SANAA Rolex Learning Center

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SANAA Rolex Learning Center"

Transcription

1 LA VENTILATION NATURELLE, UNE PISTE DE REFLEXION POUR AMELIORER LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR DE L INTERNAT DU LYCEE PROFESSIONNEL DES CARILLONS (74960 CRAN GEVRIER) SANAA Rolex Learning Center MEMOIRE de fin de Formation REN EC - ENSA de LYON - BLANCHARD FREDERIQUE - JANVIER 2014

2 1. Objectifs du mémoire Les différentes problématiques abordées dans le cadre de cette formation m ont sensibilisé aux nombreux enjeux évoqués durant cette année tout en confortant certaines de mes convictions. Notre agence ayant été lauréate d une consultation concernant la restructuration du lycée professionnel des Carillons à CRAN GEVRIER (74), ce projet est ainsi l occasion de mettre en pratique les enseignements recueillis au cours de cette formation dans une perspective non pas théorique mais bien vouée à alimenter et guider le projet par une démarche nouvelle, une approche différente. Tentant de m approprier «ces nouveaux savoirs» je pense désormais aborder le processus de conception sous un nouvel angle. Par ailleurs, les différents cours suivis m ont également permis d enrichir mon expertise face aux différents désordres révélés sur ce bâtiment. Ainsi, consciente des nombreuses thématiques pouvant être développées sur ce projet de restructuration lourde, je me suis attachée à traiter plus particulièrement la problématique de la qualité de l air par le biais de la ventilation au sein de l internat du lycée professionnel. Cette problématique trop rarement abordée au cours de ma pratique professionnelle quotidienne a guidé le sujet de mon mémoire. Cette thématique (identifiée au programme comme une cible performante) présente également l intérêt de se positionner en interface avec de nombreuses autres et impliquant par la même une réflexion sur d autres cibles telles que : - le confort visuel (par le biais de la gestion de la lumière naturelle et des ouvertures en façade pouvant participer à la qualité de l air, ) - le confort hygrothermique (ventilation nocturne naturelle, confort d été, ) - le choix des matériaux (classement des matériaux mis en œuvre, dégagement des phtalates, cov, ) - la performance de la ventilation (renouvellement de l air, gestion de l air vicié, qualité sanitaire des espaces, ) - le confort olfactif,. Entrée Sud Environnement proche Salles d enseignement

3 2. Enjeux du programme Ce lycée propose un éventail de formations axé sur le secteur tertiaire à travers de formations initiales, professionnelles et par alternance, des formations de CAP, BEP, BTS. Cette structure pédagogique de 592 élèves se compose : - d un pôle enseignement ( 27 classes) - d un pôle administration (45 personnes et 66 enseignants) - d un restaurant scolaire (345 repas/jour) - d un internat (90 lits) L ambition de cette opération est double : répondre à des disfonctionnements organisationnels, des problèmes d usage tout en s inscrivant dans une démarche environnementale globale intégrant notamment l enjeu énergétique. La Région Rhône Alpes a fait le choix de la réhabilitation lourde pour le lycée professionnelle au détriment d une démolition. Cette restructuration s inscrit dans une démarche de Haute Qualité Environnementale traduite au travers des 15 cibles de son Référentiel Régional pour la Qualité Environnementale dans les lycées. La région a identifié et hiérarchisé différents thèmes par ordre de priorité pour fixer ses objectifs : - L'atteinte des objectifs liés à la maîtrise de l'énergie (Cible 4) est incontournable. - La conception de bâtiments très performants du point de vue efficacité énergétique ne doit pas se faire au détriment du confort des occupants (Cible 8). - Les locaux doivent rester confortables en toute saison, l'inconfort lié aux surchauffes estivales trop importantes ne peut être admis. Au-delà du contexte environnemental, Le lycée présente certains dysfonctionnements nécessitant une réorganisation des locaux plus fonctionnelle : administration, internat, vie scolaire. Les principaux enjeux de l opération résideront dans : - l inscription du lycée dans le tissu urbain et la sécurité des accès, - la constitution d un internat plus fonctionnel et d une capacité d accueil adaptée aux besoins, - la résorption des locaux préfabriqués existants sur le site, - des espaces de vie scolaire permettant le développement d une vie d établissement.

4 3. Etat des lieux 3.1 Présentation du site Le Lycée Professionnel des Carillons se trouve sur la commune de Cran-Gevrier et est situé à environ 2 km à l ouest du centre-ville d Annecy Situation géographique Entrée sur l avenue de Prélevet Vue Sud : cour des élèves

5 3.2 Recueil des Données diverses du site : Vents dominants : La rose des vents montre que les vents dominants sont orientés Nordest Sud-ouest. Nuisances acoustiques : Le lycée Les Carillons se trouve en grande partie dans l'emprise du rayon d'impact acoustique de l'avenue Prélevet qui se trouve classée en catégorie 3. Des dispositions constructives particulières devront donc être envisagées. Masques solaires : Bien qu'annecy et les communes aux alentours soient entourées de montagnes comme le Parmelan ou le massif des Aravis, celles-ci ne jouent pas de rôle de masques solaires Les disponibilités énergétiques : - Chauffage urbain Il n'y a pas de réseau de chaleur à proximité directe du lycée. - Potentiel solaire Le rayonnement global annuel est bon : il se situe à 1230 kwh/m2. Il provient pour SSO kwh/m2 du rayonnement diffus et pour 680 kwhfm2 du rayonnement direct. Pour comparaison, le rayonnement global annuel de Lyon est de kwh/m2 et celui de Paris est de kwh/mz. - Le bois énergie La surface boisée est importante dans la région et la filière se met en place pour valoriser le bois local, une valorisation qui passe, entre autre, par le bois énergie.

6 Le risque lié au radon : L'activité volumique mesurée sur la commune de Cran-Gevrier est largement inférieure au seuil recommandé de 200 Bq/m3 puisqu'elle est inférieure à 50 Bq/m3 La commune n'est donc pas soumise aux risques de radon 3.3 Disfonctionnements organisationnels internes relatifs au pôle internat : L établissement pâtit d'un problème de cantonnement entre les différentes entités fonctionnelles : Enseignement, Administration, restauration et Internat se chevauchent sans cloisonnement clairement identifiable, aggravé par l étagement sur différents niveaux. La configuration de l'internat tient du véritable casse-tête : organisé sur 3 étages, il est accolé aux bureaux de l'administration au RDC, à ceux du centre médico scolaire au R+1, et aux locaux de maintenance techniques au RDJ. Cette «perméabilité» ne permet pas un fonctionnement indépendant des différentes entités les unes par rapport aux autres et, génère une multitude de flux intérieurs difficilement "contrôlable" par le personnel encadrant. Les circulations sont généreuses mais labyrinthiques et toutes éclairées artificiellement. Ce pôle souffre d un manque de locaux de détente et de salle d études. Carte du radon Rhône (source IRSN) Couloirs labyrinthiques entravant une surveillance aisée du personnel encadrant. Circulations généreuses mais dépouvues de vue sur l extérieures et éclairées artificiellement.

7 Etat des Lieux Rez de Jardin : Trame structurelle et localisation de l internat. Etat des Lieux Rez de Jardin : Entités fonctionnelles. Etat des Lieux Rez de Chaussée : Trame structurelle et localisation de l internat. Etat des Lieux Rez de Chaussée : Entités fonctionnelles.

8 Etat des Lieux R+1 : Trame structurelle et localisation de l internat. Etat des Lieux R+1 : Entités fonctionnelles. Cellule type 3 internes Vue Nord Est internat

9 4. Diagnostic et pathologies du bâtiment 4.1 Diagnostic de l existant Note synthétique structure définissant les principes à adopter pour la rénovation et la réhabilitation de ce bâtiment (renseignements pris auprès de l ingénieur Structure) : Ce bâtiment est entièrement préfabriqué et son ossature est composée de murs, poteaux, poutres et dalles. Dans le cadre du projet, nous nous tiendrons à respecter ce système constructif afin de minimiser les couts de reprise en sous œuvre tout en respectant les exigences liées aux nouvelles règles de construction parasismique Eurocodes 8. Dalles : Ce sont des dalles caissons comportant pour chaque élément préfabriqué deux nervures reliées entre elles par une dalle de 7 cm. Ces éléments sont liés entre eux par une dalle de compression d environ de 5 cm. Les nervures étant la partie porteuse des caissons : - Réservations effectuées entre les nervures : Aucun renfort nécessaire, - si une nervure doit être coupée, le renforcement de l élément complet est alors à prévoir : mise en place de profilés métalliques chevillés dans les poteaux ou les poutres principales. La stabilité au feu de ce plancher-caisson est faible et une protection au feu complémentaire sera à prévoir Ainsi de manière générale pour une intervention sur : Murs : - pas de renfort nécessaire pour une Intervention minimale : exemple type de sciage d une allège pour créer une porte en remplacement d une fenêtre, - jambage de part et d autre de 20 cm minimum avec renforcements : profilés métalliques UPE en linteau et poteaux, chevillés dans l élément préfabriqué pour la création d une ouverture dans un panneau plein, - reprises en sous-œuvre importantes de type poteaux BA de part et d autre et fondations : pour la création d ouvertures importantes, En revanche, lors de cette rénovation/restructuration, il semble judicieux d en profiter pour renforcer le contreventement du bâtiment en veillant à ne pas trop surcharger la structure existante. Vide sanitaire du rez de jardin accolé à l internat mettant en lumière la structure poteau poutre du bâtiment. Poteaux : Le calepinage des poteaux doit être conservé. Les poteaux ne peuvent pas être démolis. Poutres : De même que les poteaux, la priorité sera de ne pas toucher ces poutres qui font partie du squelette de ce bâtiment. Toutefois, si par obligation une poutre devait être coupée, il faudrait prévoir des poteaux sous celle-ci et les fonder.

10 4.1.2 Tableaux de synthèse relatifs à l enveloppe des bâtiments Fonction - Usage bâtiment CARACTERISTIQUES GENERALES Externat, CDI, Internat, restauration Surface chauffée au sol total des niveaux : m² Hauteur moyenne sous faux plafond : 3,00 m Nombre niveau : 3 Volume chauffé : m3 Température chauffage 20 C Température de non chauffage 18 C Plancher bas : Accessibilité PB : Isolation : Plancher haut : Accessibilité PH : Principe Conditions de fonctionnement Béton Vide sanitaire très difficilement accessible Non Terrasse 20 cm Béton Facilement accessible VENTILATIONS DES LOCAUX Mécanique simple flux 4h - 18h NATURE DES PAROIS Modulation de l intermittence Horloge (5 jours / semaine) Murs : Nature de l Isolation : Composition : Fenêtres : Nature : Joints : Etats joints : Sans 25 cm Béton 1 cm Plâtre PVC Double vitrage Double Neuf Bois Simple vitrage Médiocre Perméable Propreté entretien Mesures ventilation réalisées par l exploitant? A nettoyer Non Portes Aluminium Double vitrage Bois Simple vitrage

11 4.2 Inventaire des différents désordres et lacunes du bâtiment La visite des lieux nous a permis de mettre en avant différentes lacunes : - Isolation de l'enveloppe inexistante, les façades sont constituées d'éléments préfabriqués en béton non isolés doublé d un centimètre de plâtre - Nombreux problèmes d'humidité (toiture, enveloppe, remontées d'humidité) : Dans certaines salles on observe un décollement du revêtement de sol certainement dû à des problèmes de remontée d'humidité. Les vides sanitaires présents sur une partie du bâtiment ne sont visiblement pas drainés. Certaines descentes d'eau pluviale traversent directement les espaces chauffés. Celles-ci ne sont pas calorifugées et posent des problèmes de condensation. - Etanchéité de l enveloppe du bâtiment : L'enveloppe en général et la toiture en particulier présentent de sérieux problèmes d'étanchéité : les joints de façade sont vétustes et présentent également des problèmes d'étanchéité à l'eau et à l'air. On observe de nombreuses traces d'infiltration d'eau sur les différents fauxplafonds et parois, notamment dans l'internat actuel. - menuiseries extérieures : La plupart des menuiseries sont en bois munis de simple vitrage. Les huisseries sont d'origine pour la plupart et présentent une faible étanchéité à l'air. Néanmoins certaines d entre elles ont été remplacées en 2009 par des menuiseries PVC performantes avec du triple vitrage pour la partie vie scolaire. - Une ventilation simple flux insuffisante : Les chambres de l internat présentent des traces de d'infiltration d'eau sur les murs, lors de ma visite l'extraction ne fonctionnait pas). De manière générale, l'absence de ventilation et les problèmes d'humidité posent des gros problèmes d'inconfort pour les occupants de l'internat, en particulier pour les élèves asthmatiques. - Un chauffage inefficace (régulation absente, inconforts fréquents (hiver/été). La production est assurée par deux chaudières, l'une principale au gaz, l'autre mixte gaz et fuel. L'émission de chaleur est assurée par des radiateurs L absence de régulation engendre de nombreux dysfonctionnements: Surchauffe dans les locaux en début de boucle de chauffage, ce qui conduit à un inconfort pour les utilisateurs qui "régulent" ces locaux en ouvrant les fenêtres, déficit en chauffage pour les locaux en extrémité de réseau (pertes de chaleur sur les tuyauteries), problèmes de surchauffe en été et en demi-saison (notamment pour les salles de classe orientée sud-ouest). - La présence d amiante révélée par le diagnostic effectué en novembre 2008 se localise au niveau des allèges des fenêtres en amiante ciment, des dalles de sols, de différentes conduites. Le recensement de ces différentes pathologies confirme l intérêt de se pencher sur cette problématique qualité de l air par le prisme de la ventilation

12 5. La ventilation naturelle, une piste de réflexion pour améliorer la qualité de l air intérieur de l internat Bien que difficilement accessible parce qu envahi par la végétation, la présence d un patio au centre de l établissement fut le point de départ de ma réflexion sur la problématique de l internat. environnement calme, non pollué, en recréant un paysage intérieur propice à l épanouissement de la vie de l établissement et de ses usagers. La pertinence de ce parti pris est d autant plus justifiée dans une démarche volontariste de limiter les consommations d énergie. 5.1 Organisation fonctionnelle du projet Le projet propose de rassembler sur un seul et même plateau l ensemble du pôle Internat par le biais d une extension minime au r+1. Ainsi, ce pôle occupe désormais une situation stratégique, constituant une entité autonome à l écart des autres flux inhérents à la vie scolaire et administrative du lycée. Etat des Lieux Patio existant au centre du RDC de l établissement Il semble l espace oublié du lycée et pourtant recèle de potentialités à exploiter dans le cadre du projet : en effet dans une configuration de bâtiment épais, le patio semble une solution efficace pour profiter d un éclairage naturel, favoriser la ventilation naturelle depuis un Projet (dont l extension)

13 Localisé en étage, l internat profite alors d un statut privilégié offrant à ses occupants un nouveau paysage différent de leur environnement scolaire quotidien. Cette nouvelle hiérarchisation des espaces permet de regrouper, centraliser l ensemble du pôle Enseignement sur le RDC simplifiant ainsi l organisation fonctionnelle du lycée. Ce nouvel organigramme permet également de ce fait de pouvoir implanter au RDJ tous les locaux «techniques» et notamment la chaufferie bois qui bénéficie d un lien direct avec la cour de service existante tout en séparant clairement les flux élèves des flux de services (livraisons cuisine, locaux techniques). La forme de ses patios génère des dilatations spatiales permettant d accueillir, tout en changeant son statut de simple circulation horizontale, les espaces spécifiques demandés au programme comme les salles d études et de détente éclairées naturellement. Au cœur de l internat, une «rue centrale» largement éclairée par le biais de patios végétalisés/plantés perçants la toiture, dessert l ensemble des chambres : on circule autour de ces patios généreusement vitrés permettant les vues croisées et des perspectives visuelles tout en créant de nouveaux lieux de vie conviviaux et agréables. A chaque extrémité de l étage, les deux pignons seront largement percés par le biais d ouvertures verticales offrant ainsi aux habitants des lieux des espaces à multiples orientations et de nombreuses vues variées sur l extérieur. Au centre de l étage, l escalier principal et l ascenseur desservent un palier commun distribuant : - de part et d autres les secteurs filles et garçons - une chambre de maitre d internat favorisant la surveillance aisée des 2 entités Vue d ensemble de l Internat au R+1

14 Contrairement à la configuration existante, chaque nouvelle cellule composée de 3 lits dispose désormais d une salle de bains particulière. Pour garantir une qualité d air intérieure de qualité, il devient alors indispensable de maîtriser la ventilation en période d occupation et même d augmenter presque sans limite, si ce n est celle énergétique et du confort, les débits de ventilation en période d occupation. «Afin de réduire les consommations d énergie de chauffage liées au renouvellement d air dans les logements, de nombreux professionnels choisissent actuellement des solutions de ventilation mécanique double flux associées à une étanchéité à l air. Cette option présente en effet l avantage de maîtriser les débits d air entrant et sortant et d en récupérer la chaleur mais l incertitude liée à leur entretien et notamment au changement des filtres nuit à leur fiabilité. Les équipements de circulation d air d une ventilation double flux sont également d une complexité non négligeable». 5.2 Offrir des espaces sains & confortables en diminuant les consommations énergétiques Ce projet a comme ambition de diminuer les consommations énergétiques et d'améliorer le confort intérieur par des mesures simples et des dispositifs «low-tech", démarche appréciables pour les gestionnaires du bâtiment en minimisant autant que possible la maintenance de l établissement. A mesure que l on tend à rendre les bâtiments de plus en plus étanches, la notion de qualité d air intérieur devient une problématique de plus en plus présente. Certains concepteurs travaillent aujourd hui sur d autres solutions telle que la ventilation naturelle. Il s agit alors de limiter les consommations d énergie des systèmes de ventilation en utilisant gratuitement le tirage thermique d une cheminée et les différences de pressions induites par les vents. Ces dispositifs peuvent éventuellement être assistés de ventilateurs mécaniques pour les périodes de tirage trop faible, afin de garantir un renouvellement d air minimal permanent. Ils peuvent également être équipés de récupérateurs de chaleur. La ventilation naturelle est présente depuis longtemps dans l architecture vernaculaire d Afrique du Nord. Plus récemment, elle est expérimentée à des latitudes plus élevées mais peine à se développer devant les difficultés liées à son dimensionnement. Elle nécessite en tout cas une collaboration étroite entre architectes et ingénieurs pour augmenter le tirage avec des cheminées bien orientées et pour diminuer les pertes de charges et génère ainsi des architectures caractéristiques.

15 On trouve parmi les exemples contemporains l emblématique BedZed au sud de Londres ou encore les logements de la ZAC du Grand Large à Dunkerque réalisés par l agence Nicolas Michelin et associés. «Il ne faut pas que la domotique prenne le pas sur notre propre contrôle du bâtiment. J ai eu le désir de faire un bâtiment qui marie le high-tech et le low-tech. Une des raisons pour lesquelles je travaille sur la ventilation naturelle, c est de concevoir des bâtiments qui ne soient pas dépendants d une machine.» Pascal Gontier, architecte «Chambres Nord Est donnant sur l avenue de Prelevet» : Ventilation avec effet de cheminée : L air entre dans le bâtiment dans les gaines du faux plafond sous la dalle de béton ou directement dans le local. L air réchauffé monte naturellement vers la sortie de la cheminée. L extraction est assurée sous l effet d un tirage thermique et du vent grâce à des tourelles en toiture. Dans la partie creuse du plafond, l'air est guidé jusqu à la chambre des internes. L intérêt consiste à placer les prises d air sur les façades donnant par exemple sur un intérieur d îlot ou un jardin, ici nos patios. Cette ventilation, nourrie par un air extérieur non filtré, est possible grâce à l environnement privilégié des patios dépourvus de toute nuisance sonore ou d une pollution significative. L'impact des saisons sur l usage d un système de ventilation : - En hiver seule la ventilation hygiénique doit être garantie, une sur-ventilation serait source de surconsommation de chauffage. - En mi- saison et en été, lorsque la température extérieure est inférieure à la température intérieure, la ventilation peut aussi servir à refroidir le bâtiment, soit en journée, soit la nuit. On parle alors de free cooling diurne ou nocturne. - En été lorsque la température extérieure est trop importante en journée, il faut de nouveau limiter la ventilation à son seuil hygiénique pour limiter les apports de chaleur dans le bâtiment. Par contre la nuit, le free cooling nocturne reste souvent possible et efficace. 5.3 La ventilation naturelle et le projet de restructuration de l Internat : Différents types de ventilation naturelle possibles pourraient être testés dans le bâtiment de l Internat avant leur mise en œuvre : Ces entrées d air restent à dimensionner pour répondre aux contraintes de débits sous de faibles différences de pression. L air vicié est extrait dans les pièces humides (salle de bain) et rejeté à l extérieur par des conduits débouchant en toiture, chaque couple de chambre possédant son propre conduit principal d extraction.

16 5.3.2 «Rue centrale» : Ventilation transversale par façades opposées : Grace aux ouvertures perçant les pignons et l enveloppe vitrée des patios, des volets d aération intégrés aux châssis ou des ouvrants pouvant être asservis, génèrent un flux d air traversant la totalité de cette généreuse circulation intérieure «Chambres Sud donnant sur la cour des élèves» : Ventilation unilatérale d une chambre par une seule fenêtre verticale : L'air frais entre dans la partie basse de la fenêtre, se réchauffe à l'intérieur du local et ressort en partie haute. Cette ventilation mono-exposée nécessite ainsi deux ouvertures placées à des hauteurs différentes Différentes gestions possibles de la ventilation naturelle : Le bâtiment est ainsi compartimenté de manière à canaliser au maximum les flux d'air. Ce compartimentage revêt également des vertus acoustiques en limitant la transmission de bruit entre les différentes zones définies tout en répondant aux règles de sécurité incendie.

17 Système de ventilation naturelle avec récupération de chaleur : Pour autant, le principe de ventilation naturelle crée d énormes déperditions en hiver : tout cet air réchauffé à la température de consigne est perdu. Un circuit de récupération de chaleur peut alors être intégré avec un échangeur dans la cheminée. Ce système qui peut permettre de gagner quelques centaines de Watt!!! Le système de gestion technique centralisée (GTC) Ce dispositif gère la ventilation en commandant l'ouverture ou la fermeture des fenêtres en fonction de la température des locaux, de la température de consigne et de la température extérieure. Les volets d aération opaques (munis de grilles) envisagés au niveau de «la Rue centrale» offrent la possibilité de sur-ventiler grâce aux châssis des patios et des pignons. Néanmoins la mise en place d une ventilation nocturne non automatisée nécessite une participation des occupants et une certaine pédagogie pour les sensibiliser à l enjeu énergétique. Le "free cooling" Au mois de juillet et Aout, l internat est en partie occupé, accueillant des jeunes sportifs en stage : On pourrait utiliser Le "free cooling" qui consiste à refroidir un bâtiment par ventilation en utilisant l'énergie gratuite de l'air extérieur lorsque celui-ci présente une température inférieure à la température intérieure. Une ventilation nocturne peut décharger le bâtiment de la chaleur accumulée en journée. 5.4 Limites & points de sensibilité Limites liées à la qualité de l air extérieur Parfois, la qualité de l air extérieur à proximité d un local à ventiler est trop médiocre pour permettre une ventilation intensive en présence des occupants. Des études ont montré que l air intérieur de locaux ventilés naturellement au centre de Londres n était pas plus pollué que celui des immeubles climatisés. Ceci s explique par la position des prises d air du réseau de ventilation hygiénique ou de climatisation, qui n est pas toujours bien choisie, et l entretien des conduites laisse souvent à désirer.

18 Fort heureusement, ce cas de figure ne s applique pas à l Internat. Limites liées à l ambiance acoustique Selon les niveaux d ambiance acoustique extérieure, il peut s avérer acoustiquement inconfortable voir insupportable de recourir à la ventilation naturelle par ouvrant (notamment pour les locaux à sommeil). Même si les systèmes évolués permettent en parti de pallier cette limite, il n en demeure pas moins que le préalable au maintien du potentiel de ventilation naturel d un bâtiment est la maîtrise de l ambiance acoustique du site et du voisinage. Là encore, ce cas de figure ne s applique pas à l Internat, puisque le projet prévoit de faire entrer l air neuf à partir des patios.

19 5.5 Récapitulatif projet via BAO : Enveloppe Murs Extérieurs U Existant = 2.00 W/m².K Béton Préfabriqué ép. 25 cm U Projet = 0.26 W/m².K Ajout d une isolation thermique par l extérieur ép. 14 cm + enduit minéral Toiture terrasse U Existant = 1.50 W/m².K Dalle Béton 20 cm +étanchéité + gravillons U Projet = 0.12 W/m².K Ajout d une isolation thermique ép étanchéité +protection anti racine couche drainante et filtrante substrat 150 mm Plancher bas intermédiaire sur volume chauffé du Rdc U Existant = 0.8 W/m².K Valeur hypothétique U Projet = 0.12 W/m².K Sol sur terre-plein isolation continue ép Menuiseries existantes U Existant = 5.2 W/m².K Simple vitrage Bois d origine U Projet = 1.3 W/m².K Bois alu performant Performances Coefficient Ubat. Existant 1.56 Sachant que ouvrants et toiture terrasse dans l existant représentent à eux seuls environ 60% des déperditions Coefficient Ubat. Projet = W/m²/K Soit Ubat < Ubat ref-30% - conforme aux objectifs fixés par le maitre d ouvrage Besoin en chauffage < 35kWh/m² Conforme aux objectifs fixés par le maitre d ouvrage Cep initial = inconnu Cep Projet = 21kWhEP/m²SDO.an

20 6. Conclusion : ventiler naturellement, un rêve d architecte? Comme le montre ce mémoire je me suis principalement concentré sur la thématique de mon sujet en n abordant malheureusement que succinctement les grandes lignes du projet architectural. Les perspectives pour demain sont donc clairement, à travers cette recherche d une ventilation efficiente, de contribuer à la qualité de l air intérieur, à la santé des occupants tout en améliorant le confort des ambiances et en assurant la pérennité du bâti. Cette problématique, comme de nombreuses autres intervenant dans le domaine environnemental, peut se révéler non pas comme une fin en soi mais davantage comme un des leviers de la conception architecturale tentant de concilier objectifs environnementaux et qualité architecturale. Les solutions de ventilation naturelle décrites, réinterrogent la notion usager d acteur de son propre bien être Au-delà du rôle de l usager se pose également la question du modèle d architectural et de la dimension bioclimatique que l on souhaite apporter aux bâtiments d aujourd hui. Le souci d efficacité énergétique s accompagne d une recherche d espaces de qualité créant un nouveau paysage intérieur pour les élèves et le corps enseignant. Ce projet est l occasion de valoriser l intérêt éducatif et pédagogique d une telle démarche pour sensibiliser l ensemble des intervenants (usagers et gestionnaires) à la sobriété énergétique. sur cette thématique et par la même constitue une réelle problématique de santé. Ce constat nous invite non seulement à s interroger sur la pertinence d une réflexion similaire concernant le pôle Enseignement de cet établissement mais, au-delà, sur l ensemble des bâtiments à édifier même si j entrevois désormais la réponse à cette vaste question. Une réflexion sur le principe d une ventilation naturelle ne constitue en aucun cas la solution à cette problématique globale de la qualité de l air intérieur. En effet, ce dispositif, forcement dépendant d un contexte environnant particulier à chaque projet, ne constitue pas «la solution type» mais se révèle davantage comme une des composantes de l éventail des propositions constituant le champ des possibles de la conception architecturale et environnementale. «Un bâtiment conçu, réalisé et géré selon une démarche de Qualité Environnementale est un bâtiment qui possède toutes les qualités habituelles d un bâtiment (d'architecture, de fonctionnalité, d'usage, de performance technique, etc.) mais dans des conditions telles que ses impacts sur l'environnement sont durablement minimisés à toutes les échelles, depuis l'ambiance des espaces intérieurs jusqu'à l'échelle de la planète en passant par ses abords immédiats, et à toutes les époques, depuis l'extraction des matières premières qui ont servi à sa fabrication jusqu'à sa démolition.» (ADEME, Qualité Environnementale des Bâtiments). D après le ressenti de certains intervenants rencontrés lors de notre formation, la qualité de l air dans les établissements d enseignement est largement montrée du doigt lors des différentes études menées

La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques

La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques La ventilation des bâtiments tertiaires: problématiques CETE Méditerranée Jean-Alain Bouchet 10 mars 2011 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Plan de l exposé

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

Le Projet Sémiramis à Fribourg

Le Projet Sémiramis à Fribourg Le Projet Sémiramis à Fribourg Dominique Chuard Architecte EPFZ, Sorane SA, Lausanne Situation initiale Cette note présente le processus d'optimisation énergétique menée lors du développement du projet

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

Réhabiliter, démolir, construire

Réhabiliter, démolir, construire Réhabiliter, démolir, construire Envirodébat Aix en Provence / Ecole nationale supérieure des Arts et Métiers le 10 décembre 2010 Pascal Gontier Architecte DPLG MAS EPFL Logements sociaux, 7 rue Desargues

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE T.Flow Le système qui ré-invente l eau chaude. SYSTEME Ventiler Produire l ECS 2 FONCTIONS Bienvenue dans un monde tempéré. Système de Températion Domestique T.Flow Bienvenue

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée)

VMC double flux (ventilation mécanique contrôlée) 1/6 Fiche réalisée par l ADEME à but informatif et non commercial USAGES ET FONCTIONNALITÉS Usages principaux Usages secondaires CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET DIMENSIONNELLES Dimensions standard (L x l

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole:

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

IL ETAIT UNE FOIS... SEFABE SAS. contact@sefabe.com www.sefabe.com

IL ETAIT UNE FOIS... SEFABE SAS. contact@sefabe.com www.sefabe.com IL ETAIT UNE FOIS... SEFABE SAS contact@sefabe.com www.sefabe.com Tel : 02 98 97 69 59 8 lieu dit Navalhars, Kernevel, 29140 Rosporden Toute reproduction interdite, photos et plans non contractuels. SEFABE

Plus en détail

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2

Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014. Sommaire. L engagement du Département pour les collèges - p 2 DOSSIER DE PRESSE Restructuration du collège La source à Mouthe Pose de la première pierre Mardi 17 juin 2014 Sommaire L engagement du Département pour les collèges - p 2 Travaux d extension et de restructuration

Plus en détail

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur 93160 Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Le collège André Malraux à Senones

Le collège André Malraux à Senones Le collège André Malraux à Senones 2 Le collège André Malraux à Senones 4 Le mot du Président du Conseil Général 8 Genèse d un projet 10 Organisation des volumes et fonctions 12 Démarche haute Qualité

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Rafraîchissement par ventilation

Rafraîchissement par ventilation NOUVEAU Rafraîchissement par ventilation Un rafraîchissement efficace d'une manière naturelle et peu énergivore De grands débits d'air extérieur permettent le rafraîchissement. Commande intelligente Pas

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Nicolas BLONDET, Prescripteur habitat ALDES représentant UNICLIMA Qualité de l'air : les enjeux 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( LYCEE ERIC TABARLY CONSTRUCTION HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE ( SITE EXISTANT OBSOLETE Bâtiments anciens datant de 1965 Aucune possibilité d extension Au c ur du quartier de la Chaume Des accès difficiles

Plus en détail

Réduire des déperditions thermiques de la

Réduire des déperditions thermiques de la Page 1 sur 6 Réduire des déperditions thermiques de la gaine d'ascenseur Création d'un zone "chaude" Création d'un sas intermédiaire Contrôler le débit de ventilation de la gaine En bref! La ventilation

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat PRESENTATION DU BATIMENT --- CONTEXTE DU MONTAGE DE L OPERATION ANRU / REHA PUCA JEUMONT 28/01/2013

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER

Les bases de la bonne conception thermique. Mohamed ABDESSELAM SOLENER Les bases de la bonne conception thermique Mohamed ABDESSELAM SOLENER Sénégal : toutes les nuances des climats tropicaux Diagram vent Nord: Toit : 7000 Wh/m2 1500/2000 Wh/m2 Ouest 3500 Wh/m2 est 3500 Wh/m2

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON 1 PREMIÈRE PRISE DE CONNAISSANCE DE LA MAISON La maison est-elle bien raccordée au réseau d assainissement? Si

Plus en détail

Relocalisation des services de proximité Rive gauche

Relocalisation des services de proximité Rive gauche Relocalisation des services de proximité Rive gauche 1- Présentation du projet - Localisation La ville d Amiens souhaite regrouper différentes activités du Secteur Rive Gauche aujourd hui «éclatées» sur

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS

LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS LA REQUALIFICATION DE LA RÉSIDENCE EUCLIDE A TOURCOING INTERVENANTS Maître d ouvrage : Vilogia - Assistance à maîtrise d ouvrage : Itaq Equipe de conception-réalisation - Architecte : Atelier Charles Renard

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail