ETUDE ELEMENTAIRE DE LA LUMIERE POLARISEE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE ELEMENTAIRE DE LA LUMIERE POLARISEE"

Transcription

1 TUD LMNTAIR D LA LUMIR LARIS ARTI THRIQU 1 - Les différentes sortes de vibrations lumineuses Lumière naturelle et lumière polarisée rectilignement Une onde lumineuse est une onde électromagnétique et se compose d'un champ électrique = 0 cos ωt et d'un champ magnétique H = H 0 cosωt perpendiculaires entre eux et contenus dans un plan perpendiculaire à la direction de propagation n r. Ce plan est appelé plan d'onde. Le vecteur champ électrique r caractérise l'état de polarisation de l'onde. Une onde est non polarisée si r a une direction qui varie aléatoirement dans le plan d'onde () (figure 1a) : c'est le cas de la lumière naturelle. Une onde est polarisée rectilignement si r a une direction bien définie dans l'espace (figure 1b). L'extrémité du vecteur r décrit un segment de droite dans le plan d'onde (). Figure 1a Figure 1b Remarque n peut décomposer le vecteur r suivant deux axes orthogonaux x et y, contenus dans le plan d'onde (figure ). Si α est l'angle que fait le vecteur avec l'axe x, les composantes x et y de s'écrivent : x = cos α = 0 cos α cos ωt y = sin α = 0 sin α cos ωt Figure y y α = cos ωt 0 x x 1. - Lumière polarisée elliptiquement a - Définitions Une onde est polarisée elliptiquement si l'extrêmité de son vecteur champ électrique r décrit, au cours du temps, une ellipse dans le plan d'onde. L'origine du vecteur r est au centre de l'ellipse (figure 3). llipticité Si a et b sont les axes de l'ellipse, on définit l'ellipticité par : tg ψ = b a si b < a) b a Figure olarisation 1

2 Sens de parcours de l'ellipse La lumière étant dirigée vers l'observateur, l'ellipse est dite gauche lorsqu'elle est décrite dans le sens trigonométrique. lle est dite droite dans le cas contraire (la figure 3 représente une ellipse gauche). b - Cas d'une ellipse rapportée à ses axes Soient x et y les axes de l'ellipse dans le plan d'onde. Les coordonnées x et y de l'extrémité du champ électrique r peuvent s'écrire, a et b étant positifs : x = a cos ωt y = b sin ωt (1) Si on élimine t entre les deux équations, on obtient : x a + y b = 1 S R y B b Ψ a A Q x Figure 4 C'est bien l'équation d'une ellipse d'axes x et y. Les demi-longueurs de ses axes sont a et b (figure 4). llipticité Sur la figure (4), on a tg ψ = b a Sens de parcours Au temps t = 0, on a x = a et y = 0 ; le vecteur r est confondu avec A. Calculons la dérivée de y au point A : dy dt = b ω 0 t=0 Cette dérivée est positive, donc y croit. Le système d'équations (1) représente une ellipse gauche. n verrait de même qu'une ellipse droite est représentée par le système d'équations suivant : x = a cos ωt y = - b sin ωt Cas particulier : lumière polarisée circulairement Si a = b, on obtient un cercle (figure 5). quation d'une vibration circulaire gauche : x = a cos ωt y = - a sin ωt () S y B a π/4 quation d'une vibration circulaire droite x = a cos ωt y = - a sin ωt (3) a A x R Figure 5 Q llipticité olarisation

3 L'ellipticité d'un cercle est égale à 1 donc ψ = π/4 - roduction de lumière rectiligne, elliptique ou circulaire.1 - roduction de lumière polarisée rectilignement Si un miroir ( M ) d'indice n reçoit un faisceau de lumière naturelle sous une incidence ib (dite de Brewster) telle que tg ib = n, la lumière réfléchie est polarisée rectilignement et son vecteur champ électrique est perpendiculaire au plan d'incidence ( figure 6 ). a - olarisation par réflexion b - olarisation par transmission Les polariseurs par transmission sont des systèmes optiques qui permettent de sélectionner dans la lumière naturelle (figure 1a) de la lumière polarisée rectilignement (figure 1b). Ils sont donc caractérisés par une direction privilégiée du vecteur de polarisation r (figure 7 ). Ils se présentent sous la forme Figure de lames 6 à faces parallèles et utilisent : soit la propriété de biréfringence soit la propriété de dichroïsme de certains cristaux. Nous considérerons toujours des faisceaux lumineux perpendiculaires aux faces des polariseurs. Figure 7. - roduction de lumière elliptique ou circulaire our produire de la lumière elliptique, nous utiliserons des lames biréfringentes. Une lame biréfringente est une lame à faces parallèles taillée dans un milieu n'ayant pas les mêmes propriétés optiques selon toutes les directions et caractérisée par deux axes orthogonaux X et Y parallèles aux faces de la lame. Nous utiliserons toujours des faisceaux lumineux perpendiculaires aux faces de la lame ; le plan d'onde du faisceau lumineux sera confondu avec les faces de la lame. Soit = o cos ωt le champ électrique d'une onde : il est parallèle au plan XY et fait un angle α avec l'axe X (figure 8). Décomposons r suivant X et Y : X = cos α = o cos ωt cos α Y = sin α = o cos ωt sin α (5) olarisation 3

4 La propriété de biréfringence se traduit par le fait que les composantes X et Y de r se propagent à des vitesses différentes dans la lame. Soit Vx la vitesse suivant X et Vy la vitesse suivant Y. La vibration X voit un indice nx = c/vx et la vibration Y un indice ny = c/vy. A la sortie de la lame, les deux composantes présentent un déphasage φ. lles s'écrivent par exemple X1 = o cos α cos ωt Y1 = o sin α cos (ωt-φ) (6) C'est l'équation d'une ellipse quelconque. Dans le cas ci-dessus, Y1 présente un retard de phase par rapport à X1.La composante Y de r se propage plus lentement que la composante X. ar conséquent, on appellera dans ce cas : X l'axe rapide (AR) Y l'axe lent (AL) n conclusion, si Φ est quelconque, la vibration rectiligne est transformée en vibration elliptique par la lame biréfringente..3 - Cas particulier important Au cours de la manipulation, nous utiliserons une lame biréfringente particulière pour laquelle le déphasage est φ = π/. C'est une lame quart d'onde. Si la lumière utilisée a une longueur d'onde λ, le déphasage s'écrit : φ = π δ λ = π avec δ = λ/4 δ est la différence de marche entre les deux composantes X et Y de r et vaut un quart de longueur d'onde. De même, une lame demi onde crée un déphasage φ = π et une différence de marche δ = λ/. 3 - Utilisation du polariseur et des lames biréfringentes Utilisation du polariseur n appellera r la direction privilégiée définie par le polariseur. Si une vibration rectiligne incidente r fait un angle α avec r, à la sortie du polariseur la vibration émergente 1 sera la projection de la vibation incidente sur la direction r. - Amplitude de la vibration transmise : 1 = cos α - Intensité de la vibration transmise :I 1 = cos α = I cos α (loi de Malus) a - Action du polariseur sur la lumière naturelle Un polariseur transforme de la lumière naturelle en lumière polarisée rectilignement. La direction du vecteur champ électrique r de l'onde transmise est parallèle à la direction r définie par le polariseur. La lumière naturelle a une symétrie de révolution autour de son axe de propagation. Si on fait tourner le polarisateur autour de cet axe, l'intensite transmise par celui-ci ne varie pas (figure 9) Figure olarisation 4

5 Remarque : Nous ferons toutes les figures dans le plan d'onde du rayon lumineux. La direction de propagation de la lumière sera perpendiculaire au plan de la figure. b - Action du polariseur sur la lumière polarisée rectilignement Une vibration rectiligne de direction r tombe sur un polariseur caractérisé par sa direction r telle que ( r, r ) = α (figure 10) La vibration émergente est : 1 = cos α Cas α = 0 -> = 1 = (vibration non modifiée) Cas α = π/ -> 1 = 0 (pas de vibration émergente) α Figure 10 Si on tourne le polariseur autour de l'axe défini par le faisceau lumineux, l'intensité transmise passera par des maxima et par des minima nuls. L'écart angulaire entre les maxima et les minima est égal à π/. c - Action du polariseur sur la lumière elliptique Si une lumière elliptique arrive sur un polariseur de direction r, la vibration émergente sera rectiligne et son amplitude égale à la projection de l'ellipse sur la direction r (figure11). Si r est parallèle au grand axe de l'ellipse, on a un maximum d'intensité transmise : point ' sur la figure 11 " 1 ' Si r est parallèle au petit axe de l'ellipse, on a un minimum non nul d'intensité transmise : point " sur la figure 11 Figure 11 Si on tourne le polariseur autour de l'axe défini par le faisceau lumineux, l'intensite transmise passera par des maxima et par des minima non nuls L'écart angulaire entre maxima et minima est aussi égal à π/ Quelle que soit l'orientation du polariseur la projection du cercle sur la direction r sera égale à son diamètre (figure 1 ). Si on tourne le polariseur autour de la direction définie par le faisceau lumineux, l'intensite transmise ne varie pas. d- Cas de la lumière polarisée circulair ement igure olarisation 5

6 3. - Utilisation de la lame quart d'onde a - Action de la lame quart d'onde sur la lumière polarisée rectilignement Soit X l'axe rapide ( AR ) et Y l'axe lent ( AL ) de la lame. Un faisceau de lumière polarisée rectilignement tombe sur la lame, perpendiculairement à sa face d'entrée. Le champ électrique de l'onde ( = 0 cos ωt ) et l'axe X (AR) font un angle α (figure 13). Y B AL 0 α A AR X Figure 13 La vibration rectiligne à l'entrée de la lame a pour composantes ( voir paragraphe I-A ). x = o cos α cos ωt (7) ( y = o sin α cos ωt La lame produit un déphasage φ = π La vibration émergente a pour composantes : (8) ( x 1 = 0 cos α cos ωt y 1 = 0 sin α cos (ωt - π ) = 0 sin α sinωt n éliminant le temps t dans le système d'équations (8), on obtient : x 1 + y 1 = 1 (équation d' une ellipse d'axes X et Y) ( o cos α) ( o sin α ) Une lame quart d'onde transforme une vibration rectiligne en une vibration elliptique ayant mêmes axes qu'elle. llipticité C'est la tangente de l'angle (inférieur à π/4) que fait la vibration rectiligne incidente avec l'un des axes de la lame (dans le cas de la figure 13 on a ψ = α ). Sens de parcours de l'ellipse Il est déterminé par le signe de dy/dt pour t = 0. Règle pratique Le sens de parcours de l'ellipse est le sens suivant lequel il faut faire tourner la vibration rectiligne incidente pour l'amener sur l'axe lent (AL) par une rotation inférieure à π/ ( L'ellipse de la figure 13 est gauche ). Valeurs particulières de α * α = ο ou // X -> y = y 1 = 0 ** α = π ou // Y -> x = x 1 = 0 Une vibration rectiligne parallèle a l'un des axes de la lame n'est pas modifiée en traversant cette lame olarisation 6

7 *** α = π 4 --> sin α = cos α = --> l'ellipse a ses deux axes égaux. C'est un cercle d'équation : x l + yl = o Une vibration rectiligne qui fait un angle ègal à π /4 avec les axes de la lame quart d'onde est transformée en une vibration circulaire. b - Action de la lame quart d'onde sur une lumière elliptique ou circulaire Nous ne considérerons que le cas où l'ellipse et la lame ont leurs axes confondus ( X sera toujours l'axe rapide de la lame ). b-1) Lumière elliptique Lumière elliptique droite - Vibration incidente (ellipse droite) x = a cos ωt (9) ( y = b sin ωt - Vibration émergente (10) ( x 1 = a cos ωt y 1 = - b sin (ωt - π ) = b cos ωt n éliminant le temps t dans le système (10), on obtient l'équation de la droite R de la figure 14 y l Lumière elliptique gauche - Vibration incidente (ellipse gauche) x = a cos ωt (11) (. y = b sin ωt - Vibration émergente x 1 = a cos ωt (1 ) ( y 1 = b sin (ωt - π. ) = - b cos ωt Le système (1) donne l'équation de la droite SQ de la figure 15 :y l = - b a x l = b a x l S Y AL B S Y AL B b Ψ a A AR X b Ψ a A AR X R Q R Q Figure 14 Figure 15 Conclusion Une lame quart d'onde transforme une vibration elliptique ayant mêmes axes qu'elles, en une vibration rectiligne qui est confondue avec l'une des diagonales du rectangle à l'intérieur duquel est inscrite l'ellipse. Règle pratique n construit le rectangle QRS (figures 14 et 15) et on utilise la règle suivante : La rotation nécessaire pour amener l'axe lent sur la vibration rectiligne émergente, en tournant dans le sens de parcours de l'ellipse, doit être inférieure à π/. llipticité de la vibration incidente olarisation 7

8 C'est la tangente de l'angle (inférieur à π/4 ) que fait la vibration rectiligne émergente avec l'un des axes de la lame. b-) Lumière circulaire Y AL Une vibration circulaire étant une vibration elliptique particulière, le paragraphe précédent est valable à condition de faire a = b (figure 16). Une lame quart d'onde transforme une vibration circulaire en vibration rectiligne à 45 degrés de ses axes. a π/4 a figure 16 c - Utilisation de la lame demi-onde A titre d'exercice reprendre le paragraphe précédent ( b) et l'appliquer à la lame demi-onde. 4 - Interférences produites par des lames biréfringentes d'épaisseur variable Application au compensateur de Babinet rincipe : il est composé de deux coins de quartz dont l'un est mobile par rapport à l'autre (figure 17). n un point donné l'un des coins est assimilable à une lame biréfringente d'épaisseur e. Deux vibrations respectivement parallèles à l'axe lent (X par exemple) et à l'axe rapide (Y), se propagent avec des indices différents nx et ny, d'où un déphasage φ entre ces deux vibrations perpendiculaires : φ = πδ λ avec δ = (n x -n y ) e Figure 17 Figure 18 Les axes lents (ou rapides) des deux coins étant croisés les déphasages introduits sont de signes contraires. Le déphasage total entre les deux vibrations est donc : Φ = π λ (n x -n y ) (e-e' ) Au centre, les épaisseurs sont égales et Φ = 0. A une distance x de (figure 18) : e-e' = x tg θ (θ étant l'angle au sommet des coins de quartz). La différence de marche est donc en ce point : δ = (n x -n y ) x tg θ olarisation 8

9 Toute lame biréfringente, placée entre polariseur et analyseur, donne lieu à des interférences (cf. p. 14). Avec le compensateur, on peut observer sur sa face de sortie, des franges rectilignes (x = Cte pour δ = Cte) parallèles à l'arête des coins dont l'intervalle i = x correspond à une variation de différence de marche λ. ntre polariseur et analyseur croisés, le contraste est maximum lorsque les axes du compensateur sont à 45 de la vibration à analyser. La frange correspondant au point est noire (Φ = 0 ) quelle que soit λ, ce qui permet de la repérer en lumière blanche. n déplaçant l'un des coins, on fait varier la position du point : les franges défilent devant un réticule sur le compensateur. Si l'on ajoute une lame cristalline, l'ensemble des franges se déplace : le compensateur permet alors de mesurer la différence de marche produite. Remarques - Les axes du Babinet sont verticaux et horizontaux : une vibration rectiligne incidente quelconque se décomposera suivant ces deux axes. - Lorsqu'on déplace un coin du compensateur de Babinet d'une longueur d, la frange centrale se déplace de en ' (figure 19). L'ensemble des franges se déplace donc de la quantité ' = d/ Figure olarisation 9

10 RAL D CURS - Interférences entre les vibrations issues d'une lame Y A S L A l β α X Une source ponctuelle S, monochromatique, est placée au foyer de la lentille L. Le faisceau de rayons parallèles traverse successivement : un polariseur, une lame cristalline l (de lignes neutres X, Y), un analyseur A. n désire calculer l'intensité transmise par l'ensemble, l, A. Si la vibration transmise par est a cos ω t, on aura : x = a cos α cos ω t x = a cos α cos ωt entrée de (l ) Sortie de ( l ) y = a sin α cos ωt y = a sin α cos (ωt - φ) L'analyseur reçoit la projection de chaque vibration (x et y) transmise par la lame sur la direction de polarisation A, soit au total : a cos α cos β cos ωt + a sin α sin β cos (ωt - φ) qui peut s'écrire en développant cos (ωt - φ) : a (cos α cos β+ sin α sin β cos φ) cos ωt + a sin α sin β sin φ sin ωt expression de la forme : A l cos ωt + B l sin ωt D'après la construction de Fresnel, l'amplitude résultante A est : Α = Α 1 + Β1 = a ( sin α sin β + cos α cos β ) + a sin α cos α sin β cos β cos φ L'intensité transmise après l'analyseur est proportionnelle à Α n peut en donner deux expressions équivalentes (à simplifier pour, A croisés et, A parallèles) ou I = I l cos (a -b) - sin a sin b sin f I = I l cos (a + b) + sin b sin b cos f L'intensité résultante n'est donc pas la somme des intensités des deux vibrations transmises par la lame : on peut dire que ces deux vibrations déphasées de φ "interfèrent" grâce à l' analyseur qui rend leurs directions parallèles. Remarque : le principe des interférences s'applique indifféremment à la lumière polarisée et à la lumière naturelle (cf. Bruhat) olarisation 10

11 1 - olarisation par réflexion vitreuse ARTI RATIQU I tude en lumiere monochromatique image de F écran F L 1 lampe spectrale i miroir coupe dans le plan horizontal fente lentille polariseur Réaliser un faisceau de lumière parallèle à l'aide de la lampe à vapeur de mercure (Hg), de la fentesource verticale et de la lentille de distance focale f = 10 cm (former pour cela une image nette de la fente sur le mur). lacer sur le trajet du faisceau : le polariseur 1 et le miroir de verre noir au centre du disque gradué horizontal. Rechercher l'incidence de Brewster i B par approches successives en tournant tour à tour 1 et le disque gradué jusqu'à extinction totale du faisceau réfléchi. Quel est, après ce réglage, la direction de polarisation de 1? Justifier votre réponse. Noter la graduation du support de 1, ainsi que l estimation de l incertitude sur ce repérage. Mesurer la valeur de ib ± ib sur le disque gradué (enlever 1 pour la lecture des angles). n déduire la valeur de l indice n et l incertitude n. Remplacer le miroir par le polariseur. Régler ce polariseur de façon à ce que sa direction de polarisation soit verticale. Noter la graduation du support de et l incertitude sur ce repérage. - Vérification de la loi de Malus F L Fi 1 lampe spectrale G galvanomètre fente lentille filtre polariseur analyseur cellule photoélectrique ffectuer le montage ci-dessus. La déviation du galvanomètre est proportionnelle à l intensité de la lumière reçue par la cellule. Réglages et mesures devront être faits à l abri de toute lumière parasite. 1 étant fixé à la graduation précédente, régler de façon à obtenir le maximum de lumière sur la cellule (choisir le calibre optimum du galvanomètre, utiliser éventuellement un diviseur de tension). Régler de façon à obtenir une quasi - extinction" du faisceau. Faire la correction de zéro sur le galvanomètre. Tourner de 10 en 10 et tracer la courbe I = f(cos θ) où θ est l angle entre les directions de polarisation de 1 et de. Faire varier θ de 0 à 90. Conclusion. 3 - Interaction d une lumière polarisée rectiligne avec une lame biréfringente La lumière de la lampe au mercure est filtrée à λ = 0,56µ, valeur pour laquelle les lames utilisées sont quart d'onde, demi-onde et onde. L'incidence du faisceau parallèle sur la lame sera toujours normale olarisation 11

12 3.1 - Détermination de la direction des axes (ou lignes neutres) des lames quart d'onde et demi-onde a) 1 et sont croisés (extinction sur l écran). Intercaler la lame à étudier entre 1 et. Donner l expression de l intensité Iλ transmise par l ensemble [lame et ], Iλ0 étant l intensité du faisceau incident polarisé, φ le déphasage entre les deux vibrations transmises par la lame et α l angle entre la direction de 1 et l axe X de cette lame. our quelles valeurs de α, l intensité Iλ est-elle minimum? our quelles valeurs de α, l intensité Iλ est-elle maximum? Le vérifier expérimentalement pour chaque lame en relevant les graduations correspondantes et en précisant à l'aide de schémas la position des lignes neutres. b) 1 et sont parallèles. Faire l'étude précédente avec une seule lame. Comparer les résultats Analyse de la lumière à la sortie d une lame quart d'onde Q 1 (l/4) a) Tourner Q 1 de 45 à partir de l extinction entre 1 et croisés. Tourner. Conclusion sur la nature de la lumière émergente. Retrouver ce résultat à partir des formules (on supposera l axe lent selon Y). Schéma. b) Tourner Q 1 de 0 à partir de l extinction. Tourner. Définir la nature de la lumière émergente et ses directions caractéristiques. Justifier ce résultat par les formules. Schéma Analyse de la lumière à la sortie d une lame demi-onde Q(l/) a) Tourner Q de α = 0 à partir de l extinction entre 1 et croisés. De quel angle faut-il tourner et dans quel sens pour retrouver l extinction? Conclusion sur la nature de la lumière émergente. Schéma et formules explicatives. b) 1 et étant de nouveau croisés et Q en position d extinction, tourner 1 de 0. De quel angle faut-il tourner et dans quel sens pour rétablir l extinction? Schéma Analyse de la lumière à la sortie d une lame onde (l) Tourner la lame entre 1 et croisés. Noter les observations faites sur l écran avec et sans filtre. Les expliquer. Même étude dans le cas de 1 et parallèles. 4 - Applications des propriétés des lames biréfringentes (facultatif) Détermination de la nature des axes de Q (l/4 ) à partir des axes connus de Q 1 (l/4 ) Régler Q 1 et Q de telle sorte que leurs axes soient horizontaux et verticaux. Tourner 1 de 0 et rétablir l extinction en tournant. Déduire du sens de rotation de (par rapport à celui de 1 ) la nature des axes de Q (par rapport à ceux de Q 1 ). Justifier cette méthode à partir des formules Réalisation à l aide de 1 et Q 1 (l/4 ) : - d une lumière circulaire - d une lumière elliptique d ellipticité v3/3 Quelles sont les différentes façons de changer le sens de parcours de ces lumières? Réalisation d une lame demi-onde à l aide des lames quart d'onde Q1 et Q olarisation 1

13 4.4 - Réalisation d une lame onde à l aide de deux lames quart d'onde et d'une lame demi-onde olarisation 13

14 FRMULAIR Action des lames quart d'onde, demi-onde et onde sur une vibration polarisée Vibration rectiligne Y AL α cos ωt 0 X AR Composantes de la vibration incidente x 0 = 0 cos α cos ωt y 0 = 0 sin α cos ωt Composantes de la vibration à la sortie d'une lame δ = λ/4 δ = λ/ δ = λ φ = π/ φ = π φ = π x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt y = 0 sin α cos (ωt - π/) y = 0 sin α cos (ωt - π) y = 0 sin α cos (ωt - π) x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt y = 0 sin α sin ωt y = - 0 sin α cos ωt y = 0 sin α cos ωt elliptique gauche rectiligne symétrique rectiligne identique Vibration elliptique Y AL α cos ωt 0 AR X Composantes de la vibration incidente x 0 = 0 cos α cos ωt y 0 = 0 sin α sin ωt elliptique gauche Composantes de la vibration à la sortie d'une lame δ = λ/4 δ = λ/ δ = λ x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt y = 0 sin α sin (ωt - π/) y = 0 sin α sin (ωt - π) y = 0 sin α sin (ωt - π) x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt x = 0 cos α cos ωt y = - 0 sin α cos ωt y = - 0 sin α sin ωt y = 0 sin α sin ωt rectiligne symétrique elliptique droite elliptique gauche olarisation 14

15 ARTI RATIQU II A - TUD N LUMIR BLANCH Les lames biréfringentes étudiées ici seront toujours éclairées normalement par un faisceau de lumière parallèle. Dans ce cas, les axes (lignes neutres) des lames seront dans un plan parallèle à leurs faces. 1 - bservations avec une lame onde La lame est "onde" dans le domaine visible pour λ j = 0,56µ (couleur jaune-vert). A l'aide du condenseur, réaliser un faisceau de lumière parallèle (à la hauteur de la fente d'entrée du spectroscope). Régler les polariseurs 1 et "croisés" (extinction sur l'écran). Intercaler la lame λ entre 1 et. Donner l'expression de l'intensité I transmise par l'ensemble (lame, ), I λi étant l'intensité du faisceau incident polarisé de longueur d'onde λ i, φ i le déphasage entre les deux vibrations correspondantes transmises par la lame et α l'angle entre la direction de 1 et l'axe X de la lame. * Quelle est la contribution apportée par le faisceau de longueur d'onde λ j? * our quelles valeurs de α, l'intensité I est-elle minimum? n déduire un procédé pour repérer les axes de la lame et l'appliquer. * our quelles valeurs de α, l'intensité I est-elle maximum? n déduire un procédé pour obtenir un contraste maximum sur l'écran et l'appliquer. bserver sur l'écran la "teinte sensible" (teinte qui vire très rapidement vers le rouge ou le violet pour de très petites variations de différence de marche). De quelles radiations est-elle composée? Tourner le polariseur de 90. Donner l'expression de I relative à cette nouvelle configuration pour les positions particulières définies précédemment. Interpréter les observations correspondantes sur l'écran. - tude du spectre cannelé d'une lame de quartz Le quartz étant taillé parallèlement à l'axe optique, la différence entre l'indice extraordinaire et l'indice ordinaire vaut : ne - no = 9, 10-3 (biréfringence maximum). Réaliser le montage ci-dessous : 1 Q L lampe blanche condenseur polariseur quartz analyseur lentille spectroscope xpliquer les réglages à effectuer sur : les polariseurs 1 et, la lame de quartz Q et la lentille L. bserver le spectre "cannelé" à la sortie du spectroscope. Les cannelures correspondent aux radiations éteintes dans le spectre, donc à une différence de marche : δ = e(ne - no) = kλ k étant un entier (ordre d'interférence) Tout se passe comme si la lame de quartz était "onde" pour les valeurs de λ vérifiant cette relation. Mesures. Détermination de l'épaisseur de la lame de quartz par une méthode graphique. A l'aide d'une fente de sortie appropriée, repérer les différentes cannelures en balayant tout le spectre. Noter les longueurs d'onde des radiations éteintes et les incertitudes sur leur repérage. Numéroter les cannelures à partir de la plus grande longueur d'onde observée : λ1 > λ>...> λp >...> λ N e (ne - no) = (ko + p) λp ko étant l'ordre d'interférence pour p = 0 Tracer la courbe 1/λp = f(p) n déduire l'épaisseur e de la lame de quartz. Conclusion olarisation 15

16 B - TUD DS INTRFRNCS RDUITS AR L CMNSATUR D BABINT Voir le schéma du dispositif expérimental et le schéma détaillé du goniomètre dans la salle. 1 - tude en lumière monochromatique Réglages pour l'observation des franges d'interférences lacer la lampe au sodium (λ = nm) à la bonne hauteur derrière la fente du collimateur. scamoter le Babinet en débloquant la vis du côté gauche du collimateur. nlever la bonnette (lentille convergente permettant de viser sur la face de sortie du Babinet). Réglage de la lunette par autocollimation Allumer la lampe de l'autocollimateur, levier à droite en position telle que le champ soit éclairé. Régler l'oculaire de façon à voir le réticule net. lacer le miroir de verre noir derrière la lunette (perpendiculairement à son axe). Régler le tirage de la lunette de manière à ce que l'image du réticule soit nette : la lunette est alors "réglée à l'infini". teindre la lampe de l'autocollimateur ou escamoter celui-ci en actionnant le levier. Réglage du collimateur Régler la largeur de la fente (vis à droite) afin d'observer une image assez fine dans la lunette. Régler le tirage du collimateur jusqu'à obtenir une image nette de la fente : le faisceau de lumière sortant du collimateur est alors parallèle. Réglage du polariseur par réflexion vitreuse lacer le miroir au centre de la plateforme. bserver l'image réfléchie de la fente à travers le miroir. ar approches successives tourner le polariseur et la plateforme jusqu'à obtenir une quasi-extinction de cette image : l'angle d'incidence du faisceau est alors celui de Brewster et la direction de polarisation incidente est horizontale (cf. ARTI RATIQU I). Noter le repère du polariseur et enlever le miroir. Réglage de l'analyseur A Tourner l'analyseur jusqu'à extinction de l'image de la fente dans la lunette. Noter le repère de l'analyseur A : et A sont alors croisés avec leurs directions de polarisation respectivement horizontale et verticale. Réglage de et A croisés à 45 des axes du Babinet Tourner et A de 45. Justifier ce réglage (rappel : axes du Babinet horizontal et vertical). bservation des franges d'interférences Remettre le Babinet en place ainsi que la bonnette. bserver les franges d'interférences. xpliquer leur formation et les décrire. Tourner A de 90. Que devient la "frange centrale" (encadrée par deux traits verticaux)? ourquoi? Mesures entre et A croisés Translater le coin de quartz mobile du Babinet de façon à obtenir le plus grand déplacement possible. Compter le nombre de franges noires passant au centre au cours de ce déplacement. Mesurer le déplacement à l'aide de la vis micrométrique. n déduire l'angle des coins de quartz. récision. - tude en lumière blanche olarisation 16

17 Focaliser la lumière blanche sur la fente. Remettre le Babinet dans sa position initiale (coins non décalés avec la "frange centrale" au milieu du champ). Décrire et expliquer les observations faites entre et A croisés, puis entre et A parallèles olarisation 17

TP 1 Polarisation et biréfringence

TP 1 Polarisation et biréfringence TP 1 Polarisation et biréfringence PARTIE THEORIQUE I.1 Filtres polarisants rectilignes : polaroïds et prisme de Glan On utilisera un filtre polarisant soit pour créer une polarisation rectiligne (on appellera

Plus en détail

1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique

1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique 1 Rappels théoriques Les états de polarisation de la lumière 1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique Le champ électrique d'une onde plane harmonique en un point M au cours du temps

Plus en détail

Optique géométrique et physique

Optique géométrique et physique J.Hormière / 2 Optique géométrique et physique I Un objectif de distance focale f 320 mm est constitué par un doublet (L, L 2 ) de formule 8, 5, 4 (f 8a, e 5a, f 2 4a). La lumière rencontre d abord la

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire TP 06 - Spectroscope à réseau Comment analyser la lumière émise par une source? 1 Principe et réglages du spectrogoniomètre à lunette autocollimatrice Figure 1: Goniomètre Le goniomètre est un appareil

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

3 Polarisation. 3.1 Introduction. 3.2 Détection et mesure de la polarisation OPTIQUE 1 OPTIQUE

3 Polarisation. 3.1 Introduction. 3.2 Détection et mesure de la polarisation OPTIQUE 1 OPTIQUE OPTIQUE 1 OPTIQUE 3 Polarisation 3.1 Introduction La théorie n est pas donnée dans ce chapitre. Il vous faudra donc l étudier avant de faire l expérience. References Hecht et Zajac, Optics page 219 Fowles,

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE.

POLARISATION DE LA LUMIÈRE. POLARISATION D LA LUMIÈR. POLARISATION D LA LUMIÈR. Objectifs Connaître la structure transverse d une onde électromagnétique. Savoir écrire le champ électrique associé à une onde plane progressive. Relier

Plus en détail

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation.

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation. 1 TP : Polarisation Sciences Phsiques MP TP : Polarisation. L étude s effectuera pour les ondes électromagnétiques dans le domaine visible. l ensemble des phénomènes que nous allons aborder est la conséquence

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Polarisation I

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Polarisation I Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques NS Physique Polarisation I FRANCON : Vibrations lumineuses, p. 240 à 256 MATHIU : Optique, tome I, p. 93 à 121 et 261 à 283 BRUHAT-KASTLR : Optique, 170

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière PHYSIQUE I Le problème s intéresse à différents aspects de la polarisation de la lumière Les applications de ces phénomènes sont multiples et les dispositifs associés sont des composants de base dans les

Plus en détail

E et B sont : Une onde électromagnétique peut être représentée comme la superposition d un champ électrique E et d un champ magnétique B.

E et B sont : Une onde électromagnétique peut être représentée comme la superposition d un champ électrique E et d un champ magnétique B. La polarisation 1 Une onde électromagnétique peut être représentée comme la superposition d un champ électrique E et d un champ magnétique B. E et B sont : perpendiculaires à la direction de propagation;

Plus en détail

Polarisation de la lumière

Polarisation de la lumière Polarisation de la lumière Mise en évidence : L'étude de la polarisation de la lumière va permettre de déterminer l'orientation du vecteur champ électrique par rapport à la direction de propagation. On

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

CELLULE DE POCKELS : MESURE DU DEPHASAGE

CELLULE DE POCKELS : MESURE DU DEPHASAGE CELLULE DE POCKELS : MESURE DU DEPHASAGE Durée : 3H. Ce T.P. comporte 5 pages. 1. MATERIEL / LOGICIELS / DOCUMENTATION Laser He-Ne polarisé - Polariseurs - Lame /4 - Puissancemètre - Cellule de Pockels

Plus en détail

Propriétés optiques Sujet 1

Propriétés optiques Sujet 1 Sujet 1 Thème : retrouver les axes neutres d une lame. On prend du saphir, matériau anisotrope de structure hexagonale. Question 1 : Ce matériau est uniaxe négatif avec l axe optique orienté selon l axe

Plus en détail

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant CHABOU Moulley Charaf Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Minier Cours - - 1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant 1.1. Généralités sur la lumière La lumière

Plus en détail

Travaux Pratiques d Optique

Travaux Pratiques d Optique Travaux Pratiques d Optique Polarisation Préparation des TPs 1 1 Polarisation : notions de base 3 2 Mesures de biréfringence 17 3 Polarimètre à analyseur tournant 25 4 Etude d un modulateur électro-optique

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Interférences lumineuses

Interférences lumineuses Interférences lumineuses Principe Les phénomènes d interférences résultent de la superposition de 2 ondes lumineuses. Ils ne peuvent se produire que lorsque les conditions suivantes sont réalisées : les

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

Fiche cours. Polarisation de la lumière, polarimétrie 15/11/2007 STL BGB

Fiche cours. Polarisation de la lumière, polarimétrie 15/11/2007 STL BGB En 1808, Malus découvre que la lumière du Soleil subit une modification d état lors d une réflexion sur une surface de verre. Cette modification constitue le phénomène de polarisation de la lumière. 1.

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008

Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008 Polarisation Polarization (Adj polarized) le 20/04/2008 Lumière non polarisée : La polarisation est un phénomène provenant du caractère ondulatoire de la lumière. La lumière est une onde, c'est à dire

Plus en détail

1 Rappels sur les champs électriques

1 Rappels sur les champs électriques Rappels sur les champs électriques. Cadre de l étude On considère un diélectrique homogène ie ayant les mêmes propriétés dans tout le volume). On note E le champ électrique global et D le champ excitation

Plus en détail

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées.

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées. Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

Collection pour l étude de la lumière polarisée

Collection pour l étude de la lumière polarisée Collection pour l étude de la lumière polarisée OP 1610 10005 Mode d emploi Version 02 Lumière polarisée Les expériences qui sont proposées décrivent les moyens de produire de la lumière polarisée. Elles

Plus en détail

Lunettes 3D devant un écran d ordinateur portable à cristaux liquides non réciprocité entre les deux sens d utilisation des lunettes

Lunettes 3D devant un écran d ordinateur portable à cristaux liquides non réciprocité entre les deux sens d utilisation des lunettes Composants et dispositifs Expériences présentées en cours Lunettes 3D devant un écran d ordinateur portable à cristaux liquides non réciprocité entre les deux sens d utilisation des lunettes Propagation

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Interférométrie hétérodyne

Interférométrie hétérodyne Travaux pratiques de la valeur mixte NST103 du Cnam et du Mastère I U. Paris XIII 1 Interférométrie hétérodyne Matériel fourni Laser HeNe Melles Griot 5 mw à λ =632,8 nm; Modulateur acousto-optique Isomet

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE Licence de Physique 2000-2001 Université F. Rabelais UFR Sciences & Techniques P. Drevet 1 A1 - GONIOMETRE DE BABINET I. PRINCIPE

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE

BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE BTS - SUJET D'OPTIQUE PHYSIQUE DATE : 04/01/16 DUREE : 45min MATIERE : OPTIQUE PHYSIQUE CLASSE : TS A NOM DE L ENSEIGNANT : M. JUANICO Exercice 1 : Cours (7 points) 1/ Faire le dessin du montage du cours

Plus en détail

Réglages de l'interféromètre de Michelson

Réglages de l'interféromètre de Michelson Objectifs I TP 2 : TP Cours Interféromètre de Michelson Faire un pré-réglage de l'interféromètre dans le but de rendre la séparatrice et la compensatrice ainsi que les miroirs grossièrement parallèles

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

P O L A R I S AT I O N

P O L A R I S AT I O N P O L A R I S AT I O N P o l a r i s e u r d e P r e c i s i o n e n v e r r e Plébiscité par ses utilisateurs Athermiques, ces polariseurs peuvent être exposés à des faisceaux intenses. La monture à bille

Plus en détail

J.-F. Donati, P. Petit, F. Paletou

J.-F. Donati, P. Petit, F. Paletou J.-F. Donati, P. Petit, F. Paletou I: Description de la lumière polarisée II: Propagation de la lumière en milieu anisotrope III: Composants pour optique anisotrope IV: Propagation de la polarisation dans

Plus en détail

FSAB1203 - Physique 3 Partie "Ondes"

FSAB1203 - Physique 3 Partie Ondes FSAB13 - Physique 3 Partie "Ondes" Module S4 Polarisation, réflexion, réfraction Matière traitée dans le 4ème module d'apprentissage de physique 3 1. Concept de polarisation d'une onde transverse (électromagnétique,

Plus en détail

Oraux : optique géométrique

Oraux : optique géométrique Extraits de rapports de jury : - Le tracé de rayons, dans des cas les plus triviaux, engendre de nombreuses erreurs et imprécisions, même avec une seule lentille (tracé de l'émergent pour un incident quelconque,

Plus en détail

TP cristaux liquides

TP cristaux liquides TP cristaux liquides Master pro Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Phénomènes de polarisation de la lumière: Étude d un afficheur à cristaux liquides Année 2008 2009 Le but de ce TP est de comprendre

Plus en détail

Des lunettes trois D pour le confiseur

Des lunettes trois D pour le confiseur Partie A Des lunettes trois D pour le confiseur La cuisine pour s approprier la polarimétrie Ou comprendre la polarisation de la lumière grâce à la cuisine. Un écran, des lunettes pour connaître les sucres.

Plus en détail

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS

EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS ANNÉE 2013 EXAMEN PROBATOIRE D ADMISSION DANS LES ECOLES D OFFICIERS CSEA 2013 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 4 heures Coefficient : 1 - L usage de la calculatrice est autorisé ; - Les exercices sont indépendants

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012 DS le er octobre 202 OPTIQUE ATOMISTIQUE NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Les copies illisibles ou mal présentées seront

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - 1 exercice 1 : Un objet AB de hauteur 3 cm est placé devant une lentille convergente de vergence 10 d. L'objet, assimilable

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON 1. Les objectifs 1.1. La mise en évidence du phénomène d`interférence pour obtenir des

Plus en détail

5 // Champ en profondeur

5 // Champ en profondeur 1 1 // Description On distingue principalement : les objectifs standards f = 50 mm les objectifs grand angle f = 8 mm les téléobjectifs f = 500 mm les objectifs à distance focale image variable ou zooms;

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

1 Les instruments d'optique

1 Les instruments d'optique Les instruments d'optique. LES ACCESSOIRES : LENTILLES ET MIROIRS.. Lentilles minces convergentes Qu'est-ce que c'est? Une lentille mince est caractérisée par trois points singuliers et deux grandeurs

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie)

F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) F - Optique de Fourier, filtrage d images (détramage et strioscopie) I - Montage : Il comporte 3 parties : le banc de mise en forme du faisceau (réalisation d un faisceau parallèle, large et homogène),

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS... 2

OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS... 2 OPTIQUE GEOMETRIQUE / CARACTERISTISQUES GENERALES DES INSTRUMENTS D OPTIQUE / Page 1 sur 26 PLAN DU COURS 1. DEFINITIONS.... 2 2. GRANDISSEMENT TRANSVERSAL... 3 3. DISTANCE FOCALE DE GAUSS... 3 4. PUISSANCE...

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: Etude d un rétroprojecteur première partie. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: Etude d un rétroprojecteur première partie. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Doc. OPT-TP-03(4.0) Date : 1 nov 2010 TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: première partie 1 But de l expérience Le but de ce TP, qui sera réalisé en deux parties, est de : 1. comprendre le fonctionnement optique

Plus en détail

TP 5 : Microscopie. 1 Prise en main. Licence Professionnelle Optronique Plate-forme optique ufr de physique

TP 5 : Microscopie. 1 Prise en main. Licence Professionnelle Optronique Plate-forme optique ufr de physique TP 5 : Microscopie Licence Professionnelle Optronique Plate-forme optique ufr de physique Le microscope utilisé en TP présente de nombreuses fonctionnalités : fond clair, fond noir, polariseurs croisés,

Plus en détail

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%)

Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Les trois parties A, B et C de cette épreuve sont indépendantes. Partie A : Principe du moteur asynchrone (37%) Aucune connaissance préalable du moteur asynchrone n est nécessaire pour l étude de cette

Plus en détail

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave MPSI2, Louis le Grand ormation des images, instruments d optique Semaine du 8 au 15 octobre On prendra n = 1 pour l air dans tous les exercices. On produira une figure soignée pour chaque situation étudiée.

Plus en détail

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE

GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE Chapitre 9 - GM GLOSSAIRE MATHÉMATIQUE EN GÉOMÉTRIE DE L'ESPACE GM_01 règle GM_02 GM_03 GM_04 GM_05 GM_06 GM_07 tourne GM_08 GM_09 GM_10 GM_11 plan GM_12 GM_13 GM_14 GM_15 GM_16 GM_17 GM_18 Dessin schématisant

Plus en détail

Lentilles épaisses. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille épaisse. connaître la loi de propagation rectiligne de la lumière

Lentilles épaisses. reconnaître la nature (convergente ou divergente) d'une lentille épaisse. connaître la loi de propagation rectiligne de la lumière Lentilles épaisses Le but du module est de décrire les propriétés fondamentales des lentilles épaisses et d'en déterminer quelques éléments caractéristiques appelés éléments cardinaux du système optique.

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.D. 02 optique miroir plan lentilles minces

Lycée Viette TSI 1. T.D. 02 optique miroir plan lentilles minces Ex 01 Ex 02 Catadioptre T.D. 02 optique miroir plan lentilles minces O Deux miroirs rectangulaires M et M forment un C angle de 70, AC = AC = 50 cm. 1. Un point lumineux P se trouve entre les miroirs.

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Lentilles. IV 35. Viseur. 1) Un viseur est constitué d un objectif formé par une lentille mince convergente L 1, de distance focale f 1 = 10 cm et

Lentilles. IV 35. Viseur. 1) Un viseur est constitué d un objectif formé par une lentille mince convergente L 1, de distance focale f 1 = 10 cm et Lentilles I 77. Phare. Un phare est constitué par un filament lumineux de cm de long et par une lentille de diamètre cm. Lorsque celleci est à cm du filament, elle en donne une image nette sur un écran

Plus en détail

REPRÉSENTATIONS DES OBJETS ALLONGÉS

REPRÉSENTATIONS DES OBJETS ALLONGÉS Chapitre 6 - OA Avertissement REPRÉSENTATIONS DES OBJETS ALLONGÉS Les dessins qui illustrent ce chapitre sont à considérer dans leur ensemble, car chacun présente un aspect du phénomène étudié, et c'est

Plus en détail

SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES

SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 1 C H A P I T R E 1 SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES 1. MODELE SCALAIRE DE LA LUMIERE 1.1. Amplitude et intensité lumineuses La lumière possède un double aspect

Plus en détail

CH1 : Vision et images

CH1 : Vision et images CH : Vision et s I La d'un rayon de lumière I Etude de la d'un rayon lumineux monochromatique : Marche d'un rayon de lumière restant dans un milieu transparent d'indice de réfraction n constant 2 Marche

Plus en détail

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER).

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). I-THEORIE I - 1 Spécificité du laser à semi-conducteur. La faisabilité d'une émission laser au sein d'un semi-conducteur fut démontrée expérimentalement dans l'arséniure

Plus en détail

TD : Lentilles minces

TD : Lentilles minces Questions de cours TD : Lentilles minces SP-Q Quelles sont les relations de conjugaison d une lentille Expressions du grandissement transversal SP-Q Comment construire le rayon émergent correspondant à

Plus en détail

Séance 7 : Les couleurs de polarisation

Séance 7 : Les couleurs de polarisation Séance 7 : Les couleurs de polarisation A. Notions théoriques sur la polarisation de la lumière (TD7a) 1. Introduction Les ondes électromagnétiques, qui constituent, dans le domaine des longueurs d onde

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant Il existe plusieurs types d'ondes, par exemple le son, la lumière et les vagues. De plus, il existe de nombreux phénomènes que l'on peut représenter

Plus en détail

Lycée CARNOT- Sup PCSI 1/7

Lycée CARNOT- Sup PCSI 1/7 Lycée CARNOT- Sup PCSI /7 FOCOMETRIE Le but de ce TP, d une durée de 4 heures, est la mise en oeuvre et l'étude de diverses méthodes focométriques, permettant la détermination de la distance focale de

Plus en détail

R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI

R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI TP OPTIQUE RDUPERRAY Lycée FBUISSON PTSI LUNETTE ASTRONOMIQUE OBJECTIFS Utiliser des systèmes optiques dans les conditions de Gauss (alignement axial et vertical, éclairage de l objet, ) Connaître les

Plus en détail

image intermédiaire plan du réticule

image intermédiaire plan du réticule Principe et utilisation de lunette, collimateurs et viseurs On se propose d étudier les appareils permettant de réaliser des pointés et des mesures. Pour l utilisation correcte d un instrument d optique,

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

4. Géométrie analytique du plan

4. Géométrie analytique du plan GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DU PLAN 35 4. Géométrie analytique du plan 4.1. Un peu d'histoire René Descartes (La Haye en Touraine, 31/3/1596 - Stockholm, 11/2/1650) La géométrie analytique est une approche de

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail