Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange"

Transcription

1 Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents paramètres. Ces valeurs limites sont calculées de façon à ce que la santé ne soit pas mise en danger même si l'on ne consomme que de l'eau du robinet durant toute sa vie. L'eau potable doit satisfaire des paramètres organoleptiques, c'est-à-dire qu'elle doit être agréable à boire, claire et sans odeur. Elle doit également respecter des paramètres physico-chimiques (température, acidité, oxygène, ) et microbiologiques. Les substances indésirables et toxiques sont aussi contrôlées. Gestion de l'eau potable La gestion de l'eau potable se fait par des communes ou des groupements de communes qu'elles ont constitués (syndicats), et la distribution par les services des eaux des communes. Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Le service industriel eau et gaz de la ville de Dudelange est chargé de la distribution d'eau potable, des réservoirs du SES jusqu'aux habitations. La commune achète l'eau au SES pour la revendre et la distribuer aux habitants. Le prix de l'eau se compose du prix d'achat, des intérêts et amortissement, des salaires et du coût de l'entretien. La mission du service eau consiste à gérer les réservoirs de la Ville, à entretenir le réseau de distribution et à mettre en place les raccords individuels. Production d'eau potable Choix de la ressource L'eau potable est produite à partir d'eaux superficielles ou souterraines. Le choix de la ressource s'effectue en fonction de la quantité, la qualité et la sécurité de la ressource. D'un point de vue quantitatif, la ressource doit pouvoir fournir un débit suffisant pour satisfaire les besoins. De plus, les ressources les moins polluées demanderont le moins de traitement et seront donc favorisées pour la

2 production d'eau potable. Enfin, l'approvisionnement en eau doit être garanti en cas d'indisponibilité du point de ressource. Protection des ressources Plusieurs périmètres sont mis en place autour des lieux de prélèvements et de stockage pour permettre la protection des ressources. Les eaux nécessaires à la production d'eau potable sont ainsi protégées de toutes contaminations qui pourraient se produire par le biais du ruissellement, de l'infiltration ou encore de rejets directs. Prélèvements d'eau L'eau servant à l'alimentation en eau potable peut être captées au niveau des nappes souterraines, au niveau des sources ou dans les eaux de surface. Eaux souterraines Lorsque la ressource provient des nappes phréatiques, les prélèvements se font au moyen de puits ou de forages. Les puits sont de grands diamètres et de profondeurs peu élevées car ils permettent de capter l'eau à faible profondeur. Attention : Pour la mise en place d'un forage une autorisation d'établissements classés est obligatoire (commodo). Eaux de source Les eaux de source sont captées au niveau de leur résurgence. L'eau s'écoule par gravité dans le drain jusque dans la chambre de captage puis est amenée dans un réservoir en contre-bas avant d'être traitée. Attention : Pour le prélèvement d'eau de surface une autorisation de cours d'eau est requise. Eaux superficielles Les eaux de surface peuvent être prélevées dans des cours d'eau, ou dans des retenues naturelles ou artificielles. Souvent les retenues d'eau artificielles sont crées pour l'alimentation en eau potable d'une ou plusieurs collectivités. Elles peuvent aussi dans un second temps servir de base de loisirs. Traitement et stockage de l'eau Avant d'être distribuée, l'eau doit subir un traitement pour pouvoir être consommée. Le traitement est plus ou moins complexe selon la qualité de l'eau prélevée. En général, les eaux souterraines sont de bonne qualité, elles subissent uniquement une stérilisation pour les débarrasser des microorganismes.

3 Par contre, les eaux de surface doivent subir un traitement plus complexe. Dans un premier temps, elle passe dans un bassin de décantation où les matières les plus lourdes se déposent. Puis l'eau doit être éliminée de sa fraction fine, c'est-à-dire des petites particules. Pour se faire, elle est filtrée à travers des couches de sables qui la débarrassent de ses impuretés. Enfin, la dernière étape consiste à stériliser l'eau pour la débarrasser des microbes. La stérilisation permet aussi à l'eau de ne pas se contaminer lors de son parcours jusqu'au consommateur. Après le traitement, l'eau est stockée pour pouvoir garantir l'approvisionnement. Au niveau de la station de traitement, l'eau peut être stockée puis envoyée dans des réservoirs relais au différents points du réseau. Ce stockage de l'eau peut se faire dans des réservoirs surélevés : les châteaux d'eau ou des réservoirs enterrés. L'écoulement de l'eau jusqu'au lieu de consommation s'effectue grâce à la pente : écoulement gravitaire.

4 Types d'usage Réseau d'eau potable sur le territoire Télécharger la carte du réseau d'eau potable du SES (101 KB JPEG) Origine de l'eau Le service gaz et eau de la commune de Dudelange reçoit l'eau potable du SES (Syndicat des Eaux du Sud) de Koerich. Cette eau est constituée d'un mélange de 2/3 d'eau souterraine fournie par le SES du grès de Luxembourg et des alentours de la vallée d'esch, et de 1/3 d'eau de surface provenant du barrage d'esch-sur-sûre et traitée par les SEBES (Syndicat des Eaux du barrage d'esch-sur-sûre). L'eau souterraine est pompée à travers les conduites de refoulement vers le réservoir principal du Rehbierg dans la localité de Kahler, à une altitude de 400 m par rapport au niveau de la mer. L'eau du SEBES est également introduite dans ce réservoir d'une capacité de m3. Le mélange s'écoule par gravité vers les réservoirs locaux. A partir de là, l'eau est distribuée aux consommateurs par un système de conduites. Réservoirs locaux Les réservoirs locaux stockent les eaux de source ou le mélange d'eaux provenant du SES et du SEBES, avant d'alimenter la ville de Dudelange. Dudelange compte quatre réservoirs : Le réservoir Weich (1000 m3), le réservoir Gehaansbierg (1500 m3), le réservoir Roudebierg (2500 m3) alimentés par le SES. Le réservoir Leitschebierg (500 m3) est connecté au réservoir du Roudebierg, et son contenu sert d'eau de pointe. Réseau de distribution de l'eau potable Télécharger la carte du réseau d'eau potable à Dudelange (1,25 MB JPEG)

5 Qualité de l'eau potable La composition physique, chimique et bactériologique de l'eau potable de la Ville de Dudelange est donnée dans le tableau suivant : La dureté de l'eau représente le contenu d'oxyde de calcium et de magnésium dans l'eau. La dureté d'eau eau est précisée, soit en degré de dureté allemands, soit en degré de dureté français. Les degrés allemands et français se calculent de la façon suivante : 1 d H (degré allemand) = 1,79 d f 1 d f (degré français) = 0,56 d H On distingue les classes de dureté suivantes : Classe de dureté d f d H Eau très douce douce peu dure dure 5 > 36 > 20 très dure La dureté de l'eau est un paramètre à utiliser pour doser votre lessive, vos détergents et vos adoucissants.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Commune de LE TAMPON:

Commune de LE TAMPON: Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez

Plus en détail

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION)

GOUTTIÈRES (GUIDE D INSTALLATION) Dans le cadre de l amélioration de la gestion des eaux pluviales sur son territoire, la Ville de Magog a adopté en septembre 2014 une réglementation concernant les gouttières des bâtiments de son territoire

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON

SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON SYSTEME DE FILTRATION D EAU POUR LA MAISON LA FILTRATION PAR OSMOSE INVERSE La filtration par osmose inverse est généralement considérée comme la plus efficace des systèmes de filtration disponible. A

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

À boire sans modération!

À boire sans modération! À boire sans modération! Préférez l eau du robinet 1 Certification ISO 9001 et ISO 14001 67 % des Français déclarent boire l eau du robinet au moins une fois par semaine*. 252 000 tonnes : c est la quantité

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Puits et forages privés

Puits et forages privés Puits et forages privés à usage domestique Vous souhaitez remettre en service un ancien puits ou créer un forage privé dans votre jardin et éventuellement consommer l eau ainsi prélevée? règles simples

Plus en détail

comprendre ma facture d eau

comprendre ma facture d eau comprendre ma facture d eau Vous venez de recevoir votre facture d eau. A quoi correspondent les rubriques qui la composent et à qui sont elles destinées? Voici quelques éléments de réponse. Zoom sur votre

Plus en détail

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE

Château d eau de Kerstéphan. Station d eau potable de Kerriou. Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE a chacun ses Station d eau potable de Kerriou Château d eau de Kerstéphan Station d épuration de Boduon SUR NOTRE TERRITOIRE La collectivité est responsable du service d eau et assainissement. Elle prend

Plus en détail

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information

LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Réunion d information LE SPANC SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Réunion d information LES EAUX USEES DOMESTIQUES : Définition Quelles solutions de traitement? Quelle règlementation? Oct.09 Les Eaux Usées Domestiques

Plus en détail

Planifier son manège extérieur

Planifier son manège extérieur Planifier son manège extérieur Par Renel Paquin et Yves Choinière, ingénieur et agronome Préparation des couches successives à partir du terrain naturel, base compactée et surface meuble pour l'entraînement.

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013

Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Administration, Quai Maria-Belgia 18 CH 1800 Vevey Information sur la qualité de l'eau distribuée en 2013 Ressources En 2013, la production globale du SIGE en eau de boisson s'élève à plus de 11.8 millions

Plus en détail

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012

L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP. 2 avril 2012 L eau et la santé : enjeu de préservation Préservation de l alimentation en eau potable : normes et DUP 2 avril 2012 Les outils du Code de la Santé Publique Le CSP prévoit que le producteur d eau doit

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger

Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger Le 5 Avril 2012, la classe de 2 nde 10 s est rendue accompagnée par deux professeurs, M. Charrin professeur d Histoire-Géographie, et Mme Lioger professeur de Sciences de la Vie et de la Terre, à deux

Plus en détail

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Michel Morissette, ingénieur Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Avril

Plus en détail

EAUX PLUVIALES. sable

EAUX PLUVIALES. sable 1.Généralités EAUX PLUVIALES Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellement pour éviter la submersion des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances;

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances; RÈGLEMENT 12-CM-143 DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE DANS LA MUNICIPALITÉ DE VILLEROY ET RÉGISSANT L USAGE ET LE TRANSPORT SUR LES CHEMINS MUNICIPAUX

Plus en détail

Les origines du SDAEP

Les origines du SDAEP Les origines du SDAEP Syndicat créé en 1983 avec 2 vocations : Eviter la disparité des prix de l eau Un prix unique de vente d eau aux abonnés pour toutes les collectivités adhérentes (collège distribution)

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future :

Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future : Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future : le Crétacé captif du département de la Charente Maritime LE SYNDICAT DES EAUX (SDE) DE LA

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-002 RÈGLEMENT DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE

RÈGLEMENT 2012-002 RÈGLEMENT DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MASKINONGÉ MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON RÈGLEMENT 2012-002 RÈGLEMENT DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE DANS LA MUNICIPALITÉ

Plus en détail

3. DIFFERENCE DE NIVEAU D'EAU

3. DIFFERENCE DE NIVEAU D'EAU 6.11 Pompes Terminologie 1. DEBIT: C'est la quantité d'eau fournie par unité de temps. Le débit s'exprime en litres à la minute ou à l'heure. C'est une donnée importante lorsque la pompe doit alimenter

Plus en détail

LES CLAPETS ANTIRETOUR,

LES CLAPETS ANTIRETOUR, facebook.com/rdp.pat ville.montreal. qc.ca/rdp-pat LES CLAPETS ANTIRETOUR, L ÉQUIPEMENT DE RELEVAGE AUTOMATIQUE ET LES GOUTTIÈRES DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE ET DES ÉTUDES TECHNIQUES COMPTOIR DES PERMIS

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014

PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 PROGRAMME DE MISE AUX NORMES DES INSTALLATIONS SEPTIQUES 2013 2014 Plan présentation Présentation publique le 25 juin 2013 du sommaire du rapport du groupe Hémisphère (été 2012) Critères de classification

Plus en détail

5 questions. L eau usee en. Où vont nos eaux usées? Pourquoi assainir nos eaux usées? Quelles quantité d eau usée produisons-nous?

5 questions. L eau usee en. Où vont nos eaux usées? Pourquoi assainir nos eaux usées? Quelles quantité d eau usée produisons-nous? L assainissement et vous L eau usee en 5 questions 1 3 2 Où vont nos eaux usées? Chaque jour nous produisons des eaux usées. Elles sont issues de la vaisselle, de la douche, de la lessive ou des WC. On

Plus en détail

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011

TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 DEPARTEMENT DU VAR REPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Egalité Fraternité MAIRIE DE SAINT MAXIMIN LA SAINTE BAUME TRANSPARENCE DU PRIX DE L'EAU ET DU SERVICE PUBLIC DE L'EAU Exercice 2011 Rapport annuel du maire

Plus en détail

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC)

Juin 2007 Les Guides de la CAB. Guide du. Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Juin 2007 Les Guides de la CAB 2 Guide du Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Sommaire : P2 P3...... SOMMAIRE LE MOT DU PRÉSIDENT P4-8... 1. QU EST-CE QUE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

Plus en détail

Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY. Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement

Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY. Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement Le cycle de l eau potable sur la commune d ORSAY Pierre GUINET - Audrey GUERN Suez Environnement Contrat de gestion déléguée La commune d Orsay est responsable de la distribution de l eau potable à ses

Plus en détail

dossier de presse ******************************************************************************+ ( #

dossier de presse ******************************************************************************+ ( # v e n d r e d i 1 9 j a n v i e r 2 0 0 7 dossier de presse en présence de!"#$%&, vice-président du conseil général '( ) ******************************************************************************+

Plus en détail

2012-02-024 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT N O 574

2012-02-024 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT N O 574 2012-02-024 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT N O 574 RÈGLEMENT N O 574 DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS

Plus en détail

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 : Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION LA GESTION ET LA DÉSINFECTION D UN BASSIN INTÉRIEUR, L AFFAIRE DE TOUT LE MONDE! Par Pierre-André Côté, D. Sc., chimiste 9èmes Journées annuelles de santé publique 15 novembre 2005 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME

1.7 AUBIAT PLAN LOCAL D URBANISME. Commune de ANNEXES SANITAIRES DEPARTEMENT DU PUY DE DOME DEPARTEMENT DU PUY DE DOME 1.7 Commune de AUBIAT SCP DESCOEUR F et C ARCHITECTURE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 49 rue des Salins 63000 Clermont Ferrand Tel : 04.73.35.16.26. Fax : 04.73.34.26.65. Mail

Plus en détail

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie

Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Compte rendu : Visite de la station d épuration «Grand Prado» de Sainte-Marie Introduction Le vendredi 21 mars de 8h30 à 11h30, nous nous sommes rendus en bus avec la classe de CM2 c de Mr GRENOUILLER,

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française

L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES. Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française L ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL DES EAUX USEES Centre d Hygiène et de Salubrité Publique Direction de la Santé - Polynésie française 1. Le cadre réglementaire La délibération 87-48AT du 29 avril 87 modifiée

Plus en détail

Fiche de renseignement

Fiche de renseignement Demande d autorisation d assainissement individuel Fiche de renseignement REÇU EN MAIRIE Dossier N Cette fiche doit être remise au service Urbanisme de votre commune, dûment complétée et accompagnée des

Plus en détail

LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX

LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX LE SERVICE COMMUNAL DES EAUX En créant un budget unique du service de l eau et de celui de l assainissement à compter du er janvier 23, le conseil municipal a confirmé sa volonté d'assurer en régie directe

Plus en détail

L eau du robinet. avec un grand. L eau de votre robinet devient GRAND O DE LYON. > www.grandodelyon.org

L eau du robinet. avec un grand. L eau de votre robinet devient GRAND O DE LYON. > www.grandodelyon.org L eau du robinet avec un grand L eau de votre robinet devient GRAND O DE LYON > www.grandodelyon.org Grand O de Lyon Une eau d excellente qualité mérite bien un nom! Désormais, l eau qui s écoule de votre

Plus en détail

L EAU ET VOTRE SANTÉ EAU DU GRAND LYON. www.eaudugrandlyon.com. Le service de l eau pour tous. Service Clients par téléphone

L EAU ET VOTRE SANTÉ EAU DU GRAND LYON. www.eaudugrandlyon.com. Le service de l eau pour tous. Service Clients par téléphone EAU DU GRAND LYON L EAU ET VOTRE SANTÉ Retrouvez sur le site d Eau du Grand Lyon tous les conseils et toutes les informations concernant : votre abonnement, la gestion de votre compte, le règlement de

Plus en détail

Considérations sur les eaux souterraines en lien avec l industrie des gaz de shale

Considérations sur les eaux souterraines en lien avec l industrie des gaz de shale Considérations sur les eaux souterraines en lien avec l industrie des gaz de shale AUDIENCE PUBLIQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L'INDUSTRIE DES GAZ DE SCHISTE AU QUÉBEC BUREAU D AUDIENCE PUBLIQUE

Plus en détail

1. Les puits d'infiltration :

1. Les puits d'infiltration : 1. Les puits d'infiltration : Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le

Plus en détail

Attendu l'avis de motion donné à l'assemblée régulière du 6 août 2012 ;

Attendu l'avis de motion donné à l'assemblée régulière du 6 août 2012 ; C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC PAROISSE DE SAINT ISIDORE R E G L E M E N T No. 355-2012 Règlement déterminant les distances séparatrices pour protéger les puits artésiens et de surface et régissant l usage

Plus en détail

OSONS DÉSIMPERMÉABILISER LES SOLS! Des collectivités s engagent

OSONS DÉSIMPERMÉABILISER LES SOLS! Des collectivités s engagent OSONS DÉSIMPERMÉABILISER LES SOLS! Des collectivités s engagent Les villes s intéressent de plus en plus aux techniques pour infiltrer l eau là où elle tombe : jardins de pluie, noues et ainsi redonner

Plus en détail

Le cycle de l eau. Évaporation. Condensation. Précipitations

Le cycle de l eau. Évaporation. Condensation. Précipitations 1 L eau circule sur toute la surface de la Terre sous forme de nuages, de pluies, de rivières, d océans. 2 En s évaporant sous l effet du soleil, l eau des océans, des rivières, des lacs et des végétaux

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2 s a m e d i 2 8 o c t o b r e 2 0 0 6 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire Une station réalisée et gérée par le syndicat Rhône Loire Nord : 2!"# $ Un travail en parallèle sur

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain

Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Charte de la Ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain Adoptée le 06 novembre 2014 Charte de la ville de Bouaye pour l extension et le renouvellement urbain 1 Sommaire Préambule... 3

Plus en détail

Note de travail sur la délimitation des Zones à Enjeu Sanitaire 1 er février 2015

Note de travail sur la délimitation des Zones à Enjeu Sanitaire 1 er février 2015 Note de travail sur la délimitation des Zones à Enjeu Sanitaire 1 er février 2015 1. Rappels Base règlementaire : Loi sur l eau : Création des SPANC avant fin décembre 2005 Réalisation de l ensemble des

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL

DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL Assainissement individuel DEMANDE D'AUTORISATION D'ASSAINISSEMENT INDIVIDUEL (Conformément à la Loi sur l'eau du 30 décembre 2006) DOCUMENTS A JOINDRE IMPERATIVEMENT AVEC LE PRESENT DOSSIER o Un plan à

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Les moyens mis à disposition du concepteur Frederic LUYCKX, architecte Objectifs de la présentation Initier

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Annexes sanitaires Pièce n 6-a PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE PREY Eure Place René Cardin 27220 PREY Tél : 02.32.37.95.80 Fax : 02.32.37.27.88 Règlement Prescrit le : 12 janvier 2009 Arrêté le : 6 décembre

Plus en détail

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr GRAND GUÉRET Communauté d'agglomération SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) «Contribuer à protéger efficacement l eau, garantir la salubrité de l environnement et la santé des populations»

Plus en détail

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau

Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau COMMUNE DE LUTRY PREAVIS MUNICIPAL N 1114/ 2007 Participation financière à la transformation d'un réservoir de Lausanne pour bénéficier de l utilisation d un volume d eau Au Conseil communal de Lutry,

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 1 Sommaire Préambule :...4 1. Caractérisation technique du service :... 5 2 Présentation du territoire desservi :...

Plus en détail

L eau potable dans le Monde

L eau potable dans le Monde Forum Hygiène, CHUV, 13 avril 2005 Qualité des eaux de boisson et exigences légales Dr sc tech. E. Raetz, inspecteur des eaux Laboratoire cantonal VD 1. Introduction - Importance de l eau 2. Qualité des

Plus en détail

Guide de l assainissement non collectif

Guide de l assainissement non collectif éco-action eau assainisse m ent Guide de l assainissement non collectif Guide de l assainissement non collectif éco-action eau assainisse m ent Dans un souci de santé publique et afin de veiller à la protection

Plus en détail

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien

Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien Qualité chimique et bactériologique des eaux de consommation du Sud Algérien H.M.DJELLOULI - S. TALEB Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée Faculté des Sciences-Université D. LIABES de Sidi Bel- Abbès

Plus en détail

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH Il s agit d une zone de protection correspondant au centre historique de Beauvais (cathédrale, ancien palais épiscopal,

Plus en détail

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux?

Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Pompes à chaleur géothermiques sur aquifère : quels enjeux environnementaux? Atelier technique ALE, 7 juillet 2009 R. Chartier BRGM - Service Géologique Régional Rhône-Alpes Géothermie > Principes Atelier

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel)

L assainissement non collectif. (ou assainissement individuel) L assainissement non collectif (ou assainissement individuel) Chaque jour, vous utilisez de l eau pour la vaisselle, la douche, la lessive, les WC Ce sont les eaux usées domestiques. Après usage, ces eaux

Plus en détail

Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm

Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm MINIMISEZ LES RISQUES DANS LA CONDUITE D EAU DE VOTRE UNITÉ DE SOINS DENTAIRES Bénéficiez d une eau pure et saine et prévenez la formation de biofilm BacTerminator Dentaire la solution sans addition de

Plus en détail

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25 Sommaire 1 Objet du document...3 2 Références...4 3 Définitions...5 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents

Plus en détail

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK Mieux comprendre, pour mieux protéger et gérer durablement la ressource en eau L aquifère jurassique d Aix-Gardanne est considéré dans le Schéma directeur d aménagement

Plus en détail

La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP

La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP La prise en compte de l eau potable à l échelle départementale : le SDAEP SOMMAIRE Un outil pour les Départements : le Schéma Départemental d Alimentation en Eau Potable Un SDAEP est un outil de planification

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Le présent formulaire est nécessaire à l instruction de tout projet de création ou de réhabilitation d un dispositif d assainissement non collectif. Il est à renseigner par le propriétaire de l installation,

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

Arrêté du 11 sept. 03 consolidé 1/10

Arrêté du 11 sept. 03 consolidé 1/10 Arrêté du 11 septembre 2003 portant application du décret n 96-102 du 2 février 1996 et fixant les prescriptions générales applicables aux sondage, forage, création de puits ou d'ouvrage souterrain soumis

Plus en détail

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales

guide pratique l eau... de vos puits, sources et forages édité par la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales Service Santé-Environnement 8 rue du Père Joseph Wresinski - BP 1408-16017 ANGOULÊME Cedex Tél. 05 45 97 46 47 - Fax : 05 45 97 46 46 Tous droits

Plus en détail

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical

Nom - Prénom :... Code postal - Ville :... Objet : demande de subvention installation d un système de géothermie par forage vertical Nom - Prénom :... Adresse :... Code postal - Ville :... Tel :... Monsieur le Président Communauté de Communes de Cattenom et Environs 2 av. du général de Gaulle 57570 CATTENOM Objet : demande de subvention

Plus en détail

SAGE VILAINE. Règlement

SAGE VILAINE. Règlement SAGE VILAINE Règlement Projet pour la CLE du 29 mars 2013 1 Les Zones Humides Les zones humides jouent un rôle important dans la gestion quantitative et qualitative de l eau, en particulier sur les têtes

Plus en détail

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement Version du 10 octobre 2012 (Arrêté du Gouvernement wallon du 13 septembre 2012 déterminant les conditions sectorielles relatives au forage et à l équipement de puits destinés à une future prise d eau souterraine

Plus en détail

Le Rouillacais vous explique

Le Rouillacais vous explique Le Rouillacais vous explique l Assainissement Autonome Préambule : Conscients que nous sommes confrontés chaque jour aux problèmes de pollution de notre milieu et que l avenir de nos ressources dépend

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

Prescriptions de Mise en Oeuvre

Prescriptions de Mise en Oeuvre PMEO module de stockage d'eau pluviale ble ôla ntr Co le ab pil Em M Bassins de rétention le lab u od / d'infiltration - Puits perdus - Réserves incendie Prescriptions de Mise en Oeuvre Fabriqué en France

Plus en détail

LES ASPECTS TECHNIQUES

LES ASPECTS TECHNIQUES LES ASPECTS TECHNIQUES La réalisation d un dispositif d assainissement non collectif devra être conforme au DTU 64.1 XP P 16-603 (mars 2007). Le prétraitement : Le système de prétraitement retient les

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail