De meilleures compétences pour un meilleur emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De meilleures compétences pour un meilleur emploi"

Transcription

1 Se propulser à l avant-garde : Coup d oeil sur la recherche no 3 De meilleures compétences pour un meilleur emploi Comment favoriser la transition d un emploi peu spécialisé à un emploi très spécialisé grâce aux initiatives Après la publication des documents Approches appuyées par l industrie et Une meilleure vue sur l emploi, De meilleures compétences pour un meilleur emploi est le troisième d une série de coups d œil sur la recherche pour Se propulser à l avant-garde, une série qui prône de faire preuve d innovation dans les programmes d alphabétisation et de compétences essentielles afin d obtenir des résultats concrets. La série cherche à explorer le rôle que peuvent jouer les programmes d alphabétisation et de compétences essentielles pour appuyer le développement économique local et la formation de la main-d œuvre. Le présent document explore les initiatives d «échelons de carrière» (appelées «Career Ladders» en anglais), une série de programmes interreliés d alphabétisation, de formation linguistique et de formation professionnelle qui permettent aux individus d obtenir un emploi dans un secteur industriel ou professionnel précis, puis de gravir successivement les échelons de formation et d emploi au sein du secteur. Chaque étape vise explicitement à répondre aux besoins tant des participants que des employeurs afin de leur permettre d obtenir les compétences nécessaires en milieu de travail. EEn Ontario, il a été très difficile de déterminer si nos interventions actuelles en matière de formation et d emploi sont efficaces pour les chercheurs d emploi peu scolarisés et prestataires d aide sociale. Toutefois, même en l absence de données exhaustives, le taux élevé auquel ces personnes retournent au programme Ontario au travail (OT) suggère que notre système d éducation et de formation n a pas été particulièrement efficace pour elles (Commission d examen du système d aide sociale de l Ontario, 2012). Idéalement, notre système devrait offrir à ces personnes une base leur permettant de faire une transition initiale entre le soutien du revenu et le marché du travail, tout en favorisant un avancement professionnel et une progression salariale continus en milieu de travail. Même les plus courtes interventions en matière d emploi et les plus brèves périodes de travail devraient être l occasion de contribuer à améliorer les capacités, les atouts et la trajectoire de carrière d une personne. Dans la plupart des cas, les programmes d alphabétisation et de compétences essentielles et leurs transitions vers la formation professionnelle ou les programmes d études postsecondaires ne s alignent généralement pas sur les secteurs d emploi, l information sur le marché du travail ou la progression en milieu de travail. Ce manque d harmonisation est particulièrement vrai

2 2 Se propulser à l avant-garde : Coup d oeil sur la recherche no 3 lorsqu il s agit des types de professions normalement accessibles aux personnes sans diplôme d études secondaires. Les chercheurs d emploi comme les travailleurs peu qualifiés se heurtent souvent à des obstacles considérables quand il s agit d améliorer leurs capacités, car ils sont aux prises avec des contraintes financières, des besoins en matière de transport et de garde d enfants, des emplois itinérants et des heures de travail irrégulières (Lawton, 2009). Par ailleurs, pour les employeurs, le fait d avoir des travailleurs qui peuvent passer d un emploi peu spécialisé à un emploi plus spécialisé augmente la satisfaction et la productivité de la main-d œuvre, réduit le roulement du personnel ainsi que le temps et l argent consacrés au recrutement, et améliore le rendement global de l entreprise. Alors, même si nous savons que le travail peu spécialisé est structuré d une certaine façon, nous savons aussi que l éducation et la formation sont souvent configurées autrement et ces deux configurations ne concordent pas toujours. En effet, l écart entre la structure de la formation de la main-d œuvre et celle des emplois de premier échelon a des conséquences graves pour les travailleurs peu qualifiés et leur famille, les employeurs, et le développement économique local et régional. Bien qu il n y ait pas de formule magique pour créer des systèmes d emploi efficaces pour les chercheurs d emploi et les travailleurs peu scolarisés, un cadre communément appelé «Career Ladders» (échelons de carrière), «Career Pathways» (cheminements de carrière) ou «Stackable Learning» (apprentissage cumulable) donne des résultats prometteurs dans un certain nombre de pays. Ces initiatives font appel à une série de programmes d éducation et de formation progressifs qui permettent explicitement aux personnes d obtenir un emploi dans un secteur industriel ou professionnel précis, ainsi que de gravir successivement avec le temps les échelons de formation et d emploi au sein du secteur. De plus, les «échelons» de ces initiatives correspondent aux normes communes de l industrie pour des professions données afin de permettre aux employeurs de reconnaître les compétences acquises. Enfin, ces cours et programmes sont conçus et organisés de façon à permettre aux travailleurs d apprendre tout en gagnant un revenu. Certes, il ne s agit que de résultats préliminaires, mais les initiatives semblent très prometteuses pour aider les personnes peu qualifiées qui oscillent depuis longtemps entre le soutien du revenu et le marché du travail à atteindre le premier échelon de carrière et à progresser vers l autosuffisance (Martinson, 2010). Il est raisonnable d offrir du soutien continu à l emploi sous forme d occasions d apprentissage progressives et cumulables quand il s agit de personnes prises dans un cercle vicieux de «faible rémunération-sans rémunération». Effectivement, les tendances économiques et démographiques récentes viennent confirmer le fait que les chercheurs d emploi, les travailleurs peu qualifiés, les employeurs et les collectivités pourraient tous tirer parti d une approche délibérée et systématique à la création. À qui les initiatives visent-elles à venir en aide? Les difficultés que l on rencontre en essayant de faire passer les personnes peu scolarisées et prestataires de soutien du revenu vers des possibilités d emploi durables sont bien documentées. La récente Commission d examen du système d aide sociale de l Ontario décrit d ailleurs ces personnes comme étant «loin d être prêtes à l emploi» (2012), tandis que Don Drummond dans la Commission de la réforme des services publics de l Ontario décrit cette population comme des «personnes nécessitant des interventions complexes» (2012). Peu importe les termes utilisés pour décrire cette population, on s accorde généralement pour dire que les services d emploi et de formation de l Ontario ne produisent pas de résultats optimaux quand il s agit d aider ce type de personnes à atteindre tant l autosuffisance qu une progression vers un salaire suffisant pour subvenir aux besoins de leur famille. Comme le fait remarquer la Commission d examen du système d aide sociale de l Ontario (2012) : Le taux élevé de retour au programme Ontario au travail s explique, en partie, par la nature même du marché du travail et la grande part d emplois temporaires ou à faible revenu. Cependant, il est possible qu il mette aussi en évidence le caractère inadéquat des services existants pour préparer les bénéficiaires à un emploi plus durable et à offrir des mesures de soutien intégrées afin d éliminer les obstacles à l emploi. (p. 50) Dans son récent coup d œil sur la recherche, Une meilleure vue sur l emploi : Qu est-ce qui fonctionne pour les chercheurs d emploi peu scolarisés (2012), Essential Skills Ontario discute du lien étroit entre le faible niveau de scolarité, les taux d emploi et le fait de vivre aux crochets du gouvernement. De même, dans leur étude Le ralentissement économique et le niveau de scolarité (2012), Statistique Canada et le Conseil des ministres de l Éducation (Canada) (CMEC) résument la relation entre le niveau de scolarité atteint et le taux d emploi en faisant remarquer que le taux d emploi des individus ayant fait des études postsecondaires ou ayant un diplôme d études secondaires est revenu à son niveau d avant la récession, tandis que le taux d emploi des personnes sans diplôme d études secondaires a continué de diminuer malgré la reprise économique. Ils font remarquer que le niveau d emploi actuel des personnes sans diplôme d études secondaires est toujours de 14,5 % inférieur à ce qu il était en 2008 (Statistique Canada et Conseil des ministres de l Éducation [Canada], 2012).

3 De meilleures compétences pour un meilleur emploi 3 En effet, si l on observe les taux d emploi des personnes sans diplôme d études secondaires au cours des 20 dernières années, on verra qu ils ont connu une baisse constante de près de 2 % par année. Bien qu un grand nombre de facteurs contribuent à la probabilité qu une personne reçoive du soutien du revenu, une caractéristique prédominante chez les prestataires de soutien du revenu est l absence de diplôme d études secondaires. Un examen du niveau de scolarité des bénéficiaires du programme Ontario au travail (OT) et du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) indique que près de la moitié des bénéficiaires d OT et plus de la moitié des bénéficiaires du POSPH n ont pas terminé leurs études secondaires ou l équivalent. Des études révèlent aussi que les petits salariés et les personnes peu scolarisées sont également les moins susceptibles de recevoir de la formation en cours d emploi (Statistique Canada et le Conseil des ministres de l Éducation [Canada], 2012). Les conséquences de ces constatations sont présentées dans le document de travail An Analysis of Skill Mismatch Using Direct Measures of Skills (2011) de l OCDE : [ ] beaucoup de travailleurs en situation de déficit de compétences ne reçoivent pas de soutien. Le rôle de la politique publique est donc particulièrement important car beaucoup d autres employeurs n ont peut-être pas les incitatifs nécessaires pour investir dans les compétences élémentaires de leurs employés même si le besoin s en fait sentir, comme dans des situations de déficit de compétences. À moins que les besoins des employés ne concordent clairement avec les besoins de l entreprise et que les risques de l investissement soient minimes, les employeurs n utilisent pas nécessairement leurs incitatifs pour appuyer le développement de compétences «générales» ou «élémentaires» [ ] Si, comme l a démontré l étude, la tendance consiste à offrir la formation principalement aux personnes qui utilisent les habiletés en question, les compétences de la maind œuvre risquent de diverger de plus en plus, car certains travailleurs attireront plus d investissement dans le développement continu de leurs compétences, tandis que d autres seront laissés sans aucun soutien. (traduction libre, p. 7-8) L absence de formation et de mesures de soutien efficaces pour les personnes peu scolarisées, qu elles aient un emploi ou non, vient aggraver les difficultés auxquelles font face beaucoup de personnes peu qualifiées. Effectivement, le fait de maintenir le statu quo indique que les personnes peu qualifiées risquent de toujours le rester et qu elles sont les meilleures candidates pour tomber dans le cercle vicieux de «faible rémunération-sans rémunération». De plus, selon les données de l OCDE pour le Canada, les adultes ayant le moins d éducation sont aussi les Diagramme 1 : Participation à des activités de formation formelles ou non formelles, selon le type de formation et le niveau de formation initiale (2007) Postsecondaire tertiaire Postsecondaire non tertiaire Secondaire Inférieur au niveau secondaire 18% 32% % Pourcentage 64% Source : OCDE (2011), Regards sur l éducation de l OCDE 2011 : Les indicateurs de l OCDE, Éditions OCDE. P moins susceptibles de participer à des activités de formation formelles ou non formelles continues. Les données et les résultats de ces rapports sont d importants rappels de la raison pour laquelle il faut de nouvelles approches pour aider les personnes se trouvant en marge des occasions de formation et d emploi. D autres pays ont connu des difficultés semblables en offrant des services aux personnes mal préparées, sous-exploitées et prestataires de soutien du revenu. Un dénominateur commun aux pays qui ont mis en œuvre des initiatives a été le désir de résoudre un problème apparemment insoluble et la croyance que, en orientant volontairement leurs efforts vers les adultes ayant des compétences limitées, les systèmes et les programmes pouvaient avoir de meilleurs impacts sociaux. Qu est-ce qu une initiative? Une initiative (appelée «Career Ladders» dans les pays anglophones) est un cadre émergeant servant à la fois à concevoir des programmes de formation et à favoriser l apport de changements plus systématiques. Ce cadre est vite devenu très populaire grâce au travail des départements américains de l Éducation, de la Santé et des Services sociaux, et du Travail, en collaboration avec l organisme Alliance for Quality Career Pathways (AQCP). Des variantes du cadre ont aussi été mises

4 4 Se propulser à l avant-garde : Coup d oeil sur la recherche no 3 en place à divers degrés et sous différentes formes en Australie, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande et dans d autres pays. Les programmes et les organismes qui font partie d une initiative se concentrent souvent sur des ensembles précis de compétences professionnelles se rapportant à une industrie ou à une profession donnée qui est en pleine croissance dans leur collectivité locale. Les initiatives de changements systémiques s attachent à accroître l harmonisation entre les établissements et les activités de coordination c est-à-dire orchestrer les ressources et les programmes existants tout en trouvant et en assemblant les pièces manquantes du cadre. Ces initiatives se concentrent sur l acquisition progressive de compétences chez les adultes peu qualifiés et les jeunes décrocheurs en offrant une séquence simplifiée de services d éducation et de formation qui permet aux apprenants (souvent pendant qu ils travaillent) de gravir successivement avec le temps les échelons de formation et d emploi dans un secteur industriel ou professionnel précis. Chacun de ces services allie de la formation sans attestation (telle que des programmes d alphabétisation et de formation de base ou d anglais langue seconde [ALS]) et de la formation avec attestation, tout en aidant les adultes sans diplôme d études secondaires à contourner les voies de formation traditionnelles et à obtenir des attestations cumulables à mesure qu ils progressent. De plus, les initiatives offrent habituellement de nombreux points d entrée et de sortie afin de pallier les difficultés auxquelles se heurtent les travailleurs itinérants et à temps partiel. Les initiatives offrent habituellement de nombreux points d entrée et de sortie afin de pallier les difficultés auxquelles se heurtent les travailleurs itinérants et à temps partiel. De façon générale, les initiatives servent de levier pour amener les diverses parties prenantes à faire des compromis. On demande aux formateurs de personnaliser le contenu de leurs programmes et leurs stratégies d enseignement afin de répondre aux besoins des travailleurs dans des contextes d emploi précis; on encourage les employeurs à rendre le travail plus convivial pour les apprenants en acceptant la formation pendant les heures de travail, en fournissant de l espace pour l enseignement et en facilitant l avancement professionnel; et on incite les organismes sociaux à résoudre les obstacles qui pourraient nuire aux participants en dehors du milieu de travail allant des problèmes de garde d enfants à l acquisition de compétences pour gérer son temps et faire son budget non seulement pour les chercheurs d emploi, mais aussi pour les travailleurs à faible revenu. Cette approche est particulièrement appropriée pour les adultes peu qualifiés, étant donné les multiples obstacles auxquels ils font souvent face, chacun ayant le potentiel de faire dérailler leurs aspirations de carrière. À quoi ressemblent les initiatives d échelons de carrière? Depuis 2001, aux États-Unis seulement, 28 États et des centaines de programmes et collèges communautaires ont lancé des initiatives. Bien que la raison d être de ces initiatives ait varié, elle réside, dans la plupart des cas, dans un désir d étendre le concept de «formation en apprentissage» et d inclure de façon non formelle des cheminements de carrière dans les types d industries susceptibles d accepter de travailler avec des adultes peu qualifiés et de jeunes décrocheurs. Bref, les promoteurs des initiatives voulaient donner aux personnes sans diplôme d études secondaires l occasion d apprendre en cours d emploi tout en fréquentant l école par intervalles. Bien que les programmes et initiatives aient des principes, des caractéristiques et des éléments généraux en commun, on observe peu d uniformité dans leur organisation et leurs mécanismes de prestation (Fein et Abt Associates Inc., 2012), que ce soit à l échelle de l État, de la province, de la région ou de la collectivité. Ces différences sont compréhensibles, étant donné que le processus de création demande à la collectivité de faire un bilan complet de ses atouts, ressources (approches axées sur les réalités locales) et capacités en emploi et en formation, d examiner la démographie des adultes en âge de travailler, et de former des partenariats locaux avec des industries en pleine croissance afin de déterminer ce qu il manque ou ce qu il faut restructurer pour répondre aux besoins des chercheurs d emploi et des travailleurs peu qualifiés. Pour être efficaces, les initiatives doivent pouvoir s adapter afin de vaincre des obstacles précis à l emploi et d appuyer les fournisseurs de main-d œuvre de la région. Dans certains cas, un seul fournisseur, normalement un collège communautaire (mais pas exclusivement), en collaboration avec un seul secteur de l industrie, se charge de mettre sur pied et d administrer le programme. Dans d autres collectivités, les initiatives ont tenté d opérer des transformations en organisant des initiatives à grande échelle, dans de nombreux établissements et de nombreux organismes appuyant de multiples échelons de carrière. Bien qu il

5 De meilleures compétences pour un meilleur emploi 5 Initiative Career Pathways de l Arkansas Le but de cette initiative de cheminements de carrière, lancée en 2005 à l échelle de l État, était à la fois de répondre à la demande croissante des employeurs pour une main-d œuvre qualifiée et d accroître les titres de compétence chez les adultes en répliquant et en institutionnalisant un modèle nouveau de prestation de services d emploi et de formation afin de mieux répondre aux besoins uniques des apprenants adultes en particulier les adultes peu spécialisés et à faible revenu faisant face à de multiples obstacles à l emploi. Le modèle comprend entre autres les éléments suivants : un cheminement clair de formation continue et d emploi, des stratégies d enseignement innovatrices visant à améliorer la persévérance scolaire, des diplômes d études collégiales décomposés en plusieurs certificats, des mesures de soutien aux apprenants et l alignement sur l industrie locale. Des collèges et des organismes communautaires, en collaboration avec des employeurs et des conseils de planification de la main-d œuvre locaux, ciblent les secteurs locaux à forte croissance et à forte demande. On a créé des certificats du programme Career Pathways menant à un diplôme dans les secteurs de la fabrication, des soins de santé, du commerce au détail et du service à la clientèle, du transport et de l entreposage, ainsi que des services professionnels et techniques. Depuis son lancement, l initiative Career Pathways de l Arkansas a connu une croissance importante et a permis à des milliers de participants d obtenir des certificats et des diplômes, et une grande majorité d entre eux ont obtenu à la fois un certificat et un emploi stable dans leur cheminement de carrière. SOURCES: Arkansas Career Pathways Initiative. Extrait de Stephens, R. P. (2009). Charting a Path: An Exploration of the Statewide Career Pathway Efforts in Arkansas, Kentucky, Oregon, Washington and Wisconsin. Seattle, Seattle Jobs Initiative. y ait beaucoup de différences entre les divers cadres d échelons de carrière, ils reposent tous sur des attestations cumulables qui sont comprises et qui ont cours dans une industrie donnée. Par exemple, beaucoup de programmes américains d échelons de carrière dans le domaine de la fabrication utilisent le système de certification des compétences en fabrication de la NAM (appelé «NAM Manufacturing Skills Certification System»), qui offre des attestations cumulables et transférables s appliquant à tous les secteurs de l industrie de la fabrication et reconnues par ceux ci. Ces attestations permettent de valider les habiletés et les compétences requises pour être productif et réussir dans les postes de premier échelon de n importe quel milieu de la fabrication (Manufacturing Institute, 2012). Le système enseigne à la fois des compétences techniques et non techniques, afin de munir les participants des compétences tant personnelles que professionnelles nécessaires pour la fabrication de pointe. Les certificats n exigent pas nécessairement un diplôme d études secondaires et s alignent sur les programmes de formation de base et les programmes collégiaux afin d offrir un cheminement progressif d avancement professionnel ainsi que la possibilité de poursuivre des études collégiales. Types de systèmes locaux d échelons de carrière Diagramme 2 : Types de systèmes locaux Programme aligné sur l industrie locale De multiples programmes alignés sur l initiative locale Initiative locale dans un seul établissement Quels avantages les employeurs tireront-ils des initiatives d échelons de carrière? Toute discussion concernant l emploi ou le marché du travail ontarien tourne inévitablement autour de la question de l inadéquation des compétences. D après les données du gouvernement du Canada, on s attend à ce que la pénurie dans la disponibilité des travailleurs atteigne 1,4 million et peut-être

6 6 Se propulser à l avant-garde : Coup d oeil sur la recherche no 3 L organisme de développement de la main-d œuvre de Singapour L organisme de développement de la main-d œuvre de Singapour, appelé Workforce Development Agency (WDA), a été mis sur pied dans le but précis et délibéré d encourager la participation plus directe des employeurs à la formation, d améliorer la réceptivité des employeurs à l application des compétences et d offrir des certificats de compétence dans des industries en pleine croissance. Afin de pallier la pénurie de compétences dans le secteur du commerce au détail, la WDA et l association des marchands de Singapour ont collaboré à la mise sur pied d un institut des études sur le commerce au détail, le Singapore Institute of Retail Studies, qui offre un continuum de formation et de certificats progressifs allant du service à la clientèle et des opérations de base à un diplôme complet de gestion de la vente au détail. Les programmes sont offerts tant aux chercheurs d emploi qu aux titulaires de postes. On utilise des approches semblables pour 30 autres secteurs de l industrie, y compris l accueil, la logistique, la préparation des aliments, le transport, la fabrication, la gestion des déchets et les services de santé. SOURCE : Singapore Workforce Development Agency. Extrait de jusqu à 3,9 millions d ici 2031, selon les hypothèses de croissance de la population utilisées (Miner, 2012). D ailleurs, les associations d employeurs se préoccupent de plus en plus des pénuries de main-d œuvre actuelles et futures, ou, comme le fait remarquer la Chambre de commerce de l Ontario, «L Ontario fait face à un défi paradoxal il connaît des sommets historiques de chômage et de sous-emploi, ainsi que des pénuries de main-d œuvre et de compétences dans des secteurs clés» (2012) [traduction libre]. Souvent, les employeurs s inquiètent de l absence d une spécialisation particulière, mais, le plus souvent, ils recherchent un ensemble complet de compétences professionnelles et de «savoir-être» ces compétences générales de communication, d interaction et de résolution de problèmes qui sont nécessaires dans le milieu de travail du XXI e siècle. Ces pénuries de main-d œuvre ne se restreignent pas aux types d emplois liés à la haute technologie ou aux métiers dont on a l habitude d entendre parler. Au contraire, la plupart du temps, on les retrouve dans des industries qui exigent une combinaison de compétences différente de celle de leur main-d œuvre recherchée. Divers secteurs industriels, tels que la transformation des aliments, la fabrication de pointe, l exploitation minière, et la chaîne d approvisionnement et logistique, expriment des préoccupations quant à l offre future de travailleurs. En effet, bon nombre des cheminements de carrière possibles dans ces secteurs et professions ne font pas partie des cours postsecondaires traditionnels offerts ni des programmes conventionnels de perfectionnement de la main-d œuvre. Même les détaillants ont commencé à exprimer des inquiétudes quant à la qualification de leur main-d œuvre future, y compris le recrutement de nouveaux employés, le maintien en poste, la formation et la progression vers des postes de gestion (Kopun, 2012). Même si les cadres n ont pas encore fait l objet d évaluations rigoureuses quant aux résultats et aux conséquences pour les employeurs, on s entend généralement pour dire qu ils ont considérablement accru la participation à la formation et l engagement de l industrie tant au niveau local que régional. De plus, étant donné que les organismes de prestation locaux ont aligné leur formation sur les emplois en demande et la progression professionnelle, de plus en plus d employeurs offrent aux employés occupant des postes peu spécialisés le temps ou les ressources financières nécessaires pour améliorer leurs compétences (Colburn et coll., 2006). Aller de l avant en Ontario Pour la plupart des adultes sans diplôme d études secondaires et qui sont prestataires de soutien du revenu, il est difficile d obtenir un diplôme d études postsecondaires entraînant un emploi immédiat et bien rémunéré. Même pour ceux qui trouvent du travail, les occasions de formation sont limitées, en partie à cause de la façon dont les services d éducation et de formation sont organisés et offerts dans la plupart des collectivités. Bien que l Ontario jouisse d un système de formation diversifié et relativement bien financé, la réalité est que notre système n a pas donné les résultats souhaités en ce qui concerne les besoins en matière d emploi et l avancement professionnel des adultes peu qualifiés qui sont soit prestataires de soutien du revenu, soit confinés dans des emplois peu rémunérés. Effectivement, beaucoup d intervenants en emploi et en formation en sont venus à prévoir, et même à accepter, que peu de choses changeront pour une grande partie de cette population.

7 De meilleures compétences pour un meilleur emploi 7 Diagramme 3 : Harmonisation des cadres provinciaux, de l industrie régionale et des activités locales Système provincial Amélioration du système guidé par les données Réceptivité à l IMT et à la population cible Harmonisation du système Vision commune ou solide direction Associations d entreprises et d industries Cadres de classification propres à l industrie Viabilité et ampleur Réceptivité aux grappes industrielles locales Initiatives régionales Approches axées sur les réalités locales Cadres d assurance de la qualité Harmonisation des programmes Vision commune ou solide direction Éléments essentiels des initiatives locales Amélioration du système dirigé par les données Commencer par le programme d AFB ou d ALS Preuves de la demande locale Stratégies accélérées Mesures de soutien intégrées pour les apprenants Classification propre à l industrie Cadres de classification Partenariats locaux pertinents Délivrance des certificats en petites unités accessibles Multiples points d entrée et de sortie Mais si nous transformions le système? Et si nous adoptions une vision à long terme du développement des compétences? Une vision qui inclurait un continuum de formation pour les chercheurs d emploi peu qualifiés et les travailleurs vulnérables? Et si nous restructurions certains de nos services en fonction des buts très différents des adultes à faible revenu? À quoi ressemblerait ce système? Ce système pourrait ressembler aux initiatives «Career Ladders», «Career Pathways» et «Stackable Learning» que l on retrouve ailleurs. Ces initiatives ont été guidées par un désir de résoudre le problème apparemment insoluble qu est le cercle vicieux de «faible rémunération-sans rémunération» où se trouvent les prestataires d aide sociale. Qu est-ce que ça coûtera? À une époque de compressions budgétaires, il est prudent d orchestrer les outils de formation existants de façon à harmoniser les investissements publics et privés dans la formation, le perfectionnement de la main-d œuvre, les services sociaux et le développement économique afin de maximiser leur efficacité. Les initiatives ne coûteront pas nécessairement plus cher aux gouvernements. Il s agit plutôt d une transformation du système qui offrira des possibilités intéressantes aux travailleurs peu qualifiés et à faible revenu. Par où commencer? Bien que les initiatives d échelons de carrière varient d un endroit à l autre, il y a un certain nombre de caractéristiques et de conditions qui peuvent fondamentalement changer la structure de la formation de base et de la formation avec accréditation afin de produire des effets à long terme.

8 8 Se propulser à l avant-garde : Coup d oeil sur la recherche no 3 Voici des leçons importantes à retenir : Utiliser une stratégie appuyée par l industrie. Il faut aligner les programmes d emploi et de formation sur les besoins de compétences des industries qui sont importantes pour les économies locales. On devrait encourager la participation active des employeurs locaux à déterminer les compétences requises pour les professions de premier échelon et l avancement professionnel. Offrir des possibilités de formation cumulables. Les initiatives doivent comprendre la gamme complète d occasions de formation de base des adultes, de formation professionnelle et d études postsecondaires. Il faut élaborer un cadre prévoyant une progression de cours clairement articulée d un niveau à l autre. Enfin, les échelons doivent se rapporter à l avancement professionnel. Élaborer de la formation intégrée. Les initiatives d échelons de carrière les plus réussies partent du bon pied. Il faut accélérer la progression scolaire et professionnelle des participants en combinant la formation professionnelle spécialisée avec les programmes d alphabétisation et de formation de base pour adultes. Il sera difficile de réaliser le changement systématique nécessaire pour aider les travailleurs peu qualifiés et peu rémunérés. Offrir de la formation au bon endroit, au bon moment et de la bonne manière pose de nombreux défis pour le gouvernement, les entreprises et les organismes de prestation de services. C est une situation très différente de celle où nous nous trouvons actuellement. Un changement de cette envergure exigera un engagement de chacune des parties intéressées puisqu aucun groupe, individu ou employeur ne peut y parvenir à lui seul. Cependant, les initiatives peuvent nous donner l occasion de nous unir autour d un but commun : celui d offrir aux travailleurs peu qualifiés des mesures concrètes vers de meilleures compétences et de meilleurs emplois. La création réside dans un désir d étendre le concept de formation en apprentissage informelle aux types d industries susceptibles d accepter de travailler avec des adultes peu qualifiés et de jeunes décrocheurs. Créer des titres de compétence reconnus par l industrie. Les programmes efficaces mènent à l obtention de titres de compétence reconnus par l industrie qui ont de la valeur sur le marché du travail. Chaque étape qu une personne franchit devrait avoir une signification tant pour le participant que pour l employeur. Il faudrait décomposer les titres de compétence en petites parties accessibles afin de permettre aux apprenants d apprendre tout en gagnant un revenu. Offrir de multiples points d entrée et de sortie. Les programmes fructueux tiennent compte des difficultés auxquelles se heurtent les travailleurs qui essaient de concilier le travail et la famille. Il faut permettre aux chercheurs d emploi et aux travailleurs de divers niveaux de compétence d entrer ou de progresser dans un secteur ou un domaine professionnel précis de façon continue. Il faut adapter les horaires de travail, offrir d autres heures et lieux de cours, et utiliser des modes de prestation innovateurs (p. ex., la prestation en ligne) en fonction des besoins particuliers de la clientèle. Nous devons aussi reconnaître explicitement que beaucoup d emplois de premier échelon représentent de belles occasions pour les adultes peu qualifiés. Dans un milieu propice, ces emplois peuvent servir de tremplin vers le succès. Cependant, le simple fait de franchir la porte ne signifie pas toujours qu on est capable d obtenir de l avancement. Le système de formation doit respecter la séquence en s efforçant d aider les travailleurs à gravir les échelons après être entrés sur le marché du travail et non pas avant d occuper un emploi.

9 De meilleures compétences pour un meilleur emploi 9 Bibliographie Colborn, K., K. King-Simms, B. Endel et N. Poppe. (2006). Bridges to opportunity initiative: Career pathways [présentation PowerPoint]. Extrait de cd=1&ved=0cdyqfjaa&url=http%3a%2f%2flegacy.kctcs.edu%2 Fstudent%2Fcareerpathways%2FAACC%2520Career%2520Pathway s% ppt&ei=gcnrupwun4lkqqht-ygiag&usg=afqjcng NUJvbi94RHLpAmYIuyjZyZdYZAw&sig2=iftj46Ncx8Q95hLWi90I6A&bvm =bv ,d.awm Commission d examen du système d aide sociale de l Ontario. (2012). Améliorer les perspectives : Réforme de l aide sociale en Ontario. Toronto. Extrait de Commission de la réforme des services publics de l Ontario. (2012). Des services publics pour la population ontarienne : Cap sur la viabilité et l excellence [Rapport Drummond]. Toronto, Imprimeur de la Reine pour l Ontario. Extrait de index.html Desjardins, R. et K Rubenson. (2011). An analysis of skill mismatch using direct measures of skills. Documents de travail de l OCDE sur l éducation, numéro 63, Éditions OCDE. Extrait de org/ /5kg3nh9h52g5-en Fein, D.J. et Abt Associates Inc. (2012). Career pathways as a framework for program design and evaluation: A working paper from the innovative strategies for increasing self-sufficiency (ISIS) project. OPRE Report # , Washington, DC: Office of Planning, Research and Evaluation, Administration for Children and Families, U.S. Department of Health and Human Services. Extrait de programs/opre/resource/career-pathways-as-a-framework-for-programdesign-and-evaluation-a-working Myers, K., D. Gyarmati et J. Voyer. (2009). Skills upgrading for Ontario working age adults: An environmental scan of programs, gaps, and opportunities. Ottawa, Société de recherche sociale appliquée. Statistique Canada et le Conseil des ministres de l Éducation (Canada). (2012). Indicateurs de l éducation au Canada : Le ralentissement économique et le niveau de scolarité. Nº X au catalogue Issue no 009. Ottawa. Extrait de alternative_alternatif.action?loc=http://www.statcan.gc.ca/pub/ x/ x fra.pdf&l=fra&teng=education%20indicators%20 in%20canada:%20fact%20sheet Stephens, R.P. (2009). Charting a path: An exploration of the statewide career pathway efforts in Arkansas, Kentucky, Oregon, Washington and Wisconsin. Seattle, Seattle Jobs Initiative. Visitez notre site : essentialskillsontario.ca Essential Skills Ontario 65 rue Wellesley est, bureau 503 Toronto (ON) M4Y 1G7 Tél : (416) Téléc : (416) Courriel : Hjartarson, J. et L. McGuinty. (2012). A federal agenda for Ontario. Toronto, Ontario: Ontario Chamber of Commerce. Extrait de on.ca/2012/occ-releases-latest-report-a-federal-agenda-for-ontario/ Kopun, F. (2012, 19 septembre). Retailers seeking thousands of staff for new stores. Toronto Star. Extrait de article/ retailers-seeking-thousands-of-staff-for-new-stores Lawton, K. (2009). Nice work if you can get it: Achieving a sustainable solution to low pay and in-work poverty. Londres, Institute of Public Policy Research. Extrait de nice-work-if-you-can-get-it-achieving-a-sustainable-solution-to-low-payand-in-work-poverty Manufacturing Institute. (2012). NAM-endorsed manufacturing skills certification system. Extrait de org/skills-certification/skills-certification.aspx Martinson, K. (2010). Partnering with employers to promote job advancement for low-skill individuals. Washington, DC, National Institute for Literacy. Extrait de Miner, R. (2012). Jobs of the future: Options and opportunities. Toronto, Miner Management Consultants. Extrait de

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard

Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard Sandi Howell Division du développement de la main-d œuvre et

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Xiangcen Guo Soon-Joo Gog Institute for Adult Learning Email: guo_xiangcen@ial.edu.sg gog_soon_joo@ial.edu.sg septembre 2013 Soutien

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Éducation des artistes

Éducation des artistes Éducation des artistes Une analyse des antécédents scolaires des artistes actifs et des activités des diplômés des programmes d art sur le marché du travail au Canada Résumé Vol. 13 No 2 Hill Stratégies

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Le financement : un défi

Le financement : un défi Mars 2015 Bulletin sur le rapport nal Conclusions générales Ce bulletin souligne les rétroactions recueillies lors des consultations ainsi que les conclusions et recommandations du rapport final. Recherche

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson

Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson Défis sur le marché du travail en Ontario : le point de vue d un employeur Josh Hjartarson Vice-président aux politiques et aux relations gouvernementales Chambre de commerce de l Ontario Plan de la présentation

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Saskatchewan. Définition de l alphabétisation. Nom du ministre Personnes-ressources. L hon. Donna Harpauer Directeur, Bureau de l alphabétisation

Saskatchewan. Définition de l alphabétisation. Nom du ministre Personnes-ressources. L hon. Donna Harpauer Directeur, Bureau de l alphabétisation Ministère responsable de l alphabétisation Nom du ministre Personnes-ressources Ministère responsable de l Entente sur le marché du travail (EMT) Nom du ministre Personnes-ressources Ministère responsable

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX

LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX LES COLLÈGES, LES INSTITUTS ET LES COLLECTIVITÉS, PARTENAIRES DANS LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES MILIEUX RURAUX MÉMOIRE DE L ACCC PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DES AFFAIRES SOCIALES, DES SCIENCES ET DE LA

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Septembre 2014 Bibliothécaire/Spécialiste de l information Institut canadien pour la sécurité des patients Lieu de travail : bureau d

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises

Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Encourager le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises Jean-Pierre Voyer, SRSA Table ronde Canada-Québec sur les PME et le développement des compétences, Montréal, 24 février

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne

Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne Au cœur de l adéquation formation-emploi : la personne Présentation de l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec Dans le cadre de la consultation gouvernementale «L Amélioration de

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec

Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Perspectives économiques des vingt prochaines années pour le Québec Séminaire sur les perspectives démographiques, économiques et financières du Québec, 2009-2030 27 novembre 2009 Hôtel Plaza, Québec Marie-Christine

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien,

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Résumé 1. Introduction L éducation et l accueil des jeunes enfants ont suscité ces dix dernières années une vague d intérêt dans les pays de l OCDE. Les décideurs politiques ont reconnu que l accès équitable

Plus en détail

Rapport de la délégation du Canada

Rapport de la délégation du Canada Forum mondial de l éducation «Planifier pour 2015 Un catalyseur pour l élaboration des politiques de la décennie à venir : mesure, portée et entrepreneuriat» Londres, Royaume-Uni Du 19 au 22 janvier 2014

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Jeunes âgés de 15 à 29 ans

Jeunes âgés de 15 à 29 ans P a g e 1 PROFIL DE SEGMENT DE CLIENTÈLE Jeunes âgés de 15 à 29 ans Ontario Avril 2014 P a g e 2 TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... 3 LISTE DES ILLUSTRATIONS... 3 LISTE DES TABLEAUX... 3 À PROPOS DU PROFIL

Plus en détail

DOSSIERS PRIORITAIRES POUR LA COMMUNAUTÉ FRANCOPHONE DE L ONTARIO

DOSSIERS PRIORITAIRES POUR LA COMMUNAUTÉ FRANCOPHONE DE L ONTARIO www.monassemblee.ca PRISES DE POSITION DOSSIERS PRIORITAIRES POUR LA COMMUNAUTÉ FRANCOPHONE DE L ONTARIO Santé Éducation employabilité communications immigration droits linguistiques 2015 L ASSEMBLÉE DE

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1

L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1 Centre de cas 9 30 1999 006 L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1 Cas rédigé par Marine MESSIN sous la direction de la professeure Sylvie ST-ONGE. La Banque Nationale

Plus en détail

Une approche sans pareille du lien avec l apprentissage dans les métiers spécialisés : apprenticesearch.com

Une approche sans pareille du lien avec l apprentissage dans les métiers spécialisés : apprenticesearch.com Une approche sans pareille du lien avec l apprentissage dans les métiers spécialisés : apprenticesearch.com Contribution d apprenticesearch.com Contexte Il y a plus d une décennie, un groupe de quelques

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX

L ACCC et les CONSEILS SECTORIELS NATIONAUX L ACCC et les CONEIL ECTORIEL NATIONAUX «Le gouvernement travaillera de concert avec ses partenaires afin de faire en sorte que le perfectionnement des compétences suive le rythme de l évolution de l économie.

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Éducation, formation et technologie

Éducation, formation et technologie Éducation, formation et technologie REMERCIEMENTS Malcolm Scoble, B. Sc., M. Sc., Ph. D., titulaire de la chaire en génie minier de l Université de la Colombie-Britannique et membre du Conseil canadien

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

Forum du ministre. sur le logement abordable et le secteur privé. Sommaire. Tenu par Ted McMeekin, Ministre des Affaires municipales et du Logement

Forum du ministre. sur le logement abordable et le secteur privé. Sommaire. Tenu par Ted McMeekin, Ministre des Affaires municipales et du Logement Sommaire Forum du ministre sur le logement abordable et le secteur privé Tenu par Ted McMeekin, Ministre des Affaires municipales et du Logement Le vendredi 28 novembre 2014 Ontario.ca/aml Présentation

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO)

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario (APR PSO) Survol Forum provincial de Rifssso le 27 octobre 2010 APR PSO : Introduction En mai 2006, le gouvernement ontarien lance la stratégie

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2016

Consultations prébudgétaires 2016 Consultations prébudgétaires 2016 La Société canadienne de psychologie (SCP) est heureuse de présenter les recommandations suivantes au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres A. Introduction L emploi et la formation des jeunes bruxellois est un des défis majeurs du Gouvernement. Notre objectif ultime

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation du Conseil 5/12/14 CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION PROPOSITION DE MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DES JEUNES PROFESSIONNELS

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROCHE ORIGINALE. MAXIMISEZ V O S RENDEMENTS GRÂCE À UNE A P P R O C H E ORIGINALE À

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES 2008-2011 Partenariats Respect de la diversité Intégrer efficacement les Autochtones au marché du travail. Promouvoir

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail