RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SECTEUR DES TRANSPORTS AU CAMEROUN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SECTEUR DES TRANSPORTS AU CAMEROUN"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail - Patrie RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SECTEUR DES TRANSPORTS AU CAMEROUN Réalisé par : M. NGOUMBE Zacharie Consultant Indépendant Yaoundé-Cameroun Sous la Coordination et la Supervision Générale de : M. Daniel EKWALLA BOUMA Economiste des Transports Senior (Coordination SSATP - Cameroun) Avril 2004

2 SOMMAIRE PAGES I- RESUME EXECUTIF 04 II- AVANT PROPOS 08 III- CONTEXTE 08 IV- APPROCHE METHODOLOGIQUE 09 V- INDICATEURS DU SECTEUR DES TRANSPORTS 09 VI- RECOMMANDATIONS ET CONCLUSION 30 VII- ANNEXES 1- Liste des personnes rencontrées 2- TDR de la consultation 3- Indications du SSATP AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page2sur 53

3 LISTE DES ABREVIATIONS ET SIGLES ADC : Aéroport du Cameroun APN : Autorité Portuaire Nationale BGFT : Bureau de Gestion du Fret Terrestre CEMAC : Communauté Economique et Monétaire d Afrique Centrale CCAA : Cameroon Civil Aviation Authority CUD: Communauté Urbaine de Douala CUY : Communauté Urbaine de Yaoundé CAMAIR : Société Aérienne du Cameroun (Cameroon Airlines) CAMRAIL : Société de Gestion des Chemins de Fer du Cameroun CAVIE : Enquête sur le Cadre de Vie des Populations de Douala et de Yaoundé DPP : Direction des Projets et Programmes ECAM : Enquête Consommation des Ménages INS : Institut National de la Statistique GUCE : Guichet Unique des Opérations de Commerce Extérieur MINAGRI : Ministère de l Agriculture MINDIC : Ministère du Développement Industriel et Commercial MINEPAT : Ministère de l Economie, de la Programmation et de l Aménagement du Territoire MINUH : Ministère de l Urbanisme et de l Habitat MINTP : Ministère des Travaux Publics MINTRANSPORTS : Ministère des Transports MINVIL : Ministère de la Ville OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement PAD : Port Autonome de Douala AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page3sur 53

4 PTMR : Programme de Transport en Milieu Rural RCA : République Centre Africain SDV : Société de Transite SOTUC : Société des Transports Urbains du Cameroun SSATP : Sud Saharien Africain Transport Policy Program TRANSTAT : Bulletin Statistique du Ministère des Transports AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page4sur 53

5 I- RESUME EXECUTIF Dans le cadre de la coordination et de la mise en place des politiques et des stratégies de transport durables, adaptées et efficaces dans les pays de l Afrique Subsaharienne, la Banque Mondiale a entrepris à travers son Programme de Politiques des Transports en Afrique Subsaharienne (SSATP), de soutenir les efforts de ces pays dans l élaboration et la production d une série d indicateurs de performance de l ensemble du secteur des transports. Cet appui indéniable vise entre autres à permettre à ces pays de mieux : - mesurer la contribution du secteur des transports à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) - rassembler des séries de données comparables et capables de faciliter la mise en place d une planification cohérente et durable des systèmes de transport ; - assurer efficacement une plate-forme d infrastructures et d équipements minimums de transport indispensables ; - réaliser des analyses comparatives intersectorielles entre les pays dans un espace temps déterminé. Pour la réalisation de ces objectifs, le SSATP s est engagé dans un premier temps à mettre à la disposition de ces pays, des consultants locaux afin de leur permettre de mieux structurer les données existantes en vue de produire un ensemble d indicateurs de performance assez significatifs. Dans un deuxième temps, il va contribuer à pérenniser le système de collecte et de production desdits indicateurs afin de les actualiser et normaliser leur processus de traitement. L objectif à terme est de mieux connaître les flux en terme de demande et d offre de transport et de mieux mesurer l impact du secteur des transports dans la dynamique de lutte contre la pauvreté, afin de mesurer l apport de ce secteur dans le processus de croissance et de création des richesses sur le plan national. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page5sur 53

6 A ce titre, mission a été donnée aux consultants ainsi sélectionnées de faire des propositions concrètes devant déboucher sur la pérennisation et à la mise en place d un mécanisme durable de collecte et de traitement des données en vue de mieux actualiser l ensemble des données à travers une standardisation et une normalisation plus poussées des procédures. Au Cameroun, l analyse s est faite suivant une approche participative à partir de trois phases essentielles : La première phase a porté sur une analyse documentaire des données disponibles permettant de mieux structurer l existant. La deuxième phase a consisté à faire des descentes sur le terrain afin de compléter les données recueillies à la première phase. Cette phase a permis de rencontrer les personnes ressources chargées de l élaboration des données de base tant au niveau du Ministère des Transports que dans l ensemble des Administrations clés et les organisations en charge de la gestion du système de transport et qui pourraient constituer l équipe restreinte capable de soutenir ce processus. Enfin, la troisième phase a porté sur le choix des méthodes de calcul et de traitement des données en vue de la production des indicateurs ainsi présentés en grande partie sous forme de tableaux synoptiques. D une manière générale, Excel a été retenue comme procédure de calcul suivant les orientations du SSATP. Par ailleurs, les deux grandes catégories d indicateurs de référence identifiés dans le cadre des orientations faites par le SSATP ont fait l objet de notre analyse à savoir : les indicateurs synthétiques et les indicateurs secondaires. I.1- Les Indicateurs Synthétiques Ils ont pour but de donner une vision globale et générale du secteur, afin de permettre une couverture de l ensemble des zones critiques du secteur des transports en Afrique subsaharienne. L orientation ainsi donnée par le SSATP pour ce type d indicateurs a porté sur les axes stratégiques d analyse ci-après : - La gestion du réseau routier ; AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page6sur 53

7 - L accès ou l accessibilité en zones rurales ; - L efficacité des systèmes des transports urbains ; - L efficacité des corridors de transit. I.1.1 La gestion du réseau routier S agissant de la gestion du réseau routier au Cameroun en relation avec le Ministère en Charge des Travaux Publics, il a été question de mesurer pour chaque type de routes disponible au Cameroun, le pourcentage du réseau selon qu il est en bon ou mauvais état. Ces indicateurs permettent de voir et de mieux connaître les niveaux des efforts consentis pour leur construction, leur entretien et leur réhabilitation. Ils permettent également de mieux cerner l adéquation ou la corrélation entre les ressources affectées et disponibles et le degré de praticabilité. Ainsi, le Cameroun dispose d un réseau routier d environ km de routes dont près de 4331 km bitumées, 9925 km en terre et km de routes rurales. Par ailleurs, au regard de la population et de la superficie du Cameroun, la densité du réseau routier est de 3km de routes pour 1000 habitants et de 107 km de routes pour 1000 km². Bien que la route ne soit pas le seul moyen de transport utilisé au Cameroun, cet axe d analyse permet de mesurer les efforts engagés par le Gouvernement en matière de gestion du réseau routier et de mieux comprendre ce qui reste à faire dans ce domaine particulier pour assurer convenablement la fluidité du trafic et la mobilité permanente des personnes, des biens et des marchandises sur le réseau routier national. I.1.2. L accessibilité en zones rurales Pour ce qui est de l accès et de la mobilité des populations en zones rurales, où l on compte la majeure partie de la population active nationale et où l on retrouve les plus grandes poches de pauvreté, les indicateurs calculés pour ce cas précis permettent de mesurer les écarts constatés et de mieux apprécier les efforts considérables qu il reste à déployer pour sortir le monde rural de son état d isolement. Ainsi, on note qu en moyenne au Cameroun, un ménage rural réside à près de 4 km d une route praticable. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page7sur 53

8 Une analyse conséquente et une étude plus détaillée et précise dans ce domaine devraient nécessairement passer par une enquête ménage plus poussée et mieux élaborée pour structurer des indicateurs performances plus efficaces et plus fiables. Car au Cameroun, le monde rural constitue la base de l économie et le moteur d un développement durable. Ces indicateurs permettent entre autres de mesurer les distances à parcourir par les populations rurales pour atteindre une route praticable. I.1.3. L efficacité du système des transports urbains Les indicateurs choisis par le SSATP sur cet axe d analyse permettent de mieux cerner non seulement les systèmes d organisation mis en place, mais aussi le niveau de développement du secteur informel dans les transports urbains. Ils permettent également de mesurer l impact de chaque type de transport utilisé en milieu urbain et de comprendre l impact du développement urbain sur le système des transports au Cameroun ; notamment dans les principales villes, Yaoundé et Douala. La liquidation de la Société des Transports Urbains du Cameroun (SOTUC) en 1996 a entraîné un désordre et un déséquilibre chronique dans ce sous secteur entre l offre et la demande de transport. Ce qui n a pas facilité la collecte et la gestion des données dans ce domaine précis. L impact des systèmes de transports utilisés aujourd hui n y est pas véritablement perceptible car ce sous-secteur est fortement dominé par le système informel. I.1.4. L efficacité des corridors de transit La mesure de l efficacité des corridors de transit est perçue à travers l organisation du système de transport tant pour le commerce international du Cameroun que pour les pays enclavés de la sous région CEMAC. En effet, le port de Douala étant considéré comme une plate-forme incontournable des économies de la sous-région, il a été question de mesurer l importance et l impact des corridors de transit sur les économies et plus précisément sur le transport des conteneurs. En effet, le transport des conteneurs est aujourd hui en perpétuel évolution dans le monde. Il convient ainsi de maîtriser les coûts et les délais de leur acheminement le long des corridors de transit passant par le Cameroun. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page8sur 53

9 Sur les 6000 km de routes qui constituent l ensemble des corridors structurant de transit international, les délais et les coûts d acheminement des conteneurs varient en fonction des origines et des destinations. I.2. Les indicateurs secondaires Parallèlement aux indicateurs synthétiques, le SSATP a retenu dans le cadre de cette première phase d étude, 62 indicateurs secondaires suivant chaque mode de transport. Une analyse du contexte et de la réalité camerounaise nous a permis de les adapter et les compléter suivant les données disponibles et les orientations qu ils peuvent constituer dans le processus et la dynamique de lutte contre la pauvreté. L objectif premier est de disposer dans chaque sous-secteur des transports, d une photographie fiable et plus fine non seulement sur l état mais aussi, de mesurer l efficacité du système de transport mis en place. En définitive, les indicateurs présentés ici permettent d apprécier globalement les performances et l efficacité du système des transports au Cameroun. D une manière générale, les pouvoirs publics consacrent une part équivalent à 1 % du PIB aux dépenses de transport, tandis qu en retour ce secteur contribue à hauteur de 5% à la réalisation de la richesse nationale (PIB) Cependant, l orientation donnée par le SSATP dans leur élaboration n a pas permis de prendre en compte les éléments ci-après : - L efficacité du système de transport fluvial et lacustre ; - le potentiel réel et inexploré du Cameroun en matière de transport ; - le degré d adaptation et le niveau réel de mobilité des populations en milieu rural. Pour ce faire, le consultant propose, pour une parfaite lisibilité et organisation future plus rationnelle, de : AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page9sur 53

10 - mener au cours des mois à venir une enquête ménage orientée vers le système de développement des transports au Cameroun (tous les modes confondus) ; - mettre en place dans chaque structure source de collecte des données, des task forces ou des points focaux capables de transmettre des données en temps réel en vue de l actualisation du système ainsi mis en place ; - organiser un séminaire à l attention des parties prenantes pour expliquer l importance, le mécanisme de collecte et d analyse des données afin de produire de manière durable des indicateurs fiables et efficaces du système ; - produire durablement et selon une périodicité à déterminer un ensemble d indicateurs de performance de l ensemble du secteur des transports. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page10sur 53

11 II AVANT - PROPOS Le présent rapport fait suite au contrat de prestation de service du 24 mars 2004 que nous avons eu à signer avec la Banque Mondiale (Mission Résidente de Yaoundé) en vue de la production et de l élaboration des indicateurs de performance du secteur des transports. La mission a consisté à : - procéder à une collecte rationnelle des données permettant de couvrir l ensemble du secteur des transports sur la base des orientations données par le SSATP. - Proposer d autres indicateurs à partir des données disponibles et compte tenu de la spécificité et du contexte propre du Cameroun. - Adopter des méthodes de calculs simples, efficaces et compréhensibles de tous pour mieux expliquer et décliner l ensemble des indicateurs. A partir de l approche méthodologique contenue dans les termes de référence du consultant, nous avons abordé le travail en deux phases afin d aboutir au présent rapport. La première a consisté à faire une analyse documentaire alors que la deuxième quant à elle a porté sur les descentes sur le terrain pour la collecte des données complémentaires et l identification des personnes ressources clés dans les différents organisme sources de données du secteur. C est le lieu pour nous ici de remercier toutes les personnes ressources qui ont bien voulu nous accueillir et nous fournir les données de base indispensables pour la réalisation de ce travail. Nos remerciements vont en particulier à la Cellule de Coordination du PTMR-Cameroun qui a facilité nos contacts dans les différentes Administrations et Organismes en charge de la gestion du système de transport au Cameroun. III- CONTEXTE Les pays africains dans leur globalité éprouvent d énormes difficultés à bâtir des modèles de planifications fiables et adaptés au développement des systèmes de transport, faute de données indispensables et d indicateurs de performances significatifs. Dans ce cadre complexe et de plus en plus confus il n est pas souvent facile d envisager AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page11sur 53

12 de manière rationnelle un paquet minimum d infrastructures et d équipements de transport de base. Face à cette situation trouble et à la prolifération des couches de plus en plus vulnérables au sein des populations du continent, il a paru indispensable d engager un processus fiable et efficace permettant à ces pays de mettre en place des banques de données crédibles. Pour permettre à ces pays de mieux structurer leur politique de transport et asseoir des stratégies de développement durable en la matière, le SSATP donne un cadre privilégié et adéquat de promotion et de coordination pour la production d indicateurs des performances indispensables au suivi et à la définition des politiques de transport durables, cohérentes et efficaces. Pour réaliser cet objectif, il a conçu et mis en place un canevas pour faciliter l élaboration et la production desdits indicateurs dans le secteur des transports en vue de mieux structurer les données de base et orienter les planificateurs. III- APPROCHE METHODOLOGIQUE L approche méthodologique adoptée par le SSATP a consisté au recrutement de consultants locaux pour mettre en place le mécanisme d élaboration et de production des indicateurs. Une fois ces consultants recrutés, ces derniers devraient proposer une approche classique permettant une collecte rationnelle et un traitement optimal des données. C est ainsi que pour le Cameroun, la démarche méthodologique retenue par le consultant s articule autour des phases suivantes : IV 1. L Analyse Documentaire Elle consiste à procéder à la collecte de la documentation existante tant au niveau du ministère des Transports que des autres Administrations et organismes en charge de la gestion des statistiques nationales et des transports. Cette collecte a permis de faire un tri rationnel des données et une analyse préliminaire de celles-ci. IV - 2. Les Descentes et collecte de données sur le terrain Cette phase a consisté à faire d une part, une actualisation des données disponibles et d autre part, à connaître et identifier les personnes ressources clés permettant d assurer la collecte permanente des données de base et pouvant constituer la task force ou points focaux indispensables à mettre en place. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page12sur 53

13 Elle a également permis de compléter l ensemble des données disponibles et de mettre en place des systèmes et des mécanismes de collecte. IV - 3. Le traitement et la production des indicateurs Cette troisième phase a consisté à déterminer les procédures à mettre en place ainsi que les méthodes de calcul, de traitement et d analyse à promouvoir pour mieux élaborer les indicateurs clés indispensables. Dans ce cadre précis, Excel a servi de base de travail pour la production des indicateurs au Cameroun. V- LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SECTEUR DES TRANSPORTS Conformément aux directives du SSATP et des termes de références de la présente consultation, deux types d indicateurs ont fait l objet d analyse dans ce rapport : - Les indicateurs synthétiques. - Les indicateurs secondaires. V.1- Les indicateurs synthétiques Ces indicateurs visent à synthétiser la situation des transports au Cameroun suivant les quatre axes d analyse fondamentaux pour la croissance et la réduction de la pauvreté à savoir : - la gestion du réseau routier ; - l accès en zone rurale ; - l efficacité des transports urbains ; - l efficacité des corridors. V.1.1- Gestion du réseau routier Les indicateurs retenus par le SSATP concernent l état des routes et leur conformité aux normes. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page13sur 53

14 Tableau 1 : Etat des routes en 2002 Réseau Type de route Etat Longueur en Km Pourcentage Bon % BITUMEE Médiocre % Très mauvais % Total % Bon % Médiocre % EN TERRE PRIORITAIRE Très mauvais % Total % Bon 361 3% RURALE Médiocre % Très mauvais % Total % TOTAL PRIORITAIRE Bon 0 0% BITUMEE Médiocre 0 0% Très mauvais 0 0% Total 0 0% NON Bon 0 0% PRIORITAIRE EN TERRE ET Médiocre 0 0% RURALE Très mauvais % Total % TOTAL NON PRIORITAIRE Bon % ENSEMBLE DU RESEAU Médiocre % Très mauvais % Total % Source : MINTP, nos calculs En raison de la rareté des ressources financières pendant la période de forte crise économique que le Cameroun a connu dans les année 90, le réseau routier s est considérablement dégradé. Ainsi, dans un souci de réhabilitation et de restructuration, ce réseau a été subdivisé en deux : un réseau prioritaire sur lequel est concentré l essentiel des dépenses routières, et un réseau non prioritaire qui ne reçoit que des financements résiduels et sporadiques. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page14sur 53

15 L indicateur sur l état du réseau routier au Cameroun est alors donné suivant cette nouvelle nomenclature du réseau routier national et la typologie des routes qui comprend : les routes bitumées ; les routes en terre et les routes rurales. - «42% des routes bitumées, 16% des routes en terre et 68% des routes rurales du réseau prioritaire sont en très mauvais état % soit la quasi totalité du réseau non prioritaire est en très mauvais état. - 30% de l ensemble du réseau routier national est praticable (état bon ou médiocre)» 1 V.1.2- Accessibilité en milieu rural Le réseau routier rural compte plus de km, cependant seuls km de routes sont praticables en toute saison soit moins de 18% en réalité du réseau national pour desservir les zones rurales où vivent plus de la moitié de la population camerounaise. Cette inadéquation du réseau à la population rurale induit des problèmes d accessibilité et de mobilité desdites populations en toute saison. Tableau 2 : Distance moyenne des habitants en zone rurale à une route praticable (2002) Provinces Population Générale Population Rurale Distances (en km) EXTREME-NORD ,5 NORD ,5 ADAMAOUA EST OUEST ,1 NORD-OUEST ,3 SUD-OUEST LITTORAL CENTRE ,5 SUD CAMEROUN ,8 Sources : PTMR/Etude des systèmes de transport en milieu rural 2002, nos calculs 1 Ministère des Travaux Publics AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page15sur 53

16 Selon le tableau 2 conçu à partir de la base des données de l enquête réalisée en 2002 dans le cadre de l étude sur les systèmes de transport en milieu rural (Cellule du PTMR), un ménage rural au Cameroun réside en moyenne à près de 4 km d une route praticable. V.1.3- Efficacité des transports urbains Depuis la liquidation en 1996 de la Société des Transports Urbains du Cameroun (SOTUC), qui assurait le transport de masse par grands bus dans les villes de Douala et Yaoundé, l offre de transport urbain s est considérablement réduite et dégradée, malgré la mise en place du système d agrément des opérateurs privés par Bus et Autocar, l autorisation des moto taxis et la concession de lignes à certains opérateurs privés. Cette ouverture a entraîné un désordre indescriptible et une inadéquation entre l offre et la demande de transport dans ces métropoles au point de faire naître au sein du système de transport, un réseau dominant de transport informel. Car face à la demande croissance et au déséquilibre chronique ainsi crée, des poches de transporteurs spontanés et des systèmes «à la débrouillardise» ont envahi le sous secteur. Le résultat de cette situation est qu aujourd hui, il n est aisé d avoir les données fiables dans ce sous secteur sans une étude approfondie qui dépasse largement le cadre de notre mission. Pour apprécier l efficacité des transports urbains au Cameroun, nous nous sommes limités aux deux plus grandes métropoles que sont Douala et Yaoundé. L enquête sur le cadre de vie des populations de Yaoundé et Douala (CAVIE) menée en 2002 par l Institut National de la Statistique, donne les indicateurs ci-après : Tableau 3 : Temps moyen de déplacement (en mn) vers les services socio-économiques de base en zone urbaine en 2002 VILLE Ecole Hôpital Marché Police cinéma DOUALA YAOUNDE Source : INS/CAVIE 2002, nos calculs V.1.4- Efficacité des corridors AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page16sur 53

17 Le réseau routier camerounais offre au trafic des marchandises en transit international de la sous région près de 6000 km de routes qui constituent l ensemble des corridors structurant. Ces corridors desservent tout particulièrement les pays enclavés tels que le Tchad et la RCA. A ce réseau routier, il faut ajouter la liaison rail qui en fait un maillon essentiel. V Les Coûts L évaluation des coûts de transport présente une marge d erreur inévitable du fait de la difficulté et de la divergence qu il y a à apprécier les coûts liés aux différents intervenants de la chaîne de transport dans les corridors. Sur la base du rapport COPETRANS «Coûts de la chaîne de transport international», de mai 1997, nous avons opéré la synthèse ci-après des coûts de passage portuaires, du transport terrestre (y compris le rail) et du fret maritime. Ces coûts présentés à titre indicatif ont certainement évolué à la faveur des différentes réformes menées dans le secteur. Tableau4 : Coûts de la chaîne des transports au Cameroun en FCFA /Tonne Coût par maillon de la chaîne Produits Terrestre Portuaire Maritime (fret) Coût total (passage) Bois grume Bois débité Banane Cacao Coton Café Caoutchouc Source COPETRANS, 1997 Cependant nos investigations auprès des transitaires au Port de Douala et du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT) ont permis d obtenir une autre structure de coûts plus actuelle, notamment vers les capitales des pays voisins Bangui (RCA) et Ndjamena (TCHAD), qui fait ressortir un coût de revient du transport (passage portuaire AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page17sur 53

18 et fret terrestre) de FCFA pour un conteneur 20 pieds de 10 tonne et FCFA pour 20 tonnes à destination de Bangui. Ces mêmes coûts sont respectivement de FCFA et FCFA vers Ndjamena. Tableau 5 : Coût (en F CFA) de sortie et de transport d un conteneur du PAD vers Bangui et Ndjamena en 2003 Coûts Conteneurs éq 20 /10 t Conteneur éq 20 /20 t Taxe PAD Douane Acconage Timbre BL Location terminal Manipulation terminal Titre transit Vacation douane Taxe Guichet Unique Total débours portuaires Transport terrestre vers Bangui Transport terrestre vers Ndjamena Autres formalités Coût total vers Bangui Coût total vers Ndjamena Source : SDV ; BGFT ; nos calculs V Durée totale moyenne de transport pour un conteneur Cette durée comprend le délai de passage portuaire et le temps de transport de la sortie du port à la destination finale selon qu il passe par la route ou par le transport combiné rail-route. Il faut noter la difficulté d évaluation des temps de transports par voie terrestre qui varient selon la destination, l itinéraire, le mode de transport (route ou rail) et même des saisons. Elle est de 28 jours entre Douala et Bangui et de 31 jours entre Douala et Ndjamena. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page18sur 53

19 Tableau 6: Délai moyen de sortie d un conteneur (TEU type équivalent vingt pieds) du Port de Douala jusqu à l arrivée à destination en 2002 Maillon Vers Bangui Vers Ndjamena Passage portuaire 19,5 jours 19,5 jours Délai de route 8 jours 7 jours Délai du rail - 4 jours DUREE TOTALE 27,5 jours 30,5 jours Source : SDV ; BGFT ; GUCE ; nos calculs V.2 LES INDICATEURS SECONDAIRES Les indicateurs secondaires permettent de disposer dans chaque sous secteur des transports d une photographie plus fine de l état du système de transport concerné. Ils sont regroupés en six catégories conformes au document de référence du SSATP à savoir : - la viabilité de la gestion du secteur des transports ; - le transport routier ; - le transport urbain ; - le transport ferroviaire ; - le transport maritime et le transport aérien. V.2.1 Viabilité de la gestion du secteur des transports V Les coûts Plusieurs Administrations interviennent dans la gestion et le développement des infrastructures et des équipements de transport au Cameroun. Il s agit notamment de : le MINTP, le MINTRANSPORT, le MINVIL, le MINUH, le MINAGRI les Commune et les organismes spécialisés tels que le Fonds Routier, la CCAA, l APN, les Ports Autonomes etc Ce qui rend assez difficile la centralisation des données sur les dépenses publiques affectées au secteur des transports. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page19sur 53

20 Tableau 7: indicateurs des coûts du secteur des transports en 2003 Indicateurs Unités Valeurs PIB milliard FCFA ,3 Dépense gouvernementale (invest.) milliard FCFA 161,4 Dépense de transport milliard FCFA 60 Dépense Routière milliard FCFA 54,2 Dépenses publiques en % du PIB 2% Dépenses publiques de Transport en % de dépenses gouvernement 37% Dépense totale routes en % PIB 1% Taxes Routières (Fond routier) milliard FCFA 26,7 Taux de couverture de la taxation routière 49% Source : INS, DPP/MINEPAT, nos calculs Les pouvoirs publics consacrent une part équivalent à 1 % du PIB aux dépenses de transport, tandis qu en retour ce secteur contribue à hauteur de 5% à la réalisation de la richesse nationale (PIB) Par contre une large part des dépenses gouvernementales d investissement, soit 37%, sont affectées au secteur des transports. Cet effort est compensé en partie par une taxation conséquente du secteur, notamment le sous secteur routier dont le taux de couverture des dépenses par les taxes est de l ordre de 49%. Au plan micro-économique, l impact des transports sur le ménage est important. Les dépenses de transport représentent en moyenne 8% des revenus des ménages Tableau 8: Dépenses de transports comparées au revenu des ménages Indicateurs Unités Valeurs Revenu annuel moyen des ménages milliard FCFA Dépenses annuelles moyennes des manages pour le transport milliard FCFA 79 Dépense de transport/ Revenus des ménages 8% Source : INS/ECAM F CFA = 550 $ US (Avril 2004) 3 1 F CFA = 550 $ US (Avril 2004) AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page20sur 53

21 Au plan national dans le système productif, les transports représentent un poste de coût important. Les coûts de transport représentent en moyenne 9% de l ensemble des consommations intermédiaires de production. Tableau 9: Equilibre ressources emplois des transports et de l'ensemble de l'économie, en milliards de F CFA, 2000/2001 Libellés Ensemble des Part des Transports produits transports Production % Importations % Autres ressources % Total des ressources % Cons, intermédiaires % Cons, finale des ménages % Autres consommations finales % FBCF % Var Stock % Exportations % Total des emplois % Source : INS, nos calculs V Autonomie financière Les données nécessaires au calcul des indicateurs sur l autonomie financière (recettes et charges) des organismes en charge de la gestion directe des différents modes de transport sont rarement disponibles à cause de leur nature jugée stratégique par les gestionnaires, dans un contexte de libéralisation qui les confrontent à une exigence de compétitivité face à une forte concurrence internationale. Cependant pour ce qui est du secteur aérien le ratio revenu d exploitation/charge donne un taux de couverture des charge de 92% en Pour ce qui est de l adéquation du recouvrement des coûts pour l ensemble du secteur, la détermination des revenus totaux liés à la taxation du secteur demande un recoupement fastidieux des données auprès de l administration des Finance, ce qui nécessite un temps de travail que n a pu couvrir le présent mandat. Les fonds extérieur représentent 53% des dépenses routières en 2003 tandis qu au niveau de l entretien routier ce sont les ressources internes (Fonds Routier) qui sont les plus utilisées avec 79% des financements, bien qu en baisse par rapport à 2002 où ces ressources représentaient 88% des fonds. AFR-Cameroon-road.doc imprimé le 6/26/ :06 Page21sur 53

Transportation Data Africa. Core Measures for Burkina Faso Indicateurs synthétiques & Données. (Initial Outputs)

Transportation Data Africa. Core Measures for Burkina Faso Indicateurs synthétiques & Données. (Initial Outputs) Transportation Data Africa Core Measures for Burkina Faso Indicateurs synthétiques & Données (Initial Outputs) Indicator Unit Required data[1] and comments Indicateurs synthétiques État des routes Pourcentage

Plus en détail

LES TRANSPORTS 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre ;

LES TRANSPORTS 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre ; LES TRANSPORTS 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre ; Politiques menées en matière d accès aux transports Le Mali est un vaste territoire d une superficie

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive

Une porte d entrée sûre, durable et compétitive LA PORTE LA PORTE CONTINENTALE ET ET LE LE CORRIDOR DE DE COMMERCE ONTARIO-QUÉBEC LA LA PORTE CONTINENTALE ONTARIO-QUÉBEC Une porte d entrée sûre, durable et compétitive Le 30 juillet 2007, les gouvernements

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

13 ÈME RÉUNION ANNUELLE DE L AFERA AU ZIMBABWE DU 22 AU 28 FÉVRIER 2015

13 ÈME RÉUNION ANNUELLE DE L AFERA AU ZIMBABWE DU 22 AU 28 FÉVRIER 2015 13 ÈME RÉUNION ANNUELLE DE L AFERA AU ZIMBABWE DU 22 AU 28 FÉVRIER 2015 LE ROLE DU FONDS ROUTIER DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL D UN PAYS S/THEME: ENTRETIEN ROUTIER ET DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Plus en détail

S A I N T L O U I S AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Saint Louis

S A I N T L O U I S AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Saint Louis S A I N T L O U I S REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

OFFICE D EXPLOITATION DES PORTS LA DEMARCHE QUALITE ET LES "NTIC» AU SERVICE DU CLIENT ET DE L'ENTREPRISE

OFFICE D EXPLOITATION DES PORTS LA DEMARCHE QUALITE ET LES NTIC» AU SERVICE DU CLIENT ET DE L'ENTREPRISE OFFICE D EXPLOITATION DES PORTS LA DEMARCHE QUALITE ET LES "NTIC» AU SERVICE DU CLIENT ET DE L'ENTREPRISE INTRODUCTION L'expérience de L'ODEP en matière de : - démarche qualité - Utilisation des NTIC Leur

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Les observatoire des transports dans le programme de facilitation des CERs et des corridors

Les observatoire des transports dans le programme de facilitation des CERs et des corridors Les observatoire des transports dans le programme de facilitation des CERs et des corridors Forum Transport du SSATP Dakar, Sénégal 10 & 11 décembre 2013 1 Structure du Guide Pratique pour les Observatoires

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

LE SECTEUR DU TRANSPORT. Situation Général. Le transport routier au Togo

LE SECTEUR DU TRANSPORT. Situation Général. Le transport routier au Togo LE SECTEUR DU TRANSPORT Situation Général Le Togo est une bande de terre d une superficie de 56 600 km 2 avec une façade maritime de 50km de longueur environ. En matière d infrastructures de transports,

Plus en détail

Chemins de fer en Afrique subsaharienne (ASS)

Chemins de fer en Afrique subsaharienne (ASS) Chemins de fer en Afrique subsaharienne (ASS) Lignes ferroviaires en ASS Volume moyen du transport ferroviaire en ASS de 2001 à 2005 en milliards de tonnes au kilomètre (tkm) 3.0 2.5 2.0 1.5 Rep. d Afrique

Plus en détail

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN:

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: LE ROLE INCLUSIF DE LA POSTE BERNE, le 09 Novembre 2009 Atelier sur l inclusion l financière par les services de banques postales Vous servir est notre priorité Site web:

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Séminaire de validation de l EDIC actualisée

Séminaire de validation de l EDIC actualisée Séminaire de validation de l EDIC actualisée Investissement, coût des facteurs et des consommations intermédiaires Bamako, 3 et 4 avril 2015 Séminaire de validation de l EDIC actualisée Soutenir l investissement

Plus en détail

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019

GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 GRAND PORT MARITIME DE LA ROCHELLE Projet stratégique 2014-2019 Présentation en Conseil de Surveillance le 28 mars 2014 Démarche d élaboration Thème Analyse stratégique Perspectives de développement du

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Chef de Service Marketing et RE Tél:

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Difficultés d enquête sur les coûts de transport en Afrique centrale: cas du corridor Douala N djaména

Difficultés d enquête sur les coûts de transport en Afrique centrale: cas du corridor Douala N djaména Difficultés d enquête sur les coûts de transport en Afrique centrale: cas du corridor Douala N djaména Robert NGONTHE, Marcel OPOUMBA & Thierry MAMADOU ASNGAR ISSEA Plan de la Présentation Introduction

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives

LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives LE SECTEUR DU BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS (BTP) AU CAMEROUN : Etats des lieux et perspectives Sommaire Liste des tableaux 3 Liste des graphiques 3 Résumé 4 INTRODUCTION 5 I : Présentation du secteur du

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER

Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER Communication : *** GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE SECTEUR DE LA ROUTE ET DU TRANSPORT ROUTIER Dossier présent senté par Sourou G. CODJA DPP/MDCTTP-PR PR SOMMAIRE ENONCE DE PRINCIPES APPLICATIONS

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

- 23 - TABLEAU COMPARATIF

- 23 - TABLEAU COMPARATIF - 23 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution, Vu le traité instituant la Communauté européenne et notamment ses articles 5 et 16, Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution,

Plus en détail

IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS :

IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS : IMPLICATION D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE DANS LES OPERATIONS DE TRANSPORTS PUBLICS : L EXPÉRIENCE DE DOUALA Présenté par M. LAMI Chargé d Études à la Direction des Études, de la Planification Urbaine et du

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Transport maritime courte distance

Transport maritime courte distance Transport maritime courte distance Nicole Trépanier ZIP Ville-Marie Stratégies Saint-Laurent Longueuil - 7 juin 2006 Armateurs du Saint-Laurent 19 membres actifs (transporteurs maritimes) 55 membres associés

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Réunion du Groupe de Travail Infra Bruxelles, le 16 juillet 2008. Définition d un Réseau Euro-Méditerranéen Transports

Réunion du Groupe de Travail Infra Bruxelles, le 16 juillet 2008. Définition d un Réseau Euro-Méditerranéen Transports Réunion du Groupe de Travail Infra Bruxelles, le 16 juillet 2008 Définition d un Réseau Euro-Méditerranéen Transports Récapitulatif d exercices similaires réalisés Réunion du Groupe de Travail Infra -

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

N 115 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1967 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. portant réforme du régime relatif

N 115 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1967 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. portant réforme du régime relatif PROJET DE LOI adopté le 25 mai 1967 N 115 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1966-1967 PROJET DE ADOPTÉ PAR LE SÉNAT LOI portant réforme du régime relatif aux droits de port et de navigation. Le Sénat

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/5 27 juin 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Formations professionnelles maritimes et portuaires 2014

Formations professionnelles maritimes et portuaires 2014 Formations professionnelles maritimes et portuaires 2014 Depuis 1978, l Institut du port de Marseille Fos est spécialisé dans les formations professionnelles dans les domaines du maritime et du portuaire.

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lima Bogota (avant) I-1 Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lagos Dar es Salaam Impacts profonds du Transport I-2 Le transport touche presque chaque aspect de la vie urbaine Économique, développement

Plus en détail

République Togolaise Ministère de l Economie et des Finances Cabinet AVIS DE RECRUTEMENT

République Togolaise Ministère de l Economie et des Finances Cabinet AVIS DE RECRUTEMENT République Togolaise Ministère de l Economie et des Finances Cabinet AVIS DE RECRUTEMENT Dans le cadre de la mise en place de l Office Togolais des Recettes (OTR), le Ministre de l Economie et des Finances

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE 12 nov. 2014 COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE Elu référent : Luc Rémond Le 12 novembre 2014 Voreppe Hôtel de ville Sommaire de l intervention 1. Chiffres-clé sur les déplacements

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 Rôle du transport routier de marchandises et de voyageurs dans le développement

Plus en détail

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Guiatin Youssouf Institut National de la Statistique et de la Démographie, Burkina Faso guiatinyoussouf@yahoo.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

-------------------------- -----------------------------

-------------------------- ----------------------------- ---------- ------------- REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DE L ECONOMIE, DE LA PLANIFICATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE PROJET COMPETITIVITE DES FILIERES DE CROISSANCE -------------

Plus en détail

LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE

LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE LE TRANSPORT URBAIN EN TUNISIE Thème présenté par Mounira Yahyaoui Directrice Générale de la Planification et des Etudes Ministère du Transport 11 Décembre 2012 1 Le transport urbain de voyageurs comporte

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CAMEROUN

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIQUE DU CAMEROUN Ministère des Postes et Télécommunications En collaboration avec la Commission de l Union Africaine Conclusions de l atelier de formation sur les meilleures pratiques pour la mise

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN

LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN LUTTE CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE ET PROMOTION DES VEHICULES PROPRES AU BENIN Présenté par M. Wabi MARCOS Coordonnateur Sous Programme Lutte Contre la Pollution Atmosphère INTRODUCTION PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions La logistique contribue, de manière significative, au développement

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Les métiers et formations. en Transport et Logistique

Les métiers et formations. en Transport et Logistique Les métiers et formations en Transport et Logistique Sommaire Quelques indicateurs nationaux et régionaux de la branche professionnelle Présentation de la chaine logistique (marchandises) Présentation

Plus en détail