dans son mémoire déposé à la table de concertation, l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) propose de délivrer un permis d infirmière clinicienne à toutes les infirmières détentrices d un baccalauréat en sciences infirmières et à toutes les infirmières ayant deux ans d expérience et plus dans un ou plusieurs des domaines suivants, soit les soins critiques, les soins de première ligne dans la communauté et les soins en santé mentale et d exiger ce permis pour exercer la profession d infirmière dans ces domaines. Êtes-vous d accord avec cette orientation? 10

11 Annexe Liste des activités réservées (Loi 90, 14 juin 2002) Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Diagnostiquer les maladies. Inhalothérapeutes Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique. Prescrire les examens diagnostiques. Utiliser les techniques diagnostiques invasives ou présentant des risques de préjudice. Effectuer des examens et des tests diagnostiques invasifs, selon une ordonnance. Effectuer des prélèvements, selon une ordonnance. Effectuer des épreuves de la fonction cardiorespiratoire, selon une ordonnance. Effectuer des prélèvements, selon une ordonnance. Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance. Initier des mesures diagnostiques à des fins de dépistage dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001), chapitre 60). 11

12 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Inhalothérapeutes Déterminer le traitement médical. Déterminer le plan de traitement relié aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments et prodiguer les soins et traitements qui s y rattachent. Prescrire les médicaments et les autres substances. Prescrire les traitements. Utiliser les techniques ou appliquer les traitements, invasifs ou présentant des risques de préjudice, incluant les interventions esthétiques. Appliquer des techniques invasives. Effectuer et ajuster les traitements médicaux, selon une ordonnance. Introduire un instrument ou un doigt, selon une ordonnance, au-delà du vestibule nasal, des grandes lèvres, du méat urinaire, de la marge de l anus ou dans une ouverture artificielle du corps humain. Si habilité par une attestation de formation, introduire un instrument, selon une ordonnance, dans une veine périphérique à des fins de prélèvements. Introduire un instrument, selon une ordonnance, dans une veine périphérique ou dans une ouverture artificielle ou dans et au-delà du pharynx ou au-delà du vestibule nasal. Effectuer l assistance ventilatoire, selon une ordonnance. Prodiguer des soins et des traitements reliés aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments, selon une ordonnance ou selon le plan de traitement 12

13 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires infirmier. Inhalothérapeutes Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Procéder à la vaccination dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001), chapitre 60). Appliquer des mesures invasives d entretien du matériel thérapeutique. Administrer, par des voies autres que la voie intraveineuse, des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Contribuer à la vaccination dans le cadre d une activité découlant de l application de la Loi sur la santé publique (2001, chapitre 60). Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Décider de l utilisation des mesures de contention. Décider de l utilisation des mesures de contention. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes malades dont l état de santé présente des risques. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes dont l état de santé présente des risques, incluant le monitorage et les ajustements du plan thérapeutique infirmier. Observer l état de conscience d une personne et surveiller les signes neurologiques. Exercer une surveillance clinique de la condition des personnes sous anesthésie, y compris la sédation-analgésie, ou sous assistance ventilatoire. Effectuer le suivi infirmier des personnes présentant des problèmes de santé complexes. 13

14 Médecins Infirmières Infirmières auxiliaires Inhalothérapeutes Effectuer le suivi de grossesse et pratiquer des accouchements. Contribuer au suivi de grossesse, à la pratique des accouchements et au suivi postnatal. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Mélanger des substances en vue de compléter la préparation d un médicament, selon une ordonnance. Par ailleurs, le projet de loi établit un cadre qui permettra d autoriser des professionnels autres que les médecins à exercer certaines activités médicales. Plus particulièrement et dans certaines conditions, des infirmières seraient autorisées à : - prescrire des examens diagnostiques ; - utiliser des techniques diagnostiques invasives ou présentant des risques de préjudice ; - prescrire des médicaments et d autres substances ; - prescrire des traitements médicaux ; - utiliser des techniques ou appliquer des traitements médicaux invasifs ou présentant des risques de préjudice. 14

Permis. Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice

Permis. Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice Permis Document explicatif des étapes pour obtenir un d exercice de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec à l intention de l infirmière de la France admissible à l Arrangement de reconnaissance

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

Diplôme d études collégiales (DEC) SOINS INFIRMIERS - 180.B0

Diplôme d études collégiales (DEC) SOINS INFIRMIERS - 180.B0 Diplôme d études collégiales (DEC) SOINS INFIRMIERS - 180.B0 Soins infirmiers - 180.B0 Type de sanction : Titre du programme : Diplôme d études collégiales (DEC) Soins infirmiers Numéro du programme :

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS DÉFINITION : La présente règle de soins vise l encadrement de la pratique de l infirmière auxiliaire en salle d opération. Plus précisément, elle précise les activités du service interne exercées par l

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Une vision renouvelée du système professionnel en santé et en relations humaines

Une vision renouvelée du système professionnel en santé et en relations humaines Une vision renouvelée du système professionnel en santé et en relations humaines RAPPORT D ÉTAPE du Groupe de travail ministériel sur les professions de la santé et des relations humaines Novembre 2001

Plus en détail

Régime de retraite des employés et employées de soutien Actualisation du régime Étape 1 Discussions préliminaires avec sous-comité

Régime de retraite des employés et employées de soutien Actualisation du régime Étape 1 Discussions préliminaires avec sous-comité PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT Régime de retraite des employés et employées de soutien Actualisation du régime 1 Discussions préliminaires avec sous-comité Préparé par Conrad Ferguson 12 mai 2011

Plus en détail

utils de perfectionnement

utils de perfectionnement O Préambule utils de perfectionnement Les inhalothérapeutes travaillant dans les établissements de santé et services sociaux ont le devoir de dispenser des soins de qualité. Il est de leur responsabilité,

Plus en détail

Résultats, sondage en ligne effectué auprès des directions de soins infirmiers. Besoins adéquation formation-emploi

Résultats, sondage en ligne effectué auprès des directions de soins infirmiers. Besoins adéquation formation-emploi Résultats, sondage en ligne effectué auprès des directions de soins Besoins adéquation formation-emploi Projet ESPA, Pôle Santé, Éducation Montréal Novembre 2013 (N=8) Section 1. Exercice professionnel

Plus en détail

En emploi et poursuivant des études 5/64 4/64

En emploi et poursuivant des études 5/64 4/64 Ensemble du 1 er cycle - Emplois SCIENCES INFIRMIÈRES CONCENTRATION CLINIQUE EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE (21), CONCENTRATION CLINIQUE EN SOINS CRITIQUES (24), CONCENTRATION EN ADAPTATION ET RÉADAPTATION (3),

Plus en détail

1. CONTEXTE. 1 INESSS, Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec. Décembre 2012. [2014] Page 1 de 11

1. CONTEXTE. 1 INESSS, Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec. Décembre 2012. [2014] Page 1 de 11 ENTENTE ENTRE L'ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU QUÉBEC (OIIQ) ET L'ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS AUXILIAIRES DU QUÉBEC (OIIAQ) SUR LA NATURE DES ACTES POUVANT ÊTRE POSÉS PAR LES INFIRMIÈRES

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015)

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) École de réadaptation Programme de physiothérapie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) Préparé par Direction

Plus en détail

Notre profession prend une nouvelle. dimension. Des pistes pour mieux comprendre la. et en tirer avantage dans notre pratique

Notre profession prend une nouvelle. dimension. Des pistes pour mieux comprendre la. et en tirer avantage dans notre pratique Notre profession prend une nouvelle dimension Des pistes pour mieux comprendre la et en tirer avantage dans notre pratique Une avancée considérable pour notre profession La façon de donner les soins aux

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir?

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? CG 08-02-29 / 011 (FEC) Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? Document de réflexion présenté au Conseil général de la Fédération des enseignantes

Plus en détail

Le préceptorat : une des solutions?

Le préceptorat : une des solutions? Véronique Ménard, M.Sc.Inf. (c), Véronique Chevrette, Inf.Bsc. En collaboration avec Claudine Turgeon, chef du service de la formation et développement du personnel infirmier CSSSNL Le préceptorat : une

Plus en détail

L interdisciplinarité de la CRI-U pour

L interdisciplinarité de la CRI-U pour L interdisciplinarité de la CRI-U pour les parents et les enfants! Par Véronique Bossé, Inf. cl. Alicja Bedkowska, Md Geneviève Thibault-Gervais, IPS-PL Plan de la présentation Conflits d intérêts des

Plus en détail

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé

Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 90 (2002, chapitre 33) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé Présenté le

Plus en détail

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

INFIRMIÈRE AUXILIAIRE Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE AUXILIAIRE SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS, INFIRMIÈRE EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Introduction d un examen professionnel pour les candidates à l exercice de profession d infirmière auxiliaire

Introduction d un examen professionnel pour les candidates à l exercice de profession d infirmière auxiliaire Soins infirmiers et cardiorespiratoires FSSS-CSN Introduction d un examen professionnel pour les candidates à l exercice de profession d infirmière auxiliaire Août 2011 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES DSI, CII ET CIR Présenté par : Geneviève Ménard Directrice-conseil, Direction, Affaires externes, OIIQ Rencontre d information à l intention des DSI, des membres des CECII

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE :

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE : College of Homeopaths of Ontario 163 Queen Street East, 4 th Floor, Toronto, Ontario, M5A 1S1 TEL 416-862-4780 OR 1-844-862-4780 FAX 416-874-4077 www.collegeofhomeopaths.on.ca TITRE : ÉTAPE : NORMES ET

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Faire face à la rareté de la main-d œuvre dans les professions à forte demande. Présenté par : D r John Haggie, MB, ChB, MD, FRCS Président

Faire face à la rareté de la main-d œuvre dans les professions à forte demande. Présenté par : D r John Haggie, MB, ChB, MD, FRCS Président Présentation de l AMC au Comité de la Chambre des communes sur les ressources humaines, le développement des compétences, le développement social et la situation des personnes handicapées Faire face à

Plus en détail

Santé, assistance et soins infirmiers

Santé, assistance et soins infirmiers Santé, assistance et soins infirmiers Formation professionnelle www.cfplevis.qc.ca Santé, assistance et soins infirmiers (5325) DEP 1 800 heures (4 sessions) Élève d un jour Inscription en ligne www.formationprofessionnelle.org

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Stages d introduction à la Médecine de Famille1

Stages d introduction à la Médecine de Famille1 Stages d introduction à la Médecine de Famille1 Cours 2014-2015 1 Inspiré du document «Introduction à la médecine de premiers recours» (IMPR) 2011/2012. Faculté de Médecine - Université de Genève 1 TABLE

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Fonds d aide à l emploi pour les jeunes : un aperçu Préparé par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités Division de l emploi et

Fonds d aide à l emploi pour les jeunes : un aperçu Préparé par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités Division de l emploi et Fonds d aide à l emploi pour les jeunes : un aperçu Préparé par le ministère de la Formation et des Collèges et Universités Division de l emploi et de la formation Direction de la prestation des services

Plus en détail

La valeur du travail des éducatrices à l enfance : Investir dans l autosuffisance

La valeur du travail des éducatrices à l enfance : Investir dans l autosuffisance 51, rue Williams, Moncton, N.-B. E1C 2G6 Tél. : 506.855.0002 / Téléc. : 506.854.9728 coalitio@nb.sympatico.ca / www.equite-equity.com La valeur du travail des éducatrices à l enfance : Investir dans l

Plus en détail

La recette des métiers

La recette des métiers Jeu orientant La recette des métiers Guide pédagogique Réalisé par Julie Dussault et Sylvaine Lefebvre, conseillères pédagogiques Mise en contexte Les jeunes du secondaire ont plusieurs choix scolaires

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS DÉFINITION : La présente règle de soins infirmiers vise à encadrer la pratique de l infirmier(ère) auxiliaire au service d endoscopie. Plus précisément, elle spécifie les conditions de pratique liées aux

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À

OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À OFFRE DE SERVICE AU SOUTIEN À L ORGANISATION DES SOINS, DES SERVICES ET DU TRAVAIL La Direction des ressources humaines AQESSS Janvier 2010 Soucieux de s engager dans un exercice de réorganisation du travail

Plus en détail

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration

Mémoire. Présenté au Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Adopté par le Conseil d administration Mémoire Association des Conseils des infirmières et infirmiers du Québec aciiq@aciiq.qc.ca Coordonnées de la présidente: Madame Mélanie Rocher CSSS de la Vallée de l'or 1275, boulevard Forest Val d'or

Plus en détail

INFO-STAGE. Rencontre d information sur les stages Automne 2012

INFO-STAGE. Rencontre d information sur les stages Automne 2012 INFO-STAGE Rencontre d information sur les stages Automne 2012 OBJECTIFS DE LA RENCONTRE Connaître : Les conditions d admissibilité aux stages; Les exigences des stages; Le processus de placement et le

Plus en détail

INTÉGRATION DE LA FILIÈRE INFIRMIÈRE DANS LE SCHÉMA UNIVERSITAIRE EUROPÉEN

INTÉGRATION DE LA FILIÈRE INFIRMIÈRE DANS LE SCHÉMA UNIVERSITAIRE EUROPÉEN Coordination Nationale Infirmière 270 Bd Sainte Marguerite 13 009 MARSEILLE 6508 / RC 1249 /1 : 04 91 74 50 70 / : 04 91 74 61 47 http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/ coord-nat-inf @ wanadoo.fr

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Numéro 3 Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Novembre 2009 Version 1.0 Objet Une série de feuilles d orientation pour la création de cliniques dirigées

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer

Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Elaborer une Stratégie de Plaidoyer Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail OIIQ/FMOQ sur les rôles de l infirmière et du médecin omnipraticien de première ligne et les activités partageables

Rapport du Groupe de travail OIIQ/FMOQ sur les rôles de l infirmière et du médecin omnipraticien de première ligne et les activités partageables Rapport du Groupe de travail OIIQ/FMOQ sur les rôles de l infirmière et du médecin omnipraticien de première ligne et les activités partageables Adopté par le Bureau de la FMOQ à sa réunion des 16 et 17

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 Vers un CSSS 2 e génération Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 1 Notre vision À l écoute de sa population et en collaboration avec ses partenaires, le CSSS du Nord de Lanaudière

Plus en détail

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Qu est-ce que le Passeport Orientation/Formation? Le passeport Orientation/Formation est un document qui vous permet de faire le point sur vos compétences

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFLEXION LA FORMATION INITIALE DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE

DOCUMENT DE RÉFLEXION LA FORMATION INITIALE DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE DOCUMENT DE RÉFLEXION LA FORMATION INITIALE DE L INFIRMIÈRE AUXILIAIRE un enjeu crucial pour l avenir de la profession 28 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION 4 2 CONTEXTE DU RAPPORT DU GROUPE

Plus en détail

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011

SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010. Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 SYNTHESE DES POSITIONS RETENUES LORS DE LA REUNION EMPLOYEUR DU 14 DECEMBRE 2010 Maître Joël FERRION Le 19/01/2011 Faut-il ou non une nouvelle convention collective? A l origine l idée de l autonomisation

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés

Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Madame, Monsieur, Guide d utilisation de l employeur Sondage sur la rétroaction des employés Nous vous félicitons de votre décision de mener ce Sondage sur la rétroaction des employés. Le sondage vous

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre

Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre DOCUMENT OFFICIEL (version du 29 juin 2012) Formulaire d évaluation de la contribution du personnel-cadre Date de la rencontre initiale : Date de la rencontre de mi-année : Date de la rencontre d'évaluation

Plus en détail

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES

ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES ÉCOLE DU HAVRE - SAINT-ROSAIRE CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE ENTRE L ÉCOLE DU HAVRE ST-ROSAIRE ET LA COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2014

Plus en détail

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015

Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun. Décembre 2015 Entente de principe entre le gouvernement du Québec et les organisations syndicales membres du Front commun Décembre 2015 DURÉE DES CONVENTIONS COLLECTIVES 2 La durée des conventions collectives est de

Plus en détail

Jack. Layton. Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé

Jack. Layton. Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé Jack Layton Une force nouvelle. Un choix positif. Programme 2004 Santé 1 Bâtir un régime public novateur de services de santé Tout au long des années 1990, les Canadien(ne)s se sont faits dire que le débat

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014

Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 Conclusions de la journée de mobilisation pour l apprentissage du 19 septembre 2014 La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 a rappelé le rôle de l apprentissage pour l intégration des jeunes

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada Parti libéral du Canada Le Collège des médecins de famille du Canada Questionnaire sur la position des partis politiques relativement aux principaux enjeux de la médecine familiale Élection fédérale 2011

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

LE PATIENT RESSOURCE CLEF DE LA DÉMARCHE D AMÉLIORATION CONTINUE DU PARTENARIAT DE SOINS DANS UNE CLINIQUE RÉSEAU INTÉGRÉE (CRI)

LE PATIENT RESSOURCE CLEF DE LA DÉMARCHE D AMÉLIORATION CONTINUE DU PARTENARIAT DE SOINS DANS UNE CLINIQUE RÉSEAU INTÉGRÉE (CRI) LE PATIENT RESSOURCE CLEF DE LA DÉMARCHE D AMÉLIORATION CONTINUE DU PARTENARIAT DE SOINS DANS UNE CLINIQUE RÉSEAU INTÉGRÉE (CRI) 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques 2-3 octobre 2014,

Plus en détail

APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge

APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge APP1 : Enquêtes sur les éclosions et prise en charge But L objectif du module est de présenter les principes fondamentaux et les étapes des enquêtes sur et de la gestion des éclosions. Le matériel d apprentissage

Plus en détail

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise

L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région. École - Entreprise L Éducation nationale, partenaire des entreprises de votre région École - Entreprise D une part : entre et L Académie d Orléans-Tours Représentée par Monsieur Paul CANIONI Recteur, Chancelier des Universités

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE)

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) 2007-2008 2 1 Commentaires généraux En octobre 2005, le MELS invitait les commissions scolaires à entreprendre une démarche

Plus en détail

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES

Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES Document de réflexion sur «QU EST-CE QUE LA SOCIÉTÉ CIVILE, AUJOURD HUI, DANS LES PAYS MEMBRES DE LA FRANCOPHONIE?» Proposition du Secrétariat international des infirmières et infirmiers francophones (SIDIIEF)

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Rapport de la présidente

Rapport de la présidente Rapport de la présidente Rapport de la présidente 1. Bilan des réalisations 2013-2014 2. Priorités d actions 2014-2015 3. Deux leviers d envergure Exercice avril 2013 à mars 2014 Conseil d administration

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Gestion et prévention environnementales

Gestion et prévention environnementales Gestion et prévention environnementales ERA.0E Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 42 unités 2/3. But

Plus en détail

Syndicat suisse des services publics

Syndicat suisse des services publics Syndicat suisse des services publics Groupe Enfance Av. Ruchonnet 45 Case postale 1324 CH- 1001 Lausanne Tél. 021 341 04 10 Fax 021 341 04 19 vaud@ssp-vpod.ch www.ssp-vpod.ch Document à l'attention du

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National:

APPEL A CANDIDATURE. Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National: APPEL A CANDIDATURE Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National: I. Directeur des Opérations Le Directeur des Opérations

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

Gestion de projet. Epreuves. Examens modulaires SVF-ASFC. Durée de l examen: 60 minutes. Moyens auxiliaires autorisés: aucun

Gestion de projet. Epreuves. Examens modulaires SVF-ASFC. Durée de l examen: 60 minutes. Moyens auxiliaires autorisés: aucun Examens modulaires SVF-ASFC Edition Automne 2009 Gestion de projet Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Élaboré par : Francine Roy, t.i.m. Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Adopté par le comité d inspection professionnelle : le 12 mars 2014 Adopté par le conseil d administration : le 14 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail