VARIATIONS PHOTO-INDUITES DE LA FLUORESCENCE DU NADPH CHLOROPLASTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VARIATIONS PHOTO-INDUITES DE LA FLUORESCENCE DU NADPH CHLOROPLASTIQUE"

Transcription

1 THESE de DOCTORAT de l'universite PIERRE et MARIE CURIE (PARIS VI) Spécialité : Biophysique Moléculaire présentée par Gwendal LATOUCHE pour obtenir le grade de DOCTEUR de l'universite PIERRE et MARIE CURIE (PARIS VI) Sujet : FLUORESCENCE BLEU-VERTE VARIABLE DES VEGETAUX VARIATIONS PHOTO-INDUITES DE LA FLUORESCENCE DU NADPH CHLOROPLASTIQUE Soutenue le 28 Novembre 2000 devant le jury composé de : P. VIGNY Président F. MEROLA Rapporteur R. DOUCE Rapporteur I. MOYA Directeur de thèse J.M. SALMON Examinateur Z.G. CEROVIC Examinateur

2 Remerciements Je voudrais tout d'abord remercier Ismaël Moya, qui m'a accueilli au sein de l'équipe Photosynthèse et Télédétection du LURE et m'a fait l'honneur de diriger cette thèse. Je le remercie de m'avoir initié aux mesures de fluorescence, de m'avoir guidé et conseillé sur tous les aspects instrumentaux de ces mesures, et plus généralement pour l'encadrement et le suivi qu'il a assuré tout au long de la thèse. Je tiens tout particulièrement à remercier Zoran Cerovic, qui m'a fait partager sa grande connaissance des plantes et de la photosynthèse, notamment en ce qui concerne l'isolation et l'utilisation des chloroplastes, et qui a toujours été à mes cotés durant l'ensemble de ce travail, aussi bien pour me conseiller et pour discuter, que pour m'aider dans la réalisation des expériences. Sans sa compétence, son ouverture d'esprit et sa persévérance, rien n'aurait été possible. Je remercie Fabienne Merola et Roland Douce d'avoir bien voulu être les rapporteurs de ce travail, ainsi que Paul Vigny et Jean-Marie Salmon qui ont accepté de participer au jury. Je voudrais remercier Laurent Cournac et Gilles Peltier avec qui j'ai eu le plaisir de collaborer lors de l'étude des mutants d'algues Chlamydomonas reinhardtii sans photosystème I. Je tiens à remercier Yves Goulas pour l'aide précieuse qu'il m'a apportée dans tous les aspects modélisation de ce travail, notamment en ce qui concerne les calculs et la programmation. Je remercie Maurice Bergher et Stéphane Tosti, qui ont conçu et réalisé les différents éléments électroniques des montages expérimentaux, et qui m'ont fréquemment aidé à résoudre des problèmes instrumentaux. Je remercie Fabrice Montagnini de l'aide qu'il m'a apportée pour une partie de ce travail lorsqu'il faisait son stage de DEA.

3 Je tiens à remercier Bernard Genty grâce à qui j'ai pu réaliser les spectres de transmittance de solutions de chloroplastes concentrées. Mes remerciements vont également à Myroslawa Migignac-Maslow pour le don de FNR purifiée et à Martin Parry pour le don de Rubisco purifiée. Je remercie Fabienne Merola de m'avoir permis de réaliser les analyses de déclins de fluorescence par la méthode du maximum d'entropie, et Bernard Coutin de m'avoir permis de réaliser les mesures de viscosité. Je tiens à remercier tous les membres de l'équipe Photosynthèse et Télédétection que je n'ai pas encore eu l'occasion de citer pour l'aide et le soutien qu'ils ont pu m'apporter. Enfin, je voudrais remercier l'ensemble des personnes du LURE, ainsi que mes proches, qui m'ont aidé, de près ou de loin, à réaliser ce travail.

4 Table des matières Remerciements Table des matières Liste des abréviations Introduction générale...3 I. Introduction...9 I.1. La photosynthèse dans les chloroplastes... 9 I.1.1. Réduction photosynthétique du NADP I.1.2. Oxydations photosynthétiques du NADP I.1.3. Interactions entre les chloroplastes et le reste de la cellule I.2. Fluorescence des végétaux I.2.1. Fluorescence de la chlorophylle I.2.2. Fluorescence bleu-verte I.3. Fluorescence du NAD(P)H et des flavines I.3.1. Fluorescence du NAD(P)H I Conséquences de la liaison avec les protéines I.3.2. Fluorescence des flavines I.4. Techniques expérimentales de mesure de la fluorescence I.4.1. Fluorimétrie impulsionnelle I.4.2. Mesures de fluorescence résolue en temps et comptage de photo-électron unique corrélé en temps II. Matériels, méthodes et montages expérimentaux II.1. Préparation des échantillons II.1.1. Culture des plantes et préparation des mésophylles II Culture de pois pour l'extraction de chloroplastes II Culture de pois pour l'élaboration de mésophylles II.1.2. Isolation des chloroplastes II Chloroplastes isolés intacts II Chloroplastes reconstitués II Thylakoïdes lavés II.1.3. Les algues Chlamydomonas reinhardtii : mutations, culture et préparation des échantillons II.2. Mesure de l'activité photosynthétique et du taux de chloroplastes intacts avec une électrode à oxygène II.2.1. Principe de fonctionnement de l'électrode à oxygène II.2.2. Mesure de l'activité photosynthétique... 56

5 II.2.3. Mesure du taux de chloroplastes intacts II.3. Montages expérimentaux II.3.1. Le spectrofluorimètre FLU3 de Super-ACO II Description du montage expérimental II Source de lumière : le rayonnement synchrotron II Différents éléments permettant de définir les caractéristiques du faisceau d'excitation II Echantillons et lumière actinique II Collection et détection de la fluorescence II Version précédente de ce montage utilisée dans quelques expériences II Mesures spectrales II Correction des spectres d'excitation de fluorescence II Correction des spectres d'émission de fluorescence II Evaluation du rapport signal/bruit en utilisant le Raman de l'eau II Mesure de déclins de fluorescence et de spectres résolus en temps II Mesure expérimentale de la résolution temporelle II Obtention des paramètres temporels de la fluorescence à partir des déclins expérimentaux II Méthode des moindres carrés nonlinéaires II Méthode du maximum d'entropie II Conditions d'utilisation de la diode laser comme lumière actinique II Etude de l'influence combinée de la photosélection et du mouvement des molécules sur les déclins de fluorescence enregistrés avec le montage FLU II Estimation du temps de relaxation rotationelle du NADPH libre et du NADPH lié aux protéines... 77

6 II Estimation expérimentale de l'influence de la photosélection sur les mesures de temps de vie de fluorescence dans le cas des principaux types d'échantillons utilisés II.3.2. Le fluorimètre impulsionnel UV-PAM II Description du montage expérimental II La source de lumière et les différents éléments qui définissent le faisceau d'excitation II Echantillons et illumination actinique II Collection et détection de la fluorescence II Quelques caractéristiques du montage expérimental II Les détecteurs et les techniques utilisées pour rendre la détection insensible à la lumière continue II Les détecteurs à photodiode II Le détecteur à photomultiplicateur II Rapport signal/bruit et fluorescence non-spécifique du montage II Forme des bandes spectrales de détection de la fluorescence bleuverte et de la fluorescence rouge II Vérification de la linéarité de la réponse du détecteur à photomultiplicateur II Etude de la fluorescence du milieu général à l'aide du fluorimètre impulsionnel III. La fluorescence bleu-verte et ses variations photo-induites dans les chloroplastes III.1. Introduction III.2. Variations photo-induites de fluorescence bleu-verte III.2.1. Dépendance de la fluorescence bleu-verte variable par rapport au PSI

7 III.2.2. Feuilles, mésophylles et chloroplastes III.2.3. Chloroplastes intacts et chloroplastes reconstitués III.3. Analyse spectrale et résolue en temps des variations photo-induites de la fluorescence bleu-verte dans les chloroplastes reconstitués III.3.1. Analyse temporelle au maximum d'excitation et d'émission du NADPH III.3.2. Spectre d'excitation résolu en temps III Transfert d'énergie des protéines vers NADPH III.3.3. Spectre d'émission résolu en temps III.4. Analyse spectrale et résolue en temps des variations photo-induites de la fluorescence bleu-verte dans les chloroplastes intacts III.4.1. Analyse temporelle aux maxima d'excitation et d'émission du NADPH et spectre d'excitation résolu en temps III.4.2. Comparaison avec les résultats obtenus sur chloroplastes reconstitués à l'aide d'un modèle estimant la répartition du NADPH entre forme libre et forme liée III Equations et processus de calcul du modèle III Paramètres d'entrée et résultats du modèle III.4.3. La fluorescence des flavines dans les chloroplastes intacts, comparaison avec les chloroplastes reconstitués III.5. Analyse spectrale et temporelle des variations de la fluorescence bleue des mesophylles lors de transitions obscurité/airlumière/azote III.6. Correction des spectres d'émission de fluorescence de chloroplastes reconstitués pour s'affranchir de la déformation due à l'absorption des pigments photosynthétiques III.6.1. Modélisation de l'influence des pigments photosynthétiques sur la fluorescence bleu-verte des chloroplastes en solution III.6.2. Validation expérimentale du modèle III.6.3. Application au spectre d'émission de fluorescence des chloroplastes reconstitués III.7. Rapport entre la fluorescence bleue et la concentration en NADPH dans les chloroplastes III.8. Discussion et conclusion IV. Utilisation de la fluorescence bleu-verte du NAD(P)H pour l'étude de la régulation du métabolisme photosynthétique des végétaux IV.1. Voie chlororespiratoire de réduction non-photochimique des plastoquinones chez les algues Chlamydomonas reinhardtii

8 IV.1.1. La chlororespiration chez les algues Chlamydomonas reinhardtii IV.1.2. Interaction chloroplastes-mitochondries et transfert d'électron entre PSII et O 2 dans les mutants de Chlamydomonas reinhardtii sans PSI IV Effets des inhibiteurs du transport d'électrons mitochondrial IV Mesures simultanées de la fluorescence bleu-verte et de la fluorescence chlorophyllienne IV Effets du propyl gallate et des découplants IV Effets comparatifs et combinés des inhibiteurs mitochondriaux, du propyl gallate et des découplants sur la fluorescence bleu-verte et sur la fluorescence chlorophyllienne IV.1.3. Discussion et conclusion IV.2. Voie de réduction non-photochimique des plastoquinones dans les chloroplastes de plantes supérieures IV.2.1. Introduction IV Transitions lumière-obscurité IV.2.2. Mesures simultanées de la fluorescence bleu-verte et de la fluorescence rouge lors de transitions lumière-obscurité IV.2.3. Conclusions Conclusion générale Publications personnelles sur le sujet Références bibliographiques Annexe A : mesure de la viscosité absolue Annexe B : estimation du volume d'une protéine à partir de sa masse molaire Annexe C : schéma électronique du détecteur à photomultiplicateur Annexe D : théorie de Kubelka-Munk

9 Liste des abréviations : ADP : ASS : ATP : CAT : CA1P : CCCP : CE : Chl : CPUCT : Adénoside diphosphate Algues sur support solide Adénoside triphosphate Cycle des acides tricarboxyliques 2-carboxy-D-arabinitol 1-phosphate m -chlorophenylhydrazone Extrait chloroplastique ("Chloroplast extract") Chlorophylle Comptage de photo-électron unique corrélé en temps Crown : Dicyclohexyl-18-crown -6 CRPP : DCMU : DFPP : DO : FAD : FBV : Fd : FNR : GAPDH : GPIB : GR : IR : LED : LMH : MDH : MDHAR : NAD : Cycle réductif du pentose phosphate 3-(3,4-dichlorophenyl)-1,1-dimethylurea Densité de flux de photons photosynthétiques Densité optique Flavine adénine dinucléotide Fluorescence bleu-verte Ferrédoxine Ferrédoxine-NADP réductase NAD(P)-glycéraldéhyde-3-phosphate déhydrogénase General purpose instrument bus Glutathione réductase Infrarouge Diodes électroluminescentes ("Light emitting diode") Largeur à mi-hauteur NADP-malate déhydrogénase Monodéhydroascorbate réductase Nicotinamide adénine dinucléotide

10 NADH : NAD + : NADP : NAD(P) : NADPH : NADP + : NDH : PC : PG : PGA : Pheo : PQ : PSI : PSII : RT : Rubisco : RuBP : SHAM : TAC : TAP : Trp : UV : Nicotinamide adénine dinucléotide, forme réduite Nicotinamide adénine dinucléotide, forme oxydée Nicotinamide adénine dinucléotide phosphate Nucléotides pyridiniques, NAD et NADP Nicotinamide adénine dinucléotide phosphate, forme réduite Nicotinamide adénine dinucléotide phosphate, forme oxydée NAD(P)H déhydrogénase Plastocyanine Propyl gallate 3-phosphoglycérate Phéophytine Plastoquinone Photosystème I Photosystème II Résolu en temps (spectre d'émission où d'excitation RT) D-ribulose-1,5-bisphosphate carboxylase/oxygenase D-ribulose-1,5-bisphosphate Acide salicyl hydroxamique ("Salicyl hydroxamic acid") Convertisseur temps-amplitude ("Time-to-amplitude converter") Tris-acétate-phosphate Tryptophane Ultra-violet

11 INTRODUCTION GENERALE

12 Introduction générale Les végétaux chlorophylliens ont un rôle primordial dans le développement de la vie sur terre, car, grâce à la photosynthèse, qui est le seul processus biologiquement important à utiliser et à transformer l'énergie lumineuse du soleil, ils réalisent la synthèse de composés organiques à haut potentiel énergétique, à partir de composés minéraux. Ce rôle fondamental de la photosynthèse explique l'importance des recherches qui lui sont consacrées et qui ont commencées dès le 18 éme siècle. Pour étudier la photosynthèse, la fluorescence est un outil puissant qui est largement utilisé, notamment parce qu'elle permet des mesures non-invasives en temps réel. Lorsqu'ils sont illuminés par une lumière UV, les végétaux émettent une fluorescence bleu-verte (FBV) et une fluorescence rouge. La fluorescence rouge, qui est émise par la chlorophylle (Chl), permet de mesurer et de quantifier l'activité photosynthétique. Cette fluorescence chlorophyllienne est étudiée depuis longtemps, et elle est actuellement très largement utilisée pour les recherches sur les végétaux et la photosynthèse. La FBV, bien que connue depuis longtemps, a été délaissée et n'est étudiée de façon systématique que depuis peu. Contrairement à la fluorescence rouge, qui ne provient que de la Chl, la FBV des végétaux est la somme des émissions de nombreux fluorophores. Parmi ces fluorophores le NADPH a une importance toute particulière puisqu'il participe activement à la photosynthèse. Le NADP est réduit puis oxydé lors de la photosynthèse, or seule sa forme réduite (NADPH) est fluorescente. La fluorescence du pool de NADP est donc directement liée à son état d'oxydoréduction, qui est lui-même directement relié au fonctionnement de la photosynthèse. C'est pourquoi la mesure de la fluorescence du NADPH est intéressante puisqu'elle permet le suivi en continu de façon non-invasive de l'état redox du NADP. La fluorescence chlorophyllienne nous renseigne sur l'ensemble du processus photosynthétique, mais elle dépend avant tout du fonctionnement du début de la chaîne de transport d'électrons photosynthétique. L'état redox du NADP et ses variations nous renseignent sur le fonctionnement de la fin de cette chaîne. La fluorescence du NADPH 3

13 est donc, dans de nombreux cas, une mesure complémentaire de la fluorescence chlorophyllienne, et il peut être très intéressant de les mesurer simultanément. Cependant, la mesure de la fluorescence du NADPH sur les végétaux se heurte à un certain nombre de difficultés : la présence, notamment dans l'épiderme des feuilles et les parois cellulaires, d'autres fluorophores émettant dans le bleu-vert rend généralement indétectable la fluorescence du NADPH sur les feuilles; la réabsorption de la FBV par les pigments photosynthétiques qui diminue l'intensité de la FBV et déforme son spectre d'émission; la liaison du NADPH avec les protéines qui, parce qu'elle augmente le rendement de fluorescence du NADPH, perturbe le rapport entre niveau de fluorescence et état redox du pool. La mesure de la fluorescence du NADPH est difficile sur les feuilles, mais elle devient plus aisée sur les chloroplastes isolés et les algues unicellulaires, sur lesquels nous avons principalement travaillé. De plus, l'utilisation de chloroplastes isolés, qui élimine les autres compartiments de la cellule végétale, facilite l'analyse de la fluorescence du NADPH en rapport avec la photosynthèse. Ce travail s'inscrit dans la poursuite de l'étude de la fluorescence du NADPH sur les chloroplastes isolés qui est un des thèmes de recherche du laboratoire et sur lequel un certain nombre de résultats avaient déjà été obtenus par Cerovic et al. (1993; 1994). L'objectif principal est de montrer la possibilité d'utiliser la mesure de la FBV comme une méthode de mesure continue, non-invasive et quantitative de l'état redox du NADP sur les chloroplastes isolés et éventuellement sur les feuilles. Le fait de travailler sur des chloroplastes isolés ne résout pas tous les problèmes puisque même dans ce cas NADPH n'est pas le seul fluorophore émettant dans le bleu-vert. Mais Cerovic et al. (1993) ont montré que les variations photo-induites de FBV, qui sont observées sur les chloroplastes isolés, sont dues uniquement au NADPH. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes principalement intéressés à ces variations photo-induites, sachant par ailleurs que c'est lors des changements de climat lumineux (comme lors des transitions obscurité-lumière) que l'on obtient le plus de renseignements sur la photosynthèse. Pour résoudre les différents problèmes (notamment celui posé par la liaison de NADPH avec les protéines) qui restaient encore à éclaircir sur la fluorescence du 4

14 NADPH dans les chloroplastes isolés et particulièrement sur son utilisation comme indicateur de l'état redox du NADP, nous avons réalisé une étude spectrale et résolue en temps de la variation photo-induite de FBV dans les chloroplastes isolés. Pour cette étude nous avons été amené à utiliser deux types de chloroplastes isolés : des chloroplastes intacts et des chloroplastes reconstitués. Cette étude nous a aussi permis d'évaluer la contribution des flavines aux variations photo-induites de fluorescence verte dans les chloroplastes isolés. Par ailleurs, nous avons modélisé l'influence de la réabsorption de la FBV des chloroplastes isolés par les pigments photosynthétiques, pour retrouver le "vrai" spectre d'émission de cette FBV. Enfin, nous avons construit une nouvelle version d'un fluorimètre impulsionnel qui mesure simultanément la FBV et la fluorescence chlorophyllienne, et ce quelle que soit la lumière ambiante. Ce montage a notamment été utilisé pour étudier, grâce à la mesure des variations photo-induites du NAD(P)H, les mécanismes de régulation du métabolisme photosynthétique que sont la chlororespiration et le transport cyclique. 5

15 CHAPITRE I Introduction

16 I. Introduction I.1. La photosynthèse dans les chloroplastes La découverte de la photosynthèse est relativement ancienne puisqu'elle débute avec Priestley en 1772 et que dès la fin du 19 ème siècle son équation chimique générale a été déterminée : h 6H 2 O + 6CO 2 C 6 H 12 O 6 + 6O 2 (I.1) Lors de la photosynthèse, l'énergie lumineuse absorbée par les végétaux chlorophylliens est utilisée pour oxyder l'oxygène de l'eau (ce qui se traduit par une production d'o 2 ) et pour réduire le CO 2 en glucides. Chez les organismes photosynthétiques eucaryotes la photosynthèse à lieu dans des organites subcellulaires particulières : les chloroplastes (Fig. I.1). Les chloroplastes sont typiquement de forme sphérique aplatie d'un diamètre de l'ordre de 3 à 10 μm et d'une épaisseur de l'ordre de 1 à 2 μm (Lawlor, 1993). Ils sont séparés du reste de la cellule par une enveloppe composée de deux membranes. Une membranes extérieure, qui est totalement perméable à tous les ions et molécules ayant une masse molaire inférieure à 10 Figure I.1 : Représentation schématique d'un chloroplaste. D'après (Taiz et Zeiger, 1991). 9

17 kd (Heldt et Flügge, 1986), et une membrane intérieure, qui est très sélective et ne permet le passage que de certains composés; elle possède pour cela de nombreux complexes protéiques translocateurs. Les chloroplastes contiennent un système de membranes internes : les thylakoïdes. Les thylakoïdes sont interconnectés entre eux et se superposent les uns aux autres pour former des piles appelées grana. Les régions non empilées, plus en contacts avec le milieu extérieur, sont appelées stroma lamellae. Le milieu chloroplastique externe aux thylakoïdes et dans lequel ils baignent est le stroma, tandis que le milieu interne aux thylakoïdes est appelé lumen. La photosynthèse peut être décomposée en deux phases complémentaires qui se produisent simultanément. Une phase photochimique qui se produit principalement dans les thylakoïdes et conduit à la réduction du NADP grâce à l'énergie lumineuse. Une phase purement biochimique qui se produit dans le stroma et oxyde le NADPH pour fixer le CO 2. Cette séparation en deux phases est totalement artificielle, bien que classique, mais nous allons l'utiliser car elle met bien en avant le rôle de NADP. Figure I.2 : Transferts d'électrons et de protons dans la membrane thylakoïdale lors de la photosynthèse. D'après (Taiz et Zeiger, 1991) 10

18 I.1.1. Réduction photosynthétique du NADP Cette phase, qui a lieu principalement dans les thylakoïdes, est réalisée par quatre complexes enzymatiques transmembranaires : le photosystème II (PSII), le complexe cytochrome b 6 /f, le photosystème I (PSI) et l'atp-synthase (Fig. I.2). La formation de NADPH s'effectue grâce à l'absorption de la lumière au niveau des deux photosystèmes et à une chaîne de transport d'électrons impliquant PSI, PSII et complexe cytochrome b 6 /f. Les deux photosystèmes sont constitués de deux parties principales les antennes et le centre réactionnel. Les antennes sont des complexes pigments-protéines. Chez les végétaux supérieurs, les pigments présents dans les antennes sont des caroténoïdes et surtout des chlorophylles a et b. Ce sont ces pigments qui sont responsables de l'absorption de l'énergie lumineuse, cette énergie d'excitation est ensuite transférée d'une molécule de pigment à une autre dans les antennes suivant un processus de transfert nonradiatif souvent nommé transfert d'exciton (sur les transferts d'énergie d'excitation dans les antennes voir par ex. van Grondelle et Amesz, 1986). L'énergie d'excitation est finalement soit perdue (désexcitation thermique ou fluorescence), soit transmise au centre réactionnel. Cette énergie permet au centre réactionnel d'effectuer une séparation de charge (cf. Fig. I.3). La chaîne de transport d'électrons photosynthétique, qui suit les séparations de charge, est généralement représentée par un schéma en "Z" (Fig. I.3). Ce schéma traduit bien le transfert d'électrons entre les différents intermédiaires et le potentiel redox de ces intermédiaires. Au cours de ce transfert d'électrons, comme le montre bien la Fig. I.2, il y a une accumulation de protons dans le lumen et une perte de protons dans le stroma. Ce qui génère un gradient électrochimique de protons transmembranaire. Ce gradient électrochimique de protons transthylakoïdal est utilisé par l'atp-synthase comme source d'énergie pour la phosphorylation de l'adp en ATP, réaction qui dissipe le gradient de protons. 11

19 Figure I.3 : Schéma en "Z" du transport d'électrons photosynthétique. Les intermédiaires redox sont placés à leur potentiel redox standard (à ph 7). Le donneur primaire du PSII, P680, devient P680 * une fois excité, il transfère alors un électron à la phéophytine (Pheo), il est alors oxydé. P680 + (donneur primaire oxydé) est re-réduit par une tyrosine Y Z, elle même re-réduite par les électrons extraits de l'eau par le complexe de dégagement d'oxygène (composante du PSII) où à lieu la transformation de H 2 O en O 2 et H +. Pheo transfère son électron à une quinone Q A qui le transfère au site Q B. Q B est le site de fixation des plastoquinones (PQ) oxydées. Deux électrons sont nécessaires pour réduire une PQ qui est alors libérée dans la membrane thylakoïdale (Fig. I.2). Les PQ transfèrent leurs deux électrons au complexe cytochrome b 6 /f en deux étapes. Le complexe cytochrome b 6 /f contient une protéine de Rieske Fe-S, deux cytochromes b et un cytochrome f. Le complexe cytochrome b 6 /f transfère un électron à la plastocyanine (PC) qui à son tour réduit P A 0, le premier accepteur d'électron de P700 *, est une chlorophylle et le deuxième accepteur, A 1, est une phylloquinone. Trois protéines Fe-S (F X, F A, F B ) en séries sont les intermédiaires entre A 1 et la ferrédoxine (Fd) qui transfère son électron à la flavoprotéine ferrédoxine-nadp réductase (FNR). La présence d'un FAD dans la FNR permet d'accumuler les deux électrons qui sont nécessaires à la réduction de NADP + en NADPH. I.1.2. Oxydations photosynthétiques du NADP Durant cette phase le NADPH, mais aussi l'atp, produits par la phase photochimique sont utilisés par des protéines solubles du stroma pour assimiler le CO 2 au cours du cycle réductif du pentose phosphate (CRPP). Ce cycle est représenté Fig. I.4. Le CO 2 ainsi fixé est en partie stocké dans le chloroplaste (synthèse de l'amidon à partir du fructose 6-phosphate) et en partie exporté vers le reste de la cellule. En effet, le DHAP 12

20 Figure I.4 : Représentation des réactions enzymatiques du cycle réductif du pentose phosphate (CRPP). (1) : fixation du CO 2 au ribulose 1,5-bisphophate (RuBP) pour former deux 3-phosphoglycérates (PGA, noté 3-PGA dans ce schéma), catalysée par la Rubisco. (2) : phosphorylation du PGA par l'atp pour former 1,3-bisPGA, catalysée par la phosphoglycérokinase. (3) : réduction de 1,3-bisPGA en glycéraldéhyde 3-phosphate (3-PGald) par NADPH, catalysée par la NADP-glycéraldéhyde-3-phosphate déhydrogénase (GAPDH). (4) : isomérisation de 3-PGald pour former le dihydroxyacétone 3-phosphate (DHAP), catalysée par la triose-phosphate isomérase. (5) : association aldolique de DHAP et d'un 3-PGald pour former un fructose 1,6-bisphosphate, catalysée par une aldolase. (6) : Hydrolyse du phosphate en C-1 du fructose 1,6-bisphosphate pour former le fructose 6-phosphate, catalysée par la fructose-1,6- bisphosphate phosphatase. (7) : transfert de deux carbones du fructose 6-phosphate à un 3-PGald pour former le xylulose 5-phosphate et l'érythrose 4-phosphate, catalysée par une transketolase. (8) : association aldolique de l'érythrose 4-phosphate avec un DHAP pour former le sedoheptulose 1,7-bisphosphate, catalysée par l'aldolase. (9) : Hydrolyse du phosphate en C-1 du sedoheptulose 1,7-bisphosphate pour former le sedoheptulose 7-phosphate, catalysée par la sedoheptulose-1,7-bisphosphate phosphatase. (10) : transfert de deux carbones du sedoheptulose 7- phosphate à un 3-PGald pour former le ribose 5-phosphate et le xylulose 5-phosphate, catalysée par la transketolase. (11) : le xylulose 5-phosphate est isomérisé par la ribulose-5-phosphate épimérase pour former un ribulose 5- phosphate. (12) : un autre ribulose 5-phosphate est obtenu par l'isomérisation du ribose 5-phosphate, catalysée par la ribose-5-phosphate isomérase. (13) : le ribulose 5-phosphate est converti en RuBP par la ribulose-5-phosphate kinase. D'après (Salisbury et Ross, 1985). 13

21 et le glycéraldéhyde 3-phosphate sont exportés vers le reste de la cellule par le translocateur de phosphate (voir plus loin, section I.1.3.) situé dans la membrane intérieure des chloroplastes. Ils servent principalement à la synthèse du saccharose qui a lieu dans le cytosol, saccharose qui est exporté vers le reste de la plante. Il y a un autre aspect de la photosynthèse qui est intimement lié au CRPP, c'est la photorespiration. En effet, la Rubisco est une carboxylase mais aussi une oxygénase et elle catalyse l'oxydation du RuBP par l'o 2. Son affinité pour O 2 est nettement plus faible que son affinité pour le CO 2 mais, étant donné la faible concentration du CO 2 par rapport à celle de O 2 dans l'air, l'activité photorespiratoire n'est pas du tout négligeable. Le cycle photorespiratoire, dont une partie s'effectue hors du chloroplaste (péroxisome et mitochondrie), est une autre voie de consommation du NADPH (et de l'atp) mais qui ne permet pas la fixation de carbone, au contraire, et diminue donc le rendement de la photosynthèse. Certaines plantes ont développées un système permettant d'augmenter, dans les cellules où à lieu le CRPP, la concentration en CO 2 par rapport à celle obtenue par simple diffusion de l'air. Ces plantes sont appelées plantes C 4, tandis que celles ne possédant pas un tel système sont appelées plantes C 3. La photorespiration est donc très peu présente dans les plantes C 4. Pour pouvoir concentrer le CO 2, les plantes C 4 possèdent deux types de cellules photosynthétiques. Des cellules dites cellules du mésophylle, qui sont distribuées dans l'ensemble du mésophylle (partie interne d'une feuille comprise entre les deux épidermes) et qui concentrent le CO 2 sous forme d'acides à quatre carbones (acides C-4). Des cellules dites cellules de la gaines des vaisseaux conducteurs, qui comme leur nom l'indique sont situées dans la gaine des vaisseaux conducteurs qui sillonnent le mésophylle, et où a lieu le CRPP à partir du CO 2 relâché par les acides C-4. Il y a encore d'autres phénomènes impliqués dans le processus photosynthétique qui consomment le pouvoir réducteur produit par la phase photochimique. La ferrédoxine (Fd) réduite est utilisée pour réduire les plastoquinones (PQ) (voie ferrédoxine quinone réductase, FQR, dont nous parlerons plus en détail au chapitre IV) et pour réduire le nitrite et le sulfite. Le NADPH est utilisé pour réduire les PQ (voie NAD(P)H déhydrogénase, 14

Les plantes et la lumière

Les plantes et la lumière Les plantes et la lumière Première partie : la lumière comme source d énergie Pierre.carol@upmc.fr http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/photosynthese-cours/index.htm 1. Introduction La lumière est la source

Plus en détail

Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez les plantes alpines Etude d écotypes alpins chez Arabidopsis thaliana

Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez les plantes alpines Etude d écotypes alpins chez Arabidopsis thaliana Rapport de stage 1 ère année de Master Environnement Spécialité Ecologie, Biodiversité, Evolution (EBE) Valérie GUITTET Soutenance : 7-8 juin 2010 Rôle de la PTOX dans la tolérance au stress lumineux chez

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Détection de Chlorophylle Réalisation d'un fluorimètre

Détection de Chlorophylle Réalisation d'un fluorimètre MANGOTECHNO Détection de Chlorophylle Réalisation d'un fluorimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Document de travail - Janvier 2012 Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2. La chlorophylle...3

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie.

1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie. RESPIRATION MITOCHONDRIALE 1. Principes de biochimie générale. A. Bioénergétique et dynamique. a) Intro: Les mitochondries passent leur temps à fabriquer de l énergie. b) Rappels: L énergie chimique sert

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Pierre et Marie Curie Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise à

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025

Elvire Guiot. To cite this version: HAL Id: tel-00010025 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00010025 microscopie de fluorescence par excitation à deux photons : application à des études de corrélations et de déclins de fluorescence en milieu biologique Elvire Guiot To cite this version: Elvire Guiot.

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

www.boutiquesolaire.com

www.boutiquesolaire.com INFORMATIONS SUR LES PRODUITS 03 / 2013 POWERBANKS CHARGEURS SOLAIRES Powerbanks Chargeurs solaires Cellules solaires pour Powerbanks CELLULES SOLAIRES POUR POWERBANKS www.boutiquesolaire.com CONTENU Powerbanks

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

ne définition de l arbre.

ne définition de l arbre. LA PHYSIOLOGIE DES ARBRES. U ne définition de l arbre. L es arbres sont des êtres vivants qui occupent une place à part dans le monde végétal. Ils sont indispensables à la vie sur terre et ils ont largement

Plus en détail

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531)

Laboratoire de Photophysique et de Photochimie Supra- et Macromoléculaires (UMR 8531) Unité Mixte du CNRS (UMR8531) Institut de Chimie Directeur : Keitaro NAKATANI (PU ENS Cachan) Courrier électronique : nakatani@ppsm.ens-cachan.fr http://www.ppsm.ens-cachan.fr Problématique générale :

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

TEST SUR LA CLASSIFICATION DES ANTIOXYDANTS. Répondez par oui ou non en cliquant sur la case correspondante :

TEST SUR LA CLASSIFICATION DES ANTIOXYDANTS. Répondez par oui ou non en cliquant sur la case correspondante : TEST SUR LA CLASSIFICATION DES ANTIOXYDANTS Question 1 Les caroténoïdes : Ce sont des pigments végétaux Hydrophile contenant une chaîne centrale hautement polyinsaturée pouvant comporter une structure

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Contrôle non destructif Magnétoscopie

Contrôle non destructif Magnétoscopie Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail